Navigation – Plan du site
La mobilité dans tous ses états. Représentations, imaginaires et pratiques

La mobilité dans tous ses états. Représentations, imaginaires et pratiques

Introduction du Dossier
Stéphanie Vincent-Geslin et Emmanuel Ravalet

Texte intégral

1La mobilité est très présente dans les sociétés contemporaines. Près de quinze ans après l’ouvrage précurseur de John Urry (Urry, 2000), force est de constater que nos sociétés sont devenues des sociétés de la « mobilité généralisée » (Allemand et al., 2004 ; Lannoy & Ramadier, 2007). Que ce soit dans l’économie mondialisée, le partage d’informations et de savoirs, la multiplication des pratiques de mobilité socio-spatiale, l’éclatement spatial des réseaux de sociabilité, la mobilité prend des formes multiples, tant d’un point de vue spatial que numérique et virtuel.

2Pourtant, la mobilité, même généralisée, est ambiguë. Que l’on s’intéresse aux pratiques de mobilités des êtres humains dans l’espace et la voici tour à tour impérative pour qui veut s’insérer sur le marché du travail (Boltanski & Chiappello, 1999 ; Bacqué & Fol, 2007) ; contrôlée voire stigmatisée pour les communautés des gens du voyage (Blum Le Coat, Catarino & Quiminal, 2004) ; hédoniste pour qui part explorer, le temps de ses vacances, un pays étranger ; indésirable enfin pour les milliers de migrants débarquant clandestinement sur les côtes méditerranéennes de l’Europe et dont les naufrages font tristement la une des journaux depuis quelques mois.

3Sans multiplier les exemples, il apparaît que toutes les formes de mobilités géographiques s’accompagnent d’images et de représentations diversifiées qui varient selon le lieu, la manière dont elles se déroulent et les populations qu’elles concernent, révélant l’ambiguïté de la mobilité aujourd'hui. Ainsi, ce ne sont pas seulement les pratiques de mobilités spatiales qui sont nombreuses et multiformes, mais aussi la manière dont les individus se les représentent et les imaginent.

4Tel est le thème du présent dossier : la mobilité, ses représentations et ses imaginaires. Il fait suite au colloque organisé en novembre 2012 à Lausanne (Suisse) par le Groupe de travail n°23 de l’AISLF, « Mobilités spatiales et fluidité sociale » sur le thème des représentations et imaginaires de la mobilité. Dans la continuité de ce colloque, il vise ainsi à questionner la valorisation ambiguë de la mobilité, à révéler les imaginaires associés aux différentes formes de mobilité spatiale et à les confronter aux réalités des pratiques.

Représentations sociales et imaginaire anthropologique

5Le présent dossier s’intéresse ainsi moins aux pratiques de mobilité qu’aux images et représentations mentales dont elles s’accompagnent. Les imaginaires comme les représentations sociales constituent deux formes de pensée symbolique, deux manières de se représenter le réel. Si les imaginaires rendent compte de « l’expérience humaine telle qu’elle s’exprime avant sa conceptualisation par la pensée logique » (Ferréol, 2011), les représentations sociales associent toujours une image et un sens, qui sont comme les deux faces d’une même pièce (Ibid.).

6Les travaux sur les représentations sociales, notamment en psychologie sociale, ont mis en avant la pluralité des représentations d’un même phénomène (Moscovici, 1961) : les représentations sociales sont toujours représentations de quelque chose et de quelqu’un. Si les représentations sociales sont toujours attachées à un individu ou à un groupe spécifique, les imaginaires tendent à transcender ces appartenances et à revêtir un caractère anthropologique. Ainsi, Gilbert Durand, précurseur des travaux sur l’imaginaire, a t-il cherché dans ses travaux fondateurs à rendre compte du commun, des invariants attachés aux mythes et symboles humains. Son ouvrage fondateur, Les Structures anthropologiques de l’imaginaire, se révèle être une sorte de dictionnaire des symboles majeurs des sociétés humaines (Durand, 1969). L’imaginaire est alors défini comme un système symbolique organisé, qui met en relation l’homme et l’univers. Les travaux de Gilbert Durand ont contribué à donner visibilité et consistance à la notion d’imaginaire, contre le primat de la pensée rationnelle et logique. Ils constituent également les travaux fondateurs d’une tradition de recherche autour de la sociologie de l’imaginaire et du quotidien, dans laquelle s’inscrit la sociologie maffesolienne (Maffesoli,1997 ; Grassi, 2005).

