Navigation – Plan du site
Les échelles territoriales de l’intervention sociale

Travailleurs sociaux « du quartier » vs travailleurs sociaux « des quartiers »

Éléments sur l’hétérogénéité du travail social destiné aux jeunes
Local v. social housing district’s social workers. Elements of heterogeneity in social work focusing young people
Sylvain Bordiec

Résumés

Fondé sur les enseignements d’une enquête sociologique menée dans un quartier populaire de Paris, cet article analyse l’articulation entre l’intégration de certaines zones urbaines à la géographie prioritaire de la Politique de la ville et l’hétérogénéité du travail social destiné aux jeunes. À rebours d’une représentation unitaire de ce domaine et privilégiant une perspective soucieuse de ne pas isoler les bénévoles des salariés, les diplômés des autodidactes et les locaux des extra-locaux, cet examen relationnel et spatialisé du travail social est nécessaire à la compréhension des usages de la catégorie de jeunesse et, partant, des conditions de la socialisation des jeunes dans ce type d’espaces urbains.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les acteurs du travail social à destination de la jeunesse sont souvent perçus au travers d’une imagerie sociale marquée par le destin national des « quartiers » et des politiques qui leur sont appliquées. À l’encontre de cette représentation unitaire, nous allons questionner, à partir des enseignements d’une enquête sociologique réalisée entre 2003 et 2010 dans un quartier populaire de Paris, les appartenances de travailleurs sociaux à des groupes aux propriétés, aux statuts et aux intérêts différenciés. D’un côté, des bénévoles associatifs, ici désignés par le terme de « francs-tireurs », sont apparemment en mesure de bénéficier d’une marge de manœuvre certaine dans leur activité, tandis que de l’autre, des salariés majoritairement diplômés en travail social, appelés ici « traditionnels », composent avec la codification de leurs métiers respectifs.

  • 1 Dans la continuité des propositions de Maud Simonet-Cusset sur le bénévolat appréhendé comme un tra (...)

2L’analyse statistique et cartographique de la démographie et de l’urbanisme locaux, le dépouillement de documents officiels de la Politique de la ville et d’archives associatives et, par ailleurs, l’observation, sur le temps long, de la scène sociale du « problème de la jeunesse » (Bourdieu, 1986) permettent de mettre au jour les enjeux de la coexistence de ces bénévoles et de ces salariés au sein de l’univers local des associations ouvertes à la jeunesse. Inscrites dans le processus de socialisation entendu ici, à la suite de Everett C. Hughes et d’Erving Goffman, comme une mise en jeu, à travers la participation institutionnelle, de la personnalité individuelle et de l’identité sociale (Hughes, 1996 ; Goffman, 1968), ces expériences du travail social ont des fonctions et des significations inégales pour leurs acteurs selon que ces derniers sont bénévoles ou salariés, « autochtones » ou « allochtones », diplômés ou autodidactes, originaires et/ou membres des classes populaires et « issus des immigrations » ou non. Tout en prenant en considération le rapport entre ces processus et les inscriptions comme travailleur social, nous interrogeons les significations que ceux-ci donnent à leurs participations à l’univers des institutions pour la jeunesse, la place que cette activité occupe dans l’acquisition de leur position sociale et, enfin, le rôle que jouent ces usages dans la définition de leur pente sociale 1. Cette approche implique d’examiner le rapport entre les participations associatives et la « vie à-côté », entre les investissements comme travailleur social et les investissements dans des activités extra-associatives.

3L’objectif général de cette recherche était de mettre au jour la manière dont les travailleurs sociaux participent, à côté de l’école, de la famille, de la rue et des pairs, à la socialisation des jeunes. La compréhension de ce qui se joue sur ce plan nécessite d’être attentif aux différences entre ces travailleurs sociaux, à leurs coexistences et à leurs interdépendances (ils se partagent et se disputent la jeunesse locale). Ici nous allons montrer que les conditions de ces opérations de socialisation sont fondamentalement différentes selon qu’elles se passent au contact des travailleurs sociaux « des quartiers » ou au contact des travailleurs sociaux « du quartier ». Ces différences trouvent leur origine dans les ressorts d’investissement dans l’espace local par ces deux types d’encadrants dont la coprésence doit autant à une action publique territorialisée qui encourage les actions bénévoles, autodidactes et locales qu’à l’entre-deux géographique de cet espace urbain d’enquête, où peuvent cohabiter membres des classes populaires, membres des classes moyennes et membres des classes supérieures (première partie). Ces différences trouvent leur origine également dans le rapport de ces travailleurs sociaux à l’action sociale et aux politiques sociales, un rapport qui met en jeu ce que ce territoire où ils opèrent et sa population représentent dans leur quotidien et, au-delà, dans leur trajectoire (deuxième partie).

  • 2 À l’exception de Paris, de la mairie d’arrondissement, des zones de banlieue environnantes et des p (...)
  • 3 Dans le texte, le terme « issus des immigrations » mis entre guillemets désigne le point de vue dom (...)

