Navigation – Plan du site
Espaces et transactions sociales

Diaspora portugaise

Un compromis culturel qui donne sens à la dispersion spatiale des vies 1
Portuguese diaspora: A cultural compromise that gives meaning to spatially scattered lives
Filomena Silvano

Résumés

Ce texte présente une ethnographie réalisée au Brésil, avec trois familles portugaises dont le parcours de vie transnationale est passé par le Portugal, le Mozambique puis le Brésil. Dans leurs parcours, les membres des familles étudiées ont vécu des ruptures et des conflits et ils ont fait diverses transactions sociales. Ils ont négocié, mais ils ont aussi subi des impositions, pour s’ajuster aux situations successives. Dans leurs constructions identitaires, les membres de ces familles convoquent, de façon plus ou moins explicite, l’idée de « diaspora portugaise », comme construction culturelle d’un compromis qui permet de dépasser quelques-unes des ruptures spatiales, sociales, culturelles et émotionnelles présentes dans leurs vies.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 À Christelle Robin, amie de longue date, qui est partie lorsque j’écrivais ce texte.

1Ce texte présente une ethnographie réalisée au Brésil, avec trois familles portugaises dont le parcours de vie transnationale est passé par le Portugal, le Mozambique puis le Brésil. Dans leurs parcours, les membres des familles étudiées ont vécu des ruptures et des conflits et ils ont fait diverses transactions sociales. Ils ont négocié, mais ils ont aussi subi des impositions, pour s’ajuster aux situations successives. Dans leurs constructions identitaires, les membres de ces familles convoquent, de façon plus ou moins explicite, l’idée de « diaspora portugaise », comme construction culturelle d’un compromis qui permet de dépasser quelques-unes des ruptures spatiales, sociales, culturelles et émotionnelles présentes dans leurs vies.

Délocaliser l’ethnographie

2Au début des années 1980, lorsque ma génération d’anthropologues a commencé à faire de la recherche au Portugal, l’espace représentait pour nous une simple toile de fond sur laquelle se déroulaient les choses que nous considérions comme vraiment anthropologiques. La nécessité de délimiter spatialement les terrains de recherche imposait l’idée de lieu, sans que nous éprouvions la nécessité de la travailler et, encore moins, de la déconstruire. Dans les décennies suivantes, la confrontation avec le monde réel – où la mondialisation se manifestait déjà sous la forme de mobilités différenciées – associée à l'émergence d’une littérature critique (l’anthropologie dite postmoderne, d’origine américaine), ont conduit à la déconstruction du concept de lieu.

3Cette approche critique a été menée sans faire de l’espace un sujet d’étude anthropologique. Les façons de faire de l’ethnographie étaient surtout en cause ; mais ces façons de faire reposaient sur l’idée préconçue d’une correspondance entre culture et lieu ; les mettre en question impliquait de mettre aussi le concept d’espace en question : un « terrain » était perçu comme un espace délimité où vivait une population dont l’anthropologue étudiait la culture ; le concept de lieu correspondait à cet espace, considéré comme un « lieu anthropologique » (Augé, 1992).

4De façon assez évidente, la correspondance entre culture et lieu était mise en question par la pensée anthropologique et par les réalités ethnographiques elles-mêmes : différentes sortes de mobilité devenaient plus évidentes et il était nécessaire de trouver le moyen d’étudier la culture en la libérant des chaînes de la localisation. Dans ce contexte de reformulation épistémologique, le concept de lieu a été remis en question par les propositions de délocalisation de l’ethnographie, menant à une déconstruction critique du statut de l’espace en anthropologie.

5Au sein de l’anthropologie, le début de la construction d’un champ consacré spécifiquement à l’étude de l’espace est venue de l’école française (qui est ensuite restée absente dans les débats, qui ont eu lieu en langue anglaise), dans un contexte de rencontre transdisciplinaire reliant, à partir des années 1970, le travail de certains architectes, urbanistes, sociologues et anthropologues, chacun voulant refaire leur propre discipline. L’ouvrage, de Françoise Paul-Lévy et Marion Segaud, Anthropologie de l'espace (1983) a rendu visible ce nouveau champ disciplinaire, qui s’est ensuite développé en Europe, surtout dans les pays du Sud. Deux décennies plus tard, aux États-Unis, Setha Low et Denise Lawrence-Zúñiga ont publié The Anthropology of Space and Place (2003) qui a rendu ce champ disciplinaire visible dans le monde anglo-saxon, ensuite au Portugal et ailleurs.

6Le fait, reconnu par l’anthropologie, que toutes les pratiques culturelles soient situées dans l’espace, a donné naissance à un champ d’étude qui a mis l’espace au centre de la problématique. Paradoxalement – ou pas ! – ce nouveau champ d’étude a été construit en articulation avec la déconstruction critique de la prémisse qui l’avait légitimé – l’affirmation que l’espace a un rôle essentiel dans la construction des identités culturelles. L’association entre espace et identité a persisté, mais elle a été contrainte à une reformulation qui a accompagné d’une part la transformation du monde et, de l’autre, la transformation de la discipline elle-même et de son patrimoine méthodologique et conceptuel (les concepts de culture et d’identité ont subi, comme celui de lieu, une révision critique qui les a flexibilisés). Dans ce contexte disciplinaire, les études qui concernent les rapports entre société, culture et espace se sont tournées, de façon significative, vers les phénomènes de mobilité spatiale.

7Pour faire une ethnographie multi-située (Appadurai, 1988a, 1988b & 1997 ; Clifford, 1997 ; Gupta & Ferguson, 1992, 1997a & 1997b ; Marcus, 1989, 1995 & 1997 ; Rodman, 1992), les anthropologues ont suivi les personnes dans leurs mouvements à travers le monde, commençant à conceptualiser la culture à l’intérieur de ces dynamiques. Cette façon de pratiquer l’ethnographie a fait dépendre l’étude de la culture des circonstances précises de l’observation, étant donné qu’elle change en fonction des personnes et des déplacements étudiés. Par conséquent, la culture est devenue un concept plastique et mouvant.

