Navigation – Plan du site
Enjeux environnementaux et dynamiques des groupes professionnels

L’environnement dans le travail et dans les esprits des agents de propreté urbaine : entre contrainte et motivation

Environment in job and mind of refuse collectors and street cleaners : between motivation and requirement
Marine Béguin

Résumés

Cet article expose les conséquences de la prise en compte environnementale pour deux « petits métiers » que sont celui d’éboueur et de balayeur. Les enjeux écologiques ont bouleversé les missions des agents de propreté urbaine, d’autant plus que tous n’ont pas la même sensibilité écologique et ne parviennent pas forcément à s’inscrire dans cette démarche « verte ». Cela étant, certains éboueurs, certains balayeurs se sont réellement approprié ce rôle environnemental, ce qui leur a permis d’ajouter une motivation et les a aidés in fine à « tenir le coup » dans ces métiers dévalorisés.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La propreté urbaine, prise en compte dans cet article, regroupe le nettoiement assuré par les 180 a (...)
  • 2 Cette enquête de terrain fait partie intégrante de notre thèse de sociologie, soutenue le 29 novemb (...)
  • 3 L’agglomération nancéienne, composée de vingt communes et notamment de Nancy, est située dans le No (...)
  • 4 Les éboueurs et les balayeurs travaillant dans l’agglomération nancéienne sont tous des hommes.
  • 5 Les ordures collectées sont en majorité incinérées et les engins utilisés pour le balayage et le la (...)

1Si « l’environnement peine encore à être pris en compte en tant que tel et que prédominent des enjeux sociaux ou personnels » (Lafaye & Thévenot, 1993, p. 56), il a cependant envahi la vie quotidienne des Occidentaux et donc aussi des Français depuis une trentaine d’années (Charvolin, 2003). L’environnement est partout ! Il est d’ailleurs conçu comme un nouvel enjeu politique et pourrait presque être qualifié de mouvement social au même titre que le féminisme ou l’alter-mondialisme (Dobré, 2012). Quelles sont alors les conséquences de cette montée en puissance pour les activités professionnelles et plus particulièrement pour la propreté urbaine 1 ? Comment l’environnement est-il perçu et pris en compte par les éboueurs – de plus en plus souvent dénommés ripeurs – et par les agents de nettoiement, communément appelés balayeurs ? C’est à ces questions que nous répondrons en nous appuyant sur une enquête de terrain 2 réalisée au sein de l’agglomération nancéienne 3. Nous avons évalué le rôle qu’ont ces hommes 4 dans ce contexte « vert » et leur sensibilité à cet engouement « vert ». En effet, ce sont eux qui font disparaître les déchets de notre paysage urbain et plus encore améliorent le visuel et l’esthétique de nos villes ainsi que l’hygiène et l’écologie des territoires. En outre, pour la collecte des déchets et le nettoiement qui sont des activités réputées polluantes 5, les enjeux environnementaux permettent d’améliorer l’image de marque de ces activités.

2Il s’agira de saisir les changements, les bouleversements qu’occasionne cette « révolution écologique ». Ces nouveaux impératifs entraînent-ils des contraintes auxquelles les agents de propreté urbaine n’étaient pas confrontés auparavant ?

3Nous nous interrogerons également sur la façon dont l’environnement est perçu et pris en compte par les balayeurs et les ripeurs. Le message « vert » est-il intelligible pour ces agents de terrain ?

4Enfin, nous réfléchirons à la portée de l’action environnementale des agents de propreté urbaine. Ce travail écologique peut-il changer la perception qu’ils ont de leurs métiers mais aussi d’eux-mêmes ? Assurément, « les travailleurs des déchets sont "mal vus" tant au sens figuré qu’au sens propre » (Corteel & Le Lay, 2011, p. 25). Ces considérations écologiques peuvent-elles « redorer » l’image de ces « sales boulots » (Hughes, 1996) ? L’action des agents de propreté urbaine peut-elle aller plus loin ? Dépasse-t-elle le cadre de leur travail ?

La problématique environnementale : un pas en avant, un pas en arrière

5La prise en compte de l’environnement a affecté le travail des éboueurs et des balayeurs. L’« élan vert » s’est-il accompagné de contraintes pour les agents de propreté urbaine ?

Un retour aux techniques et aux matériels « d’antan »

6Afin de respecter les préceptes environnementaux, les éboueurs et les balayeurs ont été contraints de modifier leurs façons de faire la collecte des déchets et le nettoiement. C’est ainsi que certaines pratiques et certaines techniques que les agents de propreté urbaine avaient délaissées ont été réintroduites dans leur travail, accroissant la pénibilité de leurs tâches.

  • 6 Ce terme est utilisé par les éboueurs : il s’agit de courir d’une poubelle à une autre pour gagner (...)
  • 7 La « courette » multiplierait les risques de chutes mais aussi les malaises dus à l’accélération du (...)