Méthodes et lieux d’enquête
Réalisée entre 2003 et 2010 aux Apenêts 2, un territoire du 17ème arrondissement situé à l’intersection du Paris central et valorisé et des zones pauvres des départements des Hauts-de-Seine et de Seine-Saint-Denis et partiellement intégré à la géographie prioritaire de la Politique de la ville depuis 1996, l’enquête a d’abord consisté en un traitement secondaire des données du Recensement de la population. Cette population de 10 000 habitants majoritairement membres des classes populaires compte parmi ses actifs 15% de chômeurs (il s’agit d’une majorité d’hommes âgés entre 15 et 24 ans sortis tôt du système scolaire, sans qualification et vivant au Nord des Apenêts), ce qui est supérieur aux pourcentages généraux francilien et national. En outre, la population locale est largement « issue des immigrations » 3 (principalement des pays du Maghreb, d’Afrique subsaharienne et des départements et territoires d’outremer). L’enquête s’est ensuite dirigée vers l’étude de documents administratifs et associatifs relatifs à la mise en œuvre locale de la Politique de la ville, l’observation d’événements publics et d’entretiens avec des élus, des policiers, des chargés de développement local et des parents. Des observations et des entretiens ont par ailleurs été réalisés dans l’ensemble des associations dont l’offre est tout ou partie adressée à la jeunesse. Des opérations d’enquête (observations, entretiens, analyse de documents) ont aussi été réalisées de manière ponctuelle au Centre social, à l’Entente-Jeunes et au club Douchez-Sports. Enfin, trois de ces associations ont été étudiées et comparées en profondeur : la QAP (Quartiers de Paris), une association de prévention spécialisée employant des éducateurs de rue principalement issus des classes populaires et de l’immigration postcoloniale implantée au début des années 1960, au sein de laquelle nous avons été travailleur social stagiaire pendant un an ; Mowgli, une association implantée en 1999, animée par des bénévoles et des salariés souvent issus des classes moyennes et proposant des accompagnements scolaire, psychologique et psychanalytique ainsi que des sorties culturelles et où nous avons été « observateur direct » plusieurs fois par semaine pendant quatre mois ; et, enfin, la SCEPT (Sport, culture et éducation pour tous), une association essentiellement animée par des bénévoles des fractions inférieures des classes populaires et issus de l’immigration sud-européenne et africaine et où nous avons travaillé comme bénévole chargé du secrétariat et de l’accompagnement scolaire pendant une année.

S’investir comme « traditionnel » ou comme « franc-tireur »

4Dans les trois associations principalement enquêtées, à savoir la QAP (Quartiers de Paris), Mowgli, et la SCEPT (Sport, culture et éducation pour tous), les deux catégories d’acteurs qui officient en « première ligne » au contact des jeunes se distinguent par les ressorts des intérêts individuels à s’investir en faveur des jeunes habitants. Ces intérêts sont indissociables des buts de leur institution de rattachement, de la définition institutionnelle de la jeunesse, de leur rapport pratique et symbolique à l’espace local, de leur situation résidentielle et, enfin, de leur fonction officielle et de leur statut au sein de l’association.

Un vecteur unique de considération sociale pour les bénévoles

  • 4 Le CAP (Certificat d’aptitude professionnelle) est un diplôme qui donne un premier niveau de qualif (...)

5En 1997, année de création de l’association nommée la SCEPT, Vito et son amie Stéphanie se situent tout en bas de l’échelle sociale. Vito est encore salarié à mi-temps dans le secteur du nettoyage industriel. Quant à Stéphanie, après avoir enchaîné des missions de courte durée dans le secteur tertiaire, elle est, depuis la fermeture de l’entreprise de son compagnon, contrainte de se contenter de maigres allocations de chômage. À respectivement 30 et 29 ans, ils sont en situation de se demander s’il existe une activité à leur portée qui saurait les valoriser davantage. Une de leurs caractéristiques communes est de s’inscrire, depuis de nombreuses années, comme bénévole dans les institutions locales pour la jeunesse. Vito y investit ses compétences relationnelles avec « les jeunes » et Stéphanie met à contribution sa maîtrise des formalités administratives et de l’univers scolaire, certifiée par les diplômes de CAP et de BEP 4 qu’elle dit posséder. Là, Vito et Stéphanie sont en position d’attirer des personnes vers eux et non plus uniquement de s’approcher de celles qui acceptent leur présence. À la rentrée scolaire de 1997, la SCEPT ouvre ses portes. En montant cette association, Vito et Stéphanie accèdent à un stade supérieur de cette reconnaissance. Investis de responsabilités, ils peuvent désormais faire figure d’interlocuteurs légitimes pour un public juvénile potentiellement assez large, mais aussi pour les parents, les voisins de l’association, les élus, les policiers et les administrateurs de la Politique de la ville. Pour ces deux bénévoles, cette jeunesse locale à encadrer offre une opportunité unique de faire quelque chose de respectable dans le quartier : celle qu’ils se sentent capables et légitimes d’encadrer est, en priorité, de milieu précaire et « issue des immigrations ».

