Navigation – Plan du site
Espaces et transactions sociales

Durabilité et lien social : transitions et transactions dans l’expérimentation

Sustainability and social bonds: transitions and transactions in experimentation
Philippe Hamman

Résumés

Partant de l’opposition entre une vision technique et économique versus écologique et sociale de la durabilité, qu’illustre bien la problématique des systèmes énergétiques renouvelables, l’article aborde les processus de transition énergétique dans une perspective transactionnelle, revenant sur la spatialité du social. L’analyse se fonde sur trois cas d’étude en Alsace (France) ; derrière les discours de l’implication citoyenne ou de la démocratie environnementale, les modes d’imposition et de transaction relevés révèlent que la mise en œuvre concrète de la transition énergétique confirme sinon renforce des clivages socio-économiques repérables dans des espaces fragilisés comme des quartiers d’habitat social ou des zones rurales retirées.

Haut de page

Texte intégral

1Les enjeux de l’action politique ou citoyenne « durable » sont fréquemment présentés sous l’a priori de la « politique du consensus », mis à jour par Jacques Rancière (1998) : qui pourrait être « contre » l’attention portée à l’avenir de notre planète, menacée par le réchauffement climatique et autres risques « globaux » ? Lors du Sommet de la Terre à Rio en 1992, le développement durable a été arboré comme une approche en rupture avec les impératifs de la croissance économique, tout en maintenant un flou appropriable par de nombreux acteurs aux objectifs différents (Zaccai, 2011). Il est devenu un répertoire à succès des décennies 1990-2000. Mais la crise économique de 2007 a révélé ses failles, opposant schématiquement une vision technique et économique de la durabilité à une version écologique et sociale (Stoessel-Ritz et al., 2012 ; Hajek & Hamman, 2015).

2Cette tension s’illustre particulièrement à partir de la problématique des systèmes énergétiques renouvelables, à l’heure des préoccupations affichées par l’Union européenne dans sa « feuille de route 2050 » pour la transition énergétique. Si cette notion peut se lire comme « un ensemble de changements attendus dans les manières de produire, de consommer et de penser l’énergie » (Cacciari et al., 2014), d’emblée on note que l’énoncé de la « transition », utilisé en France, est plus timide que ceux de turn ou Wende, usités dans les contextes anglo-saxon et allemand, et désignant un virage, un tournant (Christen et al., 2014). Le positionnement dans une dialectique adaptation/rupture, caractéristique des dynamiques du changement socio-écologique, diffère ainsi (Lockie et al., 2014, pp. 95-105).

3En abordant les processus de transition dans une perspective transactionnelle, nous revenons sur la spatialité du social, afin de penser le statut de l’espace social dans ses corrélations avec la variable temporelle. Nous nous appuyons sur une enquête conduite de 2012 à 2015 dans le cadre du programme européen Interreg IV « Plan Énergies renouvelables », qui questionne l’acceptabilité sociale des énergies renouvelables en Alsace en suivant des projets en train de se faire. La notion d’expérimentation qui se dégage renvoie à la fois au développement de projets temporaires et à leur mise en œuvre sur des échelles réduites (Hamman, 2012), que ce soit à l’initiative d’opérateurs industriels ou d’acteurs « alternatifs », en ayant à l’esprit l’objectif d’une diffusion plus large. Nous tentons cette analyse à partir de trois cas d’étude, en milieu urbain et rural.

Trois terrains d’étude en Alsace

La recherche a été menée à Strasbourg au laboratoire SAGE, avec Guillaume Christen et la participation d’Isabelle Hajek et Maurice Wintz (Christen et al., 2015 ; Christen & Hamman, 2015), grâce au soutien du Fonds européen de développement régional (FEDER) et du programme Interreg IV Rhin supérieur, en liaison avec l’Offensive Sciences de la Région métropolitaine trinationale (RMT) du Rhin supérieur 1.
Un premier terrain s’inscrit dans le cadre de la rénovation d’un réseau de chaleur dans le quartier de logements sociaux de la Cité de l’Ill, au nord de la métropole de Strasbourg, où résident environ 6 500 habitants ; le dispositif lancé par le bailleur ambitionne de stimuler un changement des pratiques courantes via des « éco-gestes ». Le second concerne l’énergie solaire et s’adresse à des propriétaires dans la commune de Plobsheim, en couronne périurbaine de Strasbourg, d’environ 4 100 habitants en 2012, à travers la possibilité d’installer des panneaux photovoltaïques ou des sources de chaleur renouvelables (chaudière à granules). Avec l’appui de Camille Cretté, étudiant en Master 2 de démographie, nous avons conduit en 2014 une enquête quantitative par questionnaires auprès d’habitants de ces deux terrains (plus de 300 réponses exploitables, dont 150 sur chaque site), couplée à une dizaine d’entretiens. Les deux espaces ont été choisis dans la mesure où ils se distinguent par leur profil socio-économique. Suivant les données de l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), le revenu net moyen par foyer fiscal s’élève à 11 700 € à la Cité de l’Ill, en 2009, contre 28 000 € à Plobsheim. De même, le taux de chômage est significatif : il est de 16% à la Cité de l’Ill, toujours en 2009, contre 5,9% à Plobsheim ; la distribution des catégories socioprofessionnelles montre une plus forte concentration des employés et ouvriers à la Cité de l’Ill, des cadres et professions intellectuelles supérieures à Plobsheim.
Le troisième site est concerné par la participation citoyenne au financement coopératif d’une partie d’un parc éolien sur la commune de Saâles, qui compte 820 habitants en 2012, dans une zone rurale de montagne économiquement peu favorisée : le taux de chômage des 15-64 ans y est de 17,9% en 2009, contre 10% pour la région Alsace. En termes de niveau d’étude, seuls 2,7% des habitants de plus de 15 ans sont titulaires d’un diplôme de l’enseignement supérieur long, 29,5% n’ont aucun diplôme et 34% sont titulaires d’un diplôme de premier niveau, type CAP (certificat d’apprentissage professionnel). Des entretiens ont été conduits auprès des porteurs de projet, en particulier l’adjoint chargé du dossier éolien et le maire. Nous avons aussi rencontré des responsables de cinq associations d’énergie coopérative impliqués dans le développement de ce parc ; et, pour analyser la réception du dispositif auprès des habitants, trente entretiens ont été réalisés sur place de mai à août 2013.

