Navigation – Plan du site
La mobilité dans tous ses états. Représentations, imaginaires et pratiques

Entre espace social et espace résidentiel : des représentations différenciées de la « mobilité » en zone périurbaine

Between social space and residential space: different representations of “mobility” in outlying suburbs
Josette Debroux

Résumés

Cet article propose d’interroger les rapports à la « mobilité »  d’actifs pendulaires, qui se sont éloignés de leur emploi pour accéder à la propriété d’une maison en zone périurbaine en lien avec les trajectoires et positions sociales. Alors que la mobilité résidentielle est associée à la recherche d’une stabilité quand la trajectoire est ascendante, elle correspond à une mise en mouvement, une aventure pour ceux qui ne sont pas parvenus (ou pas encore) à réaliser leurs aspirations professionnelles. Si les premiers restent silencieux sur la pendularité ou en offrent une représentation négative, ces déplacements sont support d’images valorisées pour les seconds.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Inséparable du développement du capitalisme, au cœur du discours managérial des années 1990 (Boltanski & Chiapello, 1999), soutenant et accompagnant le processus d’individuation (Rémy, 1996) et la promotion de « l’autonomie », de la « flexibilité », la « mobilité » constitue incontestablement une « valeur montante » des sociétés contemporaines (Bacqué & Fol, 2007). La « mobilité » ne résulte pas seulement des transformations structurelles consécutives aux changements technico-économiques ; adossée à l’imaginaire collectif du xixe prônant l’ouverture, le changement, le déplacement (Borja, Coutry & Ramadier, 2013), s’inscrivant dans la lignée des « idéologies du progrès » (Fritsch, 2013), elle est aussi le produit de déterminations « idéologico-politiques » (de Montlibert, 2013). Travaillée symboliquement par une partie des classes dominantes dans les années 1950, la catégorie connaît de multiples inflexions selon les conjonctures et les intérêts des groupes qui la prônent, son caractère flou garantissant son succès. Catégorie idéologique à visée universalisante, la « mobilité » est aussi une catégorie prescriptive et normative (Borja, Coutry & Ramadier, 2013) caractérisant de multiples déplacements. Elle s’applique aussi bien aux déplacements dans l’espace social qu’aux déplacements dans l’espace géographique, elle peut concerner différentes catégories de populations. Elle peut être valorisante quand elle est professionnelle, stigmatisante quand elle est constitutive d’un mode de vie nomade, par exemple.

2Qu’en est-il des représentations de la « mobilité » du côté de ceux qui l’expérimentent ? Quels sont les domaines de pratiques dans lesquels la « mobilité » est valorisée et par qui ?

3Les actifs pendulaires, qui s’éloignent de leur emploi pour accéder à la propriété d’une maison en zone périurbaine, constituent une population privilégiée pour interroger le rapport à la « mobilité ». Non seulement ils ont connu une mobilité résidentielle mais par leur choix de localisation, ils s’inscrivent dans un mode de vie placé sous le sceau de la « mobilité », liée à la dissociation du lieu de résidence et du lieu de l’emploi et souvent des services (Baccaïni, Semecurbe & Thomas, 2007 ; Baudelle, Darris, Ollivro et al., 2004).

4Cependant, s’il existe une culture de la mobilité en zone périurbaine, si « la nature des migrations domicile-travail constitue une colonne vertébrale autour de laquelle se greffe une grande partie des pérégrinations des actifs (Hervouet, 2007, p. 41), les travaux ont montré la grande diversité des comportements de mobilité liée à des modes d’habiter socialement différenciés. Les périurbains appartenant aux catégories populaires présentent une faible mobilité hors-travail et investissent fortement le logement. Si parmi eux certains vivent « repliés » sur leur logement avec une mobilité limitée aux déplacements contraints, d’autres peuvent développer une mobilité intense au niveau local. « La faible citadinité, le grégarisme familial ou l’enracinement résidentiel » qui les caractérisent renvoient à un « habitus populaire » (Cailly & Dodier, 2007, p. 72). Les périurbains appartenant aux catégories moyennes supérieures se particularisent par une intense mobilité hors-travail, avec une forte fréquentation de la ville. Plus largement, ils sont capables d’articuler toutes les échelles, la mobilité apparaissant parfois comme source de distinction. Du point de vue de la localisation, les plus mobiles ou « hyper-mobiles » privilégient le périurbain proche, les « captifs » à très faible mobilité sont relégués dans le périurbain lointain (Ibid., 2007).

5Si les comportements de mobilité diffèrent selon les positions sociales, ils varient également selon la trajectoire résidentielle antérieure (Sencébé, 2007 ; Hervouet, 2007), selon l’âge et selon le genre (Ortar, 2008). Ces différents facteurs n’agissent pas indépendamment les uns des autres mais se combinent : avoir vécu dans un même environnement au cours de son enfance ne gomme pas les différences sociales qui structurent fortement les pratiques.

