Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSGrands résumés2015Une Famille andalouse. Ethnocompt...Grand résumé de l’ouvrage d’Alain...

2015
Une Famille andalouse. Ethnocomptabilité d’une économie invisible

Grand résumé de l’ouvrage d’Alain Cottereau et Mokhtar Mohatar Marzok, Une Famille andalouse. Ethnocomptabilité d’une économie invisible, Paris, Éditions Bouchene, 2012

Suivi d’une discussion par Virginie Tournay et Nathalie Zaccaï-Reyners
Alain Cottereau

Notes de la rédaction

La discussion par Virginie Tournay est accessible à l’adresse : http://sociologies.revues.org/4895 et celle par Nathalie Zaccaï-Reyners à l’adresse : http://sociologies.revues.org/4897

Texte intégral

1L’ouvrage Une Famille andalouse est une enquête de science sociale, « science sociale » au singulier, qui recoupe ses différentes disciplines, anthropologie, économie, sociologie, philosophie, politique. C’est aussi une expérience de description d’un genre inédit, qui invite à pousser plus loin l’aventure. Les niveaux de détails de l’investigation sont inhabituels et, pour l’instant, comparables à rien d’autre, semble-t-il, dans les recherches contemporaines. Des enquêtes sur les mêmes bases débutent aujourd’hui, qui devraient à terme fournir un corpus sur lequel étendre les analyses et les comparaisons. L’idée du livre est de prouver la marche en marchant, plutôt que de faire une théorie de la marche.

2Le principe de l’investigation est simple : prendre en compte ce que les gens prennent en compte. Ceci, dans tous les sens de la notion de compte et de son riche champ lexical, densément connecté : au sens actif, ce qui compte, c’est-à-dire ce qui est pris en compte et, au sens passif, comment on est pris en compte, comment on est pris en considération, bon gré mal gré. Et au sens neutre de rapport aux objets, comment on rassemble et délimite des choses à compter. Sans oublier ce qui est considéré comme inappréciable, incomparable, recueilli comme tel. Le même triple aspect de la prise en compte, actif, passif et neutre, se retrouve en espagnol, en anglais et sans doute dans bien d’autres langues européennes contemporaines.

3En d’autres termes, il s’agit d’une anthropologie de l’évaluation, traduite en opérations ethnographiques. Elle s’étend de questions sur les objets de la vie économique quotidienne jusqu’aux réponses aux questions : « Qu’est-ce qu’une vie bonne, qu’est-ce qu’une vie qui vaut la peine d’être vécue ? ». Cependant, pour la mettre en œuvre, nous n’avons pas trouvé de dispositif d’observation consacré à cet aspect de l’activité humaine. En travaux de référence, nous pouvons prendre appui sur deux ouvrages majeurs qui appellent à l’enquête, mais sans la faire eux-mêmes.

4En premier lieu vient l’ouvrage de John Dewey, A Theory of Valuation, qui, après avoir argumenté longuement sur la descriptibilité de l’évaluation, se concluait par un appel à l’enquête.

« The conclusions […] do, however, state the conditions which such a theory [of valuation] must satisfy. An actual theory can be completed only when inquiries into things sustaining the relation of ends-means have been systematically conducted and their results brought to bear upon the formation of desires and ends. For the theory of valuation is itself an intellectual or methodological means and as such can be developed and perfected only in and by use. […] The undertaking can be carried out only by regulated guidance of the formation of interests and purposes in the concrete. The prime condition of this undertaking […] is recognition that desire and interest are not given ready-made at the outset […] for desire always emerges within a prior system of activities or interrelated energies. It arises within a field when the field is disrupted or is menaced with disruption… » (Dewey, 1939, pp. 53-54).

  • 1 On peut lire A Theory of Valuation comme une alternative, entre autres, à une démarche d’interpréta (...)

5La conclusion de John Dewey dessine une sorte de cahier des charges de l’investigation à laquelle il appelle et nous avons le sentiment, rétrospectivement, d’avoir répondu à ce cahier. Le point crucial est la décomposition analytique des idées de valeur : le mot valeur, employé isolément, doit être rayé du vocabulaire d’analyse, il doit être remplacé par les notions de valuation et evaluation, car la notion de valeur réifie et efface des relations de référence : une « valeur » condense toujours une mise en rapport par un opérateur d’un objet d’attention et d’un terme au moins de référence, elle compacte donc une relation d’un ordre triple au minimum : un opérateur et deux termes au moins mis en relations. L’enquête se doit de repérer et re-déplier ces relations pour les rendre analysables, écartant ainsi platonisme et mystique1. La stratégie d’investigation doit localiser les situations-tests, ce que le passage cité appelle des « ruptures » ou « menaces de rupture ». Pour y parvenir, nous avons décidé de suivre au quotidien des cours de vie où se rencontrent des contrariétés, ayant valeur d’épreuves sur ce qui compte et révélant comment on est pris en compte. Dans cette conception de l’évaluation, il n’y pas lieu de traiter différemment les « valeurs » économiques et les autres évaluations sociales.

6En menant l’expérience sur le terrain et en engageant son analyse, nous avons dû progressivement redessiner des notions de John Dewey, pour les rendre utiles en pratique ethnographique et les compléter par une anthropologie de type schutzien.

  • 2 Cet ouvrage, découvert par les sciences sociales de langue anglaise trois décennies plus tard, cons (...)
  • 3 La conception du Journal de terrain, occupant près d’une moitié de l’ouvrage, est issue d’un travai (...)

7Une nouvelle clé d’investigation s’est avérée décisive : la distinction entre l’action en cours et l’action accomplie, développée par Alfred Schütz à la suite de séminaires sur l’œuvre de Max Weber et expliquée dans Der sinnhafte Aufbau der sozialen Welt (Schütz, 1932) 2. La distinction est une considération cruciale, négligée ou restée relativement abstraite dans l’univers philosophique se réclamant d’Alfred Schütz et qui, dans la stratégie d’observation et d’analyse de notre expérience, est devenue omniprésente. L’intelligibilité et l’évaluation de l’action en cours sont différentes de l’intelligibilité et de l’évaluation de l’action après coup. Le livre entier pourrait en être présenté comme une illustration, y compris avec sa comptabilité contextuelle qu’il a fallu inventer, sur laquelle nous reviendrons : en résumé, il fallait inclure dans la différenciation les comptes en cours et les comptes rendus, comme aspects particuliers des actions en cours et des actions accomplies, avant de les rapprocher analytiquement sans les confondre. Et la manière la mieux adaptée que nous ayons trouvée pour décrire les actions en cours, incluant des comptes et évaluations en cours, était de commencer l’ouvrage par un journal de terrain, c’est-à-dire par des récits racontant les actions dans leur temps propre, directement observées, telles qu’elles pouvaient être comprises à différents moments, par différents acteurs, avant d’en connaître les issues 3.

  • 4 Dans cet ouvrage, il s’agissait d’être exhaustif, non sur un thème, mais sur « un fragment du monde (...)