6A priori, compte tenu de ses ressources sociales, Fadela, à Mowgli, est moins sélective. C’est dans une dynamique d’élargissement du public que se décide, progressivement, la prise en charge des jeunes habitants. Pour Fadela, ces derniers sont moins indispensables que pour Vito. Cependant, ils deviennent une cible incontournable dans son projet, ce qui est significatif de la quasi-obligation d’accueil de la population juvénile pour quiconque prétend constituer, dans un quartier populaire, une force de transformation sociale légitime aux yeux des habitants et des autorités locales. À la différence de Vito et Stéphanie, Fadela se dit capable d’accueillir et de comprendre l’ensemble de ces jeunes qu’ils soient filles ou garçons, « issus des immigrations » ou non, enfants de précaires ou non.

7Il n’en reste pas moins que les ressorts d’investissement de Vito et de Fadela présentent des points communs. Ils sont tous les deux des habitants du quartier, responsables associatifs bénévoles, labellisés comme acteurs de la Politique de la ville et se posent comme alternatives légitimes aux institutions plus anciennement installées. Qui plus est, ils se présentent comme des spécialistes de la jeunesse alors qu’aucun d’entre eux n’est diplômé du travail social. Enfin, ils sont des autodidactes, qui viennent coexister avec des « traditionnels », pour qui l’univers des institutions pour la jeunesse offre des possibilités de travail salarié.

Des possibilités de travail salarié

  • 5 En général, les éducateurs bénéficient de contrats stables, à durée indéterminée (CDI). En outre, l (...)

8Tandis que les « francs-tireurs » entendent constituer une force de concurrence aux institutions plus anciennes telles que la QAP et le Centre social, les « traditionnels », majoritairement insérés dans ces dernières, mais aussi présents à Mowgli, sont quant à eux avant tout des détenteurs de certifications professionnelles qu’il leur importe de valoriser dans le cadre d’emplois 5.

Les éducateurs : le travail social à défaut d’autre chose

  • 6 Cet institut prépare aux différents diplômes des métiers du travail social, donc celui d’éducateur (...)

9À la fin du printemps 2004, lors d’une visite à l’Entente-jeunes, je rencontre Kader pour la première fois. Salarié à la QAP depuis le début de l’année, celui-ci considère alors être « en plein apprentissage du quartier ». Âgé de 38 ans et de nationalité franco-algérienne, son père fut mineur dans le Nord de la France, avant de s’investir dans le petit commerce d’alimentation en Kabylie, leur province algérienne d’origine. Sa mère, française et fille de mineur, n’a jamais eu d’activité salariée. Au début des années 1980, Kader a obtenu l’équivalent d’un bac général en Algérie, avant de passer un Brevet de technicien supérieur (BTS) en informatique en région parisienne, où il a rejoint une partie de sa famille élargie. Marié et père de famille à 20 ans, il a occupé d’abord plusieurs emplois précaires avant de devenir, au milieu des années 1990, employé dans une entreprise implantée dans ce département. Pendant trois ans, il en est le gestionnaire. En parallèle, il suit une formation d’éducateur spécialisé et, à la fin de l’année 2003, alors qu’il est désormais diplômé de l’Institut régional de travail social (IRTS 6) de Montrouge, Kader répond à une offre de poste publiée par la QAP.

10Quelques jours après la rencontre avec ce dernier, je fais la connaissance de Phil au même endroit. En 2004, il suit une formation d’éducateur spécialisé en alternance. Avant d’entrer à la QAP, en 2002, il a obtenu une maîtrise de Langues étrangères appliquées (LEA), échoué plusieurs fois au concours pour devenir professeur d’anglais (CAPES) et été durant cinq ans aide-éducateur dans un collège de banlieue parisienne, dans le cadre du dispositif Emploi-jeunes.

  • 7 Les animateurs semblent souvent considérés par leurs homologues des autres « spécialités » en trava (...)

11C’est une « sensibilité » commune à l’action sociale, peut-être enracinée dans les difficultés rencontrées par leurs familles, dans leurs origines nationales – franco-algérienne pour l’un et béninoise pour l’autre – et dans l’impossibilité, pour eux, de s’insérer dans les univers professionnels correspondant initialement à leur formation, qui les amène vers l’éducation spécialisée et la Prévention spécialisée. Kader « ne trouve rien de bon dans l’informatique », et Phil ne franchit pas le cap des concours de l’Éducation nationale. Ces éducateurs entrent dans le domaine des institutions pour la jeunesse en passant par la filière du travail social « traditionnel », réglementé et structuré en métiers codifiés. Initialement, c’est ce que leur inspire l’action sociale dans son ensemble qui les conduit à l’association QAP, au gré des opportunités à saisir sur le marché du travail et dans l’offre de formation. Ils sont des « allochtones », salariés d’une institution ancrée dans l’espace local depuis 50 ans et dirigée par Pierre, une « figure » du quartier. À ce titre, ils sont promis à des difficultés liées au contexte concurrentiel, tant au contact des jeunes qu’à celui des encadrants des autres institutions. Enfin, ils ont de fortes chances de se diriger, à terme, vers d’autres horizons géographiques et professionnels. La présence de ces éducateurs dans le quartier est plus ponctuelle et moins étendue dans le temps que celle des bénévoles « francs-tireurs », ce qui les empêche d’être pour les habitants des visages aussi familiers. Par ailleurs, ils ne sont pas des résidents locaux et s’en réjouissent : « Moi, c’est pas comme ces gars qui vivent là, une fois que je suis chez moi le quartier il est oublié ! » observe par exemple Kader. Ils ne sont pas non plus des animateurs et accordent de l’importance à ne pas être confondus avec eux 7.

