Navigation – Plan du site
Penser l'espace en sociologie

Mobiliser le rapport aux espaces habités dans la reconstitution des parcours de vie SDF

Mobilizing the relation with inhabited lands in reconstituting homeless’ life course
Sophie Rouay-Lambert

Résumés

Comprendre l’errance, le quotidien à la rue et dans les milieux caritatifs, saisir ce que signifie « chez-soi » ou « habiter » sans domicile fixe, dans un hébergement collectif ou dans un logement individuel durable, nécessite de mobiliser un florilège de trucs, de ficelles, de protocoles méthodologiques. L’espace est ici considéré comme un objet transitionnel en vue de faire parler de soi. La parole libérée par la reconstitution des parcours résidentiels, par la description graphique ou photographique des lieux de vie, ou encore lors des cheminements urbains filmés dans le quartier, éclaire les processus et acteurs à l’œuvre dans les situations. Cette démarche contribue également à questionner en permanence la posture, l’implication, la légitimité et les limites du sociologue dans sa pratique.

Haut de page

Texte intégral

1Dans l’objectif d’embrasser la complexité des processus et de comprendre les facteurs à l’œuvre dans des parcours sans domicile fixe, différentes méthodes mobilisant le rapport à l’espace ont été créées et utilisées et des images sur ces espaces ont été fabriquées. L’intérêt de se référer à l’espace et aux rapports à l’espace qu’entretiennent les personnes vivant dans les milieux de la rue, en situation SDF ou de mal-logement, s’est en effet très rapidement manifesté dès qu’il s’est agi de recueillir des données directes, en « face-à-face » formel ou « à la rencontre » plus informelle. C’est donc de l’outillage méthodologique à la croisée de diverses pratiques disciplinaires autour de l’utilisation du rapport à l’espace qu’il est question ici, auprès de personnes qui vivent à la rue, en centre d’hébergement d’urgence, en structure de stabilisation, à l’hôtel, ou qui sont relogées.

2Le contexte qui a présidé à l’élaboration de ces méthodes est celui des premiers travaux de recherche sur les modes de survie à la rue et de sortie des situations de rue. Elles se sont rapidement avérées propices à susciter une parole bien souvent peu ou mal entendue, tronquée, orientée, voire déformée dans l’utilisation qui en est faite selon les environnements professionnels. L’approfondissement de ces démarches a ensuite été développé dans un cadre pédagogique universitaire particulier, l’Atelier des sciences humaines, où y est pratiquée, en co-construction avec les acteurs institutionnels publics et privés des secteurs du social et du logement, une sociologie empirique. Au-delà du recensement factuel des démarches conçues pour entendre et susciter la parole ainsi que leurs ajustements selon les spécificités de terrain rencontrées, il s’agit ici de s’inscrire dans une dynamique réflexive, de proposer une relecture critique et d’en appréhender les apports dans la compréhension des processus de décrochage social, de carrière d’errance et de sortie de situations SDF et de mal-logement.

3Ces expériences issues de la marge qui nous conduisent à étudier plus spécifiquement l’habiter et ce que « être au monde » signifie dans des espaces a priori inhospitaliers, nous invite également à mobiliser le rapport à l’espace à propos de sujets de recherche plus larges.

Les milieux de la rue comme contexte d’élaboration méthodologique

Face à la nécessité du rapport à l’espace sur des terrains sociologiques…

  • 1 Beaucoup de témoignages commençaient à être publiés, mais peu de travaux dans le champ universitair (...)

4Dans une recherche plutôt sociologique, voire psychosociologique, sur le sans-abrisme, inscrite dans un cursus d’urbanisme et d’aménagement, le rapport à l’espace s’est révélé tout d’abord indispensable puis pertinent. C’est très concrètement dès les premiers terrains de thèse et face à la difficulté à faire s’exprimer les personnes vivant à la rue ou en marge des formes traditionnelles de logement, que la nécessité de puiser dans différents registres les modalités de recueil de données s’est fait ressentir. Dans cette seconde moitié de la décennie 1990, peu de travaux universitaires existaient encore sur ce que l’on désigne aujourd’hui plus communément « le sans-abrisme 1 ». Peu d’exemples de méthodologies propres à ces nouveaux terrains encore méconnus s’offraient alors. Face à cette nouvelle forme d’exotisme qui se montrait à nos portes, nous étions tous dans cette phase de découverte, inhérente au registre de l’ethnographie de proximité.

5La question de fond de la thèse était de savoir si, et comment, l’on pouvait envisager l’insertion sociale par le logement, après une période de vie en situation SDF et/ou sans abri. L’objectif, tout d’abord exploratoire, fut donc de comprendre le quotidien de (sur)vie à la rue de personnes visiblement sans abri, les « SDF », avant d’orienter la focale sur une population inscrite dans un processus de sortie de situations SDF via l’insertion par le logement, désignée alors « préretraités précaires ».

6Le premier terrain mobilisant la démarche ethnographique s’est déroulé directement à la rue, « à la rencontre » de personnes visiblement SDF dans un quartier parisien (Rouay-Lambert, 2004). Le second terrain a porté sur une population dite inscrite dans un parcours d’insertion sociale, qui avait connu des situations relativement stables bien que modestes d’un point de vue professionnel durant la période de croissance économique des Trente Glorieuses, puis différentes formes d’errances SDF. Dénommée « préretraités précaires » parce que née au tournant de la Seconde Guerre mondiale, cette génération de baby-boomers se situait en fin de carrière professionnelle au moment de la thèse mais n’avait pas pour autant atteint l’âge de la retraite leur permettant alors l’ouverture de leurs droits. Dans ce laps de temps et d’expériences SDF et dans le contexte de changements et de crise devenue structurelle, leurs situations respectives s’étaient considérablement dégradées. Ce second terrain s’est déroulé dans le cadre d’une association visant justement l’insertion d’anciens SDF de plus de 50 ans, dans une antenne des Petits Frères des Pauvres (Rouay-Lambert, 2006). Ces deux espaces de rencontres et d’exploration ont forgé mes premières expériences méthodologiques, lesquelles se sont enrichies et complexifiées par la suite.