8Venons-en maintenant au dispositif d’enquête. Dans l’esprit de John Dewey, l’enquête de sciences sociales doit comporter des exigences semblables à celles des sciences de la nature, aucune exigence en moins, mais d’autres en plus (Dewey, 1967). S’agissant d’un aspect général de l’activité sociale, il nous fallait établir non un choix arbitraire illustrant une théorie par des « cas », mais un corpus issu d’une exploration, sans trier a priori les actions qui relèveraient des évaluations et celles qui n’en relèveraient pas. Pour cette première expérience, nous avons choisi d’établir des corpus exhaustifs d’interactions sur des périodes et des espaces limités, à partir d’une famille. La famille est alors à la fois objet d’investigation, partenaire de l’enquête et site d’observation de son milieu environnant. La démarche, peu courante en sciences sociales, s’apparente plutôt à des recherches sur les milieux écologiques naturels : dans ce dernier cas, les chercheurs procèdent à des relevés exhaustifs sur des milieux en se donnant comme limites de faisabilité, non une sélection a priori d’objets, mais une délimitation géographique sur laquelle peuvent être menées des analyses exhaustives. Bien évidemment, dans les deux cas, entre en jeu une intuition afin d’anticiper quels seront les périmètres où se retrouveront le plus probablement des situations-tests, mais sans sélection directe des situations. Ce décalage entre objet et délimitation du terrain confère au travail une valeur exploratoire, rendant accessible et essentiellement intéressant l’inattendu et la surprise, car les rencontres et non-rencontres de phénomènes concernant l’objet de recherche deviennent significatives. La démarche comporte aussi une analogie avec ce que, dans le domaine littéraire, Georges Pérec appelait l’« épuisement » d’un « fragment du monde » (Pérec, 1975) 4.

9Après plusieurs pré-enquêtes sur des sites méditerranéens, nous avons choisi comme base d’observation une famille andalouse d’origine marocaine, vivant de ressources entièrement invisibles aux yeux des institutions. Outre le caractère général d’enquête sur l’évaluation, ce choix étendait le champ d’expérience à la comparaison des deux rives de la Méditerranée par les acteurs eux-mêmes : les expériences de parcours de vie, rapportées dans les divers récits, amenaient à comparer sans arrêt les situations du pays d’adoption, de tradition européenne catholique et celles du pays d’origine, de tradition maghrébine et musulmane. Un autre aspect essentiel de l’enquête a été de rendre visible une économie « invisible », ou plus exactement de dessiner les formes d’une économie malencontreusement appelée « informelle » dans les sciences sociales : certes cette économie est « souterraine » et invisible aux institutions et statistiques officielles, mais elle n’est évidemment pas sans formes aux yeux des milieux concernés.

10Le ménage au centre du dispositif est composé de deux parents, Mohammed et Fatima, mariés, âgés de 50 et 42 ans en 2007 et de quatre enfants scolarisés, de 13 à 5 ans. Ses membres sont pour moitié de nationalité espagnole – le père et les deux plus jeunes enfants, deux garçons nés en territoire espagnol, aux Canaries – et l’autre moitié, féminine, de nationalité marocaine. Toutefois, l’univers de référence des deux filles, 13 et 11 ans, est entièrement andalou ; elles sont arrivées toutes jeunes et nourries de l’espagnol comme langue maternelle, avec toutefois une dose de rifain maintenue par leur mère. Celle-ci est encore de nationalité marocaine, ayant jugé excessif de faire les dépenses de naturalisation à laquelle elle avait droit. Les parentés fréquentées de la même génération sont elles aussi pour la plus grande partie espagnoles, les autres restées rifaines, la plupart connectées en diaspora sur les deux rives de la Méditerranée, avec échanges, télécommunications et visites dans les deux sens, y compris celles des anciens restés au pays se rendant périodiquement en Espagne. Les deux parents ont donné leur accord pour participer à l’enquête et servir d’exemples de description d’une « économie réelle », sous anonymat, ainsi que l’explique le journal d’enquête, d’autant plus motivés qu’ils estimaient que l’économie discutée par la classe politique dans les débats publics espagnols était ridiculement coupée de la réalité. C’était alors l’apogée de la bulle immobilière, au bord de l’éclatement.

  • 5 La balance électronique a été introduite dans le cadre d’une enquête de nutrition insérée dans notr (...)

11L’aspect scientifique-écologique de l’investigation a été le plus rapidement saisi par la famille, avec le dépôt, en un point névralgique du logement, d’un outil à portée symbolique : la balance électronique que nous avons offerte pour peser les aliments à leur entrée après des courses de ravitaillement et à la sortie de la cuisine, une fois les plats préparés. Tout mesurer dans la famille est devenu la modalité la plus concrète de participer à une enquête sur son « économie réelle », jusqu’au benjamin de 5 ans venu un jour dire à Mokhtar : « j’ai pris un yaourt au chocolat dans le frigidaire, faut pas le dire à maman, mais faut pas oublier de le compter » 5.

12Le père conduit son entreprise artisanale de vente sur les marchés périodiques de la Costa del Sol, en Andalousie, rayonnant depuis le petit port de Fuengirola, sans avoir pu obtenir de permis. Il écoule des articles en cuir l’hiver, des articles spéciaux pour vacanciers l’été. Son épouse effectue des ménages en résidences bourgeoises privées et divers travaux à domicile, confection, garde de bébé. Le revenu monétaire tiré des activités est extrêmement faible, 1 175 € par mois au total pour six personnes, nettement en dessous du seuil statistique de pauvreté. Cependant l’ensemble des ressources, monétaires et non monétaires, identifiées par l’enquête et estimées aux prix des marchés locaux, est nettement plus élevé, totalisant 1 700 € par mois en 2007 – le seuil statistique espagnol de pauvreté pour un ménage de six personnes est alors d’un peu moins de 1 500 €.

13L’enquête a été menée à deux et ceci est une autre dimension importante. Car le fait de mener une observation à plusieurs, autant qu’il était possible, permet une technique d’observation beaucoup moins suspendue à l’observateur. En l’occurrence, elle conjuguait un observateur distant du milieu social et un observateur proche. Moktar Mohatar Marzok était alors un post-doctorant de fraîche date, il avait soutenu une thèse d’anthropologie à l’Ehess sur le Rif marocain. Il connaissait d’avance la famille, avec un lien de parenté et, même s’il l’avait perdue de vue depuis une quinzaine d’années, il a établi rapidement une relation de confiance, comme le rapporte le journal d’enquête. Il parle les deux langues utilisées en famille, le rifain et l’espagnol. Moi-même, non familier, ne parlais avec eux qu’en espagnol.

