Navigation – Plan du site
Espaces et transactions sociales

Spatialité du social et transactions

Social spatiality and transactions
Jean Remy

Résumés

Comment articuler la configuration matérielle de l’espace avec la réalité sociale ? La théorie de l’espace précise la forme concrète donnée aux relations sociales. L’espace est une ressource disponible et appropriable par les acteurs engagés dans une transaction sociale. En incorporant l’espace, la sociologie ne se réduit pas à une morphologie, physique ou sociale. L’espace perçu et vécu est une ressource et un médiateur : espace interstitiel, public ou privé, de secondarité ou de primarité. L’espace n’a aucun effet automatique sur la vie sociale, c’est l’erreur du « spatialisme ». Cette analyse repose sur une matrice à plusieurs entrées, l’espace étant un passage obligé. Cet article poursuit la réflexion engagée dans : L’Espace, un objet central de la sociologie (Remy, 2015).

Haut de page

Texte intégral

1La spatialité est un aspect incontournable pour comprendre la mise en forme du social. À une société déterminée correspond un mode de spatialisation à l’intérieur duquel les transactions prennent corps. Cet article poursuit et complète la réflexion engagée dans : L’Espace, un objet central de la sociologie (Remy, 2015) sur les relations entre l’espace et la transaction sociale. Dans ce volume, nous avons souligné qu’il s’agit de deux concepts distincts et qu’il importe de marquer leurs différences. Cet article se centre au contraire sur leurs articulations. Nous examinons d’abord quelques aspects de la spatialité du social, pour considérer ensuite comment l’espace intervient dans le jeu transactionnel.

La spatialité du social. L’espace comme mode de coexistence

2L’espace est une dimension inhérente à l’analyse du social en général. Si modeler l’espace n’est pas la préoccupation première, l’espace physique fait néanmoins partie du raisonnement sociologique. Il s’agit d’articuler l’espace dans sa configuration matérielle avec une réalité sociale non directement sensible. Sans cette articulation, l’espace devient une simple métaphore, comme le fait Pierre Bourdieu lorsqu’il parle « d’espace social » (Bourdieu, 1974). De même, Jürgen Habermas construit une sphère publique sans prendre en compte la matérialité des espaces physiques (Habermas, 1972). Le centre de préoccupation du sociologue n’est pas l’espace en tant que tel, mais la contribution que ce dernier peut apporter dans la formation des acteurs sociaux et dans leurs rapports, sur le plan de la représentation et de l’interaction. L’espace relationnel nous fait sortir de la métaphore du contenant et du contenu. Penser l’espace équivaut à penser le social dans sa matérialité.

3La ville est un lieu privilégié par l’analyse spatiale ; elle présente un mode de cohabitation entre les acteurs sociaux en analysant, entre autres, le jeu de la proximité et de la distance. Elle s’intéresse aussi aux modes d’implication entre les diverses sphères d’activité. Pourtant, la ville n’est qu’un cas particulier dans la théorie de l’espace. Cette dernière intervient dans toutes les sociologies : du travail, de la famille, de la religion, etc. En configurant la matérialité, l’espace donne une forme concrète aux relations sociales et à leurs enjeux.

4Donner un statut à l’espace n’est pas l’autonomiser comme s’il avait un effet automatique sur la vie sociale, à la manière dont on le présuppose dans le « spatialisme ». L’exemple de la mixité est relativement éclairant. Mélanger physiquement des groupes sociaux au niveau du logement ne suffit pas pour les rapprocher socialement. Bien d’autres variables interviennent. Ainsi la configuration de la matérialité dépend du modèle culturel. Si la référence est l’harmonie dans la hiérarchie, c’est-à-dire vivre selon son état, sans envier ceux qui sont nés dans un autre état, le mode de spatialisation est différent de celui valable dans une situation régie par la compétition pour l’égalité : « si tu as cela, pourquoi pas moi ? » Dans les deux cas, le mode de coexistence spatiale a une incidence sur les formes pertinentes de mixité.

5Dans le premier cas, le mélange spatial développe des échanges de complémentarité, tandis que dans le second il multiplie les frustrations. Celui qui n’a pas risque d’envier les autres. Ces derniers sont mal à l’aise en se rendant compte qu’ils sont objet de convoitises. Au fond, l’analyse suppose que l’on dispose d’une matrice à plusieurs entrées, dont l’entrée par l’espace est un passage obligé. Réinséré dans la complexité du social, l’espace donne des balises pour l’action. L’espace propose des repères qui permettent d’organiser la vie quotidienne.

