Navigation – Plan du site
Relation d’aide et de soin et épreuves de professionnalité

« Allô, ici c’est Dominique Janvier du CHRS L’Olivier »

Épreuves dans la mise en œuvre de la participation des résidents de centres d’hébergement
Hello, this is Dominique Janvier from CHRS L’Olivier”. Trials in implementing “users participation” in French accommodation and social rehabilitation centers
Amandine Guilbert, Laetitia Overney et Rémi Eliçabe

Résumés

L’article propose de suivre les problèmes posés par la mise en application de « la participation des usagers » dans des centres d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS). La loi 2002-2 ne définissant pas précisément ce nouveau droit à participer des personnes hébergées, trois questions se posent : En quoi consiste cette participation ? Que signifie « faire participer » les usagers ? Qu’est-ce que cela implique comme nouvelles pratiques professionnelles ? À de nombreuses reprises, les professionnels se trouvent embarrassés dans leur pratique et perplexes quant au rôle à tenir dans la mise en œuvre de la participation. Plus largement, ces nouvelles mesures jettent le trouble sur les positions des uns et des autres. Il semble bien qu’ici, l’épreuve de professionnalité tienne précisément dans la réévaluation de la frontière qui sépare les positions et les capacités d’agir des professionnels et des usagers.

Haut de page

Texte intégral

1Lorsque Dominique Janvier traverse la salle à manger du centre d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS), il a l’assurance de celui qui connaît bien les lieux. Il promène un regard bienveillant sur la maisonnée, s’enquiert de la santé d’un résident qui regarde la télévision, tout en surveillant dans le four un gâteau qu’il a préparé pour l’anniversaire d’une résidente. Il inspecte les travaux de peinture qui viennent d’être réalisés dans la cuisine, il commente : « de belles finitions ».

2Dominique vit ici depuis plusieurs mois, il assiste à toutes les réunions du conseil de la vie sociale (CVS), instance de participation des usagers du CHRS. Un dimanche, Dominique trouve un moustique qui lui paraît vraiment suspect ; de son avis, sans doute un moustique tigre qui transmet le virus du Chikungunya. Le week-end, les travailleurs sociaux sont absents. Dominique prend alors le relais, il endosse la posture du cadre qui doit gérer les crises, prendre ses responsabilités pour protéger le collectif de résidents. Il demande au gardien d’utiliser le téléphone et, fort de son implication dans la vie du CHRS, il téléphone à la Police en lançant un tonitruant et assuré « allô, ici c’est Dominique Janvier du CHRS l’Olivier ». La procédure de signalement est enclenchée, les autorités sanitaires sont alertées, donnent des consignes de conservation de l’insecte et viennent le récupérer pour identification.

3À l’issue de cet événement, le chef de service rappelle à Dominique que dans de telles circonstances, il faut appeler le cadre d’astreinte et ne pas agir seul. Cette prise d’initiative de Dominique vient s’ajouter à d’autres de sa part. Il provoque l’embarras des professionnels. Son investissement pour faire vivre le lieu fait penser à l’équipe éducative que ce résident prend un peu trop de place dans le CHRS, qu’il est « intrusif auprès des différents membres de l’équipe », qu’il « remet en cause les décisions prises par le personnel ». Des courriers de rappel lui sont régulièrement adressés. Monsieur Ebendé-Kilo est hébergé avec sa famille dans un autre CHRS, il a été élu représentant des personnes hébergées au sein du CVS. Ainsi, « Monsieur le Président » comme l’appellent parfois avec humour les autres habitants du CHRS et les professionnels, téléphone chaque mois à toutes les personnes hébergées pour recueillir leurs plaintes et leurs propositions concernant leur hébergement. Il reçoit aussi des courriers : tel résident prend l’initiative de lui écrire pour lui demander de relayer sa plainte – son logement est en mauvais état – en interpellant le chef de service au CVS, un autre souhaiterait que des aides financières soient attribuées aux résidents pour l’achat de meubles en vue de son installation dans un logement autonome. Avec les autres membres élus du conseil, il gère un budget de 1 700 euros disponible pour l’organisation de sorties. Il parle souvent géopolitique avec une surveillante de nuit. Mais de l’avis des référents sociaux, Monsieur Ebendé-Kilo prend un peu trop de place, il n’arrête pas de dire qu’il travaille beaucoup pour le CVS, il demande à consulter ses mails sur l’ordinateur du service pour « voir si le Directeur général lui a écrit », il remet aussi en cause l’accompagnement social qui lui est proposé. « Je suis ravie d’entendre que Monsieur se situe comme faisant des choses parce qu’il fait des choses : au dernier repas collectif, il n’y a jamais eu autant de monde ! C’est une forme de prise de pouvoir et j’ai envie d’applaudir des deux mains ! ». Face à ces propos de la chef de service, certains professionnels de l’équipe sont sceptiques : la participation ne prendrait-elle pas là le pas sur l’accompagnement ? Comment continuer à être éducateur auprès de ces usagers devenus participants ?

