Navigation – Plan du site
Relation d’aide et de soin et épreuves de professionnalité

Le travail social, une activité d’auto-conception professionnelle en situation d’incertitude

Social work, an auto-conceptual professional job in uncertain situation
Marc-Henry Soulet

Résumés

Ce texte se propose de reprendre systématiquement des travaux partiels et sectoriels que j’ai pu mener jusqu’ici pour amorcer, en essayant de résoudre la quadrature du cercle d’une théorie du travail social, un essai de modélisation théorique de celui-ci en tant qu’action auto-conceptualisée en situation. Articulée autour d’un axe pivot, la dimension prudentielle de l’activité des travailleurs sociaux, elle s’attache à dégager les propriétés, les dilemmes et les enjeux qui, dans une telle perspective théorique, qualifient le travail social en tant que pratique concrète située.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Théoriser le travail social, mais comment ?

1La légitimité d’une théorisation des pratiques professionnelles semble d’emblée acquise dans le champ du travail social. Pourtant elle mérite examen soit, parce que, en cherchant à identifier conceptuellement les raisons d’agir (Soulet, 1998 ; Gaspar, 2012), la discussion théorique s’éloigne fortement de ladite pratique, soit, parce que, en cherchant à modéliser les formes de l’agir, la description abstraite qui en résulte, aussi intéressante soit-elle, ne parvient pas au statut d’explication théorique, limitant son apport à une catégorisation formelle (Ossipow, Lambelet & Csupor, 2008 ; Soulet, 1997). Ainsi, ce qui réunit, par-delà leur différence d’objectifs, ces deux perspectives de théorisation des pratiques professionnelles en travail social, c’est le fait que la spécificité du travail social qui était au centre de leurs préoccupations constitue le problème nodal sur lequel elles achoppent l’une et l’autre, révélant alors un double impensé : d’une part, les modalités de production d’une légitimité circonstanciée en même temps que transversale des pratiques professionnelles réalisées et, d’autre part, les raisons explicatives des formes prises par l’agir au sein du travail social.

2Pour surmonter cette impasse, c’est tout au moins l’orientation qui sera ici suivie, il convient d’abandonner la prétention de théoriser en propre la pratique professionnelle du travail social. Cette dé-singularisation ne signifie pas de renoncer à produire un cadre théorique à même de proposer une explication de ce qu’est le fait d’agir dans une entreprise comme le travail social. Il s’agit alors de construire une théorie de l’action tenant compte des caractéristiques formelles du contexte dans lequel cette action se déroule (Soulet, 2004). Trois éléments viennent étayer cette tentative d’explication d’une théorie de l’action professionnelle auto-conceptualisée en situation : 1) l’obligation de considérer à la fois des registres constitutifs et des dimensions contextuelles du travail social ; 2) l’incertitude comme donne structurelle des sociétés contemporaines ; 3) la fin d’une coupure épistémologique entre savoirs d’expertise et savoirs d’expérience.

Propriétés par essence et caractéristiques contextuelles : un faux dilemme

3Si nous proposons de reprendre ici à nouveaux frais la question de ce « qu’est le travail social », c’est d’abord parce que cette question se réactualise en raison d’une mutation sociétale profonde. Ce qui, en effet, avait été posé comme constitutif du travail social se trouve aujourd’hui bouleversé. Mais, rappeler la nécessité de situer le travail social dans un autre contexte doit s’accompagner du refus d’une lecture exclusivement historiste. Si le travail social doit être situé pour être pensé, une telle appréhension ne saurait être exclusive faute de passer à côté de ce qu’est et de ce que fait réellement cette activité à un moment sociétal donné. Il est aussi doté de propriétés qui, à défaut d’être le fruit d’une essence profonde, n’en sont pas moins issues de sa propre histoire. Tous ces héritages continuent à s’incarner dans les différentes situations socio-historiques qu’il connaît. Il s’agit donc de saisir comment nouveau contexte et propriétés historiquement construites s’articulent pour donner forme à de nouvelles concrétisations du travail social aujourd’hui. Projet fort complexe puisqu’il s’agit de dépasser à la fois une lecture déterministe et une lecture essentialiste pour s’engager dans une approche qui combine l’émergence d’un modèle responsabiliste d’intervention sociale et le maintien de l’existence de propriétés normatives et pratiques du travail sur / pour / avec autrui. Le travail social ne peut donc pas être réduit à un outil sociétal labile changeant au gré des transformations des sociétés, pas plus qu’à une identité intrinsèque altérée par des conditions sociétales peu favorables. Il doit au contraire être restitué dans sa complexité.

Un renforcement contextuel de l’incertitude infléchissant les formes d’intervention sociale

4Le contexte sociétal contemporain se caractérise par une tension entre, d’une part, la mise au centre de l’individu et, d’autre part, l’épuisement / invalidation des dispositifs censés le soutenir (Beck, 1998 ; Giddens, 1993 ; Vrancken, 2014). Le mouvement d’ensemble de report sur l’individu de la tâche de se construire comme sujet s’accompagne d’une remontée de la vulnérabilité structurelle (Soulet, 2008b). Cette vulnérabilité est consubstantielle de l’émergence d’un nouveau modèle d’intégration (Soulet, 2008a) passant par la valorisation du réarmement de soi et par l’activation de l’intégrabilité des individus. Dès lors, il existe un lien fort entre cette transformation de l’intégration et des politiques sociales marquées notamment par l’avènement d’un modèle responsabiliste du risque (Ewald & Kessler, 2000), une désocialisation des protections (Castel, 1998) et la promotion de politiques génératives (Giddens, 1994). Cette recomposition d’ensemble sanctionne la fin de la référence hégémonique de l’insertion et met en vue le registre palliatif du travail social (Soulet, 2007) ; elle rend incertaines les finalités du travail social.

