Navigation – Plan du site
Penser l'espace en sociologie

Réversibilités spatiales, réversibilités sociales ?

Réflexions autour de l’expérience de mobilité
Spatial reversibilities, social reversibilities? Reflexions about experience of mobility
Stéphanie Vincent-Geslin, Vincent Kaufmann et Emmanuel Ravalet

Résumés

Depuis une trentaine d’années, les sociétés occidentales ont connu un rétrécissement spatio-temporel sans précédent qui interroge les liens entre les circulations spatiales et sociales. Il s’agit de proposer un éclairage à cette problématique à partir de données mixtes qui portent sur une population de grands mobiles pour raisons professionnelles. Dans quelle mesure des pratiques spatio-temporelles réversibles telles que des déplacements intensifs pour raisons professionnelles constituent-elles des expériences existentielle et identitaire qui transforment de manière irréversible les individus qui se déplacent ? À l’échelle du quotidien comme à l’échelle du parcours de vie, les pratiques de grande mobilité transforment nécessairement de manière irréversible les grands mobiles et cette transformation est d’autant plus forte que les pratiques se prolongent dans le temps. Si la compression de l’espace-temps offre davantage de marges de manœuvre aux individus, elle s’accompagne d’une injonction mobilitaire croissante qui tend plutôt à contraindre les circulations sociales des individus.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les systèmes techniques de transport et de télécommunication procurent des potentiels de mobilité considérables. Ces potentiels ont rendu possible un rétrécissement de l’espace et du temps, dont les conséquences sociales et spatiales sont source d’interrogations. Pour beaucoup d’analystes, à l’instar de D. Harvey, le rétrécissement de l’espace-temps interroge les sociétés dans leurs fondements : « we have been experiencing, these last two decades, an intense phase of time–space compression that had a disorienting and disruptive impact upon political-economic practices, the balance of class power, as well as upon cultural and social life ». (Harvey, 1990, p. 284).

2L’existence de tels bouleversements est cependant un objet controversé. D’autres auteurs, tels que D. Boden et H. Molotch, sont beaucoup plus prudents quant à l’impact du rétrécissement de l’espace-temps sur les relations sociales : « we argue that the consequences for social life, whether benign or nefarious, have been exaggerated. The robust nature and enduring necessity of traditional human communication procedures have been underappreciated » (Boden & Molotch, 1994, p. 258).

3De ces considérations très globales sur le monde et son devenir est née une question qui hante la sociologie depuis le début des années 2000 concernant la relation entre mobilité et fixité : assiste-t-on ou non à une fluidification du social sous l’impulsion de la croissance de la mobilité spatiale et de la circulation des biens, des informations et des idées ?

4La problématique de la fluidité sociale n’est pas nouvelle, elle renvoie au rêve d’une société sans classes garantissant l’égalité des chances. Avec la question de l’impact des systèmes techniques de communication et de transport, cette problématique prend cependant une tournure nouvelle. Pour la sociologie classique, une société fluide ne présente aucune barrière et permet aux individus de circuler verticalement dans l’espace socio-professionnel selon une logique strictement méritocratique. La sociologie s’est saisie de cette question dès les années 1920, avec les travaux de Pitirim Sorokin (1927) et elle a connu un développement considérable dès les années 1960 avec notamment les travaux de Seymour Martin Lipset, Hans Zetterberg et Reinhard Bendix, et ceux de Peter M. Blau et Otis Dudley Duncan (voir Cuin, 1983). Dans l’optique de ces travaux, souvent très orientés idéologiquement, la fluidité est connotée positivement au titre de vecteur de justice sociale. Le débat qui occupe les sciences sociales à ce propos a été réinitié par les travaux sur la modernité liquide de Zygmunt Bauman, pour qui l’époque contemporaine se caractérise par le passage d’une société solide à liquide et la disparition de frontières nettes entre catégories sociales et spatiales (Bauman, 2000). Par rapport à la problématique classique de la fluidité, le débat initié par Zygmunt Bauman, et qui occupe actuellement les sciences sociales à propos de la fluidité, se démarque au moins de trois points de vue.

5Premièrement, étant donné qu’il prend en compte la circulation horizontale autant que la circulation verticale dans l’espace social, il se distingue d’un modèle d’aspiration unique – la réussite socio-professionnelle – qui s’impose aux individus. Deuxièmement, il intègre les systèmes techniques de communication et de transport au titre d’actants, ou de manipulateurs de temps et d’espace. De toile de fond fixe souvent réifiée dans les travaux classiques sur la mobilité sociale, l’espace occupe alors une place centrale dans le débat. Troisièmement enfin, il ne concerne pas uniquement le champ du travail, mais s’intéresse plus globalement aux différentes sphères d’activités et à leur agencement spatio-temporel. En résumé, la fluidification dont il est question est beaucoup plus large que la question de la transmission de la catégorie socioprofessionnelle, elle se réfère à l’ensemble des barrières, contraintes et marges de manœuvre auxquelles sont confrontés les individus au fil de leur existence. Elle peut être résumée comme suit : la compression de l’espace-temps a-t-elle pour effet d’élargir les marges de manœuvre dont disposent les individus dans la conduite de leur vie ?

6En posant la question de cette manière, la problématique de la fluidification symétrise par hypothèse l’espace géographique et l’espace social. Ainsi, le franchissement de l’espace géographique s’accompagnerait d’un changement social comparable en intensité.

  • 1 Cette recherche a débuté en 2006 avec le programme « Job mobilities and family lives », financé par (...)

7Dans cet article, nous proposons de discuter cette symétrie à partir des pratiques de « grande mobilité » pour motif professionnel, c’est-à-dire de formes de mobilités intensives telles que des pendularités hebdomadaires ou quotidiennes ou des absences fréquentes du domicile pour des motifs professionnels. Cette discussion sera menée à partir des données de panel de la recherche JobMob sur l’Allemagne, l’Espagne, la France et la Suisse et de l’enquête qualitative complémentaire qui lui est associée 1, et en nous appuyant sur la notion de réversibilité.

