Navigation – Plan du site
La mobilité dans tous ses états. Représentations, imaginaires et pratiques

Prendre en compte l’immobilité dans les imaginaires de la mobilité

Illustration à partir de femmes modestes périurbaines
Taking account of immobility in mobility imaginary. An illustration with French modest periurban women
Leslie Belton-Chevallier

Résumés

Nécessaires contreparties, mobilité et immobilité forment un continuum inextricable. Cependant, la mobilité concentre l’essentiel des préoccupations sociologiques actuelles comme le soulignent les nombreux travaux du mobility turn. L’imaginaire contemporain de la mobilité tend ainsi à reléguer au second plan l’immobilité, voire à la faire disparaître. Au mieux, on lui donne le rôle de révélateur d’inégalités entre individus ou on la considère comme un support de mobilité. En confrontant les imaginaires scientifiques ou littéraires de la mobilité avec les représentations qu’ont des femmes périurbaines de leur propre immobilité (professionnelle, quotidienne, résidentielle, etc.), le lien entre mobilité et immobilité apparaît plus complexe, chacune pouvant être le support de l’autre.

Haut de page

Texte intégral

L’auteure tient d’abord à remercier les organisateurs du colloque « Mobilités spatiales, fluidité sociale » (MSFS) qui a eu lieu à Lausanne en 2012 ainsi que Sandrine Wenglenski et Frédéric de Coninck pour leurs commentaires éclairés et éclairants. Mais l’auteure exprime plus particulièrement sa gratitude vis-à-vis des relecteurs de la revue SociologieS pour leurs précieux commentaires et propositions sur le présent article.

Introduction

1Érigée en valeur caractéristique d’une hypermodernité liquide (Bauman, 2000) ou du capitalisme contemporain (Boltanski & Chiapello, 1999), la mobilité serait devenue un nouveau paradigme d’analyse de nos sociétés comme le soulignent les auteurs du mobility turn (Urry, 2008 ; Sheller & Urry, 2006 ; Urry, 2000). La consécration de la mobilité comme métaphore du social est vue comme un retour à un état normal (Salazar & Smart, 2011). À l’inverse :

« Ce qui est anormal, changeable et historiquement construit est l’idée que les sociétés humaines ont besoin de construire des frontières politiques et des institutions qui définissent et contraignent la mobilité spatiale en particulier […] de manière à ce que l’immobilité devienne une norme » (Ibid., p. 4).

2L’immobilité est valorisée de façon négative et subie, est synonyme d’exclusions sociales, de menaces sécuritaires, etc. (Hannam, Sheller & Urry, 2006). Pourtant la mobilité a aussi des valeurs et impacts négatifs quand elle est synonyme de coercition et de frustration (Tsing, 2005) : déplacements forcés de populations (désastres climatiques, guerres), terrorisme global, etc.

3Peu usitée, l’immobilité est généralement définie par défaut, comme une absence de mobilité. Les enquêtes statistiques européennes sur les transports considèrent qu’un individu est immobile dès lors qu’il n’a fait aucun déplacement pendant la journée enquêtée, qu’il n’est pas sorti de chez lui (Hubert, Armoogum, Axhausen et al., 2008 ; Madre, Axhausen & Brög, 2007). De façon plus relative, les individus immobiles sont ceux dont les déplacements (peu importe l’espace de référence) sont de faible portée, les éloignent peu ou pas de leur point de départ. Par exemple, les femmes sont considérées comme immobiles car elles se déplaceraient moins que les hommes, dans un périmètre plus restreint autour de leur domicile. L’immobilité est plutôt utilisée pour mettre en exergue des inégalités entre différents segments de populations : entre pauvres et riches, jeunes et moins jeunes, hommes et femmes, etc. Elle renvoie à des situations d’enfermement ou de captivité (Rougé, 2010 ; Le Breton, 2005) pour des personnes qui ne peuvent répondre à l’injonction croissante à la mobilité et faire jouer un droit à l’immobilité (Bacqué & Fol, 2007).

4Une propriété essentielle de l’immobilité et de la mobilité est mise de côté : elles forment un continuum plus qu’un dualisme ou une opposition (Pellegrino, 2012). Que ce soit simultanément ou séquentiellement, au quotidien ou à plus long terme, les individus sont dans une alternance permanente d’immobilités et de mobilités (Cresswell, 2010). Pour reprendre la définition de l’immobilité des enquêtes déplacements, l’immobilité un jour donné ne prend pas en compte la possibilité des individus interrogés de se déplacer les autres jours de la semaine ou leur tendance à se déclarer immobiles plutôt que de décrire tous leurs déplacements. Surtout, la définition délaisse d’autres formes de mobilité au-delà de l’absence de déplacement spatial. Les individus peuvent effectuer des déplacements immatériels (via Internet, leur téléphone fixe ou portable, etc.) ou avoir des visites qui sont des formes indirectes de déplacements. En sortant d’une vision centrée sur un individu ou sur un type de mobilité (ici le déplacement spatial), le continuum entre mobilité(s) et immobilité(s) apparaît plus distinctement. Si un individu est immobile, il peut être mobile par ailleurs ou d’autres individus peuvent l’être (à sa place).

5Un lien en particulier entre mobilité et immobilité est plus souvent souligné : la seconde est la contrepartie nécessaire de la première. Sans structure ou points fixes immobiles (réseaux, infrastructures, personnels qui les font fonctionner, etc.), les mobilités sont impossibles à réaliser (Belton & de Coninck 2007 ; Urry, 2007 ; Hannam, Sheller & Urry, 2006). Ces éléments immobiles sont supports de frictions (Tsing, 2005) qui influencent nécessairement le mouvement et les mobilités dans leur réalisation, leurs modalités, leurs destinations. Dans ce cadre, l’immobilité devient une ressource, la propriété centrale de ces éléments fixes. D’autres termes lui sont généralement préférés : « moorings », ancrages, stabilité, etc. L’immobilité est rarement une finalité en soi et la mobilité est peu vue comme le support ou l’instrument de l’immobilité, ce que concluent pourtant des auteurs qui s’intéressent aux migrations et aux mobilités résidentielles (Torkington, 2012).

