Navigation – Plan du site
Espaces et transactions sociales

La spatialité du social

Introduction au Dossier « Espaces et transactions sociales »
Maurice Blanc

Texte intégral

  • 1 Cité dans Remy & Voyé (1981, p. 171).

« Les échanges sont des guerres pacifiquement résolues, les guerres sont l’issue de transactions malheureuses 1 » (Claude Lévi-Strauss, 1949, Les Structures élémentaires de la parenté).

1En publiant ce Dossier, le Comité de recherche « Transactions sociales » de l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF) est heureux de rendre hommage aux « inventeurs » de la transaction sociale : Jean Remy, Liliane Voyé et Émile Servais. Dans Produire ou reproduire ? (1978) ils ont jeté les bases d’un nouveau regard sociologique, focalisé sur la transaction sociale, entendue comme une interaction qui repose sur trois piliers : « négociation - échange - imposition, telle est la trilogie de base » (Remy, 1996, p. 11). Dans cette définition, l’espace semble absent ; c’est pourquoi, avant de mettre en perspective les contributions réunies dans ce dossier, il faut montrer le lien intime entre les espaces et les transactions sociales.

Le spatial, le social et la transaction sociale

2L’émergence de la transaction sociale s’enracine dans un espace et dans un temps donnés. Des rappels sont utiles, sur le contexte socio-politique belge et l’ambiance intellectuelle de l’après-Mai 1968, dans lesquels la transaction sociale a été nommée, même si elle existait bien avant comme pratique sociale. Ensuite, il faut montrer comment le partage des espaces passe par des transactions sociales et, enfin, discuter la spatialité du social.

L’émergence de la transaction sociale

3En Belgique, au début des années « septante » (1970), le conflit politique, linguistique (et religieux dans une moindre mesure) a repris avec une vigueur inaccoutumée. En Flandre, il est devenu obligatoire d’enseigner en flamand ; l’anglais est toléré, mais le français est proscrit. Le résultat est catastrophique pour la prestigieuse université catholique de Leuven (Louvain) qui risque de perdre ses nombreux étudiants étrangers francophones. Les départements francophones sont contraints à l’exil et, à quelques dizaines de kilomètres, ils construisent l’université catholique en même temps que la ville nouvelle de Louvain-la-Neuve. Jean Remy, Liliane Voyé et Émile Servais ont vécu ces conflits de l’intérieur et ils ont eu un rôle de pacificateurs, en cherchant des compromis acceptables de part et d’autre. Ils ont fait cette médiation en sociologues qui analysent la situation et cherchent à saisir les enjeux réels, qui restent souvent inexprimés.

4Juste après Mai 1968, malgré la fragmentation des sciences sociales françaises, le marxisme occupait une position hégémonique. L’histoire de la Wallonie et de la Flandre semble répéter celle de l’Angleterre et de l’Irlande, telle que Karl Marx l’a analysée dans Le Capital, pour en tirer la loi de l’accumulation capitaliste 2 : au xixe siècle, la Wallonie était industrielle et riche, alors que la Flandre subissait l’exode rural et s’appauvrissait. Dans la seconde moitié du xxe siècle, le rapport de force s’inverse avec la crise des industries traditionnelles. Les Flamands ont des comptes à régler avec les Wallons qui les dominaient précédemment. Derrière les apparences, la querelle linguistique est aussi le reflet d’enjeux économiques.

5Si cette analyse a sa part de vérité, elle n’explique pas tout. Les rapports de domination sont incontestables, mais les acteurs ont des marges de manœuvre et tout n’est pas joué d’avance. Dans une sorte d’auto-analyse réflexive, la notion de transaction sociale est apparue à ses concepteurs comme un outil d’analyse permettant d’articuler les contraintes structurelles et le jeu des acteurs, dans des situations appelées « semi-structurées ».

  • 3 Manuel Castells fait exception : excellent connaisseur de la sociologie urbaine nord-américaine, il (...)

6Au même moment, les sociologues français sont constitués en clans (ou chapelles) qui fonctionnent à la secte. En caricaturant (ce qui veut dire forcer le trait pour souligner l’essentiel), ils sont longtemps restés unis pour dénoncer la domination de la sociologie anglophone, tout en se querellant entre eux. La langue anglaise était accusée d’être au service de « l’impérialisme culturel anglo-saxon ». Pour quelques collègues, les « concepts critiques » (sans autre précision) étaient enracinés dans la langue française et ils étaient intraduisibles en anglais ! C’était soit une justification peu crédible de la paresse à se mettre à l’anglais, soit une nostalgie de l’Empire colonial français, avec « l’illusion du bon vieux temps, lorsque tout le monde parlait français », soit une combinaison des deux 3. De plus, les Maîtres (et surtout leurs disciples !) s’excommuniaient réciproquement. Pierre Ansart a présenté ironiquement la sociologie française comme « un jeu des quatre coins » (Ansart, 1990) entre la sociologie de la domination (Pierre Bourdieu), celle des mouvements sociaux (Alain Touraine), l’analyse stratégique des organisations (Michel Crozier) et l’individualisme méthodologique (Raymond Boudon).

7Les sociologues belges ont discrètement joué un rôle de médiateurs entre les sociologies anglophones et francophones, et entre sociologues français qui ne se parlaient pas. Jean Remy a fait une partie de sa formation à Chicago et il a fait découvrir à de nombreux Français (j’en fais partie) la diversité et la richesse des Écoles de Chicago (le singulier est réducteur) et de l’interactionnisme symbolique. Jean Remy a ensuite fréquenté Pierre Bourdieu et Raymond Boudon et il a contribué à un certain rapprochement entre des théories qui restent irréductiblement opposées. Par exemple, l’individualisme méthodologique fait comme si « le tout (la société) est la somme des parties (les individus) ». Le holisme, représenté notamment par Pierre Bourdieu, considère à l’inverse que « le tout est plus grand que la somme des parties » ; l’individu s’explique à partir de la société et non l’inverse. Pour Jean Remy, ce désaccord n’empêche pas une transaction sociale, sous la forme d’un accord ponctuel et limité, par exemple sur l’analyse des « effets pervers » qui mettent en évidence les limites de l’entrée par les individus. Le titre, Produire ou reproduire ? fait un clin d’œil et tente de dépasser l’opposition célèbre entre Production de la société (Touraine, 1973) et La Reproduction (Bourdieu & Passeron, 1970).

