Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSDossiers2016Espaces et transactions socialesDimitrovgrade : la naissance d'un...

2016
Espaces et transactions sociales

Dimitrovgrade : la naissance d'une ville socialiste en Bulgarie

Dimitrovgrade: the creation of a socialist town in Bulgaria
Iskra Dandolova

Résumés

Cet article analyse la naissance d’une ville nouvelle, Dimitrovgrade, en Bulgarie. Après la Deuxième Guerre mondiale, le pays vise à éliminer le capitalisme et à installer le communisme. Le but de l’URSS est de construire un bloc communiste en Europe de l’Est. Dimitrovgrade est un cas exemplaire des transformations urbaines provoquées par une révolution politique. Son plan devait exprimer la grandeur du communisme, sa composition architecturale devait suggérer et imposer la puissance du nouveau régime. Dans le contexte de l’époque, construire cette ville socialiste entraine une vive confrontation entre deux doctrines : le modernisme et le modèle stalinien. Les oppositions politiques internes se combinent avec de fortes influences soviétiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : une ville créée par décret

Figure 1 : Carte de la Bulgarie

Figure 1 : Carte de la Bulgarie

Source : Atlas de la Bulgarie, 2010

1Le 9 septembre 1944, l’Armée Rouge pénétra sur le territoire bulgare, ouvrant la période communiste de la Bulgarie, qui a duré 45 ans. L’accord de Yalta, signé en 1945 par Roosevelt, Churchill et Staline, plaça la Bulgarie sous l’influence géopolitique presque totale de l’URSS. Le début de cette période, marquée par la transition brutale du capitalisme au socialisme, est très chaotique. Le but est de démolir une réalité sociale héritée de la tradition et d’imposer brutalement un idéal communiste, avec l’espoir d’un monde meilleur et d’une Bulgarie reconstruite selon un nouveau modèle, avec des résultats qui s’imposeront dans un avenir pour le moins indéfini ! Pour arriver au communisme, il faut d’abord construire le socialisme. La ville socialiste contribue à cette évolution.

2Dans cette période dogmatique, les transformations dans l’architecture et l’urbanisme sont dictées par les dirigeants communistes et les institutions politiques du nouveau régime. Dans le cas de Dimitrovgrade, la relation entre les décisions politiques, le choix de l’image architecturale et de la disposition des espaces urbains relèvent clairement du registre de la transaction entre dirigeants politiques et professionnels de l’architecture (Remy, 2015).

3Cette métamorphose urbaine est littéralement liée à l’expérience soviétique. Le but est de créer un nouvel environnement urbain pour une nouvelle société qui embrasse le quotidien de l’homme nouveau, l’homme communiste universel. Dès 1944, cette politique se fonde sur l’image d’une « Périphérie » (les démocraties populaires) qui suit aveuglément l’exemple du « Centre » (Moscou), mais en l’adaptant aux conditions locales, de sorte que chaque pays d’Europe de l’Est développe sa déclinaison locale du communisme (Tasheva, 2010). En réalité, la ligne générale est de s’aligner sur l’URSS et de la copier, pour rattraper rapidement le retard dans la marche en avant vers un communisme qui doit devenir planétaire.

4Comment fonder ce modèle urbain à Dimitrovgrade, comment deviner l’identité du futur citoyen communiste qui reste à construire ? Comment concevoir l’environnement adéquat à cette image communiste virtuelle ? Ces questions énigmatiques se posent aux urbanistes et architectes bulgares en 1947, confrontés à une transformation radicale qui touche l’ensemble des secteurs politiques, économiques, sociaux et culturels en Bulgarie. Le décret pour la création de cette ville socialiste est pris en 1947, mais sa construction a pris des années. Entre 1944 et 1956, on distingue trois étapes qui influencent la construction de Dimitrovgrade et son image ; à chacune d’elles correspond un type de politique dans la vie d’un pays sous la tutelle de l’URSS dans tous les domaines :

51. Période de l’immédiat après-guerre (1944-1950) : transition idéologique et politique, nationalisation et collectivisation des biens, appropriation du modèle socio-économique soviétique, avec une certaine marge d’adaptation aux spécificités locales.

62. Période stalinienne (1950-1953) : renforcement du système politique stalinien, rapprochement rigide du modèle de l’URSS.

73. Période post-stalinienne (1953-1956) : Dénonciation du culte de la personnalité de Staline et de son entourage, ouverture aux critiques du stalinisme et des excès du développement « socialiste ».

  • 1 Guéorgui Dimitrov (1882-1949) est un important dirigeant du mouvement communiste national et intern (...)

8La volonté politique de construire une ville nouvelle, symbole de la nouvelle Bulgarie, s’exprime dès la fin de la guerre, en 1945. L’idée est de reproduire les pratiques urbaines de l’URSS. Ce nouveau modèle d’urbanisme est lié à l’industrialisation rapide et forte à l’échelle nationale. En 1946, le Parti communiste bulgare décide la construction d’une usine d’engrais chimiques dans la région de la Thrace. Une nouvelle agglomération en découle. Le 3 avril 1947, la décision est publiée dans le Protocole n°40 du Parti : cette nouvelle localité sera une réalisation exemplaire du nouveau régime et son nom est déjà suggéré : Dimitrovgrade, la ville de Dimitrov 1, une figure emblématique du communisme bulgare et mondial. La ville nouvelle socialiste lui sera dédiée. Le Conseil ministériel de la République populaire de Bulgarie du 2 septembre 1947 décide de la construction de la ville et arrête définitivement son nom.

9Le pays, très affaibli et à peine sorti de la guerre et du capitalisme, se reconstruit et se réforme ; un modèle nouveau d’urbanisme doit avoir valeur d’exemple et être porteur d’un message idéologique. Le pays doit témoigner de la capacité du régime à aménager et à s’approprier le territoire selon le nouveau modèle, établissant une organisation sociale nouvelle et fondant un idéal urbain socialiste qui passe par une planification soignée de l’espace et une nouvelle structuration urbaine :

Les objectifs de la ville socialiste
(Selon Le Manifeste du parti communiste)
1. Abolir les écarts dans la qualité de vie entre « le centre et la périphérie », la ville et la campagne (égalité de traitement, absence de hiérarchie des quartiers, droit général d’accès aux services).
2. Assurer le développement social et la prospérité nationale par l’essor économique, notamment industriel, dans le cadre d’une propriété publique des moyens de production.
3. Généraliser le collectivisme dans l’habitat et les modes de vie (développer la cohésion sociale par des communautés d’habitation mixtes ; disposer de lieux d’activités et d’expressions collectives).
4. Pérenniser le pouvoir des travailleurs (rapprocher les activités agricoles et industrielles, les ouvriers et les paysans, tendre vers l’autosuffisance).

10Ces principes sont, pour l’essentiel, énoncés dans Le Manifeste du parti communiste (Marx & Engels, 1848) ; ils ont été adoptés en URSS et ils doivent guider la réalisation de la ville nouvelle en Bulgarie. Mais la réalisation d’une ville traduit-elle fidèlement ces principes et dans quels délais ? Quelle est la part d’utopie et comment inscrire les principes théoriques dans la réalité du temps et de l’espace de la ville nouvelle ? La réponse reste aléatoire et floue dans les déclarations officielles.

  • 2 Henri Lefebvre (1961 et 1971) parle d’utopie « expérimentale », ou « réaliste ».

