Navigation – Plan du site
Enjeux environnementaux et dynamiques des groupes professionnels

Normalisation environnementale, dynamiques d’expertise et recomposition du système des professions

Les architectes face aux conseillers environnement pour le bâtiment
Environmental standardization, dynamics of expertise and reorganization of the system of professions: architects confronted to the environmental advisors
Lionel Cauchard

Résumés

Cet article retrace les effets de l’institutionnalisation de la démarche Haute aualité environnementale (HQE) sur le système des professions de la maîtrise d’œuvre en France. Il montre de quelle manière, dans le sillage de la démarche HQE et suite aux demandes des maîtres d’ouvrage, une nouvelle spécialité professionnelle a émergé dans le secteur de la construction, conduisant les architectes à coopérer avec de nouveaux experts, les conseillers environnement pour le bâtiment. Le développement de la démarche HQE a ainsi entrainé une perte d’autonomie et de contrôle de la profession des architectes sur la conception des bâtiments. Cette recomposition des écologies professionnelles est le résultat d’un phénomène de segmentation interne propre aux professionnels de la maîtrise d’œuvre, les nouveaux conseillers environnement étant issus des mondes de l’ingénierie et de l’architecture. Plus largement, la recomposition professionnelle qui est à l’œuvre met en exergue un affaiblissement de l’autorité traditionnelle des professions établies au profit de la valorisation croissante des experts et de leurs savoirs par les usagers. Du fait du lien étroit qu’elle entretient avec les dynamiques d’expertise, la normalisation environnementale constitue ainsi un puissant vecteur de recomposition des systèmes de professions et des légitimités professionnelles.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Un des principaux apports des approches « critiques » de la sociologie des professions, notamment des tenants de l’interactionnisme symbolique (Hugues 1996), est de mettre l’accent sur la part de contingence et de construction sociale inhérentes à la constitution des professions (Champy, 2009). L’analyse porte ainsi prioritairement sur l’étude des spécificités de la nature du travail des professionnels plutôt que sur la mise en exergue d’une structure organisationnelle particulière. Pour Andrew Abbott, les professions sont « des groupes d’individus qui appliquent un savoir abstrait à des cas concrets » et qui ont un relatif monopole de son usage (Abott, 1988, p. 318). L’émergence, le maintien ou le déclin des professions dépendent de la lutte menée par différents acteurs (ou groupes d’acteurs) au sein d’écologies professionnelles. À l’intérieur de ces systèmes, les professions sont interdépendantes et se disputent le contrôle de domaines de compétence (Ibid.). S’interroger sur les modalités de recomposition des écologies professionnelles conduit donc à s’intéresser aux mécanismes de transformation des domaines de compétence. À cette fin, nous souhaitons montrer de quelle manière le développement de la normalisation environnementale, par son action sur la redéfinition conjointe des problèmes et des expertises en matière d’environnement, participe à la recomposition des systèmes de professions et des légitimités professionnelles.

2Depuis une vingtaine d’année un nombre croissant d’études s’intéresse au phénomène de la normalisation technique. Ces travaux portent sur les mécanismes de fabrication des dispositifs normatifs (Lelong & Mallard, 2000), les stratégies des institutions qui les portent (Olshan, 1993 ; Cochoy, 2000), la manière dont ces instruments participent à la régulation des marchés et constituent de nouveaux modes de gouvernance (Borraz, 2004 ; Djelic & Sahlin-Andersson, 2006) ou encore à leur impact concret sur les organisations, notamment la manière dont ils redéfinissent les rapports entre travailleurs au sein des entreprises du fait de la formalisation et de l’écriture des tâches (Cochoy, Garel & de Terssac, 1998). En revanche, la question des effets des dispositifs normatifs sur la recomposition des écologies professionnelles est peu abordée.

3La normalisation technique tient sa légitimité du lien étroit qu’elle entretient avec l’autorité publique. Elle participe à la reconfiguration des dispositifs d’action publique en s’inscrivant dans le registre des « politiques procédurales » pour lesquelles l’autorité publique met à l’agenda un problème spécifique, propose un cadre pour l’action, mais laisse aux acteurs le soin d’en définir le contenu et le traitement opérationnel (Duran & Thoenig, 1996). La normalisation technique fonde aussi sa légitimité sur la science, la rationalisation et le savoir des experts (Jacobsson, 2000 ; Demortain, 2008). Les problèmes environnementaux, du fait des incertitudes, de leur complexité intrinsèque et du nombre important d’acteurs à prendre en compte, rendent particulièrement prégnant le recours à des politiques procédurales et aux savoirs des experts (Aggeri, 2000).

4Le développement de la normalisation environnementale ouvre ainsi des espaces d’opportunités qui permettent à des experts de fabriquer de nouveaux domaines de compétences sur lesquels ils pourront exercer par la suite une emprise. De fait, « l’expert ne se contente pas d’évaluer à partir de son savoir propre une situation donnée, mais la constitue par ce savoir » (Castel, 1985, p. 83). Le cadre institutionnel du travail normatif participe, en miroir, à la légitimation de l’expert en tant que « producteur » des résultats de l’expertise. Le dispositif normatif s’apparente ainsi, au moins partiellement, à un dispositif de labellisation institutionnelle qui tend à consacrer la légitimité scientifique et technique de certains experts dans des domaines spécifiques. Ces éléments mettent en exergue le lien entre la construction d’une position d’expertise et les processus de professionnalisation (Trépos, 1996).

  • 1 Le travail empirique est fondé sur l’analyse des comptes-rendus et procès verbaux de réunion tenus (...)

5Nous proposons d’analyser les effets de l’institutionnalisation de la démarche haute qualité environnementale (HQE) sur la recomposition des systèmes de professions et des légitimités professionnelles dans le secteur de la construction 1. Dans un premier temps, nous nous intéressons à l’émergence du problème de la qualité environnementale des bâtiments et à son appropriation par un collège de professionnels-experts. Ce dernier participe de manière conjointe au développement de la démarche HQE dans le secteur de la construction et à la création d’un nouveau marché du conseil en environnement pour le bâtiment. Dans un second temps, nous rendons compte des tensions et recompositions générées par l’institutionnalisation de la démarche HQE sur le système de professions de la maîtrise d’œuvre. D’une part, en montrant de quelle manière les représentants de la profession des architectes ont tenté, sans y parvenir, de proposer une autre vision de la qualité environnementale des bâtiments en France. D’autre part, en soulignant la forte hétérogénéité et les concurrences professionnelles en matière d’expertise des conseillers en environnement. En conclusion, notre travail souligne un affaiblissement de l’autorité traditionnelle des professions établies au profit de la valorisation croissante dans nos sociétés des experts et des dynamiques d’expertise auxquelles la normalisation environnementale participe.

L’émergence d’une spécialité professionnelle adossée à la démarche HQE

  • 2 Les membres de l’ATEQUE étaient principalement des professionnels de la maîtrise d’œuvre, surtout d (...)

