Navigation – Plan du site
Melvin Pollner
Découvertes / Redécouvertes
Melvin Pollner

« Le vrai coupable »

Un regard ethnométhodologique sur la déviance : des fumeurs de marijuana de Becker aux sorciers d’Evans-Pritchard
Kamel Boukir

Résumés

Introduction de l’article de Melvin Pollner « Les versions mondaine et constitutive de la théorie de l’étiquetage » (« Constitutive and Mundane Versions of Labeling Theory », Human Studies, vol. 1, n° 3, july 1978, pp. 269-288), traduit de l’anglais par Kamel Boukir et Louis Quéré.

Haut de page

Notes de la rédaction

L’article de Melville Pollner est accessible à l’adresse : https://sociologies.revues.org/5517

Texte intégral

  • 1 Michael Lynch raconte que lors de l’ouverture de séance de l’American Sociological Association en 1 (...)
  • 2 Dans son article « Left of Ethnomethodology: the Rise and Decline of Radical Reflexivity », Melvin (...)

1L’œuvre éponyme de Harold Garfinkel, Studies in Ethnomethodology, entérine l’acte de naissance de l’ethnométhodologie (EM) – une catégorie que Harold Garfinkel dit avoir forgée en lisant et en écoutant les raisonnements de jurés de tribunaux. Toutefois, bien avant sa parution en 1967 1, les linéaments de ce courant dessinent un cercle d’étudiants qui s’en font les promoteurs. L’un de ses élèves, Melvin Pollner, ne cessera d’interroger dans un va-et-vient constant les propositions formulées par le premier Harold Garfinkel et celles arrêtées dans le dernier ouvrage publié en 2002, Ethnomethodology’s Program. Ce second moment de la pensée du maître donne à Melvin Pollner l’occasion de s’interroger sur ce qu’il appelle les versions 1.0 et 2.0 de l’EM (Pollner, 2012b), dont il dégage les grands traits afin d’évaluer leur éventuelle discordance et finalement de tirer les conclusions quant à la cohérence même de la pensée de Harold Garfinkel (Pollner, 2012a). Toute l’œuvre de Melvin Pollner est fécondée par cet inlassable travail de (re)lecture qui l’installe dans une tension intellectuelle avec son devancier 2. Comprendre les inspirations initiales de l’EM afin de les travailler selon ses propres lignes de fuite, avec cette exigence toujours renouvelée de faire l’épreuve du monde empirique, telle est la tâche générale que s’assigne Melvin Pollner.

  • 3 Élève de Aaron Cicourel, dont le travail a porté sur la constitution de la déviance par les agences (...)
  • 4 Melvin Pollner inscrit son travail dans le sillage du travail contemporain de Lawrence Wieder (1974 (...)

2Sur le plan particulier de l’étude de la déviance, l’article que nous traduisons ici, Constitutive and Mundane Versions of Labeling Theory, est un moment fondateur dans la trajectoire que Melvin Pollner veut donner à la théorie de l’étiquetage formulée par Howard Becker dans Outsiders. Si à première vue la formulation théorique paraît parfois absconse, l’article gagne à être lu une seconde fois. Melvin Pollner y déploie une imagination sociologique qui lui permet d’élucider de redoutables questions philosophiques à propos de l’articulation entre langage, perception et réalité. La visée théorique du propos ne cède en rien à l’ancrage empirique, qu’il soit ethnographique ou statistique 3. La déviance comme objet d’enquête recouvre un univers de pratiques qu’affectionnent particulièrement les ethnométhodologues. En outre, les attributs « normal » et « déviant » des comportements se présentent sous un jour particulier, un travail interactionnel en train de s’accomplir en situation. Plus précisément, la déviance n’est plus recherchée dans un défaut de constitution psychique ou de désorganisation sociale, mais comme le résultat de l’activité qui consiste à dire 4 ce qui aurait dû être. Dans l’écart qui se creuse entre des faits échus transgressifs et ceux que ménagent une attente sociale irréalisée (ce qui aurait dû être fait ou évité), le travail de constitution d’un ordre normatif par le contrôle social des membres de la société devient visible.

  • 5 Je traduis « traffic court » par tribunal de police, équivalent juridictionnel où sont traités les (...)
  • 6 Sur cette influence directe dans les « science and laboratory studies », l’article de Michael Lynch (...)
  • 7 D’après Michael Lynch (1993, pp. 35-38) cette perspective conduit à un scepticisme constructiviste (...)

3Les deux principaux terrains d’enquête de Melvin Pollner sont le traitement de la maladie mentale en urgence psychiatrique et l’activité juridictionnelle des tribunaux de police – deux thématiques qui rappellent Asiles et Outsiders où Erving Goffman et Howard Becker montrent respectivement comment se fabriquent, d’un point de vue institutionnel et d’un point de vue personnel, la folie et la déviance. Melvin Pollner travaille également sur des objets aussi différents que l’humour en situation et le rôle de la croyance religieuse dans la gestion du stress. Il reste que le site d’enquête sur lequel s’arc-boute son livre sur les « idiomes philosophiques » qui soutiennent le sens de la réalité est le tribunal de police 5. Le corpus de matériaux empiriques qu’il a tiré de cette enquête a été mis en forme dans son ouvrage Mundane Reason: Reality in Everyday and Sociological Discourse, publié en 1987. Ce livre, discret sur la scène intellectuelle française, aura pourtant été l’un des foyers d’origine depuis lequel se sont développés les travaux sur les ontologies scientifique et médicale 6, tirant directement profit de ce que Melvin Pollner avait appelé des « ontologies mondaines », c’est-à-dire des univers de discours et de pratiques qui assoient les conditions d’irréfutabilité d’un monde réel. La thèse de Melvin Pollner est forte : l’objectivité scientifique est de même nature que celle sur laquelle repose le sens commun. Elle se travaille en situation grâce aux membres d’une communauté qui entretiennent leur commune certitude au sujet d’une facticité du monde qui se dérobe toujours au doute 7.

4L’interrogation de Melvin Pollner se situe au tournant de la fin des années 1960 et du début des années 1970, point de bascule dans la refondation d’une sociologie phénoménologique d’inspiration schützienne. Cette sociologie soucieuse de l’expérience subjective des structures objectives du monde de la vie quotidienne veut conquérir sa scientificité sur le terrain des sociologies déterministes. La trajectoire biographique de Melvin Pollner est imbriquée dans ce premier contexte de réception et de continuation de l’œuvre d’Alfred Schütz à travers le prisme de Harold Garfinkel. Elle l’est aussi dans un deuxième contexte dont les fondations sont bâties autour des piliers de la deuxième vague de l’École de Chicago, à savoir Everett C. Hughes, Howard Becker et Erving Goffman, dont le rôle est déterminant dans la passation de témoin à la génération suivante dont font partie Melvin Pollner, David Matza, Robert Emerson et Jack Katz, des auteurs majeurs dans le renouvellement des études sur la déviance. Cette assise institutionnelle donne une vitalité intellectuelle aux débats qui s’organisent autour de la question de l’ordre et de la socialisation des acteurs, dans une critique de la sociologie de Talcott Parsons et Robert K. Merton. Enfin, elle participe d’un troisième contexte, qui gravite autour du Center for Studies of Law and Society de Berkeley. À la lumière de l’anthropologie du droit et de la magie, la sociologie porte un regard neuf sur les sociétés occidentales contemporaines afin de dépasser les apories de la théorie de l’étiquetage dans l’étude de la formulation du phénomène de la déviance.

L’héritage d’Alfred Schütz au prisme de l’ethnométhodologie

Définir le lieu de la déviance : la « réalité » du crime

  • 8 Parfois tous ces auteurs viennent à être rangés indistinctement sous la bannière de l’interactionni (...)
  • 9 Sur la difficile réception des travaux issus de la tradition pragmatiste américaine et de l’École d (...)

5Cette introduction au texte de Melvin Pollner ne cherche pas à spécifier son apport au regard du courant ethnométhodologique. D’autres l’ont déjà fait en soulignant principalement l’approche du « quotidien comme phénomène » (Coulon, 2007 ; Quéré & Terzi, 2015). Je mettrais plutôt en exergue le potentiel analytique que revêt son texte pour l’étude de la déviance, en mobilisant au besoin des cas issus de ma propre enquête de terrain pour montrer toute son actualité encore aujourd’hui. Melvin Pollner fait partie de cette première cohorte d’étudiants en orbite autour d’Erving Goffman mais dont le cheminement de la pensée progresse aussi dans le séminaire de Harold Garfinkel. En effet, Melvin Pollner part des apports de l’interactionnisme au regard de la détermination du lieu de l’ordre social, l’ordre de l’interaction. En son cœur se communique le sens de ce qu’entreprennent les acteurs qu’ils soient en face-à-face ou liés par une chaîne institutionnelle. Melvin Pollner en radicalise la portée dans le prolongement des intuitions théoriques de l’EM au sujet de ce qu’il appelle le raisonnement mondain. Publiée aux États-Unis en 1967, les Recherches en ethnométhodologie (RE) ne sont traduites en français qu’en 2007. L’intérêt que le monde académique francophone porte aux courants de la sociologie américaine n’est pas nouveau. S’il est vrai que nos étals de librairie sont surtout garnis des livres d’Howard Becker et Erving Goffman, il n’est pas impossible de tomber sur un Anselm Strauss ou un Everett Hughes. Du coup, bien que l’EM et l’interactionnisme ne soient pas forgés au même chaudron 8, on aurait pu imaginer que cette incursion fasse infuser l’EM par capillarité. Il reste que l’EM souffre d’un déficit d’attention que la rareté des traductions reflète 9. D’autant que ce cousinage des fondateurs de l’ethnométhodologie que sont Harold Garfinkel et Aaron Cicourel avec les interactionnistes ne laisse rien deviner de la fécondité des approches développées par leurs élèves, qu’il s’agisse de Melvin Pollner ou William Sharrock, Jeff Coulter, David Sudnow ou encore Michael Moerman. Il faut aller chercher la filiation de l’ethnométhodologie dans le sillage des sociologies d’inspiration pragmatiste et phénoménologique où elle croise certains objets de l’École de Chicago qu’elle reprend à nouveaux frais, le crime et la déviance, tout en prolongeant fortement sa tradition d’enquête ethnographique.

6En outre, l’ordre et la normativité sont des thèmes centraux dans le développement de l’EM. Ainsi, l’article Constitutive and Mundane Versions of Labeling Theory est une reformulation de la théorie de l’étiquetage de Howard Becker dont la portée n’est rien moins que de redéfinir le lieu de la déviance. Ce faisant, Melvin Pollner articule ethnographie, théorie et méthode en vue de désinstaller la sociologie de l’héritage des Règles de la méthode sociologique et du Suicide d’Émile Durkheim. L’outil méthodologique utilisé pour y parvenir est celui de la respécification ethnométhodologique (Terzi, 2010). Directement inspirée de la « méthode d’interprétation » de Karl Mannheim (1952, pp. 53-63), la procédure considère que chercheurs et membres de la société décrivent le sens des phénomènes observés en les traitant comme des « documents de » significations latentes dont elles sont l’expression visible. Les raisonnements scientifiques et mondains recourent à des interprétations pour inférer des trames de sens sous-jacentes depuis des schèmes de comportement observables.

  • 10 Cet exemple est issu d’une enquête de terrain réalisée dans une banlieue parisienne. Les « mecs de (...)

7Par exemple, dans une « baston de regard » entre jeunes de banlieue qui se croisent dans la rue, le fait de baisser les yeux pour l’un et de maintenir le regard pour l’autre sont des traits observables qui servent de point d’imputation pour interpréter le sens de leur action respective. Dans l’argot des « mecs de cité », il s’agit d’une mise à l’amende 10. Soit encore un juge qui demande à un prévenu sur la base d’un procès-verbal d’expliquer la contradiction entre ce qu’il avance et ce que dit l’officier verbalisateur (Pollner, 1987). Lorsque celui-là invoque une gêne momentanée au moment de « griller le feu rouge » pour lequel il est appelé à comparaître, ils s’entendent en situation sur ce qui s’est réellement passé. En convoquant un défaut de perception, un camion dans son angle de vue en l’occurrence, le prévenu offre au juge une version destinée à résoudre la contradiction de deux comptes rendus inconciliables (celui du PV et le sien).

8Respécifier le phénomène consiste à distinguer dans la méthode d’interprétation les ressources et les thèmes. Les premières sont des outils pratiques que les membres d’une société mobilisent pour décrire et comprendre le monde dans lequel ils sont. Les seconds sont les concepts analytiques qui permettent de comprendre sous quelles conditions les ressources de description et de compréhension que manipulent les membres de cette société sont possibles. Lecteur avide de Ludwig Wittgenstein, Melvin Pollner considère deux moments analytiques : les règles du jeu de langage dont les membres font usage et les assomptions sur le monde que suppose ce jeu de langage – ce qui apparaît sous la métaphore de l’arbitrage d’un match dans le texte que nous traduisons. Il s’agit de décrire le procès par lequel les membres instituent la réalité dans des accomplissements situés.

9Dans l’exemple de la « baston de regards », les protagonistes sont engagés dans un travail de déchiffrement des intentions d’autrui d’après ce qu’ils voient prima facie. Depuis les traits observables qu’ils scrutent sur le corps et l’allure d’autrui, ils comprennent que le type qui fait face est en train de « yeuter », sur quoi les jeunes peuvent embrayer sur un schème de comportement ajusté à la « baston de regard » : résister ou s’incliner. Le clin d’œil, l’œillade, le froncement de sourcil donnent à plonger dans les intentions d’autrui. L’accomplissement situé du duel se fait en produisant in situ la trame de sens sous-jacente sur ce que doit être un type de regard normal entre inconnus. Autrement dit, le duel se détache comme pratique significative au moment où les jeunes se croisent sur fond de normalité qu’ils présupposent comme allant de soi. Ce qui intéresse Melvin Pollner est moins la génération d’un sens compréhensible par les protagonistes, le duel, que la partie supposée qui reste dans l’ombre, l’agressive réciprocité supposée du « yeuteur » qui tient en respect. En effet, l’agressivité se détache sur le fond de ce qui est considéré comme non agressif, à savoir passer son chemin sans « yeuter », c’est-à-dire sans poser trop fixement son regard. Bien plus, la pratique de la « baston de regards » met en exergue un ensemble d’assomptions sur lesquelles les « yeuteurs » s’appuient pour produire du sens. Lorsqu’ils s’entretoisent, ils se reposent sur la certitude qu’autrui lit de la même manière ce qui se passe, qu’il cerne les motivations qui soutiennent ce type de regard et en comprend les tenants et les aboutissants. Il s’agit d’une forme d’attente au sujet de l’expérience d’autrui face à ce type de regard. Autrui est crédité d’une compétence d’interprétation qui correspond à la thèse de l’« idéalisation de l’interchangeabilité des points de vue » d’Alfred Schütz. Chaque ego suppose qu’alter est doté du même équipement expérientiel qui le rend capable de s’engager dans l’interaction. L’assomption de réciprocité des perspectives est nécessairement présupposée par les « mecs de cité » engagés dans la « baston de regards ».

10Dans le cas du tribunal, le juge et le prévenu travaillent à rendre compatibles des versions différentes de ce qui s’est réellement passé, celle du policier qui a constaté l’infraction et celle du prévenu dont on suppose qu’il peut mentir, tricher, exagérer, oublier, faire erreur, etc. Cet écart de réalité (disjuncture reality) peut être comblé par l’auteur des faits s’il se rappelle qu’à ce moment-là un camion passait par là, ou qu’il s’est mis à allumer une cigarette au moment de franchir le feu tricolore. Toujours est-il que, pour Melvin Pollner, dans l’histoire que fabriquent conjointement juge et prévenu pour colmater la brèche qu’ouvrent les deux versions exclusives l’une de l’autre, le plus intéressant est l’assomption selon laquelle il n’existe en fait qu’une seule réalité dont le juge essaye de découvrir ce qu’elle a été, c’est-à-dire ce qui s’est vraiment passé. L’objectivité du monde est donc un travail accompli en situation. En outre, juges, policiers et justiciables recourent dans leur raisonnement à un « idiome philosophique » particulier, celui de l’univocité du monde réel. Il n’a pu se passer qu’une seule chose à la fois. En rejetant l’un des comptes rendus, la version arrêtée par le procès-verbal ou celle du prévenu, la thèse d’un unique monde commun est réaffirmée en sous-main.

11En effet, l’automobiliste ne peut pas avoir « grillé » le feu rouge et en même temps ne pas l’avoir « grillé ». Ici, la thèse de la réciprocité des perspectives se complexifie car si elle suppose une communauté de perceptions et de comptes rendus corroboratifs, elle implique aussi que lorsqu’une expérience de disjonction est rencontrée (deux versions contradictoires pour une même réalité), les protagonistes trouvent une solution pour sauver la thèse de l’infaillibilité du monde réel. Ainsi, quand autrui est incapable de percevoir ou de rapporter ce qui s’est vraiment passé, les protagonistes mobilisent un arsenal rhétorique qui laisse intacte la thèse d’univocité du monde réel. Peut-être le prévenu ment-il, peut-être a-t-il été caché par un objet, ou peut-être encore le policier a-t-il confondu le véhicule avec un autre ? Il faut donc compter avec une clause non stipulée mais supposée dans les raisonnements mondains. La réciprocité des perspectives vaut toutes choses égales par ailleurs. Ainsi, lorsqu’un événement vient menacer la thèse mondaine d’univocité du monde réel, les acteurs peuvent justifier l’écart par une circonstance qui suspend la clause ceteris paribus (Cicourel, 1968 ; Garfinkel, 2007).

