Navigation – Plan du site
La restitution des savoirs

Introduction du Dossier « La restitution des savoirs »

Marie-Noëlle Schurmans, Maryvonne Charmillot et Caroline Dayer

Texte intégral

1Le choix du terme restitution, dans la genèse de ce Dossier, s’est fait au détriment de termes voisins, tels que diffusion, propagation, ou transmission, dont les usages sont proches (Rey, 2004). Ce choix nous semble en effet permettre le renouvellement d’un questionnement épistémologique et pratique.

2La réflexion concernant la diffusion des savoirs, en effet, est intense mais éphémère, dans la première moitié du xixe siècle et elle se présente, chez Auguste Comte, comme « un devoir positiviste » (Petit, 1989). Les questions que pose la notion de restitution, en revanche, sont plus récentes et prennent source essentiellement en ethnologie. La notion apporte en effet, en matière de construction des connaissances scientifiques, un faisceau de questions nouvelles, relatives à l’idée de rendre, ou donner en retour. Elle introduit, de ce fait, une réflexion accrue portant sur l’éthique de la recherche et touchant à la hiérarchisation des savoirs, à l’origine des démarches de recherche, aux propriétaires ou auteurs des connaissances produites et à l’usage de celles-ci, tout autant qu’aux modalités d’échange ou de partage entre savoirs.

3C’est cette réflexion que nous plaçons au centre de ce Dossier. Nous avons en effet constitué la restitution comme objet de nos investigations : quelles en sont les conceptions et les pratiques actuelles ? Que traduisent conceptions et pratiques des acceptions actuelles de l’activité scientifiques ainsi que, plus profondément, de l’épistémologie de la recherche ?

Diffusion et/ou restitution des savoirs ?

4On connaît la célèbre formule d’Auguste Comte : « Savoir pour prévoir afin de pouvoir ». On connaît moins son engagement militant quant à la diffusion des savoirs et les conflits qui l’ont opposé à Saint-Simon ou à Émile Littré, quant aux conditions qui y président. Dans l’émergence de la philosophie positive pourtant, les questions principales sont posées et les réponses divergent : si la finalité d’une diffusion des connaissances scientifiques – réorganisation et stabilité sociales – semble en effet bien partagée, les divergences portent essentiellement sur les destinataires d’une telle diffusion et sur les façons de procéder.

5À propos des destinataires, les conceptions comtiennes portent clairement sur une diffusion générale, proche d’une forme de rééducation collective intégrant les milieux prolétaires. Auguste Comte en vient à considérer que la diffusion des savoirs et des sciences constitue « le travail scientifique et social le plus important et le plus urgent » (Petit, 1989, p. 10). À ce projet cependant, s’opposent les conceptions saint-simoniennes, selon lesquelles les connaissances savantes restent destinées aux élites. Cette divergence quant aux publics et à la mission éducative des savants se prolonge dans les jugements critiques que formule Auguste Comte et qui s’adressent aux soi-disant savants qui vendent leurs savoirs plutôt que de les partager, qui recherchent à retirer du pouvoir de leurs connaissances, qui se cachent derrière un verbiage opaque, ou se retranchent dans une excessive spécialisation de leurs disciplines ; et aux vulgarisations journalistiques qui ne font qu’apporter des notions vagues et incomplètes. L’engagement d’Auguste Comte se prolonge aussi dans les actes : il cherche à innover quant aux lieux et aux modalités de la propagation des connaissances. À ses yeux, le savant doit être un homme de communication, au service de l’organisation sociale et du progrès et les Traités, Discours ou Encyclopédies, en sont les moyens essentiels.

6Ces quelques points de repère indiquent qu’à l’aube du positivisme, les questions relatives à la diffusion des connaissances savantes se sont posées avec force. Mais ils indiquent tout aussi clairement que ces questions mettent en scène une conception très hiérarchisée des savoirs et que les réponses aux conditions de la diffusion le décevront : l’idéal comtien, taxé de messianisme, ne se généralise pas. Et la diffusion du positivisme dans le paysage académique ne l’intégrera pas.

7Qu’en est-il aujourd’hui ? La formation à la recherche, dans les institutions universitaires, fait peu de place à l’examen des fonctions sociales de l’activité scientifique et des conditions de diffusion des connaissances savantes. Le projet initial se décline en termes de connaissances appliquées, à destination principale de l’ingénierie. La problématique d’une transmission des connaissances s’interprète essentiellement sous l’angle d’une communication entre pairs. Et les moyens de transmission en cours d’études proposés relèvent principalement d’une formation à l’écriture scientifique ou à l’exposé oral, qui prend également pour destinataire la Cité savante. Quels que soient ces destinataires, en outre, le questionnement relatif à la transmission se situe dans une temporalité ultérieure à celle de la recherche : les gestes épistémologiques proposés par Gaston Bachelard – conquête, construction et constat – n’intègrent pas une quatrième dynamique qui relèverait du retour des connaissances à l’environnement social où, pourtant, elles prennent source.