8Ce changement de paradigme a accompagné celui des autres sciences sociales, qui ont approché de plus en plus les acteurs, pensés non seulement comme « reproducteurs » mais aussi comme « producteurs » du social (Remy et al., 1978 et 1980 ; Ledrut, 1976 ; Blanc, 1992). Cette nouvelle posture conceptuelle de l’anthropologie peut intégrer, dans ses cadres analytiques, la théorie de la transaction sociale qui se révèle utile pour comprendre les logiques de reproduction et de production de la culture : celle-ci devient le produit de transactions sociales qui se déroulent dans des situations marquées par la mobilité spatiale des acteurs.

Étudier les diasporas : vers de nouvelles définitions

9Dans un texte marquant, The "diaspora" diaspora, Rogers Brubaker fait le point sur le recours à l’idée de « diaspora », de plus en plus utilisée depuis les années 1980 (Brubaker, 2005). Le titre suggère l’élargissement, chaque fois plus intense, des signifiés de la diaspora dans les espaces sémantique, conceptuel et disciplinaire. Cet élargissement s’applique aussi à deux autres concepts – la culture et l’identité – également au centre de la pensée anthropologique et presque inévitablement associés dans leurs cadres conceptuels à celui de diaspora. Rogers Brubaker identifie trois critères de base qui ont intégré les formulations de l’idée de diaspora : la dispersion spatiale, l’orientation vers une homeland (terre d’origine) et le maintien des frontières ; il présente ensuite les nombreuses critiques faites à cette formulation, considérée trop minimaliste.

10Le critère le plus discutable est sûrement l’orientation vers une homeland, puisque le désir de retour à la terre d’origine n’est pas toujours présent, même dans la diaspora juive, prise comme archétype (Clifford, 1997). En fait, de nombreuses diasporas se prennent comme leur propre référence : c’est l’appartenance à la diaspora et non à la terre d’origine, réelle ou supposée. D’où le risque que la substantialisation – récurrente dans la production de l’idée de homeland – soit aussi présente dans la production de l’idée de diaspora. Pour y échapper, Rogers Brubaker propose que l’utilisation du concept, dans les cadres conceptuels des sciences sociales, soit faite à partir de l’étude des pratiques – la diaspora en tant que « catégorie de la pratique » – et de l’étude des représentations identitaires – la diaspora en tant qu’« idiome ». Ceci implique, comme pour la culture et l’identité, l’étude critique de ses processus de substantialisation.

  • 2 « Cultural identity, in this second sense, is a matter of "becoming" as well as of "being". It belo (...)

« Dans ce second sens, l’identité culturelle est une question de devenir aussi bien que d’existant. Elle appartient autant au futur qu’au passé. Elle n’existe pas déjà, transcendant le lieu, le temps, l’histoire et la culture. Les identités culturelles ont une origine et une histoire. Mais, comme tout ce qui est historique, elles sont soumises en permanence à des transformations 2 » (Hall, 1990).

11En résumé, au cours des dernières décennies, la majorité des études sur les diasporas a adopté des perspectives analytiques plus flexibles (en ce qui concerne les critères de définition) et, ethnographiquement, plus diversifiées (en incluant de nouveaux groupes de personnes en mouvement). Selon Jana Evans Braziel et Anita Mannur, coordinatrices de Theorizing Diaspora, les études sur les diasporas – nécessairement reliées aux études sur le transnationalisme, pensé comme la toile de fond macro-économique et macro-sociologique du monde contemporain – se centrent sur les personnes et conçoivent de plus en plus leur objet comme un phénomène humain, c’est-à-dire vécu et expérimenté (Braziel & Mannur, 2010).

  • 3 « The nation-state, as common territory and time, is traversed and, to varying degrees, subverted b (...)
  • 4 Le concept de diaspora space (espace de diaspora) interconnecte les concepts de diaspora, frontière (...)

12L’étude d’une diaspora montre que « l’État-nation, conçu comme un territoire et un temps commun, est traversé et, à des degrés divers, subverti par des liens diasporiques 3 » (Clifford, 1997). Il faut donc tenir compte de cette ouverture de l’espace et, en même temps, il faut réduire suffisamment l’échelle d’observation pour pouvoir centrer l’ethnographie sur les vies réelles de personnes réelles, pour comprendre l’importance de ces traversées et de ces subversions – d’où la nécessité de délocaliser l’ethnographie. Cependant, même en nous concentrant sur le filigrane des vies domestiques, nous sommes tenus, pour interpréter ce que nous observons, de faire constamment des sauts d’échelle, qui nous conduisent à traverser à nouveau des pays et des continents (Pellegrino, 1983 ; Silvano, 1990, 1994 et 2012). Il faut trouver des méthodes de travail qui permettent d’exécuter, à la fois en termes d’observation et en termes d’analyse, ces mouvements constants d’approche, de distanciation et de connexion 4.

13La conception initiale de la diaspora est associée à la dispersion d’un « peuple », pour des raisons traumatiques et déterminées par l’extérieur. Face à l’élargissement progressif de la définition initiale – et des phénomènes migratoires inclus dans le concept – Robin Cohen distingue les « diasporas de travail » et les « diasporas impériales ». Ayant l’Empire colonial britannique comme référence, il caractérise la diaspora impériale par la présence d’une connexion constante avec la terre d’origine, une déférence et une imitation de ses institutions politiques et sociales et la conscience de faire partie d’un grand Empire.

  • 5 « Nearly all the powerful nation-states, especially in Europe, established their own diasporas abro (...)

« Presque tous les États-nations puissants, en Europe notamment, ont établi leurs propres diasporas à l’étranger pour prolonger leurs plans impérialistes. Les colonisateurs espagnols, portugais, néerlandais, allemands, français et britanniques se sont disséminés dans presque toutes les parties du monde et ils ont établi des diasporas impériales et quasi-impériales. "Quasi" car, dans un certain nombre de cas, il s’est produit de la localisation ou de la créolisation, lorsque les nouveaux colons se sont mariés dans la communauté locale, ou se sont révoltés contre leur pays d’origine » 5 (Cohen, 2008, p. 69).

Le projet de recherche : mobilités transnationales et construction d’espaces domestiques liant le Mozambique, le Portugal et le Brésil

14Insérées dans le cadre théorique qui vient d’être résumé, je présente maintenant quelques réflexions fondées sur les résultats du projet de recherche : Mobilités transnationales et construction d’espaces domestiques liant le Mozambique, le Portugal et le Brésil (POCTI/ANT/61058/2004). Ce projet étudie les processus de construction des identités dans des familles qui ont réalisé des déplacements transnationaux. Le travail de terrain s’est déroulé au Brésil (São Paulo, Fortaleza et Belo Horizonte) entre 2006 et 2008. L’équipe inclut Filomena Silvano, Marta Rosales et Manuel Teles Grilo.

