Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSGrands résumés2015Du Bien-être au marché du malaise...Comment la lecture d'ouvrages de ...

2015
Du Bien-être au marché du malaise. La société du développement personnel

Comment la lecture d'ouvrages de développement personnel devient action sur soi-même

Discussion de l’ouvrage de Nicolas Marquis Du Bien-être au marché du malaise. La société du développement personnel, Paris, Presses universitaires de France, 2014
Luc Van Campenhoudt

Notes de la rédaction

Le Grand résumé de l’ouvrage par son auteur est disponible à l’adresse : https://sociologies.revues.org/4899 et la discussion par Luca Pattaroni à l’adresse : https://sociologies.revues.org/5126

Texte intégral

1D’une manière générale, les intellectuels et spécialistes en sciences humaines et sociales ne portent pas les ouvrages de développement personnel (DP) dans leur cœur. Lorsqu’ils en parlent, c’est le plus souvent pour les dénoncer, sans autre forme de procès. Apparemment, ils ont de bonnes raisons : d’abord, ces ouvrages de DP se baseraient sur une psychologie rudimentaire pour véhiculer des schémas conservateurs et substantialistes (notamment sur les natures et rôles respectifs de la femme et de l’homme) et des trucs et ficelles simplistes, minant ainsi les efforts des scientifiques universitaires pour produire et diffuser une compréhension approfondie et rigoureuse des ressorts des comportements humains ; ensuite – et quasiment comme une conséquence – dans l’ensemble, leurs chiffres de vente dépassent de loin les ouvrages dits « sérieux » de sciences humaines qui, par conséquent, se voient relégués dans des espaces de plus en plus restreints dans la plupart des librairies grand-public.

2Un certain nombre d’auteurs de sciences humaines – et non des moindres – ont cependant étudié de manière critique le phénomène du succès des ouvrages de DP et se sont quelquefois donné la peine d’en analyser le contenu. Nicolas Marquis aide ses lecteurs à s’y retrouver en distinguant deux courants de pensée. Le premier, baptisé « modèle du déclin », voit dans le DP (et plus largement dans la psychologisation de l’existence), un résultat et un ressort d’une perte des repères, d’une « désinstitutionnalisation » (Marcel Gauchet), voire d’un état d’anomie de la société. En crise de foi (faith) et incapable de se décentrer de lui-même (Philip Rieff), l’individu est angoissé par le regard de l’autre (David Riesman), narcissique et individualiste (Christopher Lasch et Richard Sennett) privilégiant la jouissance immédiate et refusant toute limite (Philip Rieff encore). Armés de ces références macrosociologiques qui concernent la culture contemporaine, les auteurs qui ont étudié de près le phénomène DP dans la perspective du déclin, acquièrent cette conviction à partir de la seule analyse du texte des livres de DP, dont ils déduisent les effets sur un lecteur abstrait et général.

3Le second, baptisé « modèle du pouvoir », voit dans le succès du DP une des voies, une des « techniques » dirait Michel Foucault, par lesquelles un pouvoir diffus est exercé aujourd’hui sur les individus avec leur propre participation active, par eux-mêmes sur eux-mêmes. Dans le DP, l’individu est hyper-responsabilisé – son sort est supposé ne dépendre que de lui-même – tandis que la société n’y est pour rien. Le lien entre le social et le psychologique, entre la culture et la personnalité est également affirmé ici, mais il est d’une autre nature. Avec l’École de Frankfort, Michel Foucault est le principal inspirateur de ce modèle.

4L’intérêt de ces deux modèles est double. Il est tout d’abord de montrer que le DP se développe dans une société particulière et qu’il est donc nécessaire, pour en saisir la portée et les effets, de le mettre en contexte historique. Il est ensuite de souligner que, touchant « aux mœurs, c’est-à-dire aux faits moraux qui structurent la société » – explique Nicolas Marquis en termes durkheimiens – l’objet DP est non seulement majeur, mais aussi passionnant.