6Dans la plupart des travaux sociologiques, la position sociale est appréhendée à partir de la profession qui synthétise, de manière plus ou moins systématique, différents critères (position dans la structure productive, capital économique, capital culturel et similitude du mode de vie). Cependant, la prise en compte de la trajectoire sociale permet de comprendre, par exemple, les différences observées au sein des occupants partageant une position sociale formellement identique qu’il s’agisse de pratiques ou de représentations ou les similitudes entre occupants de positions sociales différentes (Bourdieu, 1974).

7L’accession à la propriété d’une maison qui correspond très fréquemment à une position dans le cycle de vie (stabilisation de la vie professionnelle et conjugale et arrivée des enfants) peut être mise en relation avec la trajectoire professionnelle et sociale. Parce que la sphère résidentielle est source d’identité sociale, il est possible de se construire une identité sociale qui ne se réduit pas à l’emploi occupé (Cartier, Coutant, Masclet et al., 2008). La mobilité résidentielle peut soutenir une position sociale incertaine suite à une mobilité sociale ascendante marquée par une trajectoire scolaire rarement linéaire et un accès laborieux à l’emploi (Debroux, 2013a). La mobilité résidentielle peut compenser une identité sociale insatisfaisante (Bidou, 1984 ; Collet, 2008 ; Debroux, 2013a). Dans ce cas, les aspirations sociales constituées au cours de la socialisation n’ont pu être réalisées dans la sphère professionnelle, faute souvent de réussite scolaire. La progression dans la trajectoire résidentielle permet d’améliorer l’« identité sociale » dans un contexte où les possibilités de connaître une mobilité professionnelle ascendante se réduisent.

8Dès lors, on peut se demander si les accédants à la propriété d’une maison en périurbain partagent des représentions analogues de la mobilité résidentielle selon la position qu’ils occupent dans l’espace social et les caractéristiques de leur trajectoire sociale. Comment perçoivent-ils la pendularité qui, bien qu’elle soit une « épreuve » (Oppenchaim, 2011) fait cependant l’objet d’appropriations différenciées (Vincent-Geslin & Joly, 2012) ?

Méthode et terrain d’enquête

9Pour répondre à ces questions, nous avons mobilisé la méthode d’enquête par entretiens biographiques qui permet de reconstruire finement les parcours biographiques dans leur complexité et de tenir compte des termes et expressions utilisés car « user de mots différents, ce n’est pas seulement se distinguer par la forme pour exprimer la même chose, c’est désigner des réalités différentes et se référer à des expériences sociales particulières… » (Baudelot & Gollac, 2003, p. 58). Les entretiens portent notamment sur les trajectoires sociales et résidentielles intergénérationnelles des lignées maternelle et paternelle, la trajectoire scolaire et le rapport aux études, l’entrée dans la vie active, les habitudes résidentielles, la perception de la mobilité alternante, les pratiques de loisirs, le rapport à la sphère locale. L’enquête ne visait pas à rendre compte de l’ensemble du schéma de déplacement des ménages sur un temps donné.

  • 1 INSEE, Recensement général de la population 2008.

10L’analyse s’appuie sur 24 entretiens réalisés auprès d’hommes et de femmes qui ont accédé à la propriété d’une maison entre 1996 et 2008 dans deux communes périurbaines situées à une trentaine de kilomètres de Grenoble au profil social contrasté. La première commune, une commune touristique d’environ 2 500 habitants (avec une petite station de ski), présente un profil bourgeois : les cadres et professions intellectuelles supérieures et les professions intermédiaires représentent respectivement 28 et 31 % de la population active, les employés et ouvriers 20 et 9 % 1. Cette commune qui a connu un apport migratoire constant depuis les années 1970 offre de nombreux services de proximité, compte de très nombreuses associations sportives.

11La seconde commune de 550 habitants, située en plaine, est nettement plus populaire. Les cadres et professions intellectuelles supérieures et les professions intermédiaires représentent respectivement 13 % et 26 % de la population active, les ouvriers 36 % et les employés 20 %. Elle se caractérise par la quasi-absence de services.

12Pour éviter de comparer des ménages inégalement confrontés à la mobilité quotidienne selon leur position dans le cycle de vie, nous avons retenu des individus âgés de moins de 40 ans au moment de l’installation (17 sur 24 ont au plus 35 ans), la plupart ont déjà au moins un ou deux enfants. Aucun n’est originaire de la commune d’installation ni des communes limitrophes et aucun ne compte un membre de sa famille proche ou éloignée qui y réside. Dans tous les ménages, au moins un des deux conjoints travaille à Grenoble ou en proche banlieue et dans 16 ménages sur 24, les deux membres du couple sont des navetteurs. Dans seulement quatre ménages, la conjointe ne travaille pas au moment de l’installation ; deux d’entre elles ne travaillaient pas avant l’installation. Dans les autres cas, les hommes se sont installés à leur compte, mobilités résidentielle et professionnelle se conjuguent.