7Sans se réclamer de cette école de pensée, notre dossier interroge ce savoir commun, non rationnel et créatif que certains penseurs ont situé entre le conscient et l’inconscient, comme chez Carl Gustav Jung. Bagage culturel, chargé de l’épaisseur de l’histoire, des angoisses et des fantasmes collectifs, l’imaginaire enrichit la société et l’organise. Il est à la fois ciment social et source des changements historiques (Castoriadis, 1975). Force organisatrice, l’imaginaire n’est pas sans lien avec l’action individuelle et collective comme le montre très justement la rumeur d’Orléans, où le fantasme des disparitions de femmes a amené les habitants d’Orléans à boycotter les boutiques juives du centre-ville (Morin, 1969).

8Les imaginaires, comme les représentations sociales, s’avèrent ainsi de l’ordre de l’impensé, de l’implicite, mais possèdent une forte capacité à orienter les actions humaines. Pour cette raison, elles constituent un objet d’analyse central pour le sociologue.

Les imaginaires et représentations de la mobilité dans la littérature

9Peu de travaux se sont explicitement intéressés aux imaginaires et aux représentations de la mobilité spatiale en général. Pourtant, certaines représentations imprègnent les travaux sur les mobilités et semblent s’enraciner dans des imaginaires solides et anciens. Ainsi, on retrouve une association récurrente entre la mobilité géographique et le changement, y compris dans les travaux sur le sujet, ce qui n’est pas sans poser obstacle à la connaissance (Kaufmann & Gallez, 2009 ; Vincent-Geslin & Kaufmann, 2012). La mobilité est souvent dépeinte comme symbole d’ouverture vers l’autre et le monde, d’inclusion sociale (Vincent-Geslin, à paraitre), tandis que l’immobilité est associée à exclusion, fixité, ancrage, immobilisme. Les mobilités et immobilités dans l’espace géographique apparaissent ainsi associées, dans les représentations et imaginaires, à des mobilités et immobilités dans l’espace social. Les déplacements géographiques ont alors l’image d’être également des mouvements sociaux, d’ouverture, d’intégration, de changement social. De même, ne pas se déplacer dans l’espace géographique renvoie, dans l’imaginaire, à l’absence de tout changement social, sans pour autant que la pertinence de ces représentations soit éprouvée.

10Pourtant, la même fixité peut conférer à l’immobilité et aux immobiles des attaches sociales et spatiales solides et stables, là où les ancrages et l’identité des mobiles est parfois labile et inconsistante. Dès les travaux de l’École de Chicago, se dessinent les contours de ces représentations de la mobilité. Ainsi, William Isaac Thomas et Robert E. Park opposent d’un côté une mobilité caractérisée par l’absence d’attaches communautaires et territoriales et l’enracinement – également appelé immobilité. La mobilité est alors incarnée dans la figure du juif errant, doté de capacité d’abstraction et d’adaptation, mais qui n’a « ni l’occasion ni le goût de cultiver cet attachement aux lieux et aux personnes » (Thomas, cité dans Park 2004 [1925], p. 102) et s’oppose à la figure du paysan fortement ancré et attaché à son lopin de terre. Si ces deux figures cohabitent, elles constituent également des étapes dans le processus de transformation sociale du Chicago des années 1920. La révolution industrielle et le développement du capitalisme favorisent l’exode rural et amorcent le mouvement de métropolisation ; dans ce cadre, la fixité et l’attachement local relèvent plutôt du passé tandis que la mobilité tend à se développer. Il est également intéressant de constater que cette mobilité, qui se développe en rupture avec les attaches locales, est porteuse de risques sociaux puisqu’elle est associée à l’augmentation de la criminalité du fait d’un affranchissement du contrôle social traditionnellement existant dans la communauté (Park, 2004 [1925]). Le développement de la mobilité à Chicago prend ainsi forme dans des figures de la marginalité, telles le hobo, le gitan ou le nomade. La mobilité et le nomadisme, entendus comme absence d’attaches territoriales et sociales, s’avèrent source de danger et le contrôle de ce danger perçu passe par des formes de sédentarisation, que ce soit pour les classes laborieuses de la Révolution industrielle (Chevallier, 1978 [1958]) comme pour les communautés de gens du voyage (Abbas, 2012).

