Navigation – Plan du site
Enjeux environnementaux et dynamiques des groupes professionnels

Logiques professionnelles et problématiques environnementales

Introduction au Dossier « Enjeux environnementaux et dynamique des groupes professionnels »
Charles Gadea

Texte intégral

1Les enjeux scientifiques que les problématiques environnementales font émerger dans le champ de la sociologie des groupes professionnels ne se réduisent en aucune façon aux évolutions des métiers des « travailleurs de la nature » (Granjou et al., 2010) ni à l’émergence de quelques nouveaux métiers. Elles concernent l’ensemble du système d’interactions formé par les groupes professionnels, appelé à connaître de profondes transformations dans ses aspects techniques, ses implications économiques, ses formes de coopération et de concurrence, ses dimensions cognitives et éducatives, ses institutions et formes de régulation et de contrôle, ainsi que dans ses valeurs et significations.

2Pour s’en convaincre il faut, d’un côté, adopter la perspective systémique développée par Andrew Abbott au sujet des professions (Abbott, 1988) et élargir ses implications aux groupes professionnels ordinaires, au-delà du cercle arbitrairement restreint des professions au sens anglo-américain et, d’autre part, se pencher sur les dimensions spécifiques que fait ressortir la notion sociologique de métier, par opposition à celle d’emploi, plus fréquente dans les approches économiques. C’est sur de telles bases qu’on peut saisir pleinement la diversité et l’ampleur des facteurs de changement que les questions environnementales introduisent dans les groupes professionnels, dont les contributions à ce Dossier éclairent des aspects particuliers et qu’il s’agit donc de lire comme des coups de projecteurs ponctuels inscrits dans un tableau plus vaste de transformations déjà entamées ou potentielles.

3En premier lieu, même s’il est courant d’aborder les groupes professionnels sous un angle monographique, il convient de se souvenir qu’ils doivent être considérés comme reliés par un système d’interdépendances : ils travaillent avec d’autres, entrent en rivalité ou nouent des alliances, les évènements qui affectent les uns se répercutent sur les autres. Ils forment, comme le souligne Andrew Abbott des « écologies liées » (Abbott, 2003). Mais contrairement à cet auteur qui restreint le domaine de validité de sa notion de « juridiction » au seul cas des professions intellectuelles mettant en œuvre un savoir abstrait (Abbott, 1988, p. 9), nous pensons que tout groupe professionnel exige pour être efficacement analysé d’être situé dans le système d’interdépendances dont il fait partie et dont dérivent historiquement ses propriétés singulières : il forge ses savoirs et construit leur légitimité en se différenciant de ses voisins ou en imitant d’autres groupes, il se développe en occupant des territoires que les autres lui abandonnent ou qu’il leur arrache, il dépérit lorsque d’autres sont en mesure de traiter les problèmes dans lesquels il s’est spécialisé à moindre coût ou de manière jugée plus efficace. Le caractère particulier, pour ne pas dire ethnocentrique de la notion anglo-américaine de profession a déjà été souligné ailleurs, ainsi que la nécessité de prendre en compte la diversité des groupes professionnels à travers le temps et les cultures sans les rabattre sur le seul modèle de la profession (Gadea, 2012), nous ne ferons ici que rappeler que les groupes professionnels peuvent revêtir des formes très diverses et souvent éloignées du modèle de la profession avec son titre protégé, son monopole, sa formation de haut niveau calée sur une discipline scientifique reconnue, son prestige, etc. Il existe des groupes professionnels sans savoir bien défini, sans formation attitrée, sans prestige et même sans grande cohésion. Il est d’ailleurs très intéressant d’interroger les limites de la notion de groupe professionnel dans ses deux dimensions constitutives : celle de groupe, car dans nombre de cas (par exemple dans les métiers de la communication en cours d’émergence tels que les community managers), il n’existe pas vraiment d’instances collectives et le métier reste d’abord une collection d’individus et celle de l’activité professionnelle. Celle-ci est censée devenir professionnelle lorsqu’elle est rémunérée, mais on sait que nombre de professionnels ne sont pas en mesure de vivre de leur métier (beaucoup d’artistes peuvent en témoigner) et que les frontières entre ce qui est professionnel et ce qui est bénévole, amateur, militant, profane peuvent être poreuses, susceptibles de se combiner en de complexes cas de figure. C’est bien à partir de convictions et des pratiques militantes que se construisent parfois des engagements professionnels ou para-professionnels dans les activités de protection de l’environnement.