La transformation du statut de l’expertise professionnelle et la reconnaissance des savoirs d’expérience dans les politiques publiques

5L’émergence d’une telle incertitude tient aussi à une transformation du statut de l’expertise et des savoirs et à l’entrée en scène des usagers dans la définition de l’action qui leur est destinée. Comme si le contexte d’incertitude redistribuait les cartes de la connaissance et aboutissait à une généralisation de la réflexivité, mettant en question la figure classique de l’expert pour laisser place à une silhouette encore floue, celle qui cherche à promouvoir sa capacité réflexive à se travailler en promouvant une dimension plus collaborative et plus participative de son activité. Cette reconfiguration des rapports entre savant et profane s’est accompagnée de la fin de la rupture épistémologique entre savoirs premiers et savoirs seconds au profit de l’idée d’un continuum des savoirs sur le monde social qu’ils soient savoirs académiques constitués, savoirs sociaux hybrides, savoirs culturels localisés ou savoirs d’expérience vécus. L’avènement d’une telle épistémologie « conjonctive » (Genard, 1999) s’accompagne parallèlement de l’émergence d’une relative symétrisation des rapports entre chercheurs et population, entre experts professionnels et acteurs réflexifs. L’expert n’est plus le détenteur tout puissant d’un savoir autant surplombant que mystérieux puisque des acteurs endogènes y sont aussi socialisés. Cette mutation de la fonction d’expertise et des compétences qui la soutiennent marque en outre une tendance lourde, celle de la mobilisation des bénéficiaires dans la coproduction des services et dans la répartition des prestations dont ils sont destinataires, celle de la reconnaissance des savoirs d’expérience instituant des fonctions de pairs-aidants (Godrie, 2014), de médiateurs-pairs (Demailly et al., 2015) ou de grands frères (Divay, 2015). Sont ainsi fragilisés les savoirs d’expertise ainsi que la posture du professionnel qui doit désormais composer avec des savoirs indigènes pour faire face aux problèmes sur lesquels il se penche, et codéfinir les situations en s’appuyant sur la mise en récit de l’éprouvé (Astier, 1997).

6Ce bref rappel de la montée des incertitudes (Castel, 2009) permet de situer le contexte dans lequel s’inscrit cette théorisation du travail social. La lecture ici proposée invite ainsi au dépassement de la réduction ontologique, fréquente quand cette thématique est abordée. Elle insiste sur sa dimension structurelle et sur son rapport aux transformations d’ensemble du système social, sans pour autant dénier que l’exercice même du travail social ancre l’action même des professionnels, ontologiquement, dans un rapport intrinsèque à l’incertain. Il ne faudrait pourtant pas voir dans le modèle ici esquissé une forme d’agir spécifique répondant à des situations exceptionnelles ou éprouvées par des populations particulières, i.e. fragilisées ou vulnérables. Pas plus qu’il ne faudrait voir dans le contexte d’in-quiétude une modalité atypique des cadres d’action (Palmade, 2003). Il est en effet plausible d’esquisser l’hypothèse d’une banalisation de ce contexte d’action. L’in-quiétude deviendrait en ce sens une réalité fréquemment éprouvée, exacerbant la capacité réflexive des hommes à prendre en compte le caractère à la fois instable et émergent des cadres d’action dans lesquels ils vont de plus en plus devoir agir. La tentative de théorisation esquissée ici veut au contraire donner crédit à l’idée selon laquelle l’action comme processus ne peut être lue sans la réinscrire dans un contexte et des situations qui lui donnent sens, voire qui, dans une perspective pragmatique, la contraint. Il paraît utile de spécifier que ce projet d’identification des cadres et propriétés d’une théorie de l’action autoconceptualisée en situation ne doit pas être compris comme une forme alternative de modélisation totalisante. Il s’agit bien au contraire de proposer une modélisation théorique à même d’articuler, dans cette incertitude structurelle, la question des fins, celle des pratiques, celle des situations et celle des contraintes contextuelles.

Le travail social : un agir marqué par un contexte d’incertitude

7Dans le contexte d’incertitude que nous venons de décrire, le travailleur social se trouve confronté à un espace de choix sur lequel il aura peu de prise réelle et par rapport auquel il ne pourra pas se positionner clairement et définitivement. Il devra en effet assumer simultanément différentes postures au sein d’une même intervention, parfois à un même moment de l’intervention. Et du même coup se révèlent entièrement problématique la légitimité de ses choix et l’appréciation de son action. Il se trouve donc devant une alternative insoluble (Cauletin, 1985) à laquelle il doit pourtant apporter des solutions concrètes. Ces décisions impossibles qu’il doit néanmoins nécessairement prendre, il ne peut les prendre qu’au coup par coup, en fonction des événements, c’est-à-dire au vu d’une évaluation implicite de la situation. Ces options situationnelles prises en mobilisant un savoir pragmatique sont, par essence, incertaines dans leur assise et difficilement explicitables. Si, en effet, il n’y a aucun fondement en raison ni aucun fondement en idéologie qui viennent intégralement supporter les options retenues, le travailleur social n’a d’autres recours que sa propre capacité à évaluer le judicieux et l’opportun.

8Pour qualifier l’intervention sociale, il faut considérer plus attentivement l’idée même d’incertitude. Cette dernière doit en effet être entendue moins comme un état que comme une situation présentant des caractéristiques singulières affectant l’action des individus. Une situation d’incertitude structurelle est en ce sens dominée par l’indétermination des fins, par un affaiblissement des formes ordinaires et stables d’action, par un vacillement des cadres normatifs sur la base desquels se construisent habituellement les ressources d’action. Pour agir dans un tel contexte, il ne peut y avoir de réelles routines permettant une économie d’effort cognitif et physique. Cette ouverture des fins, cette faiblesse des régularités et cette opacité des règles d’action produit de l’incertitude tant il est difficile d’anticiper et le résultat de son action et l’action en retour d’autrui. Par ailleurs, il s’avère problématique d’apprécier la pertinence et la force des ressources détenues en raison de la difficulté de juger des ressources à mobiliser de façon adéquate par rapport à une situation difficilement lisible. En ce sens, se voit justement rompue la fameuse adéquation moyens / fins, tout comme s’avère impossible la recherche d’une conformité à des normes d’action dont la caractéristique première est d’être faiblement visibles et donc faiblement perceptibles.

9Dès lors, se révèle un troisième registre de l’action : non plus une action orientée par les intérêts, non plus une action orientée par les normes, mais une action orientée par l’action. En mobilisant la référence à la poeisis grecque, il s’agit de mettre en avant la désignation du faire comme production de l’action. En d’autres termes, l’action, dans un contexte qui rend difficile un agir finalisé et qui rend problématique un agir conforme, a pour caractéristique première d’être créatrice des possibilités de l’action même, c’est-à-dire créatrice de sa finalisation et de sa légitimité. Une telle action poïétique repose sur des propriétés typiques de l’agir qu’il est possible de caractériser, a minima, par les cinq éléments suivants.

