Navigation – Plan du site
Les échelles territoriales de l’intervention sociale

Ethnographie d’un projet de développement social local

L’articulation entre lien social et participation locale
Ethnography of local social development project
Jacqueline de Bony et Patrick Nivolle

Résumés

Cette recherche analyse les réalités de la participation locale à l’aide d’une étude de cas. Elle cible l’articulation entre lien social et démocratie locale. Elle décrit la mise en place et le fonctionnement dans la durée d’un projet de réhabilitation d’un local social dans une tour d’habitation en zone urbaine sensible. Elle analyse les facteurs du projet qui favorisent le lien social et son évolution vers la participation locale ainsi que ceux qui les limitent. Elle discute les difficultés rencontrées dans la réalisation de l’objectif participatif.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La participation citoyenne est fortement encouragée dans la sphère politique et l’on rencontre une foison de démarches participatives au niveau local et national. Les dispositifs tels que les conseils de quartiers, les ateliers citoyens, les comités de concertation, les débats publics et les forums sur Internet ont pour but d’associer les citoyens à la préparation des décisions publiques. Ils visent également la limitation de l’absentéisme électoral en particulier au sein des couches sociales défavorisées. Quels sont les résultats concrets de cette volonté de promouvoir la démocratie participative ? Un rapport récent au Ministre délégué à la politique de la ville met le doigt sur le manque de « pouvoir d’agir » des citoyens en matière de participation locale (Bacqué & Mechmache, 2013).

2La notion de participation est également enracinée dans le secteur social. Les professionnels du social ont la mission de stimuler le vivre ensemble et de promouvoir la participation des habitants à la vie de leur quartier (Janvier & Matho, 2011). Par exemple, la notion de « projets portés par les d’habitants » traduit précisément l’objectif de tout centre social (Bresson, 2002). Le secteur de l’intervention sociale doit aussi s’adapter à une évolution vers l’individualisme (recentrage sur l’usager), la professionnalisation des métiers (mise à distance de l’usager), la rationalité gestionnaire (culture du résultat). Il doit aussi stimuler l’autonomie des usagers. La participation peut-elle encore s’inscrire dans un contexte aussi contraint ?

3Le discours sur la participation est à la fois très normatif et ambigu car il la considère comme une évidence : chacun veut, peut et doit participer. La réalité s’avère plus complexe. Les sondages sur la participation citoyenne (Hoibian, 2012) révèlent une contradiction. Les Français trouvent que la concertation des citoyens est une bonne chose mais ils doutent de son impact sur la prise de décision. Il en est de même dans le secteur social. Le dixième anniversaire des centres sociaux parisiens (novembre 2012) traitait la question : « Le centre social est-il une maison de service ou un foyer d’initiatives ? Comment les habitants peuvent-ils avoir plus de pouvoir dans le centre et dans le territoire ? ». La participation se réduit-elle à un souhait, une promesse, une injonction ? Comment influence-t-elle les décisions politiques ? Quels résultats produit-elle sur le plan social ?

4La question du lien social demeure un grand problème contemporain et la société est en quête d’institutions capables de maintenir et/ou de redéfinir les principes et les règles du vivre ensemble. Dans les quartiers sensibles, l’État mise sur les associations locales pour retisser du lien social (Mondolfo, 2009). La territorialisation des politiques publiques et de l’action sociale (Bouquet et al., 2007 ; Bureau & Sainsaulieu, 2011) a favorisé le développement de dispositifs participatifs surtout dans les zones sensibles. Le projet de développement social local qui fait l’objet de cette recherche s’inscrit dans cette veine. Après avoir observé la dégradation de la vie sociale dans l’un de ses immeubles en zone sensible d’une grande agglomération, le bailleur fait appel aux professionnels de l’intervention sociale du quartier pour élaborer un dispositif participatif permettant de retisser le lien social dans l’immeuble et ses environs.

5Ce texte décrit et analyse ce projet de participation locale en le suivant dans la durée depuis son ébauche en 2007. Après avoir donné des éléments de contexte, la première section décrit la mise en place du projet. Ensuite le texte restitue le dispositif participatif et son fonctionnement (section 2). La troisième section analyse les leviers et les freins du projet avec un recul de trois ans. La quatrième section discute la difficulté à passer du lien social à la participation.

6Soulignons d’ores et déjà la valeur ajoutée de ce travail. Il ne s’agit pas d’une recherche a posteriori reposant essentiellement sur les entretiens d’acteurs. Nous avons assisté à la mise en place du dispositif en temps réel puis analysé son fonctionnement dans la durée. Cette démarche permet d’analyser les résultats concrets en matière de participation et de relever les inéluctables écarts entre le discours des acteurs et les réalités au niveau de l’action.

Encadré. Méthode de recherche

Cette étude de cas s’intègre dans une recherche sur la participation des usagers dans les centres sociaux et associations. Elle mobilise une approche, la microanalyse et le travail de terrain (Peretz, 1998) dans la durée depuis la fin 2009. Le travail repose sur l’observation des activités conduites dans le local, des divers types de réunions (comités de pilotage, comité opérationnel, réunions d’associations d’habitants) ainsi que les événements sociaux du projet. Le travail est complété par l’analyse de tous les documents du projet (comptes rendus de réunions depuis l’origine du projet ; projet de développement social local, convention, rapports de stages, diagnostics de terrain). Une trentaine d’entretiens parfois récurrents a également été conduite avec les partenaires (porteur du projet, bailleur social, stagiaires, habitants relais) et les habitants. Le travail est complété par une recherche bibliographique sur la participation collective des usagers dans le secteur social.
La recherche mobilise une approche ethnographique (qualitative, descriptive et interprétative), la description épaisse de Clifford Geertz (1973). La démarche consiste à centrer l’analyse à la croisée des articulations entre l’individuel et le collectif (Elias, 1991) d’une part et entre le sens et l’action d’autre part. Ceci permet de ne pas s’en tenir aux discours et de les ramener à leur juste valeur en tenant compte de l’écart entre le dit et le fait (Brunsson, 2002). Ceci permet aussi de cibler les articulations entre l’individuel et le collectif et entre le sens et l’action (de Bony, 2007). La recherche tire également profit de travaux antécédents des auteurs sur les adultes relais (Nivolle, 2009), la territorialisation de l’action sociale (Bouquet et al., 2007), la place des jeunes dans la cité et les dispositifs d’insertion.