… la création d’un espace pédagogique d’expérimentation méthodologique

  • 2 À la Faculté des sciences sociales et économiques (FASSE) de l’Institut catholique de Paris (ICP).

7Les autres terrains proviennent d’études ultérieures réalisées principalement pour des institutions publiques et privées, dans le cadre soit de propositions spontanées, soit de commandes, au sein d’un espace pédagogique universitaire atypique : l’Atelier des sciences humaines 2. L’Atelier-SH est un espace de travail expérimental créé il y a sept ans maintenant, dans lequel est pratiquée une sociologie empirique et où sont élaborés et expérimentés différents modes de recueils de données, dans l’objectif de faire « remonter la parole » des acteurs, quels qu’ils soient.

8Le concept de l’atelier-SH est une expérience pédagogique émanant d’une pratique courante dans les cursus d’urbanisme et aménagement et d’architecture, mais ajustée ici aux domaines des sciences sociales. L’Atelier-SH est un espace et un temps de travail collaboratif avec des étudiants en sciences sociales, au sein duquel la relation statutaire y est bien moins académique qu’en amphithéâtre. En parallèle de leur formation pluridisciplinaire en sociologie, économie, science politique et éthique publique, les étudiants participent donc, dès les premières années, à l’élaboration d’études sociologiques avec les commanditaires, tout en étant sensibilisés à l’usage des supports médias dans les sciences sociales. L’Atelier-SH est facultatif. La présence assidue des étudiants est motivée principalement par l’intérêt que suscitent chez eux les thèmes d’études, les acteurs rencontrés, la mise en pratique des méthodes d’enquête de terrain autour de projets réels, l’expérience pédagogique autour des supports médias, ou encore la découverte d’environnements professionnels variés durant les enquêtes et lors des restitutions.

9C’est donc avec des équipes à chaque fois différentes et novices que sont transmises, réfléchies, réajustées, voire créées, ces approches mobilisant le rapport à l’espace comme principal vecteur. La réflexion et la sensibilisation sur ces méthodes tiennent une place particulièrement importante, notamment du fait que ces étudiants, de par leur choix d’orientation et leur formation, sont très éloignés des rapports à l’espace et de ses formes possibles d’appréhension. Les démarches mobilisées dans les études de terrain ne sont donc jamais tenues pour acquises mais sans cesse à reconstruire. En soi, ce contexte est propice aux questionnements et aux positionnements tant du chercheur par rapport à son objet que du sociologue par rapport à son métier. Une approche épistémologique s’est d’ailleurs rapidement avérée nécessaire dans l’accompagnement des équipes et la conduite des études. En effet, confrontés à des terrains complexes – autrement dit, à l’humain – et aux coulisses de la fabrication du savoir et de son utilisation – autrement dit, aux acteurs publics et privés participant des politiques sociales – les étudiants-enquêteurs manifestent, de manière récurrente, un réel besoin de réassurance et de recadrage quant à la posture et à la distance vis-à-vis des méthodes adoptées et des sujets étudiés et à l’utilité sociale de la sociologie et du sociologue face aux acteurs.

Entendre et susciter la parole : déconstruire et reconstruire le discours

10Confrontés à la stérilité des discours préconstruits souvent produits par les enquêtés lors des premières rencontres, nous procédons à leur déconstruction, à leur contournement et à leur déclenchement. Ces discours préconstruits sont habituellement produits soit à l’attention de potentiels donateurs dans le cadre des techniques de mendicité (Pichon, 1992), soit à celle des journalistes en période de grands froids, soit à celle des travailleurs sociaux (Paugam, 1997) dans le but de coller aux attentes catégorielles (Castel, 2009) et, le cas échéant, d’en obtenir les aides associées. Les discours préconstruits se retrouvent aussi, bien évidemment, mais de manière contrastée, chez les agents, les acteurs du social et les acteurs politiques en charge des dispositifs sociaux. Nous focalisons toutefois ici sur les « publics cibles » desdits dispositifs. La première étape dans la relation d’enquête et dans les situations d’entretien fut donc et reste encore aujourd’hui de poser le cadre de l’échange, à savoir un échange de type « gratuit ». Ce point n’est pas anodin, car, pour les personnes en situation SDF ou sans abri devant constamment justifier leur place, leur identité ou leur droit, la parole « pour rien », devenue rare, est une bulle d’oxygène, voire un luxe. Ce qui n’est pas sans favoriser la relation d’enquête une fois le cadre posé.

Une trame chronologique inversée pour reconstituer le parcours résidentiel

11Dans nos mobilités quotidiennes, lorsque nous utilisons les transports en commun, nous assistons souvent à des discours du type : « J’ai perdu mon travail, alors j’ai commencé à boire, du coup ma femme m’a mis à la porte et je me suis retrouvé à la rue ». Ce genre de justification correspond aussi aux attentes sociales quant à l’image du bon pauvre méritant l’aumône car victime d’une société en crise et permet, de ce fait, de légitimer le don : « J’ai perdu mon travail [victime économique], alors j’ai commencé à boire [justification d’une déviance], du coup ma femme m’a mis à la porte [victime relationnelle], et je me suis retrouvé à la rue [causalité finale] ». Plus largement, dans la manière de raconter leur vie, les personnes retissent une histoire autour de certains moments charnières qui ont marqué le tournant de leur existence et recomposent leur vie de manière parfois romancée.

12C’est cette histoire qu’il s’agit de déconstruire. Non pas qu’elle soit fausse, la question ne se situe pas là – et d’ailleurs, la manière dont est reconstruite cette histoire informe aussi, à partir du moment où elle peut être mise en perspective des faits. Ce sont ces faits qu’il s’agit de repérer et de replacer dans le processus objectivement à l’œuvre dans une carrière SDF et de sortie de situation. Or faire raconter la vie et par là même les étapes qui conduisent une personne à la situation dans laquelle elle se trouve au moment de l’enquête est un processus violent et intrusif. C’est également dans cette posture éthique, celle de ne pas fragiliser davantage les interlocuteurs en les confrontant à nouveau directement aux ruptures qui jalonnent leur vie, qu’il s’est avéré nécessaire non seulement d’inverser le processus narratif, mais surtout de proposer ces points d’ancrage factuels : les espaces habités. Partir du présent permet donc de déconstruire les histoires faites de bribes de réalités vécues et reconstruites, dans la recomposition d’un rôle et à destination du public. C’est la trame du guide d’entretien. Mais l’objet principal de ce dernier est bien la reconstitution du parcours résidentiel.

