Navigation – Plan du site
Espaces et transactions sociales

Les nouvelles socialités urbaines

Friches, jardins et bien commun dans deux villes désindustrialisées
New urban social relations. Wastelands, gardens and common property in two deindustrialised towns
Josiane Stoessel-Ritz

Résumés

Les espaces vacants et aux marges de la ville se présentent comme des lieux disponibles pour la vie quotidienne (habiter, s’alimenter) dont les activités composent un terreau d’expériences par la coexistence entre groupes et individus différents. Dans ces espaces communs, des échanges sociaux se matérialisent par le biais d’objets faisant lien social ; dans les interactions entre habitants émergent des valeurs et l’affirmation de la prise de conscience d’un intérêt partagé. À partir de travaux portant sur des jardins familiaux et sur une expérience d’éducation populaire par la prévention sociale dans une friche industrielle en Alsace, cette contribution montre comment de nouvelles socialités urbaines émergent dans la proximité et la distance, faisant place à des initiatives autonomes et volontaires d’acteurs locaux conscients et engagés dans des projets collectifs vecteurs de transactions sociales nécessaires au renouvellement de la socialité.

Haut de page

Texte intégral

1Les relations entre les espaces et les sociétés constituent une préoccupation majeure et ancienne des sciences sociales. Elles mobilisent tant les sociologues et les géographes que les architectes et les aménageurs avides de planification et d’organisation rationnelles. L’espace, urbain ou rural, est-il produit par la société, ses groupes et ses communautés ? Ou, au contraire, l’espace maîtrisé et quadrillé structure-t-il des formations sociales modelées à l’aune des projets des experts ? Nous dépassons cette vision binaire et réductrice, au profit des interactions entre espaces et sociétés, et des transformations émergeant des relations concrètes entre des pratiques sociales et un espace avec ses lieux, prenant une signification dans la mise en communication des individus. Ainsi posé, l’espace traduit un rapport social, matériel et immatériel, entre des individus, les uns par rapport aux autres. Cet espace ne peut être détaché de la vie des humains et de leurs attachements ; il constitue une dimension intégrante de leur existence concrète (Halbwachs, 1997 [1950]).

2Les activités sociales (au sens sociologique) constituent le terrain sur lequel se nouent des échanges ; elles structurent la toile de fond d’un processus d’invention de nouveaux espaces qui représentent des lieux offrant des potentialités de créativité pour des liens sociaux et des attachements à l’espace et aux objets qui nous relient (maison, jardin). La ville représente en général la richesse et la diversité de ce potentiel (arts, cultures, technologies), souvent sous l’angle de deux faces qui s’opposent : une face visible qui montre la dimension légitime des activités ordonnées et lucratives aux localisations choisies ; une face laissée dans l’ombre : la ville aux multiples diversités (cultures, ethnies) qui inspirent méfiance et mise à distance, source de tensions (mobilités, oisiveté, migrants), dont le potentiel est considéré menaçant (Park, 1984 [1926]). La ville affiche sa volonté de contrôle de ces espaces en euphémisant l’impact des transformations sociales qu’elle traite par la relégation spatiale de populations laissées aux marges (banlieue, quartiers périurbains) et en instaurant hiérarchies et inégalités. Ces enjeux de pouvoir exercent une tension sur la créativité latente de la ville, invisible mais présente par la diversité de ses habitants (Park, 1984 [1926] ; Touraine, 1973).

3La ville du xxie siècle se situe dans une période charnière entre le déclin des activités industrielles, les profondes transformations du rapport au travail et l’augmentation continue du nombre d’habitants vivant dans la précarité. La vie quotidienne devient l’épicentre de la vie sociale dont la ville porte l’empreinte (crise de l’immobilier, fermeture des commerces, tensions sur les communs). La fragmentation du tissu urbain produit un processus de distanciation et de séparation des mondes sociaux et des classes, imposant « aux gens de faire la ville » (Donzelot, 2005, p. 61).

4Nous posons la ville dans sa singularité, soit un espace de rapprochement concret (Ledrut, 1976) et ouvert à la diversité des expériences (Park, 1984 [1926]) en considérant un processus de transformation sociale en train de se faire par l’intégration de la coexistence dans la manière de faire la ville. Nous explorons les concepts de socialité et de transaction sociale en lien avec une spatialité du social pour saisir la ville comme une façon de vivre (section 1). Nous nous focalisons sur deux types d’espaces urbains semi-structurés (Remy, 2015) : d’abord en ciblant des espaces en creux, zones d’entre-deux comme le périurbain, souvent enclavées et invisibles, pour comprendre comment y émergent des potentialités de renouvellement de liens sociaux (jardins urbains, terrains en périphérie de la ville de Thann, en Alsace) (section 2). Puis, nous analysons en quoi des espaces délaissés et isolés (terrains des Mines de Potasse d’Alsace dans l’agglomération mulhousienne), constituent un lieu propice pour des expériences collectives innovantes portées par une association de prévention, d’insertion sociale et de solidarité (Sahel Vert), dont l’objectif en faveur du vivre ensemble soutient une dynamique de socialité pour faire cité par des pratiques citoyennes (section 3).

5Nos analyses s’inspirent de nos recherches sur le bien commun, l’espace local et la socialité, ainsi que des travaux conduits dans le cadre du réseau 2DLIS (encadré ci-dessous).

Le Réseau Développement durable et lien social (2DLiS) est un réseau de chercheurs à vocation euro-méditerranéenne (www.reseau-2dlis.eu). Il fédère des équipes européennes et africaines à vocation interdisciplinaire, avec l’objectif d’interroger le développement durable à partir des solidarités. Il propose un programme de séminaires internationaux, dont le dernier intitulé « Développement durable, représentations sociales, innovations sociales » s’est tenu à l’université Gaston-Berger (Sénégal). Dernière publication : Blanc et al., 2015.

6Nos travaux se rapportent à deux terrains empiriques en Alsace, une région urbanisée à forte densité, dont la culture ouvrière est reliée à une identité rurale et demeure présente. Ils traitent de l’agriculture comme une activité qui repose sur un contrat social et produit du lien social (Stoessel-Ritz, 2012 et 2013) ; ils utilisent la thèse de Kenjiro Muramatsu (2012) et la recherche doctorale en cours d’Elsa Tiendrebeogo, menées toutes les deux sous la direction de l’auteure (universités de Strasbourg et de Haute Alsace).