11L’idéologie des nouvelles classes dirigeantes et les aspirations de la population bulgare se confrontent très vite à la dure réalité. À la fin de la guerre, le travail et la nourriture manquent partout. Des vivres doivent être envoyés en URSS. La pénurie est accompagnée par une oppression idéologique forcée ; elle est difficile à comprendre et à accepter par la plupart des couches sociales. Le pouvoir s’efforce d’offrir aux citoyens l’espoir d’un monde meilleur, fondé sur le désir de reconstruire le pays selon les principes communistes : le changement des structures, un idéal de progrès et de développement social. Ce désir se prétend une promesse ferme et non une utopie irréelle, une perspective proche et réaliste 2 et non un futur hypothétique et lointain.

12L’introduction du communisme dans les pays de l’Est selon le modèle soviétique perturbe la vie sociale en Bulgarie. Le développement du socialisme en Union soviétique est passé par plusieurs étapes entre 1917 et 1945 (Kopp, 1967 et 1978). Il débute en Bulgarie près de trois décennies plus tard. Mais la transformation des pays d’Europe de l’Est, Bulgarie comprise, selon le modèle soviétique devait se réaliser avec les mêmes méthodes et aboutir aux mêmes résultats. L’impatience d’aller rapidement vers le communisme et d’atteindre le niveau d’industrialisation de l’URSS pousse les dirigeants communistes des pays d’Europe de l’Est à imposer ce modèle, pour extirper au plus vite le système capitaliste.

13La transformation concerne tous les secteurs économiques, sociaux, culturels et artistiques. La croissance urbaine en fait partie et elle influence incontestablement la qualité de la vie sociale. Les années 1944-1956 en Bulgarie portent la marque d’un grand dynamisme dans les transformations politiques, économiques, sociales et aussi urbaines. La vie va changer et la ville aussi. Dimitrovgrade sera ce nouveau modèle de ville en Bulgarie, qui incarne les orientations communistes.

  • 3 Ces orientations viennent de plusieurs sources : Henri Lefebvre et Anatole Kopp, divers ouvrages so (...)

Les orientations communistes 3 :

1. Aménager le travail (la production matérielle) : pour être productif et gratifiant, il s’effectue dans des usines vastes, propres, claires et adaptées, en rupture avec les sites industriels du capitalisme.

2. Aménager le logement (la reproduction humaine) : la vie familiale s’épanouit dans des logements ensoleillés et accueillants dans un environnement vert, aéré et paisible.

3. Aménager l’esprit (la production de l’esprit) : tous les citoyens, grands et petits, doivent accéder à l’éducation ; le développement humain et les talents artistiques sont nourris par des établissements culturels accueillants et accessibles : théâtres, bibliothèques, palais de la culture, musées et galeries.

4. Aménager le temps libre et la santé (la production humaine) : les deux sujets sont liés par les enjeux connexes du travail et du repos. Le corps des travailleurs se détend et s’épanouit dans des espaces verts, des terrains de sports, des jardins, des aires de jeux et d’activités, en lien direct avec la nature, l’eau et la végétation.

5. Aménager l’espace public et les communications (la production sociale) : des voies larges et rectilignes permettent de se déplacer vite et facilement ; des boulevards propres et pavés, des trottoirs lisses et couronnés par des bandes de verdure ; des arbres et un mobilier urbain élégants valorisent un espace public très programmé.

6. Aménager la gestion de proximité et l’encadrement social (la production sociale) : le Front patriotique, émanation du Parti qui couvre le territoire de ses antennes locales, encadre les activités bénévoles au service de la société ; à l’échelle supérieure, l’administration municipale gère la ville en relation étroite avec un parti communiste omniprésent.

  • 4 À cette époque, les pays d’Europe de l’Est se lancent dans la construction de villes nouvelles à pr (...)

14Dimitrovgrade devait incarner le rêve d’un collectivisme humaniste et d’une nouvelle société, harmonieusement insérée dans la nature et manifestation du progrès communiste. Des expressions architecturales et urbaines nouvelles devaient porter cet idéal et organiser les espaces, les moments et les fonctions d’une ville réelle. Ce projet est unique en Bulgarie et rare par son ampleur en Europe de l’Est 4.

Le concept urbain et le projet initial

  • 5 Lubène Tonev (1908-2001) termine en 1929 ses études d’architecture à l’École spéciale d’architectur (...)

15La volonté politique est particulièrement forte à l’origine. Elle exige une mise en œuvre du projet sans faille, dans des délais très courts. Mais comment s’y prendre ? Une telle commande est inconnue dans l’histoire du pays. La démarche impose une planification, puis une construction maîtrisée, alors que les compétences locales à une telle échelle sont rares. Faut-il faire appel au savoir-faire soviétique, au détriment de l’identité nationale ? Un projet aussi symbolique que le plan de Dimitrovgrade ne peut être confié qu’à une personnalité dont le parcours est conforme à l’idéal à promouvoir. Le choix des dirigeants se porte sur le seul urbaniste bulgare reconnu à cette époque, Lubène Tonev 5 ; il incarne les qualités demandées : en plus de ses compétences professionnelles, il est communiste, il a participé à la résistance contre le fascisme et il a été interné en camp de concentration. Il bénéficie d’une expérience reconnue dans le développement de Sofia et d’autres villes bulgares. C’est le candidat idéal.

16Le projet démarre de rien. Il n’existe pas encore de programme pour la construction d’usines, ni dans la future ville, ni dans la région ; il n’y a pas encore de projection sur les effectifs d’ouvriers nécessaires, ni de prévision du nombre d’habitants. Le territoire indiqué est approximatif. L’ordre du Comité central de Parti est politique et très court : faire le plan d’une ville socialiste ! Mais que signifie l’identité urbaine de la ville socialiste ?

17Le terrain choisi se situe dans la grande plaine de la Thrace, dans les méandres du fleuve, la Maritza. Les terres sont fertiles, l’agriculture prospère, l’exploitation du charbon assure une part importante de la production énergétique nationale. La population est répartie et ancrée depuis longtemps dans un réseau de villages, de bourgs et de villes moyennes. Trois villages se situent à proximité du terrain choisi : Rakovski, Mariyno et Chernokonevo. « Ici, sur ce terrain, la ville réelle manque, ici tout est virtuel et rêve » (B. Bojilov, grand poète bulgare contemporain, lors d’une visite de la future ville). Il existe un terrain, un concept « socialiste », une décision politique, mais rien de tangible. L’équipe d’urbanistes se confronte à la réalité du terrain en mobilisant les concepts urbains du modernisme, courant progressiste dominant chez les urbanistes européens.

Figure 2 : La plaine du fleuve Maritza,
En rouge les villages existants à proximité : Chernokonevo, Mariyno, Rakovski

Figure 2 : La plaine du fleuve Maritza, En rouge les villages existants à proximité : Chernokonevo, Mariyno, Rakovski

Sources : Velev, 1949 et Archives de la Ville de Dimitrovgrade, 1948.

18Le contexte économique du pays est troublé : la première étape de la planification économique a commencé depuis deux ans, elle a élaboré des plans quinquennaux destinés à reproduire le modèle soviétique et à assurer la mutation d’une Bulgarie agricole vers une économie industrielle. Dans la perspective d’une société communiste (Tonev, 1954), le socialisme en construction devait s’appuyer sur Dimitrovgrade comme la ville-symbole de l’héroïsme national et de l’industrie lourde ; la responsabilité de créer des repères pour cette réalisation était confiée aux urbanistes. Les délais sont urgents, les décisions très rapides et toujours politiques.