6Henri Lefebvre veut dépasser cette immersion dans l’espace de la vie quotidienne, qui est balisée par une conjonction entre l’espace vécu et perçu. Un espace conçu permet d’anticiper des formes spatiales autres de celles qui sont déjà là. L’espace devient le support d’un projet qui permet d’évaluer un futur autre que la répétition du présent. Cette manière de configurer l’espace se distingue de ce qu’il appelle l’espace perçu. Ce dernier porte sur la représentation que l’on se fait de l’espace dans lequel le social se déroule (Lefebvre, 1974).

Logique de production versus logique d’appropriation

7Une autre manière d’approfondir les liens entre l’espace et l’action est de distinguer la logique de production de la logique d’appropriation. La première explicite qui prend l’initiative de transformer la ville dans ce qu’elle a de visible, mais aussi d’invisible. Pour ce faire, il faut tenir compte de la multiplicité des intervenants et des jeux de pouvoir entre eux. Le politique est impliqué de diverses manières, sans être nécessairement le meneur du jeu.

8Dans la logique d’appropriation, les « destinataires » ont une certaine autonomie. Il en résulte des pratiques d’habiter qui s’étendent à tous les espaces de la vie quotidienne ; ils sont, à bien des égards, une invention collective. L’appropriation est active et elle est partie prenante d’une attitude réflexive. Un écart se crée entre les normes (juridiques et autres) et l’usage qui en est fait. Divers acteurs – y compris les plus modestes – imaginent des solutions d’entre-deux qui permettent de jouer avec les règles, voire de les contourner. Ces micro-productions de l’espace de la ville – pour reprendre l’expression de Françoise Navez-Bouchanine (citée dans Remy, 2014, p. 261) – peuvent s’entremêler et aboutir à une évolution collective diffuse.

9L’appropriation, loin d’être secondaire, est une des faces marquantes de la dynamique sociale. La distinction entre les deux logiques a une portée analytique. Elles peuvent s’impliquer mutuellement, au niveau de l’action concrète d’un acteur social. Cette opposition est « idéal-typique ». La réalité inclut bien des hybridations. L’enjeu de la participation des habitants est de transformer, partiellement, les destinataires du cadre bâti en acteurs qui prennent l’initiative dans la conception de leur habitat. Même dans ce cas, ce qui est recherché n’est pas transparent. L’action de mise en œuvre comporte des déceptions et des tensions, dont l’élucidation se fait progressivement.

Mode de spatialisation et urbanisation

10Outre cette dimension dynamique, l’espace oriente l’action par sa dimension statique. Pour Michel Marié, l’espace est un facteur d’inertie (Marié, 1989). Il donne de la pertinence à l’orientation par le déploiement du social, mais aussi par une stabilisation des relations. Les structures spatiales modèlent les interactions et les représentations collectives. La matérialité – et l’espace qui la compose – est un facteur spécifique qui pèse au niveau du conditionnement et permet de stabiliser le contrôle. Nous l’appelons un mode de spatialisation du social. Chaque époque se caractérise par un mode de spatialisation qui lui est propre. Ainsi, nous opposons les contextes où la mobilité spatiale n’organise pas la vie quotidienne, à ceux où elle devient une condition d’implication active. Nous nous centrons sur cette opposition, en la proposant comme un idéal type. L’idéal type de Max Weber n’est pas un type modal ou un type moyen. Il s’agit d’un modèle où le chercheur a poussé des caractéristiques jugées pertinentes jusqu’à leur limite, pour comprendre le processus en cours.

11Le contexte contemporain se caractérise par un mode de spatialisation où la mobilité structure la vie quotidienne parce qu’elle est techniquement possible et socialement valorisée. Le « techniquement possible » va de soi avec des modes de déplacement à rapidité différente, ce qui engendre un espace multi-scalaire. Le « socialement valorisé » demande des explicitations. Vivre dans un espace clos – village, quartier, logement – peut être valorisé comme un espace intérieur, régi par la règle morale, alors que l’extérieur est potentiellement perturbé. Dans ce cas, les déplacements sont découragés et doivent se justifier. Le modèle inspirant une mise en valeur de la mobilité a des présupposés différents. L’enfermement dans un espace clos est perçu comme négatif. Au contraire, l’ouverture sur des espaces extérieurs multiples peut apporter des débuts d’accomplissement de soi. Les opportunités sont d’autant plus ouvertes que les espaces polarisateurs sont diversifiés. Il y a un éclatement des références et des pratiques spatiales.