La ville comme manière d’exister : une socialité émergente

7Au cœur des relations complexes établies entre l’espace et la société, les pratiques sociales constituent une trame féconde pour la compréhension des interactions à plusieurs niveaux : matériel et immatériel, individuel et social, liberté et contrainte. Ces pratiques rendent compte de multiples tensions qui s’exercent dans l’action et à l’échelle des individus inscrits dans des cadres qui se définissent en termes spatiaux et temporels non réductibles à une dimension organisationnelle. Si l’action devient possible par des connexions à (re)construire, les pratiques sociales y contribuent de deux façons (Remy et al., 1978), en distinguant d’une part, les pratiques d’appropriation et, d’autre part, les pratiques de production (biens et symboles). Les premières se situent en amont de l’action et désignent des modalités concrètes d’apprentissage et de socialisation, soit un ensemble d’expériences subjectives et objectives des individus ayant acquis des ressources (capacité, réflexivité) accompagnant l’accès à la vie sociale. Les pratiques de production se situent en aval comme une instance de l’action, elles expriment la forme concrète d’une manière de voir le monde et d’y prendre part.

8Le rapport des individus à l’espace local est le résultat de pratiques sociales de production d’un vivre-ensemble (Stoessel-Ritz, 2007) et de la construction symbolique de ses formes légitimes. L’espace local est le siège du concret, il appelle des capacités individuelles, cognitives, pratiques et sensibles entrant en jeu dans la manière d’être en contact avec les mondes différents qui le composent et qui peuvent se montrer exigeants, voire hostiles. L’expérience individuelle de ces différences sociales, culturelles et d’identités, reconnue par Robert Park à Chicago (1926), devient la condition qui préside à une exigence supérieure : la communication par la conscience de soi, voie d’accès à la reconnaissance de la diversité.

9Ce propos est corroboré par Raymond Ledrut qui met en valeur le concept de coexistence à travers une lecture originale de l’espace de la ville, conçue comme « un mode de coexistence concrète » (Ledrut, 1976, p. 232). À travers la ville, Raymond Ledrut identifie une réalité sociale faite de « rapprochements des hommes par-delà les petits groupes, familles et communautés ». Cette ville se rapproche d’un « ouvrage », puisqu’elle intervient dans un travail à façon dans la recomposition permanente de la proximité et de la distance entre les individus. Dans cet espace, elle est présente comme une œuvre car elle indique comment s’établit le rapport « à l’humain et au naturel » (Ibid.). Dans la manière d’exister représentée par la ville, la proximité est organique car elle s’appuie sur des interactions et sur des échanges entre individus et groupes, soit une coexistence dite vécue, ce qui la différencie d’un espace urbain instrumental (fonctionnel) où la coexistence s’efface dans un cadre de vie.

10La coexistence signifie des pratiques sociales et des mises en relation entre les habitants de la ville, soit de l’échange et de la communication, dont Robert Park relève le caractère non spontané (« incommunication » ou existence de réserves). La vie quotidienne offre des terrains d’expériences diversifiées, autour d’activités localisées dans et autour de la ville. En ce sens, nous pouvons dire avec Raymond Ledrut que la ville intervient comme une médiation entre les hommes, et entre les hommes et la nature, produisant des « manières d’être ». Dans ces différents rapports, les pratiques sont prises dans une tension entre distance et proximité, dans un processus d’apprentissage de la relation et de l’expérience sociale et subjective des autres.

  • 1 Le rapport à la matérialité s’entend ici comme un rapport aux choses, matérielles et immatérielles, (...)

11Si la ville fait vivre d’une certaine manière, elle constitue le lieu où se forme l’ensemble des conditions de vie d’une société : de l’habitat à l’entreprise, de l’école aux institutions. Ces instances se présentent comme des lieux d’expériences individuelles et sociales où les relations s’établissent par le biais d’un rapport à la matérialité transversal aux échanges sociaux (transport, Internet 1, techniques de travail, produits fabriqués ou consommés).

12Dans le prolongement des travaux de Jean Remy (1978 et 2015), nous considérons le rapport à la matérialité comme un rapport aux objets et au monde physique, pratique et symbolique, construit par des individus et rendant possible l’articulation entre l’intérêt et le sens des actions. La communication sociale entre les individus dans la ville passe par différents types de rapports à la matérialité (transport, consommation, équipements) qui interviennent comme des objets dans un échange social, direct ou indirect. L’espace local, plus particulièrement l’espace urbain, est celui de ce rapprochement entre individus par la mise en relation des personnes par les objets et par l’usage social de ces objets faisant lien (Simmel, 1908, cité par Papilloud, 2002, p. 121 ; Stoessel-Ritz, 2008).

13Nous insistons sur les spécificités structurelles de la ville comme mode de coexistence concrète pour souligner deux arguments qui fondent l’intérêt heuristique d’une méthode de recherche et d’un regard sociologique sur l’espace social de la ville : le premier concerne l’impossibilité d’un consensus dans une ville posée comme un lieu paradoxal conjuguant diversité et proximité ; nous privilégions une approche par les pratiques sociales et leurs contradictions, sources de tensions et de négociations. Ce processus sous-tend des transactions sociales, fondatrices de compromis de coexistence (Blanc, 1998, p. 8), avec l’objectif de produire de nouvelles formes de légitimité, porteuses de bien commun. Le second argument se rapporte à l’émergence d’un accord tacite (ou entente) entre les individus, basé sur des codes et des repères communs produits par des individus reliés par une expérience commune – qui peut être constitutive d’une communauté et d’une manière de voir le monde.

  • 2 La socialité est plus large que la sociabilité, qui renvoie à des dispositions sociales propres à f (...)

14Le concept de socialité 2 renvoie à la coproduction d’un mode de coexistence par-delà les différences, elle émane des relations et de l’expérience vécue autour d’une activité sociale dans un lieu donné (Stoessel-Ritz, 2012 et 2013). Pour étayer cette thèse, nous empruntons à Raymond Ledrut la référence à la ville, comme un « rapprochement […] par excellence social. Sa loi porte la socialité vécue à son niveau le plus élevé » (Ledrut, 1976, p. 232). La ville ouvre sur une socialité nouvelle par des liens sociaux qui l’inscrivent dans une dimension politique de cité et de production du bien commun. Chez Robert Park, la diversité des expériences personnelles – et les différences qui en résultent – rendent possible la recherche d’une entente et d’une communication (Reumaux, 2008) : c’est le propre d’une socialité urbaine, créatrice de liens sociaux et d’attachements, que nous essayons d’approcher empiriquement.