11Ainsi, les mobiles ont-ils souvent l’image d’individus ou de groupes déterritorialisés. Cette représentation continue d’imprégner les travaux sur la mobilité des élites internationales, des expatriés, des travailleurs mobiles comme le soulignent certains auteurs (Gustafson, 2001 ; Beaverstock, 2002), même si elle est battue en brèche par plusieurs travaux empiriques – citons notamment parmi les plus récents les travaux sur les cadres mobiles européens (Andreotti & Le Galès, 2008), les résidents secondaires à Paris (Chevalier et al., 2013) ou encore les expatriés à Genève (Adly, 2014).

12Cette image d’une mobilité déterritorialisée rejoint une autre image de la mobilité : celle de la plasticité voire de l’inconsistance identitaire. Comment rester soi-même dans un monde interconnecté, dans lequel les réseaux d’appartenance sont multiples et les lieux pratiqués changeants ? Cette question identitaire des mobiles – et peut-être plus encore des hypermobiles – traverse toujours aujourd'hui les travaux et réflexions sur la mobilité contemporaine (Rosa, 2010 ; Abbas, 2012). Au-delà de ces représentations polarisées entre mobilité et immobilité, la question des imaginaires associés aux mobilités géographiques est un thème relativement absent des travaux sociologiques.

13Pourtant, des liens entre représentations et pratiques de mobilités existent, comme le montrent les travaux relatifs aux représentations associées à certains modes de transport ou à certaines pratiques spatiales, telles que le tourisme ou les mobilités professionnelles.

14Depuis l’émergence de la société de consommation (Baudrillard, 1979), la voiture est devenue l’un des objets les plus signifiants socialement. Le fait même de posséder une voiture est un signe extérieur de richesse. Ses caractéristiques (modèle, taille du véhicule, etc.) donnent une image du statut social de son propriétaire. Elle est également dans sa matérialité et sa forme signe des temps, d’une époque comme le soulignait Roland Barthes à propos de la DS (Barthes, 1957). Dans un contexte africain, Lourdes Diaz Olvera et ses collègues ont mis en évidence l’importance de l’image dans le choix du mode de transport avec l’idée de la réussite sociale liée à l’usage de la voiture. La marche, à l’inverse, ressort comme un mode de déplacement plutôt associé à la pauvreté (Diaz Olvera et al., 2002). Ces travaux permettent de mettre en évidence le rôle que peuvent avoir les représentations sur des pratiques effectives. De ce point de vue, il est remarquable de soulever l’idée que presque tous les modes de transport drainent avec eux des représentations sociales fortes, qui vont, selon les personnes, motiver ou démotiver leur usage. Sans rentrer dans le détail des représentations les plus usuelles de chaque mode, nous évoquerons simplement l’idée que ces représentations ne sont pas nécessairement figées dans le temps. C’est précisément ce qui s’est passé avec le vélo, qui a vu son image se redorer très rapidement dans le milieu des années 2000, avec une augmentation très forte de sa pratique dans les centres urbains denses (Ravalet & Bussière, 2012).