7Les auteurs tels que Stéphane Le Lay et Delphine Corteel (2011), Serge Volkoff (2004) (2006), Hélène Bretin (2000) ou encore Michèle Jolé (1998) qui ont étudié les métiers de la propreté urbaine s’accordent à dire que ce sont des activités professionnelles difficiles. Néanmoins, depuis une trentaine d’années, les deux métiers le sont devenus légèrement moins notamment grâce à la mécanisation. D’ailleurs « les anciens éboueurs font nettement la différence entre caractéristiques du travail actuelles et anciennes » (Volkoff, 2006, p. 65). Mais dans le même temps, le tri sélectif, conséquence de l’introduction de la question environnementale dans la collecte des déchets, a réintroduit des techniques de ramassage jugées pénibles par les éboueurs. Au début de la mise en place du tri, les Français s’y sont montrés réfractaires mais, aujourd’hui, les trieurs sont plus de 40 millions (Barbier, 2002). Ainsi, l’éboueur a dû lui aussi s’adapter à cette nouvelle collecte qui s’avère complètement différente de celle à laquelle il s’était accoutumé. Il s’était habitué à la manipulation du conteneur, c’est-à-dire à le faire rouler jusqu’au camion-benne, l’accrocher au lève-conteneurs et attendre que ce dernier fasse le reste en vidant le contenu du bac dans la benne, laissant alors la possibilité à l’éboueur de reprendre son souffle quelques secondes. Avec le développement de la collecte sélective, le ripeur doit à nouveau se baisser, traîner, soulever, porter, jeter des sacs appelés « écosacs » contenant des déchets visant à être recyclés. C’est presque un retour en arrière qui a été imposé aux ripeurs puisque les avancées en termes de pénibilité qui avaient été introduites par la multiplication des conteneurs se sont annihilées par la réintroduction des sacs. Et même si généralement ces sacs sont nettement moins lourds que ceux d’ordures ménagères, parfois certains ripeurs ne parviennent pas à les transporter seuls, ce qui peut attester de la difficulté et de la pénibilité de la collecte sélective. Par ailleurs, le rythme effréné auquel les éboueurs s’assujettissaient s’était atténué au fil du temps ; la pratique de la « courette 6 » n’était plus qu’occasionnelle. En effet, les règles de sécurité assorties de sanctions ainsi que la collecte en bacs ne permettaient plus le recours à cette technique jugée dangereuse 7 par les dirigeants des ripeurs. Mais la collecte sélective semble avoir insufflé à nouveau cette pratique. Ce type de ramassage n’autorise aucun répit pour le ripeur qui doit porter plus de sacs et les déposer dans le camion-benne, il peut souffler uniquement lorsque la rue est propre.

  • 8 Les balayeurs ont d’autres missions que le désherbage. Ils exécutent des missions de balayage : ils (...)
  • 9 Les mauvaises herbes pourraient être ici définies comme celles se développant à des endroits inappr (...)
  • 10 Cet outil est un manche en bois au bout duquel est fixée une lame en ferraille.

8Revenons maintenant aux balayeurs, lesquels assurent le désherbage des rues et des trottoirs de l’agglomération nancéienne 8. Cette mission interroge les représentations de la ville et plus encore la place de la nature dans son enceinte. Les responsables des balayeurs considèrent que les plantes adventices doivent disparaître de l’espace urbain. D’une part, elles représentent un danger pour les édifices, les murs, les trottoirs, les rues car leur prolifération peut endommager le patrimoine urbain. D’autre part, la présence des mauvaises herbes 9 est synonyme de saleté, de désordre. À l’instar de cette paire de chaussures que décrit Mary Douglas et qui revêt un caractère désordonné lorsqu’elle est placée sur la table du salon mais devient insignifiante quand elle est posée au sol (Douglas, 1981), l’herbe que doivent faire disparaître les balayeurs est synonyme de souillure lorsqu’elle pousse dans certains espaces : sur un trottoir elle est décriée alors que dans un parc elle est réclamée. Les dirigeants des agents de nettoiement se représentent la ville comme « un espace anthropisé d’où doit être absente toute trace de spontanéité » (Menozzi, 2004, p. 6). En ce sens, la ville est un artefact puisqu’elle est « un pur construit humain, un monde artificiel fournissant à la communauté humaine un cadre matériel protecteur s’affranchissant des contraintes naturelles et adapté à ses activités politiques, culturelles et économiques » (Marchal & Stébé, 2009, p. 6). C’est la raison pour laquelle la nature n’a sa place dans l’espace urbain que si et seulement si elle est domestiquée, organisée, formalisée. Les plantes adventices doivent donc être expulsées des frontières de la ville, que les aménageurs imaginent au contraire ordonnée et propre ; c’est une « nature arrangée » (Kalaora, 2001) qui est recherchée. À l’inverse, les agents de nettoiement préfèrent une « nature sauvage » (Ibid.). Ils ont effectivement du mal à percevoir le caractère sale et dangereux de ces herbes : « C’est clair qu’un peu d’herbe par-ci, par-là, c’est pas tellement gênant, les mauvaises herbes elles donnent des fleurs à un moment, je trouve ça joli mais c’est pas du goût de tout le monde puisqu’on nous les fait enlever » (Robert, 56 ans, balayeur, 8 ans d’ancienneté). Les balayeurs doivent donc gratter, arracher, détruire et venir à bout des herbes qualifiées de mauvaises. En effet, en 2008, afin de satisfaire aux exigences environnementales, les désherbants chimiques ont été interdits et les balayeurs ont dû utiliser leur force physique de travail. C’est une tâche qu’ils n’apprécient pas car elle exige d’une part un effort physique important et qui semble insuffisant au vu de la rapidité avec laquelle les herbes repoussent. D’autre part, elle nécessite la manipulation d’outils que les balayeurs qualifient d’inadaptés. Les agents de nettoiement sont en effet contraints d’utiliser des outils qu’ils n’avaient pas l’habitude de manipuler : la binette et le tirer-pousser 10, autant de matériels qui s’avéreraient inefficaces, compliqués à manier et pénibles à utiliser.