15Nous avons travaillé avec trois générations dans trois familles qui, en dépit de leurs spécificités, répondaient à quatre critères communs : (i) Les parcours suivis : la première génération est partie du Portugal pour vivre au Mozambique dans les dernières décennies du régime dictatorial de Salazar (années 1950 et 1960) ; elles ont abandonné le Mozambique après la « révolution des œillets » et la chute du régime dictatorial en avril 1974. Après un bref séjour au Portugal, elles sont allées au Brésil, où elles résident actuellement. (ii) La stratification sociale : au Mozambique elles ont intégré les élites coloniales. Les hommes de la première génération étaient des fonctionnaires de l’État, des cadres supérieurs de grandes entreprises privées et des entrepreneurs. Ces familles se sont positionnées avec succès dans les couches supérieures de la classe moyenne brésilienne : les hommes de la première génération sont devenus cadres supérieurs d’entreprises ou entrepreneurs. Les membres de la deuxième génération ont suivi une formation universitaire et sont devenus entrepreneurs. (iii) La continuité générationnelle : le parcours correspond à trois générations dont la troisième est née au Brésil. (iv) Le métissage, par l’alliance matrimoniale, avec la société brésilienne : les membres de la deuxième génération se sont mariés avec des Brésiliens.

16Dans chaque ville, nous avons travaillé avec les membres d’une famille et avec des personnes de leur entourage qui ont fait le même parcours (21 personnes au total). Nous avons fait de l’observation directe, complétée par une série d’interviews semi-directives (dix personnes : huit membres des familles – de la première et de la deuxième générations – ainsi que deux autres).

17Nous avons observé des gens et des parcours rarement étudiés : les membres des couches supérieures de la société coloniale portugaise, dont les parcours de vie ont inclus la fin d’un Empire et la présence dans des espaces qui correspondent aujourd'hui à trois États-nations différents. Nous avons appréhendé leur vie comme une « séquence d’ajustements successifs » (Blanc, 1992, p. 11) : entre le départ du Portugal pour aller vivre au Mozambique et la vie actuelle au Brésil, les membres des familles étudiées ont vécu des ruptures et des conflits, négocié et fait des transactions sociales diverses ; ils et elles ont été obligés de s’adapter, de façon successive, aux situations imprévues.

18Dans leurs constructions identitaires les membres des familles convoquent, de façon plus ou moins explicite, l’idée de diaspora, qui apparaît comme une construction culturelle de compromis, qui leur permet de dépasser quelques-unes des ruptures spatiales, sociales, culturelles et émotionnelles présentes dans leurs histoires de vie. À l’intérieur de ce processus, ils ont convoqué et redessiné l’idée de diaspora, pour qu’elle donne sens à leur vie.

  • 6 Émique (anthropologie) : « Dont le point de vue est basé sur les concepts et le système de pensée p (...)
  • 7 « Diaspora studies will need to move beyond theorizing how diasporic identities are constructed and (...)

19Centré sur le concept de diaspora, ce texte articule les controverses scientifiques dont il est l’objet avec les conceptions émiques 6 (ou « indigènes ») de l’idée de diaspora, telle que les membres des familles étudiées la formulent ; nous avons observé et interprété les pratiques et les représentations de personnes concrètes, qui mobilisent l’idée de diaspora dans des situations de déplacement dans l’espace tout aussi concrètes. Nous pouvons ainsi confronter leurs conceptions avec des considérations plus théoriques sur la « diaspora portugaise ». « L’étude des diasporas doit non seulement théoriser comment les identités diasporiques se construisent et se consolident, mais surtout comment elles se pratiquent, se vivent et s’expérimentent 7 » (Braziel & Mannur, 2010, p. 9).

La dispersion spatiale des vies

20Eduardo Lourenço a identifié l’émergence, trois ans après la révolution d’avril 1974, d’une nouvelle construction de la symbolique nationaliste portugaise. Cette symbolique commence à abandonner la figure du portugais-colonisateur – jusqu’alors la figure centrale du récit nationaliste héroïque – pour la remplacer par celle du portugais-émigrant, une figure plus acceptable pour les temps postcoloniaux qui commencent (Lourenço, 1988). Ces deux figures sont représentatives, l’une de la diaspora impériale et l’autre de la diaspora de travail (Cohen, 2008). Elles cohabitent dans les représentations de la diaspora portugaise, dans une logique d’amalgame qui gomme les faits historiques et ignore que partir pauvre, pour devenir (ou essayer de devenir) les seigneurs, est différent de partir pauvre pour aller servir les autres, plus riches et mieux organisés (Lourenço, 1988, p. 125).

21La construction de l’idée de diaspora portugaise est, comme toutes les constructions culturelles, le résultat de transactions entre plusieurs acteurs et plusieurs intérêts. Objectivement, elle concerne des mouvements de personnes dont les origines sont très différentes : pauvreté du pays, persécutions politiques, fin de l’empire colonial. La diaspora impériale  correspond à une réalité spécifique qui concerne certains déplacements objectifs – du Portugal vers les colonies. Mais, du point de vue symbolique, elle se superpose et efface souvent les autres types de dispersion de populations d’origine portugaise, dans la construction de l’idée de diaspora portugaise.

22Dans le cadre d’une « quasi-diaspora impériale » (Cohen, 2008), l’idée de diaspora portugaise a intégré une représentation spécifique de la relation entre colonisateurs et colonisés, formulée par le régime dictatorial de Salazar avec l’objectif de différencier le colonialisme portugais des autres colonialismes (Almeida, 2000 ; Castelo, 1998). Cette représentation, qui a été construite dans la continuité du discours sur la nation portugaise venant des historiens, des anthropologues, des essayistes et des politiques, a incorporé, depuis les années 1950, des éléments du « luso-tropicalisme » de Gilberto Freyre : fondé sur la valorisation symbolique du métissage portugais et, plus tard, brésilien, il a maintenu une relation étroite entre colonisateur et colonisé. L’indépendance du Brésil a été proclamée par le prince Dom Pedro, fils du roi du Portugal. Cette spécificité historique a conduit ce pays à faciliter aussi, dans la période postcoloniale, la production de discours diasporiques qui valorisent l’existence de la continuité au sein de cet espace, notamment de la part de ceux qui se sont déplacés à l’intérieur de l’ancien empire portugais. Après l’indépendance du Brésil, la présence d’une rhétorique récurrente sur la communauté de destin du Portugal et du Brésil a rendu les frontières entre les deux « pays frères » très ambiguës (Feldman-Bianco, 2001). Cette ambiguïté facilite, dans le contexte brésilien, la construction d’une idée de diaspora portugaise qui convoque, aujourd’hui encore, la grandeur historique d’un empire colonial qui n’existe plus.

