Navigation – Plan du site
Penser l'espace en sociologie

Pour une analyse spatiale de la délibération

Dispositifs participatifs et mouvements sociaux en France et en Espagne
For a spatial analysis of deliberation. Participatory devices and social movements in France and Spain
Héloïse Nez

Résumés

Cet article propose plusieurs pistes pour analyser la dimension spatiale de la délibération au sein des mouvements sociaux et des dispositifs participatifs. En s’appuyant sur des travaux de sociologie de l’action collective et sur des enquêtes menées en France et en Espagne, il montre l’intérêt de prendre en compte trois dimensions : le choix des lieux de réunion et leurs déplacements ; l’agencement concret des espaces et l’environnement matériel ; les interactions au sein de l’assemblée et avec d’autres usagers de l’espace. On peut ainsi mettre en évidence des liens entre, d’une part, le type de lieu où se tient la réunion et la configuration de l’espace et, d’autre part, les conditions de la participation et de la délibération.

Haut de page

Texte intégral

1Cet article montre l’intérêt de prendre en compte l’espace dans l’analyse sociologique de la délibération – entendue comme un échange public d’arguments au sein de réunions ou d’assemblées, conditionné par les principes d’inclusion, de publicité et de transparence. En quoi la considération de la dimension spatiale des mobilisations et des dispositifs participatifs permet d’éclairer autrement les dynamiques délibératives et les rapports de pouvoir à l’œuvre dans les processus de participation institutionnelle et contestataire ? J’ai choisi d’étudier ensemble ces deux formes de participation, car elles interagissent et sont configurées par les mêmes transformations économiques, sociales, culturelles et politiques (Neveu, 2011, pp. 189-190).

2Si l’espace et le lieu sont de plus en plus perçus comme jouant un rôle essentiel dans l’analyse de la contestation (Auyero, 2005), la question spatiale reste marginale dans les études sur les dispositifs participatifs, à l’exception de quelques travaux sur les conseils de quartier en France (Blondiaux & Lévêque, 1999 ; Carrel & Talpin, 2012). La sociologie des mouvements sociaux montre, en particulier, comment l’espace représente une ressource ou une contrainte pour l’action collective. Zhao Dingxin (1998 : 1523) s’intéresse ainsi aux « conditions écologiques » qui structurent un mouvement social, c’est-à-dire aux « caractéristiques spatiales d’un environnement physique, sa densité, sa distribution, sa composition, les relations sociales qui l’accompagnent ainsi que les activités spatiales routinières d’une population donnée » (Zhao, 1998, p. 1523). Il montre que la coprésence physique des étudiants dans les campus a été un facteur propice au développement des mobilisations étudiantes à Pékin en 1989, une observation similaire à celle de Choukri Hmed lors de la « grève des loyers » dans les foyers Sonacotra (Hmed, 2008). Pour Charles Tilly, plusieurs éléments sont à prendre en compte dans l’analyse spatiale de la contestation, tels que la disponibilité des espaces, leur visibilité et leur accessibilité, le rapport ordinaire que les citadins entretiennent avec eux, ou encore le contrôle qu’exercent les pouvoirs publics sur eux (Tilly, 2000).

  • 1 Sauf indication contraire, les photos sont de l’auteure.

3Je m’appuie ici sur ces réflexions de la sociologie de l’action collective et sur des enquêtes de terrain menées de 2007 à 2014 sur un mouvement social (les Indignados) et sur plusieurs dispositifs participatifs (conseils de quartier, budgets participatifs, concertations en urbanisme) en France et en Espagne. Dans le cadre de ma thèse (Nez, 2010), j’ai réalisé pendant plus de trois ans (2007-2010), à Paris et à Cordoue, 80 entretiens et 120 observations de réunions organisées à l’initiative des municipalités, des habitants ou des associations. J’ai ensuite développé une ethnographie du mouvement des Indignados, à partir de son émergence en mai 2011, dont l’un des principaux modes d’action est l’occupation de rues et de places publiques pour y organiser des assemblées ouvertes à tous. L’enquête inclut l’observation de plus de 70 assemblées (à Puerta del Sol et dans différents quartiers de Madrid), la réalisation de 40 entretiens semi-directifs et de nombreux entretiens informels, ainsi qu’une pratique de la photographie 1 utilisée comme support de mémorisation au même titre que le journal de terrain (Conord, 2007). La combinaison de ces trois méthodes d’enquête est particulièrement adaptée à une analyse spatiale de la délibération. En effet, l’observation et la photographie permettent de repérer et de restituer les agencements spatiaux des lieux de réunion et les arrangements scénographiques (Lambelet, 2000 ; Doerr et al., 2013 ; Cuny & Nez, 2013), tandis que les entretiens aident à comprendre le sens que les acteurs donnent à l’espace qu’ils occupent et les liens qu’ils établissent entre cet espace et leurs pratiques délibératives.

4Pour développer une analyse spatiale de la délibération au sein des mouvements sociaux et des dispositifs participatifs, trois dimensions sont à prendre en compte dans les réunions et assemblées organisées à l’initiative des citoyens ou des pouvoirs publics : le type d’espace investi, la configuration des lieux et les interactions sociales qui s’y déroulent.

La symbolique des lieux

5Premièrement, on peut prêter attention aux lieux où sont organisées les réunions et les assemblées, et à ce qu’ils représentent pour différents publics. La symbolique des lieux de réunion a, en effet, une influence importante sur la présence ou l’absence de certaines catégories de population. Ce premier angle d’analyse aborde donc les conditions de la participation et la sociologie des publics. Le choix ou le refus d’un lieu de réunion, et les déplacements effectués dans l’espace, nous renseignent également sur les objectifs et les stratégies des participants.

