Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSGrands résumés2015Penser le changement institutionnel« Manières de faire » des institu...

2015
Penser le changement institutionnel

« Manières de faire » des institutions. Grand résumé de l’ouvrage Penser le changement institutionnel, Paris, Presses universitaires de France, 2014

Suivi d’une discussion par Fabrizio Cantelli et Louis Quéré
Virginie Tournay

Notes de la rédaction

La discussion par Fabrizio Cantelli est accessible à l’adresse : https://sociologies.revues.org/5100 et celle par Louis Quéré à l’adresse : https://sociologies.revues.org/5101

Texte intégral

Si, en outre, les mondes sont autant faits que trouvés, alors connaître, c'est autant refaire que rendre compte [...] Percevoir un mouvement, c'est souvent le produire.
Nelson Goodman, Manières de faire des mondes, Paris, Éditions Gallimard, 2006, p. 43.

Préambule

1Cet ouvrage part d'une question apparemment simple : que veut dire penser le changement institutionnel ? Si l'analyse du changement institutionnel fait toujours l'objet d'une littérature foisonnante dans les sciences sociales, rien n'est dit de l'expérience ordinaire du changement, laquelle expérience n'est pourtant pas déconnectée de son attestation. Ce simple constat m'a incitée à me placer davantage du point de vue de celui qui pense, perçoit et se figure le changement, que de l'objet figuré en état de changement.

2Si les notions de « changement » et d'« institution » ne cessent d'occuper nos pensées à titre d'évidences indiscutables, un pas supplémentaire consiste à les sortir des élaborations conceptuelles pour les replacer dans l'expérience vécue par tout individu. L'institution n'est pas un objet invariable. Elle est un complexe de relations ne pouvant être saisi dans sa pleine totalité ; il est en outre impossible de s'accorder sur ses contours. On reconnaîtra dans ce déplacement de focale une inspiration bergsonienne. Pli du temps amenant l'institution à devenir ce qu'elle n'est pas encore, le changement est un élément de durée qui ne suppose pas d'accoler à celui-ci un « quelque chose » qui change. C'est pourquoi décliner le changement à travers l'espace et inscrire l'institution dans une série d'états défilant sous un temps en surplomb correspond à une reconstruction intellectuelle, qui n'est qu'une option parmi d'autres de l'expérience sensible.

Intégrer les perceptions ordinaires dans l’analyse des dynamiques institutionnelles

  • 1 Pour Ernst Mach, tout objet définit un symbole mental de sensations propres. Il n’y a pas de choses (...)

3Les études en sciences sociales consacrées aux dynamiques institutionnelles peuvent-elles faire abstraction des perceptions ordinaires de ces dynamiques ? Inspiré des travaux des philosophes Nelson Goodman, Henri Bergson et Raymond Ruyer, cet ouvrage est un plaidoyer pour intégrer les perceptions ordinaires dans l’analyse du fait institutionnel. Il repose sur une posture réaliste du monde social qui pose la sensation 1 en premier élément objectif de la connaissance. Reconnaître la portée d’un travail sensoriel dans toute observation, depuis l’appréhension individuelle de l’institution jusqu’à sa représentation communément partagée ou destinée à un public potentiel ne porte pas nécessairement atteinte à une vision réaliste du monde social, ni même à la pertinence heuristique des modélisations de celui-ci, mais s'inscrit dans une posture empiriste défendant une pragmatique de la connaissance qui « s'applique à saisir l'activité mentale au moment même où elle remplit ses fonctions ; elle s'exerce sur des exemples individuels et concrets, elle n'accepte jamais une définition in abstracto » (Moulin dans James, 1916, p. 3). Cette initiative ne revient pas à psychologiser le changement, ni à le déterminer selon une subjectivité et donc à en faire un phénomène relatif. Il s'agit plutôt de considérer que le terreau scientifique de la connaissance se nourrit principalement de l'association de données sensorielles, dimension objective sans laquelle il ne peut y avoir d'expérience phénoménale.

4Le changement n'est pas localisé dans l'objet en tant que tel ; ce n'est pas non plus une expérience anonyme de ce qui se meut, ni un rassemblement ordonné de représentations partagées convergeant vers la reconnaissance de cette totalité mouvante. Il s'agit avant tout d'une expérience concrète, singulière, objective, continument répétée et individualisée d'une forme sociale. Ce plaidoyer visant à intégrer les perceptions ordinaires dans l’analyse sociologique n’est pas réductible aux seules institutions. Il s’étend aux catégories sociales intégrées auxquelles on fait communément référence dans nos échanges ordinaires et scientifiques, telles qu’un territoire, une organisation internationale ou encore une politique publique.