Le partage des espaces

8Pour Jean Remy, la question fondatrice de la transaction sociale est : comment des groupes sociaux qui partagent le même espace, en ayant des modes de vie, des valeurs, des cultures et des intérêts différents, parviennent-ils à des compromis de coexistence ? (Remy, 1990). Les conflits peuvent avoir des causes multiples, mais leur résolution a toujours une dimension spatiale : pour finir une guerre et signer un traité de paix, il faut renégocier les frontières. C’est au cœur de la sociologie de Georg Simmel qui l’a très clairement perçu et en déduit : « la frontière n’est pas un fait spatial avec des conséquences sociologiques, mais un fait sociologique qui prend une forme spatiale » (Simmel, 1999 [1908], p. 607). Ce renversement de la perspective habituelle est essentiel.

9Comment parvenir à s’ajuster sans se faire la guerre ? Cette question s’est posée tout au long de l’histoire. L’École (sociologique) de Chicago a proposé une réponse en quatre temps : « Invasion - Compétition - Adaptation (Accommodation) - Assimilation » (McKenzie, 1990 [1925]). Cette adaptation, qui cherche des « accommodements », est une forme du processus de transaction sociale. Mais on ne peut généraliser sans précaution les observations faites aux USA au début du xxe siècle.

10Sous de nouvelles formes, la question des cohabitations est encore plus criante aujourd’hui. En reprenant le vocabulaire d’Émile Durkheim, il y a des facteurs mécaniques et organiques : quand l’humanité passe en quelques siècles de un à dix milliards d’habitants, la nécessité de partager l’espace est automatiquement beaucoup plus forte. Mais les modalités du partage dépendent de l’organisation (ou de la désorganisation) des sociétés, ce qui les rend plus complexes et moins mécaniques. Les règles du partage de l’espace s’internationalisent, mais il demeure des invariants, fondés sur des rapports de force et de domination. Même là où la contrainte est la plus forte, la transaction sociale souligne les marges de manœuvre et le jeu des acteurs dans les interstices.

11Le progrès technique met à disposition des moyens de transport puissants et rapides, qui facilitent la mobilité spatiale à tous les niveaux. Jean Remy souligne dans sa contribution que cette possibilité technique prend de l’importance car elle est socialement valorisée. La mobilité contribue au développement de ce qu’il appelle « l’urbanisation de la vie sociale », à la fois en ville et dans les campagnes.

12Sans prétendre faire une liste exhaustive, il faut souligner : (i) Les déplacements quotidiens domicile-travail, de plus en plus éloignés. (ii) Les voyages internationaux, professionnels ou de tourisme, aux motifs variés : pèlerinages, rencontres familiales, culturelles, sportives, etc. (iii) Les guerres, avec les mouvements de troupes et leurs cortèges de populations civiles qui cherchent à se réfugier, ainsi que les victimes de catastrophes d’origine humaine et/ou naturelle : sécheresse, inondations, tempêtes, etc.

13La distinction entre les « vrais » réfugiés politiques et les « faux », qui seraient des « migrants économiques », ne tient pas. Ils sont tous des pauvres qui partent du Moyen-Orient, d’Afrique, d’Amérique du Sud ou d’Asie, vers l’Europe ou l’Amérique du Nord, à la recherche d’un emploi et d’un monde meilleur. L’Europe, la France notamment, se déshonore en prétendant faire le tri pour accueillir seulement les vrais réfugiés, tout en refusant à tous un minimum d’hospitalité. De plus, cette politique indigne est vouée à l’échec. Les pauvres arrivent toujours dans les pays riches, en prenant des risques insensés ; la politique des grandes puissances, qui vise à maintenir un partage de l’espace qui les avantage, est inefficace. Le cycle « Invasion - Compétition - Adaptation (Transaction) - Assimilation » peut prendre des formes nouvelles, mais il n’est pas prêt de disparaitre.

La spatialité du social

14La célèbre phrase d’Henri Lefebvre « l’espace est la projection au sol des rapports sociaux » (Lefebvre, 1968 et 1974) peut s’interpréter de façons opposées. Au sens mathématique, si les rapports sociaux sont une réalité complexe avec de multiples dimensions, leur « projection au sol » est une représentation simplifiée sur un espace à deux dimensions. L’espace est alors passif, il est un simple contenant du social et il vaut mieux étudier les rapports sociaux eux-mêmes que leur « empreinte » spatiale. C’est notamment la position de Manuel Castells qui minimise l’impact du spatial sur le social (Castells, 1972).

15À l’inverse, si on prend projection dans son sens dynamique, transformer l’espace est un moyen d’agir sur les rapports sociaux. Sa version maximaliste aboutit à « un bon urbanisme [qui] permet de faire l’économie d’une révolution [sociale] » (Le Corbusier, cité par Raymond & Segaud, 1972). Un bon urbanisme, c’est-à-dire un espace bien aménagé, pousserait, voire contraindrait, les habitants à adopter les rapports sociaux souhaités. L’aménagement de l’espace deviendrait un levier de l’ingénierie sociale. C’est donner trop d’importance à la forme spatiale et, surtout, entretenir l’illusion que l’influence de la forme spatiale sur la vie sociale est univoque et prévisible à l’avance.