La Loi 2002-2 et la participation des usagers
La participation des usagers au fonctionnement des établissements sociaux et médico-sociaux a été instituée et généralisée par la loi 2002-2, loi dite de modernisation de l’action sociale et médico-sociale et couramment appelée dans le secteur « Loi des droits des usagers ». Nous en retiendrons ici trois éléments essentiels : 1) l’obligation de créer un conseil de la vie sociale (CVS) ou autre instance participative pour associer les personnes bénéficiaires des prestations au fonctionnement de l’établissement ou du service ; 2) un règlement de fonctionnement établi après consultation du CVS ou, le cas échéant, après mise en œuvre d’une autre forme de participation ; 3) un projet d’établissement, lequel définit les objectifs et modalités de fonctionnement, lui aussi établi après consultation de l’instance participative. Le CVS doit être composé a minima de deux représentants des usagers, d’un représentant du personnel et de l’organisme gestionnaire. Parmi ses prérogatives : « [il] donne son avis et peut faire des propositions sur toute question intéressant le fonctionnement de l’établissement ou du service, notamment sur l’organisation intérieure et la vie quotidienne, les activités, l’animation socioculturelle et les services thérapeutiques, les projets de travaux et d’équipements, la nature et le prix des services rendus, l’affectation des locaux collectifs, l’entretien des locaux, les relogements prévus en cas de travaux ou de fermeture, l’animation de la vie institutionnelle et les mesures prises pour favoriser les relations entre ces participants ainsi que les modifications substantielles touchant aux conditions de prises en charge ». Décret n° 2004-287 du 25 mars 2004 relatif au Conseil de la Vie Sociale et aux autres formes de participation instituées à l’article L. 311-6 du code de l’action sociale et des familles.
L’Agence nationale pour l’évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médicaux sociaux (ANESM) distingue dans son guide de bonnes pratiques sur l’expression et la participation des usagers des établissements sociaux et médico-sociaux quatre registres de participation : la mise en place de conseils de la vie sociale (comme « apprentissage à la citoyenneté »), la mise en place de groupes d’expression (comme « apprentissage à la prise de parole »), les groupes-projet (comme « renforcement de la capacité d’agir ») et les enquêtes de satisfactions (visant « à positionner les résidents comme des « usagers-clients » d’un service ») 1.
Directions et équipes de professionnels de terrain mettent en œuvre cette loi à tâtons dans les structures ; la question occupe les espaces de réflexivité à l’échelle des établissements (réunions d’équipe, groupes d’analyse de la pratique, assemblées générales) mais aussi à l’échelle nationale (congrès et forums de travailleurs sociaux, conférences parlementaires, presse professionnelle 2).
L’enquête
Afin d’explorer cette zone de turbulence qu’est la « participation des usagers », en suivant les problèmes posés par sa mise en application, l’article prendra appui sur des enquêtes menées depuis six ans dans des centres d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) 3, soit une dizaine d’années après la loi 2002-2. Les CHRS ont pour mission d’assurer l’hébergement des personnes sans-domicile (ou sur le point de l’être), mais aussi l’accompagnement de celles-ci sur le plan administratif, social, sanitaire, familial, professionnel, économique. La participation des usagers prend dans les CHRS une teneur spécifique liée à leur qualité de lieu de vie. Ces établissements ne sont pas simplement des « guichets » ou des services d’accueil mais des lieux où les usagers vivent.
Le CHRS L’Olivier, dont il sera principalement question dans cet article accueille une vingtaine de résidents (hommes et femmes) ayant connu l’errance ou l’exil et orientés par le service d’information d’accueil et d’orientation (SIAO) d’un département de région parisienne 4. Les personnes y sont hébergées pour des durées moyennes à longues (de quelques mois pour la majorité à plusieurs années dans quelques rares cas). En contre-point, des exemples provenant d’un CHRS situé à Beauvais seront également mobilisés. Ce CHRS accueille quatre-vingt personnes (vingt-six ménages), des femmes et des couples avec ou sans enfants, des hommes avec enfants et des hommes seuls. Ils sont logés « en interne » dans les locaux du CHRS ou « en externe » dans des logements de droit commun en ville.

4La loi ne définit pas précisément ce nouveau droit à participer des usagers. En quoi consiste cette participation ? Qu’est-ce que cela signifie « faire participer » les usagers ? Qu’est-ce que cela implique comme nouvelles pratiques professionnelles ? À de nombreuses reprises, les professionnels se trouvent embarrassés dans leur pratique. Plus précisément, ces nouvelles mesures jettent le trouble sur les positions des uns et des autres. L’épreuve de professionnalité tient bien dans une mise en jeu de la position des professionnels et de celles des personnes hébergées et accompagnées. La participation dans les structures sociales et médico-sociales oblige donc à penser non pas, d’un côté, la capacité d’agir des usagers et, de l’autre, celle des professionnels mais bien le rapport complexe que les uns et les autres entretiennent au sein des établissements, que ce soit dans le cadre des instances formelles de la participation et, au-delà, dans la continuité de la vie quotidienne partagée. La focale doit donc être portée tout autant sur les professionnels au travail que sur l’implication des résidents dans le processus de participation. Nous analyserons trois formes d’épreuves dans la mise en œuvre des CVS au sein des établissements ainsi que les manières de faire qui sont trouvées pour y faire face. La participation constitue tout d’abord une épreuve technique relative à l’absence d’outils et d’expérience des professionnels en la matière. Ensuite, nous montrerons comment c’est une épreuve fonctionnelle qui trouble le discernement des professionnels entre la fonction éducative de l’accompagnement social et la fonction politique de l’accompagnement à la participation. Enfin, jusqu’où la participation remet-elle en cause la position des uns et des autres ? Puisqu’il y a là une épreuve de positionnement, une remise en jeu des positions, nous examinerons en conclusion ce qui se trouve transformé à cet endroit là.

Des épreuves techniques dans l’organisation de la participation

5Le premier type d’épreuve de professionnalité que nous voudrions mettre en avant est d’ordre technique, puisque les équipes éducatives des centres d’hébergement se retrouvent dans la situation de devoir mettre en place la participation des résidents sans bénéficier d’outils robustes ni d’expérience stabilisée dans ce domaine. Elles se voient contraintes d’inventer au fur et à mesure les modalités concrètes de cette mise en œuvre. Il nous faut donc d’abord regarder de près ce qu’en disent les professionnels :

« Dans les écoles, on ne forme pas les éducateurs à la participation, on a des obligations formelles, on sait que l’on doit créer des conseils de la vie sociale, on a aussi des directives, comme celle de “mettre les usagers au centre des dispositifs”, il y a aussi les guides de bonnes pratiques de l’ANESM, mais on est loin de la pratique concrète, on est loin du “comment faire” ? Et puis, on ne sait pas ce que c’est une participation réussie » (Chef de service CHRS L’Olivier).
« La participation, c’est quelque chose en dents de scie, en fonction de la vie de l’équipe aussi et des personnes résidentes qui sont là […] quelque chose qui est à construire, c’est pas dans les gènes du travail social […] Travailler d’égal à égal, c’est pas du tout évident, ça pose la question de la confiance mutuelle, du pouvoir partagé » (Chef de service CHRS Beauvais).
« On est dans une tentative de construction d’une instance de participation mais la participation n’est jamais gagnée, “ça prend” ou “ça prend pas”. Avant on envoyait un courrier et on pensait que ça fonctionnait. Maintenant, on a compris que c’est un travail au quotidien » (Éducatrice CHRS l’Olivier).
« Avant la participation était déjà inscrite dans le projet d’établissement, mais ça ne posait jamais de problème, puisque c’était vide. Les personnes ne demandaient rien, elles ne remettaient rien en question » (Secrétaire CHRS Beauvais).
« Mais c’est pas faire des activités. On n’est pas là pour faire de l’occupationnel, des colliers de nouilles. C’est pas ça la participation » (Éducatrice CHRS Beauvais).
« Avec la loi 2002-2, on nous a dit : “Il faut que les gens participent”. Mais on ne savait pas faire. Il n’y avait pas du tout de vie collective. Jusque-là on avait dit à ces gens qu’il fallait qu’ils soient individuels et maintenant il fallait qu’il y ait du collectif. Mais il fallait qu’il y ait des échanges, du partage avant qu’ils puissent se dire : “il faut qu’on se fasse représenter”. On s’est dit, bon il faut le faire, donc il faut s’en donner les moyens. Maintenant on en est à échanger des choses entre les services » (Secrétaire, CHRS Beauvais).

  • 5 S’il est fait référence au guide des bonnes pratiques sur la participation et l’expression des usag (...)