4Pour revenir à ces questions environnementales, insistons sur la nécessité de rompre avec le thème récurrent des « emplois verts » et avec la vision purement comptable, réductrice et bien souvent absurde dont il est le produit, vision qui aboutit à classer comme « verts » tous les emplois d’une entreprise, voire d’un secteur d’activités économiques dont la raison sociale semble renvoyer de près ou de loin à une action en faveur de l’environnement. Ainsi, conduire des véhicules polluants sera un emploi vert si l’employeur est par exemple un fabriquant de panneaux solaires, sans considération du contenu de l’activité, de l’impact environnemental, ni du sens qui lui est donné par le titulaire de l’emploi. Pire, certaines nomenclatures comptent comme « professions vertes » tous les emplois de la production d’énergie, y compris ceux des centrales thermiques au charbon et au diesel les plus vétustes, ou les centrales nucléaires 4. En prenant pour entrée le groupe professionnel, on se donne au contraire la possibilité de situer plus précisément la nature des activités, leur effet visé en termes environnementaux, leurs conséquences effectives et la manière dont la dimension environnementale s’inscrit dans la conscience et l’identité professionnelle des professionnels concernés.

5Une des premières conséquences de cette approche est qu’elle conduit à voir sous un angle nouveau, encore peu répandu, les activités professionnelles. Elle induit une réflexion sur leur incidence environnementale, qui se traduit en unités de mesure, par exemple lorsqu’il s’agit de la contribution des professionnels à la pollution de l’air en termes de rejet de gaz carbonique ou de particules. Si le travail est bien au cœur des processus de création de valeur et de valorisation (Vatin 2009), il est amené aussi à devenir l’objet d’une mesure de ce qu’il détruit ou dégrade, des nuisances et dommages qu’il cause et le « mandat » (Hughes, 1996) dont les professionnels se réclament pour mettre en avant leur utilité sociale s’accompagnera d’une injonction à réduire leur consommation d’énergie, leurs rejets, leur empreinte-carbone. Rares sont les travaux qui s’attellent à ces questions, dans lesquelles la sociologie a pourtant un rôle important à jouer, car l’observation des pratiques, du rapport à la norme, de la perception des risques et la sensibilité aux questions de protection de la nature ne peut se réduire à l’usage d’appareils de mesure. Cet « usage mesuré » des ressources naturelles et des sources de pollution et les effets de classement ou de catégorisation dont il peut devenir le support sont susceptibles de fournir à l’avenir de nouveaux fondements de légitimation ou de discrédit des métiers et professions. Les gros pollueurs risquent de se trouver stigmatisés, contraints de justifier leurs pratiques, pénalisés par des sanctions juridiques ou fiscales, les labels de conformité aux normes anti-pollution ou de sobriété peuvent au contraire devenir des arguments importants, non seulement du point de vue commercial ou économique, en tant qu’accréditations ouvrant l’accès à des activités réglementées et à des avantages fiscaux, mais aussi du point de vue symbolique, en tant que source de confiance de la part du public.

6Certains agriculteurs, notamment les éleveurs de porcs, font dès à présent l’expérience de la stigmatisation en raison du rôle qui leur est attribué dans la pollution des eaux (Bonnaud & Nicourt, 2006 ; Joly et al., 2008). Au contraire, les agents du tri des déchets, bien qu’ils ressentent douloureusement la proximité avec l’ordure dans laquelle ils sont mis par leur activité, trouvent dans l’idée de contribuer à la protection de l’environnement une source de valorisation, comme le montre le texte de Claire Chay et Jens Thoemmes dans le présent dossier. Ce texte confirme également combien il est important d’analyser l’activité réelle et le sens que lui donnent les travailleurs concernés : la question n’est pas de savoir si tel ou tel métier est « vert » ou « verdissant », mais de saisir les appropriations ou les résistances dont font l’objet les normes et les valeurs environnementales de la part des professionnels, les contradictions et les dilemmes qu’elles font naître. Ainsi, dans le texte de Marine Béguin, les éboueurs, qu’on pourrait considérer comme un métier vert, contribuant à l’élimination des déchets produits par l’activité humaine, vivent mal le retour aux sacs poubelle entraîné par la mise en place de la collecte sélective, synonyme de dégradation des conditions de travail pour eux qui s’étaient habitués à faire rouler les containers jusqu’au camion. De même, les conducteurs de benne hésitent entre la conduite économique en carburant que leur hiérarchie les incite à adopter, au risque d’allonger la durée de la tournée et la fatigue des ripeurs et la conduite plus rapide, qui permet dans le cas des équipes pratiquant le « fini-parti » de rentrer plus tôt chez soi. Bien que situé dans un tout autre domaine professionnel, le texte de Lionel Cauchard fait ressortir une tension analogue chez les architectes, intéressés par la qualité environnementale et l’éco-construction, mais réticents face à la mainmise des assistants à la maîtrise d’ouvrage détenteurs du label de Haute qualité environnementale (HQE). Celui de Christophe Beslay et Romain Gournet met en scène des artisans désireux de se frotter aux procédés de construction requis par les normes de performance énergétique des bâtiments, mais désorientés par le mélange paradoxal de complexité, de prescriptions pointilleuses et d’appel aux valeurs artisanales de qualité du travail qui caractérise ce modèle constructif, déstabilisés dans leurs compétences et dans leurs habitudes de coopération et de division du travail sur le chantier.