Le contexte du projet et sa mise en place

  • 1 L’immeuble n’est pas de type HLM (Habitat à loyer modéré) mais ILN (Immeuble à loyer normalisé).

7Filiale d’une grande entreprise publique, le bailleur social possède un immeuble 1 de 25 étages et 250 logements (environ 800 habitants) construit en 1970 pour les cadres de l’entreprise. Trente ans plus tard, cet immeuble se retrouve dans un quartier sensible, enclavé par plusieurs axes de circulation et très isolé des structures sociales avoisinantes. Le profil des habitants a changé avec un départ massif des cadres et l’arrivée d’habitants d’une grande diversité sociale et culturelle, ayant des revenus modestes et des emplois précaires. Ce double mouvement a provoqué un relâchement du lien social entre les habitants. Depuis 2000, la tour a éprouvé une série de problèmes de dégradation et de délinquance avant de subir les désagréments des travaux de réhabilitation.

8La tour dispose d’un grand local social (170m2) qui hébergeait il y a trente ans une activité associative intense (amicales de locataires, de loisirs, etc.). Ce local a été progressivement déserté puis désaffecté suite aux nuisances et incivilités subies par la tour. Le bailleur saisit l’occasion de la réhabilitation de l’immeuble pour le rénover et le mettre à la disposition des habitants de la tour et du quartier. Au-delà du besoin de paix sociale, le bailleur ambitionne une démarche de développement social local tout en étant conscient de la difficulté de celle-ci.

9Le bailleur contacte d’abord les associations ayant pignon sur rue dans le quartier, un centre social et un organisme de prévention. En 2007, une première convention est signée entre les trois dans le cadre d’animations en pied d’immeuble avec la ludothèque itinérante du centre social et les éducateurs de rue. Ils entament une réflexion sur la réhabilitation du local dans l’objectif d’en faire un lieu de vie, de rencontre et de participation pour les habitants. La volonté de ces partenaires est d’aller au-devant des habitants et de les aider à se structurer pour qu’ils investissent les lieux et soient une force de proposition.

« Dès le début, notre idée était d’impliquer les habitants mais on savait par expérience que c’est très difficile ex nihilo de monter un groupe d’habitants comme cela. Donc ce qu’on voulait proposer, c’est des activités encadrées par des associations professionnelles pour amorcer la pompe et permettre après aux habitants de se saisir du local pour proposer des choses qui leur tenaient à cœur » (Propriétaire bailleur).

10Les partenaires se mettent en rapport avec la CAF (Caisse d’allocations familiales), l’équipe de développement local, une association sportive et de soutien scolaire du quartier et les amicales de locataires de la tour. Le groupe met en place un comité de pilotage pour redonner vie au local et concrétiser le projet. Dès la première rencontre en avril 2007, la CAF propose de mettre en œuvre un « appui aux initiatives d’habitants » et suggère de démarrer « des activités informelles de convivialité comme base à la mise en projets des habitants ». Le partenariat se fédère en répondant à un appel d’offre d’un fonds pour l’innovation sociale. Il soumet un projet sur « l’implication des locataires et des habitants dans la vie sociale du quartier ». L’ambition poursuivie est ainsi explicitée : « Proposer un programme d’activités multi-générationnelles animé dans un premier temps par des professionnels et susciter l’émergence de projets portés par les habitants ».

  • 2 Un diagnostic de territoire a été préalablement réalisé par la Caisse d’allocations familiales (CAF (...)

11Le projet comprend deux volets, l’un associatif et l’autre participatif. D’une part, le local hébergera des activités répondant aux besoins des habitants 2: soutien scolaire, ludothèque, jeux, alphabétisation, gymnastique, chorale, etc. Ces activités, qui sont ouvertes aux habitants du voisinage ont, entre autres, pour objectif de désenclaver la tour et de l’ouvrir sur le quartier. D’autre part, le comité de pilotage souhaite impliquer les habitants à « développer leurs propres projets ». Il va donc rechercher des activités pouvant servir d’outils de participation pour les habitants.

  • 3 Ce financement pour deux ans correspond environ au tiers du coût total du projet.
  • 4 Stages ISIC (Intervention sociale d’intérêt collectif), deux stagiaires par semestre pendant deux a (...)
  • 5 Celui-ci sera inauguré en janvier 2010, en présence des autorités locales, des partenaires du proje (...)

12En 2009, le projet soumis est retenu et une enveloppe de 30.000 Euros 3 est accordée pour deux ans. Ceci va d’abord permettre de gratifier des stages 4 pour les assistants sociaux d’un centre de formation situé dans le quartier. Dès septembre 2009, le premier binôme d’assistantes sociales en stage ISIC (Intervention sociale d’intérêt collectif) tient des permanences de quatre demi-journées par semaine pendant six mois. Leur mission consiste à accueillir les résidents, les informer sur les activités du local, écouter leurs demandes et aider ceux qui proposent des projets à les formuler. Elles organisent des journées portes ouvertes pour faire connaître le local en fin de rénovation 5, ses activités et son ambition. En effet, elles sont chargées de développer et d’animer le dispositif participatif qui est au cœur du projet.

Le dispositif participatif, élaboration, mise en place et fonctionnement

  • 6 Le dispositif s’est d’abord appelé « café des parents » avant de changer de nom pour « espace convi (...)