4Nous déplions notre raisonnement en deux temps. D’abord, nous précisons le double cadre théorique retenu, c’est-à-dire les apports d’une analyse de la durabilité par les transactions sociales autour d’une entrée par l’espace ; ensuite, le rapport au registre de la transition, qui monte en puissance. Puis nous mobilisons l’étude empirique conduite en Alsace ; la problématisation sociale de la transition énergétique permet d’examiner in concreto plusieurs couples de tensions, donnant à saisir les rapports entre transition et transaction, temps et espace, dans l’expérimentation. Lorsque la transition énergétique est confrontée à sa mise en œuvre, se dégagent des inégalités environnementales confirmant voire renforçant les clivages socio-économiques qui s’incarnent dans des espaces fragilisés comme des quartiers d’habitat social ou des zones rurales retirées.

Espace social et durabilité : transaction et transition comme double cadre d’analyse

La durabilité saisie par les transactions ou la médiation de l’espace social

5La sociologie des transactions sociales étudie la « (re)création permanente du lien social » (Freynet et al., 1998, p. 17) dans les situations où conflits et coopérations coexistent. Le développement durable n’en manque pas, dans les multiples conciliations entre besoins du présent et attention à l’avenir (au cœur du « rapport Brundtland » de 1987) et entre ses différentes dimensions – que Sylvie Brunel décline comme les « 3M » : « les menaces qui pèsent sur la planète », « les misères de l’humanité » et « les manques de la gouvernance mondiale » (Brunel, 2004, pp. 6-7). Au sein d’espaces en partie déterminés et de situations partiellement transparentes, les transactions entre acteurs, si elles fonctionnent, se traduisent par des compromis de coexistence, toujours partiels, où il s’agit non seulement de considérer l’autre comme partie à l’interaction, mais de le reconnaître dans sa différence (Hamman, 2015). Idéalement, la meilleure action « durable » est celle dont on ne parlerait pas, parce qu’elle irait de soi et ne nécessiterait aucune intervention spécifique : si le répertoire du développement durable est mobilisé (comme avant lui celui du développement local, du travail social, etc.), c’est bien en réponse à une situation problématique.

6Le développement durable s’apparente à une forme d’interdépendance sociale : un enjeu nodal tient en la constitution de cadres d’anticipation institutionnels qui entrent en correspondance avec les références et les attentes des acteurs. De ce point de vue, la transaction sociale permet de lire des interdépendances « soit sous la forme de rapports stabilisés […], soit sous la forme de situations d’invention sociale de nouvelles régulations de ces interdépendances, [portant sur] les principes de base des identités sociales et sur les représentations des objets » (Mormont, 1994, p. 234).

7Les questions de durabilité traduisent une inertie de l’espace par rapport aux transformations que l’homme veut lui imposer, ce qui lie la dimension socio-spatiale à une dimension temporelle, celle d’un temps toujours présent entre les transformations sociales et les transformations de l’espace. Ceci conduit à différencier transactions de croissance et de continuité, d’une part, et transactions de rupture, de l’autre. On peut affilier la première déclinaison à l’analyse du développement durable proposée par Neil Harrison, autour de trois hypothèses structurantes : la confiance en la technologie et la science pour résoudre les difficultés, celle en la capacité d’autorégulation des marchés et celle en l’intervention des gouvernements qui conserveraient une maîtrise des enjeux (Harrison, 2000). Au contraire, la deuxième hypothèse n’accorde guère de crédit à ces scénarios. Elle estime que seule la rupture avec le modèle actuel de développement, notamment en termes de « décroissance », est susceptible de dégager des perspectives de durabilité (Sinaï, 2013).

8Dans les faits, la tension se manifeste entre des innovations de continuité, par exemple pour réduire les impacts de la circulation automobile (l’aménagement d’un boulevard périphérique, d’une « zone 30 » limitant la vitesse en centre-ville, etc.) en ne mettant en question ni le principe, ni ses fondements – à commencer par le recours aux énergies fossiles – et des innovations de rupture, qui proposent un changement de modèle (développer les modes de déplacements alternatifs à la voiture, comme l’usage du vélo, etc.). Des divergences sur la portée des actions à entreprendre ressortent ainsi.

La transition : une réponse pour programmer un changement multi-échelles ?

9La question climatique est désormais au centre de l’action publique « durable » (Béal & Pinson, 2014) et abordée en termes de transition. Cette lecture légitime l’idée d’une nécessaire planification du changement, au sein de laquelle s’inscrit la décarbonisation des économies : la transition est organisée sur le long terme, autour d’objectifs annoncés qui intègrent une pluralité d’échelles, associant aussi bien les institutions que les pratiques individuelles, ou le marché et les technologies. Yannick Rumpala parle d’une démarche qui « manage ou pilote » les relations entre environnement et économie autour d’un axe non porteur de rupture (Rumpala, 2010).

10Cette planification répercute les buts fixés par la « feuille de route » de l’Union européenne, laquelle a quantifié et échelonné des objectifs à atteindre par les États membres. Deux horizons sont avancés : 2020 et 2050, définissant à chaque fois des pourcentages de diminution des émissions de gaz à effet de serre. Dans le cas français, la Stratégie nationale de développement durable, adoptée le 3 juin 2003, affiche pour ambition d’intégrer le développement durable dans l’ensemble des politiques publiques. Les politiques régionales en matière de transition énergétique se comprennent également de la sorte, à l’image de l’Alsace qui a surtout mobilisé le secteur du bois-énergie en réponse aux cibles européennes (Christen & Hamman, 2015, pp. 111-114). Dans ce contexte, la réduction des impacts écologiques de l’activité économique est symptomatique d’un projet d’« éco-développement », symbolisant une hiérarchie prononcée à la faveur de l’économie par rapport au social et à l’environnement (Diemer, 2012).

