Navigation – Plan du site
Les échelles territoriales de l’intervention sociale

Les territoires mouvants de la prévention spécialisée

Entre espaces vécus des jeunes et coercitions administratives, la délicate construction d’un ordre territorial négocié
The shifting territories of specialized prevention. Between young people’s experienced spaces and administrative coercion, the delicate construction of a negotiated territorial order
Alain Penven

Résumés

L’objet de cet article est de proposer une lecture des formes de négociation de la place des équipes de la prévention spécialisée dans le cadre de la recomposition de l’action sociale territorialisée. Prenant appui sur une démarche collective de définition de diagnostic de positionnement, nous mettons en discussion l’idée de la construction laborieuse d’un ordre territorial négocié. Placés dans une tension constante entre la prise en compte de l’espace vécu des jeunes et les nouvelles règles de la gestion territorialisée des problèmes sociaux, les équipes de prévention développent des stratégies de positionnement et de reconnaissance qui passent par la consolidation d’une expertise en matière de prévention des risques qui frappent différentes jeunesses.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Nous proposons, dans cet article, une lecture du positionnement spatial et territorial des équipes de la prévention spécialisée en France. Nous distinguerons dans notre analyse l’approche « spatiale » qui désigne une pratique et une expérience vécue de la ville, de l’approche « territoriale » référée à la question du pouvoir et de sa délimitation géographique. Dans cette perspective, nous considérons le territoire comme un espace approprié où s’exerce un pouvoir. Le territoire est ainsi défini comme espace organisé et régulé par une collectivité publique au nom de l’exercice de compétences légitimes (le département chef de file en matière d’action sociale). Mais le territoire apparaît aussi comme le lieu de l’action, de l’appropriation de ressources (capital social, compétences, expériences, histoire partagée). Si la collectivité publique pose le cadre spatial et l’organise, les acteurs ne sont pas des agents aux conduites déterminées uniquement par la règle. Ils possèdent les capacités de mobilisation, d’expérimentation et de création de nouvelles manières de penser et de produire l’action. Dans cette perspective, le territoire administratif s’impose aux acteurs, il traduit spatialement un univers de compétences. Mais il constitue aussi un espace de ressources mobilisables par les acteurs et leurs réseaux. Cette créativité de l’agir (Joas, 1999) permet de penser le territoire comme un espace travaillé par la mobilisation des acteurs, leurs expérimentations et les négociations qu’ils mettent en œuvre pour rendre possible la coordination de l’intervention sur le territoire.

  • 1 Diagnostic de territoire appliqué à la prévention spécialisée réalisée par le Collège coopératif à (...)
  • 2 Expérimentation nationale des projets sociaux de territoire, 2003, DIV/ANRU

2Instruit par les enseignements d’une intervention sociologique appuyant la réalisation d’un diagnostic de positionnement des équipes de prévention spécialisée de l’agglomération de Rennes 1, nous considérons que les territoires construits par les professionnels de la prévention sont « mouvants ». Ils offrent une consistante incertaine car ils se trouvent placés en tension entre la labilité des conduites juvéniles et les injonctions administratives budgétaires et réglementaires visant une rationalisation de l’action éducative. Afin de surmonter cette tension qui est source de controverses entre les acteurs, une démarche de production de connaissances a été entreprise afin de bâtir des argumentaires susceptibles de convaincre les financeurs de soutenir et de pérenniser cette forme d’action éducative, par définition délicate à rendre lisible. Le rapport au territoire constitue une épreuve (Ion, 1991) pour les professionnels qui gardent néanmoins leur capacité d’interpellation et de négociation. Michel Autès, lors d’un séminaire de la Délégation interministérielle pour les villes –DIV – consacré aux projets sociaux de territoire, avait proposé une distinction éclairante entre politiques territorialisées et politiques territoriales : « Une politique territorialisée décline sur le territoire des politiques nationales et institutionnelles. Elle demeure de l’ordre de l’implémentation d’une politique centrale [...] Une politique territoriale est une politique « produite » par le territoire » 2. Prenant en compte cette distinction, nous ajoutons que les acteurs sont en capacité de construire et de négocier (Strauss, 1999) un ordre territorial articulant leurs initiatives locales avec les différentes échelles territoriales de définition des politiques sociales (Métropole, Département, État, Europe). Cette négociation, qui revêt plusieurs formes, se fonde sur une capacité de diagnostic et d’argumentation. Dans cette perspective, nous assistons à une reformulation incertaine du positionnement et des compétences de la prévention spécialisée sur les territoires par un constant travail d’évaluation, d’argumentation et de négociation.