7C’est à travers ce tissu de tensions que se jouent le sens et le sort des pratiques et des dispositifs à visée environnementale : quelles contraintes imposent-ils ? Quels bénéfices rendent-ils possibles ? Quelles alternatives ouvrent-ils pour les stratégies des professionnels ? Entrent-ils en adéquation ou en contradiction avec ce qui est considéré comme le cœur de l’activité, le noyau de l’identité professionnelle ?

8Ces questions sous-tendent les textes présentés dans ce dossier, qui apportent chacun à leur manière des éléments de réponse. Pour tenter d’en donner une vue globale, on peut distinguer trois cas de figure rendant compte de la manière dont les problématiques environnementales croisent le monde des métiers. La première figure est celle des porteurs de ces problématiques, autrement dit de métiers dont l’activité est fondée sur la diffusion ou le contrôle de normes, de méthodes, de produits ou de savoirs liés à la protection de l’environnement. Ce ne sont pas nécessairement des métiers nouveaux : les agents chargés de l’entretien des parcs naturels en constituent un exemple classique, mais nombre d’entre eux sont d’apparition récente : les constructeurs d’éoliennes, les responsables du développement durable dans les grandes entreprises, les ingénieurs écologues… Parfois, le métier existait de longue date, mais il connaît une véritable mutation : les anciens garde-pêche ont vu leur champ d’action s’élargir et leurs prérogatives s’étoffer en devenant un corps technique de l’environnement, intégré aux services de l’État et doté d’attributs (uniforme, port d’arme) dont ils étaient jusque-là privés. Ce sont souvent des experts, comme les assistants à la maîtrise d’ouvrage HQE, les conseillers énergie, les membres des bureaux d’études. De manière typique, nombre d’entre eux sont issus de métiers différents (architectes, ingénieurs, techniciens, informaticiens) et évoluent vers la spécialisation dans une nouvelle activité rendue nécessaire par la réglementation environnementale, qu’il s’agisse de l’eau, de l’air, de l’énergie, de la construction, etc. Ils ont un rôle de conception, de prescription, de conseil, de contrôle ou d’alerte, qui s’appuie sur la maîtrise de savoirs rares mais cruciaux, déterminant l’attribution de labels ou de certificats de qualité, de performance, de conformité aux normes et qui peut les placer en position de construire des monopoles d’activité autour de ce travail de certification ou de contrôle. Cependant, leur position peut s’avérer beaucoup plus fragile et délicate, notamment lorsqu’ils sont salariés de grandes organisations, au sein desquelles le souci de l’environnement peut entrer en contradiction avec les logiques de profit (Chiapello & Gitiaux, 2009). Au-delà de l’hétérogénéité évidente de la catégorie ainsi formée, leur point commun est que la problématique environnementale définit leur activité, détermine leurs savoirs et les fait entrer en action auprès des autres comme spécialistes des questions techniques ou juridiques qu’elle soulève. Nous les voyons intervenir auprès des architectes dans le texte de Lionel Cauchard ou auprès des artisans et dans toute leur diversité, dans celui de Christophe Beslay et Romain Gournet.