13Du point de vue du déroulé de l’entretien, la reconstitution du parcours résidentiel s’effectue à partir de la description factuelle des espaces vécus au moment de l’enquête, puis en remontant jusqu’à la petite enfance. Ce principe narratif autour du parcours résidentiel ouvre ainsi sur un espace d’expression en partie allégé des charges émotionnelles propres aux histoires de vie. Focaliser sur du matériel et du palpable – les espaces vécus, quels qu’ils soient – permet d’externaliser le parcours individuel. Il devient une trame extérieure à la personne moins intériorisée que ne l’est l’histoire personnelle. Qu’il s’agisse des espaces et mobiliers urbains, des portions de rue, des espaces collectifs ou des logements individuels, la description des espaces habités qui jalonnent un parcours de vie apporte des indices multiples sur l’histoire de vie, données que l’on n’obtient pas forcément dans le cadre méthodologique du suivi d’entretien sur le récit de vie, ou alors sur des temps d’investissement très long, pas toujours adaptés aux échéances de la plupart des contextes d’études.

Le contournement/dépassement du discours via le graphisme et la marche

14Le contournement du discours a été rendu possible en utilisant d’autres vecteurs d’expression que la parole, à savoir le graphisme et la marche, dans les espaces vécus au moment de l’enquête et dans ceux des périodes qui précèdent (pour les croquis).

15La réalisation de croquis représentant les espaces vécus au quotidien offre un moyen complémentaire d’accès aux données relatives aux ressentis vis-à-vis des situations SDF et des rapports atypiques aux espaces habités. Cet exercice non seulement permet d’aller au-delà de l’énonçable, mais procure des informations sur la manière dont l’individu se repère et manie le rapport à l’espace dans la construction de son quotidien.

  • 3 Jean-Yves Petiteau et Fabienne Le Roy, Domaine humain-perception, atelier d’urbanisme de la ville d (...)

16La marche, quant à elle, s’inspirant des méthodes relatives à l’itinéraire urbain initiées par Jean-Yves Petiteau 3, mais sans l’usage de la photographie dans nos premiers stades d’enquête, s’est avérée très complémentaire. Contrairement à l’immobilisme de la station assise et à l’intimité de l’entretien en face-à-face, la déambulation place le binôme enquêteur/enquêté dans une dynamique à même de provoquer des situations d’interaction (rencontres, surprises, réactions) propices au dépassement du discours sur soi. Non seulement le binôme évolue dans un espace physique propice à la description (il peut marquer des arrêts, revenir en arrière, etc.), mais il se passe des choses pendant que nous marchons, lesquelles suscitent, en réaction, un discours propice aux relances sur le parcours de vie.

17Du détournement au déclenchement de la parole, il n’y a qu’un pas. Rapidement, la déambulation tout d’abord informelle se construit à l’aide des méthodes déjà largement éprouvées de l’itinéraire urbain et s’accompagne de supports médias.

Le déclenchement du discours via l’image photographique et filmée

18L’utilisation de supports imagés tels que la photographie et le film, l’iconographie sur l’espace en général quel qu’il soit, suscite des réactions d’attraction, de répulsion ou encore d’indifférence, qui font appel aux registres personnels et culturels de la mémoire et de l’affect. En cela, ce sont de très bons déclencheurs de parole. De surcroît, les outils servant à la fabrication des images, tels que l’appareil photo et la caméra, sont de réels médias – au sens de médium – d’interaction et moteurs de parole.

19Si les photographies ne disent pas forcément la vérité (Becker, 2007), elles sont un bon vecteur de parole. Lorsqu’elle est déjà réalisée, la photographie sert de support pour décrire et faire parler sur des espaces environnant pratiqués. Elle peut être présentée de diverses manières : 1) soit dans un ordre particulier – ce qui dirige en partie le récit sur les espaces montrés ; 2) soit en vrac sur la table, en observant sur quel(s) cliché(s) l’enquêté porte son attention ; 3) soit en demandant à l’enquêté de choisir, parmi les photographies présentées, une qui soit particulièrement représentative de ses espaces de vie ou de son ressenti, ou encore de les ordonner selon des thèmes, etc. Faire photographier les espaces par les personnes interviewées et leur demander de motiver le choix des clichés apportent un autre complément non négligeable. Les photographies peuvent, en effet, être prises durant la situation d’entretien, sur un thème donné (par exemple, les endroits préférés, détestés ou particulièrement représentatifs du lieu étudié, etc.) et servir ainsi de prétexte à la discussion.

20L’usage de la caméra et de l’image filmée pose des questions méthodologiques et de postures sensiblement proches, bien que plus complexes, à celles que pose celui de la photographie. Il existe différentes manières d’envisager le déclenchement du discours par le biais de l’image. Par exemple : 1) regarder des images, en discuter et écouter les réactions de l’enquêté (on est là sur des images déjà existantes, avec les biais que la sélection préalable peut comporter) ; 2) les fabriquer durant l’entretien par ou avec l’enquêté et l’écouter les décrire pendant qu’il les saisit ; 3) enfin, cette deuxième démarche peut s’accompagner d’un retour sur image, en regardant les images saisies et entendre ce que l’enquêté a à dire de ses propres prises de vues et de ses représentations, etc.

  • 4 Pour réaliser cet exercice, nous avons fait appel à un professionnel de l’image, Éric Dazin, docume (...)

