Skip to navigation – Site map

HomeSociologieSDossiersPenser l'espace en sociologieUn espace à trois dimensions

Penser l'espace en sociologie

Un espace à trois dimensions

Mémoires des bidonvilles à Nanterre et Champigny-sur-Marne
A tridimensional space. Memories of slums in Nanterre and Champigny-sur-Marne
Margot Delon

Abstracts

This article deals with the trajectories and memories of the previous inhabitants of the slums of Nanterre and Champigny-sur-Marne. Through the analysis of narratives, I suggest to come back to the work of Maurice Halbwachs and to the idea that memory mechanisms are important in the making of groups and identifications. The article also shows the role of local contexts and analyzes the construction of memory through a tridimensional space, material, social and political. Lastly, the case of slums is an occasion to tackle the issue of urban integration of migrants and migrants’ descendants in a different way.

Top of page

Full text

« Et dernièrement, je suis passée, ils étaient en train de démolir, donc ils ont retiré le… Je me suis dit merde ! J’ai pas l’appareil photo. Parce que là, ça valait le coup de… On avait des souvenirs de ce bébé [il s’agit d’une représentation du “bébé Cadum”, symbole publicitaire d’une marque de savon française], alors qu’il faisait au moins vingt mètres de long. Et ben ça, ça m’a rappelé, mais en cascade, plein de trucs. C’est dommage, d’ailleurs, qu’ils aient pas conservé, parce que j’imagine qu’au niveau historique, doit y’avoir une société d’histoire à la Défense pour […] garder un peu la trace de toutes ces choses-là, parce que le quartier évolue tellement vite que… » (Lamia, 53 ans, cadre supérieur, Nanterre)

  • 1 Il s’agit des chiffres officiels du recensement de 1966, qu’il faut néanmoins prendre avec précauti (...)

1Inscrits dans la continuité d’autres formes d’habitat précaire, baraques de la zone, garnis, hôtels meublés ou foyers, les bidonvilles en France se développent massivement dans le contexte de l’après-guerre, marqué par la crise du logement et par le recours de plus en plus massif à une main d’œuvre d’origine étrangère. Principalement localisés en région parisienne, sur le littoral méditerranéen et dans le nord de la France, ils ont concerné environ 75 000 personnes 1.

  • 2 L’ensemble des prénoms des interviewés a été changé de manière à préserver leur anonymat.

2Comme d’autres, Lamia a ainsi grandi dans le bidonville dit de la Folie, à Nanterre, situé à l’actuel emplacement du parc départemental André-Malraux qui voisine la zone de la Défense 2. Comme d’autres, elle a été relogée dans une cité de transit proche de la Seine, celle du pont de Bezons, et y a passé son adolescence. Ses parents ont plus tard obtenu un logement social dans une ville voisine et Lamia a suivi sa propre trajectoire résidentielle. Cadre dans une grande entreprise, elle habite aujourd’hui à Paris, mais retourne fréquemment dans les Hauts-de-Seine, ne serait-ce que pour rendre visite à sa mère qui y vit toujours.

3Cette scène, qu’elle raconte dans le cadre d’un entretien mené en 2012, invite à interroger les liens qui s’établissent entre groupes, mémoires et espaces dans un contexte de changement urbain important. Comment se souvient-on des lieux et notamment de ceux qui, comme les bidonvilles, ont disparu ? Qui se souvient, qui est le « on » dans le récit de Lamia ? Quels sont les groupes de référence, les relations sociales et « faits de communication » (Bloch, 1925) ? Quels rapports établir entre mises en mémoire ordinaires et commémorations, entre le reflux de souvenirs et les récits portés par des institutions historiques ? Qu’apporte l’analyse de ces dynamiques mémorielles à la compréhension des trajectoires et identités des immigrés et de leurs descendants, des modes d’accueil des populations étrangères en France, de leur position actuelle dans la société française ?

4Ces questionnements se situent dans la lignée des travaux de Maurice Halbwachs et de ceux d’une perspective sociologique de la mémoire en plein renouveau. À partir d’une enquête sur les récits des bidonvilles de Nanterre et Champigny-sur-Marne, il s’agira de poursuivre les analyses sur la façon dont la mémoire se construit et évolue dans des contextes ordinaires et d’éclaircir le rôle de l’espace dans ces processus.

Pour une approche localisée de la mémoire

5C’est avec Maurice Halbwachs que s’initie une véritable sociologie de la mémoire. Thématique transversale à toute son œuvre, elle s’inscrit dans une étude plus générale de la morphologie sociale et connaît une évolution entre les trois principaux ouvrages qu’il y consacre, les Cadres sociaux de la mémoire (1925), La Topographie légendaire des Évangiles en Terre Sainte (1941) et La Mémoire collective (1950), série d’articles rassemblés de manière posthume. Riches et complexes, ces travaux établissent que la mémoire est un phénomène socialement déterminé, se construisant à l’appui de cadres sociaux extérieurs à l’individu. Ce sont ces cadres du présent qui rendent la mémoire dynamique et sélective, aident au travail de filtration et d’interprétation des souvenirs en fonction des intérêts présents des groupes. Pluriels, les cadres de la mémoire sont façonnés par les processus de socialisation dans lesquels l’individu est pris. Ils font donc de la mémoire individuelle un point de croisement entre plusieurs mémoires, différant fortement selon les trajectoires sociales.

6Qu’advient-il de l’espace dans ces analyses ? Cadre majeur pour Maurice Halbwachs, la notion évolue aussi au cours de sa trajectoire, ce qui a donné lieu à plusieurs études analysant le rapport de la mémoire – et plus largement du sociologue – à l’espace (Jaisson & al., 2007 ; Truc 2011). D’abord substrat matériel qui regroupe des « images fixes » permettant au groupe d’assurer la continuité de la représentation qu’il a de lui-même, l’espace devient de plus en plus « social » au fil de ses réflexions, « trame » des relations du groupe. Ces deux types de morphologie, sociale et physique, sont ainsi reliées par un rapport d’interdépendance (Jaisson, 1999).

7Ces analyses ont été peu poursuivies en sociologie de la mémoire. À l’appui de la sociologie urbaine, de l’immigration et de la géographie sociale, on se propose de revenir sur les liens entre mémoire et groupe en tenant davantage compte de la dimension spatiale de la société (Veschambre, 2006). Trois versants de cette dimension seront explorés : on montrera d’abord que la mémoire se forme autour de points de repères situés dans un paysage localisé (espace matériel), mais que ces points de repères ne peuvent être détachés des systèmes de relations sociales et de dynamiques de socialisation qui leur donnent un sens (espace social), et que ces derniers sont à resituer dans des configurations politiques traversées d’enjeux de pouvoir et de légitimité (espace politique).

8Ces trois éléments gagnent à être appréhendés en relation les uns avec les autres et non de manière séparée. C’est l’approche localisée (Briquet & Sawicki, 1989 ; Oberti 1995) qui nous a paru la mieux à même de saisir de façon précise la mémoire dans un espace matériel, social et politique historiquement situé. Elle permet également de croiser les apports de la sociologie de la mémoire avec ceux de la sociologie urbaine et d’analyser ensemble mécanismes mémoriels et de socialisation, rapports entre groupes dans l’espace urbain et construction des appartenances.

  • 3 Cette recherche s’inscrit dans le cadre d’un travail de thèse de sociologie en cours qui porte plus (...)

9L’enquête a porté sur deux contextes urbains, Nanterre et Champigny-sur-Marne, qui ont en commun le fait d’avoir accueilli les bidonvilles les plus importants de l’après-guerre, avec des pics de population estimés entre dix et quinze mille habitants 3. La comparaison a permis de saisir les aspects les plus structurels, les cadres de la mémoire, en faisant varier les contextes locaux (les deux villes, gérées par le Parti Communiste, ont des caractéristiques morphologiques et historiques diverses) et migratoires (à Nanterre, les habitants des bidonvilles étaient principalement d’origine algérienne, à Champigny-sur-Marne, d’origine portugaise), en tenant aussi compte de dynamiques plus larges, nationales et transnationales.