Mobilité et réversibilité

8Avant d’entrer dans la présentation de résultats de recherche, il convient de revenir sur les deux notions auxquelles nous adossons notre analyse, respectivement la mobilité et la réversibilité.

La mobilité

9La mobilité est un puissant analyseur social, au point que nous la considérons comme un phénomène social total au sens de Marcel Mauss (1925). En cela nous suivons Michel Bassand qui estimait il y a 30 ans déjà que : « La mobilité spatiale est un phénomène social total, c'est-à-dire qu'elle n'est jamais seulement un déplacement mais toujours une action au cœur de processus sociaux de fonctionnement et de changement » (Bassand, 1986, p. 25).

10Considérer la mobilité comme un phénomène social total permet d’en faire un prisme de lecture de l’ensemble d’une société. Mais d’emblée, insistons aussi sur le fait que cette posture n’implique pas pour nous de substituer la mobilité à la société comme objet de la sociologie, comme le propose John Urry (2000). Si la mobilité offre une grille de lecture du monde, elle n’épuise cependant pas l’analyse des phénomènes sociaux qui ne se dévoilent pas entièrement à la lumière de ce prisme (Tarrius, 2000).

11Suivant une tradition de recherche bien établie en sociologie (Kaufmann & Gallez, 2009), nous considérons la mobilité comme un phénomène socio-spatial à deux faces : le changement social et le franchissement de l’espace. Selon cette acception, dont les premières formulations remontent à la métaphysique aristotélicienne, tout déplacement d’une personne dans l’espace entraine une mobilité sociale, car le fait même de se déplacer dans le temps et l’espace produit par définition un changement, aussi minime soit-il. Dans cette optique, la mobilité peut se définir comme l’intention, puis la réalisation d’un franchissement de l’espace géographique impliquant un changement social (Kaufmann, 2013). Cette proposition conceptualise de manière symétrique mobilité spatiale et mobilité sociale, mais elle ne dit pas que l’intensité ou la quantité de franchissement de l’espace correspond à l’intensité et à la quantité de changement qui lui est associée. Plusieurs auteurs ont montré que la quantité d’espace franchi par des déplacements n’est pas un bon indicateur de la quantité de changement de rôle, de position ou d’état vécu par l’acteur mobile (voir notamment à ce propos Montulet, 1998).

La réversibilité

12Pour qualifier la nature et l’intensité de la mobilité résultant des déplacements, nous proposons dans la présente contribution d’avoir recours aux notions de réversibilité et d’irréversibilité (Bourdin, 2005 ; Kaufmann, 2005 ; Scherrer et al., 2013) empruntées à l’astrophysique et qui ne sont que récemment entrées dans le langage des sciences humaines (Rapoport, 1996, p. 271). Les formes de mobilités auxquelles se consacre cet article – les « grandes mobilités » – se caractérisent par le franchissement d’une quantité d’espace importante dans des temporalités courtes, généralement à des vitesses élevées (Vincent-Geslin & Kaufmann, 2012). Elles sont donc a priori caractérisées par la réversibilité, tout au moins dans sa dimension spatiale. Si l’idée de réversibilité implique le retour à un état antérieur, il renvoie surtout à la nature et l’intensité du changement d’un état de départ vers un autre état (Pradel, 2013), qui est cependant par définition différent de l’état de départ, car la réversibilité pure, c’est-à-dire le retour complet à l’état ex-ante n’existe pas (Lefebvre, 1992). La réversibilité appliquée à la mobilité implique donc le changement et le franchissement et s’oppose à l’irréversibilité et la permanence figée (Pradel, 2013). Réversibilité et irréversibilité doivent donc être considérées d’une part, comme des idéaux-types dans la mesure où les formes de mobilité ne sont jamais purement réversibles ou irréversibles et d’autre part, comme les deux extrêmes d’un continuum entre lesquels les pratiques de mobilité peuvent être lues. Nous en proposons ici une lecture à la fois spatiale et sociale.

13Parmi les formes de mobilité les plus irréversibles, mentionnons certaines formes de migrations internationales. La migration internationale implique l’expérience d’un changement – culturel, linguistique, institutionnel, etc. – auquel on peut difficilement échapper. Les mobilités résidentielles forcées comme l’expérience carcérale (Mincke, 2013) constituent, dans un autre registre, une mobilité irréversible pour le détenu. Stigmatisant, le séjour en prison marque l’identité de façon définitive, ne serait-ce que parce que le casier judiciaire suit une personne toute sa vie. Néanmoins, les formes de mobilité irréversibles ne sont pas seulement l’expression d’une contrainte. Ainsi, quoique l’irréversibilité suppose une forte transformation du contexte et de l’identité de la personne, ces transformations peuvent être choisies et appréciées, par exemple au titre de l’exploration ou d’une bifurcation de vie (Grossetti, 2004).

14La réversibilité est au contraire une expérience sociale que l’on peut plus facilement annuler et/ou qui transforme très peu l’individu. Les mobilités les plus réversibles sont toutes celles dont on ne se souvient pas précisément, celles qui marquent à peine nos esprits. Souvent répétitives et routinières, elles relèvent de l’univers du non-évènementiel. Parmi les grandes mobilités pour raisons professionnelles, la pendularité quotidienne ou le voyage d’affaire en sont de bons exemples. Ainsi, un actif se déplace chaque jour pour aller travailler, mais il ne se souvient pas précisément de chaque trajet quotidien ; de même, un consultant international voyage fréquemment à longue distance mais ne se souvient pas précisément de chaque fois où il a pris l’avion ou sa voiture dans le cadre de son travail. Il ne faut pas déduire de cette absence de souvenir précis que les mobilités les plus réversibles seraient sans impact sur l’identité. Leur caractère répétitif les rend souvent structurantes de l’identité, pour soi et par le regard d’autrui, durant le temps où celles-ci sont pratiquées. En revanche, le jour où ces expériences sociales cessent, on peut poser l’hypothèse qu’elles ont peu transformé celui qui se déplaçait, en tout cas moins que les mobilités irréversibles.

