Navigation – Plan du site
Relation d’aide et de soin et épreuves de professionnalité

Dans les murs. Travail social en maison de peine : effet de lieu, effet d’usure

In the walls. Social work in prison: effect of place, effect of wear
Jean-François Gaspar et Son Tran

Résumés

Travaillant au sein de lieux clos, devant répondre à des injonctions politiques, sociales, médiatiques, gestionnaires difficilement compatibles, voire contradictoires, comment les assistantes sociales travaillant dans les maisons de peine en Belgique parviennent-elles à trouver des raisons qui leur permettent d’accomplir leur mission ? Quelles sont les arrangements qu’elles trouvent pratiquement pour « ne pas trop subir » les multiples tensions qui ponctuent leurs actes quotidiens ? On examinera dans ce texte les effets sur elles de l’application du cadre légal, de la structure physique et de leurs relations avec les « gardiens », la hiérarchie et les détenus.

Haut de page

Texte intégral

« Mais ce qui a changé chez moi… je vivais pour la prison. C’était très, très fort jusqu’il n’y a vraiment pas longtemps. Et je me suis rendue compte que finalement on n’aura jamais de merci pour ce qu’on fait. Et encore si on en a, encore faut-il qu’il soit sincère… »
Julie

« Tu t’imagines la prison… ben oui, tu vas aider les détenus, mais tu ne penses pas du tout au travail de contrôle et d’évaluation »
Nathalie

  • 1 Donc réservée aux « condamnés ».
  • 2 Les femmes sont surmajoritaires dans ces emplois : 80 % dans les établissements pénitentiaires fran (...)
  • 3 Magazine d’information 7 à la Une, Radio Télévision Belge Francophone, 1er novembre 2014.

1À la fin du mois d’octobre 2014, prétextant un reportage sur « les métiers méconnus », une équipe de la télévision belge francophone s’est présentée dans une maison de peine 1. Les assistants de surveillance pénitentiaires (ASP) et les assistantes sociales 2 interrogés espéraient que leur travail serait ainsi reconnu au travers de ce reportage. Quelques jours plus tard, le reportage était présenté sous le titre « Vers des prisons 5 étoiles ? » 3. La semaine suivante, prolongeant, par une journée de grève, la manifestation nationale interprofessionnelle de lutte contre les politiques d’austérité du nouveau gouvernement, le personnel pénitentiaire entendait dénoncer la dégradation des conditions de travail (surpopulation, non-remplacement, non-respect du droit du travail, etc.).

2Les assistantes sociales travaillant au sein de cette maison de peine évoquent « la pression que chacun se met », « des injures et des menaces », « une impossibilité de faire correctement le travail demandé », « la pression des délais », « le poids des rumeurs », « la crainte de la récidive ». Elles se disent « massacrées par le travail », se comparent à « des machines à rapports ». Bref, elles vivent, dans leur vie professionnelle ordinaire, l’impossibilité de faire un travail de qualité (Clot, 2010). Discréditées, pour le moins médiatiquement et politiquement, tantôt pour leur attention, leur soin aux « coupables » et les coûts qui y sont liés et tantôt pour leur participation – voire leur « responsabilité » – aux mauvaises conditions de vie dans les prisons, elles partagent avec les ASP et avec de nombreux autres professionnels, petits fonctionnaires, intermédiaires au service de l’État, une « misère de position » (Bourdieu, 1993) ; coincée – mise quotidiennement à l’épreuve – entre la « main droite de l’État » (régalienne) focalisée sur le tout sécuritaire et la « main gauche » (sociale) soucieuse d’« humanité », de « justice sociale », mais délaissée, voire oubliée, par les politiques néo-libérales.

3Sous la tutelle du Service public fédéral Justice (SPF Justice), le personnel pénitentiaire est habituellement analysé au travers du « malaise de la justice », souvent considéré au travers du prisme étroit du « malaise des juges » (Lenoir, 1993). Stigmatisé lors de crises (e.g. émeutes, évasions, libérations médiatisées) ou de dénonciations ponctuelles (e.g. Rapport de la Ligue des Droits de l’Homme ou de l’Observatoire international des prisons), celles et ceux qui travaillent dans les établissements (ASP, assistantes sociales, psychologues) sont cependant très souvent invisibles, peu connus, mal reconnus à l’image des aides-soignantes (Arborio, 2001). De surcroît, comme le personnel soignant dans les hôpitaux (Divay, 2013), ils sont soumis à une précarisation et à une rationalisation grandissantes. Au-delà de ces caractéristiques prégnantes, quelles sont les conditions, les « épreuves de professionnalité » (Ravon et al., 2008 ; Ravon & Vidal-Naquet, 2014) qui affectent précisément ces assistantes sociales ? Comment parviennent-elles à trouver des raisons qui leur permettent d’accomplir leur mission (Gaspar, 2012) ? Quels sont les arrangements qu’elles trouvent pratiquement pour « ne pas trop subir » les multiples tensions qui ponctuent leurs actes quotidiens ? Comment leur engagement professionnel se traduit-il au cœur de leur « souci » (Ravon, 2008) aussi bien dans ce qu’elles endurent, que dans ce qu’elles font professionnellement ?

  • 4 Nous remercions Naoual Boumedian et Cécile Fleussu pour leurs apports et leurs commentaires sur ce (...)

4On examinera dans ce texte 4 ce qui génère « l’usure », ainsi que le travail de résistance à l’usure (Ravon, 2009) de ces assistantes sociales dans la préhension et l’appréhension, d’abord du cadre légal de leur travail, ensuite de l’impact de la structure physique et enfin de leurs relations avec les « gardiens », la hiérarchie et les détenus. Ces aspects, de structure et structurant, participent à la difficulté de leur travail et contribuent, parmi d’autres, à leur « misère de position » (Bourdieu, 1993) et au désenchantement qui les guettent dans ce milieu difficile, archétypal et difficile à penser à l’instar de l’État (Bourdieu, 2012) dont il est une des composantes. Tentant de dépasser cette difficulté, on se propose, en prenant appui sur une étude de cas et en articulant différents types de sociologie (cf. infra), de porter une attention particulière aux pratiques situées des agents sociaux. Si les aspects analysés ici, générant de l’usure, sont assez spécifiques au milieu carcéral, on remarquera que les modes de résistance et les stratégies visant à la reconnaissance, présentés en fin d’article, sont relativement communs dans l’univers du travail social.

