Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSGrands résumés2015Une Famille andalouse. Ethnocompt...Faut-il restituer la complexité d...

2015
Une Famille andalouse. Ethnocomptabilité d’une économie invisible

Faut-il restituer la complexité du monde observé pour le comprendre ? Apports et limites d’une anthropologie de l’évaluation

Discussion de l’ouvrage d’Alain Cottereau et Mokhtar Mohatar Marzok, Une Famille andalouse. Ethnocomptabilité d’une économie invisible, Paris, Éditions Bouchene, 2012
Virginie Tournay

Notes de la rédaction

Le Grand résumé de l’ouvrage par Alain Cottereau est disponible à l’adresse : http://sociologies.revues.org/4893 et la discussion par Nathalie Zaccaï-Reyners à l’adresse : http://sociologies.revues.org/4897

Texte intégral

1L’anthropologie de l’évaluation à laquelle se livre Alain Cottereau dans son dernier ouvrage et qu’il perfectionne dans ses derniers articles (Cottereau, 2014), constitue un appel à renouveler la profondeur de champ, les niveaux de détails et la composition analytique des descriptions ethnographiques. Il plaide notamment pour prendre en compte ce que les gens prennent en compte dans le travail d’observation. En ce sens, il invite à distinguer l’auto-interprétation des actions en cours qui procède de valuations – c’est-à-dire d’actes de mesure et de comparaison sur une échelle donnée – de celle réalisée après-coup qui définit une évaluation a posteriori. Cette expérience de description d’une relation d’expérience à expérience retranscrite dans le Journal de terrain de son ouvrage nous amène à interroger la manière dont la démarche adoptée renégocie la notion même de contextualisation et renseigne sur les dispositifs institutionnels de la valuation (1). La dimension inépuisable de la description du monde réel pose une limite épistémologique à la possibilité d’expliquer les actions, sinon de suivre les opérations de comptage et de décomptage des opérations de valuation, ainsi que leur utilisation dans le cadre de recherches-actions (2). Enfin, cette posture originale de l’enquête ethnographique, mettant l’accent sur la dimension interprétative des agents, appelle à réfléchir à différentes entreprises instituées de saisie du monde perçu telles que l’écriture de l’histoire passée et les indicateurs de l’opinion (3).

Ce qu’être en contexte veut dire

2Cette démarche qui suppose, dans un premier temps, de braquer le projecteur sur la contextualisation des agents en situation plutôt que sur la fabrique du tableau social établi par l’ethnographe, incite à interroger la notion même de contexte et ce qui définit in fine son opérationnalité dans la compréhension des scènes du monde social. Loin de ressortir comme un bruit de fond, un héritage de représentations ou de savoirs tacites à partir duquel les agents interagissent, s’adaptent et négocient, le contexte incarne ici un élément diversement perçu, une potentialité de mise en relations pour chaque agent, formant à l’échelle du groupe, un paysage de possibilités continûment renégocié par la pluralité des références d’évaluation (Lewis, 1969 ; Taylor, 1992 ; Honneth, 2014). Cette posture remet plus ou moins directement en cause l’idée de common knowledge, d’accords implicites et de conventions tacites qui sont pourtant au fondement de la stabilité des collectifs et des institutions politiques (Elster, 1987). La démarche adoptée par Alain Cottereau questionne différemment ce qui totalise les êtres, si bien que la notion même de contexte est ici à interroger.

Du quotidien ordinaire aux évènements extraordinaires : un même principe d’observations

  • 1 Dans le sens développé par Albert Piette qui consiste d’une part à observer et à décrire le cours d (...)

3Ce positionnement épistémologique retentit inévitablement sur les opérations de qualification données par le chercheur. Ainsi, la distinction entre une situation ordinaire et un contexte de crise repose sur l’interprétation faite par des agents en situation. Elle n’est plus déterminée à partir de variables historiques objectives mais plutôt suivant une subtile météorologie qui n’est pas détachable d’une entreprise de phénoménologie sociale (Grappe-Nahoum, 1995). Ethnographier le partage de l’intelligibilité des situations en cours équivaut à un travail d’enquête éminemment complexe. Cela oblige l’observateur à s’abstraire des logiques surplombantes et d’une temporalité linéaire pour devenir un phénoménographe 1 de situations, tant inattendues qu’ordinaires.