6En 1992, en France, la Secrétaire d’État au logement, Marie-Noëlle Lienemann, demande au Plan construction et architecture (PCA) de lancer des expérimentations sur le thème « Environnement & Habitat ». Un groupe de recherche est créé, l’Atelier d’évaluation de la qualité environnementale des bâtiments (ATEQUE 2) et deux principales voies de recherche sont expérimentées. D’un côté, le PCA lance des réalisations expérimentales en Haute qualité environnementale (HQE) dans le domaine de l’habitat social en construisant plus de 700 nouveaux logements. De l’autre, sur la base des travaux de l’ATEQUE, plusieurs Régions expérimentent la démarche HQE pour la construction d’éco-lycées.

7En octobre 1996, le Plan construction et architecture crée l’Association HQE selon le modèle d’une « standard based organization » (Ahrne, Brunsson & Garsten, 2000, p. 50). Sa mission est de proposer un « langage commun » à l’ensemble des acteurs du bâtiment pour traiter du problème de la qualité environnementale des bâtiments. Directement issu des travaux de l’ATEQUE, le référentiel de la démarche HQE est publié en 1997. Les cibles présentées sont réparties en 2 domaines (l’environnement extérieur et l’environnement intérieur) avec 4 familles (éco-construction, éco-gestion, confort et santé) et 14 cibles principales (présentées dans le tableau ci-dessous).

Figure 1. Les quatorze cibles pour aider les Maîtres d’ouvrages à structurer leurs objectifs

Figure 1. Les quatorze cibles pour aider les Maîtres d’ouvrages à structurer leurs objectifs

Source : site de l’Association pour la haute qualité environnementale des bâtiments.

8Contrairement aux approches monocritères essentiellement centrées sur les performances énergétiques des bâtiments, la démarche HQE propose une approche systémique de la qualité environnementale des bâtiments. Outre les performances énergétiques, la démarche HQE intègre les dimensions d’éco-conception (l’implantation du site, les déchets de chantier et les matériaux utilisés), d’éco-gestion (la réduction des consommations d’eau, l’adaptabilité des systèmes et la facilité d’entretien) et également les aspects sanitaires (notamment la qualité de l’eau et de l’air) et de confort des bâtiments (les performances hygrothermiques, les nuisances acoustiques et olfactives, etc.). La démarche HQE comporte également un système de management environnemental des opérations. Elle encourage le plus en amont possible –idéalement dès la phase de conception du bâtiment – l’échange et la coordination entre l’ensemble des acteurs impliqué dans la construction (maîtres d’ouvrage, architectes et bureaux d’études techniques, entreprises, etc.). Nous allons à présent montrer comment, dans le sillage de la démarche HQE, les consultants de l’ATEQUE (des architectes et des ingénieurs) sont parvenus à faire émerger une nouvelle spécialité professionnelle.

La fabrication d’un « dispositif de confiance » : l’Institut des conseillers environnement pour le bâtiment (ICEB)

  • 3 Les membres fondateurs de l’association HQE étaient tous déjà présents au moment de l’ATEQUE. Il s’ (...)

9Les statuts de l’Association HQE 3 précisent que seuls les membres collectifs ou publics peuvent devenir adhérents. En octobre 1996, les consultants de l’ATEQUE se regroupent et créent l’Institut des conseillers environnement pour le bâtiment (ICEB). La création de cet institut leur permet d’adhérer collectivement à l’association HQE.

  • 4 Les citations sont extraites du document présentant les statuts de l’ICEB.

10Alors que la démarche HQE fait l’objet d’une attention croissante de la part des maîtres d’ouvrage et des autorités publiques, les membres fondateurs de l’ICEB souhaitent promouvoir le conseil environnement pour le bâtiment en tant que spécialité professionnelle. Les anciens consultants de l’ATEQUE veulent faire de l’ICEB un lieu de référence en matière de conseil en environnement pour le bâtiment afin d’« en assurer la reconnaissance institutionnelle et professionnelle 4 ». Le rôle fondateur des membres de l’ICEB dans l’élaboration du référentiel de la démarche HQE est mis en exergue pour légitimer leur expertise et afficher leur statut de « précurseurs de la démarche environnementale ».

  • 5 Le dispositif précise que seules les adhésions à titre individuel sont acceptées.
  • 6 Les candidats doivent remplir une « grille d’identification des compétences » qui reprend l’ensembl (...)
  • 7 Il s’agit de suivre une formation de cinq jours sur la QE des bâtiments et la démarche HQE, puis de (...)

11Selon la procédure d’adhésion à l’ICEB, toute personne 5 souhaitant devenir membre doit présenter « des références dans le domaine de la Qualité environnementale des bâtiments 6 » et être « présentée et soutenue par un parrain, membre de l’Institut ». Pour se prévaloir d’être membre de l’Institut dans leurs communications auprès de clients et de partenaires, les candidats doivent obligatoirement suivre une formation 7 de l’ICEB. Enfin les futurs membres doivent signer la charte de déontologie de l’ICEB qui précise les contours et le contenu du conseil environnement pour le bâtiment. D’après ce document, les membres de l’ICEB s’engagent à contribuer « volontairement à l’amélioration de la Qualité environnementale des bâtiments » et à souscrire « aux cibles définies par l’Association HQE constituant la base de [leur] intervention dans le secteur du bâtiment ».

12Pour Magali Sarfatti-Larson la professionnalisation s’apparente à une tentative de contrôle d’un domaine de compétence spécifique par certains acteurs en vue de l’obtention d’une rente monopolistique (Sarfatti-Larson, 1977). Sous cet angle, la création de l’ICEB et la procédure d’admission (le système des parrainages, les références et les formations exigées, etc.) peuvent être appréhendées comme une tentative de contrôler, voire de fermer (Paradeise, 1988), l’accès au marché émergent du conseil en qualité environnementale des bâtiments. Toutefois, comme le souligne Lucien Karpik, la professionnalisation est aussi un moyen essentiel – et souvent nécessaire – pour instaurer la confiance entre les partenaires de l’échange (Karpik, 1995). Lorsque l’objet de la transaction est « doté de mystère », que la relation entre l’offre et la demande est asymétrique, c’est-à-dire que l’acheteur ne sait pas séparer la bonne qualité de la mauvaise, l’échange relève davantage du jugement que du prix. Par conséquent, l’ajustement entre l’offre et la demande nécessite la création de « dispositifs de confiance » (Karpik 1996), comme la norme unilatérale des professionnels qui lutte contre la méfiance généralisée en assurant la crédibilité des échanges. En constituant un corps de professionnels-experts soigneusement choisis et sélectionnés, en précisant le contenu de leurs missions et la nature de leurs engagements, les fondateurs de l’ICEB fabriquent un dispositif qui vise à garantir la qualité de leurs prestations auprès de leurs clients et partenaires.

La mobilisation des réseaux institutionnels et politiques

  • 8 Compte-rendu du conseil d’administration de l’association HQE du 19 décembre 1997.
  • 9 Lors d’un forum régional sur la HQE organisé le 6 décembre 2005 par l’ARENE d’Île-de-France (membre (...)

13Pour bâtir leur réseau, les membres de l’ICEB s’appuient principalement sur l’association HQE et ses relais institutionnels. En tant que concepteurs de la démarche HQE au sein de l’ATEQUE, les membres de l’ICEB sont le partenaire officiel de l’association HQE pour les prestations de conseil. « Une procédure de conseil de la part de l’Association a été mise au point. À la demande faite : "Qui peut assurer une prestation de conseil ?", la réponse qui sera formalisée par l’Association sera : l’ICEB, membre de l’Association, regroupe des conseillers environnement pour le bâtiment 8 ». Les membres de l’ICEB occupent également une position centrale au sein des groupes de travail de l’association et lors des manifestations publiques sur la HQE 9.

