Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSGrands résumés2015Une Famille andalouse. Ethnocompt...Pour une science sociale de l’éva...

2015
Une Famille andalouse. Ethnocomptabilité d’une économie invisible

Pour une science sociale de l’évaluation

Discussion de l’ouvrage d’Alain Cottereau et Mokhtar Mohatar Marzok, Une Famille andalouse. Ethnocomptabilité d’une économie invisible, Paris, Editions Bouchene, 2012
Nathalie Zaccaï-Reyners

Notes de la rédaction

Le Grand résumé de l’ouvrage par Alain Cottereau est disponible à l’adresse : http://sociologies.revues.org/4893 et la discussion par Virginie Tournay à l’adresse : http://sociologies.revues.org/4895

Texte intégral

1Voici un formidable travail qui, en raison de son titre, pourrait sembler attaché à des enjeux géographiquement ou ethnographiquement limités, ou qui pourrait, en raison de la modestie de ses auteurs, passer tout simplement inaperçu. Pourtant il ouvre des pistes particulièrement stimulantes pour les sciences sociales. Parmi les traits remarquables de cette étude, le plus frappant est sans doute celui d’avoir réussi à élaborer avec un degré de maîtrise extrême un dispositif d’enquête ajusté à son objet de recherche. Un dispositif qui accueille la complexité de l’action en train de se faire, en évitant autant que possible d’écraser la plurivocité de son environnement au bénéfice de son intelligibilité. Entre ces deux termes – complexité et intelligibilité – les auteurs semblent avoir judicieusement organisé un dialogue et des ajustements raisonnés tout au long de la recherche.

2L’étude qu’Alain Cottereau a réalisée avec Mokhtar Mohatar Marzok relate une expérience d’ethnocomptabilité effectuée auprès d’une famille andalouse entre 2007 et 2009. Elle nous montre à l’œuvre le trajet de l’investigation dans ses diverses étapes. Il débute par l’immersion de Mokhtar dans la vie quotidienne de Mohamed, Fatima et leurs quatre enfants. Avec l’aide de toute la famille, Mokhtar réalise le relevé minutieux des actions et des interactions, leur consignation rigoureuse et se lance avec Alain dans la rédaction d’un journal d’enquête. Élaboré conjointement mais à distance, le journal s’étend au fil des jours, relatant les faits marquants assortis des explicitations et des justifications effectuées par les différents protagonistes dans le temps de l’observation. Vient ensuite le moment du retour réflexif sur les données recueillies. Celui-ci prend la forme d’une comptabilité contextuelle tout à fait originale qui permet de porter un regard riche sur la complexité des actes d’évaluation posés, sans les détacher de leurs lieux d’émergence. Il en ressort une approche quelque peu révolutionnaire de l’activité économique telle qu’elle se déploie dans nos vies, au fil des jours. Enfin, un troisième moment de l’analyse revient après coup sur les opérations dégagées et ce avec les intéressés eux-mêmes. Cette étape élargit le propos, sans quitter pour autant son ancrage dans le quotidien de la famille de Mohamed et Fatima. Il permet des mises en perspectives politiques, culturelles, économiques synchroniquement et diachroniquement plus étendues. Jusqu’à toucher au sens de la vie, des vies de ces personnes auxquelles on s’attache au fil de la lecture.

3L’objet même de la recherche dicte en grande partie les choix posés par les auteurs pour élaborer un dispositif d’enquête original. Il s’agit de proposer une contribution à l’édification d’une science sociale de l’évaluation. Qu’entendent-ils par-là ? Et en quoi cet objectif impose-t-il de penser plus avant les ressorts de l’enquête ?