15Quelques travaux ont cherché à décrypter les imaginaires relatifs au tourisme, montrant comment les pratiques touristiques sont imprégnées des symboles des deux grandes traditions de voyage en Europe, le Grand tour et le pèlerinage (Amirou, 1995, 1999). On ne peut ici passer sous silence l’article d’Anne Barrère et Danillo Martucelli précisément consacré à l’imaginaire de la mobilité. Décrivant deux constellations symboliques de la mobilité, ils montrent que là où la mobilité était aventure, exploration d’ailleurs et de soi dans la modernité, elle tend à devenir davantage un chemin qu’une destination, un flottement, une perte de repères dans l’imaginaire contemporain : « Ne nous y trompons pas : cette inflexion, même si nous ne sommes qu’à son tout début, est profonde. […] La destination s’efface devant les temps et les lieux du voyage, et le but n’est plus au seul terme du voyage mais incorporé en lui, comme une "autre vie", dans et par le mouvement » (Barrère & Martucelli, 2005, p. 66). Fondées sur des œuvres littéraires, les analyses proposées par les auteurs restent très générales et en disent finalement peu sur les autres mobilités géographiques que le voyage, ni sur les groupes sociaux qui portent et véhiculent ces imaginaires.

16D’autres travaux, moins poétiques, se sont intéressés aux mobilités liées au travail. Ils mettent en évidence l’émergence d’une norme dans laquelle la mobilité et son pendant, la flexibilité, deviendrait une condition nécessaire à la réussite professionnelle, voire à la simple insertion professionnelle (Vignal, 2005 ; Ravalet et al., à paraître). En ce sens, cette injonction a une force qui n’est pas nécessairement positive pour tous les groupes sociaux. Si beaucoup d’attention est portée aux pratiques, l’idéologie qui les sous-tend mérite une plus grande attention car elle structure les manières de penser et de faire (Mincke, 2015).

Questionnement et présentation des textes

17Les cinq textes réunis dans ce numéro portent sur des formes de mobilité extrêmement variées et sur des populations qui le sont tout autant : accédants à la propriété, détenus et concepteurs de prisons, publics et professionnels du tourisme social, voyageurs aériens, etc. Tous alimentent la connaissance autour des représentations et imaginaires de la mobilité, selon deux axes principaux de réflexion qui traverseront le Dossier. Premièrement, dans quelle mesure les représentations associées à la mobilité supposent-elles un lien entre mobilité spatiale et mobilité sociale ? Retrouve-t-on cette association, souvent impensée, que la mobilité géographique renvoie l’image d’un changement social ? Deuxièmement, il s’agit de questionner les liens entre pratiques et représentations. Dans quelle mesure les pratiques se démarquent-elles des représentations sociales les plus usuelles de ces pratiques ? Les représentations influencent-elles les pratiques, et comment ?

18En faisant le constat que les imaginaires scientifiques ou littéraires associés à la mobilité sont globalement positifs, Leslie Belton-Chevallier décide de nommer immobilité les formes de mobilité négativement connotées – le plus souvent, des formes de mobilité très contraintes sur le plan spatial ou temporel. Ce choix sémantique initialement discutable se révèle utile à la mise en évidence d’imaginaires scientifiques et littéraires caricaturaux autour des questions de mobilité. Il permet, par exemple, de mettre en évidence que mobilité et immobilité forment un continuum et se combinent souvent au sein d’arbitrages individuels, familiaux et professionnels complexes (immobilité des uns pour la mobilité des autres, immobilité spatiale pour assurer le changement familial, immobilité résidentielle pour une mobilité professionnelle, etc.). Il apparaît finalement que les imaginaires qui accompagnent certaines formes de mobilité ne sont bien souvent pas ceux des personnes qui les réalisent...