Le choix d’un lieu de réunion

6Les dispositifs participatifs, comme les conseils de quartier en France, sont souvent organisés dans des lieux institutionnels (école, mairie). Comme l’indiquent Loïc Blondiaux et Sandrine Lévêque, ce choix découle de l’absence d’un espace propre à la démocratie de quartier et de la recherche de lieux « neutres » (Blondiaux & Lévêque, 1999). Ces auteurs montrent que plusieurs options se sont révélées peu adaptées à la pratique de la démocratie locale dans le 20e arrondissement, le premier à mettre en place des conseils de quartier à Paris en 1995 : un café branché, où se tiennent les premières réunions dans le quartier Saint-Blaise, est convivial mais effraie les personnes âgées, tandis que le salon d’honneur de la mairie d’arrondissement, privilégié par d’autres conseils de quartier, est trop solennel. Les écoles apparaissent rapidement « comme des lieux de réunion idéaux », car elles sont « ouvertes sur le quartier, disposant généralement de place et de chaises, associées par l’exercice du vote à la pratique démocratique, en affinité peut-être avec l’idéal d’éducation politique que caressent certains acteurs politiques » (Blondiaux & Lévêque, 1999, p. 36). Si elles s’inscrivent dans des pratiques routinières de l’espace, les salles d’école – indéniablement associées au système scolaire – peuvent toutefois avoir une connotation négative pour certains publics, notamment les jeunes et décourager leur présence. De plus, les contraintes horaires que ces lieux imposent limitent la participation des femmes et des jeunes adultes, moins disponibles en soirée en raison de la garde des enfants. Si le lieu de réunion est loin d’être le seul facteur expliquant la reproduction d’un « cens caché » (Gaxie, 1978) dans les dispositifs participatifs, il peut contribuer à limiter la participation des femmes, des jeunes et des étrangers, qui sont sous-représentés dans les conseils de quartier.

  • 2 Notes d’observation, 9 juin 2011.

7En comparaison avec les lieux institutionnels souvent privilégiés dans les dispositifs participatifs, les places publiques investies par les Indignados permettent une participation plus diversifiée. Le caractère visible, accessible et ouvert des espaces publics urbains permet, tout d’abord, d’attirer des personnes qui ne seraient pas venues spontanément et qui rencontrent une assemblée sur leur chemin. Surtout, certaines barrières liées aux espaces fermés disparaissent : il est possible d’assister à une assemblée en compagnie de ses enfants ou de ses animaux de compagnie, ou encore de fumer et de téléphoner en s’écartant du centre des débats. L’espace public urbain apparaît ainsi comme un lieu moins réglementé, ce qui facilite la participation de publics moins enclins à venir dans des lieux institutionnels, comme les jeunes. Il renforce par ailleurs les conditions de la délibération, l’ouverture et l’accessibilité de ces espaces étant susceptibles d’accentuer la transparence et la publicité des débats, ainsi que leur caractère inclusif et égalitaire (Nez, 2015). Il faut toutefois relativiser l’accessibilité de ces lieux à l’égard de certains publics, pouvant être gênés par leur inconfort (les personnes âgées) ou par leur visibilité (les sans-papiers). Ce problème apparaît lorsque la commission « sociale » de l’assemblée de Carabanchel, un quartier populaire au Sud de Madrid, invite un collectif de migrants à débattre des contrôles au faciès : en réponse à la proposition de changer de place pour se réunir, deux immigrés sans papier, visiblement très inquiets par la publicité des lieux, expliquent qu’ils préfèrent rester sur cette place par crainte des contrôles policiers, qu’ils savent plus fréquents sur l’autre place 2.

  • 3 Notes d’observation, assemblée du quartier Puente de Vallecas, 16 juillet 2011.

8Lors des premiers mois de mobilisation, les Indignados s’opposent toutefois à d’autres propositions de lieux de réunion dénués de cette dimension publique, en lien avec leur volonté d’indépendance vis-à-vis de toute organisation sociale ou institution publique, et avec leur souhait de rester visibles au regard de la population et des pouvoirs publics. Symboliquement, l’espace public urbain va de pair avec les critiques qu’ils émettent à l’égard du système politique représentatif : l’ouverture, la publicité et la transparence des débats que ces lieux impliqueraient leur permettent de se distancier de « la corruption » et de « la fermeture » des cercles de décision institutionnels. S’approprier un espace public urbain revient également à mettre en avant la dimension publique de cet espace et à dénoncer sa privatisation : « Nous avons pris les rues et les places pour revendiquer ni plus ni moins ce qui nous appartient 3 ». Le choix des lieux de réunion est d’ailleurs fortement lié à leur symbolique : Puerta del Sol, où se trouvent le siège du gouvernement régional, une plaque indiquant le « kilomètre zéro de l’Espagne » et, à 500 mètres, la Chambre des députés, symbolise le pouvoir politique et la centralité de la décision. Ce lieu traditionnel de contestation à Madrid est aussi un centre commercial et un point de ralliement dans la capitale. Comme le montre Charles Tilly, la mobilisation s’ancre ainsi dans les rapports ordinaires et les pratiques routinières de l’espace (Tilly, 2000, p. 138) : il est d’autant plus facile de se réunir à Puerta del Sol que le lieu est familier.

Le déplacement des lieux de réunion

9Le choix des lieux de réunion pouvant évoluer dans le temps, il est intéressant d’interroger les raisons, le sens et les effets de ces déplacements. Les contraintes matérielles et symboliques que présentent les lieux institutionnels expliquent le souci, exprimé par les acteurs qui cherchent à élargir et diversifier la participation dans les conseils de quartier, de multiplier les lieux de réunion. Dans leur analyse sur le 20e arrondissement, Loïc Blondiaux et Sandrine Lévêque montrent que les déplacements sont présents dès le départ :

« Les sept conseils de quartier bougent ainsi en permanence, d’école en école, de secteur en secteur, de façon à quadriller l’ensemble du territoire […]. L’éclatement d’incidents jugés graves dans une cité fait immédiatement surgir la proposition d’y réunir un prochain conseil de quartier. Le conseil de quartier se rend de cette manière accessible aux habitants » (Blondiaux & Lévêque, 1999, p. 36).

  • 4 Entretien avec une conseillère de quartier, 20 février 2007.
  • 5 Ibid.