Acquérir de l’expérience dans l’animation

  • 8 Certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement secondaire.
  • 9 Cyril va remplacer Joël, le responsable de ce secteur, parti après quinze années de service durant (...)

12Les animateurs sont dispersés dans différentes institutions. Au centre social, il y a Cyril, né en 1978 dans la banlieue sud de Paris. Son père, de nationalité colombienne, est professeur dans l’Éducation nationale. Quant à sa mère, elle est une artiste peintre vivant du commerce de ses tableaux. En 2003, alors qu’il prépare une maîtrise de philosophie à la Sorbonne, tout en rechignant à passer le concours pour devenir professeur (CAPES) 8, il se met en quête d’un emploi temporaire dans l’action sociale. « Vous en socio, c’est bien, vous êtes plus en prise avec la réalité et ça, ça me manque en philo. C’est pour ça que je me suis dit : "Tu dois faire un truc concret, aller te coltiner les gens !" » affirme Cyril lorsque je le rencontre pour la première fois, à l’Entente-jeunes, en mai 2004. Une mission humanitaire de plusieurs mois en Colombie, « avec les enfants de la rue », aux côtés d’un oncle salarié dans une Organisation non gouvernementale (ONG) a marqué l’ancien étudiant, lequel établit un lien entre cette expérience et son aspiration à « faire quelque chose dans le social ». Au début de l’année 2004, Cyril répond à une offre d’emploi d’animateur au centre social Apenêts, dans la partie « Accueil-jeunes ». À ce poste, il doit réaliser des tâches traditionnelles d’animation, surtout auprès des « ados » 9. « Financé par le centre social », il prépare le brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur (BAFA). Ici, il entend partager son goût pour la musique (surtout latino-américaine) et la danse et, de façon plus générale, son attrait pour une certaine « culture cultivée » avec une population lui étant assez inconnue. Cet homme qui a grandi dans une ville « paisible » des Yvelines et qui vit en 2004 en colocation avec des amis dans le 20ème arrondissement de Paris désigne son expérience avec la jeunesse des Apenêts comme essentielle à sa formation de futur enseignant.

  • 10 Préparé dans les IUT (Institut universitaire technologique) depuis la fin des années 1960, le Diplô (...)

13D’autres animateurs présentent des caractéristiques assez similaires. Ainsi, sa collègue Christelle, recrutée en 2005 à l’« Accueil Jeunes » du centre social Apenêts, est la fille d’une directrice de Centre social et d’un professeur du secondaire installé dans le Midi de la France. Née aussi en 1978, la jeune femme originaire de Provence possède un Diplôme universitaire de technologie (DUT) Carrières sociales 10. Venue après son diplôme « découvrir la vie parisienne », elle est embauchée pour une courte durée dans une association d’« échanges interculturels » du 20ème arrondissement. Ensuite, elle rejoint Cyril au centre social, enthousiaste à l’idée de connaître une expérience d’animation au contact d’une fraction de la jeunesse qu’elle n’a jamais côtoyée.

14À Mowgli, François-Xavier et ses homologues animateurs issus des classes moyennes et des classes supérieures co-occupent l’espace local avec un nombre relativement important de jeunes animateurs professionnels ou en cours de professionnalisation issus des classes populaires et souvent originaires des DOM-TOM ainsi que des pays du Maghreb et d’Afrique subsaharienne. À la fois moins familiers du monde étudiant et moins avancés dans la formation professionnelle, ayant essentiellement grandi dans des zones d’habitat social, mais pas dans ce quartier, ces jeunes adultes ont des origines sociales a priori proches des publics juvéniles qu’ils doivent prendre en charge dans leurs institutions respectives. Pour eux, il s’agit d’une voie possible d’ascension sociale.

15Les « traditionnels », éducateurs et animateurs, ont donc en commun un statut de non-habitant du quartier, une condition salariée et une insertion institutionnelle davantage déterminés par la nécessité de travailler et de se former que par un intérêt prioritaire pour la jeunesse locale. Ces traits caractéristiques induisent une séparation entre le temps de leur investissement auprès des jeunes et les à-côtés de l’existence, eux-mêmes balisés par les termes officiels de leurs inscriptions dans les institutions et par les formes de leur vie extra-locale. Lorsqu’ils entrent en fonction, les « traditionnels » sont des nouveaux arrivants dans le quartier, ils entrent comme salariés dans des associations qui possèdent une clientèle juvénile et organisent l’activité associative autour d’une définition spécifique de la population à encadrer. Étant donné qu’ils n’ont pas le capital d’ancienneté résidentielle des « francs-tireurs », leur rapport à la jeunesse et à la population locale est plus à construire qu’à modifier ou à recomposer sous l’effet d’un changement de statut dans le quartier.