14Cette observation ethnographique a comporté trois phases intensives. Durant la première phase de trois semaines, Mokhar est seul installé dans la famille et nous disposons d’un abonnement de conférences téléphoniques de deux heures chaque soir pour rédiger ensemble des notes, destinées à être publiées en journal. C’est dans cet exercice de description au jour le jour qu’opère l’intérêt d’une sorte d’observation à deux, même si, pour cette phase-là, un seul est sur place : car le débriefing puis l’écriture confrontent des perceptions différentes des choses. La familiarité amène des compréhensions spontanées que la distance réinterroge et, à l’inverse, la non-familiarité amène des étonnements et des questions sur des choses qui seraient passées inaperçues. Nous procédons ainsi à des premières séries de relevés exhaustifs, emplois du temps remplis pour chaque membre de la famille, à compléter au besoin le lendemain, nutrition, entrées et sorties de biens et de services, scènes de vie dans la famille et au travail. Le journal publié en première partie permet au lecteur de se faire une idée de cette stratégie d’enquête, durant cette phase comme durant les deux suivantes.

15En deuxième phase, l’année suivante, nous sommes tous les deux sur place et présentons une première version des résultats élaborés entretemps. Il s’agit notamment, avec tous les membres de la famille, de réviser, critiquer et compléter le budget de la famille, en insistant sur les ressources d’activités, quand spontanément viennent en première ligne les dépenses. Durant une semaine nous sommes ainsi quatre à réélaborer, compléter, corriger et commenter les comptes de la famille, Mohammed, Fatima, Mokhtar et moi, avec en outre des contributions des quatre enfants : ces derniers se livrent à des inventaires avec évaluations comme à une sorte de jeu de société. D’autres compléments d’enquête prennent place auprès du milieu social hispano-marocain et des partenaires administratifs avec lesquels les membres de la famille ont eu affaire : de la sorte peuvent être élucidés des mécanismes de visibilité et d’invisibilité des différentes activités. Dans le journal, cette phase est présentée avec les surprises et les commentaires en cours d’élaboration, tandis que les tableaux qui en sont sortis sont publiés en seconde partie, puis analysés en troisième partie dans des chapitres thématiques portant sur le quotidien des calculs, sur les manières de gagner sa vie, sur les bons plans de Fatima. Les ensembles co-évalués s’étendent progressivement jusqu’à considérer les parcours de vie, les aventures de migration, les manières de faire face au dépaysement moral, les rapports masculin/féminin, les contrastes politiques entre les deux rives de la Méditerranée. En termes d’anthropologie schutzienne, nous sommes passés là des actions en cours aux actions accomplies, y compris des comptes en cours aux comptes rendus, avec un récit de la portée expérimentale du passage d’une temporalité à l’autre.

16La troisième phase, également menée à deux sur place, a lieu dans les villages d’origine du ménage, au Maroc, dans le Rif. Elle étend l’investigation auprès du réseau de contacts de la famille et confronte des points de vue croisés des parcours de vie de chacun, en prenant pour point de départ des ensembles de voisinage et des classes d’école. D’autres contacts plus ponctuels ont lieu, étalés sur quatre années (2007-2010).

17Bien que cherchant à éviter le jargon, j’ai été amené à créer un terme nouveau, celui d’ethnocomptabilité. Utilisé d’abord en interne pour condenser ce que voulait dire prendre en compte ce que les gens prennent en compte, le terme s’est imposé parmi les collègues et doctorants, repris en sous-titre du livre. À vrai dire, j’ai fabriqué cette notion dans un autre contexte. Poursuivant un vaste chantier sur l’histoire des enquêtes en sciences sociales, co-animé avec Stéphane Baciocchi à l’Ehess depuis une douzaine d’années, nous faisons redécouvrir le collectif très mal connu d’une cinquantaine d’auteurs internationaux qui, à la suite des révolutions de 1848-49 en Europe, a décidé de fonder une vraie discipline scientifique pour comprendre comment évoluaient les sociétés de la planète. La sociologie de langue française n’en a souvent retenu que les œuvres attribuées à un seul auteur, Frédéric Le Play, filtrées anachroniquement après son tournant conservateur des années 1868-1872, ne s’étant pas même aperçu que les soi-disant « rééditions », généralement les seules lues, étaient falsifiées par Frédéric Le Play lui-même, sans le dire, dans un sens idéologique conservateur et propagandiste.

  • 6 Pour un premier aperçu de cette redécouverte en cours, effectuée dans une perspective d’histoire d (...)

18La phase scientifique antérieure – où d’ailleurs Frédéric Le Play s’était dit socialiste, mais, en principe, cela ne devait pas compter pour une société savante – avait fondé une première fois une anthropologie culturelle destinée à comparer toutes les sociétés du globe et, à l’intérieur de ce projet, contestait radicalement l’économie politique dite alors « anglaise », car celle-ci demeurait dogmatique, aux yeux de ses critiques savants venus des sciences naturelles, dès lors qu’elle ne pratiquait pas le B.A. BA des sciences, à savoir l’enquête directe sur les phénomènes et leur mesure. En conséquence, disait-on alors dans la société, elles échappaient à l’épreuve de la réfutation (on n’y parlait pas le franglais de la falsifiabilité). De plus les polytechniciens et agronomes qui formaient le noyau de la société savante estimaient que l’économie politique anglaise ne savait pas compter et que sa restriction draconienne sur les seuls échanges marchands réussissait ce tour de force antihumaniste de compter la raréfaction des ressources naturelles comme une « croissance », un « développement », par la perversion suivante de la mesure économique : dès lors que seule la rareté donne prise à transactions marchandes monétaires, la prédation des ressources naturelles provoque un croît des achats de biens, additionné dans la richesse des nations. En conséquence, moins de forêts, moins d’eau, moins d’espace, moins d’herbes, moins de fruits et d’animaux sauvages, en bref, moins d’abondance donne plus de richesse 6. Il fallait donc fonder une démarche alternative, inventer la mesure et les comptes scientifiques du bien-être.

  • 7 D’autres dispositifs d’ethnocomptabilité ont été développés pour les entreprises, pour les branches (...)
  • 8 La logique formelle implicite dans cette démarche a été exprimée quelques décennies plus tard, sans (...)
  • 9 On retrouve un refus de prendre ces soi-disant « données » institutionnelles comme sources primaire (...)

19Ces fondateurs de la Société internationale d’Études pratiques d’économie sociale (auteurs des séries Les Ouvriers des Deux Mondes, qu’en raccourci, j’appellerai Collectif des Deux Mondes) ont mis au point, pendant dix ans, un système de mesure scientifique des phénomènes économiques, lui aussi à redécouvrir aujourd’hui et que j’ai réadapté pour notre époque dans Une Famille andalouse, en ce qui concerne l’économie familiale 7. C’est ce système transposé qui fournit le support technique à l’« ethnocomptabilité ». Ses constituants élémentaires ne sont pas des paires quantités-prix, mais des relations d’ordre triple opérateurs-évaluations-références d’évaluation 8. Si leurs anciens tableaux de comptes ne sont plus compris aujourd’hui, c’est que leur apparente minutie empirique recouvre un refus absolu de l’économie politique classique, refus qui se traduit par une élaboration alternative avec observation directe des phénomènes et ajout de rubriques originales. Cette élaboration comporte une sorte de comptabilité contextuelle, une mesure scientifique in situ qui n’accepte pas d’éliminer les évaluations en usage, qu’elles donnent lieu ou non à transactions marchande 9. En termes plus politiques de l’époque, leur ambition, reprise ici, est de remplacer « la richesse des nations » par « le bien-être des populations ». C’est là, notons-le au passage, une orientation qu’a ré-inventée, en quelque sorte, Amartya Sen (Sen, 2000).