  • 3 Nos observations reposent sur une intervention auprès des équipes de la prévention spécialisée de l (...)

3Dans un premier temps, nous rappellerons brièvement les cadres de la prévention spécialisée. Ensuite, nous proposerons l’ébauche d’une typologie des espaces vécus et appropriés par les acteurs de la prévention spécialisée, qu’ils soient cibles ou intervenants professionnels. Ce travail d’identification des formes garde un caractère exploratoire, il est limité et situé 3. Enfin, nous mettrons en discussion l’hypothèse de la construction d’un ordre territorial négocié (Ibid.) en déduisant de cette approche que la prévention spécialisée est confrontée à des coercitions administratives territorialisées qui la placent dans une posture instable, flexible, aléatoire. Aussi, pour réduire les incertitudes de positionnement dans l’espace urbain, les éducateurs de prévention et leur encadrement développent des stratégies de reconnaissance qui passent par une révision du référentiel professionnel initial. Ce nouveau discours, fondé sur l’expertise territoriale, l’adaptabilité des pratiques et la légitimité de l’acteur capable de tisser le « dernier lien », opère progressivement une rupture avec l’attitude corporatiste de la défense du métier et de ses spécificités.

Les cadres de la prévention spécialisée

  • 4 Initiés par la circulaire interministérielle du 28 octobre 1997, complétée par la circulaire interm (...)

4Les équipes de la prévention spécialisée interviennent auprès de jeunes en difficultés dans le cadre de la protection de l’enfance du département. Contrairement aux interventions éducatives de l’Aide sociale à l’enfance –ASE – l’intervention de prévention spécialisée s’exerce sans mandat spécifique puisqu’il s’agit « d’aller vers » les jeunes en situation de risque d’exclusion et de susciter leur adhésion volontaire pour engager une démarche éducative ponctuelle ou plus durable. L’intervention de prévention spécialisée, déployée à partir d’un territoire circonscrit par la collectivité publique, se traduit principalement par des formes de déambulation dans l’espace public. Il s’agit de conduire un travail d’observation et de veille, de tisser des relations avec les jeunes, de leur proposer des activités de prévention en dehors du temps scolaire ou lors d’évènements festifs notamment. À partir de ce travail de terrain sur lequel repose la construction d’un rapport de reconnaissance et de confiance entre l’éducateur et le jeune, un accueil personnalisé dans un local, lieu d’accueil et de ressources, est proposé afin d’établir les relais nécessaires auprès d’autre services et dispositifs missionnés pour résoudre des problèmes de logement, de formation, de santé… Ainsi les équipes de prévention spécialisée doivent se positionner dans un réseau social et médico-social territorialisé afin de définir leurs places et leurs prérogatives. Ce travail en réseau rend possible la mobilisation de compétences complémentaires et la définition concertée de parcours d’accompagnement et de suivi. Cette territorialisation de l’intervention éducative définie et validée par le département se complète par une contribution des équipes de prévention aux dispositifs de la politique de la ville structurée en référence aux principes d’une géographie prioritaire. La politique de la ville s’intéresse à la cohésion sociale des « zones urbaines sensibles » à partir des catégories du diagnostic social, du développement social local et de la mobilisation des ressources « habitantes » et partenariales. Les éducateurs de prévention subissent aussi les pressions directes des élus locaux confrontés aux violences urbaines et qui interrogent fréquemment l’efficience de la prévention spécialisée. Les services de prévention sont associés aux initiatives locales de prévention de la délinquance qui s’inscrivent dans des logiques partenariales et territoriales animées par les pouvoirs publics. Le Comité local pour la sûreté et la prévention de la délinquance 4 – CLSPD – représente le volet sécurité prévention du contrat urbain de cohésion sociale – CUCS – et repose sur une lecture partagée des problèmes d’insécurité et de délinquance et de leur traitement par l’action concertée des différents acteurs.