Territoires urbains et périurbains : disponibilités de l’espace et lien social

Espaces urbains, disponibilité et bien commun

15Une dimension cachée de la ville, comprise comme un territoire bâti et occupé par des activités et des constructions pérennes, conduit à une structuration durable, difficilement réversible, de la configuration de l’espace occupé. De ce point de vue, la ville exprime le processus d’artificialisation de l’espace et elle donne à ses habitants la possibilité d’exercer concrètement une diversité de relations à la matérialité (matières extraites de la nature et/ou issues du travail industriel). Ces relations vécues au concret sont configurées par des projets d’urbanisme et des travaux d’architectes, mais elles se glissent aussi dans les failles de ces projets et se nichent dans les creux des petites marges d’un territoire contrôlé (bordures de cours d’eau, chemins, toits, arbres et jardinets). Elles se greffent enfin sur des usages sociaux plus ou moins prévisibles (en pied d’immeuble, aux confins d’une zone commerciale) comme des pratiques d’appropriation qui appellent une disponibilité latente des espaces, notamment ceux situés aux frontières de territoires différents et séparés (terrains vagues, espaces de jeux).

  • 3 Friches signifie étymologiquement « terres nouvelles conquises ». http://www.la-definition.fr/defin (...)
  • 4 Voir Le Jardin Solidaire, entre la rue des Vignoles et la rue des Haies, dans le 20e arrondissement (...)

16Dans un environnement urbain où tout (ou presque) semble programmé comme dans un système à multiples connexions interactives (rythmes des transports, des activités), l’attention des individus pour des espaces invisibles et enclavés est enserrée dans les cadres semi-structurés offrant une disponibilité, imposée ou choisie, en créant une certaine distance vis-à-vis de lieux proches et familiers que l’on ne voit plus. La vacance de ces espaces (non-occupés, interdits d’accès) les transforme rapidement en friches 3; ces mailles d’espaces « ouverts » sont réquisitionnées par des citadins, au profit de jardins partagés 4 (par exemple, la politique menée par la Ville de Paris, dite « Main Verte », 2002). Cette appropriation par les habitants des espaces vacants et résiduels traduit « une qualité de devenir » de ces friches, « la vertu des manques urbains » (Soulier, 2008, p. 53).

17Ces espaces présentent une disponibilité latente : ils ne sont ni des espaces ouverts, ni des espaces fermés. Ils se prêtent à des usages laissés en attente de la part des habitants et répondent au manque d’espaces libres ; ce sont des espaces laissés à discrétion, c’est-à-dire « ouverts au discernement et au pouvoir de décider » (Storrie, 2003). À distance des formes de contrôle, ces espaces en marge (ou à l’abandon) s’offrent comme des possibilités pour l’exercice d’une capacité autonome des habitants à affirmer, par de nouveaux usages, la vocation collective et sociale de ces espaces comme un commun. Ces espaces sont investis par les habitants comme des lieux de rencontres et d’échanges entre eux, et aussi avec la nature.

  • 5 Mouvement de citoyens qui transforment l’espace public en espaces partagés, notamment dédiés au jar (...)

18Les friches désignent également des terrains où la végétation est laissée à elle-même, en quelque sorte une nature qui prend le dessus dans les recoins et les espaces abandonnés : dans la ville, ces relations à la nature cristallisent des attentes sociales : de l’entretien à la reconquête de ces espaces par le jardinage (exemple des Incroyables Comestibles 5). Ces initiatives sociales rappellent les formes d’attachement des habitants à leur espace de vie, quartier, immeuble, balcon et jardinet, comme un paysage familier qui fait partie du bien commun. Ce commun se traduit par des pratiques sociales (Stoessel-Ritz et al., 2014) et il exprime ce qui fait vivre ensemble : l’inappropriable (Dardot & Laval, 2014, p. 233).

19Les jardins sont une modalité de la ville, ils ne peuvent être confondus avec l’agriculture urbaine ou périurbaine, qui procède d’autres logiques (technique, professionnelle et marchande) qui maintiennent les citadins à distance. Les espaces vacants des marges urbaines et périurbaines fixent l’attention des habitants portés par un intérêt pour d’autres espaces dans la ville, au contact du monde vivant dans les jardins.

Entre le logement et l’usine : jardin et socialité urbaine

  • 6 Ces trois catégories ont été regroupées sous l’appellation « Jardins collectifs ».
  • 7 La convention qui relie les associations et les communes propose souvent la mise à disposition grac (...)

20Les jardins dans la ville recouvrent une diversité de réalités sociales, du jardin ouvrier (1896), au jardin d’insertion d’une entreprise sociale (1998) et au jardin partagé (2003). La spécificité de ces jardins regroupés sous l’appellation de « jardins collectifs 6 » consiste à organiser la pratique du jardinage dans un espace urbain ou périurbain, commun et identifié, dont l’utilisation est confiée, par convention 7 avec une autorité (publique, association, propriétaire), à des membres souhaitant volontairement faire un usage non marchand de jardins dans un cadre collectif (Muramatsu, 2012, p. 136).

  • 8 Appellation nouvelle des anciens « jardins ouvriers ».

21En Alsace, région à forte tradition industrielle, les jardins ouvriers représentent une tradition ancienne (1830), ils se localisent dès l’origine aux abords des manufactures et des voies de chemin de fer. Plus récemment, l’implantation de nouveaux jardins familiaux 8 sur les terrains périurbains de villes ayant connu le déclin industriel émerge comme un phénomène nouveau : émanation des habitants, ces demandes expriment des attentes individuelles autonomes (libres) pour une activité de jardinage sur des terrains vacants aux bordures des bâtiments et des infrastructures urbaines.

22En 1998, l’Association des jardins familiaux du Pays de Thann est créée, à l’initiative de la mairie, devant l’explosion de la demande de parcelles cultivables dans les dix-sept communes du Pays. De tradition ouvrière (18,4% des actifs en 2012), la population de ce territoire s’est renouvelée avec l’afflux de nouveaux habitants, des retraités plus nombreux (28,6%) qui s’installent au pied des Vosges après avoir quitté la ville (Mulhouse, Saint-Louis).

Situé dans une vallée vosgienne proche de Mulhouse, le Pays de Thann fait partie d’une unité urbaine Thann-Cernay très densément peuplée (3e à l’échelle départementale, avec 311 habitants au km² (Insee, 2010). La ville de Thann, riche d’une tradition textile et ouvrière, est le bourg-centre (8 000 habitants). Nous utilisons des entretiens réalisés dans le cadre des mémoires de Master en économie sociale et solidaire (université de Haute-Alsace).

  • 9 Gustave Lancry défend un lopin de terre pour chaque ouvrier dans : Le Terrianisme : la petite propr (...)

23Posant le jardin comme un espace de socialité urbaine, notre analyse prend le contre-pied des discours se servant du jardin comme argument pour réveiller d’anciennes thèses d’inspiration terrianiste 9, ou qui en font l’instrument d’une politique de la ville dite sociale. Il s’agit de comprendre comment le jardin est un espace qui intervient dans la fabrication de la ville par un processus de réappropriation de terrains délaissés et paradoxalement attrayants pour y retrouver « la nature ». Les jardins familiaux constituent un lieu d’activité encastré dans une manière d’exister dans la ville. La traduction concrète de cette manière d’exister peut être appréhendée par trois dimensions identifiables dans le cas des jardins familiaux du Pays de Thann : l’expérience sociale de la distance et de la proximité, la coexistence vécue et les transactions sociales, enfin la socialité urbaine.