5Toutefois, n’étudier que le texte et déduire à partir de lui ce qu’il fait à ses lecteurs, sans analyser ce que les lecteurs en font ne permet pas de saisir comment, à partir du DP, ceux-ci rendent leur vie compréhensible et trouvent qu’elle vaut la peine d’être vécue, bref lui donnent sens, dans ce monde soi-disant sans repères. Certes, les auteurs qui se réfèrent à ces modèles ne cessent de parler du lecteur, mais ce lecteur reste abstrait et général, passif et transparent à l’influence déterministe qui s’exerce sur lui sans le moindre filtre. Il n’est ni décrit ni, a fortiori, étudié dans son expérience et son activité de lecteur concret. Dès lors, ces publications scientifiques sur le DP et sur les ouvrages de DP relèvent, pour une large part, de l’essai souvent brillant, mais qui n’apporte pas la preuve de ce qu’il avance.

6L’analyse critique de ces approches (sommairement évoquée ici) par Nicolas Marquis est à la fois remarquablement fine et synthétique, reposant sur une vaste culture sociologique et anthropologique, mais aussi philosophique et psychanalytique (Donald W. Winnicott et Ludwig Wittgenstein notamment). Sans jamais céder à un académisme pesant ou à un étalage de son érudition, l’auteur va à l’essentiel, avec une écriture parfaite et une exceptionnelle clarté pédagogique, qui ne se démentiront pas tout au long de l’ouvrage. Sur base de cette critique, il lui revient de construire maintenant son propre point de vue.

7Son approche est exemplaire d’une démarche sociologique pleinement assumée, non pas en ce qu’elle limiterait ses outils théoriques à ce qu’a produit la seule sociologie labellisée telle quelle, mais bien en ce qu’elle implique une enquête empirique organisée en fonction d’une manière particulière de définir et de construire son objet. L’enquête empirique va consister ici en « une patiente description [de ce que les lecteurs font de ces ouvrages en fonction de ce que ces ouvrages leur proposent] pour comprendre dans quel monde nous vivons », à partir de trois matériaux complémentaires : l’analyse systématique d’une dizaine d’ouvrages de DP parmi une soixantaine lus, 55 entretiens compréhensifs de lecteurs de ces ouvrages et l’analyse de 297 lettres ou mails de lecteurs à trois auteurs qui ont accepté de les mettre à la disposition du chercheur. Plutôt que de partir d’un a priori moralisant qui soumettrait (plus ou moins consciemment) la recherche à une dénonciation tentante du DP, ce n’est qu’après avoir mieux compris ce monde dans lequel nous vivons que l’on peut se demander « si c’est dans ce monde que nous voudrions vivre ».

8L’objet sera défini dans la perspective d’une théorie de la pratique (ici de lecture) qui s’intéresse à l’expérience du texte par le lecteur, à la manière dont il « actualise » le texte, expérience ou actualisation qui procèdent d’une transaction entre un « dispositif » (le texte) et une « disposition » (le lecteur). Nicolas Marquis élabore son propre modèle théorique à partir de trois sources, dont la troisième est la plus décisive.

9La première est l’étude de la réception, qui a le mérite d’insister fortement sur l’activité du lecteur. Mais, dans ce modèle, ce « surinvestissement » du lecteur dépend, de manière trop déterministe, de ses caractéristiques sociales et individuelles, du contexte social et historique et des stratégies d’interprétation mises en place. De plus, souligne Nicolas Marquis, ce n’est pas parce que le lecteur est actif qu’il résiste au contenu du texte qui, ici, ne compte plus et disparaît presque au profit de la seule interprétation.

10La seconde est la Reader-response theory qui a le mérite de modéliser la réaction des lecteurs. Mais ce lecteur n’est pas réel ; il est façonné par le texte et ce que celui-ci autorise ou interdit, notamment par ses blancs, ses espaces ouverts et les exercices proposés au lecteur.

11Comme son nom l’indique, la théorie transactionnelle, élaborée par Louise Rosenblatt, est la seule qui prend effectivement en compte la transaction entre le texte et le lecteur. S’inspirant directement du pragmatisme américain (William James et John Dewey), la transaction se réalise dans la rencontre entre le texte et le discours ou le travail du lecteur. En effet, ce dernier s’implique activement dans le texte, y sélectionne certains stimuli et en ignore d’autres, crée ses propres réponses aux problèmes posés, procède à un choix sur la finalité de sa lecture (lire pour le plaisir de lire ou pour changer quelque chose dans sa vie en dehors du livre). Selon ce qu’il fait du texte, celui-ci va lui parler différemment, lui envoyer d’autres stimuli, fermer certaines portes et en dévoiler d’autres qui étaient jusqu’ici latentes pour le lecteur. Bref, c’est par ajustements successifs que ce dernier fera ce que le livre fera de lui.