« Ce qui s’est réellement passé » : le préjugé du monde

  • 11 Initialement sensibilisé à ce thème par la lecture d’Alfred Schütz, Harold Garfinkel a ensuite été (...)

12La lecture de la phénoménologie au prisme de l’EM est ici frappante. En effet, l’objectivité du monde est appréhendée comme un préjugé 11. La coupure ontologique entre un sujet observateur qui rencontre un objet ou un événement réel dans le monde est une idéalisation. Aucune expérience ne peut venir rompre le charme de l’idéalisation qui consiste à poser que les objets ou les événements, tels le lieu de stationnement d’une voiture ou la vitesse de déplacement, sont déterminés dans l’espace et le temps, identiques quelle que soit la perspective depuis laquelle ils sont observés et cohérents en eux-mêmes. Le lieu de stationnement et la vitesse d’une voiture importent pour trancher la légalité des amendes pour stationnement gênant et excès de vitesse. Si deux versions sont contradictoires, les protagonistes peuvent recourir à la clause ceteris paribus pour sauver la thèse mondaine de son effondrement.

13Quand le prévenu conteste les faits arrêtés par le procès-verbal, il peut entamer la véracité du rapport en expliquant que sa voiture était certes stationnée à cet endroit mais pas à l’heure indiquée (détermination temporelle qui scinde l’évènement précédent en deux évènements distincts dont les occurrences sont nouvellement distribuées en t1 et t2). Il peut encore avancer que la montre ou l’horodateur était défectueux (perspective tronquée sur le même événement). Ou encore convoquer un passif avec l’officier verbalisateur qui expliquerait que son procès-verbal n’était pas destiné à rendre compte des faits mais à mener une vengeance personnelle. La réconciliation de versions divergentes s’opère grâce à des inférences qui peuvent donc intervenir à trois niveaux différents. Au niveau de l’objet, les protagonistes supposent qu’ils n’ont pas affaire au même événement, à la même action ou à la même scène, qui sont pour le coup distincts dans le temps ou l’espace. Au niveau de l’expérience, juge, prévenu ou officier peuvent établir que la perception a été défectueuse, c’est le cas si la méthode d’observation, ici avec la montre ou l’horodateur pour mesurer le temps, a manqué d’établir avec précision l’événement. Au niveau du compte rendu, les versions peuvent être critiquées pour ne pas être de fidèles descriptions ou reportages de ce qui s’est réellement passé si l’intention était de mentir, de se venger, de jouer, de manipuler, etc. Toutes ces réparations rétrospectives laissent intacte l’idéalisation de départ : il y a une seule réalité dont une défaillance à l’un des trois niveaux a manqué qu’on l’enregistre avec acuité.

14Melvin Pollner fait ici directement référence à Alfred Schütz et Maurice Merleau-Ponty. Il renvoie aux passages fameux sur la réciprocité des perspectives :

« Il va de soi pour moi – et je suppose qu’il en va tout autant pour mon partenaire – que si je change de place avec lui de sorte que son "ici" devienne le mien, je serais à la même distance des choses que je verrais avec la même typicité que lui ; de plus, les mêmes choses qui sont à sa portée seraient dorénavant à la mienne » (Schütz, 1962, p. 12).

« Quand il s’agit d’une chose extérieure, je sais qu’en changeant de place je pourrais voir les côtés qui me sont cachés – en occupant la position qui était à l’instant celle de mon voisin, je pourrais obtenir une vue perspective nouvelle et en faire un compte rendu verbal qui concorderait avec la description que mon voisin donnait à l’instant de l’objet » (Merleau-Ponty, 1967, p. 230).

15Le juge, autant qu’il est intéressé à déterminer ce qui s’est réellement passé, est aspiré dans un « cercle vicieux » (Pollner, 1987, p. 30). Le juge s’oriente vis-à-vis des faits échus comme face à une scène « réelle », indépendante de la méthode d’observation par laquelle elle est rendue visible, c’est-à-dire les comptes rendus de l’officier et du prévenu. Et en même temps cette scène n’est accessible que grâce à eux. La notion de raisonnement mondain est le lieu d’articulation entre la phénoménologie et l’ethnométhodologie. Le juge anticipe la structure cohérente, déterminée et non-contradictoire du réel. Comme celle-ci n’est pas formulée en tant que telle mais inscrite en creux dans les raisonnements qui s’abstraient de l’observation et de la description empirique, Melvin Pollner parle d’idéalisation à la suite d’Edmund Husserl, revu par Alfred Schütz. Cette façon de soutenir constamment en situation les fondations d’une réalité qui se dérobe prolonge les développements de Harold Garfinkel sur l’ingéniosité et l’imagination des acteurs sociaux.

  • 12 Cette dernière dimension a tout particulièrement été travaillée avec une patte ethnométhodologique (...)

16Dans la critique de la sociologie de Talcott Parsons qu’entreprend Harold Garfinkel, un retournement capital est opéré à la jonction des notions qui charpentent le concept de société, celles d’ordre social, de membre et de règle. D’un mot, l’ordre social est toujours à refaire, il n’est jamais un état de faits, mais un ordre à accomplir ici et maintenant. Le membre, selon la formule célèbre de Harold Garfinkel n’est pas un « idiot culturel » (cultural dope) : il passe d’un statut d’agent mû par des structures et des forces sociales à celui de membre actif dans la constitution d’une réalité qu’il façonne en même temps qu’elle l’institue comme sujet de cette expérience (Berger & Luckmann, 1958). Pour la troisième notion, dès lors que le phénomène est le travail de constitution de la norme, il est impossible de recourir à des règles que les acteurs suivraient car cela supposerait un étalon normatif indépendant de l’expérience qu’ils en font 12.

  • 13 Melvin Pollner renvoie ici aux notions d’« illusion rétrospective » de Maurice Merleau-Ponty et de (...)

17Dans notre premier exemple, se regarder en chien de faïence tisse la fabrique normative sur laquelle la « baston de regard » s’assoit pour être perçu comme un duel. Regarder méchamment un inconnu découpe dans la situation une assomption d’arrière-plan qui fonde par contre coup l’ordre normal des interactions. Dans notre second exemple, le travail par lequel juge et prévenu rabibochent la disjonction de réalité, en convoquant des histoires qui expliquent qu’à ce moment-là le prévenu ait pu voir autre chose que le policier, entérine l’unicité du monde réel. Les deux ne peuvent pas avoir raison. Il n’y a qu’une seule version qui corrobore ce qui s’est vraiment passé. La réalité est une sphère à laquelle les protagonistes se réfèrent comme un factum indépendant de ce qu’ils pensent, voient et disent. Le paradoxe est entier : ils fabriquent une réalité dont l’une des propriétés est d’être perçue comme indépendante de leur propre responsabilité dans le résultat 13.

  • 14 On trouvera un exposé plus conséquent chez Louis Quéré (1987) ainsi que dans l’introduction aux RE (...)
  • 15 Sur les échanges de regards entre inconnus voir Sacks (1989) et Quéré (1992).

18Les membres d’une société quelconque sont donc toujours engagés au moins à deux titres dans ce travail d’accomplissement : rendre compte de et rendre des comptes sur. C’est, rapidement brossé, le sens que renferme l’expression d’« accountability » qu’a léguée l’EM 14. Dans le premier exemple, les protagonistes qui s’engagent sont des membres compétents qui font usage de la surface d’exhibition qu’est leur corps pour y inscrire les traces documentaires que va lire l’alter ego : mimiques, regards, plissements des yeux, froncements de sourcils, modifications de la commissure des lèvres, inclinaison du corps, fléchissement du buste, cadence de l’allure, trajectoire, tenue vestimentaire, etc. La normalité depuis laquelle le duel se détache comme pratique significative adressée à un adversaire que l’on défie s’appuie sur le contraste qui se dessine à la périphérie de la « baston de regard », l’inattention civile à l’égard des autres passants (Goffman, 2013). Pourtant, la règle qui stipulerait qu’on n’agresse personne sans raison ni qu’on fixe anormalement un inconnu dans la rue n’est jamais assertée 15. Et il en est de même pour la texture du monde réel, dont l’indubitabilité, l’unicité et l’irréfutabilité sont fabriquées en creux, dans l’intervalle de sens qu’ouvrent les paroles croisées du juge, du prévenu et du procès-verbal – qui rapporte la parole du policier. Par ailleurs, cette configuration institutionnelle qu’est le jugement s’institue en actes par l’instauration de ce que Melvin Pollner, à la suite de Ronald Laing, appelle une « politique de l’expérience » (Laing, 1967). Certaines versions sont écartées au profit de celles qui pèsent le plus dans la détermination de ce qui s’est réellement passé. Se dessine alors en calque, dans les présupposés que posent les mots et les gestes, une sphère d’expérience vécue comme objective, échue, unique, déjà-là, extérieure : la réalité. Les « mecs de cité » se forgent la certitude que l’autre les teste, tandis qu’au tribunal n’est jamais mis en doute le présupposé selon lequel une seule version est tenable. Voilà pourquoi Melvin Pollner parle d’assomption d’arrière-plan, car elle génère un sens de la réalité sans avoir à se le formuler positivement.

L’attitude naturelle du Soi face au monde extérieur

  • 16 Publié dans une première version plus courte sous le titre « Sociological and Common-Sense Models o (...)
  • 17 Je remercie Alain Cottereau d’avoir attiré mon attention sur l’existence de ce texte et d’en avoir (...)

19Mesurer le caractère novateur de la perspective que développe Melvin Pollner sur l’ordre social en général et sur la déviance en particulier requiert de cheminer avec lui, depuis la réception des RE auprès d’une cohorte d’étudiants gravitant autour de UCLA, Berkeley et Northwestern, jusqu’à la publication de son article en 1974 dans l’ouvrage collectif Ethnomethodology 16. Roy Turner, éditeur de la publication, accueille alors des enquêtes empiriques qui articulent théorie et méthode dans le but de prouver la puissance des visées programmatiques posées comme pierres d’attente par Harold Garfinkel dans les RE. En effet, l’édition suit de quelques années la charge virulente de James S. Coleman (1968)  17 qui entend montrer dans une recension de 1968, courte mais incisive, que tous les chapitres des RE sont des observations « stériles » et « banales ». L’une des critiques concerne le statut problématique des « breaching experiments » qui n’enregistrent d’après lui que les biais que l’observateur introduit subrepticement dans la situation, sans ne rien révéler quant à la nature normative de la fabrique de la réalité. Le livre collectif édité par Roy Turner prolonge sur le terrain des enquêtes la réponse que Marvin Israel fait à James S. Coleman dans The American Sociologist (Israel, 1968). « Consterné » par l’« hostilité » de James S. Coleman, il s’insurge littéralement contre la forme de sa critique et prend position sur le fond en soulignant les méprises de sa lecture biaisée, dont l’argumentation ne cesse de puiser aux ressources des membres sans questionner les croyances qui, pour aller de soi (taken for granted), ne sont jamais soumises au doute. Le fait par exemple que ne soit pas questionnée l’exigence normative d’être exclusivement ou bien un homme ou bien une femme, mettant ainsi hors de l’univers moral de normalité toutes les « anomalies » de sexe et de genre. Ce faisant, Marvin Israel montre précisément que James S. Coleman tombe dans les travers que dénonce Harold Garfinkel.

  • 18 Pour comprendre ce qui se joue dans l’abandon par Alfred Schütz de la thèse égologique et transcend (...)

20La bibliographie générale en fin d’édition de Ethnomethodology mentionne explicitement ce débat en gestation dans un autre ouvrage collectif publié en 1970, Understanding Everyday Life, où Melvin Pollner publie en collaboration avec Don Zimmerman un texte d’inspiration phénoménologique sur le « monde de la vie quotidienne comme phénomène », texte qui métabolise la pragmatique de la Lebenswelt 18 d’Alfred Schütz. Le sous-titre de cet ouvrage collectif est Toward the Reconstruction of Social Knowledge. Il s’inscrit d’emblée en contre-point du travail mené par Peter Berger et Thomas Luckmann dont on se rappelle que le sous-titre de The Social Construction of Reality est A Treatise in the Sociology of Knowledge. L’enjeu est de taille pour les ethnométhodologues. Dans la préface et l’article qui ouvre Understanding Everyday Life, Jack Douglas annonce l’intention. Prendre à bras le corps l’héritage d’Alfred Schütz pour en asseoir la validité dans des recherches sur l’objectivité du monde social. Il reproche notamment à la « sociologie existentielle » de Peter Berger et Thomas Luckmann de faire le lit des sociologies déterministes en ne se consacrant pour l’essentiel qu’à la dimension subjective des mondes sociaux.

  • 19 L’anonymité des typifications est liée à la fois au mode d’appréhension du monde, l’immédiate perce (...)

21L’un des apports majeurs d’Alfred Schütz est d’avoir montré, en abandonnant la réduction transcendantale d’Edmund Husserl pour se tourner vers les « modes de constitution de l’attitude naturelle » (Cefaï, 1998, p. 42), que l’intersubjectivité des mondes sociaux n’est pas résorbable dans le champ d’expérience d’un Ego transcendantal (Ibid., p. 178). Jack Douglas impulse une sorte de mouvement de spirale en sens inverse qui part de strates d’expérience intersubjective pour s’acheminer vers des univers de sens qui dépassent le simple ancrage du Soi dans sa situation d’ici et maintenant et s’arrache à l’emprise d’interactions de face-à-face. Il souligne après Alfred Schütz cette capacité à se rapporter à des univers symboliques qui transcendent la situation présente pour installer le sujet de l’expérience dans des provinces de sens qui l’englobent d’emblée dans des entités vécues comme des réalités objectives, tels ses ancêtres, ses contemporains, la Nation, les travailleurs, la « cité » (dans l’exemple de la « baston de regard » les « mecs de cité » tiennent pour allant de soi qu’il existe une entité qui les dépasse et les englobe, leur « cité »), le passé, la réalité, la vérité, la justice, la police (cas des audiences du tribunal de police), etc. Et comme on n’entre pas dans ces entités collectives par le commerce entretenu avec chaque unité individuelle qui les compose, elles sont vécues en se rapportant à des types. Dans nos exemples « mecs de cités », « yeutage », « mise à l’amende », « policier », « feu rouge », « infraction », « mensonge », « gêne », « distraction » sont des objets, des personnes, des actions, des motivations et des contraintes qui peuplent la réalité à la façon d’entités qui ne dépendent pas de notre propre perception. Ils étaient là avant nous, ils le sont aussi quand nous ne les regardons pas ou n’en parlons pas et ils seront là après. Alfred Schütz introduit l’objectivité du monde social à travers la notion d’anonymité de ces typifications 19.

22Les typifications placent le sujet d’expérience dans le commerce immédiat des autres qui agissent d’après des types de motivation et de comportement, élément clé de recollection d’actions passées, d’accomplissement d’actions en cours et de projection d’actions futures. Le projet évoqué par Jack Douglas est de détrôner les « sociologies absolutistes » assises sur l’autorité séculaire d’Émile Durkheim qui, pour avoir le monopole de l’analyse de l’objectivité, continuent de traiter les faits sociaux comme des choses inertes. D’où l’importance accordée à la connaissance (knowledge), car doter les membres de cette compétence de construction du monde social suppose de déterminer le lieu depuis lequel ils connaissent ces typifications, ainsi que les modalités de leurs usages. D’où l’enjeu – et en même temps la chausse-trappe – qu’est la notion d’assomption à laquelle tient Melvin Pollner pour relever le défi d’une description de ce qui va de soi (taken for granted). Outre que l’évidence de ce qui est pris comme allant de soi ne pousse pas à formuler ce qui reste à l’arrière-plan, cette difficulté se double d’un embarras pour le sociologue, ainsi que l’exprime Melvin Pollner dans la préface à Mundane Reason :

« Est-ce que cette dichotomie par laquelle nous nous plaçons nous-mêmes comme des enquêteurs face à des structures "réelles" appartient à ces ressources qui vont de soi et dont on m’a conseillé de me méfier ? L’assomption d’un monde objectif semble si difficile à capturer comme une "assomption" et si profondément imbriquée à toute forme d’enquête ou d’activité sociale, que je décidai que c’était là un thème véritablement stupide ou absolument profond. Le caractère indubitable de l’assomption – ce qui va de soi, l’évidence (comment pourrait-il en être autrement ?) du raisonnement qu’il permet de fonder, ainsi que la présence diffuse du raisonnement mondain dans la société m’encourageaient à croire qu’il y avait là un phénomène majeur et conséquent. D’où je décidai de changer la focale des tribunaux de police per se pour les tribunaux de police comme site de raisonnement mondain. Et le raisonnement mondain devint mon axe central » (Pollner, 1987, p. xii).

  • 20 Dans sa thèse Melvin Pollner précise que cette étape n’est pas en pratique seulement un acte de lec (...)