14Enfin, les membres de l’ICEB bénéficient d’un fort soutien auprès des membres institutionnels de l’association HQE, que ce soit l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), le Plan construction et architecture (PCA), la Mission interministérielle de la qualité des constructions publiques (MIQCP) ou encore l’Agence française de normalisation (AFNOR). Plusieurs ouvrages sont rédigés par des membres de l’ICEB à la demande de ces organismes publics. Ces écrits participent à la diffusion de la démarche HQE et renforcent la visibilité de l’ICEB.

  • 10 Les informations proviennent du rapport d’orientation de l’Association HQE du 5 décembre 2000.
  • 11 En 1992, alors qu’elle était Secrétaire d’état au logement, Marie-Noëlle Lienemann avait été à l’in (...)

15Au début des années 2000, l’ADEME recense près de 300 initiatives se réclamant de la HQE et note un fort accroissement des appels d’offre publics faisant mention de la HQE 10. À nouveau nommée Secrétaire d’état au logement, Marie-Noëlle Lienemann 11 présente lors du Conseil des ministres du 3 janvier 2002 son plan « Habitat construction développement durable » dans lequel elle souhaite renforcer la « promotion de la notion de "Haute qualité environnementale" [par] la création d'une certification sur ce thème ». Des fonds publics sont alloués par l’ADEME pour tester une certification expérimentale sur des opérations pilotes. Ce sont les membres de l’ICEB et du Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) qui sont chargés de piloter le projet. Après avoir été testé durant deux ans sur une vingtaine de réalisations expérimentales, le premier référentiel de certification HQE des bâtiments tertiaires est publié en février 2005. Parallèlement aux travaux dans le domaine de la certification, l’Agence française de normalisation (AFNOR) et l’Association HQE se rapprochent et publient en mars 2005, sur la base du premier référentiel de 1997, la norme officielle française relative à la qualité environnementale des bâtiments (NF P01 020-1). La création de ces deux dispositifs normatifs renforce la visibilité et la crédibilité de la démarche HQE dans le secteur de la construction et accroit parallèlement les demandes de conseil en environnement des acteurs de la maîtrise d’ouvrage.

La création d’un marché du conseil en haute qualité environnementale (HQE)

16En introduisant de nouveaux savoirs dans le secteur de la construction, la démarche HQE a rendu possible « l’institution de nouvelles relations et par conséquent l’acceptabilité de nouveaux acteurs » (Hatchuel & Weil, 1992, p. 102). Lors d’une opération de construction menée dans le cadre d’une démarche HQE, on observe généralement l’intervention d’un nouveau spécialiste chargé d’assurer le suivi et la menée de l’opération, l’assistant à la maîtrise d’ouvrage HQE (AMO-HQE).

« On a pris quelqu’un en AMO-HQE qui a fait un très très gros travail d’accompagnement et de défrichement sur le dossier et il faut le souligner parce que je crois que, seuls, on aurait peut-être eu du mal à tout traiter, parce que ce n’est pas notre cœur de métier ; donc ça méritait d’avoir une assistance » (Entretien avec une société mandataire d’un maître d’ouvrage privé).

  • 12 Délibération n°99-1-5 du 25 février 1999. Nous rappelons que l’ADEME est un des membres fondateurs (...)

17Le développement du marché du conseil en HQE a été fortement « dopé » par le soutien financier des agences publiques. En 1999, pour encourager l’appropriation de la démarche HQE par les maîtres d’ouvrage, le conseil d’administration de l’ADEME 12 a pris la décision de financer à 50% le coût de la mission des AMO-HQE.

  • 13 Ce coût plafonné fixé par l’ADEME est devenu le niveau standard de rémunération pour les AMO-HQE.

« On fait du soutien à l’assistance à maîtrise d’ouvrage HQE donc là, on a une procédure d’aide financière à 50%. On soutient le maître d’ouvrage pour qu’il se rapproche d’experts dans le domaine de la HQE et avoir ce travail-là, intellectuel, pour qu’il puisse savoir comment il va réduire l’impact environnemental de son bâtiment. Et ça c’est vraiment ce qui nous intéresse, c’est-à-dire ce travail à la fois pédagogique et puis d’accompagnement vers la réalisation. Donc c’est une aide à l’étude d’AMO-HQE à 50% avec un plafond d’étude à 75 000 euros 13 donc c’est quand même assez considérable, on arrive vite à des chiffres importants, c’est près d’un millier d’opérations […] » (Entretien avec le responsable du département bâtiment et urbanisme de l’ADEME).

18La première mission du conseiller environnement consiste à décrypter le référentiel HQE pour le maître d’ouvrage et à l’aider à définir ses actions prioritaires. L’AMO-HQE joue ainsi le rôle de médiateur entre le référentiel et les acteurs engagés dans l’opération. La mise en œuvre des exigences d’un référentiel technique nécessite en effet « l’existence de connaissances tacites connexes » (Benezech, 1996, p. 29).

« C’est vrai que les maîtres d’ouvrage ont un peu de mal à digérer le référentiel HQE. C’est quand même un document qui est dense, donc nous, on décode quand on est AMO-HQE. C’est quand même d’un abord un petit peu abrupt pour des gens qui sont surchargés de boulot. Donc le travail d’un AMO-HQE c’est aussi de les sensibiliser et petit à petit de leur donner des outils, des codes pour qu’ils puissent aller trouver ce qui les intéresse là-dedans, parce que sinon c’est un roman. Donc on le raccroche à une opération, par exemple on va mettre en avant certains points et puis on les raccroche sur le référentiel et là tout de suite ils voient. Ils comprennent les choses opérationnelles […]. En tant qu’AMO-HQE, si vous voulez 50% du boulot c’est ça. C’est-à-dire de décoder en langage compréhensible pour tous, la manière dont on va s’y prendre, quels sont les attendus, etc. Donc il faut simplifier mais sans perdre le message » (Entretien avec un AMO-HQE #1).

19L’autre volet important de la mission d’un AMO-HQE est la partie managériale. Il est chargé de formaliser le système de management environnemental (SME) et d’en assurer le suivi tout au long de l’opération, avec une attention particulière lors de la passation des contrats. Pour faciliter la transition d’un mode oral d’organisation vers l’écriture systématique des procédures (Cochoy et al., 1998), les AMO-HQE passent du temps à sensibiliser les différents acteurs mais également à les écouter pour incorporer de manière incrémentale le SME à leurs pratiques.

  • 14 Le système de management environnemental (SME) est parfois appelé le système de management de l’opé (...)

« Le SMO 14, au début ça paraît très lourd aux maîtres d’ouvrage, mais moi je leur explique que pour répondre à ça, on peut faire comme on fait d’habitude, seulement en faisant un peu plus ceci, un peu plus cela. En faisant un peu plus de traçabilité on y arrive, sans alourdir et sans faire des choses inutiles. Parce que, quand ils lisent la première fois le SMO, ils sont effarés et se disent "c’est quoi tout ça ?", surtout que pour ceux qui ne connaissant pas les démarches qualité, ça leur paraît très lourd. Mais une fois qu’on leur explique ce que ça veut dire, ça va beaucoup mieux. Moi je le trouve très clair, mais pour des gens qui ne connaissent pas du tout les démarches qualité, comme les terminologies relèvent des démarches qualité de type ISO, ça ressemble un peu à du charabia » (Entretien avec un AMO-HQE #2).