19La planification économique de la région commence à s’esquisser avec les ordres des dirigeants ; on prévoit quatre secteurs principaux : les mines de charbon, les engrais chimiques, une cimenterie et une puissante centrale électrique. Sous la pression de l'urgence politique, les chantiers des usines commencent avant 1947, anticipant sur la construction de la ville nouvelle. Dans un premier temps, des quartiers provisoires, éparpillés et chaotiques, mais à proximité des chantiers industriels, abritent la majeure partie des participants à cette immense initiative. Les villages voisins accueillent également des cadres et des ouvriers des chantiers. Sans tarder, le régime lance un appel national pour inviter les jeunes de tout le pays à venir construire la ville du futur et à y vivre ; mais rien ne permet de prévoir le nombre de ces migrants volontaires, ni leurs compétences, leurs activités et leurs modes de vie.

Le plan urbain « Tonev »

20Léquipe de Lubène Tonev devient responsable du projet d’urbanisme de Dimitrovgrade fin 1947. La commande et les directives gouvernementales sont de produire un plan urbain réalisable immédiatement. Ceci veut dire : sans étude préalable et dans la confusion, car il faut créer une ville au service d’une industrie lourde alors que, paradoxalement, cette industrie n’est ni précisée, ni clairement ordonnée. Il faut intégrer dans le projet d’urbanisme des équipements industriels approximatifs, alors que les chantiers des usines ont commencé et attendent les prescriptions d’urbanisme pour avancer, après des consultations technologiques avec des spécialistes soviétiques.

21Le plus grand défi est de construire entièrement une ville nouvelle et de satisfaire le fonctionnement et les besoins vitaux de milliers de personnes, en créant un nouvel environnement urbain pour de nouveaux habitants. Tous les enjeux de la projection d’une ville nouvelle sont présents : faire fonctionner simultanément tous les secteurs de la vie sociale. Toutes les fonctions urbaines doivent être pensées en interaction : se loger, se nourrir, s’entretenir, travailler, élever ses enfants, se former, se soigner, se reposer, administrer etc. Dans ce puzzle, la plus grande contrainte est la présence des travailleurs qui sont déjà sur place : comment envisager des logements et des services pour tous ceux qui réalisent le projet urbain, car la construction des usines est déjà en cours ? Cette présence devrait faire partie de l’ensemble général. Projeter, construire et habiter en même temps. Il n’existe aucune expérience de ce type dans le pays et de tels exemples en Europe sont rares (voir note 4).

  • 6 Sir Ebenezer Howard (1850-1928) est l’inventeur de la « Cité-jardin » (1898), une référence interna (...)
  • 7 En 1922, Le Corbusier et Pierre Jeanneret exposent le projet La ville contemporaine, qui représente (...)

22Les urbanistes autour de Lubène Tonev adoptent les principes urbains admis en Europe. Pendant l’entre-deux-guerres, plusieurs approches théoriques de l’urbanisme se sont développées : elles renvoient à deux conceptions opposées d’une organisation urbaine conforme au modernisme : la ville compacte et dense – typique des anciennes grandes villes, privilégiant le logement collectif en open planning – et la ville dispersée, verte et extensive, héritière lointaine de la cité jardin d’Ebenezer Howard 6. Ces modèles urbains s’expriment en Europe et aux Etats-Unis 7 et ils se confrontent à l’occasion de grands concours internationaux comme celui de la reconstruction de Moscou en 1931 (Jeleva-Martins, 2010). Dans ce contexte riche en contradictions, le choix des urbanistes se fonde sur le modèle moderniste de la ville dispersée, verte et extensive. Les éléments essentiels de la situation locale sont adaptés à cette approche urbaine.

23Pressés par les délais, Lubène Tonev et son équipe décident de suivre l’expérience européenne et de se fier à leur expérience professionnelle personnelle pour fixer les grandes lignes de la composition urbaine de la ville progressiste. Le cas de Dimitrovgrade leur suggère de s’appuyer sur le modèle de la ville dispersée. Ils s’inspirent des théories non seulement d’Ebenezer Howard (1898) amis aussi de Graham Romeyn Taylor (1915), ainsi que des villes-satellites dans la planification du Grand Londres (loi de 1946). Cette décision a de nombreux motifs : la Bulgarie est un pays agricole et les Bulgares sont habitués à produire leur nourriture et à vivre dans des petites localités. De plus, les défaillances dans l’alimentation de la population pendant les années de l’Après-guerre sont flagrantes, aggravées par les envois de produits agricoles en URSS. Le rapprochement des habitants de Dimitrovgrade avec la terre se justifie aussi par la tradition locale d’un habitat individuel avec potager et jardin, ce qui peut facilement justifier un développement du type cité-jardin socialiste, dans la mesure où l’autosuffisance est prônée par le régime. Cultiver ses fruits et légumes n’est pas incompatible avec le socialisme : un rapprochement entre les activités agricoles et industrielles fait partie des principes socialistes. Un autre argument a motivé le choix du modèle de la ville-satellite pour construire Dimitrovgrade : l’expérience de Lubène Tonev et de ses co-équipiers dans l’élaboration de cités-jardins (par exemple, Kiusténdile).

  • 8 L’équipe inclut les architectes : D. Sougarev, M. Leviev, A. Stoïchkov, Е. Zidarov.

« Nous avons prévu un chemin de fer et une gare au nord du centre-ville et rapportés en dehors pour ne pas traverser le noyau du centre urbain et déranger les activités des gens. Sur l’ancienne place devant la gare ferroviaire, il est prévu d’aménager le centre principal de la ville et de remplacer la ligne ferroviaire par un grand et large boulevard qui aboutira au grand centre industriel, protégé par une zone verte 8 » (Tonev, 1954).

24Il reste à planifier un centre urbain et un réseau de communications et de transports selon les principes modernes ; à prévoir les relations entre la ville et les chantiers, puis les sites industriels ; à concevoir les espaces de loisir et de verdure en s’appuyant sur le potentiel des méandres du fleuve et des sites naturels. Pour les dimensions de la ville, comme le nombre des futurs habitants est inconnu, Lubène Tonev se réfère aux préceptes de Tony Garnier et à son projet de cité industrielle idéale, librement inspiré de la région de Lyon, qui présente des points commun avec la région de Dimitrovgrade : proximité des mines et de l’industrie lourde. Tonev prévoit une population de 30 000 à 35 000 habitants, avec la possibilité d’un prolongement spatial et d’un développement démographique. Les principes de Tony Garnier servent aussi de référence pour le dimensionnement des voies et l’organisation du zonage.