23Melvin Pollner mène alors une enquête par observation participante au sein de quatre tribunaux municipaux où sont jugés les délits routiers. Il passe entre deux et cinq semaines dans chacun d’eux. À cette occasion, il enregistre surtout les activités qui prennent place au moment de la lecture de l’acte d’accusation (arraignment 20) et lors des audiences de procès, à quoi s’ajoutent quelques rares interviews de juges au sujet des affaires en cours.

24À ce titre, le tribunal de police est un terrain exemplaire pour mener une investigation sur la façon dont les faits réels sont établis. Melvin Pollner estime que le prétoire est idéal car le juge n’est pas la personne qui a vu ce qui s’est passé. Cela lui est rapporté, généralement par deux sources différentes, souvent contradictoires, sur la base de quoi il doit d’abord trancher ce qui a réellement été fait avant de dire éventuellement le droit. Il faut donc instruire les « faits » sur la foi de descriptions destinées à déterminer ce qui est échu. En outre, la réalité des « faits » que cherche à pénétrer le juge s’élabore en examinant les possibilités d’erreur, de distorsion et de mensonge susceptibles d’altérer la « vérité ». Or, en supposant que certaines perceptions sont véridiques et que certains comptes rendus sont vrais au détriment d’autres versions, le juge assoit son jugement de réalité sur l’idée d’une objectivité et d’une vérité des faits qui sont indépendantes de la méthode d’examination de ces « faits ». Les « faits » sont réputés extérieurs à ce que les protagonistes rapportent, autrement il n’y aurait aucun sens pour le juge à comparer les versions entre elles pour savoir laquelle des deux adhèrent le plus à la « réalité ».

25De la même manière, dans le jugement pénal auquel arrive le juge, celui-là s’oriente vers un ordre de phénomène réputé être inhérent au prévenu, à savoir sa qualité de coupable ou d’innocent. Être coupable ou innocent est exclusif car il s’agit d’une propriété qui colle au prévenu indépendamment de la méthode par laquelle le juge parvient à la prouver. Melvin Pollner est bien conscient du fait que les protagonistes au procès ne sont pas concernés en premier lieu ni exclusivement à trouver la « vérité » ou à déterminer « ce qui s’est réellement passé ». Il concède volontiers par exemple que les prévenus ne s’intéressent à la « vérité » que pour autant qu’elle serve à établir « la partialité » et « l’injustice » de l’amende. Toutefois, en vue de cette fin – éviter de payer l’amende par exemple – ils sont bien obligés de faire des affirmations à propos de ce qu’ils ont fait afin d’emporter l’adhésion du juge. Ce faisant, ils font usage du raisonnement mondain lorsqu’ils produisent une version alternative à la version officielle pour s’épargner la sanction. À tel point que Melvin Pollner remarque que la nature même du mensonge doit être façonnée dans les cadres d’un raisonnement qui corrobore la thèse d’une réalité cohérente pour être recevable comme une alternative concurrente sérieuse.

26Si par exemple un prévenu est cité à comparaître pour excès de vitesse et que les versions du procès-verbal et du prévenu sont contradictoires, le juge est face à une expérience de disjonction. D’après Melvin Pollner, tous les jugements de réalité font appel à une « thèse mondaine » jamais explicitée : le lieu de la contradiction réside dans un défaut de l’une des deux sources (officier ou prévenu) mais pas dans la facticité du monde réel, réputé être objectif et unique. Le prévenu ne peut pas avoir roulé à la vitesse légale et en même temps avoir été en infraction au-dessus de la vitesse légale. Melvin Pollner se demande pourquoi le juge ne prendrait pas cette contradiction comme la preuve que le véhicule roulait simultanément à deux vitesses différentes. En fait, la contradiction questionne l’intersubjectivité du monde réel, notre capacité à déterminer que nous avons affaire à un même monde dont les propriétés que nous percevons sont identiques pour nous tous. Pour Melvin Pollner, l’ingéniosité avec laquelle les protagonistes résolvent la contradiction les sauve du « vertige du relativisme ». Ce monde pirandellien où la réalité serait à la mesure de chacun menace le sens de la réalité sociale qu’a étudié Alfred Schütz dans sa fameuse étude sur Don Quichotte (Schütz, 2014).

27La possibilité même d’imaginer qu’un véhicule soit mu par deux vitesses simultanées est absurde. Pour Melvin Pollner, ce préjugé du monde n’est que la preuve supplémentaire selon laquelle cet « idiome philosophique » a un extraordinaire pouvoir de contrainte sur le raisonnement dès lors qu’on l’envisage depuis l’intérieur, car il détermine précisément les limites de ce qui est réel et de ce qui est imaginaire, incongru, impossible et donc absurde. La perspective que développe Melvin Pollner est si originale qu’elle paraît à première vue dénuée d’une quelconque pertinence. Pour s’assurer de ce qu’il cherche à démontrer, suivons-le pour comprendre ce que la formulation qu’il donne au problème sous un angle phénoménologique doit à la rencontre du champ d’étude de la déviance au moment où il entame sa thèse de sociologie à Santa Barbara. Au terme de la prochaine partie, on comprendra pourquoi Melvin Pollner en est venu à interroger la déviance dans sa propre société à la manière d’un anthropologue confronté à la magie. Alors, il sera possible d’exposer la reformulation de la théorie de l’étiquetage qu’il propose à la lumière du cadre général de son livre Mundane Reason.

La Californie : bastion de la sociologie du droit, du crime et de la déviance

Melvin Pollner ou : le mythe de la thèse introuvable

  • 21 Les éléments biographiques sont issus – outre du numéro spécial « Melvin Pollner and the Ethnometho (...)

28Né à New York en 1940, Melvin Pollner y est diplômé en 1962 21. Il s’apprête alors à rejoindre l’université de Wisconsin pour son master, lorsque la lecture du livre d’Erving Goffman, La Présentation de soi, le décide à s’inscrire à Berkeley. Erving Goffman vient tout juste d’intégrer le tout jeune département de sociologie, créé en 1946, à l’invitation d’Herbert Blumer. Il y restera jusqu’en 1968, date à laquelle il rejoint l’Université de Pennsylavnie à Philadelphie. À cette époque (1962-1963) les étudiants d’Erving Goffman trouvent sur la liste de lecture qu’il fournit à ses étudiants le nom de Harold Garfinkel, en poste à UCLA (Los Angeles). Certains, tels Harvey Sacks, David Sudnow, Emmanuel Schegloff et Roy Turner, prennent connaissance des travaux de Harold Garfinkel par ce biais-là. À ce sujet, Roy Turner évoque le « cercle de Goffman attaché à Garfinkel ». Les trois premiers forment alors un groupe de travail informel auquel Harold Garfinkel accepte de faire des présentations. La suite est connue : l’acte de divorce entre Erving Goffman et l’EM, autour de la forme naissante de l’analyse conversationnelle (AC), se polarise sur la soutenance de thèse de Harvey Sacks au comité de laquelle Erving Goffman refuse de participer en 1966.

29Melvin Pollner baigne dans ce chaudron intellectuel en effervescence. Il passe son été 1965 à UCLA durant lequel il fait ses premières armes en EM et AC. On retrouve dans ses archives personnelles de nombreux manuscrits qui circulent à l’époque, notamment les Lectures de Harvey Sacks, qui ne seront publiées qu’en 1992, ainsi que des études de Harold Garfinkel, sans compter les notes manuscrites de la main de Melvin Pollner qui indiquent une fréquentation assidue des cours de Hariold Garfinkel, Aaron Cicourel et Harvey Sacks. Il retourne ensuite à Berkeley pour terminer son master. Aaron Cicourel encourage son élan ethnométhodologique. Ce dernier est alors si impressionné par la profondeur d’analyse et l’acuité des questions de son étudiant qu’il invite Melvin Pollner à le suivre à l’Université de Californie à Santa Barbara et à préparer sa thèse de doctorat sous sa direction. D’après Aaron Cicourel, Melvin Pollner acquiert rapidement un statut de collègue plutôt que de jeune doctorant tant sa thèse alors balbutiante devient « légendaire » (Emerson & Holstein, 2012). Les récits, parfois cocasses, sont assez nombreux autour des aventures pour se procurer une copie de sa thèse. Nous sommes encore avant l’apparition des photocopieurs et Michael Lynch se rappelle qu’en ce début des années 1970, il fallait actionner un ronéotype, cylindre d’encre de duplication à l’alcool, dont le parfum mémorable est resté pour lui associé à cette recherche (Lynch, 2012, p. 68). Comme le rappelle Richard A. Hilbert, on distinguait parmi les étudiants entre ceux qui en détenaient une partie, ceux qui connaissaient une tierce personne qui pouvaient en disposer, ou encore ceux qui avaient pu en emprunter un chapitre à quelqu’un, pour ne pas parler de ceux qui l’avaient perdu à leur plus grand désespoir. C’était là une « lecture essentielle » (Hilbert, 2012, p. 56) dont même le nouveau propriétaire du magasin de photocopies connaissait l’existence.

  • 22 La notion de mondes sociaux, bien que rattachée à la figure d’Anselm Strauss, s’inscrit dans un lon (...)

30Dans sa thèse non publiée On the Foundations of Mundane Reasoning, Melvin Pollner fait preuve de beaucoup d’esprit pour intégrer une réflexion philosophique et épistémologique sur la connaissance à une enquête ethnographique (Pollner, 1970). Toutefois, s’il suit les canons d’observation en immersion lors de son terrain, il ne donne à son matériau qu’une portée « illustrative » (Ibid., p. 54) au moment d’en faire l’analyse. En effet, il ne cherche pas à décrire un monde social 22 dans le sillage des case studies mises à l’honneur par l’école de Chicago (Cefaï, Bidet, Stavo-Debauge, Frega, Hennion & Terzi, 2015). Il ne veut pas cerner l’univers institutionnel du tribunal à la manière de ce que Robert Emerson vient de faire, sous la direction d’Everett C. Hughes, dans Judging Delinquents (Emerson, 1969). Au demeurant, Melvin Pollner est pris dans le tourbillon d’une libido cognoscendi que stimule l’ethos de l’EM de la première heure. Comme se le rappelle son meilleur ami Robert Emerson, Melvin Pollner est alors au sommet de la vague que soulève l’espoir d’une sociologie rafraîchissante. C’est la période « hippie-style », un peu « sauvage » (wild) et « folle » (crazy) où l’EM que pratique Melvin Pollner cherche à découvrir des niveaux de réalité tels qu’ils sont vécus par les sujets qui en font l’expérience vivante. Dans le cas précis de la thèse qui commence à circuler sous forme de manuscrit, il tente de fournir un vocabulaire pour décrire le registre d’expérience sous lequel la réalité est vécue. Ce faisant, il montre que derrière les raisonnements mondains sont articulées des procédures qui génèrent la réalité socialement. D’où le choix du site d’enquête, car dans l’arène judiciaire les parties prenantes se disputent sur « ce qui s’est vraiment passé » (Pollner, 1987, p. xiv). Comme cela a été dit plus haut, on peut certes y voir les protagonistes opiner, critiquer, tordre, corriger et amender leurs versions, mais sans que jamais ils ne viennent à douter qu’il existe effectivement une, et une seule, version correcte de ce qui s’est réellement passé. Ils supposent que ce qui est arrivé en un endroit à un moment donné ne peut souffrir l’occurrence d’un autre événement qui le contredit. À cette époque, l’EM donne lieu à des thèses qui cherchent à questionner les fondations intersubjectives de la réalité.

  • 23 Toutes les informations au sujet de Robert Emerson, sa relation avec Melvin Pollner et la carrière (...)
  • 24 Richard de Mille, écrivain et éditeur diplômé d’un doctorat de psychologie à USC, est sans doute ce (...)

31Robert Emerson 23 se rappelle également Carlos Castañeda, dont le travail sur L’Herbe du diable n’avait pas encore été discrédité par la polémique au sujet de l’existence fictive du chaman Don Juan auprès duquel il avait appris à voir une autre réalité, le « nagual » (Castañeda, 1979). À l’entrée des années 1970, les cours de Melvin Pollner sont courus par les étudiants. Celui-ci fait venir à quelques reprises Carlos Castañeda pour parler de son expérience du voir autrement à l’aide de drogues hallucinogènes 24, ce qui n’est pas sans rappeler bien sûr la carrière morale du fumeur de marijuana de Howard Becker ou l’expérience d’apprentissage d’accoutumance de l’héroïnomane d’Alfred Lindesmith (1947). Robert Emerson se rappelle encore une thèse sur l’alchimie désireuse de cerner la forme de rationalité au travail dans cet univers de connaissance obscur. Après une thèse à l’université de Brandeis, Robert Emerson est le dernier ethnométhodologue que recrute Berkeley. Il décroche ensuite un poste en 1969 à UCLA où il fait la rencontre de Melvin Pollner. Si Robert Emerson a d’abord suivi l’enseignement d’Everett C. Hughes, qu’il a eu comme professeur à Brandeis, il n’a pas attendu d’arriver en Californie pour développer une sensibilité à l’EM. Personne ne l’enseigne à Brandeis. Néanmoins, grâce à sa sœur Joan Emerson (1963), qui entreprend une thèse de sociologie à Berkeley sous la direction d’Erving Goffman, il lit quelques manuscrits qu’elle lui fait parvenir par voie postale. Quand Robert Emerson fait la rencontre de Melvin Pollner, ils se trouvent déjà engagé réciproquement dans une critique de la version que donne Howard Becker à la théorie de l’étiquetage. De son côté Robert Emerson fait preuve de grande prudence dans le maniement du terme « label » ou de l’activité qui consiste à « étiqueter » (labelling). En vérité, bien que sa thèse soit un modèle du genre interactionniste, dans la droite ligne d’Everett C. Hughes et Howard Becker, il n’emploie le terme qu’à trois reprises. Chez Robert Emerson, cette prudence que l’on retrouvera chez Melvin Pollner s’explique par le fait que le « label » est précisément une catégorie de prise de décision dont font usage les agences chargées du contrôle social. C’est une catégorie de sens commun – une catégorie indigène.

  • 25 Robert Emerson explique que le texte qui irrigue continument sa réflexion sur l’étiquetage est celu (...)
  • 26 À cet égard, on peut se demander si l’« imputation de déviance » n'est pas une catégorie analytique (...)

32Sans compter que le terme est une « boîte noire » qui ne permet pas d’accéder au type d’opération par lequel une population se trouve désignée comme la cible d’un contrôle social. Robert Emerson préfère donc parler d’imputation de déviance 25, terminologie que l’on trouve également sous la plume de Jack Katz car elle permet de décrire la forme de raisonnement depuis lequel les déviants sont désignés 26. Surtout que l’imputation est une opération qui permet de résoudre la contradiction inhérente à la table à double entrée de Howard Becker où figurent deux catégories illogiques, le « déviant secret » et « l’accusé à tort ».

Types de comportements déviants

Obéissant à la norme

Transgressant la norme

Perçu comme déviant

Accusé à tort

Pleinement déviant

Non perçu comme déviant

Conforme

Secrètement déviant

Table reproduite d’après H. Becker (1985, p. 43).

33En effet, d’après cette théorie de la réaction sociale, seuls sont déviants les actes et les personnes qui ont été étiquetés comme tels. Or, le « déviant secret » laisse entendre qu’un acte ou une personne peut être déviant indépendamment de l’action qui consiste à rendre visible qu’elle a transgressé une règle. Inversement, « l’accusé à tort » conduit à remettre en question le modèle selon lequel ce sont les agences chargées de moraliser la vie sociale qui désignent ceux qui contreviennent à la conformité qu’on attend d’eux.

  • 27 Par ailleurs, Melvin Pollner le concède lorsqu’il dit que sa « “justification” concernant le choix (...)
  • 28 Cela est d’autant plus important que la focalisation sur la filiation des idées tend à renforcer l’ (...)

34La circulation des idées joue une part sans doute non négligeable dans la maturation de la perspective de Melvin Pollner. Néanmoins, la rationalisation du choix du site d’enquête paraît rétrospective. En effet, la préface de Mundane Reason, où il justifie son terrain au regard d’un agenda théorique, est rédigée presque deux décennies plus tard 27. Elle fait la part belle aux cogitations personnelles dans la découverte et le renouvellement des idées au détriment de la contingence historique. Or à l’époque, Melvin Pollner est pris dans une dynamique institutionnelle qui a pris en charge le renouvellement des études sur la déviance. En outre, ce détour nous semble indispensable pour restituer la pensée de Melvin Pollner au regard du renouvellement de la sociologie de la déviance dans le sillage d’un courant qui ne se résorbe pas dans l’ethnométhodologie 28. Au moment où il choisit sous la direction d’Aaron Cicourel son terrain d’enquête, des voies de traverses sont déjà tracées. Un centre de Berkeley est au cœur de ce renouveau : le Center for the Study of Law and Society (CSLS). Ses membres impulsent alors un élan empirique au courant Law and Society qui ouvre un horizon nouveau dans l’étude du crime et de la déviance.