16Dans sa contribution, Jean Remy fait la critique de cette doctrine, qu’il appelle « le spatialisme » et il cherche dialectiquement à tenir « les deux bouts de la chaine ». Le social prime sur le spatial, mais la forme spatiale a son efficacité propre, qui est seconde et variable selon le contexte, mais surtout imprévisible. Le rêve technocratique de changer les rapports sociaux en imposant de nouvelles formes spatiales n’a aucune chance d’aboutir : il y aura toujours des résistances, des contournements et des détournements dans les usages. Par contre, si les formes spatiales existantes entravent le développement des nouvelles relations souhaitées par les habitants, ils revendiqueront (ou ils créeront eux-mêmes) des formes spatiales adaptées à leurs aspirations. Un exemple concret illustre cette distinction : dans un habitat pavillonnaire où il y a de bonnes relations de voisinage, des voisins peuvent décider d’ouvrir la clôture entre leurs jardins pour que leurs enfants puissent circuler d’un jardin à l’autre. Par contre, lorsque des promoteurs immobiliers « progressistes » vendent des pavillons avec des jardins non clôturés, le premier souci des habitants qui emménagent est d’installer une clôture pour se protéger du risque d’être « envahi » par un voisin importun. En d’autres termes, la transformation des formes spatiales suit celle des rapports sociaux, mais l’inverse est loin d’être toujours vrai.

17Le social acquiert une spatialité dans la mesure où il s’enracine dans un espace. Cet enracinement marque en retour les rapports sociaux et il les stabilise dans le temps. Jean Remy y voit une « spatialisation du temps ». L’espace peut opposer une grande inertie aux projets grandioses de ceux qui veulent le transformer. La création des villes nouvelles en est un bon exemple. C’est au cœur de la contribution d’Iskra Dandolova sur la ville nouvelle socialiste de Dimitrovgrade, aux débuts de la République populaire bulgare. Les planificateurs n’ont pu réaliser les rêves fous des dirigeants politiques et ils ont dû composer, ou transiger, avec la réalité : « Les faits sont têtus » (Lénine, 1917) ! Le réalisme pragmatique pousse au compromis et à la transaction.

Regards croisés sur les espaces et les transactions sociales

18Dans L’Espace, un objet central de la sociologie Jean Remy soutient que l’espace n’est pas un concept réservé aux géographes et que les sociologues doivent s’en emparer : la spatialité du social n’est pas le domaine réservé de la sociologie urbaine et/ou rurale, toutes les sociologies gagneront à prendre en considération la dimension spatiale de l’objet qu’elles étudient (Remy, 2015). Jean Remy souligne qu’espace et transaction sociale sont deux concepts distincts. Mais différent ne veut pas dire indépendant et, dans sa contribution à ce dossier, « Spatialité du social et transactions sociales », il montre leur articulation. D’abord, par le partage des espaces entre les groupes sociaux qui l’habitent.

19Jean Remy esquisse aussi d’autres pistes, qui sont reprises et développées dans les contributions qui suivent : (i) L’espace est un médiateur qui facilite des transactions sociales se traduisant dans des échanges non marchands (Josiane Stoessel-Ritz), ou portant sur des objets matériels qui cristallisent la mémoire (Filomena Silvano). Dans les transactions territoriales, l’espace est toujours un enjeu ; mais il peut être le résultat de la transaction, ou contraindre les acteurs à transiger (Christophe Gibout). (ii) Le dépassement du spatialisme comme tentative d’imposer de nouveaux rapports sociaux : Iskra Dandolova montre son échec à Dimitrovgrade, lié au refus de la transaction. Jean Remy témoigne des avancées obtenues à Louvain-la-Neuve avec un urbanisme transactionnel soucieux de ménager les habitants et non de les contraindre, pour leur bien ! (iii) La ville, accélérateur du lien social. Il n’y a probablement pas de différences de nature entre l’espace urbain et l’espace rural, mais de degré, ou d’intensité. Trois contributions prennent la ville comme le laboratoire dans lequel les liens sociaux se redéfinissent : la ville comme lieu de reconnaissance d’identités minoritaires et stigmatisées (Christophe Gibout), la ville comme lieu d’élaboration et de mise en œuvre de politiques de développement durable ambiguës (Jean-Louis Genard et Julie Neuwels) et la ville comme lieu d’expérimentation de nouveaux dispositifs énergétiques, présumés vertueux (Philippe Hamman).

L’espace médiateur

20Filomena Silvano est anthropologue à l’université de Lisbonne et elle a participé à une enquête ethnographique sur trois générations dans trois familles portugaises appartenant aux classes aisées ; ces familles ont en commun d’avoir émigré au Mozambique, puis au Brésil. L’auteure présente les résultats dans « Diaspora portugaise. Un compromis culturel qui donne sens à la dispersion spatiale des vies ». Ces familles s’identifient pleinement à deux pays, le Portugal et le Brésil, de façon plus ambiguë avec le Mozambique : elles en gardent un bon souvenir et elles soulignent ses ressemblances avec le Brésil ; mais elles ont un très mauvais souvenir du départ forcé. Leur identité diasporique est multi-référée et elle requiert des transactions identitaires. Ces familles se considèrent comme pleinement brésiliennes et pleinement portugaises, ce qui se traduit entre autres par un attachement et une mise en scène des objets venant du Portugal. Cette identité diasporique se fonde aussi sur une idéalisation du passé et une réécriture de l’histoire : le Portugal et le Brésil sont des pays frères et la « fraternité » occulte la colonisation et les classes sociales. Ces familles se considèrent comme différentes des travailleurs portugais partis en Europe ou en Amérique du Nord : ceux-ci sont des émigrants, au bas de l’échelle sociale, et elles non.

  • 4 Comme l’urbanité, la sociabilité a une connotation positive. La socialité inclut toute forme de rel (...)