15Comme pour la mobilité, nous considérons la réversibilité comme renvoyant au franchissement de l’espace et du temps d’une part, et au changement social d’autre part. Nous déclinerons ainsi la question de la réversibilité versus de l’irréversibilité des grandes mobilités en fonction de deux dimensions :

16La réversibilité spatio-temporelle, c’est-à-dire l’utilisation des potentiels de vitesse procurés par les systèmes de transport et de communication pour modifier le moins possible les ancrages spatiaux et sociaux et être le plus possible présent auprès des proches.

17La réversibilité existentielle et identitaire, c’est-à-dire la limitation des effets de l’absence sur le vécu, par le développement de routines et en évitant le plus possible le rapport à l’altérité et l’acculturation (réversibilité sociale).

La réversibilité des grandes mobilités

18Nous allons maintenant présenter les résultats de la recherche sur les grands mobiles et les discuter par rapport à la réversibilité telle que définie et à son éventuelle symétrie entre ses manifestations spatiales et sociales. Pour ce faire, nous procèderons d’abord à un repérage longitudinal du phénomène. Ensuite, nous questionnerons la réversibilité/irréversibilité des grandes mobilités dans la vie quotidienne des grands mobiles : les grandes mobilités impactent-elles la vie quotidienne des grands mobiles et comment ? Quels sont les éléments qui favorisent ou au contraire atténuent l’irréversibilité des pratiques de grande mobilité dans la vie quotidienne ? Enfin, dans un troisième temps, nous interrogerons à partir des entrées et sorties dans la grande mobilité la réversibilité/irréversibilité des grandes mobilités à l’échelle du parcours de vie. Est-il facile ou non d’entrer et de sortir des pratiques de grande mobilité ? Quels sont les facteurs favorisant une plus grande réversibilité des expériences de grande mobilité dans les parcours de vie ?

Les grands mobiles : identification longitudinale

19Dans le monde contemporain, un certain nombre de personnes passent du temps quotidiennement pour se rendre au travail ; d’autres parcourent le continent ou le monde dans le cadre de leur activité professionnelle ; d’autres encore vivent à distance de leur partenaire parce que trouver deux emplois à proximité l’un de l’autre s’est avéré trop compliqué. Si ces situations peuvent paraître extrêmes au premier regard tant elles sont exigeantes en termes d’organisation et coûteuses en temps et en absence, les personnes concernées sont nombreuses, et les réalités que ces pratiques recouvrent sont diverses. Dans notre recherche sur les « grands mobiles », plusieurs de ces formes ont été mesurées et analysées : (1) la pendularité de longue durée (plus de 2 heures aller-retour, au moins 3 fois par semaine), (2)

  • 2 Ces pratiques peuvent être liées à des formes de bi-résidence ou à des voyages fréquents hors du do (...)

20l’absence du domicile (plus de 60 nuits par an passées hors du domicile principal) 2, (3) les relations de couple à distance (partenaires vivant à plus de 60 minutes l’un de l’autre à cause de leurs emplois respectifs).

  • 3 504 en Allemagne, 254 en France, 537 en Espagne et 440 en Suisse.

21Selon les pays étudiés, en 2007, entre 18 % et 25 % des personnes actives sont directement confrontées aux différents types de grande mobilité, avec une distribution différente selon l’armature territoriale du pays. Il y a ainsi davantage de pendulaires de longue durée en Allemagne et en Suisse, sans doute parce que ces deux pays se caractérisent par une urbanisation maillée en réseau. En revanche, il y a davantage d’absents du domicile en Espagne et en France, deux pays d’armature urbaine centralisée (voir tableau 1). Quatre années plus tard, en 2011, la grande mobilité a légèrement reculé dans notre échantillon (données de panel, donc composées des mêmes 1735 personnes 3 en 2007 et 2011, ce qui explique les catégories d’âge différentes des échantillons 2007 et 2011). On observe pourtant deux exceptions à cette règle. La première concerne l’Espagne, où l’absence du domicile et les relations de couple à distance ont augmenté. La seconde concerne la Suisse, où la pendularité de longue durée croît également (voir tableau 2). Notons par ailleurs en 2011, qu’entre 38 % en Espagne et 57 % en France des 30-59 ans ont déjà vécu une période de pendularité de longue durée ou d’absences fréquentes du domicile durant plus de 6 mois (voir tableau 3).

Tableau 1. La grande mobilité en Europe en 2007, en % des adultes ayant entre 25 et 54 ans

  • 4 Les effectifs par ligne ne totalisent pas 100% car certaines personnes sont comptabilisées dans plu (...)

2007

Pendulaire de longue durée

Absent du domicile

Relation de couple à distance

Grande mobilité du partenaire

Non mobiles

TOTAL

Pays

Allemagne

8 %

5 %

1 %

11 %

78 %

103 %4

France

5 %

5 %

0 %

10 %

80 %

100 %

Espagne

8 %

3 %

1 %

9 %

82 %

103 %

Suisse

7 %

3 %

0 %

8 %

83 %

101 %

Source : JobMob II, pondération “country level analysis”, N=1735 personnes, population totale, 25-54 ans en 2007.