  • 10 Roger de Fontenay, rendant compte de la publication des Ouvriers européens, qualifie l’ouvrage d’«  (...)

20Une science économique ne devrait pas ignorer que les plus compétents pour savoir ce qu’est « être bien » sont, en premier lieu, les intéressés eux-mêmes et non pas les conseillers du prince. Le résultat le plus spectaculaire du Collectif des Deux Mondes fut de réintégrer l’abondance naturelle dans le bien-être et de compter sa raréfaction comme un appauvrissement des nations . Ce qui fut bien compris à l’époque par le Journal des économistes qui y vit à juste titre une déclaration de guerre contre l’économie politique 10. La technique d’ethnocomptabilité incorpore la prise en considération des dimensions écologiques, comme elle a vocation à inclure toutes les formes de gratuité et de solidarité. Cela ne signifie nullement tout compter mais, là encore, le critère de sélection est simple : prendre en données primaire ce qui est pris en compte, ne pas dénaturer ce qui est jugé incomparable ou inappréciable et établir des synthèses analytiques sans éliminer les cadres de référence auxquels donnent lieu les évaluations.

21Les résultats sur 350 pages de descriptions ne peuvent être ici résumés à proprement parler, mais commentés avec quelques exemples. En ce qui concerne les calculs économiques en liaison avec leurs références d’évaluation, un résultat frappant a été la rentabilité des « bons plans » de Fatima, une rentabilité établie selon des critères partagés localement par les réseaux de proches, critères dessinant un paysage des possibilités. Les « bons plans » d’achats de Fatima atteignent le taux horaire de rentabilité le plus élevé des activités familiales : 16,89 euros. Les rendements qui viennent ensuite, par ordre descendant, sont d’autres activités de Fatima à domicile, confection de gâteaux pour la famille, couture de vêtements pour autrui, tandis que le gain horaire moyen de son mari sur les marchés est de 5,29 euros, légèrement au-dessus du salaire minimum légal.

  • 11 Les bons plans de Fatima, décrits au fil du journal, sont confrontés à leurs résultats en tableaux (...)

22Dans le chapitre 9, une analyse de choix en « possibilités ouvertes » est opposée à des théories microéconomiques des « paniers de biens ». Elle est mise en œuvre sur des situations détaillées (achats de baskets, achats de poissons notamment) et retrouve une analyse esquissée par Alfred Schütz, dans un article critique contre des vues de modélisation déjà courantes à son époque. Évoquant une controverse entre Gottfried Wilhelm Leibniz et Pierre Bayle, Alfred Schütz avait proposé un modèle temporalisé de décision par tâtonnement itératif, le plus usuel durant les cours d’action. De son côté le modèle de « la balance », soutenu par Pierre Bayle, soupesait les différentes options alternatives par anticipation de résultats avant décision Or, selon Gottfried Wilhelm Leibniz repris par Alfred Schütz, ce modèle de la balance n’est qu’une reconstruction rétrospective irréaliste par rapport aux situations courantes. Cette critique schutzienne, rendue visible dans la description des bons plans de Fatima, entraîne des conséquences qui appelleraient de longs développements, remettant en cause les modélisations stratégiques et la pertinence de la théorie des jeux. Ses pistes sont seulement suggérées à l’occasion des exemples détaillés (Schütz, 1996 [1951]) 11.

  • 12 Sur ce point, un exemple de l’enquête a fait l’objet d’une analyse plus détaillé dans Cottereau (20 (...)

23Sur un plan théorique, on peut remarquer au passage que les analyses schutziennes nous ont amenés à recadrer des distinctions de John Dewey entre valuation et evaluation : le terme « valuation » concerne l’évaluation en cours d’action, le terme « evaluation », concerne l’évaluation après coup. Cette distinction s’est avérée particulièrement utile lorsque nous avons rapproché les deux aspects de l’évaluation sur les mêmes objets, selon différentes temporalités et différents points de vue 12.

  • 13 Cette remise à plat de la recherche sur les évaluations, sans séparer l’évaluation en économie et e (...)

24Notre enquête ne peut que souscrire à une évolution d’Alfred Schütz : ce dernier a renoncé à la notion de frame of reference, qui risquait d’être comprise comme cadre rigide, règle ou grammaire de l’action posée depuis un extérieur surplombant par l’analyste, à prétention explicative ; il l’a remplacée par la notion de connexions d’orientations. Sans doute ne voulait-il pas laisser présumer une hiérarchie fixe de cadres d’appréciation et moins encore, des échelles de préférence présumées qui présideraient de façon cohérente à tous les choix. Le degré de mise en ordre est affaire d’enquête, non de postulat, le postulat fût-il appelé « modèle » ou « axiome ». À défaut de cette pertinence entre modélisation et ligne de conduite économique réelle, on n’a plus affaire qu’à des marionnettes (puppets), figure schutzienne de l’homo œconomicus 13.

25Parmi les résultats d’enquête sur la vie du ménage, des descriptions de différents travaux de l’épouse proposent une vision assez décalée de ce qu’on trouve en littérature sociologique, sous le nom de « travail domestique ». D’abord parce que les évaluations d’activités domestiques par les membres de la famille, y compris par chaque enfant et par la parenté hors ménage, convergent pour considérer comme essentiellement hétérogènes certaines activités, sans permettre de toutes les assembler sous la même catégorie de « travail domestique ». Ensuite parce que les stéréotypes masculin/féminin, nombreux et rapportés en détail dans l’enquête, entre autres sur la répartition des tâches, n’aboutissent pas pour autant au schéma « travail valorisé de l’homme/travail gratuit de la femme ». Les contributions productives de Fatima sont appréciées selon des critères généraux assez semblables à celles de son homme : dans les deux cas est valorisé avant tout le travail à son compte, en raison de l’indépendance qu’il procure et aussi pour les facilités qu’il donne de pratiquer une polyactivité beaucoup plus productive qu’un travail spécialisé, grâce aux vertus propres des combinaisons et des tâches superposées, auxquelles s’ajoute par surcroît la possibilité d’y associer du plaisir ou du repos aux moments opportuns, sans autorité hiérarchique pour s’y opposer.