20Les maîtres d’ouvrage engagés dans une procédure de certification de leur opération de construction embauchent souvent un AMO-HQE pour s’assurer de l’obtention de la certification HQE.

« Le retour d'expérience que je peux avoir sur les opérations en tant qu'AMO-HQE est que les maîtres d'ouvrage nous font confiance pour obtenir la certification et nous missionnent pour. Faire comprendre l'intervention de l'auditeur et le rôle prépondérant de la preuve ou justification n'est pas évident. Mais on peut dire que c'est la valeur ajoutée de notre rôle d'AMO-HQE » (Entretien avec un AMO-HQE #3).

21Si les architectes reconnaissent l’apport en termes de compétence que peut constituer l’intervention d’un AMO-HQE lors d’une opération, ils restent néanmoins très critiques sur la façon dont ces conseillers environnement ont réussi à créer et à s’approprier de manière quasi exclusive ce nouveau marché.

« Alors là je vais être franc avec vous, heureusement qu’il y avait une AMO-HQE sur l’opération. Heureusement qu’elle était là parce que sinon on aurait été assez déroutés.
- Pour vous les AMO-HQE sont indispensables dans le cadre d’une opération en démarche HQE ?
Alors, indispensable c’est autre chose. Il y a aussi cet aspect de saisir l’opportunité de trouver une filière sur laquelle ils pouvaient établir des monopoles et ramasser un maximum d’honoraires. Et là, je suis scandalisé là-dessus » (Entretien avec l’associé principal d’un cabinet d’architectes).

22La création de ce nouveau marché du conseil en HQE est ainsi génératrice de fortes tensions mais aussi de concurrences entre les différentes professions du secteur de la construction.

Les dynamiques d’expertise et la recomposition des légitimités professionnelles autour de la démarche HQE

23Depuis une dizaine d’années, le domaine de la qualité environnementale des bâtiments fait l’objet d’une lutte croissante pour son contrôle de la part des différentes professions de la maîtrise d’œuvre (architectes, ingénieurs et bureaux d’études, etc.). Dans le cadre d’une concurrence qui oppose les différentes expertises professionnelles, l’institutionnalisation de la démarche HQE génère une redistribution des légitimités professionnelles et participe ainsi dans une certaine mesure à la recomposition du système de professions du secteur de la construction.

La faiblesse de l’action collective de la profession des architectes

24Les architectes regroupent les différents traits qui composent une profession constituée, à savoir « trois éléments indissociables : un savoir expert, des professionnels comme interprètes de ce savoir et un code qui régit les conditions d’usage de l’expertise » (Paradeise, 1985, p. 25). Cependant, à l’inverse d’autres professions établies comme les médecins ou les juristes, leur professionnalisation est fragilisée par le manque de stabilité et l’hétérogénéité des compétences et des savoir-faire mobilisés dans le cadre de leur exercice professionnel (Champy, 1999). Par ailleurs, la complexité croissante des tâches liées à la conception des ouvrages les conduit à négocier de plus en plus leur travail avec d’autres professionnels (Tapie, 2000). L’institutionnalisation de la démarche HQE participe à la perte d’autonomie et de contrôle que rencontrent les architectes sur la conception des bâtiments, les maîtres d’ouvrage les obligeant de plus en plus à coopérer avec de nouveaux spécialistes, les conseillers en environnement (AMO-HQE). Le développement de la démarche HQE tend ainsi à discréditer leurs compétences et leurs savoir-faire professionnels.

« Sur la deuxième opération qui est en cours de certification [HQE], j’ai été remise en cause tout le long concernant mes compétences par l’AMO-HQE et par le client qui ne s’y connaissait pas et qui n’avait jamais entendu parler de HQE de sa vie. Donc je dirais que ça, c’est le genre de choses que je n’apprécie pas du tout » (Entretien avec une architecte).

  • 15 L’Ordre des architectes a été institué par la loi du 31 décembre 1940 qui réglemente le titre et la (...)
  • 16 CNOA, Les architectes et le développement durable. Dix propositions de l’Ordre des architectes, Con (...)

25En 2003, après avoir été longtemps discret sur le sujet de la qualité environnementale des bâtiments, le Conseil national de l’Ordre des architectes (CNOA) 15 crée une commission dédiée au développement durable. Au cours de l’année 2004, il lance une campagne de mobilisation sur ce thème en rassemblant auprès des architectes, les professionnels du bâtiment et les fabricants de matériaux de construction. Cette consultation donne lieu à la publication d’un rapport intitulé « Les architectes et le développement durable » 16. Parallèlement à la publication de ce rapport, le CNOA développe des programmes de formation auprès des architectes et lance des campagnes de sensibilisation auprès de l’ensemble des acteurs du bâtiment (des maîtres d’ouvrage aux usagers). Il ouvre également un forum consacré à l’engagement des architectes dans le développement durable. Le CNOA souhaite promouvoir une vision alternative à la démarche HQE en intégrant dans la problématique environnementale les aspects culturels, sociaux et citoyens, pour aller vers une prise en compte plus globale des enjeux en termes de développement durable. Le lien entre l’environnement et le social (en y intégrant la dimension culturelle) constitue le leitmotiv des propositions du CNOA. En s’appuyant sur la « figure » des usagers et des citoyens, l’Ordre des architectes espère infléchir les termes du débat sur la qualité environnementale des bâtiments. Suite à la mise en place en février 2005 de la procédure de certification de la démarche HQE, le CNOA prend publiquement la parole pour dénoncer de manière virulente la mainmise de l’association HQE sur le débat public autour de la qualité environnementale des bâtiments.

« Aujourd’hui, on observe que l’association HQE confisque et préempte une large partie du débat sur le développement durable en ciblant son action sur le volet environnemental, ignorant ainsi les aspects culturels, sociaux et dans une moindre mesure, économiques, qui conditionnent désormais la fabrication de tout espace à vivre. La prise de position de l’Ordre des architectes prend appui sur des constats récents dans la politique menée par l’association HQE : notamment l’absence de prise en compte d’une conception architecturale plus solidaire et plus généreuse en tant que valeur ajoutée à tout projet et le glissement progressif de l’association vers une interprétation technicienne et technocratique du développement durable, couronnés par l’annonce d’une certification HQE pour les bâtiments tertiaires et bientôt pour les immeubles d’habitations. Par rapport aux enjeux de développement durable auxquels est confronté l’ensemble des acteurs de la chaîne de construction, la démarche HQE, dans sa conception actuelle, s’avère ainsi être tout à la fois réductrice, minimaliste, technicienne et castratrice » (Communiqué de presse du président de la commission « développement durable » du CNOA, 10 mars 2005).

  • 17 L’UNSFA regroupe l’ensemble des syndicats professionnels des architectes, environ 10% de la profess (...)

26Proche de la position du CNOA, l’Union nationale des syndicats français d’architectes (UNSFA) 17 se prononce pour une approche ouverte de la qualité environnementale des bâtiments, ancrée autour de la notion de développement durable et qui donne plus de place aux « usagers-citoyens ».