Tableau 2. La grande mobilité en Europe en 2011, en % des adultes ayant entre 25 et 54 ans

2011

Pendulaire de longue durée

Absent du domicile

Relation de couple à distance

Grande mobilité du partenaire

Non mobile

TOTAL

Pays

Allemagne

8 %

5 %

2 %

9 %

79 %

103 %

France

4 %

4 %

2 %

5 %

87 %

102 %

Espagne

2 %

4 %

2 %

5 %

89 %

102 %

Suisse

8 %

3 %

1 %

6 %

85 %

103  %

Source : JobMob II, pondération “country level analysis”, N=1735 personnes, population totale, 29-58 ans en 2011.

Tableau 3. Part des adultes entre 30 et 59 ans ayant déjà connu une période de grande mobilité de plus de 6 mois

Tableau 3. Part des adultes entre 30 et 59 ans ayant déjà connu une période de grande mobilité de plus de 6 mois

Source : JobMob II, pondération “country level analysis”, N=1735 personnes, population totale, 29-58 ans en 2011.

22Loin d’être anecdotique, la grande mobilité pour raisons professionnelles en Europe est donc un phénomène expérimenté par près de la moitié des actifs de 30 à 59 ans.

Grande mobilité et vie quotidienne

23Les grandes mobilités pour raisons professionnelles sont-elles réversibles dans la vie quotidienne des personnes qui les pratiquent, que ce soit du point de vue spatial ou du point de vue social ?

  • 5 Nos analyses ont pu établir l’absence de lien entre la part de grands mobiles des territoires d’une (...)

24Du point de vue spatial, l’utilisation intensive des moyens de transport rapides par la plupart des grands mobiles pour « effacer » la distance métrique révèle une forme de réversibilité spatiale quasi générale dans notre population. Cette réversibilité est accentuée par l’utilisation des moyens de communication à distance, tels que le téléphone portable ou Skype, qui permettent le maintien des liens avec les proches malgré la distance géographique. Néanmoins, notre enquête montre peu de liens entre la qualité des accès et les formes de grandes mobilités observées 5. Ce résultat suggère que la réversibilité spatiale est un attribut des personnes plus que des territoires et des systèmes de communication. En d’autres termes, « annuler » la distance relève de l’expérience et il n’est pas rare de voir des personnes qui vivent l’espace comme réversible alors qu’ils passent beaucoup de temps à se déplacer à petite vitesse.

25Du point de vue social, le degré de réversibilité de la grande mobilité dans la vie quotidienne renvoie aux transformations identitaires de la personne mobile et à l’intensité de sa confrontation à l’altérité dans ses pratiques de grande mobilité. Par extension, la réversibilité se donne à voir dans les relations sociales, les échanges et les contacts différenciés qui ont lieu durant les temps de déplacements. Il ressort de nos analyses de panel et de l’enquête qualitative que la question de la réversibilité et de l’irréversibilité des grandes mobilités se pose de manière très différenciée selon les formes que prennent les grandes mobilités pour raisons professionnelles.

26Certains pendulaires de longue durée vivent leur grande mobilité sur le mode de la réversibilité relationnelle et expérientielle. Ainsi, Léonard explique durant l’entretien que nous avons mené avec lui comment la contrainte temporaire pèse sur son quotidien de grand pendulaire. Cette contrainte l’exclut de la vie sociale qu’il souhaiterait pourtant développer sur son lieu de travail, que ce soit à la préfecture où il travaillait lorsque nous l’avons rencontré, comme dans le lycée où il enseignait l’année précédente. Les difficultés d’insertion ressenties étaient en outre accentuées du fait qu’il n’était là que pour une année :

« Ça en pâtissait pas dans les relations avec les collègues, mais dans la connaissance de l’établissement. C’est-à-dire que je ne connaissais pas la vie extrascolaire de l’école, je ne savais pas ce qu’il y avait comme clubs. Je ne pouvais pas proposer de participer ou d’animer. J’avais pas le loisir de rester une heure en salle des profs à la fin du cours pour avoir des moments de décompression ou d’échanges. Moi, quand je finissais à 17 heures, avec une heure de transport derrière, je buvais un café et je partais. Et il y a toute une vie sociale dans le lycée qui est en dehors des cours, et je sentais bien que je… que la durée des transports m’en excluait. Ce que je sentais, c’est que quand même ça renforçait le sentiment de précarité du stagiaire. Je savais que je partais dans 1 an, donc en plus je n’avais pas le temps de me créer une place dans l’établissement » (Leonard).

27Son investissement dans la sphère professionnelle reste ainsi essentiellement fonctionnel, mais sans rendre possible une véritable appropriation de ce lieu de travail, sans réussir donc à se faire une véritable place dans cet environnement.

« Le sentiment de ne pas faire partie du lycée, au sens humain du terme. J’en étais un élément administratif, mais on ne me voyait pas dans les couloirs, on ne me voyait pas en train de parler avec les CPE… Voilà, les élèves m’avaient identifié comme un prof, mais pas comme un membre de la vie du lycée » (Leonard).

28Léonard exprime ainsi la difficile adéquation spatio-temporelle entre le travail et la famille à laquelle sont soumis les pendulaires de longue durée. Cette difficile adéquation s’apparente ainsi à une réversibilisation de son univers de travail par rapport aux autres sphères d’activité de sa vie quotidienne, dans la mesure où il n’investit la sphère professionnelle que de manière fonctionnelle et a minima sous contrainte de temps. Cette réversibilité sociale est néanmoins vécue comme une contrainte et est source de frustrations pour lui, lui laissant le sentiment désagréable de n’être qu’à moitié là.

29D’autres, en revanche, ne vivent pas leur grande mobilité sur le mode de la réversibilité sociale. C’est en particulier le cas de ceux qui envisagent les espaces de transport comme des espaces de vie à part entière comme Michelle, pendulaire de longue distance en région parisienne et utilisatrice quotidienne du train :

« Avec le mari d’une copine, je prenais le train régulièrement avec lui et un jour on s’est assis à côté de deux nanas qui étaient en train de parler bikini et compagnie pour les vacances, maillot de bain et tout. Et on s’est mêlé tous les deux de leur conversation. Elles étaient très très très sympas et puis le lendemain on s’est rassis à côté d’elles et on a lié amitié. C’était l’avantage de ces trains-là avant, c’est qu’on voyait toujours les mêmes personnes. Je me suis fait des anniversaires dans les trains, à boire du champagne le soir parce qu’on avait 25 minutes de train » (Michelle).