Note méthodologique
Ce texte est le résultat d’un travail commun – d’un débat – entre un sociologue et un travailleur social engagé dans le service psychosocial d’une maison de peine. Formé aux méthodologies de la recherche en sciences sociales dans le cadre d’un Master en ingénierie et action sociales, c’est lui qui a fourni le matériau empirique sur lequel nous prenons appui. Occuper une place professionnelle sur le lieu observé offre, pour le moins, un double avantage : permettre un accès aisé dans un espace souvent qualifié de « difficile » (Beaud & Weber, ([1997], 2003), voire d’inaccessible, pour une enquête de terrain et diminuer les résistances ainsi que les impacts de l’intrusion (Peneff, 1992) inhérents à ce type d’enquête « à découvert ». Cependant, d’une part, si la proximité – l’absence ou la faiblesse de distance sociale et, spécifiquement ici, de distance professionnelle – entre l’enquêteur et l’enquêté permet de diminuer la violence symbolique qui s’exerce dans toute relation d’enquête, elle n’est pas un gage suffisant pour le travail d’objectivation (Bourdieu, 1993). D’autre part, si le « dédoublement statutaire » (de Sardan, 2000) n’est pas une posture aisée, s’investir dans cette recherche et dans l’écriture de cet article peut être considéré comme un des moyens (parmi d’autres) pour échapper, résister à l’« usure professionnelle ». Parallèlement, l’intérêt des assistantes sociales à se prêter à l’enquête peut aussi être compris comme une manière de prendre distance par rapport aux tensions qu’elles vivent dans leurs pratiques professionnelles. La production d’un discours de et sur celles-ci n’est cependant pas exempte de formes d’« illusion biographique » (Bourdieu, 1986). L’analyse de la situation d’enquête s’avère alors ici, comme ailleurs, « une condition d’intelligibilité des “matériaux” recueillis » (Mauger, 1995a).
Le matériau empirique résulte d’une enquête de type ethnographique combinant « participation observante » et entretiens semi-directifs centrés sur la trajectoire biographique des assistantes sociales. La limitation du terrain d’observation et du nombre d’agents pris en compte est corolaire de l’intensité et de la durée de la participation observante et de l’approfondissement des entretiens (Beaud, 1996) ; il s’agit ici de prendre appui sur le « penser par cas » de Jean-Claude Passeron et Jacques Revel en « explor[ant] et [en] approfondiss[ant] des propriétés d’une singularité accessible par l’observation. Non pour y borner son analyse ou statuer sur un cas unique, mais parce qu’on espère en extraire une argumentation de portée plus générale, dont les conclusions pourront être réutilisées pour fonder d’autres intelligibilités » (Passeron & Revel, 2005).
L’analyse a bénéficié du croisement des regards, entre familiarité et distanciation, et des perspectives théoriques entre sociologie critique, sociologie des écoles de Chicago, sociologie du travail, sociologie de l’action publique et les hypothèses ainsi que les propositions analytiques sur les « embarras de la pratique » de Bertrand Ravon et de Pierre Vidal-Naquet qui codirigent ce dossier (se reporter à l’introduction de ce Dossier).
La tension entre familiarité et distanciation ne peut que très partiellement être renvoyée à nos qualités professionnelles respectives ; d’une part, travailler professionnellement sur le terrain enquêté n’empêche nullement d’avoir un regard qui prend le temps de la distance et, d’autre part, se saisir en tant que sociologue de matériaux n’empêche pas plus une connaissance proche (des rapports subjectifs aux pratiques) de l’univers concerné. Nos positions différentes, dans « l’espace des points de vue » (Bourdieu, 1993) à propos de la thématique étudiée, nous ont servi d’atouts pour approcher et rendre compte de la pluralité des positions et des prises de positions à propos de ces pratiques de travail social. C’est dans les débats, les confrontations entre hypothèses, premières analyses, mobilisation de contre-exemples (Becker, 1970), utilisation et épuisement de métaphores et de rapprochements, que s’alimentent les processus d’objectivation qui permettent aussi bien le développement de connaissances qu’une production visant à avoir un impact sur les pratiques professionnelles.
Faire dialoguer des sociologies qui prennent en compte le poids des structures sociales, y compris dans leur incorporation par les agents sociaux ; l’importance des interactions sur les scènes quotidiennes ; les processus à l’œuvre dans la division du travail, la sociogenèse et l’impact des émotions et une sociologie pragmatique au cœur des travaux sur l’« usure professionnelle » nous permet de saisir les tensions qui se nouent dans le travail de ces assistantes sociales. Ce dialogue se joue certes dans un certain éclectisme (assumé) ; notre intention n’est donc pas de vérifier la pureté, l’orthodoxie de telle ou telle théorie, mais de nous servir des théories, des concepts pour comprendre (Bourdieu) et ouvrir à la possibilité d’actions, aussi bien scientifiques que professionnelles, autour de ces pratiques et ainsi de contribuer « au progrès de la connaissance de la nécessité [permettant] un progrès de la liberté possible » (Bourdieu, [1984] 2002).

L’apparence d’un cadre clair

5L’univers carcéral belge est un milieu complexe, « opaque et mal connu, y compris parfois pour les professionnels qui travaillent dans le secteur » (Beernaert, 2012, p. 17). Les éléments du droit pénitentiaire et des règlementations liées aux pratiques psychosociales sont difficiles d’accès car il s’agit « de matières réglementées par de nombreuses normes, éparpillées dans des textes parfois non publiés et souvent peu lisibles » (Beernaert, op. cit.). Si l’adoption de lois en 2005 et en 2006, relatives notamment à l’administration pénitentiaire, au statut juridique des détenus, aux modalités d’exécution de la peine et à l’instauration des tribunaux de l’application des peines (TAP), pouvait être considérée comme facilitant la lisibilité des procédures, des critères et du fonctionnement propre au monde carcéral, on observe qu’il n’en est rien car ces lois ne sont que partiellement entrées en vigueur risquant ainsi de travestir leur sens.

6Les services psychosociaux (SPS) sont aujourd’hui présents dans chaque prison belge et rattachés au SPF Justice. Les équipes y sont pluridisciplinaires (assistantes sociales, psychologues et psychiatres). La dénomination officielle des assistantes sociales est « Expert technique pénitentiaire social » ; le féminin de cette expression n’existe pas dans les textes officiels. Ils ont notamment pour objectifs d’assurer l’encadrement et l’accompagnement des détenus pour « une exécution sûre et humaine de la peine ». Cette expression apparait en 1996 dans une note (« Politique pénale et exécution des peines »), déposée au Parlement, par le ministre de la Justice, Stephan De Clerck (démocrate-chrétien flamand). Suite à l’affaire Dutroux cette note est abandonnée (Mary, 2012). L’expression sera toutefois reprise dans des textes législatifs et dans le document définissant les fonctions des experts techniques pénitentiaires sociaux.