21Josiane Stoessel-Ritz est sociologue à l’université de Haute-Alsace et elle étudie deux villes, victimes de la crise des industries traditionnelles, Mulhouse et Thann. Dans « Les nouvelles socialités urbaines. Friches, jardins et bien commun dans deux villes désindustrialisées », elle montre comment ce qui est vécu comme une catastrophe et une perte peut devenir une opportunité qui permet des innovations sociales. Les friches industrielles sont des espaces délaissés dans lesquels il est possible d’expérimenter de nouvelles formes de socialité 4, en transformant les friches en jardins dans un cas, en accueillant des personnes en difficulté pour qu’elles puissent, comme un plongeur, refaire surface après avoir touché le fond ; la mise à distance, dans un espace périphérique et à l’écart, peut favoriser cette dynamique, même si ce n’est pas gagné d’avance. Les jardins permettent la réintroduction de la nature dans la ville et des transactions identitaires qui créent des liens entre les jardiniers, leurs familles et leurs amis. La ville et le lien social s’expérimentent et s’inventent dans les marges.

22Christophe Gibout est sociologue à l’université du Littoral Côte d’Opale, à Dunkerque. Dans « Transactions dans la ville récréative contemporaine. Les espaces publics comme médiateurs sociaux », il fait une relecture de ses propres travaux, en les confrontant à de nombreuses recherches, françaises et étrangères. Il analyse les formes de la transaction sociale dans les luttes menées par des groupes minoritaires et stigmatisés (homosexuels, adeptes de pratiques ludo-sportives contre-culturelles), pour obtenir le droit d’être présents et visibles dans l’espace public. Il souligne deux niveaux de transaction, en s’inspirant de la « double transaction » de Claude Dubar (1998), biographique (avec soi-même) et relationnelle (avec autrui) : il y a des transactions internes au groupe minoritaire, entre les partisans de la diplomatie et ceux de la manière forte ; mais aussi des transactions externes, avec les acteurs urbains et les habitants ordinaires, car il y a de part et d’autre des défenseurs de la radicalité et du compromis.

  • 5 Voir l’analyse célèbre de Michel Callon sur le rôle des coquilles St-Jacques dans la baie de St-Bri (...)

23Christophe Gibout introduit ensuite la transaction territoriale de Michel Casteigts (2009), dans laquelle le territoire peut être le produit (ou le résultat) de la transaction ou, au contraire, un de ses « acteurs », en contraignant l’ensemble des acteurs à tenir compte de lui et à transiger 5. Il développe alors un projet cher à Jean Remy : la construction d’une matrice explicative à plusieurs entrées. Il propose un tableau à double entrée qui croise le spatial et le social et identifie quatre types de transaction : celles, avec autrui ou avec soi-même, qui règlent l’usage et le partage du territoire ; celles où, au contraire, les spécificités du territoire contraignent les acteurs à transiger, avec autrui ou avec eux-mêmes. Ces distinctions analytiques constituent une grille de lecture utile pour analyser une situation concrète, dans laquelle ces quatre dimensions s’entremêlent le plus souvent.

Le spatialisme et son dépassement

24Iskra Dandolova est sociologue et architecte à Sofia. Aujourd’hui retraitée, elle se consacre à l’histoire urbaine de son pays. « Dimitrovgrade. L’expérience d’une ville communiste en Bulgarie : idéal et réalité » fait une analyse détaillée de la construction de la ville nouvelle de Dimitrovgrade. Après la fin de la Seconde Guerre mondiale et avant la chute du mur de Berlin en 1989, il y a eu la construction de villes nouvelles socialistes dans plusieurs pays d’Europe de l’Est : dans l’ex-RDA, Karl-Marx-Stadt et Berlin-Marzahn. En Pologne, Nowa Huta, etc. Dimitrovgrade est particulièrement intéressante car ici l’urbanisme totalitaire a été poussé très loin. C’est un projet en forme de défi, émanant du gouvernement bulgare et encouragé par l’URSS. Cette ville nouvelle a le double but d’enraciner le socialisme dans le peuple bulgare et d’être une « vitrine » pour le socialisme, apportant la preuve de sa supériorité sur le capitalisme. La commande initiale est purement politique et ne tient aucun compte des contraintes techniques, économiques ou sociales ; cette volonté arbitraire s’accentue ensuite, avec le durcissement idéologique stalinien : le choix d’un urbanisme progressiste fondé sur la Cité-Jardin est remis en cause à mi-parcours, au profit d’un urbanisme mégalomane, plus conforme à un socialisme totalitaire. Ces conflits font écho à ceux qui ont divisé les urbanistes soviétiques des années 1920, opposant les partisans des « condensateurs sociaux » aux « désurbanistes » (Kopp, 1967). Le principe de réalité contraint malgré tout le gouvernement bulgare à faire cohabiter dans le même espace des réalisations qui se réclament de deux conceptions opposées de la ville socialiste. C’est un exemple de transaction sous contrainte.

25À Dimitrovgrade, on constate que les premiers habitants, qui sont aujourd’hui retraités, sont fiers d’avoir été des pionniers, comme dans les villes nouvelles de l’ex-RDA où, pour conserver l’estime de soi, on « lutte pour la respectabilité », en idéalisant le passé (Keller, 2007 ; Cuny, 2014). C’est la même chose à Nowa Huta en Pologne, qui était présentée comme :

  • 6 « […] the young, airy, modern, humane, green, wealthy, atheist, socialist city. Yet after the end o (...)

« Une ville jeune, aérée, moderne, humaine, riche, athée et socialiste. Toutefois, après la fin du régime socialiste en 1989, cette belle image a été confrontée à l’image opposée d’une ville d’ouvriers retraités et de jeunes chômeurs, avec des équipements dégradés et une catastrophe écologique 6 » (Stanek & Helden, 2014).