5L’intervention éducative et sociale devient partenariale et territoriale. Cette logique de régulation territoriale des mobilisations professionnelles impose une redéfinition de l’action professionnelle qui doit être positionnée non seulement au regard du référentiel d’intervention formaté par l’appareil de certification, mais qui doit également être située dans un territoire défini à partir de caractéristiques singulières déterminées par une démarche de diagnostic et en complémentarité des interventions multiples et diversifiées des différents corps professionnels. Dans ce contexte partenarial qui mobilise élus locaux, police, justice, gendarmerie et acteurs associatifs concernés, les Sauvegardes doivent à la fois coopérer et se distinguer. Dans une période favorable aux dérives sécuritaires, les associations mènent un combat pour la reconnaissance de leurs actions en mettant en avant la nécessité de préserver les actions éducatives de prévention remises en cause implicitement ou plus directement par le recours à des technologies de surveillance (vidéosurveillance) et au renforcement des effectifs des forces de l’ordre et de leur présence visible dans l’espace public.

6Initialement reconnues comme un acteur central et précurseur de la prévention des conduites déviantes des jeunes, les équipes de prévention apparaissent au mieux aujourd’hui comme les partenaires d’un dispositif complexe d’intervention dans l’espace public associant prévention, aménagement urbain et répression ; au pire, comme un acteur périphérique aux pratiques folkloriques et obsolètes.

7Ajoutons à cette description sommaire des principes et des cadres territoriaux de la prévention spécialisée les injonctions de la rénovation de l’action sociale et médico-sociale qui bousculent des cultures professionnelles plus habituées à la préservation d’un espace autonome de définition et de régulation interne qu’à l’inscription dans une logique de justification externe de l’action. La montée en puissance des coercitions administratives et managériales (Chauvière, 2007) l’imposition des techniques évaluatives, l’exigence d’une communication transparente sur l’action éducative à l’adresse des dirigeants et des élus, conduisent à une reformulation du positionnement des équipes de prévention et à une transformation contrainte du référentiel d’intervention. Le plus souvent gérées par des associations de Sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence conventionnées avec les villes et les départements, les équipes de prévention sont soumises à une double injonction de reconnaissance et de légitimation, celle de l’usager et celle de la tutelle administrative. Paradoxalement, la reconnaissance par l’usager du travail des éducateurs s’exprime souvent en référence à leur capacité à se positionner à distance des institutions de contrôle social. Pour les tutelles, la référence à la qualité du service rendu à l’usager justifie les injonctions à la productivité et à la performance du service.

Les territoires et les réseaux de la prévention spécialisée

  • 5 Ordonnance du 23 décembre 1958 relative à la protection de l’enfance ; création du Comité national (...)

8Historiquement 5 les équipes de prévention sont nées sous l’impulsion des Associations de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence dans le contexte de l’après-guerre. Il s’agissait d’apporter des réponses éducatives préventives et en milieu ouvert, complémentaires des prises en charges dans des institutions éducatives. La justification première du travail de rue est la présence dans les villes de bandes d’adolescents aux conduites turbulentes, voire délinquantes. Dans le cadre d’un dialogue avec les pouvoirs publics, les réseaux associatifs vont développer cette forme d’intervention en parvenant progressivement à la faire reconnaître dans le cadre des politiques de protection de l’enfance.