  • 4 Le recrutement des enquêtés s’est effectué de manière à diversifier les profils en tenant compte de (...)

10Pour saisir les récits des bidonvilles, le choix a été fait de privilégier une approche qui articule le recueil des récits à l’analyse de leurs cadres de dicibilité, de manière à respecter la dimension dynamique de la mémoire. Un protocole très mixte en matière de méthodes a été adopté, comprenant la collecte de dynamiques narratives et de trajectoires par des entretiens approfondis (N=50) 4, le suivi d’une partie des habitants par une enquête ethnographique dans les deux villes (observation de lieux de sociabilité, des évènements liés à ce passé) et l’approfondissement de la connaissance des contextes locaux et nationaux par un travail sur archives, ainsi qu’une analyse statistique fine et exhaustive du traitement médiatique des bidonvilles depuis leur résorption dans les bulletins municipaux.

L’espace : un ensemble de points de repères matériels

11Plutôt qu’à une dénonciation de la falsification de la vérité historique par la mémoire (Gensburger, 2010), le renouveau des études de sociologues et politistes sur les phénomènes mémoriels est marqué par une invitation à revenir à des « questions qui ne sont naïves qu’en apparence : qui, quoi, comment, pourquoi ? » (Lavabre, 2007). Qu’en est-il cependant de celle du « où » ? Le cas des lieux disparus que sont les bidonvilles et cités de transit vient rappeler de manière opportune le fait que la mémoire, loin d’être désincarnée, s’enracine dans des groupes, des contextes temporels, mais aussi des lieux. Le « où » invite donc à s’interroger sur les lieux dans lesquels se construit et se transmet la mémoire, sur ce que « fait » l’espace et les transformations qu’il subit aux dynamiques mémorielles et réciproquement, sur la manière dont la mémoire est susceptible de modifier l’espace (Rautenberg, 2003).

Le groupe et ses pierres : continuités et ruptures de l’espace mémoriel

12Cherchant à qualifier le rapport de la mémoire avec ses « pierres », soit l’espace dans son versant le plus matériel, Maurice Halbwachs s’est d’abord intéressé aux « appuis » fournis par l’espace aux représentations que le groupe se fait de lui-même. La « fixité » de l’espace permet une continuité de ces représentations qui peuvent être reproduites et transmises : « la mémoire collective prend son point d’appui sur des images spatiales » (Halbwachs, 1950).

13Dans cette perspective, une première manière de montrer comment s’articulent espace, mémoire et groupe est d’identifier les supports de mémoire spatiaux et d’analyser leur fonctionnement, en relation à un groupe et des représentations donnés. On peut définir ces supports comme des objets provoquant une « certitude sensible » (Déchaux, 2003), qui viennent brouiller les frontières entre le passé et le présent, facilitant l’appropriation de l’évènement ou du passé auxquels ils sont liés. Ricœur, en transformant la notion de lieu de mémoire de Pierre Nora, associe les « choses souvenues » aux lieux, en indiquant que « ces lieux de mémoire fonctionnent principalement à la façon des reminders, des indices de rappel, offrant tour à tour appui à la mémoire défaillante, une lutte dans la lutte contre l’oubli, voire une suppléance muette de la mémoire morte » (Ricœur, 2000).

14Ces appuis sensibles sont fondateurs d’expériences réactivant la narration du passé et sa transmission (Bloch, 1995). Une observation réalisée le 17 octobre 2011 à Nanterre, à l’occasion de la commémoration de la manifestation de 1961 qui avait abouti à l’arrestation et au massacre de très nombreux Algériens, montre comment l’espace, constitué en support de mémoire, permet le passage du privé au public et l’inscription dans un « grand récit » porté par des institutions officielles.

[Notes du 17 octobre 2011] Sur le pont de Neuilly, après le jet de fleurs, l’assemblée se disperse, un homme prend Patrick Jarry par les épaules « Monsieur le Maire, viens voir ». Il l’amène au bord du parapet et lui désigne une bouche d’évacuation en amont de la Seine. L’homme raconte que son père s’est caché là, le soir du 17 octobre, avant de regagner le bidonville de la Folie par les champignonnières. Avant de mourir, son père lui a montré cet endroit qui fait maintenant partie de son histoire et voilà pourquoi il tenait à être là ce soir. « Tu devrais écrire », lui répond le maire. L’homme dit qu’il va donner les films, les photos, tout ce qu’il a aux archives.

15« Le quartier évolue tellement vite que… », soupire cependant Lamia. De fait, les régulières et nombreuses altérations du cadre spatial, en particulier urbain, avaient été prises en compte par Maurice Halbwachs comme risquant de venir briser la continuité des images entretenues par le groupe, d’où sa forte résistance au changement.

« Supprimez, maintenant, supprimez partiellement ou modifiez dans leur direction, leur orientation, leur forme, leur aspect, ces maisons, ces rues, ces passages, ou changez seulement la place qu’ils occupent l’un par rapport à l’autre. Les pierres et les matériaux ne vous résisteront pas. Mais les groupes résisteront et, en eux, c’est à la résistance même sinon des pierres, du moins de leurs arrangements anciens que vous vous heurterez » (Halbwachs, 1950).

  • 5 Cette lignée de destructions et de reconstructions opère différemment selon les contextes locaux : (...)

16Les histoires des classes populaires et en particulier de leurs fractions issues de l’immigration, sont loin de bénéficier de la même légitimité que celles des classes dominantes. Les inégalités en termes de légitimité viennent ainsi redoubler les processus de domination qui s’exercent dans d’autres sphères de la société. L’habitat précaire et plus largement populaire, n’a jamais été destiné à durer, à l’instar d’une partie de ses habitants, d’origine étrangère, que l’on pensait « provisoires » (Sayad, 1991). Les trajectoires résidentielles des familles vivant dans les bidonvilles et cités de transit ont été particulièrement contraintes, marquées par un cycle de destructions/déplacements, dont la violence avait été soulignée par Colette Pétonnet (1979). Elles prennent la forme d’un « anéantissement perpétuel » (Lepoutre & Cannoodt, 2005) : des travailleurs et familles qui vivaient dans les bidonvilles ont vu leur habitat détruit et ont été relogés dans des foyers ou cités de transit, lesquels ont été détruits lorsqu’est venu le relogement dans des HLM, eux-mêmes en cours de démolition/rénovation aujourd’hui 5.

17Ces transformations rapides des périphéries urbaines ont des conséquences sur les images que les individus génèrent d’eux-mêmes et sur la construction de leurs récits. Les supports spatiaux deviennent fuyants et « il devient difficile en quelques années de retrouver l’usine où l’on a travaillé, l’immeuble où l’on a vécu, le café que l’on a fréquenté, tant le paysage se transforme vite dans ces périphéries urbaines dévolues naguère aux activités industrielles et à l’habitat ouvrier » (Barou, 2000). Tous les habitants rencontrés évoquent ainsi la recomposition radicale des lieux qu’ils ont connus et fréquentés :

« Alors c’est vrai que je suis déjà passée plusieurs fois, et je disais à mes enfants “tiens c’est là que j’ai grandi, c’est là que...” Mais bon je le dis pas à chaque fois, mais c’est vrai que ça a beaucoup changé. […] Ah oui, Nanterre ça n’a plus rien à voir avec Nanterre qu’on a connu » (Salima, 46 ans, secrétaire, Nanterre).