Propriété 1 : une construction simultanée des buts et des ressources au cours de l’action

10Par définition, dans un contexte d’incertitude, l’action est rarement dirigée vers une fin pré-établie. La fin ne précède pas l’action, au contraire même, elle est une production de l’action en même temps qu’une condition de celle-ci. L’action est en ce sens la modalité de définition du but de l’action, qui n’est alors pas un donné a priori, mais le résultat d’un processus singulier développé in situ. Loin d’être le résultat d’un calcul rationnel, l’agir en contexte d’incertitude doit être conçu avant tout comme un agir pré-stratégique, travaillant à la construction et à la définition des buts de l’action. De même, les ressources sont élaborées en cours d’action, les moyens sont construits chemin faisant selon différentes modalités empruntant à la ruse, au bricolage, à l’ingéniosité… Mais, à chaque fois, les ressources, spécifiques à l’action, ne sont pas capitalisables. La seule chose en fait qui soit capitalisable, c’est l’expérience réflexive.

11Le travail social est de part en part traversé par cette première propriété : en tant qu’activité de « présence sociale » (Bessin, 2009), il s’appuie au moins autant sur l’expérience ou les aptitudes singulières des travailleurs sociaux que sur les logiques professionnelles et / ou les normes institutionnelles ; en tant qu’action instituante de la capacité à agir visant à produire l’aptitude et l’appétence à faire, il lui faut nécessairement travailler conjointement sur la situation même de l’intervention, sur les expériences sociales et sur la perspective biographique des usagers (Astier, 2010) et, surtout, négocier avec les usagers par un travail de catégorisation conjointe, selon leurs attentes et leurs demandes.

Propriété 2 : une fondation des formes et des principes de légitimité en cours d’action

  • 1 . Cette idée fait écho à celle d’autoproduction locale des normes (Dubet & Martuccelli, 1998) et de (...)

12Dans un tel cadre d’action, la verticalité institutionnelle cède le pas à des accords localisés nés de l’interaction des individus. La légitimité de ces accords repose sur des transcendances relatives, des « mondes » auxquels les acteurs renvoient de manière provisoire et circonstanciée. Cette négociation valorielle s’ancre toutefois dans une forme de transcendance procédurale, garantissant par sa texture délibérative la viabilité de l’accord. En ce sens, ce qui se révèle, à partir d’un processus de navigation entre le local et le général, c’est l’avènement d’une dimension construite et circonstanciée de la légitimité de l’agir enracinée, d’une part, dans la reconnaissance de la complexité des logiques d’action et, d’autre part, dans des stabilités locales. On retiendra qu’une telle légitimation travaille à la fois avec des éléments de transversalisation et avec des faits singuliers 1.

13Le travail social est fondamentalement traversé par cette autre propriété de l’agir en contexte d’incertitude. Et ce, au moins, à un double niveau. Tout d’abord, quand l’intervenant social renonce à rapporter l’expérience du bénéficiaire à une quelconque norme et quand, dans la définition de la situation vécue par l’usager, l’intervenant et l’usager fabriquent conjointement des catégories pour penser le problème vécu et agir sur celui-ci (Pichon, 2005). En lien avec les normes et cadres institutionnels d’action ensuite, il doit combiner le principe d’égalité au regard de la norme juridique et le principe d’équité au regard de la situation concrète des demandeurs pour décoder ce qu’il est opportun de faire. Ce travail de jugement se caractérise par un double moment d’interprétation de la règle et de problématisation des situations, ce qui suppose une appréciation des individus concrets, notamment de leur capacité à s’engager dans des projets de vie (Astier, 2007). Une partie de l’intervention consiste ainsi en un travail de découpage des situations en points d’accroche pour une action institutionnelle (Chauvière, 1985), en un travail de recodage de bribes d’existences en des situations intelligibles pour les institutions et en une activité de production de la recevabilité formelle autant que pratique de l’action ainsi construite.

Propriété 3 : une démultiplication de la part de l’acteur

14L’évanescence des repères ordinaires d’action ainsi que l’imprévisibilité des formes de l’action poussent l’individu placé dans de telles conditions à exacerber sa capacité d’action. La part de l’acteur, en quelque sorte, se démultiplie dans l’individu quand les contraintes de l’incertitude sont telles que ce dernier se trouve pris dans l’action aussi en tant que personne et non plus seulement en tant qu’acteur. Cette interdépendance des sphères d’action rend bien évidemment le fait d’agir très coûteux, mais paradoxalement augmente la capacité à agir de l’acteur puisqu’elle l’oblige à s’engager intégralement. Cette radicalisation actionnaliste se nourrit bien évidemment d’une exacerbation de sa réflexivité devant la nécessité de devoir penser son action au cours de son déroulement pour simplement pouvoir agir.

  • 2 Ce qui a des conséquences sur l’individualisation des bénéficiaires avec, notamment de possibles ef (...)

15Cette démultiplication de la part de l’acteur est particulièrement sensible pour les travailleurs sociaux ; non seulement, ils payent et jouent de leur personne dans l’accomplissement de leur tâches, mais encore la dimension ouverte de la relation qu’ils engagent les contraint à une gestion « adhocratique » de leur investissement (Franssen, 2004) pour trouver la « bonne distance » dans la proximité (Breviglieri, 2005 ; Pattaroni, 2007). Ce type de gestion individualisée, circonstanciée et située, met en effet sur le devant de scène l’intervenant lui-même en mettant au centre son expérience et ses compétences propres (Ion, 2000) 2.

16Le travail sur l’engagement, la réflexivité professionnelle, la gestion situationnelle de l’intervention deviennent ainsi des composantes du mandat du travailleur social qui, pour être accompli, ne saurait être simplement exécuté. Loin d’être une technologie de l’action, le travail social suppose créativité et inventivité, mobilisant intensément le travailleur social dans une pluralité de registres mêlant personnalité et impersonnalité. Et ce d’autant plus que si, a priori, on y retrouve une forme de logique moyens / fins, le trouble dans les finalités n’en demeure pas moins.