5L’institution, de même qu’un territoire, une organisation internationale ou une politique publique, n’est pas un objet invariable, c’est-à-dire « une chose en soi » qui serait extérieure à ceux qui la vivent et la commentent. Elle est inséparable des moyens utilisés pour la décrire et la matérialiser. Par exemple, même si sa forme et son contenu diffèrent, l’Union européenne existe tout autant pour ceux qui en portaient jadis le projet, que pour ceux qui se déplacent aujourd’hui librement dans l’espace de Schengen. L’État providence n’a pas la même forme aux yeux de ceux qui bénéficient de prestations sociales, des fraudeurs ou de ceux qui ignorent le recours à ces prestations. On ne peut donc pas envisager la réalité d’une institution indépendamment de la perception de ses formes d’attestation, c’est-à-dire de la façon dont chacun en incorpore l’expérience à partir de ses médiations, incluant des mots, des images ou des chiffres. Ainsi, la consistance d’un service national de transport ou d’un organisme bancaire est tout autant définie par les indicateurs de performance, les projets d’extension, les articles de presse, que par le mécontentement momentané de leurs administrés lorsque ceux-ci, par exemple, ne parviennent pas à communiquer avec un de leurs employés. Ce constat rend impossible tout accord sur les contours de l’institution puisque son existence et ses formes sont multiples sans qu’elles soient nécessairement apparentées les unes aux autres. Ces différentes modalités d’existence de l’institution sont des éléments objectifs qui concourent substantiellement à la définir, à lui donner une existence concrète et à lui assigner des valeurs. Si bien qu’elle est continuellement recomposée et retracée à travers ce qui s’échange, se dit et s’étalonne. Sa forme n’est pas donnée à l’avance, elle se conquiert et reconquiert en permanence.

Un pluralisme ontologique du fait institutionnel

6Cette contribution propose de dresser une classification des différentes modalités de présence de l’institution à partir des ontologies de Philippe Descola (naturalisme, animisme, totémisme et analogisme), chacune étant marquée par un rapport méréologique particulier (rapport du tout aux parties). La facilité avec laquelle le discours présente l’institution comme un tout cohérent dont on peut retracer la généalogie à travers une succession de liens causaux n’est qu’une manière parmi d’autres de faire l’institution. Cette opération courante de pensée rapporte le fonctionnement de l’institution à une réalité essentialiste. Or, la perception ordinaire de l’institution n’est pas celle d’une totalité intégrée. Quand on s’adresse au guichet d’une bureaucratie, ce n’est pas l’institution entière que l’on perçoit mais les parties d’une multitude d’autres agencements, tels que les gens, une fraction de dossiers en traitement, des uniformes, des coutumes, etc. La forme de l'institution découle de ceux qui la font, des rapports entre les instituants, les institués, ceux qui la vivent, la commentent et la perçoivent. Cette forme est le produit d'ontologies multiples, nourrissant chaque fois une perception différentielle du temps et de l'espace et survivant au rythme de ses médiations.

7Sur un plan épistémologique, cette contribution plaide pour un pluralisme ontologique. Elle accorde à chacune des perceptions du fait institutionnel, qu’elles soient scientifiques ou quotidiennes, une même dignité ontologique en raison du fait que la diversité de ces perceptions permet de « faire » l’institution et de lui donner une consistance. Si bien que les perceptions ordinaires de l’institution, sa présence dans les discours des politiques publiques et les théorisations de la vie institutionnelle par les chercheurs en sciences sociales concourent simultanément à en composer la réalité et à donner consistance à ce que l’on désigne par institution. L'idée du présent ouvrage est de se placer davantage du point de vue de celui qui perçoit le changement que de l'objet figuré en état de changement. Cette posture présente l'avantage d'envisager la problématique du changement dans la conduite individuelle et le contenu de la conscience plutôt que dans le seul objet objectivé au sein d'un espace donné. Le changement devient alors une dimension temporelle et non plus spatiale. Pour le physicien et philosophe Ernst Mach, l'entreprise scientifique ne procède pas de l'observation d'une prétendue réalité immuable, d'un monde « en soi » ou substantialisé, mais vise (pour la physique) « à découvrir les relations de dépendance entre les données de l'observation sensible » (Mach, 1905, p. 303).

L’institution comme expérience sociale et construit analytique

8Reconnaître que l’institution est à la fois le produit d’une « expérience sociale » (ce que les acteurs en disent individuellement et partagent à « son » contact) et d’un « construit analytique » (la façon dont ses propriétés sont décrites ou modélisées) n’est pas dénué d’effets politiques. Cela revient à reconnaître qu’on ne peut jamais la saisir dans sa totalité puisqu’elle n’est pas une chose en soi, une entité indépendante per se, pour reprendre l’expression de John Dewey. Christopher Ansell a proposé une définition pragmatiste de l’institution témoignant de cette complexité. Il développe une vision transactionnelle de l’institution qui relie l’objet au sujet percevant et la définit comme « des relations entre les artefacts symboliques assurant la médiation de la vie sociale et l’expérience vécue de ces artefacts par les individus » (Ansell, 2011). L’institution n’est donc pas un artefact per se mais la signification que les individus se font de celle-ci.