Des responsabilités nouvelles

  • 11 Les éboueurs nomment ainsi les usagers.

9La question de l’écologie a également obligé les agents de propreté urbaine à assumer des responsabilités qui se montrent parfois complexes. Avec le développement de la collecte sélective, les ripeurs doivent en effet analyser le contenu des sacs ; autrement dit, leur direction leur demande de s’assurer qu’il n’y a pas de détritus interdits (verre, ordures ménagères, polystyrène, etc.). C’est ce contrôle qui, en théorie, rationnalise la collecte du sac. En effet, si les déchets sont mal triés, les éboueurs n’ont pas à le ramasser. Pourtant, en réalité, la décision est plus complexe, plaçant les ripeurs dans une situation de double bind (Bateson, 1977). Ils sont comme « ligotés » entre deux injonctions paradoxales. D’une part, s’ils ne collectent pas le sac, ils se heurtent au mécontentement du « client 11 ». L’usager peut alors incriminer les éboueurs qui ne l’ont pas débarrassé de ses détritus. D’autre part, si les ripeurs ramassent le sac, ils font perdre du temps aux agents de tri qui devront gérer des déchets supplémentaires et les exposent au risque de se blesser avec des objets coupants, piquants, éventuellement présents à l’intérieur des sacs. Les ripeurs ont du mal à choisir entre l’une des deux options car la solution n’existe pas, de sorte que certains agents se désintéressent de ce contrôle. C’est le cas notamment des éboueurs ayant la même tournée depuis plusieurs années et qui ne veulent pas risquer de rompre le lien qu’ils ont tissé avec leurs clients en ne collectant pas leur sac.

  • 12 Le « fini-quitte », aussi appelé « fini-parti », autorise les équipiers de collecte, qu’ils soient (...)

10Même si le métier de conducteur de bennes à ordures n’est pas la priorité de notre recherche, il convient de s’y intéresser un instant car l’environnement et ses préoccupations ont aussi impacté ce métier. Ils ont contraint les chauffeurs à s’adapter à l’« éco-conduite » : une formation que suivent tous les conducteurs et qui sensibilise à un mode de conduite souple : freiner et accélérer avec légèreté, anticiper au maximum le trafic. Certains chauffeurs considèrent que cette formation et la mise en pratique de celle-ci sont utiles eu égard à leur sensibilité environnementale. Mais d’autres ont l’impression qu’en surveillant leur conduite et leur consommation de carburant, ils perdent du temps et en font perdre à leurs collègues ripeurs. Cela peut créer des tensions dans une équipe entre d’un côté les éboueurs, impatients de terminer leur journée de travail afin de profiter du « fini-quitte 12 » et donc d’un maximum de temps libre et, de l’autre, le conducteur qui, en s’astreignant à respecter les règles dictées par l’« éco-conduite », allonge la durée des tournées. C’est pourquoi certains chauffeurs ne sont pas prêts à modifier significativement leurs habitudes de conduite qui sont parfois solidement ancrées.

11La prise en compte environnementale a bouleversé le travail des éboueurs et des balayeurs tant sur le plan du contenu des missions qu’ils ont à réaliser que sur la façon de les mettre en œuvre ; ils doivent faire face à de nouvelles contraintes et à des responsabilités supplémentaires. Par conséquent, ces évolutions pourraient être la cause d’un désintérêt pour ces questions environnementales de la part des ripeurs et des balayeurs. Qu’en est-il en réalité ? Que dire de la sensibilité écologique des agents de propreté urbaine ?

Les balayeurs et les éboueurs : quelle sensibilité à l’environnement ?

12Les responsables des éboueurs et des balayeurs semblent avoir intégré que la propreté urbaine devait s’écologiser. Pour exemple les slogans, les plaquettes publicitaires, les magazines rédigés par Veolia Propreté et par le Grand Nancy évoquent systématiquement l’environnement. Mais comment sont transmis aux agents de terrain ces nouveaux enjeux et ces nouvelles façons de faire, plus en adéquation avec un développement dit durable ? Aucune formation professionnelle sur les objectifs environnementaux n’est délivrée aux éboueurs et aux balayeurs. La sensibilisation écologique s’acquiert (ou pas), de façon informelle, à l’occasion du travail, au contact des collègues. C’est ainsi par exemple que les ripeurs les plus anciens apprendront aux nouveaux qu’un sac de tri sélectif ne doit pas être collecté s’il comporte du bois ou du verre. Les responsables des éboueurs et des balayeurs interviennent uniquement lorsqu’ils jugent que les consignes en matière d’environnement sont bafouées. En réalité, ces rappels sont très rares parce qu’ils nécessitent que les responsables des éboueurs et des balayeurs les accompagnent sur leurs tournées. Comment les agents de propreté urbaine perçoivent-ils le rôle qu’ils ont à jouer dans une telle perspective ?

  • 13 Tous les pourcentages notifiés dans cet article sont issus des 246 questionnaires que nous avons ad (...)

13Les objectifs environnementaux sont appréhendés par les ripeurs et les balayeurs de façon très hétérogène : 35 % 13 d’entre eux considèrent qu’ils participent de façon importante à la protection de l’environnement, 41 % estiment que leur implication est moyennement importante, 18 % jugent leur collaboration peu importante et près de 6 % pensent qu’ils ne participent pas du tout à la protection de l’environnement.