Propriété 4 : une validation mutuelle des actions posées

17La confirmation sociale de la recevabilité de l’action dans un contexte d’incertitude n’est plus tant l’émanation d’une instance supérieure que la résultante d’un processus horizontal d’approbation réciproque des conduites engagées comme des références mobilisées (Dubet, 2002). Dans les situations sans qualités, la production de sens s’avère centrale puisqu’il s’agit rien moins que de devoir agir dans un univers dont la texture échappe aux individus qui y sont pris. Il importe ainsi au premier chef de finaliser les actions entreprises, de les rendre sensées aux yeux des tiers comme aux yeux des actants eux-mêmes. Dès lors on comprend mieux le rôle des appareils de conversation (Berger & Luckmann, 1986) venant aider à construire un minimum de certitude dans cet univers de légitimité flottante et stabiliser la signification sociale des actions posées. Le problème central consiste en effet à rendre plausible le sens de l’action, ce qui implique de pouvoir disposer de grilles de lecture qui sont construites dans l’interaction et les échanges discursifs. Ces grilles de lecture viennent soutenir l’expérimentation, l’interprétation et la validation de l’action posée et permettent de tester, par l’échange, des formes de justification de l’action autant, d’ailleurs, que des possibilités d’élaboration d’intérêts à agir.

18L’importance de la supervision illustre l’enjeu de validation ouverte de l’intervention des travailleurs sociaux, par-delà la correspondance formelle aux critères administratifs existants. Il faut concevoir ces modalités, omniprésentes dans le quotidien de ces professionnels, comme des formes de contre-rôle (au sens initial du terme) visant une mise en vue a posteriori de l’action pour en juger le bien-fondé, à tout le moins s’assurer de ne pas avoir trop mal agi. Ces redites de l’action (ces reconstitutions, pourrait-on presque dire en filant la métaphore juridico-policière) permettent de prendre conscience de la vision que les autres collègues entretiennent à son égard. Elles sont en fait cruciales à un double niveau : obtenir un soutien personnel et un ressourcement moral, d’une part, se « refiler des tuyaux », accroître le bagage des compétences professionnelles par l’échange d’expériences vécues, de l’autre.

Propriété 5 : une mobilisation d’une temporalité non linéaire

19L’agir, dans un contexte d’incertitude, caractérise un autre rapport à la temporalité. Il ne peut se déployer en une temporalité par trop circonscrite. En ce sens, le rapport au temps diffère fondamentalement de celui qui prévaut pour l’agir stratégique – décomposition du temps en périodes consécutives permettant la projection et l’anticipation – ou pour l’agir tactique – décomposition du temps en périodes disjointes, consacrant la force de l’événement et l’inscription dans l’ici et maintenant. L’agir repose ici sur une variable temps qui autorise une accumulation de l’expérience vécue et une interrogation sur l’action et son contexte, qui vont conditionner la découverte d’une finalité et la mobilisation de moyens appropriés. En fait, plus que d’avancées et de reculs, c’est d’oscillations qui caractérisent les multiples transactions que les acteurs doivent opérer pour pouvoir agir en contexte d’incertitude.

20Le travail social est marqué par la question du temps qui s’écoule sans finalisation clairement formalisée (Œuvray, 2010), même si le temps projeté scande son inscription administrative. L’intervention, au sens propre, doit moins y être considérée comme une mise en mouvement orientée et planifiée que comme des pas de côté qui sont autant de déplacements de sens. Paradoxalement, en quelque sorte, ce travail qui s’inscrit dans une temporalité de la longue durée ne peut littéralement plus prétendre conduire à un point d’arrivée prédéterminé. Il est d’abord prioritairement un lieu, une occasion et un enjeu de production de liens sociaux qui suppose des retournements, des atermoiements et de donner du temps au temps. Et c’est justement cette recherche de production d’accrochage social qui bouscule l’existant et oblige à un travail qui, s’il s’inscrit dans les interstices, n’en est pas moins générateur de quelque chose d’autre qu’une simple survie en société. Accompagner oblige à une rédéfinition des relations en même temps que des raisons de l’intervention elle-même. Le travailleur social est avant tout un travailleur du lien social, un souteneur de relations au monde (Durual & Perrard, 2012), fragiles parce que non finalisées et non adossées à un statut reconnu et valorisé, ce qui sous-entend transaction et oscillation, temporalité ouverte et durée.

Le travail social : une action traversée par des épreuves de professionnalité

21L’essai de modélisation théorique que nous proposons ici part donc de la conviction que les grands principes référentiels (droits de l’homme, justice sociale, décence, reconnaissance, souci de l’Autre…) ne sont pas utilisables ou pas efficients au plus près du travail quotidien des intervenants sociaux. Ces référentiels, profondément indécidables tant ils font à la fois consensus et dissensus (Barel, 1982), ne dictent pas ce qu’il convient de faire. Dès lors, si l’on veut comprendre comment les travailleurs sociaux parviennent à accomplir le mandat qui leur est confié, même si c’est en le travaillant au passage, il faut probablement s’orienter dans la voie ouverte par l’analyse des activités professionnelles en situation, sur la façon dont elle rend compte, dans le plus ordinaire de l’activité autant que de manière profondément structurelle, de l’expérience professionnelle des travailleurs sociaux (Hennion & Vidal-Naquet, 2012). Mais la seule observation des pratiques ne saurait suffire, il importe de la rapporter à l’incertitude des fins et des moyens comme à la souplesse des cadres institutionnels et à la labilité des situations auxquelles ces professionnels sont confrontés, les soumettant à de véritables épreuves de professionnalité (Ravon, 2008 ; Ravon, 2010 ; Ravon & Vidal-Naquet, 2014). Cette dernière idée ne doit pas être ici entendue au sens d’être affecté par autrui ni au sens d’éprouver une situation difficile. Il s’agit de qualifier les épreuves de professionnalité sans les rapporter à la souffrance au travail, mais en les renvoyant au travail incessant qui consiste à éprouver les fins de l’action et, ce faisant, à requalifier au présent de l’action l’agir dans sa légitimité et son acceptabilité. Elle doit ainsi davantage être mobilisée en termes de défis auxquels les individus sont structurellement confrontés et avec lesquels, en l’absence de solution pré-formée à atteindre, ils doivent composer, bricoler, inventer des arrangements, trouver des compromis en situation (Martuccelli, 2006). Des épreuves qui les prennent en tenaille et les écartèlent entre des logiques / postures qu’ils doivent néanmoins veiller à faire tenir ensemble (Soulet, 2014b).