Bouillon de culture à Berkeley : le Center for Study of Law & Society

35Créé en juillet 1961, le centre est dirigé par Philip Selznick qui s’engage avec ferveur dans la promotion d’une sociologie du droit débarrassée du carcan dogmatique de la règle de droit. L’effort se concentre sur le rejet du naturalisme positiviste en s’efforçant de résister à l’idée que le droit est un ordre logique fermé. Dans son article programmatique « Sociology of Law », Philip Selznick invite à appréhender le droit comme phénomène sociologique, c’est-à-dire comme une ressource de contrôle social que mobilisent les agences chargées de faire la loi, de l’appliquer et d’en sanctionner les transgressions (Selznick, 1959). En envisageant le droit, non plus comme une science conceptuelle, mais comme une méthode de contrôle social, il renouvelle certainement l’approche du droit mais surtout la méthodologie d’enquête. Dorénavant, se contenter des textes et des idées ne peut plus suffire, il faut aller voir ce que font pratiquement les acteurs du droit. Il faut enquêter sur le terrain.

  • 29 De cette enquête collective, Harold Garfinkel tire le chapitre 4 des Recherches en ethnométhodologi (...)

36Il est vrai que Philip Selznick s’appuie sur une expérience déjà novatrice tentée à Chicago dans les années 1950, le Chicago Jury Project, à laquelle participe notamment Harold Garfinkel 29. Ce projet d’envergure étudie la façon dont se forme le jugement de culpabilité. Financé à hauteur de 1,4 millions par la Ford Foundation, il est conduit à parité par des juristes et des chercheurs en sciences humaines. Philip Selznick suggère de faire un pas de plus : dépasser le fonctionnalisme qui soutient encore l’idée que la recherche consiste en de l’ingénierie sociale pourvoyeuse de remèdes pour « atténuer les éléments de conflit potentiels et huiler la machinerie des relations sociales » (Parsons, cité dans Dupret, 2006, p. 38). Le moteur de ce changement de paradigme que veut incarner le CSLS n’est pas sans rappeler ce qui féconde la naissance une décennie auparavant de la Society for the Study of Social Problems (SSSP) autour de sociologues comme Arnold Rose, Alfred McLung Lee, Ernest Burgess, Herbert Blumer et Howard Becker. Le CSLS et la SSSP ont maille à partir avec la sociologie fonctionnaliste qui tend à dominer la recherche sur la délinquance après la Seconde Guerre mondiale (Cefaï & Becker, 2016).

37Dans le sillage du mouvement progressiste dans lequel les fondateurs de la SSSP s’inscrivent pour donner naissance à la revue Social Problems (créée en 1953), ils rencontrent les tenants de l’école du réalisme en droit issu majoritairement de Yale et de la Law School de Chicago dans laquelle ont grandi les promoteurs du courant Law & Society. Sur le plan de l’étude du droit, les réalistes américains considèrent que le droit est une activité pratique plutôt que spéculative. Ce courant veut être la cheville ouvrière d’un programme de recherche qui articule aspects académique et politique dans un leitmotiv percutant : le droit opérant plutôt que le droit positif, la loi en action plutôt que la loi dans les codes. En outre, le courant Law & Society est pétri de cette espérance, reprise des réalistes comme Karl Llewellyn (1962) et Jerome Frank (1930, 1949), que la critique de la place et du rôle du droit dans la société américaine peut contribuer au changement social et conduire à la réforme politique. Car l’un de leur point de départ est l’ineffectivité du droit entre d’une part ce qu’il affirme dans les livres et d’autre part l’inégal accès au droit des différents groupes sociaux et le recours différentiel qui y est fait dans la réalité des procès et des procédures judiciaires.

38Si la divergence avec le fonctionnalisme est subtile quant à la portée politique de la discipline, la conséquence est de taille. Dans le traitement de la déviance, la perspective fonctionnaliste suppose de trouver les causes de l’inadaptation des délinquants au système social. Le groupe de Berkeley, et avant eux un certain nombre d’héritiers de Chicago, tentent au contraire de mettre entre parenthèses l’idée que le crime et la délinquance sont des problèmes sociaux, pour se pencher sur les groupes, les interactions et les processus par lesquels un certain ordre de phénomène est constitué comme problème social. Un moment fort de cette remise en cause est la période où Howard Becker est directeur de rédaction de la revue Social Problems, de 1961 à 1965 (Cefaï & Becker, 2016). La rencontre avec les tenants d’une sociologie du droit se concrétise avec le supplément de Social Problems consacré en 1965 à Law & Society. Au menu, les contributions de nature programmatique et générale sont suivies d’une bibliographie où l’on trouve aussi bien Philip Selznick, Georges Gurvitch, Hoebel E. Adamason, Pitirim A. Sorokin, Pound Roscoe que Max Weber et Émile Durkheim. La subordination du droit à la sociologie et à l’anthropologie est consommée.

  • 30 Recueil que l’on retrouve dans la bibliographie du supplément de Social Problems à la rubrique des (...)

39La SSSP engage une critique des inégalités, des rapports de force, des effets de domination sans compter les travaux sur les ségrégations et discriminations sociales, économiques, ethniques et raciales. Toutefois, autour de leur revue commune, elle travaille à la mobilisation et à la fédération des chercheurs. Le rôle de l’engagement de la recherche n’est pas passé sous silence. Il est objet d’étude dès les premiers numéros de la revue. En ligne de mire, la SSSP et le CSLS trouvent un ennemi institutionnel commun : l’Eastern establishment de Harvard et Columbia qu’il faut détrôner. Sa tendance à l’expertise tend à faire de la sociologie un bras armé des dirigeants et des agences du contrôle social. Le courant Law & Society trouve dans ce sillon critique un second souffle pour saper de son côté les traditionnalistes des départements de droit de Harvard et Columbia contre lesquels les réalistes avaient fourbi leurs premières armes. En outre, les professeurs de Chicago et Yale forment des cohortes de professeurs de droit, sur le point d’embrasser la sociologie pour éprouver le droit en train de se faire. Sur le plan institutionnel, Chicago reste cependant la figure de proue devant Yale. En effet, d’entrée de jeu, Yale se dote en 1956 d’un programme d’enseignement (teaching program) avec pour vocation de digérer les recherches en sciences sociales afin de servir aux praticiens. Le présupposé qui sous-tend la démarche est que le savoir à destination des praticiens aux prises avec des problèmes pratiques à régler peut trouver sa traduction dans les formulations et découvertes des chercheurs. Cette démarche conduit à un travail d’une ampleur gigantesque, un recueil de cas 30 en droit pénal sous la férule éditoriale de Richard C. Donnelly et Joseph Goldstein, professeurs de droit à Yale, et de Richard D. Schwartz, professeur de sociologie à Northwestern à Chicago. Cet ouvrage ne passe d’ailleurs pas inaperçu auprès de chercheurs du séminaire de la CSLS comme David Matza et Robert Emerson (Matza, 1969 ; Emerson, 1969).

  • 31 Pour exemple, le matériau à l’origine de l’article de Richard C. Donnelly, « The Law of Evidence: P (...)

40Toutefois, malgré les échanges constants entre Yale et Chicago 31, cette dernière prend le contre-pied du présupposé de l’applicabilité des découvertes sociologiques en droit. Chicago n’ouvre pas d’enseignements de droit positif. Les chercheurs de Chicago sont dispensés d’enseigner la loi des livres. À l’inverse, l’université développe plutôt des enquêtes de grande échelle comme celle du Chicago Jury Project, dont les résultats et conclusions à tirer au regard d’une science sociale du droit à naître sont présentés en partie par Jerome H. Skolnick dans le supplément de Social Problems sous le titre de « The Sociology of Law in America: Overview and Trends » (Skolnick, 1965). L’une des lignes de force qui se dégage de ses prolongements politiques, institutionnels et académiques est l’interdisciplinarité depuis laquelle des travaux originaux vont féconder par germination au CSLS de Berkeley.

La radical criminology : la description comme engagement politique

  • 32 Lorsqu’il publie le manuel, il est à la fois lecturer au département de sociologie de l’Université (...)

41Dans la veine du SSSL, dont l’un des mots d’ordre est de dialoguer avec d’autres disciplines (Cefaï & Becker, 2016), le CSLS sert d’incubateur à l’éclosion d’une dynamique comparative dans l’étude de la déviance au carrefour de la sociologie, de l’anthropologie, de la criminologie, du droit et de l’histoire. Sous l’impulsion d’Herbert Blumer, Joseph D. Lohman devient en 1960 le doyen de la School of Criminology après avoir enseigné à Chicago et avoir été sheriff du Cook County et Trésorier de l’État d’Illinois. Lors de ses études à Chicago dans les années 1930, il s’installe avec sa femme dans les « slums » parmi les communautés italiennes et noires. À leur contact, il développe une compréhension interne de ces « régions morales » de la ville. De cette vie dans les « slums », il tire une connaissance intime de l’expérience que font les habitants de ces quartiers qu’il finit par étudier pour comprendre ce que la délinquance doit à la désorganisation sociale des communautés – la ligne théorique d’alors est fidèle au modèle de la « désorganisation sociale » d’une partie des chercheurs de la première vague de l’École de Chicago. C’est sans doute en s’intéressant de près à la question raciale dans le travail policier du maintien de l’ordre qu’il nourrit une sensibilité au politique et à l’engagement du chercheur. Joseph D. Lohman publie ainsi en 1947 un « manuel de préparation » destiné à l’école de police Chicago Park District Police Training School 32. Intitulé The Police and Minority Groups, le manuel n’a pas vocation à enseigner une méthode prête à l’emploi sur le terrain. L’auteur cherche à faire dépôt dans la réserve d’expérience policière pour que ce corps de métier ait en partage l’idée qu’« il n’y a aucune preuve qui démontre qu’une race plutôt qu’une autre ait quelque prédisposition au crime » et que « toutes les races confrontées à des influences sociales similaires développent le même type de réactions » (Ibid., p. 58).

42Sa formation sociologique ne cesse d’irriguer les fonctions et les offices politiques qu’il prend en charge, tous plus ou moins liés à des engagements forts à l’époque (formation des officiers de police dans les États sudistes, gestion de la sécurité dans les camps de réfugiés chinois capturés pendant la guerre de Corée, programmes télévisés d’éducation à la criminologie, etc.). En 1960, il est évincé à la candidature démocrate pour le poste de Gouverneur de l’Illinois. Malgré un score honorable comme candidat sans étiquette, il perd. Quand il se retire de la vie politique et accepte l’offre, transmise par Herbert Blumer, de prendre le poste de Dean de l’école de criminologie de Berkeley en 1961, son passé le rend sensible au tournant que sont en train d’opérer des chercheurs d’inspiration marxiste avec la radical criminology. Même si certains considèrent que la veine de Joseph D. Lohman est trop « shop job » (King, 2014, p. 4), il reste que sa sensibilité à la recherche permet de concilier les deux tendances qui se font face au moment où il décède en 1968. D’un côté les promoteurs d’une criminologie soucieuse de justice sociale, de l’autre une criminologie plus classique dédiée à l’application de la loi, respectueuse de la vocation de réhabilitation de la sanction pénale et intéressée par le fonctionnement de la police judiciaire et médico-légale. La scission éclate sous l’effet de prises de position que le contexte social durcit. En soutenant les protestations contre la guerre du Vietnam, les mouvements en faveur du féminisme et de la promotion des droits civils, les « radicaux » se mettent à dos certains administrateurs de l’université, des professionnels du droit, des agents du pouvoir judiciaire sans compter les hommes politiques tels que le gouverneur de Californie d’alors, Ronald Reagan.

  • 33 Bien qu’elle se nourrisse d’un projet critique visant à débusquer les structures du pouvoir, cette (...)

43Tenants d’une criminologie d’inspiration marxiste, les époux Schwendinger sont l’une des figures de proue de cette sociologie du droit qui pointe dans sa ligne de mire les « criminologistes technocrates » qui assoient les fondations idéologiques de la répression pénale. La criminologie radicale s’efforce entre autres choses de passer au crible les facteurs qui produisent de la souffrance sociale indépendamment du fait que le phénomène en question ait été ou non « étiqueté » comme déviant. Les Schwendinger reformulent la conception implicite de la « nuisance sociale » (social harmful) de John Sutherland à l’épreuve du marxisme. Pétri d’une conception classique du contrat social, cet auteur considère qu’un acte est nuisible dès lors qu’il rompt « the common welfare of society » (Sutherland, 1949, p. 86). Pour eux, l’État, l’armée et les entreprises de lobby deviennent dès lors des acteurs à part entière dans l’émergence de la nuisance sociale s’ils sapent l’un des fondements du contrat social, la sécurité de ses propres citoyens. La criminologie radicale accomplit un pas supplémentaire dans la critique politique lorsque l’opposition devient frontale. Des chercheurs sont visés ad hominem comme « usual suspects » après avoir rejoint des milliers de manifestants contre les « crimes de guerre du gouvernement américain » durant les rassemblements de la baie de San Francisco 33.

44Les influences réciproques sont en chassé-croisé. Même s’il n’existe pas d’unité au sein du CSLS, les uns et les autres se lisent, se connaissent et se croisent. De surcroît, en dépit des influences diverses qui irriguent les participants au séminaire, la criminologie classique reste un ennemi commun qui oriente la tendance du CSLS à la promotion de l’imagination sociologique. C’est ainsi que la création d’une nouvelle approche du crime et de la déviance se forge tout aussi bien à l’épreuve du démolissage des travaux adverses. Elliot Currie, auteur par ailleurs d’un article original sur un genre de « crime sans criminel », la sorcellerie, se charge de faire la revue de l’ouvrage de Ian Taylor, Paul Walton et Jock Young qui prétend faire autorité en matière de criminologie (Taylor, Walton & Young, 1973). Sans mâcher ses mots, il conclut  « que la méthode et le style sont en fait ceux de la criminologie académique classique, et que les propositions théoriques sont confuses et fondamentalement trompeuses » (Currie, 1974, p. 110). Le ton est donné pour démolir les présupposés légalistes de la criminologie classique que combattent les Schwendinger pour reprendre à son compte la définition normative des crimes et délits. Elliot Currie n’est pas le dernier dans cette entreprise de sabordage des fondements du pouvoir de dire la norme légale. Dans ce contexte, la sorcellerie comme objet d’étude revêt un enjeu tout particulier, aussi bien scientifique que politique, car le chercheur peut difficilement concéder que le coupable mérite sa peine. La « réalité » du crime est impossible à démontrer d’après les canons d’attestation de la preuve du chercheur. La comparaison historique et anthropologique devient un puissant outil pour décentrer le regard sur la déviance.

La vocation heuristique de la comparaison : un acte est-il déviant en soi ?

45Elliot Currie est au final assez représentatif du mariage entre les disciplines qui s’opèrent au CSLS. Alors qu’il se spécialise sur la délinquance juvénile, la consommation de drogue et les politiques pénales aux États-Unis, sa première publication relève de l’histoire du droit pénal et des institutions. Son article sur les procès en sorcellerie durant la renaissance européenne, publié en 1968 dans la revue Law & Society, participe du mouvement d’anthropologisation du droit. Le droit n’est plus considéré comme un univers de discours logique et autonome tel que l’a formalisé Hans Kelsen. Aux antipodes de la thèse qui soutient qu’il s’auto-institue lui-même, le droit est abordé comme le résultat d’une sédimentation historique au confluent d’influences légales, sociales, idéologiques, religieuses et morales. En montrant que les différences entre les formes de sorcellerie en Angleterre et en Europe continentale résultent de systèmes légaux différents, il poursuit le travail de « dédiabolisation » de la sorcellerie qui avait été engagé par Kai Erikson en délocalisant le lieu de la déviance de la tête de l’individu coupable de sorcellerie (Erikson, 1966). Dorénavant, la focale se resserre sur les groupes sociaux qui produisent les signes de la sorcellerie à déchiffrer à même les corps ensorcelés. Du coup, on cherche moins à comprendre ce que la transgression doit à un défaut de constitution psychique ou d’intégration des normes, qu’à mettre en évidence le fait que

« chaque société déploie une option culturelle lorsqu’elle développe une façon caractéristique d’appréhender les comportements déviants et une machinerie de contrôle idoine. De la direction dans laquelle rayonne cette option découlent immédiatement les formes de déviance que rencontre cette société d’une part et les types de personnes qui viennent à exhiber ce comportement d’autre part » (Ibid., p. 196).

  • 34 L’article est d’ailleurs discuté à l’occasion du séminaire du CSLS dont l’auteur remercie les parti (...)
  • 35 Notamment ce passage : « Les versions mondaines ne génèrent pas seulement les catégories substantie (...)

46À la suite de ce modèle du genre interactionniste dans l’étude de sociétés historiques, Elliot Currie remarque que le système d’administration de la preuve – inquisitoire ou accusatoire – a des répercussions directes sur la nature des personnes désignées comme déviantes. En Angleterre, ce sont plutôt des petites gens et majoritairement des femmes. En Europe, plutôt des propriétaires terriens. Il tire la conclusion que là où le système judiciaire est structuré de telle sorte qu’il peut facilement procéder à la confiscation des biens, le critère de propriété recouvre parfaitement la population cible. La déviance n’est donc pas inhérente à l’acte incriminé mais aux raisons qui poussent les agences du contrôle social à définir la population qu’elle place sous sa juridiction. Au final, l’auteur constate que cette déviance est ni plus ni moins qu’« inventée ». Financé par une bourse de la Ford Foundation qu’administre le CSLS, l’article pousse jusqu’au bout les conclusions de théorie de la réaction sociale. Aucun comportement ni individu n’est en soi déviant 34.Cette approche en termes de réaction sociale se retrouve tout au long de l’article de Melvin Pollner pour appréhender l’« entreprise de fabrication de la déviance » 35.