9Cette posture théorique amène la réflexion vers d’autres catégories sociales intégrées telles que les politiques publiques et les territoires qui témoignent également d’une grande pluralité de regards. La diversité de ces perceptions pose un rapport différentiel des parties au tout. On peut ainsi percevoir le territoire comme une découpe géographique, une coutume locale, un projet de développement ou une empreinte musicale. Cette posture théorique engage également une discussion épistémologique autour de l’utilisation de la notion « d’espace » et de « trajectoire » pour penser le changement institutionnel ou plus largement, les dynamiques des collectifs sociaux intégrés.

Attester du changement : un acte de valuation

10L'objectivité institutionnelle repose sur un Human Agreement concernant l'existence des choses. Par exemple, assimiler le billet vert à un dollar est le résultat d'un accord conventionnel (De Munck, 1998, p. 173). La valeur est acquise par la croyance partagée du fait que ce billet est un dollar. Contrairement à des existants bruts (tels que le relief montagneux), l'institution existe parce que chacun est en mesure d'appliquer une fonction institutionnelle à une chose (la monnaie à un morceau de métal, un drapeau à un bout de tissu, une enseigne à une applique rectangulaire, etc.) ou à une personne (le facteur, le policier, le gendarme, etc.). L'objectivité institutionnelle résulte donc d'une mise en équivalence conventionnelle qui se rapproche de ce que John Searle désigne par règle constitutive. Le morceau de papier, objet physique, est converti en argent. Dès lors, analyser les formes d'attestation des institutions et leur dynamique invite à déplacer le regard de l'objet institutionnel vers celui, ceux qui le perçoi(ven)t et le commente(nt). Cette démarche consiste tout autant à identifier les médiateurs qui permettent aux observateurs de la vie sociale d'attribuer une intentionnalité et certaines déterminations à des collectifs, qu'à caractériser ceux mobilisés par l'analyste dans leur restitution des faits institutionnels.

11On a ainsi différentes formes d'attestation de l'institution, chacune ayant un attachement préférentiel à l'une des quatre ontologies dans l'activité mentale. Cette variabilité des formes d’attestation témoigne de différentes manières de répartir les continuités et les discontinuités entre soi-même et l'environnement institutionnel. Elle soulève également des différences dans la consistance des êtres collectifs, conduisant à percevoir le changement selon une grille de lecture spécifique. Ainsi, le partage de l'hostie avec les fidèles pendant la célébration de l'Eucharistie marque, à travers l'acte de communion, une institution religieuse unifiée. Si l'acte s'accompagne de variantes interprétatives, la référence des fidèles au sacrement de l'Eucharistie reste celle du mythe fondateur de la communauté des croyants. En assurant la correspondance des fidèles à l'Eucharistie, l'hostie est un médiateur totémique signant la rémanence du mythe. Dans cette ontologie, le changement de l'institution dans sa globalité n'est pas possible car il supposerait un déplacement du mythe fondateur. L'institution est présente ou absente ; l'individu y adhère ou n'y adhère pas. Il n'y a pas de changements sectoriels possibles car l'institution totémiste est substance pure. Cette pratique fait l'objet de différences interprétatives selon les obédiences. Ainsi, le dogme de la transsubstantiation faisant de l'hostie la substance du corps du Christ est particulier à la théologie catholique. Certaines doctrines protestantes envisagent ce pain sous la forme d'une coexistence des substances propres avec les éléments du corps du Christ (doctrine de la Consubstantiation) tandis que d'autres l'identifient uniquement comme le symbole du Christ, sans y reconnaître toutefois sa présence effective. À une ontologie totémiste dominante, certaines interprétations rejoignent une ontologie naturaliste, comme le refus de reconnaître la présence réelle du corps du Christ dans l'Eucharistie, puisque dans cette ontologie, on ne peut pas trouver d'intériorité dans un élément de matière physique. Avec ces réformistes religieux, la primauté est donnée à la lecture des Écritures saintes. La fin de la figuration de la Cène est également revendiquée dans les pratiques de communion ou de sacrement. Elles ressortent davantage comme un mémorial au sein duquel le Christ n'a pas de présence réelle.