L’environnement comme cheval de bataille

  • 14 Une tournée attitrée est l’assurance de pouvoir réaliser la distribution des calendriers en fin d’a (...)

1435 % des agents de propreté urbaine de l’agglomération nancéienne considèrent qu’ils participent de façon importante à la protection de l’environnement. Ces salariés sont convaincus que leurs missions ne consistent pas uniquement à la « mise au propre » de la ville mais relèvent également d’une implication dans la problématique écologique. En conséquence, l’enjeu environnemental apporte une plus-value à leur travail qui, même si elle n’est pas absolument nécessaire pour durer dans les métiers de la propreté urbaine, reste appréciée par leurs responsables. D’ailleurs ces derniers distinguent deux types de salariés. D’une part, il y a l’agent que nous qualifions de « modèle » : il fait ce qui lui est demandé, il met en place le travail prescrit (Dejours & Gernet, 2012), à savoir débarrasser la ville de ses déchets, mais en sus, il prend des initiatives qui ne sont pas exigées, sans pour autant aller à l’encontre des ordres de son service, au contraire. Le ripeur ou le balayeur « modèle » fera, par exemple, un bref détour afin de ramasser un déchet même s’il se trouve en dehors de sa tournée. D’autre part, on qualifie de « classique » l’agent qui s’en tient au travail prescrit : il fait uniquement ce qui lui est demandé explicitement par sa hiérarchie. Et c’est justement parce qu’il n’apporte pas de plus-value que ses responsables lui préfèrent un collègue davantage investi. En effet, il semblerait que les efforts que fournissent les salariés quant à la problématique environnementale soient récompensés. Les agents les plus rigoureux jouiraient d’avantages : ces ripeurs obtiendraient plus facilement une tournée attitrée 14, ces balayeurs auraient plus souvent la possibilité de réaliser des heures supplémentaires.

15Parmi les 35 % de salariés impliqués dans l’environnement, certains ont été radicalement transformés par leur métier en dehors de leur métier. En effet, avant de travailler chez Veolia Propreté comme ripeur ou au Grand Nancy en tant que balayeur, ils ne se souciaient pas de protéger l’environnement. Par exemple, ils n’hésitaient pas à jeter un papier par terre, à cracher leur chewing-gum au sol ou considéraient qu’il était inutile de trier ses déchets. Mais leur entrée dans les métiers de la propreté urbaine a bousculé leur vision de l’environnement. À l’instar de Paul que décrivait Georges Friedmann (1960) comme un salarié transformé par son activité professionnelle dans son travail mais également hors de celui-ci, l’entrée dans les métiers de la propreté urbaine a profondément changé les habitudes de certains éboueurs et de certains balayeurs. Ils ont acquis des gestes en faveur de l’environnement et se sont débarrassés de pratiques appartenant aujourd’hui au passé : « Avant d’être ici, je mangeais un chewing-gum, après je le jetais par terre ou un gâteau c’était pareil, je jetais l’emballage ; maintenant que je suis là, je le fais plus » (Gérard, 56 ans, balayeur, 2 ans d’ancienneté). En sus, ils véhiculent auprès de leurs proches un message en faveur de la protection de l’environnement, par exemple en éduquant leurs enfants dans ce sens.

La mise au propre est-elle durable ?

16Près d’un ripeur ou d’un balayeur sur cinq considère que son travail est peu écologique au regard de pratiques et de techniques qui ne le seraient pas. Pour ces hommes, la propreté urbaine est en inadéquation avec la protection de l’environnement car les dispositifs, les engins et les produits utilisés pour nettoyer la ville et collecter les déchets sont polluants. En ce sens, certaines de leurs actions peuvent être contraires aux principes de l’écologie. Les doutes des éboueurs quant à leur participation à la protection de l’environnement s’appuient sur trois éléments. Le premier fait référence à la toxicité des fumées dues à l’incinération des ordures ménagères. Le deuxième repose sur les quantités de carburant consommées afin de réaliser les tournées de collecte. Le troisième se fonde sur un souvenir qui laisse penser à certains ripeurs que leur travail n’aide pas à protéger l’environnement, bien au contraire. Ce souvenir est celui d’une tournée de tri sélectif qui a été incinérée : « Quand le sac de tri il est mal trié, que tout va à la fosse et que c’est cramé par le four, non c’est pas bien pour l’environnement » (Yanis, 25 ans, ripeur, 6 ans d’ancienneté).

17En ce qui concerne les balayeurs, trois éléments réfutent leur participation à la protection de l’environnement. Le premier s’appuie sur les quantités d’eau utilisées, jugées par certains « astronomiques » : « Après, c’est sûr que c’est propre, mais faut voir les mètres cube d’eau qu’on utilise, incroyable ! » (Denis, 38 ans, balayeur, 4 ans d’ancienneté). Le deuxième se fonde sur les quantités de carburant consommées par leurs engins de nettoiement, qu’il s’agisse des « balayeuses », des « laveuses » ou des « aspireuses ». Le troisième repose sur les produits chimiques (savon, solvant, décapant) qui sont nécessaires afin d’obtenir le niveau de propreté qui est demandé par leur hiérarchie.

Collecter des ordures n’est pas protéger l’environnement ?