11Une telle lecture ouvre en même temps un champ d’énonciation et d’action pour les pouvoirs locaux dans l’affirmation de leurs préoccupations en termes de durabilité. La transition écologique est devenue un élément des discours de construction d’un bien commun local dans les politiques de développement régional. Les projets de ville durable ou d’éco-cités, qui se repèrent à l’heure actuelle au niveau européen et mondial, mettent l’accent sur la promotion des technologies « sobres » en carbone (Caprotti & Romanowicz, 2013). En France, la Conférence sur la transition énergétique, lancée le 29 novembre 2012, insiste également sur l’innovation technologique afin de promouvoir la sobriété.

12Si la transition énergétique renvoie à un cadre européen, elle se déploie à une diversité d’échelles d’opérationnalisation : nationale, régionale, locale, voire individuelle lorsqu’il en va du logement. En ce sens, il est de plus en plus question de la saisir « vue d’en bas », à commencer par « les modes de consommation d’énergie, la réception des politiques publiques par les ménages et la capacité des usages quotidiens à se réformer et à se conformer aux exigences des normes environnementales nouvelles » (Subrémon, 2014, p. 4). On repère alors le rôle joué par une diversité de parties prenantes : collectivités territoriales, petites et moyennes entreprises, collectifs locaux, ménages, etc., dessinant « un mouvement à bas bruit qui n’est guère perçu par les organisations nationales » (Cacciari et al., 2014, p. 4).

13Lorsqu’il est question d’une dépolitisation de la problématique environnementale suivant une gestion technocratique « postpolitique » (Swyngedouw, 2009), la portée d’une approche « par le bas » est d’autant plus nette. Par exemple, Laurence Raineau estime que les énergies renouvelables « n’ont de sens et d’avenir que dans un cadre institutionnel nouveau, conduisant notamment à une réappropriation de la question énergétique par les citoyens et à une décentralisation de son exploitation. […] Car, en tissant un nouveau rapport au monde et à la nature, elles ouvrent notre univers des possibles au-delà de la seule innovation technologique » (Raineau, 2011, p. 133).

Espaces d’expérimentation : transitions et transactions en train de se faire ?

14Les processus de la transition énergétique apparaissent pluriels et non stabilisés ; ils sont objets de transactions pratiques, oscillant entre les logiques industrielles centralisées existantes et le développement d’initiatives coopératives. Ces dynamiques sont susceptibles de s’imbriquer voire de s’hybrider, entre l’insertion de logiques participatives dans des systèmes centralisés et une « recentralisation » des initiatives citoyennes autour de groupes industriels. C’est l’existence de transitions différentes qui se dégage, territorialement et socialement, au sein desquelles l’expertise prend une place croissante, au détriment de la participation habitante.

Transactions territoriales : une transition qui oscille entre décentralisation et recentralisation

15Partir de l’opposition idéal-typique entre une régulation industrielle-centralisée et coopérative-décentralisée de l’énergie matérialise une territorialisation des modes d’introduction. Les processus décisionnels passent par des transactions territoriales, c’est-à-dire des « transactions sociales dont le territoire est le cadre et qui contribuent au processus de socialisation, et donc de territorialisation, de l’espace » (Casteigts, 2008, pp. 183-184) ; elles se lisent à différents niveaux.

16Le premier concerne la prise en charge de la transition énergétique par les logiques de marché. L’« économie verte » cherche à concilier des intérêts économiques et des enjeux écologiques, où les « innovations techniques et scientifiques apparaissent comme le moteur du compromis » (Mormont, 2012, p. 54). Dans cette configuration, la « transition » n’engendre pas de rupture avec le cadre actuel. On observe en Alsace un renforcement des opérateurs historiques de fourniture de services énergétiques. On peut citer la captation de la filière bois-énergie par les gestionnaires des réseaux de chaleur, convertis aux sources renouvelables. C’est le cas à Strasbourg, pour la production d’électricité « verte » – qui a essentiellement pour origine l’opérateur Électricité de Strasbourg – ou les trois réseaux de chaleur des quartiers de la Cité de l’Ill, Hautepierre et l’Esplanade 2. La société Idex gère le premier ; Dalkia, filiale de Véolia Environnement, a renforcé sa position en s’alliant avec le groupe Électricité de France (EDF) ; elle pilote notamment le site de l’Esplanade 3.

  • 4 Avec des effets pervers sur la gestion sylvicole (priorisation d’essences selon des critères propre (...)

17Ce déploiement est corrélé à des politiques de transition énergétique qui s’opérationnalisent par l’offre privée couplée à des mesures publiques incitatives. D’une part, le positionnement d’industriels a été soutenu par les appels d’offre initiés par la Commission de régulation de l’énergie (CRE) à l’échelle nationale. Par exemple, un appel lancé en 2009 a porté sur une puissance de 250 MWc à partir de biomasse-bois. Deux projets ont été retenus en Alsace, pour une puissance de 14 MWc : une centrale à cogénération portée par Dalkia et une seconde par une scierie à Urmatt (Bas-Rhin) pour une puissance de 4 MWc. In abstracto, ce type de technologie peut être alimenté à partir de déchets bois, végétaux ou agricoles. Mais les deux projets validés retiennent une alimentation à partir de biomasse-bois, ce qui n’exclut pas un possible accroissement de la pression sur la filière bois déjà très sollicitée régionalement 4. Certains acteurs, à l’instar du chargé de mission Services énergies de la Région Alsace, mettent en exergue un risque de conflit entre des petits projets locaux et des grands projets nationaux : « Les gros appels à projets CRE, chaque fois ce sont des gros projets avec des tarifs d’achat incitatifs au bout, mais ces gros projets mettent souvent en péril ce qui a été mis en place au niveau régional. Les CRE font peur au niveau régional. Il y a une concurrence sur les ressources » (entretien, octobre 2012).

18D’autre part, le constat est similaire s’agissant des particuliers. Les habitants interrogés à Plobsheim soulignent être fréquemment contactés par des entrepreneurs de panneaux photovoltaïques : « Oui, souvent des entreprises font du porte-à-porte ou mettent un papier dans la boîte aux lettres. Ou par téléphone, on nous appelle régulièrement pour savoir si on est intéressé » (entretien, habitant de Plobsheim, avril 2014). Au moment de l’enquête, dix-huit des 120 propriétaires de l’échantillon ont installé des chaudières à bois-énergie ou des panneaux solaires. Les motivations exprimées se concentrent autour de justifications économiques : le crédit d’impôt octroyé par l’État (20% des propriétaires) et la réduction de la facture d’électricité (33% des propriétaires). Une telle définition du processus transitionnel par l’évolution du « bouquet » énergétique élude la dimension, pourtant socialement importante, des habitudes de consommation et des modes de vie.