6Le lien entre mobilité et immobilité renvoie à l’imaginaire moderne de la mobilité où la mobilité est un instrument au service de l’immobilisation progressive dans un rôle social (Barrère & Martuccelli, 2005). La lecture des travaux du mobility turn consacre la suprématie d’un imaginaire plus contemporain de la mobilité, dominé par les notions de mouvement ou de flux. L’immobilité y est réduite à une forme de mobilité. Il est possible de partir physiquement d’un endroit sans se déplacer, le départ deviendrait passif et compulsif, tout sentiment d’immobilité étant combattu (Ibid., 2005). Si l’immobilité n’est pas négative pour le mobility turn qui insiste sur l’alternance nécessaire entre mobilités et immobilités, elle reste un outil ou une condition nécessaire au service de la mobilité, « d’une vie en mouvement » (Kesselring, 2008). L’immobilité est secondaire. En témoigne la mise en parenthèse du suffixe im- (Adey, 2006).

7L’objectif de l’article est d’interroger plus en détail la place de l’immobilité en tant que versant à part entière du continuum entre mobilité et immobilité. Définie comme une absence relative de déplacement (peu importe encore l’espace de référence), l’immobilité et ses articulations avec la mobilité seront mises en exergues à travers les récits de pratiques quotidiennes, de trajectoires professionnelles, résidentielles mais aussi parentales et conjugales de femmes modestes qui résident dans des communes périurbaines. Ces représentations permettent d’illustrer et de prendre en compte la diversité du continuum et des liens entre mobilité(s) et immobilité(s). Au-delà d’un premier constat d’immobilité de ces femmes périurbaines, leur immobilité peut être interrogée au travers d’autres formes de mobilité et d’immobilité – celles d’autres personnes ou les leurs – et des liens qui les unissent. Précisons que les personnes interviewées ne parlent pas explicitement de mobilité ou d’immobilité, concepts vernaculaires qui n’ont pas de sens pour elles. Toutefois, la mise en récit ou en scène de leurs trajectoires professionnelles, résidentielles et de leurs pratiques quotidiennes de déplacements nourrit la réflexion menée.

L’immobilité professionnelle et quotidienne de femmes périurbaines modestes

8Les réflexions développées ici sont basées sur un travail qualitatif réalisé en 2011 auprès de 28 ménages modestes composés de 24 femmes et 23 hommes dans des territoires périurbains aux alentours de Genlis (Côte-d’Or) et dans les cantons de Coulommiers et Provins (Seine-et-Marne). Un des premiers constats de ce travail est la relative immobilité dont font ou ont fait preuve les femmes rencontrées. Dans un contexte d’homogénéisation croissante des rôles professionnels (Albouy, Djider & Mainguene, 2012), familiaux et parentaux (Barrère-Maurisson, 2012), domestiques (Ricroch, 2012) ainsi que des pratiques de déplacements par un taux de motorisation et de détention du permis analogue aux hommes (Demoli, 2014), un tel constat est-il étonnant ? En effet, si homogénéisation il y a, sa portée égalitaire est souvent à relativiser. Dans ses nombreuses formes (quotidienne, spatiale, sociale, professionnelle, etc.), les femmes restent moins mobiles que les hommes. Déplacements quotidiens de moindre portée (Weis & Axhausen, 2014), répartition différente des motifs (Fagnani, 2005), prise en charge des activités domestiques ou parentales et des déplacements qui vont avec, taux d’inactivité plus importants, moindre accès à des postes à responsabilité, plus grande exposition aux risques de pauvreté et de chômage sont autant d’éléments qui permettent de saisir que les femmes ont une plus grande propension à être immobiles, au moins à un moment de leur vie. Toutefois, comme le rappelle Jacqueline Coutras à propos des déplacements quotidiens, la plus grande immobilité des femmes découle certes des différences d’indicateurs qui servent à la mesurer (nombre, fréquence, distance parcourue entre domicile et travail ou loisir) mais aussi du fait que d’autres types de déplacements (les déplacements domestiques ou familiaux) ne sont pas pris en compte (Coutras, 1997). L’immobilité des femmes rencontrées se mesure justement à l’aune de plusieurs pratiques de mobilité et/ou d’immobilité tant résidentielle, sociale, professionnelle que spatiale.

9Sur la base de la description et mise en récit des trajectoires (résidentielle, professionnelle) et des pratiques quotidiennes des 24 femmes rencontrées, elles apparaissent immobiles à plus d’un titre.