Proximité et distance à plusieurs niveaux

  • 10 Extraits d’entretiens avec des jardiniers de l’Association des jardins familiaux du Pays de Thann.

24La première dimension concerne la spatialisation sociale de l’espace urbain du jardin : celle-ci répond à des attentes des habitants. Une des règles des jardins familiaux est d’ouvrir leur accès à des habitants qui ne sont pas propriétaires d’un lopin de terre. L’expérience du jardin familial associatif instaure un principe de distance concrète avec son « chez soi », son logement. L’opposition distance et proximité est configurée de manière positive en faveur du jardin (« il fait revivre », « on passe un bon moment en dehors de chez soi » 10). Le logement renvoie à un mode d’habiter imprégné par la routine et les soucis du quotidien, source d’aliénation. Ce premier niveau de mise à distance est nuancé par une attente de proximité nouvelle, une volonté de se rapprocher, en particulier du « naturel », opportunité donnée par le jardin. Cette proximité à expérimenter par le jardin une nature (positivée) s’oppose à un recul construit et pensé progressivement par des apprentis jardiniers plus sensibles à une artificialisation (des aliments, de la ville) qui s’exprime sous forme critique. Le jardinage « naturel » prend place dans les discussions et permet à chacun d’affirmer des idées par une prise de conscience réflexive qui montre la distance qui se dessine par rapport à un mode de vie et de consommation faisant partie de la ville, exprimée par un discours critique notamment à l’encontre de l’alimentation industrielle.

25Ces deux formes d’opposition croisent des formes différentes de proximité et de distance mettant en valeur l’ambivalence (soulignée par Robert Park) de ce rapport et le mouvement dialectique qui les relie dans une façon d’exister. Entre le logement et le travail, le jardin ne crée pas seulement un espace nouveau à distance concrète du quotidien, il donne également accès à une expérience sociale en relation avec la nature, qui ouvre sur un regard plus critique (consommateurs actifs) en faveur d’une ville différente.

  • 11 L’individuation désigne le processus réflexif de construction de soi en interaction avec les autres (...)

26La dernière et troisième forme d’opposition repérée se rapporte à la manière d’être des individus eux-mêmes dans l’espace : le jardin devient un lieu de vie, pour des activités et des relations, il permet d’échapper à un isolement social et à la solitude, de prendre de la distance avec soi. Les candidats au jardinage ne sont pas, contrairement à ce qu’on pourrait penser, des jardiniers confirmés ou des pères de famille en activité. Certains vivent seuls, d’autres sont à la retraite ; pour eux le jardin familial associatif à Thann est un espace-temps d’ouverture et de rupture, avec un mode d’habitat qui s’appauvrit en termes de vie sociale. L’intérêt du jardin ne se situe pas dans la seule relation aux autres, il se focalise sur l’apprentissage d’une distance dans la relation avec soi, par un travail d’individuation 11.

Rapport à la matérialité et transactions sociales

  • 12 « Tout jardin est d’abord l’apprentissage du temps » (Éric Orsenna), en médaillon sur le site des A (...)

27Le jardin se vit au concret : « on a un terrain, un chez soi dans la nature » (retraité, ancien ouvrier, Thann). La relation à la matérialité se transforme en relation au monde vivant, par la mise à l’épreuve de savoirs et de ruses pratiques pour déjouer les pièges d’un environnement naturel imprévisible (maladies, insectes, pluie ou sécheresse). La culture d’un jardin s’apparente à un élevage d’espèces végétales dont les pratiques doivent patiemment s’ajuster aux contingences (cycle des végétaux et cycle des saisons) qui rythment le travail des jardiniers. Des relations étroites d’interdépendance se construisent dans la durée, arrimées aux rythmes 12 inégaux des cycles du vivant qui instaurent une forme de coexistence vécue entre les jardiniers et la nature, entre le désir humain de maîtrise de la nature et l’arbitraire de contraintes naturelles, entre le court et le long terme, entre l’utilité et l’inutilité du travail fourni. L’expérience vécue de la coexistence avec la nature exerce des tensions sur le jardinier qui fait l’apprentissage de règles (contraintes et liberté, calcul des coûts, gratuité et don) : par ces échanges, des transactions tacites se nouent avec la nature dans le jardin, permettant de reconnaître les qualités du jardinier aux fruits de son travail.

28L’expérience des jardiniers à Thann repose sur une initiative volontaire d’individus qui s’engagent par des efforts et un travail physique ; cette initiative devient nécessaire (et parfois vitale) pour renouer avec l’espace physique et naturel par des échanges qui soutiennent une manière d’exister. Celle-ci se matérialise par la production concrète de fruits, fleurs et légumes, qui s’échangent entre jardiniers et sont donnés aux autres. La relation au jardin se matérialise dans des systèmes d’échanges et de dons, autrement dit dans une transfiguration des produits en objets désirés pour leur goût et désirables par leur beauté, dans une alchimie avec les lieux :

« Cela me fait plaisir de voir une tomate […]. Je donne aux amis, aux voisins, à la famille, un kilo par-ci, un kilo par-là, ça fait plaisir quoi ! » (ouvrier d’origine algérienne, retraité).

29Dans cet espace d’activités concrètes (Muramatsu, 2012, p. 69), les échanges nourrissent des liens sociaux, ils révèlent également les différences d’attentes entre des jardiniers, en particulier quant aux codes du travail bien fait (« un beau jardin est un jardin bien soigné, bien travaillé »), certaines obligations imposées par l’association à ses membres (une journée de travail par an et par adhérent pour des tâches collectives) sont inégalement comprises. La diversification du recrutement social de l’association de Thann (ouvriers et classes moyennes) produit une diversité d’attentes ; le rapprochement par les jardins familiaux hors les murs (du logement, de l’entreprise) estompe les dissonances liées à l’hétérogénéité sociale et culturelle des jardiniers par l’expérience commune des pratiques sociales du jardinage. L’apprentissage de ces pratiques est vecteur d’interactions qui s’exercent avec l’environnement, dans la recherche d’un compromis pratique (Ledrut, 1976, p. 93). Dans ce monde de jardiniers, qui se reconnaît comme une famille, la reconnaissance des uns et des autres est le résultat d’une transaction sociale.