Tenaille 1 : combiner régime en plan et régime en familiarité

22Dans le cas du travail social, l’action suppose un ajustement et une adaptation contextuels et doit coïncider au monde qui l’entoure. Cette action qui convient peut être de portée variable allant de l’accordage à la convention. Au cœur de l’action qui convient (Thévenot, 1990), il y a une nécessaire coordination d’un côté entre les acteurs et leur définition du monde, de l’autre entre les temporalités, les objectifs et les moyens. Le propre de l’activité concrète des travailleurs sociaux, c’est justement donc de devoir faire vivre ensemble ces deux extrêmes de l’action qui convient, le régime en familiarité qui vise un accommodement en s’appuyant sur des repères singuliers et le régime en plan qui désigne des actions rationnelles orientées par le calcul. Pour tenter de concilier ces deux contraires, à tout le moins de les faire tenir ensemble, il est vital de développer un sens du tact (Vialli, Martin & Hertz, 2002) déclinable sous trois aspects : une capacité à garder en retrait un cadre d’action public afin de pouvoir relier une attention rapprochée à la personne à son inscription dans une logique de catégorisation des dispositifs, une capacité à s’accorder sur des préliminaires relationnels afin de concevoir ensemble une projection / un engagement de soi socialement recevable et enfin une capacité à négocier une mise en intelligibilité commune de l’expérience biographique des usagers afin de les équiper, par une activité langagière, de scenarii d’action susceptibles d’une certaine efficace sociale. Le travailleur social est en ce sens confronté à un double problème, celui de la qualification des besoins et celui de la définition de l’action qui convient avec toujours, d’une façon ou d’une autre, une évaluation des personnes derrière l’estimation des faits et l’appréciation des situations.

Tenaille 2 : traiter le client tout à la fois comme victime et comme responsable

23Il existe par ailleurs une deuxième tenaille à laquelle se confronte l’exercice du travail social, à savoir la tension irrésolue entre une action sur les sources sociales des malheurs subis par des usagers / victimes et l’action correctrice sur les individus déviants / responsables D’un côté, il n’est pas possible, pour le travailleur social, d’intervenir sans un sentiment éthique de responsabilité vis-à-vis de la détresse d’autrui. Et là, son activité consiste peu ou prou à transformer un tort en une injustice à traiter socialement. Le travailleur social se doit ici d’aider l’usager à transformer son infortune en une situation qui peut être saisie par le droit. Son activité à ce niveau consiste également à ériger des garde-fous pour déminer constamment la charge de stigmatisation immédiate qui affecte l’usager dans les relations qu’il entretient avec les institutions. D’un autre côté, pour qu’elle ait une quelconque efficacité, l’intervention du travailleur social suppose une responsabilisation de l’usager afin que celui-ci se sente concerné par son devenir (Soulet, 2005). Ce concernement de soi implique que l’activité du travailleur social fasse passer l’usager d’une logique de l’externalité à une logique de l’internalité (Le Poultier, 1986), seule modalité lui permettant de reprendre sa situation en main. Pour tenter de concilier ces deux contraires, les travailleurs sociaux doivent développer une activité de médiation entre la victime et le « coupable ». Cet agent de « résilience » doit, pour ce faire, prendre appui sur le statut de victime, non pour demander réparation, mais pour agir sur la logique victimaire des usagers afin de les rendre capables d’apprentissage. Il s’agit d’activités rien moins qu’évidentes, qui plus est, là encore, sans garde-fou, mais avec un investissement personnel important et coûteux pour le professionnel.

Tenaille 3 : produire simultanément le consentement éclairé du bénéficiaire et la justification administrative de l’intervention

24La troisième tenaille est liée cette fois-ci à la nécessité de rendre l’action acceptable et de lui donner une légitimité alors que cette action n’est pas in concreto fondée sur des principes structurants (Hatzfeld, 1998). Mais cette justification de l’action doit se faire en mobilisant deux principes hétéronomes d’efficacité en direction de deux catégories distinctes d’acteurs, les usagers et les mandants. D’un côté donc, il est nécessaire d’obtenir le consentement éclairé des usagers, faute de quoi, trivialement dit, l’intervention ne peut avoir lieu. D’un autre côté, le travailleur social est comptable de son action auprès de ses mandataires institutionnels. Il lui faut l’objectiver par un travail de compte rendu pour qu’on puisse en évaluer l’effectivité et l’efficacité et en reconnaître la valeur. Sinon, elle encourt un risque de déconsidération, de non-reconduction ou de réduction des moyens. Pour concilier ces deux contraires, le travailleur social est contraint à un double jeu en affichant des facettes différentes de son activité selon ses interlocuteurs. Peu de commun en effet entre ce qui se dit dans le colloque singulier avec l’usager et ce qui se lit dans le rapport officiel transmis aux autorités.

Tenaille 4 : conjuguer travail diplomatique et activité pédagogique

25L’intervention sociale est conservatoire afin de laisser la possibilité d’une action future. Aussi la relation d’aide apparaît-elle être le bien premier à préserver, conférant au travail social un statut de quasi-diplomate en charge d’instaurer et de maintenir une relation non finalisée d’emblée (Laval & Ravon, 2005). Cette disponibilité ouverte à l’autre, supposant d’identifier et d’intégrer des points de vue et des intérêts différents, sous-entend également d’être prêt à envisager toutes les solutions. Ce modèle de la diplomatie repose sur le temps long ; la diplomatie, même si elle doit réagir dans l’urgence, suppose nécessairement d’intégrer la longue durée et privilégie la relation comme garantie de possibilités, imperceptibles ou inattendues, à venir. Faire tenir, c’est aussi faire reculer le point de rupture sans se dénaturer, sans trahir son appartenance institutionnelle qui demeure, in fine, la raison d’être en première ligne. L’enjeu est moins de transmettre à un individu perçu comme défaillant les principes éducatifs nécessaires à son intégration, que d’accompagner l’expérience de situations impossibles et de développer les capacités d’action des individus. Mais, parallèlement, il ne s’agit pas d’instaurer de la relation pour de la relation. Celle-ci n’est qu’un support pour une mise en mouvement de la situation et / ou de la personne. Il n’y a pas d’intervention sociale sans recherche de développement des capacités d’action des bénéficiaires, sans idéal pédagogique, sans visée promotionnelle, de quelque nature qu’ils soient. Le dilemme de professionnalité réside ainsi ici dans la tension entre un idéal éducationnel à préserver et une compétence diplomatique à instaurer.