18Deux « conditions structurelles d’accès au passé » (Lepoutre & Cannoodt, 2005) défavorables émergent de cette situation. Les destructions et relogements tendent déjà à disperser les habitants dans plusieurs villes, voire départements, faisant éclater le groupe. Le bouleversement des points de repères constituant le cadre spatial peut aussi mener à des difficultés à transmettre. Le passé dont on a effacé les lieux, a fortiori s’il s’agit d’un habitat précaire considéré comme « indigne », souffre d’un déficit de légitimité. « Le mode commémoratif n’atteint pas les hôtels. De quoi pourrait-on se souvenir ensemble ? », s’interrogent Céline Barrère et Claire Lévy-Vroelant à propos des hôtels meublés (2012). Zohra (54 ans, sans-emploi, Nanterre) parle d’un passé « tombé aux oubliettes » tandis qu’à beaucoup, l’idée de conserver des traces matérielles de ces formes d’habitat apparaît comme non pertinente, sinon absurde. Ainsi Anissa (59 ans, cadre intermédiaire, Nanterre) : « On va pas faire comme dans le sud de la France, où il y a les grottes de Padirac. Il y a la reconstruction d’un habitat de l’époque. On va quand même pas [rires] faire à Nanterre la reconstruction d’un bidonville de l’époque qu’on viendrait visiter ! ».

19Outre le recouvrement matériel par d’autres aménagements (parcs, zones industrielles et commerciales, logements sociaux…), les lieux peuvent aussi être recouverts par d’autres récits portés par des institutions ou des groupes plus légitimes. Ce sont les situations de peuplement résidentiel par des cadres supérieurs décrits par Talja Blokland (2009) et Bruno Cousin (2008), qui montrent comment ces groupes parviennent à imposer un récit sur un territoire et à nier l’existence et les histoires d’autres groupes, déplacés ou toujours présents.

De l’appropriation à la commémoration

20Le contexte de mise en mémoire de l’expérience des bidonvilles est ainsi nettement défavorable ; on ne peut cependant en déduire un oubli effectif du passé. « On n’oublie jamais » affirme Madalena (56 ans, enseignante, Champigny) et l’enquête a permis de saisir différentes alternatives de narration et d’entretien des souvenirs.

21Les récits peuvent déjà passer par des supports qui nécessitent une fixité de l’espace moins importante : la mémoire du corps (« mon corps s’en souvient », dit Saïd, devenu asthmatique), les récits transmis par des supports écrits (le livre Portugais à Champigny, le temps des baraques a par exemple circulé parmi les anciens habitants), audiovisuels. Ils sont aussi parfois rattachés à d’autres mémoires bénéficiant de supports solides (le militantisme ou la guerre d’Algérie à Nanterre, le « Salto », voyage clandestin, à Champigny-sur-Marne). Le recours à ces supports n’est évidemment pas uniforme et s’accorde aux formes de capitaux possédés par les individus et à leurs trajectoires socio-résidentielles.

22La notion d’appropriation permet également de voir comment les habitants peuvent faire avec les contraintes d’un espace remodelé. Pour caractériser le degré de matérialité et de reconnaissance des supports de mémoire spatiaux, Vincent Veschambre (2008) distingue « trace » et « marque ». Le premier terme renvoie aux fragments qui sont recherchés et mis en mémoire : noms de rue, morceaux de bâtiments, éléments végétaux… Rodolfo, à Champigny, parle lui de repères : « Parce que j’ai mes repères. Ils ont pas tout démoli. Alors moi par rapport à certains trucs, j’évalue les distances. À tel endroit, là, y’avait ça. Il y a encore des morceaux de rue, vous voyez un bout de sentier ».

23De fait, ces points de repères forment un paysage « invisible » (Degnen, 2007) qui se révèle à qui pratique les lieux fréquemment et depuis longtemps. L’ancienneté résidentielle se fait alors porteuse d’une mémoire de l’espace collective qui réinvestit ces traces et entretient la généalogie des villes. Cette histoire n’est cependant lisible ni par l’ensemble des anciens habitants des bidonvilles (la familiarité avec l’espace urbain est souvent moindre pour ceux qui ont quitté la ville), ni par l’intégralité des autres habitants de Nanterre et Champigny, en particulier les générations d’habitants les plus récentes (Small, 2004). Cette connaissance du passé des lieux peut se faire distinctive dans certains contextes, à l’instar des « vieux Nanterriens » étudiés par Martine Segalen (1990), qui se prévalent face aux nouveaux venus d’une légitimité et d’un ancrage local supérieurs aux leurs.

24Si ces traces font l’objet de discussions toujours vives, leur localisation n’étant pas figée, les « marques » qui constituent le patrimoine local sont d’un usage moins flexible. Dans les deux villes, on peut observer des mises en mémoire davantage institutionnelles de l’espace liées au bidonville qui se font d’une manière plus ou moins directe et avec des degrés d’appropriation par les habitants qui varient. Quatre types de situation peuvent ainsi être dégagés (cf. Tableau 1).

Tableau 1 : Espace, commémoration et appropriation

Mise en mémoire indirecte

Mise en mémoire directe

Sans appropriation

(1) Rue et école Abdelmalek-Sayad (Nanterre) ; Avenue Henri-Marie le Boursicaud (Champigny)

(3) Fontaine du bidonville des pâquerettes (Nanterre) ; Mémorial de l’immigration portugaise (Champigny)

Avec appropriation

(2) Boulevard du 17 octobre 1961 (Nanterre)

(4) Rue de la cité blanche ; rue Abdenbi-Guemiah (Nanterre)

25(1 & 2) Un premier ensemble de cas concerne des espaces qui rappellent de manière indirecte la présence des bidonvilles au niveau local, c'est-à-dire sans faire référence explicitement ni à l’habitat ni aux habitants. Le baptême de voies municipales constitue à cet égard un instrument privilégié de politique mémorielle locale : Reuben Rose-Redwood (2008) a montré comment, à New-York, les politiques de street-naming devaient être analysées en regard des différents types de capitaux, en particulier symboliques, des groupes en présence et des enjeux de politique urbaine, notamment d’éviction des plus pauvres. De fait, à Nanterre comme à Champigny, l’inscription des bidonvilles dans l’histoire officielle locale n’a été que très récente et assez discrète, avec une préférence pour les noms qui valorisent la municipalité. C’est ce dont témoignent les noms de personnes qui sont attribués aux rues, boulevards ou avenues : Henri-Marie le Boursicaud à Champigny, qui était un prêtre rédemptoriste impliqué dans l’aide aux habitants, et Abdelmalek Sayad à Nanterre, pour son legs militant et son ouvrage, assez tardif, sur les bidonvilles algériens. Ces noms, qui ne sont pas ceux d’anciens habitants (qui pour certains ont pourtant connu une reconnaissance importante, en particulier artistique), n’ont jamais été mentionnés spontanément au cours des observations et entretiens, à l’exception peut-être d’Abdelmalek Sayad, mais de manière très localisée, au sein d’un groupe de militants de longue date (Collet, 2011).

26Le cas du boulevard du 17 octobre 1961 à Nanterre présente cependant un contraste intéressant : c’est une mise en mémoire indirecte (ce n’est pas l’habitat précaire à proprement parler qui est commémoré mais un épisode d’une histoire politique bien plus large), mais qui fait l’objet d’une forte appropriation par les anciens habitants des bidonvilles. Plus facile à porter pour la municipalité ayant soutenu un temps la lutte pour l’indépendance de l’Algérie, l’épisode est aussi fortement intégré dans les récits des anciens habitants, en particulier ceux dont la famille a été proche du FLN ou a participé à la manifestation. L’unification autour d’une narration consensuelle (mairie et habitants unis pour dénoncer le rôle de l’État dans la répression et la négation de cet épisode) a ainsi donné lieu à une « marque » qui fait sens pour les habitants et qui peut être mobilisée comme support de mémoire, réappropriée.

27(3 & 4) Ce n’est pas nécessairement le cas de mises en mémoire plus directes et à cet égard, deux exemples issus des deux terrains peuvent être mis en parallèle : l’inauguration d’une statue en hommage à l’immigration portugaise dans le parc du plateau à Champigny, sur les lieux mêmes de l’ancien bidonville et le don par la municipalité de Nanterre de l’ancienne fontaine du bidonville des Pâquerettes à la ville de Guémar, en Algérie, d’où sont originaires une partie des Nanterriens. Dans les deux cas, l’espace du bidonville est mis en mémoire mais ces « marques » ne sont que peu appropriées par les habitants qui ne les mentionnent jamais spontanément dans les entretiens et ne réagissent que peu quand une photographie leur en est présentée. Très institutionnelles, ces mises en mémoire s’appuient de fait assez peu sur les habitants eux-mêmes, privilégiant plutôt des coopérations transnationales avec des structures plus officielles (la municipalité de Guémar en Algérie pour Nanterre, le consulat portugais pour Champigny).