« Je crois qu’il ne faut pas parler de HQE mais plutôt de développement durable. Architecte HQE ou construction HQE, ça n’existe pas. Parlons donc d’une politique qui englobe tout le monde – citoyens, usagers, etc. Il est important d’avoir à la fois la maîtrise d’ouvrage, la maîtrise d’œuvre et la maîtrise d’usage (les usagers). Quand on parle de protection de l’environnement, cela concerne les usagers actuels et futurs. Les normes et les labels, ce n’est pas bon […]. J’aimerais que l’on ne soit pas trop normatifs, sinon on fera toujours le même type de bâtiments » (Thierry Parinaud, architecte et représentant de l’UNSFA, Forum régional de la HQE organisé par l’ARENE Île-de-France le 6 décembre 2005).

  • 18 L’échantillon est composé de 300 architectes, 100 ingénieurs et 100 économistes de la construction.

27Les démarches engagées par l’Ordre des architectes et l’UNSFA restent cependant très limitées en termes d’impact et d’audience. Il est d’ailleurs particulièrement éloquent de voir que les initiatives des instances représentatives du corps des architectes ne parviennent pas à convaincre les architectes eux-mêmes. En effet, les résultats d’un sondage Ipsos paru le 24 mai 2006 dans la revue spécialisée Le Moniteur 18 indiquent que

« 81 % des maîtres d'œuvre ont l'intention d'adopter l’approche [HQE] pour un prochain projet. Les architectes sont les plus impliqués (89 % des architectes, 74 % des économistes et 62 % des bureaux d'études) et aussi les plus impatients puisque près de 6 sur 10 le feront d'ici à un an (41 % pour les économistes et les ingénieurs) ».

28L’investissement engagé par les acteurs du bâtiment pour s’approprier les fondements de la démarche HQE rend ainsi difficile et coûteux tout retour en arrière selon un mécanisme classique de « verrouillage » des techniques (David, 1985).

  • 19 Le lundi 30 juin 2008 le président de la République Nicolas Sarkozy invité sur le plateau de la cha (...)

29La démarche HQE est forte de quinze années de développement et d’appropriation par les professionnels et les acteurs du bâtiment. Elle a été traduite en norme officielle homologuée par l’AFNOR en 2004 puis en référentiel de certification par le CSTB en 2005. Quand il s’agit d’aborder les problèmes d’environnement dans le secteur de la construction, les autorités publiques au plus haut sommet de l’État font référence à la démarche HQE 19. En imposant la démarche HQE dans le secteur de la construction (notamment par la création d’une certification), les membres de l’ICEB ont fortement réduit la place et la légitimité des approches alternatives de construction écologique. En effet, la normalisation technique entraine une uniformisation des savoirs et savoir-faire qui réduit mécaniquement l’ancienne diversité des pratiques sur le marché (Foray, 1996).

« Il y avait beaucoup d’architectes et de bureaux d’étude qui étaient compétents ne serait-ce qu’en énergie et qui disaient "mais nous, on fait de la HQE depuis longtemps" ; parce que c’est vrai que les maisons solaires s’occupaient déjà de qualité des matériaux, de trucs comme ça et eux ils avaient envie de dire "comment ça se fait qu’on nous impose des choses comme ça [la HQE], c’est absurde". Et l’ICEB était là pour noyauter tout et qu’il n’y ait surtout pas la moindre compétence qui puisse exprimer un avis différent des quatorze cibles officielles » (Entretien avec un chercheur d’une grande école d’ingénieur, ancien membre de l’ATEQUE).

30Les approches portées par les architectes, notamment dans le domaine de l’éco-construction, ont été essentiellement le fait d’initiatives individuelles reposant sur des pratiques très hétérogènes. À l’opposé, en proposant une formalisation homogène de la qualité environnementale des bâtiments et en s’appuyant sur un réseau dense d’acteurs publics et privés (les autorités et agences publiques, les maîtres d’ouvrage, etc.), les membres de l’ICEB ont généré une dynamique collective autour de la démarche HQE (Cauchard, 2013). Cette dynamique a rendu possible son institutionnalisation ainsi que la création d’un marché du conseil en environnement auprès de la maîtrise d’ouvrage.

Les luttes professionnelles dans le domaine du conseil en environnement

31La faiblesse de l’action collective des architectes s’explique par la prégnance d’une culture professionnelle très individualiste ainsi que par la forte hétérogénéité des pratiques de la profession (Champy, 2001). Ces spécificités professionnelles sont renforcées par les difficultés économiques que rencontrent les architectes depuis plusieurs années et qui les poussent à se diversifier dans le cadre de stratégies individuelles. Ainsi, la complexification de la division du travail ne suppose pas nécessairement la disparition des groupes professionnels et leur remplacement par des « challengers » (externes à la profession) mais repose généralement sur une stratégie de diversification des différents segments internes d’une profession (Paradeise, 2008). De fait, parmi les conseillers en environnement nous retrouvons principalement des professionnels issus des mondes de l’architecture et de l’ingénierie.

32Les membres de l’Atelier d’évaluation de la qualité environnementale des bâtiments (ATEQUE), hébergé par le Plan construction et architecture (PCA), étaient essentiellement des ingénieurs généralistes et des architectes spécialisés dans les approches d’éco-conception des ouvrages. La démarche HQE repose ainsi originellement sur un dialogue et une alliance entre certains segments de la profession de l’ingénierie et de l’architecture. D’un côté, des ingénieurs soucieux de proposer une vision globale de la qualité environnementale des bâtiments et de l’autre des architectes ayant pris leur distance avec l’« esprit Beaux-Arts » encore très présent dans les formations d’architecture (Champy, 2000). Cette synthèse a permis de développer une approche globale et systémique de la qualité environnementale des bâtiments, reposant sur un équilibre entre des critères quantitatifs (consommation d’énergie, consommation d’eau, etc.) et des dimensions plus qualitatives (intégration du bâtiment dans son environnement immédiat, etc.). Comme nous l’avons exposé dans la première section de cet article, les anciens consultants de l’ATEQUE ont largement diffusé l’approche globale de la démarche HQE grâce à la création de l’Institut des conseillers environnement pour le bâtiment (ICEB). Cependant cette conception globale de la qualité environnementale des bâtiments ainsi que l’équilibre entre les architectes et les ingénieurs-généralistes tendent à être remis en cause par l’évolution des enjeux autour des questions environnementales.

  • 20 Les dix membres fondateurs de l’association Effinergie sont le CSTB, la Région Languedoc-Roussillon (...)

33Depuis plusieurs années, la montée en puissance des problèmes liés à l’environnement tend à s’opérer essentiellement au profit des enjeux énergétiques. Ainsi, le Plan climat adopté par le gouvernement français en juillet 2004 prévoit un objectif d’amélioration de l’efficacité énergétique des bâtiments de 40 % sur le neuf d’ici à 2020 et de facteur 4 sur les bâtiments anciens d’ici à 2050. Dans le domaine de la normalisation environnementale, l’association Effinergie créée en mai 2005 20 promeut la construction de bâtiments basse consommation (BBC) d’énergie. En mars 2007, en partenariat avec les autorités publiques, elle crée le label « BBC-Effinergie » qui certifie les bâtiments dont les performances énergétiques sont en moyenne inférieures de 50% à la réglementation thermique en vigueur. Les maîtres d’ouvrage qui en font la demande peuvent bénéficier dans le cadre d’une certification HQE de l’attribution supplémentaire de ce nouveau label. L’évolution conjointe des politiques publiques et de la normalisation environnementale placent les questions énergétiques au centre du débat sur la qualité environnementale des bâtiments. Ces changements modifient ainsi la nature des demandes des maîtres d’ouvrage en matière de conseil en environnement.