26Plus largement, les bilans d’interactions, à partir des relevés d’emplois du temps, amènent à sortir de la réduction économiste du temps et à prendre en compte des temporalités hétérogènes, loin des axiomes sauvages qu’incorporent implicitement les grandes enquêtes quantitatives d’emploi du temps. Le temps n’est pas une simple variable quantitative continue à découper. Une expérience rapportée a été instructive : remplir un questionnaire d’Eurostat pour les membres de la famille et comparer les résultats de l’enquête espagnole concernée avec ceux de notre enquête. Les instructions du questionnaire faussaient le recueil à la source, puisqu’elles imposaient de choisir une seule activité principale, quand plusieurs étaient menées simultanément et qu’elles ne toléraient de place résiduelle qu’à une seule activité secondaire simultanée. C’était, suivant une habitude courante, subordonner les données à la faisabilité des tableaux au lieu de soumettre les tableaux aux réalités censées être saisies. De plus, un préjugé sous-tend inconsciemment l’enquête en question, soumise à une grosse machinerie statistique internationale. Ce préjugé, formulé en termes familiers, se résume en quelques mots : au travail, on n’est pas là pour rigoler. Autrement dit, le questionnaire n’admet pas que des activités puissent être plaisir et travail à la fois : il y a des cases pour l’un et des cases pour l’autre, la mixité n’est pas permise. Or il y avait beaucoup de mixité dans les bilans d’activité de la famille.

27La dynamique d’investigation qui, de fil en aiguille, conduit ainsi de l’ethnographie des transactions quotidiennes à l’évaluation des cours de vie et à celle des liens entre générations, peut être schématisée de la façon suivante. Quand il s’agit d’achats et de ventes, les prix payés sont rapportés à des prix de référence, ceux qui amènent à dire « c’est cher », « c’est bon marché », c’est un bon prix ». De la même manière, toutes les interactions observées et regroupées selon des bilans d’interactions conduisent à relever chaque fois des références d’évaluation, en cours puis après coup. Le suivi ethnographique de ces référenciations amène petit à petit à assembler, par rapprochements, dans des corpus d’interactions, des ensembles de référence où sont opérées des connexions d’orientations plus ou moins partielles, susceptibles d’être révélées en cours d’enquête, puis après coup. Se dessinent ainsi ce qu’on a appelé des paysages de possibilités, parmi lesquels des orientations servent de boussoles. Par exemple, les stratégies d’achats, subordonnées aux stratégies de ressources, sont évaluées dans le cadre d’une orientation vers l’indépendance du mode de vie, plutôt que le salariat. Cette orientation vers l’indépendance s’apprécie à son tour à l’intérieur de parcours de vie marqués par la migration et les modalités d’insertion dans la société espagnole, où se trouvent croisées des dimensions politiques, morales et religieuses. Le dernier chapitre analyse des appréciations contrastées de réussites ou d’échecs de parcours de vie parmi trois générations nées aux villages de départ.

28L’enquête sur les parcours de vie a été elle aussi délimitée selon des périmètres d’exploration exhaustifs : a) les fréquentations de la famille durant les périodes d’observation à Fuengirola, et b), au pays de départ, le voisinage de l’ilôt où habitait la famille de Mohamed dans le Rif, c) les camarades d’école encore identifiables aujourd’hui. Le relevé exhaustif des fréquentations durant les périodes d’observation a permis de retracer un réseau et introduit à des dimensions plus larges de l’insertion sociale : mode de fonctionnement de la communauté religieuse, évolutions et réglages différenciés des rapports hommes/femmes, selon les types de liens, fonctionnements de diasporas sur les deux rives de la Méditerranée, manières de faire face au dépaysement moral, instauration d’éthiques adaptées au milieu hispano-marocain dans l’Espagne démocratique, manières de gérer des espaces de liberté féminins et masculins.

  • 14 À découvrir dans le livre, autour de l’expression de l’« appartement occidental monoporte » page 30 (...)

29L’ouvrage a utilisé une technique graphique de présentation de réseau doublement égocentré, technique inventée par Stéphane Baciocchi et publiée ici pour la première fois (p. 297). Le graphe fait ressortir différents ensembles d’affinités et de collectifs autour des deux pôles du réseau, masculin et féminin. Ce qui arrête sur une image suggestive des parcours complexes décrits en détail. En particulier les traversées de différents espaces par trois générations de femmes, Rif marocain, villes marocaines, villes espagnoles, ont pris un relief singulier ; leur récit re-situe quantité de stéréotypes journalistiques ou politiques sur les musulmans en Europe dans des significations beaucoup plus complexes. Le graphe de réseau a d’ailleurs été examiné et réinterprété au sein de la famille avec des remarques instructives, si l’on veut réfléchir sur la force de l’ethnocentrisme aujourd’hui. L’exemple le plus frappant est celui de l’appartement occidental, vue par des rifains implantés en Europe comme de malencontreuses constructions monoporte, sorte de regard inversé par rapport au texte célèbre de Pierre Bourdieu sur la maison kabyle 14.

30L’un des axes directeurs qui en résulte est l’aventure des gains de liberté féminine, du point de vue des intéressées, croisé avec les points de vue de leurs partenaires. Les récits confrontent les attentes à chaque étape, puis les évaluations rétrospectives aujourd’hui. Revenons sur le cas de Fatima. Quand nous examinons ensemble ses activités quotidiennes, elle porte des jugements relativement positifs, montrant comment elle parvient malgré tout à surmonter toutes les difficultés rencontrées. Mais dans l’un de ses récits où sont envisagées de façon plus globale des trajectoires de ses connaissances, puis la sienne propre, elle commente un des tournants de son existence de façon inattendue. À propos d’un épisode où, aux Iles Canaries, abandonnée par son mari alcoolique, elle parvient à s’en sortir comme cuisinière dans l’hôtellerie, elle fait remarquer qu’elle s’était mise à bien vivre, jusqu’à ce qu’elle cède aux pressions unanimes de sa famille et de sa belle-famille qui lui enjoignent, à elle avec ses enfants, d’aller retrouver son mari en Andalousie. Elle commente alors, à l’adresse de Mokhtar : « Si tu savais à quel point j’ai regretté ce retour ! Je me disais à moi-même : mais qui donc a bien pu me dire de revenir ! J’étais en train de m’en sortir toute seule, j’avais déjà repris le contrôle de ma vie ».

31L’idée de contrôle de sa vie, pour juger d’une vie réussie, n’est pas propre à Fatima, elle souligne ainsi une référence que l’on retrouve dans tous les récits de parcours féminins, si variés par ailleurs, que l’on ait affaire à des orientations satisfaites ou manquées. Parmi les réussites de proches considérées comme des modèles se trouvent les parcours d’une belle-sœur et de sa belle-mère, toutes deux devenues espagnoles, jouissant d’une émancipation heureusement vécue après des veuvages précoces.