10Par leur catégorie socioprofessionnelle – en majorité ouvrière ou employée – et par leurs revenus, elles appartiennent à la classe moyenne « inférieure » ou populaire, aussi appelée les « petits moyens » (Cartier, Coutant, Masclet et al., 2008). Les femmes interviewées en Côte-d’Or en sont plus particulièrement issues. En effet, la périphérie Est de Dijon est socialement et historiquement marquée par un fort passé industriel. Sur le plan résidentiel, elles habitent dans des communes périurbaines dépendantes de l’automobile, où cette dernière est indispensable pour accéder aux commerces et services, à l’emploi et à l’école. Les ressorts de cette installation périurbaine sont doubles. Elle correspond d’abord à la volonté d’accéder à la propriété d’une maison individuelle rendue possible par de faibles prix du foncier (Berger, 2004). Cet investissement patrimonial dans la maison et la sphère résidentielle est d’autant plus important compte tenu du profil social des personnes rencontrées qui y voient un moyen d’améliorer leur position sociale, de compenser la dimension professionnelle insatisfaisante de leur identité sociale (Debroux, 2011). À cette approche patrimoniale qui concerne 19 des 28 ménages s’ajoute la volonté de rester dans un territoire dont ces femmes sont natives, où elles ont grandi et ont leur réseau social (famille, amis, etc.) et donc un moyen de compenser leur vulnérabilité économique éventuelle. C’est notamment le cas des neuf ménages non propriétaires qui ont des revenus insuffisants au moment de l’enquête pour accéder à la propriété. Si toutes ne sont pas natives des territoires périurbains parcourus, beaucoup sont issues de territoires aux caractéristiques similaires, c’est-à-dire dépendants de l’automobile, qui ont été privilégiés ensuite pour leur installation résidentielle. Sur le plan résidentiel et social, les femmes rencontrées sont dans des situations stables, vécues comme telles. La continuité ou le retour à du périurbain dans les trajectoires résidentielles de ces femmes a un impact direct sur leurs déplacements quotidiens. Elles ont été socialisées à ces territoires, à leur éloignement vis-à-vis des aménités urbaines et donc à l’usage incontournable de l’automobile qui les accompagne (Pinson & Thomann, 2002). Cette dernière constitue le mode privilégié de leurs déplacements quotidiens. Cependant, plusieurs d’entre elles (5) ne savent pas conduire et n’ont pas le permis. Soit elles sont inactives (« femme au foyer »), soit elles sont dijonnaises et ont été ouvrières. Aujourd’hui au chômage ou en reconversion, ces femmes covoituraient facilement avec leurs voisins qui travaillaient dans les mêmes usines, aux mêmes horaires. Généralement, ces femmes sans permis sont dépendantes des membres de leurs familles (conjoint, enfants quand ils sont assez grands, etc.) ou de leur voisinage pour se déplacer. Leurs déplacements sont de fait peu fréquents et ont plutôt lieu le week-end, quand leurs accompagnateurs sont disponibles.

11Au quotidien, pour les femmes actives occupées (soit 14 femmes), une seule est professionnelle mobile, c’est-à-dire amenée à se déplacer fréquemment dans le cadre de son activité, contre six hommes. Elle est aide à domicile, métier du care féminisé, non qualifié, dans lequel les déplacements sont peu valorisés (Jany-Catrice, 2007). Les autres femmes actives occupées travaillent plus près de leurs domiciles que leurs homologues masculins et que leurs conjoints, jamais plus loin et rarement à équidistance. Si les hommes rencontrés peuvent avoir des déplacements pendulaires longs (plus d’une heure pour huit d’entre eux), ce n’est jamais le cas des femmes, même célibataire et/ou sans enfant(s). Cette plus grande proximité au lieu d’emploi découle notamment du fait que quatre d’entre elles travaillent exclusivement à domicile (assistante maternelle ou assistante familiale). Les autres déplacements quotidiens de ces femmes sont polarisés aussi par leur domicile et les activités domestiques et/ou parentales : accompagnement des enfants, prise en charge des aînés (parents ou grands-parents), investissement local (mairie, association sportive, parents d’élèves, etc.), courses, formalités administratives, etc. Au sein des couples, ces activités sont variablement partagées d’un ménage à l’autre. Dans les ménages biactifs, la prise en charge est plus égalitaire, ce qui semble moins le cas dans les couples monoactifs. Toujours est-il que ces femmes nous ont dit être les principales organisatrices des activités du ménage, tant au quotidien que pour les week-ends ou les vacances et donc des déplacements qui les supportent, conformément à ce qui a déjà pu être observé dans les espaces périurbains (Ortar, 2008).

12Enfin, sur le plan familial, la plupart sont mères (20 sur 24) et sont en couple (19). Elles sont souvent devenues mères après leurs installations périurbaines et cette caractéristique a aussi un impact sur leur trajectoire professionnelle. Au moment de l’enquête, 14 sont en emploi et travaillent. Les autres sont en arrêt longue maladie ou en congé parental (3), au chômage (3), sans emploi ou inoccupées (4). Si elles ont toutes été actives occupées au cours de leurs vies, beaucoup se sont arrêtées à la naissance d’un de leurs enfants. Cinq l’ont fait de manière temporaire en prenant un congé parental de trois ans, six l’ont été plus longtemps (de 9 à 23 ans). En renonçant de manière temporaire ou plus durable à leur activité professionnelle et aux déplacements qui l’accompagnent pour élever leurs enfants, ces femmes sont ou ont été immobiles sur le plan professionnel. À cette immobilité professionnelle s’ajoute une relative immobilité spatiale au quotidien dans la mesure où elles restent à domicile pour élever leurs enfants ou à sa proximité immédiate pour les accompagner (à l’école ou à leurs activités extrascolaires) en vertu de l’archétype du parent taxi périurbain (Dodier, 2007). L’immobilité spatiale concerne autant les inoccupées ou les inactives que les actives qui ont, pour la même raison, reconfiguré leur activité professionnelle en changeant de profession ou en se relocalisant plus près de leur domicile pour maintenir leur localisation résidentielle familiale (Ortar, 2008).

13In fine, les femmes rencontrées sont ou ont fait preuve d’immobilité sur un plan professionnel (arrêt temporaire ou définitif, réalisé ou prévu) et au quotidien (déplacements à proximité immédiate du domicile), dans une moindre mesure sur un plan social et/ou résidentiel (pas de changement de catégorie sociale intra ou intergénérationnel mais accession à la propriété ; changement résidentiel et en même temps maintien dans un territoire familier). Plus ou moins temporaire, cette immobilité féminine est protéiforme et, en même temps, n’est jamais pensée comme totale. La principale raison renvoie à la caractéristique économique de ces ménages qui sont modestes. La biactivité et donc l’activité professionnelle féminine constituent le modèle social dominant (de Singly, 2004) pour subvenir aux besoins du foyer, pour rembourser le crédit immobilier qui fonde le désir de réalisation sociale par la propriété.