7Les équipes SPS ont aussi pour mission d’apporter un avis scientifique sur les différentes modalités d’exécution de la peine privative de liberté. Dans le cadre de cet avis, elles élaborent un rapport psychosocial : « anamnèse du condamné » ; « criminogenèse » ; attitude face au(x) jugement(s), aux victimes ; « évaluation de la personnalité » ; déroulement de la détention ; projet de réinsertion. Ces informations doivent permettre au directeur de la maison de peine de rendre, pour les mesures sollicitées – de la permission de sortie, à la libération conditionnelle – un avis à l’intention de la Direction Gestion de la détention et / ou du Tribunal d’application des peines. Ces instances doivent motiver l’acceptation ou le refus d’octroi de la mesure. Il s’agit alors pour les assistantes sociales de combiner des injonctions qui peuvent apparaitre comme difficilement conciliables, voire être contradictoires : un accompagnement avec un contrôle, sous la triple autorité du SPF Justice (niveau fédéral), du SPS central (niveau régional) et de la direction de l’établissement (niveau local), avec l’espoir des détenus (obtention de rapports favorables pour « espérer » des « congés pénitentiaires », une « libération conditionnelle », etc.) et les attentes sociales formulées aussi bien en termes d’exigences de protection, de sécurité qu’en termes d’humanité, de réinsertion. Il revient donc à ces travailleurs de porter le poids des tensions entre ces injonctions.

Derrière les grilles

« Un monde que tu connais pas du tout, où tu te demandes ce qu’il y a…Tu t’imagines pas ce qu’il y a derrière et puis… un rapport à la grandeur, à ce que c’est une prison, après pas spécialement d’appréhensions sur les détenus ou sur le personnel ou sur rien, c’est plutôt par rapport à la masse, au bâtiment, à l’ampleur, aux grilles, plutôt qu’aux personnes », Nathalie.

« Je suis arrivée là-bas... J’étais contente. Je n’avais pas d’appréhensions... Maintenant c’est vrai que... L’image de “je sonne à la prison, j’entends la grosse clé qui tourne, on ouvre la porte” (…). Je suis rentrée et je me suis dit “Aïe, mon dieu qu’est-ce que je fais là ? ” », Julie.

8Bien plus que dans d’autres secteurs, les premières impressions, le « choc carcéral » (Lhuilier & Aymard, 1997 ; Lhuilier & Lemiszewska, 2001) lors de l’entrée en prison n’a laissé aucune assistante sociale indifférente. Ces établissements, par définition fermés sur l’extérieur, se dévoilent dans leur « dureté », mentalement et corporellement ressentie. Ils avaient néanmoins suscité toute une panoplie d’images, construites au travers de nombreuses représentations médiatiques – documentaires et fictionnelles – et professionnelles.

  • 5 Si l’analyse d’Erving Goffman porte sur les « reclus », elle peut également être mobilisée pour ceu (...)

9L’entrée, le premier jour, mais aussi tous les jours s’apparente ainsi à une « cérémonie d’admission » qui favorise ainsi « une mise en condition » (Goffman, [1961] 1968, p. 59 sq5) : la prise en photo, l’attribution d’un badge et ensuite, chaque jour, le passage au détecteur de métaux, l’abandon du téléphone portable, etc. sont autant de signes matériels qui rappellent aux assistantes sociales la séparation avec le monde externe, la force des règles internes ainsi que la mise à distance de « la vie normale » et très souvent aussi de l’ethos professionnel.

10Des « murs », « des grilles, des grilles et encore des grilles », « des clés », « des cris venant du cellulaire » où les détenus sont incarcérés. La présence des « gardiens », des détecteurs de métaux, des caméras, des affiches rappelant les consignes de sécurité, des alarmes (individuelles et collectives), des formations courtes en self-défense, des portes qui se succèdent et des grilles au bout de chaque couloir sont autant d’éléments qui manifestent l’existence d’un risque.

« Je n’ai jamais été victime directement [de violence], je n’ai jamais été agressée par un détenu. Maintenant, j’en ai déjà qui se sont énervés dans mon bureau, mais je n’ai quand même jamais dû appuyer sur mon alarme. Mais ça quelque part, c’est la réalité du milieu dans lequel on travaille », Julie.

11« Vivre avec » ce risque s’avère ainsi être une condition de possibilité du travail au jour le jour. Pour les assistantes sociales cela se traduit par une interprétation « pratique » des normes, voire des valeurs, admises socialement, mais aussi du règlement de la maison de peine elle-même.

12Lorsque l’alarme, située dans les bureaux où ont lieu les entretiens avec les détenus, est hors d’usage, les assistantes sociales doivent prendre une alarme portable (petit boitier que l’on met en poche). Bien souvent cependant, pour gagner du temps, elles ne vont pas la chercher ou feignent d’ignorer que l’alarme du bureau est défectueuse.

13Si toute forme de violence peut entrainer des sanctions disciplinaires à l’intérieur de l’établissement, on observe une tolérance accrue envers l’agressivité verbale et physique. Les seuils de normalité, la définition même de normalité, sont revus (Becker, 1985 [1963]) et les consignes de sécurité sont parfois abandonnées afin de « fluidifier », voire de « rendre possible », le travail. Travailler en prison, dans ce collectif humain partagé entre les détenus et le personnel (Fassin, 2014), nécessite ainsi pour partie – au moins, le temps du travail – un exercice de révision, voire de renoncement avec ce que Erving Goffman (1968 [1961], p. 55) appelle « une “culture importée” (presenting culture) » résultant de leur socialisation et de leur formation professionnelle.

  • 6 « "Aller sur section", c’est s’exposer aux détenus, en groupe, avec un ou deux agents pour trente d (...)

14Si l’équipe du service psychosocial estime qu’il « est préférable, pour limiter les risques d’exposition, que les assistantes sociales ne descendent pas sur section » 6 (i.e. ne se rendent ni dans les cellules ni dans les couloirs qui y conduisent ; ces espaces étant considérés comme l’« espace privé » des détenus), beaucoup d’entre elles y vont, tantôt pour « s’adapter au rythme » (i.e. « ne pas se mettre en retard » dans la rédaction d’un rapport), tantôt parce qu’elles se sentent obligées soit par la hiérarchie (les jugeant, par exemple, capables de calmer un détenu), soit par leurs collègues (pour se conformer aux pratiques habituelles), soit par les gardiens (qui estiment « indispensable » leur intervention rapide), soit à la demande des détenus (« trop inquiets » de l’avancement des procédures).