30Les espaces-temps de transport, tel le train, sont ainsi des espaces de sociabilité et de convivialité, rendez-vous amicaux voire festifs réguliers. Pour ces individus, la pendularité de longue durée apparaît moins réversible et davantage intégrée à l’économie globale de leur quotidien.

31Nos analyses montrent également que chez les grands mobiles absents du domicile, la réversibilité sociale ne se construit pas de la même manière que chez les pendulaires de longue durée.

32Certains d’entre eux cherchent effectivement à limiter l’irréversibilité relationnelle et existentielle liée à leur absence en gardant un contact régulier avec leurs proches. Les outils de communication à distance leur permettent de garder le lien avec les proches durant l’absence et de continuer ainsi à être avec eux malgré la distance. Ainsi, Philippe ou Martin appellent-ils leur famille quotidiennement pour prendre et donner des nouvelles ; Pierre participe même, depuis sa chambre d’hôtel, aux devoirs de ses enfants : « La plus grande des filles qui a maintenant 17 ans, elle m’en voulait des fois que je ne puisse pas lui faire faire ses devoirs de collège parce qu’elle avait une interro de maths le lendemain, ma femme n’est pas matheuse. Je lui fais des exercices de maths par téléphone depuis l’hôtel » (Pierre).

33Certains absents du domicile mettent également en place des stratégies pour limiter le contact avec l’altérité en voyageant si possible dans des lieux standardisés. Lors de leurs déplacements, ils choisissent autant que possible les mêmes chaines d’hôtels afin de retrouver, sinon les mêmes dispositions de chambre et fonctionnements de restauration, du moins les mêmes standards. De plus, le fait de disposer de son bureau à domicile comme Philippe, commercial avec un home office, réintègre d’emblée la sphère professionnelle dans la sphère domestique, alimentant l’hypothèse d’une réversibilité existentielle. Ces perméabilités des sphères tendent alors à alimenter l’hypothèse d’une réversibilité temporelle de la grande mobilité, tant elle montre comment les grands mobiles, grâce aux outils de communication, peuvent être en déplacement tout en étant chez eux ou comment ils reconstruisent de la familiarité et du chez soi en privilégiant les mêmes types de lieux d’hébergement et de restauration. Mais il ne s’agit là que d’une vision partielle de la réalité.

34En effet, malgré les stratégies mises en œuvre par les grands mobiles pour limiter l’impact existentiel de leur grande mobilité, cette dernière procède nécessairement d’une forme irréductible d’irréversibilité. Ces derniers mettent en avant l’irréversibilité de leur absence sur les expériences vécues non seulement par eux-mêmes durant leur déplacement, mais aussi par leurs proches durant leur absence. Des éléments partagés, des connaissances communes, du quotidien, manquent irrémédiablement, comme si l’absence coupait le fil du quotidien conjugal et familial : « Mais pour moi c’est pas facile parce que [il faut] rattraper les étapes qu’on perdait pendant notre absence, c’est vrai qu’il y a des fois des allusions “ah ouais, tu te souviens, un tel ce qu’il a dit l’autre jour !” L’autre jour c’était sans moi. Vous faites répéter. “Bah ouais, quoi ?!” Puis bon, quand on n’est pas là, on n’est pas là. » (Pierre)

35Mais malgré les échanges réguliers, il est apparu que le retour à la maison peut être vécu comme un choc, ce qui démontre le caractère irréversible de l’absence sur le plan social :

« La pire chose possible, c’est la première minute que vous rentrez dans votre maison, c’est la plus invivable qui soit. Pourquoi ? Parce que vous êtes dans votre bulle pendant une semaine et vous rentrez chez vous et tout le monde vous tombe dessus dans le premier quart d’heure que vous arrivez. Moi j’appelle ça “le quart d’heure de l’incommunication” parce que c’est impossible à vivre. […] Non c’est vrai parce qu’on n’est pas ouvert à tout prendre ce que la famille a vécu pendant une semaine sans nous quoi. Et vice versa hein ? Et puis eux, ils sont pas prêts à nous entendre dire “bah voilà, j’ai vu ci, j’ai vu ça…”. Il y a un temps d’adaptation des deux côtés » (Philippe).

  • 6 De forts effets de genre apparaissent dans la pratique des grandes mobilités en général et de l’abs (...)

36L’irréversibilité sociale de l’absence se trouve en outre renforcée par la prise en charge quasi exclusive du foyer, des enfants (s’il y en), voire des relations sociales par le conjoint qui reste. Décrites comme gardiennes du foyer, les conjointes immobiles prennent en effet complètement en charge le foyer 6. Cette charge assumée par les conjointes peut être vécue comme une indépendance mutuelle des conjoints et donc positivement, mais peut aussi entrainer des fragilisations du lien conjugal. Cette fragilisation peut être en outre renforcée par certains types d’activités avec absences du domicile qui imposent une confidentialité importante sur ces absences (cas des missions militaires) et/ou dans lesquelles un esprit de corps, fraternel est fortement marqué (cas des pompiers). L’une et l’autre excluent davantage encore le conjoint qui reste, le plus souvent la femme, et accentuent l’irréversibilité de l’absence pour raisons professionnelles.

Grande mobilité et parcours de vie

37La grande mobilité est-elle réversible ou irréversible à l’échelle des parcours de vie ? Pour répondre à cette question, nous nous sommes intéressés aux processus d’entrée et de sortie de la grande mobilité.