30Les adhérents fiers de montrer « des légumes qui viennent de mon jardin » accèdent à une considération de soi par les autres dans un espace de voisinage communautaire, par une expérience de la matérialité partagée du jardin. Mode de communication, le jardin se donne à voir :

« C’est un lieu de rencontres aussi, non seulement entre des jardiniers de toutes origines, avec leur famille, mais aussi entre les populations du quartier qui viennent visiter » (retraité).

31Les espaces jardinés offrent une mise en relation sensible, en donnant du « beau » aux habitants, les jardiniers créent un espace de coexistence vécue pouvant avoir un impact sur les représentations sociales des habitants et de leurs voisins.

Jardin et socialité urbaine

32La pratique du jardin associatif s’imbrique dans un espace comme une façon de vivre ensemble constitutive de la ville. Elle s’inscrit dans une démarche volontaire et collective d’habitants de la ville (souvent profanes) en quête d’un espace urbain ayant acquis une fonction nouvelle, par son ouverture à la nature et aux autres. Le jardin est une « œuvre » au sens d’une réalité culturelle (Ledrut, 1976), c’est-à-dire un espace où se construit objectivement une manière d’exister par l’altération qui se produit dans la relation au naturel et aux autres.

33Dans cet espace-temps d’ouverture, les pratiques sociales de jardinage fondent une expérience quasi communautaire que les responsables de l’association de Thann aspirent à consolider par une « pareille vision », comme l’expriment ses membres. La coexistence concrète crée des espaces de rapprochements et d’interactions où sont discutés des sujets à débats comme le jardin naturel (avec le moins de produits chimiques possible). L’association cherche à instaurer des règles de travail autour d’une éthique de responsabilité du jardinier et d’un mode de vie urbain plus responsable. Ces préoccupations semblent partagées parmi les jardiniers adhérents, qui expriment une prise de conscience réflexive (remise en question des modes de consommation).

34Le jardin est enfin un espace de coexistence interculturelle (familles d’origine alsacienne, turque ou maghrébine). L’expérience concrète du jardin opère comme un terrain de pratiques et de savoir-faire qui alimente une communication par le rapprochement vécu. Par-delà les différences culturelles et sociales (statut, origine), l’expérience pratique offerte constitue le terreau d’échanges et de transactions sociales pour une reconnaissance réciproque. Le jardin produit une socialité vécue, soit un vivre ensemble et une modalité de la ville.

Refaire cité à distance de la ville

35La prise de distance, dans sa matérialité, constitue un outil de travail au service d’un projet de réhabilitation des usagers de l’Association Sahel Vert (Haut-Rhin), qui intervient dans les champs de la prévention, de l’insertion et de la solidarité.

L’association Sahel Vert assure une mission éducative auprès d’une dizaine de jeunes placés par la Protection judiciaire de la jeunesse et par l’Aide sociale à l’enfance. L’association accueille également des personnes bénévoles (réfugiés, demandeurs d’asiles notamment) désireuses de s’engager dans des initiatives collectives (relais de la Banque alimentaire par exemple). Sahel Vert développe aussi son action à l’échelle internationale, sur trois sites au Mali, avec la création de centres d’accueil des enfants (http://www.sahelvert.org/​).

  • 13 En 2002, les Mines de potasse d’Alsace mettent à disposition de Sahel Vert ce site isolé, qui était (...)

36Créée en 1991, cette association a investi un espace éloigné de la ville et de ses infrastructures, au contact d’une nature défigurée (la Forêt du Nonnenbruch, au nord de Mulhouse) sur un terrain des Mines de potasse d’Alsace, ancien site industriel dénommé La Dynamitière 13. L’éloignement physique de la ville renvoie à une prise de distance choisie par l’association pour créer les conditions d’un nouvel espace ouvert et disponible pour l’accueil de personnes nécessitant une rupture avec leur quotidien dans la ville.

  • 14 Se rendre à La Dynamitière exige une organisation des déplacements et le respect d’un horaire rigou (...)

37La disponibilité d’espaces délaissés se traduit par un relâchement des tensions sociales ressenties par les jeunes et les adultes présents à Sahel Vert. Par l’impulsion donnée à l’action, des relations s’établissent entre les personnes et un espace laissé à discrétion. Le site délaissé acquiert un rôle particulier avec le temps : il devient un objectif et une ressource pour une motricité de l’action de chacun (mobilité journalière, régularité des rythmes 14). En somme, l’espace délaissé de La Dynamitière devient un espace de reconquête de terres, une friche, au sens premier du terme.

L’ouverture au discernement

38Sahel Vert vise en particulier des publics jeunes (11-18 ans) issus de sept quartiers prioritaires de la politique de la Ville à Mulhouse. Leur placement à La Dynamitière, bien que « choisi », se traduit par une rupture subie avec une vie quotidienne peu stable, des liens sociaux fragiles et l’expérience de l’exclusion sociale. L’expression de ce mal-être se traduit par la présence de tensions concernant les « difficultés du vivre-ensemble » (Sahel Vert).

39L’intervention des professionnels de l’association vise à articuler un parcours d’ouverture de chaque personne par un travail sur soi (estime de soi, prise de conscience, reconnaissance) en créant un lieu d’échanges quasi-familial et professionnel à la fois (proximité et distance) et, d’autre part, une dynamique d’engagement dans une action collective, créatrice d’obligations et d’initiative, par des ateliers où se construisent des liens. Les activités proposées sont définies pour tous comme des lieux d’apprentissage concret au sein de différents ateliers (cuisine, mécanique, animaux et gestion pastorale, récupération et recyclage de matériel informatique, jardin solidaire, bois de chauffage). Le concept d’activité sociale combine l’exigence d’un sentiment de solidarité pour rendre possible un travail à plusieurs et l’affirmation du sens visé par les individus en relation avec les autres (Stoessel-Ritz, 2013, p. 100). L’expérience pratique de la matérialité (jardin, élevage, déchets, bois) offre un terrain d’interactions pour une socialisation porteuse d’ouvertures par des relations qui prennent sens dans des échanges utiles avec les autres.

  • 15 Le Collectif de travail de l’association regroupe l’ensemble des personnes participant aux ateliers (...)

40La question des relations de travail est au cœur des discussions du Collectif de travail de Sahel Vert 15 : est-il possible ou souhaitable de travailler ensemble, malgré les différences et les différends entre les personnes ? (Tiendrebeogo, 2013). En partant du concret, compris comme une sphère de socialité (Ledrut, 1976, p. 235), l’association soutient l’organisation d’échanges entre des participants aux statuts inégaux (jeunes placés, demandeurs d’asile, bénévoles et salariés). Le Collectif de travail instaure une égalité entre participants et des règles pour la prise de parole (voir ci-dessous). En se fixant comme objectif un apprentissage expérimental de la solidarité (par la réciprocité) et de la négociation, ces pratiques choisies de communication mettent à l’épreuve les participants lors des rencontres où se révèlent des oppositions clivantes (moi et les autres ; le bien et le mal ; le supérieur et l’inférieur).