12La définition traditionnelle de l’urbanisation la caractérise comme un processus de croissance de l’espace urbain. Par convention de langage, nous donnons à ce concept une extension qui va beaucoup plus loin. Nous appelons « urbanisation de la vie sociale » le mode de spatialisation où la mobilité est possible et mise en valeur pour organiser la vie quotidienne. Ce processus affecte la ville comme la campagne, selon des modalités différentes (Remy, 2015).

13Ceci affecte les modalités à travers lesquelles la socialisation prend forme. Lorsque la mobilité est peu structurante, l’ancrage territorial est fort. Souvent les diverses activités se déroulent au même endroit, ce qui permet à chacun d’avoir une connaissance des autres par observation directe ou indirecte. Ce contrôle social, que nous appelons « contrôle écologique », devient inapproprié lorsque la mobilité permet de multiplier des lieux de vie étanches les uns aux autres. Il peut y avoir dissociation entre le lieu de résidence, le milieu de travail et les activités de loisir. L’individu doit gérer ses diverses participations. Les formes du contrôle social passent par ce jeu individuel.

L’individu et les différents modes d’appropriation

14Cet appui sur l’individu, pour arbitrer ses multiples participations, aboutit à un processus d’individuation, par lequel l’individu essaie de s’affirmer dans sa spécificité. Ce n’est pas nécessairement de l’individualisme, l’individu exprimant alors ses préférences sans se préoccuper de leurs effets sur autrui. L’individuation est compatible avec n’importe quel projet, altruiste ou non. L’essentiel est que l’individu garde une maitrise sur son devenir.

15Cette tendance de fond peut engendrer des effets différents du point de vue de l’autonomie. Ceux-ci dépendent de la capacité d’appropriation de chacun. Les décalages sont induits par la capacité des acteurs à développer des stratégies propres. Si certains explorent les diverses possibilités permettant un épanouissement socio-affectif, d’autres au contraire vivent dans une relative solitude, sur un fond de méconnaissance et avec un accroissement de la dépendance. Entre ces deux positions extrêmes, on trouve une gamme de situations intermédiaires. Face à la tendance dominante, certains peuvent avoir une attitude de rejet. Il en résulte souvent des groupes proposant un mode de vie alternatif, par exemple en valorisant ce qui peut se réaliser à proximité, autant pour les relations que pour les services divers.

16Les effets de sens différents, voire opposés, révèlent comment l’urbanisation prend corps dans la vie quotidienne. Par là, on voit comment des rapports sociaux inégaux se concrétisent. Il existe des processus collectifs d’appropriation qui relèvent d’une autre logique ; nous ne les évoquons pas, car nous nous centrons sur les modes de socialisation.

La ville urbanisée est un mode de spatialisation spécifique

17L’urbanisation a une incidence sur la manière dont s’articulent les diverses dimensions qui caractérisent la ville. Au lieu d’être reliées de façon étroite les unes aux autres, à partir d’une morphologie de l’habitat, elles acquièrent au contraire un type d’autonomie vis-à-vis de cette base matérielle.

18Françoise Choay souligne qu’un « consensus sémantique » associe la ville à un espace compact, continu et situé dans une hiérarchie de centres (Choay, 1994). C’est la première dimension de la définition de la ville, qui relève de la morphologie du cadre bâti. Dans ce cas, il existe un lien biunivoque entre structure spatiale et structure sociale, au point que, dans certains cas limites – le village des Bororos (Lévi-Strauss, 1955, pp. 253-256) – si l’on décompose la structure spatiale, on désorganise du même coup les principes de base de l’agir collectif. En quelque sorte, l’espace est la formalisation majeure de la culture du groupe et de ses règles de fonctionnement social (Remy & Voyé, 1992, p. 25).

19Dans l’espace urbanisé, les degrés de liberté grandissent entre les diverses facettes de la vie sociale. Ainsi pour les dimensions de la ville : en se référant à différents auteurs, on distingue trois dimensions supplémentaires :

20- Georg Simmel associe la ville à une dimension socio-affective : l’individu réagit à des stimulations multiples et il se protège en sélectionnant les contacts. La définition se fait par les formes de sociabilité (Simmel, 1965 [1903]).