9La deuxième catégorie de professionnels est celle des intermédiaires. Leurs métiers ne sont pas définis par la recherche d’un effet positif sur l’environnement, mais celle-ci fait néanmoins partie de leurs prérogatives. Ils n’apparaissent pas explicitement dans les textes du présent Dossier, mais d’autres travaux permettent de les identifier. On peut songer, par exemple, aux conseillers agricoles chargés, parmi d’autres tâches qui ne concernent pas nécessairement l’environnement, d’accompagner les agriculteurs dans la conception du plan prévisionnel de fumure (PPF), afin qu’ils soient en conformité avec la directive européenne relative aux nitrates. Selon leur degré de conversion à la cause écologique, selon aussi la conception qu’ils se font de leur métier, ils peuvent se borner à indiquer les paramètres et à effectuer les calculs sur leur ordinateur de manière à faire observer les règles de manière formelle, mais sans conviction, voire en se distanciant d’elles tout en conservant la maîtrise des règlements et des outils informatiques permettant d’en calculer les modalités d’application, ou s’investir dans la recherche de solutions et la prévention des sources de pollution de l’eau, ou même inciter les agriculteurs à apprendre à utiliser l’application informatique pour être capables de réduire d’eux-mêmes leurs nuisances (Petit, 2013 ; Joly, 2012). Ces professionnels jouent donc un rôle pivot, qui peut avoir des effets massifs sur l’orientation des pratiques des destinataires de leurs conseils et se solder tantôt par un respect minimaliste des normes environnementales, proche de la résistance passive ou des tentatives de contournement, tantôt par un engagement en actes, intégré dans les pratiques quotidiennes et les gestes techniques usuels.

10C’est en effet en grande partie à travers des pratiques normatives, des directives, des interdictions, des règlementations, que les questions environnementales sont appelées à se diffuser dans le monde du travail et des métiers, d’où l’expansion des professionnels du premier type, mais aussi des « intermédiaires » qui, non seulement dans le domaine de l’assistance technique mais aussi dans celui du conseil en gestion, du conseil juridique, de la banque, auront à intégrer parmi leurs missions celle de la mise en œuvre de dispositifs à finalité environnementale. D’où également les questions que leur action fait naître au sujet de la réaction du troisième type de professionnels : les « destinataires » des programmes, des dispositifs, des règlements, des conseils, en bref, les métiers « impactés » par les normes environnementales, c’est-à-dire la quasi-totalité des métiers existants, car c’est bien le système des professions dans son ensemble qui est en question.

11Nous avons vu les agents du tri assumer avec satisfaction la note écologique que revêt leur activité, les architectes hésitants face aux assistants à la maîtrise d’ouvrage HQE, les artisans démunis face aux experts, les balayeurs contraints de renoncer aux herbicides et d’arracher directement les mauvaises herbes. Le texte de Christelle Didier et Kristoff Talin donne la parole aux ingénieurs, étrangement peu inquiets de l’avenir de la planète et confiants dans leur capacité de maîtriser les risques écologiques. Ainsi, comme le soulignent les auteurs, les ingénieurs sont, dans leur grande majorité et de manière assez homogène, « en-deçà de la conscience collective » pour ce qui concerne la conscience des risques écologiques, alors qu’une part de l’érosion de leur prestige tient précisément aux catastrophes qu’ils n’ont pas su éviter et que le public les croit incapables d’empêcher. Ils semblent ainsi confirmer les analyses de Denis Duclos :

« il arrive que les individus comme les institutions développent à propos des techniques d’étranges attitudes de fascination par le péril, tout en les présentant comme de parfaits exercices d’efficience. Au cours de tous ces processus, c’est la capacité éthique et la compréhension pratique du monde qui se trouvent affaiblies et cela chez les plus puissants représentants de la gestion rationnelle de la nature et de la société » (Duclos, 1989, p. 27).

12Mais il s’agit peut-être simplement pour eux d’entretenir la foi en leur mandat, précisément parce qu’il se trouve érodé et donc de se rendre imperméables à la mise en cause, comme si commencer à douter risquait de les conduire à l’effondrement de leurs croyances.