Une science sociale de l’évaluation

4Cette science vise à observer, décrire et analyser les jugements évaluatifs opérés en contexte, ainsi que leurs transformations, stabilisations, négociations, pour en suivre le devenir au sein de configurations plus étendues dans le cours de nos vies. Si l’évaluation est un processus, celui-ci est à chaque fois situé dans un contexte et dans une temporalité propres, l’appelant à prendre des formes d’une diversité inconnue a priori. Partant, les chercheurs ne peuvent préjuger des actes qui relèvent de cette catégorie pour autrui. Ainsi l’enquête se doit-elle de chercher la façon d’identifier et d’étudier ces actes évaluatifs. Pour cela, Mokhtar et Alain vont suivre exhaustivement durant un temps donné les activités de cette famille andalouse en relevant avec une précision extrême les flux de ressources entrantes et sortantes. « Ressources » est alors une catégorie ouverte comprenant l’ensemble des denrées, objets, monnaies, aides en nature, etc. Comment se constituent, se transforment, s’échangent, se consomment ces ressources, au fil des actions et interactions des membres de la famille, dans la cuisine, sur les marchés, lors des rencontres de voisinages, sur la route de l’école, durant les promenades au parc, au café, à la mosquée… Comment les projets et décisions sont-ils adossés à ces flux de ressources ? Et ce jusqu’aux esquisses biographiques sur un temps long, où des lignes de vie s’articulent en destinées singulières, entre les rives de la Méditerranée. Ainsi la science sociale de l’évaluation se propose de prendre en vue le déploiement de ce qui est pris en compte jusqu’à ce qui compte pour nous, en n’oubliant pas la façon dont on est pris en compte. L’amplitude de l’enquête sur le fil de l’évaluation est un de ses apports majeurs. Donner à voir et à penser les liens entre le quotidien d’une famille et les mouvements existentiels effectués sur plusieurs générations de proches à travers plusieurs sites – Andalousie, Maroc, Canaries – la façon dont, compte tenu de tout ce qui est posé, ils estiment que la vie vaut ou non la peine d’être vécue. C’est là une manière tout à fait originale d’établir des « bilans situés de bien-être », dont la visée comparative et cumulative est clairement annoncée.

5De par ses ambitions, la science sociale de l’évaluation réclame donc au moins deux ouvertures qui constituent par elles-mêmes un double défi pour l’enquête. Car, d’une part, comment ouvrir le regard sociologique aux opérations d’évaluation effectuées par les personnes sans préjuger au préalable de ce qui compte à leurs yeux pour une évaluation ? Autrement dit sans apposer à l’avance les références à partir desquelles situer les actes observés ? Et puis, d’autre part, comment ouvrir le regard sociologique à l’étendue temporelle de ces actes ? Comment ne pas circonscrire l’observation à un temps donné, pour être en mesure de saisir le fil des transformations, révisions, stabilisations sur les moyen et long termes ? Comment le dispositif d’enquête a-t-il permis de rencontrer ces difficultés ?

Ouvrir l’enquête à l’action en cours

6Si la comptabilité se fait ethnoscientifique, c’est en vertu d’une exigence de contextualisation qui requiert une complexification du regard sur la question des valeurs. Alain Cottereau rappelle ici sa dette envers John Dewey et la distinction entre « valuation » et « evaluation ». Pour saisir les actes d’évaluation dans leur terreau propre, il convient de considérer les flux de ressources dans leurs contextes relationnels. Ainsi, à une définition parétienne du domaine de la science économique comme « étude du rapport des hommes aux choses », les auteurs souhaitent substituer une enquête sur les phénomènes économiques comme « rapports des hommes entre eux à propos des choses » (voir sur ce point la note 4, p. 13 du livre). Pour rendre visible ce qui ne l’est pas pour la comptabilité institutionnelle, pour l’économie politique classique et pour les analyses d’économétrie ou de budget-temps, ils s’inspirent également d’un ancien projet de science économique dont Alain Cottereau participe à la redécouverte académique (voir le Grand résumé d’Alain Cottereau, notamment la note 8). Après la Révolution française de 1848-1849, le Collectif des Deux Mondes développe le projet d’un système de mesure scientifique des phénomènes économiques dont l’un des principes consiste à s’appuyer sur des observations de première main. Et ce, alors que l’usage de données indirectes semble être la règle en économie politique. Cette ouverture du regard est beaucoup plus exigeante et réclame un tout autre travail de recueil des données comme de leur mise en forme. On ne peut se limiter à une coupe dans le cours de l’action, ni à l’établissement de relevés comptables prédéfinis, au risque de reproduire l’invisibilisation des ressources comme de leurs prises en comptes. Ce que montre la comparaison avec l’enquête Eurostat sur les relevés d’emplois du temps que rappelle Alain Cottereau dans son résumé. Les auteurs reprennent également au Collectif des Deux Mondes l’idée que si les unités familiales sont des consommateurs, elles sont également des producteurs dont l’activité fait une différence dans les bilans de bien-être.