Le naturalisme : faire preuve. Une morale de la véracité

12La posture naturaliste constitue le ciment de la tour de Babel fondée sur la cumulativité des savoirs destinés à saisir l'institution dans sa substance pleine et à tenter de la définir. Sa modélisation est traversée par une conception euclidienne de l'espace et du temps au sein de laquelle le « temps spatialisé » est figuré par des conventions qui représentent de manière stylisée l'écoulement du temps, tel la flèche, plus ou moins large, orientée vers la droite pour figurer un mouvement se déployant dans le futur. Cette conception conduit à une première mise en équivalence : celle des points de l'espace avec les moments de la durée (Bergson, 1889, pp. 73-74). Elle prédomine dans la posture rationaliste. La consistance d'une institution résulte de sa trajectoire spatiale effectuée à partir d'un point passé. Cette assimilation du mouvement (insaisissable) à la trajectoire (traçable) est au fondement de l'objectivisme durkheimien comme le souligne Bruno Karsenti (2008, pp. 113-121). Il n'est ainsi pas étonnant de retrouver des systèmes symboliques de l'institution tant linguistiques que figuratifs, dominés par la prévalence des représentations spatiales dans l'ontologie naturaliste de l'institution. Parmi les outils épistémiques figuratifs, la schématisation ou le diagramme sont des représentations spatiales redondantes dans les travaux scientifiques.

13L'espace de l'institution selon la logique naturaliste est le référentiel euclidien au sein duquel des personnes, des ressources et des informations sont susceptibles de circuler ou de diffuser. Différentes modalités de figuration sont possibles, toutes reposant sur une inférence de propriétés représentatives de l'objet figuré. Ce sont des systèmes symboliques marqués par des conventions de représentation. L'interprétation des codes de la représentation peut être plus ou moins complexe et suppose la maitrise de connaissances tacites. Ainsi, la gradation du temps sur un graphe ou une frise historique représente son écoulement. D'autres critères sémantiques peuvent intervenir. Un diagramme marquant l'organisation interne d'une institution est habituellement conçu par des relations spatiales verticales entre les différentes composantes pour figurer des liens hiérarchiques. Une liste de données numériques, sous la forme d'un tableau récapitulant les résultats d'une enquête par sondage auprès d'une population donnée, une liste des admissions et des sorties en institution hospitalière, sont également des figurations diagrammatiques d'une communauté humaine.

14La temporalité de l'institution selon le mode naturaliste est linéaire, généalogique et elle est saisie à l'aide d'une représentation spatiale vectorisée.

15Le changement de l'institution saisi dans une logique naturaliste intervient sur l'axe spatial, lorsqu'une différence substantielle est constatée entre un temps t et un temps t+1. Il implique nécessairement une transformation de la forme institutionnelle pour être considéré comme global. L'augmentation du nombre d'adhérents à un parti politique ou la mise en place d'une nouvelle strate organisationnelle dans une entreprise sont des modifications sectorielles susceptibles d'affecter une propriété donnée de l'institution. Ces nouvelles données constituent un changement général à la condition qu'elles induisent une transformation dans la forme de l'institution. Si l'augmentation des adhésions et le nombre de voix récoltées aux élections législatives franchit un seuil déterminé, alors cette formation politique peut bénéficier d'une aide publique dans le financement de la campagne électorale et n'a plus uniquement à compter sur le financement privé. Ce qui conduit à modifier son statut. De même, si la réorganisation d'une entreprise entraine la constitution de nouvelles filiales marquées par une réorientation de la production, le changement induit est global. Le récit du changement dans la posture naturaliste se heurte à la détermination de ses causes et à sa localisation dans le temps d'emblée figurée sur une dimension spatiale. Son objectivation est difficile ; les récits oscillent entre description et explication partielle.

16La valeur de l'institution décrite sur un mode naturaliste s'acquiert par la robustesse de son dispositif de preuve, qu'il soit scientifique ou politique. La force d'un laboratoire de recherche est mesurée par ses publications et la citation de ses travaux par des collègues extérieurs. La crédibilité d'une opération électorale nécessite un processus objectivé de collecte d'informations et de leur traitement statistique. Le mot d'ordre est « faire preuve » et sa morale est celle de la véracité.

L'animisme : faire équilibre. Une morale de l'échange

17La logique animiste est omniprésente dans la description du fait institutionnel. La tangibilité de l'institution repose ainsi sur une connaissance partagée des codes, des conventions et des coutumes. Ce plan intrinsèquement collectif met en équivalence une chose ou une personne avec une fonction institutionnelle. Cette mise en équivalence est également présente au niveau de l'être collectif. Des institutions, telles que des entités administratives, des sociétés ou des fondations, sont ainsi dotées d'une personnalité morale, c'est-à-dire qu'elles sont compétentes à posséder des droits et à encourir des obligations. Les systèmes symboliques à l’œuvre dans la logique animiste sont destinés à marquer la continuité de l'intériorité institutionnelle à l'aide de multiples dispositifs physiques tels que des uniformes, des enseignes, des règlements intérieurs ou des formulaires administratifs. Dans le lot des médiateurs donnant corps à l'institution suivant une logique animiste, le système monétaire est le plus exemplaire. Il compose un système symbolique axé sur une pragmatique de la communication dénuée a priori de frontières. Le travail de connaissance associé à cette posture ne revient pas à mettre en forme un monde de substances préexistantes ou à lever le voile sur des propriétés intrinsèques, contrairement aux épistémologies modernistes (Simmel, 2005, pp. 390-391).