L’ethnocompatibilité : un acte de contextualisation continu et partagé

  • 2 Film américain réalisé par Sidney Lumet en 1957 avec Henry Fonda en acteur principal jouant l’uniqu (...)
  • 3 Un des jurés perd son calme, devient agressif et profère une phrase menaçante « je vais vous tuer » (...)

4Pour l’auteur, la valuation opérée par les agents ne s’inscrit pas dans un référentiel spatio-temporel surplombant le jeu social. Leur description suppose de suivre les formes de saisie de l’objet d’attention ainsi que leur mise en équivalence tacite élaborée selon des références d’évaluations plus ou moins partagées et perfectibles. Cette déconstruction de l’observation savante est avant tout un plaidoyer visant à ne pas présupposer de contexte préalable en soi, mais plutôt à considérer sa composition comme le résultat momentané et possiblement renouvelé d’actions interprétées par les agents en situation. Le drame judiciaire Douze hommes en colère 2 met en lumière les mécanismes de valuation individuelle en retraçant le retournement des délibérés d’un jury de douze hommes devant statuer sur le sort d’un jeune homme d’origine modeste accusé de parricide. En préambule du film, onze jurés sur les douze le pensent coupable ; celui qui n’est pas certain de la culpabilité de l’accusé va, tout au long du film, convaincre un à un les autres membres. Le déroulé du scénario met ainsi en exergue le tâtonnement itératif des manières individuelles de saisir le monde. On découvre ainsi qu’un des jurés ayant voté la culpabilité dans un premier réflexe, a été suggestionné par l’assentiment majoritaire des dix autres. Une autre scène montre que l’usage de mêmes mots renvoie à des cadres de référence parfois diamétralement opposés 3 et finalement, que la motivation du juré le plus récalcitrant à abandonner la culpabilité du jeune homme est liée à la projection des mauvaises relations entretenues avec son propre fils.

5Si la reconstitution a posteriori de ce type de décision collective porte essentiellement sur l’analyse de la crédibilité des preuves recueillies par les policiers sur la scène du crime, le suivi de l’action délibérative définit un changement de focale. Ce procédé d’enquête oblige à prendre en compte ce que les jurés prennent en compte et les valuations successives. Ce film témoigne de la re-hiérarchisation continue des manières de saisir la situation par chacun des jurés qui mobilisent successivement différents systèmes symboliques afin d’ajuster les éléments présentés de la scène du crime avec leur propre grille individuelle d’appréciation. La valuation est ce qui permet à cette appréciation de durer. La mise en scène de la délibération illustre également la nature transactionnelle de l’attribution de valeurs telle qu’elle a été décrite par John Dewey (Dewey, 2011). Ce constat nous éloigne d’un processus de raisonnement appuyé sur une logique hypothéticodéductive ou sur le constat de convictions et d’engagements référés à des valeurs substantielles.

L’institutionnalisation de la valuation : les politiques d’accountability

6Alain Cottereau nous donne des illustrations des cadres d’appréciation tacites d’une famille andalouse et au-delà, de leur fonctionnement mis en contexte d’insertion des Musulmans en Andalousie ; l’usage banalisé de « paroisse musulmane » témoigne d’une ethnocompatibilité d’ordre public. Une question laissée en suspens est la nature et les formes d’institutionnalisation des mécanismes d’ethnocompatibilité associés à l’évaluation de groupes ou de pratiques sociales et organisationnelles. À ce niveau plus politique, le terme de valuation est à rapprocher du terme anglais accountability qui offre une déclinaison lexicale à la fois plus vaste et plus précise sans équivalent dans la langue française. Il correspond à l’obligation de rendre compte, voisine de l’idée de responsabilité qui témoigne de l’obligation de répondre de ses actes. C’est le fait d’être comptable de quelque chose, envers quelqu’un ; la capacité à rendre compte du caractère juste de sa conduite. L’accountability a un caractère inéluctablement public, c’est donc une institution de la démocratie. De la même façon qu’il n’y a pas lieu, comme le souligne Alain Cottereau, de séparer les « valeurs » économiques des autres évaluations sociales, les travaux sur l’accountability ne se cantonnent pas exclusivement à la reddition de comptes financiers et à la transparence économique. Ils ont davantage vocation à placer cette notion au cœur de la relation sociale en interrogeant les mécanismes par lesquels des raisons sont demandées et données pour justifier de conduites particulières. Cette notion est ainsi engagée dans une discussion des systèmes de mesure de performances managériales non financières tandis que Vassili Joannidès et Stéphane Jaumier font remonter la notion à Alexis de Tocqueville qui l’appréhende déjà dans son ouvrage De la démocratie en Amérique comme une philosophie du vivre-ensemble (Joannidès & Jaumier, 2013). On peut ici s’interroger sur la façon dont la relation d’expérience à expérience mise en avant par Alain Cottereau s’article avec sa mise en politique (la notion d’accountability) et plus largement, avec les théories de la représentation.