47Le revirement qu’opère la radical criminology s’inscrit dans ce mouvement plus général qu’impulsent les promoteurs de la théorie sociologique de la réaction sociale. Le curseur se déplace du comportement déviant per se à la réponse sociétale prise en charge par des agents qui détectent, désignent, arrêtent, jugent, punissent, mesurent, comptent, condamnent, réhabilitent – et pardonnent éventuellement – un ensemble d’actes et d’individus dont le caractère déviant est précisément le fruit de cette activité d’étiquetage. Dès le début de son article Elliot Currie affiche son affiliation. Il égrène dans la première note de bas de page les auteurs qui balisent ce renouveau : Outsiders d’Howard Becker (1963), Wayward Puritans de Kai Erikson (1966), « Societal Response to Deviance » dans Social Problems de John Kitsuse (1962), et Asylums et Stigma d’Erving Goffman (1962 et 1963), sans oublier de faire remonter la filiation à Social Pathology de Edwin Lemert (1951) et Crime and the Community de Frank Tannenbaum (1951).

  • 36 Malgré sa reformulation dans « Labelling Theory Reconsidered » (Becker, 1973), le modèle reste très (...)
  • 37 On doit également citer dans la veine des travaux qui montrent que la déviance se fabrique institut (...)

48L’article de John I. Kitsuse, « Societal Reaction to Deviant Behavior : Problems of Theory and Method », est sans doute celui qui établit l’environnement théorique le plus solide avec les notions complémentaires d’imputation de déviance et de réaction sociale (Kitsuse, 1962). La puissance de l’argumentation réside dans la combinaison des phénomènes d’imputation et de réaction le long d’un processus d’interprétation des comportements d’autrui. Il ne suffit pas qu’un comportement soit étiqueté comme déviant, encore faut-il que des réactions différenciées scindent deux populations qui seront traitées différemment. À la différence de la formulation que donne Howard Becker à la théorie de l’étiquetage 36 l’approche de John I. Kitsuse – sur laquelle s’appuie Melvin Pollner – tranche expressément en faveur de l’absence de comportement déviant per se. Du coup, elle devient très puissante pour étudier la sorcellerie dans la mesure où ce qui importe n’est pas tant de savoir s’il y a un « vrai coupable » – le pleinement déviant de la table à quatre entrées – que de comprendre le processus d’imputation par lequel une catégorie de population est mise à l’index sur la base d’un critère défini conventionnellement pour subir un traitement qui la met à l’écart – marque infamante, peine de mort, etc. Cette brèche théorique et méthodologique ouvre un horizon d’enquête que deux travaux empiriques exemplaires vont finir d’asseoir. Le premier, écrit par Kai Erikson, est publié en 1966 sous le nom de Wayward Puritans. A Study in the Sociology of Deviance (livre tiré de sa thèse soutenue en 1963 à Chicago). Le second d’Aaron Cicourel est publié en 1967 au titre de The Social Organization of Juvenile Justice 37.

49Dans sa préface, Kai Erikson problématise l’enjeu du recours à des matériaux historiques dans la formulation d’une théorie de la déviance débarrassée des présupposés légalistes. Les procès en sorcellerie ont cet avantage d’éclairer les processus interactionnels par lesquels une société organise sa cartographie morale en construisant des schèmes de ventilation de sa population déviante qu’elle distribue dans le temps et l’espace selon un canevas normatif. Kai Erikson observe que certaines sociétés offrent des parenthèses morales durant lesquelles une certaine licence est accordée à une certaine catégorie de personnes qui peut s’affranchir des normes en vigueur maintenues pour tout le reste de la population. D’autres définissent la déviance comme un attribut propre à une classe d’âge, les jeunes par exemple dont la clémence à leur égard vaut innocence tant qu’ils ne sont pas rituellement devenus adultes. Et puis parmi certaines sociétés encore, seuls des groupes, des ordres ou des sociétés secrètes sont autorisés à enfreindre ce que tout le reste de la société regarde comme interdit. Ainsi, au moment d’aborder les trois grandes vagues de déviance qui frappent les puritains de la Nouvelle-Angleterre, Kai Erikson se demande quelle forme de régulation cette société éprise du sentiment d’élection sous la forme de la prédestination a mise en place pour contrôler ses membres, nouvellement installés dans la baie du Massachusetts, dans la navigation de ses frontières morales en un temps où elle appréhende avec anxiété le futur de sa colonie de peuplement. Il montre que la sorcellerie apparaît exactement au moment où les membres de la colonie ont besoin de se rassurer quant à leur destin collectif. La déviance est donc une entreprise collective de désignation et de mise à l’écart d’une population qui, dans le contraste qu’elle offre à ceux qui sont épargnés, permet la réaffirmation des valeurs que la société se donne à respecter et s’oblige à faire respecter.

50La sorcellerie, comme le soulignera parfaitement Jack Katz, met en exergue l’existence d’une classe de déviants condamnés pour être des transgresseurs de règles que le sociologue est incapable de décrire avant qu’elles ne soient observées par les acteurs sociaux (Katz, 1972). L’objectivité de la déviance est posée à nouveaux frais car il n’existe aucun étalon extérieur sur lequel le sociologue puisse se reposer pour fonder une théorie de la déviance en termes de facteurs sociaux ou d’intégration des normes. La preuve d’un acte de sorcellerie est infalsifiable d’après les formes d’observation et de contrôle de données que peut exercer le sociologue, selon les standards de l’enquête scientifique. En outre, aucun sociologue ne peut déterminer si un condamné est « véritablement déviant » ou « accusé à tort » à moins de croire lui-même à la sorcellerie. La notion d’objectivité est diluée dans les frontières qu’une société se donne pour déterminer ce qu’est un « fait » de sorcellerie, un « acte » de magie, une « volonté » déviante, la « vérité » et la « réalité ». La sorcellerie donne à considérer la façon dont une société se dote de méthodes pour rendre observables pour ses membres les critères qui emportent la distinction entre « déviants » et « normaux ».

  • 38 Deux registres s’entrecroisent ici. Celui de la normalité d'une situation telle qu’une institution (...)

51C’est précisément l’entreprise qu’entreprend Aaron Cicourel en montrant que toute la statistique judiciaire procède d’un travail collectif de définition rétrospective de « ce qui s’est passé », élément sur lequel l’article de Melvin Pollner s’arc-boute. En l’occurrence, Aaron Cicourel démontre que le sociologue qui prendrait les statistiques comme les indices objectifs de la « réalité », hériterait en fait de la formulation d’un problème défini par les agences chargées du contrôle social. Ainsi, la « création ou génération de l’histoire » du délinquant est une entreprise institutionnelle qui fabrique l’histoire naturelle du passage à l’acte afin de déterminer à quel type d’individu elle a affaire afin de lui apporter le type de traitement mérité. À la réification statistique correspond la qualification juridique 38. Il faut pouvoir classer l’individu dans une case pour lui appliquer un régime juridique particulier. La statistique judiciaire est foncièrement l’œuvre de la machinerie répressive. Elle mesure pour pouvoir définir afin de traiter.

52À la suite d’une enquête de quatre ans portant sur les interactions entre les mineurs, les représentants de la police, les unités de probation et le personnel des tribunaux de deux villes, Aaron Cicourel montre comment les faisceaux d’activités de ce monde social s’entretissent autour d’une tâche routinière commune : la « création de l’histoire » du délinquant (Cicourel, 1968). L’ensemble de la chaîne court depuis les activités de voir le délit en train de se commettre, en passant par la rédaction de témoignages de visu dans des procès-verbaux, jusqu’à la décision finale de prononcer un certain quantum de peine selon le type de délinquant auquel la juridiction des mineurs estime qu’elle a affaire. Les protagonistes ne cessent de typifier les événements, les choses, les actes, les personnes et les intentions. L’unité du phénomène auquel le sociologue pense se référer dans sa factualité statistique est en fait le fruit des acteurs qui prennent en charge sa définition. La déclinaison des cas délictuels, des trajectoires biographiques, des projets criminels, des intentions avouées ou inavouées subit une réduction sous l’effet des « idéalisations réifiées » que sont les catégories juridiques et statistiques – et parfois, les catégories morales. Une fois qu’ils sont rangés dans des classes de phénomènes, les protagonistes peuvent s’y référer comme à une même réalité : un type de délinquant a commis tel type d’acte suivant tel type de motivation avec en vue tel type de mobile. C’est donc presque naturellement qu’Aaron Cicourel et Melvin Pollner s’accordent sur le tribunal comme lieu de fabrication de la déviance.

  • 39 Le passage est souligné au stylo à bille par Melvin Pollner.
  • 40 Il ne faut pas méconnaître à cet égard la réception de l’anthropologie britannique auprès des tenan (...)

53Melvin Pollner, qui a lu le manuscrit, souligné et annoté de sa main, « Kinship, Marriage, and Divorce in Comparative Family Law » écrit par Aron Cicourel (1967), reprend à son compte l’idée que la désignation de catégories d’actes et de personnes comme « déviantes » est une construction sociale accomplie à travers un « procès d’historisation “de ce qui s’est passé” 39 » (Ibid. p. 109). En ce sens, Aaron Cicourel préconise de ne pas laisser la formulation des questions sociologiques être dictée par les termes qui servent aux acteurs à résoudre leurs tâches pratiques, juger et sanctionner. En outre, les procédures des membres engagés dans cette tâche pratique sont de nature à « fermer » (Ibid. p. 104) les phénomènes pour les rendre comptables de types d’histoires communicables, avec un début, une séquence naturelle – entendu qu’elle est prise comme allant de soi pour ceux qui s’y réfèrent de la sorte – et une fin. D’une certaine manière, Melvin Pollner prend le contre-pied de cette observation pour s’intéresser aux interactions qui, à l’inverse, ont un fort potentiel d’« ouverture », les disjonctions de réalité (reality disjunctures), concept central, au cœur de son ouvrage Mundane Reason et qui irrigue perpétuellement l’article « Mundane and Constitutive Versions of Labeling Theory ». Or, il se trouve que ces disjonctions de réalité lui sont inspirées directement de la lecture que fait Edward Evans-Pritchard de la magie et de la sorcellerie chez les Azandé, moment clé dans la maturation de son projet de connaissance 40.

À l’école de la magie : lire Outsiders au prisme de Sorcellerie, oracles et magie chez les Azandé

  • 41 L’importance que donne Melvin Pollner au voir ne se laisse pas appréhender dans un paradigme de la (...)

54Melvin Pollner ne perd jamais de vue les soubassements phénoménologiques de l’action humaine. L’angle d’attaque qu’il choisit pour étudier la déviance court depuis Kai Erikson à Aaron Cicourel en passant par Harold Garfinkel. Pour des besoins de synthèse, la perspective peut se ramasser comme suit : pour que la réaction sociale se mette en branle il faut que des phénomènes aient été vus 41 comme ressortissant d’une même classe appelant une sanction. Melvin Pollner s’appuie sur les découvertes au sujet de la sorcellerie pour pallier les lacunes de la théorie de l’étiquetage d’Howard Becker. Dans les procès en sorcellerie, les acteurs voient quelque chose que le sociologue est incapable de décrire avec les ressources cognitives et interprétatives de ses contemporains, sauf à faire un détour par l’idiome de la magie en se calant sur les raisonnements indigènes, unique ressource à disposition pour établir de quoi est faite la « factualité » des faits de sorcellerie. Dans la théorie de l’étiquetage, le sociologue sait quelque chose que les acteurs sont incapables d’assurer avec certitude, à savoir que certains déviants le sont secrètement ou que certains le sont à tort. Cette rencontre entre sorcellerie et théorie de la réaction sociale pousse Melvin Pollner à questionner ce qui fonde la possibilité pour les uns et les autres de se prononcer sur ce qui existe en l’absence d’un acte transgressif vu – le pacte avec le diable ou des forces obscures à l’œuvre dans le cas de la sorcellerie et de la magie d’une part et une réalité objective à laquelle le sociologue n’a pas accès d’autre part dans les cas de déviance secrète et d’accusation à tort. Le dilemme est cornélien : soit on maintient l’existence d’une réalité objective – qu’il n’y a pas vraiment de faits de magie depuis la perspective du sociologue – et alors il faut tenir pour absurdes, incorrectes, défaillantes, partiales les pratiques indigènes, soit on estime qu’on ne peut pas rapporter le « déviant secret » et l’« accusé à tort » à une réalité qu’on connaîtrait indépendamment de la réaction sociale, et alors il faut pousser la théorie de l’étiquetage à son terme : la déviance est une pure invention. Ce n’est donc pas sans raison que les sociologues de la déviance s’emparent de la sorcellerie au tournant des années 1960 et 1970. Elle est le laboratoire où peut s’éprouver la validité de la théorie de la réaction sociale car, le sociologue ne croyant pas lui-même qu’il existe des sorciers, il lui faut bien convenir que ce type de déviance procède uniquement d’une pratique d’étiquetage – ou chez Melvin Pollner d’un accomplissement pratique.

  • 42 Le tournant interprétatif a pris divers visages. Pour prendre la mesure des « tournures bien distin (...)
  • 43 Ernest Gellner, fer de lance du « rationalisme critique », ironise sur le relativisme épistémologiq (...)
  • 44 Edward Evans-Pritchard est de loin l’auteur le plus cité dans l’un des ouvrages (Wilson, 1970) qui (...)
  • 45 La liste pourrait être étendue à loisir. Par exemple Steven Lukes (1974, p. 165 et suiv.), moyennan (...)

55Dans ce mouvement de réception de l’anthropologie, la sociologie de la déviance ne manque pas de relayer certains des enjeux qui se nouent autour du tournant interprétatif 42. La question de la sorcellerie et de la magie polarise l’affrontement entre rationalistes et relativistes dans la réouverture de la querelle des méthodes – dont l’une des déclinaisons envisagées est l’opposition entre explication versus compréhension dans le rapport qu’elle entretient avec la description 43. Malgré l’âpreté des débats et l’exposé de positions parfois inconciliables, se dégage néanmoins un dénominateur commun, la référence à des ouvrages incontournables qui balisent le paysage intellectuel. C’est ainsi que celui d’Edward Evans-Pritchard Sorcellerie, oracles et magie chez les Azandé (1972) vient à incarner le modèle interprétatif relativiste aux côtés de Ludwig Wittgenstein et Peter Winch 44. Un fil rouge court entre ces trois auteurs 45 : une rationalité pratique est à l’œuvre dans l’efficace de la magie et de la sorcellerie qui ne se laisse pas ramasser dans une approche intellectualiste. Cette rationalité pratique est à resituer dans le contexte de son expression où son intelligibilité est inséparable de la forme de vie qui trace les limites de ses significations possibles (MacIntyre, 1970, p. 66).

56Incidemment, le travail de Melvin Pollner peut s’appréhender comme une contribution à ce débat. On ne s’étonnera donc pas de voir figurer en bonne position les références à Edward Evans-Pritchard, Ludwig Wittgenstein et Peter Winch. Il s’enrôle résolument du côté des relativistes à ceci près qu’il parcourt le chemin inverse de ses devanciers. D’entrée de jeu, Melvin Pollner fait le parallèle entre les raisonnements qui attestent la véracité des faits de sorcellerie et de magie, d’une part, le raisonnement sociologique qui tranche entre les éléments qui seront intégrés dans le modèle explicatif, d’autre part. La portée critique est de taille. Il place sur le même plan les théories sociologiques qui recourent à une « réalité objective » dans l’analyse de la déviance et les théories mondaines auxquelles recourent les Azandé pour établir qu’un fait de magie ou de sorcellerie a bien eu lieu. Melvin Pollner engage ici un dialogue implicite avec Aaron Cicourel. Ce dernier avait porté la critique au cœur de la sociologie quantitative en montrant que lorsqu’ils utilisent les « données » (data) issues d’enquêtes statistiques (surveys) les sociologues ne se rendent pas compte que la correspondance entre cette collection de chiffres et ce pour quoi elle est censée tenir, la « réalité », est un présupposé qui ne peut pas lui-même être assis sur une fondation mathématique. Cet isomorphisme entre les « données » et la « réalité » est accepté à la manière d’un fiat (Cicourel, 1964).

  • 46 Sur l’enregistrement des « faits » de suicide, Jack Douglas a montré dans le prolongement critique (...)

57Ainsi, il n’est plus possible au sociologue qui manipule par exemple les statistiques judiciaires de remonter aux choix, interprétations et significations contextuels qui ont présidé à l’assemblage des chiffres. Il les récupère telles quelles sans interroger les contraintes administratives et politiques qui orientent la façon de reporter et ordonner la matière brute avant qu’elle ne devienne des « faits » 46. De surcroît, en souscrivant au postulat que l’idiome de la mesure mathématique « reflète » la structure du monde physique et social, le sociologue oblitère les conséquences de ce choix. Les résultats qu’il croit avoir recueillis sont le fruit de la grammaire de représentation qu’il s’est donnée, souvent implicitement. Or, l’idiome mathématique n’est pas un instrument de reproduction de la réalité mais de génération de celle-ci. En l’utilisant, on institue du même coup la possibilité de vérifier qu’il existe des lois mathématiques par l’établissement d’un jeu de langage où il existe des facteurs de causalité mesurables, au détriment d’autres façons de décrire le monde. Melvin Pollner prolonge cette critique dans deux directions.