15La peur inhérente à ces « comportements à risque » est souvent minimisée et considérée comme faisant partie du « travail à faire », considérée comme une « conséquence négative » résultant d’une pratique visant à se mettre « au service de » la hiérarchie, des collègues, des gardiens, des détenus. Bref, de l’intérêt collectif. Le renoncement au règlement et à ce qu’elles ont appris à leur entrée dans la carrière lors de la formation dispensée pour les nouveaux agents, est alors perçu comme secondaire. Non seulement il est une condition de possibilité d’un « travail de qualité », mais aussi la pratique confirme que les dangers évoqués, sauf « rares exceptions », demeurent assez « faibles ». De surcroit, il génère et renouvelle des modes de cohésion entre les différents intervenants (de la direction aux détenus) au sein de l’établissement.

  • 7 « Parasites », « machines à rapports », « buveurs de café », « inhumains » sont des expressions acc (...)

16Les assistantes sociales ne s’arrêtent pas de travailler après avoir reçu un détenu agressif, s’être vu proférer des insultes 7 ou savoir que le manque de « gardiens » rend impossible le passage des détenus au détecteur de métaux avant de venir en entretien. C’est accepté, car « trop quotidien », ne pas l’accepter rendrait le travail « trop lourd », voire « impossible ». Le niveau de tolérance varie non seulement en fonction de chaque travailleuse (de sa trajectoire – particulièrement son ancienneté dans le poste –, de sa représentation de son avenir), mais aussi pour chacune en fonction de l’auteur, des circonstances (objet, contexte, moment, etc.) et également en fonction de ceux (hiérarchie, équipe, collègue, détenu) qui font pression pour transgresser le règlement. Cet espace portant sur la tolérance par rapport à la violence subie est ainsi un espace qui, dans le même temps, procure une autonomie – le pouvoir discrétionnaire d’accepter ou de dénoncer – et une insécurité « si la situation dégénère » aussi bien par rapport au détenu que par rapport aux collègues et, surtout, à la hiérarchie. Cet équilibre précaire se traduit chez toutes par la « peur » : tantôt énoncée avec force comme pour l’exorciser, tantôt tue comme pour ne pas la matérialiser. Il s’agit pour ces assistantes sociales de se « réassurer » en indiquant (en s’indiquant) qu’elles n’ont jamais eu à utiliser leur alarme, qu’elles « gèrent », qu’elles n’ont jamais été confrontées à « la réelle violence ». Ces discours, qu’elles tiennent aussi pour elles-mêmes, fonctionnent alors également comme preuves qu’elles ne se sont jamais mises dans des situations difficiles. Ils leur fournissent alors des raisons de poursuivre leur travail étant donné qu’elles disposent de ressources « personnelles » pour contourner, surmonter, éviter ces risques potentiels et tenir leur place dans la relation au détenu.

Détenus, collègues et hiérarchie

« Il faut recevoir le détenu mais je trouve que quand tu arrives à mettre de la distance et mettre juste l’empathie nécessaire sans que ça te touche, c’est gagné. Maintenant te dire comment je suis arrivée à ça… Je pense que c’est les années, l’expérience », Nathalie.

  • 8 Il existe, en Belgique, un CPAS par commune (Loi organique du 08.04.1976) : ils font de l’aide soci (...)

« De toute façon, un détenu de manière générale se plaint toujours de ne pas être assez vu… Et ça, c’est quelque chose qui me touche... Enfin qui me touchait très fort au début... Et maintenant, j’essaie de faire la part des choses parce qu’en fin de compte on n’est pas là pour leur faire plaisir. C’est encore nous qui gérons notre travail. Ils ne sont pas dans un hôtel. Ils font des demandes. On répond qu’on les voit dans deux jours ou la semaine suivante et c’est comme ça que ça va. Et apprendre à gérer la frustration quelque part c’est quelque chose qu’ils ont du mal à faire. Et quand ils sont libérés, qu’ils vont au CPAS [Centre public d’action sociale] 8, là ils n’ont pas nécessairement un rendez-vous le jour même et donc, ils doivent apprendre à patienter. Donc voilà... J’essaie de bien faire mon travail, qu’ils soient contents tout en sachant qu’il y en a quand même qui ne seront jamais contents », Julie.

17Qu’elles soient arrivées « par hasard » ou par « vocation » dans le monde carcéral, les assistantes sociales montrent dans la présentation d’elles-mêmes que si leur travail est centré sur les détenus, elles ne les idéalisent pas ; en tout cas, plus. Elles se réfugient derrière une « carapace (ou « cuirasse ») émotionnelle […] qui s’intercale ainsi sous forme d’autocontrôles plus ou moins profonds entre les impulsions affectives et les objets qu’elles visent » (Élias, 1985 [1969], pp. 284-292). Cela se traduit dans leurs pratiques tantôt par une « grande directivité » dans la conduite des entretiens avec les détenus, tantôt par l’application stricte de consignes de sécurité, tantôt par l’attention à ne jamais « se mettre en situation difficile », tantôt par des moments de relâche où l’humour et l’ironie sont utilisés comme « moyen de souffler », tantôt par le rappel à elles-mêmes qu’ils sont « détenus » et dépendent d’elles (« ils sont en demande ») :

« Moi, j’ai pas besoin de lui. Lui, il a besoin de venir à nos entretiens. Je ne le mets pas à une place inférieure à nous, mais c’est lui qui est demandeur, c’est pas nous. Lui est demandeur de nos évaluations, pour faire son dossier, pour sortir […]. Ici, s’il veut rentrer dans le système, il faut qu’il nous rencontre et il sait que ça doit bien se passer. Ça, ça aide à la relation, je sais pas si c’est sain ou pas, mais dans le contact avec le détenu ça aide à ce qu’il soit calme et plus respectueux », Martine.

18De surcroît, cette « carapace » leur permet de ne pas se sentir « personnellement » responsables du travail qui ne peut être fait et des délais liés aux procédures ; certaines se disent ainsi « autorisées » à remettre des « rapports de carence » quand elles n’ont pu réunir, dans les délais requis, les informations nécessaires pour une demande particulière d’expertise.

19Ce souci, en vertu de la protection de soi, du maintien, dans la relation, de la dissymétrie entre elles et les détenus s’opère ainsi au prix d’un travail cognitif et corporel. Ce travail est soutenu par l’administration pénitentiaire : campagne d’affichage, injonctions de la hiérarchie (individuelles et notes internes), alarmes individuelles… et aussi par la mise en place d’un dispositif local d’accueil des victimes venant au Tribunal d’application des peines (qui se tient dans l’établissement). Les assistantes sociales sont chargées de cet accueil. Elles sont ainsi confrontées aux victimes et se « rappelle[nt] ce qu’elles ont vécu et vivent », mais aussi les actes commis par les condamnés. Si les assistantes sociales rencontrées comprennent cette démarche, elles considèrent cela comme une « épreuve » : « rouvrir le tiroir à émotions ». Selon elles, il est difficile de travailler avec les détenus si, perpétuellement, elles se remémorent les raisons pour lesquelles ils sont incarcérés : particulièrement, les faits de violence à l’encontre d’enfants ou de « délinquance sexuelle ». Elles « [se] doi[vent] de travailler avec eux en dépit de ces actes ». Cependant, quand les détenus sont « insistants », « trop revendicatifs », ces faits sont convoqués comme éléments facilitant le « recul » : la distanciation (Élias, 1996 [1983]).