13Les agriculteurs « conventionnels », on l’a vu, n’en ont plus le loisir, il leur faut composer avec le discrédit qui affecte l’agriculture productiviste et une des stratégies, bien dégagée par le texte de Rudy Amand et al., consiste à lancer des formules comme celle d’« agriculture raisonnée », qui permet de suggérer un changement de cap, tout en maintenant l’essentiel du modèle productiviste. Ils se distancient ainsi de ceux qui optent pour l’agriculture biologique et attestent combien la question environnementale produit de clivages, de divergences, de tensions, de recompositions entre les segments professionnels qui composent le monde des agriculteurs (Assegond & Sitnikoff, 2012). Si la question environnementale et l’incitation à la transition énergétique agit en évènement perturbateur qui amène les agriculteurs à se repositionner, elle ne le fait pas de manière homogène : les résistances varient en motivation et en intensité et dépendent pour une large part des positions occupées à l’intérieur du champ professionnel, mais aussi du rapport entre les opportunités et les contraintes véhiculées par la réglementation environnementale. Ici les agriculteurs « marginalisés » paraissent dans l’incapacité de tirer parti des aides et des incitations accompagnant les projets de méthanisation, ailleurs on a pu voir d’autres fractions des agriculteurs, des pêcheurs, des exploitants forestiers se dresser contre l’injonction environnementale qui met à mal des exploitations déjà fragilisées (Candau, Deldrève & Deuffic, à paraître).

14Au-delà de la manière dont les valeurs et les injonctions environnementales sont perçues et appropriées ou rejetées par les groupes professionnels, il importe de saisir les effets systémiques dont la portée dépasse celle du cas singulier de tel ou tel métier. Plusieurs éléments nous sont suggérés dans les textes du dossier. En premier lieu, la question environnementale semble se traduire souvent par un effet d’élargissement des lézardes, d’affaiblissement de la cohésion de groupes professionnels – souvent déjà fortement hétérogènes, comme les agriculteurs, ou peu cohésifs comme les architectes. En ce sens, elle constitue un facteur de changement systémique dans la mesure où les groupes les moins cohésifs, les plus divisés, sont susceptibles de disposer de moins de ressources internes en cas de lutte de frontières ou de menace pour leur territoire professionnel. Les architectes, dont le rayon d’action a pu se voir rogné dans le passé par les promoteurs, par les jardiniers paysagistes, par les décorateurs, auraient pu trouver dans l’expertise en matière de construction environnementale un moyen de renforcer leur emprise sur les chantiers de construction et de rénovation, ce que certains cabinets ont d’ailleurs fait, mais la profession en tant qu’acteur collectif a laissé émerger un corps d’assistants en maîtrise d’ouvrage HQE qui a monopolisé sous son nez le marché des chantiers certifiés HQE. Il semble même que certaines spécialités d’ingénieurs thermiciens, voire des informaticiens concepteurs d’applications d’aide à la conception de bâtiments performants, sont en train de prendre pied et risquent de continuer à empiéter sur le marché visé par les architectes. Mais les nouveaux espaces professionnels ouverts par les normes environnementales ne sont pas stabilisés et on pressent à lire le texte de Lionel Cauchard que l’expertise des AMO-HQE peut devenir rapidement obsolète ou banalisée, partagée entre de nombreux intervenants et la juridiction à peine amorcée peut se trouver compromise, laissant peut-être une deuxième chance aux architectes.

15Les mouvements systémiques sont également perceptibles dans le texte de Christophe Beslay et Romain Gournet, peut-être parce que c’est celui qui se situe au niveau le plus transversal. À côté de la montée des experts, concepteurs et conseillers, il évoque la fragilisation des artisans. On retrouve un mouvement général de déplacement des savoirs empiriques, de la métis propre aux hommes de métier (Schwint, 2002) vers des savoirs plus abstraits et formalisés et des métiers artisanaux fondés sur l’apprentissage vers le modèle de la profession reposant sur une formation adossée à un diplôme de l’enseignement supérieur, mouvement alimenté par la complexité du modèle constructif imposé par la recherche de performance énergétique, mais la dépossession n’est pas ici non plus univoque. Certains artisans sont moins menacés que d’autres par le changement de compétences requises : les chauffagistes nourrissent des craintes pour leur place dans les futurs chantiers, les plâtriers, les peintres, les électriciens restent dans l’expectative, alors que les maçons et les couvreurs espèrent trouver des occasions de revaloriser leur métier et que les menuisiers et poseurs de fenêtres se frottent les mains en voyant s’ouvrir devant eux un vaste marché. Ces logiques différenciées alimentent elles-mêmes la dynamique de l’artisanat français, dont le propre est de recomposer continuellement ses activités, d’abandonner à l’industrie les productions standardisables et de saisir les espaces qu’elle ouvre en matière d’adaptation des produits ou de services spécialisés. On peut ainsi s’attendre à ce que de nouveaux domaines d’intervention s’ouvrent pour les artisans avec la nécessité d’entretenir des bâtiments et des systèmes de régulation thermique souvent sophistiqués, dont les concepteurs n’ont pas toujours anticipé les usages réels et les formes d’usure. Ainsi, la frontière entre le « Secteur des métiers » et la grande entreprise d’un côté, les bureaux d’études et cabinets d’experts, d’autre part, se redessine-t-elle sans que pour autant les artisans, qui disposent le plus souvent non d’un monopole mais d’un espace légitimé d’intervention qui leur permet de vivre en exerçant leur métier, ne soient appelés à disparaître en bloc.