  • 47 La tâche que se donne la phénoménologie est précisément de mettre cette dichotomie à distance grâce (...)

58La première consiste à poursuivre l’investigation non plus dans les « surveys » (avec leurs questionnaires statistiques et leurs grilles d’entretien fixes), mais au cœur de la sociologie compréhensive pour en débusquer les avatars. La seconde critique est le centre de gravité de l’article que nous traduisons ici. Aaron Cicourel avait centré son analyse sur la partie constituée du signe mathématique, l’axiomatique destinée à représenter le réel de manière formelle. Melvin Pollner s’intéresse à la partie constituante, la « réalité » putative que l’axiomatique cherche à « refléter ». Les chiffres tiennent lieu de quoi ? Or, cette idée qu’il existe un monde réel, objectif, naturel, déjà-là, observable et descriptible est si foncièrement – voire viscéralement – enracinée à notre expérience du Soi, qu’il est impossible de suspendre momentanément cette croyance pour se tenir en dehors de cet idiome. En effet, nos sociétés occidentales sont bâties sur la dichotomie entre un sujet observateur et un monde objectif qui l’entoure et dont il prend connaissance en le mesurant. Du coup, pour s’extraire de cet idiome il faudrait faire l’expérience d’une réfutation qui ne prenne pas le sujet connaissant comme centre névralgique de l’enquête. Chose impossible car nos concepts même d’enquête scientifique, d’observation et de réfutation supposent cette dichotomie entre sujet et objet 47. Melvin Pollner a alors recours à une astuce méthodologique, la comparaison.

59Sa démarche participe d’une « épistémologie de l’absurde » (Pollner, 1970, p. 172). Pour décortiquer les pratiques de l’idiome dans lequel nous vivons il pousse le lecteur à faire l’épreuve d’un « idiome étranger » (alien idiom), celui de la magie, afin de pouvoir s’étonner de la façon originale dont l’idiome mondain du tribunal de police travaille le sens de la réalité sociale. Pour ce faire, il compare la façon dont les contradictions que rencontrent les prédictions de l’oracle Azandé sont résolues à l’intérieur même de l’idiome de la magie pour conserver ses propres fondations. En effet, l’un des résultats d’Edward Evans-Pritchard est d’avoir montré que les contradictions sont résolues dans les termes qui confortent l’idiome magique mis à l’abri de la réfutation.

60Ainsi, si tous les animaux soumis à une ordalie viennent à mourir, au lieu de réfuter les pouvoirs de prédiction de l’oracle qui auraient demandé que certains animaux vivent au détriment d’autres, la disjonction est réparée par une autre croyance qui conforte l’idiome. En l’occurrence, il est possible aux Azandé de recourir à tout un faisceau d’arguments, raisonnements et justifications qui sauvent la validité de l’idiome magique. Ainsi que le note Melvin Pollner dans ses notes en rapportant les passages d’Edward Evans-Pritchard, il se peut qu’une mauvaise variété de poison ait été utilisée, qu’un tabou ait été violé, que les esprits de la forêt soient en colère, qu’un sorcier œuvre à saboter le rituel de l’oracle, que des fantômes soient énervés, qu’une main incompétente ait mal effectué le rituel ou qu’une bouche ait prononcé de travers les formules. De toutes les façons, il s’agit d’une contre-force dont l’efficace suppose l’existence d’un monde magique préconstitué. Mais en aucune manière l’occurrence d’une disjonction de réalité, qui de notre point de vue serait immédiatement interprétée comme la preuve irréfutable du manque d’assise de l’efficace magique, ne compromet les fondations de la croyance Azandé – de la même manière que deux versions contradictoires du même événement vu par le policier et le prévenu ne remettent pas en cause l’univocité du monde réel.

61Cette infaillibilité de l’idiome magique engage Melvin Pollner à réinterroger l’évidence avec laquelle se donne la « réalité » à laquelle recourt la théorie de l’étiquetage pour déterminer qu’un acte est déviant indépendamment de toute réaction sociale. En effet, la méthode de constitution des « faits » de sorcellerie et de magie trouve son pendant dans la pratique judiciaire de détermination de « ce qui s’est réellement passé ». De là, Melvin Pollner tire la conclusion qu’une partie de la théorie de l’étiquetage n’est rien d’autre que l’idiome local des juges (folk idiom). L’observation est d’autant plus probante qu’elle n’émane pas exclusivement d’une critique interne au modèle d’Howard Becker (l’illogisme de la table à quatre entrées). La critique s’appuie sur le matériau empirique qu’il est alors en train de récolter dans les tribunaux de police. À côté des retranscriptions de bandes audio enregistrées lors des audiences, Melvin Pollner élabore durant l’enquête un fil de commentaires indexés aux cas d’espèce qu’il rencontre. À cet effet, plusieurs centaines de feuilles reliées dans un classeur nommé « Dissertation materials » répertorient par thématiques des indications théoriques et empiriques depuis lesquelles on voit l’analyse en train de se faire. Chez Melvin Pollner, l’élaboration théorique est donc en prise directe avec le matériau empirique.

62Sur une série de trois pages successives à propos des raisonnements des juges, Melvin Pollner met en relation son matériau, la lecture de Kenneth Burke et la méthode d’Edward Evans-Pritchard pour générer des questions « absurdes » depuis la perspective de l’idiome magique. Le modèle dramaturgique de Kenneth Burke rejoint les conclusions d’Edward Evans-Pritchard à propos du rôle que joue la magie dans la façon dont les Azandé vivent l’indétermination du futur et la vulnérabilité des vies humaines soumises à l’infortune. Dans Grammar of Motives, Kenneth Burke (1969) développe un modèle de l’action humaine inscrit dans l’usage que nous faisons des descriptions pour faire le récit de ce qui nous arrive dans la vie. Toutes les actions suivent un patron dramaturgique toujours composé de cinq éléments : l’acte, la scène, l’agent, l’agentivité et le but. À bien y regarder, cette architecture dramaturgique soutient les récits magiques dont la vocation est de résoudre l’abîme que creusent l’occurrence d’une catastrophe et l’insuffisant recours à la raison humaine, incapable de déterminer pourquoi tel malheur est arrivé à tel moment à telle personne (Gluckman, cité dans Glaser & Strauss 1967, p. 148). Les questions que posent Edward Evans-Pritchard modifient à la marge l’un des éléments du patron dramaturgique pour voir la réaction des Azandé. Par exemple, au lieu de considérer qu’un sorcier est à l’œuvre comme agent moteur de l’infortune, Edward Evans-Pritchard invite les Azandé à imaginer que le résultat de l’oracle dérive de la proportion des doses de poison qu’administre l’officiant du rituel.

« Demander à ces gens, comme je l’ai fait souvent, ce qui arriverait s’ils administraient le poison oraculaire à une volaille sans prononcer d’invocations ; ou s’ils administraient un supplément de poison à une volaille qui s’est remise des doses ordinaires ; ou s’ils plaçaient un peu de poison dans la nourriture d’un homme : c’est poser là de bien sottes questions » (Evans-Prtichard, 1972, p. 365).

63L’incurie d’Edward Evans-Pritchard est une posture de découverte. Un peu à la manière de ce que prodiguera Harold Garfinkel sous le nom de « breaching experiments », dont la vocation est de mettre en lumière les complexes d’inférences pratiques sur lesquels tiennent nos attentes sociales, Edward Evans-Pritchard cherche à dévoiler ce qui est « absurde » depuis la perspective de quelqu’un qui raisonne dans les récits magiques. Cette « épistémologie de l’absurde » fait passer cet auteur pour un incompétent culturel, le rôle attribué aux enfants encore engagés dans l’apprentissage de l’idiome de la société des adultes. En effet, à certains moments, les Azandé s’amusent de l’absurdité de ses questions et le regardent avec la charité réservée dans nos propres sociétés aux incompétents culturels (tels les enfants). Mais les Azandé ne se sentent jamais menacés par les questions d’Edward Evans-Pritchard dont les contradictions ou anomies ostensibles ne font que renforcer l’idiome de raisonnement dans lequel des erreurs sont possibles. Sur ces remarques, Melvin Pollner cite Edward Evans-Pritchard :

« Comme bien l’on pense, il lui arrive fréquemment de tuer ou d’épargner l’une et l’autre volaille, ce qui pourrait prouver, pour nous, la vanité de toute cette procédure. Or les Azandé en tirent la preuve contraire. Ils ne s’étonnent pas des contradictions ; ils s’y attendent. Si paradoxal que ce puisse être, l’infaillibilité de l’oracle se prouve à leurs yeux par ses erreurs aussi bien que par ses jugements valides. L’oracle se trompe dans les moments où quelque pouvoir mystique le contrecarre : voilà qui montre combien précis sont ses jugements quand on empêche ces puissances de s’interposer.
Un Zandé se tient assis vis-à-vis de son oracle et lui pose des questions. En réponse à une question particulière, l’oracle dit "Oui", puis il dit "Non". Notre homme n’est pas désorienté. Sa culture lui fournit un certain nombre d’explications toutes prêtes, et il choisit celle qui paraît la plus adaptée aux circonstances. Pour opérer ce choix, il s’aide souvent du comportement particulier des volailles placées sous l’influence du poison. Ces raffinements secondaires de la croyance, ces explications d’un échec de l’oracle font état de diverses causes possibles. 1) on a récolté une mauvaise variété de poison ; 2) on a violé un tabou ; 3) il y a sorcellerie ; 4) les propriétaires de la forêt où les lianes poussent sont en colère ; 5) le poison est trop vieux ; 6) les esprits sont irrités ; 7) il y a magie maléfique ; 8) l’usage » (Evans-Pritchard, cité dans Pollner, 1987, p. 55).

64Ce détour par la magie donne la certitude à Melvin Pollner que chaque idiome forge ses propres ressources pour résoudre les ambiguïtés qui naissent dans les termes même de sa fondation. En somme, il est impossible de sortir de cet idiome avec les outils de ce même idiome. Concomitant à son propre avènement, l’idiome de la magie, comme celui de la réalité, travaille à l’effacement de son auto-institution.

L’« idiotie ontologique » : s’aveugler collectivement sur les fondements de la réalité

65En vérité, c’est grâce à ce détour par la magie que Melvin Pollner forge les outils nécessaires à la formulation de l’interrogation qui soutient l’article sur la théorie de l’étiquetage : comment les juges et Howard Becker savent-ils qu’il existe réellement des déviants qui ne se sont pas fait attraper ? Sur quel type de savoir tourne cet idiome de la réalité ? Les notes rédigées au fur et à mesure de l’enquête soulignent la formulation progressive de la question à l’épreuve de son terrain et de la lecture de Sorcellerie :

« Les j[uges] savent que les violations sont inévitables et ce qu’ils apprennent consiste à se tourner vers ce quelque chose pour regarder. La population viole constamment la loi tout en échappant à la surveillance. Le fait que quelqu’un ait conduit x nombre de fois sans jamais recevoir d’amende est souvent traité comme la preuve comme un problème relevant du fait d’avoir conduit s[an]s avoir été pris. La population est traitée comme une population de potentiels ou de véritables contrevenants à la loi. En effet la classification de Becker entre réels contrevenants à la loi et contrevenants détectés est une schématisation de la façon dont les j[uges] décrivent la population à laquelle ils ont affaire ».

66Et sur cette citation Melvin Pollner esquisse une hypothèse :

« Il est utile de penser aux croyances Azandé comme des « assomptions incorrigibles » qui ne souffrent aucune remise en question quoi qu’il se passe, mais qui à l’inverse fournissent le type d’inférences auxquelles il est possible de recourir quand une contradiction ostensible apparaît ».

67Sur quoi, il liste un ensemble d’expressions jetées sur la feuille avec une autre encre : « Propriétés d’incorrigibilité, verrouillage et ineffabilité "Nous croyons que…", au-delà de la V[érité] et de la F[alsification] ».

68Ces expressions font dépôt à la manière de pierres d’attente destinées à baliser l’investigation. Elles ouvrent un horizon d’enquête dont la critique de la théorie de l’étiquetage est un moment fondateur dans ce qui deviendra son livre Mundane Reason. En fait, cette manière d’aborder les écarts de réalité irrigue l’intérêt sociologique vers lequel tend toujours Melvin Pollner : décrire la distribution sociale des connaissances et les fondements intersubjectifs qui permettent aux sujets de faire fond sur ce savoir pour raisonner dans des formes significatives qu’ils partagent avec leurs congénères.

  • 48 Il existe aussi l'acquittement au bénéfice du doute quand des récits contradictoires à force probat (...)

69En outre, il poursuit l’investigation de l’interactionnisme au regard de l’unité où le sens des pratiques se donne, se suppute et s’anticipe collectivement. L’interaction reste la charpente morphologique du monde social. C’est dans cette forme d’agrégation humaine indépassable que les humains fabriquent collectivement leur forme de vie. Par contre, il déplace son intérêt du sens des actions vers les fondations des interactions. Il cherche à comprendre comment les protagonistes interagissent pour soutenir un contexte de non-remise en question de ce qui fonde la possibilité d’interagir. En somme, comment l’interaction soutient-elle le cadre depuis lequel elle trouve ses propres ressources pour produire du sens, les ressources étant des outils culturels tels que le « moi », le « monde », la « réalité », la « raison », la « volonté », etc. Il se focalise sur les pratiques qui fabriquent en contexte la stabilité des soubassements interactionnels sans lesquels aucune communication ou échange ne serait possible. Ce véhicule culturel est la raison mondaine à laquelle ni les juges, ni les policiers, ni les délinquants ne peuvent se soustraire car la nature même des opérations d’imputation et des jugements de responsabilité la suppose à l’œuvre. Le délinquant qui voudrait échapper à une condamnation en mentant au juge ne devrait pas moins savoir ce qu’il sait « vraiment » dans le but de manipuler sa version des « faits » afin que le juge ait une perception tronquée de la « réalité ». L’idée même d’administration de la justice, depuis les fondations grecques telles qu’en donne un aperçu le procès de Socrate, repose sur la possibilité qu’il existe un « vrai coupable » dont on peut déterminer la culpabilité par des preuves 48.

70En un sens, Melvin Pollner retrouve le portrait sociologique que dresse Harold Garfinkel de l’acteur social à la fin du chapitre 5 des RE. Certes, les acteurs prouvent indéniablement par la richesse et la complexité de leurs raisonnements qu’ils président à l’institution de leur société et qu’ils sont les auteurs des processus de prise de décision dont les possibilités sont elles-mêmes aménagées par eux. Ils ne sont donc pas des « idiots culturels ». Toutefois, le patron de cet univers qu’ils construisent ne ménage pas de place active pour ces bâtisseurs. En s’installant comme sujets d’un monde réel qu’ils observent, ils s’excluent comme créateurs de la réalité dont ils sont pourtant les auteurs. Cette construction sociale de la passivité en fait des « idiots ontologiques » (Pollner, 1987, p. 165). Cela signifie que la réflexivité des membres de la société ne peut pas soumettre l’outil qui sert de support à la réflexion, le sujet qui se prend pour objet d’investigation dans ses raisonnements mondains. La nature même du sujet, le Soi, est une trame narrative autobiographique qui l’empêche de prolonger en abîme cette réflexion. Il faut une assise sur laquelle se tenir. Cette infaillibilité de la réalité est le préjugé du monde sans lequel les sujets ne pourraient se prendre réciproquement comme les points d’imputation de jugements de culpabilité, s’attribuer des intentions et convoquer des responsabilités pour des actes dont ils sont « réellement coupables ».

71C’est à ce niveau qu’opère le geste anthropologique de Melvin Pollner : rendre exotique le familier. Il aborde les jugements de culpabilité auxquels parviennent les juges avec le même étonnement que les accusations de sorcellerie. Il repère une homologie dans les raisonnements pratiques. À l’incorrigibilité des décisions de l’oracle Azandé correspond l’infaillibilité des faits de déviance. Les travaux de la réaction sociale en matière de sorcellerie affleurent dans l’angle d’attaque que développe ici Melvin Pollner. En effet, c’est à l’épreuve des résultats d’Edward Evans-Pritchard que celui-ci relit Outsiders. Il débusque les incohérences d’une théorie qui envisage la déviance comme la résultante d’une pratique d’étiquetage sans renoncer complètement à l’idée qu’il existe « réellement » des déviants, indépendamment de la réaction sociale qui les désigne comme tels. Les accusations de sorcellerie constituent des cas limites où le sociologue n’est plus en mesure de se référer à une « réalité » objective pour savoir ce qui s’est vraiment passé. Sauf à croire lui-même à la magie et à son pouvoir révélateur indiscutable, le sociologue est bien obligé de convenir – d’après les canons d’attestation de la preuve du sociologue – qu’il existe des « déviants » présumés qui n’ont pas « réellement » fait ce qu’on leur reproche. Il est alors d’autant plus loisible de discerner comment les membres d’une communauté se rendent visibles à eux-mêmes ce qui pour le sociologue demeure invisible, le « vrai coupable ». En outre, les membres de cette communauté sont obligés de trouver des auxiliaires probatoires capables de porter l’imputation de culpabilité à défaut de preuves directement observables – ce sera les ordalies par exemple. C’est ce qui fait dire à Melvin Pollner, au moment où il distingue les versions mondaine et constitutive de la déviance en tout début d’article, que cette dernière « s’attache en premier lieu à la méthodologie par laquelle les sorcières sont constituées en entités détectables ». Le juge et l’oracle suivent leur propre méthode pour rendre visible l’invisible, le premier une « réalité » dont il n’a pas été le témoin direct, le second le sort jeté dont il faut interroger les traces pour qu’elles puissent attester son « existence ».