18L'argent inscrit une relation à des choses, particularisant les physicalités en leur attribuant une valeur d'équivalence. À travers ces flux circulatoires, l'argent généralise les intériorités car leurs déplacements correspondent tantôt à un usage de deniers publics, tantôt à une action philanthropique ou à une activité boursière. Associé à la fonction de mesure et d'échange, l'argent acquiert la capacité à incarner des valeurs et à se convertir en d'autres valeurs par la permanence et le mouvement. La relation animique est présente dans tout échange monétaire puisqu'elle présuppose la rencontre de deux intériorités, qu'elles soient individuelles ou collectives, s'accordant sur le prix donné à un objet ou à un produit spéculatif. Cet accord peut se produire par un échange entre deux sujets, entre un individu et une administration publique, une entreprise marchande, ou encore par l'entremise d'un don fait à une association. Le brocanteur, la caisse de retraite, la boulangerie ou l'association de quartier se trouvent dotés d'une intériorité particulière consubstantielle à la pratique de cet échange. Cette mise en équivalence momentanée marque la monnaie d'une coloration particulière : argent personnel, denier public, fonds spéculatifs ou produit philanthropique. Cette métamorphose temporaire est possible car la valeur donnée à l'argent ne dépend pas de ce qu'elle est, mais de sa provenance ou de ce qu'il est possible de faire avec (Ibid., p. 231).

19L'espace de l'institution selon la logique animiste est un espace de relations. Il est constitué par le déploiement des conventions, tel que les formes de transactions orchestrant le quotidien des interactions entre une administration des transports et les usagers. C'est un espace de l'immédiateté, difficilement représentable, sinon de façon métaphorique par les marqueurs d'une autorité morale donnée tels que l'uniforme d'un policier, le marteau de président destiné à ouvrir et clore une assemblée délibérante ou le sifflet de l'agent de circulation.

20La temporalité de l'institution prise sur le mode animiste est celle de la simultanéité. Le passé récent et le futur proche sont intégrés dans le déploiement des conventions qui expriment la personnalité de l'institution.

21Le changement de l'institution selon la logique animiste est perceptible dans tout ce qui modifie les formats d'interactions et d'échange entre les individus. Il est aisément perceptible lors des remises en cause ou des scandales rattachés à une fonction institutionnelle donnée.

22La valeur de l'institution décrite sur un mode animiste est proportionnelle à l'intensité des liens institutionnels gouvernant les interactions. Sa force peut résulter du désir que son objet suscite pour les individus ou du service qu'elle rend. Plus généralement, la valeur de l'institution décrite suivant une logique animiste est marquée par la stabilité ou l'équilibre du lien social que son existence est supposée réguler. Le mot d'ordre est « faire équilibre » et sa morale est celle de l'échange.

Le totémisme : faire unité. Une morale du mythe fondateur

23Le rapport totémiste à l'institution signe une référence mémorielle à un mythe fondateur partagé par tous ses membres. Il s'exprime plus particulièrement lors des festivités politiques de la République ou des actions commémoratives telles que le bicentenaire de la Révolution française. Expression des idéaux révolutionnaires ou républicains, la fête se veut relier la République à la patrie, les Français aux glorieuses figures historiques de 1789, 1848 ou 1878. Plus globalement, les marques du totémisme se retrouvent dans ce que Maurice Hauriou désigne comme les phénomènes de communion. C’est à ces moments bien particuliers que la politique symbolique est la plus puissante car elle assure non seulement le maintien de l'organisation considérée par la cohésion des membres, mais surtout la production d'une certaine unité. Ces phénomènes de communion personnifient l'institution dont l'idée directrice est réfractée en des milliers de consciences individuelles.

24L'espace de l'institution selon une logique totémiste est insécable. Chaque parcelle d'émotions, de communion collective ou de symboles partagés renvoie à une occupation spatiale totale et irréductible. Cet espace n'est cependant pas irreprésentable. Les figurations picturales constituent le système symbolique de référence de l'institution totémiste. Elles ressemblent davantage aux référents mythologiques et elles ont peu à voir avec les représentations spatiales mobilisées dans le travail scientifique, lesquelles témoignent d'un traitement analytique des données, comme le graphe ou le diagramme. Elles font appel à l'expérience perceptuelle de l'observateur destinée à révéler certaines propriétés du collectif représenté.