  • 16 Les disputes constituent le terrain où se révèlent les compétences des personnes qui s’expriment no (...)

41Le résultat de ce processus transactionnel se traduit par une individuation qui permet une prise de conscience de la signification que prend, dans une action collective, la participation de chaque personne 16. Les responsables de l’association, qui se positionnent en soutien à la cohérence globale de l’action de chaque participant présent à la Dynamitière, ont l’ambition d’emboîter chaque action dans celle des autres et de les relier à l’espace concrètement vécu. En recouvrant une signification sociale pertinente pour les individus (par exemple, reconnaissance sociale et estime de soi), cet espace signifie une unité de temps (Stoessel-Ritz, 2008), c’est-à-dire une cohérence qui nourrit les qualités des individus que révèlent des capacités de discernement et de jugement à l’épreuve des pratiques (Boltanski, 1990).

42Sahel Vert cherche à créer les conditions d’une mise en cohérence entre le dire et le faire, par l’accompagnement des personnes à l’accès à des capacités réflexives produites par une expérience à deux niveaux : les pratiques sociales par les activités proposées et la communication par l’échange et la prise de parole inscrits dans l’organisation quotidienne des tâches. Nous présentons ici les hypothèses d’une recherche en cours.

Mémoires ayant contribué à la recherche
[Master Ingénierie de projets en économie sociale et solidaire, Université de Haute-Alsace, sous la direction de l’auteure]
- Jeremy Silva (2015), Le rôle des citoyens dans la préservation des terres agricoles. Une expérience périurbaine en Sud Alsace.
- Julien Brunet (2015), L’association Sahel Vert.
- Hana Zerari (2014), La spécificité des pratiques et des perceptions des jardiniers dans les jardins familiaux
.
- Elsa Anaïs Tiendrebeogo (2013), Le travail et sa fonction socialisatrice : outil d’accompagnement des structures d’accueil des personnes en difficultés sociales et économiques.

Pédagogie coopérative et compétences citoyennes

43Pour mener à bien son projet, l’association Sahel Vert a élaboré un modus vivendi pour la gestion de la vie quotidienne à La Dynamitière, en cohérence avec sa vision d’un modèle de vie sociale aux objectifs ambitieux : renouveler les liens et la solidarité sous différentes formes en intégrant les contradictions et les difficultés vécues par les personnes dans un lieu collectif où l’activité sociale au sein d’ateliers permet concrètement de construire de nouvelles relations aux autres et de produire symboliquement du sens à l’action. L’association, portée par des professionnels et des bénévoles, entretient au jour le jour une pédagogie coopérative (journées-type avec des heures de réunion imposées à toutes les personnes présentes) mêlant l’autonomie dans l’apprentissage d’espaces d’ouverture (équité entre les participants, droit égal à la parole) et l’éthique de responsabilité dans l’expérience de la négociation (retour sur des évènements, remise en question de soi, prise de conscience). Le centre de La Dynamitière focalise des tensions irréductibles (liberté et égalité, individualisme et coopération) et ses responsables cherchent à créer les conditions d’un « collectif de travail» conscient de ses intérêts (Storrie, 2003).

44L’organisation des activités à Sahel Vert obéit à des règles cadrées qui s’inscrivent dans le rythme quotidien des pratiques sociales (horaires fixes par journée-type) et d’échanges communs au temps ritualisé (Lefebvre et al., 1985). Le respect imposé d’un même rythme journalier par tous les participants sert à entretenir une égalité entre tous, par-delà les inégalités de statut. Ce cadre normé s’applique à l’ensemble des personnes présentes (organisation non hiérarchique), en sorte qu’un sentiment communautaire puisse se dégager du lieu, tout en restant attaché à une organisation quasi-professionnelle. D’un côté, l’expérience individuelle du travail en ateliers de type professionnel (avec une formation professionnalisante dans la gestion pastorale et la mise au point de dispositifs adaptés dans la remédiation scolaire pour les jeunes) ; de l’autre, un espace-temps collectif inscrit dans un registre domestique (tâches partagées, égalité des membres, repas communs). L’activité des personnes est semi-cadrée entre autonomie et interdépendances, la voie de l’émancipation se construit pas-à-pas dans un parcours d’apprentissage qui mise sur la dimension relationnelle et réflexive.

45La dimension expérimentale et innovante de Sahel Vert tient à sa posture et à une trajectoire : issue d’un parcours dans la solidarité internationale avec le Mali en 1995, l’association construit son intervention sur un double positionnement : au Nord et au Sud (trois centres d’intervention). Elle met l’accent sur la coexistence d’individus dans l’exercice de pratiques réflexives en créant des mises en situation déstabilisatrices (séjour d’un berger malien ayant une fonction de formateur à la Dynamitière ; mobilité de jeunes mulhousiens placés dans un centre au Mali). Ce choix s’applique également aux publics visés, avec statut (jeunes placés) ou sans statut (demandeurs d’asile) ; au mode d’intervention local (convention avec les collectivités) et global (relations internationales de coopération avec Bamako) et au mode de management qui réunit les professionnels (huit salariés), les bénévoles (20 à 30) et les jeunes placés dans le cadre de dispositifs (dix à douze).

46Une culture interne d’ouverture pose la diversité comme une obligation socialisante qui se cristallise dans les activités en ateliers : lieux de pratiques et d’interactions autour d’une expérience individuelle et collective de la matérialité (jardin, mécanique, alimentation, élevage, bois). Cette expérience pratique a vocation à acquérir une distance et à se prêter à un exercice (prise de conscience, ouverture) valorisant des savoir-faire et l’accès à de nouvelles capacités pratiques donnant une raison d’être par la participation aux activités. C’est une démarche déstabilisante, mettant en situation d’épreuve des individus révélant leurs forces et leurs faiblesses. Les activités de jardinage et d’élevage, souvent méconnues voire dévalorisées, offrent un terrain d’apprentissage qui requiert de la curiosité et un intérêt non spontané pour des pratiques souvent plus exigeantes que prévu pour des jeunes non-initiés. Leur succès dépend d’une volonté de s’engager, d’apprendre et d’accepter de ne pas savoir, pour se rapprocher enfin de celui qui connaît l’élevage, le berger venu du Mali.

47Ces activités traduisent des exigences inégales dans la conception du travail, mettant en jeu l’image de soi et la reconnaissance sociale par les autres. Elles constituent un premier terrain de négociations intersubjectives pour des compromis pratiques (normes et règles) entre des participants aux profils hétérogènes (culture, profil, histoire). La reconnaissance de leurs compétences est le produit concret de ces transactions sociales.