32Ces points de vue féminins que les intéressées ont tenu à nous faire comprendre en y consacrant beaucoup de temps, croisés avec les points de vue de leurs partenaires, ont amené à des descriptions précises et nuancées sur la ségrégation des sexes, ainsi que sur les évolutions de la décence dans les rapports hommes-femmes, comparées sur les deux rives de la Méditerranée et comparées avec l’histoire intérieure de l’Espagne depuis deux siècles. Nous avons voulu éviter un livre polarisé sur la seule migration. En présentant les résultats d’une enquête plus large sur un milieu social, avec ses variétés de trajectoires et ses différentes formes historiques de sociabilité, il nous a semblé avoir cependant apporté par surcroît une compréhension mieux ajustée de phénomènes migratoires, re-situés dans des successions d’arts de vivre. Parmi ces lentes transformations mises en évidence se trouvent des reconfigurations d’idéaux familiaux, mises en parallèle avec les transformations effectives. Les modèles décrits sont variés ; celui de Mohammed et Fatima, courant dans le milieu, présente une originalité à l’égard des modèles occidentaux. Il ne réside ni dans des rapports de conjugalité amoureuse, ni dans le modèle ancien le plus courant de familialisme, unissant dans une affection intime conjoints et enfants mineurs. Certes, en un sens, Mohammed s’est rallié au familialisme occidental, à un moment où ce dernier semblait s’effondrer dans le libéralisme des mœurs espagnoles. Mais en réalité, ce qui tient ensemble Mohammed et Fatima, c’est la responsabilité et le plaisir d’élever leurs quatre enfants, relevant d’un modèle spécifique que nous avons appelé la parentalité conjointe. Le journal en rapporte une série de scènes caractéristiques.

33Les rapprochements de parcours de vie ont aussi fait émerger l’histoire et les mécanismes d’une forme d’insertion relativement apaisée, sans les rejets xénophobes spectaculaires dont les médias ont amplement parlé, sur d’autres points de l’Andalousie ; une forme d’insertion voisine de processus discrets qui se sont frayé un chemin de façon récurrente en France, par successions de phases étendues chaque fois sur deux générations, encadrant une scolarisation.

  • 15 Fonctionnement de paroisse musulmane mis en discussion en Espagne et dans le Rif marocain (Cotterea (...)
  • 16 Sur le concept de public intermédiaire en général, élaboré d’abord pour caractériser certains aspec (...)

34Entre autres dispositifs décrits, l’un de ceux qui ont frappé le plus nos premiers lecteurs est celui que nous avons appelé la « paroisse musulmane », telle qu’elle fonctionne en Andalousie 15. L’expression, inhabituelle en France et en Espagne, où l’on dit « la Mosquée » a choqué des spécialistes français de l’aire culturelle (quel ethnocentrisme !) ; mais elle est très courante en pays de langue anglaise (Muslim ou Islamic Congregation). L’emploi du mot congregation ou paroisse y symbolise une transformation fondamentale dans le transport de la religion musulmane en pays non-musulman, dès lors que l’appartenance individuelle à la communauté, au lieu d’être héritée et imposée, devient nécessairement volontaire. Un retour à la Mosquée de Mohammed, où celui-ci trouve une thérapie anti-alcoolique, relève ainsi d’une mutation plus large qui touche tout le milieu hispano-marocain. La paroisse musulmane devient un lieu de transition et un lieu d’appui à l’éducation des enfants où la rencontre avec des anonymes fiables, dans un périmètre de confiance, sert d’appui à la prise en charge des nouveaux arrivants pour les initier à la société plus vaste des anonymes d’un grand pays. C’est une des formes de ce que nous avons appelé publics intermédiaires 16, qui fait entrer dans l’espace public démocratique en s’interposant entre les cercles de sociabilités d’interconnaissances et une société d’inconnus qui, elle, se présente, au premier abord, comme un dépaysement moral.

35L’étude comparée des réseaux marocains et andalous met en évidence des parallélismes et des contrastes essentiels. La liberté démocratique s’inscrit dans le milieu hispano-marocain par un trait décisif, que souligne, entre autres, toute la fratrie de Mohammed : le refus du clientélisme politique et la liberté de déconnexion des liens. Ce sont là deux caractéristiques auxquelles ils sont attachés. Comparées au Maroc de leurs parents, ces deux caractéristiques signifient la possibilité de quitter un réseau sans que la cessation du lien ne devienne une dette ou une trahison. Et, parmi ces formes hispano-marocaines de public intermédiaire, l’une d’elles, particulièrement remarquable, a été décrite en détail. Il s’agit d’un réseau féminin nommé « femmes du parc » par la fille aînée de la maison, dénomination que nous avons gardée. Le réseau tient des réunions tous les soirs dans un parc public, reconstituant sur des bases plus libres une forme de sociabilité féminine courante dans le Rif rural et que les migrations urbaines marocaines avaient abolie. Ce nouveau réseau, vécu comme une conquête de liberté, fonctionne à la fois comme une coopérative d’information pour réaliser ensemble des bons plans d’achats, des démarches administratives, pour obtenir des informations sur l’emploi et, plus original, il constitue un véritable syndicat d’épouses. Il est redouté par les maris, car ce collectif exerce un pouvoir d’opinion dissuasif contre les rétablissements de subordination des épouses et a fortiori, contre d’éventuels mauvais traitements.

Haut de page

Bibliographie

Anderson E. (2001), « Unstrapping the Straitjacket of "Preference": On Amartya Sen's Contributions to Philosophy and Economics », Economics and Philosophy, n° 17, pp. 21-38.

Baciocchi S. & A. Cottereau (à paraître), L'Anthropologie comparative des « Ouvriers des Deux Mondes » : une expérience de refondation radicale, 1848-1864.

Baciocchi S. & J. David (2006), Frédéric Le Play, Anthologie et correspondance, Paris, Éditions Les études sociales.

Bourdieu P. (1970), « La maison kabyle ou le monde renversé », dans Pouillon J. & P. Maranda (dir.), Échanges et communications. Mélanges offerts à Claude Lévi-Strauss à l’occasion de son 60e anniversaire, Paris-La Haye, Éditions Mouton, pp. 739-758.

Cottereau A. (1992), « "Esprit public" et capacité de juger : la stabilisation d’un espace public en France aux lendemains de la Révolution », dans Cottereau A. & P. Ladrière (dir.), Pouvoir et légitimité, figures de l’espace public, Paris, Éditions de l’EHESS, pp. 239-272.

Cottereau A. (2006), « Le Play économiste », dans Baciocchi S. & J. David (2006), Frédéric Le Play, Anthologie et correspondance, Paris, Éditions Les études sociales, pp. 89-151.

Cottereau A. (2014), « Contextualiser dans un monde auto-interprétant : quel prix pour la garde d’un bébé ? Un exemple d’anthropologie de l’évaluation, ou "ethnocomptabilité" », dans Brayard F. (dir.), Des Contextes en histoire, Paris, Bibliothèque du Centre de recherche historique, pp. 123-150.

Cottereau A. & Marzok M. M. (2010), « Comunidad, solidaridad e Islam. El caso de la familia Mohammed (Andalucía, 2008) », Historia, antropología y fuentes orales, nº 43, pp. 75-102.

Dewey J. (1939), Theory of Valuation, Chicago, University of Chicago Press.