9La première équipe de prévention spécialisée de l’agglomération rennaise est née dans les années 1960 dans le quartier ouvrier de Cleunay. À l’époque, il s’agissait d’expérimenter une démarche de soutien éducatif en direction des jeunes et de leurs familles en complément de l’action de l’assistante sociale de secteur et des initiatives socioculturelles de la Maison des jeunes et de la culture. Ces trois figures professionnelles pionnières vont être rejointes progressivement au gré des aménagements et de l’évolution des politiques publiques par une multitude d’intervenants œuvrant pour l’insertion sociale et professionnelle des jeunes, l’aménagement et le développement social urbain, la réussite éducative, le développement culturel, l’accompagnement social de proximité… L’équipe de prévention sera d’ailleurs redéployée en centre-ville à la suite d’une opération Habitat et vie sociale – HVS – de rénovation urbaine au cours des années 1990 pour répondre aux inquiétudes suscitées par l’émergence de nouvelles formes de marginalité dans les espaces prisés du centre-ville. Aujourd’hui, cinq des six équipes de prévention sont implantées dans les quartiers de grands ensembles de logements sociaux relevant de la politique de la ville, l’équipe du centre-ville étant principalement mobilisée par l’action auprès de jeunes en errance. Ces équipes sont également amenées à diversifier leurs publics afin de prendre en compte les situations de risque générées par les conduites festives et les évènements culturels. Lycéens et étudiants sont concernés par cette prévention situationnelle. Excepté pour l’équipe du centre-ville qui travaille avec une population mobile et non-résidente sur leur territoire d’intervention, les éducateurs construisent leurs interventions en proximité avec les jeunes et leurs familles résidant dans le parc social de ces quartiers et définissent une stratégie de veille et d’action à partir de l’analyse continue des phénomènes observés. Ils identifient et construisent leur public cible à partir des notions de risques éducatifs (ruptures familiales, scolaires, isolement, souffrance) et de déficits (manque de soutiens parentaux, d’activités adaptées, de ressources). À partir de ce repérage et de cette construction des supports légitimes de l’action, ils vont conduire, souvent en binôme, des déambulations dans l’espace public, les halls d’immeubles, les équipements culturels de quartier, les sorties d’écoles… afin de rencontrer les jeunes, leurs parents, les professionnels du quartier. Il s’agit de construire une relation de confiance et de faire une « offre publique éducative » qui sera diversement appréciée par les intéressés. Dans certains cas, les jeunes réagissent par un rejet et par la provocation ; d’autres saisissent les opportunités de participer à quelques activités culturelles et sportives négociées à moindre coût (un séjour à la montagne par exemple), d’autres enfin peuvent nouer une relation positive avec l’adulte et se confier afin d’obtenir soutien et conseil. Cette relation de confiance se construit dans le temps mais elle peut être troublée par des situations de crise, de conflit qui amènent les éducateurs de la prévention à durcir leurs positions afin de rappeler des règles et d’affirmer des solidarités (avec les parents, les professionnels des équipements de quartier). L’intervention éducative en direction des jeunes en errance est d’une autre nature. Elle s’inscrit dans l’urgence et la fragilité des affiliations. Dans ce contexte particulier, l’éducateur de prévention peut difficilement inscrire son action dans la durée, il pare au plus pressé en tentant de maintenir le lien.

L’espace vécu des jeunes : seuils, transitions et marginalités

10À partir de cette définition sommaire du public construit par la prévention spécialisée, nous pouvons déduire que l’espace vécu des jeunes est façonné de manière différenciée en fonction de plusieurs facteurs qui déterminent un positionnement dans l’espace social. Pour les jeunes des cités, le rapport au quartier est en premier lieu situé en référence au domicile familial et à ses « dépendances » (le hall, le square, la rue). Ensuite, selon le degré d’intégration dans les institutions et les équipements de quartier, le rapport au quartier est socialisé par le statut scolaire, l’appartenance à un club sportif, la pratique d’une activité culturelle… Enfin, l’accès à la mobilité, notamment les facilités apportées par les transports collectifs en site propre (métro) vont ouvrir des opportunités de découverte de nouveaux espaces et vont permettre la multiplication des expériences et des rencontres.

11Les jeunes qualifiés à partir des catégories de risque et de manque par la prévention spécialisée occupent fréquemment les seuils : halls d’immeubles, entrée des écoles, hall d’accueil des équipements de quartier. En faisant référence à l’œuvre de Robert Murphy inspirée de son expérience personnelle du handicap et de ses travaux sur les rites de passage (Murphy, 1990), nous pouvons considérer que ces espaces occupés par les jeunes les positionnent dans une situation de liminalité. Ni dehors, ni à l’intérieur, ils sont dans un entre-deux qui potentiellement peut osciller vers l’intégration ou se traduire par une exclusion. Ces espaces de seuil sont fréquemment des lieux de conflits qui mettent à l’épreuve les adultes en charge de ces équipements. La mise en place de sas, du contrôle des entrées par badge ou de personnel de surveillance (en œuvre dans les lycées des grandes agglomérations par exemple) répond à cette difficulté de maîtriser cet espace de passage d’un statut à un autre.