13En termes de localisation, les ménages relevant de la catégorie des cadres et professions intellectuelles supérieures résident dans la commune touristique, les ménages appartenant aux catégories intermédiaires et populaires se retrouvent dans les deux communes, les ménages populaires étant moins représentés dans la commune touristique.

14Les représentations de la mobilité résidentielle diffèrent nettement selon la position sociale et la pente de trajectoire : alors que la progression dans la trajectoire résidentielle est associée à la recherche d’une stabilité quand la trajectoire est ascendante, elle correspond à une mise en mouvement, une aventure pour ceux qui ne sont pas parvenus (ou pas encore) à occuper une position professionnelle et sociale en adéquation avec leurs aspirations sociales. Si les premiers restent silencieux sur la pendularité ou en offrent une représentation négative, ces déplacements sont support d’images valorisées pour les seconds.

Des représentations contrastées de la mobilité résidentielle vers le périurbain selon la position sociale et la trajectoire

En quête de stabilité

  • 2 Il s’agit ici de la mobilité sociale « objective ».

15Dans plus de la moitié des ménages, l’homme a connu une mobilité sociale ascendante, occupant une position sociale conforme aux attentes de sa famille d’origine. Alors que leurs pères sont ouvriers, maçons, facteurs, employés, agents commerciaux, artisans, ils sont cadres du public ou du privé, urbanistes, chargés de recherche, ingénieurs, enseignants. La mobilité sociale intergénérationnelle peut être de plus faible amplitude, ils occupent des emplois de technicien, infirmier avec des pères ouvriers, maçon 2. La plupart des conjointes appartiennent à la même profession ou catégories socioprofessionnelle (PCS) que leur père (sans pour autant exercer le même métier). Elles présentent des trajectoires diverses mais ont en commun d’entretenir un rapport souvent distancié à l’activité professionnelle, soutenant la progression sociale leur conjoint. Certaines ont renoncé à leur emploi à l’arrivée de leurs enfants, les autres l’occupent à temps partiel. Les conjoints ont très souvent vécu au cours de leur enfance en maison, dans une commune périurbaine ou rurale. Avant leur installation, les ménages sont très majoritairement locataires d’un appartement en banlieue ou dans le périurbain proche de Grenoble ou d’une autre ville.

16Le passé qu’ils reconstruisent sous forme de « trajectoire » comme processus d’accumulation est dominé par le mouvement, la progression, plus ou moins laborieuse, dans l’ordre scolaire puis professionnel vers un but à atteindre très souvent flou. La mobilité géographique qui accompagne la progression dans la trajectoire scolaire ou professionnelle va de soi. Quitter sa famille pour suivre des études, déménager pour accéder à un emploi ne suscitent aucun tiraillement, ils disent avoir réalisé leur « envie » de « partir ».

17S’ils ont intériorisé les attentes scolaires de leurs parents, considérant la poursuite d’études comme « naturelle », rares sont ceux, en effet, qui déclarent rétrospectivement avoir suivi des études pour exercer un métier particulier. Ces trajectoires ascendantes rarement linéaires et dont l’issue est incertaine sont cependant source de tensions (Debroux, 2013b).

18Vincent, fils d’un vendeur devenu agent commercial et d’une mère assistante sociale, originaire d’une petite commune près de Clermont-Ferrand a suivi ses études à Clermont-Ferrand. Il s’inscrit en médecine « sans savoir pourquoi », échoue à deux reprise au concours d’entrée en 2e année, s’inscrit en faculté de physique « parce qu’il a été formé là-dedans ». Au cours de ses études, il « prend goût » à la physique et poursuit jusqu’au doctorat. Il échoue au concours de maître de conférences et dit avoir alors « envie de partir » : « Il y avait une envie de partir, parce que quand j’ai cherché le post-doc j’ai pas cherché de post-doc en France, j’ai pas cherché qu’aux États-Unis, j’ai cherché dans d’autres pays en Angleterre, en Allemagne ».

19Il obtient un post-doc de deux ans aux États-Unis, suivi par un autre post-doc à Grenoble qui lui permet d’obtenir un emploi de chargé de recherche. L’issue de la progression dans l’espace social est présentée a posteriori comme incertaine : « Moi j’ai trouvé ça un peu long et un peu inquiétant de pas savoir où j’allais atterrir, dans quelles conditions d’autant plus qu’avoir un job c’était pas non plus garanti ».