10Une dizaine d’années plus tard, j’ai observé cette même préoccupation chez les conseillers de quartier du 20e arrondissement, qui cherchent à organiser des débats dans des lieux publics ouverts, comme les parcs et jardins, ou sur les places et les rues faisant l’objet de réaménagements urbains. Les lieux de sociabilité locale sont privilégiés, pour présenter par exemple le projet de réaménagement d’une place qui fera l’objet d’un référendum local : « Sur le marché, tous les dimanches, tous les jeudis. La sortie des métros, tous les soirs pendant quinze jours. […] On était une dizaine de conseillers […]. Chaque fois qu’on était au marché, on parlait avec 200 personnes 4 ». Les habitants impliqués dans ce conseil de quartier ont également pesé sur le choix du lieu pour réaliser le référendum local : « C’était dans une école du quartier, on ne voulait pas que ce soit à la mairie. Ils [les élus] voulaient faire ça à la mairie, on a dit "non, il faut que ce soit dans le quartier, les gens se déplaceront pas" […] Il y a eu vraiment du monde 5 ». Des collectifs citoyens et des associations, à Belleville et à Paris Rive Gauche, cherchent également à diversifier les lieux de leurs réunions, en investissant par exemple les locaux du centre social du quartier, de l’Université ou d’une librairie. L’ampleur et la diversité sociale de la participation dépendent, ici aussi, de l’ancrage des lieux dans des routines spatiales (Sewell, 2001, pp. 62-64). 

11Cet ancrage est remis en cause à Madrid, lorsque l’arrivée de l’hiver contraint les Indignados à changer les lieux de leurs assemblées. Plusieurs alternatives sont envisagées : des lieux couverts conservant une dimension ouverte et accessible, comme les halls des stations de métro, ou des lieux fermés dont l’accès doit généralement être négocié (squats, église, locaux associatifs, lieux institutionnels, etc.). Le déplacement des assemblées dans les squats est particulièrement intéressant, car c’est le plus fréquent et il traduit une évolution du mouvement vers un ancrage plus militant. Les « centres sociaux occupés autogérés » s’inscrivent dans les pratiques routinières d’un nombre très limité de personnes (souvent jeunes et politisées à l’extrême gauche libertaire), ce qui remet en question l’accessibilité et le caractère inclusif des assemblées qui s’y déroulent. La démarche d’entrer dans un centre social occupé est en effet très différente de celle consistant à se rendre sur une place publique : il faut passer une porte avec parfois un service de garde, voire demander son ouverture. La participation des familles avec enfants semble plus difficile du fait du risque d’évacuation par les forces de l’ordre, tandis que les personnes âgées peuvent ne pas se sentir à leur place, à cause de l’apparence physique des lieux et de certains de leurs occupants. La symbolique que ces lieux véhiculent restreint donc la participation de certains publics. Or, si le choix des squats est initialement lié aux conditions climatiques, il a tendance à s’inscrire dans la durée. Les Indignados ont ainsi développé un entre soi à la fois social et spatial, en se repliant sur des cercles militants et en se réunissant dans des lieux dont l’accessibilité est limitée.

  • 6 Notes d’observation, avril 2013 et avril/mai 2014.

12On peut toutefois questionner, comme le propose Charles Tilly, les transformations du sens politique de certains lieux et les pratiques routinières qu’engendre la mobilisation (Tilly, 2010, p. 139). Par exemple, dans le quartier de Carabanchel à Madrid, la plupart des personnes qui se rendent à l’Eko (un squat initié par l’assemblée de quartier) pour des réunions sur le logement, l’alimentation ou les coopératives ne sont pas des habituées des centres sociaux occupés autogérés 6. On y trouve de nombreux migrants, à l’instar de Juana, qui s’investissent dans l’assemblée de quartier et dans la gestion de ce lieu occupé, alors que leur première impression est négative :

  • 7 Entretien, 6 mai 2014.

« J’ai commencé par le problème du logement, on m’a dit qu’il y avait l’assemblée, j’y suis allée. […] Quand je suis entrée à l’Eko, ça a été comme un choc. […] Rien qu’en entrant, c’est choquant, parce que tu entres, il y a les tables, chacun avec ses litres de bière [rires] et tu te dis […] si un avocat ne m’a pas aidée à trouver une solution, comment je vais trouver une solution ici ! [rires] Mais ensuite tu vois bien qu’évidemment tu vas trouver une solution. Ce n’est qu’une question d’apparence » 7.

13Les Indignados ont ainsi transformé la perception sociale du mouvement de squatteurs et des espaces qu’ils occupent (Martínez & García, 2012).

La configuration des lieux

14L’organisation de l’espace est aussi importante que le lieu retenu, comme l’expliquent Ana Rosa Lorenzo et Miguel Martínez dans leur guide méthodologique sur les réunions et les assemblées : « Ne pas porter attention à la distribution spatiale dans les réunions peut gêner fortement leur développement. On ne s’approprie pas n’importe quel lieu, et un même lieu ne convient pas pour des réunions avec un nombre différent de participants» (Lorenzo & Martínez, 2001, p. 30). Dans cette seconde perspective, la prise en compte de l’espace met en évidence l’influence des dispositions spatiales sur les dynamiques délibératives et les rapports de force entre les participants. L’observation peut ici être systématisée en schématisant les dispositions spatiales (lors de la prise de notes ethnographiques) et en photographiant les arrangements scénographiques.

L’agencement spatial des réunions

15Dans un article sur « les architectures morales de l’Assemblée nationale », Jean-Philippe Heurtinmontre que, loin d’être des agencements arbitraires, les formes architecturales des salles d’assemblées parlementaires sont des formes intentionnelles investies de représentations symboliques différentes de l’activité parlementaire légitime (Heurtin, 1994). La même observation vaut pour les plénières des conseils de quartier et les assemblées des Indignados. À Paris, la diversité des projets politiques s’exprime visuellement à travers les différentes configurations des conseils de quartier : dans le 20e arrondissement, où ces instances sont conçues comme une reproduction du conseil d’arrondissement, la séparation est nette entre la tribune (accaparée par les élus et les conseillers de quartier) et la salle ; tandis que dans le 10e, où le conseil de quartier est défini comme l’assemblée générale (AG) de tous les habitants volontaires, la salle est organisée en arc de cercle.