  • 15 Les « canisacs » sont des sachets en libre-service à destination des propriétaires de chiens pour q (...)

18Près de 6 % des agents de propreté urbaine ne considèrent pas qu’ils travaillent en faveur de l’environnement, ils estiment que leur activité consiste uniquement à débarrasser la ville de ses déchets : ils dissocient l’écologie du nettoyage ou de la collecte des ordures. Ils ramassent les déchets, balaient les rues, lavent les trottoirs ; ils se représentent leurs missions comme des missions élémentaires et ne conçoivent pas que ces actions puissent avoir une incidence sur l’environnement. Ce sont d’ailleurs ces mêmes salariés qui portent un jugement négatif sur ce qu’ils font. Seules les tâches qui nécessitent une collaboration avec les usagers auraient un impact positif sur l’écologie ; ils seraient les maillons d’une chaîne qui requiert la présence et l’action d’autrui. En effet, l’agent de propreté urbaine qui met à disposition des propriétaires de chiens des « canisacs 15 » ne peut se passer de la coopération de ces personnes. Le balayeur est alors dans une situation de « coopération transverse » (Le Lay, 2011) puisque l’usager l’assiste en se chargeant d’une partie de son activité : il ramasse et débarrasse l’espace public de la déjection canine à sa place. Parallèlement, un éboueur qui collecte du tri sélectif a besoin que les citoyens dissocient leurs déchets. Les agents de propreté urbaine, parce que leurs actions s’agrègent à celles d’autrui, participent à protéger l’environnement mais seuls, sans coopérants, ne perçoivent pas qu’ils puissent jouer un rôle.

La portée de l’action des agents de propreté urbaine

19Essayons à présent de mesurer la portée de l’action de ces agents de terrain. Peuvent-ils voir dans la participation à la protection de l’environnement une porte de sortie pour leur travail dévalorisé, parfois dévalorisant ? Les agents de propreté urbaine peuvent-ils trouver un sens dans ces gestes ? Et plus encore, leurs missions peuvent-elles générer de nouvelles routines en faveur de l’environnement ?

Les objectifs environnementaux : un surcroît de valorisation pour un travail dévalorisé

20La protection de l’environnement à laquelle participent les salariés de la propreté urbaine permet-elle de rendre visible un travail qui ne l’est pas de prime abord ? En effet, le résultat du travail des ripeurs et des balayeurs est invisible puisqu’ils font disparaître des aires urbaines tout ce qui crée du désordre, à savoir les déchets. En ce sens, c’est une action par la négation, un travail par l’absence et non par la présence qu’ils effectuent. C’est seulement lorsqu’ils sont absents que l’on se rend compte de l’importance de leur présence : « Le travail ne se donne à voir qu’à partir du moment où il n’est pas exécuté » (Lhuilier, 2005, p. 82). Nous nous référons ici aux travaux de Delphine Corteel qui constate que les éboueurs sont « invisibles par leur métier » (Corteel, 2006, p. 2). Cela peut paraître paradoxal puisque les éboueurs comme les balayeurs exercent pourtant leur profession aux yeux de tous, portent des tenues aux couleurs vives, fluorescentes et circulent dans des engins bruyants. Mais, la matière qu’ils ont à faire disparaître est comme le reflet de leur personne : « Tout comme le déchet qu’il est en charge de faire disparaître, l’éboueur s’efface » (Ibid.). En effet les sociétés modernes essaient au maximum de détruire, d’enterrer, de camoufler ou du moins de tenir à distance l’ordure, le rebut :

« Dans nos sociétés, seul le propre est reconnu et admis. Le saint ermite d’antan couvert de vermine, des cendres de l’affliction ou de l’humilité serait aujourd’hui regardé avec horreur. L’ambivalence des attitudes face à la propreté et à la saleté que l’on retrouve dans les proverbes, par exemple, a été remplacée par le refus, la négation de ce qui est considéré comme sale » (Clavel, 1991, p. 5).

21Participer à la protection de l’environnement peut constituer un pas vers une visibilité et une valorisation des métiers du sale. Montrer aux habitants des villes et aux passants que les éboueurs et les balayeurs ne sont pas seulement les garants d’un ordre socialement construit, celui d’une ville propre et saine, mais aussi les porteurs d’un message environnemental auxquels ils adhèrent et participent peut valoriser leurs métiers et eux-mêmes. Mettre en avant ce rôle écologique, c’est aussi faire comprendre à tous l’importance des éboueurs et des balayeurs. Il s’agit ici de dépasser des préjugés qui collent à la peau de ces emplois et qui les réduisent au ramassage des déchets. La prise en compte de leur action environnementale pourrait montrer que ces hommes ont une fonction sociale et écologique.