25La temporalité de l'institution saisie de façon totémiste n'est pas linéaire. Le cours de l'action présente est une actualisation du passé. Le partage cérémoniel du pain et du vin est une reproduction de la Table du Seigneur telle qu'elle a été vécue quelques deux mille années plus tôt. L'institution de la Cène n'incorpore pas d'autres éléments historiques succédant à cet évènement fondateur.

26Le changement de l'institution selon la logique totémiste n'est pas envisageable puisque son mode d'existence repose sur la réactivation continue du mythe fondateur, à l'image de la Cène dans la communion eucharistique. Son ancrage n'évolue pas dans le temps. Les seules controverses possibles reposent sur la croyance ou le refus d'adhérer à ce mythe. Les éléments de preuve (institution naturaliste) ou la participation conventionnelle (institution animiste) ne sont pas des médiations adaptées pour donner corps à l'institution totémiste qui repose sur la transsubstantiation.

27La valeur de l'institution décrite sur un mode totémiste relève de sa capacité au rassemblement unitaire, à diluer progressivement l'individu en l'incorporant dans l'intériorité et la physicalité du groupe. Le mot d'ordre est « faire unité » et sa morale est celle du mythe fondateur.

L'analogisme : faire connexion. Une morale holistique

28La relation analogique à l'institution est associée à un système de pensée holistique de la société dans laquelle les propriétés des collectifs sociaux ne peuvent pas être appréhendées séparément de la totalité sociale définie par la société. Bien qu'ils témoignent de la segmentation générale des composants du monde social, les agencements sociaux sont inter-reliés par un système de différences et de correspondances. Ce qui amène à considérer que tout mouvement, toute réalisation de potentiel ou transformation de singularités microscopiques peuvent retentir sur l'organisation sociale à plus grande échelle ou s'extérioriser à travers celle-ci. Il n'y a pas de différences ontologiques fondées sur une partition nature/culture, mais plutôt une multiplicité de maillons ontologiques interconnectés, chacun marqué par la différence et la singularité. Chaque organisation constitue un maillon ontologique, à la fois distinguable des autres et étroitement interconnecté à la totalité sociale. Tout fait évènement et chaque chose est susceptible de transformer, de courber ou de modifier la signification donnée à un évènement ou les propriétés d'une institution.

29Dans la pensée sociologique, la théorie de l'acteur-réseau (Actor-Network Theory : ANT) se rapproche de cette relation au monde qui, dans sa version la plus forte, correspond à une sociologie des associations dont l'enjeu est d'étudier ce qui fait tenir les choses ensemble et les manières dont le social se trouve continument réassemblé. Le social n'est pas une substance, une chose donnée comme cela est envisagé dans une logique naturaliste. Il faut y voir un processus d'assemblage d'éléments hétérogènes, ce qui le rapporte à une catégorie de mouvements. Inspiré d’Alfred North Whitehead, l'expérience du réel est référée à un ensemble de devenirs et de processus d’individuation car elle ne se rapporte ni à des choses, ni à des substances (Debaise, 2006).

30La temporalité de la posture analogique n'inscrit pas un présent saisi comme un état momentané qui résulterait d'actions passées. L'articulation au temps est celui de la réalisation de potentialités des composants de la matière sociale. Elle n'est pas définie par la succession ininterrompue des états d'un monde ordonnancé. Le premier principe d'une observation conduite dans la perspective de l'ANT est révélateur d'une telle posture (Latour, 2005, p. 27). Le monde qui s'offre au regard est composé d'agrégats sociaux en formation ou en déliquescence dont on ne présuppose pas de délimitations. La description qui en est faite ne part pas de groupes sociaux stabilisés car ils ne constituent pas une matière première sociale préétablie à la description des dynamiques observées. Elle s'arrête aux déploiements de potentiels en suivant l'étude des controverses qui définissent des points d'entrée à la renégociation de l'ordonnancement des existants.