  • 8 Entretien, 13 avril 2007.

16La disposition spatiale fait très souvent l’objet de conflits, comme l’exprime l’élu à la démocratie locale dans le 10e arrondissement : « La question du type de dispositif et de l’agencement de la salle, c’est un détail, mais un détail très important qui détermine toute l’atmosphère, la facilité des gens à prendre la parole ou pas » 8. Dans cet arrondissement parisien où l’initiative des conseils de quartier est venue d’un collectif citoyen (auquel appartenait cet élu) avant d’être reprise par l’équipe municipale, l’agencement spatial des réunions a été « acté par la pratique » :

  • 9 Ibid.

« À la première réunion, il y a eu une bataille incroyable sur de petits détails, comment on organise la salle et tout ça. L’élue cherchait à tout contrôler, il y avait un dispositif magistral, avec une petite table d’école devant tout le monde. […] [Dans l’autre quartier] un membre du collectif citoyen s’occupait de l’ordre du jour et on a décidé de mettre tout en rond. […]. Cette deuxième réunion, elle a un peu fixé le standard : à la fin, le fait que la salle soit en rond, que ce soient les habitants qui fixent l’ordre du jour, que les élus étaient juste là pour répondre aux questions, que ce n’était pas eux qui présidaient, qui animaient, etc. 9 ».

17La disposition spatiale des conseils de quartier du 10e arrondissement s’explique ainsi par la volonté de leurs promoteurs, au sein du collectif citoyen, d’en faire « des lieux de contre-pouvoir » plus que des instances institutionnelles. Dans le 20e arrondissement, une tribune est maintenue, mais le dispositif magistral des conseils de quartier a également en partie été remis en cause par la pratique :

« L’une des premières réunions du conseil de quartier Gambetta-Saint Fargeau a lieu au Théâtre de l’Est Parisien. Les conseillers sont sur la scène, le public dans la salle. […] Plusieurs conseillers de quartier tirés au sort rejoindront, en cours de discussion, les rangs du public, manifestant ainsi ostensiblement leur difficulté de positionnement par rapport à ce dernier. […] La représentation semble ne pas pouvoir être redoublée par un dispositif scénique trop marqué » (Blondiaux & Lévêque, 1999, p. 36).

18Rapidement, le projet politique visant à reproduire la logique du conseil d’arrondissement, où les conseillers de quartier délibèrent entre eux et où le public n’est pas autorisé à prendre la parole, se révèle intenable.

  • 10 Notes d’observation, 12 et 26 juin 2011.

19L’évolution des dispositions spatiales et leurs effets sur les dynamiques délibératives peuvent ainsi faire l’objet d’analyses sociologiques. Dans un article sur les conseils de quartier à Roubaix, Marion Carrel et Julien Talpin (2012 : 188) comparent deux dispositifs spatiaux distincts : « Alors qu’en réunion plénière la division spatiale, distinguant l’estrade des notables des habitants dans la salle, garantit que le public ne prendra la parole que quand on la lui donnera, le principe de la commission est plus égalitaire, ce qui semble gêner l’élu, les conseillers de quartier et les agents municipaux » (Carrel & Talpin, 2012,p. 188). Ils analysent le cas d’une réunion de travail où la forte affluence par rapport à la taille de la salle, organisée autour d’une table ovale, perturbe le cours ordinaire des interactions, car la parole y est moins policée que dans des dispositifs où des chaises et des tables séparent les intervenants légitimes du « public ». Dans d’autres cas, les organisateurs des débats peuvent chercher à égaliser les conditions de parole, en divisant une assemblée nombreuse en plusieurs groupes de travail. Par exemple, l’assemblée populaire de Madrid (APM) – qui regroupe les différentes assemblées de quartier de la capitale – se divise systématiquement en plusieurs groupes de discussion, correspondant aux zones géographiques des participants. Lorsque l’affluence est massive, la formation de petits groupes, qui se répartissent à plusieurs endroits sur la Puerta del Sol, facilite effectivement les prises de parole et les échanges d’arguments 10.

20Comme les configurations des assemblées parlementaires et des conseils de quartier, les places publiques où sont organisées les assemblées des Indignados ne constituent pas seulement un réceptacle de leurs pratiques délibératives, mais leur choix et leur agencement spatial sont orientés en fonction d’une certaine conception de la délibération. Les assemblées madrilènes sont en effet organisées selon une série de règles communes, résumées dans la proposition méthodologique de l’AG de Sol : « L’objectif sera de promouvoir dans toutes les assemblées du mouvement un fonctionnement transparent, horizontal et qui permette à toutes les personnes de participer de manière égale 11 ». Les assemblées sont organisées en cercle ou en arc de cercle (photo 1), la prise de parole se faisant généralement en se déplaçant au centre de l’assemblée. Cette configuration spatiale n’établit pas de hiérarchie visuelle entre les participants, toutes les personnes assises à même le sol se trouvant au même niveau. N’importe qui peut donc, en principe, se retrouver au centre de l’agora et personne n’y reste plus longtemps que la durée de son intervention. Le fait que les personnes souhaitant s’exprimer doivent auparavant s’inscrire lors de tours de parole et se déplacer au centre de l’assemblée pour intervenir, correspond aux objectifs énoncés : « Tout le monde a la même voix, le temps de s’exprimer 12 ». Cette mise en scène représente toutefois une barrière pour les personnes les moins habituées à prendre la parole en public, surtout dans les assemblées où l’affluence est importante (Nez, 2012).