21L’outil caméra et l’image filmée, qui intègrent la dimension temporelle du mouvement et révèlent l’action en train de se faire, ont récemment fait l’objet d’une démarche expérimentale de constitution de corpus autour de la notion du chez-soi. Dans le cadre d’une étude sur le relogement en pension de famille, de personnes de profils variés et en cours de sortie de situations de mal-logement, des cheminements urbains filmés ont été réalisés à cet effet (Rouay-Lambert, 2015). Conscients qu’aborder de front les histoires de vie jalonnées de déboires et de souffrances, alors que les personnes étaient en train de refaire surface, n’était ni pertinent d’un point de vue méthodologique ni opportun par rapport au processus d’installation/insertion dans lequel s’inscrivaient les résidents, nous avons opté pour un autre média. Pour rendre compte de l’inscription socio-spatiale de ces nouveaux habitants dans la pension de famille, dans leur nouveau quartier et, plus largement, dans leur propre vie, nous leur avons proposé, tout d’abord, de les sortir de chez eux, en les invitant à nous faire visiter leur nouveau quartier. L’objectif était, dans une démarche réflexive, de chercher à représenter le (sentiment d’être) chez-soi. Pour résumer, le cheminement urbain filmé a tour à tour été : 1) un prétexte à la rencontre et une autre façon de solliciter la parole, soit une méthode donnant envie aux résidents de parler d’eux et de leur nouvel environnement de vie ; 2) un moyen de désacraliser la caméra en en faisant un outil ludique et en faisant de l’image un objet transitionnel, soit un médium entre l’enquêteur et l’enquêté ; 3) un contexte de fabrication de données et d’images bousculant autant les pratiques du sociologue que celles du documentariste-caméraman  4 ; 4) un moment d’exception dans la relation d’enquête, moment que l’on a visionné a posteriori, chez le guide, à l’intérieur et assis, afin de poursuivre la relation entamée à l’extérieur, dans la mobilité du cheminement.

22Nous avons effectivement constaté que le regain de réflexivité (Piette, 1992) que procure l’image filmée s’avère particulièrement propice à susciter la parole. Outre les considérations techniques que pose leur usage et dont nous ne ferons pas état ici, c’est la méthodologie de relecture conjointe des images coproduites qui nous amène à poser des questions de posture et de coproduction sociologiques.

Relecture des méthodes mobilisant le rapport aux espaces habités

23Qu’apportent ces méthodologies de recueil de données auprès des publics ayant un rapport particulier aux espaces habités – dits « sans abri ou SDF » – à la société  – dits « invisibles ou désinsérés » – et à la parole – dits « inaudibles ou non citoyens » ?

Une objectivation du récit qui replace l’individu dans un parcours institutionnel

24Commencer l’entretien par le présent, par ce qu’est l’interviewé aujourd’hui et non pas ce qu’il n’est plus, place d’emblée le binôme enquêteur/enquêté dans une relation plus équilibrée, moins inconfortable. Faire parler sur ce qu’il vit aujourd’hui resitue l’enquêté dans une posture active d’un individu ayant des choses à dire sur l’ici et maintenant. Cette posture, qui l’ancre dans un présent réel, évite de le réduire à n’être que le témoin d’une histoire passée, d’ailleurs le plus souvent magnifiée, aggravée ou en partie oubliée. Partir du présent l’oblige ainsi à porter un regard plus distancié sur les faits évoqués.

25La chronologie inversée est une tentative d’objectivation de ce qu’il y a de plus subjectif en chacun de nous : l’histoire personnelle. Permettre à l’interlocuteur de sortir de sa propre histoire lui ouvre d’autres perspectives et notamment celle d’envisager les autres acteurs, partie prenante de son parcours SDF, à savoir les personnes et les institutions qui le jalonnent. On passe ainsi de l’histoire de vie, où l’enquêté porte seul la responsabilité de sa situation SDF, à la reconstitution plus nuancée d’un processus plus complexe incluant les acteurs liés à cette situation. Cette posture, propice à l’objectivation et à la distanciation, s’inscrit pleinement dans la vision d’Howard Becker qui, dans sa théorie de la déviance, a montré l’intérêt et la pertinence de privilégier autant, voire davantage, l’étude des entrepreneurs de morale plutôt que celle des déviants (Becker, 1985).

  • 5 « Repérage et chronicité des ruptures. Qu’est-ce qui conduit à la rue et maintient dans les situati (...)

26Cette posture s’est effectivement révélée particulièrement efficiente dans une étude qui devait au départ s’attacher à n’étudier que les ruptures en amont des situations de rue et qui, du fait des données de terrain, s’est en partie réorientée sur les processus institutionnels qui maintenaient les personnes dans les situations SDF, voire contribuaient à certaines de leurs ruptures 5. C’est le cas, par exemple, de certains jeunes arrivés à la majorité, sortant brutalement des dispositifs de l’aide sociale à l’enfance lorsqu’ils sont expulsés de leur logement par leur famille d’accueil, et dans l’impossibilité d’être accueillis par leur famille d’origine ; ils se retrouvent en décrochage scolaire et en errance entre les milieux de rue et les dispositifs sociaux. C’est le cas également des ménages dont les membres sont séparés lorsque leur situation ne correspond plus aux critères de l’aide sociale accordée au moment de la demande, comme cette mère et sa fille, relogées à l’hôtel depuis plusieurs années. À la majorité de cette dernière, la mère est reconduite dans un centre d’hébergement pour femme seule et la fille relogée dans un foyer pour jeunes travailleurs. Toutes deux se retrouvent séparées l’une de l’autre et éloignées de leur quartier habituel.

27Dans tous les cas rencontrés, objectiver le parcours de vie individuel permet de le remettre en perspective. Cette réflexivité n’améliore certes pas leur situation, mais leur permet de porter un regard différent sur leur parcours d’errance. Distinguer les parts de responsabilité permet potentiellement de gérer sa situation autrement qu’en se focalisant sur sa seule responsabilité individuelle. La reconstitution des parcours de vie, par le biais des espaces habités, débouche ainsi sur la reconstitution des parcours institutionnels. Ce qui ouvre sur une autre façon d’appréhender la place de l’individu et la question SDF.