13Depuis 2007, le comité de pilotage se réunit trois à quatre fois par an pour concevoir les activités du local et élaborer le dispositif participatif. Le comité élabore un espace de rencontres entre habitants et partenaires qu’ils appelleront 6 « espace convivialité » afin de permettre, faciliter et/ou accompagner la réalisation des projets portés par les habitants. Ce dispositif est conçu pour rassembler partenaires et habitants, les fédérer et permettre l’éclosion de la participation sous forme de projets.

L’espace convivialité

14Les stagiaires sont chargées de mettre en place et d’animer l’espace convivialité, rencontre mensuelle de deux heures qui associe les partenaires et les habitants. Ces habitants peuvent réaliser leurs propres projets en bénéficiant d’un « coup de pouce » financier. Dans la gazette de l’espace qui sera publiée en mars 2010, l’espace convivialité est annoncé ainsi : « Tous les troisièmes vendredis du mois, échanges, rencontres, projets… Un espace de rencontre ouvert à tous fait par les habitants et pour les habitants. Vous avez d’autres envies ? Vous avez des idées d’activité ? Vous souhaitez créer votre propre activité et l’animer ? ».

15Cet espace convivialité est conçu comme un espace de rencontres informelles entre habitants et partenaires, un lieu de dialogue et de discussions, un espace promouvant la participation. Afin de favoriser l’expression de chacun, les partenaires et les stagiaires sont soucieux de ne pas formaliser cette rencontre ni de la diriger. La directrice du centre social insiste sur le caractère non structuré de ces rencontres : « Comment on anime un espace convivialité ? Personne ne sait où on veut aller, on rassemble les gens, on leur propose un petit café, on discute avec les gens individuellement ou en groupe ».

16Les stagiaires en parlent en ces termes :

« Dans tous ces espaces convivialité, on est présent, on va au-devant des familles et on essaye de faire du lien social. Pour rassembler les gens, discuter, voir un peu ce qu’ils auraient envie de faire et de valoriser, de faire une espèce de fil conducteur entre toutes les activités, pour que toutes les activités soient visibles et pour se rendre compte qu’on fait partie d’un même projet ».

17La création d’une dynamique locale passe d’abord par la création de liens entre les habitants. Aujourd’hui, la proximité géographique ne suffit plus à faire lien en raison notamment de la séparation des espaces dans la ville moderne : séparation entre espace d’habitation et espace de travail, mais également espace d’habitation et espace de solidarité.

18Ainsi, la solidarité primaire n’a pas toujours la même inscription spatiale. Elle est très tributaire pour les populations les moins favorisés d’une communauté d’appartenance, faite de liens familiaux, amicaux et d’une histoire partagée, souvent celle d’une migration plus ou moins récente. Cette solidarité peut avoir une géographie indépendante du lieu d’habitation lorsque les populations sont dispersées dans différents quartiers de l’agglomération. Cette solidarité communautaire peut être plus ou moins complétée par le soutien fourni par des institutions comme une association d’entraide, un centre social, etc. La particularité de cette tour est d’être située dans la ville et non en périphérie, avec des populations d’histoires et d’origines variées comme nous le rappelions dans sa brève histoire.

19De leur côté, les populations plus aisées et les plus anciennement installées peuvent trouver leurs réponses en termes de solidarité, d’éducation ou de loisir par le recours au marché des services à la personne, leur bonne utilisation des services publics ou leur inscription dans les mouvements d’éducation populaire dont ils sont à la fois les usagers et les dirigeants.

20La démarche proposée vise alors à réunir dans un même espace de rencontres ces différentes catégories de populations présentes dans la tour. Si les stagiaires comme les institutions insistent sur le caractère « informel » des moments de rencontre, c’est dans l’optique de créer un premier contact, préalable à tout lien. C’est l’hypothèse forte de l’action proposée par les travailleurs sociaux aux habitants. En dépit de ce caractère informel, chaque espace convivialité fait l’objet d’une solide préparation à l’aide d’un comité opérationnel réunissant tous les partenaires à une cadence mensuelle avant la rencontre avec les habitants. Ces partenaires se réunissent donc au minimum deux fois par mois sur ce projet de développement social local.

21À l’origine, l’espace convivialité n’est pas encadré par des règles afin de donner libre cours à la créativité. Cependant les stagiaires se rendent vite compte du fait que certains enfants se rendent à l’espace convivialité sans leurs parents. Elles précisent alors que les enfants doivent systématiquement être accompagnés de leurs parents et organisent un espace de jeux pendant les convivialités afin que les parents puissent profiter de la rencontre. Certains parents continuent cependant à envoyer leurs enfants dans le local dès qu’une activité est proposée.

22L’usage par les habitants de cet espace de convivialité diffère donc d’une population à l’autre. La faible compréhension des finalités de cet espace, au-delà d’être un lieu de convivialité, explique sans doute que des mères et des pères de famille laissent leurs enfants traîner dans l’espace hors de leur présence, selon des pratiques conformes à des normes culturelles et sociales qui leur sont propres. C’est particulièrement vrai pour des personnes issues de famille élargies et originaires de villages où la responsabilité de la surveillance et la sécurité des enfants est plus ou moins partagée par les adultes du village ou du quartier. L’existence de jeux pour enfants dans l’espace peut également favoriser une telle interprétation comme le fait que ces moments de convivialité sont animés par des travailleuses sociales dont la mission éducative est connue. Un tel usage de l’espace peut en revanche être interprété par les autres comme un manque de respect, comme une manière pour ces familles de se décharger sur les autres du contrôle et de la surveillance des enfants.

Les opérations coups de pouce

23Le terme « coup de pouce » correspond à une gratification financière s’élevant jusqu’à 500 Euros pour permettre aux habitants de réaliser leur projet. Tout habitant ayant une idée susceptible d’intéresser l’ensemble des résidents peut le présenter à l’espace convivialité. Le projet est alors discuté avec les participants, chacun ayant la possibilité de faire des suggestions.