31Le rapport analogique à l'espace est topographique. Comme le souligne Philippe Descola, l'articulation des composants dispersés du monde s'appuie sur des relations de proximité et sur une similitude dans les modalités de liaisons. Elle présuppose très souvent une connexité dans l'espace et des mécanismes imitatifs susceptibles de produire des ressemblances, même à des échelles différentes qui conduisent à « localiser le global » (Descola, 2005, p. 286 ; Latour, 2005, p. 219). La subjectivité des institutions correspond à un élément de relations, à un acte d'attachement. Elle est issue du rassemblement des éléments de ce collectif qui endure dans le temps et dans l'espace (Latour, 2005, p. 218). Ce n'est pas une intériorité basée sur des états partagés de conscience des individus qui participent à la vie institutionnelle. Les travaux issus des science studies abondent de cas d'études illustrant ces processus de mise en ordre d'un monde a priori fluide et dénué de déterminations que certains désignent par le terme de « plasma » (Didier, 2001 ; Latour, 2005, pp. 241-246), faisant référence au bruit de fond qui désigne tout ce qui n'est pas engagé dans des chaines métrologiques, ne fait pas l'objet d'une socialisation et n'est pas rendu visible. Cet « imperçu » des collectifs sociaux et des déterminations apparentes des actions n'est pas détaché de ces cours d'action, ni même caché. Composants d'un vaste océan d'incertitudes, ces éléments indéterminés sont au contraire régulièrement convoqués pour effectuer des actions leur donnant ainsi une stabilisation et un calibrage.

32Parler de changement pour une institution incluse dans un monde analogique est un non-sens car toute nouvelle connexion modifie l'intériorité de l'être collectif. Un fauteuil roulant, des lingettes jetables, un caddy de supermarché, une arme policière telle que le taser, des statistiques ou de l'amiante peuvent, en s'associant à d'autres entités, constituer des médiations susceptibles de modifier un réseau, de lui donner une autre consistance en obligeant les acteurs à se reconfigurer autour de lui selon de nouvelles modalités (Houdart & Thiéry, 2011). Localement, le changement est continu. Il est à l'image des personnages d'Alice et de la Reine rouge dans les aventures De l'autre côté du miroir, que Lewis Carroll dépeint en train de courir afin de se maintenir à la même place dans un paysage qui, lui, ne défile pas (Caroll, 1871). Le changement est nécessaire au maintien de la stabilité et de la consistance des agencements sociaux. Les mouvements, traductions, circulations et reformulations sont continus et permettent à ces agencements collectifs que sont les institutions de donner à voir une apparente immuabilité. Le changement est trans-scalaire et les échelles de grandeurs ne sont pas indépendantes les unes des autres. Par exemple, des interrelations entre les modes d'expression des propriétés sociales et le toucher de la matière sont nettes. Ainsi, les différences physicochimiques entre la soie et le nylon expriment des sensibilités particulières au toucher et au porté. Elles définissent des médiations qui mettent en forme une distinction sociale particulière, laquelle n'existerait pas sans ces différences texturales.

33La valeur de l'institution décrite sur le mode analogique est accordée par sa reconnaissance comme corps vivant, qui n'est pas réductible à une simple chaîne brute de causes et d'effets. Elle ne correspond pas non plus à un super-organisme reliant les individus à un système affublé d'une autorité centralisée. Située entre réductionnisme et vitalisme, l'institution correspond à une totalité ouverte continument évolutive, comme le souligne Bruno Latour à propos de Gaia (Latour, 2013). La forme exprime non pas les seules relations des choses à une totalité mais s'appuie sur la dynamique des relations d'extériorité. Le mot d'ordre est « faire connexions » et sa morale est celle du holisme.

Institution : pluralité des ontologies et complexité définitionnelle

34La description des institutions est traversée par une tension permanente entre les différents cadres ontologiques. L'historien Numa Denis Fustel de Coulanges relevait déjà la complexité définitionnelle de ce terme il y a un siècle et demi dans La Cité antique en montrant que la science des formes instituées se construit à partir d'un double rapport à la temporalité (protohistorique et historique) comme le souligne François Héran (Héran, 1987, pp. 67-97). D'une part, la saisie des institutions n'a de sens que rapportée aux croyances qui les ont fondées. Elles incarnent la continuité du lien social. D'autre part, ces formes instituées, telles que les rites ou les règles de la parenté, s'apparentent à de simples formalités pour toutes les civilisations passées ou présentes amenées à les utiliser. Elles équivalent à de simples procédures d'objectivation officielle et rituelle des croyances. L'institution a également une double connotation spatiale, marquée par l'opposition entre un exclusivisme et un universalisme dans son principe d'organisation. Cet agencement social ressort simultanément comme une structure située, « clanique », en phase avec des identités locales et une forme stabilisée, marquée par des logiques de structuration relationnelle à validité universelle. De l'aveu même de certains auteurs d'ouvrages portant sur l'histoire des institutions, le terme institution n'est pas appréhendé en tant que tel mais toujours en relation avec les évolutions politiques. Un des auteurs de l'Histoire des institutions, de l'époque franque à la Révolution précise ainsi « qu'à aucun moment nous ne nous sommes demandé ce qu'il fallait entendre par institution, à aucun moment nous n'avons pensé à justifier l'emploi du terme institution. Nous vivions au milieu des institutions [...] nous vivions dedans, nous le sentions intuitivement » (Harouel, 2012, p. 490). Le vague est associé à la notion d'institution ; elle est perçue comme « fuyante » par un autre auteur de manuel (Thireau, 2012, p. 500). Ce constat témoigne de la difficulté à conceptualiser le lien social au fondement de sa dimension instituante et à décrire la stabilité des repères spatio-temporels particuliers à sa dimension instituée. L'insaisissabilité de la notion n'est évidemment pas sans lien avec l'imbrication des quatre ontologies descoliennes qui structurent nos perceptions, représentations et usages de l'institution.