19Une deuxième scène transactionnelle concerne les initiatives dites alternatives et citoyennes : coopérative énergétique, toit solaire collectif, etc. Bien qu’affichant une ambition de rupture avec le modèle énergétique centralisé, celles-ci reposent sur des compromis pratiques avec les logiques industrielles, à l’échelle des espaces concrets. La faisabilité technique des projets « citoyens » tient en fait à leur intégration partielle aux réseaux centralisés et la garantie économique repose sur la revente de l’électricité à un opérateur industriel, qui rémunère les actionnaires. Le cas de Saâles souligne l’imbrication des références et du contenu du projet lui-même : sur les dix aérogénérateurs du parc, l’installation de huit éoliennes à gestion industrielle est complétée par deux autres à gestion coopérative, mais injectant elles aussi l’énergie produite dans le circuit EDF. Il y a là une double transaction.

20D’un côté, en affirmant la dimension coopérative de deux éoliennes, l’actionnariat « populaire » (limité) peut contribuer à produire une vision intégrée territorialement du parc industriel, sans remettre en cause le fonctionnement d’ensemble ou le choix de l’opérateur EDF et sa filiale Énergies Nouvelles. Le maire de Saâles construit ainsi une justification qui s’intègre dans un répertoire de développement durable du territoire, susceptible de lui donner une double dimension légitimante d’utilité locale et d’intérêt général. La commune affiche en effet le label, « Ruban du développement durable » 5. Cet énoncé transforme la technique éolienne pour lui attribuer une dimension de bien commun : « Moi j’ai toujours eu une démarche de développement durable, bien avant qu’on appelle ça développement durable. […] On n’a pas commencé par les énergies renouvelables, on a commencé ici par les ouvertures paysagères, par le marché paysan, par la chaufferie bois, etc. » (entretien, maire de Saâles, mars 2013).

21De l’autre, c’est cette fois une transaction implicite, la production de l’ensemble des dix éoliennes alimente bien le réseau centralisé. Certes, des représentations d’une plus grande autonomie énergétique locale se font jour parmi la population : « Ce sera aussi bon pour le village, ça permettra de faire des économies si on consomme notre propre électricité. […] Ne serait-ce que pour l’éclairage public, l’éclairage de l’église. Les éoliennes, […] ça peut servir à la population locale » (entretien, habitante de Saâles, juin 2013). La production sera en réalité, de façon tout à fait classique, introduite dans le réseau EDF : les logiques d’usage projetées par les habitants ne coïncident pas avec les visions préalablement déterminées par les concepteurs. À l’inverse, la faculté de devenir actionnaire d’une éolienne est ignorée des habitants rencontrés : « Vous voyez, je ne pensais pas que c’était possible d’acheter des parts d’éoliennes » (entretien, habitant de Saâles, août 2013). Des modes de régulation empruntent ainsi à la fois à la culture de collectifs participatifs et de l’« économie verte ». Si, a priori, le citoyen est invité à transformer son quotidien afin de peser sur le changement, cela revient toutefois, dans le cas de Saâles, à l’achat individualisé d’une action, par Internet et parfois loin de son lieu de résidence : « Écoutez, nous on a un site Internet, les gens peuvent télécharger le bulletin de souscription, ils nous l’envoient et puis après on décide en comité » (entretien, président d’ERCISOL, mai 2013). De même, l’adjoint au maire de Saâles apparaît peu au fait des aspects collectifs et sociaux de l’actionnariat. Il se situe dans un référentiel économique : « Les gens qui investiront, ils auront à peu près 5% d’intérêts annuels et, au bout des huit-neuf ans où le capital sera remboursé par la production, ce qu’ils auront payé, ça leur reviendra en dividendes sur la production » (entretien, mai 2013).

22Enfin, l’intervention d’associations nationales et régionales de promotion des coopératives énergétiques s’apparente à un appui juridique et technique reproduit de site en site, sans prise en compte fine des contextes locaux. Significativement, l’expertise apportée par la structure nationale ERCISOL (Énergies renouvelables citoyennes et solidaires) 6 est exogène et généraliste : « Bon, déjà simplement le fonctionnement d’ERCISOL qu’on peut dupliquer. Voilà. Maintenant, on est prêt à apporter, bien sûr, notre expérience, notre manière de fonctionner ». Le cas de Saâles est vu comme un projet éolien parmi d’autres : « On est sur de nombreux projets. […] Voilà, Saâles est arrivé comme ça, c’est quelqu’un de chez nous qui a eu connaissance de ce projet, qui a pris contact avec le maire. Donc aujourd’hui, on est sur ce projet-là » (entretien, président d’ERCISOL, mai 2013).

Transactions sociales ou transactions économiques : associer les habitants à la transition énergétique ?

23Les possibilités de mobilisation citoyenne dans la transition énergétique renvoient à des formes de gouvernance des projets territorialisés d’énergie renouvelable qui balancent entre des démarches décentralisées et une professionnalisation/normalisation.

  • 7 La directive européenne du 13 juillet 2009 impose aux États membres d’équiper 80% des foyers en « c (...)

24On observe d’abord une procéduralisation, qui traduit le caractère expert et socialement sélectif des technologies énergétiques. Les principaux opérateurs proposent désormais une gamme complète de produits all inclusive. Les grandes entreprises du secteur ont adapté leurs prestations, à l’image d’EDF : à partir d’un diagnostic, l’offre s’individualise en fonction des consommations et des demandes énergétiques des clients. EDF accompagne les entreprises dans la gestion des gaz à effet de serre, signe d’un réel enjeu dans un marché de permis d’émissions. Au niveau des ménages, l’opérateur fournit un « bouquet » de services énergétiques, dont un contrat de fidélisation qui comprend un bilan thermique du logement et l’installation d’un chauffage de type cogénération. De même, Poweo Direct Énergie vante son « contrat au forfait », mettant à la disposition des clients un « compteur intelligent » supposé optimiser leur consommation d’énergie, en identifiant cette dernière en temps réel, ainsi que les appareils ou les postes énergivores 7. On repère ainsi une filière désormais encadrée, en amont et en aval, par un réseau d’acteurs technico-économiques.