12Armé de ce modèle, Nicolas Marquis décrit et analyse finement la boite noire de cette transaction. Il montre notamment comment ces ouvrages s’adressent au lecteur, créent une connivence avec lui en lui parlant d’une réalité dans laquelle il peut se retrouver et en lui donnant des outils pour faire « une enquête sur soi-même ». Il décrit comment le lecteur s’approprie le contenu, développe son « illusio » (Pierre Bourdieu) et « joue le jeu » (Donald W. Winnicott), mais d’une manière personnelle, en rejetant les solutions toutes faites, créant lui-même les éléments qui font sens à ses yeux. Il montre que tout part, presque toujours, d’une brèche dans la vie, par rapport à laquelle le livre tombe à point nommé parce que, tout simplement, « ça marche ». Ça marche parce que le texte est crédible, basé sur le bon sens, sur une tradition philosophique ou spirituelle, doublée de préférence d’une preuve scientifique. Ça marche surtout parce qu’il est marqué du sceau de l’authenticité de l’expérience vécue, des nombreux témoins et de l’auteur lui-même, bref qu’il « sonne juste ». Ça marche parce que le livre de DP donne des clés d’analyse, met des mots sur ce que le lecteur ressentait confusément sans pouvoir le formuler. Ça marche parce que le texte de DP fait découvrir au lecteur qui fait l’effort d’être « vrai » et « authentique » son potentiel interne, nécessaire pour se transformer lui-même et, par là, contribuer à transformer le monde, contre l’évolution néfaste de la société. Ça marche surtout, enfin, parce qu’en s’appropriant ce qui lui convient dans le livre, le lecteur trouve et peut appliquer des solutions concrètes et efficaces, malgré ou grâce au fait qu’elles lui demandent un effort et un certain courage.

13Les problèmes traités et pour lesquels tant de gens se ruent sur les livres de DP sont presque toujours des problèmes de relation à autrui (à sa femme, à son homme, à ses enfants, à ses collègues…) qui font l’ordinaire de la vie de tous les jours et peuvent la miner.

14Pour Nicolas Marquis, le DP a un double soubassement idéologique. D’une part, une « anthropologie à visée pratique ». Dans cette conception de l’homme, comprendre « ce qui en est vraiment » importe moins que de savoir « que faire ensuite ». À l’instar du mana des sociétés archaïques (Marcel Mauss), l’intériorité est un « potentiel d’action », qui doit faire l’objet d’une pratique quotidienne consistant à nous interpréter nous-mêmes, nous aimer et nous exprimer, pour agir plus efficacement sur nous-mêmes et sur notre relation à l’autre. D’autre part, « la société de l’autonomie comme condition », selon la formule d’Alain Ehrenberg. Défini par son intériorité, l’individu est la valeur suprême et l’unique responsable de lui-même. C’est pourquoi le travail sur ses propres capacités, dont le DP est une modalité, est valorisé. Concomitamment, en affinité avec l’idéologie néo-libérale méritocratique, la société est disqualifiée tant dans sa fonction normative que dans sa responsabilité. Elle est un « signifiant creux » (Claude Lévi-Strauss) qui peut être rempli par les contenus les plus vagues et les plus opportunistes, mais systématiquement connotés négativement. Tandis que cet autre signifiant tout aussi creux qu’est « le monde », avec lequel l’individu « authentique » refait lien, se trouve connoté positivement.

15Au terme de la lecture du livre de Nicolas Marquis, nous nous sommes plongé dans celle de Les Hommes viennent de Mars. Les femmes de Vénus, le fameux best-seller de John Gray. Comme bien d’autres certainement, cet ouvrage semble n’avoir été écrit que pour illustrer, point par point, l’analyse du sociologue. Ce test rapide était tentant, mais c’est la qualité de la recherche de Nicolas Marquis, avec sa problématisation théorique originale et solide et son travail d’enquête approfondi, qui suffit pour apprécier la justesse de l’analyse du chercheur.