21- Louis Wirth la définit par les caractéristiques socio-démographiques de la population (volume, densité, hétérogénéité). Elles induisent un mode spécifique de relations sociales (Wirth, 1938). Cette entrée par la démographie est proche de celle par la morphologie sociale, adoptée par Maurice Halbwachs.

22- Max Weber souligne sa dimension socio-politique : la ville est considérée comme le lieu à partir duquel s’organisent les diverses activités et se prennent les décisions de coordination les concernant. Cela repose sur un milieu où la circulation des informations facilite la mise en œuvre de cette fonction (Weber, 1962 [1921]).

23Un espace urbanisé suppose des degrés de liberté entre ses diverses facettes. En raison des facilités de la mobilité, les dimensions de la ville ne se superposent plus dans un même espace morphologique. Lorsque l’espace compact s’effrite ou perd de ses fonctions, les autres aspects de la ville ne disparaissent pas pour autant. Des jeux transactionnels entre les acteurs aboutissent à des alternatives plus ou moins cohérentes.

L’espace et le jeu transactionnel

La transaction comme mode d’approche de l’action

24La transaction examine une action en train de se dérouler entre plusieurs acteurs réunis par un enjeu commun. Ils disposent d’une capacité inégale pour faire valoir leur point de vue et aboutir à un produit transactionnel, qui peut être un moyen terme accepté entre des positions extrêmes. Souvent, on aboutit collectivement à une proposition nouvelle, que personne n’aurait pu imaginer seul. La confrontation a d’autant plus de poids qu’elle se déroule dans un contexte peu structuré. Le devenir est marqué par l’incertitude. Il y a quelques analogies avec la négociation, mais le processus est plus diffus, dans l’espace et dans le temps.

25L’abordage par la transaction sociale est né dans le cadre d’analyses urbaines et rurales, notamment dans l’observation de l’élaboration progressive de la conception d’une ville nouvelle comme Louvain-la-Neuve. Au départ, nos recherches partaient de quelques idées floues, par exemple une ville à sociabilité ouverte, favorisant l’expérience de la diversité. L’équipe de conception ne disposait pas de modèle auquel se référer, même s’il y avait des connivences avec la morphologie de villes anciennes : continuité des rues et des places. Comment mettre ces idées en œuvre au plan d’un habitat construit où l’automobile et le piéton doivent avoir leurs places respectives ? Il fallait aussi choisir une distribution des équipements, y compris ceux de l’université. Il fallait encore opter pour des caractéristiques démographiques qui permettent d’éviter l’effet « campus ». L’élaboration s’est faite dans un jeu d’essais et d’erreurs. Des rencontres aléatoires furent parfois déterminantes. Des éléments concrets et contingents ont induit des effets globaux, des perturbations légères furent la source de réorientations importantes. Des effets convergents résultèrent de transactions particulières, sans qu’ils tiennent à une programmation préalable.

26La transaction sociale s’efforce de saisir une interaction dans son déroulement quotidien. La vie quotidienne ne se limite pas à celle de l’homme ordinaire, il peut aussi bien s’agir de la vie quotidienne d’un promoteur immobilier ou d’une municipalité. S’intéresser au développement quotidien et concret des interactions suppose que ce qui s’y passe peut avoir une incidence sur le résultat final. Tenir compte du concret peut être déterminant pour comprendre des effets globaux. Les transactions prennent du temps sans que celui-ci soit déterminé à l’avance. L’espace fournit une mise en scène dans laquelle s’inscrivent un scénario et une intrigue. Le déroulement procède souvent par essais et erreurs, par tâtonnements successifs.

27Dans un mode de spatialisation configuré par l’urbanisation, les degrés de liberté – au sens de la théorie des probabilités – grandissent, donnant du jeu aux interactions entre les acteurs. Nous l’avons vu, à un niveau macro sociologique, avec les diverses facettes de la ville. Cela vaut à divers niveaux : on peut déménager sans changer d’emploi et réciproquement. En cas d’éloignement du lieu de travail, on peut choisir une bi-localisation. Cela repose sur une multiplication des transactions.