14Au-delà du constat de leur immobilité, ces femmes périurbaines modestes donnent à réfléchir sur le continuum entre mobilité et immobilité dans la mesure où l’une et l’autre, dans leurs différentes formes ou natures, coexistent. Dans le discours de ces femmes, l’immobilité et la mobilité font plus que coexister. Elles entretiennent des liens complexes et des interdépendances où elles deviennent le support respectif les unes des autres. Si le fait que l’immobilité soit le support de la mobilité est le lien habituellement illustré entre ces deux notions, la réciproque (la mobilité support d’immobilité) ressort aussi des entretiens effectués.

L’immobilité féminine support de mobilité(s) : un approfondissement du lien habituel entre mobilité et immobilité

15La première cause de l’immobilité de ces femmes périurbaines modestes tant sur le plan professionnel que spatial tient à leurs enfants et la prise en charge de leurs activités qui les limitent dans un environnement immédiat à proximité de leur domicile. Ce faisant, ces femmes entretiennent l’image du repli domestique qui coïncide avec l’installation dans un territoire périurbain (Sencébé, 2007), peu importe l’origine sociale ou la trajectoire résidentielle des ménages considérés. Plus encore, leur immobilité soulignerait l’attachement féminin au domicile (Rogers & Thébaud, 2008) renforcé par la culture maternelle ou maternante propre au périurbain (Dowling, 2000 ; England, 1993). Plusieurs arguments tendent à modérer la radicalité de cette captivité ou enfermement féminin périurbain. Déjà, les pères prennent également en charge des activités liées au foyer et surtout aux enfants. S’ils prennent plus particulièrement à leur compte des activités spécifiques comme l’accompagnement aux loisirs (Brugeilles & Sebille, 2009), ils jouent néanmoins un rôle actif dans leur prise en charge en vertu de la nouvelle répartition des rôles au sein des couples basée justement sur la parentalité (Barrère-Maurisson, 2012). La place de la mère et sa supposée disponibilité pour sa progéniture demeure socialement forte et peu discutée (Garcia, 2011). L’imaginaire des rôles parentaux reste très genré (Lécossais, 2014) et la reconnaissance de la place et du rôle du père ne va pas de soi (Castelain-Meunier, 2002). S’il est plus ou moins négocié avec le conjoint, mis en regard de leurs aspirations professionnelles et surtout conçu comme temporaire, l’arbitrage entre activité professionnelle et activité parentale est souvent au profit de cette dernière. C’est notamment le cas pour les femmes qui ont fait le choix d’arrêter leur activité professionnelle.

« J’ai fait des études, j’ai une maîtrise de droit et j’ai arrêté de travailler à la naissance de mes filles. J’ai préféré privilégier ma famille que de continuer à travailler avec des horaires pas possibles et de laisser mes enfants à garder à d’autres personnes. […] Non, parce que moi, je faisais le syndic, donc, pas le week-end, mais tard le soir pour les assemblées. Je ne pouvais demander à mon mari faire sa journée, plus les soirées à la maison, quoi. » Marie-Lou (43 ans), mariée, femme au foyer, trois enfants (un fils de 16 ans et des jumelles de 12 ans), Côte-d’Or.
« Donc, j’avais arrêté quand je suis tombée enceinte de ma fille jusqu’à l’année dernière, donc j’avais pris un congé parental et donc, je n’ai pas repris tout de suite parce que je ne savais pas comment était la convention encore et puis je n’avais pas envie... En fait, je voulais trouver un travail avec les enfants, mais à l'extérieur de chez moi et j’avais quelque chose qui ne s’est pas fait, donc j’ai repris à la maison [comme assistante maternelle] parce qu’avec Anaïs [sa fille qui a de très nombreuses allergies], c’est vrai que ce n’est pas facile ». Julie, assistante maternelle à domicile (45 ans), mariée, trois enfants (18, 13 et 7 ans), Seine-et-Marne.

16D’autres décisions peuvent être prises dans une situation analogue de manière à ne pas renoncer totalement à une activité professionnelle rémunératrice qui participe au remboursement du crédit immobilier. Outre le passage à temps partiel, elles ont surtout tendance à rapprocher leur travail de leur domicile :

« Mais quand je commence à 8 heures, 8 heures 45, là, après, je mettais une heure pour y aller, quoi, en voiture. Et puis après pour ma petite, ben, il faut l’emmener super tôt chez la nounou, ce n’est pas pratique non plus. Donc, moi, mon objectif pour la suite, c’est d’être en congé parental, mais en même temps, je cherche un petit peu… trouver un travail, ben, dans le coin, soit faire une mutation » Tiphaine (34 ans), mariée, deux enfants (5 ans et 7 mois), assistante de puéricultrice à Villiers-sur-Marne (congé parental), Seine-et-Marne.

17Si certaines se rapprochent, d’autres refusent de s’en éloigner. Sylvia (37 ans, mère de deux enfants de 11 ans) est conseillère clientèle en banque à Genlis. Elle a plutôt fait le choix de refuser toute possibilité de mutation pour ses enfants : « J’avais 30 ans, j’avais déjà mes enfants, j’ai dit : "moi, je ne suis pas mobile". Donc ils [sa hiérarchie] savent qu’ils peuvent m’envoyer à 30 kilomètres autour de Dijon mais dans le secteur [l’est dijonnais] ». Les mutations sont pourtant incontournables pour évoluer sur le plan professionnel et espérer passer un jour au statut supérieur.