16L’inscription dans un espace local pour participer à l’encadrement de la jeunesse est une double expression des trajectoires sociales et spatiales de ces acteurs. Qui plus est, ce qu’ils tendent à devenir, ce à quoi ils aspirent et ce qu’ils font de ce quartier (un lieu d’habitation et/ou un lieu de travail définitifs ou temporaires) travaille leur définition des politiques sociales et du travail social et joue un rôle décisif dans la construction du rapport aux publics.

Définir « le social »

17Pour tous les encadrants, les problèmes rencontrés et posés par les jeunes habitants constituent le « fonds commun » de leur investissement associatif, de leur appartenance à cet univers institutionnel et de leurs fonctions de travailleur social. Cependant, ces investissements, ces appartenances et ces fonctions ne sont pas appréhendés de la même manière selon qu’ils sont franc-tireur ou « traditionnel », bénévole ou salarié, membre d’une institution nouvelle ou d’une institution ancienne, une femme ou un homme, considérés, sur la base de leur couleur de peau, comme « étant d’ici » ou comme « n’étant pas d’ici » et, enfin, un(e) habitant(e) du quartier ou non.

« Ce que je fais, moi, c’est de l’assistanat ! »

  • 11 Créées en 1989, les Ententes-jeunes information (EJI) s’inscrivent dans le cadre de la politique lo (...)
  • 12 Entretien réalisé en avril 2004 dans son bureau de l’Entente Jeunes (EJ).
  • 13 Les « dinosaures » sont Pierre, Fadela, Vito, Simone Baron, la fondatrice du centre social et Walte (...)

18Pour exprimer la différence que Stéphane, le responsable de l’Entente-Jeunes (EJ) 11, animateur salarié dépendant de la Mairie de Paris – et donc membre de la catégorie des « traditionnels » – perçoit entre le quartier et les « banlieues » qu’il juge difficiles – il inclut dans ces dernières la zone populaire de Seine-Saint-Denis où il a grandi – ce travailleur social dit ceci 12 : « Y’a pas de problèmes ici ! Ici c’est cool et comme y’a pas de problèmes, eh bien il faut en inventer ! Les dinosaures qui s’occupent de la jeunesse c’est exactement ça, ils se crêpent le chignon parce que sinon, ils se font chier ! » 13.

19L’écart qu’il estime entre la condition des jeunes des cités pauvres de Seine-Saint-Denis et celle des parisiens des Apenêts joue un rôle décisif dans la définition que Stéphane donne de son travail. En outre, son statut relativement protégé d’intervenant de la Mairie de Paris autorise Stéphane à parler en ces termes peu valorisants pour cet univers institutionnel auquel il appartient : « Ce que je fais, moi, c’est de l’assistanat: "Salut Karim, ouais ok t’as besoin de ça, eh ben, je te le donne, c’est mon boulot de te le donner !". C’est ça que je fais ! Pourquoi ils iraient se faire chier ? On leur donne tout ! ».

20D’après lui, le soutien qu’il propose aux jeunes dessert cette population plus qu’il ne l’aide à « s’en sortir » : le fait qu’il soit là, aux côtés de ses homologues, à faire ce qu’il fait, est significatif de la mauvaise direction prise par le pouvoir politique et ses relais administratifs et associatifs en matière de gestion des « quartiers ».

21La posture de Stéphane est significative de la possibilité qui existe d’être un encadrant ayant un discours critique tant sur les ressorts de son investissement que sur l’esprit des politiques et des dispositifs dans lequel l’activité professionnelle s’inscrit. « S’ils ne viennent pas me voir, c’est leur problème ! » se réjouit ainsi l’animateur. L’autonomie et la marge de manœuvre des personnels des trois associations plus particulièrement étudiées, à savoir la QAP, Mowgli et la SCEPT, apparaissent plus limitées, ce qui a des effets sur leur manière de concevoir et de présenter leurs investissements. Plus que le responsable de l’Entente-Jeunes, ces personnels doivent, auprès des habitants comme auprès des autorités administratives et politiques, montrer l’intérêt de leur présence et de leurs propositions. De leur capacité à suivre, attirer ou approcher des jeunes dépendent à la fois le maintien à leur poste et, parfois, la pérennité de leur institution de rattachement. De toute évidence, les encadrants de ces trois associations sont confrontés à la nécessité de montrer leur utilité, de croire et de faire croire en l’utilité de leur présence.