28À l’inverse, le cas de noms de rues demandés par les anciens habitants eux-mêmes qui établissent un lien direct avec le passé des bidonvilles à Nanterre montre comment un support de mémoire officielle, une « marque », peut être investi de sens par les groupes. Suite à la mobilisation d’anciens habitants des bidonvilles et cités de transit constitués en association, notamment autour d’un blog, deux rues ont été ainsi inaugurées en juin 2014 : le boulevard Abdenbi Guemiah, du nom de ce jeune habitant d’une cité de transit tué par un riverain au début des années 1980 ; et la rue de la Cité Blanche, du nom de la cité de transit en question où de nombreuses personnes engagées dans cette association ont vécu.

29Ainsi l’espace matériel, même remodelé, peut être mis en mémoire de plusieurs façons et il est rattaché à des récits à plusieurs niveaux, locaux, nationaux et transnationaux. Mais il y a des différences de degré importantes sur la manière dont il fonctionne effectivement comme support de mémoire : s’il n’est pas investi, chargé de sens par le groupe, il n’est pas intégré dans les récits et a une influence en termes mémoriels limitée.

L’espace : un ensemble de relations sociales

30L’approche localisée a donc permis de cartographier avec précision les supports de mémoire et de reconstituer les paysages invisibles ; elle a aussi aidé à saisir la façon dont ces récits se construisaient en fonction de relations sociales, de sociabilités, d’interactions et des évolutions du groupe. Dans la lignée des travaux de sociologie urbaine, qui ont bien montré comment le rapport à la ville évoluait en fonction des rapports sociaux et des trajectoires, on voudrait dans cette partie insister sur la façon dont la mémoire se construit au sein d’espaces « relationnels » (Frey, 2012) et en fonction de différentes logiques de socialisation.

Trajectoires résidentielles et configurations locales

31Dimension sous-jacente à de nombreux travaux sur l’urbain, le rapport au passé des individus et des groupes gagnerait à être analysé de manière plus explicite (Retière, 1994 ; Guillon, 1996). La notion de neighborhood narrative frames proposée par Mario Luis Small permet justement de prendre en compte la pesanteur d’histoires résidentielles variées, tant sur la structuration des groupes en présence que sur le rapport qu’ils entretiennent avec leur espace de vie (2004). D’inspiration interactionniste, cette perspective insiste sur l’importance des cadres de perception du quartier et sur leur intégration dans les récits (narratives) des habitants. Ces cadres spatiaux se constituent en regard des expériences vécues et du sens qui leur est associé (Löw, 2013). Dans le cas étudié par Mario Luis Small, un ensemble de logements sociaux à Boston, la Villa Victoria, si l’aménagement dans la Villa a été perçu par la première génération d’habitants comme un signe positif d’ascension sociale (et cette génération s’implique en retour dans la vie locale), ce n’est pas le cas pour la seconde génération, qui considère le quartier comme un ghetto et espère en sortir.

32À l’intersection entre espace, groupe et mémoire, ces cadres locaux influent donc les rapports sociaux de manière importante et peuvent être saisis à partir des récits. Le cas des bidonvilles est une occasion de se pencher sur la constitution de tels cadres et d’observer la manière dont ils agissent dans deux contextes urbains différents.

33De fait, alors que l’expérience résidentielle dont il est question pourrait sembler relativement similaire, les cadres mémoriels diffèrent sensiblement entre les deux villes. Cela tient à des différences de contexte local (forme des réseaux de sociabilités, ressources symboliques, notamment historiques, tissu associatif…) et à des inégalités de traitement politique entre origines, d’ampleur nationale. La construction politique de différences racialisées entre migrants, opposant européens et ex-colonisés (Spire, 2005), a pesé fortement sur les politiques migratoires, d’intégration, de logement et par là sur les trajectoires socio-résidentielles des habitants des bidonvilles et sur le statut qu’ils accordent à cet épisode.

34À Nanterre, la continuité est plus forte dans les trajectoires résidentielles, qui vont pour beaucoup « du bidonville au HLM » (Lallaoui, 1993) en passant par les cités de transit qui ont fait « durer » plus longtemps le problème du « mal-logement ». La dimension coloniale puis postcoloniale des migrations (Lyons, 2006 ; De Barros, 2012) est nettement plus marquée qu’à Champigny et conduit à un rapport au logement particulier. Malgré un relogement d’une partie des familles hors de Nanterre, de nombreuses trajectoires résidentielles sont ancrées dans la durée dans la ville, ce qu’une interviewée appelle « le circuit ». Les réseaux sont donc plus denses, resserrés et localisés, les communautés d’expérience plus durables. D’une manière générale, le passé des bidonvilles est rendu très présent à Nanterre, tant au niveau des habitants, de leurs récits en contexte ordinaire, de la place que cet épisode tient dans leur vie, de leurs engagements, que de la municipalité et des institutions à vocation historienne.

35À Champigny-sur-Marne, le bidonville a davantage eu l’aspect d’une « plaque tournante » (Volovitch-Tavares, 1995), avec des trajectoires d’autonomisation plus rapides et plus fréquentes et une dispersion plus importante dans le sud-est de l’Île-de-France. De fait, la destruction des bidonvilles a été moins couplée à des relogements massifs, déjà parce que l’étape cité de transit a été évitée (on considérait que les familles portugaises étaient « capables » d’habiter directement en HLM), qu’il y avait davantage d’hommes seuls et que suite au bidonville, il y eut de nombreuses autres formes d’habitat précaire et de premiers achats communs de terrains ou pavillons délabrés dans le Val-de-Marne. La proportion de propriétaires d’habitats individuels est donc plus importante que pour les groupes d’origine algérienne et les pratiques transnationales plus intenses (Dos Santos, 2010). L’espace local en vient ainsi à être moins investi qu’à Nanterre, en matière de pratiques et d’engagements, mais aussi dans les récits.

Lieux de sociabilité et faits de communication

36À l’intérieur de ces cadres, comment se construit concrètement la mémoire au quotidien ? L’une des critiques adressées à Maurice Halbwachs après la publication de son premier ouvrage portait précisément sur la nécessité d’accorder davantage d’attention aux « faits de communication » (Bloch, 1925) entre individus. Cela revient à identifier de manière précise des moments, lieux et configurations sociales – outre ceux des entretiens et observations – dans lesquels peut survenir et survient le récit des bidonvilles. À Nanterre et Champigny-sur-Marne, ce sont les espaces de la famille, des pairs et des « entrepreneurs de mémoire » (Pollak, 1993) qui ont émergé de l’enquête.

37En tant que principal acteur du projet migratoire, la famille est peut être le premier lieu de rappel de ce passé qui survient principalement au sein d’espaces privés, en France comme au Portugal ou en Algérie. L’espace familial ne forme cependant pas un contexte de dicibilité homogène : les rapports au passé, tant dans leur forme que dans leur contenu, diffèrent fortement selon les générations et selon les dispositions familiales antérieures à la migration (Santelli, 2001). Pour ceux qui ont émigré et sont arrivés à l’âge adulte dans les bidonvilles (les « parents »), les épisodes les plus récurrents sont ceux du voyage et du travail. Les narrations sont bien plus souvent laconiques, caractérisées par des réponses assez courtes, peu développées sur leurs souvenirs. « C’est comme ça » apparaît de manière récurrente dans de nombreux entretiens : « Enfin. On a oublié tout ! C’était bien. C’était pas très, très bien, mais qu’est-ce que tu veux, c’est comme ça ! » (Mme Rim, 85 ans, femme de ménage à la retraite, Nanterre)

38Cette génération est cependant plus volubile, en particulier pour ceux qui sont venus du Portugal, lorsqu’il est question du retour et plus largement des liens avec le pays d’origine. La tension entre « ici » et « là-bas », « maintenant » et « alors » est transversale à tous les entretiens et conduit à aborder la question de la décision de la migration, de celle du retour ou du non-retour, de la perception de ceux qui sont partis par ceux qui sont restés. Cela invite à considérer l’espace social familial comme ancré dans plusieurs espaces locaux et à prendre en compte le rapport entre ces espaces dans l’analyse de la construction des récits (Authier, Bonvalet et al., 2010).