L’expérience universelle de l’habiter comme point commun dans l’entretien

28L’apport conjoint de la chronologie inversée et de la reconstruction du parcours résidentiel rend plus confortable la relation d’entretien tant pour l’interviewé que pour l’interviewer, du fait même que son objet – le parcours résidentiel – est extérieur à soi (même si on y est inscrit). En effet, alors que nous ne faisons pas tous l’expérience du déclassement ou de la désaffiliation, ce qui crée un écart substantiel entre les interlocuteurs et reste propice au jugement de valeur et à la distance sociale (Pinçon & Pinçon-Charlot, 2009), nous sommes tous, quelle que soit notre place, inscrits dans un parcours résidentiel et faisons l’expérience de l’habiter. Dans le cadre d’un entretien discursif, ces expériences de l’habiter deviennent en soi un sujet de discussion moins « passionné » et moins impliquant que ne l’est celui de l’histoire personnelle.

29L’objet même du guide d’entretien, on l’a vu, devient donc le parcours résidentiel et non l’histoire personnelle. Il participe de l’objectivation et installe le binôme enquêteur/enquêté dans une situation d’entretien favorable à l’approfondissement, notamment en inscrivant la description factuelle dans une chronologie vérifiable : par exemple, en termes d’année (« en 1986 ») ou de repères (« c’était l’année de mon divorce », « c’était quand j’ai changé de travail », « c’était quand j’ai eu mon accident », « c’était quand je suis rentré de l’hôpital », « c’était quand mon enfant est né », etc.). Ces repères, facteurs déclencheurs de mobilité résidentielle et indices de changement de situation personnelle rapportés à des faits – contrairement à la reconstruction d’une chronologie subjective et abstraite du type : « c’était il y a longtemps », « c’était avant », etc. – sont autant de données sur le parcours qui n’apparaissent pas forcément dans le cadre de l’entretien classique.

30L’exemple de Charles est, sur ce point, assez probant. Relogé dans un hôtel social de type pension de famille depuis plusieurs mois à l’issue de sa perte soudaine de logement, cet homme d’une cinquantaine d’années a fait l’objet d’un suivi d’entretiens pendant six mois, lequel a permis de reconstituer son parcours de vie en amont de sa prise en charge et jusqu’au moment de l’enquête. Toutefois, malgré la récurrence des entretiens et le temps passé à cette reconstitution, certains moments-clés déclencheurs de changements semblaient manquer. C’est face à ces blocages que la méthode du parcours résidentiel (en chronologie inversée et complété des croquis des espaces vécus) a trouvé toute sa place. Deux entretiens ont suffi à mettre en lumière les événements cruciaux permettant de comprendre le processus d’errance et de retranchement. Trop violente à aborder frontalement dans le seul cadre de l’oralité, l’évocation de ces faits a spontanément trouvé sa place dans la trame du parcours résidentiel sur les espaces habités puisqu’ils étaient effectivement moteurs de déménagements et de changements de statut.

31Si l’on pose l’hypothèse que la confiance instaurée durant les mois passés a également participé de cette libération de parole, on pourrait penser que cette méthode serait à minima un complément à la méthode des récits de vie. On a pu toutefois constater, dans d’autres contextes d’étude, qu’elle fonctionnait également en tant que telle, sur des temporalités d’enquêtes plus courtes.

Le graphisme révèle ce que tait l’oralité

32Le contournement de la parole et des filtres qui y sont associés – tels les non-dits, les tabous, le tacite, ou encore les différences de compréhension du fait de la langue, des cadres de référence respectifs et des champs d’expertise propres à chaque interlocuteur – est un complément à l’oralité particulièrement pertinent pour rendre compte des rapports aux espaces pratiqués et perçus.

33Dans le cadre de l’exercice, la demande même de représentation graphique des espaces habités s’effectue par l’expression « croquis schématiques ». En effet, c’est face au refus fréquent de se prêter à l’exercice, sous prétexte justement de « ne pas savoir dessiner » ou que « ce ne sera pas beau », qu’il s’est agi de désigner autrement l’acte même. Parler de croquis ou de plan des lieux et non de dessin permet à l’interlocuteur de se dégager du jugement de valeur esthétique associé au beau en passant au registre informatif plus factuel qu’est le croquis ou le plan explicatif. Cet exercice, en complément de l’oralité, possède un double intérêt concomitant : 1) la représentation graphique laisse apparaître ce qui n’est pas toujours spontanément énoncé ; 2) le non-représenté informe tout autant que le non-dit sur ce qui n’est pas audible ou descriptible.

34Or c’est dans ces absences de représentation, comme dans les moments de silence, que se situent les problématiques les plus intéressantes à approfondir et que l’on peut cibler les relances. On l’a bien observé avec Joan (Rouay-Lambert, 2004), qui occupe une partie d’un square parisien avec un groupe SDF et qui refuse de représenter graphiquement cet espace de pratique quotidienne, invoquant l’image dépréciative que cette situation lui renvoie. Ici, la non-représentation graphique met en lumière le décalage entre pratique SDF et représentation sociale SDF, débouchant sur la marge réduite de négociation dans le maintien de l’image de soi (Strauss, 1992).

35L’exercice graphique offre un autre intérêt. Au-delà de l’apport que peut procurer a posteriori l’analyse graphique pour les spécialistes du sujet, l’analyse même succincte de l’exercice, à savoir l’observation en cours de réalisation de la dextérité du trait et de l’écriture, permet de repérer les potentielles difficultés inhérentes à l’expression écrite, à l’abstraction, à la compréhension et au respect des consignes, au repérage dans l’espace, à la projection dans le temps, etc. Autant d’éléments impactant potentiellement la gestion de sa situation SDF ou de mal-logement, autrement dit la démarche d’insertion, tant les procédures administratives sont nombreuses et complexes.

La production d’images rend compte des représentations sociales de l’espace

36Par ailleurs, les images photographiques ou filmiques permettent d’engager la discussion sur les représentations sociales des espaces de vie. L’acte de photographier en tant que tel devient un moteur de parole factuelle, surtout lorsqu’on demande à la personne enquêtée de justifier son cliché. La prise en main de l’appareil et le déclenchement de la photographie l’engagent dans ce qu’elle nous dit des espaces vécus et perçus et donne une dimension réelle à ses propos, une preuve matérielle.