20Dans leur discours, l’accession à la propriété d’une maison « en retrait de la ville » (Vincent) s’impose de manière évidente quand la situation professionnelle et conjugale le permet, marquant une stabilisation dans l’itinéraire résidentiel qui a accompagné leur mobilité ascendante. À rebours de la mobilité sociale qui les a conduits vers un milieu auquel ils ne se sentent pas encore tout à fait appartenir, la mobilité résidentielle leur permet de renouer avec les habitudes résidentielles de leur milieu d’origine, évitant ainsi tout effort d’ajustement (Debroux, 2013a). Si, dans un premier temps, le périurbain proche est privilégié, ils s’éloignent de leur emploi et de la ville pour accéder à la propriété à un coût moindre. Pour rassurer, l’accession qui objective leur nouvelle position sociale ne doit pas les contraindre économiquement. Le lieu finalement retenu n’est pas inconnu, familiarité qui témoigne de velléités d’ancrage. En effet, il s’agit souvent d’un lieu de promenade où résident parfois des collègues de travail, plus rarement des amis auxquels ils sont venus rendre visite.

21Dominique et Christian, tous deux ingénieurs (elle est fille de médecins, il est fils d’un artisan et d’une mère au foyer) résident dans un appartement en location situé dans une commune périurbaine à 10 km de Grenoble et de leurs emplois quand ils décident d’acheter une maison. Christian a vécu en banlieue parisienne au cours de son enfance, Dominique est originaire d’une commune rurale près d’Aix-en-Provence. Ils ont non seulement le projet d’avoir des enfants mais d’être propriétaires. Tous deux ont vécu en maison et souhaitent avoir une maison « plutôt à la campagne », environnement dans lequel Dominique a grandi. Ils renoncent à une localisation plus proche de leur emploi et de Grenoble, estimant que les prix trop élevés les contraindraient à modifier leur mode de vie : « On veut pas que ça ait de l’incidence sur ce qu’on a envie de faire […] on a juste essayé de voir si on était capable de rembourser et de continuer à vivre et on a fait attention si un de nous deux perdait son emploi ».

22La commune dans laquelle ils réalisent leur projet leur est familière : « Au départ on était venu se balader, ça nous a bien plu et ensuite on a connu des gens qui étaient installés ici, on y venait souvent donc on s’est dit on va s’installer ici… ». Ils ont été sensibles aux propriétés distinctives de la commune (une commune touristique) et à ses services (commerces, services médicaux et paramédicaux, activités de loisirs…) afin de réduire les déplacements liés à la vie quotidienne : « Ben ici ce qu’on trouvait sympa ? […] il y a tout ce qu’il faut, aussi bien pour les enfants que pour les grands, à portée de la main ».

23Ces enquêtés ne nourrissent pas de nouveaux rêves résidentiels, quelle que soit l’ancienneté de leur installation mais se disent disposés à déménager pour des raisons professionnelles, ayant intériorisé l’idée que, pour les cadres, la mobilité géographique conditionne la progression dans la carrière. Si Dominique et Christian souhaitent avant tout finir leur maison, ils n’excluent pas, plus tard, un déménagement pour « raison professionnelle », espérant cependant ne pas être confrontés à la situation. Ils se sont attachés au « chez soi » qu’ils viennent de construire et à son environnement.

24Pour les enquêtés en situation de mobilité ascendante et pour leur conjointe, la mobilité résidentielle ne prend pas les traits de l’aventure. Leur choix de localisation qui ne les rapproche pas de leur famille d’origine leur permet néanmoins d’actualiser des goûts, manières d’être construits au cours de leur enfance qui les rassurent (Debroux, 2013b).

Se mettre en mouvement

25Dans ce second ensemble de ménages, un des conjoints (souvent l’homme mais parfois la femme qui s’inscrit dans une logique de carrière) n’a pu réaliser, dans la sphère professionnelle, ses aspirations sociales, occupant une position analogue à celle de son père. Ils sont techniciens avec un père technicien ou agent de maîtrise, enseignant avec un père enseignant, ouvrier avec un père ouvrier, employé avec un père ouvrier. Les femmes sont plus nombreuses que les hommes à avoir connu un déclassement. Si certains enquêtés de milieux populaires affirment s’être opposés aux souhaits de leurs parents de les voir poursuivre leurs études, la plupart n’ont pu mener à terme les études engagées et accéder au métier et à la position sociale auxquels ils aspiraient. Le récit des trajectoires scolaire et professionnelle est émaillé d’échecs, de renoncements. La progression dans la trajectoire scolaire puis professionnelle est très souvent présentée comme difficile. Aurélie, en congé parental au moment de l’enquête, est âgée de 32 ans. Sa mère est infirmière devenue cadre (elle est responsable de plusieurs crèches). Après la classe de 3e, Aurélie choisit une section d’arts appliqués qui l’oblige à quitter Grenoble où elle réside avec sa mère pour Nîmes. À la fin de son année de seconde, elle revient à Grenoble, vivant difficilement l’éloignement. L’enseignement à Grenoble ne lui « convient pas », elle quitte le lycée trois mois avant les épreuves du baccalauréat. Elle cumule des « petits boulots », « tombe enceinte » et se retrouve très vite seule pour élever sa fille avant de rencontrer son nouveau conjoint, un artisan qui a hérité de la petite entreprise de son père. Rétrospectivement, Aurélie regrette d’avoir abandonné ses études mais aussi sa maternité précoce :