39Pour ceux qui ont passé leur enfance dans les bidonvilles et cités, nés en France ou ayant immigré très jeunes, les récits sont plus denses, les détails nombreux, la réflexivité importante. Les entretiens collectifs entre frères et sœurs s’avèrent à cet égard particulièrement riches et montrent comment le rapport à la mémoire se construit aussi en fonction des différentes positions occupées dans l’espace familial. L’accent est généralement mis sur les souvenirs de jeux, d’école et sur la figure des parents : au cœur des récits, on trouve bien souvent un bilan du projet migratoire et de la trajectoire familiale.

40Les confrontations entre parents, enfants et les interprétations qu’ils peuvent porter semblent pourtant relativement peu fréquentes et le processus de transmission apparaît comme très fragile, chaque génération accusant l’autre de silence ou désintérêt.

« Ah bah maintenant, si ils ne croient pas, ils vont demander quelqu'un d’autre, à vous ou le monsieur, ou quelqu'un d’autre, ils croient après. Mais si une seule personne explique ça, ils vont pas nous croire ! » (Pedro, 70 ans, ouvrier à la retraite, Champigny)
« Je vous dis, j’apprends des choses, donc je vais cuisiner mon papa dès que je le vois, je lui poserai des questions : “il y a plein de choses que tu m’as pas dites !” [À sa fille qui s’approche] “On va demander à papi qu’il nous raconte tout ça ?” Ben oui, faut que vous sachiez aussi. Papi, il veut pas raconter, papi. Papi, il veut pas nous raconter, il est trop pudique papi. Il veut pas » (Laurence, 39 ans, institutrice, Champigny).

41La dimension d’expérience partagée est ainsi centrale pour comprendre comment se construit le rapport à la mémoire en contexte familial (Muxel, 1996). Elle l’est également lorsqu’il s’agit des groupes de pairs, formés autour d’épisodes communs vécus comme structurants dont il a déjà été question : le voyage et le travail, ou les jeux et l’école. Ces groupes se sont formés et enracinés autour des espaces de la sociabilité quotidienne : les lieux de voisinages, des cafés, des marchés hebdomadaires… Plus l’interconnaissance est forte et régulièrement entretenue, plus les conditions d’accès au passé sont favorables : la forme particulière des trajectoires à Nanterre rend les espaces locaux de la ville très investis par ces groupes de pairs, au « maillage de relations » très dense (Lequin & Métal, 1980). C’est surtout dans ce cadre qu’est entretenue la mémoire collective de l’espace, avec une tendance à la nostalgie qui peut se révéler exclusive d’autres groupes (Blokland, 2001).

42Les contextes de dicibilité varient donc principalement en fonction de la proximité ou de la distance avec ces groupes de pairs et leurs espaces, en lien avec les trajectoires sociales et résidentielles. Pour certains, comme on l’a vu, il s’agit de mobilités forcées, avec des relogements dans des villes éloignées. Le travail de « bricolage » (Bastide, 1970) pour essayer de reconstituer une partie de la structure du groupe peut alors être important :

« Moi je trouve qu’Internet, ça a mis, ça a aidé les gens à se retrouver. Et puis Internet, vous voyez, Internet, vous tapez 35 boulevard du Havre, vous avez la liste… Ah celui-là c’était mon voisin, celui-là il habitait le bâtiment bleu, celui-là il habitait au bord de la Seine. […] Puis il y a certaines familles qu’on recherche, mais qu’on n’arrive pas à retrouver. J’avais une meilleure amie, impossible de la retrouver ! J’ai cherché via Facebook, via Copains d’avant, via… » (Salima, 46 ans, secrétaire, Nanterre).

43Pour d’autres, c’est justement cette interconnaissance, vue comme un « enfermement » qui est fuie : des itinéraires de réussite sociale se couplent alors avec un déplacement résidentiel vers d’autres communes, plus favorisées, ce qui réduit considérablement les scènes de dicibilité de ces enquêtés. Ce n’est cependant pas le cas de tous les individus en situation de mobilité sociale ascendante. Pour une partie d’entre eux, leur trajectoire les conduits au contraire à initier des entreprises de mémoire qui oscillent entre deux pôles : la revitalisation du temps quotidien du groupe à travers des échanges réguliers, prolongement des sociabilités locales, voire réintégration pour ceux qui en avaient été éloignés et la valorisation, voire demande de reconnaissance des itinéraires de réussite des enfants des bidonvilles : « Nous avons créé le blog pour changer les idées que les gens pouvaient avoir sur nous, pour montrer que les enfants des bidonvilles ont pu devenir des avocats, écrivains, politiciens, artistes… » (Ali, 46 ans, consultant, Nanterre).

44Les entrepreneurs de mémoire se distinguent par leur capacité à jouer et articuler plusieurs espaces, qu’ils soient locaux, transnationaux, familiaux, professionnels ou numériques. Dans les cas étudiés, soit deux associations relativement récentes qui se décrivent comme étant constituées par des enfants des bidonvilles, il s’agit de publiciser ce passé longtemps tu, de lui donner une assise, des supports, de le rattacher à d’autres grands récits (la réussite de l’immigration portugaise en France, la lutte contre le racisme et le mal-logement) de manière à favoriser sa dicibilité et sa transmission.

45Les deux objectifs – la poursuite des sociabilités quotidiennes et la valorisation des trajectoires – peuvent cependant s’opposer. Sur le blog d’une association, qui a connu un succès important, des tensions ont ainsi pu émerger entre les utilisateurs qui souhaitaient utiliser l’espace des commentaires comme le prolongement de scènes de sociabilités quotidiennes (dialogues informels, plaisanteries) et les modérateurs qui rappelaient que les échanges dans les commentaires se devaient d’être davantage focalisés autour des sujets des articles de manière à garder l’espace « lisible » pour les lecteurs extérieurs. Cet usage plus institutionnel est finalement celui qui s’impose, en particulier par les commémorations que le collectif parvient à mettre en place et qui présupposent une dynamique importante d’unification des récits autour de supports figés (articles écrits, vidéos…).

L’espace : une scène de légitimité politique

46Aux dimensions matérielles et sociales de l’espace doit enfin être ajoutée la dimension politique et les enjeux de légitimité qui l’accompagnent. Au-delà du cadre de l’interaction, les différents travaux sociologiques sur la mémoire ont en effet bien montré le pouvoir structurel de certaines institutions sur les contextes de dicibilité et la formation des groupes (Pollak, 1993).

  • 6 Le cas des bidonvilles, dits « roms », contemporains constitue à cet égard un parallèle intéressant (...)

47Le cas de populations d’origine étrangère apparaît comme d’autant plus intéressant qu’il permet d’aborder des espaces et des groupes très marqués par les inégalités. Sur le plan symbolique, les habitants des bidonvilles ont été et sont toujours synonymes de mauvaise réputation pour les villes et cette stigmatisation pèse sur leur prise en compte politique 6. Comprendre comment ces réputations et modes de gestion locale des immigrés et de leurs descendants ont évolué permet de contribuer à l’analyse de la stratification sociale dans le temps et dans l’espace. L’enquête montre ainsi que la proximité avec « l’endocratie locale » (Retière, 1994) est plus forte pour les anciens habitants à Nanterre qu’à Champigny, l’histoire des bidonvilles prenant des dimensions différentes dans les deux villes.