23L’étude de la diaspora portugaise passe aujourd’hui par un travail de contextualisation ethnographique qui différencie ce qui est social, culturel et historiquement diversifié. Cette contextualisation est indispensable à la construction d’un regard critique sur les processus symboliques qui effacent la diversité nécessairement présente dans toute diaspora. Si ce texte se fonde d’abord sur une étude ethnographique bien délimitée, il s’appuie aussi sur d’autres travaux sur la diaspora portugaise que nous avons effectués dans d’autres contextes, pour établir des comparaisons.

24Selon les critères couramment utilisés pour définir un itinéraire de diaspora, notre étude dévoile une situation complexe. Nous commençons par un parcours qui intègre la logique de la diaspora impériale : départ du Portugal pour le Mozambique, alors colonie portugaise ; mais la fin du parcours intègre une diaspora de travail : la fixation au Brésil, où les familles ont trouvé des moyens de subsistance adaptés à leurs projets. Mais ce deuxième parcours se fait vers un État-nation qui a été une colonie portugaise et ces deux pays conservent des rapports dits de fraternidade (fraternité). Pour cette raison, la dispersion peut être insérée, du point de vue des représentations, dans une logique symbolique ambiguë de continuité de la diaspora impériale.

« Je suis d’accord avec elle. Pour moi, j’ai toujours été dans la même Nation. J’ai seulement changé de localité. Comme quand on change de ville. Je le sens comme ça » (Fortaleza, homme, 2ème génération).
« En réalité, Portugal, Mozambique, Brésil, [...] je suis très attaché à l’idée de nation portugaise. À l’idée de ce qui est associé à la diaspora elle-même. Ça serait les Portugais : une grande nation, avec toutes ses tentacules » (Fortaleza, homme, 2ème génération).

  • 8 La communauté linguistique – le plus important facteur de production de l’effet de continuité – n’e (...)

25Tous les membres de ces familles soulignent une continuité existentielle entre le Mozambique et le Brésil qui a amoindri, en particulier pour la deuxième génération, les effets du traumatisme de départ. Cette continuité, qui est transcrite en plusieurs dimensions de la vie quotidienne, s’est traduite par le maintien d’un mode de vie proche de celui du Mozambique : la vie en plein air résultant de la proximité climatique, les produits alimentaires semblables, le confort résultant de la présence d’employés de la maison, etc. 8

« Vous savez, il y avait cette liberté qui n’était possible nulle part ailleurs. Puis, quand nous sommes venus ici, mes enfants ont eu la chance d'être dans une ville où c’était aussi possible de bien vivre » (Fortaleza, femme, 1ère génération).
« Même la noix de cajou. [...] Parce qu’au Mozambique on mangeait des noix de cajou. J’ai trouvé très similaire. Le climat assez proche » (Belo Horizonte, homme, 1ère génération).

  • 9 Les conditions d’arrivée sont déterminantes dans la définition du parcours de chaque diaspora (Clif (...)

26La continuité des modes de vie, ressentie particulièrement par les membres de la deuxième génération, résulte du fait que la première génération a déclenché, pour s’installer au Brésil, des outils relationnels qui lui ont permis de se placer dans les couches moyennes/élevées de la société brésilienne : l’arrivée s’est faite avec l’appui de relations antérieures qui découlaient soit des réseaux de parenté, soit des activités économiques des familles 9. Essentiellement, ces réseaux relationnels ont été engendrés à l’intérieur de l’espace de l’ex-Empire portugais.

« Mon père a obtenu une autorisation de résidence pour le Brésil. Elle a été donnée par le consulat d’Angola, [...] ils l’ont considéré comme "personne bienvenue au Brésil". Parce qu’il était entrepreneur » (São Paulo, femme, 2ème génération).

27La famille de Fortaleza raconte comment elle est arrivée à Rio de Janeiro, où elle a été reçue par une famille brésilienne qu’elle avait reçue chez elle lorsqu’elle séjournait au Mozambique :

« Je suis arrivé à Rio de Janeiro. Ils nous attendaient, l'avion était en retard, plutôt que d’atterrir à six, sept heures… il est arrivé il était minuit. Notre ami avait un chauffeur et il nous a dit : "Nous n’allons pas rester à Rio, on va à Petrópolis. Vous allez y rester un mois. Nous allons vous accompagner". Ils sont restés le weekend et après ils nous ont laissés, toute la famille, avec les employés. Pour eux, pour les enfants, c’était très bien, car il y avait la piscine, des chevaux [...] Mais voyez comment ils étaient nos amis » (Fortaleza, homme, 1ère génération).

28Dans ce parcours multinational, définir la « terre de départ » est une tâche complexe. Les familles sont parties du Portugal pour une terre africaine qui, dans une manœuvre d’occultation de la situation coloniale menée par la dictature de Salazar depuis les années 1950, a été nommée província ultramarina (province d’outre-mer). Cette province portugaise est devenue la « terre » qui est, pour eux tous, « l’espace d’appartenance » où ils voulaient vivre, mais qu’ils ont dû abandonner, forcés par des événements historiques qui les ont dépassés : la chute du régime portugais et l’indépendance du Mozambique. Le départ du Mozambique est clairement le moment de leurs vies où la figure non négociable de la transaction sociale – l’imposition – a été la plus présente. Il correspond aussi à la concrétisation du critère le plus orthodoxe d’appartenance à une diaspora : l’abandon dramatique de la « terre d’origine ». À partir de ce moment, l’existence de frontières qui divisent les pays dans lesquels ils ont vécu – l’autre critère qui, dans la littérature, définit une diaspora – est devenue aussi un fait dans leur vie. Ils ont dû quitter malgré eux une terre qui a cessé d’appartenir à la nation dont ils sont originaires.