« Déjà, ne pas être allée passer mon bac, je pense que c'était une grosse stupidité avec le recul […] si je pouvais changer quelque chose aussi ce serait le fait d'avoir ma fille un peu plus tard […] parce que quand je vois tout ce que mes amis ont vécu… Et tout ce que moi j'ai pas pu faire, c'est vrai que des fois c'est dur […] je me dis que peut-être si j'avais pas eu ma fille à ce moment-là, j'aurais peut-être pris le temps de réfléchir, de refaire une formation ou de reprendre les études, de refaire quelque chose mais je pense que honnêtement quand on est adolescent ou jeune adulte, on se rend pas compte de l'impact […] des choix qu'on fait, qu'ils ont une répercussion sur finalement bien tout le reste de notre vie quoi ».

26Souvent propriétaires d’un appartement situé en banlieue grenobloise ou dans une commune périurbaine de Grenoble ou plus rarement d’une autre ville, ces enquêtés associent la mobilité résidentielle à une mise en mouvement qui vient rompre une période de stabilité professionnelle, familiale (arrivée des enfants) et résidentielle. La décision d’acquérir une maison est souvent présentée comme brutale, revêtant, par sa soudaineté, les traits de l’aventure (Barrère & Martuccelli, 2005). La recherche d’une localisation s’apparente à une épreuve à l’issue incertaine : « Ouais, on a vraiment tourné dans tout le coin, on a vraiment cherché partout » (Claudine, 39 ans, secrétaire, père ouvrier, conjoint ouvrier, père employé).

27C’est au prix de l’éloignement de leur emploi et de leur famille qu’ils peuvent accéder à la propriété d’une maison dans un environnement souvent inconnu. Ils doivent s’adapter à un nouveau mode de vie. S’ils ont majoritairement vécu en maison au cours de leur enfance, celle-ci était située le plus souvent en banlieue. La nouvelle position résidentielle est présentée comme une étape dans une trajectoire qui doit se poursuivre.

28Le récit de Benoît, 35 ans, constitue un exemple typique de ce profil. Benoît est ouvrier, fils d’un maçon devenu gérant d’une petite société. Patricia est ouvrière, son père est carrossier. Avant d’acheter une maison dans la commune populaire en 2008, ils résident avec leurs deux enfants dans un appartement qu’ils ont acheté cinq ans plus tôt, situé dans une banlieue mixte de Grenoble. Tous deux sont originaires de la banlieue grenobloise avec des parents propriétaires d’une maison. Benoît présente la décision de déménager comme résultant d’un « coup de folie  » : « Ben […] déjà j'habitais S. donc j'étais propriétaire d'un appartement à S. Et puis bon du jour au lendemain, on a décidé de partir en maison […] ça a été un coup de folie comme ça. On vend l'appartement. On part en maison et euh... ». Benoît évoque des conflits de voisinage comme élément déclencheur. Il a connu un déclassement professionnel qui précède de peu son « coup de folie ». Alors qu’il avait mis cinq ans à faire reconnaître ses compétences à ses supérieurs (il est titulaire d’un CAP de peintre en carrosserie), il est affecté à un poste non qualifié suite à des problèmes d’intoxication au plomb. Il cherche prioritairement dans une commune périurbaine proche de Grenoble où réside sa sœur, peine à trouver une maison qui lui convient, n’évoquant jamais la faiblesse de ses moyens. Finalement, il est attiré par une annonce de projet de lotissement : « Donc on arrive, donc c'est vrai que le coin, il nous a plu. Et tout de suite, on a signé un compromis pour pouvoir avoir cette parcelle ». Installé depuis un an au moment de l’enquête, Benoît élabore d’autres projets résidentiels : « vendre dans cinq ans et faire construire une vraie maison ».

29Pour les enquêtés dont la position professionnelle ne correspond pas aux aspirations sociales et alors que la perspective d’un ajustement entre position professionnelle et aspirations s’éloigne, la progression dans la trajectoire résidentielle est le support de représentations de la mobilité positive. Elle leur permet d’améliorer leur position sociale.

Pendularité et mobilité quotidienne : pis-aller ou support de représentations valorisées ?