« La cible 4 [« gestion de l’énergie »], tout le monde est d’accord pour dire que c’est essentiel. Aujourd’hui on se doit de maîtriser les consommations donc pour nous c’est vraiment la cible essentielle » (Entretien avec un responsable de programme, promoteur immobilier, filiale d’un groupe du CAC 40).

  • 21 Dans le cadre de la certification « démarche HQE », toutes les cibles ne sont pas obligatoirement t (...)

34Du fait de la montée en puissance des préoccupations liées aux enjeux énergétiques, de nombreux ingénieurs spécialisés sur les questions thermiques se positionnent de plus en plus sur le territoire du conseil en environnement. Cette arrivée vient modifier les profils des conseillers en environnement et donne lieu à des luttes d’expertise entre les ingénieurs-thermiciens d’un côté et les ingénieurs-généralistes et les architectes de l’autre. Pour les membres de l’ICEB, l’arrivée importante des ingénieurs thermiciens pose problème puisqu’elle trahit la conception fondatrice de la démarche HQE qui repose sur une approche globale de la qualité environnementale d’un bâtiment. Or les ingénieurs thermiciens focalisent le plus souvent leur attention sur certaines cibles environnementales au détriment d’une vision d’ensemble de la démarche HQE 21. Ainsi, d’après les pionniers de l’ICEB, au lieu de traduire, les ingénieurs-thermiciens trahissent (Latour 1992) l’approche de la démarche HQE et aussi la confiance des maîtres d’ouvrage puisqu’ils proposent de manière uniforme les mêmes solutions, indépendamment des spécificités liées au contexte particulier de chaque opération de construction.

« On avait surtout des architectes et des ingénieurs généralistes et dernièrement on a eu une arrivée massive de "thermiciens". Aujourd’hui un AMO sur deux est thermicien et ça en est affligeant parce que – moi je le vois dans les audits – quand on a un ingénieur thermicien en AMO-HQE les seules préoccupations portent sur le thermique. Du coup ils retraduisent le référentiel uniquement sous cette dimension-là. C’est grave parce que ça veut dire qu’il y a une forme de manipulation de l’AMO-HQE qui possède une certaine maîtrise, qui vend cette maîtrise et qui va orienter son client vers cette maîtrise-là et non pas forcément en exprimant pleinement les intérêts du client » (Entretien avec un architecte, membre de l’ICEB, auditeur et AMO-HQE).

35À côté de l’arrivée massive des ingénieurs thermiciens, une autre menace pourrait déstabiliser à moyen terme le marché du conseil en environnement. De plus en plus d’architectes suivent des formations en démarche HQE avec pour objectif de replacer les missions de conseil en HQE dans le territoire réservé de l’architecte.

« En tant qu’architecte nous avons un rôle de conseil. Et l’intervention de l’architecte dans ses missions HQE vis-à-vis de son client, c’est aussi une mission de conseil. Quand il y a la possibilité, c’est-à-dire dans le cadre d’une maîtrise d’œuvre compétente en conseil HQE, on pourrait fournir le "package" de la certification HQE et du coup il n’y aurait pas de nécessité d’avoir recours à un AMO-HQE. De fait, la HQE serait partie intégrante de notre mission de conseil, c’est notre rôle. Si après le client accepte ou n’accepte pas, c’est son choix » (Entretien avec une architecte).

36L’objet de la normalisation est d’expliciter les savoirs et savoir-faire pour les mettre à la disposition des acteurs comme de quasi « biens publics » (Bénézech, 1996). Cette dynamique va à l’encontre de la spécificité du travail des professions établies dont le contenu a la propriété de ne pas être standardisé, ni rationnalisé (Freidson, 2001, p. 17). La circulation des référentiels et les effets d’apprentissage direct favorisent ainsi à plus ou moins long terme l’appropriation des savoirs et savoir-faire des experts (les conseillers en environnement) par les autres professionnels de la maîtrise d’œuvre (architectes, bureaux d’études, etc.). Cette évolution est d’ailleurs souhaitée à moyen terme par un certain nombre de maîtres d’ouvrage.

« On a toujours des AMO-HQE pour le moment parce qu’il y a quand même un travail important encore à mener, de sensibilisation des partenaires, d’animation d’équipe, mais je reste à peu près sûr que dans cinq ou dix ans ce travail-là sera intégré chez les maîtres d’œuvre et on ne parlera plus d’AMO-HQE. On ne construit plus pareil, on se fixe des objectifs différents, donc il faut aujourd’hui quelqu’un qui puisse bien faire passer ces messages du maître d’ouvrage. Mais quand ce message deviendra standard, on n’aura plus besoin de cet acteur » (Entretien avec un directeur de programmes HQE d’une société d’investissement).

37La rente monopolistique de l’expert tend donc à s’amenuiser au fil du temps. Ce dernier se retrouve ainsi confronté à la nécessité de fabriquer de nouveaux domaines de compétence sur lesquels asseoir son expertise. Dans ce futur jonché d’incertitudes, le maintien (ou le développement) des missions des conseillers en environnement dépendra de leur capacité à renouveler le contenu de leur expertise en adéquation avec l’évolution des politiques publiques et des demandes des usagers (principalement les acteurs de la maîtrise d’ouvrage).

Conclusion

38Notre recherche montre le travail de fabrication et de légitimation d’une nouvelle spécialité professionnelle adossée à la production normative. Dans le secteur de la construction, l’institutionnalisation de la haute qualité environnementale (HQE) des bâtiments a entrainé une recomposition du système des professions. Les architectes, en tant que corps professionnel, ont joué le « jeu de la chaise vide » (exit) (Hirschman, 1970) en se tenant à l’écart des travaux normatifs sur la qualité environnementale des bâtiments. Ils ont ainsi laissé libre ce territoire à un collège de professionnels-experts qui a pu façonner ce nouveau domaine de compétence par le biais de la normalisation technique et faire reconnaître son expertise auprès des autorités publiques et des acteurs de la maîtrise d’ouvrage. Une spécialité professionnelle a émergé dans le sillage de la démarche HQE, contraignant les architectes à collaborer avec de nouveaux experts sur la conception des bâtiments, les conseillers en environnement (AMO-HQE). Les architectes ont ainsi appris à leurs dépens qu’une « expertise n’est jamais acquise, une fois pour toute, définitivement. Elle est soumise à la concurrence d’autres groupes ou segments professionnels, mais aussi aux politiques publiques et à leurs aléas ; elle est donc historiquement contingente » (Dubar & Tripier, 2005, p. 186).

  • 22 Dans notre travail, le terme « usagers » renvoie essentiellement aux acteurs de la maîtrise d’ouvra (...)