24Le premier projet était déjà en cours lorsque l’opération « coup de pouce » est mise en place. Un habitant de l’immeuble, lui-même photographe de métier, a déjà réalisé des prises d’habitants dans leur appartement avec l’idée de les exposer. L’espace convivialité étend ce projet en proposant de faire un atelier d’encadrement puis de monter ensemble l’exposition dans le local. En collectivisant une initiative individuelle, les habitants photographiés participent activement au projet et apprennent à encadrer. L’exposition des photos personnalisera le local pendant plus d’un an. Elle permet aux habitants de se connaître, de se reconnaître et a contribué à créer du lien social. C’est un projet idéal pour faciliter le lien social lors de la mise en place du dispositif participatif car elle permet de situer les gens, de les reconnaître sur les photos, puis de les rencontrer. Le photographe dit :

« Les ateliers d’encadrement que j’ai organisés ont permis de construire l’identité de la tour. On a monté ce projet sur quatre semaines en se retrouvant les samedis matins. Cet atelier a permis aux gens de se regarder, de se rencontrer et donc quelque part de se rapprocher. Ça permet de montrer qu’il y a un aspect humain derrière les images, les rencontres » (Gazette de l’espace, 2010).

  • 7 Personne n’a voulu s’engager dans le travail correspondant à une réalisation/parution régulière de (...)

25Un autre projet est porté par des paysagistes de l’immeuble. Ils souhaitent aménager la cour derrière la tour qui a été fermée pour cause de nuisance. Ils proposent de mettre du vert dans cet espace bétonné pour que les habitants de la tour puissent se l’approprier. Le projet élaboré pendant l’espace convivialité consiste à placer des bacs de terre dans l’arrière-cour et de proposer aux locataires de descendre y planter leurs propres graines. On fêtera le printemps en ouvrant la cour aux habitants. La Gazette de la tour qui parait début 2010 7 annonce la réouverture de l’arrière-cour:

« Le dimanche 21 mars, de 15 à 18h, l’arrière-cour ouvre ses portes. C’est le moment de vous approprier cet espace :
- exprimez vos attentes sur le devenir de cette petite parcelle au pied de notre immeuble,
- plantez vos premières graines,
- retrouvons-nous autour d’un buffet (ramenez l’une de vos spécialités : thé, pâtisseries…)
exprimez vos talents artistiques (peinture, musique, bricolage)
Le 21 mars, l’arrière-cour est à vous, elle n’attend plus que votre participation pour s’embellir! »

26L’inauguration de la cour a rassemblé environ 150 personnes. Pendant l’évènement, les paysagistes font le tour des habitants pour leur demander ce qu’ils souhaitent faire de cette arrière-cour. Beaucoup demandent un espace de jeu pour les enfants. On parle d’organiser en mai une fête des voisins dans la cour. Ce projet donnera naissance à un blog, une association, de nombreux évènements festifs et des activités de jardinage pour enfants et parents. Les jeunes paysagistes prennent des précautions pour ne pas s’approprier le projet et faire de la cour un espace pour tous. S’ils réussissent à attirer les habitants dans la cour lors de nombreuses fêtes et évènements, ils ne parviennent pas à susciter d’autres initiatives ni projets venant d’autres habitants.

27Un groupe de trentenaires de la tour s’est fédéré autour des jeunes paysagistes. Ils sont très engagés dans le projet auquel ils donnent une dimension militante forte, associant création d’un jardin paysager que les habitants puissent se réapproprier, approche écologique (confection de jardinières en bois, par exemple) et démarche éducative à travers la pratique du jardinage, en particulier auprès des enfants. Ils ont la volonté de partager leurs savoirs et savoir-faire. Ils défendent une utopie du « bien vivre ensemble » dans la tour.

28Les partenaires sont à l'affût de propositions d’activités pour les adolescents de la tour. Début 2010, un jeune résident offre de monter des entraînements de boxe. L’initiative est immédiatement relevée : le comité de pilotage finance le matériel et règle la question de l’assurance. Ce projet ne passe pas par l’espace convivialité car les jeunes concernés ne s’y présentent pas. L’activité démarre en flèche avec deux créneaux de six places par semaine. Cependant, quelques semaines plus tard, l'entraîneur trouve du travail ailleurs et se désiste. Le comité de pilotage propose donc aux jeunes d’exprimer leurs souhaits pour une activité de remplacement. Ils optent pour de la musculation mais l’activité est trop onéreuse en matériel et encadrement. Un an plus tard, n’ayant pas trouvé de solution de remplacement, le comité de pilotage décide de revendre le matériel de boxe.

29On perçoit ici la fragilité des projets de bénévoles pouvant se désengager du jour au lendemain, surtout lorsque ces projets sont portés par des personnes dont la situation professionnelle est précaire. La solution de remplacement envisagée bute à la fois sur la surface disponible, le coût des appareils de musculation et l’absence de jeunes susceptibles de prendre en charge l’activité. Sans doute, le manque de détermination des jeunes dans la création d’une activité qui leur est destinée n’a-t-elle pas conduit le comité de pilotage à aller plus avant dans la recherche d’autres financements.

30Les assistantes sociales stagiaires ont également accompagné un petit groupe de femmes issues de l’immigration dans l’organisation d’un buffet de Noël. Celles-ci ont bénéficié d’un « coup de pouce » pour acheter la nourriture et de l’aide des stagiaires pour réaliser leur projet. Fédératrice mais ponctuelle, cette action ne s’est pas prolongée par d’autres initiatives de ces femmes. Elle reste néanmoins dans une logique émancipatrice car ces femmes ne l’auraient certes pas réalisé seules, mais ont été actrices du projet et volontaires pour le faire aboutir.