37Cet exercice est particulièrement profitable avec des personnes inscrites de longue date dans l’errance ou éloignées des subtilités de la langue nationale tels les migrants extranationaux, ou encore celles atteintes de pathologies mentales ou ayant des comportements déviants du fait de la consommation de psychotropes, pour qui les espaces d’expression sont souvent réduits à ceux des besoins et/ou d’ouverture des droits.

38Au-delà du verbe, l’acte de se déplacer pour montrer quelque chose de précis et l’acte de photographier ces choses, ces espaces ou ces situations délient la parole. La poursuite de l’entretien n’en devient que plus fluide et le contenu plus fécond. Cet exercice, mobilisé notamment dans les contextes de rue ou de centre d’hébergement d’urgence, donne des résultats tout à fait satisfaisants tant sur le contenu que dans le relationnel d’enquête. La parole sur les espaces, associée à l’image des espaces photographiés, rend compte des représentations différenciées propres à chacun et selon les acteurs en présence. Par exemple, un espace présupposé propice à la convivialité ou au repos pour certains peut être perçu comme une promiscuité, voire une violence, pour d’autres (salles d’attente, mobiliers, chambrées, bureau d’accueil des travailleurs sociaux, etc.) .

39Outre l’intérêt du corpus produit avec l’appareil photo, nous avons constaté que la manière de le produire requérait réflexion et préparation, car le type d’appareil photographique utilisé impactait directement la nature des données et, plus largement, influait sur la méthode. L’appareil argentique (ou jetable), par exemple, a un nombre de clichés limité, qui ne peuvent être refaits et qui ne sont pas instantanément visibles. On ne peut donc que présumer de l’image saisie. Nous sommes là en présence d’une forme de projection, d’abstraction.

40Plus généralement : 1) soit l’appareil photo est utilisé uniquement comme prétexte et facilitateur de discours, sans qu’il soit prévu que l’image produite soit revue ; dans ce cas, le type d’appareil importe peu, bien que certains soient plus ergonomiques et accessibles à tous que d’autres ; 2) soit les photographies prises durant l’entretien sont revues et commentées dans la foulée de l’entretien ou a posteriori ; dans la foulée, cela suppose alors d’utiliser un support numérique ou un Polaroïd (rendant l’image palpable et immédiatement saisissable), l’image pouvant être revue immédiatement et commentée ; dans le second cas, il s’agit d’organiser un second entretien a posteriori ; selon les terrains d’enquête, cet entretien risque de ne pas avoir lieu du fait de la disparition de l’enquêté de son lieu de vie ; mais lorsqu’il est possible, ce retour sur image permet une réelle prise de recul avec l’énoncé, parfois un repositionnement, des précisions, voire un retournement complet du discours tant l’image renvoyée ne correspond pas à la réalité perçue ou reconstruite par la personne enquêtée.

41Dans cet exercice, l’espace devient le sujet à photographier, le signifiant, le discours sur cet espace le signifié, et l’appareil photographique un objet transitionnel dans la situation d’entretien. Dans tous les cas, nous avons remarqué que le choix du type d’appareil photographique avait son importance.

  • 6 Il est question de rendre compte des pratiques d’ancrages socio-spatiaux dans des espaces non propi (...)
  • 7 Réalisation d’un livret à destination des hébergés et des personnels, dans le cadre d’un processus (...)

42Dans un centre d’hébergement d’urgence qui récemment fait l’objet d’une étude 6, l’usage de la photographie, non pas dans l’optique méthodologique du recueil de données mais dans celle de la captation de « belles images » réalisées avec un photographe et un matériel professionnel, a révélé un autre rapport à l’image de la part des personnes hébergées 7. La recherche esthétique en soi et non plus la parole a suscité l’adhésion de personnes hébergées qui, jusque-là, avaient refusé de participer aux entretiens. Face à l’expectative de la fermeture du centre, c’est semble-t-il dans le contraste lié à la fabrication de « belles images » d’un lieu de vie habituellement associé à des représentations sociales négatives, que s’est ouvert un potentiel d’expression et de relationnel. Prendre le temps, se positionner pour réaliser une photographie, puis montrer en direct, sur l’écran de l’appareil, cette dissonance entre « le beau » (couleur, cadrage, matière de l’image) et « le sujet du beau » (des conditions de vie et de la situation), semble propice à la parole.

  • 8 Sur ce point, le film documentaire Au bord du monde de Claus Drexel, Daisy day film Production, 1 h (...)

43Cette question de la valorisation que procure la « belle image » de l’espace habité sur la personne enquêtée et en quoi elle impacte le corpus 8 reste à investir car elle s’est également révélée à l’occasion de la méthodologie des cheminements urbains filmés.

L’usage de l’image filmée : vers une co-production ?

  • 9 Voir, par exemple, les problématiques soulevées dans « Sociologies visuelles », l’Année sociologiqu (...)

44L’« outil méthodologique » devient nécessairement, un temps, « objet » d’étude. À travers les différentes méthodologies exposées et mobilisées dans la constitution des corpus, émerge la question de la co-production des images (graphique, photographique et filmique), de la place qu’elles occupent dans la constitution des corpus et de leur traitement. Le film est de plus en plus utilisé tant pour capter les interactions sociales (Lallier, 2012) que pour montrer les pratiques divergentes d’un même espace de vie. Le développement assez récent de la sociologie visuelle en témoigne 9. Ces questionnements se sont particulièrement révélés dans l’utilisation du cheminement urbain filmé et de son visionnage.

Pratiques et questionnements à l’épreuve du cheminement urbain filmé

45L’intérêt en soi du cheminement urbain filmé en tant que méthode n’est plus à démontrer (Rouay-Lambert, 2015). Il permet effectivement d’accéder à l’intimité du guide et de retracer son histoire de vie sans se montrer intrusif. L’architecture des bâtis, les matières, les ambiances visuelles et sonores, les détails multiples, comme les perspectives, remémorent des moments et des expériences passés dans la vie du guide. En suscitant autrement la parole de la personne enquêtée, le cheminement urbain filmé permet de saisir, en partie, ses représentations du monde social (Pinçon & Pinçon-Charlot, 1988).