48L’association organise quotidiennement un espace collectif de parole pour les informations (briefing) et les échanges sur les activités du jour (debriefing). Dans cet espace de proximité propice à la communication, la prise de parole en public ne va pas de soi (notamment pour les plus jeunes ou les nouveaux), avec des règles internes présidant à sa régulation (parole donnée par un aîné, contrôle de sa durée). Si l’état d’esprit laisse planer un certain égalitarisme, dans les faits des règles balisent et cadrent la discussion. Le compte-rendu d’évènements vécus cède place à « une négociation d’une définition commune des situations » (Habermas, 1987, p. 111). Comptant sur les efforts de chacun, les responsables de l’association accompagnent une démarche collective de rapprochement des points de vue, de traduction pour une compréhension négociée des évènements du quotidien et de négociation d’une clé de lecture des situations vécues subjectivement.

  • 17 Une journée-type est fixée à La Dynamitière avec des horaires rigoureux de 8h30 à 16h30, chaque mem (...)

49L’activité de l’association est soutenue par un effort collectif de promotion d’une pédagogie inscrite dans des cadres organisationnels qui inspirent le respect d’une discipline commune 17. Le choix d’une pédagogie ayant pour fil conducteur des règles et des tâches fixées renvoie au respect d’une discipline cadrée par une organisation temporelle contrôlée, qui ménage des marges d’autonomie (valorisation des initiatives et des capacités de chaque jeune dans un souci d’égalité). Ouvrant des possibilités inattendues dans le déroulement de l’action en ateliers, la pédagogie est coopérative, dans le sens d’un soutien à l’apprentissage pratique des interactions réciproques vers l’engagement des membres. La présence continue d’une équipe de professionnels permanents agit comme une légitimation des règles s’appliquant à tous les membres et du discours (prise de position, choix de valeurs).

50La pédagogie comme discipline s’exprime concrètement par un couplage entre égalité et inégalité dont les deux dimensions s’entrecroisent : égalité dans le droit à la parole, la considération humaine, les valeurs de chacun ; inégalité dans les fonctions et les statuts spécifiques (jeunes « placés » et encadrants). L’égalité au travail se combine à l’inégalité des statuts et des responsabilités. La conciliation des deux est le résultat d’une négociation informelle et d’un accord tacite entre les membres du Collectif sur un compromis de coexistence. Sahel Vert contribue ainsi à l’apprentissage des compétences démocratiques (s’exprimer, écouter, arbitrer et s’engager) (Blanc, 2013) par l’exercice d’activités socialisatrices dans un espace commun et d’une citoyenneté active (Storrie, 1994).

51Ce séjour des jeunes placés à Sahel Vert prescrit sur une durée limitée se combine au quotidien au retour vers la ville chaque soir, créant des liens par une socialité urbaine nouvelle, inventée dans un espace décentré, laissé disponible pour (ré)inventer des règles de vie collective autour de la proximité et de la distance dans la ville.

Conclusion

52Le rapport social des individus et des communautés à l’espace se comprend dans une tension entre des relations sociohistoriques et la réinvention au présent par chaque membre d’une communauté aux solidarités partielles (Remy et al., 1978). Dans le cas des jardins collectifs, les pratiques des habitants participent, consciemment ou non, à la coproduction d’une socialité urbaine. À la Dynamitière, l’association poursuit un projet expérimental d’éducation citoyenne, reliant des apprentissages à des espaces à distance.

53Nous avons montré la présence d’une relation organique, incorporant la production sociale de l’espace et l’émergence de nouvelles socialités urbaines qui émanent de ces lieux. Cette dynamique procède d’une reconquête collective d’espaces nouveaux de la ville. Elle s’enracine dans l’apprentissage concret d’une coexistence négociée d’acteurs aux attentes différentes par une action collective génératrice de liens et de solidarités. Nichée dans ces espaces de la vie quotidienne, cette socialité urbaine est souvent portée par des acteurs de l’économie sociale et solidaire (comme dans les cas présentés). Professionnels et bénévoles contribuent par des projets collectifs au renouvellement des socialités urbaines par l’appropriation et la socialisation d’espaces (ou inter-espaces) peu reconnus. Ces espaces offrent des terrains d’expérimentation d’une socialité qui focalise des tensions complexes et qui est le produit de transactions sociales tacites. Ces transactions ne vont pas nécessairement de soi, mais elles appellent à la mobilisation volontaire de citoyens conscients de leur intérêt pour la Cité.

Haut de page

Bibliographie

Blanc M. (1998), « La transaction, un processus de production et d'apprentissage du  vivre ensemble » dans Freynet M.-F., Blanc M. & G. Pineau (dir.), Les Transactions aux frontières du social, Lyon, Éditions Chronique sociale, pp. 219-238.

Blanc M. (2013), « Printemps arabe et printemps des citoyens : citoyenneté active et transactions sociales dans la vie quotidienne », dans Blanc M., Salhi M. & J. Stoessel-Ritz J. (dir.), Développement durable, citoyenneté et société civile, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 19-28.

Blanc M., Djenane M. & J. Stoessel-Ritz (dir.) (2015), « Développement durable et santé dans l’espace euro-méditerranéen : les enjeux de la solidarité », Pensée Plurielle, n° 39.

Boltanski L. (1990), L'Amour et la justice comme compétences. Trois essais de sociologie de l'action, Paris, Éditions Métailié.

Dardot P. & C. Laval (2014), Commun. Essai sur la révolution du XXIème siècle, Paris, Éditions La Découverte.

Donzelot J. (2005), Quand la ville se défait, Paris, Éditions du Seuil.

Habermas J. (1987 [1981]), Théorie de l’agir communicationnel, Paris, Éditions Fayard.

Halbwachs M. (1997 [1950]), La Mémoire collective, Paris, Éditions Albin Michel.

Lefebvre H. & C. Régulier (1985), « Le projet de rythmanalytique », Communications, n° 41, pp. 191-199.

Ledrut R. (1976), L’Espace en question, Paris, Éditions Anthropos.

Muramatsu K. (2012), Usage de l’agriculture dans le social. Dispositifs, pratiques et formes d’engagement, Doctorat en sociologie, universités de Liège (Belgique) et Strasbourg (cotutelle sous la direction de Marc Mormont et Josiane Stoessel-Ritz,), http://www.theses.fr/2012MULH3529

Papilloud C. (2002), Le Don de relation. Georg Simmel-Marcel Mauss, Paris, Éditions L’Harmattan.

Park R. E. (1984 [1926]), « La communauté urbaine », dans Grafmeyer Y. I. Joseph (dir.) L’École de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, Paris, Éditions Flammarion, pp. 197-211.