38Les données recueillies dans l’enquête qualitative tendent à montrer que l’habitude de la grande mobilité pour raisons professionnelles se construit très tôt dans le parcours de vie. Ainsi, plusieurs des grands mobiles rencontrés ont expérimenté des situations de grande mobilité au sein de leur famille et durant leur enfance, soit par leur appartenance à des lignées de travailleurs mobiles (marins ou militaires, par exemple), soit en ayant vécu en expatriation, soit encore par le biais de déménagements dans l’enfance. Ces expériences précoces de grande mobilité semblent construire une « culture personnelle » de la mobilité :

« Je suis issue d'une famille militaire. C'est quelque chose qui était intégré, mais je l'ai pas beaucoup vécu parce que mes parents ont quitté l'armée quand j'avais l'âge de 6 ans. Donc j'ai fait que deux déménagements, dont un quand j'avais 3 ou 4 ans. Mais pour moi, et je suis issue, je veux dire tous mes oncles et tante sont dans ce milieu-là. […] C'est quelque chose qui fait partie de ma culture personnelle » (Christelle).

39Cette culture personnelle semble créer des prédispositions favorables à la grande mobilité dans la suite du parcours de vie, en particulier sous la forme des absences du domicile : la proportion de personnes ayant déménagé plusieurs fois durant leur enfance est deux fois plus élevée parmi les absents du domicile que dans le reste de l’échantillon (Tableau 4 et Tableau 5).

Tableau 4 : Nombre de déménagements durant l’enfance (pendulaires de longue durée)

0

1

2 ou plus

Total

Pendulaires de longue durée

69,6 %

14,1 %

16,3 %

100 %

Reste de la population

71,0 %

16,0 %

13,0 %

100 %

TOTAL

70,9 %

15,9 %

13,2 %

100 %

Tableau croisé, chi2=0.919 ; p>0.05 ; N.S., N=1713 ; 29-58 ans en 2011, JobMob II, pondération countries equally weighted.

Tableau 5 : Nombre de déménagements dans l’enfance (absents du domicile)

0

1

2 ou plus

Total

Absents du domicile

58,7 %

17,5 %

23,8 %

100 %

Reste de la population

71,3 %

15,8 %

12,9 %

100 %

TOTAL

70,9 %

15,9 %

13,3 %

100 %

Tableau croisé, chi2=6.96 ; p<0.05 ; N=1713 ; 29-58 ans en 2011, JobMob II, pondération countries equally weighted.

40Ces résultats suggèrent que les personnes ayant été confrontées à la grande mobilité au cours de leur vie ont davantage de chance que les autres de renouveler ou de faire perdurer l’expérience, posant donc l’hypothèse d’une certaine irréversibilité de la pratique dans les parcours de vie. D’autres résultats alimentent cette hypothèse. Ainsi, lorsque la grande mobilité est une pratique bien délimitée dans le temps (6 à 18 mois), elle s’avère plus réversible d’un point de vue expérientiel. Dans ce cas, nous avons pu voir tout au long de l’analyse que la grande mobilité comme transition est la conséquence d’une perte d’emploi ou d’un marché du travail asséché. On va alors chercher le travail où il est, même lorsqu’on n’est pas très « motile » (Kaufmann, 2008), c’est-à-dire même si on ne dispose pas de grandes compétences en mobilité ou que l’on ne bénéficie pas de bons accès. La grande mobilité est alors vécue comme une expérience plus réversible que la migration qui en serait l’alternative.

41Pour les grandes mobilités envisagées à moyen et long terme, nos analyses indiquent que le renversement d’une situation de grande mobilité relève largement de changements au sein du parcours de vie et d’aspects contextuels relatifs au marché du travail.

42Concernant le parcours de vie, les changements de partenaires sont des moments où se décident les modalités d’une éventuelle grande mobilité d’un des deux partenaires. L’arrivée d’un enfant est également un événement de nature à arrêter une pratique de grande mobilité, pour les femmes en particulier. Ces inégalités de genre sont parfaitement illustrées par l’évolution de la parentalité entre les deux vagues d’enquête. Parmi les hommes actifs en 2007 et 2011 et mobiles en 2007, 49 % le sont encore si ils n’ont pas eu d’enfant entre 2007 et 2011,

4341 % s’ils ont eu un enfant entre les deux vagues, soit une différence statistiquement significative, mais faible. A contrario, parmi les femmes actives en 2007 et 2011 et mobiles en 2007, 44 % le sont encore si elles n’ont pas eu d’enfant entre 2007 et 2011, 17 % si elles ont eu un enfant entre les deux vagues. Et plus aucune ne l’est s’il s’agissait du premier enfant !

  • 7 De même ceux qui envisageaient la grande mobilité comme quelque chose de permanent en 2007 sont 42  (...)

44Sur le plan contextuel, les analyses longitudinales montrent que la crise économique en Espagne a un effet massif sur la volonté de devenir un grand mobile, tout comme sur l’évolution des formes de grande mobilité. Lorsque le taux de chômage est élevé, la grande mobilité semble s’imposer pour les personnes qui sont dans des situations professionnelles difficiles (chômage ou risque de chômage). Ainsi, pour 45 % des enquêtés en 2011, la crise économique a fait croître la nécessité d’un recours à la grande mobilité pour le travail. Pour 62 % des grands mobiles enquêtés en 2011 (ayant entre 30 et 59 ans), la grande mobilité leur a permis d’éviter ou de sortir d’une période de chômage. Ils sont prêts de 80 % à être dans ce cas en Espagne. La réversibilité des expériences de grande mobilité est ainsi largement liée aux contingences du marché de l’emploi. Enfin, il est intéressant de noter que parmi les personnes mobiles en 2007, celles qui envisageaient leur mobilité comme temporaire en 2007 sont 43,5 % à être encore mobiles en 2011 7. Ce dernier élément suggère des formes d’engagement irréversible dans la grande mobilité. Ceci s’explique tout d’abord par l’exercice de certaines activités professionnelles nécessitant des déplacements – pensons par exemple aux livreurs, aux conducteurs de train ou encore aux militaires dont la nature-même de l’activité suppose des absences du domicile. L’exercice d’une activité professionnelle impliquant des absences du domicile, par exemple chez certains commerciaux, crée également des précédents susceptibles d’orienter le parcours professionnel. Enfin, cet engagement irréversible dans la grande mobilité renvoie à des choix de localisations résidentielles métropolitains en particulier pour la pendularité de longue distance. Néanmoins, ils laissent également entrevoir des inégalités quant à la capacité des individus à mettre en œuvre leurs aspirations d’entrée ou de sortie des situations de grande mobilité (Ravalet et al., à paraître).