22Les métiers de ripeur et de balayeur sont dévalorisés et ceux qui les exercent sont stigmatisés. Le travail des agents de propreté urbaine est incontestablement pénible. Du point de vue physique tout d’abord, on observe une pénibilité qui aurait des impacts sur la santé. Frédéric Michel nomme ce phénomène « pénibilité pathologique » (Michel (2011, p. 169). En effet, les balayeurs et plus encore les ripeurs ont une « activité physique de type intense » (Morlet, 2011, p. 163). Ils travaillent à l’extérieur, par tous les temps et à toutes les heures. Sur certaines tournées les balayeurs arpentent la ville à pied sur des kilomètres. Leurs collègues qui nettoient ou lavent les rues doivent faire corps avec des machines bruyantes, particulièrement lourdes et difficiles à manipuler. Les ripeurs quant à eux sont trimbalés derrière un camion-benne, s’éjectent de leur marchepied, parcourent des kilomètres en manipulant de lourdes charges. L’activité des ripeurs et des balayeurs est également soumise à une pénibilité que nous pouvons qualifier d’olfactive : ils travaillent avec les odeurs pestilentielles dues aux déchets. Enfin, les agents de propreté urbaine doivent faire avec une dernière pénibilité qui est davantage psychologique ou psychique ; il faut en effet être capable d’« affronter l’indifférence ou le mépris agressif » (Le Lay, 2014, p. 130), de passer outre une forme d’« indignité professionnelle » (Ibid.). Se construire une identité sociale et professionnelle positive peut s’avérer compliqué, si bien que la participation à la protection de l’environnement peut permettre de « tenir le coup dans un sale boulot » (Benelli, 2011) et constituer un surcroît de valorisation. Se dire que l’on n’est pas seulement ceux qui ramassent les ordures, mais aussi ceux qui protègent l’environnement peut être source d’acceptation de ses tâches et de son métier. Ces missions en lien avec l’environnement peuvent peut-être permettre à ces agents de la propreté urbaine, surtout les plus sensibles aux questions écologiques, d’avoir une image d’eux-mêmes plus valorisante, sinon moins dépréciée.

L’émergence de routines environnementales

  • 16 Les « canidistributeurs » sont des réservoirs de sachets à destination des propriétaires de chiens (...)

23Peu à peu, il semblerait que les dispositifs utilisés par les ripeurs et les balayeurs aient favorisé des « écogestes » (Bartiaux, 2012, p. 173) de la part des usagers des villes. Denis Guigo précise que la collaboration des citadins à l’élimination des déchets a toujours été sollicitée, mais rarement obtenue (Guigo, 1991). Aussi, dans les villes françaises, la propreté urbaine est déléguée à la collectivité. Elle charge les éboueurs et les balayeurs, de la « mise au propre » de la ville. Cela étant, cette vision de la gestion des déchets uniquement portée par les éboueurs et les balayeurs s’étiole puisqu’une ré-implication, une re-responsabilisation des citoyens dans l’évacuation des déchets et le nettoyage de leur ville semblent s’être engagées. Pour exemple, l’augmentation des poubelles publiques dans l’agglomération nancéienne aurait facilité, selon les balayeurs, des « écogestes » (Bartiaux, 2012, p. 173). Les agents de nettoiement ont en effet constaté que depuis la généralisation de ces corbeilles en ville, les urbains seraient devenus plus respectueux de leur environnement. Ils jetteraient de moins en moins leurs déchets par terre. De la même façon, la mise en place de « canidistributeurs 16 » a peu à peu conduit les citadins cynophiles à collaborer afin de mettre fin au « péril fécal canin » (Guerrand, 1985, p. 195) : ils ramassent de plus en plus les déjections de leurs chiens, puis les jettent dans les poubelles publiques au lieu de les laisser à même le sol. De plus en plus, les urbains accepteraient donc de coopérer, d’alléger le travail des balayeurs et d’assurer une part de leurs missions. Ils semblent prêts à s’investir afin d’évoluer dans des espaces publics propres.

  • 17 C’est ainsi que les ripeurs nomment les déchets triés.
  • 18 Un dispositif électronique à l’arrière du camion permet aux ripeurs d’alerter immédiatement leurs r (...)

24D’ailleurs il est demandé aux ripeurs de favoriser de bons gestes de tri de la part des habitants. Lorsqu’ils collectent de « la sélective » 17, ils doivent s’assurer que le sac déposé sur le trottoir est bien trié. Si tel n’est pas le cas, ils doivent le laisser là où il est et ne surtout pas le collecter puisqu’il polluerait les déchets correctement séparés. Cet acte viserait à faire prendre conscience aux usagers que le sac contient des détritus interdits et qu’ils doivent être plus rigoureux. Implicitement, les ripeurs sont donc aussi ceux qui doivent faire adopter de bons gestes de tri. Si l’usager se trompe à nouveau, les éboueurs doivent alerter leurs responsables 18 qui préviendront d’autres salariés, à savoir les ambassadeurs du tri, chargés d’aller à la rencontre de l’usager afin de lui faire un rappel des gestes de tri. Le travail des ripeurs permettrait donc de sensibiliser chaque usager à ce qu’il doit trier et comment. Par ailleurs, ils doivent être en mesure de diffuser des consignes de tri claires, de répondre aux questions des habitants à ce sujet. Ils endossent alors un rôle d’éducateurs, d’instructeurs du tri.