39Le développement de la normalisation technique, à l’instar du renforcement des dispositifs de managérialisation, est généralement analysé comme une menace qui pèse sur l’autonomie des professions (Champy, 2011). Cependant, plus qu’un affaiblissement de l’autonomie professionnelle, notre travail montre que le développement de la normalisation technique entraine une redistribution des légitimités professionnelles en lien avec de nouvelles dynamiques d’expertise. Si cette recomposition est le résultat d’un phénomène de segmentation interne et de différenciation (Bucher & Strauss, 1961) propre aux univers professionnels de la maîtrise d’œuvre (architectes et ingénieurs), elle met également en exergue la place grandissante qu’occupent les experts et les dynamiques d’expertise dans nos sociétés (Brint, 1994 ; Barbier et al., 2013). Quels que soient les contextes considérés, qu’il s’agisse par exemple d’organisations publiques ou privées (Le Bianic, 2011), les territoires, l’autonomie et l’autorité traditionnelle des professions établies sont de plus en plus fragilisés et bousculés par la valorisation croissante des experts et de leurs savoirs par les usagers 22. La normalisation environnementale, du fait de son imbrication étroite avec les dynamiques d’expertise, constitue ainsi un puissant instrument de recomposition des territoires et des légitimités professionnels.

Haut de page

Bibliographie

Abbott A. (1988), The System of Professions. An Essay on the Division of Expert Labor, Chicago, The University of Chicago Press.

Aggeri F. (2000), « Les politiques d’environnement comme politiques de l’innovation », Gérer et comprendre, Annales des Mines, n° 60, juin, pp. 31-43.

Ahrne G., Brunsson N. & C. Garsten (2000), « Standardizing through Organization », dans Brunsson N. & B. Jacobsson (dir.), A World of Standards, Oxford, Oxford University Press, pp. 50-68.

Barbier M., Cauchard L., Joly P.-B., Paradeise C. & D. Vinck (2013), « Pour une approche pragmatique, écologique et politique de l’expertise », Revue d’Anthropologie des Connaissances, vol. 7, n° 1, pp. 1-24.

Benezech D. (1996), « La norme : une convention structurant les interrelations technologiques et industrielles », Revue d’économie industrielle, n° 75, pp. 27-43.

Le Bianic T. (2011), « Les bureaucraties professionnelles face à la nouvelle gestion publique : déclin ou nouveau souffle ? », Sociologie du travail, n° 53, pp. 305-313.

Borraz O. (2004), « Les normes : instruments dépolitisés de l’action publique », dans Lascoumes P. & P. Le Galès (dir.), Gouverner par les instruments, Paris, Presses de la FNSP, pp. 11-44.

Brint S. (1994), In an Age of Experts. The Changing Role of Professionals in Politics and Public Life, Princeton, Princeton University Press.

Bucher R. & A. L. Strauss (1961), « Professions in Process », American Journal of Sociology, vol. 66, n° 4, pp. 325-334.

Castel R. (1985), « L’expert mandaté et l’expert instituant », dans Situations d’expertise et socialisation des savoirs, Saint-Étienne, Actes de la table ronde organisée par le CRESAL.

Cauchard L. (2013), « L’organisation de l’expertise dans les espaces de normalisation technique. Le cas de la haute qualité environnementale (HQE) des bâtiments en France », Revue d’Anthropologie des Connaissances, vol. 7, n° 1, pp. 173-193.

Champy F. (1999), « Vers la déprofessionnalisation. L’évolution des compétences des architectes en France depuis les années 80 », Cahiers de la recherche architecturale et urbaine, n° 2-3, pp. 27-38.

Champy F. (2000), « Les architectes, les urbanistes et les paysagistes », dans Paquot T., Lussault M. et S. Body-Gendrot (dir.), La Ville et l’urbain. L’état des savoirs, Paris, Éditions la Découverte.

Champy F. (2001), Sociologie de l’architecture, Paris, Éditions La Découverte.

Champy F. (2009), La Sociologie des professions, Paris, Presses universitaires de France.

Champy F. (2011), Nouvelle théorie sociologique des professions, Paris, Presses universitaires de France.

Cochoy F. (2000), « De l’"AFNOR" à "NF" ou la progressive marchandisation de la normalisation industrielle », Réseaux, n° 102, pp. 65-89.

Cochoy F., Garel J.-P. & G. de Terssac (1998), « Comment l’écrit travaille l’organisation : le cas des normes ISO 9000 », Revue française de sociologie, vol. 39, n° 4, pp. 673-699.

David P. (1985), « Clio and the Economics of QWERTY », American Economic Review, vol. 75, n° 2, pp. 332-337.

Demortain D. (2008), « La légitimation par les normes : experts transnationaux, Commission européenne et la régulation des aliments nouveaux », Sociologie du travail, vol. 50, pp. 1-14.

Djelic M.-L. & K. Sahlin-Andersson (2006), Transnational Governance. Institutional Dynamics of Regulation, Cambridge, Cambridge University Press.

Dubar C. & P. Tripier (2005), Sociologie des professions, Paris, Éditions Armand Colin (2ème édition).

Duran P. & J.-C. Thoenig (1996), « L’État et la gestion publique territoriale », Revue française de science politique, vol. 46, n° 4, pp. 580-623.

Foray D. (1996), « Diversité, sélection et standardisation : les nouveaux modes de gestion du changement technique », Revue d’économie industrielle, n° 75, 1er trimestre, pp. 257-274.

Freidson E. (2001), Professionalism. The Third Logic: on the practice of knowledge, Chicago, University of Chicago press.

Hatchuel A. & B. Weil (1992), L’Expert et le système, Paris, Éditions Economica.

Hirschman A. (1970), Exit, Voice and Loyalty, Cambridge, MA, Harvard University Press.

Hughes E. (1996), Le Regard sociologique. Essais choisis, Paris, Éditions de l’EHESS.

Jacobsson B. (2000), « Standardization and Expert Knowledge », dans Brunsson N. & B. Jacobsson, A World of Standards, Oxford, Oxford University Press, pp. 40-49.

Karpik L. (1996), « Dispositifs de confiance et engagements crédibles », Sociologie du travail, n° 4, pp. 527-550.

Karpik L. (1995), Les Avocats. Entre l’État, le public et le marché, Paris, Éditions Gallimard.

Latour B. (1992), Aramis ou l’amour des techniques, Paris, Éditions La Découverte.

Lelong B. & A. Mallard (2000), « Dossier sur la fabrication des normes. Présentation », Réseaux, n° 102, pp. 9-33.

Olshan M. (1993), « Standards-Making Organizations and the Rationalization of American Life», The Sociological Quarterly, vol. 34, n° 2, pp. 319-335.

Paradeise C. (2008), « Autonomie et régulation : retour sur deux notions-clés », dans Le Bianic T. et A. Vion (dir.), Action publique et légitimités professionnelles, Paris, Lextenso Éditions, L.G.D.J., pp. 289-296.

Paradeise C. (1985), « Rhétorique professionnelle et expertise », Sociologie du travail, n° 1, pp. 17-31.

Paradeise C. (1988), « Les professions comme marchés du travail fermés », Sociologie et sociétés, vol. 20, n° 2, pp. 9-21.

Sarfatti-Larson M. (1977), The Rise of Professionnalism, Oakland, University of California Press.

Tapie G. (2000), Les Architectes : mutation d’une profession, Paris, Éditions L’Harmattan.