« Jamais je ne me suis senti mozambicain, ça non. Je continue à m’assumer comme portugais, à ce propos il n’y a pas de discussion. Tout simplement le meilleur pays – je ne dirai pas que le Mozambique est mieux que le Portugal, ils sont différents, complètement – mais pour vivre et pour mourir, c’était le Mozambique que j’avais choisi » (Fortaleza, homme, 1ère génération).
« Ma lecture est que leur terre est le Portugal et lorsque mes parents ont pensé qu'ils allaient s’établir définitivement au Mozambique, ils l’ont fait dans la compréhension qu’ils en avaient : le Mozambique était une extension du Portugal. Non pas comme une option pour vivre dans un autre pays. C’est la lecture que je fais » (Fortaleza, femme, 2ème génération).

  • 10 La littérature classique affirme que les immigrants sont assimilés, mais pas les diasporas (Cliffor (...)

29Il y a donc dissociation entre celle qui est devenue « la terre d’élection » – « Oui, s’il n’était pas arrivé ce qui est arrivé, je serais resté là toute ma vie. Heureux » (Fortaleza, un ami de la famille) – et la « nation ». Le Mozambique apparaît toujours dans les discours comme la « terre mythique » d’où on est reparti, mais jamais comme une « nation », ou même comme une terre où on veut, ou on peut, retourner (« terre désirée »). Les membres des familles qui y sont retournés ont développé, à partir de ce contact avec la réalité, un processus de deuil qui a placé, définitivement, cette terre dans l’univers exclusif de leur mémoire. Compte tenu de cette disjonction, le Portugal ne s’offre pas comme une alternative – ni mythique, ni réelle – pour représenter « la terre désirée ». Par conséquent, dans une formulation qui comprend l’idée de contrôle personnel des parcours de vie – et qui se conforme assez bien avec la représentation que les élites contemporaines se font de leurs migrations – ils s’affirment comme des Portugais qui ne veulent pas vivre au Portugal. Cette option est évidemment le résultat d'une interaction réussie avec la société brésilienne 10 : « Il n’est pas vrai que je ne me souviens pas que je suis portugaise ; mais il est vrai que je suis une Portugaise qui a choisi le Brésil comme son pays » (São Paulo, femme, 2ème génération).

30Comme mentionné, le traumatisme du départ précipité du Mozambique a été dépassé grâce à la présence de certaines similitudes géographiques, sociales et culturelles – ce qui a rendu les négociations menées par les familles plus faciles.

Le compromis culturel

31L’intégration dans la société brésilienne dépend de stratégies familiales et personnelles qui ont dû être, étape par étape, adaptées aux conjonctures de l’interaction et qui ont impliqué des sacrifices et des pertes personnelles significatives, en particulier pour la génération la plus âgée.

« Pour moi, il a eu une vie interrompue [...] Je n'ai pas perdu ce qu'il avait. [...] Il avait construit une vie. Lui et les autres parents. Tous les autres parents ont perdu beaucoup plus que nous, qui avons dix-huit, dix-neuf ans » (São Paulo, femme, 2ème génération).

32Contrairement à d’autres situations observées, notamment des familles d’émigrants portugais d’origine plus modeste en France et au Canada (Silvano, 2012 ; Silvano et al., 2012), en arrivant dans un autre pays ces familles n’ont pas fait l’option de se renfermer dans un groupe national – celui des Portugais vivant au Brésil. Au contraire, elles se sont investies dans l’interaction avec des segments bien définis de la société brésilienne, de façon à construire, dans le nouveau contexte relationnel, une position de classe équivalente à celle qu’elles avaient dans la société coloniale portugaise.

  • 11 « Class culture is always a work-in-progress, a perpetual social construction that is as fundamenta (...)

« La culture de classe est un chantier toujours ouvert ; c’est une construction sociale perpétuelle qui se rattache d’abord au poids des relations économiques, mais aussi aux pratiques culturelles de ceux qui négocient leur identité sociale 11 » (Liechty, 2003, p. 4).

33Ces extraits d’entretien l’illustrent bien :

« Nous avons eu la capacité d’adaptation, l’intelligence sociale – si l’on pouvait parler d’intelligence, ce serait une intelligence sociale – de savoir arriver. Parce que quand on ne sait pas arriver droit, ils excluent vraiment et personne n’arrive alors à ces élites. Je fus témoin du cas de nombreuses personnes qui sont restées dehors parce qu’elles n’ont pas su arriver » (Fortaleza, homme, 1ère génération).
« Une mesure que j’ai trouvée très sage, de la part de mes parents, a été de nous mettre dans la meilleure école privée. Car à partir de l’école vous définissez les amitiés que vous aurez. Aussi, nous avons eu la chance de séjourner dans un des meilleurs quartiers de la ville, dans une belle maison » (Fortaleza, femme, 2ème génération).

34Dans le contexte relationnel de la société brésilienne, les tactiques d’inclusion n’ont pas eu besoin, pour ces familles, de passer par le refus de leur portugalidade (portugalité) : « En vertu de sa constitution comme État-nation selon un modèle européen et à partir d'une réalité économique forte [...] la société brésilienne a poursuivi le clivage colonial des frontières entre blanc/classe supérieure et noir/classe inférieure » (Almeida, 2004, p.10). À l’intérieur de cette démarcation, la « portugalité » se place au sommet de cette division et, de ce fait, dans un contexte culturel et social favorable ; l’appartenance nationale a pu être agencée de façon positive. Lorsqu’elle essayait de se rappeler ce que, en tant que préadolescente, elle a senti en arrivant au Brésil, une interviewée mentionne, précisément, la permanence du clivage désigné par Miguel Vale de Almeida :

« Une autre chose qui, je crois, a pu avoir du poids, dans le sens que je ne percevais pas tellement de différences entre le Mozambique et le Brésil. Je me suis habituée à voir, bien sûr, des Noirs dans une condition sociale et économique inférieure. Habituellement serviteurs. Mais cela est quelque chose qui existait, il y a quarante ans, ici aussi. Seulement que les Noirs ne sont pas autochtones mais, pour des raisons évidentes, les gens d’ici les plus humbles ont une couleur de peau plus foncée que les moins humbles » (Fortaleza, femme, 2ème génération).