12Pour les jeunes en errance, la situation est tout autre puisque le rapport à l’espace est potentiellement indéterminé, il se négocie au jour le jour et au gré des mobilités choisies ou subies. Rechercher un abri après l’expulsion d’un squat, retrouver un bon emplacement pour la manche et gérer la concurrence avec d’autres quémandeurs, trouver de la nourriture, du soin et du réconfort auprès des services sociaux et des associations caritatives constituent un véritable travail qui réclame des forces de mobilisation qui manquent souvent en raison de la fatigue générée par la précarité des conditions d’existence et les effets des addictions. Cette situation de vulnérabilité explique probablement en partie le non-recours. La vie dans la rue est violente et les jeunes (et moins jeunes) doivent gérer leurs querelles internes et trouver des formes de résistance et de cohésion pour faire face à l’hostilité des riverains, des commerçants, des autres usagers de l’espace public. L’occupation de l’espace public toléré ou réprimé en fonction des pressions de la population va parfois prendre l’aspect de véritables territoires rebelles (Penven, 2010). Porche d’une église, recoin d’un bâtiment public, parking souterrain vont constituer des lieux de fixation temporaire ou plus durable qui vont échapper quelque temps au contrôle des gestionnaires légitimes de ces espaces. La présence de personnes sans domicile fixe (SDF) dans l’espace public est l’objet d’une lutte spatiale qui oscille entre les velléités de déplacement, la tolérance négociée ou encore la résignation et la fuite.

Espaces, enjeux et formes de négociation

13À partir de cette lecture des stratégies éducatives et de l’espace vécu des jeunes, nous pouvons identifier trois relations structurantes qui associent différents acteurs dans la définition négociée de l’intervention. En premier lieu, nous identifions la relation centrale qui se construit entre le jeune et l’éducateur de prévention. Cette relation n’est pas l’application déterminée d’un programme institutionnel, elle se construit à partir d’orientations initiales qui fondent et qui justifient l’action et par un lent et long travail relationnel que l’on peut qualifier de négociation éducative. Dans un contexte donné (la protection de l’enfance, la prévention, le quartier) et dans une situation particulière (la rencontre, l’événement) l’adulte va chercher à travailler en confiance avec le jeune et proposer des perspectives éducatives. C’est un cheminement potentiel qui est alors exploré et expérimenté. Ce cheminement éducatif peut être ponctuel, itératif, ou continu. Ces effets sont incertains, aléatoires et son évaluation délicate.

14La relation entre les éducateurs de la prévention et les autres intervenants obéit à des stratégies de négociation professionnelle. Il s’agit tout d’abord de faire reconnaître les spécificités de la mission et sa légitimité. L’enjeu est d’occuper une place dans l’espace institutionnel, de défendre son territoire professionnel et de le pérenniser, voire de l’augmenter en fonction des opportunités par la mobilisation de compétences auprès des pouvoirs locaux (réaliser un diagnostic jeunesse sur un quartier par exemple). Ensuite, à la faveur des logiques partenariales et territoriales initiées par les politiques publiques, il faut identifier les complémentarités des interventions et mettre au point des protocoles de transmission et de suivi. C’est à partir de réalisations pratiques que le partenariat interprofessionnel se construit au plus près des situations travaillées. Cette expérience partagée est la source d’une confiance et de relations amicales qui vont permettre de fluidifier les relations institutionnelles et de surmonter les contraintes des dispositifs respectifs. Ainsi, pour répondre de manière adaptée à des situations sociales préoccupantes (l’accompagnement de jeunes mamans toxicomanes par exemple) aucun acteur ne peut résoudre seul les problèmes posés, il est contraint d’inscrire son action dans un système d’intervention territorialisé.

  • 6 Contrat pluri-annuel d’objectifs et de moyens.