35Avec cette vision du monde, expliquer le changement institutionnel est une gageure. Il se rapporte certes à une transformation. Mais il ne relève pas de l'environnement institutionnel, de son contenu, de son contenant ou de ce qui l'environne. Il prend sa source dans le rapport individuel que chacun entretient à l'espace et à la temporalité institutionnels. C'est pourquoi l'institution ne peut pas être saisie dans sa totalité pleine, ni même être délimitée. Dans un très bel article consacré à la généalogie de l'institution chez Maurice Hauriou, Éric Millard retrace l'institution envisagée par ce publiciste (Millard, 1995). Elle ressort non pas comme l'objet achevé d'une action à l'instar de son usage traditionnel dans le droit public, mais intervient plutôt au titre de l'action elle-même qui institue ces objets.

Haut de page

Bibliographie

Ansell C. (2011), Pragmatist Democracy. Evolutionary Learning as Public Philosophy, Oxford, Oxford University Press.

Bergson H. (1889 [1946]), Essai sur les données immédiates de la conscience, Paris, Presses universitaires de France.

Carroll L. (1871), Through the Looking-Glass, and What Alice Found There [De l'autre côté du miroir], London, Macmillan & Co Editor.

Debaise D. (2006), Un empirisme spéculatif. Lecture de Procès et réalité de Whitehead, Paris, Vrin, 2006.

DeMunck J. (1998), « L’Institution selon John Searle », dans Salais R., Chatel É. & D. Rivaud-Danset (dir.), Institutions et conventions, Paris, Éditions de l’EHESS, pp. 173-198.

Descola P. (2005), Par-delà Nature et Culture, Paris, Éditions Gallimard.

Didier E. (2001), De l'échantillon à la population : sociologie par généralisation par sondage aux Etats-Unis, Paris, Thèse de l'École des Mines.

Hauriou M. (1896), La Science sociale traditionnelle, Paris, Éditions Maisonneuve et Larose.

Héran F. (1987), « L'institution démotivée. De Fustel de Coulanges à Durkheim et au-delà », Revue française de sociologie, n° XXVIII, pp. 67-97.

Karsenti B. (2008), « Le droit, symbole visible de la solidarité. Règle et régularité chez Durkheim », dans Bras J.-P. (dir.), L’Institution. Passé et devenir d'une catégorie politique, Paris, Éditions L'Harmattan, pp. 97-122.

Latour B. (2005), Reassembling the Social. An Introduction to Actor-Network-Theory, Oxford, Oxford University Press.

Latour B. (2013), « À propos de Gaia », Gifford lecture, 21 février, http://www.ed.ac.uk/schools-departments/humanities-soc-sci/news-events/lectures/gifford-lectures/series-2012-2013/bruno-latour/lecture-three (consulté le 5 mai 2013).

James W. (1916), La Volonté de croire, Paris, Éditions Flammarion, traduction de Loÿs Moulin.

Mach E. (1905), « Sur le rapport de la physique avec la psychologie », L'Année psychologique, vol. 12, n° 12, pp. 303-318.

Mach E. (1925 [1883]), La Mécanique. Exposé historique et critique de son développement, Paris, Éditions Hermann.

Millard É (1995), « Hauriou et la théorie de l’institution », Droit et Société, n° 30/31, pp. 381-412.

Searle J. (1995), La Construction de la réalité sociale, Paris, Éditions Gallimard.

Simmel G. (1898), « Comment les formes sociales se maintiennent », L'Année Sociologique, n° 1, pp. 71-107.


Haut de page

Notes

1 Pour Ernst Mach, tout objet définit un symbole mental de sensations propres. Il n’y a pas de choses en soi, « mais des couleurs, des sons, la pression, l’espace, le temps qui sont les véritables éléments du monde » (Mach, 1925).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Virginie Tournay, « « Manières de faire » des institutions. Grand résumé de l’ouvrage Penser le changement institutionnel, Paris, Presses universitaires de France, 2014 »SociologieS [En ligne], Grands résumés, mis en ligne le 26 mai 2015, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/5099 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.5099

Haut de page

Auteur

Virginie Tournay

CEVIPOF, Sciences Po Paris (France) - virginie.tournay@sciencespo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search