25Les installations photovoltaïques « clés en main » sont également riches de sens. Le plus souvent, il s’agit d’équipements connectés au réseau. Un installateur de panneaux solaires en Alsace note que les motivations environnementales sont rarement mises en avant : « En France, le photovoltaïque est vu comme un placement financier, il faut une rentabilité, un amortissement. On ne réfléchit ni en autoconsommation, ni en économie d’énergie […]. À 0,25 euros le rachat de l’électricité, les Français vont opter pour le rachat, ils ne sont pas écolos au point de perdre de l’argent » (entretien, décembre 2012). L’installation est d’abord perçue comme un placement, où, symboliquement, le consommateur est élevé au rang de « producteur citoyen et responsable » et peut se vivre comme tel (Debourdeau, 2011).

26Ce premier mouvement est corrélé à un deuxième, la montée générale en expertise. Les projets coopératifs dénotent un renforcement du rôle des associations et réseaux spécialisés. Dans le cas de Saâles, la trajectoire des membres des groupements associatifs atteste une standardisation des profils autour du secteur énergétique. Par exemple, ERCISOL est animée par des acteurs fortement dotés en relations sociales les disposant à s’engager en matière d’énergies renouvelables, avec une part importante d’ingénieurs : « On a des gens très compétents dans ERCISOL, des anciens ingénieurs, des universitaires » (entretien, décembre 2012). L’investissement dans l’association correspond à un transfert de ressources d’un espace vers un autre. Des compétences acquises et sollicitées dans un premier cadre de socialisation – en l’occurrence professionnel – sont retraduites dans un second, associatif. L’itinéraire du président d’ERCISOL est caractéristique. D’abord ingénieur dans la société Schneider Électricité, sa mission consistait à « monter des filiales » : « Au bout d’un an et demi, ils m’ont envoyé au Cameroun pour monter une filiale. Mais y’avait rien [au départ] ! Je suis parti là-bas et j’ai tout monté, je suis resté quatre ans et puis, quand je suis parti, il y avait 100 employés et on faisait de la maintenance ». En fin de carrière, il devient lui-même chef d’entreprise : « J’ai monté ma boîte de maintenance » (entretien, président d’ERCISOL, mai 2013). Les associations expertes exercent ainsi un rôle de consultant en ingénierie de projet, hors le point de vue des habitants qui, eux, ne sont pas familiarisés à ces savoir-faire. L’effet est d’enfermer l’actionnariat dans un cercle d’initiés, pourvus en capital technique, économique et social.

27Dans l’agglomération de Strasbourg, la comparaison entre les sites de Plobsheim et de la Cité de l’Ill donne également à voir les difficultés d’une maîtrise technique des énergies renouvelables. À l’échelle des particuliers, la transition énergétique se concrétise surtout à travers des innovations techniques, amplifiant les disparités socio-économiques.

28La conversion des réseaux de chaleur vers des sources renouvelables se fonde sur une présumée rationalité de l’individu, en démontrant les économies réalisées par l’installation d’une technologie énergétique. Le questionnaire diffusé a testé la compréhension que les habitants ont des différents systèmes énergétiques (Christen et al., 2015). Globalement, la hiérarchisation des énergies renouvelables selon les connaissances déclarées par les enquêtés ne reflète pas d’écart particulièrement net. À Plobsheim, 74,2% des interrogés disent « connaître précisément » l’énergie solaire, 74,2% l’énergie éolienne, contre 62,2% et 53,2% pour la Cité de l’Ill. Toutefois, la part des habitants qui ignorent les termes techniques (géothermie, biomasse, solaire thermique, solaire photovoltaïque…) – que l’on appellera « sans idée » – est bien plus importante à la Cité de l’Ill, pour tous les types d’énergies renouvelables. Plus les systèmes énergétiques sont pointus, plus la différence entre les deux sites se creuse. Cette inégale maîtrise se perçoit à travers l’exemple de la méthanisation : 90,7% des interrogés à la Cité de l’Ill se déclarent « sans idée », contre 56,5% à Plobsheim.

29Nous avons aussi demandé aux enquêtés d’associer différentes productions (eau chaude, électricité, chaleur et biocarburant) à des énergies renouvelables (avec des questions de contrôle à chaque fois, pour dépasser le sentiment de compétence). Les écarts laissent apparaître une plus faible maîtrise chez la majorité des locataires de la Cité de l’Ill. Par exemple, plus de 95% des interrogés à Plobsheim associent la production d’électricité à une source renouvelable (solaire, vent), contre 60% à la Cité de l’Ill. Enfin, une question sur le statut de l’énergie nucléaire confirme les disparités d’appropriation : 27% des habitants de la Cité de l’Ill déclarent « ne pas savoir », 1% seulement à Plobsheim.

30On peut faire l’hypothèse que ce qui diffère n’est pas tant l’environnement comme valeur inégalement partagée par différents milieux sociaux que les possibilités inégales d’y contribuer, car ces dernières dépendent d’une capacité à s’orienter dans l’espace des innovations énergétiques. Ces difficultés de maîtrise – que ce soit pour s’approprier un mode d’actionnariat populaire ou différentes technologies – montrent que la participation concrète à la transition énergétique se heurte à des inégalités dans les « moyens » des habitants.

31Dans ce contexte, les instruments déterminent une formulation légitime de la question énergétique et délimitent un cadre transactionnel à la transition. Pour le projet éolien de Saâles, l’utilisation prescrite de l’actionnariat se matérialise dans une participation financière via la détention d’actions. Quant à la Cité de l’Ill, le bailleur social conduit une campagne nommée « Éco-attitude » ; sous le slogan « Rénov’Ill : bien vivre dans son logement », des brochures bornent la participation des locataires à la maîtrise de la consommation d’énergie domestique. Cela concerne, par exemple, l’usage de la ventilation mécanique contrôlée (VMC) au lieu d’aérer une pièce : il y a là tout un processus de resocialisation qui ne va pas de soi, par rapport aux injonctions classiques qui prônaient d’ouvrir les fenêtres du logement pour faire rentrer un « air sain » (Hamman et al., 2014). Un mode d’emploi est aussi apporté aux habitants pour les éveiller à une utilisation « raisonnée et rationnelle » du thermostat du chauffage, etc.