20Parmi le personnel, c’est avec les « gardiens » qu’elles ont quotidiennement le plus de contacts. Ils sont décrits comme complémentaires, permettant, voire facilitant, le travail avec les détenus dans « un cadre sécurisé », mais aussi parfois comme des « freins » ou des « entraves » : elles évoquent ainsi le temps, parfois très long, pour « amener un détenu » en entretien ou les reproches que les gardiens communiquent aux détenus sur la faible quantité et qualité du travail du service psychosocial :

« Les agents de surveillance ne sont pas au courant de notre travail… Et ils ont l’art de toujours dire qu’on ne fait rien de nos journées, qu’on ne fait que boire du café… Et ça c’est une violence aussi ! […] Ils ont cette image-là de nous parce qu’ils ne savent pas ce qu’on fait au quotidien, et quelque part ils rentrent dans le jeu des détenus, ils leur disent : “Oh mon pauvre petit, je sais, elle ne t’a pas vu, je sais je l’ai vu dans le couloir, elle rigolait”. Et je me dis que si on était tous soudés, ce serait déjà peut-être moins violent comme milieu. Donc, ce que je veux dire par-là c’est que la violence ne vient pas toujours des détenus… du personnel de surveillance mais de la direction aussi ! Entre collègues, il y a de la violence aussi ! Enfin, je veux dire que le mot violence ne va pas qu’aux détenus. C’est effectivement un milieu très violent, mais de la part de toutes les personnes présentes, » Julie.

21Néanmoins, elles trouvent des « circonstances atténuantes » à ce « manque de solidarité ». Selon elles, à l’instar de ce qu’elles vivent, les ASP ne bénéficient pas de suffisamment de « considération ».

22Partageant avec eux les positions basses dans l’organisation pénitentiaire, elles vivent parfois difficilement ce qu’elles estiment être le peu de prise en compte de leurs avis par leur hiérarchie. Elles multiplient les exemples où leurs savoirs professionnels bénéficient de peu de crédit. Selon elles, en effet, les avis qu’elles formulent dans leurs rapports, portant sur la trajectoire du détenu (« conscience de ce qu’il a fait », comportement dans l’établissement, soutiens familiaux, projets, etc.) et qui devraient servir de support aux décisions concernant les détenus ne sont « trop souvent » pas pris en compte. Elles regrettent particulièrement, alors que leurs contacts sont quasi quotidiens avec les détenus, de ne pas être « entendues » (i.e. auditionnées) avant les prises de décision ; basées, selon elles, sur « quelques entretiens entre le détenu et la hiérarchie ». Leur déception est toutefois compensée par le fait de « ne pas devoir porter la décision » et ainsi d’espérer ne pas être stigmatisées lors de récidives ; particulièrement pour les « dossiers médiatisés » (elles déplorent que des extraits de rapports rédigés par le SPS se retrouvent parfois dans la presse).

Supporter les tensions

23La tension – l’ambivalence voire la contradiction – abondamment documentée dans la littérature, entre posture de fermeté et posture d’humanisation, entre compassion et sécurité, définit les attentes et les injonctions dans de nombreuses politiques centrées sur l’encadrement social et pénal des franges précarisées des classes populaires. Ainsi en est-il, par exemple, des politiques de l’asile, de lutte contre « la délinquance juvénile », mais aussi des politiques de l’emploi. Selon Didier Fassin, elle caractérise « les économies morales contemporaines » (Fassin, 2005 ; Fassin & Eideliman, 2012). Spécifiquement, elle est traduite dans les politiques et les pratiques de réclusion (e.g. Bouagga, 2013 ; Combessie, 2009 ; Frauenfelder, Bugnon et Nada, 2015 ; Malochet, 2009) d’une part, par l’exacerbation des aspects sécuritaires et punitifs (e.g. Mucchielli, 2008) et d’autre part, par des discours et des pratiques prônant la dignité et l’ouverture au monde (au sein) des lieux de rétention en espérant ainsi favoriser, après la peine, la réinsertion. C’est principalement aux travailleurs de ces lieux qu’est assigné le travail de conciliation entre ces postures ; Yasmine Bouagga met en évidence comment cette tension, dans un cadre caractérisé par la prégnance des contraintes, structure les pratiques des travailleurs sociaux (Bouagga, 2013, p. 282 sq.).

  • 9 En France, Guillaume Malochet fait un constat similaire, entre « les [gardiens] forts » et « les fa (...)

24Cette tension participe ainsi à la structuration de l’habitus et de l’hexis de ces professionnels eux-mêmes inscrits (Bourdieu, 1993) en ces lieux de détention. Chez les ASP, un face à face, souvent tranché, partage ceux qui ont un habitus sécuritaire et les autres qui ont un habitus social. Dans le langage indigène en Belgique francophone, une séparation est ainsi faite entre « les [équipes de travail de gardiens] pairs » et « les impairs » : « les sociaux » et « les sécuritaires » (Dubois, 2007a ; 2007b) 9. Par contre, chez les assistantes sociales, la tension est au cœur de leur habitus. Toujours présente, elle est tantôt apaisée, voire censurée, et présentée comme « distante ». Tantôt, elle est vécue comme les deux faces d’une même pièce donnant lieu à un habitus clivé. Tantôt, elle suscite des difficultés de coexistence (entre attentes sécuritaires et sociales), des déchirements traduits en « problèmes individuels », en « besoin de bouffée d’air », en « désinvestissement provisoire », en « abandon de [l’]idéal de départ », en « arrêts maladie », en « burn out », et / ou en problèmes organisationnels et / ou, plus rarement, en problèmes sociaux ; on évoquera alors un « habitus déchiré » (Bourdieu, 1993 ; 1997).

25Par ailleurs, concernant l’échec de mesures prises envers les détenus (e.g. un détenu qui ne revient pas d’une permission de sortie) elles développent, on l’a montré, des discours qui leur permettent de s’exempter de leur responsabilité et ainsi de se protéger ; en renvoyant à la responsabilité des détenus et / ou à la responsabilité de la hiérarchie (« Je donne les informations [à la direction], mais maintenant ils en font ce qu’ils en veulent, c’est leur responsabilité »).