19S’intéressant également à des questions de mobilité en terrritoires périrubains, l’article de Josette Debroux est celui qui questionne de la manière la plus centrale les liens entre mobilité spatiale – ici sous la forme des mobilités résidentielles et des déplacements pendulaires – et mobilité sociale. En comparant l’accès à la propriété des ménages dans deux communes périurbaines grenobloises, très contrastées socialement, elle met au jour des représentations très polarisées et contrastées de l’accession à la propriété selon les trajectoires sociales qu’ont connues les ménages. Les représentations de la mobilité géographique (résidentielle et pendulaire) apparaissent finalement structurées par d’autres formes de mobilités, en particulier les trajectoires sociales, qu’elles viennent en partie compenser.

20Le troisième article de ce Dossier cherche à confronter l’imaginaire social de l’hypermobilité aux pratiques véritables des voyageurs aériens. Jean-Baptiste Fretigny construit la figure hypermobile au travers de l’analyse des campagnes publicitaires visibles dans les aéroports, dans lesquelles elle apparait comme une combinatoire entre motifs professionnels de voyage et activités de loisirs. Pourtant, les représentations de la catégorie des hypermobiles contrastent fortement avec la réalité des usages sociaux de l’aéroport, et la confrontation des pratiques de voyageurs fréquents aux imaginaires dont ils font l’objet montre le caractère normatif et performatif de la figure de l’hypermobilité.

21Dans un tout autre registre, Giulia Fabbiano s’intéresse aux représentations de la mobilité dans le tourisme social. Les professionnels du tourisme social tendent à se représenter les familles populaires et souvent issues de l’immigration, dans l’immobilité tant géographique que sociale, incapables de sortir de leurs habitudes culturelles et de s’adapter. Au travers de cette analyse, Giulia Fabbiano montre ainsi la force de l’association entre immobilité géographique et immobilisme social chez les professionnels du tourisme social, portant un regard stigmatisant sur les familles populaires et immigrées qui constituent leur public majoritaire aujourd'hui.

22Enfin, le cinquième et dernier article porte sur l’univers carcéral en Belgique. David Scheer montre comment l’architecture des prisons est de plus en plus pensée comme un espace de limitation des mobilités et des circulations, potentiellement dangereuses. Les espaces carcéraux se trouvent ainsi séquencialisés et parcellisés, dans le but de limiter les échanges et les contacts entre détenus. Pourtant, si ces aménagements spatiaux nuisent à la qualité de vie des détenus, la manière dont ils sont appropriés par la population pénitentiaire diffère fortement de la conception architecturale. Les représentations des concepteurs s’avèrent en contradiction avec les usages et les pratiques des détenus, une problématique qui dépasse largement la conception des prisons.

23Si la mobilité spatiale est parfois perçue comme le signe d’une réussite sociale, il ressort en particulier de l’article de Josette Debroux que cette association peut mener à des choix de mobilité spécifique et impacter le vécu des déplacements par les personnes concernées. Ainsi, si leur sens premier est fonctionnel, les déplacements pendulaires sont valorisés par certaines personnes comme une véritable mobilité en compensation à une mobilité sociale insatisfaisante. À un autre niveau, Giulia Fabbiano souligne que dans les yeux de certains professionnels du tourisme, la mobilité spatiale de certaines populations est jugée peu compatible avec leur situation sociale.

24Pourtant, ces représentations sociales très positives de la mobilité spatiale ne correspondent pas vraiment à la réalité, comme le montrent divers travaux empiriques (voir notamment Ravalet et al., à paraître, à propos des mobilités liées au travail). Ce type de représentation n’est d’ailleurs pas vraiment partagé par les personnes directement concernées. Ainsi, Jean-Baptiste Fretigny montre bien à quel point l’image de l’hypermobile véhiculé par la publicité correspond mal à la réalité des habitudes et modes de vie de ces personnes. Dans la même veine, Leslie Belton-Chevallier souligne que l’immobilité de certaines personnes n’est pas nécessairement mal vécue et peut même venir compenser et stabiliser une situation familiale ou personnelle impactée par d’autres formes de mobilité.