25Le projet urbain de Dimitrovgrade se met en place et il est considéré comme précurseur, à la fois comme le résultat des nouvelles méthodes socialistes d’aménagement et de construction et comme l’expression d’une nouvelle politique de justice sociale. Malgré les contradictions du calendrier des chantiers, le régime diffuse un message optimiste : le rêve d’une planification programmée se réalise, conformément à ce qu’annonçait Le Manifeste du Parti communiste. Les journalistes sont dépêchés sur place pour décrire le « miracle » de la naissance du gigantesque chantier de l’industrie lourde en 1949 :

26« La première épreuve de cette nouvelle approche dans l’urbanisme planifié est la ville de Dimitrovgrade. […] Les édifices apparaîtront sans l’aspect chaotique qu’ils avaient dans le passé. Les maisons des ouvriers seront construites systématiquement sur les collines pour ne pas étouffer dans les quartiers insalubres comme hier. Les zones d’habitation et les zones industrielles seront clairement séparées. Les espaces verts et forestiers vont enrichir la ville nouvelle et relier les espaces urbains définis par leurs fonctions : centres de travail et zones d’habitation, des places pour se réunir et pour le commerce et les marchés, des lieux tranquilles pour se reposer et pour se détendre […].
Située le long du fleuve Maritza, entre les villages existants, la ville de Dimitrovgrade se dresse comme une ville composite. Le cœur de la ville, le noyau central, sera situé sur la rive droite, les quartiers d’habitation seront groupés dans des sites satellites sur la rive gauche et connectés aux différentes usines et centres de production. Une avenue large de 70 mètres, longue de 8,5 km et orientée ouest-est reliera les lieux de production aux zones d’habitation. Des deux côtés de l’avenue, les réseaux de communication et de transport se développeront : des rues et des allées bordées d’arbres. Des tramways transporteront les ouvriers vers les usines et les lieux de travail et les ramèneront vers leurs maisons, les jardins, les lieux de divertissement, de loisir et de culture. […] Les activités liées à la réalisation du plan directeur d’urbanisme sont en marche […].
La ville nouvelle s’élève méthodiquement dans les champs plats et nus, parmi les jardins et les prairies. […] Jour après jour les échafaudages montent et dessinent les contours de la future ville. Elle est encore dans l’esprit et les réflexions des architectes et des populations, mais bientôt elle grandira et prendra forme pour réaliser en chair et en os la ville rêvée. Les zones en construction, séparées pour le moment, se réuniront dans une unité grandiose, pour établir une ville nouvelle communiste : Dimitrovgrade » (Velev, 1949).

Figure 3 : Trois centres industriels et trois quartiers d’habitations satellites

Figure 3 : Trois centres industriels et trois quartiers d’habitations satellites

Source : Archives de la ville de Dimitrovgrade, 1949.

Le rejet du plan « Tonev »

  • 9 À cette époque, des goulags existaient en Bulgarie.

27Deux ans après l’adoption du plan et au début du chantier, un grand obstacle apparait et se diffuse par des rumeurs : le projet « Tonev » ne répondrait plus aux visées du régime stalinien, qui s’est renforcé et durci. Les rumeurs « anti-Tonev » circulent et s’accumulent. Lubène Tonev risque un châtiment politique grave 9. En Bulgarie et en URSS, des critiques se répandent dans la profession et concluent : « le plan général n’est pas conforme au modèle stalinien ». En 1950, le Conseil des Ministres bulgares annule sans explication le projet. Les critiques du projet Tonev sont exprimées plus tard dans les milieux professionnels, à l’occasion du second projet urbain de Dimitrovgrade : « le projet Tonev défend des rêves petit-bourgeois », il exprime « un idéal rétrograde de la propriété privée individuelle » et « n’exprime pas assez la grandeur de la construction communiste » (Tachev, 1951). Ce genre de critiques met l’équipe d’urbanistes en danger.

  • 10 Petar Tachev (1915-1995), a fait ses études d’architecture à Belgrade (ex-Yougoslavie), diplômé en (...)
  • 11 Dobrina Jeleva-Martins analyse cette polémique et les conceptions opposées de l’urbanisme et de l’a (...)

28En 1950 un deuxième architecte, Petar Tachev 10 est retenu par le pouvoir politique pour diriger le plan d’urbanisme. Il devient un disciple zélé de l’architecture stalinienne. Il est envoyé à Moscou pour se former au style que le « Centre » veut développer au sein de « l’empire stalinien ». Avant de présenter son propre concept, Petar Tachev publie en 1951 une critique radicale du plan de son prédécesseur 11. On devine dans cette démarche un double objectif : la volonté du pouvoir de diffuser sa doctrine politique en matière d’urbanisme par la voix de professionnels aux ordres ; d’autre part la tactique prudente de Petar Tachev : si son projet échoue, c’est parce qu’il hérite d’erreurs dont il n’est pas responsable.

La critique systématique du plan de Lubène Tonev par son successeur
1. « Le plan Tonev inclut des erreurs fatales et leurs points faibles ont imprégné la démarche initiale. Il aurait dû assurer un développement rapide, efficace, beau et bon marché de la construction d’une ville socialiste ».
2. « L’aspect artistique des immeubles d’habitation ne reflète pas la grandeur de l’époque de Dimitrov, les transformations considérables dans notre société. […] Ces immeubles ont un petit nombre d’étages, sans les aménagements nécessaires ; ils sont dispersés dans des petits îlots éloignés l’un de l’autre, avec une architecture pauvre, qui ne satisfait ni les constructeurs enthousiastes, ni les visiteurs de Dimitrovgrade, qui n’arrivent pas à sentir l’élan, la sagesse et la grandeur de la construction socialiste ».
3. « Le plan urbain de la ville a été élaboré sans étude préalable et les prescriptions comme les perspectives de développement semblent aléatoires et arbitraires, en ce qui concerne le caractère des immeubles, les hauteurs, les densités ».
4. « L’aménagement de la gare ferroviaire est prévu d’une manière abstraite, sans prévision du développement spatial industriel, sans lien avec les centres de production, ni prise en compte des vents dominants ».
5. « Les études géologiques, hydrologiques et autres n’ont pas été effectuées et il s’ensuit des constructions qui s’enfoncent, car érigées sur des terrains instables ».
6. « La perspective sur le quartier "Jeune armée" à partir de l’avenue principale n’est pas bonne, le quartier reste isolé, et ne profite pas assez de l’attrait "artistique" de la ville ».
7. « Les lieux d’habitation sont trop dispersés dans le système urbain de villes-satellites ; il en résulte des immeubles bas, chers à construire et à entretenir ».
8. « La densité de population est très basse : 93 personnes par hectare ; la densité des espaces bâtis est faible (jusqu’à 13%), c’est une occupation du sol qui rappelle le village traditionnel et fait référence à l’image et au rêve d’une petite maison avec son jardin privé. Cela a séduit les urbanistes précédents, mais ce rêve était trompeur : c’est un concept réactionnaire et absurde qui exprime un idéal petit bourgeois. Ce rêve ne doit pas sortir des têtes de ces architectes » !
9. « La grande place est très mal conçue. Elle doit représenter le pouvoir et doit être bordée par un bâtiment monumental. L’approche vers la place doit aussi donner lieu à une perspective monumentale » (Jeleva-Martins, 2010).

29Avant de donner lieu à une forme urbaine, la doxa du régime se met en place, via les critiques exprimées par Petar Tachev à l’encontre du plan Tonev : d’une part « la grandeur de l’époque de Dimitrov », « l’élan, la sagesse et la grandeur de la construction socialiste », « l’image grandiose de la ville-monument », d’autre part « des erreurs fatales », « un concept réactionnaire », « un idéal petit bourgeois », « des propositions démagogiques ». Pour l’équipe Tachev, la planification de Lubène Tonev, influencée par l’urbanisme des pays capitalistes, est inadaptée au monument historique que doit devenir la ville grandiose de Dimitrov. Le discours de Lubène Tonev sur la cité-jardin qu’il veut promouvoir n’est pas entendu, ou vidé de son contenu : il est référé à un socialisme municipal démagogique.