21Le déplacement des lieux d’assemblée a un impact sur les pratiques délibératives, la configuration de certains lieux fermés incitant moins au débat que les espaces publics urbains, où une configuration circulaire peut être plus souvent organisée pour faciliter la délibération. Par exemple, le 30 septembre 2011, une assemblée « d’action internationale », prévue sur une place, est déplacée dans la petite salle rectangulaire d’un squat, qui héberge difficilement les quarante présents. Une hiérarchie visuelle est instaurée entre la majorité, installée sur des chaises, et plusieurs participants, assis sur le sol, en dehors de la salle et du centre des débats. C’est l’une des rares assemblées des Indignados à laquelle j’ai assisté où l’animateur demande à chacun de se présenter et de dire à quel mouvement ou organisation il prend part. La réunion aurait probablement pris une autre tournure si elle avait eu lieu sur la place publique où elle était initialement programmée. Des nuances sont toutefois à apporter à cette analyse, la configuration spatiale de certains lieux fermés étant propice à la délibération. Par exemple, les assemblées de Puente de Vallecas, un quartier ouvrier au Sud de Madrid, se tiennent en hiver dans une église déjà aménagée en arc de cercle pour les messes que tient un « curé rouge ». L’observation d’une AG, le 4 février 2012, révèle l’adaptation des lieux pour des pratiques délibératives, les participants assis en face-à-face grâce à l’orientation des bancs pouvant facilement communiquer (photo 2). Cette assemblée plénière se divise, en cours de réunion, en plusieurs groupes de travail qui se répartissent dans l’église, comme cela aurait été possible sur une place publique. Ce lieu offre donc les conditions d’une délibération de qualité, mais sa visibilité et son accessibilité sont limitées par l’identification à une religion.

Photos 1 et 2 : Les configurations spatiales des assemblées

Photos 1 et 2 : Les configurations spatiales des assemblées

Assemblée sur l’occupation de l’hôtel Madrid, 16/10/2011

Assemblée du quartier Puente de Vallecas, 04/02/2012

L’environnement matériel de la réunion

22Une autre dimension à prendre en compte concerne l’environnement matériel de la réunion. Il s’agit des éléments du décor, par exemple les affiches, les banderoles et les multiples symboles qui constituent des « marqueurs […] exprim[ant] une revendication de propriété sur le territoire où ils sont placés » (Mathieu, 2012, p. 192). Le souci de visibilité, d’inclusion et d’indépendance des Indignados explique pourquoi les pancartes partisanes sont systématiquement retirées à Puerta del Sol et dans les assemblées de quartier. Tout signe identitaire est contesté, à l’instar d’une banderole de la plateforme « Démocratie réelle maintenant ! » (qui a pourtant lancé l’appel à manifester le 15 mai 2011) installée sur la place lors de la première assemblée de Carabanchel le 28 mai (photo 3) et immédiatement remise en cause par l’un des participants : « Il faut retirer la pancarte "Démocratie réelle maintenant !", c’est le mouvement de tous, ça c’est le nom d’une organisation ! » Les assemblées sont souvent identifiées dans l’espace public par une banderole indiquant le nom du quartier ou de la ville, tandis que de grandes feuilles de papier ou des tableaux blancs annoncent parfois l’ordre du jour et les prochaines dates de réunion (photo 4). Les déplacements des assemblées peuvent perturber cette identification aux lieux : par exemple, l’assemblée de Parla se réunit en 2014 dans le local du parti de la Gauche Unie, dont la multiplicité des symboles partisans affichés aux murs entre en contradiction avec la dimension non partisane des Indignados. Dans les salles où se réunissent les conseils de quartier parisiens, cette appropriation matérielle de l’espace est moindre, car ces instances ne possèdent pas « de lieu propre, de lieu symbole » (Blondiaux & Lévêque, 1999, p. 37). À Cordoue, j’ai toutefois repéré des éléments de décor signifiants dans les locaux des instances de démocratie locale : par exemple, la carte du secteur Nord de la ville, affichée dans la salle du centre civique qui accueille les réunions du conseil de secteur, annonce qu’ici on parle bien du secteur et non de la ville dans son ensemble. Dans les débats sur les équipements sportifs, à la réunion du 2 juin 2009, les dirigeants associatifs se limitent systématiquement aux revendications concernant leur secteur, même si l’élu les incite à prendre en compte l’intérêt général (Nez, 2010 : 197).

Photos 3 et 4 : L’identification spatiale des assemblées

Photos 3 et 4 : L’identification spatiale des assemblées

Assemblée de Carabanchel, 28/05/2011

Assemblée de Parla, 19/11/2011

23Les participants peuvent également chercher à marquer physiquement l’espace, à l’instar de cette plaque commémorative installée au centre de Puerta del Sol quand les manifestants ont mis fin au campement : « Nous dormions, nous nous sommes réveillés. Place prise » (photo 5). Le nom même de Puerta del Sol, fortement associé au mouvement des Indignados, fait l’objet d’une lutte symbolique entre les manifestants et les pouvoirs publics. Pendant trois mois en 2012, le nom de cette station de métro la plus fréquentée à Madrid est rebaptisée « ¡Bienvenidos! Estación Sol Galaxy Note! », dans le cadre d’une campagne publicitaire de la compagnie de téléphonie Samsung. Cette appellation symbolise la privatisation de l’espace public, alors que les Indignados avaient eux-mêmes rebaptisé la station « SOLución » lors du campement. L’expérience est renouvelée, en 2013, pour trois ans pendant lesquels la station est renommée « Sol Vodafone », ce qui suscite plusieurs marquages de l’espace par les Indignados, tel qu’un autocollant « 15M Acampada » (photo 6). Cette lutte pour le symbole de Puerta del Sol montre bien l’importance, pour les manifestants, de « contrôler les espaces publics cruciaux afin de valider leurs réclamations face au pouvoir politique » (Tilly, 2000, p. 137).