25Ces éléments viennent confirmer le rôle, mal ou non anticipé, des représentations sur les pratiques effectives des personnes. Lorsque les planificateurs de prison décrits par David Scheer font reposer l’aménagement intérieur de la prison sur diverses représentations qui amalgament privation de liberté et privation de mobilité, en sont-ils conscients ? Dans un contexte politique qui vise à travailler sur les comportements et les habitudes des gens pour les faire évoluer, il nous semble utile de prendre en compte les représentations sociales, la manière dont elles investissent une société, s’y ancrent, ou s’évanouissent.

Haut de page

Bibliographie

Abbas Y. (2012), Le Néo-nomadisme, Mobilités, partage, transformations identitaires et urbaines, Paris, FYI Éditions.

Adly H. (2014), Le Cosmopolitisme à Genève : du mythe aux territoires. Une anthropologie urbaine de la « communauté internationale », thèse de doctorat, École polytechnique fédérale de Lausanne.

Allemand S., Ascher F. & J. Lévy (dir.) (2004), Les Sens du mouvement. Modernité et mobilités dans les sociétés urbaines contemporaines, Paris, Éditions Belin.

Amirou R. (1995), Imaginaire touristique et sociabilités du voyage, Paris, Presses universitaires de France.

Amirou Rachid (1999), « Les nouvelles mythologies du tourisme : l'imaginaire contemporain », Les grands dossiers de Sciences humaines, n° 90, pp. 22-25, janvier.

Andreotti A. & P. Le Galès (2008), Les Cadres supérieurs et la globalisation. Mobilité, ancrage, exit partiel et ségrégation sociale dans les villes européennes. Une enquête exploratoire, rapport final du PUCA.

Bacqué M.-H. & S. Fol (2007), « L’inégalité face à la mobilité : du constat à l’injonction », Revue Suisse de Sociologie, Vol. 33-1, pp. 89-104.

Barrère A. & D. Martucelli (2005), « La modernité et l’imaginaire de la mobilité  : l’inflexion contemporaine », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 2005/1, n° 118, pp. 55-79.

Barthes R. (1957), Mythologies, Paris, Éditions du Seuil.

Baudrillard J. (1979), La Société de consommation, Paris, Éditions Gallimard.

Beaverstock J. V. (2002), « Transnational Elites in Global Cities: British Expatriates in Singapore's Financial District », Geoforum, vol. 33, n° 4, pp. 525-538.

Blum Le Coat J.-Y., Catarino C. & C. Quiminal (2004), « Les gens du voyage : errance et prégnance des catégories », dans Gotman A. (dir.), Villes et hospitalité. Les municipalités et leurs « étrangers », Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme [en ligne] http://books.openedition.org/editionsmsh/844?lang=fr, consulté le 4 septembre 2015.

Boltanski L. & È. Chiapello (1999), Le Nouvel esprit du capitalisme, Paris, Éditions Gallimard.

Castoriadis C. (1975), L'Institution imaginaire de la société, Paris, Éditions du Seuil.

Chevalier S., Lallement E. & S. Corbillé (2013), Paris, résidence secondaire. Enquête chez ces habitants d’un nouveau genre, Paris, Éditions Belin.

Chevalier L. (1978 [1958]), Classes laborieuses et classes dangereuses, Paris, Le Livre de poche, collection Pluriel.

Diaz Olvera L., Plat D. & P. Pochet (2012), « Hiérarchie sociale, hiérarchie modale dans trois capitales africaines », dans Bussière Y. & J.-L. Madre (dir.), Démographie et transport : villes du Nord et villes du Sud, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 289-315.