35Les mouvements de rapprochement et d’éloignement par rapport à la « portugalité » varient suivant les générations et on constate que la deuxième génération est celle qui, dès son arrivée, s’est éloignée le plus pour se rapprocher de la société brésilienne. C’est à ce niveau de l’analyse que la question linguistique se pose : quelques-uns des membres de la génération la plus âgée ont opté par un refus distinctif de parler le portugais du Brésil (tout en reconnaissant que ce refus était néfaste, du point de vue de l’intégration professionnelle), tandis que les membres de la seconde génération ont opté globalement pour une adhésion tactique. Cette approche est passée par l’intégration dans des écoles et des universités d’élite, et par l’établissement d’alliances matrimoniales avec des familles brésiliennes ; elle a été essentielle pour occuper des positions sociales et professionnelles solides à l’âge adulte. Par exemple, dans un cas, une des filles est partie du Mozambique à la fin de l’adolescence, elle a étudié l’économie dans la Pontifícia Universidade Católica de São Paulo, puis elle s’est insérée dans l’élite culturelle de la ville, où elle occupe une position de premier plan en tant que céramiste :

« Après, quand je suis entrée à l’université, j’ai connu quelques personnes qui ont été très bonnes avec moi et qui sont mes amis jusqu’à aujourd’hui. Je dois une bonne partie de cette adaptation à ces personnes » (São Paulo, femme, 2ème génération).

36L’insertion dans la société brésilienne a cependant été accompagnée par le maintien, dans les trois familles, de relations familiales, économiques et sociales avec le Portugal – où certaines ont encore du patrimoine – et par la reproduction, par divers moyens, d’une appartenance à la culture du Portugal (dont la valeur symbolique initiale a augmenté, en raison des avantages qui découlent de l’intégration du Portugal dans l’Union européenne). Cette stratégie identitaire a duré jusqu’à la troisième génération, née au Brésil. Une des familles expose, dans chacune de ses quatre maisons (celle des parents et celles des enfants), des reproductions du blason de famille. Dans un autre cas, la première génération a constitué, au Brésil, une collection de dessins et de peintures d’auteurs portugais. Deux filles de la troisième génération ont fait une partie de leur formation universitaire au Portugal et deux autres, qui sont encore au lycée, se sont fait photographier avec le vieil uniforme universitaire de leur grand-père. Les mères brésiliennes – mariées avec des hommes de la deuxième génération – agencent elles-mêmes, au bénéfice de leurs filles, les composantes symboliques et matérielles de la « portugalité » : une mère brésilienne garde consciencieusement, en pensant au futur de sa fille, les bijoux et l’argenterie hérités de la famille portugaise.

37Les membres de ces familles partagent une idée de diaspora portugaise qui leur permet de donner un sens à ce qui correspond, dans les faits, à une expérience et à une pratique de vie transnationale. Quand ils s’y réfèrent, ils invoquent essentiellement une mise en contexte des discours du pouvoir politique – malgré les nuances qui séparent les discours « de droite » des discours plus « à gauche » – et leur reprise par le sens commun et même par les chercheurs. Selon Eduardo Lourenço, c’est une version qui convoque le passé impérial mythique pour valoriser, comme si elle formait un tout homogène, la dispersion actuelle des Portugais à travers le monde (Lourenço, 1988). Leurs « espaces de diaspora » (Brah, 1998) – où se croisent la diaspora, les déplacements et les frontières – sont fondés sur une réécriture de l’histoire qui donne sens à ce qu’ils perçoivent comme une continuité vécue, malgré la dispersion et des ruptures : « Ça serait les Portugais : une grande nation, avec toutes ses tentacules ».

38Dans cette conception de la diaspora, la référence n’est pas le « pays de départ », mais la diaspora elle-même : l’appartenance à la diaspora portugaise est (précisément parce qu’elle intègre un discours héroïque dans ses dimensions symboliques) un idiome identitaire beaucoup plus satisfaisant que l’appartenance à un petit pays économiquement faible. La dimension symbolique de la diaspora est, grâce à une manœuvre discursive, autonomisée des conditions objectives de la nationalité.

39Si l’appartenance à la diaspora portugaise permet, dans une certaine mesure, de surmonter les ruptures auxquelles leurs vies ont été soumises – même si elles sont bien agencées pour assurer une bonne position dans la société brésilienne – cette même appartenance les force à gérer de délicates négociations identitaires. Dans un sens abstrait, la diaspora correspond à une mémoire collective (Halbwachs, 1968) qui se superpose aux expériences individuelles ; mais, dans le concret, elle inclut des personnes qui sont réellement différentes. Dans ce sens, les particularités des parcours et l’origine sociale des personnes impliquées expliquent la diversité des contenus évoqués pour « dessiner » la diaspora.

  • 12 La diaspora est d’abord évoquée par des instances politiques portugaises, ou par des associations s (...)

40Lorsque l’on compare l’utilisation faite dans ce contexte ethnographique de la diaspora, en tant qu’idiome identitaire, avec celui observé en étudiant des Portugais de couches sociales plus défavorisées établis en France et au Canada, nous sommes confrontés à des différences très significatives. L’idée de la diaspora, quand elle prend forme 12, est associée à celle de comunidade portuguesa (communauté portugaise) (en ayant pour référence, respectivement, les Portugais vivant en France ou au Canada). La valorisation symbolique prédominante est fondée sur le succès de l’intégration économique et sociale de l’immigrant pauvre dans un pays d’accueil riche (la deuxième figure du discours nationaliste identifiée par Eduardo Lourenço). En parallèle, on assiste, surtout au Canada, à la mise en œuvre d’un processus d’ethnicisation qui mobilise généralement des matériaux de la culture performative et de la culture matérielle d’origine populaire (Silvano, 2012 ; Silvano et al., 2012). Pour ces familles, l’idée de comunidade portuguesa n’a pas d’existence. Dans une stratégie identitaire distinctive (Bourdieu, 1979), tous les membres des familles font référence, plus ou moins explicitement, à des différences de classe qui justifient des divisions au sein de l'immigration portugaise au Brésil.