26À partir de son expérience dans l’aménagement de Louvain-la-Neuve, Jean Remy a développé précédemment comment un urbanisme transactionnel constitue une alternative (Remy, 2007 et 2015). En admettant que l’urbanisme cherche à faire évoluer certaines pratiques sociales, les urbanistes ont le choix entre deux postures : « le dompteur ou le jardinier ». Le dompteur cherche à imposer sa vision du monde. Le jardinier, surtout en ville, peut lui aussi vouloir tout contrôler et programmer (Wintz, 2008) ; mais le « bon » jardinier avance prudemment et cherche à ménager les personnes et les territoires (Blanc, 2013 ; Marié, 1989). Des urbanistes qui connaissent bien les modes de vie des habitants peuvent faciliter le passage à un nouveau modèle culturel sans l’imposer, en élaborant des transitions et des compromis transactionnels. L’exemple de la mixité sociale éclaire comment, selon le contexte culturel, la même action sur l’espace a des effets sur la vie sociale différents, voire opposés.

« Mélanger physiquement des groupes sociaux au niveau du logement ne suffit pas pour les rapprocher socialement. […] La configuration de la matérialité dépend du modèle culturel. Si la référence est l’harmonie dans la hiérarchie, […] le mode de spatialisation est différent de celui valable dans une situation régie par la compétition pour l’égalité. Dans le premier cas, le mélange spatial développe des échanges de complémentarité, tandis que dans le second il multiplie les frustrations : celui qui n’a pas risque d’envier les autres » (Remy, dans ce dossier).

La ville, accélérateur du lien social ?

27À ma connaissance, Georg Simmel n’a pas utilisé l’expression de « condensateur social », introduite peu après sa mort (en 1918) par les urbanistes soviétiques « constructivistes » dans les années 1920 (Kopp, 1967). Georg Simmel ([1908] 1999) concevait la ville comme un lieu favorable à l’excitation des sens et des émotions des individus, ainsi qu’à l’intensification des échanges sociaux (Simmel, 1999 [1908]). Jean Remy l’a lu attentivement et s’en est beaucoup inspiré (Remy, 1995). Considérer la ville comme un laboratoire social est pertinent et trois contributions se centrent sur l’espace urbain, avec des approches et des objets sensiblement différents. Pourtant, on trouve de nombreux points communs dans leurs analyses et dans leurs résultats, mais aussi des désaccords qui peuvent être plus apparents que réels, car les auteurs utilisent des vocabulaires différents.

28Jean-Louis Genard et Julie Neuwels sont respectivement sociologue et architecte à la Faculté d’Architecture de l’Université libre de Bruxelles. Dans « Le développement durable comme objet de transactions. Les politiques urbaines en Région bruxelloise », ils analysent l’élaboration et la mise en œuvre des référentiels du développement durable dans trois domaines qui débouchent sur des formes différentes de transaction sociale : (i) Dans les transports, la transaction dite de partage prédomine. Ceci veut dire que, en matière de transports « doux » (marche à pied, cyclisme), leurs promoteurs sont reconnus et écoutés. Mais ils sont tenus à l’écart des autres politiques de transport (avion, train et surtout automobile) : ce sont des affaires trop sérieuses pour les confier à des écologistes ! On arrive quelquefois à des compromis boiteux : on maintient l’automobile dans la ville, mais en la rendant invisible (parkings souterrains, etc.). (ii) Dans la lutte contre le chômage, la transaction dite d’intégration prédomine : entre les grands groupes du bâtiment et des travaux publics et les écologistes qui dénoncent la logique capitaliste, une alliance est possible sur le terrain de la « construction durable » : elle ouvre de nouveaux chantiers, elle contribue à préserver l’environnement et, moyennant formation, elle offre des « emplois verts » à des chômeurs bruxellois. Cette transaction est paradoxale : un référentiel « mou » de développement durable permet des avancées importantes là où un référentiel « dur » aurait été rejeté. Mais ces avancées confortent la logique marchande au lieu de la contrecarrer. Cette transaction intègre les objectifs opposés des différents acteurs, mais au risque d’affadir considérablement l’utopie du développement durable. (iii) Le développement durable est un bon vecteur de communication publicitaire pour attirer à Bruxelles chefs d’entreprise et touristes. C’est aussi une transaction d’intégration du développement durable dans le marketing urbain, avec le risque de vider le premier de son contenu, tout en le médiatisant à l’excès.

29Les transactions de partage et d’intégration ne sont pas propres au développement durable. Elles renvoient au dilemme de Max Weber entre l’éthique de la responsabilité et celle de la conviction Weber (1959 [1919]). Voici deux exemples brièvement esquissés, dans l’économie sociale et solidaire et dans le logement social : (i) L’économie sociale et solidaire ne vise pas le profit, mais la satisfaction de besoins non pris en compte par le marché. Il y a des transactions de partage, avec des « niches » réservées à l’économie sociale et solidaire. Il y a aussi des transactions d’intégration, lorsque l’entreprise solidaire entre en concurrence avec l’entreprise classique pour l’obtention des marchés. Même si elle ne vise pas le profit, l’entreprise solidaire doit équilibrer ses recettes et ses dépenses ; cette dure contrainte peut l’éloigner de l’idéal du départ (Laville & Glémain, 2009). (ii) Le logement social est prévu pour des locataires aux revenus « modestes », mais suffisants pour payer régulièrement un loyer « modéré ». Les plus pauvres en sont exclus et ils peuvent être accueillis dans des logements « très sociaux », au loyer plus faible (transaction de partage). En France, depuis 1977, l’aide personnalisée au logement est une forme douteuse de transaction d’intégration : Cette aide de l’État vise à solvabiliser les locataires insolvables, mais elle produit des effets pervers, en contribuant à la hausse des loyers (Blanc, 1993).