Tenaille 5 : concevoir conjointement l’inculcation normative institutionnelle et l’ouverture potentialisante du dispositif

26Le travail social, pour accomplir sa visée transformatrice, constitue une forme de médiation offrant des possibilités de jeu entre contraintes et opportunités. Il ne doit pas alors être seulement conçu comme porteur d’une logique d’inculcation normative, mais aussi, et surtout, être entendu comme un lieu et un moment de couplage de potentialités et d’opportunités aidant à la production (Ion & Ravon, 2005) d’un acteur puissant doté d’une capacité à agir (Soulet, 2012). Paradoxalement, le travailleur social est porteur et relais d’une institution donatrice de sens sur la base de liens verticalisés avec ses membres qui constitue le socle de son action et, en même temps, promoteur de dispositifs ouverts, pensés comme occasions de réversibilité, qui supposent la production d’un accord entre membres. La légitimité de l’action s’avère ainsi dépendante à la fois de règles procédurales imposées et des circonstances. Nouveau dilemme de professionnalité que de devoir faire cohabiter mandat institutionnel et pacte négocié entre acteurs engagés dans une situation et basé sur des accords relatifs et donc provisoires (Giuliani, 2013) ; nouvelle tension aussi entre exigence de normativité de l’institution et impératif d’ouverture du dispositif.

Tenaille 6 : concilier temps compté et temps ouvert

27Le travail social sécurise une expérimentation in vivo de la valeur personnelle, sociale et professionnelle des usagers en leur offrant une confiance de base leur permettant des prises de risque. Il agit ainsi comme un espace intermédiaire en offrant les conditions pour commencer, petit à petit, à affronter la réalité. Quand ils sont « bienveillants » (Belin, 2001), ces dispositifs autorisent la prise de confiance en soi, la conscience de sa propre existence et une émancipation progressive de la matrice de l’accompagnement. C’est en ce sens qu’ils peuvent assumer une logique de réchauffement de la disponibilité à soi et aux autres (Ravon, 2007), même si celle-ci est lente la plupart du temps et n’est pas assurée à tout coup. Ce résultat espéré est en fait peu prévisible et même sans certitude ; il n’est pas opérationnalisable au sens strict du terme. Nous voici devant un autre dilemme de professionnalité. Formellement, dans le travail social, le temps est compté, ne serait-ce que par les exigences de l’évaluation et par les attentes d’efficacité entretenues par les instances administratives : comment dès lors se jouer des limites de la temporalité sans enfermer dans une attente sans espoir ? Entre impératif du temps compté et contingence du temps ouvert, il appartient au travailleur social, beau défi, de fonder une action efficace dans la potentialité plus que dans la projection.

Tenaille 7 : développer simultanément promotion du mouvement et stabilisation relative

28La dernière tenaille trouve son origine dans deux registres différenciés du travail social, celui de la promotion des individus et celui de la prévention des risques. Le premier regarde vers l’avenir et vise à promouvoir un changement individuel en développant les compétences et les habiletés des bénéficiaires ; la seconde, d’ordre palliatif, s’en tient au présent et cherche à faire tenir une relation pour combattre la vulnérabilité des bénéficiaires dans une perspective de réduction des dangers et de stabilisation de la situation (Soulet, 2007). Le recours au terme de palliatif ne renvoie pas à l’idée de mort sociale pour incapables, pas plus qu’à l’idée d’une action par défaut, mais, à l’instar de ce qui s’est joué dans le champ médical, à la mise en évidence d’une dimension du prendre soin à côté de celle du traitement (Benelli & Modak, 2010). Le dilemme de professionnalité réside ici dans le fait de devoir agir en vue d’une mise en mouvement sans pour autant rompre l’accueil, mais aussi de devoir éviter une pure ouverture à l’autre sans mise en perspective. Bref, il s’agit, pour les travailleurs sociaux, de participer à produire des arrangements pratiques qui font de l’idéal d’intégration non plus un but absolu à atteindre, mais le dessinent comme une place relative où il est possible de trouver un certain degré d’autonomie et des conditions pas « trop mauvaises » d’existence (Castel, 2012).

Conclusion. Le travail social : une activité prudentielle d’auto-conception professionnelle en situation

29Ces tenailles qui traduisent les dilemmes de professionnalité sont éprouvantes (Ravon, 2009). Elles sont en effet portées par les travailleurs sociaux qui se retrouvent seuls, enfermés dans un univers incertain et marqués par la coexistence de normes institutionnelles verticalisées et des accords locaux portés par des acteurs engagés ici et maintenant. L’intervenant social se doit donc de composer avec une double dimension paradoxale du travail social : a) le fait que celui-ci soit supporté par des organisations qui, en tant que réceptrices d’une commande coordonnent et régulent les activités afin d’en assurer l’accomplissement ; b) le fait que, en même temps, le travail social est une intervention concrète qui, parce qu’elle est une pratique relationnelle, ne peut se réduire à l’exécution d’un acte. La professionnalité de l’intervenant social ne peut en ce sens tenir dans le respect d’un enchaînement d’actes pré-définis ni dans l’exécution réflexe d’activités coordonnées préalablement. Au contraire, la qualité dans l’intervention réside dans la capacité d’ajuster en situation des lignes générales d’action à la singularité des moments et des personnes. Elle trouve en ce sens sa pleine expression lorsqu’elle peut s’appuyer sur un cadre qui préserve souplesse et malléabilité. L’intervenant social se voit ainsi condamné à devoir conjoindre dans son action le logos de la raison administrative et gestionnaire qui qualifie les grands principes de l’intervention sociale et la métis qui nourrit l’agentivité des travailleurs sociaux en situation.

30En raison de l’incertitude structurelle qui régit l’activité concrète des travailleurs sociaux et de la part immense que prend leur for intérieur dans l’orientation de celle-ci, ils ne peuvent jamais savoir s’ils font juste. Plus encore, ils savent que, quoi qu’ils fassent, ils ne peuvent faire juste au regard des paradoxes auxquels ils doivent faire face dans l’exercice de leur mandat. Se trouve placée au centre de la dynamique professionnelle la question de l’adéquation situationnelle de leur action : trouver les leviers, dans la proximité et la familiarité, de la construction et de l’entretien d’une relation comme condition d’une intervention pensée dans le temps et structurée par un objectif pro-jeté (Soulet, 2014a). Sommés de s’ajuster aux contraintes de la situation, i.e. aux contraintes de l’expérience des usagers, les intervenants sociaux se doivent de construire leur propre posture dans l’interaction avec l’usager et accepter de ne pas maîtriser le cadre de leur intervention. Ils sont confrontés à un problème continuel d’auto-conception professionnelle de leur intervention en situation pour la rendre socialement significative et efficace.