8Le terme de restitution, quant à lui, relève d’une tradition différente et plus récente. Une brève investigation de la littérature en indique la rareté mais également la présence croissante.

9Outre l’ouvrage que nous venons d’éditer (Dayer, Schurmans & Charmillot, 2014), un seul ouvrage semble en effet disponible à ce jour, celui de Bertrand Bergier (2001), intitulé Repères pour une restitution des résultats de la recherche en sciences sociales : intérêts et limites. L’auteur y traite de la restitution en posant des questions liées au retour du chercheur sur le terrain : faut-il restituer ? Que convient-il de restituer ? De quelles précautions faut-il s'entourer ? Que peut-on attendre d'une telle opération ?

10Les autres textes disponibles ont été publiés dans des revues et s’articulent soit à des disciplines en particulier, soit à des terrains spécifiques. Le texte pionnier en la matière est l’article de Françoise Zonabend (1994), publié dans la revue Gradhiva, sous le titre « De l’objet et de sa restitution en anthropologie ». Il faut ensuite attendre le premier numéro de la revue Sociologies pratiques, où l’on trouve un article au titre évocateur : « Les mystères de la restitution » (Uhalde, 1999). L’auteur se propose de lever le voile opaque entourant l’acte de restitution, dans une double perspective, en questionnant : les dimensions socio-affectives des expériences relationnelles qui se forgent au moment des restitutions de recherches sociologiques dans le milieu des entreprises ; l’opérationnalité de la restitution et ses effets de changement sur les acteurs.

11S’écoulent ensuite plusieurs années avant la publication d’un article dans la revue L’Homme et la société, sous la plume de Patrick Bellegarde (2003), à propos des pratiques de restitution en milieu associatif : « Institutionnalisation, implication, restitution. Théorisation d’une pratique associative ». On compte ensuite, en 2005, un article dans la revue Terrain, consacré à l’ethnologie en entreprise (Flamant, 2005).

12Trois ans plus tard, en 2008, Didier Fassin inaugure les réflexions sur la restitution en anthropologie de la santé, en traitant des enjeux éthiques des enquêtes réalisées dans ce champ (Fassin, 2008). Et ces réflexions se voient prolongées, en 2009, par un article d’Ilario Rossi (et al.) traitant également des enjeux éthiques dans le champ de la santé, précisément dans le milieu des soins palliatifs (Rossi et al., 2009).

13L’année suivante, deux articles sont publiés dans la même perspective. Le premier, de Laurent Vidal (2010), dans la revue Anthropologie et santé, commente un texte de Jean-Pierre Olivier de Sardan (2010) dans lequel celui-ci définit l’anthropologie médicale à partir de trois entrées dont l’une est la restitution. Dans le second article, Véronique Moufflet questionne la réception des analyses anthropologiques, à partir de l’exemple de la problématique des viols en RDC (Moufflet, 2010).

14En 2011, Laurent Vidal publie, dans les Cahiers d’études africaines, un nouvel article, intitulé « Rendre compte. La restitution comme lieu de refondation des sciences sociales en contexte de développement », dans lequel il approfondit ses réflexions et va au-delà des frontières de l’anthropologie (Vidal, 2011).

15Enfin, en 2012, sort le premier numéro thématique d’une revue consacré à la restitution. Il s’agit de la revue Interrogations et le dossier est ciblé sur « Le retour aux enquêtés ». Onze articles y sont publiés, principalement en sociologie et en anthropologie et sont exclusivement centrés sur la relation entre le chercheur et ses informateurs.

16Ce bref survol permet trois constats :

171. le nombre très réduit de publications consacrées explicitement à la problématique de la restitution dans les recherches en sciences sociales ;
2. l’inscription quasi exclusive des réflexions dans le champ ethnologique/anthropologique (notamment dans le domaine de la santé) ;
3. l’absence de considérations épistémologiques transversales sur les fondements de la restitution au sein des différents paradigmes de recherche constitutifs du paysage des sciences sociales.