Le rôle des institutions locales

48Dans cette perspective, le recours à la presse locale, croisé avec des observations et entretiens, s’est révélé être un outil particulièrement efficace. Les discours sur les bidonvilles ont pu être analysés sur une longue période, depuis 1966 à Champigny-sur-Marne et 1971 à Nanterre, soit le moment de résorption des bidonvilles. Tous les articles comprenant la forme « bidonville » ont été rassemblés en corpus et analysés en plusieurs étapes, avec des méthodes qualitatives et quantitatives. Au final, ce sont 152 articles à Nanterre et 82 à Champigny-sur-Marne qui présentent l’avantage d’accéder aux versants implicites et explicites de la mémoire des bidonvilles, soit d’observer la variété des contextes dans lesquels ils peuvent être rappelés, du quotidien urbain aux commémorations spécialisées. À travers les habitats, ce sont bien souvent des représentations concernant les groupes de migrants et leur présence dans la ville qui émergent.

49Deux temps peuvent être distingués dans la structuration de cet espace politique : celui des bidonvilles et cités de transit et de leur résorption, et celui des mises en mémoire de ce passé.

50À Champigny, le problème de la résorption des bidonvilles est réglé assez rapidement et disparaît des pages du bulletin municipal après 1972. Les articles recueillis font état d’une indignation face au logement précaire qui s’exprime plutôt au niveau national, la municipalité parvenant à coopérer sans trop de peine avec la préfecture en charge des relogements et destructions. La tension est plus vive avec les propriétaires de terrain ou pavillons dans le quartier du Plateau, menacés d’expropriation, qui « subissent » en outre le voisinage du bidonville et ses problèmes de voirie.

51À Nanterre, le problème du mal-logement perdure plus longtemps, jusqu’au milieu des années 1980 avec la disparition des dernières cités de transit. Le relogement des habitants des bidonvilles vers des cités qui n’eurent de transitoire que le nom donne lieu à un conflit très vif entre la municipalité, la préfecture et les familles. Dans le bulletin municipal, il est fait mention à de nombreuses reprises à ce « scandale » des cités de transit qui succèdent aux bidonvilles et se transforment en « ghettos », en partie parce que les villes voisines se déchargent de leurs responsabilités sur Nanterre (Carrère, Daadouch et al., 2000).

52Le moment de basculement vers des discours à tonalité plus mémorielle est relativement similaire, quoique décalé, dans les deux villes : il survient avec la disparition des derniers bidonvilles et cités de transit et se manifeste par les premières associations entre ces derniers et des termes liés à la mémoire dans le bulletin municipal (« pan d’histoire », « triste mémoire »…).

53S’ensuivent des années d’ouverture lors desquelles plusieurs lignes de récit émergent. À Nanterre, les bidonvilles sont évoqués dans le cadre du rappel de la guerre d’Algérie qui a marqué le territoire, par le biais d’interviews mettant en valeur des itinéraires de migration, à l’occasion des opérations de rénovation urbaine qui sont de plus en plus accompagnées d’un dispositif artistique et mémoriel, lorsque des films ou livres en rapport avec le sujet font l’actualité, ou encore par des « vieux Nanterriens », pas nécessairement d’origine algérienne, au détour d’un autre récit sur l’histoire locale.

54Les orientations sont moins nombreuses à Champigny : les bidonvilles sont mentionnés dans le bulletin municipal principalement lors des journées d’hommage à la misère organisées par ATD-Quart Monde et dans des articles ou interviews qui valorisent l’intégration locale des migrants d’origine portugaise. On trouve notamment des titres très explicites sur cette période : « Les Portugais et Champigny, trente ans de vie commune », « Leur histoire, notre histoire », « À Champigny, beaucoup ont trouvé un second pays », « Des citoyens campinois, les Portugais ».

55À partir des années 2000, les récits ont tendance à s’unifier et se fixer autour de supports matériels. À Champigny par exemple, la ligne de valorisation de l’intégration locale et de la réussite du projet migratoire l’emporte : l’État portugais offre à la ville de Champigny un mémorial rendant hommage aux travailleurs portugais et leurs familles. Inaugurée dans le parc départemental du Plateau en 2008, la statue donne lieu à des commémorations régulières en présence du consul, de représentants de la ville portugaise avec laquelle Champigny est jumelée et d’associations folkloriques.

56La diversité des récits reste néanmoins importante à Nanterre, avec une très grande variété de supports de mémoire : films, ateliers, théâtre, photographies, documentaires, colloques, débats, archives ou encore travaux universitaires. Il n’y a pas un grand récit des bidonvilles de Nanterre mais plusieurs lignes de rappel (la guerre d’Algérie, la migration, la rénovation urbaine…) et différents acteurs impliqués dans les mises en mémoire. Récemment, les lignes ont eu tendance à se figer davantage autour de l’association d’anciens habitants qui a entre autres obtenu le baptême de deux voies municipales et qui organise de manière régulière des cérémonies et réunions.

  • 7 Les épisodes mémoriels les plus mis en avant sont ceux de l’histoire antérieure au vingtième siècle (...)

57S’il faut préciser que cet épisode reste minoritaire dans les deux villes 7, on voit que les manières de le traiter forment au final des scènes mémorielles locales très différenciées : dans un cas, un récit assez figé et peu d’occurrences, dans un autre, une ouverture à plusieurs lignes de récit avec une présence continue et relativement importante du thème.

Engagement et rapport au local

58Ces configurations ont des incidences sur la mémoire, le rapport à l’urbain et plus largement les identités des anciens habitants et de leurs descendants. À Nanterre, se sont ainsi formées des communautés d’expériences durables, avec un maillage dense de relations sociales. Que l’on se situe à l’intérieur du groupe ou en opposition à celui-ci (comme c’est parfois le cas pour ceux qui connaissent une très forte trajectoire ascendante), ce dernier reste un point de référence majeur et très localisé. Ainsi Souhed parle-t-il de racines :

« C’est vrai que nous on est restés aussi recentrés sur Nanterre, ça a été un peu notre... Pour moi, nos racines c’est Nanterre, parce que quand vous avez pas connu ailleurs, vous arrivez, on vous plante. Moi je prends toujours un... Comment ça s’appelle... Une explication, c’est nos parents ils ont été déracinés eux, donc ils ont déjà des racines bien, bien implantées au Maroc et les racines, on sait, quand on enlève un arbre, on coupe les racines au plus près, sinon si on va plus loin, c’est impressionnant. Nous quand on est arrivés ici nos racines c’étaient... toutes petites. Bon après on nous a mis dans la boue, dans la terre, on a pris ! » (Souhed, 56 ans, cadre supérieur, Nanterre).

59L’attachement est moins fort à Champigny où le groupe s’est construit sur une multi-localité importante, et où les trajectoires d’ascension socio-résidentielle sont plus nombreuses. Les liens nés dans les bidonvilles qui subsistent sont alors englobés dans les solidarités familiales ou villageoises ou dans les relations professionnelles. Le groupe exerce de la sorte une attraction moins puissante. Un couple comme Sylvie et Octavio, résidant à Champigny, se dit heureux de participer à des réunions associatives autour des bidonvilles, mais reste méfiant à leur égard :

« Même là, je sais pas ce que c’est que cette association, là. […] Maintenant, revendiquer la misère des Portugais du plateau, il y avait pas d’eau, pas de machin, c’était comme ça, c’est la faute à personne, c’est la faute à tout le monde, je voudrais pas maintenant qu’on aille faire pleurer dans les chaumières à cause de ça. Donc la plupart des gens qui étaient là à l’association, ils ont tous réussi leur vie, c’est pas des malheureux, ils sont plus dans leur bidonville, ils sont plus en train d’aller chercher des seaux d’eau. Ils s’en sont sortis, et c’est bien, et ils ont tous des vies… normales. Des belles vies, ils s’en sont sortis. Par leur travail, et puis par la France, qui les a bien accueillis, on peut pas dire qu’on a été mal accueillis en France, c’est pas vrai ». (Sylvie, 59 ans, cadre intermédiaire à la retraite, Champigny).