Travailler les représentations de l’éloignement domicile-travail

30Compte tenu de la structuration du parc des logements, l’accès à la maison individuelle en propriété suppose très souvent un choix de localisation à la périphérie des villes. La localisation résidentielle constitue « une réalité “composite” qui peut être appréciée à partir de différents critères » (Grafmeyer, 2010) comme, bien sûr, la distance à l’emploi et à la ville-centre mais aussi la taille de la commune, ses équipements, ses propriétés distinctives... Comme l’ont montré différents travaux, la distance au lieu de travail ne figure pas parmi les critères spontanément évoqués pour « choisir » leur localisation (Authier, Bonvalet & Levy, 2010). Cependant, cette distance a fait l’objet d’un travail de négociation, en grande partie postérieur à l’installation puisqu’elle se réfère à l’expérience visant à la rendre acceptable. La métrique temporelle est toujours privilégiée à la métrique spatiale, le temps consacré au déplacement atténuant l’effet de distance et son coût économique. Dominique essaie de trouver des avantages à l’éloignement : « ça roule bien, même s’il y a un camion on met cinq mn de plus tandis qu’à Grenoble quand c’est bouché, on met le double de temps alors que là, à 10 mn près… ».

31Certains ont le sentiment de se mentir à eux-mêmes, comme Bernard, 38 ans, cadre, fils d’un facteur et d’une mère au foyer :

« C’est vrai que quand on venait ici, on se disait "mais comment ils font, Philippe et Hélène, pour faire ce trajet-là ?" ; puis du coup, à bien y regarder, le temps – 40 mn, c’est ce que je mettais pour aller de Bois-d’Arcy à Versailles où il y a quoi ? 10 km (silence), bon à la limite c’est passé comme ça, quoi, de se dire que finalement il n’a pas une grosse perte de temps… ».

32La représentation du trajet est « travaillée » par la plupart des enquêtés. Cependant, alors que pour certains, l’éloignement est le prix à payer pour occuper une position résidentielle ajustée à leur nouvelle position sociale, pour d’autres, il est constitutif d’un choix résidentiel placé sous le sceau de l’effort pour progresser dans la trajectoire résidentielle sans progression dans l’ordre professionnel. Ces enjeux différenciés de l’éloignement ne sont pas sans effets sur les représentations de la pendularité.

Composer avec la mobilité contrainte et valoriser la mobilité de proximité

  • 3 Les déplacements domicile-travail qui sont caractérisés par le départ et l’aboutissement regroupent (...)

33Les pendulaires en ascension sociale, cadres, ingénieurs, enseignants ou infirmiers, techniciens ne parlent pas spontanément de leurs déplacements domicile-travail 3 qui semblent relever de l’habitude plus que de la contrainte (contrainte intégrée) (Martouzet, 2013). Si le déplacement domicile-travail n’est pas qualifié de pénible ou seulement quand des événements extérieurs perturbent la routine, il est une épreuve. Dans certains cas, il s’agit de limiter le coût du déplacement en covoiturant entre conjoints. Dans d’autres cas, ce sont les conséquences sur la carrière qu’il s’agit de contenir. À tour de rôle, un conjoint se charge de récupérer les enfants à la crèche, ce qui permet à l’autre de rester plus longtemps au travail, par exemple.

34Ponctuellement le trajet peut apparaître comme un moment de plaisir quand, par exemple, la voiture est délaissée au profit de la moto. Le trajet alors détourné de sa fonction première, devient un moment de plaisir.

35La plupart des enquêtés disent ne jamais se rendre à Grenoble ou dans sa périphérie en dehors du travail, l’approvisionnement étant réalisé sur le trajet du retour. Seuls quelques rares couples hétérogames par l’origine, avec une conjointe ayant vécu en ville, déclarent s’y rendre parfois le week-end. Pour le conjoint en ascension, le trajet est alors éprouvant comme le dit Bernard, cadre, fils d’un facteur : « Ça me pèse si je dois retourner le week-end à Grenoble, ah vraiment c’est un calvaire ce truc pour moi, si je dois descendre le samedi pour faire les magasins ou ce qu’on fait régulièrement, le théâtre le cinéma, un truc comme ça, je trouve long… ».

36Si la penduralité a des effets sur les pratiques non contraintes de la ville, elle limiterait aussi les déplacements en voiture qui sont associés au travail. Vincent dit éviter l’usage de la voiture pour le « plaisir » : « Moi, personnellement j’ai pas envie, on fait déjà pas mal de voiture la semaine quand même, moi j’ai pas envie de reprendre la voiture pour me balader ».

  • 4 Il s’agit ici de représentations et non de pratiques effectives de la mobilité quotidienne. Compte (...)

37Pour les individus en ascension sociale qui n’ont pas à faire la preuve de leur capacité à être mobiles, « ne pas bouger » ou privilégier les activités de proximité, en somme contenir la mobilité et le revendiquer comme un « choix », les distinguent de ceux qui y sont soumis faute de compétence organisationnelle permettant le chaînage des activités, par exemple (Metzer & Cleach, 2004) 4.