Une centration sur la restitution

18Le Dossier que nous présentons se propose donc de contribuer à pallier la pénurie constatée, en identifiant les propositions qui émergent des sciences sociales à propos de la restitution et en reliant ces propositions aux cadres épistémologiques sollicités dans sa problématisation. Ceci implique de quitter une perspective linéaire faisant de la restitution une étape ultérieure à celle de l’exploitation des données d’enquête et, dès lors, de penser la restitution dès la construction de l’objet. Nous considérons en effet que l’inscription du chercheur dans le monde social se traduit par la façon dont il s’engage dans une problématisation de la restitution, c’est-à-dire dans le fait d’en reconnaître ou non la nécessité et dans ses façons de prendre position quant aux modalités de la réaliser.

19La constitution de la restitution en objet de recherche – sous son angle conceptuel comme sous celui de ses mises en œuvre pratiques – nous a poussées à organiser à Genève, dans la suite des travaux du Comité de recherche en sociologie de la connaissance de l’AISLF (CR 14), un Colloque international (2011) ciblé. Les origines disciplinaires variées des participants (anthropologie, ethnologie, sociologie, formation des adultes, didactiques, philosophie, sciences infirmières, psychologie, sciences cognitives, sciences des religions, histoire, sciences politiques, économie, droit, arts, architecture, criminologie) témoignent de la transversalité croissante d’une problématisation émergente dont les axes principaux ont été : l’utilité et usages des savoirs produits (pourquoi et pour quoi restituer ?) ; l’objet de la restitution (quoi ?) ; la temporalité de la restitution (quand ?) ; les formes de la restitution (comment ?) ; les destinataires (à qui ?).

20L’examen de ces grandes lignes de force nous ont amenées à aborder l’hypothèse générale suivante : les réponses apportées aux questions posées sont interdépendantes ; leur organisation révèle une posture épistémologique relevant de l’interactionnisme historico-social ainsi que, ce faisant, de référentiels théoriques et de dispositifs méthodologiques articulés (Dayer, Schurmans & Charmillot, 2014).

21Notre examen nous a également permis de distinguer une question complémentaire : qui ?, soit quelle est l’instance qui se trouve en charge de la restitution. Prendre en charge la problématique de la dialectique destinataire-destinateur permet en effet d’aborder pleinement les questions corrélatives de l’échange et du partenariat, de la hiérarchisation et des spécificités de savoirs distincts, de l’auteurité collective, de la responsabilité et de l’éthique de la recherche.

22Le Dossier que nous présentons aujourd’hui fait donc suite à notre engagement dans l’étude des conceptions et pratiques relevant de la restitution. Il cherche à échapper à deux pôles en tension : la restitution n’existe pas (en ce qu’il n’y a pas d’amont à l’échange) versus la restitution est permanente (et, de ce fait, la réciprocité de l’échange subsume toute différenciation entre savoirs). Comme il ne se satisfait pas d’une limitation de la restitution aux processus didactiques. Ce dossier poursuit en effet l’effort d’articuler dimensions épistémologiques, méthodologiques et empiriques et soutient l’objectif de favoriser un regard interdisciplinaire et de développer une perspective critique. Neuf contributions nourrissent ce Dossier et nous les présentons brièvement dans l’ordre de leur succession.

23Marie-Noëlle Schurmans cible son propos, à partir de la sociologie de la connaissance, sur l’épistémologie de la restitution. Elle montre combien les divergences en matière de fondements épistémologiques entrainent des conséquences sur les conceptions et les pratiques de la restitution. Et elle illustre ces conséquences en référant aux contributions des différents auteurs collaborant à ce Dossier. Elle montre ainsi que la perspective épistémologique ternaire et interactionniste qu’elle défend exige un renouvellement de la sémantique habituelle de la recherche, au sein de laquelle l’exigence de restitution s’insère avec force.

24Jean-Louis Genard Genard et Marta Roca i Escoda poursuivent cette réflexion en exposant les articulations entre épistémologie, méthodes et éthique. Les auteurs distinguent les engagements qui lient le sociologue à ses informateurs et à ses partenaires mais également aux commanditaires de ses recherches, à la communauté scientifique ainsi qu’au grand public. Les usages sociaux diversifiés, relatifs à ces engagements pluriels, imposent des enjeux éthiques au travail sociologique. Les façons de penser ces enjeux ainsi que la responsabilité du chercheur sont au centre du développement proposé par Jean-Louis Genard et Marta Roca i Escoda qui s’appuient sur leurs travaux d’enquête.