28À titre d’exemple, on peut évoquer la bi-localisation pour un membre de la famille qui choisit de résider à proximité de son lieu de travail, éloigné du domicile familial (Hamman et al., 2014). Il rejoint ce dernier chaque semaine. Comment « faire famille » dans ce cas de multi-localité ? Une dynamique transactionnelle s’infiltre dans les multiples arrangements quotidiens. Il en résulte des « compromis de coexistence ».

Spatialisation du temps

29Les structures spatiales modèlent les transactions, autant du point de vue des interactions que des représentations collectives. Les produits transactionnels ne reproduisent ces structures que partiellement. Ils contribuent à les transformer. L’analyse se déroule en termes de processus et de temporalités. De façon plus globale, les transactions se profilent dans un mouvement où la ville se projette dans l’avenir, en s’inspirant de son passé, sans le reproduire mais en le transformant. L’espace permet un déploiement du social mais il est en même temps une force d’inertie qui stabilise les relations. Il suppose une projection symbolique sur des objets ou sur des parcours, condensant une histoire individuelle et collective, fonctionnant à la manière d’une mémoire (Halbwachs, 1941). Ainsi investi, l’espace est susceptible de mettre en scène un récit historique. La liaison de l’espace à l’action rend les distinctions pertinentes, ainsi que l’imbrication avec le temps.

30D’une autre manière, l’espace est le support d’un projet qui anticipe le devenir. Le futur doit-il faire rupture avec le passé, considéré comme un carcan ? C’était le cas pour l’urbanisme moderniste. L’inversion du balancier se réalise au moment où l’on considère le passé comme porteur d’une expérience accumulée, qui doit inspirer l’avenir. On se trouve devant un processus qui sort ses effets progressivement et qui se stabilise en s’inscrivant dans la durée et en imprégnant l’espace. Tout cela contribue à spatialiser le temps. Le temps et l’espace sont imbriqués l’un dans l’autre.

L’espace comme ressource

31L’espace est aussi une ressource pour communiquer et pour guider les interactions sociales. En quelque sorte, il est un langage verbal ou non verbal. Nous donnons quelques exemples, pour montrer les possibilités offertes dans le cadre des transactions sociales.

32L’espace « interstitiel » signifie qu’une frontière n’est pas une limite stricte, avec un passage direct du dedans au dehors. Dans cet espace flou, où l’on n’est ni chez l’un ni chez l’autre, l’indétermination permet des expérimentations qui ne seraient pas possibles dans des espaces plus marqués. C’est exprimé par la métaphore de la lisière : on n’est plus dans le bois, sans être déjà dans le champ. Cet espace est souvent donné comme producteur d’une hybridation favorisant la biodiversité. La ville est d’autant plus dynamique qu’elle comporte beaucoup d’espaces interstitiels. Ceux-ci ne sont pas des espaces banalisés, accessibles à tous et à n’importe qui. Leur ouverture sélective en fait souvent des lieux où se rencontrent des individus « hybrides », en train de fabriquer leur identité. Il s’agit dans ce cas d’espaces de transition où l’on acquiert collectivement une compétence, avant de se présenter sur la scène publique.

33L’espace public est une autre ressource pour la communication. C’est un espace ouvert, où chacun peut se mettre en scène pour les autres et « négocier » sa présence dans un espace hautement légitime. Il s’agit d’un lieu de liberté où la sociabilité est indéterminée, du moment que l’on respecte certaines règles de coexistence. L’espace public lui-même prend une connotation différente selon qu’il est inséré dans un quartier résidentiel ou dans un quartier à vocation de centralité. Dans le premier cas, il faut habiter pour se sentir chez soi, même si les occupants sont relativement hospitaliers vis-à-vis des gens de passage. Dans les quartiers à vocation de centralité, il n’est pas nécessaire d’y habiter pour se sentir « chez soi ». La diversité qui s’y exprime est d’autant plus acceptée que l’ensemble des comportements est régi par une certaine « indifférence civile ». L’espace public devient une scène locale, où divers acteurs institutionnalisent leurs échanges et leurs confrontations. L’espace de liberté devient un espace de débat. C’est un contexte favorable à de multiples formes de transactions ; des personnes, qui ne se connaîtraient pas autrement, ont l’occasion de se rencontrer.