46Lors du visionnage des images coproduites, chez le guide, la séance était enregistrée sur dictaphone. La consigne donnée à l’interviewé était de commenter l’image mais sans entendre les propos tenus lors du cheminement. Il pouvait arrêter l’image à tout moment. L’objectif était de croiser, a posteriori, les propos tenus durant le cheminement urbain et ceux tenus sur les images saisies. Cette méthode de retour sur image a, par exemple, déconstruit un de nos a priori : l’écran d’abord considéré comme un filtre obstruant s’est avéré une fenêtre ouverte sur l’intime. L’image projetée offre à l’interviewé la possibilité de parler sans détour de sujets très personnels à propos de ce qu’il voit sur l’écran (en deux dimensions), alors qu’il n’en parle pas spontanément lorsque nous sommes physiquement dans les lieux face aux mêmes images (en trois dimensions). Le recul que permet l’image filmée vis-à-vis de l’image de soi reste encore à approfondir, l’écran et l’image filmée devenant, à leur tour, des objets transitionnels.

47L’usage de la caméra puis de l’image filmée pour rendre compte des espaces vécus pose un ensemble de questions qui croisent celles développées dans le champ de la sociologie visuelle.

48Par exemple, en amont, la contrainte tient au fait que « toute la réalité sociale est le champ de la caméra » (Rissoan, 2003). Quels sont, dès lors, les contours de toute la réalité sociale et que se passe-t-il hors de ces contours ? Ces questions nous amènent, par la suite, à l’outil et à ses contraintes matérielles et techniques telles que le champ de la caméra, sa focale, etc.

49La caméra poserait ainsi le cadre de saisie de données et d’observations. Par ce cadre, elle déterminerait un champ et un hors-champ. Ce qui est donné à voir proviendrait donc d’une sélection de la réalité sociale par celui qui filme. Or, comme l’énonce Christian Lallier dès l’introduction de son ouvrage (Lallier, 2009, p. 19) : « le terrain de l’observateur-filmant ne se situe pas face au champ social mais à l’intérieur de celui-ci, dans l’entre-deux des interactions. »

50Enfin, le visionnage des cheminements urbain filmés, avec le guide, pose un cadre d’entretien différent de l’habituel face-à-face. Lors de cet exercice, comme il s’est agi de regarder ensemble, sur un écran d’ordinateur, ce que le guide nous avait donné à voir durant le cheminement, il a fallu s’installer côte à côte. Ce changement de position dans l’entretien n’est pas anodin et pose un nouveau cadre relationnel enquêteur/enquêté, qui nous place dans une posture de coproduction : en effet, nous élaborions conjointement une lecture et une narration sur une image, fabriquée elle aussi, ensemble. Cette relecture commune n’a pas d’équivalent dans le cadre habituel de l’entretien oral.

51Cette approche moins « néo-positiviste » que « néo-ethnographique », postures propres aux débats qui animent la sociologie visuelle, mêlant co-production du savoir, recherche esthétique, intersubjectivités et empathie, peut servir la réflexion sur l’usage de l’espace en sociologie et plus largement sur le développement d’une sociologie de l’habiter.

Ouverture vers une sociologie de l’habiter

52L’outillage méthodologique mobilisant le rapport aux espaces habités, élaboré pour appréhender les modes de vie SDF dans les situations d’urgence ou de relogement, nous permet d’accéder à une parole fine et approfondie sur leur parcours et ce, même dans des conditions d’enquête difficile (rue, urgence, etc.). D’une part, le prisme sur le rapport aux espaces vécus instaure un cadre d’entretien dégagé de l’affect et de l’implication qu’occasionne le récit de vie, notamment entre des interlocuteurs connaissant des situations sociales éloignées. D’autre part, le rapport à l’espace, comme sujet principal de l’entretien, permet d’instaurer une distance qui n’empêche aucunement la proximité relationnelle durant l’enquête. Mais au-delà de la reconstitution de leur parcours, cette parole ainsi recueillie nous informe de la complexité des processus à l’œuvre dans ces situations SDF et de mal logement, nous invitant à déplacer quelque peu notre angle de vue (Rouay-Lambert, 2014). En résumé, d’une sociologie sur les SDF, nous passons à une sociologie avec les SDF sur les acteurs et les institutions participant des politiques sociales en matière de logement et d’hébergement.

53Ces allers-retours sur la méthodologie appréhendée tour à tour comme outil et comme objet montrent que la sociologie visuelle et la sociologie de l’espace, au service respectivement l’une de l’autre offrent des possibilités intéressantes. Ces méthodologies mobilisant le rapport à l’espace et ces postures de coproduction de l’image et du savoir peuvent s’envisager dans des domaines bien plus larges que ceux dans lesquels ils ont été explorés jusqu’ici. Testées dans des contextes et des situations aux marges des conditions habituelles de vie, elles sont ajustables dans d’autres sphères. Il est ainsi tout à fait envisageable d’investir ou de réinvestir de nombreux thèmes de recherche liés aux mobilités (sociale, professionnelle, géographique), aux migrations, aux entre-soi, au virtuel, etc., en revisitant ces méthodologies et en les associant aux théories de l’habiter (Stock, 2007), elles aussi en cours de renouvellement (Frelat-Kahn & Lazzarotti, 2012).

Haut de page

Bibliographie

Becker H. S. (2007), « Les photographies disent-elles la vérité ? », Ethnologie française, vol. 37, n° 1, pp. 33-42.

Castel R. (2009), La Montée des incertitudes. Travail protections statut de l’individu, Paris, Éditions du Seuil.

Castel R. & C. Martin (2012), Changements et Pensée du changement. Échanges avec Robert Castel, Paris, Éditions La Découverte.

Frelat-Kahn B. & O. Lazzarotti (2012), Habiter. Vers un nouveau concept ? Paris, Éditions Armand Colin.