25Florence Piron aborde à son tour les enjeux épistémologiques et éthiques liés à la restitution, en développant également ses enjeux économiques et politiques. La restitution n’est pas seulement un geste des chercheurs envers les acteurs qui nourrissent et participent à leurs enquêtes. Penser la restitution implique en effet également l’examen des exigences relatives aux recherches privées ou relevant d’appels d’offres gouvernementaux, en ce que ces recherches font intervenir d’autres acteurs – promoteurs et financiers – dont les attentes se trouvent parfois incompatibles avec celles des premiers. Quittant la logique du geste de courtoisie ou celle du transfert de connaissance, c’est à l’exigence de justice cognitive qu’aboutit Florence Piron, pour défendre la revendication d’une science égalitaire, plurielle et non marchande.

26C’est sur la notion d’auteur que porte, à son tour, la contribution de Francis Farrugia. Et c’est sous l’angle d’une dénomination attributive, traduisant l’imputation individualisante de l’origine d’un savoir, qu’il développe son propos. Il s’agit pour lui de quitter ce premier niveau de compréhension pour aborder en profondeur la source des connaissances ainsi que, de manière générale, celle de toute production discursive. Francis Farrugia remet ainsi en question les processus de subjectivation et d’individualisation qui portent à singulariser la source. Ce qui l’amène à interpréter la notion d’auteur à un niveau plus profond de compréhension, comme le lieu de passage de significations circulant dans un univers de significations sociales croisées : une instance de restitution des savoirs, le point d’arrivée d’un syndrome narratif singulier.

27Suit alors la contribution d’Ingrid de Saint-Georges, qui situe sa contribution dans le champ des sciences du langage et s’interroge sur le décalage entre des pratiques de restitution devenant de plus en plus nombreuses et un discours académique qui les documente avec parcimonie. Abordant ce constat tout d’abord sur un plan théorique, elle développe alors un questionnement tourné vers les ressources permettant de penser la restitution et revisite ensuite des expériences concrètes relatives à l’analyse des interactions. Adossé au champ de la linguistique appliquée, c’est un dialogue entre champs et disciplines différents qu’elle sollicite en finale, pour engager l’échange concernant les pratiques de la restitution.

28Nadine Fink semble ainsi répondre à Ingrid de Saint-Georges, lorsqu’elle expose la confrontation entre historiens et témoins, rappelant les controverses qu’induisent les formes historienne et mémorielle de discours sur le passé. La question de la restitution de réalités passées ainsi que la dialectique entre mémoire et histoire est abordée dans le cadre d’une étude de cas portant sur la Seconde Guerre mondiale, en Suisse. Le développement de Nadine Fink permet d’identifier la nature différente des faits établis par l’historien, d’une part et des témoignages, de l’autre, pour envisager les modalités problématiques de la rencontre entre ces deux types de savoirs.

29Abraham Franssen, Luc Van Campenhoudt et Véronique Degraef abordent la restitution sous un angle particulièrement interactionnel. Ils présentent en effet la Méthode d’analyse en groupe (MAG), dont la particularité consiste à impliquer les acteurs concernés tout au long du dispositif de recherche, c’est-à-dire dès la formulation du problème à étudier. Le dispositif, à la fois très précis et très souple, repose sur l’analyse conjointe des participants et des chercheurs, dans le cours de leurs interactions. Et les rapports finaux, qui sont tout d’abord l’objet du feed-back des acteurs concernés, sont ensuite largement diffusés afin d’être discutés dans l’espace public. La MAG vise donc la réalisation d’un projet de formation réciproque des participants, des chercheurs et de toute personne concernée. Elle a pour horizon cette « autre science » que Florence Piron appelle de ses vœux et qui tente l’articulation des dimensions scientifiques et politiques de la recherche.

30La question de l’utilité sociale des recherches ainsi que la difficulté du travail de composition entre types de participation et d’enjeux sont également centraux dans la contribution de Maryvonne Charmillot, Doris Bonnet et Véronique Duchesne. Ces auteures mettent l’accent sur la tension entre deux postures à partir desquelles se pense et s’organise la restitution. La première, associée au canevas de recherche d’une institution de financement, exige le développement de « stratégies de valorisation des résultats » ainsi qu’un « mode de protection et d’exploitation des résultats ». La seconde, relative à une démarche de recherche socio-anthropologique relevant de la compréhension, se cible en revanche sur les situations d’incertitude physique, relationnelle, sociale, vécues par des femmes, des hommes, des couples, qui se trouvent confrontés à des problèmes d’infécondité, dans des contextes africains et migratoires. Envisageant les processus de restitution comme des « produits transactionnels » (Schurmans, 2001) orientés vers le « souci d’autrui », les auteures plaident en faveur d’une justice sanitaire, en relayant la demande récurrente qui s’exprime dans leurs entretiens de recherche : celle de porter en public les situations vécues et de se faire ainsi le porte-parole des personnes concernées.