34Dernier exemple, les espaces de secondarité s’opposent aux espaces de primarité. L’espace primaire est celui où l’on assume les rôles et les contraintes de la vie ordinaire. L’espace secondaire prend sens par rapport à l’espace primaire, comme une possibilité d’écart, de mise à distance. Il peut s’agir de seconde résidence, d’un séjour à l’étranger ou de la ville la nuit. La secondarité ne correspond pas à des espaces désignés. Un espace secondaire à un moment donné peut devenir primaire en d’autres circonstances. Les espaces secondaires sont des « contre-espaces » qui offrent des possibilités d’être ou de faire autre chose et de multiples choses. Cet « ailleurs » peut être vécu comme une évasion par rapport à la vie quotidienne. Lorsque le rôle autour duquel l’individu structure son identité sociale n’est pas celui sur lequel porte son investissement principal, il peut rechercher des espaces de secondarité où, enfin, il peut être lui-même. Ce dédoublement crée une zone de liberté, aux significations multiples. Dans certains cas, c’est le lieu de promotion des alternatives par rapport à l’ordre social régnant. Cette composition spatiale permet un jeu sur « le caché et le montré », l’opacité et la transparence ; ce sont des ressources pour les transactions sociales qui fonctionnent sur une implication distante. Elles supposent un jeu subtil entremêlant confiance et défiance, solidarité et conflit. Une attitude encline à multiplier les transactions promeut une forme de sociabilité. La compétence qui en résulte est en connivence avec l’urbanité. Les deux se renforcent mutuellement.

L’apport de l’approche par la transaction à la sociologie urbaine

De la morphologie à l’action

35La sociologie urbaine ne se réduit pas à une approche par la morphologie, que ce soit la morphologie physique (l’habitat construit) ou la morphologie sociale (les caractéristiques sociodémographiques). Cela vaut même dans l’analyse des modes de distribution dans l’espace pour en tirer les conséquences pour la vie sociale : regroupement ou dispersion de certaines catégories de populations, degré de mixité d’après les caractéristiques envisagées, mélange entre diverses fonctions et la résidence.

36La transaction suppose que l’on mette l’accent sur une action qui se déroule : enjeux, interactions, invention de solutions. À travers ce processus, un modus vivendi se cherche par tâtonnements. L’analyse morphologique n’est pas négligée, dans la mesure où elle conditionne le champ des possibles et symbolise la position réciproque. La distribution spatiale des activités et des types de population est le résultat d’un rapport d’imposition. Celui-ci peut avoir comme objectif de diminuer les conflits en vue d’assurer le déroulement paisible de la vie quotidienne. Cela suppose des regroupements et des mises à distance. Néanmoins, si les conflits deviennent trop intenses, les populations qui le peuvent se déplacent et investissent d’autres lieux.

37Les transactions peuvent aussi aboutir à produire des avantages de coexistence. L’environnement qui en résulte crée des effets positifs, qu’aucun des acteurs n’est capable de produire par lui-même. La transaction a d’autant plus de poids que l’on se trouve dans des situations peu structurées. L’issue de l’interaction est incertaine et dépendra du jeu des acteurs et de la capacité d’imposition de chacun.

38Pour caractériser la vie urbaine, soulignons qu’elle ne se ramène pas à une activité particulière : école, entreprise, famille, club sportif etc. Il n’y a pas non plus de fédération entre ces diverses activités. Elles n’ont souvent aucune interdépendance entre elles. L’interdépendance se fait uniquement de façon indirecte, par le partage d’un contexte commun. Dans cette situation peu structurée, les rapports réciproques ne sont pas formalisés. Des transactions prennent forme au fur et à mesure que des problèmes se posent et doivent être résolus. La ville n’est pas une fédération d’organisations et, a fortiori, elle n’est pas une organisation. Le pouvoir municipal ne correspond pas au pouvoir local qui le déborde. Dans la ville converge un ensemble d’initiatives plus ou moins invisibles. C’est une entité complexe qui fonctionne à la manière d’une « anarchie organisée ».

39Cette indétermination est encore accrue dans un contexte d’urbanisation. Ré-évoquons le processus déjà abordé antérieurement : on associe d’habitude l’urbanisation à une extension des entités urbaines. Par convention de langage, nous dépassons cette définition quantitative, pour attribuer à l’urbanisation une définition qualitative. Dans un espace urbanisé, la mobilité organise la vie quotidienne parce qu’elle est techniquement possible et socialement valorisée. Cette évolution qualitative affecte la campagne comme la ville, selon des modalités différentes. Cette évolution a une incidence sur les modes de socialisation, puisque plus personne n’est capable de faire le tour des comportements des autres par observation directe.