32Ces supports pourraient s’analyser comme des médias dont le dessein est d’établir un rapport de communication entre un émetteur, le bailleur social, et un récepteur, les habitants, dans une perspective d’« éducation au développement durable » – ce qui témoigne déjà d’une asymétrie. Mais, désormais, les habitants ne seront plus en mesure d’agir à leur guise sur le système thermostatique, car la température maximale, dite « de confort », est directement fixée à 20°C à partir de la centrale. Dans ce cadre, la transition recoupe un mode de régulation vertical et descendant qui impose un usage normatif de la ressource. Plutôt que des transactions tripolaires décideurs-techniciens-citoyens impliquant largement les locataires – alors même qu’il est question de prôner un citoyen actif par des « éco-gestes » – ce sont des transactions bipolaires que l’on repère, entre opérateur et bailleur, et qui demeurent tacites pour fonctionner.

33L’installation de la centrale à cogénération est associée à une rénovation thermique du bâti, étalée sur trois ans (2012-2015), comprenant l’isolation des combles, l’isolation extérieure des bâtiments et la pose de robinets thermostatiques, pour atteindre une réduction de la consommation d’énergie escomptée de 52% 8. Ces travaux constituent un enjeu de taille pour le bailleur social : leur coût sera compensé par une politique d’économie sur la production et la consommation de chaleur. Car le bailleur rachète la chaleur « verte » produite par Idex, suivant un contrat qui fixe un prix au kWh. Il a doublement intérêt à une réduction de la consommation d’énergie à la source : vis-à-vis d’Idex (première transaction d’ordre économique, entre le bailleur et le prestataire qui conserve le marché) et pour limiter la proportion d’impayés des locataires, par rapport aux charges que ces derniers ont à régler (deuxième médiation définie à partir d’une rationalité économique). De façon implicite et comme support transactionnel, l’instrument « éco-geste » veut inclure le citoyen, en l’inclinant à s’approprier des moyens d’action pour lutter contre le changement climatique, tout en le cadrant : l’implication habitante est limitée à la maîtrise de sa consommation.

34Ces prescriptions aux « bonnes » manières d’habiter son logement peuvent se comprendre à l’aune de politiques néo-hygiénistes, à présent retraduites en catégories environnementales (Tozzi, 2013). L’injonction aux économies d’énergie légitime un système socio-normatif qui sépare des pratiques dites durables de celles qui sont jugées à proscrire, condamnant des comportements désormais dénoncés comme polluants ou énergivores. Dans un quartier d’habitat social, ces instruments sont susceptibles de générer de nouveaux critères de stigmatisation des plus démunis ou de mise sous tutelle des ménages fragiles (Roudil, 2014). Ceux-ci auraient des styles de vie dispendieux en énergie ainsi que des difficultés à gérer leur consommation, il s’agirait de les aider à mieux faire, y compris dans leur propre intérêt matériel ; il se forme alors un droit de regard des décideurs sur des pratiques intimes, au motif d’une visée éducative de la durabilité. Bien que différents, les dispositifs en direction des bailleurs sociaux (pointant une réduction de la consommation d’énergie par les locataires) et des particuliers propriétaires (proposant de réaliser des économies et des réductions d’impôts) se caractérisent par un a priori commun, celui de l’acteur rationnel et du « gagnant-gagnant » (Haynes & Mougenot, 2008).

35La place de la transaction est ainsi décalée et redéfinie, de l’espace social vers le champ économique, comme mode de mise en œuvre et répertoire de justification. Dans cette perspective, les solutions apportées en termes de durabilité s’adossent sur un homo ecologicus qui agirait en situation d’information pure et parfaite. Adoptant le postulat d’une réception des innovations environnementales qui fait l’impasse sur la diversité des espaces sociaux, cette ingénierie endosse un « contrat de lecture » (Comby, 2013) dans lequel les acteurs représentent un public homogène et stable, maître de ses actes énergétiques. La responsabilité individuelle invisibilise le poids des structures socio-spatiales.

Conclusion : requalifier la transition énergétique ?

36La question de la démocratie environnementale est ainsi posée. Le jeu de l’identité et de l’altérité est constitutif de la citoyenneté : débattre avec l’autre et entrer dans des transactions, c’est-à-dire reconnaître des éléments de communauté autant que des différences réelles, est indispensable pour définir l’exercice démocratique. Mais la démocratie représentative et la démocratie participative tendent à s’exclure l’une l’autre. L’exercice de la démocratie – et en particulier de la démocratie locale (Blanc, 2006) – passe par des transactions bipolaires tacites, entre élus et services techniques des collectivités (c’est-à-dire entre deux principes de légitimité en tension : la représentation et la compétence technique), avec le citoyen en arrière-plan. Elles se doublent de transactions tripolaires (tacites ou visibilisées) avec la « société civile » et les habitants dans le cadre des dispositifs de concertation et de participation qui se développent, tout en maintenant un flou sur leur objet (Hamman, 2012, 2015). Précisément, la participation est devenue aujourd’hui un véritable mot d’ordre de l’action publique environnementale, derrière lequel on trouve des formes variées, « allant du droit à l’information à la codétermination des projets » (Barbier & Larrue, 2011, p. 68).

37L’enjeu sous-jacent à ces analyses tient en une resubstantialisation du lien social. Le registre de la transition donne à saisir une tension permanente entre les lectures technologiques et économiques vs. écologiques et sociales, soit une adaptation par l’innovation vs. un retrait de la technique. Est-ce une dualité excluante ou une dialectique structurante ? L’exemple de l’éolien invite à ne pas en rester à des oppositions trop durcies et à considérer des hybridations possibles entre deux formes de régulation : le modèle centralisé de production et de distribution de l’énergie et l’opportunité donnée aux territoires d’amorcer une autonomie énergétique en modifiant le rapport à la technique, à la ressource, voire à ce qui fait le lien démocratique. L’échec fait alors lui aussi sens, en tant qu’analyseur des dynamiques en jeu, lorsque l’instrument d’actionnariat de Saâles demeure dans un certain entre soi.