7Observer les évaluations avec les acteurs en train de les effectuer, noter les justifications qu’ils avancent, les références qu’ils ont à l’esprit lorsqu’ils prennent leurs décisions dans le cours de l’action, les activités productrices et consommatrices de ressources, les négociations entre stratégies et logiques distinctes, leurs issues. Organiser ensuite ces données pour faire émerger une comptabilité contextuelle. Pour adapter la présentation sous forme de tableaux à leurs terrains, les auteurs ont dû imaginer des façons de synthétiser les données qui n’oblitèrent pas les observations, en ajoutant par exemple autant de colonnes que nécessaire. Ils soulignent que la mise en forme s’est faite « avec pour règle d’or de maintenir les connexions entre les actes de référence et les solutions arrêtées » (p. 223). Les 59 tableaux de comptes interconnectés, présentés dans le corps du livre, sont commentés dans une troisième partie. Une étonnante comptabilité prend vie : les situations évoquées dans le journal reviennent au cœur de ces tableaux qui ont quelque chose à dire sur le mode de vie de la famille. Mais l’enquête ne s’arrête pas là. Le dispositif de visibilisation invite à poursuivre l’analyse vers « ce qui compte dans la vie », revenant sur les données recueillies avec la famille, les enrichissant de récits de vie sur un temps plus long, incluant également les proches restés au Maroc, afin d’intégrer les données dans une temporalité significative. Si le regard a pu s’ouvrir aux actes en train de se faire, il est également invité à considérer la temporalité de l’action sous un jour lui aussi complexe.

Ouvrir l’enquête à la temporalité

8La science sociale de l’évaluation a pour ambition de saisir l’activité évaluative dans toute son ampleur, y compris alors même que la diversité de ses possibles est encore pleinement présente, avant même que l’issue n’en puisse être préjugée. Ne pas préjuger du cours de l’action à venir, c’est là une perspective que les auteurs reprennent à Alfred Schütz dont l’esprit sous-tend explicitement ce travail. Comme le souligne Alain Cottereau, l’un des points qui ne varia pas au cours des écrits d’Alfred Schütz, c’est cette distinction nécessaire entre le cours de l’action et son résultat. Une fois l’action achevée, nous oublions les possibilités qui ont été perçues dans son cours, celles qui n’ont pas été suivies mais qui ont néanmoins compté dans le dessin de son issue. L’œuvre d’Alfred Schütz, rarement considérée par les sciences sociales contemporaines, est ici judicieusement ravivée, invitant à prendre en compte la pluralité des perspectives à l’œuvre dans l’interaction, dont la stabilisation masque la sinuosité des trajets comme la diversité des positions et des enjeux. Ce qui n’est pas sans conséquences quant aux options méthodologiques à mettre en place. On ne peut par définition accéder à cette richesse au travers des récits rétrospectifs des acteurs. Ceux-ci apportent des retours réflexifs sur le cours de l’action, mais il est déjà trop tard pour en retrouver les éléments premiers. L’observation en position d’extériorité ne donne pas davantage accès à la plurivocité des données impliquées dans le cours de l’action évaluative. Il s’agit d’entendre les intéressés à même l’action. L’immersion est donc requise et l’attention portée sur des « situations-test » pour reprendre la formule d’Alain Cottereau, soit des situations au sein desquelles les évaluations en cours sont particulièrement visibles. Les chercheurs ont ainsi pu observer la façon dont s’est progressivement institué le montant de la rétribution perçue par Fatima pour la garde du bébé d’une voisine. Alors même que personne ne savait comment allait tourner cette transaction, l’observation sur un temps relativement long a pu mettre au jour une étonnante pluralité de solutions et des justifications envisagées par les uns et les autres. Et l’on retrouve, dans cet échange ordinaire, une déclinaison de la plupart des principes susceptibles de présider à nos échanges formalisés dans les grandes traditions économiques. Une véritable pépite ethnographique.