Conclusion. Résister à l’usure : investir ailleurs et revoir ses aspirations

26Contraintes dans et par leur emploi, les assistantes sociales font de nécessité vertu, rabattent leurs ambitions et même si leur mission apparait, sous bien des aspects, impossible (Bourdieu, 1993), elles ne peuvent se résigner et s’efforcent de répondre aux attentes bureaucratiques, mais aussi sociales. Corolairement, et sans doute complémentairement, elles s’investissent aussi dans des pratiques qui leur assurent/ront une meilleure maitrise, voire une autonomie, dans ce qu’elles font et/ou dans ce qu’elles espèrent faire et qui leur procurent/ront de la reconnaissance. Ces pratiques correspondent à des modes de résistance aux épreuves qu’elles vivent quotidiennement. Elles visent notamment à :

271. accroître leur capital de connaissances et leur capital socio-professionnel

28Les assistantes sociales s’inscrivent régulièrement à des formations. Au-delà de l’enrichissement de leurs connaissances, elles permettent la rencontre avec des collègues venant d’autres prisons et ainsi d’étoffer leurs réseaux professionnels qualifiés d’« essentiels » pour faire carrière dans cet univers tant le turn-over y est important. Elles privilégient des formations courtes (une journée) et non payantes donc dispensées par le SPF Justice au Centre de formation pour le personnel pénitentiaire. Très rares sont celles qui vont aux formations « externes ». Cependant, on observe que certaines, en dépit de leur intérêt professionnel, craignent de participer à ces formations car cela suppose de délaisser, ne fut-ce qu’un jour, le travail quotidien et ainsi d’accroitre la pression.

29Les jeunes assistantes sociales ou les nouvelles recourent plus souvent à ces formations. Leur « souci de formation » renvoie à l’« échange de pratiques », « la mise à jour », l’« accroissement de compétences ». Chez les plus anciennes, l’accent est mis sur « la nécessité de briser le quotidien parfois lourd », « de prendre un bol d’air », « de sortir de la prison », de « s’éloigner des barreaux ». Ce « besoin d’air » correspond non seulement au besoin de « se changer les idées », mais aussi à la nécessité, vécue corporellement, de « prendre l’air » : le centre de formation se trouve dans un grand parc boisé, proche d’une prison semi-ouverte ; ce qui les change de l’ambiance « lourde » de la maison de peine.

30Certaines, majoritairement des jeunes, reprennent aussi parfois, tout en travaillant, des études pour obtenir un diplôme de niveau master, particulièrement valorisé notamment par les collègues directs qui, outre l’obtention du diplôme, soulignent la capacité à s’organiser, à persévérer tout en assumant leur travail et une charge de famille. L’augmentation du capital scolaire est décrite comme indispensable pour « s’ouvrir de nouvelles perspectives », « pouvoir se donner le choix », « se perfectionner dans sa fonction », « pouvoir s’éloigner du contact direct avec les détenus ». La reconnaissance symbolique de ce « choix » de reprise d’étude se double de la nécessité, pour accéder à des fonctions « supérieures », d’avoir ce type de diplôme.

  • 10 Se reporter au très riche dossier La transmission du métier coordonné par Sophie Divay & Florence L (...)

31Pour d’autres, les compétences professionnelles acquises au fil des années peuvent être mises en évidence par l’accueil d’un stagiaire. Transmettre 10 « ce que l’on sait » permet d’une part de « rendre la pareille » (« ne pas oublier que l’on était bien content d’avoir un maitre de stage qui nous ait appris des choses ») et d’autre part rend évident, pour les collègues et la hiérarchie, les compétences acquises.

322. « en faire le plus possible »… « se retirer »

« J’ai 35… si on travaille jusqu’à 68 ans... J’ai encore presque 35 ans à travailler. Maintenant… Je privilégie, contrairement à avant, ma vie de famille avant tout ! Je travaille à un quart d’heure de chez moi, mon fils va le moins possible à la garderie […]. Je ne suis pas du tout dans une optique de changer tant que mon fils est petit, on est bien où on est. Ça me convient, j’aime encore mon travail. Pour moi, je suis encore partie pour au moins dix ans… L’idéal serait d’être nommée tôt ou tard ! Enfin ça c’est encore autre chose, mais pour le moment ça me convient parce que j’arrive à tout maîtriser, on va dire ça comme ça. […] Mais c’est vrai que… J’aimerais bien avoir un aménagement de temps de travail… Par exemple, pouvoir bénéficier d’un 4/5e ou quelque chose comme ça. […] Je passe plus de temps à la prison que chez moi et j’ai l’impression que je me lève le matin, je rentre le soir et puis je vais dormir... Les journées filent, les semaines filent et j’ai l’impression de passer à côté de plein de choses ! Enfin voilà, les journées en fin de compte je ne les vis pas vraiment pour moi et ça… C’est plus ça qui… Je me dis à un moment donné, peut-être penser à… Mais, si je travaille à 4/5e, je ne peux pas garder la femme de ménage donc… Je ne sais pas… »

33Il n’est pas rare aussi de voir des assistantes sociales qui « ne cède[nt] rien », qui tentent de participer à cette course effrénée contre le temps en « abattant le plus de travail possible », « en s’investissant dans tous les projets ». Le travail devient omniprésent : « tenir le rythme » est vécu comme une victoire qui procure de l’énergie. Ce mécanisme est particulièrement présent chez les jeunes AS et / ou chez les contractuelles (donc pas nommées à titre définitif). « En faire le plus possible » semble ainsi très étroitement corrélé à leur précarité dans le poste.

« Eh bien au début de carrière, pour pouvoir tenir le rythme, ben ça voulait dire qu’il fallait faire beaucoup des heures supplémentaires… Que je devais retourner chez moi éventuellement avec certains dossiers… Et je me réveillais pendant la nuit en me disant “y’a ça qui faut finaliser” et donc... puisque je n’arrivais pas à m’endormir, je prenais mon dossier et je rédigeais... Et que pour finir, mon quotidien c’était la prison jour et nuit ! », Martine.