« Nous ne sommes pas les représentants légitimes des immigrants. Nous sommes une classe d’immigrants complètement différente de celle qui d’habitude arrivait au Brésil. On me demande : "Vous n’avez jamais ressenti le préjugé d'être un immigrant ?". Je réponds : "Immigrant ? Suis-je immigrant ?!". Je ne suis pas immigrant parce que, pour moi, les immigrants étaient ces gens qui sont venus dans les navires, cette chose horrible, pour travailler la terre. Rien de ça ne s’est passé avec nous » (Fortaleza, femme, 2ème génération).

41L’option de consolider une position de classe dans la société brésilienne semble associée à un positionnement clairement distinctif face aux immigrants portugais dont les origines de classe sont très différentes. En raison de leurs caractéristiques sociales et culturelles, ces familles se rapprochent, selon certaines dimensions, de l’individualisme des exilés (Clifford, 1997) et des élites cosmopolites en transit (Amit, 2007).

Conclusion

42Dans ces familles, l’idée de diaspora correspond à un compromis culturel établi entre des personnes qui savent qu’elles sont différentes, mais qui veulent, dans des contextes d’interaction précis, surmonter ces différences en mettant en avant le partage de l’expérience de la mobilité. Les membres de ces familles refusent, de façon très explicite, l’appartenance à la catégorie d’emigrante português (émigrant portugais) (et, par rapport à la société brésilienne, tout a été fait pour éviter aussi de se retrouver dans la catégorie « d’immigrant »). Cependant, ils acceptent le partage de l’inclusion avec ceux que, pour des raisons d’appartenance de classe, ils classifient d’émigrants portugais, dans la catégorie de la diaspora portugaise. Ils établissent ainsi un compromis qui est délimité par leur propre idée de la diaspora portugaise : elle intègre seulement ceux qui, dispersés par le monde, sont jugés dignes d’être originaires d’un lieu (réel ou mythique) inclus dans l’Empire portugais historique.

  • 13 Ce texte développe deux textes publiés en portugais : Silvano, 2015 et Silvano & Rosales, 2015. L’a (...)

43Cette étude montre que les contenus assignés à l’idée de diaspora sont liés aux conditions objectives et subjectives des parcours de ceux qui les agencent. Les membres d’une diaspora sont des personnes très différentes, du point de vue de leur insertion sociale, culturelle et historique (Cohen, 2008 ; Brah, 1998 ; Braziel & Mannur, 2010 ; Brubaker, 2005). Pour éviter le risque de substantialiser le concept il faut, comme le propose Rogers Brubaker, étudier les pratiques et les représentations concrètes des personnes concrètes. En suivant cette proposition, j’ai montré que la conception de la diaspora, chez les membres des familles étudiées, est intrinsèquement liée à leur parcours spécifique, à leur propre dispersion spatiale et à leur insertion de classe. D’autres personnes perçues comme membres de la diaspora portugaise ont d’autres pratiques et d’autres représentations, tout en acceptant, par compromis, de faire partie de cette catégorie d’appartenance identitaire 13.

Haut de page

Bibliographie

Almeida M. V. (2000), Um mar da cor da terra, Oeiras, Edições Celta.

Almeida M. V. (2004), Crioulização e Fantasmagoria, Brasília, Universidade de Brasília.

Appadurai A. (1988a), « Putting Hierarchy in Its Place », Cultural Anthropology, n° 3, pp. 36-49.

Appadurai A. (1988b), « Introduction: Place and Voice in Anthropological Theory », Cultural Anthropology, n° 3, pp. 16-20.

Appadurai A. (1997), Modernity at large, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Augé M. (1992), Non-Lieux : introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Éditions du Seuil.

Blanc M. (dir.) (1992), Pour une Sociologie de la transaction sociale, Paris, Éditions L’Harmattan.

Bourdieu P. (1979), La Distinction, Paris, Éditions de Minuit.

Brah A. (1998), Cartographies of Diaspora. Contesting Identities, London, Routledge Editor.

Braziel J. E. & A. Mannur (dir.) (2010), Theorizing Diaspora, Malden-Oxford, Blackwell Editor.

Brubaker R. (2005), « The "diaspora" diaspora », Ethnic and Racial Studies, vol. 28, n° 1, pp. 1-19.

Castelo C. (1998), O Modo Português de Estar no Mundo. O Luso-Tropicalismo e a Ideologia Colonial Portuguesa (1933-1961), Porto, Edições Afrontamento.

Clifford J. (1997), Routes, Travel and Translation in the Late Twentieth Century, Cambridge Mass., Harvard University Press.

Cohen R. (2008), Global Diasporas. An Introduction, Oxon-New York, Routledge Editor.

Feldman-Bianco B. (2001), « Brazilians in Portugal, Portuguese in Brazil: Cultural Constructions of Sameness and Difference », Identities: Global Studies in Culture and Power, vol. 8, n° 4, pp. 607-650.

Giddens A. (1986), The Constitution of Society, Berkeley, University of California Press.

Gupta A. & J. Ferguson (1992), « Beyond "Culture": Space, Identity, and the Politics of Difference », Cultural Anthropology, n° 7, pp. 6-23.

Gupta A. & J. Ferguson (1997a), « Discipline and Practice: The "Field" as Site, Method, and Location », dans Gupta A. & J. Ferguson (dir.), Anthropological Locations. Boundaries and Grounds of a Field Science, Berkeley, University of California Press, pp. 1-46.

Gupta A. & J. Ferguson (1997b), « Culture, Power, Place: Ethnography at the End of an Era », dans Gupta A. & J. Ferguson (dir), Culture, Power and Place. Explorations in Critical Anthropology, Duke, Duke University Press, pp. 1-29.

Halbwachs M. (1968 [1950]), La Mémoire collective, Paris, Presses universitaires de France.

Hall S. (1990), « Cultural Identity and Diaspora”, dans Rutherford J. (dir.), Identity: Community, Culture, Difference, London, Lawrence & Wishart Editors.

Ledrut R. (1976), L’Espace en question, Paris, Éditions Anthropos.

Liechty M. (2003), Suitably Modern. Making Middle-Class Culture in a New Consumer Society, Princeton, Princeton University Press.

Lourenço E. (1988), O labirinto da saudade, Lisboa, Edições Dom Quixote.

Low S. & D. Lawrence-Zúñiga (2003), The Anthropology of Space and Place, Locating Culture, Malden/Oxford, Blackwell Editor.