30Sociologue à l’université de Strasbourg, Philippe Hamman a une entrée par la transition énergétique dans « Développement durable et lien social : transition et transaction dans l’expérimentation ». Il analyse quelques expériences menées en Alsace dans la production d’énergies renouvelables (éolien, photovoltaïque) et dans les économies d’énergie dans le logement. À la différence de Jean-Louis Genard et Julie Neuwels, il ne se limite pas aux acteurs présents dans les « arènes » où s’élaborent les politiques, il interroge aussi les habitants censés être les bénéficiaires de ces expérimentations. Il souligne deux types d’asymétrie dans les transactions et ses analyses sont convergentes avec les précédentes : (i) L’asymétrie entre les promoteurs de ces expériences (élus locaux, techniciens, gestionnaires du logement social, entreprises, etc.) et les habitants ordinaires, cantonnés dans un rôle de consommateurs et d’usagers, malgré la rhétorique affirmant qu’ils sont maintenant des citoyens actifs et responsables ! (ii) L’asymétrie entre acteurs économiques et techniques, et acteurs sociaux et écologistes ; certains techniciens, devenus militants de l’environnement, avancent masqués en cherchant à imposer leur lecture technique comme la seule acceptable ; inversement, des militants qui se « professionnalisent » dans l’environnement endossent eux aussi des lectures techniques. Ceci contribue à maintenir les citoyens dans une position dominée, ne pouvant qu’adhérer ou rejeter en bloc les propositions qui leur sont présentées.

Convergences et divergences

31Tous les auteurs de ce Dossier ont en commun trois angles d’attaque pour approcher la réalité sociale. Mais chacun les décline et les hiérarchise à sa façon : (i) Les différentes formes d’appropriation de l’espace : l’espace est à la fois socialisé et « socialisant ». Il est approprié, au sens fort du terme de le transformer pour l’adapter à ses besoins (Lefebvre, 2000 [1974]). (ii) La raison et l’émotion : les théories de l’acteur rationnel – qu’il soit economicus ou ecologicus ! – sont insuffisantes, car les pratiques sociales ne se fondent pas sur la seule raison. C’est un énoncé banal, mais dont on tire rarement toutes les conséquences. La transaction en prend acte en élargissant le champ de la négociation formelle à tous les préparatifs informels. (iii) Hybridations, métissages et transactions sociales : la complexité du social produit des injonctions paradoxales : il faut satisfaire deux exigences opposées à la fois (Morin, 2005). La transaction sociale ne permet pas de sortir du paradoxe : il est irréductible ; mais elle « l’accommode » pour le rendre supportable.

Les différentes formes d’appropriation de l’espace

32Dans le livre III du Capital, Karl Marx distingue la relation d’appropriation réelle et la relation de propriété. La seconde est la traduction juridique et réductrice de la première, au champ beaucoup plus large. Par exemple, si un locataire « s’approprie » son logement, cette appropriation peut entrer en conflit avec celle du propriétaire et des transactions sous contrainte sont nécessaires. Christophe Gibout voit dans la conquête de l’espace public par des groupes minoritaires l’illustration d’une appropriation collective et non individuelle, qui a rarement un support juridique. De même, Iskra Dandolova relève le sentiment de fierté des habitants de Dimitrovgrade, qui repose sur une appropriation de leur espace vécu, bien différent de l’espace conçu imaginé par le pouvoir politique (Lefebvre, 2000 [1974]). Pour Filomena Silvano, l’appropriation passe par des objets venant du Portugal et conservés précieusement, qui renforcent l’identité diasporique. Pour Josiane Stoessel-Ritz, l’appropriation d’espaces dévalorisés et délaissés permet paradoxalement des innovations sociales : jardins collectifs, travail social communautaire, etc.

La raison et l’émotion

33Les émotions sont prises en compte dans toutes les contributions. Même à Dimitrovgrade, si les résultats obtenus sont éloignés des objectifs visés, les autorités bulgares voulaient mobiliser l’architecture et l’urbanisme pour produire des émotions qui provoqueraient l’adhésion des populations au projet communiste.

34En s’inspirant de Norbert Élias, qui a fait de « l’auto-contrôle des émotions » le fondement de La Civilisation des mœurs (2003 [1939]), la transaction sociale est amenée à jouer avec les frontières disciplinaires, en particulier entre la psychologie et la sociologie : comme de nombreux faits sociaux, les émotions sont individuelles et collectives à la fois. C’est central chez Jean-Louis Genard et Julie Neuwels, qui se réfèrent à Jean Remy, ainsi que chez Christophe Gibout qui souligne l’importance des « transactions avec soi-même », en se référant à la « double transaction », biographique et relationnelle, de Claude Dubar (1998). Mais rendre les frontières entre les disciplines plus poreuses ne signifie pas leur disparition dans une vague interdisciplinarité : la transaction sociale s’inspire de la transaction économique et de la transaction juridique (Blanc, 2009), mais chacune a son identité propre et elles ne peuvent être confondues.

35En reprenant la métaphore d’Erving Goffman de « la scène et les coulisses » (Goffman (1973 [1959]), la transaction sociale ne se contente pas d’observer la scène, elle s’intéresse aussi à ce qui se passe dans les coulisses. Toutes les contributions accordent une grande importance à l’informel, mais il y a un apparent désaccord entre Jean-Louis Genard et Julie Neuwels d’une part, Philippe Hamman, Christophe Gibout et Josiane Stoessel-Ritz de l’autre. Les premiers opposent la transaction au compromis, en considérant le compromis comme le produit d’une négociation rationnelle et formelle. Les seconds considèrent le compromis comme le produit d’une transaction sociale, en se référant au « compromis de coexistence » de Jean Remy et/ou au « compromis pratique » de Raymond Ledrut (1976). Avec des mots différents, on dit quelquefois la même chose !