Discussion et conclusions

45Les grandes mobilités pour raisons professionnelles étudiées ici constituent des formes de mobilités réversibles, du moins du point de vue spatial, dans la mesure où elles désignent le franchissement rapide de grandes distances dans des temporalités relativement courtes. Dans la vie quotidienne des grands mobiles, les pratiques de grande mobilité possèdent en outre une propriété relativement forte de réversibilité sociale. Ainsi, les pendularités de longue durée limitent fortement les échanges et les interactions hors travail dans la sphère professionnelle du fait de la forte contrainte spatio-temporelle qu’elles font peser sur les emplois du temps quotidiens. De même, l’irréversibilité des absences du domicile est en partie compensée par la communication à distance, la création de repères dans les déplacements et la recherche d’une certaine standardisation dans les lieux du déplacement. Malgré cela, l’absence du domicile s’accompagne toujours d’une forte irréversibilité sociale, liée au fait d’avoir vécu des expériences géographiquement éloignées et différentes de celles de son/sa partenaire, de sa famille, de ses enfants, etc. durant l’absence. Le retour au domicile nécessite alors de recoudre le fil du quotidien, de prendre connaissance des nouvelles et des évènements de la semaine pour pouvoir réintégrer pleinement la sphère familiale.

46À l’échelle du parcours de vie, la pratique des grandes mobilités s’avère être largement associée au marché de l’emploi et à la construction familiale. Elle marque le parcours de vie des personnes de façon assez irréversible. Premièrement, parce que toutes les expériences de mobilités créent des précédents et prédisposent à pratiquer de nouveau. Deuxièmement, parce que les grandes mobilités liées à l’exercice de certaines professions sont largement irréversibles dans la poursuite d’une carrière professionnelle.

47Ces éléments invitent plus généralement à réfléchir aux conséquences de la compression des espaces-temps sur l’espace social. La vitesse croissante des déplacements s’associe à une décompression spatiale des modes de vie dont les conséquences sur l’existence sont pour le moins complexes et contradictoires. Ainsi, la compression de l’espace-temps offre des possibilités d’usages spatiaux réversibles qui augmentent les marges de manœuvre des personnes en termes de déplacements et d’échange à distance. Pour autant, cette compression est ambiguë car elle s’accompagne d’une injonction croissante aux mobilités, en particulier dans le monde économique, injonction qui prend largement appui sur les potentialités de déplacements et d’échanges rapides offertes par les réseaux de transports et les systèmes de communication à distance. Les deux dynamiques, de compression spatio-temporelle et d’injonction aux mobilités apparaissent ainsi consubstantielles, car l’augmentation des attendus en termes de mobilité dans le monde du travail n’est rendue possible que par l’existence de cette compression de l’espace-temps.

Haut de page

Bibliographie

Bassand M. (1986), « La mobilité spatiale, un phénomène macroscopique », dans Sociologie pluraliste et pluralisme sociologique. Mélanges publiés en l'honneur du Professeur Maurice Erard, Université de Neuchâtel, EDES.

Bauman Z. (2000), Liquid Modernity, London, Polity Press.

Boden D. & H. Molotch (1994), « The Compulsion of Proximity », dans Friedland R. & D. Boden (dir..), Now Here. Space, Time and Modernity, Berkeley, Los Angeles, London, University of California Press.

Bourdin A. (2005), « Les mobilités et le programme de la sociologie », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 1, n° 118, pp. 5-21.

Cuin C. H. (1983), Les Sociologues et la mobilité sociale, Paris, Presses universitaires de France.

Harvey D. (1990), The Condition of Postmodernity, London, Blackwell Editor.

Kaufmann V. (2012), « Motilité », Forum Vies Mobiles. Préparer la transition mobilitaire [en ligne] Consulté le 29 Avril 2016, URL : http://fr.forumviesmobiles.org/reperes/motilite-451

Kaufmann V. & C. Gallez (2009), « Aux racines de la mobilité en sciences sociales : contribution au cadre d’analyse socio-historique de la mobilité urbaine », dans Flonneau M. & V. Guigueno (dir.), De l’Histoire des transports à l’histoire de la mobilité, Rennes, Presses universitaires de Rennes, pp. 41-55.

Kaufmann V. (2008), Les Paradoxes de la mobilité, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes.

Kaufmann V. (2005), « Mobilités et réversibilités : vers des sociétés plus fluides ? », Cahiers internationaux de sociologie, vol. CXVIII, pp. 119-135.

Lefebvre H., (1992), Éléments de rythmanalyse. Introduction à la connaissance des rythmes, préface de René Lourau, Paris, Éditions Syllepse.

Mauss M. (1989 [1925]), « Essai sur le don », dans Sociologie et anthropologie, Paris, Presses universitaires de France.

Mincke C. (2013), « Mobilité et justice pénale : l’idéologie mobilitaire comme soubassement du manégérialisme », Droit et société, vol. 84.

Montulet B. (1998), Les Enjeux spatio-temporels du social. Mobilité, Paris, Éditions L’Harmattan.