Lallier C. (2009), Pour une Anthropologie filmée des interactions sociales, Paris, Éditions des archives contemporaines.

Moles A. & E. Rohmer (1998), Psychosociologie de l’espace, Paris, Éditions L’Harmattan.

Paquot T., Lussault M. & C. Younès (dir.) (2007), Habiter, le propre de l’humain. Villes territoires et philosophie, Paris, Éditions La Découverte.

Paugam S., (1997 [1991]), La Disqualification sociale. Essai sur la nouvelle pauvreté, Paris, Presses universitaires de France.

Pichon P. (1992), « La manche, une activité routinière », Annales de la recherche urbaine, n° 57-58.

Pichon P. & T. Torche (2011), S'en sortir... Accompagnement sociologique à l'autobiographie d'un ancien sans domicile fixe, Presses universitaires de Saint-Étienne.

Petiteau J.-Y. & A. Ginja (1995), Déménager, emménager dans l’ancien et le nouveau monde, Paris, Plan urbain METT.

Piette A. (2007), « Fondements épistémologiques de la photographie », Ethnologie française, vol. 37, n° 1, pp. 23-28.

Pinçon M. & M. Pinçon-Charlot (2002 [1997]), Voyage en grande bourgeoisie. Journal d’enquête, Paris, Presses universitaires de France.

Pinçon M. & M. Pinçon-Charlot (1988), « Histoires de vie, espaces de vie », Espace géographique, vol. 17, n° 2, pp. 122-130.

Rissoan O., « Une méthode de traitement sociologique de données filmées », Bulletin de méthodologie sociologique [En ligne], 82 | 2004, mis en ligne le 07 juillet 2008, consulté le 29 avril 2016. URL : http://bms.revues.org/1079

Rouay-Lambert S. (2004), « Sur les traces des sans-abri. Le cas exemplaire de Joan », Espaces et sociétés, « Habiter sans logis », n° 116-117, pp. 29-45.

Rouay-Lambert S. (2006), « La retraite des “anciens” SDF. Trop vieux pour la rue, trop jeunes pour la maison de retraite », Les Annales de la recherche urbaine, « Vieillir en ville », n° 100, pp. 137-143.

Rouay-Lambert S. (2014), « Où va la parole des SDF ? La “marge” peut-elle enfin instruire l’institutionnel ? », Le Sociographe, « La Nouvelle Gestion sociale des SDF », n° 48.

Rouay-Lambert S. (2016), « Re-habiter sa vie. L’exploration méthodologique d’un nouveau vivre-ensemble via le cheminement urbain filmé », Espaces et Sociétés, « L’observation et ses angles », n° 164-165.

Ségaud M. (dir.) (2012), Anthropologie de l’espace. Habiter, fonder, distribuer, transformer, Paris, Éditions Armand Colin.

Stock M. (2007), « Théorie de l’Habiter. Questionnements », dans Habiter le propre de l’humain. Ville, territoire et philosophie, Éditions de La Découverte.

Strauss A. (1992), La Trame de la négociation, Paris, Éditions L’Harmattan.

Terrenoire J.-P. (1985), « Images et sciences sociales : l’objet et l’outil », Revue française de sociologie, vol. 26n n° 3, pp. 509-527.

Winnicott D. (2010 [1969]), Les Objets transitionnels, Paris, Éditions Payot.

Haut de page

Notes

1 Beaucoup de témoignages commençaient à être publiés, mais peu de travaux dans le champ universitaire, à l’exception de ceux de Pascale Pichon en 1995, précédés de ceux de Maryse Bresson en 1994, ou encore de Patrick Gaboriau en 1993.

2 À la Faculté des sciences sociales et économiques (FASSE) de l’Institut catholique de Paris (ICP).

3 Jean-Yves Petiteau et Fabienne Le Roy, Domaine humain-perception, atelier d’urbanisme de la ville de Cholet, contrat ville-moyenne de Cholet, 1975. Développée dans les années 1980, cette méthode, devenue classique en sociologie urbaine, se diffuse depuis dans d’autres champs de la sociologie et est notamment propice à l’étude des modes de vie urbains alternatifs et SDF.

4 Pour réaliser cet exercice, nous avons fait appel à un professionnel de l’image, Éric Dazin, documentariste, qui, par ailleurs, nous sensibilise à l’image dans le cadre d’un cours dispensé à l’Atelier-SH.

5 « Repérage et chronicité des ruptures. Qu’est-ce qui conduit à la rue et maintient dans les situations SDF ? », Rapport d’étude, Direction de l'Action sociale, de l'enfance et de la santé, Sous-direction de la Solidarité (DASES-SDIS) de la Ville de Paris/Atelier des sciences humaines FASSE - ICP 2011 (105 pages).

6 Il est question de rendre compte des pratiques d’ancrages socio-spatiaux dans des espaces non propices à l’installation, en vue de réfléchir autrement à l’urgence sociale, aux espaces et aux missions de l’urgence.

7 Réalisation d’un livret à destination des hébergés et des personnels, dans le cadre d’un processus de clôture d’étude et d’accompagnement de la fermeture du centre. « Comment j’ai habité le CHU de Reuilly-Diderot. Paroles, images et textes », documentation interne, CAS-P/ Atelier des sciences Humaines, juillet 2015, 52 pages.

8 Sur ce point, le film documentaire Au bord du monde de Claus Drexel, Daisy day film Production, 1 h 38’, 2013, a suscité des débats sur le contraste qu’il offre entre la qualité de la photographie et le sujet du film.

9 Voir, par exemple, les problématiques soulevées dans « Sociologies visuelles », l’Année sociologique, vol. 65, n°1, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Rouay-Lambert, « Mobiliser le rapport aux espaces habités dans la reconstitution des parcours de vie SDF », SociologieS [En ligne], Dossiers, Penser l'espace en sociologie, mis en ligne le 16 juin 2016, consulté le 16 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/5478

Haut de page

Auteur

Sophie Rouay-Lambert

Maîtresse de conférences, Atelier des sciences humaines, Faculté des sciences sociales et économiques, Institut catholique de Paris (France) - srouay@free.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page