Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSGrands résumés2015Retour sur la ville. Motilités et...La sociologie et le « tropisme du...

2015
Retour sur la ville. Motilités et transformations urbaines

La sociologie et le « tropisme du mouvement des acteurs » : quelques prolongements possibles

Discussion de l’ouvrage de Vincent Kaufmann Retour sur la ville. Motilités et transformations urbaines, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, collection « Espace en société », 2014
Pierre Lannoy

Notes de la rédaction

Le Grand résumé de l’ouvrage par son auteur est accessible à l’adresse : https://sociologies.revues.org/5121 et la discussion par Paul Sabourin à l’adresse : https://sociologies.revues.org/5124

Texte intégral

1Le grand résumé proposé par Vincent Kaufmann donne un aperçu de son dernier livre Retour sur la ville qui, contrairement à ce que pourrait laisser penser ce titre, présente un programme d’avenir pour la sociologie urbaine et non un regard rétrospectif. L’ouvrage est limpide, bien écrit, fondé sur de nombreuses recherches et sur la longue et riche expérience d’un sociologue aux multiples investissements, en prise avec les débats contemporains sur l’urbain et la vie sociale. Un ouvrage important et utile donc, qui mérite d’être lu, d’être intégré dans nos programmes de recherche et d’enseignement en sociologie, d’être prolongé, aussi et débattu. Je n’abuserai pas du temps des lecteurs en résumant les thèses que Vincent Kaufmann a déjà synthétisées ici, dans son grand résumé. Je me contenterai d’avancer quelques suggestions qui, à mes yeux, pourraient permettre de prolonger les propositions qu’il y présente, de donner plus de force encore à une sociologie assumant pleinement le « tropisme du mouvement des acteurs » comme postulat de son entreprise. En d’autres mots, si les questions que je soulève indiquent l’existence de certains angles morts dans l’exposé proposé par Vincent Kaufmann, celles-ci visent non pas à miner mais bien au contraire à soutenir un programme d’investigation sociologique dont l’importance tant pour notre discipline que pour la cité est évidente.

2Un premier prolongement qu’appellent les travaux de Vincent Kaufmann consisterait à développer une sociologie des rentes et des rentiers dans un monde mobile. Comment penser et comment investiguer sociologiquement, dans une société structurée par la mobilité, les phénomènes de reproduction sociale, de rente, de concentration, de polarisation (oligopoles, monopoles), ou encore d’exclusivité ou d’enfermement, bref tous ces phénomènes qui relèveraient de processus de stabilisation ou d’immobilisation ? Quels seraient les terrains empiriques à explorer pour rendre compte des diverses manières par lesquelles des acteurs stabilisent des éléments au sein d’un monde mobile et étant eux-mêmes des acteurs de cette mobilité et de ce changement permanents ? Car sur ce point des écueils sont à éviter. La posture prônée par Vincent Kaufmann laisse à penser, me semble-t-il, que ce qui est stable ou ancré serait soit un reliquat du passé, soit un espace-temps de la subjectivité (l’attachement au lieu de résidence, par exemple), soit encore la marque d’une inégalité socioéconomique (la figure du moins mobile). Mais la création et l’entretien de rentes (spatiales, économiques, politiques, sociales, etc.) sont des processus constitutifs du fonctionnement social et des rapports de pouvoir en son sein. Il est alors indispensable de dépasser le seul constat des inégalités pour explorer les « aptitudes » et les ressources de certains acteurs à extraire du mobile tout ce qui permet de stabiliser des avantages différentiels. Pour formuler les choses à la manière de Jean Remy, comment penser la production et la reproduction de la stabilité sur fond de mobilité ? Car si on partage le point de départ du caractère central de la mobilité aujourd’hui, c’est bien la rente qui devient problématique d’un point de vue sociologique : quels sont les outils conceptuels et les champs empiriques à développer pour explorer ce problème de connaissance ? Comme l’a montré brillamment Olivier Razac, le fil barbelé fut, dans l’histoire des États-Unis, un élément central de la « conquête de l’Ouest » en permettant l’appropriation territoriale et la rente pastorale et il reste aujourd’hui un élément incontournable dans la gestion des circulations de populations politiquement problématiques (Razac, 2009). Au-delà de cet exemple, il me semble qu’une sociologie des entreprises, des opérateurs financiers et des groupes dominants (et, consécutivement, de leurs investissements à la fois dans les infrastructures et services de mobilité et dans le foncier et l’immobilier) serait ici plus qu’utile et urgente pour assurer la pérennité et la pertinence d’un programme de sociologie de la mobilité. Car si les grands mobiles étudiés de manière très détaillée et stimulante par Vincent Kaufmann et ses collaborateurs dans plusieurs enquêtes constituent un groupe emblématique des nouvelles pratiques de mobilité (Vincent-Geslin & Kaufmann, 2012 ; Ravalet, Vincent-Geslin & Kaufmann, 2014), ils ne sont probablement pas ceux (pas plus que les pendulaires étudiés dans ses travaux plus anciens) qui donnent forme et tirent profit des rentes de situations « immobilières », qui permettent à certains de conforter leur place et de garder leurs avantages. Il se peut bien, sur ce point, que la notion de structure sociale soit devenue obsolète : mais quel(s) concept(s) satisfaisant(s) lui substituer ?