Hybridations, métissages et transactions sociales

36Pour satisfaire en même temps plusieurs exigences inconciliables, les compromis transactionnels procèdent par hybridation et métissage. C’est central dans les trois contributions sur la ville. Christophe Gibout montre qu’un espace public approprié par différents groupes, pour différents usages et dans des temporalités différentes devient un espace hybride. Jean-Louis Genard et Julie Neuwels montrent les multiples formes de l’hybridation du référentiel du développement durable dans les trois domaines qu’ils étudient.

37En s’inspirant du célèbre texte de Georg Simmel, « La supériorité de la triade sur la dyade » (Simmel, 1999 [1908]), Philippe Hamman montre que les transactions des acteurs économiques et techniques avec les acteurs sociaux et écologiques ne peuvent s’opérer dans une logique binaire. L’hybridation implique le passage à une « triade », ou une logique multipolaire. Les produits transactionnels sont alors instables, provisoires et ils ont souvent des conséquences imprévues. Cette fragilité est à la fois une force et une faiblesse : elle permet de sortir des sentiers battus et d’innover, comme dans les friches industrielles étudiées par Josiane Stoessel-Ritz ; mais, s’il n’y a pas ensuite une action de stabilisation et de « durcissement » de l’innovation, elle ne sera qu’un feu d’artifice éphémère.

Conclusion

38Dès sa naissance, la transaction sociale a connu une double dimension, pragmatique et heuristique. Sur le plan pragmatique, elle est orientée vers la résolution des conflits pratiques. Mais le chercheur doit mobiliser la réflexivité et se distancier : une approche binaire, qui se réduirait aux « bonnes » transactions sociales qui réussissent et aux « mauvaises » qui échouent, est sans grand intérêt. C’est le reproche que l’on pourrait faire à la phrase de Claude Lévi-Strauss mise en exergue de ce dossier : il y a des transactions heureuses et malheureuses et, d’une certaine manière, la guerre et la paix sont mises sur un pied d’égalité. Mais Claude Lévi-Strauss parle explicitement de la transaction commerciale, pour souligner sa pauvreté par rapport à l’échange, dans la tradition du don et du contre-don de Marcel Mauss (2013 [1924]). La transaction sociale s’inscrit dans cette tradition et elle permet de saisir la complexité du social et ses paradoxes (Morin, 2005). Dans un conflit antagoniste, comme dans la dialectique du maître et de l’esclave de Goerg Wilhelm Friedrich Hegel, la lutte à mort apparait comme la seule issue (Hegel, 2006 [1807]). La transaction sociale a l’ambition de « négocier ce qui n’est pas négociable » (Bourdin, 1996, p. 257), en transformant un conflit antagoniste en un conflit agoniste : ce n’est plus un combat entre ennemis, mais entre adversaires qui confrontent leurs valeurs et leurs intérêts, pour les négocier âprement (Mouffe, 2000 et 2014).

39Sur le plan heuristique, la transaction sociale ne dispense pas de se positionner et de prendre parti dans les débats théoriques. Par contre, elle permet de s’affranchir d’un cadre théorique trop rigide et sclérosant, pour « butiner » ailleurs. C’est pourquoi Jean Remy résiste aux amicales pressions qui l’encouragent à formaliser la transaction sociale et à en faire une théorie plus ferme. La transaction sociale gardera sa souplesse en restant un paradigme, c’est-à-dire une manière d’observer la réalité sociale en se focalisant sur les processus d’élaboration des compromis pratiques :

« Plus qu’une somme de concepts, le paradigme est l’image de base à partir de laquelle s’imagine une interprétation de la réalité. Le paradigme est ainsi un principe organisateur et inducteur de la construction d’hypothèses et d’interprétations théoriques » (Remy et al., 1978, p. 87).

Haut de page

Bibliographie

Ansart P. (1990), Les Sociologies contemporaines, Paris, Éditions du Seuil.

Blanc M. (1993), « Housing Segregation, and the Poor: New Trends in French Social Rented Housing », Housing Studies, vol. 8, n° 3, pp. 207-214.

Blanc M. (2009), « La transaction sociale : genèse et fécondité heuristique », Pensée plurielle, n° 20, pp. 25-36. En ligne : http://www.cairn.info/revue

Blanc M. (2013), « La rénovation urbaine : démolition ou patrimonialisation ? Comparaison entre la France et l’Allemagne », La vie des idées [en ligne], http://www.laviedesidees.fr/La-renovation-urbaine-demolition.html

Bourdieu P. & J.-C. Passeron (1970), La Reproduction, Paris, Éditions de Minuit.

Bourdin A. (1996), « Transaction et action organisée », dans Voyé L. (dir.), Ville et transactions sociales, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 247-258.

Callon M. (1986), « Éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins-pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc », L’Année sociologique, n° 36, pp. 169-208.

Casteigts M. (2009), « Transactions interculturelles et intégration territoriale. Le cas du Pays Basque », Pensée plurielle, n° 21, pp. 179-193. En ligne : http://www.cairn.info/revue

Castells M. (1972), La Question urbaine, Paris, Éditions Maspéro.

Cuny C. (2014), Changement urbain et démocratie participative à Berlin. Ethnographie du grand ensemble de Marzahn, Paris, Éditions MSH.

Dubar C. (1998), « Socialisation professionnelle et double transaction », dans Freynet M.-F., Blanc M. & G. Pineau (1998), Les Transactions aux frontières du social. Formation, travail social, développement local, Lyon Éditions Chronique sociale, pp. 137-250.

Élias N. (2002 [1939]), La Civilisation des mœurs, Paris, Éditions Pocket.

Goffman E. (1973 [1959]), La Mise en scène de la vie quotidienne, Vol. 1, La Présentation de Soi, Paris, Éditions de Minuit.

Grafmeyer Y. & I. Joseph (dir.) (2009 [1979]), L’École de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, Paris, Éditions Flammarion.

Hegel G.W.F. (2006 [1807]), Phénoménologie de l’esprit, Paris, Éditions Vrin.