Valuation(s) et Evaluation(s) dans un réel inépuisable

7De l’aveu même d’Alain Cotterau, cette posture analytique, née d’un réel inépuisable, est à rapprocher d’un mode de description littéraire hyperréaliste et baroque tel que celui employé par George Perec dans La Vie, mode d’emploi. Pour autant, cette adaptation d’une démarche littéraire en vue d’une conduite d’enquête de science sociale n’est pas dénuée de difficultés épistémologiques et méthodologiques sur le plan de l’analyse socio-anthropologique.

De la description du monde à son explication : rupture ou continuité

  • 4 À ce sujet, voir la préface de Luc Boltanski de l’ouvrage de Mohammed Nachi sur les éléments de des (...)

8Montrer que toute saisie du monde extérieur – c’est-à-dire toute valuation – s’article à une temporalité élastique, à un espace à géométrie variable et à une multiplication interne des récits de vie conduisant à des digressions potentiellement infinies, s’accompagne de difficultés en termes de restitution. Il est impossible de déterminer à quel niveau de contenu observé la description peut être arrêtée pour valoir explication. Si l’épuisement du réel est impossible et qu’aucun fragment du monde ne peut être rapporté de façon exhaustive, quel degré de précision doit porter l’expérience d’exploration pour être suffisamment satisfaisante sur un plan analytique ? Dans quelle mesure les comptabilités contextuelles peuvent-elles être isolées du déroulé même des évènements vécus par les individus sans que cela ne constitue en soi une réduction du monde liée à l’acte d’observation ? La caractérisation des ethnocompatibilités suppose d’intégrer les composantes pertinentes de l’action et de pouvoir identifier les points de convergence des jugements de même que les positions inconciliables afin de mettre en évidence les modes d’équivalence partagés par une communauté, un groupe ou une structure familiale. Cette entreprise de contextualisation dans un monde auto-interprétant oblige également à préciser le statut donné à l’explication du chercheur et à son régime de validité. Est-elle corrélée au degré de précision donné à la description des interprétations des agents en situation et aux dispositifs dans lesquels ils se trouvent placés ? 4.

Comptage et décomptage : la valuation ou la fabrique d’une unité

  • 5 Si, par définition, l’esthétique porte un intérêt particulier au domaine du sensible, cela ne revie (...)

9La sociologie de l’esthétique, par son intérêt pour le sensible 5, nous donne quelques clefs pour approfondir la notion de valuation. La prise en compte des situations n’est pas une activité humaine qui se résume à l’expérience de quelque chose mais à l’expérience de quelque chose qui possède des propriétés particulières en raison de systèmes symboliques la faisant fonctionner, par exemple, sur un mode « esthétique ». Ces systèmes symboliques peuvent inscrire une contextualisation de différents ordres : monétaire, moral ou patrimonial etc. Aussi, la prise en compte de l’objet implique l’intervention de références d’évaluation plus ou moins explicitées dans la relation entre opérateur et réalisation de l’évaluation comme le souligne déjà Alain Cottereau. Plus encore, il faut que les références d’évaluation mobilisées par les agents soient en mesure de rendre les objets ou les prédicats signifiants, c’est-à-dire de donner à ces agents une pleine capacité à saisir leur unité symbolique. Ainsi, on ne s’intéresse pas à un tableau ou à une poésie mais à ce que l’œuvre musicale exprime ou à ce que le poème décrit. Cette thèse développée par Nelson Goodman et Catherine Elgin est une tentative de mettre fin à l’opposition entre le sensible et le conceptuel, entre l’objectif et le subjectif. Ils montrent que la saisie d’un objet est autant une expérience de mise en équivalence avec des symboles partagés que la constitution d’une unité de représentation (Goodman & Elgin, 1990). La valuation est donc un acte de rassemblement, une délimitation des choses à compter, de ce qui fait communauté mais aussi de ce qui est décompté. Ainsi, la nation pour Benedict Anderson est toujours envisagée comme une communauté politique profonde et horizontale, cela indépendamment des inégalités, des exploitations ou des blessures mémorielles. C’est cet imaginaire partagé de l’unité nationale qui, « depuis deux siècles, a fait que tant de millions de gens ont été disposés, non pas tant à tuer, mais à mourir pour des produits aussi limités de l’imagination » (Anderson, 1996, pp. 20-21). Prendre en compte, être pris en compte et délimiter suppose également un tri, un choix des éléments au détriment d’autres. Une chaise cassée n’a plus de valeur utilitaire mais elle peut faire l’objet d’une nouvelle valuation par un acte de patrimonialisation. Si bien que l’acte de valuation est une opération de transformation dont les termes dépendent de la façon dont un individu atteste de l’existence d’un objet. Il s’agit autant de refaire que de rendre compte, obligeant à reconsidérer la valeur mais aussi la forme de l’objet considéré. Comment les mécanismes individuels de valuation peuvent-ils s’articuler à une théorie de la reconnaissance sans passer par la common knowledge ?