Croire dans « le social »

22Si les personnels de Mowgli et de la SCEPT sont également enclins à produire un discours critique sur les traitements politique et administratif de ces territoires, dans leur cas c’est le plus souvent pour mettre en avant l’intérêt voire la nécessité de leur investissement. Ainsi l’engagement de Vito auprès des jeunes est lié à sa relative indifférence à l’égard des sphères politique et administrative. Pour lui, ces entités n’ont pas forcément leur part de responsabilité dans la précarité que lui et ses publics connaissent. Ce faisant il n’a pas d’attentes particulières vis-à-vis des politiques sociales et des administrations chargées de leur application. En même temps, pour mieux valoriser son investissement, il est fort enclin à dénoncer leurs dysfonctionnements et leur inadéquation avec les attentes des habitants. Les améliorations et les réparations du quotidien qu’il estime offrir aux habitants donnent de l’intérêt à son existence. Cela étant, lorsqu’il dit « social » et « travail social », Vito pense moins aux domaines institutionnels de l’aide et de l’action sociales qu’au travail qu’il estime faire auprès des habitants. Par l’emploi du terme « social », il désigne les problèmes quotidiens, les « cas sociaux » etc. « Avec l’association on va arranger ça ! » a coutume d’affirmer le bénévole pour exprimer la force d’amélioration des situations que constitue la SCEPT à ses yeux. Compte tenu de sa proximité revendiquée avec des policiers, des élus et des magistrats, il se voit, à certains égards, comme un trait d’union entre les « forts » et les « faibles », revendique son pouvoir de faire profiter les habitants de ses connaissances et met en avant, auprès de son entourage, son accès privilégié à ce réseau.

23De son côté, Fadela conçoit et décrit son action comme « politique » et « militante ». Elle affiche largement sa « sensibilité » de gauche, « Marx, c’est un type super ! » dit-elle à plusieurs reprises. Pour la bénévole, les autorités politiques sont nécessairement impuissantes face à la « pauvreté » dont est frappée la population qu’elle cible, ce qui justifie son engagement. Ce « militantisme » en faveur des « pauvres » s’inscrit dans une vision globale de la réalité sociale qu’elle entend contribuer à transformer. Selon elle, cette amélioration ne passera pas par le politique au niveau national mais par l’essaimage des propositions qu’elle formule. Ainsi, la bénévole n’attend pas de la sphère politique qu’elle change la donne en profondeur mais demande en revanche à ses représentants locaux de faire preuve de solidarité avec l’action associative. Ceci est la condition sine qua non, selon elle, d’une transformation sociale positive.

24Fadela se présente ainsi à la fois comme une alliée obligée et indispensable des politiques d’aide et d’action sociales et comme une révélatrice de leurs insuffisances. Lorsqu’elle met l’accent sur le « chaos » qu’elle découvre en s’installant dans le quartier, c’est aussi ces insuffisances qu’elle pointe. Pour affirmer son sentiment d’appartenir à l’univers du travail social et la nécessité qui s’impose, de son point de vue, de réfléchir aux atouts et aux faiblesses de ce domaine, à partir de la rentrée scolaire 2004, Fadela organise un « séminaire » sur le « sens et la portée de l’engagement du travailleur social dans la cité ».

25Au fond, les personnels de Mowgli et de la SCEPT sont présents sur un front de légitimation plus large que celui de l’action sociale à destination de la jeunesse, à savoir celui de l’ensemble de l’aide et l’action sociales. Leur prétention à vouloir exister de la sorte explique, au moins en partie, leur volonté commune d’apparaître comme enthousiastes, volontaires, imaginatifs et compétitifs. Dans cet espace de concurrence plurielle, il y a la QAP, association établie ici depuis 45 ans.

  • 14 À cette période, il est fort insistant pour que j’enregistre ses propos sur mon magnétophone.
  • 15 Malik est recruté en 2004 à la QAP. Né en 1971, Français d’ « origine marocaine », titulaire d’une (...)
  • 16 Conversation informelle dans le « local code de la route » en mars 2006.

26Lors de nos premières rencontres, il arrive à Kader, éducateur de rue à la QAP, de se lancer dans d’assez longues tirades sur ses expériences de formation 14. Phil est aussi assez disert sur le temps passé à l’Institut régional de travail social (IRTS), qu’il assimile à un retour « sur les bancs de l’école » et où il trouve surtout de l’intérêt aux enseignements de psychologie. Leur propension à parler de leur formation informe qu’ils acceptent de prendre le rôle d’éducateur spécialisé (Lenoir, 1997, p. 388) et de s’approprier les théories qui leur sont enseignées. Les jours de travail, après les réunions au local associatif, les éducateurs se rendent de façon systématique dans une sandwicherie grecque de l’avenue de Saint-Marc. C’est en les accompagnant dans cet endroit que nous prenons connaissance de leurs manières de se situer dans le contexte de « crise sociale ». Ces considérations s’inscrivent dans une vision générale de la « société actuelle » et du sort que celle-ci réserve aux jeunes. Le feuilletage collectif des quotidiens, Le Parisien acheté par Kader, Le Monde, auquel Malik est abonné 15, permet d’en faire ressortir les caractéristiques essentielles. Assez politisés, plutôt de gauche « tendance » socialiste, ces éducateurs ont une propension à dénoncer les « puissances financières », l’« idéologie libérale » et la « mondialisation ». Pour eux, la jeunesse est la première victime de cette conjoncture négative face à laquelle ils se sentent désarmés. Si, par certains aspects, leur action leur semble dérisoire, ils ne la jugent pas totalement vaine. Ces éducateurs manifestent une certaine fierté de faire partie de ce domaine du travail social qu’ils considèrent comme un rouage essentiel des politiques sociales. Contrairement à ceux de Mowgli et de la SCEPT, ces travailleurs sociaux s’autorisent à exprimer des doutes sur leur utilité. « Souvent – et surtout au début – je gambergeais comme un malade, je me disais : "Mais qu’est-ce je fous là putain ? C’est n’importe quoi ! C’est un truc de cinglé, je suis dans la rue et qu’est-ce que je fais ? C’est du pipeau !" » remarque Phil 16. Alors que Fadela et Vito prennent part à ce domaine en créant leur propre association, animés par la volonté de remettre en cause l’action de leurs prédécesseurs et de leurs concurrents désignés, les « éducs de rue » y entrent avant tout pour avoir un emploi. Eux n’ont pas à être les farouches et inconditionnels promoteurs de leurs investissements. S’ils sont mécontents de leur situation ou s’ils mécontentent leur employeur, ils peuvent sortir de l’espace local et ne pas y revenir.