31Un habitant très impliqué dans le projet propose quant à lui d’organiser une soirée débat sur le prix de la santé en faisant intervenir un autre habitant de la tour qui est pharmacien. Cette idée traduit bien l’objectif participatif du projet autour d’une thématique susceptible d’intéresser tout le monde, animé par un professionnel qui, de par son métier, a l’habitude de s’adresser à des personnes de toutes origines sociales et culturelles. La soirée est mise en place mais ne rassemble que sept adultes.

32Au cours des premiers mois, l’espace convivialité a attiré jusqu’à une vingtaine d’adultes par rencontre et la présence assidue de certains a permis d’entamer une dynamique participative. Au printemps 2010, la venue des habitants s’est raréfiée. Les rencontres de mars et avril ont compté respectivement cinq et sept habitants. Le processus s’est essoufflé par manque de nouvelles propositions de projets et de nouveaux participants. Les rencontres de mai et juin ont été annulées et l’espace convivialité n’a jamais repris.

33Désireux de renouveler cet espace de concertation sous une autre forme, les partenaires ont organisé une réunion pour faire le point. Ils décident de profiter de la fête des voisins au mois de mai pour tenter de mobiliser les habitants autour de cet espace. Ceux-ci seront de nouveau informés et sondés sur le contenu et l’organisation qu’ils souhaitent, les activités qu’ils veulent voir mises en place à la rentrée. Les stagiaires administrent donc un questionnaire dans la tour en faisant du porte à porte auprès des résidents. Le compte rendu de cette enquête sur 48 personnes se présente en ces termes :

« Les habitants ont un avis plutôt favorable sur le projet et reconnaissent être suffisamment informés sur les activités et les évènements. Onze des 48 personnes interrogées participent à des activités du local. Celles qui ne prennent part à aucune activité le justifient en majorité par manque de temps. Les activités qui intéressent le plus les interrogés sont l’espace jeu (ludothèque) ainsi que la gymnastique. Le dispositif "Coup de pouce" est mal connu des habitants, seules onze des 48 personnes savent de quoi il s’agit.
Dans l’ensemble, les habitants interrogés ont une opinion positive de l’arrière-cour et sont favorable à l’ouverture de cet espace. Les activités que veulent les habitants pour la rentrée sont essentiellement des activités culturelles, artistiques et sportives. Les personnes ayant refusé de nous répondre ont dit en majorité ne pas avoir le temps et certaines marquent leur opposition au projet ».

34Malgré tous leurs efforts, la relance régulière du projet participatif par voie d’affiche et de bouche à oreille, ni les stagiaires ni les partenaires n’ont réussi à mobiliser au-delà d’un noyau d’habitants motivés. L’objectif réel du dispositif, la participation et l’émancipation des habitants moins favorisés n’est pas atteint. En d’autres termes, le dispositif émancipateur n’a pas touché les personnes pour lequel il était destiné.

Recul sur le projet à trois ans (septembre 2009 - décembre 2012)

  • 8 Durée du projet financé par le fonds social

35Les résultats annoncés à échéance de deux ans 8 sur le document du projet ont été clairement formulés : « Réalisation de dix projets d’habitants, implication d’une vingtaine de bénévoles habitants du quartier et émergence d’une association qui pérennisera l’expérience ». Au bout de deux ans, plus de cinq projets d’habitants ont vu le jour et deux nouvelles associations se sont constituées. La paix sociale a regagné l’immeuble et le lien social est déjà bien tissé. À ce propos une habitante dit à un journaliste : « Depuis que l’espace a ouvert, la vie a changé dans la tour, les habitants se connaissent mieux et le lien social s’est renforcé, y compris avec les habitants alentours. Le projet premier, renforcer le lien social, est rempli » (revue Le 18ème du mois, février 2012, p 11). Cependant les habitants peinent encore à s’approprier le local et à développer leurs propres idées. En dépit des espoirs et des efforts des partenaires, le dispositif participatif n’a pas vécu.

Les habitants relais forts d’initiatives participatives

36L’espace convivialité a permis de mobiliser un noyau d’habitants-relais très actifs dans l’organisation d’évènements conviviaux très populaires. Dès 2010, le projet « arrière-cour » évolue en association et signe une convention de mise à disposition de la cour avec le bailleur. Les trentenaires en charge de cette association organisent une série d’évènements festifs, fête du printemps, fête des voisins, 14 juillet, fête de fin d’année, qui regroupent entre 50 et 150 habitants. Chacun vient à sa convenance et met en partage un plat ou une boisson pour compléter le barbecue. À partir d’avril 2010, l’arrière-cour est ouverte tous les samedis pour permettre aux enfants de se détendre avec leurs parents. La cour est rapidement investie par les enfants (sans leurs parents pour la plupart) dont certains n’habitent pas l’immeuble. Les paysagistes doivent parfois fermer l’espace par manque d’encadrement. Ils proposent alors des ateliers jardinage pour les enfants avec leurs parents.

  • 9 Association qui dérive d’une ancienne amicale de locataires.

37En 2011 se crée une deuxième association 9 qui rassemble bientôt une soixantaine de foyers. Fédérée autour de deux jeunes retraités engagés de longue date dans l’éducation populaire et l’action syndicale, cette association organise des sorties culturelles mensuelles et des opérations citoyennes comme, par exemple, la transformation des déchets. La cour se retrouve parfois jonchée de bouteilles en plastique envoyées par les fenêtres. L’association décide de collecter ces déchets et d’en faire une sculpture qui sera exposée dans le hall de l’immeuble avec des panneaux d’information et de sensibilisation au tri des déchets. Cette association participe à l’organisation d’un conseil de quartier pour enfants dans l’école voisine. La jeune retraitée met en place une bibliothèque troc de livre, une activité de lecture de contes pour jeunes enfants, des cours d’arabe et des rencontres de femmes qui tricotent. Le tricot est une activité connue pour favoriser la discussion et la circulation des idées et points de vue. Il favorise le lien social et progressivement l’émancipation.