25Depuis les années 1980, de profonds changements sont intervenus dans le travail des éboueurs et des balayeurs. L’augmentation des déchets a ajouté un surplus de travail à tous les agents de propreté urbaine. Mais les enjeux environnementaux ont aussi eu un impact sur les façons de penser et de faire de ces salariés. Tous ont vu des changements au cœur de leur travail dus aux nouveaux enjeux écologiques. Ainsi, en plus de leur assigner des responsabilités, de nouvelles méthodes de travail leur ont été imposées. En effet, la collecte sélective et le désherbage, sous prétexte de protéger la planète, ont en même temps fait régresser leurs conditions de travail. Les ripeurs sont revenus vers une collecte plus pénible et les balayeurs ont été forcés de remplacer leurs désherbants presque « magiques » et tellement efficaces par leur propre force physique, si bien que pour 6 % des salariés de la propreté urbaine les préoccupations environnementales sont uniquement une contrainte : une perte de temps, un ajout de pénibilité à laquelle ils ne sont pas prêts à se soustraire. D’autres (près d’un salarié sur cinq), considérant que les enjeux environnementaux sont aujourd’hui une nécessité, ont toutefois du mal à percevoir le rôle qu’ils ont à jouer dans cette cause et même s’ils en ont un, car nettoyer ou collecter des déchets ne suffirait pas à protéger l’environnement, à plus forte raison quand cela est fait de façon polluante. Il n’en reste pas moins que certains agents (environ 35 % de notre population) sont devenus particulièrement sensibles aux préoccupations environnementales, à tel point qu’ils deviendraient presque des « prêcheurs » de la bonne conduite « verte ». D’ailleurs quelques-uns d’entre eux, réellement investis d’une cause à défendre, ont adopté de nouveaux gestes en faveur de l’environnement qu’ils n’auraient même pas imaginé si leur entrée dans les métiers du propre n’était pas venue tout bouleverser. L’« élan vert » a donc fait naître quelques vocations et certains agents se sont réellement investis dans cette cause pour la transmettre et pour faire adopter aux citoyens de petits gestes en faveur de l’environnement. De nettoyeurs, ils sont passés à éducateurs, instructeurs. Cette fonction sociale et sociétale a donc permis à certains de discerner dans leur travail une motivation qu’ils peinaient jusque-là à percevoir. Cela a peut-être également aidé des ripeurs et des balayeurs à ne plus seulement se considérer et être considérés comme ceux qui ramassent les déchets des autres mais aussi comme ceux qui protègent et font protéger l’environnement et in fine à s’imprégner d’aspects identitaires socio-professionnels valorisants.

Haut de page

Bibliographie

Barbier R. (2002), « La fabrique de l’usager. Le cas de la collecte sélective des déchets », Flux, vol. 2, n° 48-49, pp. 35-46.

Bartiaux F. (2012), « Approches sociologiques des pratiques environnementales : l’exemple de l’énergie dans la sphère domestique », dans Barbier R., Boudes P., Bozonnet J.-P., Candau J., Dobré M., Lewis N. & F. Rudolf (dir.), Manuel de sociologie de l’environnement, Québec, Les Presses de l'Université Laval, pp. 163-177.

Bateson G. (1977), Vers une écologie de l’esprit, Tome 1, Paris, Éditions du Seuil.

Benelli N. (2011), Nettoyeuse : comment tenir le coup dans un sale boulot, Zurich, Éditions Seismo.

Bretin H. (2000), « Le nettoyage, aux confins du jour et de la nuit », Annales de la recherche urbaine, n° 87, pp. 95-99.

Charvolin F. (2003), L’Invention de l’environnement en France : chroniques anthropologiques d’une institutionnalisation, Paris, Éditions La Découverte.

Clavel M. (1991), « La propreté au risque de l’exclusion », Annales de la recherche urbaine, n° 53, pp. 5-12.

Corteel D. (2006), « La propreté négociée, étude des pratiques professionnelles des éboueurs de la Ville de Paris », communication au colloque « Travailler avec, travailler sur, être travaillé par », Institut d’Études Politiques d’Aix en Provence.

Corteel D. & S. Le Lay (dir.) (2011), Les Travailleurs des déchets, Toulouse, Éditions Érès.

Corteel D. (2011), « Travailler aux abords des déchets : un clair-obscur contemporain » dans Corteel D. & S. Le Lay (dir.) (2011), Les Travailleurs des déchets, Toulouse, Éditions Érès, pp. 16-32.

Dejours C. & I. Gernet (2012), Psychopathologie du travail, Issy-les-Moulineaux, Éditions Elsevier Masson.

Dobré M. (2012), « Introduction générale », dans Barbier R., Boudes P., Bozonnet J.-P., Candau J., Dobré M., Lewis N. & F. Rudolf (dir.), Manuel de sociologie de l’environnement, Québec, Les Presses de l'Université Laval.

Douglas M. (2001), De la souillure. Essais sur les notions de pollution et de tabou, Paris, Éditions La Découverte.

Friedmann G. (1960), « Qu’est-ce que le travail ? », Annales, Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 15, n° 4, pp. 684-701.

Guerrand R.-H. (1985), Les Lieux. Histoire des commodités, Paris, Éditions La Découverte.

Guigo D. (1991), « Sisyphe dans la ville : la propreté à Besançon au fil des âges », Annales de la recherche urbaine, n° 53, pp. 46-58.

Hughes E. C. (1996), Le Regard sociologique : essais choisis, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales.

Jolé M. (1998), « Le balayeur en son métier : l’exemple parisien », Annales de la recherche urbaine, n° 88, pp. 90-94.

Kalaora B. (2001), « À la conquête de la pleine nature », Ethnologie française, vol. 4, n° 88, pp. 591-597.

Lafaye C. & L. Thévenot (1993), « Une justification écologique ? Conflits dans l’aménagement de la nature », Revue française de sociologie, vol. XXXIV, pp. 495-525.

Le Lay S. (2011), « Le traitement des déjections canines dans l’espace public : implications affectives et significations sociales », communication au Congrès de l’AFS, RT17, Grenoble.