6La problématique de la participation est posée en première instance par les professionnels sous l’angle de ses conditions de félicité mais sans que ces dernières soient déclinées d’emblée : ils se demandent ce que c’est qu’une participation « réussie », ils nous disent que cela ne leur semble « jamais gagné », que cela « reste à construire », que « ça prend ou ça prend pas ». On voit bien que les professionnels excluent le seul recours à un cadrage préalable de la pratique par les guides de bonnes pratiques 5, des obligations formelles (prévenir les résidents des réunions de CVS, leur fournir des comptes-rendus) ou les « activités participatives » (organiser tel ou tel atelier participatif ou groupe d’expression) pour poser immédiatement la question de la participation dans le continuum de son exercice. Il apparaît que les questions posées sont bien plus difficiles et de ce fait ne peuvent se contenter de recevoir des réponses préexistantes à leur mise au travail : comment travailler d’égal à égal ? Comment fabriquer du collectif (quand, par ailleurs, les attentes institutionnelles se construisent autour de projets individualisés) ? Comment construire une confiance partagée ? Cette réflexivité des professionnels nourrit leurs pratiques au quotidien – c’est une manière de garder la participation en ligne de mire, ne pas la considérer comme acquise.

7Les réponses ne peuvent être que partielles, en construction et toujours à remettre sur le métier. Partant de ce constat fait par les professionnels, il nous faut examiner les résolutions qu’ils mettent tout de même en œuvre. En nous centrant sur l’équipe du CHRS L’Olivier, on perçoit trois manières, de prendre à bras le corps la question de la participation.

  • 6 Voir à ce sujet l’article du « Groupe Recherche Action » (GRAC) et de l’association COPSAT (2015).

8Une première manière de se saisir de la question de la participation pour les professionnels du CHRS L’Olivier consiste à dynamiser la démarche, à se mobiliser pour mobiliser les résidents. Concrètement, cela veut dire aller faire le tour des chambres pour s’assurer qu’untel, absent la dernière fois, vient cette fois à la réunion, rappeler la tenue de la réunion quelques jours avant et le jour même, utiliser un ton énergique dans les comptes-rendus adressés aux résidents, signaler à de nombreuses reprises l’affichage des ordres du jour et des comptes-rendus, voire les distribuer un à un à chacun. Dans cette perspective, on fait exister la participation comme motif important de l’hébergement, il s’agit de donner des gages aux résidents (et en même temps à l’équipe) de ce que le processus est bien en cours. On retrouve ici une modalité d’exercice de la participation bien connue dans des situations plus classiques de participation citoyenne ou de démocratie de proximité : il faut pour les institutions publiques comme pour les associations qui gèrent les structures d’hébergement donner des preuves de ce que la participation a bien lieu, soit donner à voir la participation en train de se faire, en multipliant les annonces et les discours sur la participation, en rappelant qu’il y a de la participation 6. Cette modalité trouve dans la production importante d’écrits de tous ordres (comptes-rendus, affichages, ordres du jour, questionnaires de satisfaction) une formalisation adéquate. Plus encore, les écrits produisent une plus-value, officialisent la démarche, garantissent son inscription authentifiée et font la démonstration de ce que l’on est bien là dans un processus de droit commun, répondant à ses exigences de transparence et de publicité. Les comptes-rendus témoignent de l’investissement de l’équipe dans la mise en place des CVS : ils retracent les propos des réunions mais ils s’adressent également à l’ensemble des résidents et, s’ils valent comme une adresse aux résidents, c’est comme une réassurance de l’engagement de la structure dans une démarche participative et comme invitation à la nourrir.

  • 7 Cet aspect a été à de nombreuses reprises relevé et mis en exergue par les recherches sur la partic (...)

9Les instances de participation semblent alors valoir pour elles-mêmes, indépendamment de leur fonctionnement concret, attestant par leur répétition, leur multiplication et la communication à laquelle elles donnent lieu, que la participation est bien en marche 7. Plus encore, la prolifération discursive apparaît comme une performation de la participation, il s’agit alors de parler de la participation des résidents et ce faisant, de miser sur son apparition.

10Le deuxième aspect que nous avons relevé est plus circonstanciel et a trait à la situation du centre d’hébergement au moment où nous menons l’enquête ; la dynamique autour de la participation vient aider à faire tenir l’équipe dans une situation de crise. En effet, lorsque nous menons nos observations, la structure est sortie d’une phase de dysfonctionnement important depuis une année seulement (turn-over de l’équipe éducative et dans l’équipe de veilleurs de nuit, tensions vives entre les résidents et avec l’équipe). Cette période correspond à la reprise en main du CHRS par une chef de service chevronnée (l’établissement en était dépourvu les deux années précédentes), elle est marquée par un travail concerté avec l’ensemble des membres de l’équipe et une volonté affichée d’étendre cette concertation aux résidents. La mise en place du conseil de la vie sociale intervient alors comme une instance susceptible de faire émerger les problèmes avant qu’ils ne deviennent irréversibles, avant que ne se produisent des violences ou des dysfonctionnements ingérables, comme une manière de faire place à ce qui pose problème aux résidents comme aux professionnels, au moment même où ces problèmes se posent.

11Enfin, troisième aspect, et pour compenser l’absence de mode d’emploi, sont multipliés les espaces de parole sous différentes formes. Il y a le CVS, qui se déroule en soirée une fois tous les deux mois et réunit travailleurs sociaux, stagiaires, veilleurs de nuit, les deux délégués élus par les résidents, ainsi que l’ensemble des résidents. Mais est ajouté alors un groupe d’expression des résidents. Il est animé par une spécialiste de l’écoute, une psychologue. Celle-ci n’est pas missionnée ici pour proposer des orientations de soin (comme elle le fait habituellement lors des permanences qu’elle effectue au CHRS) mais pour aider à faire émerger une parole dans un cadre moins contraint et plus informel que le CVS. On attend de cet espace que ceux qui ne trouvent pas à s’exprimer dans le CVS le fassent à cet endroit. D’autres espaces jouent un rôle similaire comme, par exemple, celui qui est initié au même moment en partenariat avec une association locale de prévention en alcoologie et qui, animé par un professionnel de cette association, se réunit chaque semaine. Ce dernier indique que ce groupe n’est pas exclusivement dédié aux problématiques alcooliques et est l’occasion de « parler de tout avec les résidents ».

12Le volontarisme dont fait preuve l’équipe de travailleurs sociaux et la direction du CHRS L’Olivier en communiquant très fréquemment à propos des espaces de participation, en réassurant l’équipe autour d’une concertation de tous étendue aux résidents ou en multipliant les espaces de participation et d’expression, est toujours susceptible de produire des effets indésirés, comme celui, on le verra, de faire taire les résidents là où justement, les éducateurs s’évertuent à les faire parler. Un effet de saturation voit alors le jour, lequel débouche sur une autre épreuve : le silence des résidents. Il faut alors se tourner vers les résidents pour comprendre la mise en jeu de cette nouvelle épreuve, lesquels mettent en lumière les points aveugles du questionnement de l’équipe éducative et de leurs pratiques.