38Fondamentalement, la dimension du politique est réintroduite. Nous avons affaire à toute une grammaire de légitimation, qui sert de fondement aux discours de la transition, suivant des compositions permanentes d’ordre transactionnel. Par exemple, lorsqu’il est question de dispositif « sobre » ou « intelligent », comme sur les plaquettes distribuées à la Cité de l’Ill, une évolution vers une conception managériale de l’action dans une « culture du risque » (Giddens, 1991) se dégage, techniquement et collectivement assumée, où il s’agit de se protéger (en étant plus « intégré », plus « adaptatif », etc.). Ce référentiel instrumental de la durabilité s’est imposé comme dominant, avec des procédures d’accompagnement appelant aux comportements « vertueux », notamment en matière de consommation d’énergie (Roudil, 2014). L’étude du système de chauffage collectif auprès d’un bailleur social l’a montré, en parallèle du cas de particuliers producteurs d’« énergies vertes » à Plobsheim. Cela marque un discours du social et sur le social, celui de l’inter : la finalité, l’action et ses modalités de réalisation. En interaction, un référentiel expérimental se dégage, moins structuré par la culture du risque et correspondant à des finalités sociétales et à un autre rapport au politique.

39Des traits partagés apparaissent à partir des transactions en jeu dans les espaces sociaux : il s’agit dans les deux cas de projets locaux, dans une posture bottom-up et réversibles, mais pas sur le même plan, entre adaptabilité (technique) et adaptation (sociale). Le développement durable révèle une systématisation de l’ensemble des comportements et des actions, du global à l’intime, qui s’immisce dans les usages. La réflexion transactionnelle sur la transition énergétique ouvre cette boîte noire, sans simplifier la grammaire des valeurs avancées et des principes – sélectifs – de mise en œuvre.

40S’ancrer ainsi dans le social permet de focaliser sur le lien entre transition énergétique et inégalités environnementales. Nos terrains ont montré que les inégalités correspondent pour une bonne part à la possibilité (ou l’impossibilité), pour les acteurs ordinaires, de transformer leur préoccupation envers les énergies renouvelables en propension à l’action. Disposer d’une capacité à mobiliser les techniques efficaces apparaît décisif, qu’il s’agisse d’une coopérative éolienne « citoyenne » (en fait limitée à un groupe de porteurs aux ressources avérées) ou d’installations de chauffage, dans un cadre individuel ou collectif, dont le « bon » usage peut remettre en question des habitudes de longue date, ainsi que des incitations diffusées dans un passé récent (par exemple, sur l’aération du logement). Il n’en va dès lors pas uniquement d’inégalités en termes de valeurs et de préoccupations constituées vis-à-vis de l’environnement ou de la durabilité (Hamman et al., 2014) ; les acteurs sont d’abord inégaux « dans les possibilités d’une implication à agir » (Gadrey, 2007, p. 59) pour la transition énergétique. Dans la mesure où les politiques incitatives en matière d’énergie se répandent et sont perçues comme valorisées et valorisantes, elles peuvent fabriquer de nouvelles inégalités, en excluant certains acteurs ou en les assignant dans des relations asymétriques.

41Ceci restitue l’épaisseur du social et amène à relire la dyade continuité/rupture (qui reste prise dans un schéma croissance/décroissance économique) en termes de triade, avec l’hypothèse d’éventuelles novations par retrait (de la technique) – si l’on pense à la « décolonisation des systèmes naturels » (Fischer-Kowalski et al., 1997), de pair avec la promotion du lien social. Pareille définition de la durabilité réévalue les démarches collectives, tant sur le plan de la forme organisationnelle des initiatives que du rapport aux ressources. Un référentiel éco-centré est mis en avant : plutôt que de « coloniser » les processus naturels par le déploiement d’innovations technologiques et industrielles supplémentaires (vues comme des solutions aux problèmes qu’elles contribuent en fait à construire sur l’agenda), on privilégie un retrait de la technique, au profit d’un principe socio-politique de solidarité face à la crise environnementale et d’égalité dans la reconnaissance des différents acteurs en présence, ainsi que d’un principe écologique reconsidérant les entités de la nature comme actantes et leur connaissance sociale comme médiation citoyenne.

Haut de page

Bibliographie

Barbier R. & C. Larrue (2011), « Démocratie environnementale et territoires : un bilan d’étape », Participations, n° 1, pp. 67-104.

Béal V. & G. Pinson (2015), « From the Governance of Sustainability to the Management of Climate Change », Journal of Environmental Policy & Planning, vol. 17, n° 3, pp. 402-419.

Blanc M. (2006), « Conflits et transactions sociales : la démocratie participative n’est pas un long fleuve tranquille », Sciences de la société, n° 69, pp. 25-37.

Brunel S. (2004), Le Développement durable, Paris, Presses universitaires de France.

Cacciari J., Dodier R., Fournier P., Gallenga G. & A. Lamanthe (2014), « Observer la transition énergétique “par le bas”. L’exemple des acteurs du bassin minier de Provence », Métropolitiques, 15 janvier : http://www.metropolitiques.eu/Observer-la-transition-energetique.html .

Caprotti F. & J. Romanowicz (2013), « Thermal Eco-cities : Green Building and Urban Thermal Metabolism », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 37, n°6, pp.1949-1967.

Casteigts M. (2008), « La gouvernance des risques dans les politiques locales de développement durable : le cas des Plans communaux de sauvegarde », dans Hamman P. (dir.), Penser le développement durable urbain : regards croisés, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 161-189.

Christen G., Hajek I., Hamman P. & M. Wintz (2015), « Quelles possibilités offertes aux usagers pour s’approprier les enjeux de la transition énergétique ? », dans Scarwell H., Leducq D. & A. Groux (dir.), Réussir la transition énergétique, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, pp. 155-166.

Christen G. & P. Hamman (2015), Transition énergétique et inégalités environnementales. Énergies renouvelables et implications citoyennes en Alsace, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg.

Christen G., Hamman P., Jehling M. & M. Wintz (dir.) (2014), Systèmes énergétiques renouvelables en France et en Allemagne. Synergies et divergences, Paris, Éditions Orizons.