60Le refus de « revendiquer » de Sylvie témoigne à cet égard d’un rapport au politique assez particulier, qui n’est pas sans rapport avec le mode de gestion de la présence portugaise dans les villes et dans la société française plus largement. José, un réalisateur dont le père a brièvement connu le bidonville de Champigny, revient ainsi sur les stéréotypes qui font des Portugais des « braves gens » qui n’ont « rien à raconter ». Pour lui, ce récit du Portugais qui a réussi, porté par les acteurs politiques – et par un grand nombre de nos interviewés – est un mode de commémoration qui peut servir « à effacer l’histoire ». Ainsi les modes d’action relativement discrets et très consensuels de l’association à vocation mémorielle qui s’est créée autour du bidonville de Champigny contrastent de manière frappante avec les scènes mémorielles à Nanterre : à Champigny, un des principaux projets portés par l’association est le don d’une stèle en hommage au maire de l’époque, Louis Talamoni, qui aurait « fermé les yeux » sur les bidonvilles et laissé les habitants « tranquilles ».

61Un tel récit apparaît comme hautement improbable à Nanterre où les engagements se sont justement construits dans la lignée d’une lutte contre l’exclusion des migrants de la ville, des cités de transit à aujourd’hui (Collet, 2012). Ces mobilisations réussies s’expliquent aussi en partie par une présence plus importante dans les associations et, de manière plus limitée, au sein de l’appareil municipal, donc une expérience militante et politique conséquente. Si les anciens habitants des bidonvilles ont ainsi réussi à faire inscrire dans le « patrimoine » de leur ville plusieurs épisodes liés à ce passé, c’est aussi que ce dernier est finalement rendu plus légitime à l’échelle locale et que l’absence de récit unificateur sert plutôt les entrepreneurs de mémoire qui disposent ainsi d’une marge de manœuvre pour leurs demandes de reconnaissance.

Conclusion

62L’appréhension des phénomènes mémoriels s’avère ainsi étroitement dépendante de la focale d’observation adoptée. Détachée de l’analyse de ses cadres, de ses scènes de dicibilité, la mémoire peut très bien n’être qu’un concept flou et flottant, détaché des structures sociales et des rapports de pouvoir entre groupes. L’approche localisée permet d’éviter cet écueil en réinscrivant le phénomène dans la multi-dimensionnalité des faits sociaux et dans la problématique du fonctionnement des groupes. C’est là l’intérêt pour Gary Alan Fine (2010) d’une véritable « sociologie du local » qui prend au sérieux le fait que les mécanismes d’action, de constitution et de reproduction des groupes sont toujours situés sur des scènes historiques particulières. Dans cette perspective, la mémoire participe à la continuité de l’ordre social.

63À travers les mémoires des bidonvilles, c’est donc le devenir de leurs anciens habitants en tant que groupes qui se dessine. Leurs récits se construisent dans des espaces matériels, de sociabilité et politiques précis et c’est en relation à ces contextes que les trajectoires sont interprétées. Dans cette optique, la mémoire constitue un mécanisme à part entière de formation des groupes et des dynamiques d’identification. Dans le contexte urbain, c’est un élément important des processus de socialisation (Authier, 2012). Elle est ce qui permet de comprendre la cohésion des groupes et leur dislocation : elle incite à analyser de manière plus resserrée trajectoires des individus et rapports aux groupes et espaces d’origine et elle aide à penser ces transformations de façon relationnelle et située.

64Cette perspective n’enferme pas pour autant l’analyse dans des frontières géographiquement figées, qu’elles soient celles du quartier ou de la ville. Les espaces locaux sont structurés par des dynamiques horizontales (rapports avec d’autres quartiers, villes) et verticales (dynamiques sociétales et politiques) et la prise en compte de cette articulation est indispensable à la compréhension des phénomènes sociaux (Briquet & Sawicki, 1989 ; Bagnasco & Negri, 1994). Et c’est peut-être, comme le notait John Foot (2007) dans son article sur la micro-histoire d’une maison de Milan, avec l’espace local comme scène d’action et focale d’analyse que cette articulation entre micro et macro est la plus perceptible et que les analyses du social peuvent être affinées : « Things only become clear under the microscope ».

Top of page

Bibliography

Authier J.-Y. (2012), Espace et socialisation : regards sociologiques sur les dimensions spatiales de la vie sociale, Saarbrücken, Éditions universitaires européennes.

Authier J.-Y., Bonvalet C. & J.-P. Levy (2010), Élire domicile. La construction sociale des choix résidentiels, Lyon, Presses Universitaires de Lyon.

Bagnasco A. & N. Negri (1994), Classi, ceti, personne: esercizi di analisi sociale localizzata, Napoli, Liguori.

Barou J. (2000), « Lieux de mémoire de l'immigration », Écarts d'identité, Hors-série, pp. 2-4.

Barrere C. & C. Levy-Vroelant (2012), Hôtels meublés à Paris, enquête sur une mémoire de l'immigration, Paris, Créaphis Éditions.

Bastide R. (1970), « Mémoire collective et sociologie du bricolage », L'Année sociologique, vol. 21, n° 1, pp. 137-148.

Bloch M. (1925), « Mémoire collective, tradition et coutume. À propos d’un livre récent », Revue de synthèse historique, vol. 118-120, n° 40, pp. 73-83.

Bloch M. (1995), « Mémoire autobiographique et mémoire historique du passé éloigné », Enquête, vol. 2, pp. 59–76.

Blokland T. (2001), « Bricks, Mortar, Memories: Neighbourhood and Networks in Collective Acts of Remembering », International Journal of Urban and Regional Research, Vol. 25, n° 2, pp. 268-283.

Blokland T. (2009), « Celebrating Local Histories and Defining Neighbourhood Communities: Place-making in a Gentrified Neighbourhood », Urban Studies, vol. 46, n° 8, pp. 1593-1610.

Briquet J.-L. & F. Sawicki (1989), « L'analyse localisée du politique », Politix, vol. 2, n° 7, pp. 6-16.

Briquet J.-L. & F. Sawicki (1989), « L'analyse localisée du politique », Politix, vol. 2, pp. 6-16.

Carrere V., Daadouch C., Girola C. & A. Steiner (2000), Les Limites de l'hospitalité communale : discours et réglementations. L'exemple de Nanterre, Paris, Ministère de l'équipement, des transports et du logement et GISTI.

Collet V. (2011), « De la ressource intellectuelle à la cause politique. Les différentes vies d'Abdelmalek Sayad », Politix, vol. 94, n° 2, pp. 153-178.

Collet V. (2012), « Nanterre ne veut plus oublier. De l'oubli à la reconnaissance municipale du 17 octobre 1961 », Métropolitiques, n° 4, pp. 1-4.

Cousin B. (2008), Cadres d’entreprise et quartiers de refondation à Paris et Milan : contribution à l’analyse différenciée du rapport des classes supérieures à la mixité socio-spatiale et aux dynamiques d’auto-ségrégation, Thèse pour l'obtention du doctorat de sociologie, Sciences Po.

De Barros F., « Les bidonvilles : entre politiques coloniales et guerre d’Algérie », Métropolitiques, [En ligne]. URL: http://www.metropolitiques.eu/Les-bidonvilles-entre-politiques.html

Dechaux J.-H. (2003), « Les liens du souvenir », dans Mergnac M.-O. (dir.), La Généalogie, Paris, Éditions Autrement, pp.  53–67.

Degnen C. (2007), « Mémoire des lieux et lien social à Dodworth », Ethnologie française, vol. 110, n° 2, pp. 285-293.

Dos Santos I. (2010), Les « Brumes de la mémoire » : expérience migratoire et quête identitaire de descendants de Portugais de France, Paris, Thèse de doctorat, EHESS.