40La complexité des entités collectives se complique, au vu de la multiplicité des substitutions que l’urbanisation rend possible. À titre d’exemple, rappelons simplement le fait de pouvoir déménager sans changer d’emploi et réciproquement. De ce fait, les liaisons deviennent plus souples et davantage multilatérales.

Et la négociation ?

41Pour caractériser le processus interactif, abordons la formation et l’évolution d’une culture de voisinage. Au départ, il n’y a pas de règles de cohabitation ni d’actions à promouvoir en commun. Le quartier est une unité collective à objectifs multiples relativement indéterminés. Ceux-ci découlent des potentialités liées à la cohabitation de proximité. Les habitants se retrouvent à vivre dans le quartier selon des choix propres à chacun. Ils sont autonomes les uns par rapport aux autres, même si certaines caractéristiques du quartier découlent du regroupement de populations ayant des similarités sociales. L’implantation peut être envisagée comme provisoire ou comme quasi-définitive. L’implication dans la vie locale dépend du bon vouloir de chacun. Elle ne débute pas par des négociations explicites. Au contraire, ce type d’attitude risque de détériorer l’atmosphère. Formaliser une négociation n’a de pertinence qu’en cas de conflits de coexistence relativement durs. Le succès dépend d’une multiplicité de transactions où s’invente un mode particulier de cohabitation.

42En cas de réussite, naissent « spontanément » des ajustements successifs, des systèmes d’entraide, voire certaines actions collectives. Le tout va dépendre d’individus ou de groupes fédérateurs. Ceci est favorisé par l’existence de divers lieux de rencontres occasionnelles : la cage d’escalier dans l’immeuble, les sorties de l’école pour les parents, la brasserie comme espace de loisir. À un certain moment, un désir d’expression collective, comme une fête de quartier, peut émerger. Au final, cela peut aboutir à une ouverture vers l’extérieur, par exemple en développant des jeux interquartiers. L’idée que la ville est, entre autres choses, une fédération de quartiers différents les uns des autres peut alors émerger.

43Cette « dérive » suppose le développement d’une dynamique de groupe. L’évolution du quartier peut suivre une séquence relativement différente. Elle peut aboutir à une juxtaposition passive, sous forme « d’indifférence civile ». À la limite, chacun se retire chez soi et vit dans la dispersion. Refaire l’histoire collective des dix dernières années de la vie d’un quartier révélerait diverses transactions : celles qui ont réussi et celles qui ont échoué : à l’initiative de qui ? autour de quel enjeu ?

44L’insertion de la transaction dans la dynamique sociale est bien différente lorsque se développe un urbanisme participatif où des populations réagissent au projet d’un promoteur privé ou public. Ici, la mise au point d’une structure de négociation est loin d’être l’indice d’un échec, elle garantit la bonne marche de l’opération. Les riverains ou les destinataires ont tôt fait de se constituer en association. Des personnes qui se connaissaient vaguement se découvrent des connivences et des intérêts communs. Les autres acteurs devront se présenter. La mise en scène est collective. Toutefois, les rencontres formellement prévues sont accompagnées avant et après par des contacts occasionnels où se forge la confiance ou la défiance, où circulent de multiples informations, où s’imaginent des solutions alternatives. Si l’espace-temps bien délimité de la négociation est le lieu des décisions explicites, les jeux sociaux qui l’accompagnent peuvent être déterminants dans la réussite du processus. Ceci amène à prendre en considération le rôle « enveloppant » des transactions.

Le marché foncier et immobilier : un « épiphénomène » ?

45Que faire du marché foncier et immobilier ? L’un et l’autre ne régulent-t-ils pas l’occupation de l’espace, même si les mouvements sont cadrés par le politique, notamment à partir de l’aménagement du territoire ? On pourrait envisager le fonctionnement des marchés, à travers la séquence du filtering up ou du filtering down, si, à chaque changement, le statut des occupants s’élevait ou déclinait. Ceci se traduirait dans une évolution permanente des prix du marché, à la hausse ou à la baisse. Ce mouvement de surface traduit un contexte où les localisations estimées les meilleures vont à ceux qui ont les moyens de payer. Les autres sont contraints soit de déménager, soit de se contenter des espaces marginaux. Ces marchés très fragmentés sont, à certains égards, un « épiphénomène » exprimant les équations transactionnelles qui les sous-tendent et les englobent. Il s’agit « d’indicateurs synthétiques » dégagés par ajustements successifs. Révélateurs de la conjoncture du moment, ceux-ci ont aussi des retombées stabilisantes ou transformatrices.