13Certains usagers le disent, ils sont trop sollicités pour participer. Un usager évoque à cet égard « un emploi du temps surchargé, entre les réunions de discussions et les rendez-vous avec les éducateurs, le médecin ». Un autre décrit des « réunions à la tout-va », au cours desquelles « parfois personne ne va rien dire. On mange un bout de gâteau, de temps en temps il y a une parole qui fuse, on se regarde dans le blanc des yeux. C’est une perte de temps ». Ils expriment une forme de lassitude, la multiplication des espaces de parole ne délie pas nécessairement les langues selon eux, bien au contraire et ce malgré les invitations à s’exprimer et les relances des travailleurs sociaux. Cet autre usager nous dit de but en blanc : « elle est obligée cette réunion... en plus je suis délégué, c’est une fois par mois mais c’est la seule réunion qui est obligée. Moi j’ai pas voulu, ils m’ont inscrit et ils ont tous voté pour moi, alors bon je le fais ».

14Et cette dame de nous dire encore plus franchement : « alors ça, des réunions, on en a sans arrêt maintenant, et ça ne m’intéresse pas ces réunions, on est obligé d’aller écouter des choses qui n’ont aucun intérêt, savoir de quelle couleur on va peindre le mur de la cuisine ou à quelle heure on éteint la télé, ça ne m’intéresse pas du tout ».

  • 8 Les contrats d’hébergement et d’accompagnement sont signés tous les six mois pour être remis à la D (...)

15On peut finalement citer ce résident, proposant au cours d’une réunion de CVS l’espacement des réunions de tous les mois à tous les deux mois afin « de mieux voir les évolutions qu’il y a eu sur le service ». Mais si cette stratégie provoque un silence gênant, elle produit en même temps l’émergence de situations plus ouvertes. Comme on l’a déjà dit, le processus de participation oblige les professionnels à ouvrir un faisceau de questions plus large que celui fixé par le contrat d’hébergement et d’accompagnement 8. La participation se distribue dans le temps et l’espace de la vie quotidienne du centre. Au fil de l’épreuve, pour cette équipe qui sort lentement d’une période de crise et qui tâtonne dans la mise en œuvre de la participation, il ne s’agit plus seulement de se demander comment faire fonctionner une structure d’hébergement social et d’y faire participer les résidents, mais de travailler à la qualité d’un lieu d’accueil partagé et hospitalier. Cela implique pour les professionnels comme pour les résidents de prendre soin de la vie commune.

  • 9 La sociologie du goût construite par Antoine Hennion, qui insiste sur le caractère actif d’activité (...)
  • 10 Nous pensons ici à l’exposition « La chose publique : Atmosphères de la démocratie » réalisée par B (...)

16Les instances de participation et d’expression, parce qu’elles misent dans ce CHRS sur la fabrique du collectif, contribuent à y renforcer la vie commune. Par ailleurs, ce sont bien les événements du quotidien qui alimentent ces espaces participatifs. La vie commune dans les CHRS se construit dans des situations parfois incongrues, des moments qui semblent à première vue sans intérêt ou sans qualité particulière. Aussi, les espaces de participation et d’expression formels peuvent laisser émerger des considérations concernant ces moments de vie d’apparence insignifiants et de là ouvrir à des discussions importantes pour les résidents. Par exemple, dans un groupe de parole du CHRS L’Olivier, les résidents ont fait la demande d’acheter des cadres pour accueillir les photos des différentes sorties décidées dans le cadre du CVS. Une demande banale. La conversation dérive alors vers la récente « sortie pêche », laquelle est l’objet de toutes les attentions : les cadres pour les photos sont l’occasion de se faire ressentir ensemble 9 combien cette journée a été agréable pour tout le monde, combien « on s’est amusé », combien certains ont été les champions de la pêche... Les résidents prennent littéralement l’espace de parole et l’histoire de la pêche se poursuit et rebondit de l’un à l’autre durant dix bonnes minutes, animant et égayant le collectif. Une travailleuse sociale relève alors qu’elle s’est trouvée en situation d’apprentissage, elle qui n’avait jamais pêché de sa vie, elle en profite ainsi pour remercier ses « professeurs ». L’espace de parole a, à ce moment-là, suscité une ambiance, une atmosphère agréable, laquelle requalifie le moment comme important pour la vie du collectif. Cet exemple donne bien à sentir ces moments de commun qui fabriquent une ambiance, un climat distribué dont l’enjeu tient plus dans l’émergence de liens entre ceux et celles qui sont là qu’à la manifestation d’opinions, de positions ou d’arguments bien formulés. Ces moments de vie commune fabriquent et étayent une vie publique au cœur du CHRS 10. Ces manifestations communes impromptues nous semblent bien résonner avec d’autres situations où se construit de manière inattendue du commun, des situations où l’incident, la panne, l’imprévu changent le cours des choses. À L’Olivier, la panne de la machine à laver, intervenue au moment où nous y sommes, nous livre quelques intéressantes indications à ce propos. La panne est l’objet de toutes les discussions au CVS : le linge sale qui s’accumule, les allers-retours épuisants à la laverie, l’absence de réponse du réparateur. La livraison de la pièce endommagée commençant à tarder, le CHRS a proposé aux personnes sans ressource de les aider à payer des machines en laverie automatique. Malgré la gêne occasionnée par les trois semaines de panne, les récits des allers-retours en groupe à la laverie ou les rires provoqués au souvenir de tel résident ramenant au CHRS la note salée du pressing chic où il avait amené par erreur ses vêtements indiquent tout ce que l’incident a eu comme conséquences positives sur les uns et les autres, tout ce qui s’est tissé entre les résidents à sa suite. Pour cette autre résidente, qui nous explique comment certains ont commencé par laver le linge à la main (« y compris quelques hommes ! ») et y ont même pris goût pendant un temps, « d’avoir fait ça ensemble, c’était un bon moment ». Par-delà le caractère particulier de ces événements, l’épreuve technique de la mise en œuvre de la participation pour les professionnels apparaît moins sous la modalité de la « boîte à outils » ou de l’équipement technique mais plutôt comme attention à ce qui émerge et surgit dans la vie commune qui affleure fragilement et qui est toujours susceptible de soutenir une vie publique, une participation aux formes encore incertaines.

Une tension forte entre la fonction d’accompagnement et la participation

17Le deuxième type d’épreuves rencontrées par les professionnels pour faire advenir la participation des résidents dans les centres d’hébergement trouve à se manifester dans ce qu’elle induit sur le cadre de l’hébergement, la réglementation des structures et les conditions d’hébergement des résidents. C’est ici la fonction éducative des personnels qui se trouve mise en tension avec les exigences politiques de participation des résidents à l’élaboration du cadre de leur hébergement, laquelle débouche sur les questions suivantes : comment faire de la place aux résidents dans cette élaboration sans mettre à mal la relation éducative ? À quel moment le rôle éducatif doit-il reculer pour laisser place à l’ordre de la participation ? Enfin, quelles réponses sont apportées par les équipes pour résoudre cette tension ? Plus largement, c’est la question de la capacité de transformation des institutions qui se trouve alors mise en jeu.