Qu’est-ce qu’une vie qui vaut la peine d’être vécue ? Du choix du dispositif d’observation…

10De par son incapacité revendiquée à épuiser l’observation d’une réalité pourtant délimitée sur un plan spatial et temporel, le postulat de cette anthropologie de l’évaluation entraine des répercussions méthodologiques dans la manière de conduire des observations ethnographiques, ou des limites opératoires dans une perspective de recherche-action. En effet, la progression du suivi ethnographique invite dans ce cadre à privilégier une appréhension relationnelle des valeurs et des désirs plutôt qu’à leur reconnaître une réalité substantielle puisque la dimension auto-interprétative de l’expérience définit les données solides de l’expérience de description. Alain Cottereau s’interroge à juste titre sur le type de dispositif d’observation adapté à des questionnements relatifs à la valeur de la vie humaine. Des notions telles que l’intégrité du corps humain ou le principe de dignité doivent-elles être uniquement appréhendées comme des éléments résultant de relations d’expérience à expérience et des formes d’intercompréhension ? On retient ici clairement la limite d’une approche qui privilégie exclusivement ce qui compte pour les acteurs en situation. La vie humaine a-t-elle une valeur per se ? Il s’agit alors d’interroger l’utilité pratique de cette anthropologie de la décision si on abandonne l’idée de valeurs per se et plus largement celle du monde des valeurs. Dans quelle(s) mesure(s) un suivi ethnographique appuyé sur l’ethnocompatibilité peut-il constituer une aide décisionnelle d’accompagnement de fin de vie dans les situations dramatiques d’invalidité profonde où se trouvent plongés des patients « cérébrolésés » qui présentent des états de conscience altérés suite à de graves accidents (Tournay, 2014) ?

Des temporalités, des histoires et des hommes

11La force conceptuelle de cette anthropologie de l’évaluation est de distinguer l’intelligibilité et les modalités d’évaluation de l’action après coup, de celles de l’action en cours. Les saisies effectuées sur le monde, que ce soit pour recueillir des opinions ou des préférences, ou encore pour retracer le déroulé d’un événement révolu définissent des collectes a posteriori. L’histoire devient une écriture disputée au même titre que le recueil d’une opinion publique puisqu’elle présuppose une sélection et un accord autour du système d’évaluation à partir duquel la description s’opère. Le récit rétrospectif idéal présuppose un accord tant sur la saisie de l’objet que sur les référents ayant servi à l’évaluation de celui-ci. Ce qui est pratiquement impossible à obtenir puisque la visibilité de ces référents suppose de pouvoir suivre le cours de l’action lui-même et ne peut pas s’obtenir a posteriori.

Les enseignements de la biologie évolutive

12La mise en œuvre d’une ethnographie fondée sur l’examen des ethnocomptabilités fournit de nombreux cas de figure qui rejoignent ce que l’on pourrait qualifier de formes « d’exaptation sociale » par emprunt à un concept de biologie évolutive, développé par Stephen J. Gould et Elizabeth Vrba. Une exaptation est un caractère qui assure une fonction n’ayant pas été préalablement produite par la sélection naturelle dans la fonction qu’il assure actuellement. L’exemple classique est l’apparition de la plume chez certains dinosaures, dont la fonction originelle était d’assurer une adaptation thermorégulatrice, celle-ci ayant ensuite été réorientée en adaptation au vol chez l’oiseau (Gould & Vrba, 1982). Le travail d’Alain Cottereau n’est pas éloigné de cette thèse lorsqu’il examine le bricolage évolutif des valeurs partagées qui se joue dans la reconfiguration des idéaux familiaux lors des phénomènes migratoires. Si le ciment familial, c’est-à-dire ce qui fait tenir ensemble Mohammed et Fatima, fut à l’origine un rapport de conjugalité amoureux, il s’inscrit aujourd’hui dans une exaptation de la parentalité conjointe, modèle développé par Alain Cotterau pour décrire la responsabilité et le plaisir du couple à élever ensemble leurs quatre enfants.