Photos 5 et 6 : Marquer physiquement l’espace

Photos 5 et 6 : Marquer physiquement l’espace

Puerta del Sol, 02/07/2011

Source : page Facebook d’AcampadaSol, 16/06/2013

24Les luttes pour l’espace se manifestent également dans les altercations fréquentes avec la police municipale, qui peut interdire l’installation de matériel visant à rendre les lieux plus confortables (comme une bâche pour se protéger du soleil) ou l’équipement de sonorisation. C’est le cas à l’AG de Sol le 5 février 2012, lorsque des policiers demandent à l’équipe de modération d’arrêter le mégaphone sous peine d’amende, car aucun permis n’a été demandé. Après un débat sur l’attitude à adopter au sein de l’assemblée, le mégaphone est arrêté et l’assemblée se resserre pour que la communication reste possible. Dans les discussions, les participants affichent leur détermination à continuer l’occupation des lieux (« On n’a jamais demandé de permis, ici c’est notre espace et on va y rester »), mais ils sont conscients de leur perte « de visibilité à cause du son ». Cette assemblée témoigne ainsi des difficultés matérielles que peuvent rencontrer les Indignados à l’heure de se rassembler, l’absence de sonorisation pour des questions légales ou organisationnelles rendant parfois difficile la communication. Les collectifs existants, principalement les associations et les centres sociaux occupés autogérés, sont d’ailleurs mis à contribution pour l’organisation pratique de certaines assemblées. C’est, par exemple, une association républicaine de Vallecas qui se charge de la sonorisation pour l’assemblée du quartier et l’AG de Sol. Des techniques sont également mises en place pour continuer les débats lorsque le mégaphone s’arrête, comme c’est le cas à l’AG du 28 mai 2011 suite à une panne d’électricité. Tous les participants sont alors invités à répéter à voix haute ce qu’ils entendent de l’intervention en cours, pour que la communication parvienne jusque dans les derniers rangs. Cette pratique du « micro humain » met certes en avant la nature participative des assemblées (Costanza-Chock, 2012), mais elle diminue la spontanéité et la fluidité des prises de parole et des échanges d’arguments.

Les interactions sociales en jeu

25En troisième lieu, l’analyse spatiale des interactions sociales au sein des réunions et des assemblées permet de prendre en compte l’expression de tensions et de conflits qui s’inscrivent dans l’espace et s’expriment visuellement. Ici aussi, la photographie peut être combinée à l’observation ethnographique pour étudier les interactions entre les participants, au sein de l’assemblée et avec d’autres usagers de l’espace.

Les interactions au sein de l’assemblée

26Repérer les positions dans l’espace des différents participants est utile pour analyser les interactions au sein de l’assemblée. Par exemple, lors de la réunion plénière du conseil de quartier Belleville, le 21 octobre 2008, les conseillers de quartier ont prévu d’organiser un débat sur le bilan de leurs activités. Les discussions commencent autour d’un premier état des lieux proposé par un conseiller de quartier. L’arrivée tardive de plusieurs élus d’arrondissement, dont la maire, perturbe fortement le déroulement de la réunion et l’ordre du jour. Les élus s’installent sur des chaises face au public, sans qu’aucune tribune n’ait pourtant été installée. Les interventions de la salle se tournent immédiatement vers la maire, interpellée sur plusieurs questions polémiques dans le quartier. Celle-ci exige alors que lui soit apportée une table, afin de prendre des notes, ce qui change la dynamique de l’assemblée : initialement prévue comme un débat en interne, la réunion se transforme rapidement en un échange sur le mode de l’interpellation entre les habitants et les élus, ce qui génère un fort mécontentement des conseillers de quartier, physiquement mis à l’écart du centre des débats.

  • 13 Notes d’observation, 27 avril 2014.

27Dans les assemblées des Indignados, les clivages se manifestent aussi très souvent visuellement. L’exemple le plus frappant est la division du groupe de travail « sur la politique » en deux sous-groupes, qui se réunissent le même jour, à la même heure, sur deux places différentes. C’est l’un des principaux points de conflit au sein du mouvement : le groupe « sur la politique à court terme » cherche à formuler des propositions pour améliorer le système représentatif actuel, alors que le groupe « sur la politique à long terme » refuse toute implication dans la politique électorale. On retrouve cette opposition lorsqu’émerge un nouveau parti politique, Podemos, pour les élections européennes de mai 2014 : à Carabanchel, le « cercle » de Podemos se réunit exactement le même jour, à la même heure, que l’AG du quartier 13, ce qui rend incompatible une participation aux deux assemblées. Ces divisions dans l’espace traduisent ainsi des divisions politiques, qui peuvent aussi prendre la forme de distances spatiales au sein d’une assemblée. Par exemple, l’assemblée de Puente de Vallecas est traversée par un fort conflit entre un petit groupe de syndicalistes réunis au sein d’une commission « sur le travail », défenseurs de l’identité de la classe ouvrière et de la grève générale, et les autres participants, qui revendiquent une identité plus « inclusive » et d’autres modes d’action. À l’AG du 2 juillet 2011, cette confrontation se traduit par une séparation dans l’espace entre une assemblée soudée, composée en majorité de jeunes gens assis à même le sol, et quatre à cinq hommes d’une soixantaine d’années qui se tiennent debout, les bras croisés, à l’écart du groupe.

28En s’inspirant des travaux de sociologie urbaine, on peut ainsi développer une analyse en termes de proximités et de distances spatiales, qui est utile pour comprendre les divisions sociales et politiques au sein du mouvement des Indignados. Lors du campement, ceux qui restent jour et nuit à Puerta del Sol sont des jeunes issus des classes moyennes, fortement diplômés et touchés par le chômage et la précarité, mais aussi des personnes ayant l’habitude de vivre dans la rue ou dans des squats. Ces deux catégories de population, qui sont venues sur la place à des temporalités et pour des raisons différentes, coexistent tout en occupant des lieux distincts. Cette distance physique, sociale et politique s’accentue au fil des semaines, « la tribu quechua » (les plus précaires) se retranchant dans ses tentes, en refusant de participer aux assemblées, où se décide progressivement la fin du campement. Puerta del Sol est ensuite convoitée tant par l’AG de Sol que par l’assemblée populaire de Madrid (APM), deux entités qui deviennent concurrentielles après plusieurs mois de mobilisation, les participants de la seconde reprochant à ceux de la première de se situer en surplomb des assemblées de quartier et de remettre en cause le principe d’horizontalité. En septembre 2011, l’APM est déplacée à Plaza del Carmen « parce qu’elle enlevait la vedette à l’AG de Sol » qui tenait le même jour son assemblée à Puerta del Sol, selon un participant dans un entretien informel.