Fine G. A. (2010), « The Sociology of the Local: Action and its Publics », Sociological Theory, Vol. 28, pp. 355–376.

Foot J. (2007), « Micro-history of a house: memory and place in a Milanese neighbourhood, 1890–2000 », Urban History, Vol. 34, pp. 431-452.

Frey O. (2012), « Sociologie urbaine ou sociologie de l’espace ? Le concept de milieu urbain », SociologieS, [En ligne], Dossiers, Actualité de la sociologie urbaine dans des pays francophones et non anglophones, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 17 mai 2016. URL: http://sociologies.revues.org/4168

Gastaut Y. (2004), « Les bidonvilles, lieux d'exclusion et de marginalité en France durant les trente glorieuses », Cahiers de la Méditerranée, n° 69, pp. 233-250.

Gensburger S. (2010), Les Justes de France. Politiques publiques de la mémoire, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences politiques.

Guillon M. (1996), « Inertie et localisation des immigrés dans l'espace parisien », Espace, populations, sociétés, vol. 14, n° 1, pp. 55-63.

Halbwachs M. (1925), Les Cadres sociaux de la mémoire, Paris, Éditions Albin Michel.

Halbwachs M. (1941), La Topographie légendaire des évangiles en Terre sainte, Paris, Presses universitaires de France.

Halbwachs M. (1950), La Mémoire collective, Paris, Éditions Albin Michel.

Jaisson Marie (1999), « Temps et espace chez Maurice Halbwachs (1925-1945) », Revue d'histoire des Sciences humaines, vol. 1, n° 1, pp. 163-178.

Jaisson M. & C. Baudelot (dir.) (2007), Maurice Halbwachs, sociologue retrouvé, Éditions Rue d'Ulm.

Lallaoui M. (1993), Du Bidonville aux HLM, Paris, Éditions Syros.

Lavabre M.-C. (2007), « Paradigmes de la mémoire », Transcontinentales, n° 5, pp. 1-6.

Lepoutre D. & I. Cannoodt (2005), Souvenirs de familles immigrées, Paris, Éditions Odile Jacob.

Lequin Y. & J. Metal (1980), « À la recherche d'une mémoire collective : les métallurgistes retraités de Givors », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 35, n° 1, pp. 149-166.

Löw M. (2013), « The City as Experiential Space: The Production of Shared Meaning: The production of meaning in the city », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 37, n° 3, pp. 894-908.

Lyons A. H. (2006), « Des bidonvilles aux HLM. Le logement des familles algériennes en France avant l'indépendance de l'Algérie », Hommes et Migrations, n° 1264, pp. 35-49.

Muxel A. (1996), Individu et mémoire familiale, Paris, Éditions Nathan.

Oberti M. (1995), « L’analyse localisée de la ségrégation urbaine. Ville, quartiers et cités dans une commune de la banlieue parisienne », Sociétés contemporaines, vol. 22, n° 1, pp. 127-143.

Olivera M. (2011), Roms en (bidon)villes : quelle place pour les migrants précaires aujourd'hui ?, Paris, Éditions Rue d'Ulm.

Petonnet Colette (1979), On est tous dans le brouillard, Essai d’ethnologie urbaine, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques.

Pollak M. (1993), Une Identité blessée, Paris, Éditions Métaillé.

Rautenberg M. (2003), La Rupture patrimoniale, Bernin, Éditions À la croisée.

Retiere J.-N. (1994), Identités ouvrières : histoire sociale d'un fief ouvrier en Bretagne 1909-1990, Paris, Éditions L'Harmattan.

Ricoeur P. (2000), La Mémoire, l'histoire, l'oubli, Paris, Éditons du Seuil.

Rose-Redwood R. S. (2008), « From Number to Name: Symbolic Capital, Places of Memory and the Politics of Street Renaming in New York City », Social & Cultural Geography, vol. 9, n° 4, pp. 431-452.

Santelli E. (2001), La mobilité sociale dans l'immigration : itinéraires de réussite des enfants d'origine algérienne, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Sayad A. (1991), L'Immigration ou les paradoxes de l'altérité. 1. L'illusion du provisoire, Paris, Éditons Raisons d'agir.

Segalen M. (1990), Nanterriens, les familles dans la ville. Une ethnologie de l'identité, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Small M. L. (2004), Villa Victoria: The Transformation of Social Capital in a Boston Barrio, Chicago, University of Chicago Press.

Spire A. (2005), Étrangers à la carte. L'administration de l'immigration en France (1945-1975), Paris, Éditions Grasset.

Truc G. (2011), « Memory of Places and Places of Memory: For a Halbwachsian Socio-ethnography of Collective Memory », International Social Science Journal, vol. 62, n° 203-204, pp. 147-159.

Veschambre V. (2006), « Penser l’espace comme dimension de la société. Pour une géographie sociale de plain-pied avec les sciences sociales », dans Sechet R. & V. Veschambre (dir.), Penser et faire la géographie sociale. Contribution à une épistémologie de la géographie sociale, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Veschambre V. (2008), Traces et mémoires urbaines. Enjeux sociaux de la patrimonialisation et de la démolition, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Volovitch-Tavares M.-C. (1995), Portugais à Champigny, le temps des baraques, Paris, Éditions Autrement.

Top of page

Notes

1 Il s’agit des chiffres officiels du recensement de 1966, qu’il faut néanmoins prendre avec précaution du fait de la difficulté à comptabiliser de manière précise ce type de population très mobile .

2 L’ensemble des prénoms des interviewés a été changé de manière à préserver leur anonymat.

3 Cette recherche s’inscrit dans le cadre d’un travail de thèse de sociologie en cours qui porte plus largement sur les conséquences biographiques de la ségrégation, à travers le cas des « enfants des bidonvilles ».

4 Le recrutement des enquêtés s’est effectué de manière à diversifier les profils en tenant compte des spécificités des groupes étudiés, en termes de genre (11 hommes et 12 femmes à Nanterre, 15 hommes et 12 femmes à Champigny), d’origine (28 enquêtés d’origine portugaise, 22 enquêtés d’origine algérienne ou marocaine), de position résidentielle (23 propriétaires et 4 locataires à Champigny, 8 propriétaires et 15 locataires à Nanterre) et de profession. Sur ce dernier point, on peut noter que les trajectoires des enquêtés à Nanterre sont plus diversifiées que celles des enquêtés de Champigny (qui travaillent ou ont travaillé principalement dans le secteur du bâtiment, en créant parfois des entreprises très prospères) et que leurs trajectoires de mobilité ascendante sont plus liées à des métiers de service.

5 Cette lignée de destructions et de reconstructions opère différemment selon les contextes locaux : si dans les deux villes les terrains sur lesquels se construisent les bidonvilles sont souvent gelés pour permettre la réalisation d’aménagements futurs, Nanterre est particulièrement marquée par sa proximité avec la zone d’aménagement de la Défense et la perte d’une partie importante de son territoire.

6 Le cas des bidonvilles, dits « roms », contemporains constitue à cet égard un parallèle intéressant (Olivera, 2011).

7 Les épisodes mémoriels les plus mis en avant sont ceux de l’histoire antérieure au vingtième siècle (la préhistoire, l’antiquité, la royauté…), les deux guerres mondiales, en particulier la Résistance, le militantisme de gauche à l’échelle locale et nationale. L’histoire des vagues d’immigration les plus récentes commence à être intégrée dans les récits portés par les municipalités, mais de manière très limitée.

Top of page

References

Electronic reference

Margot Delon, « Un espace à trois dimensions  », SociologieS [Online], Files, Penser l'espace en sociologie, Online since 16 June 2016, connection on 13 April 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/5542

Top of page

About the author

Margot Delon

Doctorante en sociologie, Observatoire sociologique du changement (UMR 7049), Sciences Po, Paris (France) et Programme Marie Curie INTEGRIM, Instituto de Geografia e Ordonamento do Território, Universidade de Lisboa (Portugal) - margot.delon@sciencespo.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search