16C’est à d’autres lectures transversales, à d’autres mises en perspective d’un texte à l’autre que nous invitons les lecteurs de ce Dossier.

Haut de page

Bibliographie

Abbott A. (1988), The System of Professions. An Essay on the Division of Expert Labor, Chicago, Chicago University Press.

Abbott A. (2003) « Écologies liées. À propos du système des professions », dans Menger P. M. (dir.), Les Professions et leurs sociologues. Modèles théoriques, catégorisations, évolutions, Paris, Éditions de l’EHESS, pp. 19-50.

Assegond C. & F. Sitnikoff (2012), « Injonction au changement et gestion de l'incertain : les nouvelles pratiques culturales en agriculture », Communication au congrès de l’AISLF, Rabat.

Bonnaud L. & C. Nicourt (2006), « Les éleveurs de porcs face à leurs détracteurs en Dordogne et dans le Finistère », Études rurales, n° 177, pp. 55-68.

Candau J., Deldrève V. & P. Deuffic (à paraître), « Agriculteurs, pêcheurs et forestiers face à l’impératif environnemental », dans Bouleau G., Candau J., Mauz I. & A. Richard-Ferroudji (dir.), Activités professionnelles à l’épreuve de l’environnement, Toulouse, Éditions Octarès.

Chiapello È. & F. Gitiaux (2009), « Les responsables développement durable des grandes entreprises. Parcours, engagements et représentations », Revue de l’organisation responsable, vol. 4, n° 1, pp. 43-53.

Duclos D. (1989), La Peur et le savoir. La société face à la science, la technique et leurs dangers, Paris, Éditions La Découverte.

Gadea C. (2012), « Conclusion générale », dans Bercot R., Divay S. & C. Gadea (dir.), Les Groupes professionnels en tension. Frontières, tournants, régulations, Toulouse, Éditions Octarès, pp. 265-282.

Granjou C., Mauz I. & A. Cosson (2010), « Les travailleurs de la nature : une professionnalisation en tension », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 27 décembre 2010 - http://sociologies.revues.org/3296

Hughes E. C. (1996), « Licence et mandat », dans Le Regard sociologique, Textes rassemblés et traduits par J.-M. Chapoulie, Paris, Éditions de l’EHESS, pp. 99-106.

Joly N., Dufour A. & C. Bernard (2008), « Sociabilités locales et perceptions de l’agriculture périurbaine », dans Poulot M. (dir.), Agriculteurs et agricultures dans leur relation à la ville, Actes du colloque « Les agricultures périurbaines, un enjeu pour la ville », ENSP-Université de Nanterre, tome 1, pp. 124-135.

Joly N. (2012), « Conseiller en contexte réglementé », dans Bonaud L. & N. Joly, L’Alimentation sous contrôle, Versailles, Éditions Quae et Educagri, pp. 62-75.

Petit S. (2013), « Faire avec ou donner sens aux normes. Le conseil agricole dans un contexte de règlementation de l’agriculture », Pour, n° 219, pp. 203-210.

Schwint D. (2002), Le Savoir artisan. L’efficacité de la métis, Paris, Éditions L’Harmattan.

Vatin F. (2009) (dir.), Évaluer et valoriser. Une sociologie économique de la mesure, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles Gadea, « Logiques professionnelles et problématiques environnementales », SociologieS [En ligne], Dossiers, Enjeux environnementaux et dynamiques des groupes professionnels, mis en ligne le 26 mai 2015, consulté le 15 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/5113

Haut de page

Auteur

Charles Gadea

Professeur de sociologie, Université Paris10-Nanterre (France) - charles.gadea@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page