  • 11 cf. Article L 311-17 de la loi.

18Il nous faut débuter cette section en rappelant que la loi 2002-2 prévoit une consultation du CVS avant d’établir le règlement de fonctionnement des établissements 11. Au CHRS L’Olivier, le renouvellement de ce règlement est un axe fort et permanent de la dynamique participative initiée par l’équipe de professionnels. Aussi la première modification du règlement intervient lors d’une réunion de résidents en avril 2011 lorsqu’est décidée, sur proposition des résidents, la possibilité pour ces derniers de s’absenter deux nuits par semaine durant le week-end. De manière plus régulière, en octobre 2013, l’équipe propose d’ouvrir une réflexion sur le règlement intérieur, le compte-rendu de CVS formule en ces termes cette offre faite aux résidents : « Quelles sont les règles que vous souhaiteriez voir évoluer ? Nous réfléchissons déjà en équipe aux évolutions que nous pourrions faire. Nous souhaiterions que vous puissiez participer à la rédaction de ce nouveau règlement. Nous vous demandons donc de pouvoir transmettre toutes vos idées aux délégués. » (Compte-rendu CVS octobre 2013)

19Le mois suivant, une proposition des résidents a bien été prise en compte donnant lieu à une nouvelle modification : « Certains points sont soulevés par les résidents, notamment concernant les horaires de la télévision. Il est validé le fait que la télévision peut être allumée le matin à partir de 5 heures jusqu’à 9 heures, pour les résidents qui le souhaitent à condition que le volume sonore ne dérange pas les autres résidents. » (Compte-rendu CVS novembre 2013)

20En avril 2014, les résidents sont invités à signer le nouveau règlement intérieur, modifiant les horaires de la télévision, les allers et venues sur le site et l’utilisation de la cuisine, les trois propositions de modifications émanant toutes des résidents. Si les résidents reconnaissent la possibilité de discuter en CVS du règlement intérieur et de décider certains points, ils disent se sentir infantilisés par le règlement dans son ensemble : « Le règlement c’est comme à la maternelle. Hé, on coupe la télé à minuit même si le film n’est pas fini […]. Tel jour, t’es de vaisselle. Tu dois manger avec les autres le soir. T’as le droit à quelques petites affaires, ce qui tient dans le petit placard de la piaule. C’est des petits trucs pénibles, j’ai passé l’âge, je ne suis plus un gamin ». Pour d’autres, « on ne discute pas de sujets importants, ce ne sont que de petits aménagements » ou ce résident qui confie en entretien : « on ne va pas dire grand chose parce que tous les mois on a quand même l’épée de Damoclès au-dessus de la tête. Si ça se passe mal... Ici il n’y a pas de trêve hivernale. Ils ne disent pas expulsion, ils disent fin de contrat mais ça revient au même : on part avec le sac sur le dos » – autrement dit, il craint que son hébergement puisse être remis en cause s’il exprime son opposition à certains points du règlement intérieur.

21Pourtant, et au-delà du seul règlement intérieur du centre d’hébergement, l’équipe d’éducateurs et la maîtresse de maison cherchent bien à faire participer les résidents à la vie du lieu et aux conditions d’hébergement : dans la préparation de repas pris en commun ou les fêtes organisées régulièrement, par exemple, dans la possibilité offerte d’y convier leurs proches ou dans le souci maintenu de rendre possible l’appropriation du lieu par les résidents, comme le choix de la décoration des salles communes, des menus. Par exemple, les résidents ont été invités à participer aux travaux de peinture, en choisissant les couleurs pour les murs des espaces collectifs. Chacun a également pu repeindre s’il le souhaitait la porte de sa chambre. Lors d’un CVS, les résidents sont appelés à donner leur avis sur ces travaux récents et à imaginer la décoration du salon et des chambres. Une éducatrice les encourage : « Il est temps de passer à la décoration des parties communes mais aussi des chambres. Est-ce que vous avez des idées ? Et dans votre chambre, est-ce que vous y avez pensé ? Réfléchissez. Nous, on peut décorer, on a des idées, mais c’est mieux si c’est vous. Des fleurs, des plantes vertes, ça dit à quelqu’un ? Où souhaiteriez-vous les mettre ? ». L’avis des résidents est aussi sollicité sur la nouvelle disposition des tables dans le salon commun, suggérée par l’une des travailleuses sociales. L’on questionne enfin la place du futur baby foot qui vient d’être acheté par l’association et dont on attend la livraison imminente.

22Si l’attention à ce que les résidents se sentent bien dans les lieux est bel et bien prise en charge par l’équipe éducative, elle ne manque pas d’entrer en tension malgré tout, du côté des résidents, avec l’incertitude de l’hébergement, l’ordre contractuel peut-on dire. La mise en jeu des règles et des conditions d’hébergement se voit ainsi concurrencée par une autre fonction des instances participatives, celle du rappel à l’ordre. La balance est difficile à maintenir entre exigences éducatives et participatives. L’équipe charge alors la barque de l’éducatif et revient à une fonction coercitive de l’hébergement. C’est en effet très souvent sous le mode du rappel que le règlement apparaît dans les comptes-rendus de CVS du CHRS L’Olivier : les formules « pour rappel », « nous rappelons » sont fréquentes, de même que le rappel du « respect nécessaire entre résidents » ou du « respect des règles de la vie commune ». Ces documents formels instaurent le CVS comme une scène institutionnelle, autrement dit, une scène de socialisation à l’institution et à ses règles, qu’il s’agisse de rappeler les règles organisant les services (repas, ménage), au motif qu’elles sont peu ou mal suivies par certains résidents, ou encore d’énoncer une nouvelle règle :

« Nous avons mis à votre disposition au mois de juillet deux machines à café ainsi que deux bouilloires. Or ces appareils sont aujourd’hui hors service. Aussi, au vu de la mauvaise utilisation du matériel et de l’impact sur les budgets du site, nous avons pris la décision que le CHRS ne fournirait plus de café et de lessive aux personnes ayant des ressources. Pour les personnes n’ayant pas de ressource, nous vous fournirons au début de chaque mois café, thé ou chocolat et lessive pour tout le mois. Ces règles sont applicables à partir du samedi 9 novembre 2013. Nous allons rencontrer toutes les personnes n’ayant pas de ressource rapidement afin d’évaluer vos besoins » (Compte-rendu CVS octobre 2013).

23C’est ainsi qu’on rabat l’espace du CVS sur une autre scène, celle des avertissements, voire des sanctions. C’est bien qu’une confusion s’est subrepticement glissée, au fur et à mesure de la tenue des CVS, confusion que l’on pourrait situer entre le « participatif » et le « pédagogique », la mise en jeu de la politique et le travail éducatif.