3Un autre programme qui me semble être logiquement appelé par l’entreprise de Vincent Kaufmann est l’exploration de ce qu’on pourrait appeler différents régimes de mobilité ou modes de circulation. Je vise sous ces expressions les divers modes sous lesquels se présente aux acteurs « le fait de se mettre en mouvement ». Certes, Vincent Kaufmann a depuis longtemps déjà étudié diverses formes de mobilité, en les distinguant soit selon leurs dimensions spatiales et temporelles (mobilités cyclique ou linéaire, interne ou externe aux bassins de vie, notamment), soit selon les attitudes des utilisateurs de différents moyens de transport (Kaufmann, 2000 ; Kaufmann, Jemelin & Guidez, 2001). De son côté, Bertrand Montulet a également proposé plusieurs typologies des manières par lesquelles les individus pouvaient donner sens à l’espace et au temps et à leurs mobilités (Montulet, 1998 ; Montulet, Hubert & Huynen, 2007). Mais ces travaux très stimulants n’apportent aucun éclairage sur la production sociale de régimes de mobilité, c’est-à-dire sur les constructions, toujours situées, de cadres procéduraux appelant des circulations. Un acteur va procéder à des déplacements certes dans une certaine logique qui est la sienne, mais également (et peut-être tout aussi fondamentalement) dans des cadres qui en conditionnent l’expérience, l’intelligence et les enjeux. Ainsi, certaines circulations peuvent être qualifiées d’injonctions normatives ou symboliques ; d’autres relèveront de l’ordre de la contrainte pratique ; d’autres encore s’apparenteront à une opportunité ; certaines circulations existent en tant qu’objets de consommation, promues, vendues et fournies sous forme marchande ; d’autres relèvent de l’acte politique, ou plus généralement d’une rationalité en valeurs ; certaines circulations ne peuvent exister qu’à la condition de fonctionner sur le mode du secret ou du caché, contrairement à certaines qui s’exhibent ; d’autres, encore, constitueront de véritables (et redoutables) épreuves, à la fois physiques, morales et existentielles. L’inventaire est à construire. En d’autres termes, il me semble qu’une piste prometteuse pour dégager la mobilité de son lien réducteur aux seuls transports (ce qui est bien le projet du programme de Vincent Kaufmann) serait de développer une sociologie des régimes de mobilité ou des modes de circulations (à la manière, par exemple, dont Luc Boltanski et Laurent Thévenot ont dégagé des régimes de justice), visant à explorer la production sociale des cadres au sein desquels les déplacements se déploient ainsi que les manières par lesquelles les acteurs de ces déplacements s’y adaptent et s’y investissent.

  • 1 Pour une passionnante illustration d’une telle posture, en rapport direct avec la question de la mo (...)