Marcus G. (1989), « Imagining the Whole: Ethnography’s Contemporary Efforts to Situate Itself », Critique of Anthropology, vol. 9, n° 3, pp. 7-30.

Marcus G. (1995), « Ethnography in/of the World System: The Emergence of Multi-sited Ethnography », The Annual Review of Anthropology, n° 24, pp. 95-117.

Marcus G. (1997), « Some Strategies for the Design of Contemporary Fieldwork Projects: Advice to New Students », Ethnologia, n° 6-8, pp. 55-64.

O'Reilly K. & M. Benson (2009), Lifestyle Migration: Escaping to the Good Life? London, Ashgate Editor.

Paul-Lévy F. & M. Segaud (1983), Anthropologie de l’espace, Paris, Éditions du Centre Georges Pompidou/CCI.

Pellegrino P. (1983), Identité régionale et représentations collectives de l'espace, Genève, CRAAL-FNSRS.

Remy J., Voyé L. & É. Servais (1978), Produire ou reproduire? Une sociologie de la vie quotidienne, Vol.1, Conflits et Transaction sociale, Louvain-la-Neuve, Éditions Vie ouvrière.

Remy J., Voyé L. & É. Servais (1980), Produire ou reproduire? Une sociologie de la vie quotidienne, Vol.2, Transaction sociale et Dynamique culturelle, Bruxelles, Éditions Vie ouvrière.

Rodman M. (1992), « Empowering Place: Multilocality and Multivocality », American Anthropologist, vol. 94, n°3, pp. 640-56.

Silvano F. (1990), « L’émigration en tant que processus de déplacement et de recomposition de l’habitat », Sociedade e Território, nº especial, pp. 53-56.

Silvano F. (1994), « Mobilités : projets de vie et projets d’espace. Les réseaux du migrant et l’identité locale, ses marquages et ses démarquages », dans Pellegrino P. (dir), Culture architecturale, culture urbaine, Paris, Éditions Anthropos, pp. 125-133.

Silvano F. (2012), De casa em casa. Sobre um encontro entre etnografia e cinema, Caldas da Rainha, Edições Palavrão.

Silvano F. (2015), « As costureiras, as queens e os seus mantos: desterritorialização, cultura material e construção do lugar », Lisboa, Finisterra, pp. 133-142.

Silvano F. & M. Rosales (2015), « Na realidade, Portugal, Moçambique, Brasil. Eu ligo muito à ideia de "nação portuguesa": ligar o que a vida separou », Horizontes Antropológicos, vol. 21, n °43, pp. 105-127.

Silvano F., Rosales M. & S. Ferreira (2012), « Gente da Nossa: uma construção mediática da ideia de ‘comunidade portuguesa’ », Portuguese Studies Review, vol. 20, n° 2, pp. 143-169.

Haut de page

Notes

1 À Christelle Robin, amie de longue date, qui est partie lorsque j’écrivais ce texte.

2 « Cultural identity, in this second sense, is a matter of "becoming" as well as of "being". It belongs to the future as much as to the past. It is not something which already exists, transcending place, time, history and culture. Cultural identities come from somewhere, have histories. But, like everything which is historical, they undergo constant transformation » (Hall, 1990, p.225).

3 « The nation-state, as common territory and time, is traversed and, to varying degrees, subverted by diasporic attachments » (Clifford, 1997, p.250).

4 Le concept de diaspora space (espace de diaspora) interconnecte les concepts de diaspora, frontière et voyage, pour surmonter les difficultés de l’approche spatiale de la diaspora (Brah, 1998).

5 « Nearly all the powerful nation-states, especially in Europe, established their own diasporas abroad to further their imperial plans. The Spanish, Portuguese, Dutch, German, French and British colonists fanned out to most parts of the world and established imperial and quasi-imperial Diasporas. "Quasi", because in a number of instances, localization or creolization occurred, with the new settlers marrying into the local community or turning against their homelands » (Cohen, 2008, p. 69).

6 Émique (anthropologie) : « Dont le point de vue est basé sur les concepts et le système de pensée propre aux personnes étudiées » (Wiktionnaire).

7 « Diaspora studies will need to move beyond theorizing how diasporic identities are constructed and consolidated and must ask, how are these diasporic identities practiced, lived, and experienced » (Braziel & Mannur, 2010, p. 9).

8 La communauté linguistique – le plus important facteur de production de l’effet de continuité – n’est pas référée à ce propos. Le sujet est abordé, mais à propos des tactiques d’insertion/non insertion dans la société brésilienne qui ont différé entre la façon de parler du Portugal et l’apprentissage de la façon de parler du Brésil. La religion non plus n’est pas référée, car la présence du catholicisme dans les trois territoires est perçue comme une évidence.

9 Les conditions d’arrivée sont déterminantes dans la définition du parcours de chaque diaspora (Clifford, 1997 ; Brah, 1998).

10 La littérature classique affirme que les immigrants sont assimilés, mais pas les diasporas (Clifford, 1997). Dans ce cas concret, cette dichotomie ne s’applique pas. C’est dans le jeu entre l’assimilation et le maintien de la distance symbolique que se développent les stratégies identitaires des familles.

11 « Class culture is always a work-in-progress, a perpetual social construction that is as fundamentally bound to the ‘concrete’ of economic resources as it is to the cultural practices of people who jointly negotiate their social identities » (Liechty, 2003, p. 4).

12 La diaspora est d’abord évoquée par des instances politiques portugaises, ou par des associations se situant dans le jeu politique. Ensuite, elle est associée à la comunidade (communauté), notion d’origine clairement émique.

13 Ce texte développe deux textes publiés en portugais : Silvano, 2015 et Silvano & Rosales, 2015. L’auteure a traduit en français les citations en portugais et le coordinateur du dossier les citations en anglais.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Filomena Silvano, « Diaspora portugaise », SociologieS [En ligne], Dossiers, Espaces et transactions sociales, mis en ligne le 16 juin 2016, consulté le 15 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/5391

Haut de page

Auteur

Filomena Silvano

Professeure d’anthropologie, Faculdade de Ciências Sociais e Humanas, Universidade Nova de Lisboa, Centro em Rede de Investigação em Antropologia (CRIA), Portugal - filomenasilvano@fcsh.unl.pt

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page