24Ce que nous venons d’esquisser à propos de l’investissement des CVS comme rappel du cadre réglementaire introduit à un prolongement de l’action éducative au sein du CVS :

« La participation financière [PF] concerne tous les résidents qui ont des ressources. Elle est calculée en fonction des ressources de chacun. Nous rappelons qu’elle est obligatoire. La PF est aussi un outil de travail. Effectivement dans des démarches d’accès au logement, la PF révèle votre capacité à prendre en charge le paiement mensuel d’un loyer » (Compte-rendu CVS juillet 2013).

25Ce rappel est ici saisi par les professionnels comme un prétexte éducatif, celui d’un apprentissage qu’il y aurait à tirer d’une participation financière devenue outil de travail pour les résidents invités dans le cadre de ce CVS à interpréter la participation financière comme instrument de leur autonomisation. Un peu plus tard, au mois de novembre, les résidents portent la demande au CVS de prendre un abonnement Canal +. La direction refuse mais saisit à nouveau cet événement pour « faire réfléchir les résidents aux contraintes budgétaires », leur faire « appréhender sous un autre angle [financier] le fonctionnement de la structure ».

  • 12 La thèse de David Grand donne bien à voir combien ce sont ces petits détails qui fabriquent la qual (...)

26Mais la tension entre éducatif et participation trouve ailleurs un autre type de résolution, que nous souhaitons partager ici avec le lecteur. On sait que la possession des clés est une affaire sensible dans les institutions. C’est une affaire de sécurité, une affaire de pouvoir, mais en même temps posséder les clés de là où l’on habite contribue pour les résidents des centres d’hébergement à se sentir chez soi 12. Or, dans le CHRS picard, les résidents ont obtenu via leurs représentants au CVS les clefs du portail d’entrée, afin d’être en mesure d’aller et venir à toute heure de la nuit. Le sentiment de sécurité apparaît là comme un problème commun : la gardienne logée sur place n’a plus à faire sortir toute la nuit des personnes extérieures à l’établissement qui seraient venues s’installer dans la cour. Du côté des résidents, c’est la revendication de pouvoir circuler comme ils le souhaitaient qui a été entendue. Aux dires des résidents, cette « victoire » a donné une impulsion et une tonalité nouvelles au CVS et permet de comprendre l’investissement qu’ils ont aujourd’hui en son sein.

« Travailleuse sociale : Ils ont été très habiles. Ce n’est pas qu’une question de bonne volonté. Nous-mêmes on n’aurait pas fait un tel changement, mais pourtant les choses ont effectivement changé, ils ont été pris en compte. Ils ont dit : “c’est l’été, le soleil se couche tard, on voudrait se coucher plus tard, il y a des animations dans la ville. On voudrait avoir les clés pour pouvoir refermer dernière nous”. Ils avaient pris en compte la question de la sécurité, de l’hébergement des clandestins... Ils en ont fait une question partagée. Et l’été s’est passé nickel. Donc à la rentrée, ils nous ont dit : “pourquoi ne pas continuer ? ” Ils nous ont conduits à faire un test et à nous mettre devant notre incohérence. Sur quelque chose qui était complètement figé, les résidents ont eu une vraie action, par rapport à quelque chose que les résidents vivaient comme carcéral. C’est mieux aussi parce que maintenant la gardienne peut être tranquille chez elle. Les portes sont très lourdes ».
« Chef de service : On ne prendrait plus une décision sans en discuter avec les résidents : le règlement de l’établissement est travaillé avec les résidents. On ne ferait plus sans ». « C’est impensable pour nous qu’on pourrait modifier le règlement sans prendre le soin d’échanger avec les personnes accueillies ».
« Secrétaire : Les résidents ont explosé à un moment, ils ont dit qu’ils se sentaient comme des prisonniers. Mais maintenant les gens se sentent écoutés parce que ça a changé ».
« Chef de service : C’est ce qui fonde la richesse des échanges potentiels. Ça a rendu possible le fait de faire évoluer en commun le fonctionnement » (Extraits entretien collectif, CHRS Beauvais).

27L’épreuve pour les travailleurs sociaux a consisté ici à inverser le sens du travail éducatif, soit accepter de se laisser éduquer par les résidents. Il s’est agi pour eux dans un premier temps de tester la proposition des résidents en permettant à chacun d’être responsable, au même titre que l’équipe, de la sécurité de l’établissement pendant la nuit durant la période estivale. Le bilan positif étant fait à la fin de l’été, l’expérience a pu se prolonger et aujourd’hui chacun des résidents dispose des clés du portail. L’expérience des clés, c’est l’expérience de « vivre chez soi » en maîtrisant les ouvertures et les fermetures. Une responsabilité qui fait fonction d’appropriation. Son socle est la confiance partagée et distribuée à l’ensemble des usagers du site (professionnels et résidents). C’est ce qui fait dire au président du CVS : « maintenant, parce que ça a changé, les gens se sentent écoutés » ou, au cours d’une réunion de CVS suivante, c’est ce qui selon une résidente lui a donné la confiance nécessaire pour adresser par écrit une demande pour laquelle elle avait déjà reçu un avis négatif (concernant une aide financière). In fine, le climat de confiance entre résidents et professionnels a donné une crédibilité nouvelle au CVS puisque la transformation de l’hébergement s’est produite sur un aspect majeur du fonctionnement de la structure. La ligne de fuite qui se dégage ici, et qui contraste nettement avec le retour en force de l’éducatif via le rappel de la règle, c’est une participation au sens fort de prendre part, c’est-à-dire visant la transformation effective des institutions, des règles de vie commune, des conditions matérielles d’hébergement, des statuts des uns et des autres et des capacités à agir.

28Depuis l’histoire des clés, c’est cette définition de la participation qui s’impose au CHRS. Le regard des professionnels et des résidents est devenu plus aigu sur les limites auxquelles se heurte la participation : jusqu’à quel point est-il possible de faire évoluer les conditions d’hébergement dont certains résidents continuent à se plaindre (vétusté des logements, pannes régulières des appareils dans les parties communes) ? Le CHRS n’a pas les budgets. Et, au-delà de ces désagréments qui se poursuivent, d’autres contradictions plus graves subsistent, avec lesquelles résidents et professionnels doivent pourtant faire : le président du CVS est sans-papier, non régularisé depuis dix ans, alors même qu’il est régulièrement invité à parler devant des représentants de l’État lors de rencontres consacrées à l’hébergement social, en sa qualité « d’expert » de la participation dans les centres d’hébergement. Un autre élu du CVS, dans une situation similaire, a quant à lui démissionné. Face à ces contradictions institutionnelles, les professionnels comme les résidents restent là bien démunis.