38La mobilité quotidienne associée à leur localisation dans le périurbain lointain n’est jamais valorisée. Le temps consacré au déplacement, la fatigue qu’il génère limitent le cumul d’activités, en particulier celles tournées vers l’extérieur typiques des plus dotés en ressources culturelles et économiques (Degenne, Lebeaux & Marry, 2002).

Se valoriser à travers la pendularité

39À l’individu captif des zones périurbaines (Rougé, 2005), nombre d’enquêtés d’origine populaire opposent spontanément l’image de l’individu hyper-mobile à la « mobilité joyeuse » (Orfeuil, 2010). Ils disent ne pas hésiter, par exemple, à retourner en ville, lieu de leur emploi après leur journée de travail. Ces déclarations traduisent davantage la reconnaissance en la légitimité de la « mobilité » qu’elles ne renseignent sur les pratiques effectives. Revendiquer sa capacité à se déplacer sans entrave, c’est se situer socialement du côté des puissants, la mobilité étant considérée comme un indicateur de prestige social (Barrère & Martuccelli, 2005).

40La pendularité peut alors revêtir les traits de l’aventure, le migrant-alternant devenant un héros. Rien ne peut arrêter le déplacement, ni la distance, ni les conditions de circulation. Le trajet en voiture est source de plaisir pour les femmes de milieux populaires qui empruntaient antérieurement les transports en commun : le temps du déplacement est un moment de détente, elles écoutent la radio, admirent le paysage. La pendularité et la mobilité quotidienne apparaissent comme le prix à payer (ils sont nombreux à évoquer son coût économique) pour progresser dans l’ordre résidentiel et participent de la valeur de la nouvelle position résidentielle qui les distinguent des plus modestes qu’eux.

Conclusion

41Alors que la mobilité résidentielle vers les zones périurbaines et la penduralité traduisent, chez les individus en ascension sociale, leur marginalité par rapport à leur nouveau groupe d’appartenance, elles distinguent positivement ceux qui cherchent à s’éloigner de leur groupe d’appartenance. La même pratique est support de représentations différenciées selon l’enjeu de la mobilité résidentielle. L’approche par les trajectoires sociales permet de comprendre les différences observées dans les représentations, comportements de mobilité et modes d’habiter selon l’éloignement de la ville au sein d’une même catégorie sociale. Ainsi, la dispersion des cadres dans l’espace géographique rend compte de l’hétérogénéité de la catégorie (Boltanski, 1982), les cadres enquêtés, installés dans le périurbain lointain sont aussi éloignés des figures centrales de la catégorie.

Haut de page

Bibliographie

Authier J.-Y., Bonvalet C. & J.-P. Lévy (dir.) (2010), Élire domicile, la construction sociale des choix résidentiels, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Baccaïni B., Semecurbe F. & G. Thomas (2007), « Les déplacements domicile-travail amplifiés par la périurbanisation », Insee Première, n° 1129.

Bacqué M.-H. & S. Fol (2007), « L’inégalité face à la mobilité : du constat à l’injonction », Revue Suisse de Sociologie, vol. 33, n° 1, pp. 89-104.

Barrère A. & D. Martuccelli (2005), « La modernité et l’imaginaire de la mobilité : l’inflexion contemporaine », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 2005/1, n° 118, pp. 55-79.

Baudelle G., Darris G., Ollivro J. & J. Pihan (2004), « Les conséquences d’un choix résidentiel périurbain sur la mobilité : pratiques et représentations des ménages », Cybergeo : Revue européenne de géographie, n° 287, pp. 1-17.

Baudelot C. & M. Gollac (2003), Travailler pour être heureux ? Le bonheur et le travail en France, Paris, Éditions Fayard.

Bidou C. (1984), Les Aventuriers du quotidien. Essai sur les nouvelles classes moyennes, Paris, Presses universitaires de France.

Boltanski L. (1982), Les Cadres, la formation d’un groupe social, Paris, Éditions de Minuit.

Boltanski L. & È. Chiapello (1999), Le Nouvel esprit du capitalisme, Paris, Éditions Gallimard.

Borja S., Courty G. & T. Ramadier (2013), « Mobilité : la dynamique d’une doxa libérale », Regards sociologiques, n° 45-46, pp. 5-10.

Bourdieu P. (1974), « Avenir de classe et causalité du probable », Revue française de sociologie, vol. 15-1, pp. 3-42.

Cailly L. & R. Dodier (2007), « La diversité des modes d’habiter des espaces périurbains dans les villes intermédiaires : différenciations sociales, démographiques et de genre », Norois, n° 205, pp. 67-80.

Cartier M., Coutant I., Masclet O. & Y. Siblot (2008), La France des « petits-moyens », enquête sur la banlieue pavillonnaire, Paris, Éditions La Découverte.