30Au-delà des arguments urbanistiques, l’enjeu est politique. Trois ans après la commande faite à Lubène Tonev et après une mise en route de son plan urbain, la situation politique dans le pays a changé. L’orientation idéologique du régime va vers un durcissement du stalinisme et un respect scrupuleux des consignes venant de Moscou. Alignés sur le contexte politique, les canons architecturaux évoluent. Petar Tachev revient de Moscou après avoir appris dans ce haut lieu le « bon style stalinien en architecture ». De retour, il fait un projet parfaitement conforme. Petar Tachev s’applique aussi à la réalisation des directives du cinquième congrès du Parti communiste bulgare « pour lutter contre le front idéologique capitaliste » : le nouveau plan de Dimitrovgrade porte l’esprit « du réalisme socialiste », notamment par la prescription de normes esthétiques :

« [La ville doit mettre en scène] des œuvres d’arts justes et réalistes, conçues par rapport à l’histoire et orientées strictement dans le bon sens du parti communiste, des œuvres inscrites dans la tradition classique et l’évolution de notre nation, compréhensibles par les masses populaires – en un mot, des œuvres socialistes par le contenu et nationales par la forme » (Principes du 5ème Congrès de 1949, Archives du Parti communiste bulgare, Sofia).

31L’architecture créée par le capitalisme est rejetée par principe, car « soumise aux goûts de la mode éphémère de la classe bourgeoise », tombée dans le tourbillon « des courants décadents, formels, constructivistes et étrangers ». Les architectes et professionnels formés dans les pays décadents de l’Ouest, doivent « se réorienter et se requalifier pour se débarrasser de l’idéologie capitaliste ». Le 5ème Congrès du Parti Communiste bulgare affirme des positions très strictes devant « la nécessité de lutter systématiquement contre le modernisme et le formalisme, contre toute posture humiliante devant l’art contemporain de l’esprit bourgeois de l’Ouest de l’Europe ». Cette évolution idéologique et culturelle venue du « centre » explique les critiques du plan Tonev, exprimées par Petar Tachev, porte-parole de l’idéologie au pouvoir pour l’architecture et l’urbanisme.

Le projet « Tachev » marqué par l’influence de Moscou

32Le plan Tachev remanie complètement le plan Tonev, qui a déjà un début de réalisation : 230 immeubles dhabitations et 1200 logements ont été construits en une seule année, selon les directives du plan d’urbanisme Tonev. En 1953, la ville compte déjà 5 000 logements, 31 kilomètres de rues, 5 000 mètres carrés de trottoirs ; le pont sur la Maritza est construit pour réunir les deux rives, les jardins et les parcs urbains couvrent 120 hectares.

  • 12 Le culte de la personnalité était une constante dans les pays socialistes ; il s’exprimait aussi pa (...)

33Petar Tachev vise la construction d’un centre urbain monumental, une forte densité de population par hectare et il adopte le vocabulaire esthétique de « l’architecture stalinienne ». Dans ce style, priment la grandeur, la hauteur, l’exaltation de la puissance, la monumentalité, la symétrie et les détails du décor reproduisant des symboles strictement codifiés : tours immenses, flèches pointant le ciel, sculptures gigantesques des dirigeants politiques etc. 12 « Cette architecture stalinienne est étrangement semblable à celle qu’Albert Speer édifiera pour servir de cadre aux fastes du 3ème Reich » (Kopp, 1971, p. 196) ».

Figure 4 : Le plan du centre de Dimitrovgrade d’après le projet Tachev

Figure 4 : Le plan du centre de Dimitrovgrade d’après le projet Tachev

Source : Archives de la Ville de Dimitrovgrade

34Pour le centre de Dimitrovgrade et sa grande place, Petar Tachev s’appuie sur l’expérience de Moscou, plus précisément sur le concours pour le Palais du Centre-Sohiuze, appelé à devenir le cœur de la « Nouvelle Moscou ». Ce projet, commencé en 1931, a été retravaillé jusqu’en 1950, sans jamais aboutir réellement. Pour la mairie de Dimitrovgrade, Petar Tachev s’inspire de l’hôtel « Léningrade » à Moscou, influencé par les principes staliniens : « La langue, comme outil de communication, se présente en même temps comme une arme pour la lutte et le développement de la société » (Staline, Pravda, 20.06.1950).

  • 13 D’après les archives de D. Hmelnitzki, architecte, historien et journaliste russe. Elles renferment (...)

35Le langage architectural est lui aussi un support de propagande et il est utilisé comme outil rhétorique. Staline surveille personnellement le déroulement du projet et effectue un contrôle total, jusqu’à imposer ses idées personnelles dans l’aspect architectural du bâtiment 13. Le projet du Palais véhicule le message « impérial » du « centre », référence en matière de style communiste (Tacheva, 2010). Son graphisme architectural compose les éléments de base du style stalinien.

  • 14 Musée national de l’architecture à Moscou « А.V. Chtussev » http://www.muar.ru

36Le Corbusier est invité à prendre part à ce concours et, après le CIAM (Congrès international d’architecture moderne) en 1931, il organise le suivant à Moscou. Mais son projet est rejeté. Jusque-là, en URSS, l’architecture était considérée comme une référence internationale en matière de modernisme, de progrès et d’innovation (Kopp, 1967) – indépendante du style stalinien 14. Les projets primés sont soit des références à des bâtiments historiques (par exemple, le projet de V. Chtouko est la réplique d’un archétype de la Renaissance : le Palais des Doges à Venise), soit des éléments néoclassiques dans lesquels dominent des compositions massives, monumentales, solennelles, avec des formes décoratives.

  • 15 L’URSS offre à la Pologne le fameux Palais de la Culture de Varsovie.

37L’architecte russe Yofman gagne le concours du Centre-Sohiuze et il travaille sur ce bâtiment jusqu’à la fin de la guerre en 1945. La version finale est surchargée de détails, caractéristiques du style monumental stalinien : elle prend la forme d’un temple couronné par la statue gigantesque de Lénine, à plus de 100 mètres de hauteur. Ce projet est connu dans le monde entier et, malgré les critiques des architectes occidentaux, il devient le maître-étalon de l’architecture en URSS et dans la périphérie du bloc de l’Est, Bulgarie comprise 15. Ce projet reflète la nouvelle mission de l’urbanisme et de l’architecture socialistes : créer un nouvel environnement pour une société nouvelle. Sur le plan formel, les caractères récurrents sont la grande échelle, l’ouverture en hauteur de l’espace, la domination du bâti sur les espaces ouverts, des bâtiments grandioses, aux références antiques, la symétrie des plans et des façades, des décorations sculptées et en relief sur les façades et dans les intérieurs, un ordre architectural néoclassique, une profusion de symboles visuels du régime socialiste, des portraits et des monuments des héros et des personnages illustres.

38Le projet de Petar Tachev adopte ce style stalinien, prolongé par des espaces ouverts et un tissu urbain comprenant des axes droits, hiérarchisés et centralisés, sur le modèle soviétique. L’accent est mis sur le centre pompeux de la ville. Fidèle à son « grand frère » de Moscou, Petar Tachev conçoit un projet grandiose pour le Palais de la mairie sur la grande place centrale, qui fait référence au Centre-Sohiuze de Yofman, qui restera pourtant à l’état de projet. Autre exemple emblématique de l’architecture de Petar Tachev : le théâtre de Dimitrovgrade, qui ne sera pas réalisé ; le bâtiment est néoclassique, avec le même traitement de la façade : une composition symétrique et solennelle.

Figure 5 : Le Palais du Centre-Sohiuse de Yofman

Figure 5 : Le Palais du Centre-Sohiuse de Yofman

Sources : Archives du Musée Historique de Dimitrovgrad et Histoire mondiale de l’architecture, vol. 12.

Figure 6 : L’hôtel « Léningrade », Moscou, URSS, 1953.