31Constater le cadre indéterminé de la relation d’accompagnement et souligner le travail interactionnel de co-construction d’un sens tenu pour commun par le travailleur social et l’usager revient à qualifier la dimension prudentielle du travail social (Champy 2011 ; Vrancken, 2012). Poser que ce dernier doit être entendu comme une activité prudentielle ne signifie pas qu’il s’agit d’une affaire personnelle marquée du sceau de la subjectivité ni qu’il existerait, en travail social, une irréductibilité à toute formalisation, inhérente à la dimension (et à la qualité) humaine de cette activité. Bref que ce serait une profession sans professionnalité car par trop singulière. Au contraire, parler d’auto-conception professionnelle de l’intervention en situation, c’est marquer la double qualité de l’activité entreprise, celle d’une exigence de justesse avec la situation et celle d’une prétention à l’universalité de la construction opérée. C’est pour cela que l’on doit considérer le travail social sous l’angle de la prudence, cette sagesse pratique qui, avec toute l’habileté requise, articule rationalité et contingence, universel et particulier, et forge des transcendances relatives à même de servir de stabilités locales pour cadrer une action toujours empreinte de singularité.

Haut de page

Bibliographie

Astier I. (1997), Revenu minimum et récit d’insertion, Paris, Éditions Desclée De Brouwer.

Astier I. (2007), Les Nouvelles règles du social, Paris, Presses universitaires de France.

Astier I. (2010), Sociologie du social et de l’intervention sociale, Paris, Éditions Armand Colin.

Barel Y. (1982), « Les enjeux du travail social », Actions et recherches sociales, n° 3. pp. 27-51.

Beck U. (1998), « Le conflit des deux modernités et la question de la disparition des solidarités », Lien social et politiques, n° 39, pp. 15-25.

Belin E. (2001), Sociologie des espaces potentiels. Logique dispositive et espaces potentiels, Bruxelles, Éditions De Boeck.

Benelli N. & M. Modak (2010), « Analyser un objet invisible : le travail du care », Revue française de sociologie, vol. 51, n° 1, pp. 39-60.

Berger P. & T. Luckmann (1986), La Construction sociale de la réalité, Paris, Éditions Méridiens Klincksieck.

Bessin M. (2009), « La présence sociale en polyvalence de secteur. Enjeux de temporalisation et de sexuation dans l’accompagnement par des assistantes sociales », dans Bessin M., Bory S., Cardi C., Herman E., Murard N. & O. Steinauer, Le Genre de l’autonomie. Enquêtes sur la sexuation des interventions sociales, Paris, Rapport de recherche pour la MIRE/DARES, IRIS-CSPRP, pp. 155-194.

Breviglieri M. (2005), « Bienfaits et méfaits de la proximité dans le travail social », dans Ion J., Le Travail social en débat[s], Paris, Éditions La Découverte, pp. 219-234.

Castel R. (1998), « Du travail social à la gestion du non-travail », Esprit, n° spécial « À quoi sert le travail social ? », pp. 28-37.

Castel R. (2009), La Montée des incertitudes. Travail. Protections et statut de l’individu, Paris, Éditions du Seuil.

Castel R. (2012), « Entre travail et assistance : discussion et commentaires », dans Castel R. & C. Martin, Changements et pensées du changement. Échanges avec Robert Castel, Paris, Éditions La Découverte, pp. 205-216.

Cauletin M. (1985), « Tenir à tout prix une position intenable », Économie et Humanisme, n° 286, pp. 23-34.

Champy F. (2011), Nouvelle théorie sociologique des professions, Paris, Presses universitaires de France.

Chauvière M. (1985), « Essai de décomposition du travail social » dans Bailleau F., Lefaucheur N. & V. Peyre, Lectures sociologiques du travail social, Paris, Les éditions ouvrières, pp. 160-176.

Corcuff P. (2002), La Société de verre. Pour une éthique de la fragilité, Paris, Éditions Armand Colin.

Demailly L. et al. (2015), Le Dispositif des médiateurs de santé pairs en santé mentale : une innovation controversée. Rapport final de la recherche évaluative qualitative sur le programme expérimental 2012-2014, Lausanne, Librairie Payot.

Divay S. (2016), « La médiation sociale en emploi jeune : la logique du « semblable » peut-elle être source de légitimité professionnelle ? », dans M.-H. Soulet (dir.), Aide, accompagnement, proximité, relation. Les nouveaux visages du travail social, Fribourg, Academic press Fribourg, pp 165-184.

Dubet F. & D. Martuccelli (1998), Dans quelle Société vivons-nous ? Paris, Éditions du Seuil.

Dubet F. (2002), Le Déclin de l’institution, Paris, Éditions du Seuil.

Durual A. & P. Perrard (2012), Les Tisseurs de quotidien, Pour une théorie de l’accompagnement de personnes vulnérables, Toulouse, Éditions Érès.

Ewald F. & D. Kessler (2000), « Les noces du risque et de la politique », Le Débat, n° 109, pp. 55-72.

Franssen A. (2004), « Le sujet au cœur de la nouvelle question sociale », La Revue Nouvelle, n° 1, pp. 10-51.

Gaspar J.-F. (2012), Tenir ! Les raisons d’être des travailleurs sociaux, Paris, Éditions La Découverte.

Genard J.-L. (1999), Grammaire de la responsabilité, Paris, Éditions du Cerf.

Giddens A. (1993), « Identité de soi, transformation de l’intimité et démocratisation de la vie », dans Audet M. & H. Bouchikhi, Structuration du social et modernité avancée : autour des travaux d’Anthony Giddens, Sainte-Foy, Presses de l’Université Laval, pp. 29-53.

Giddens A. (1994), Beyond Left and Right: The Future of Radical Politics, Polity Press, Cambridge.

Giuliani F. (2013), Accompagner. Le travail social face à la précarité durable, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Godrie B. (2014), Savoirs d’expérience et savoirs professionnels. Un projet expérimental dans le champ de la santé mentale, Thèse de doctorat, Université de Montréal.

Hatzfeld H. (1998), Construire de nouvelles légitimités en travail social, Paris, Éditions Dunod.

Hennion A. & P. Vidal-Naquet (2012), Une Ethnographie de la relation d’aide : de la ruse à la fiction ou comment concilier protection et autonomie, Paris, Rapport de recherche pour la MIRE.

Ion J. (2000), « Faire du social sans social? », dans Micoud A. & M. Peroni (dir.), Ce qui nous relie, La Tour d’Aigues, Éditions de L’Aube, pp. 35-44.