18L’immobilité de ces femmes est le support de plusieurs formes de mobilité. La première est celle de leurs enfants. Également, en restant à proximité du domicile et en prenant à leur charge une plus grande partie des activités domestiques, les femmes permettent à leur conjoint de maintenir leur propre mobilité, d’abord au quotidien et plus rarement professionnelle (pour les deux hommes cadres de notre échantillon). Mais, principalement, leur immobilité est surtout le support de leur propre mobilité existentielle pour reprendre une des dimensions soulignées par Anne Barrère et Danilo Martucelli : l’acquisition de leur nouveau rôle de mère (Barrère & Martucelli, 2005). La maternité constitue une transformation existentielle, un changement de position sociale qui motive le renoncement à plusieurs formes de mobilité. Ce choix est socialement construit. Il découle à la fois de l’émergence du parentalisme (Barrère-Maurisson, 2012) et du maintien de modèles de partages des rôles plus anciens et socialement marqués (Gojard, 2010) comme en témoigne Floriane : « Mon mari, lui, il refuse que je travaille. Il est de la vieille école, comme on dit. Donc la femme, c’est à la maison et lui, il doit bosser pour le foyer, il a été élevé comme ça ».

19Le choix d’une immobilité professionnelle temporaire est surtout le résultat des conditions d’emploi et de revenus des femmes rencontrées. La nature et les conditions des emplois qu’elles occupent (hôtesse de caisse ou de vente, ouvrière à la chaîne, aide-soignante, assistante de puériculture) incitent à un arbitrage en faveur du renoncement à l’activité comme peut en témoigner l’extrait ci-dessous :

« Hôtesse de caisse, on peut bosser un peu à n’importe quelle heure. [ …] Des fois, c’est 8 h 30 jusqu’à 16 h 30. Sans coupure, rien du tout. Enfin, une petite coupure de 15 minutes, ce n’est pas énorme. Même enceinte ! […] Hôtesse de caisse, ce n’est pas un travail… quand on a des enfants, on ne peut pas. C’est mieux quand on est à l’école ou quand on est jeune pour apprendre, c’est bien. Mais là avec des enfants, ce n’est pas possible. À cause des horaires et puis, bon, ben leur politique de faire des heures supplémentaires eh ben, quand tu as rendez-vous pour aller chercher les enfants à l’école, si tu n’es pas d’accord eh ben, tu as le droit à une lettre. C’est vraiment le merdier. » Sandra (26 ans), mariée, hôtesse de caisse en congé parental, deux fils (6 ans et 9 mois), Seine-et-Marne.

20Un tel renoncement à l’activité professionnelle est possible économiquement dans la mesure où il est compensé par des allocations sociales. Mais ces aides sont temporaires et le retour à l’activité professionnelle est alors nécessaire pour permettre de continuer à rembourser l’emprunt immobilier. S’il est temporairement valorisé par la cause de l’enfant, l’arrêt professionnel l’est socialement moins quand il devient durable. Parmi les quatre femmes qui se sont arrêtées plus longtemps, deux l’ont motivé par le fait qu’elles ont eu des enfants handicapés (et donc des aides financières plus longtemps) et les deux autres sont issues de classes moyennes à supérieures où le modèle de la femme au foyer et de l’arrêt de l’activité est plus dominant (de Singly, 2004).

21En somme, l’immobilité professionnelle et spatiale de ces femmes peut être vue comme le support de la mobilité : celles de leurs enfants (au quotidien), celles de leur conjoint (plus au quotidien et moins sur le plan professionnel) et surtout de leur propre mobilité statutaire ou expérientielle. Cette immobilité, surtout professionnelle, est vue et restituée comme temporaire. Mais elle est relativement partagée. Même les femmes jeunes et sans enfant qui formulent le projet d’en avoir ont mentionné vouloir s’arrêter temporairement. Si le versant habituel du continuum entre mobilité et immobilité est ici retrouvé, il apparaît approfondi dans la mesure où sont prises en compte les interactions entre l’immobilité et la mobilité de différents individus mais aussi entre plusieurs formes et dimensions de ces mêmes notions. En gardant une approche interactive aussi bien de leurs formes que de leurs auteurs, nous allons voir que l’immobilité a également pour support d’autres formes de mobilité.

Quand se déplacer est générateur d’immobilité : dépasser et renouveler le continuum entre mobilité et immobilité

22Le renoncement temporaire à l’activité professionnelle des femmes que nous avons rencontrées découle certes de leurs conditions d’emploi et de revenus qui permettent un arbitrage financier en faveur d’aides pour rester à domicile. La nature de leur localisation résidentielle et le coût (temporel, financier) de déplacement entre domicile et travail jouent aussi un rôle important dans ce choix :

« Tiphaine : En nourrice, on en avait pour 250 € par mois [pour l’aîné]. Éloïse, ma petite, il faudra compter 6, 7, 8 ou 850 € à peu près tous les mois, plus les 300 € d’essence, ça fait 1 100, 1 200, plus la nourriture puisque je vais manger là-bas. C’est quand même 4 € le repas, hein, le plateau, donc… moi, je touche 1 300 €, et mon salaire, il y passe entièrement […]
Landry : Oui, et puis après, c’est toujours le problème, oui, de l’emmener le matin, parce qu’elle commence à 7 h30, moi, je pars à 6h, vous voyez, ce n’est pas évident. Moi, je dois partir à 6 heures.
Tiphaine : Quand on mettait Baptiste en nourrice, on le levait, il était 4 h 30-5 h 45. […] Le soir, il arrivait, il ne voulait même pas manger, il voulait aller se coucher. Alors, maintenant, c’est plus facile… » Tiphaine (34 ans) et Landry (34 ans), mariés, lui est militaire sur Paris et elle est assistante de puéricultrice à Villiers-sur-Marne (congé parental), Seine-et-Marne.