Où l’ouverture est tout sauf une errance

9La mise en visibilité des activités d’évaluation dans toute leur amplitude quotidienne réclame cette double ouverture de l’enquête, là où la prudence académique et la volonté institutionnelle auraient pu renoncer devant le risque de se perdre. Car comment ne pas se trouver noyés dans les données, sans limites auxquelles attacher la discrimination des observations pertinentes ? Pourtant – et ce point mérite toute notre considération – l’ouverture n’a ici rien d’une errance. Bien au contraire. Ce sont des explorations innovantes, à chaque fois réfléchies et discutées entre les chercheurs, qui ont permis d’avancer progressivement sans se perdre en route, en posant des choix judicieux. Plus qu’une ethnographie, c’est en quelque sorte une expérimentation qui sous-tend cette recherche, articulant plusieurs points de vue (deux chercheurs, un certain nombre d’acteurs), diverses temporalités et divers lieux d’enquête. De même, ce travail d’élaboration se trouve poursuivi tout au long de la mise en forme des observations dans le journal, dans les tableaux et chapitres d’analyses, dans les compléments d’enquêtes et jusqu’aux graphes inédits permettant de présenter certains résultats de façon parlante. À chaque étape on comprend qu’une recherche a été effectuée pour estimer l’angle d’observation et les formes de restitution des données les plus pertinents. L’écriture et la présentation des résultats demeurent elles aussi ouvertes à la pluralité des lectures. Ainsi la complexité est-elle posée tant du côté des objets de la recherche que du côté de ses sujets.

10Au-delà de la science sociale de l’évaluation, cette étude explore des pistes qui méritent l’attention des sciences sociales. Comment observer et analyser des actions et des jugements en train de se faire, sans perdre de vue leur ancrage contextuel et leur devenir temporel ? Comment prendre en vue les processus et non seulement leurs résultats ? Comment ouvrir l’enquête à la nature relationnelle et sociale des phénomènes étudiés ? Comment s’engager dans une ethnographie qui sait ce qu’elle souhaite observer tout en restant perméable à l’inconnu, sans savoir à l’avance ce qu’elle va trouver ? Comment réaliser une enquête qui allie la rigueur et la pluralité des points de vue ? Comment écrire avec tant de parcimonie au terme d’une recherche si conséquente ? Quels modes de restitution des résultats permettent de garantir une lecture plurielle à chaque étape de l’exposé et de la justification ? Enfin, comment inscrire une ethnographie située dans des problématiques de recherche d’ampleur séculaires ? Sur tous ces points le livre dont le Grand résumé nous est proposé ici offre une contribution remarquable, qui en fait à mon sens un classique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Zaccaï-Reyners, « Pour une science sociale de l’évaluation »SociologieS [En ligne], Grands résumés, mis en ligne le 23 février 2015, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/4897 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.4897

Haut de page

Auteur

Nathalie Zaccaï-Reyners

Chercheure FNRS, Université Libre de Bruxelles, Institut de Sociologie, Bruxelles (Belgique) - nreyners@ulb.ac.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search