Collet A. (2008), « Les "gentrifieurs" du Bas Montreuil : vie résidentielle et vie professionnelle », Espaces et sociétés, n° 132-133, pp. 125-141.

de Montlibert C. (2013), « Éléments de sociogenèse d’une catégorie idéologique : la mobilité, année 50-70 », Regards sociologiques, n° 45-46, pp. 17-31.

Debroux J. (2013a) « Pourquoi s’installer en zone périurbaine ? Une explication par les trajectoires sociales », Métropolitiques, en ligne : http://www.metropolitiques.eu

Debroux J. (2013b), « S’assurer une position résidentielle en zone périurbain : des pratiques résidentielles marquées par l’origine, la trajectoire et les perspectives de mobilité », Regards sociologiques, n° 45-46, pp. 219-231.

Degenne A., Lebeaux M.-O. & C. Marry (2002), « Les usages du temps : cumuls d’activités et rythmes de vie », Économie et statistique, n° 352-353, pp. 81-99.

Fritsch P. (2013), « Les équivoques de la mobilité, comme catégorie pratique et comme norme “à pas variable” », Regards sociologiques, n° 45-46, pp. 33-45.

Grafmeyer Y. (2010), « Approches sociologiques des choix résidentiels », dans Authier J.-Y., Bonvalet C. & J.-P. Lévy (dir.), Élire domicile, la construction sociale des choix résidentiels, Lyon, Presses universitaires de Lyon, pp. 30-51.

Hervouet V. (2007), « La mobilité du quotidien dans les espaces périurbains, une grande diversité de modèles de déplacements », Norois, n° 205, pp. 37-52.

Martouzet D. (2013), « Mobilités résidentielles, parcours professionnels et déplacements quotidiens : spatialités emboîtées et construction de l’habiter », dans Gerber P. & S. Carpentier (dir.) : Mobilités et modes de vie. Vers une recomposition de l’habiter, Presses Universitaires de Rennes, pp. 46-69.

Metzer J.-L. & O. Cleach, (2004), « Le télétravail des cadres : entre suractivité et apprentissage de nouvelles temporalités », Sociologie du travail, n° 46, pp. 433-450.

Oppenchaim N. (2011), « La mobilité comme accessibilité, dispositions et épreuve : trois paradigmes expliquant le caractère éprouvant des déplacements à Paris  », Journal of Urban Research, n°7, en ligne : http://articulo.revues.org/1767

Orfeuil J.-P. (2010), « La mobilité, nouvelle question sociale ? », SociologieS [En ligne], Dossiers, Frontières sociales, frontières culturelles, frontières techniques, mis en ligne le 27 décembre 2010, en ligne : http://sociologies.revues.org/3321

Ortar N. (2008), « Entre ville et campagne, le difficile équilibre des périurbaines lointaines », Métropoles, n° 3, en ligne : http://metropoles.revues.org/1642

Rémy J. (1996), « Mobilités et ancrages, une autre définition de la ville », dans Hirschhorn M. & J.-M. Berthelot (dir.), Mobilités et ancrages, vers un nouveau mode de spatialisation ? Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 135-153.

Rougé L. (2005), Accession à la propriété et modes de vie en maison individuelle des familles modestes installées en périurbain lointain. Les « captifs » du périurbain ? Thèse de doctorat, Université de Toulouse-Le Mirail.

Sencébé Y. (2007), « Individualisme de repli sécuritaire ou d’ouverture affinitaire. La pluralité des ressorts du périurbain », Annales de la recherche urbaine, n° 102, pp. 59-67.

Vincent-Geslin S. & I. Joly (2012), « Raisons et pratiques de la pendularité intensive. Le temps de trajet, entre temps subi et temps choisi », Cahiers scientifiques du transport, n° 61, pp. 159-186.

Haut de page

Notes

1 INSEE, Recensement général de la population 2008.

2 Il s’agit ici de la mobilité sociale « objective ».

3 Les déplacements domicile-travail qui sont caractérisés par le départ et l’aboutissement regroupent des trajets aux formes variables qui peuvent inclure des détours.

4 Il s’agit ici de représentations et non de pratiques effectives de la mobilité quotidienne. Compte tenu de leurs pratiques de loisirs, de celles de leurs enfants, la mobilité quotidienne est « quantitativement » plus importante que celle des ménages populaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Josette Debroux, « Entre espace social et espace résidentiel : des représentations différenciées de la « mobilité » en zone périurbaine », SociologieS [En ligne], Dossiers, La mobilité dans tous ses états. Représentations, imaginaires et pratiques, mis en ligne le 02 novembre 2015, consulté le 12 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/5161

Haut de page

Auteur

Josette Debroux

MEPS-Centre Max Weber, Université Lyon 2 (France) - josette.debroux@univ-lyon2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page