38Pendant l’hiver les évènements sont organisés dans le local. En 2011 les stagiaires proposent de se réunir autour d’une galette des rois. Un groupe de Maghrébines qui suit un cours de français voulait apprendre à faire ces galettes. On décide donc de les fabriquer sur place. Une douzaine de personnes participent à la confection des galettes tout en bavardant. Bientôt il y a huit galettes et une cinquantaine d’habitants (avec une majorité d’enfants) pour les partager. Ravies d’avoir appris à faire une pâtisserie française, les Maghrébines proposent de montrer la fabrication du couscous lors d’un prochain évènement.

39Le rôle des habitants-relais va bien au-delà de l’organisation d’activités conviviales. Ils connaissent une bonne partie des habitants de la tour et sont contactés en cas de difficultés personnelles ou administratives. L’un d’eux est spécialisé dans les droits et les devoirs des locataires et du bailleur. Ainsi, une famille ayant des problèmes est rapidement orientée et aidée à sa convenance. Les habitants-relais sont également impliqués dans les institutions locales (conseils de quartiers) et restituent les informations intéressantes pour les habitants. Par exemple, une soirée informe les habitants sur les projets de développements urbains prévus au voisinage de l’immeuble. Ils sont aussi à l'affût de toute opportunité susceptible d’intéresser les habitants de l’immeuble et du quartier.

40Les habitants-relais ont bien intégré leur rôle en ne s’appropriant pas leurs initiatives et en impliquant fortement les autres habitants dans leur projet. Véritables militants du lien social, ces résidents-relais sont des vecteurs d’émancipation pour les habitants plus défavorisés que cible le projet. En somme, le levier « habitants-relais » est un réel succès dans ce projet. Cependant il n’a pas encore fait boule de neige dans la mesure où il ne s’élargit pas à d’autres habitants.

Des activités qui émancipent

41Comme déjà évoqué, le local accueille une variété d’activités, chorale, soutien scolaire, cours de français, ludothèque, gymnastique, etc. Certaines d’entre elles ont un réel pouvoir émancipateur telle cette activité qui permet à des enfants/jeunes de la tour de pratiquer sur place de la musique avec des professeurs de conservatoire pendant trois ans (trois heures par semaine, stages de vacances) avec à la clé un concert à la salle Pleyel. Les cours de capoeira peuvent aussi être vus comme facteur d’émancipation pour les filles. Une activité d’alphabétisation est réalisée à l’aide de tournages vidéos, ce qui stimule la participation active des apprenants. La ludothèque qui attire beaucoup d’enfants le samedi matin est plutôt génératrice de liens entre les enfants de même que les jeux pour les jeunes adolescents proposés par le club de prévention.

Des partenaires qui se désengagent et/ou qui partent

  • 10 Désengagement dans le cadre de la Convention d’objectifs et de gestion entre l’État et la Caisse na (...)

42Ce projet prévoyait qu’à terme, les partenaires se retireraient pour laisser la maîtrise du projet aux résidents. Comme le mentionne le bailleur, ils s’engageaient pendant deux ans à « conduire une démarche de développement social, impulser une dynamique qui soit ensuite appropriée et relayée par les habitants ». À l’origine, la Caisse d’allocations familiales (CAF) et le Club de prévention s’étaient chargés de coordonner l’espace convivialité. Dès le printemps 2010, la CAF annonce qu’elle se désengage du projet car celui-ci ne s’inscrit plus dans sa nouvelle convention d’objectifs 10. « Désormais, la CAF ne s’investit plus dans les projets à visée collective afin de se recentrer sur l’offre à l’usager ». En parallèle, le Club de prévention peine à s’investir autant que prévu dans l’espace convivialité par manque de temps. Ces deux partenaires se retirent du dispositif au bout de six mois, les stagiaires ne sont pas opérationnels entre juin et septembre et aucun autre partenaire ne veut reprendre la coordination du dispositif participatif.

43Le projet souffre aussi de la labilité de certaines personnes-clés. Le responsable du soutien scolaire part à la retraite, la ludothécaire est mutée, certains habitants-relais s’en vont pour des raisons professionnelles ou familiales. La représentante du bailleur doit aussi être remplacée. Le renouvellement des stagiaires ne stabilise pas le projet. Les habitants auront eu à se familiariser avec cinq binômes en deux ans et demi. À chaque changement, les nouveaux stagiaires ne sont pas immédiatement au fait du projet. La présence d’un adulte-relais (Nivolle, 2009) pendant deux ou trois ans aurait probablement été plus efficace mais financièrement non viable. Au bout de trois ans, les partenaires ont trouvé une solution et l’arrivée d’un médiateur garantit une présence sur le site, du moins à temps partiel.

L’absence d’association pérennisant l’expérience au bout de deux ans

44La convention entre le bailleur et le Centre social qui porte le projet a été signée pour deux ans, au bout desquels on cherche une association pour prendre le relais et porter le projet. Fin 2011, personne ne se sent prêt et le Centre social renouvelle la convention pour un an. Durant l’année 2012, le projet est stabilisé au niveau opérationnel par l’arrivée d’un médiateur chargé de poursuivre le travail dans la tour et, progressivement, dans d’autres immeubles voisins appartenant au bailleur. Fin 2012, la recherche d’un porteur de la convention se fait plus pressante. L’une des associations d’habitants est pressentie pour cette reprise mais elle recule devant l’ampleur des responsabilités. En effet, les activités regroupent plus de 150 inscriptions, un local est sujet aux dégâts des eaux et il faut gérer les inévitables différends entre les associations à propos du fonctionnement du local. Le Centre social reconduit donc encore la convention pour une année.