34A contrario, celles qui ont « déjà beaucoup vécu », celles qui se disent « épuisée[s] » « lève[nt] le pied ». Cela se traduit concrètement par le recours aux absences pour maladie, par la diminution du temps de travail (temps partiel, pause carrière) quand elles sont dans des conditions matérielles (financières, familiales) de possibilité de le demander. Une forme de confort, de mise à distance des épreuves, potentielles ou avérées, peut aussi être retrouvée par une adaptation des horaires, une redéfinition des limites (auto)imposées et / ou la participation à une activité complémentaire ou annexe au travail dans la maison de peine : (ré)investissement dans la sphère familiale, activités professionnelles ou bénévoles annexes, loisirs, développement de « projet de vie » (e.g. autour de la maison…). L’énergie qui semble s’épuiser « à perte » dans l’établissement est ainsi réinvestie ailleurs, là où elles espèrent que leurs efforts seront « reconnus », « valorisés ». Ainsi peut-on aussi comprendre l’investissement syndical de Nathalie : son « ambition », en tant que déléguée syndicale, est que soit mieux « compris, donc accepté et reconnu » le rôle des agents du SPS.

35Pour certaines enfin, l’espoir d’accès à une fonction supérieure et / ou à un meilleur statut (« être nommée ») à l’intérieur de cet univers permet d’accepter, « pour l’instant », les épreuves endurées. Cependant, beaucoup remarquent que cet espoir risque d’être vain :

« Je ne crois plus à ma nomination. Je n’y crois plus... non… parce qu’ils ne vont plus nommer… Les nommés leur coûtent beaucoup trop chers. Ils n’ont plus d’argent ! Les contractuels c’est du pain béni pour eux donc je n’y crois plus du tout… Alors que ça fait 11 ans que je travaille comme contractuelle et j’ai réussi mon examen [pour être nommée] en 2011 ! C’est un peu dur, mais je crois que je me suis fait une raison… […] On s’est recentrés sur ce qui est le plus important pour nous c’est-à-dire la famille. Maintenant j’essaie de me rassurer… c’est clair que si je pouvais être nommée, je ne cracherais pas dessus, mais où je travaille ce n’est pas possible, je le sais. Je me dis ben voilà les années passent, je prends de plus en plus d’ancienneté donc le jour où ils me virent, je vais leur coûter fort cher ! Il y en a malheureusement qui sont arrivés après moi, qui risquent de sauter avant moi, donc j’essaie de me rassurer […] Je sais que je fais bien mon travail, que je suis consciencieuse et je crois que ça commence à faire son chemin aussi que ça ne sert à rien d’attendre de la reconnaissance ou quoi que ce soit. Si quelque part tu sais que tu es droit dans tes bottes, au moins tu peux te regarder dans le miroir le matin quand tu te lèves ! », Julie.

36En dépit des épreuves, pouvoir « se regarder dans le miroir », continuer de croire que leur engagement professionnel a du sens est essentiel dans leur économie professionnelle et personnelle. Si leur ambition initiale (« contribuer à une justice plus humaine ») a certes perdu de sa flamboyance, la production et la reproduction de discours de type vocationnel leur permet d’accepter ce qu’ils endurent professionnellement (Iori & Nicourd, 2014).

37Il ne faudrait cependant pas réduire ces arrangements pratiques et la production de ces discours à des phénomènes psychosociaux permettant de « se protéger », de « survivre mentalement ». Les difficultés, « les épreuves de professionnalité » (Ravon & Vidal-Naquet, 2014), qui sont leur lot quotidien, renvoient en effet à des enjeux ayant trait, on l’a montré, non seulement à leurs conditions de travail, à leur statut, à leur « importance sociale », mais aussi à l’encadrement et à la prise en charge de cette « problématique sociale ». Les lieux de réclusion où elles travaillent, les dispositifs législatifs qu’elles doivent mettre en œuvre, le travail d’intermédiation qu’elles partagent avec d’autres petits fonctionnaires au service de la puissance publique opèrent sur elles des effets d’usure. Comprendre ces effets requiert ainsi une lecture politique de leur travail (Mauger 1995b ; Latteur, 2013) et de ce qui se joue dans cet univers, que l’on ne peut réduire au face à face entre les personnels pénitentiaires et les détenus.

Haut de page

Bibliographie

Arborio A-M. (2001), Un Personnel invisible. Les aides-soignantes à l’hôpital, Paris, Éditions Anthropos.

Beaud S. (1996), « L’usage de l’entretien en sciences sociales. Plaidoyer pour l’“entretien ethnographique” », Politix, n° 35, pp. 226-257.

Beaud S. & F. Weber (2003 [1997]), Guide de l’enquête de terrain. Produire et analyser des données ethnographiques, Paris, Éditions La Découverte.

Becker H. S. (1985 [1963]), Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Éditions Métailié.

Becker H. S. (1970), Sociological Work: method and substance, Chicago, Aldine Publishing Cy.

Beernaert M-A. (2012, 2e éd.), Manuel de droit pénitentiaire, Limal, Éditions Anthemis.

Bouagga Y. (2013), Humaniser la peine ? Ethnographie du traitement pénal en maison d’arrêt, Paris, Thèse de doctorat, École des hautes études en sciences sociales.

Bourdieu P. (2002 [1984]), Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit.

Bourdieu P. (1986), « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 62/63, pp. 69-72.

Bourdieu P. (dir.) (1993), La Misère du monde, Paris, Éditions du Seuil, Libre examen.

Bourdieu P. (1997), Méditations pascaliennes, Paris, Éditions du Seuil/Liber.

Bourdieu P. (2012), Sur l’État. Cours au Collège de France 1989-1992, Paris, Éditions du Seuil / Raisons d’agir, Cours et travaux.

Clot Y. (2010), Le Travail à cœur. Pour en finir avec les risques psychosociaux, Paris, Éditions La Découverte, Cahiers libres.

Combessie P. (2009, 3e éd.), Sociologie de la prison, Paris, Éditions La Découverte, coll. Repères.

Divay S. (2013), Soignantes dans un hôpital local. Des gens de métier confrontés à la rationalisation et à la précarisation, Rennes, Presses de l’École des hautes études en santé publique.

Divay S. & F. Legendre (coord.) (2014), La Transmission du métier, SociologieS [En ligne], Dossiers, mis en ligne le 07 mars 2014, http://sociologies.revues.org/4540

Dubois C. (2007a), « Le fonctionnement concret d’un quartier de détention pour femmes : ressorts organisationnels et implications sur l’identité personnelle des surveillants. », SociologieS [En ligne], Premiers textes, mis en ligne le 03 juillet 2007, URL : http://sociologies.revues.org/203

Dubois C. (2007b), « “Le phénomène des pairs et des impairs” : analyse organisationnelle d'un quartier de détention pour femmes », Déviance et Société, vol. 31, n° 1, pp. 25-40.

Élias N. (1985 [1969]), La Société de cour, Paris, Éditions Flammarion, Champs essai.

Élias N. (1996 [1983]), Engagement et distanciation, Paris, Éditions Fayard, Pocket, Agora.