27Les personnels des trois associations étudiées ont une commune propension à l’auto-désignation de leurs investissements comme force de réaction nécessaire à des problèmes sociaux qui dépassent le seul cas de la jeunesse. De cette force ils présentent une définition plurielle déterminée par les ressources qu’ils peuvent activer pour construire leur position et réfléchir au(x) sens de leur action à l’échelle du quartier comme à celles, plus grandes, du travail social et des politiques sociales et, enfin, du monde auquel ils voudraient appartenir. Aucun d’entre eux n’est enclin à se montrer aussi critique que Stéphane. Ainsi, au lieu de s’indigner comme lui de la gestion publique et parapublique des populations « des quartiers », ils ont plutôt tendance, soit à s’accommoder de ses insuffisances (pour Fadela et Vito, celles-ci constituent d’ailleurs une justification essentielle de leurs investissements), soit à se réclamer, tels les éducateurs de la QAP, de l’idéal égalitaire des « politiques sociales à visée promotionnelle et intégratrice » (Bec, 1998, p. 196).

Conclusion

28Coexistent aux Apenêts des encadrants pour qui l’investissement auprès de la jeunesse locale constitue prioritairement une possibilité d’emploi rémunéré et des personnels encadrants dont c’est l’unique activité capable de leur donner le sentiment d’être utile et respectable, même si celle-ci est effectuée sans rétribution financière et que leur source de rémunération est ailleurs.

29Davantage que des travailleurs sociaux « du quartier », les animateurs et les éducateurs désignés par le terme de « traditionnels » sont des travailleurs sociaux « des quartiers » plus tributaires de la question sociale que des problèmes que posent et rencontrent les habitants du quartier où ils travaillent. Du reste, pour eux, c’est davantage leur socialisation professionnelle (Dubar, 2000) que leur intégration sociale globale qui se joue là. À l’inverse, la principale ressource des bénévoles, désignés par le terme de « francs-tireurs », est l’ancrage local et, par conséquent, leur capital de relations sociales locales. Comme les « traditionnels », ces bénévoles sont tributaires du « problème des quartiers » et du « problème de la jeunesse ». En revanche, pour la plupart d’entre eux, la seule voie possible, le seul lieu pour en tirer des bénéfices, est cet espace local. C’est en ce sens que plus que des travailleurs sociaux « des quartiers », ils sont des travailleurs sociaux « du quartier » se saisissant des opportunités de valorisation personnelle offertes par les associations locales.

30Quelles que soient les carrières dans cet univers institutionnel et quels que soient leurs protagonistes, ces investissements ne provoquent pas, chez les intéressés, de redéfinition de leur identité sociale. En définitive, les « carrières morales » d’encadrant dans cet univers associatif local s’inscrivent dans la continuité de leurs histoires personnelles. Pour les « traditionnels », que leurs pentes sociales soient descendantes ou ascendantes, ces insertions ne sont le plus souvent qu’une séquence de leur biographie sociale et professionnelle plus ou moins décisive pour leur avenir. Pour eux, même si le travail social « traditionnel » est dévalorisé par les pouvoirs publics, l’existence sociale est plus ouverte que celle des « francs-tireurs » à d’autres espaces et à d’autres types d’expériences encadrantes. En revanche, pour les bénévoles et tout particulièrement pour les plus précaires, il s’agit du seul engagement possible pour valoriser leurs ressources sociales et culturelles et se prouver ainsi, selon la formule d’Olivier Schwartz, comme détenteur de « facultés socialement pertinentes » (Schwartz, 1991, p. 287).

Haut de page

Bibliographie

Bec C. (1998), L’Assistance en démocratie. Les politiques assistantielles dans la France des XIXème et XXème siècles, Paris, Éditions Belin.

Bordiec S. (2004), « Entre précarisation sociale et travail social précaire. Quand l’investissement professionnel est impossible », dans Ferrand-Bechmann D. (dir.), Les bénévoles et leurs associations, autres réalités, autre sociologie ?, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 165-174.

Bourdieu P. (1986), « De quoi parle-t-on quand on parle du "problème de la jeunesse" ? » dans Percheron A. (dir.), Les Jeunes et les autres, vol. 2, Vaucresson, CRIV, pp. 229-234.