Les interactions avec d’autres usagers de l’espace

  • 14 Notes d’observation, 8 novembre 2007.

29Selon Ana Rosa Lorenzo et Miguel Martínez, pour se dérouler dans de bonnes conditions, les réunions devraient « se faire dans des espaces où aucune autre activité qui pourrait représenter une gêne ne se tient en même temps » (Lorenzo & Martínez, 2001, p. 32). C’est rarement le cas lorsque les assemblées se tiennent sur une place publique, car d’autres groupes (commerçants, vendeurs ou artistes ambulants, passants, sans domicile fixe, etc.) ont des usages différenciés (commerciaux, ludiques, etc.) du même lieu. Les Indignados doivent ainsi partager la place touristique de Puerta del Sol avec Minnie et Mickey ou les mariachis (photos 7 et 8), dont les activités entrent en concurrence avec celles de l’agora, tant d’un point de vue symbolique que pratique. Ces derniers disparaissent le temps du campement et réapparaissent dès que les Indignados perdent de leur emprise sur la place. En outre, certaines assemblées doivent se déplacer du fait de la proximité avec d’autres usagers de l’espace, comme l’assemblée « d’action » du 18 juillet 2011 : les participants décident de changer d’emplacement au cours de la réunion à cause du bruit provoqué par un groupe de musique à la terrasse d’un restaurant, avant d’être à nouveau perturbés par un passant ivre. Ces interpellations peuvent également venir de personnes qui expriment leur désaccord à l’égard du mouvement, à l’instar de ce passant âgé qui prend à partie, sur un ton agressif, les jeunes gens réunis en assemblée sur la place publique le 27 mai 2011 : « La révolution est bien plus importante que tout ça ! » Ces interactions imprévues peuvent également représenter un apport pour les participants : par exemple, lors de la visite organisée par le collectif citoyen de Belleville pour faire un état des lieux du boulevard, une femme qui n’avait pas connaissance de la visite donne son point de vue sur un aménagement cyclable 14. Des échanges sont ainsi susceptibles de s’établir spontanément avec des personnes ne venant pas aux réunions.

30L’espace public urbain n’est donc pas dénué de contraintes : il s’agit d’un espace déjà investi d’une multitude de sens et d’usages. Son utilisation pour organiser des assemblées nécessite de s’engager dans une lutte pour son contrôle, tant d’un point de vue symbolique que pratique. L’espace « conquis » par rapport à d’autres usagers de l’espace peut se « perdre » si le nombre de participants et la taille des assemblées diminuent. C’est le cas des AG de Sol : lors des premières semaines, les passants se frayent difficilement un passage derrière l’assemblée car la place est complètement investie par les Indignados, incitant le modérateur à rappeler sans cesse le besoin de laisser un passage ; lorsque l’affluence des assemblées diminue avec la levée du campement, les passants poursuivent parfois leur chemin devant l’assemblée, sans prêter attention à une activité devenue moins visible.

Photos 7 et 8 : Une lutte concurrentielle entre différents usages des places publiques

Photos 7 et 8 : Une lutte concurrentielle entre différents usages des places publiques

Puerta del Sol, 30/09/2011 et 14/10/2011

Conclusion

31Cet article propose plusieurs pistes pour prendre davantage en compte l’espace dans l’étude des dynamiques délibératives à l’œuvre dans les mouvements sociaux et les dispositifs participatifs. Il s’agit d’interroger le choix des lieux de réunion et leurs déplacements, l’agencement concret des espaces et l’environnement matériel, ainsi que les interactions au sein de l’assemblée et avec d’autres usagers de l’espace. On peut ainsi mettre en évidence des liens entre, d’une part, le type de lieu où se tient la réunion et la configuration de l’espace et, d’autre part, les conditions de la participation et de la délibération. Un premier lien concerne le type de lieu investi et les conditions de la participation. En effet, l’ancrage des lieux de réunion et d’assemblée dans des pratiques ordinaires et routinières de l’espace favorise la participation. Les lieux s’inscrivant dans les routines spatiales d’un nombre important d’individus et de groupes sociaux variés, comme la place de Puerta del Sol à Madrid, sont ainsi susceptibles d’attirer une participation plus nombreuse et diverse socialement que les lieux institutionnels privilégiés pour les réunions des conseils de quartier en France. Lorsque les assemblées sont organisées dans des lieux correspondant aux pratiques routinières d’un groupe très spécifique, comme les squats en Espagne, la diversité sociale des participants se réduit, même si la mobilisation peut aussi changer leurs routines spatiales et transformer la symbolique des lieux investis. Un deuxième lien peut être établi entre la configuration de l’espace et les conditions de la délibération. Les dispositions spatiales des lieux de réunion, en établissant des hiérarchies visuelles ou en cherchant à égaliser les places malgré les différences de statuts des participants, facilitent plus ou moins la prise de parole et les échanges d’arguments. De ce point de vue, les espaces publics urbains semblent plus propices à la délibération que les lieux fermés, car ils permettent d’organiser plus librement l’espace de la réunion. Ils restent toutefois contraints, entre les contrôles policiers et la concurrence avec d’autres usages de l’espace. Les luttes pour contrôler l’espace témoignent alors des rapports de force et des conflits avec l’extérieur, mais aussi en interne, les divisions spatiales étant révélatrices de divisions sociales et politiques au sein du groupe mobilisé.

Haut de page

Bibliographie

Auyero J. (2005), « L’espace des luttes : topographie des mobilisations collectives », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 160, pp. 122-132.

Blondiaux L. & S. Levêque (1999), « La politique locale à l’épreuve de la démocratie : les formes paradoxales de la démocratie participative dans le 20e arrondissement de Paris », dans Neveu C. (dir.), Espaces publics et engagement politique, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 17-82.