16Comme on l’a vu, cette analyse est originale et précieuse parce qu’elle explique les effets des textes de DP non par des causes externes à l’expérience de la lecture (ce qu’elle fait a priori aux lecteurs), mais bien à partir de ce que les lecteurs font effectivement avec le texte, dans l’expérience même de la lecture. Cependant, cette expérience est présentée comme le fait d’un lecteur isolé et esseulé dans son effort de s’en sortir face aux épreuves de la vie. Peut-être est-il le plus souvent seul au moment précis de lire, mais il est certain que beaucoup d’entre eux se confient à des proches en qui ils ont confiance, échangent avec eux non seulement leurs opinions à propos de ces livres, leur enthousiasme ou leur déception, mais, plus encore et plus précisément, ce qu’ils sont en train de faire avec et ce qui est en train de changer en eux. Les processus pratiques étudiés dans cette recherche sont indissociables de ces processus relationnels. Une importante littérature psycho-sociologique, mais aussi sociologique, étudie les processus relationnels de construction des opinions et des conceptions de la vie et du monde. Les jugements appartiennent moins à l’individu qu’aux relations dans lesquelles ils sont impliqués, défendent plusieurs auteurs (Ferrand, 2011 ; Lahire, 2998), avec de solides arguments théoriques et empiriques. Ces processus relationnels sont tellement puissants que les opinions d’un même individu varient avec les micro-réseaux de relations dans lesquels il est engagé, ce qu’Alexis Ferrand nomme les « signatures relationnelles des opinions » (Ferrand, 2011). Nicolas Marquis a cent fois raison d’aborder son objet à partir de l’expérience, mais on peut trouver qu’il limite cette expérience à la relation étroite entre le livre et le lecteur, qui est coupé de ses relations sociales.

17Or, il se fait que ces lecteurs sont, pour l’essentiel, des lectrices (42 sur 55 dans l’échantillon). Les travaux sociologiques sur la confidence montrent que, d’une manière générale, les femmes se confient davantage à leurs amies et à leurs proches que ne le font les hommes. Sur ce point au moins, et en dépit de ses descriptions souvent caricaturales et réductrices, il faut reconnaître que l’auteur de Les Hommes viennent de Mars. Les femmes viennent de Vénus n’a pas tout à fait tort (sauf qu’il semble penser que c’est quasiment imprimé dans les gènes des femmes). Nicolas Marquis critique à juste titre les études de la réception lorsqu’elles relient de manière déterministe l’activité des lecteurs à leur position sociale. Mais ici, précisément, l’occasion était belle de faire le lien entre certaines caractéristiques sociales (y compris de genre) des lecteurs et ce qu’ils font au bout du compte avec les livres de DP, en prenant en compte les modes de socialité ou les manières de faire lien associés à ces catégories sociales. D’un seul coup il eût traité d’une manière « pragmatique » et « transactionnelle » l’impact de la position sociale et il eût élargi et rendu cette même expérience encore plus conforme à la réalité.

18Pour conclure, voilà un Prix Le Monde de la recherche universitaire amplement justifié. Finalement, le moins réussi dans cet ouvrage novateur et nécessaire est certainement son titre Du Bien-être au marché du malaise, dont on ne voit pas le rapport avec le contenu (puisqu’il n’est pas question de marché, mais bien d’expérience de lecture), tandis que le sous-titre La société du développement personnel ressortit de ces « généralisations hâtives » critiquées dans le texte même. Mais il n’est pas certain que Nicolas Marquis y soit lui-même pour quelque chose.

Haut de page

Bibliographie

Ferrand A. (2011), Appartenances multiples. Opinion plurielle, Lille, Presses universitaires du Septentrion.

Lahire B. (1998), L’Homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Éditions Nathan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Van Campenhoudt, « Comment la lecture d'ouvrages de développement personnel devient action sur soi-même »SociologieS [En ligne], Grands résumés, mis en ligne le 02 novembre 2015, consulté le 18 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/4990 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.4990

Haut de page

Auteur

Luc Van Campenhoudt

Université Saint-Louis - Bruxelles et Université de Louvain (Belgique) - vancampenhoudt@fusl.ac.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search