Comby J.-B. (2013), « Faire du bruit sans faire de vagues », Communication, vol. 31, n° 2 -[En ligne] http://communication.revues.org/4439 .

Debourdeau A. (2011), « Domestiquer le solaire : l’exemple de la mise en marché du photovoltaïque », dans Barrey S. & E. Kessous (dir.), Consommer et protéger l’environnement. Opposition ou convergence ?, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 47-66.

Diemer A. (2012), « La technologie au cœur du développement durable : mythe ou réalité ? », Innovations, vol. 37, n° 1, pp. 73-94.

Fischer-Kowalski M., Haberl H., Hüttler W., Payer H., Schandl H., Winiwarter V. & H. Zangerl-Weisz (1997), Gesellschaftlicher Stoffwechsel und Kolonisierung von Natur, Amsterdam, G+B Verlag Fakultas.

Freynet M.-F., Blanc M. & G. Pineau (dir.) (1998), Les Transactions aux frontières du social, Lyon, Éditions Chronique sociale.

Gadrey J. (2007), « Évaluation des biens environnementaux et nouveaux indicateurs de richesse », Cahiers français, n° 337, pp. 55-61.

Giddens A. (1991), Modernity and Self-Identity, Stanford, Stanford University Press.

Hajek I. & P. Hamman (dir.) (2015), La Gouvernance de la ville durable entre déclin et réinventions. Une comparaison Nord/Sud, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Hamman P. (2012), Sociologie urbaine et développement durable, Bruxelles, Éditions De Boeck.

Hamman P. (2015), « Negotiation and Social Transactions in Urban Policies: The Case of the Tramway Projects in France », Urban Research and Practice, vol. 8, n° 2, pp. 196-217. DOI:10.1080/17535069.2015.1050206

Hamman P., Frank C. & M. Mangold (2014), « Les trajectoires de conversion écologique face aux enjeux socio-économiques du “logement durable” en France », VertigO, vol. 14, n° 2 - -[En ligne] http://vertigo.revues.org/15018 .

Harrison N. (2000), Constructing Sustainable Development, Albany, State University of New York Press.

Haynes I. & C. Mougenot (2008), « La socialisation des politiques environnementales par les objets intermédiaires », dans Mélard F. (dir.), Écologisation. Objets et concepts intermédiaires, Bruxelles, Éditions PIE - Peter Lang, pp. 139-159.

Lockie S., Sonnenfeld D. A. & D. R. Fisher (dir.) (2014), Routledge International Handbook of Social and Environmental Change, London, New York, Routledge Editor.

Mormont M. (1994), « Incertitudes et engagements. Les agriculteurs et l’environnement : une situation de transaction », dans Blanc M., Mormont M., Remy J. & T. Storrie (dir.), Vie quotidienne et démocratie. Pour une sociologie de la transaction sociale (suite), Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 209-234.

Mormont M. (2012), « Quels publics pour le développement durable ? », dans Stoessel-Ritz J., Blanc M. & N. Mathieu (dir.), Développement durable, communautés et sociétés, Bruxelles, Éditions PIE - Peter Lang, pp. 53-65.

Raineau L. (2011), « Adaptation aux changements climatiques. Vers une transition énergétique ? », Natures Sciences Sociétés, vol. 19, n° 2, pp. 133-143.

Rancière J. (1998), Aux Bords du politique, Paris, Éditions de La Fabrique.

Roudil N. (2014), « La ville durable à l’épreuve de la sobriété. Le citadin entre injonction à “bien habiter” et normalisation des conduites en milieu urbain », dans Christen G., Hamman P., Jehling M. & M. Wintz (dir.), Systèmes énergétiques renouvelables en France et en Allemagne, Paris, Éditions Orizons, pp. 95-115.

Rumpala Y. (2010), Développement durable. Ou le gouvernement du changement total, Lormont, Éditions Le Bord de l’eau.

Sinaï A. (2013), Penser la décroissance. Politiques de l’anthropocène, Paris, Presses de Sciences Po.

Stoessel-Ritz J., Blanc M. & N. Mathieu (dir.) (2012), Développement durable, communautés et sociétés. Dynamiques socio-anthropologiques, Bruxelles, Éditions PIE - Peter Lang.

Subrémon H. (2014), « Introduction », dossier « Usages de l’énergie dans l’habitat : la transition énergétique vue d’en bas », Flux, n° 96, pp. 4-9.

Swyngedouw E. (2009), « The Antinomies of the Postpolitical Cities: In Search of Democratic Politics of Environmental Production », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 33, n° 3, pp. 601-620.

Tozzi P. (2013), « Ville durable et marqueurs d’un “néo-hygiénisme” ? Analyse des discours de projets d’écoquartiers français », Norois, n° 227, pp. 97-113.

Zaccai E. (2011), 25 ans de développement durable, et après ?, Paris, Presses universitaires de France.

Haut de page

Notes

1 Site Internet dédié : http://www.plan‑ee.eu/

2 http://www.strasbourg.eu/fonctionnement-ville-cus/communaute-urbaine-strasbourg/presentation-cus

3 http://www.sete-esplanade.fr/fr/

4 Avec des effets pervers sur la gestion sylvicole (priorisation d’essences selon des critères propres de rentabilité).

5 http://www.rubansdudeveloppementdurable.com/

6 http://www.ercisol.com/

7 La directive européenne du 13 juillet 2009 impose aux États membres d’équiper 80% des foyers en « compteurs intelligents » d’ici 2020 et 100% d’ici 2022.

8 http://www.habitationmoderne.org/fr/Habitation-Moderne-3.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Hamman, « Durabilité et lien social : transitions et transactions dans l’expérimentation », SociologieS [En ligne], Dossiers, Espaces et transactions sociales, mis en ligne le 16 juin 2016, consulté le 17 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/5384

Haut de page

Auteur

Philippe Hamman

Professeur de sociologie à l’institut d’urbanisme et d’aménagement régional de la faculté des Sciences sociales de l’université de Strasbourg et directeur-adjoint de l’UMR 7363 Sociétés, acteurs, gouvernement en Europe (SAGE) - phamman@unistra.fr - http://sage.unistra.fr/membres/enseignants-chercheurs/hamman-philippe/

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page