15Prenant appui sur les acquis de ces deux niveaux de négociation de l’action située, les acteurs associatifs vont négocier avec la tutelle administrative les conditions de mise en œuvre des actions par l’octroi de moyens financiers fléchés à partir d’une lecture des problèmes sociaux analysés sur les territoires prioritaires. Soumis à des contraintes budgétaires sévères et aux injonctions de la rénovation sociale et médico-sociale qui impose l’utilisation d’outils de pilotage et de gestion (Lascoumes & Le Galès, 2005), les agents et les élus vont avoir tendance à rechercher, auprès des acteurs associatifs délégataires d’une mission de service public, des réponses ajustées à l’évolution des situations et une gestion efficiente des ressources. Les principes de la maîtrise des dépenses publiques, la culture du résultat, l’évaluation de la qualité du service rendu vont orienter les logiques des pouvoirs publics dans la négociation de contrats avec les acteurs associatifs (dans le cadre de la politique territorialisée et des CPOM 6). De leur côté les dirigeants associatifs, cadres de direction et administrateurs bénévoles, vont déployer des stratégies de reconnaissance à partir de la valorisation des actions spatiales conduites et le développement de l’expertise des équipes. La négociation, par ajustements réciproques, se traduit par des accords formalisés dans un contrat et qui précisent les objectifs à atteindre et les ressources allouées dans la durée (cinq années pour un CPOM). Cette contractualisation assure aussi la désignation des territoires et publics prioritaires.

Tableau 1. Espaces, enjeux et formes de négociation

Relations

Espaces

Enjeux

Formes de négociation

Jeunes/éducateurs

Espace public
Seuils
Équipements

Identification
Confiance
Reconnaissance
Relation éducative

Éducative

Éducateurs/autres intervenants

Espace social commun
Mairie de quartier
Zone urbaine sensible (ZUS)

Interconnaissance
Complémentarité
Actions conjointes
Continuité des prises en charges, relais et suivi coordonné

Professionnelle

Service de prévention spécialisée (SEA) / département

Espaces associatifs ; administrations et pouvoirs publics ville et département, Contrat local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD)

Contrat pluriannuel d’objectifs et de moyens (CPOM)
Régulation territoriale
Pilotage par les instruments (Ibid.) (évaluation de la performance)

Institutionnelle et tutélaire

Source : Penven, 2013

16Ce tableau met en évidence la différence d’espaces auxquels se réfèrent les acteurs : espace public pour les jeunes et certains éducateurs, espace social commun pour d’autres éducateurs et intervenants, espaces associatifs et territoires définis par les pouvoirs publics pour le Service de prévention spécialisée (SEA) et le département. Il en résulte que les enjeux identifiés diffèrent et les formes de relation avec les jeunes également.

17Cette lecture des relations entre les pouvoirs publics et les acteurs associatifs qui œuvrent dans le domaine de l’éducation spécialisée permet également de montrer de manière saisissante la recomposition des rapports de domination du champ de l’action sociale et médico-sociale (Tableau 2 ci-après). Nos observations nous amènent à penser la perte d’influence des institutions sociales et des professions au profit d’une reprise en main de l’action par les gestionnaires qui mobilisent les instruments du pilotage de la rénovation sociale et médico-sociale.

Tableau 2- Recomposition des rapports de domination dans le champ social et médico-social

Acteur central

Institution

Profession

Administration

Fondation
œuvre

Développement
Compétence et qualification

Gestion de la performance
Maîtrise des déficits publics
Territorialisation

Acteur secondaire

Profession

Institution

Profession

Militantisme
Bénévolat
Vocation
Clercs

Gestionnaire
Administrateurs bénévoles

Renforcement des logiques managériales

Acteur périphérique

Administration

Administration

Institution

Inspection
Contrôle
Financement

Inspection
Contrôle
Financement

Bénévolat

Type de pouvoir dominant

Pouvoir charismatique

Pouvoir de l’expertise professionnelle

Pouvoir rationnel légal

Époques

xixème/xxème siècles
Le temps des fondateurs 

xxème siècle
Structuration des corps professionnels
Qualification
Conventions collectives

xxième siècle
Pilotage par les instruments, outils (agences évaluation, performance)

L’usager

Objet du traitement institutionnel

Partenaire d’une relation éducative

Citoyen
Ayant droit
Bénéficiaire

Source : Penven, 2013.

18Comme ce tableau l’indique, alors qu’aux xixème et xxème siècles l’acteur central de la prévention spécialisée était l’institution et au xxème siècle la profession, au xxième siècle c’est aujourd’hui l’administration et plus précisément, dans le contexte créé par les différentes phases de décentralisation, l’administration territorialisée qui occupe cette place dominante.