23La pénibilité des déplacements entre domicile et travail a conduit plusieurs femmes à renoncer à leur activité professionnelle. C’est en tout cas un des éléments cités. D’autres ont fait le choix de la conserver mais se sont relocalisées à proximité, de manière à être rapidement disponible en cas de besoin, ce qui ne leur était pas possible auparavant. Le passage à l’emploi à domicile rentre particulièrement dans ce cas de figure qui permet de concilier vie professionnelle et vie parentale. À l’inverse, quand les enfants grandissent et deviennent plus autonomes ou qu’ils quittent le domicile parental, les femmes rencontrées disent avoir pu choisir des lieux d’emplois plus éloignés temporellement et/ou spatialement de leurs domiciles. Toujours est-il que les caractéristiques de leurs déplacements domicile-travail ont conduit plusieurs d’entre elles à renoncer à ces déplacements et à l’activité professionnelle qui les générait, voire à toute activité de ce type. C’est d’autant plus le cas pour les femmes dont le conjoint a des déplacements fréquents ou lointains pour leur travail, qui l’éloignent sur de grandes plages horaires du domicile et donc de la prise en charge des enfants.

24Au sein des couples, il est possible d’interroger la mobilité supposée des uns et des autres. Les pratiques de déplacement et les activités professionnelles du couple et souvent de l’homme constituent le support financier sur lequel reposent leur domicile (remboursement du crédit immobilier) et les activités de loisirs. Ces dernières sont souvent réalisées à domicile ou dans son voisinage immédiat, ce qui est assez logique compte tenu du territoire investigué et des catégories sociales rencontrées. La propension des membres du ménage à rester (près de) chez eux, à leur domicile est principalement permise par les revenus professionnels, notamment ceux de l’homme et donc par ses déplacements. Il est plus facile de s’en rendre compte pour les ménages dont l’homme est professionnel mobile, c’est-à-dire amené à se déplacer régulièrement dans le cadre de son activité, voire à être absent plusieurs jours ou semaines. Malgré les aides sociales diverses et variées, le choix de rester à domicile ou à sa proximité amènent les femmes à reconfigurer leurs propres activités professionnelles. Cette reconfiguration s’accompagne souvent d’une perte de revenus que tous les ménages ne considèrent pas pouvoir se permettre. Pour compenser ou maintenir un niveau de vie qu’ils jugent suffisants, l’homme est devenu professionnel mobile, les déplacements à longue portée s’accompagnant souvent d’un surcroît de salaire.

« C’est… c’est surtout les déplacements, c’est pour ça qu’il a repris les déplacements parce que c’étaient les déplacements qui nous permettent de faire toutes les choses extérieures, en fait. […] Son salaire nous paye nos prêts, la maison. Avec le mien, c’est tout ce qui est commissions, vêture. […] Quand il n’avait pas ce travail, il était là tout le temps, on était trop coupés à la gorge. […] On payait ce qu’on avait à payer puis point » Céline (34 ans), assistante maternelle à domicile, mariée à Éric (35 ans) qui est conducteur routier sur la France entière, trois enfants (12, 11 et 8 ans), Côte-d’Or.
« Et le papa, il n’est pas là parce qu’il est parti... il part en déplacement au mois, il est en Bretagne en ce moment, à Quiberon. […] Il est plaquiste, pour l’entreprise X à Dijon. Mais il fait des déplacements parce qu’on gagne plus en déplacement. Avec un salaire de... ben, quand il est sur Dijon, il se fait 1 200 € par mois. Et là, c’est 1 400 plus 900. Donc… Un peu plus, 900 € de prime par déplacement. Donc, voilà, ce qui permet de faire tourner un peu mieux la maison. Il n'y a que ça qui rentre par mois, c'est le fric de mon mari. » Floriane (37 ans), mariée, au chômage après une longue période d’inactivité, une fille (11 ans), Côte-d’Or.

25Le surcroît de salaire est consacré à compenser la perte de revenus liée à l’arrêt ou à la moindre activité professionnelle de leur conjointe. Dans les deux cas précédents, les déplacements professionnels de l’homme permettent de faire face aux dépenses liées au domicile et donc à la femme d’y rester, surtout si cette dernière a fait le choix de renoncer temporairement à son activité. Dans ce cas, le fait que l’homme se déplace pour aller à son travail est directement (primes de déplacement) ou indirectement (déplacements qui matérialisent une activité professionnelle rémunérée) la condition sine qua non de l’immobilité de ces femmes périurbaines.

26Pour finir, les personnes ont souvent utilisé le qualificatif de casanier ou ses équivalents pour décrire leurs pratiques du week-end ou de vacances. En vertu de l’idéal périurbain du « home sweet home », le descriptif est assez partagé dans les ménages. Mais les femmes ont plutôt tendance à l’utiliser pour décrire leurs conjoints. C’est notamment le cas d’Émilie, la compagne d’Akif (Seine-et-Marne) qui le reconnait lui-même :

« Et donc, les vacances, il vous arrive de partir en vacances ?
Émilie : Non. Ou moi toute seule.
Et pour quelles raisons ?
Émilie : Il ne veut pas partir.
Akif : Non, je préfère rester là. Ça ne me dit rien de partir, de toute façon.
Émilie : C’est un ermite, hein ! ». Émilie (26 ans) et Akif (40 ans), elle était serveuse à Paris et vient de se trouver un poste analogue sur Provins (à cinq minutes de chez eux), il est agent d’entretien à la Ville de Paris, sans enfant pour le moment (lui a deux enfants qui ne vivent pas avec eux), Seine-et-Marne.

27La moindre velléité masculine à sortir de chez soi le week-end interroge leur mobilité, sa portée. Ainsi, en reprenant la distinction opérée par Roderick McKenzie (1927) entre mobilité et fluidité, les hommes seraient plus fluides que mobiles. Par fluidité sont désignées des pratiques de déplacements réversibles, avec retour au point de départ sans transformation majeure de la part du sujet. Ainsi, par leur réversibilité, les déplacements domicile-travail relèveraient plus de la fluidité que de la mobilité (Gallez & Kaufmann, 2009 ; Kaufmann, 2008). Si les hommes se déplacent plus (en temps, fréquence et distance) pour des motifs professionnels que leurs conjointes et sont donc plus absents ou loin du domicile qu’elles, ces derniers feraient plus preuve de fluidité que de mobilité. Il est même possible de pousser encore plus loin le raisonnement en soulignant que cette fluidité masculine est le support même de l’immobilité féminine vue plus haut comme le reflet d’une mobilité plus existentielle, celle du passage au statut de parent et les décisions que cette forme de mobilité implique pour les femmes.