Trouble dans les positions

29Nous voudrions, pour conclure, revenir sur les deux exemples qui ouvrent ce texte. D’abord celui de ce résident qui participe activement au fonctionnement du CHRS, qui prend en charge le collectif de résidents. Il incarne pourrait-on dire de sa propre initiative cette figure de pair-aidant nouvellement introduite en France dans le secteur sanitaire et social. Si l’équipe a eu le souci de reconnaître les compétences de Dominique Janvier, en lui déléguant l’organisation des anniversaires ou en prenant très au sérieux son idée d’« apéros » quotidiens, cette implication a cependant pu être perçue, à un moment donné par l’équipe, comme un peu trop envahissante, « à double tranchant », comme l’explique la chef de service : « Il y a des moments où on est vraiment contents qu’il soit là, quand les courses arrivent, par exemple, mais à d’autres moments ce n’est vraiment pas aidant, voire c’est insupportable parce qu’il ne laisse pas de place aux autres ». Au delà de la problématique spécifique de cette personne, il importe de voir là une occasion de se questionner sur ce que sont les « affaires » des résidents. Dans ce cas, il a finalement fait l’objet d’une « observation écrite » lui rappelant « sa place au CHRS », son « comportement inadapté par rapport à certains membres du personnel » « pensant bien faire, mais intrusif dans l’équipe », pour l’aider à « mieux comprendre où [il est] attend[u] » : soit dans l’organisation des anniversaires, des apéritifs, la réalisation des courses et des tâches ménagères. La lettre se termine par ces deux phrases : « Nous vous remercions de votre investissement pour faire vivre le service. Néanmoins vous devez réajuster votre positionnement afin de ne pas provoquer de dysfonctionnements structurels ». À de nombreux égards, M. Janvier peut sembler incarner la figure attendue du résident participant : il fait très souvent des gâteaux, il se soucie en permanence de la propreté de la cuisine et de l’état des réserves de nourriture, il organise tous les soirs des « apéros » pour tout le monde, s’enquiert de la santé des uns et des autres, il se rend volontiers au supermarché pour acheter en urgence une cafetière ou trouver le meilleur grille pain au meilleur prix, il participe activement aux CVS et autres réunions, il donne son avis sur tout... Or, du point de vue des professionnels, il « dépasse les bornes », non pas seulement lorsqu’il téléphone à la Police et à l’ARS pour signaler un moustique suspect, il le fait constamment : « voyez par exemple, il veut savoir quand est-ce qu’on prend nos vacances, pour pouvoir s’organiser, nous dit-il », ou alors il « répond au téléphone, et souvent les gens à l’autre bout du fil ne comprennent pas qu’il est résident ici », « avec les veilleurs intérimaires, ils les fait se reposer sur lui et très vite, il peut se retrouver aux commandes pendant les soirées ».

30Ces trois exemples nous intéressent en ce qu’ils contrastent avec le caractère exceptionnel de l’anecdote du moustique. Ce sont des situations équivoques où ni les travailleurs sociaux ni M. Janvier ne savent plus vraiment qui, des professionnels ou de ce résident, manque de discernement. Surtout, les légitimités vacillent : qui est légitime et qui ne l’est pas ? Car au souci bien compréhensible du résident de « s’organiser », de rendre service en décrochant le téléphone ou en épaulant le travail des veilleurs de nuit, répond l’impression tout aussi compréhensible qu’ont les travailleurs sociaux d’avoir à rendre des comptes à propos de leur vie privée, la crainte qu’il puisse y avoir méprise avec des partenaires extérieurs, que M. Janvier se trouve en position de diriger les veilleurs de nuit ou bien encore le risque qu’il ne laisse pas la place aux autres résidents pour s’investir dans la vie du lieu. Dans le cas de Monsieur Ebendé-Kilo, c’est une toute autre histoire. Il a été fortement poussé par les résidents et les salariés à devenir président du CVS, contre son gré nous dit-il, jusqu’à ce qu’il perçoive la nécessité de défendre les résidents :

« J’ai dit, bon je vais faire des choses, mais pas par rapport à l’État qui me fait de l’injustice [il est sans-papier non régularisé depuis dix ans], pas pour que l’État voie encore mon apport et comment les structures et administrations fonctionnent bien. Non, je vais le faire parce qu’il y en a d’autres qui sont dans la même situation que moi, des immigrés, et qui ne connaissent pas leurs droits. Ils ont des devoirs, mais ils ne connaissent pas leurs droits et comment les valoriser. Pour qu’ils voient qu’il y a des personnes en difficultés, immigrés comme eux, qui peuvent défendre leur cas. »

31Il s’est donc construit, soutenu par les salariés de la structure et ses pairs, une position de porte-parole. Position qu’ils ont ensemble perfectionnée par la mise en place de nombreux outils (petits questionnaires adressés aux résidents avant les réunions de CVS, appel systématique de tous les résidents pour recueillir leurs plaintes et leurs propositions). Ainsi lorsqu’il nous parle du cas d’un résident qui a fini par lâcher au téléphone qu’il trouvait son logement « invivable », l’on comprend que Monsieur Ebendé-Kilo ne lâchera pas non plus. Il en parle tout de suite à la référente de ce résident, qui était au courant, et porte l’affaire au CVS. Puis il suit l’affaire. Un diagnostic technique de l’ensemble des logements du CHRS finit par être programmé par la direction générale.

32Mais cet engagement, s’il peut être valorisé très souvent par l’équipe, n’est pas sans déstabiliser par ailleurs les professionnels. Monsieur Ebendé-Kilo rapporte ainsi des propos échangés lors d’une réunion rassemblant des salariés et représentants de CVS de plusieurs structures de la région :

« On n’aurait jamais pensé que ça pouvait créer des rivalités [...]. La chef de service de notre CHRS le disait aussi, que des fois les travailleurs sociaux lui disaient : je vous dis des choses depuis des mois et vous ne faites rien et quand le CVS le dit, là vous le faites. [...] Et vous avez vu les comptes-rendus, il y a des sujets qui se répètent, ça risque de mettre en cause le fonctionnement des services, alors même si le budget est limité, la chef de service peut faire remonter la situation à la direction et ils vont chercher des solutions. Ils ont toujours des possibilités. [...] On n’est pas là pour détruire, on fait un peu de bruit. [...] Mais peut-être que des fois les personnes accompagnées disent « oui, le CVS ils font mieux leur travail ». Là je comprends leur souci. Ils peuvent dire que le travailleur social, il est incompétent ».

  • 13 Ce rôle traditionnel du travailleur social a bien été identifié, voir notamment (Ion, 1990).

33La rivalité telle qu’elle est identifiée par le président du CVS s’exprime à deux niveaux. Tout d’abord, avec la loi 2002-2, les usagers ont la possibilité de se représenter eux-mêmes, de parler en leur propre nom, de s’adresser directement au chef de service ou encore à la Direction Générale, une situation qui vient troubler la position traditionnelle du travailleur social comme porte-parole, voire représentant des personnes qu’ils prennent en charge 13. Et il y a là un deuxième niveau de rivalité, qui se superpose au premier : et si l’intervention n’était pas exclusivement réservée aux professionnels ? Le CVS intervient pour améliorer les conditions d’hébergement, relayer des demandes d’aide financière ou, à l’image de Dominique Janvier, des résidents se font « pair-aidant » en prenant soin des autres résidents.