Haut de page

Bibliographie

Barthélémy M. & L. Quéré (2007), « Introduction », dans Garfinkel H., Recherches en ethnométhodologie, Paris, Presses universitaires de France.

Boukir K. (2016), « Délire de ouf. Le vécu des “casseurs” durant les manifestations anti-CPE de 2006 à Paris », dans Cottereau A. (dir.), Bruxelles, Peter Lang.

Burke K. (1969), Grammar of Motives, Berkeley, University of California Press.

Castañeda C. (1972 [1968]), L’Herbe du diable et la petite fumée, Paris, Édition du Soleil Noir.

Cefaï D. (1998), Phénoménologie et sciences sociales. Alfred Schutz, naissance d’une anthropologie philosophique, Genève, Librairie Droz.

Cefaï D. (2003), L’Enquête de terrain, Paris, Éditions La Découverte.

Cefaï D. (dir.), (2010), L’Engagement ethnographique, Paris, Éditions de l’EHESS.

Cefaï D. (2013), « L’ordre public. Micropolitique de Goffman », postface à Goffman E., Comment se conduire dans les lieux publics. Notes sur l’organisation sociale des rassemblements, Paris, Éditions Economica.

Cefaï D. (2015), « Mondes sociaux. Enquête sur un héritage de l’écologie humaine à Chicago », SociologieS (Dossier « Pragmatisme et sciences sociales : explorations, enquêtes, expérimentations »), http://sociologies.revues.org/4921 .

Cefaï D. & H. Becker (2016). « ¿La desviación como un problema social? El giro de los años 1960 », dans Marquez A., Guerrero J., Nardacchione G. & S. Pereyra (dir.), Problemas públicos: Perspectivas comparadas, México, Ediciones del Instituto Mora.

Chapoulie J.-M. (2001), La Tradition sociologique de Chicago, Paris, Éditions du Seuil.

Cicourel A. (1964), Method and Measurement in Sociology, New York, The Free Press of Glencoe.

Cicourel A. (1967), « Kinship, Marriage, and Divorce in Comparative Family Law », Law & Society Review, vol. 1, n° 2, pp. 103-130.

Cicourel A. (1968), The Social Organization of Juvenile Justice, New York, Wiley Editor.

Coleman J. S. (1968), « Review » [untitled], American Sociological Review, vol. 33, n° 1, Feb., pp. 126-130.

Coulon A. (1987), L’Ethnométhodologie, Paris, Presses universitaires de France.

Coulter J. (1979), The Social Construction of Mind. Studies in Ethnomethodology & Linguistic Philosophy, Totowa, Rowman and Littlefield Editors.

Coulter J. (1989), Mind in Action, Atlantic Highlands, Humanities Press International.

Coulter J. (1994), « Logique et praxéologie. Esquisse d’une "socio-logique" de la pratique », Sociétés contemporaines, n° 18/19, pp. 43-65.

Currie E. (1974), « Review of Taylor, Walton and Young, The New Criminology », Crime and Social Justice: A Journal of Radical Criminology, n° 2, pp. 109-113.

Donnelly R. C., Goldstein J. & R. D. Schwartz (1962), Criminal Law: Problems for Decision in the Promulgation, Invocation and Administration of a Law of Crimes, New York, The Free Press.

Douglas J. D. (1967), The Social Meanings of Suicide, Princeton, Princeton University Press.

Douglas J. D. (1970), Understanding Everyday Life: Toward the Reconstruction of Sociological Knowledge, Chicago, Aldine Pub. Co.

Dupret B. (2006), Droit et sciences sociales, Paris, Éditions Armand Colin.

Emerson J. (1963), Social Functions of Humor in a Hospital Setting, Unpublished Ph.D. thesis, Berkeley, University of California.

Emerson R. (1969), Judging Delinquents: Context and Process in Juvenile Court, Chicago, Aldine Pub. Co.

Emerson R. & J. A. Holstein (2012), « Melvin Pollner and Ethnomethodology », The Amercian Sociologist, vol. 43, pp. 1-6. DOI 10.1007/s12108-011-9143-0.

Erikson K. (1966), Wayward Puritans: A Study in the Sociology of Deviance, New York, J. Wiley Editor.

Evans-Pritchard E. E. (1972 [1937]), Sorcellerie, oracles et magie chez les Azandé, Paris, Éditions Gallimard.

Fornel M., Ogien R. & L. Quéré (2001), L’Ethno-méthodologie. Une sociologie radicale, Paris, Éditions La Découverte.

Frank J. (1930), Law and the Modern Mind, New York, Coward-McCann Editors.

Frank J. (1949), Courts on Trial, Princeton, Princeton University Press.

Garfinkel H. (2007 [1967]), Recherches en ethnométhodologie, trad. franç. de M. Barthélémy et L. Quéré, Paris, Presses universitaires de France.

Gellner E. (1984), « Relativism and Universals », dans Martin H. & S. Lukes (dir.), Rationality and Relativism, Cambridge, MIT Press.

Glaser B. & A. Strauss (1966), The Discovery of Grounded Theory. Strategies for Qualitative Research, New Brunswick, Aldine Transaction.

Goffman E. (2013), Comment se conduire dans les lieux publics, Paris, Éditions Economica.

Goffman E. (1968 [1961]), Asiles : études sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, Paris, Éditions de Minuit.

Goffman E. (1971), Relations in Public. Microstudies of the Public Order, New York, Basic Books.

Gonzalez P. (2010), « (D)écrire : catégorisation, prise de notes et écriture » dans Cefaï D. (dir.), L’Engagement ethnographique, Paris, Éditions de l’EHESS, pp. 109-127.

Goodwin C. & H. M. Goodwin (1997), « La coopération au travail dans un aéroport », Réseaux, n° 85, pp. 129-162.

Hilbert R. A. (2012), « Melvin Pollner and the Passing of an American Sociologist », The American Sociologist, vol. 43, pp. 55-66.

Israel M. (1969), « Comment on James Coleman’s Review of Harold Garfinkel’s Studies in Ethnomethodology », The Amercian Sociologist, n° 4, November, pp. 333-334.

Katz J. (1972), « Deviance, Charisma and Rule-Defined Behavior », Social Problems, vol. 20, n° 2, Autumn, pp. 186-202.

King J. C. (2014), « Change and Governance at the University of California. Comparative Case Studies », Research and Occasional Paper Series, n° CSHE.11.14, Berkeley, University of California.

Kitsuse J. (1962), « Societal Reaction to Deviant Behavior: Problems of Theory and Method », Social Problems, vol. 9, n° 3, Winter, pp. 247-256.

Laing R. (1967), The Politics of Experience, New York, Ballantine Books.

Lindesmith A. R. (1947), Addiction and Opiates, Chicago, Aldine Editor.

Llewellyn K. (1962), Jurisprudence: Realism in Theory and Practice, Chicago, University of Chicago Press.

Lohman J. D. (1947), The Police and Minority Groups, Chicago, Chicago Park District.

Lukes S. & W. G. Runciman (1974), « Relativism: Cognitive and Moral », Proceedings of the Aristotelian Sociey, Supplementary Volumes, vol. 48, pp. 165-208.

Lynch M. (1987), « Ethnométhodologie et pratique scientifique : la pertinence du détail », Cahiers de recherche sociologique, vol. 5, n° 2, pp. 45-62.

Lynch M. (1993), Scientific Practice and Ordinary Action: Ethnomethodology and Social Studies of Science, New York, Cambridge University Press.

Lynch M. (2012), « Philosophy on the Ground: An Appreciation of a “Spirit Master” », The American Sociologist, vol. 43, n° 1, March, pp. 67-75.

MacIntyre A. (1970), « Is Understanding Religion compatible with Believing? », dans Wilson B. R. (dir.), Rationality, Oxford, Blackwell Editor, pp. 62-77.

Mannheim K. (1952), Essays on the Sociology of Knowledge, Londres, Routledge and Kegan Paul Editors.

Merleau-Ponty M. (1967), La Structure du comportement, Paris, Presses universitaires de France.

Mille De R. (dir.) (1990), The Don Juan Papers: Further Castañeda Controversies, Belmont California, Wadsworth Publishing Company.

Natanson M. (1986), Anonymity. A Study in the Philosophy of Alfred Schutz, Bloomington, Indiana University Press.

Pollner M. (1970), On the Foundations of Mundane Reasoning, Unpublished PhD. thesis, Santa Barbara, University of California.

Pollner M. (1974), « Sociological and Common-Sense Models of Labeling Process », dans Turner R. (dir.), Ethnomethodology, Harmondsworth, Penguin Books, pp. 27-40.

Pollner M. (1978), « Constitutive and Mundane Versions of Labeling Theory », Human Studies, vol. 1, n° 3, pp. 269-288.

Pollner M. (1987), Mundane Reason: Reality in Everyday and Sociological Discourse, Cambridge, Cambridge University Press.

Pollner M. (2012a), « The End(s) of Ethnomethodology », The American Sociologist, vol. 4, n° 1, pp. 7-20.

Pollner M. (2012b), « Reflexions on Garfinkel and Ethnomethodology’s Program », The American Sociologist, vol. 43, n° 1, March, pp. 36-54.

Quéré L. (1987), « L’argument sociologique », Réseaux, vol. 5, n° 27, pp. 97-136.

Quéré L. (1992), « L’étrangeté mutuelle des passants. Le mode de coexistence du public urbain », Les Annales de la recherche urbaine, n° 57-58, pp. 89-100.

Quéré L. & C. Terzi (2015), « Pour une sociologie pragmatiste de l’expérience publique », SociologieS [en ligne], URL : http://sociologies.revues.org/4949

Sacks H. (1989), « On Exchanging Glances », Human Studies, vol. 12, pp. 333-348.

Sacks H. (1992), Lectures on Conversation, Cambridge, Blackwell Editor.

Schutz A., (2014), Don Quichotte et le problème de la réalité, Paris, Éditions Allia.

Schwendigner H. & J., Who Killed the Berkeley School. Struggles over Radical Criminology, [http://www.thoughtcrimespress.org/sites/thoughtcrimespress.org/files/combined_wholebook.pdf] .

Selznick P. (1959), « Sociology of Law », dans Merton R. K., Broom L. & L. S. Cottrell (dir.), Sociology Today, New York, Basic Books.

Shantz J. (2014), « Foreword » dans Schwendinger H. & J., Who Killed the Berkeley School. Struggles over Radical Criminology, [http://www.thoughtcrimespress.org/sites/thoughtcrimespress.org/files/combined_wholebook.pdf].

Skolnick J. H. (1965), « The Sociology of Law in America: Overview and Trends », Social Problems, vol. 13, n° 1, Supplement: Law and Society, pp. 4-39.

Sutherland E. (1940), « White-Collar Criminality », American Sociological Review, vol. 5, n° 1, pp. 1-12.

Sutherland E. (1949), White Collar Crime, New York, Dryden Press.

Sykes G. (1958), The Society of Captives, Princeton, Princeton University Press.

Taylor I., Walton P. & J. Young (1973), The New Criminology: For a Social Theory of Deviance, Routledge & Kegan Paul Editors.

Wieder L. (2010 [1974]), « Dire le code du détenu. Enquêter sur l’organisation normative d’une institution carcérale », dans Cefaï D. (dir.), L’Engagement ethnographique, Paris, Éditions de l’EHESS.

Wilson R. B. (ed.), (1970), Rationality, Oxford, Basil Blackwell Editor.

Terzi C. (2010), « L’art de la respécification ethnométhodologique », dans Cefaï D. (dir.), L’Engagement ethnographique, Paris, Éditions de l’EHESS, pp. 169-181.

Haut de page

Notes

1 Michael Lynch raconte que lors de l’ouverture de séance de l’American Sociological Association en 1975, son président Lewis Coser se plaignit que les ethnométhodologues évincent la pratique d’évaluation libre et publique du peer-review censée sanctionner la valeur d’un travail académique au profit de la circulation dans des cercles de stricte obédience ethnométhodologique. Michael Lynch rétorque qu’à l’époque le monde académique n’était ni bienveillant, ni même disposé à accueillir ce genre de travaux (Lynch, 2012, p. 67).

2 Dans son article « Left of Ethnomethodology: the Rise and Decline of Radical Reflexivity », Melvin Pollner déplore le retrait de la réflexivité radicale (ou référentielle) qui animait les débuts de l’ethnométhodologie (Pollner, 1991). Outre la dimension heuristique de cette méthode dont la vocation est de déconcerter le sociologue sur ce qui va de soi pour lui au cours de l’enquête, elle prolonge la réflexion en considérant son activité comme des accomplissements pratiques aux termes desquels il fournit des descriptions scientifiques de la réalité. Selon Melvin Pollner, elle a été négligée au profit de la seule réflexivité endogène qui consiste à prendre pour thème de l’analyse les accomplissements des membres par lesquels ils instituent la réalité sociale.

3 Élève de Aaron Cicourel, dont le travail a porté sur la constitution de la déviance par les agences chargées d’appliquer la loi d’une part et la statistique judiciaire censées mesurer le phénomène d’autre part, Melvin Pollner se forme aussi aux statistiques. Notons également qu’il étudie à Berkeley, auprès de Hannan Selvin, les techniques d’analyse multivariée et qu’il développe ainsi une véritable compétence d’insider en matière de méthode statistique. Même lorsque la version publiée ne s’y réfère pas, il arrive que les premiers déblaiements de sa recherche soient statistiques. J’ai pu m’en convaincre au vu des tables de distribution et des tests de khi2 assez nombreux dans ses notes manuscrites ou ses papiers non publiés. Un séjour de six mois à UCLA, grâce à un financement du Labex Tepsis auquel j’adresse mes remerciements, m’a permis de fréquenter régulièrement la bibliothèque de UCLA – Charles E. Young Research Library, Special Collections, dans laquelle j’ai consulté les dix-sept boîtes de la Collection 2184 des « Melvin Pollner, Papers, ca. 1967-2007 ».

4 Melvin Pollner inscrit son travail dans le sillage du travail contemporain de Lawrence Wieder (1974) sur le répertoire normatif d’une institution carcérale où les pensionnaires apprennent à « dire le code du détenu » – des extraits ont été traduits et introduits par Cédric Terzi dans « Dire le code du détenu (Terzi, 2010).

5 Je traduis « traffic court » par tribunal de police, équivalent juridictionnel où sont traités les délits routiers en France.

6 Sur cette influence directe dans les « science and laboratory studies », l’article de Michael Lynch (2012) dresse le bilan.

7 D’après Michael Lynch (1993, pp. 35-38) cette perspective conduit à un scepticisme constructiviste qui s’écarte de la réflexivité garfinkelienne dont on peut trouver une présentation dans Philippe Gonzalez (2010).

8 Parfois tous ces auteurs viennent à être rangés indistinctement sous la bannière de l’interactionnisme symbolique ou de la microsociologie. Par exemple, Erving Goffman est moins un « interactionniste symbolique » que le maître d’œuvre de l’ordre de l’interaction. L’interactionnisme d’Erving Goffman a un accent plus écologique et communicationnel que symbolique (Cefaï, 2013).

9 Sur la difficile réception des travaux issus de la tradition pragmatiste américaine et de l’École de Chicago, Jean-Michel Chapoulie (2001, pp. 409-429) a retracé les méandres de cette histoire intellectuelle et sociale. En dehors de Harold Garfinkel et Aaron Cicourel, si les publications ethnométhodologiques sont plutôt éparses (Coulon, 1987), quelques-uns de ses fers de lance ont été traduits (Lynch, 1987 ; Coulter, 1994 ; Goodwin, 1997 ; Jayyusi, 2010), tandis que le travail d’édition d’un recueil de textes par Michel de Fornel, Ruwen Ogien et Louis Quéré (2001) et d’un reader par Daniel Cefaï (2003, 2010) ont contribué à donner une visibilité d’ensemble à ce courant. À notre connaissance, le seul texte traduit de Melvin Pollner est « Que s’est-il réellement passé ? » dans la collection Raisons pratiques de l’EHESS (Pollner, 1991). C’est d’ailleurs au sein de l’un des laboratoires de l’EHESS, le Centre d’études des mouvements sociaux (CEMS), que dès le début des années 1980 les traductions de Harold Garfinkel et Harvey Sacks circulent autour de chercheurs comme Michel Barthélémy, Louis Quéré et Renaud Dulong, sans pouvoir néanmoins accéder à la publication en raison de l’opposition de Harold Garfinkel et du blocage d’Emanuel A. Schegloff suite à la mort prématurée de Harvey Sacks. Nous remercions Louis Quéré pour les informations concernant la réception de l’ethnométhodologie en France, ainsi que sa lecture serrée sans laquelle nombre de points seraient restés incompris.

10 Cet exemple est issu d’une enquête de terrain réalisée dans une banlieue parisienne. Les « mecs de cité » (teç en verlan) est une expression vernaculaire autoréférentielle pour se désigner soi-même ou des « mecs d’un autre quartier ». Une version plus fouillée de la « baston de regard » dans un contexte de manifestation est disponible chez Boukir (2016).