Du lien social à la démocratie locale

45Cette étude de cas fait apparaître la difficulté à mettre en œuvre un projet participatif alors que toutes les conditions de sa réalisation semblent réunies. Il s’agit d’un projet de petite envergure avec un terrain très bien ciblé et délimité. Le local social vient d’être rénové, il est grand et attirant. Les partenaires ont eu largement le temps d’élaborer, voire de fignoler ce projet participatif. Ils ont trouvé un financement confortable et disposent de stagiaires compétentes pour le mettre en œuvre. Tout le monde s’accorde sur le succès du projet quant à la paix sociale dans la tour et au regain du lien entre habitants. Cependant, le dispositif participatif « coup de pouce », n’a vécu que six mois et n’a pas engendré le nombre de projets attendu. Les habitants-ressources qui ont pris le relais de cette démarche participative n’ont pas encore réussi à impulser des projets d’habitants au bout de trois ans. Ceci conduit à questionner les tenants et les aboutissants de la participation dans cette situation et de manière plus générale. Les habitants ont-ils l’envie ou le besoin de construire du collectif avec leurs voisins de l’immeuble ? La participation va-t-elle de soi ? Qui peut et/ou sait le faire et pourquoi ?

46Le projet de développement social local s’appuie sur un acquis du mouvement des centres sociaux, de l'éducation populaire (Leterrier, 2001 ; Lima & Rouxel, 2011) et de l'éducation spécialisée : le travailleur social est au service de l'autonomie des personnes et des populations (Durand, 2006). Il repose aussi sur une vieille tradition dans le travail et l'intervention sociale. Le professionnel est un auxiliaire de la démocratie qui veille au développement de la vie sociale, à la prise en charge des difficultés par les personnes concernées et à une meilleure implication des intéressés aux politiques qui les concernent, comme l’atteste l’histoire des centres sociaux et des mouvements d’éducation populaire (Dessertine et al., 2004 ; Mignon, 2007).

47Ce dispositif participatif vise à produire un sujet acteur. Il vise à provoquer une demande de participation de la part de personnes issues de populations peu familières de la démarche. Il vise à susciter le désir de s’inscrire dans une démarche collective. Il offre diverses possibilités aux habitants de développer les qualités et les compétences sociales nécessaires (estime de soi, capacités d’expression, de communication, savoir, savoir-faire). Cependant, la volonté de participer qui est au cœur du dispositif n’est pas chose acquise. Des habitants peuvent très bien ne pas être intéressés par le projet, voire le refuser, s’ils adhèrent à une autre perception du lien social. Certains ne sont pas disponibles (horaires de travail décalés) ou ont leurs propres loisirs. D’autres n’osent ou ne veulent pas toujours participer. La plupart des habitants sont très contents de se rencontrer lors d’un évènement festif mais ne sont pas prêts à s’engager dans une démarche participative qui les engage davantage.

48Du coup, ce dispositif participatif s’adresse surtout en fait à des habitants déjà dotés d’un certain capital social et culturel dans l’espoir que ceux-ci entraînent les moins bien pourvus dans une optique de partage des savoirs et savoir-faire. Ce profil d’habitants se distingue d’un autre à la recherche de l’entre-soi et du maintien de sa position sociale que l’on peut rencontrer dans les classes moyennes (Maurin, 2004). Au regard du temps court dans lequel il s’inscrit (deux à quatre ans), ce dispositif exige déjà les qualités qu’il est sensé développer.

49La posture adoptée par les partenaires institutionnels et les professionnels du projet s’inscrit dans une logique de participation positive de type conscientisant : « Le processus de conscientisation se réfère aux aspects de prise de conscience individuelle et collective ainsi qu’à ceux des projets et de la culture vécue dans une perspective de promotion collective et sociale » (Dumas & Seguier, 1997, p. 69). La conscientisation passe donc par l’inscription des individus dans des activités et des projets collectifs encouragés par une démarche de travail social. Ces projets et ces activités offrent des apprentissages permettant d’acquérir les compétences sociales, culturelles, voire scolaires, nécessaires au processus émancipateur. La conscientisation qui en découle révèle la dimension sociopolitique de la profession. Reste à voir quelle est la marge d’autonomie pour la question politique et l’usage qui en est fait.

Conclusion

50L’étude rappelle que, pour pouvoir être appropriée, la participation doit être congruente avec la forme de l’accord du groupe qui la mobilise. La forme française de la décision s’accorde mieux avec la participation contestataire (Blondiaux, 2008). Ce type de participation conteste les règles du jeu et configure un espace oppositionnel où peuvent s’exprimer les subjectivités rebelles. On pense aussi aux nouveaux mouvements sociaux en France qui ont émergé dans les années 1990 (Sommier, 2003).

51La progression du lien social à la participation citoyenne se pose à tous, aux professionnels du social, aux autorités politiques locales ainsi qu’à chaque citoyen. Cependant, nos observations soulèvent aussi de nombreuses questions. L’accompagnement des habitants défavorisés dans le débat public et la co-construction des politiques sociales locales fait-il encore partie des missions du travailleur social aujourd’hui ? Dans quelles limites ? Comment est-il lui-même accompagné par son institution de rattachement ? Jusqu'où les financeurs et les autorités locales sont-elles prêtes à accepter cette forme d'intervention sociale ?

52Dans le cas qui nous intéresse, la marge de manœuvre des acteurs n’est pas absente mais elle apparait limitée. Que peuvent faire les travailleurs sociaux et les habitants-relais ? Comment les partenaires du projet peuvent-ils aider à faire émerger des projets en lien avec la sensibilisation politique, la défense des droits des citoyens (Palomares & Rabaud, 2006) ? À ce propos, certains auteurs parlent de démocratie participative inachevée (Sintomer et al., 2010), d’intermittence de la démocratie (Carrel et al., 2009) voire de déclin des institutions (Dubet, 2002).