Figure 6 : L’hôtel « Léningrade », Moscou, URSS, 1953.

Source : Architectura, 2010, n°5.

Figure 7 : L’image du plan de Dimitrovgrade : la place centrale, la mairie imitant l’hôtel « Léningrade » (projet de Tachev).

Figure 7 : L’image du plan de Dimitrovgrade : la place centrale, la mairie imitant l’hôtel « Léningrade » (projet de Tachev).

Source : Architectura, 2010, n°5.

Figure 8 : Le projet de théâtre pour Dimitrovgrad, P. Tachev.

Figure 8 : Le projet de théâtre pour Dimitrovgrad, P. Tachev.

Source : Archives du Musée Historique de la ville de Dimitrovgrad et Histoire mondiale de l’architecture, vol. 12.

  • 16 « Le principe est simple : sur les collines nous posons des bâtiments hauts et sur les terrains bas (...)

39L’architecture stalinienne exalte la puissance du régime à travers ses codes esthétiques, d’autant plus symboliques qu’ils concernent des bâtiments aux fonctions spécifiques, destinés à des activités publiques, collectives et laïques : palais des mairies populaires, palais des jeunes, palais des pionniers, siège du Parti communiste (dans chaque grande ville), institutions sociales, commissariats populaires, comités du pouvoir populaire ou du front patriotique, maisons de la culture destinées aux activités de formation et aux manifestations culturelles à destination des masses, etc. Ces bâtiments s’inspirent des mêmes principes dans le traitement des façades et l’échelle surdimensionnée. Leur visibilité dans le paysage urbain est renforcée par le zonage et l’organisation des axes de communication : avenues monumentales, ponctuées d’immenses places et d’espaces ouverts à perte de vue, jouant avec la topographie comme facteur d’organisation du paysage 16. Le plan urbain « Tachev » se met en marche.

Dimitrovgrade comme modèle de ville socialiste

40Les jeunes bulgares ont répondu massivement à l’appel du Parti communiste pour construire la ville nouvelle et socialiste. 50 000 jeunes travailleurs de toute la Bulgarie viennent travailler sur les chantiers des usines et de la ville. La plupart d’entre eux deviennent peu à peu des citoyens permanents de la ville. La situation dans le pays est alors difficile : beaucoup de gens sont sans travail, ils sont expropriés de leurs terres et la famine les menace, en particulier dans les campagnes ; ils émigrent vers les villes et les nouveaux sites industriels. Sur le chantier de Dimitrovgrade, les travailleurs sont bénévoles, mais nourris, logés et entourés d’autres jeunes gens pris en charge par l’État. Ils sont venus nombreux pour construire leur avenir et en cinq ans les bases de la nouvelle ville sont édifiées.

41En 1952, 118 000 arbres sont plantés. Le réseau d’eau potable compte 32 kilomètres de canalisations et autant pour l’assainissement, avec deux stations d’épuration ; les équipements incluent 21 bibliothèques et un théâtre. Le plan général de la ville nouvelle et socialiste de Dimitrovgrade devient réel et concret, mais hybride : il s’inspire de deux conceptions urbaines opposées. La première est influencée par le modernisme occidental et elle combine la cité-jardin, les principes du CIAM et de la Charte d’Athènes ; elle a été défendue par Lubène Tonev. La seconde référence est portée par Petar Tachev : l’urbanisme soviétique, dans le style « empire stalinien ». Comme Petar Tachev n’a pu faire disparaitre l’œuvre de son prédécesseur, il y a des transactions contraintes entre deux conceptions radicalement opposées de l’urbanisme socialiste. Du point de vue social, Dimitrovgrade devient une ville socialiste par plusieurs aspects : propriété, économie, organisation politique, services urbains, idéologie proclamée etc. Dans l’espace urbain, cette ville socialiste exprime les particularités idéologiques qui dessinent son environnement unique.

Les valeurs sociales du socialisme soviétiques incarnées à Dimitrovgrade
1. Un manifeste architectural et urbain inspiré par les valeurs d’égalité et de prospérité, dans une perspective avant-gardiste. Il nexiste pas d’autre ville en Bulgarie qui porte les traits de cette période unique, au cours de laquelle une nouvelle approche de la planification des villes est alimentée par des nouveaux concepts dans l’organisation de la vie sociale d’une grande communauté, d’une société. Dimitrovgrade reste lunique exemple en Bulgarie d’un urbanisme tendu par la volonté « d’un idéal social, d’une société meilleure ».
2. Dimitrovgrade porte des valeurs uniques, en raison du peu de projets de ville idéale socialiste qui ont été réalisés. Il est rare réaliser un projet de cette ampleur en quelques années.
3. Dimitrovgrade se caractérise par une harmonie hors du commun. Lidée urbaine concilie des principes opposés et elle concerne tous les secteurs de l’activité sociale ; elle est pourtant devenue un ensemble urbain porteur d’une charge émotionnelle, comme dans d’autres villes-manifestes.
4. L’idéal de Dimitrovgrade reste un symbole de son époque en Bulgarie, avec son passé socialiste en marche vers le communisme. Ce passé était plein d’enthousiasme et d’espoir pour l’amélioration de la vie de tous. Ces rêves, ou ces illusions, sont spécifiques à cette histoire ; ils restent précieux pour la société, sa culture et sa mémoire. Comme les monuments et la ville concrète, ces espoirs, qu’ils aient été fondés ou non, font partie du patrimoine et ils imprègnent jusqu’aux pierres.

Dimitrovgrade : les valeurs d’une ville socialiste après 1989

42Un plan durbanisme d’ensemble pour une ville nouvelle était une démarche inconnue dans la théorie comme dans la pratique en Bulgarie, avant lapparition de Dimitrovgrade. Les urbanistes professionnels faisaient leurs premiers pas et l’activité était embryonnaire à cette époque. Dimitrovgrade représente à ce titre un tour de force, un monument national de lurbanisme à sauvegarder. Le projet urbain, dans ses deux versions, est une œuvre majeure des architectes et des urbanistes dirigés par Lubène Tonev et Petar Tachev, malgré leurs divergences.

43Dimitrovgrade est une ville qui rompt avec l’utopie de l’image virtuelle en la réalisant dans l’urbain, attestant de la capacité d’une décision idéologique et politique de réaliser une ville-manifeste. L’apparition d’une ville nouvelle est le fruit de l’ambition des dirigeants, dont l’objectif, qui confine à une mission sacrée, est d’immortaliser pour les siècles futurs l’espace et le lieu de vie d’une société, dans la pierre et le monument. À Dimitrovgrade, le but est de construire, par et avec la ville, un nouveau régime social, plus juste, plus humain, immortalisant l’idéal communiste. La ville est réalisée, mais que reste-t-il de l’idéal ? La réponse à cette question exigerait une étude approfondie des expériences de la ville socialiste, jusqu’à la chute du Mur de Berlin en 1989 et au-delà.

44La naissance de cette ville, telle qu’elle est ici reconstituée, est le produit des débats tourmentés entre les urbanistes successifs, sur sa représentation architecturale et sa construction. Leurs approches et leurs choix pour le plan urbain de la ville socialiste sont guidés par leur culture professionnelle. Leur idéal urbain se fonde sur des principes presque identiques. Mais ils en tirent des représentations et des images architecturales opposées.

45Lubène Tonev privilégie les caractères spécifiques de la région, ainsi que le mode de vie la population locale et son appropriation des territoires. Tout en les adaptant au mieux, il s’inspire des principes en vigueur chez les professionnels de l’époque, fondés sur la pensée d’avant-garde démocratique européenne. Le bien-être de la population est son objectif majeur, selon sa vision des principes socialistes.