Dubar C. (2000), La Socialisation. Construction des identités sociales et professionnelles, Paris, Éditions Armand Colin, pp. 185-241.

Goffman E. (1968), Asiles. Étude sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, Paris, Éditions de Minuit.

Hughes E. C. (1996), Le Regard sociologique. Essais choisis, Paris, EHESS, notamment le chapitre 3, « Le travail et le soi », pp. 75-85.

Lebon F. (2007), Les Professionnels de la jeunesse, unité ou éclatement ?, Communication au Colloque Jeunesses et Société, CEREQ, Marseille, octobre.

Lenoir R. (1997), « Travailleurs sociaux et "question sociale" : les éducateurs des services éducatifs auprès des tribunaux », Sociétés et représentations, n° 5, pp. 383-406.

Schwartz O. (1991), Le Monde privé des ouvriers. Hommes et femmes du Nord, Paris, Presses universitaires de France.

Simonet-Cusset M. (2004), « Penser le bénévolat comme travail pour repenser la sociologie du travail », Revue de l’IRES, n° 44, pp. 141-155.

Haut de page

Notes

1 Dans la continuité des propositions de Maud Simonet-Cusset sur le bénévolat appréhendé comme un travail, les salariés et les bénévoles sont ici indifféremment désignés comme des travailleurs sociaux (Simonet-Cusset, 2004, pp. 141-155).

2 À l’exception de Paris, de la mairie d’arrondissement, des zones de banlieue environnantes et des personnalités politiques régionalement ou nationalement « connues », les noms ont été intégralement anonymisés.

3 Dans le texte, le terme « issus des immigrations » mis entre guillemets désigne le point de vue dominant sur les populations considérées comme « n’étant pas d’ici » sur le fait de leur couleur de peau, qu’elles soient, sur un plan juridique, étrangères, immigrées ou françaises.

4 Le CAP (Certificat d’aptitude professionnelle) est un diplôme qui donne un premier niveau de qualification à ceux qui souhaitent accéder rapidement à la vie active et le BEP (Brevet d’études professionnelles) est un diplôme qui donne une qualification d'ouvrier ou d'employé qualifié et se prépare en deux ans après la classe de troisième dans un lycée professionnel.

5 En général, les éducateurs bénéficient de contrats stables, à durée indéterminée (CDI). En outre, le diplôme d’éducateur spécialisé leur donne un niveau bac+3. Globalement, les animateurs ont un niveau de qualification moins élevé que les éducateurs et sont plus souvent salariés que ces derniers dans le cadre de contrats précaires faiblement payés (Bordiec, 2004 ; Lebon, 2007).

6 Cet institut prépare aux différents diplômes des métiers du travail social, donc celui d’éducateur spécialisé.

7 Les animateurs semblent souvent considérés par leurs homologues des autres « spécialités » en travail social, notamment les éducateurs, comme des « offreurs » de loisirs et de distractions incapables de donner un sens à leurs propositions.

8 Certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement secondaire.

9 Cyril va remplacer Joël, le responsable de ce secteur, parti après quinze années de service durant lesquelles il a eu le temps de se constituer un public étoffé et fidèle.

10 Préparé dans les IUT (Institut universitaire technologique) depuis la fin des années 1960, le Diplôme universitaire technologique (DUT) « carrières sociales » forme aux métiers de l’animation dans les équipements socioculturels et les institutions socio-éducatives (niveau bac +2 en France).

11 Créées en 1989, les Ententes-jeunes information (EJI) s’inscrivent dans le cadre de la politique locale de prévention de la délinquance. Leur gestion est confiée au secteur associatif, sous la tutelle de la Direction de la protection et de la prévention (DPP) de la Ville de Paris. Implantées le plus souvent au pied de groupes d’immeubles en habitat à loyer modéré (HLM), les EJI ont pour mission, au-delà d’un rôle général d’information, d’accueillir les jeunes considérés comme difficiles.

12 Entretien réalisé en avril 2004 dans son bureau de l’Entente Jeunes (EJ).

13 Les « dinosaures » sont Pierre, Fadela, Vito, Simone Baron, la fondatrice du centre social et Walter, président de la maison de quartier et fondateur de Douchez Sports.

14 À cette période, il est fort insistant pour que j’enregistre ses propos sur mon magnétophone.

15 Malik est recruté en 2004 à la QAP. Né en 1971, Français d’ « origine marocaine », titulaire d’une licence d’économie passée à la Sorbonne, habitant en Seine-Saint-Denis et marié à une directrice de centre de loisirs, il a été animateur dans une ludothèque et éducateur de rue pendant 6 ans « dans une cité dite difficile » de ce département.

16 Conversation informelle dans le « local code de la route » en mars 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Bordiec, « Travailleurs sociaux « du quartier » vs travailleurs sociaux « des quartiers » », SociologieS [En ligne], Dossiers, Les échelles territoriales de l’intervention sociale, mis en ligne le 10 novembre 2014, consulté le 15 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/4844

Haut de page

Auteur

Sylvain Bordiec

Université de Bordeaux, Collège sciences de l’homme, Faculté de STAPS (France) - sylvain.bordiec@csu.cnrs.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page