4Troisièmement, l’association affirmée entre mobilité et changement social demande à être argumentée et documentée. « Dans notre conception de la mobilité, tout franchissement de l’espace est associé à un changement social, même minime. Le simple fait que le franchissement de l’espace implique du temps qui passe est en soi un changement social ». À mes yeux, c’est le point le plus problématique du programme de Vincent Kaufmann. Car si le passage du temps implique nécessairement du changement (postulat que je partage entièrement), le lien avec la mobilité s’obscurcit. Ne peut-on avancer que toute société, voire toute réalité, a toujours été en changement ? Une montagne n’est-elle pas mobile, de ce point de vue ? 1. On glisse ici dans une discussion ontologique, qui n’est certes pas sans intérêt, mais que Vincent Kaufmann n’entreprend pas, désireux de ne pas avancer des « propositions théoriques déconnectées de nos observations de terrain ». L’enjeu, ici, n’est pas de dire que certaines choses changent et d’autres pas ; ou encore de montrer qu’il existe des mobilités – et donc des transformations – inégales. L’enjeu est à la fois théorique et méthodologique : parler de changement, de mobilité, de potentiel, est une opération intellectuelle qui suppose nécessairement de fournir les référentiels (ou les échelles de mesure) par rapport auxquels quelque chose change, quelqu’un bouge, quelque chose est plus ou moins possible. Or, il est indispensable de se lancer dans un travail de systématisation théorique de ces référentiels, ce qui constitue un chantier immense et exigeant. L’ouvrage Retour sur la ville apporte de nombreux éléments qui permettent d’avancer en ce sens, notamment sur l’innovante notion de potentiel d’accueil des territoires. À l’exception, me semble-t-il, de la question du changement. Que signifie une expression telle que « un changement social, même minime » ? Qu’est-ce qui change ? Minime par rapport à quoi ? Ce changement affecte-t-il l’acteur du déplacement ou d’autres dimensions du système social ? L’acteur éprouve-t-il personnellement ce changement, ou est-ce au sociologue de diagnostiquer les changements ? À quelle(s) échelle(s) temporelle(s) et géographique(s) s’opèrent ces changements incessants ? Si le monde n’est que changement, comment peut-on identifier ce qui fait l’objet de ce changement ? Le débat peut sembler spéculatif, mais il me paraît indispensable de considérer les questions qu’il pose, sous peine de voir le programme d’une sociologie de la mobilité être accusé d’une complicité facile avec l’esprit du temps. On connaît aussi le caractère généralement funeste du destin de nombreuses théories du changement social, dont l’intensité du succès fut souvent à la hauteur de la rapidité de la désuétude. Tout ceci m’amène à penser que la notion de changement devrait faire l’objet d’un usage plus rigoureux et peut-être plus prudent.

5Je me permettrai de terminer cette note sous la forme d’une boutade. En 1976, Jean Cazeneuve publiait un petit opus qui deviendra une référence incontournable dans la formation de plusieurs générations de sociologues : Dix grandes notions de la sociologie. La dernière notion abordée dans cet ouvrage est la mobilité sociale. Quels seraient les concepts que présenterait Vincent Kaufmann dans un ouvrage similaire à paraître en 2016 ? Je suppose que le livre s’ouvrirait sur la notion de mobilité et ses différentes déclinaisons. Mais il m’est difficile, je l’avoue, d’imaginer les autres entrées de la liste, car si la production du concept de motilité est un apport majeur à une sociologie du social contemporain, le reste du lexique conceptuel utilisé par Vincent Kaufmann me semble d’une facture très classique. Un paradoxe, dans un monde qui bouge ?

Haut de page

Bibliographie

Baecque de A. (2014), La Traversée des Alpes. Essai d’histoire marchée, Paris, Éditions Gallimard.

Kaufmann V. (2000), Mobilité quotidienne et dynamiques urbaines. La question du report modal, Lausanne, Presses polytechniques et universitiares romandes.

Kaufmann V., Jemelin C. & J.-M. Guidez (2001), Automobile et modes de vie urbains : quel degré de liberté ?, Paris, La Documentation française.

Montulet B. (1998), Les Enjeux spatio-temporels du social. Mobilités, Paris, Éditions L’Harmattan.

Montulet B., Hubert M. & P. Huynen (2007), Être mobile. Vécus du temps et usages des modes de transport à Bruxelles, Bruxelles, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis.

Ravalet E., Vincent-Geslin S. & V. Kaufmann (2014), Tranches de vie mobile. Enquête sociologique et manifeste sur la grande mobilité liée au travail, Paris, Éditions Loco/Forum Vies Mobiles.

Razac O. (2009), Histoire politique du barbelé, Paris, Éditions Champs/Essais.

Vincent-Geslin S. & V. Kaufmann (dir.) (2012), Mobilité sans racines. Plus loin, plus vite… plus mobiles ?, Paris, Éditions Descartes.

Haut de page

Notes

1 Pour une passionnante illustration d’une telle posture, en rapport direct avec la question de la mobilité, cf. Antoine de Baecque (2014).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Lannoy, « La sociologie et le « tropisme du mouvement des acteurs » : quelques prolongements possibles »SociologieS [En ligne], Grands résumés, mis en ligne le 02 novembre 2015, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/5122 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.5122

Haut de page

Auteur

Pierre Lannoy

METICES - Institut de Sociologie, Université Libre de Bruxelles (Belgique) - pilannoy@ulb.ac.be

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search