Dewey J. (1967), Logique, théorie de l’enquête, Paris, Presses universitaires de France.

Fontenay R. de (1856), « Compte rendu de la publication des Ouvriers européens », Journal des économistes, 2e s, Tome 10, n° 29, 15 mai.

Guerrien B. (2002 [3e éd]), Dictionnaire d’analyse économique. Microéconomie, macroéconomie, théorie des jeux, etc., Paris, Éditions La Découverte.

Isambert F.-A. (1996), « L’interprétation, source de la compréhension chez Max Weber », Enquête, n° 3, en ligne : http://enquete.revues.org/423

Orléan A. (2011), L'Empire de la valeur. Refonder l'économie, Paris, Éditions du Seuil.

Perec G. (1975), Tentative d’épuisement d’un lieu parisien, Paris, Éditions Bourgois.

Sen A. (1982), « Behaviour and the Concept of Preference », chapitre 2 de son livre Choice, welfare and measurement, Oxford, Basil Blackwell, pp. 54-73.

Sen A. (2000), Un Nouveau modèle économique. Développement, justice, liberté, Paris, Éditions Odile Jacob.

Schütz A. (1932), Der sinnhafte Aufbau der sozialen Welt, Vienne, Julius Springer.

Schütz A. (1996 [1951]), « Choosing Among Projects of Action », dans Collected Papers, vol. 1, Edited by Helmut Wagner, George Psathas, and Fred Kersten, Dordrecht, The Netherlands, Kluwer Academic Publishers, pp. 67-96.

Schütz (1996), « Political Economy: Human Conduct in Social Life », dans Collected papers, vol. 4, Edited by Helmut Wagner, George Psathas, and Fred Kersten, Dordrecht, The Netherlands, Kluwer Academic Publishers, pp. 93-105.

Haut de page

Notes

1 On peut lire A Theory of Valuation comme une alternative, entre autres, à une démarche d’interprétation par typologies savantes. Le problème commun aux approches par typologies est de se placer inconsciemment d’entrée de jeu dans un questionnement de catégorisation lié à une situation d’investigation de seconde main, sans enquête historique directe sur les sources primaires, ou sans enquête de terrain. Dans ce cas sont montés des échafaudages pour deviner des raisons d’agir d’après des « données » qui ne les donnent pas. L’enquête directe sur les évaluations à laquelle invite John Dewey se place en amont de l’impasse. La Theory of Valuation analyse comment des raisons d’agir sont saisissables dans l’action, à quelles occasions elles sont visibles, quelles sont les épreuves-tests ; elle s’interroge ensuite sur les formes d’énoncés auxquelles recourir pour rendre compte analytiquement des évaluations pratiquées et éventuellement typifiées, dans la vie courante, indépendamment de l’enquêteur. John Dewey s’oppose ainsi au jeu interprétatif qui présume les « valeurs » selon des types ou des modèles, au lieu de repérer les manifestations d’évaluation et d’en décomposer les opérations. L’approche par typologie, en sociologie, se réclame souvent de Max Weber et de ses textes théoriques sur le « rapport aux valeurs », mais il s’agit alors d’un weberianisme excessivement simplifié. Pour une analyse fine du « rapport aux valeurs » chez Max Weber, moins éloignée en pratique que l’opposition qui ressort de ses textes méthodologiques, voir François-André Isambert (1996). L’auteur y explore des opérations interprétatives de Max Weber sur ses sources, dont la theory of valuation pourrait rendre compte d’une manière plus convaincante que les argumentations défensives de Max Weber sur ses différentes élaborations typologiques.

2 Cet ouvrage, découvert par les sciences sociales de langue anglaise trois décennies plus tard, constituait un approfondissement critique des notions de « compréhension » selon Max Weber. En particulier, Alfred Schütz expliquait qu’il était insuffisant d’identifier la compréhension à l’accès à une signification définie d’une action, quand bien même celle-ci coïnciderait objectivement avec l’intention de son sujet. Le monde est interprété par les acteurs en société, avant d’être interprété par le sociologue. De plus, la signification n’est pas un simple attribut de l’action, elle relève de plusieurs compréhensions et incompréhensions, susceptibles d’autant de descriptions, où interviennent des paramètres de temporalité, de situation sociale, de prescriptions générales interprétées in situ, de situation biographique, de manières de convoquer l’expérience passée dans le présent, en fonction d’horizons différenciés eux aussi selon les insertions sociales et les parcours antérieurs. Contrairement à d’autres développements de son Aufbau, Alfred Schütz n’a pas renoncé à ces premières analyses de la temporalité de l’action, il les a au contraire approfondies au contact des courants de pensée qu’il a rencontrés après sa migration à la New York School for the Social Sciences. Durant la dernière partie de sa vie (1951-1959), il n’a plus cessé de dialoguer avec l’œuvre de John Dewey, dont il était devenu très proche malgré les différences de sources philosophiques.

3 La conception du Journal de terrain, occupant près d’une moitié de l’ouvrage, est issue d’un travail collectif poursuivi en séminaire à l’Ehess, que j’ai animé en collaboration avec, selon les années, Isabelle Thireau, Stéphane Baciocchi, Carole Gayet-Viaud, Daniel Céfaï et nos doctorants. En particulier, travaillant avec Stéphane Baciocchi sur l’œuvre de Jeanne Favret-Saada, nous avons repris et systématisé les innovations qui nous semblaient les plus généralisables de son livre, coécrit avec Josée Contreras, Corps pour corps Enquête sur la sorcellerie dans le bocage, Paris, Éditions Gallimard, 1993. La conception de ce Journal de terrain n’a plus rien à voir avec un journal intime d’anthropologue. Nous avons proposé de définir le genre d’écrit qu’inventait son journal le compte-rendu d’une relation d’expérience à expérience. Ses récits sont des démonstrations, au sens strict des démonstrations scientifiques exposées en comptes rendus, par la vertu du récit d’une expérimentation, avec ceci de particulier qu’il n’y a pas expérimentation sur des objets, mais expérimentation d’intelligibilité et de compréhension de l’expérience d’autrui. L’efficacité de la démonstration ajoute alors des conditions propres au domaine des sciences sociales, en plus de celles de toute expérimentation sur des objets. Elle s’appuie sur une modalité particulière de récit scientifique, qui articule deux temporalités : la temporalité de l’expérience d’autrui, saisie dans son déroulement interne et la temporalité de la compréhension (avec ses mécompréhensions), restituée selon la progression du suivi ethnographique. De la sorte demeurent articulés, au fil du récit, ce que l’on comprend progressivement et comment on le comprend.

4 Dans cet ouvrage, il s’agissait d’être exhaustif, non sur un thème, mais sur « un fragment du monde » de la vie. Le décalage entre thème et domaine d’enquête ouvre la brèche d’une expérience d’exploration. Sa démarche l’a ainsi amené à « regarder ce qui se passe quand il ne se passe rien ».