Trepos J.-Y. (1996), La Sociologie de l’expertise, Paris, Presses universitaires de France.

Vayssière B., Candre M. & D. Voldman (1996), Le Ministère de la Reconstruction et de l’urbanisme 1944-1954 : une politique du logement, Paris, IFA-PCA.

Haut de page

Notes

1 Le travail empirique est fondé sur l’analyse des comptes-rendus et procès verbaux de réunion tenus depuis 1992 au sein des différents groupes de travail consacrés à la démarche HQE. Ces données ont été complétées par la menée d’une quarantaine d’entretiens auprès de professionnels de la construction en France.

2 Les membres de l’ATEQUE étaient principalement des professionnels de la maîtrise d’œuvre, surtout des ingénieurs et dans une moindre mesure des architectes, et aussi quelques laboratoires et agences de recherche publics et privés dont le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB). Du côté des acteurs de la demande de méthodes, nous retrouvions la Fédération Française du Bâtiment (FFB), l’Association française des fabricants de matériaux de construction (l’AIMCC) et un seul maître d’ouvrage, l’Union Nationale des Fédérations d’Organismes d’HLM (UNFO-HLM). Les membres du ministère du Logement et de l’Environnement étaient des invités permanents de l’Atelier. Il n’y avait aucun représentant des usagers finaux.

3 Les membres fondateurs de l’association HQE étaient tous déjà présents au moment de l’ATEQUE. Il s’agit du Plan construction et architecture (PCA), de la Direction de l’habitat et de la construction (Ministère du logement), du Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB), de l’Association des industries de matériaux de construction (AIMCC), de la Fédération française du bâtiment (FFB) et du Ministère de l’environnement. Si l’ADEME et l’Agence régionale de l’environnement et des énergies nouvelles (ARENE) Île-de-France n’étaient pas officiellement membres de l’ATEQUE, ces deux agences avaient néanmoins participé à certains de ses ateliers.

4 Les citations sont extraites du document présentant les statuts de l’ICEB.

5 Le dispositif précise que seules les adhésions à titre individuel sont acceptées.

6 Les candidats doivent remplir une « grille d’identification des compétences » qui reprend l’ensemble des quatorze cibles de la démarche HQE. Il est également demandé aux candidats de joindre une liste complète de leurs références en matière de HQE.

7 Il s’agit de suivre une formation de cinq jours sur la QE des bâtiments et la démarche HQE, puis de réaliser un travail personnel de deux mois portant sur l’analyse d’un projet ou d’une réalisation adoptant une démarche HQE. La validation finale du travail du candidat est effectuée par un jury d’experts.

8 Compte-rendu du conseil d’administration de l’association HQE du 19 décembre 1997.

9 Lors d’un forum régional sur la HQE organisé le 6 décembre 2005 par l’ARENE d’Île-de-France (membre de l’association HQE) et portant sur le thème « comment assurer une qualité de construction et d'exécution des projets HQE ? », le trésorier de l’ICEB profite de son intervention pour promouvoir le travail des membres de l’ICEB dans le domaine de l’AMO-HQE : « Il n’y a pas d’appellation contrôlée en ce qui concerne ce métier. Il y a cependant un certain nombre de compétences regroupées sous ce vocable et, en particulier, l’association ICEB (Institut pour la conception environnementale du bâti) qui réunit des gens – dont je fais partie – qui font de l’assistance à la maîtrise d’ouvrage sur des opérations HQE et également de l’accompagnement en maîtrise d’œuvre ».

10 Les informations proviennent du rapport d’orientation de l’Association HQE du 5 décembre 2000.

11 En 1992, alors qu’elle était Secrétaire d’état au logement, Marie-Noëlle Lienemann avait été à l’initiative du lancement des premiers travaux sur la HQE.

12 Délibération n°99-1-5 du 25 février 1999. Nous rappelons que l’ADEME est un des membres fondateurs de l’association HQE.

13 Ce coût plafonné fixé par l’ADEME est devenu le niveau standard de rémunération pour les AMO-HQE.

14 Le système de management environnemental (SME) est parfois appelé le système de management de l’opération HQE (SMO-HQE).

15 L’Ordre des architectes a été institué par la loi du 31 décembre 1940 qui réglemente le titre et la profession d’architecte. Pour un accès à la commande publique dans les villes sinistrées, les architectes devaient obligatoirement être inscrits à l’Ordre et être agréés par le Ministère de la reconstruction et de l’urbanisme pour obtenir le label officiel d’« architectes de la reconstruction ». Par la suite, la loi du 7 janvier 1977 a rendu obligatoire l’inscription à l’Ordre de tout architecte praticien (Vayssière, Candre & Voldman, 1996, p. 141).

16 CNOA, Les architectes et le développement durable. Dix propositions de l’Ordre des architectes, Conclusions de la première étude engagée par l’Ordre des architectes avec l’appui de ecodurable®, Juin 2004.

17 L’UNSFA regroupe l’ensemble des syndicats professionnels des architectes, environ 10% de la profession soit un peu plus de 3 000 membres.

18 L’échantillon est composé de 300 architectes, 100 ingénieurs et 100 économistes de la construction.

19 Le lundi 30 juin 2008 le président de la République Nicolas Sarkozy invité sur le plateau de la chaine publique de télévision France 3 (le journal du 19/20h) s’est ainsi engagé à promouvoir « une fiscalité européenne propre » avec un taux de TVA réduit à 5,5 % pour « tout ce qui est écologique », notamment pour « les bâtiments labellisés Haute qualité environnementale ».

20 Les dix membres fondateurs de l’association Effinergie sont le CSTB, la Région Languedoc-Roussillon et le CEFIIM, la Région Franche-Comté et l’Association AJENA, la Région Alsace, Rhônalpenergie-Environnement (RAEE), le Collectif Isolons la terre contre le CO², le Groupe Banque populaire et la Caisse des dépôts et consignations.

21 Dans le cadre de la certification « démarche HQE », toutes les cibles ne sont pas obligatoirement traitées. Il est attendu du maître d’ouvrage qu’il propose un profil environnemental pour son opération en hiérarchisant les quatorze cibles de la HQE. La seule obligation pour obtenir la certification est de prendre en compte au moins sept cibles du référentiel HQE, les sept cibles restantes (donc non traitées) devant respecter « le niveau réglementaire ou de pratique courante (niveau base) ».

22 Dans notre travail, le terme « usagers » renvoie essentiellement aux acteurs de la maîtrise d’ouvrage puisque ce sont ces derniers qui décident d’inscrire (ou non) leur opération dans le cadre d’une démarche HQE et de recruter un conseiller en environnement.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les quatorze cibles pour aider les Maîtres d’ouvrages à structurer leurs objectifs
Légende Source : site de l’Association pour la haute qualité environnementale des bâtiments.
URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/5019/img-1.png
Fichier image/png, 80k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Cauchard, « Normalisation environnementale, dynamiques d’expertise et recomposition du système des professions », SociologieS [En ligne], Dossiers, Enjeux environnementaux et dynamiques des groupes professionnels, mis en ligne le 26 mai 2015, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/5019

Haut de page

Auteur

Lionel Cauchard

LATTS-IFRIS, Université Paris-Est Marne-la-Vallée (UPEM), France - Lionel.Cauchard@u-pem.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page