Keller C. (2007), « La population des grands ensembles de l’ex-RDA. Fonctionnement social et luttes pour la respectabilité », Espaces et Sociétés, n° 128-129, pp. 87-101.

Kopp A. (1972 [1967]), Ville et révolution. Architecture et urbanisme soviétiques des années vingt, Paris, Éditions Anthropos.

Laville J.-L. & P. Glémain (2009), L’Économie sociale et solidaire aux prises avec la gestion, Paris, Éditions Desclée de Brouwer.

Lefebvre H. (2009 [1968]), Le Droit à la Ville, suivi par Espace et Politique, Paris, Éditions Anthropos-Économica.

Lefebvre H. (2000 [1974]), La Production de l’espace, Paris, Éditions Anthropos-Économica.

Lénine W. I. (1917), « Lettre aux camarades ». En ligne : https://www.marxists.org/francais/lenin/works/1917/10/vil19171017.htm

Lévi-Strauss C. (1949), Les Structures élémentaires de la parenté, Paris, Presses universitaires de France.

MacKenzie R.D. ([1925] 2009), « L’approche écologique dans l’étude de la communauté humaine », dans Grafmeyer Y. & I. Joseph (dir.), L’École de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, Paris, Éditions Flammarion, pp. 114-166.

Marié M. (1989), Les Terres et les mots, Paris, Éditions Klincksieck.

Mauss M. (2013 [1924]), « Essai sur le don », dans Sociologie et anthropologie, Paris, Presses universitaires de France.

Morin E. (2005), Introduction à la pensée complexe, Paris, Éditions du Seuil.

Mouffe C. (2000), The Democratic Paradox, Londres, Verso Editor.

Mouffe C. (2014), Agonistique. Penser politiquement le monde, Paris, Éditions de l’ENSBA.

Raymond H. & M. Segaud (1972), « Un espace architectural : Le Corbusier », Cahiers du centre d'études architecturales, n° 11.

Remy J., Voyé L. & É. Servais (1991 [1978]), Produire ou reproduire ? Bruxelles, Éditions De Boeck.

Remy J. & L. Voyé (1981), Ville, ordre et violence, Paris, Presses universitaires de France.

Remy J. (1990), « La ville cosmopolite et la coexistence inter-ethnique », dans Bastenier A. & F. Dassetto (dir.), Immigrations et nouveaux pluralismes, Bruxelles, Éditions De Boeck, pp. 85-106. [2e éd. dans Remy J. & É. Leclercq, Sociologie urbaine et rurale. L’espace et l’agir, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 173-187].

Remy J. (dir.) (1995), Georg Simmel. Ville et modernité, Paris, Éditions L’Harmattan.

Remy J. (1996), « La transaction, une méthode d’analyse : contribution à l’émergence d’un nouveau paradigme », Environnement et Société, n° 17, pp. 9-31. En ligne : http://www.dsge-arlon.ulg.ac.be/SEED/images/stories/documents/r%E9mytransactionv2.pdf)

Remy J. (2007), Louvain-la-Neuve, une manière de concevoir la ville, Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain. http://books.openedition.org/pucl/944

Remy J. (2015), L’Espace, un objet central de la sociologie, Toulouse, Éditions Érès.

Simmel G. (1999 [1908]), Sociologie, Paris, Presses universitaires de France.

Stanek Ł. & S. Elden (2014), « Interview about Henri Lefebvre: “Toward an Architecture of Enjoyment” », Society and Space. En ligne : http://societyandspace.com/material/interviews/interview-with-lukasz-stanek-about-henri-lefebvre-toward-an-architecture-of-enjoyment-and-use-value-of-theory/

Touraine A. (1973), Production de la société, Paris, Éditions du Seuil.

Weber M. ([1919] 1959), Le savant et le politique, Paris, Éditions Plon (10/18).

Wintz M. (2008), « La place de la nature dans le développement durable urbain », dans Hamman P. (dir.), Penser le développement durable urbain : regards croisés, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 69-90.

Haut de page

Notes

1 Cité dans Remy & Voyé (1981, p. 171).

2 En ligne : https://www.marxists.org/francais/marx/works/1867/Capital-I/kmcapI-25-5-f.htm

3 Manuel Castells fait exception : excellent connaisseur de la sociologie urbaine nord-américaine, il en a fait dans sa jeunesse une lecture dogmatique et dénonciatrice (Castells, 1972). Son prestige de théoricien marxiste a poussé ma génération (qui est aussi la sienne) à boycotter des ouvrages aussi peu scientifiques ! La traduction française des textes fondateurs de l’École de Chicago par Yves Grafmeyer et Isaac Joseph (1979) a permis de les découvrir. Jean Remy a entretenu des échanges fructueux et cordiaux avec Manuel Castells (Remy, 2015).

4 Comme l’urbanité, la sociabilité a une connotation positive. La socialité inclut toute forme de relation sociale, positive ou négative.

5 Voir l’analyse célèbre de Michel Callon sur le rôle des coquilles St-Jacques dans la baie de St-Brieuc (Callon, 1986).

6 « […] the young, airy, modern, humane, green, wealthy, atheist, socialist city. Yet after the end of socialism in 1989, this image of Nowa Huta clashed with an opposite one: that of the city of retired workers and unemployed youth, with crumbling infrastructure and an ecological catastrophe ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maurice Blanc, « La spatialité du social », SociologieS [En ligne], Dossiers, Espaces et transactions sociales, mis en ligne le 16 juin 2016, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/5353

Haut de page

Auteur

Maurice Blanc

Professeur émérite de sociologie à l’université de Strasbourg, membre du laboratoire SAGE (UMR 7363) et de l’Institut d’urbanisme et d’aménagement régional. Président honoraire du Comité de Recherche « Transactions sociales » de l’AISLF - maurice.blanc@unistra.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page