Entre parole singulière et écriture de l’Histoire

13Par sa méthodologie du Journal de terrain, cette anthropologie de l’évaluation marque une limite épistémologique dans les tentatives de relater une action réalisée. L’observation d’une période révolue rend par définition impossible toute saisie du déroulement interne de l’expérience individuelle et des intercompréhensions telles qu’elles pouvaient s’exprimer dans le passé. La connaissance historique se construit à travers une sorte d’échange conduite par les historiens avec les témoins d’une époque et les écrits passés. Celle-ci se réduit à l’organisation d’un passé, sans cesse révisable, dans les termes du présent de l’historien qui constituent une réalité négociée et disputée. Aussi, la posture ethnographique basée sur la dimension auto-interprétative des agents met à mal l’objectivité du récit d’une évaluation accomplie. En effet, le(s) récit(s) de l’action en cours et les narrations rétrospectives ne peuvent pas être de même nature. Dans le dernier cas de figure, les référents d’évaluation sont donnés par les lieux de mémoire, les outils historiographiques et les interprétations fournies par les historiens. Cet exercice de description fondée sur la dimension auto-interprétative des agents en situation pose le problème de la fiabilité descriptive de l’action révolue. Il s’agit alors d’éviter un double écueil. Le premier serait de concevoir un événement ou une prise de décision passée comme un pur produit contingent résultant de relations complexes issues du partage inatteignable d’interprétations sur le monde. Le deuxième serait d’associer la fiabilité des récits passés à la seule restitution des référents d’évaluation de l’historien, c’est-à-dire à sa liberté interprétative et à son conditionnement culturel.

La mesure de l’opinion. Indicateur de préférences ou source de valuations ?

14Avec la mise en récit du passé, les recueils de l’opinion constituent une autre saisie du monde qui vise à identifier et à mesurer des préférences individuelles telles qu’elles apparaissent à un moment donné dans une société. Cette évaluation est rétrospective puisqu’elle effectue sa mesure à partir d’un collectif déjà-là dont il est impossible de suivre individu par individu, les tâtonnements et les valuations successives. Si les technologies d'enquête comme le sondage ne sont pas réductibles à de simples procédés de dénombrement, les dimensions sous-jacentes des opinions et des comportements politiques demeurent néanmoins difficilement saisissables et objectivables, faute de pouvoir être rapportées à un référentiel universellement admis. Aussi, les standards d’évaluation sont incrustés au cœur du dispositif matériel des techniques de sondages qui formalisent les argumentaires recueillis en un corpus d’énoncés d’opinion publique. Le contenu de l’opinion est appareillé de toute une infrastructure invisible le rendant tangible (Brugidou, 2008). Si la fiabilité des préférences recueillies est partielle dans la mesure où elle formate la structuration des données d'observation et ne reflète pas la complexité inter-compréhensive des jugements individuels en situation, les sondages d'opinion influencent la communication politique (Le Roux, Perrineau, Chanvril, Michelat, Rey, Rouban, Boy, Chiche, Le Hay & Sineau, 2011). La mesure de la confiance mobilise les outils de la sociologie électorale tout autant qu'elle est déterminée par eux. Les sondages sont donc à la fois des actes d’évaluation (indicateur de préférences constituées « déjà-là ») et des référents silencieux pris en compte dans le cours de l’action en assurant une contextualisation. Cette circularité de la relation entre l'agrégation des préférences individuelles (évaluation) et le degré de stabilité des institutions (liée à l’auto-interprétation des agents) est sous-estimée dans l’appareillage théorique en raison de l’impératif analytique consistant à maintenir séparés l’action réalisée (comptes rendus) et l’action en cours (comptes en cours). La prise en compte de cette circularité des médiations et l’impossibilité de maintenir une distinction étanche entre la mesure du passé et la valuation présente dans nos sociétés complexes sont pourtant indispensables à la compréhension du monde qui nous entoure (Morin, 1990). C’est sans doute pour cette raison que l’outil de sondage, dans son opération de réduction de la réalité, conduit souvent à une modélisation relativement prédictible des conduites ou des préférences collectives.