Conclusions

28Les femmes rencontrées sont ou ont été immobiles à plusieurs titres. Elles ne se déplacent pas ou peu, restent essentiellement près de leurs domiciles, ont renoncé temporairement ou durablement à leurs activités professionnelles, les limitant temporellement et spatialement. Ces constats sont à mettre en lien avec les mutations qu’elles ont connues de leur statut et de leur rôle en devenant parent mais aussi propriétaire dans le périurbain. Ainsi leur immobilité relative supporte les conséquences d’une mobilité familiale, plus précisément parentale. L’immobilité des femmes périurbaines est donc aussi le support de la mobilité de leurs enfants et de leurs conjoints autant que le reflet de leur mobilité statutaire ou expérientielle. À l’inverse, ces pratiques de mobilité féminine et masculine sont productrices d’immobilités. En effet, la pénibilité des déplacements périurbains vers le travail est un argument central dans le renoncement de ces femmes à leurs activités professionnelles. De même, elle permet aussi de comprendre la relative immobilité des ménages lors des week-ends et plus particulièrement celles des hommes. Enfin, les mobilités de ces derniers constituent le support plus ou moins direct de l’immobilité de leurs conjointes.

29Au final, immobilité et mobilité apparaissent profondément liées et interdépendantes dès lors que leur prise en compte n’est pas limitée à la seule échelle individuelle et à une seule de leur forme. L’analyse qui précède ne prétend pas épuiser l’ensemble des relations possibles entre ces deux notions. Mais, dans sa visée illustrative, elle souligne toute la complexité du continuum entre mobilité et immobilité. Prendre en compte l’immobilité à part entière revient à ne pas la réduire à une forme de mobilité et à ne pas la considérer comme son antithèse puisque chacune peut être le support de l’autre. Plus généralement, l’immobilité ici examinée interroge les imaginaires associés à la mobilité. Si l’imaginaire contemporain où tout est mobilité tend à perdre en force, l’imaginaire moderne où l’immobilité est finalité n’est pas forcément plus pertinent pour saisir les interdépendances vues plus haut. Ni l’une, ni l’autre ne sont la finalité de parcours de vie.

Haut de page

Bibliographie

Adey P. (2006), « If Mobility is Everything Then it is Nothing: Towards a Relational Politics of (Im)mobilities », Mobilities, vol. 1, n° 1, pp. 75-94.

Albouy V., Djider Z. & A. Mainguene (2012), « Activité, emploi, salaires et retraites : la convergence des situations entre hommes et femmes s’opère, mais parfois bien lentement », dans Femmes et Hommes - Regards sur la parité, Paris, Insee, pp. 19-26.

Bacqué M.-H. & S. Fol (2007), « L’inégalité face à la mobilité : du constat à l’injonction », Revue Suisse de Sociologie, vol. 33, n° 1, pp. 89-104.

Barrère A. & D. Martuccelli (2005), « La modernité et l’imaginaire de la mobilité : l’inflexion contemporaine », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 2005/1, n° 118, pp. 55-79.

Barrère-Maurisson M.-A. (2012), « L’évolution des rôles masculin et féminin au sein de la famille », Cahiers français, n° 371, pp. 22-29.

Bauman Z. (2000), Liquid Modernity, Cambridge, Polity Press.

Belton L. & F. De Coninck (2007), « Des frontières et des liens », Réseaux, n° 140, pp. 67-67.

Berger M. (2004), Les Périurbains de Paris : de la ville dense à la métropole éclatée ? Paris, Cnrs Éditions.

Boltanski L. & È. Chiapello (1999), Le Nouvel esprit du capitalisme, Paris, Éditions Gallimard.

É. Le Breton (2005), Bouger pour s’en sortir : mobilité quotidienne et intégration sociale, Paris, Éditions Armand Colin.

Brugeilles C. & P. Sebille (2009), « La participation des pères aux soins et à l’éducation des enfants : l’influence des rapports sociaux de sexe entre les parents et entre les générations », Politiques sociales et familiales, n° 95, pp. 19-32.

Cartier M., Coutant I., Masclet O. et Y. Siblot (2008), La France des “petits-moyens” Enquête sur la banlieue pavillonnaire, Paris, Éditions La Découverte.

Castelain-Meunier C. (2002), « The Place of Fatherhood and the Parental Role: Tensions, Ambivalence and Contradictions », Current Sociology, vol. 50, n° 2, pp. 185-201.

Coutras J. (1997), « La mobilité quotidienne et les inégalités de sexe à travers le prisme des statistiques », Recherches féministes, vol. 10, n° 2, pp. 77-90.

Cresswell T. (2010), « Towards a Politics of Mobility », Environment and Planning Part D: Society and Space, vol. 28, n° 1, pp. 17-31.

Debroux J. (2011), « Accéder à la maison individuelle en zone périurbaine : passé résidentiel, position dans le cycle de vie et sphères d’identification », Métropoles, n° 10, en ligne : http://metropoles.revues.org/4505

Demoli Y. (2014), « Les femmes prennent le volant. Les logiques sociales de la diffusion du permis et de l’usage de l’automobile auprès des femmes au cours du xxe siècle », Travail, genre et sociétés, vol. 2014/2, n° 32, pp. 119-140.

Dodier R. (2007), « Temporalités périurbaines : des navettes pendulaires à la fluidité et au conflit », Espace Populations Sociétés, n° 2-3, pp. 305-316.

Dowling R. (2000), « Cultures of Mothering and Car Use in Suburban Sydney: A Preliminary Investigation », Geoforum, vol. 31, n° 3, pp. 345-353.