31Caroline Dayer, dans sa contribution, participe à la problématisation de la restitution en interrogeant les modalités de construction des savoirs. Proposant la notion de savoirs mutants, elle met en exergue les répercussions d’une telle notion sur la façon de penser la restitution et les enjeux qui en découlent. S’ensuit la présentation d’une diversité de pratiques restitutives, envisagées comme des actions de décloisonnement.

32Le questionnement épistémologique et pratique que renouvelle notre centration sur la restitution engage donc une acception large de l’épistémologie et de la pratique, non seulement en ce qu’elles se pensent en articulation, mais également en ce qu’elles incluent explicitement les aspects éthiques et politiques qui y sont le plus souvent présents implicitement, de manière non réfléchie.

Haut de page

Bibliographie

Bergier B. (2001), Repères pour une restitution des résultats de la recherche en sciences sociales : intérêts et limites, Paris, Éditions L’Harmattan.

Bellegarde P. (2003), « Institutionnalisation, implication, restitution. Théorisation d’une pratique associative  », L’Homme et la Société, vol. 1, n° 147, pp. 95-114. DOI : 10.3917/lhs.147.0095

Dayer C., Schurmans M.-N. & M. Charmillot (2014), La Restitution des savoirs : un impensé des sciences sociales ?, Paris, Éditions L’Harmattan.

Fassin D. (2008), « L’éthique au-delà de la règle. Réflexions autour d’une enquête ethnographique sur les pratiques de soins en Afrique du Sud », Sociétés contemporaines, vol. 3, n° 71, pp. 117-135.

Flamant N. (2005), « Observer, analyser, restituer. Conditions et contradictions de l’enquête ethnologique en entreprise », Terrain, vol. 44, pp. 137-152.

Moufflet V. (2010), « Les différentes réceptions d’un article ou l’inaudibilité d’une analyse anthropologique », Altérités, vol. 7, n° 2, pp. 136-153.

Olivier de Sardan J.-P. (2010), « Anthropologie médicale et socio-anthropologie des actions publiques », Anthropologie et santé. URL : http://anthropologiesante.revues.org/86

Petit A. (1989), « La diffusion des savoirs comme devoir positiviste », Romantisme, n° 65, Sciences pour tous, pp. 7-26.

Rey A. (2004), Dictionnaire historique de la langue française, Tome 3, Paris, Éditions Dictionnaires Le Robert.

Rossi I., Kaech F., Foley R.-A. & Y. Papadaniel (2009), « L’éthique à l’épreuve d’une anthropologie en milieu palliatif : de l’insertion à la restitution », ethnographiques.org, n° 17. URL : http://www.ethnographiques.org/2008/Rossi,et-al

Schurmans M.-N. (1994), « Négociations silencieuses à Evolène : Transaction sociale et identité sociale », dans Blanc M., Mormont M., Rémy J. & T. Storrie (dir.), Vie quotidienne et démocratie. Pour une sociologie de la transaction sociale (suite), Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 129-154.

Schurmans M.-N. (2001), « La construction de la connaissance comme action », dans Baudouin J.-M. & J. Friedrich (dir.), Théories de l’action et éducation, Bruxelles, Éditions De Boeck, pp. 157-177.

Uhalde M. (1999), « Les mystères de la restitution », Sociologies Pratiques, n° 1, pp. 1-7.

Vidal L. (2011), « Rendre compte. La restitution comme lieu de refondation des sciences sociales en contexte de développement », Cahiers d’études africaines, vol. 2, n° 202-203, pp. 591-607.

Vidal L. (2010), « Ni politique de l’autruche, ni stratégie du hérisson : pour l’étude de la fabrique de l’anthropologie de la santé », Anthropologie et santé, n° 1. URL : http://anthropologiesante.revues.org/84

Zonabend F. (1994), « De l'objet et de sa restitution en anthropologie », Gradhiva, no 16, pp. 3-14.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Noëlle Schurmans, Maryvonne Charmillot et Caroline Dayer, « Introduction du Dossier « La restitution des savoirs » », SociologieS [En ligne], Dossiers, La restitution des savoirs, mis en ligne le 24 juin 2014, consulté le 21 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/4713

Haut de page

Auteurs

Marie-Noëlle Schurmans

Université de Genève, Suisse - Marie-Noelle.Schurmans@unige.ch

Articles du même auteur

Maryvonne Charmillot

Université de Genève, Suisse - Maryvonne.Charmillot@unige.ch

Articles du même auteur

Caroline Dayer

Université de Genève, Suisse - Caroline.Dayer@unige.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page