34Les histoires de M. Edenbé-Kilo et de M. Janvier, toutes singulières soient elles, ne sont pas des histoires isolées et atypiques. À circuler dans les CHRS et les autres institutions d’hébergement, on en rencontre une myriade qui, sans être similaires, nous invitent à des réflexions analogues. Car c’est bien toujours à ces zones de trouble que mènent les processus de participation dans les centres d’hébergement. Avec l’introduction des CVS et autres supports d’expression et de participation, la partition initiale fixée par la professionnalité des uns et la position de bénéficiaire des autres a perdu en chemin de sa clarté. La position des seconds migre progressivement vers celle des premiers, lesquels ne savent plus très bien où ils se situent maintenant et, surtout, comment ils doivent s’y prendre pour continuer à rester professionnels dans cette configuration changeante. Force est de constater que l’on rentre dans un champ nouveau de la professionnalité, qui n’a pas encore trouvé ses limites, ses bordures, on pénètre alors dans ces contrées floues où la dissymétrie des positions chavire et prend l’eau doucement.

Haut de page

Bibliographie

Blondiaux L. & J.-M. Fourniau (2011), « Un bilan des recherches sur la participation des publics en démocratie : beaucoup de bruits pour rien ? » Participations, n° 1, pp. 8-35.

Grac & Copsat (2015), « Quand des projets de ville durable sont mis à l’épreuve par des collectifs d’habitants », dans Mermet L. & D. Salles, Environnement : la concertation apprivoisée, contestée, dépassée ? Paris, Éditions De Boeck Supérieur.

Grand D. (2013), Aux bords du chez-soi, étude ethnographique des conditions de l’habiter précaire des hébergés, thèse de doctorat, Saint-Étienne, Université Jean Monnet.

Hennion A. (2004), La Passion musicale, Paris, Éditions Métailié.

Hennion A & P. Vidal-Naquet (2012), « Une ethnographie de la relation d’aide : de la ruse a la fiction, ou comment concilier protection et autonomie », Paris, Rapport de recherche pour la MIRE.

Hennion A & P. Vidal-Naquet (2014), « La contrainte est-elle compatible avec l’éthique du care ? Le cas de l’aide et du soin à domicile », Alter [dx.doi.org/10.1016/j.alter.2014.07.001].

Ion J. (1990), Le Travail social à l’épreuve du territoire, Toulouse, Éditions Privat.

Latour B. & P. Weibel (2005), Making Things Public. Atmospheres of Democracy, Cambridge, MIT Press.

Haut de page

Notes

1 http://anesm.sante.gouv.fr/IMG/pdf/reco_expression_participation_usagers.pdf, p. 12.

2 On citera à titre d’exemple la Conférence parlementaire du 5 décembre 2013 à l’Assemblée nationale intitulée « La citoyenneté, contribution du Travail social et des Formations sociales en France et en Europe » ou encore l’un des groupes de travail des États Généraux du Travail Social « Place des usagers », Rapport remis par Marcel Jaeger, février 2015.

3 Les enquêtes reposent sur des séries d’observations réalisées en 2014 et 2015 auprès des résidents et des professionnels (chefs de service, éducateurs, maîtresses de maison) de sept CHRS situés en région parisienne et en Picardie et ce, aussi bien dans les espaces de la vie quotidienne que de l’accompagnement social des résidents. Des entretiens ont également été réalisés ainsi que l’étude de documents produits par les CHRS concernant la participation.

4 Depuis avril 2010, les SIAO centralisent les demandes d’hébergement au niveau départemental et répartissent ensuite ces demandes dans les hébergements disponibles.

5 S’il est fait référence au guide des bonnes pratiques sur la participation et l’expression des usagers de dispositifs de l’ANESM par les professionnels, c’est essentiellement sous le mode d’une contrainte externe, voire d’une figure repoussoir du « prêt à l’emploi ».

6 Voir à ce sujet l’article du « Groupe Recherche Action » (GRAC) et de l’association COPSAT (2015).

7 Cet aspect a été à de nombreuses reprises relevé et mis en exergue par les recherches sur la participation, notamment sous le vocable de « tropisme procédural » (Blondiaux & Fourniau, 2011).

8 Les contrats d’hébergement et d’accompagnement sont signés tous les six mois pour être remis à la Direction départementale de la Cohésion sociale. Ils formalisent, d’un côté, les engagements du résident dans le cadre de son projet personnalisé (par exemple, recherche d’emploi et de logement, recouvrement de droits sociaux) et, de l’autre, les engagements du CHRS à fournir au résident la prise en charge adéquate.

9 La sociologie du goût construite par Antoine Hennion, qui insiste sur le caractère actif d’activités réputées passives (écouter de la musique ou goûter un vin), s’applique particulièrement bien à une sociologie de la relation d’aide en général (Hennion, 2004 ; Hennion & Vidal-Naquet, 2012, 2014) et, comme nous le proposons ici, à l’analyse de la participation dans les dispositifs sociaux et médico-sociaux.

10 Nous pensons ici à l’exposition « La chose publique : Atmosphères de la démocratie » réalisée par Bruno Latour et Peter Weibel au ZKM de Karlrushe suite à la publication de l’ouvrage Making things public. Atmospheres of democracy. La présentation de l’exposition indique en ce sens que « la vie publique n’est peut-être pas tant une question d’opinion et de position qu’une certaine façon de se relier aux choses – aux choses rendues publiques » (Latour & Weibel, 2005).

11 cf. Article L 311-17 de la loi.

12 La thèse de David Grand donne bien à voir combien ce sont ces petits détails qui fabriquent la qualité d’un chez-soi dans les institutions d’hébergement (Grand, 2013).

13 Ce rôle traditionnel du travailleur social a bien été identifié, voir notamment (Ion, 1990).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amandine Guilbert, Laetitia Overney et Rémi Eliçabe, « « Allô, ici c’est Dominique Janvier du CHRS L’Olivier » », SociologieS [En ligne], Dossiers, Relation d’aide et de soin et épreuves de professionnalité, mis en ligne le 16 juin 2016, consulté le 20 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/5397

Haut de page

Auteurs

Amandine Guilbert

Sociologue, chercheure au Groupe recherche action (GRAC) et au Centre Max-Weber, Lyon (France) - amandine.guilbert@free.fr

Laetitia Overney

Sociologue, chercheure au Groupe recherche action (GRAC) et à l’Institut parisien de recherche architecture, urbanistique et société (IPRAUS, UMR Ausser). Maître-assistante à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris Belleville (France) - laetitia.overney@paris-belleville.archi.fr

Rémi Eliçabe

Sociologue, chercheur au Groupe recherche action (GRAC) et au Centre Max-Weber, Lyon (France) - grac@cooprechercheaction.org

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page