46Petar Tachev défend aussi des idées socialistes, mais son image de la ville est celle des classes dirigeantes staliniennes – bulgares et soviétiques. Ces dirigeants ne sont pas des professionnels de l’urbanisme, mais ils sont très puissants et influents. Pour Petar Tachev, l’urbanisme et l’architecture sont soumis à la culture et aux intentions du pouvoir. Il les reprend et il les réalise. Par son langage, l’image de la ville exprime l’idéologie dominante. À Dimitrovgrade, le régime en place a défini le concept urbain et l’architecture de la ville.

47Les formes et les espaces urbains, les monuments, le bâti font partie de la dynamique des mouvements architecturaux de la période d’émergence de la ville socialiste. Moderniste et progressiste au début, confiée à des professionnels, elle se transforme ensuite pour s’adapter aux visions du « centre », Moscou.

48Les mouvements politiques et institutionnels dans la Bulgarie communiste de limmédiat après-guerre reproduisent les événements en URSS. Un « Comité de la science, de l’art et de la culture » est créé en Bulgarie en 1948, avec pour président le premier secrétaire du Comité central du Parti communiste et Premier ministre du pays : Valko Tchervenkov. Dans son discours du 28 janvier 1949, il expose devant les écrivains une logique qui s’applique autant à l’urbanisme et à l’architecture qu’à la littérature :

« Si le Comité central du Parti communiste décide la politique dans tous les domaines de la vie sociale, pourquoi ne pas la définir dans le domaine de la littérature ? [...] Nous attendons beaucoup de lUnion des écrivains, leur importance dans l’éducation du peuple est très grande, cest la raison pour laquelle le Comité central du Parti et le gouvernement doivent guider de très près leurs activités » (Archives du Parti communiste bulgare, 1949).

49Sur la totalité de la période étudiée, on passe d’un urbanisme ouvert au compromis et à la transaction à un urbanisme autoritaire, dans lequel la transaction est marginale. Mais cette période de repli et de fermeture est finalement assez brève :

« En novembre 1954, Nikita Khrouchtchev marque le point de rupture avec l’architecture stalinienne giganto-classique qui avait régné sans partage depuis 1930. [...] On ne verra plus des architectes tremblants allant parfois, au petit matin, présenter leurs projets au Maître du Kremlin qui, d’un crayon négligent, en rectifiera parfois les flèches pseudo-gothiques » (Kopp, 1961, pp. 195-197).

50Le changement à Moscou ne tarde pas à se reproduire dans les pays de l’Est, Bulgarie comprise. L’approche politique dans les questions urbaines et architecturales reste ; mais les ordres et les avis s’assouplissent et les professionnels de l’urbanisme s’autonomisent.

51Dimitrovgrade reste le monument du culte stalinien de la personnalité en Bulgarie, dans la phase flamboyante de cette époque. La ville est un témoignage de l’histoire politique et de son influence culturelle dans le pays, porteuse des symboles matériels d’un idéal de l’histoire urbaine et architecturale, nationale et internationale, exprimé à travers des utopies politiques. La chute du mur de Berlin et le bouleversement dans les pays de l’Est après 1989, notamment en Bulgarie, tournent une page dans l’existence de la ville de Dimitrovgrade. Comme dans tout le pays, la ville subit des transformations considérables. L’architecture et l’urbanisme de la période communiste sont mis en péril, dans l’euphorie de la destruction des réalisations d’un passé révolu. Les dégâts risquaient d’annihiler les qualités qui portaient les valeurs historiques de l’environnement urbain et de l’esprit architectural de la ville. Mais la ville existe encore et provoque débats et prises de position.

« [Au cours de cette étude], nous avons découvert une identité urbaine propre aux habitants de Dimitrovgrade. Le noyau de cette population est composé par les jeunes volontaires venus en 1948-50 pour réaliser un rêve, construire une nouvelle vie, une nouvelle ville. Ils étaient porteurs d’un élan différent du reste de la population du pays. Ils sont restés sur place et ils ont vieilli. Mais ils gardent encore ce rêve de solidarité et ils l’ont transmis à leurs enfants et aux nouvelles générations ; elles gardent encore l’esprit initial des pionniers. La solidarité et le sens de la communauté chez eux s’expriment beaucoup plus fort que dans le reste des communautés urbaines du pays. Il faudrait poursuivre l’étude sur la ville de Dimitrovgrade après la période stalinienne, pour comprendre le fonctionnement actuel de ce fleuron illustre de la période socialiste » (Dandolova, 2010).

  • 17 Je remercie Jean-Michel Deleuil, urbaniste, qui m'a incitée à raconter la naissance de Dimitrovgrad

52En 2009, après un concours national ouvert à tous les citoyens sur les plus grandes réalisations du socialisme bulgare, la ville a remporté la première place. Peu après, Dimitrovgrade a été classée en 2010 « monument historique » d’architecture et d’urbanisme par les institutions nationales. Elle devient objet de conservation et de restauration pour transmettre son message urbain et architectural aux générations futures ; elle rappelle aussi l’époque communiste qui lui a donné naissance, son idéal humaniste et sa réalité totalitaire 17.

Figure 9 : Le plan de la ville de Dimitrovgrade en 1982, avec les anciens quartiers

Figure 9 : Le plan de la ville de Dimitrovgrade en 1982, avec les anciens quartiers
Haut de page

Bibliographie

Source : Atlas touristique de la Bulgarie, 1990, p. 61.

Atlas touristique de la Bulgarie (1990), 4ème édition (Cartographie de 1982).

Dandolova I. (2010), « Dimitrovgrade : idéal et réalité », Architectura, n° 5, pp. 30-32 (en bulgare).

Howard E. (1998 [1898]), Les Cités-jardins de demain, Paris, Éditions Sens & Tonka.

Jeleva-Martins D. (2010), « Dimitrovgrade : idées et interprétations », Architectura, n° 5, p. 33-36 (en bulgare).

Kopp A. (1967), Ville et révolution. Architecture et urbanisme soviétiques des années vingt, Paris, Éditions Anthropos.

Kopp A. (1971), « Nikita Khrouchtchev et l’architecture », Espaces et Sociétés, n° 4, pp. 195-197.

Kopp A. (1978), L’Architecture de la période stalinienne, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Lefebvre H. (1961), « Utopie expérimentale : pour un nouvel urbanisme », Revue française de sociologie, vol. 2, n° 3, pp. 191-198, [En ligne] http://www.persee.fr/doc/rfsoc_0035-2969_1961_num_2_3_5943

Lefebvre H. (1971), « Engels et l’utopie », Espaces et sociétés, n° 4, pp. 3-9, [En ligne] www.espacesetsocietes.msh-paris.fr/

Remy J. (2015), L’Espace, un objet central de la sociologie, Toulouse, Éditions Érès.

Slavov L. (1987), Chronologie d’une jeunesse. Dimitrovgrade, Sofia, Narodna mladeje (en bulgare).

Staline J. (1950), « Marxisme et questions de la science du langage », Moscou, Pravda, 20 juin (en russe).

Tachev P. (1951), « Le nouveau plan urbain de Dimitrovgrade », Architecture et construction, n° 2, p. 12 (en bulgare).

Tasheva S. (2010), « L’idée architecturale de Dimitrovgrade et sa visualisation », Architectura, n° 5, pp. 44-46 (en bulgare).