5 La balance électronique a été introduite dans le cadre d’une enquête de nutrition insérée dans notre ethnocomptabilité. Au départ, notre travail a été associé à une unité hospitalière de nutrition de Grenade. La crise a balayé cette unité, nous avons continué l’investigation de nutrition sans la partie clinique. La formation à la nutrition nous a amenés à ces exigences de mesure plus serrées qu’en enquêtes de sciences sociales et à élaborer des résultats résumés dans le livre. Au départ nous ne savions pas si cette famille, vivant dans des conditions difficiles et très pauvre en apparence, avec des enfants maigres et petits pour leur âge, n’était pas sous-alimentée. Le résultat a été inverse, la qualité d’alimentation était supérieure aux moyennes de la région et liée à une certaine conception de la responsabilité familiale, rendue efficace par les talents culinaires de Fatima.

6 Pour un premier aperçu de cette redécouverte en cours, effectuée dans une perspective d’histoire des sciences, voir le recueil critique, publié avec des manuscrits inédits, par Stéphane Baciocchi et Jérôme David (Baciocchi & David, 2006). L’aspect économique y est présenté dans la cinquième partie par Alain Cottereau (Cottereau, 2006). L’anthropologie économique n’y a pas pour objet les seules économies familiales. Parmi les textes de l’anthologie sont présentés par exemple l’étude d’un marché international du cuivre, un autre sur l’exploitation durable des forêts. Un ouvrage est en préparation par Stéphane Baciocchi et Alain Cottereau (Baciocchi & Cottereau, à paraître).

7 D’autres dispositifs d’ethnocomptabilité ont été développés pour les entreprises, pour les branches industrielles et pour le commerce international, évoqués dans divers textes de l’anthologie indiquée dans la note précédente.

8 La logique formelle implicite dans cette démarche a été exprimée quelques décennies plus tard, sans lien explicite, par la philosophie générale de la « tiercéité » de Charles Sanders Peirce, dont a hérité John Dewey. Les deux auteurs ont pour point commun avec le Collectif des Deux Mondes un refus de rupture entre la théorie et la pratique. Leur épistémologie place la connaissance équivalemment dans le savoir-faire pratique et dans son expression théorique. La relation entre savoir-faire pratique et théorie est continue, de l’ordre de la clarification, et non de la rupture épistémologique.

9 On retrouve un refus de prendre ces soi-disant « données » institutionnelles comme sources primaires sous une autre forme, huit décennies plus tard, chez Alfred Schütz, dans un texte manuscrit de 1938 écrit en réaction à une conférence de son confrère Friederich Von Hayek. Le phénoménologue du petit cercle husserlien et cadre de banque qu’était alors Alfred Schütz, ancien confrère de Friederich Von Hayek dans un séminaire de Ludwig Von Mises, relève le latin « data » (en français « données »), utilisé en économie et pose la question qui tue : « données à qui ? » (et sous-entendu, par qui ?). Voici le passage, préparé mais non publié pour une revue en anglais, Economica, manuscrit édité près de soixante ans plus tard, en 1996: « An especially good example of the importance of such reflection is the problem of "data" in political economy. It is certainly time to stop using the concept of "data", or even of the "given datum", as a refuge for ignorance. The definitely legitimate question is: To whom are such data given ? » (Schütz, 1996, p. 96).

10 Roger de Fontenay, rendant compte de la publication des Ouvriers européens, qualifie l’ouvrage d’« espèce de déclaration de guerre aux idées économistes » (Fontemay, 1856, p. 402). Dans Une Famille andalouse, la technique comptable, réadaptée et incluant elle aussi les biens gratuits et les collectes, ne donne lieu, en matière de « productions spontanées de la nature », qu’à des rubriques et des sommes symboliques. Il n’en ira pas de même dans les régions et secteurs où la coopération de l’homme et de la nature tient encore une place considérable, ou bien la reprend, qu’il s’agisse alors de régénération naturelle ou de productivité suscitée par des combinaisons biologiques.

11 Les bons plans de Fatima, décrits au fil du journal, sont confrontés à leurs résultats en tableaux de seconde partie, puis analysés dans la 3ème partie, pages 267-294 de l’ouvrage résumé ici.

12 Sur ce point, un exemple de l’enquête a fait l’objet d’une analyse plus détaillé dans Cottereau (2014).

13 Cette remise à plat de la recherche sur les évaluations, sans séparer l’évaluation en économie et en anthropologie, rejoint une position centrale d’André Orléan, dans son livre L'Empire de la valeur. Refonder l'économie : lui aussi rejette la division entre économie et autres disciplines des sciences humaines (Orléan, 2011). Le fait de nommer les procédures académiques, en économie, des « méthodes » élaborant des « modèles » ne les dispense pas de critique épistémologique sur leur bien-fondé. André Orléan s’est distancé d’une définition substantielle de la valeur pour adopter une définition relationnelle conduisant à la déconstruire, même s’il garde le mot « valeur ». Mon manuscrit était bouclé avant la sortie de l’Empire de la valeur, ce qui explique que je n’ai pu en tenir compte. Pour une critique épistémologique de modélisations courantes en économie, dont la « robustesse » frise souvent la simple déprise de tout choc de réalité, voir les ouvrages du mathématicien économiste Bernard Guerrien, notamment Guerrien (2002). La thèse d’Alfred Schütz sur les degrés de connexion d’orientation a été, là aussi, en partie réinventée par Amartya Sen sans connaître son prédécesseur, apparemment, dans son texte « Behaviour and the Concept of Preference » (Sen, 1982). Amartya Sen y argumente notamment contre « l’axiome des préférences révélées » de Paul Samuelson, sur la possible non-connexion des préférences ou, pour le moins, l’incomplétude et le provisoire de leur ordonnancement. Cf. aussi sur ce point l’article d’Élisabeth Anderson (Anderson, 2001).

14 À découvrir dans le livre, autour de l’expression de l’« appartement occidental monoporte » page 303. On peut mettre en face le célèbre texte de Pierre Bourdieu, « La maison kabyle ou le monde renversé » (Bourdieu, 1970).

15 Fonctionnement de paroisse musulmane mis en discussion en Espagne et dans le Rif marocain (Cottereau & Marzok, 2010).

16 Sur le concept de public intermédiaire en général, élaboré d’abord pour caractériser certains aspects de la Révolution française, voir Cottereau (1992). Le point crucial est le basculement de la défiance des concitoyens a priori, qui implique que tout anonyme doit être recommandé, à la confiance a priori, sauf preuve du contraire établie dans un état de droit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Cottereau, « Grand résumé de l’ouvrage d’Alain Cottereau et Mokhtar Mohatar Marzok, Une Famille andalouse. Ethnocomptabilité d’une économie invisible, Paris, Éditions Bouchene, 2012 »SociologieS [En ligne], Grands résumés, mis en ligne le 23 février 2015, consulté le 18 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/4893 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.4893

Haut de page

Auteur

Alain Cottereau

Directeur d’études, EHESS, Paris (France) - alain.cottereau@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search