19Dans ce contexte de recomposition des rapports de force entre les acteurs impulsée par les lois de rénovation de l’action sociale et médico-sociale se dessinent et s’affirment deux nouvelles figures professionnelles : le cadre manageur stratège et gestionnaire, le praticien réflexif et flexible. Ainsi, les formes contemporaines de la prévention spécialisée se structurent dans la définition d’un ordre négocié instable rendu possible par mobilisation de compétences managériales stratégiques qui se cristallisent dans la négociation avec les tutelles, d’une part et d’autre part la reformulation du référentiel d’intervention intégrant des capacités d’étude, de conception et d’évaluation qui constituent des sources de légitimité – qui s’ajoute à la capacité centrale à tisser des liens avec les jeunes, de les maintenir et de les déployer dans une perspective de parcours éducatif.

Conclusion

20Pour conclure cette lecture exploratoire du positionnement des équipes de la prévention spécialisée et de la négociation de leur place dans la mise en œuvre de dispositifs territorialisés d’intervention éducative et sociale, reprenons de manière synthétique les principaux arguments développés. Tout d’abord, il convient de rappeler le caractère limité et situé de nos observations empiriques et les conditions particulières de la production de ces données dans le cadre d’une commande. Nos analyses premières sont donc à conforter par la conduite de travaux plus ambitieux et développés à d’autres échelles. Nous avons distingué l’espace vécu et les territoires de l’action publique pour mettre en lumière la mobilisation collective des acteurs dans la construction d’un ordre négocié à l’échelle des territoires. Cette lecture par la négociation permet de souligner l’intégration de logiques évaluatives dans la définition de l’action. D’autre part, si nous avons insisté sur les coercitions administratives qui s’imposent aux acteurs, elles ne réduisent aucunement leur capacité d’expérimentation et de création de nouvelles manières de penser et d’agir, ce qui contribue à expliquer le caractère mouvant des territoires. C’est en développant leurs compétences, individuelles et collectives, que les acteurs en général et les équipes de prévention en particulier, toujours et sans cesse, construisent leur territoire professionnel.

Haut de page

Bibliographie

Autès M. (1999, Les Paradoxes du travail social, Paris, Éditions Dunod.

Chauvière Michel (2007), Trop de gestion tue le social, Paris, Éditions La Découverte.

Ion J. (1991), Le Travail social à l’épreuve du territoire, Toulouse, Éditions Privat.

Joas H. (1999), La Créativité de l’agir, Paris, Éditions du Cerf.

Lascoumes P. & P. Le Galès (2005), Gouverner par les instruments, Paris, Presses de Sciences Po.

Murphy R. (1990), Vivre à corps perdu, Paris, Éditions Plon.

Penven A. (2010), Ville et coopération sociale, Paris, Éditions L’Harmattan.

Penven (2013), L’Ingénierie sociale, Toulouse, Éditions Érès.

Strauss A. (1999), La Trame de la négociation, Paris, Éditions L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1 Diagnostic de territoire appliqué à la prévention spécialisée réalisée par le Collège coopératif à la demande de la Sauvegarde de l’enfance de département d’Ille-et-Vilaine aux cours des années 2010, et 2011.

2 Expérimentation nationale des projets sociaux de territoire, 2003, DIV/ANRU

3 Nos observations reposent sur une intervention auprès des équipes de la prévention spécialisée de la ville de Rennes (SEA 35 et Collège coopératif) pour l’accompagnement des diagnostics de territoire en prévention spécialisée.

4 Initiés par la circulaire interministérielle du 28 octobre 1997, complétée par la circulaire interministérielle du 7 juin 1999.

5 Ordonnance du 23 décembre 1958 relative à la protection de l’enfance ; création du Comité national de liaison des associations de prévention spécialisée (CNLAPS) par un arrêté du 13 mai 1963 ; 
arrêté du 4 juillet 1972 et ses circulaires d'application qui marquent la reconnaissance officielle de ce mode d'intervention, de ses principes et de ses méthodes, sous le vocable de « Prévention spécialisée » (Source CNLAPS).

6 Contrat pluri-annuel d’objectifs et de moyens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Penven, « Les territoires mouvants de la prévention spécialisée », SociologieS [En ligne], Dossiers, Les échelles territoriales de l’intervention sociale, mis en ligne le 10 novembre 2014, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/4833

Haut de page

Auteur

Alain Penven

Professeur des Universités, Département de Sociologie -LABERS (EA 3149), université de Brest (France) - alain.penven@univ-brest.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page