Le Lay S. (2014), « Enseignements empiriques et éthiques d’une biffe sociologique parmi les éboueurs parisiens », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 2015, pp. 120-131.

Lhuilier D. (2005), « Le "sale boulot"», Travailler, vol. 2, n° 14, pp. 73-98.

Marchal H. & J.-M. Stébé (2009), « Introduction », dans Marchal H. & J.-M. Stébé (dir.), Traité sur la ville, Paris, Presses universitaires de France, pp. 5-40.

Menozzi M.-J. (2004), « L’homme, la mauvaise herbe et la ville », communication aux deuxièmes rencontres régionales sur la lutte biologique en ville, Valence.

Michel F. (2011), « Quand tout un univers prend sens dans son rapport à la tâche. Étude d’une entreprise privée d’éboueurs en Belgique », dans Corteel D. & S. Le Lay (dir.), Les Travailleurs des déchets, Toulouse, Éditions Érès, pp. 169-190.

Morlet T. (2011), « La pénibilité au travail des équipiers de collecte dans le secteur privé : éléments organisationnels et managériaux », dans Corteel D. & S. Le Lay (dir.), Les Travailleurs des déchets, Toulouse, Éditions Érès, pp. 153-167.

Volkoff S. (2004), « Des éboueurs au bout du rouleau : entretiens avec des retraités de la collecte d’ordures ménagère », communication au colloque « Vieillissement et Travail », Paris.

Volkoff S. (2006), « "Montrer" la pénibilité : le parcours professionnel des éboueurs », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 163, n° 3, pp. 62-71.

Haut de page

Notes

1 La propreté urbaine, prise en compte dans cet article, regroupe le nettoiement assuré par les 180 agents du service Propreté de la communauté urbaine de l’agglomération nancéienne (aussi appelée Grand Nancy) et la collecte des déchets à laquelle répond Veolia Propreté Nancy et ses 115 éboueurs et 50 conducteurs de bennes à ordures.

2 Cette enquête de terrain fait partie intégrante de notre thèse de sociologie, soutenue le 29 novembre 2013, laquelle portait sur ces deux « petits métiers » de la propreté urbaine de l’agglomération de Nancy. Cette étude alliait le qualitatif (observation et entretiens) et le quantitatif (questionnaires).

3 L’agglomération nancéienne, composée de vingt communes et notamment de Nancy, est située dans le Nord-Est de la France, en région Lorraine. Elle regroupe près de 260 000 habitants.

4 Les éboueurs et les balayeurs travaillant dans l’agglomération nancéienne sont tous des hommes.

5 Les ordures collectées sont en majorité incinérées et les engins utilisés pour le balayage et le lavage des rues et des trottoirs consomment beaucoup de carburant et nécessitent de l’eau en abondance.

6 Ce terme est utilisé par les éboueurs : il s’agit de courir d’une poubelle à une autre pour gagner du temps et conserver un rythme.

7 La « courette » multiplierait les risques de chutes mais aussi les malaises dus à l’accélération du rythme de travail.

8 Les balayeurs ont d’autres missions que le désherbage. Ils exécutent des missions de balayage : ils doivent nettoyer la ville de tous les déchets qui n’ont pas leur place dans l’espace public, à savoir les papiers, les emballages, les mégots de cigarettes, les feuilles mortes. Les balayeurs ont également des missions de lavage de la voie publique, des trottoirs et des places. Ils réalisent aussi le « dégraffitage » des murs et du mobilier urbain. Ils doivent également décoller les affichettes publicitaires apposées sur des coffrets contenant des lignes téléphoniques ou électriques, des poteaux ou des façades. Enfin, les balayeurs qui ont le permis poids lourd font aussi du déneigement.

9 Les mauvaises herbes pourraient être ici définies comme celles se développant à des endroits inappropriés.

10 Cet outil est un manche en bois au bout duquel est fixée une lame en ferraille.

11 Les éboueurs nomment ainsi les usagers.

12 Le « fini-quitte », aussi appelé « fini-parti », autorise les équipiers de collecte, qu’ils soient ripeurs ou conducteurs de bennes, à rentrer chez eux dès qu’ils ont terminé la tournée qui leur était assignée.

13 Tous les pourcentages notifiés dans cet article sont issus des 246 questionnaires que nous avons administrés aux ripeurs et aux balayeurs de l’agglomération nancéienne.

14 Une tournée attitrée est l’assurance de pouvoir réaliser la distribution des calendriers en fin d’année, laquelle représente une manne financière.

15 Les « canisacs » sont des sachets en libre-service à destination des propriétaires de chiens pour qu’ils collectent et jettent eux-mêmes les déjections de leur animal.

16 Les « canidistributeurs » sont des réservoirs de sachets à destination des propriétaires de chiens pour qu’ils collectent et jettent eux-mêmes les déjections de leur animal.

17 C’est ainsi que les ripeurs nomment les déchets triés.

18 Un dispositif électronique à l’arrière du camion permet aux ripeurs d’alerter immédiatement leurs responsables d’un sac mal trié.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marine Béguin, « L’environnement dans le travail et dans les esprits des agents de propreté urbaine : entre contrainte et motivation », SociologieS [En ligne], Dossiers, Enjeux environnementaux et dynamiques des groupes professionnels, mis en ligne le 26 mai 2015, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/5108

Haut de page

Auteur

Marine Béguin

Docteure en Sociologie - beguin.marine@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page