Durand G. (1969), Les Structures anthropologiques de l’imaginaire. Introduction à l’archétypologie générale, Paris, Éditions Dunod.

Ferréol G. (dir.) (2011), Dictionnaire de sociologie, Paris, Éditions Armand Colin, 4ème édition.

Grassi V. (2005), Introduction à la sociologie de l’imaginaire. Une compréhension de la vie quotidienne, Toulouse, Éditions Érès.

Gustafson P. (2001), « Roots and Routes: Exploring the Relationship between Place Attachment and Mobility », Environment and Behavior, vol. 33, pp. 667-686.

Harvey D. (1989), The Condition of Postmodernity, Cambridge, Mass., Blackwell Publishers.

Kaufmann V. & C. Gallez (2009), « Aux racines de la mobilité en sciences sociales : contribution au cadre d’analyse socio-historique de la mobilité urbaine », dans Flonneau M. & V. Guigueno (dir.), De l’Histoire des transports à l’histoire de la mobilité, Rennes, Presses universitaires de Rennes, pp. 41-55.

Lannoy P. & T. Ramadier (dir.) (2007), La Mobilité généralisée. Formes et valeurs de la mobilité quotidienne, Bruxelles, Academia Bruyland Éditions.

Maffesoli M. (1997), Du Nomadisme : vagabondages initiatiques, Paris, Le Livre de Poche.

Mincke C. (à paraître, 2015), « From Mobility to Its Ideology: When Mobility Becomes an Imperative », dans Endres M., Manderscheid K. & C. Mincke (dir.), The Mobilities Paradigm: Discourses and Ideologies, London, Ashgate Publishers.

Morin E. (1969), La Rumeur d’Orléans, Paris, Éditions du Seuil.

Moscovici S. (1961), La Psychanalyse, son image et son public, Paris, Presses universitaires de France.

Park R. E. (2004 [1925]), « Propositions de recherche sur le comportement humain en milieu urbain », dans Grafmeyer Y. & I. Joseph (dir.), L’École de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, Paris, Éditions Flammarion, pp. 83-130.

Ravalet E. & Y. Bussière (2012), « Les systèmes de vélo en libre-service expliquent-ils le retour du vélo en ville ? », Recherche Transports Sécurité, vol. 28, n° 1, pp. 15-24.

Ravalet E., Vincent-Geslin S., Kaufmann V., Viry G. & Y. Dubois (à paraitre 2015), Grandes mobilités liées au travail, perspective européenne, Paris, Éditions Economica.

Rosa H. (2010), Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, Éditions La Découverte.

Urry J. (2000), Sociology Beyond Societies, London, Routledge Publishers.

Vignal C. (2005), « Injonctions à la mobilité, arbitrages résidentiels et délocalisation de l'emploi », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 1, n° 118, pp. 101-117.

Vincent-Geslin S. (2015), « Être mobile pour (mieux) exister socialement ? Réflexion autour du couple déplacement/mobilité », dans Lord S., Negron-Poblete P. & J. Torres (dir.), Mobilité et inclusion, quelles relations ?, Québec, Presses de l'Université Laval.

Vincent-Geslin S. & V. Kaufmann (2012), Mobilités sans racines. Plus loin, plus vite… Plus mobiles ?, Paris, Éditions Descartes & Cie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie Vincent-Geslin et Emmanuel Ravalet, « La mobilité dans tous ses états. Représentations, imaginaires et pratiques », SociologieS [En ligne], Dossiers, La mobilité dans tous ses états. Représentations, imaginaires et pratiques, mis en ligne le 02 novembre 2015, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/5134

Haut de page

Auteurs

Stéphanie Vincent-Geslin

Laboratoire d'économie des transports, ENTPE, Vaulx-en-Velin, France - stephanie.vincent@entpe.fr

Articles du même auteur

Emmanuel Ravalet

École polytechnique fédédale de Lausanne, Suisse - emmanuel.ravalet@epfl.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page