46La transaction s’insère ainsi de diverses manières dans une vie urbaine dynamique, où les acteurs ont des visions différentes, voire opposées. L’absence de transaction est l’indice d’une inertie sociale. Sa présence, au contraire, est une forme de sociabilité particulièrement adéquate dans les analyses de sociologie urbaine et rurale.

Conclusion

47L’espace et la transaction sociale sont des constituants fondamentaux de la dynamique sociale. Ils ont d’autant plus de pertinence qu’ils sont associés à des présupposés sur la manière dont fonctionne et évolue une formation sociale. L’utilisation de ce terme, plutôt que celui de « société » n’est pas neutre. La société suppose une unité fonctionnelle englobante, où les désaccords et les conflits ne sont pas nécessairement un élément de la dynamique sociale. La formation sociale n’est ni holistique, ni de génération spontanée. Ni l’appropriation dispersée, ni le recours à un légitimisme centralisateur, ne permettent de comprendre la signification centrale des transactions et des configurations spatiales. Il faut prendre distance vis-à-vis d’une vision enchantée de l’auto-organisation, tout autant que du pari d’une mobilisation politique générale qui résoudrait tout. Il y a une tension entre les forces centrifuges et centripètes.

48Les modes de spatialisation et les transactions découlant des degrés de liberté sont transversales vis-à-vis des diverses activités à la base de la vie sociale. Comme cela a déjà été dit, ils peuvent contribuer à développer une analyse de la famille, de l’entreprise, des phénomènes religieux. Il y a une synergie entre les modes de spatialisation et les transactions sociales. La prise en compte des unes comme des autres est une contribution à une sociologie générale.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu P. (1979), La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit.

Choay F. (1994), « Le règne de l’urbain et la mort de la ville », dans La Ville et l’art de l’architecture en Europe - 1870-1993 (Catalogue), Paris, Éditions Centre Pompidou, pp. 26-34.

Habermas J. (1988 [1962]), L’Espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Éditions Payot.

Halbwachs M. (2008 [1941]), Topologie légendaire des évangiles en terre sainte, Paris, Presses universitaires de France.

Hamman P., Blanc M., Duchêne-Lacroix C., Freytag T. & C. Kremer (dir.) (2014), Les Mobilités résidentielles à l’aune de la multilocalité, Strasbourg, Éditions Néothèque (www.neotheque.com).

Lefebvre H. (1974), La Production de l’espace, Paris, Éditions Anthropos.

Lévi-Strauss C. (1955), Tristes tropiques, Paris, Éditions Plon.

Marié M. (1989), Les Terres et les mots, Paris, Éditions Klincksieck.

Remy J. (2014), « Note de lecture sur : Deboulet Agnès et Jolé Michèle (dir.). 2013. Les mondes urbains. Le parcours engagé de Françoise Navez-Bouchanine », Espaces et Sociétés, n°156-157, pp. 261-264 (www.cairn.info).

Remy J. (2015), L’Espace, un objet central de la sociologie, Toulouse, Éditions Erès.

Remy J. & L. Voyé (1992), La Ville, vers une nouvelle définition, Paris, Éditions L’Harmattan.

Simmel G. (1965 [1903]), « Les grandes villes et la vie de l’esprit », dans Choay F., L’uUrbanisme : utopies et réalités, Paris, Éditions du Seuil, pp. 409-421.

Weber M. (1962 [1921]), The city, Glencoe, Illinois, The Free Press of Glencoe (2014. La Ville, Paris, Éditions La Découverte).

Wirth L. (1938), « Urbanism as a Way of Life”, American Journal of Sociology, vol. 44, pp. 1-24.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Remy, « Spatialité du social et transactions », SociologieS [En ligne], Dossiers, Espaces et transactions sociales, mis en ligne le 16 juin 2016, consulté le 03 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/5354

Haut de page

Auteur

Jean Remy

Professeur honoraire de sociologie à l’université catholique de Louvain-la-Neuve (Belgique) - remy.jean@skynet.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page