Poulot M. (2014), « Agriculture et acteurs agricoles dans les mailles des territoires de gouvernance urbaine : nouvelle agriculture, nouveaux métiers », Espaces et sociétés, n° 158, pp. 13-30.

Remy J., Voyé L. & É. Servais (1991 [1978]), Produire ou reproduire ? Une sociologie de la vie quotidienne. Tome 1 : Conflits et transaction sociale, Bruxelles, Éditions De Boeck.

Remy J. (2015), L’Espace, un objet central de la sociologie, Toulouse, Éditions Érès.

Reumaux F. (2008), « Sociabilité et socialité urbaine chez Park. Sur les traces de Simmel ? » SociologieS [en ligne], consulté le 23 juillet 2012, www.sociologies.revues.org/1623

Soulier H. (2008), « La friche ou la vertu des manques urbains », dans Boisssonade J., Guevel S. & F. Poulain (dir.), Ville visible, ville invisible, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 53-59.

Stoessel-Ritz J. (2007), La Coproduction de la société. Bien commun, intérêt et transaction sociale dans l’espace local, Mémoire d’Habilitation à diriger des recherches en sociologie, Université de Strasbourg.

Stoessel-Ritz J. (2008), « L’économie sociale et solidaire ou l’espace local, lieu de transaction pour un contrat social ? », Colloque international « Économie sociale et solidaire : nouvelles pratiques et dynamiques territoriales », Nantes, 29-30 septembre 2008, www.iemniae.univ-nantes.fr/.../com.univ.collaboratif.utils.LectureFic.

Stoessel-Ritz J. (2012), « Échange social, lien communautaire et socialité. Agriculture et développement durable en France et en Algérie », dans Stoessel-Ritz J., Blanc M. & N. Mathieu (dir.) Développement durable, Communautés et Sociétés. Dynamiques socio anthropologiques, Bruxelles, Éditions Peter Lang, pp. 69-86.

Stoessel-Ritz J. (2013), « Reconsidérer le travail à l’aune du développement durable. Activité sociale et transactions en agriculture », dans Foucart J., Blanc M., Gibout C. & J. Stoessel-Ritz (dir.), « Penser et agir dans l’incertain : l’actualité de la transaction sociale», Pensée Plurielle, n° 33-34, pp. 99-116.

Stoessel-Ritz J. & F. Kern (2014), « Vigilances citoyennes et intérêt pour le bien commun : droit à la terre, communautés rurales et systèmes agraires », dans Stoessel-Ritz J., Blanc M. & B. Sahli (dir.), Développement durable, citoyenneté et société civile, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 97-108.

Storrie T. (2003), « La citoyenneté : entreprise interculturelle », Communication aux Journées d'études AISLF « Gouvernances et transactions sociales », CRESS, Université de Strasbourg.

Storrie T. (1994), « La citoyenneté, un auto-apprentissage institutionnel », dans Blanc M., Mormont M., Remy J. & T. Storrie (dir.), Vie quotidienne et démocratie, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 235-260.

Tiendrebeogo E. A. (en cours), Insertion sociale et développement durable : la recherche-action participative à Sahel Vert, Doctorat de sociologie en cours, Université de Strasbourg, sous la direction de J. Stoessel-Ritz

Touraine A. (1993 [1973]), La Production de la société, Paris, Seuil.

Haut de page

Notes

1 Le rapport à la matérialité s’entend ici comme un rapport aux choses, matérielles et immatérielles, intervenant dans les échanges sociaux.

2 La socialité est plus large que la sociabilité, qui renvoie à des dispositions sociales propres à faciliter la vie sociale.

3 Friches signifie étymologiquement « terres nouvelles conquises ». http://www.la-definition.fr/definition/friche

4 Voir Le Jardin Solidaire, entre la rue des Vignoles et la rue des Haies, dans le 20e arrondissement de Paris (Soulier, 2008, p. 57).

5 Mouvement de citoyens qui transforment l’espace public en espaces partagés, notamment dédiés au jardinage et au partage solidaire de nourriture http://lesincroyablescomestibles.fr/

6 Ces trois catégories ont été regroupées sous l’appellation « Jardins collectifs ».

7 La convention qui relie les associations et les communes propose souvent la mise à disposition gracieuse de ces terrains (qui peuvent être donnés ou récupérés).

8 Appellation nouvelle des anciens « jardins ouvriers ».

9 Gustave Lancry défend un lopin de terre pour chaque ouvrier dans : Le Terrianisme : la petite propriété insaisissable et assurée à tous (1899). Pendant l’examen d’une proposition de loi relative aux jardins collectifs, adoptée par le Sénat (octobre 2003), mais sans aboutir (http://www.assemblee-nationale.fr/13/propositions/pion0044.asp), des sénateurs vantent les mérites de ces jardins inventés un siècle plus tôt avec des relents de terrianisme (https://fr.wikipedia.org/wiki/Jardins_familiaux).

10 Extraits d’entretiens avec des jardiniers de l’Association des jardins familiaux du Pays de Thann.

11 L’individuation désigne le processus réflexif de construction de soi en interaction avec les autres, soit le contraire de l’individualisme utilitariste.

12 « Tout jardin est d’abord l’apprentissage du temps » (Éric Orsenna), en médaillon sur le site des Amis des jardins familiaux de Mulhouse. http://association-des-amis-des-jardins-familiaux-de-mu.e-monsite.com/

13 En 2002, les Mines de potasse d’Alsace mettent à disposition de Sahel Vert ce site isolé, qui était réservé au stockage des explosifs utilisés dans les mines jusqu’en 1999.

14 Se rendre à La Dynamitière exige une organisation des déplacements et le respect d’un horaire rigoureux imposé aux usagers.

15 Le Collectif de travail de l’association regroupe l’ensemble des personnes participant aux ateliers, quelle que soit leur position sociale ou institutionnelle (20 à 30 personnes).

16 Les disputes constituent le terrain où se révèlent les compétences des personnes qui s’expriment notamment par les capacités de jugement et de discernement (Boltanski, 1990).

17 Une journée-type est fixée à La Dynamitière avec des horaires rigoureux de 8h30 à 16h30, chaque membre du Collectif de travail est tenu par les mêmes règles et par le respect d’une organisation du temps qui structure un ordre donné (rituel du déjeuner).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Josiane Stoessel-Ritz, « Les nouvelles socialités urbaines », SociologieS [En ligne], Dossiers, Espaces et transactions sociales, mis en ligne le 16 juin 2016, consulté le 14 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/5358

Haut de page

Auteur

Josiane Stoessel-Ritz

Professeure, Université de Haute Alsace, Mulhouse (France) - josiane.stoessel-ritz@uha.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page