Haut de page

Bibliographie

Anderson B. (1996), L’Imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, Éditions La Découverte.

Brugidou M. (2008), L'Opinion et ses publics, une approche pragmatiste de l'opinion publique, Paris, Presses de Sciences Po.

Cottereau A. (2014), « Contextualiser dans un monde auto-interprétant : quel prix pour la garde d’un bébé ? Un exemple d’anthropologie de l’évaluation, ou "ethnocomptabilité" », dans Brayard F. (dir.), Des Contextes en histoire, Paris, Bibliothèque du Centre de recherche historique, pp. 123-150.

Dewey J. (2011), La Formation des valeurs, Paris, Éditions La Découverte.

Elster J. (1987), The Multiple Self, Cambridge, Cambridge University Press.

Goodman N. & Elgin C. (1990), Esthétique et connaissance pour changer de sujet, Paris, Éditions de l’Éclat.

Gould S. et Vrba E. (1982), « "Exaptation" – A Missing Term in the Science of Form », Paleobiology, n° 8, pp. 4-15.

Grappe-Nahoum V. (1995), L’Ennui ordinaire. Essai de phénoménologie sociale, Paris, Éditions Austral.

Honneth A. (2014), Freedom’s Right: The Social Foundations of Democratic Life, New York, Columbia University Press.

Joannidès V. & Jaumier S. (2013), « De la démocratie en Amérique du Nord à l’accountability à la française », Revue Française de Gestion, vol. 8, n°237, pp. 99-116.

Le Roux B., Perrineau P., Chanvril F., Michelat G., Rey H., Rouban L., Boy D., Chiche J., Le Hay V. & M. Sineau (2011), « La confiance dans tous ses états », Cahier du CEVIPOF, n° 54, juillet.

Lewis D. (1969), Convention, Cambridge, Mass., Harvard University Press.

Morin E. (1990), Introduction à la pensée complexe, Paris, Éditions du Seuil.

Nachi M. (2006), Introduction à la sociologie pragmatique, Paris, Éditions Armand Colin.

Piette A. (2009), L’Acte d’exister. Une phénoménographie de la présence, Marchinienne-au-Pont, Socrate Éditions.

Taylor C. (1992), Sources of the Self. The Making of the Modern Identity, Boston, Harvard University Press.

Tournay V. (2014), « Une révolution silencieuse. L’euthanasie : une controverse publique sur une question privée », Note du CEVIPOF, n°1.

Haut de page

Notes

1 Dans le sens développé par Albert Piette qui consiste d’une part à observer et à décrire le cours de l’action et d’autre part, à dégager les modes de présence des différents types d’êtres en s’appuyant sur leur « acte d’exister » (Piette, 2009). On notera la proximité des deux postures en ce qui concerne le comportement de l’observateur devant faire preuve d’une « attitude d’ouverture » et mettre en suspens les catégories et les contenus pré-donnés. La question du « donné sensible » et celle de l’interprétation donnée par les agents de leurs propres actions n’ont pas le même statut dans la restitution de la réalité observée si on rapproche ces deux grandes entreprises théoriques.

2 Film américain réalisé par Sidney Lumet en 1957 avec Henry Fonda en acteur principal jouant l’unique juré déclarant l’accusé non-coupable au début des délibérés.

3 Un des jurés perd son calme, devient agressif et profère une phrase menaçante « je vais vous tuer » à l’égard d’un autre, montrant par là-même que cette phrase, prononcée par l’accusé d’après la reconstitution de la scène du crime, ne signifie pas nécessairement vouloir passer à l’acte.

4 À ce sujet, voir la préface de Luc Boltanski de l’ouvrage de Mohammed Nachi sur les éléments de description susceptibles de renvoyer à une logique explicative (Nachi, 2006).

5 Si, par définition, l’esthétique porte un intérêt particulier au domaine du sensible, cela ne revient pas à considérer que l’œuvre d’art appartient davantage au domaine du sensible que n’importe quelle autre chose perçue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Virginie Tournay, « Faut-il restituer la complexité du monde observé pour le comprendre ? Apports et limites d’une anthropologie de l’évaluation »SociologieS [En ligne], Grands résumés, mis en ligne le 23 février 2015, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/4895 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.4895

Haut de page

Auteur

Virginie Tournay

Chargée de recherche CNRS - CEVIPOF. Centre de recherches politiques de Sciences Po, Paris (France) - virginie.tournay@sciencespo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search