11 Initialement sensibilisé à ce thème par la lecture d’Alfred Schütz, Harold Garfinkel a ensuite été un lecteur assidu de Maurice Merleau-Ponty qu’il a découvert par le travail de traduction américain et de prolongement de Hubert Dreyfus.

12 Cette dernière dimension a tout particulièrement été travaillée avec une patte ethnométhodologique par Jeff Coulter dans le dossier « suivre une règle » de Ludwig Wittgenstein. En France, très peu d’efforts ont été entrepris en sociologie de la déviance pour surmonter les écueils des théories qui supposent que les délinquants suivent (ou ne suivent pas) des règles normatives. Sur la base de matériaux relatifs à la maladie mentale, le dossier « suivre une règle » est rassemblé dans deux ouvrages de portée théorique (Coulter, 1979, pp. 45-51 ; 1989, pp. 65-69).

13 Melvin Pollner renvoie ici aux notions d’« illusion rétrospective » de Maurice Merleau-Ponty et de « réification » de Peter Berger et Thomas Luckmann.

14 On trouvera un exposé plus conséquent chez Louis Quéré (1987) ainsi que dans l’introduction aux RE de Michel Barthélémy et Louis Quéré (2007).

15 Sur les échanges de regards entre inconnus voir Sacks (1989) et Quéré (1992).

16 Publié dans une première version plus courte sous le titre « Sociological and Common-Sense Models of the Labelling Process » dans Turner (1974), l’article est repris en 1978 comme « Constitutive and Mundane Versions of Labeling Theory », version que nous traduisons ici, avant d’être enfin inclus en 1987 dans son ouvrage Mundane Reason au titre du chapitre « Mundane Autobiography ».

17 Je remercie Alain Cottereau d’avoir attiré mon attention sur l’existence de ce texte et d’en avoir prolongé les fils critiques lors de conversations privées.

18 Pour comprendre ce qui se joue dans l’abandon par Alfred Schütz de la thèse égologique et transcendantale héritée de Edmund Husserl pour se pencher sur la personne sociale inscrite dans une attitude naturelle, voir Daniel Cefaï (1998).

19 L’anonymité des typifications est liée à la fois au mode d’appréhension du monde, l’immédiate perception des choses et la distribution sociale des connaissances. Pour qu’une portion du monde aille de soi – en dehors des cas du fantasme, du rêve, de l’illusion… – il faut que la typification soit à la fois mienne et celle d’autrui. Cette question de l’anonymité a été traitée par un élève d’Alfred Schütz, Maurice Natanson (1986).

20 Dans sa thèse Melvin Pollner précise que cette étape n’est pas en pratique seulement un acte de lecture formel destiné à recueillir l’argument de défense (plea) de l’auteur présumé des faits (coupable ou non coupable). Souvent, les prévenus peuvent « expliquer » les circonstances du cas examiné. Et si le prévenu vient à plaider « no-contest » (nolo contendere, c’est-à-dire une non-contestation de culpabilité), le juge se prononce sur la base des faits rapportés par le prévenu en regard de ceux que rapportent l’officier sur l’acte de citation à comparaître. Ainsi, bien que le jugement soit la source définitive de qualification des faits en droit, la lecture de l’acte d’accusation fournit des matériaux substantiels sur la manière d’attester « ce qui s’est réellement passé ».

21 Les éléments biographiques sont issus – outre du numéro spécial « Melvin Pollner and the Ethnomethodology » publié en 2012 dans The American Sociologist – des discussions que j’ai eues avec Jack Katz d’une part et d’une interview avec Robert Emerson d’autre part. Je tiens à leur manifester ma profonde gratitude, tant pour le temps qu’ils m’ont accordé que pour leur encouragement. Ma dette à l’égard de Jack Katz dans la compréhension de cette période est inestimable. Sans son accueil chaleureux à Los Angeles, je n’aurais jamais poussé l’investigation aussi loin.

22 La notion de mondes sociaux, bien que rattachée à la figure d’Anselm Strauss, s’inscrit dans un long héritage de la sociologie de Chicago dont Daniel Cefaï a proposé une lecture (Cefaï, 2015).

23 Toutes les informations au sujet de Robert Emerson, sa relation avec Melvin Pollner et la carrière de ce dernier, proviennent d’une interview réalisée avec lui le 29 mars 2015.

24 Richard de Mille, écrivain et éditeur diplômé d’un doctorat de psychologie à USC, est sans doute celui qui a le plus contribué à démolir la crédibilité de Carlos Castañeda (de Mille, 1990). Si la charge ad hominem est à prendre avec précaution, elle éclaire sur l’état d’esprit qui régnait alors à l’encontre d’un type de sociologie développé à UCLA. D’après Richard de Mille, il ne faisait aucun doute que les professeurs de Carlos Castañeda savaient que sa « fiction » ne s’appuyait sur aucune enquête de terrain. Toutefois, d’après lui, l’histoire venait accréditer l’idée que la « réalité n’existe pas, qu’elle n’est que le résultat de ce que les gens se disent entre eux ».

25 Robert Emerson explique que le texte qui irrigue continument sa réflexion sur l’étiquetage est celui de John Kitsuse (1962) où l’expression apparaît précisément.

26 À cet égard, on peut se demander si l’« imputation de déviance » n'est pas une catégorie analytique qui entraîne déjà à sa manière et sans que les enquêteurs le sachent, un biais dans l'approche et l'analyse du terrain. En outre, elle maintient l'idée d'une construction sociale de la déviance, à toutes ses étapes, là où les membres cherchent à dégager une certitude à un moment donné de leur propre enquête. Il y a donc un hiatus entre la perspective des membres et celle de l'analyste, sceptique vis-à-vis des actions et du raisonnement pratiques des membres engagés dans ce travail, tandis que lui-même peut être appréhendé comme relativiste par ces derniers. Cette configuration se complique si l’on s’avise du fait que les agences qui traitent les déviants, de même que les sociologues praticiens de la théorie de l'étiquetage, sont des utilisateurs de la même pratique, sous sa même formulation, qu’ils n’utilisent toutefois pas aux mêmes fins. Les premiers construisent leur action et son objet – l'identification des déviants – pour les fins pratiques de leur activité, tandis que les seconds (dont Howard Becker) observent et formulent la pratique des premiers sous cette perspective, mais formalisée et modélisée. Ainsi, la question de l’« imputation de déviance » se pose différemment selon que l'analyste considère le travail des agences ou les effets du modèle théorique appliqué sur celui-ci. L'étude de Melvin Pollner fait ressortir ce faisant des apories et des incohérences internes au modèle censé rendre compte de la pratique des membres : la réaction sociale à la déviance qui contribue à sa reconnaissance. Nous remercions Michel Barthélémy pour ses corrections, et plus particulièrement de nous avoir suggéré plusieurs prolongements dont celui-ci.

27 Par ailleurs, Melvin Pollner le concède lorsqu’il dit que sa « “justification” concernant le choix du site d’enquête est une rationalisation d’après-coup » (Pollner, 1987, p. 54).

28 Cela est d’autant plus important que la focalisation sur la filiation des idées tend à renforcer l’institutionnalisation disciplinaire des courants, alors qu’à cette époque, même si l’ethnométhodologie bénéficie déjà d’une identité forte, ses promoteurs entretiennent des échanges très riches au dehors des cercles d’influence que la postérité retiendra par le jeu des effets de corpus délimitant une orthodoxie. L’amitié académique et personnelle entre Robert Emerson (plutôt perçu comme interactionniste) et Melvin Pollner est l’illustration parfaite de cette collaboration qui se joue allègrement de passages entre courants. Or, bien souvent, la présentation de Melvin Pollner se fait au regard du courant théorique affiché au détriment des terrains d’enquête (autour de la déviance) alors que c’était là aussi que ces auteurs trouvaient à s’inspirer mutuellement.

29 De cette enquête collective, Harold Garfinkel tire le chapitre 4 des Recherches en ethnométhodologie sur la délibération des jurés d’assises.

30 Recueil que l’on retrouve dans la bibliographie du supplément de Social Problems à la rubrique des « problèmes du travail d’interdisciplinarité ». Richard C. Donnelly, Joseph Goldstein et Richard D. Schwartz, s’attachent à décrypter derrière la casuistique de la Cour suprême des conceptions de la loi, de la justice, de l’équité, du procès, de la preuve, de l’intentionnalité, de la responsabilité, etc. (Donnelly, Goldstein & Schwartz, 1962).

31 Pour exemple, le matériau à l’origine de l’article de Richard C. Donnelly, « The Law of Evidence: Privacy and Disclosure », Faculty Scholarship Series, Paper 4762, est discuté à la conférence « Freedom and the Law » de la Law School de l’Université de Chicago organisée le 7 mai 1953.

32 Lorsqu’il publie le manuel, il est à la fois lecturer au département de sociologie de l’Université de Chicago et Supervisory Officer de division de police.

33 Bien qu’elle se nourrisse d’un projet critique visant à débusquer les structures du pouvoir, cette criminologie est ancrée au plus près du terrain. Lorsqu’il est diplômé à UCLA en 1963, Herman Schwendinger a passé quatre ans en tant qu’observateur participant à étudier les gangs de Los Angeles. Avec sa femme, diplômée en « Social Work » à Columbia et inscrite en sociologie à UCLA, le cadre théorique qu’il développe autour de la notion de « déviance instrumentale » procède du matériau empirique sur la sous-culture déviante des adolescents.

34 L’article est d’ailleurs discuté à l’occasion du séminaire du CSLS dont l’auteur remercie les participants : Howard Becker, Egon Bittner, David Matza, Sheldon Messinger et Philip Selznick.

35 Notamment ce passage : « Les versions mondaines ne génèrent pas seulement les catégories substantielles que l’entreprise de fabrication de la déviance reconnaît et auxquelles elle a recours. Comme indiqué plus haut, elles peuvent aussi générer des problématiques pour lesquelles le procès d’étiquetage tient lieu de solution. Dans la mesure où le tribunal de police est familier de raisonnements de ce type, la logique derrière la formulation et la résolution de ces problèmes n’est pas proprement sociologique. Du fait qu’elle présuppose une communauté qui réagit à des actes dont les propriétés sont considérées, d’une manière ou d’une autre, comme données à l’avance, la version mondaine de la théorie de l’étiquetage fournit la logique d’arrière-plan, prise pour allant de soi, d’une large variété de réclamations, d’inférences, de problèmes et de solutions ».

36 Malgré sa reformulation dans « Labelling Theory Reconsidered » (Becker, 1973), le modèle reste très inconsistant selon Melvin Pollner et Robert Emerson. Ils en discutent longuement, au terme de quoi ils constatent que les correctifs ne permettent pas d’échapper à l’illogisme des catégories de « déviant secret » et d’« accusé à tort ». Robert Emerson insiste notamment sur l’inconsistance de l’idée que les « déviants » le seraient « secrètement » au regard de la « potentielle » définition de déviance que ne manquerait pas d’appeler leur comportement s’il était rendu « public ». En outre, comme le montre l’étude de John I. Kitsuse, même rendue manifeste, l’homosexualité n’appelle pas automatiquement de sanction. Bien plus problématique pour Melvin Pollner, cette idée de potentiel laisse dans l’ombre la manière dont est accomplie in situ la déviance. La notion de « potentiel » en attente est encore une catégorie de sens commun qui désigne ex post facto une étiquette à qui de droit.

37 On doit également citer dans la veine des travaux qui montrent que la déviance se fabrique institutionnellement ceux de Gresham Sykes (1958) et d’Erving Goffman (1962).

38 Deux registres s’entrecroisent ici. Celui de la normalité d'une situation telle qu’une institution l’appréhende à toutes fins pratiques. Et celui qui renvoie à la perspective de tout membre ordinaire de la société pour qui le fait en question ainsi que le jugement produit doivent être accountable, c’est-à-dire observable et reconnaissable selon le cadre que l'institution formule pour dire ce que cette société tient pour normal et déviant au regard du cas d'espèce examiné. L'histoire du délinquant fabriquée par l'institution, qui va servir d’arrière-plan pour comprendre son acte, doit pouvoir rencontrer l'adhésion de tous et de chacun. Cette histoire doit pouvoir être vécue comme lui appartenant en propre et être congruente avec les mesures prises à son égard, sur le fondement de ce savoir moral tenu pour socialement partagé.

39 Le passage est souligné au stylo à bille par Melvin Pollner.

40 Il ne faut pas méconnaître à cet égard la réception de l’anthropologie britannique auprès des tenants de l’interactionnisme. On sait l’importance de l’œuvre d’Alfred Radcliffe-Brown, qui avait enseigné à l’Université de Chicago et était lié à W. Lloyd Warner, à qui Erving Goffman (1971) adresse une dédicace originale : « Dedicated to the memory of A. R. Radcliffe-Brown whom on his visit to the University of Edinburgh in 1950 I almost met », après avoir intitulé un chapitre de synthèse de Behavior in Public Places (1963) « Structures et fonctions des propriétés situationnelles » en écho au structuro-fonctionnalisme du maître. Robert Emerson nous a également confié le rôle qu’avait joué les Nuer d’Edward Evans-Pritchard dans la formulation de la déviance en termes de « trouble » au regard des pratiques de conciliation du chef à peau de léopard. De manière plus générale, Barney G. Glaser et Anselm Strauss (1966) font une place notable au travail comparatif d’Edward Evans-Pritchard dans l’émergence d’une théorie compréhensive de la magie et de la sorcellerie (Glaser & Strauss, 1966).

41 L’importance que donne Melvin Pollner au voir ne se laisse pas appréhender dans un paradigme de la perception. Sa sensibilité au geste d’Alfred Schütz, qui passe d’un paradigme de la perception à celui de l’activité pratique, se devine dans ses annotations manuscrites, notamment celles sur la copie dactylographiée de Don Zimmerman, « Some Issues in Labeling Theory », document présenté le 25 avril 1969 à la séance annuelle de la Pacific Sociological Association avec Kai Erikson pour discutant de cette séance consacrée à « Deviance and control ».

42 Le tournant interprétatif a pris divers visages. Pour prendre la mesure des « tournures bien distinctes selon qu’il s’est agi d’un tournant linguistique, dans la version wittgensteinienne de l’analyse grammaticale, d’un tournant herméneutique, dans la version geertzienne de l’anthropologie culturelle, ou d’un tournant rhétorique, dans la version cliffordienne du textualisme ethnographique », on peut consulter Cefaï (2003, pp. 181-207).

43 Ernest Gellner, fer de lance du « rationalisme critique », ironise sur le relativisme épistémologique des tenants d’une position wittgensteinienne de la compréhension interne des sociétés qui s’enfermerait dans leur « forme de vie », car, dit-il, « il n’est pas d’anthropologue qui soit jamais revenu d’un terrain d’enquête avec le compte-rendu suivant : leurs concepts sont si étrangers qu’il est impossible de décrire leur régime foncier, leur système de parenté, leurs rituels… ». Cette contribution prend place dans l’un des ouvrages collectifs (Hollins & Lukes, 1984) qui tentent de faire le point.

44 Edward Evans-Pritchard est de loin l’auteur le plus cité dans l’un des ouvrages (Wilson, 1970) qui entend à l’époque accueillir les débateurs dans un espace de discussion commun.

45 La liste pourrait être étendue à loisir. Par exemple Steven Lukes (1974, p. 165 et suiv.), moyennant quelques divergences, croit pouvoir annexer dans le même camp relativiste Willard Van Orman Quine, Ludwig Wittgenstein, Peter Winch, D. Z. Phillips, Thomas Kuhn, Paul Feyerabend, Edward Sapir-Benjamin Whorf, Lucien Lévy-Bruhl, Ruth Benedict, Karl Mannheim, Jack Douglas…

46 Sur l’enregistrement des « faits » de suicide, Jack Douglas a montré dans le prolongement critique d’Émile Durkheim le rôle des médecins légistes dans la (re)qualification sélective de morts vues comme déshonorantes pour la famille.

47 La tâche que se donne la phénoménologie est précisément de mettre cette dichotomie à distance grâce à la réduction phénoménologique pour faire apparaître qu’elle n’est pas la forme première de connaissance.

48 Il existe aussi l'acquittement au bénéfice du doute quand des récits contradictoires à force probatoire égale empêchent de trancher en faveur de l’un ou de l’autre. L'affaire demeure alors en suspens. Bien sûr cela ne change rien à la présomption qu'il n'y a au fond qu'une seule réalité, qui aurait pu être appréhendée si l'on avait disposé des éléments factuels nécessaires à sa démonstration. La procédure d'acquittement au bénéfice du doute (« le doute doit bénéficier à l'accusé » dit la doctrine pénale) repose elle-même sur ce présupposé en soulignant soit que les faits ne sont pas établis (du côté de l'objet du jugement), soit que les fortes présomptions de culpabilité ne peuvent pas être suffisamment étayées pour conduire au prononcé d'une peine (du côté du jugement).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kamel Boukir, « « Le vrai coupable » », SociologieS [En ligne], Découvertes / Redécouvertes, Melvin Pollner, mis en ligne le 16 juin 2016, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/5515

Haut de page

Auteur

Kamel Boukir

Centre d’études des mouvements sociaux, Institut Marcel Mauss, EHESS, Paris (France) - boukkam@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page