England K.V.L. (1993), « Suburban Pink Collar Ghettos: The Spatial Entrapment of Women? » Annals of the Association of American Geographers, vol. 83, n° 2, pp. 225-242.

Fagnani J. (2005), « Trajets domicile-travail et modes de vie des mères actives l’exemple de l’agglomération parisienne », Treballs de la Societat Catalana de Geografia, n° 13-14, pp. 63-81.

Gallez C. & V. Kaufmann (2009), « Aux racines de la mobilité en sciences sociales » dans V. Guigueno & M. Flonneau (dir.), De l’Histoire des transports à l’histoire de la mobilité?, Rennes, Presses universitaires de Rennes, pp. 41-55.

Garcia S. (2011), Mères sous influence. De la cause des femmes à la cause des enfants, Paris, Éditions La Découverte.

Gojard S. (2010), Le Métier de mère, Paris, Éditions La Dispute.

Hannam K., Sheller M. & J. Urry (2006), « Editorial: Mobilities, Immobilities and Moorings », Mobilities, vol. 1, n° 1, pp. 1-22.

Hubert J.-P., Armoogum J., Axhausen K.W. & J.-L. Madre (2008), « Immobility and Mobility Seen Through Trip Based Versus Time Use Surveys », Transport Reviews, vol. 28, pp. 641-658.

Jany-Catrice F. (2007), « La société post industrielle et les salariés de la mobilité. Le cas des aides à domicile », Communication au colloque  « Les métiers du mouvement et l’économie de la ville », 15-16 juin, Paris. En ligne : http://www.ville-en-mouvement.com/fr/content/la-societe-post-industrielles-et-les-salaries-de-la-mobilite-le-cas-des-aides-domicile

Kaufmann V. (2008), Les Paradoxes de la mobilité : bouger, s’enraciner, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes.

Kesselring S. (2008), « The Mobile Risk Society », dans Canzler W., Kaufmann V. & S. Kesselring (DIR.), Tracing Mobilities: Towards a Cosmopolitan Perspective, Farnahm et Burlington, Ashgate Publishing, pp. 13-24.

Lécossais S. (2014), « Les mères ne sont pas des parents comme les autres », Revue française des sciences de l’information et de la communication, n° 4. En ligne : http://rfsic.revues.org/706

Madre J.-L., Axhausen K.W. & W. Brög (2007), « Immobility in Travel Diary Surveys », Transportation, vol. 34, n° 1, pp. 107-128.

Mckenzie R. (1927), « Spatial Distance and Community Organization Pattern », Social Forces, vol. 5, n° 4, pp. 623-627.

Ortar N. (2008), « Entre ville et campagne, le difficile équilibre des périurbaines lointaines », Métropoles, n° 3. En ligne: http://metropoles.revues.org/1642

Pellegrino M.G. (2012), The Politics of Proximity: Mobility and Immobility in Practice, Farnham, Ashgate Publishing, Ltd.

Pinson D. & S. Thomann (2002), La Maison en ses territoires : de la villa à la ville diffuse, Paris, Éditions L’Harmattan.

Ricroch L. (2012), « En 25 ans, moins de tâches domestiques pour les femmes, l’écart de situation avec les hommes se réduit », dans Femmes et Hommes - Regards sur la parité, Paris, Insee, pp. 67-80.

Rogers R. & F. Thébaud (2008), « Éditorial », Clio. Femmes, Genre, Histoire, n° 28, pp. 5-16.

Rougé L. (2010), « L’installation périurbaine entre risque de captivité et opportunités d’autonomisation », Articulo. Journal of Urban Research, n° 5. En ligne : http://articulo.revues.org/1440

Salazar N.B. & A. Smart (2011), « Anthropological Takes on (Im)Mobility », Identities, vol. 18, n° 6, pp. i–ix.

Sencébé Y. (2007), « Individualisme de repli sécuritaire ou d’ouverture affinitaire. La pluralité des ressorts du périurbain », Annales de la recherche urbaine, n° 102, pp. 59-67.

Sheller M. & J. Urry (2006), « The New Mobilities Paradigm », Environment and Planning Part A, vol. 38, n° 2, pp. 207-226.

Singly De F. (2004), Fortune et infortune de la femme mariée, Paris, Presses universitaires de France.

Torkington K. (2012), « Place and Lifestyle Migration: The Discursive Construction of “Glocal” Place-Identity », Mobilities, vol. 7, n° 1, pp. 71-92.

Tsing A.L. (2005), Friction: An Ethnography of Global Connection, Princeton, Princeton University Press.

Urry J. (2000), Sociology Beyond Societies: Mobilities for the Twenty-First Century, London-New York, Routledge Publisher.

Urry J. (2007), Mobilities, Cambridge, Polity Press.

Urry J. (2008), « Moving on the Mobility Turn », in Canzler W., Kaufmann V. & S. Kesselring (dir.), Tracing Mobilities: Towards a Cosmopolitan Perspective, Farnahm et Burlington, Ashgate Publishing, pp. 13-24.

Weis C. & K. W. Axhausen (2014), « Comportement des ménages et choix du mode des transports » dans OCDE, Vers des comportements plus environnementaux : vue d’ensemble de l’enquête 2011 (version révisée), Paris, OECD Publishing, pp. 127-166.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Leslie Belton-Chevallier, « Prendre en compte l’immobilité dans les imaginaires de la mobilité », SociologieS [En ligne], Dossiers, La mobilité dans tous ses états. Représentations, imaginaires et pratiques, mis en ligne le 02 novembre 2015, consulté le 29 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/5155

Haut de page

Auteur

Leslie Belton-Chevallier

Institut français des sciences et technologies sur les transports, l’aménagement et les réseaux (IFSTTAR), Département Aménagement, mobilité, environnement (AME), Laboratoire Dynamiques économiques et sociales des transports (DEST), Champs-sur-Marne (France) - leslie.belton-chevallier@ifsttar.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page