Fassin D. (2005), « Compassion and Repression. The Moral Economy of Immigration Policies in France », Cultural Anthropology, vol. 20, n° 3, pp. 362-387.

Fassin D. & J.-S. Edeiliman (dir.) (2012), Les Économies morales contemporaines, Paris, Éditions La Découverte, Bibliothèque de l’Iris.

Fassin D. (2014), L’Ombre du monde. Une anthropologie de la condition carcérale, Paris, Éditions du Seuil.

Frauenfelder A., Bugnon G. & E. Nada (2015), « “S’ouvrir sur l’extérieur” : une réforme saisie par les professionnels d’un Centre éducatif fermé », Espaces et sociétés, n° 162.

Gaspar J-F. (2012), Tenir ! Les raisons d’être des travailleurs sociaux, Paris, Éditions La Découverte, Enquêtes de terrain.

Goffman E. (1968 [1961]), Asile. Études sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, Les Éditions de Minuit.

Iori R. & S. Nicourd (2014), « La construction des discours vocationnels comme support de légitimité dans le champ de l’intervention sociale », Vie Sociale, n° 8, pp. 101-112.

Latteur N. (2013), Le Travail. Une question politique, Bruxelles, Éditions Aden.

Lenoir R. (1993), « La police des pauvres » dans Bourdieu P. (dir.), La Misère du monde, Paris, Éditions du Seuil, pp. 279-284.

Lhuilier D. & N. Aymard (1997), L’Univers pénitentiaire. Du côté des surveillants de prison, Paris, Éditions Desclée de Brouwer.

Lhuilier D. & A. Lemiszewska (2001), Le Choc carcéral. Survivre en prison, Paris, Bayard.

Malochet G. (2009), « Les surveillants de prison : marges du travail, travail sur les marges », Idées économiques et sociales, vol. 4, n° 158, pp. 42-49.

Mary P. (2012), « La politique pénitentiaire », Courrier hebdomadaire du CRISP, n° 2137, pp. 5-47.

Mary P., Bartholeyns F. & J. Béghin (2006), « La prison en Belgique : de l'institution totale aux droits des détenus ? », Déviance et Société, vol. 30, n° 3, pp. 389-404.

Mauger G. (1995a), « La situation d’enquête », Informations sociales, n° 47, pp. 24-31.

Mauger G. (1995b), « L’engagement sociologique », Critique, n° 579-580, pp. 674-696.

Mucchielli L. (dir.) (2008), La Frénésie sécuritaire. Retour à l’ordre et nouveau contrôle social, Paris, Éditions La Découverte.

Olivier de Sardan J.-P. (2000), « Le “je” méthodologique. Implication et explication dans l’enquête de terrain », Revue française de sociologie, vol. 41, n° 3, pp. 417-455.

Passeron J-C. & J. Revel (2005), « Penser par cas. Raisonner à partir de singularités », dans Passeron J-C. & J. Revel, Penser par cas, (s/d), Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, pp. 9-44.

Peneff J. (1992), L’Hôpital en urgence. Étude par observation participante, Paris, Éditions Métaillé.

Ravon B. (dir.) avec Decrop G., Ion J., Laval C. et P. Vidal-Naquet (2008), « Usure des travailleurs sociaux et épreuves de professionnalité. Les configurations d’usure : clinique de la plainte et cadres d’action contradictoires ». Recherche pour l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale (ONPES), Ministère de la santé et des solidarités – Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES).

Ravon B. (2008), « Souci du social et action publique sur mesure », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 30 octobre 2008, URL : http://sociologies.revues.org/2713

Ravon B. (2009), « Repenser l’usure des travailleurs sociaux », Informations sociales, vol. 2, n° 152, pp. 60-68.

Ravon B. & Vidal-Naquet P. (2014), « Épreuve de professionnalité », dans Zawieja P. & F. Guarnieri (dir.), Dictionnaire des risques psychosociaux, Paris, Éditions du Seuil, pp. 268-272.

Haut de page

Notes

1 Donc réservée aux « condamnés ».

2 Les femmes sont surmajoritaires dans ces emplois : 80 % dans les établissements pénitentiaires francophones (n = 107). C’est pour rendre compte de cette surreprésentation que nous employons dans ce texte : « assistante sociale ». Par ailleurs, la proportion de femmes parmi les assistants de surveillance pénitentiaire est de 25 % (dans la Maison de peine étudiée).

3 Magazine d’information 7 à la Une, Radio Télévision Belge Francophone, 1er novembre 2014.

4 Nous remercions Naoual Boumedian et Cécile Fleussu pour leurs apports et leurs commentaires sur ce texte.

5 Si l’analyse d’Erving Goffman porte sur les « reclus », elle peut également être mobilisée pour ceux qui travaillent dans les lieux de réclusion. Pour une discussion sur l’application de la notion d’« institution totale » aux prisons se référer à Mary, Bartholeyns & Béghin (2006).

6 « "Aller sur section", c’est s’exposer aux détenus, en groupe, avec un ou deux agents pour trente détenus, ayant accès à des objets divers. La sécurité est minimum, ils ne sont pas fouillés comme lorsqu’ils viennent au bureau et qu’ils passent au détecteur de métaux » T., assistant social.

7 « Parasites », « machines à rapports », « buveurs de café », « inhumains » sont des expressions acceptées – « normales » – dans la relation au détenu. Par contre, elles sont considérées comme des agressions de la part des gardiens et des collègues.

8 Il existe, en Belgique, un CPAS par commune (Loi organique du 08.04.1976) : ils font de l’aide sociale de première ligne. Ce sont notamment eux qui octroient le Revenu d’intégration sociale.

9 En France, Guillaume Malochet fait un constat similaire, entre « les [gardiens] forts » et « les faibles » (Malochet, 2009).

10 Se reporter au très riche dossier La transmission du métier coordonné par Sophie Divay & Florence Legendre dans SociologieS (2014).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Gaspar et Son Tran, « Dans les murs. Travail social en maison de peine : effet de lieu, effet d’usure », SociologieS [En ligne], Dossiers, Relation d’aide et de soin et épreuves de professionnalité, mis en ligne le 16 juin 2016, consulté le 18 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/5365

Haut de page

Auteurs

Jean-François Gaspar

Haute École Louvain en Hainaut & Haute École Namur Liège Luxembourg. Centre d’Études et de Recherches en Ingénierie et Action Sociales Louvain-la-Neuve | Namur (CÉRIAS), Belgique. Membre associé du Centre européen de sociologie et de science politique (Paris : équipe CSE), France - gasparjf@helha.be

Son Tran

Expert technique pénitentiaire social - tran.son@live.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page