Taylor G. R. (1915), Satellite Cities. A Study of Industrial Suburbs, New York and London, D. Appleton and Company Editors.

Tonev L. (dir.) (1954), L’architecture en Bulgarie après le 9 septembre 1944, Sofia, Académie bulgare des sciences (en bulgare).

Tonev L. (1962), L’Architecture en Bulgarie 1944-1960, Sofia, Académie bulgare des sciences, p. 30 (en bulgare).

Velev V. (1949), Dimitrovgrade, Sofia, Narodna prosveta (en bulgare).

Velev V. (1957), Dimitrovgrade : présentation géographique et économique, Sofia, Nauka i izkustvo (en bulgare).

Haut de page

Notes

1 Guéorgui Dimitrov (1882-1949) est un important dirigeant du mouvement communiste national et international. Arrêté en 1933 en Allemagne nazie, il a été accusé d’avoir organisé l’incendie du Reichstag, puis acquitté. Il exerce en URSS les fonctions de Secrétaire général du Comité exécutif de l’Internationale communiste de 1935 à 1943 (Komintern). En 1945, il forme en Bulgarie le gouvernement du Front de la Patrie, un régime de démocratie populaire ; il a été Président du Conseil de 1946 jusqu'à sa mort, en 1949.

2 Henri Lefebvre (1961 et 1971) parle d’utopie « expérimentale », ou « réaliste ».

3 Ces orientations viennent de plusieurs sources : Henri Lefebvre et Anatole Kopp, divers ouvrages soviétiques et bulgares ; surtout l’expérience de l’auteure – témoin et participante de la vie en Bulgarie dans cette période.

4 À cette époque, les pays d’Europe de l’Est se lancent dans la construction de villes nouvelles à proximité des centres de l’industrie lourde : Nowa Huta en Pologne, Kazincbarcika en Hongrie, Eisenhüttenstadt en ex-Allemagne de l’Est, etc. Toutes participent au modèle de la ville soviétique, mais sans être porteuses d’enjeux symboliques aussi forts qu’à Dimitrovgrade.

5 Lubène Tonev (1908-2001) termine en 1929 ses études d’architecture à l’École spéciale d’architecture (ESA), avec Jean Royer et Auguste Perret. Il est diplômé de l’Institut d’urbanisme de Paris en 1930 et il travaille dans l’agence d’Adolphe Derveau, Président de l’Union des urbanistes en France, puis dans l’agence d’Henri Prost. En 1931/32 il travaille comme architecte-urbaniste en Algérie et en 1933 il rentre en Bulgarie comme urbaniste de la municipalité de Sofia. Il est fondateur de l’urbanisme en Bulgarie, membre d’honneur de l’Académie française d’architecture.

6 Sir Ebenezer Howard (1850-1928) est l’inventeur de la « Cité-jardin » (1898), une référence internationale en matière de ville verte, étendue et dispersée.

7 En 1922, Le Corbusier et Pierre Jeanneret exposent le projet La ville contemporaine, qui représente 24 gratte-ciel avec une densité de 3 000 habitants par hectare et, en 1925, ils présentent à Paris le Plan Voisin, bien connu. À la même époque, à Moscou, l’architecte russe Chestakov propose un projet pour l’accroissement de la ville de Moscou avec un vaste centre et 26 villes satellites.

8 L’équipe inclut les architectes : D. Sougarev, M. Leviev, A. Stoïchkov, Е. Zidarov.

9 À cette époque, des goulags existaient en Bulgarie.

10 Petar Tachev (1915-1995), a fait ses études d’architecture à Belgrade (ex-Yougoslavie), diplômé en 1940.

11 Dobrina Jeleva-Martins analyse cette polémique et les conceptions opposées de l’urbanisme et de l’architecture (Jeleva-Martins, 2010).

12 Le culte de la personnalité était une constante dans les pays socialistes ; il s’exprimait aussi par les statues de Marx, Engels, Lénine, Staline et des dirigeants communistes locaux.

13 D’après les archives de D. Hmelnitzki, architecte, historien et journaliste russe. Elles renferment de nombreux documents sur Staline et l’architecture : lettres, décrets, correspondances.

14 Musée national de l’architecture à Moscou « А.V. Chtussev » http://www.muar.ru

15 L’URSS offre à la Pologne le fameux Palais de la Culture de Varsovie.

16 « Le principe est simple : sur les collines nous posons des bâtiments hauts et sur les terrains bas, des immeubles bas » (A. Dovjenko, au premier conseil des architectes ukrainiens, 1937, in A. Voznitzki, L’hôtel Ukraine : http://www.archunion.com.ua/history/history_008.shtml

17 Je remercie Jean-Michel Deleuil, urbaniste, qui m'a incitée à raconter la naissance de Dimitrovgrade

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte de la Bulgarie
Légende Source : Atlas de la Bulgarie, 2010
URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/5427/img-1.png
Fichier image/png, 101k
Titre Figure 2 : La plaine du fleuve Maritza, En rouge les villages existants à proximité : Chernokonevo, Mariyno, Rakovski
Légende Sources : Velev, 1949 et Archives de la Ville de Dimitrovgrade, 1948.
URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/5427/img-2.png
Fichier image/png, 281k
Titre Figure 3 : Trois centres industriels et trois quartiers d’habitations satellites
Légende Source : Archives de la ville de Dimitrovgrade, 1949.
URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/5427/img-3.png
Fichier image/png, 274k
Titre Figure 4 : Le plan du centre de Dimitrovgrade d’après le projet Tachev
Légende Source : Archives de la Ville de Dimitrovgrade
URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/5427/img-4.png
Fichier image/png, 263k
Titre Figure 5 : Le Palais du Centre-Sohiuse de Yofman
Légende Sources : Archives du Musée Historique de Dimitrovgrad et Histoire mondiale de l’architecture, vol. 12.
URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/5427/img-5.png
Fichier image/png, 255k
Titre Figure 6 : L’hôtel « Léningrade », Moscou, URSS, 1953.
Légende Source : Architectura, 2010, n°5.
URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/5427/img-6.png
Fichier image/png, 327k
Titre Figure 7 : L’image du plan de Dimitrovgrade : la place centrale, la mairie imitant l’hôtel « Léningrade » (projet de Tachev).
Légende Source : Architectura, 2010, n°5.
URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/5427/img-7.png
Fichier image/png, 454k
Titre Figure 8 : Le projet de théâtre pour Dimitrovgrad, P. Tachev.
Légende Source : Archives du Musée Historique de la ville de Dimitrovgrad et Histoire mondiale de l’architecture, vol. 12.
URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/5427/img-8.png
Fichier image/png, 344k
Titre Figure 9 : Le plan de la ville de Dimitrovgrade en 1982, avec les anciens quartiers
URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/5427/img-9.png
Fichier image/png, 238k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Iskra Dandolova, « Dimitrovgrade : la naissance d'une ville socialiste en Bulgarie »SociologieS [En ligne], Dossiers, mis en ligne le 16 juin 2016, consulté le 23 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/5427 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.5427

Haut de page

Auteur

Iskra Dandolova

Sociologue et architecte, directrice de recherche émérite à l’Institut de sociologie, Académie bulgare des sciences, Sofia. Docteure en sociologie (Sofia) et Docteure ès lettres et sciences humaines (Paris X-Nanterre). En 2009-2010, elle était membre de l’équipe de recherche qui a étudié Dimitrovgrade, sous la direction de Dobrina Jeleva-Martins - idandolo@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search