Pradel B. (2013), « Processus de réversibilité et rythmes de transformations urbaines : penser la ville à pile ou face ? », dans Scherrer F. & M. Vanier (dir.), Villes, territoires, réversibilités, Paris, Hermann Éditeurs.

Rapoport D. (1996), « Interview », dans Bellanger F. & B. Marzloff (dir.), Transit, les lieux et les temps de la mobilité, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, pp. 271-275.

Ravalet E., Vincent-Geslin S., Viry G. & V. Kaufmann (2014), « Les grandes mobilités professionnelles, pour ou contre l’ancrage local ? », colloque APERAU, Montréal, 27 et 28 mai.

Ravalet E., Vincent-Geslin S. & Y. Dubois (à paraître), « Inequalities with Regard to High Mobility. Cross-disciplinary and Longitudinal Perspectives », Comparative Population Studies (CPoS).

Sorokin P. (1927), Social Mobility, New York, Harper and Brothers Editors.

Tarrius A. (2000), « Nouvelles formes migratoires, nouveaux cosmopolitismes », dans Bassand M., Kaufmann V. & D. Joye (dir.), Enjeux de la sociologie urbaine, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes,.

Urry J. (2000), Sociology beyond Societies. Mobilities for the Twenty First Century, London, Routledge Edition.

Vincent-Geslin S. & V. Kaufmann (2012), Mobilité sans racine. Plus loin, plus vite… plus mobiles ?, Paris, Éditions Descartes & Cie.

Haut de page

Notes

1 Cette recherche a débuté en 2006 avec le programme « Job mobilities and family lives », financé par le 6ème programme-cadre de recherche de l’Union européenne. Une enquête européenne avait alors été organisée sur six pays afin de mieux comprendre l’importance du phénomène de la grande mobilité pour motif professionnel et la manière dont elle s’articule avec le monde du travail et la vie de famille. Cette première partie de la recherche s’est achevée en 2010. Une seconde vague d’enquête a été relancée avec nos collègues allemands et espagnols. Le Laboratoire de sociologie urbaine (LaSUR) à l’École polytchnique fédérale de Lausanne (EPFL), dont les chercheurs qui ont contribué à cet article font partie, a pris la responsabilité des terrains français et suisses, avec un financement provenant du Forum Vies Mobiles (www.forumviesmobiles.org). À partir de 2011, nous avons ré-enquêté les personnes déjà questionnées en 2007, nous avons monté une enquête parallèle sur des grands mobiles français et nous avons finalement mis en place des entretiens personnalisés avec des grands mobiles ou anciens grands mobiles. Cet article s’appuie sur les résultats obtenus dans cette seconde phase d’enquête par l’équipe du Laboratoire de sociologie urbaine.

2 Ces pratiques peuvent être liées à des formes de bi-résidence ou à des voyages fréquents hors du domicile.

3 504 en Allemagne, 254 en France, 537 en Espagne et 440 en Suisse.

4 Les effectifs par ligne ne totalisent pas 100% car certaines personnes sont comptabilisées dans plusieurs colonnes (les multi-mobiles). En effet, une personne peut être à la fois pendulaire de longue durée et absent du domicile ou bien être absent du domicile et avoir un partenaire mobile. En 2007, les multimobiles sont 17 en Allemagne (3%), 2 en France (1%), 20 en Espagne (4%) et 3 en Suisse (1%). En 2012, leur nombre est de 14 en Allemagne (3%), 2 en France (1%), 9 en Espagne (2%) et 2 en Suisse (0%).

5 Nos analyses ont pu établir l’absence de lien entre la part de grands mobiles des territoires d’une part, et l’accessibilité et l’urbanité de ces territoires d’autre part. Dit autrement, on n’observe pas plus de grands mobiles dans les territoires centraux et bien desservis que dans les autres ; les grands mobiles résidant autant dans les centres urbains que dans les territoires périurbains et ruraux (Ravalet et al., 2014).

6 De forts effets de genre apparaissent dans la pratique des grandes mobilités en général et de l’absence du domicile en particulier. En présence d’enfants, ce sont en grande majorité les hommes qui sont absents du domicile et cette absence du domicile est en grande partie permise par l’immobilité de leur conjointe. Cette immobilité peut même prendre des formes extrêmes, comme l’arrêt de l’activité professionnelle ou la réorientation vers une activité à domicile en vue de faciliter la gestion familiale et domestique en l’absence de l’homme.

7 De même ceux qui envisageaient la grande mobilité comme quelque chose de permanent en 2007 sont 42 % en 2011 à être encore grands mobiles. Ainsi, la manière d’envisager la grande mobilité semble finalement avoir peu d’impact sur la réalité de la pratique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 3. Part des adultes entre 30 et 59 ans ayant déjà connu une période de grande mobilité de plus de 6 mois
Légende Source : JobMob II, pondération “country level analysis”, N=1735 personnes, population totale, 29-58 ans en 2011.
URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/5473/img-1.png
Fichier image/png, 6,1k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie Vincent-Geslin, Vincent Kaufmann et Emmanuel Ravalet, « Réversibilités spatiales, réversibilités sociales ?  », SociologieS [En ligne], Dossiers, Penser l'espace en sociologie, mis en ligne le 16 juin 2016, consulté le 16 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/5473

Haut de page

Auteurs

Stéphanie Vincent-Geslin

Chercheure post-doctorante, Institut de Géographie et Durabilité, Université de Lausanne (Suisse) - Stephanie.vincent-geslin@unil.ch

Articles du même auteur

Vincent Kaufmann

Professeur, Laboratoire de Sociologie Urbaine, École Polytechnique Fédérale de Lausanne (Suisse) - Vincent.kaufmann@epfl.ch

Articles du même auteur

Emmanuel Ravalet

Chercheur senior, Laboratoire de Sociologie Urbaine, École Polytechnique Fédérale de Lausanne (Suisse) - Emmanuel.ravalet@epfl.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page