Ion J. & B. Ravon (2005), « Institutions et dispositifs », dans Ion J. (dir.), Le Travail social en débat[s], Paris, Éditions La Découverte, pp. 71-84.

Laval C. & B. Ravon (2005), « Relation d’aide ou aide à la relation ? », dans Ion J. (dir.), Le Travail social en débat[s], Paris, Éditions de La Découverte, pp. 235-250.

Le Poultier F. (1986), Travail social, inadaptation sociale et processus cognitifs, Paris, Éditions du CTNERHI.

Martuccelli D. (2006), Forgé par l’épreuve. L’individu dans la France contemporaine, Paris, Éditions Armand Colin.

Œuvray K. (2010), Rester dépendant des institutions médico-sociales, Paris, Éditions L’Harmattan.

Ossipow L., Lambelet A. & I. Csupor (2008), De l’Aide à la reconnaissance. Ethnographie de l’action sociale, Genève, IES Éditions.

Palmade J. (dir.) (2003), L’Incertitude comme norme, Paris, Presses universitaires de France.

Pattaroni L. (2007), « Le sujet et l’individu. La promesse d’autonomie du travail social au risque d’une colonisation par le proche », dans Cantelli F. & J.-L. Genard (dir.), Action publique et subjectivité, Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence, vol. 45, pp. 203-218.

Pichon P. (2005), « La construction des publics », dans Ion J. (dir.), Le Travail social en débat(s), Paris, Éditions La Découverte, pp. 189-218.

Ravon B (2007), « Réchauffer le monde. Travail relationnel et exigence de symétrie : l’exemple des Camions du cœur », Empan, vol. 4, n° 68, pp. 123-129.

Ravon B. (dir.) (2008), avec Decrop G., Ion J., Laval C. et P. Vidal-Naquet, « Usure des travailleurs sociaux et épreuves de professionnalité. Les configurations d’usure : clinique de la plainte et cadres d’action contradictoires », Recherche pour l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale (ONPES), Ministère de la santé et des solidarités - Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES).

Ravon B. (2009), « Repenser l’usure professionnelle des travailleurs sociaux », Informations sociales, vol. 2, n° 152, pp. 60-68.

Ravon B. (2010), « Travail social, souci de l’action publique et épreuves de professionnalité » http://revel.unice.fr/symposia/actedusoin/%3Fid%3D600

Ravon B. & P. Vidal-Naquet (2014), « Épreuve de professionnalité », dans Zawieja P. & F. Guarnieri (dir.), Dictionnaire des risques psychosociaux, Paris, Éditions du Seuil, pp. 268-272.

Soulet M.-H. (1997), Petit précis de grammaire indigène du travail social. Règles, principes et paradoxes de l’intervention sociale au quotidien, Fribourg, Éditions universitaires.

Soulet M.-H. (1998), « Les raisons d’agir », dans Soulet M.-H. (dir.), Urgence, souffrance, misère : lutte humanitaire ou politique sociale ?, Fribourg, Éditions universitaires, pp. 9-22.

Soulet M.-H. (2004), « Penser l’action en contexte d’incertitude : une alternative à la théorisation des pratiques professionnelles ? », Nouvelles pratiques sociales, vol. 18, n° 2, pp. 125-141.

Soulet M.-H. (2005), « Vers une solidarité de responsabilisation », dans Ion J., Le Travail social en débat[s], Paris, Éditions la Découverte, pp. 86-103.

Soulet M.-H. (2007), « La reconnaissance du travail social palliatif », Dépendances, n° 33, pp. 14-18.

Soulet M.-H. (2008a), « Vers une nécessaire individualisation des politiques sociales ? », dans Vrancken D. & L. Thomsin (dir.) Le Social à l’épreuve des parcours de vie, Bruxelles, Academia Bruylant, pp. 59-76.

Soulet M.-H. (2008b), « La vulnérabilité. Un problème social paradoxal », dans Châtel V. & S. Roy (éd.), Penser la vulnérabilité. Visages de la fragilisation du social, Montréal, Presses de l’Université du Québec, pp. 65-92.

Soulet M.-H. (2012), « De l’insertion sociale à la gestion des immotiles. Le travail social en reconfiguration », dans Castel R. & C. Martin, Changements et pensée du changement. Échanges avec Robert Castel, Paris, Éditions La Découverte, pp. 183-194.

Soulet M.-H. (2014a), « Justesse, justice et justification. Les embarras de l’action sociale », dans Dubet F. (s/d), Inégalités et justice sociale, Paris, Éditions La Découverte, pp. 227-241.

Soulet M.-H. (2014b), « Le travail social à la croisée des chemins. Les enjeux de professionnalité de l’accompagnement social palliatif », dans A. Lacroix (éd.), Quand la philosophie doit s’appliquer, Paris, Éditions Hermann, pp.245-287.

Thévenot L. (1990), « L’action qui convient », dans Pharo P. et L. Quéré (dir.), Les Formes de l’action, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, pp. 39-69.

Vialli M., Martin H. & E. Hertz (2002), « Le “feeling” des agents de l’État-providence. Analyse des logiques sous-jacentes aux régimes d’assurance chômage et de l’aide sociale », Ethnologie française, vol. 32, n° 2, pp. 221-231.

Vrancken D. (2012), « Le travail social serait-il devenu une profession ? Quand la « prudence » s’invite au cœur d’un vieux débat », Pensée plurielle, n°30-31, vol. 2, pp. 27-36.

Vrancken D. (2014), Penser l’incertain, Québec, Presses de l’Université Laval.

Haut de page

Notes

1 . Cette idée fait écho à celle d’autoproduction locale des normes (Dubet & Martuccelli, 1998) et de transcendance relative (Corcuff, 2002).

2 Ce qui a des conséquences sur l’individualisation des bénéficiaires avec, notamment de possibles effets intrusifs en lien à la proximité, physique, émotionnelle, valorielle et encore idéologique qui peuvent en résulter.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc-Henry Soulet, « Le travail social, une activité d’auto-conception professionnelle en situation d’incertitude », SociologieS [En ligne], Dossiers, Relation d’aide et de soin et épreuves de professionnalité, mis en ligne le 16 juin 2016, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/5553

Haut de page

Auteur

Marc-Henry Soulet

Professeur de sociologie, titulaire de la Chaire Travail social et politiques sociales, Université de Fribourg (Suisse) - marc-henry.soulet@unifr.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page