Haut de page

Bibliographie

Bacqué M.-H. & M. Mechmache (2013), Synthèse du rapport « Le pouvoir d’agir » au ministre délégué à la politique de la ville ; voir : http://lafederation.org/images/stories/documents/Arts_urbanisme_architecture/rapport_mechmache_bacque.pdf

Blondiaux L. (2008), Le Nouvel esprit de la démocratie. Actualité de la démocratie participative, Paris, Éditions du Seuil.

Bony de J. (2007), « Le consensus aux Pays-Bas, autonomie individuelle et coopération », La Revue Française de Gestion, n° 170, pp. 45-58.

Bouquet B., Madelin B. & P. Nivolle (2007), Territoires et action sociale, Paris, Éditions L’Harmattan.

Bresson M. (2002), Les Centres sociaux entre expertise et militantisme, Paris, Éditions L’Harmattan

Brunsson N. (2002), The Organization of Hypocrisy, Talk, Decision and Action in Organizations, Copenhague, Abstrackt Liber Editor

Bureau M.-C. & I. Sainsaulieu. (2011), Reconfigurations de l’état social en politique. Villeneuve d’Asq, Septentrion

Carrel, M. Neveu, C. et Ion, J. (2009). Les intermittences de la démocratie. Paris. L’Harmattan.

Castel, R. (2009). La montée des incertitudes. Travail, protections, statut de l’individu. Paris. Seuil.

Dessertine, D., Durand, R. Eloy, J., Gardet, M., Marec, Y.et Tetard, F. (2004). Les centres sociaux, 1880-1980, 2004. Villeneuve d’Ascq, Éditions du Septentrion.

Dubet F. (2002), Le Déclin de l’institution, Paris, Éditions du Seuil.

Dumas B. & M. Séguier (1997), Construire des actions collectives, développer les solidarités, Lyon, Éditions Chroniques sociales.

Durand R. (2006), Histoire des centres sociaux. Du voisinage à la citoyenneté, Paris, Éditions La Découverte.

Elias N. (1991), La Société des individus, Paris, Éditions Fayard.

Geertz C. (1973), The Interpretation of Culture, New York, Basics Books.

Hoibian S. (2012), Baromètre de la cohésion sociale 2012. La peur du chacun pour soi, Paris, Rapport du CREDOC n° 282 ; http://www.credoc.fr/pdf/Rapp/R282.pdf

Janvier R. & Y. Matho (2011), Comprendre la participation des usagers dans les organisations sociales et médicosociales, Paris, Éditions Dunod.

Leterrier J.-M. (2001), Citoyens chiche, Paris, Éditions L’Atelier.

Lima L. & S. Rouxel (dir.) (2011), « Éducation populaire et intervention sociale », Agora. Débats/Jeunesses, n° 58.

Maurin E. (2004), Le Ghetto français. Enquête sur le séparatisme social, Paris, Éditions du Seuil.

Mignon J-M. (2007), Une Histoire de l'éducation populaire, Paris, Éditions La Découverte.

Mondolfo P. (2009), « Pour une clarification de la notion de développement social local », Revue française de service social, n°  232, pp. 90-95.

Nivolle P. (2009), « La mise en œuvre du programme adultes-relais comme révélateur de projet en faveur de la participation des habitants », dans Bouquet B., Draperi J.-F. & M. Jaeger (dir.), Penser la participation en économie sociale et en action sociale, Paris, Éditions Dunod, pp. 117-135.

Palomares E. & A. Rabaud (2006), « Minoritaires et citoyens ? Faites vos preuves », L’Homme et la société, n° 160-161, pp. 135-160.

Peretz H. (1998), Les méthodes en sociologie, l’observation. Paris. La découverte

Rapport du conseil supérieur de travail social (2010), L’Intervention sociale d’intérêt collectif, Rennes, Éditions EHESP.

Sintomer Y., Bacqué M.-H., Flamand A. & E. Nez (2010), La Démocratie participative inachevée, Gap, Yves Michel éditions.

Sommier I. (2003), Le Renouveau des mouvements contestataires à l’heure de la mondialisation, Paris, Éditions Flammarion.

Haut de page

Notes

1 L’immeuble n’est pas de type HLM (Habitat à loyer modéré) mais ILN (Immeuble à loyer normalisé).

2 Un diagnostic de territoire a été préalablement réalisé par la Caisse d’allocations familiales (CAF) sur les habitants de la tour

3 Ce financement pour deux ans correspond environ au tiers du coût total du projet.

4 Stages ISIC (Intervention sociale d’intérêt collectif), deux stagiaires par semestre pendant deux ans. Voir Rapport du conseil supérieur de travail social, 2010.

5 Celui-ci sera inauguré en janvier 2010, en présence des autorités locales, des partenaires du projet et d’une centaine de locataires.

6 Le dispositif s’est d’abord appelé « café des parents » avant de changer de nom pour « espace convivialité ».

7 Personne n’a voulu s’engager dans le travail correspondant à une réalisation/parution régulière de la gazette.

8 Durée du projet financé par le fonds social

9 Association qui dérive d’une ancienne amicale de locataires.

10 Désengagement dans le cadre de la Convention d’objectifs et de gestion entre l’État et la Caisse nationale d’allocations familiales (COG 2009-2012). ; voir : http://www.securite-sociale.fr/IMG/pdf/cogcnaf2009-12.pdf

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacqueline de Bony et Patrick Nivolle, « Ethnographie d’un projet de développement social local », SociologieS [En ligne], Dossiers, Les échelles territoriales de l’intervention sociale, mis en ligne le 10 novembre 2014, consulté le 06 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/4838

Haut de page

Auteurs

Jacqueline de Bony

Chercheuse CNRS, Laboratoire LISE, Paris (France) - jacquelinedebony@gmail.com

Patrick Nivolle

Chercheur CNRS, Laboratoire LISE, Paris (France) - patrick.nivolle@univ-mlv.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page