Carrel M. & J. Talpin (2012), « Cachez ce politique que je ne saurais voir ! Ethnographie des conseils de quartier roubaisiens », Participations, n° 3, pp. 179-206.

Conord S. (2007), « Usages et fonctions de la photographie », Ethnologie française, vol. XXXVII, n° 1, pp. 11-22.

Costanza-Chock S. (2012), « Mic Check! Media Cultures and the Occupy Movement », Social Movement Studies, vol. 11, n° 3-4, pp. 375-385.

Cuny C. & H. Nez (dir.) (2012), « La photographie et le film : antidotes à la domination politique ? », Participations, n° 7, pp. 7-46.

Doerr N., Mattoni A. & S. Teune (2013), « Toward a Visual Analysis of Social Movements, Conflict, and Political Mobilization », Research in Social Movements, Conflict and Change, vol. 35, pp. 11-26.

Gaxie D. (1978), Le Cens caché, Paris, Éditions du Seuil.

Heurtin J.-P. (1994), « Architectures morales de l’Assemblée nationale », Politix, vol. 7, n° 26, pp. 109-140.

Hmed C. (2008), « Des mouvements sociaux "sur une tête d’épingle" ? Le rôle de l’espace physique dans le processus contestataire à partir de l’exemple des mobilisations dans les foyers de travailleurs migrants », Politix, n° 82, pp. 145-165.

Lambelet A. (2010), « Analyser les rassemblements au moyen de photographies ou de films. Pistes et enjeux », ethnographiques.org, n° 21, [En ligne] http://www.ethnographiques.org/2010/Lambelet.

Lorenzo A. R. & M. Martínez (2001), Asambleas y Reuniones, Torrecedeira, Ediciones Traficantes de Sueños.

Martínez M. & A. García (2012), « Ocupar las plazas, liberar los edificios », http://www.miguelangelmartinez.net/IMG/pdf/15m_MARTINEZ-GARCIA_v5.pdf.

Mathieu L. (2012), « Territoires et mises en espace des mobilisations », dans Bonny Y. et al. (dir), Espaces de vie, espaces enjeux, Rennes, Presses universitaires de Rennes, pp. 185-195.

Neveu C. (2011), « Démocratie participative et mouvements sociaux : entre domestication et ensauvagement », Participations, vol. 1, n° 1, pp. 186-209.

Nez H. (2010), Les Savoirs citoyens dans l’urbanisme participatif : regards croisés sur les expériences de Paris et Cordoue, Thèse pour le doctorat en sociologie, Université Paris 8/Universidad Autónoma de Barcelona.

Nez H. (2012), « Délibérer au sein d'un mouvement social : ethnographie des assemblées des Indignés à Madrid », Participations, n° 3, pp. 79-102.

Nez H. (2015), « Délibérer en plein air. Analyse spatiale des assemblées des Indignados à Madrid », dans Combes H., Garibay D. & C. Goirand (dir), LesLlieux de la colère : la dimension spatiale des mobilisations, Paris, Éditions Karthala, pp. 193-216.

Sewell W. H. (2001), « Space in Contentious Politics », dans Aminzade R. et al. (dir), Silence and Voice in the Study of Contentious Politics, Cambridge Mass., Cambridge University Press, pp. 51-88.

Tilly C. (2000), « Spaces of Contention », Mobilization, vol. 5, n° 2, pp. 135-159.

Zhao D. (1998), « Ecologies of Social Movements: Student Mobilization during the 1989 Prodemocracy Movement in Beijing », American Journal of Sociology, vol. 103, n° 6, pp. 1493-1529.

Haut de page

Notes

1 Sauf indication contraire, les photos sont de l’auteure.

2 Notes d’observation, 9 juin 2011.

3 Notes d’observation, assemblée du quartier Puente de Vallecas, 16 juillet 2011.

4 Entretien avec une conseillère de quartier, 20 février 2007.

5 Ibid.

6 Notes d’observation, avril 2013 et avril/mai 2014.

7 Entretien, 6 mai 2014.

8 Entretien, 13 avril 2007.

9 Ibid.

10 Notes d’observation, 12 et 26 juin 2011.

11 [En ligne], http://madrid.tomalaplaza.net/manifiesto-2/.

12 Notes d’observation, assemblée de Carabanchel, 11 juin 2011.

13 Notes d’observation, 27 avril 2014.

14 Notes d’observation, 8 novembre 2007.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photos 1 et 2 : Les configurations spatiales des assemblées
Légende Assemblée sur l’occupation de l’hôtel Madrid, 16/10/2011
URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/5590/img-1.png
Fichier image/png, 1006k
Légende Assemblée du quartier Puente de Vallecas, 04/02/2012
URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/5590/img-2.png
Fichier image/png, 10M
Titre Photos 3 et 4 : L’identification spatiale des assemblées
Légende Assemblée de Carabanchel, 28/05/2011
URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/5590/img-3.png
Fichier image/png, 940k
Légende Assemblée de Parla, 19/11/2011
URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/5590/img-4.png
Fichier image/png, 862k
Titre Photos 5 et 6 : Marquer physiquement l’espace
Légende Puerta del Sol, 02/07/2011
URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/5590/img-5.png
Fichier image/png, 831k
Légende Source : page Facebook d’AcampadaSol, 16/06/2013
URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/5590/img-6.png
Fichier image/png, 379k
Titre Photos 7 et 8 : Une lutte concurrentielle entre différents usages des places publiques
URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/5590/img-7.png
Fichier image/png, 911k
Légende Puerta del Sol, 30/09/2011 et 14/10/2011
URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/5590/img-8.png
Fichier image/png, 854k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Héloïse Nez, « Pour une analyse spatiale de la délibération », SociologieS [En ligne], Dossiers, Penser l'espace en sociologie, mis en ligne le 16 juin 2016, consulté le 21 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/5590

Haut de page

Auteur

Héloïse Nez

Maître de conférences, UMR CITERES (7324), Université François Rabelais, Tours (France) - heloise.nez@univ-tours.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page