Navigation – Plan du site
Penser l'espace en sociologie

Postface au Dossier « Penser l’espace en sociologie »

Jean-Louis Genard

Texte intégral

1Que peuvent avoir en commun des articles portant sur la mémoire des bidonvilles, sur les pratiques sexuelles en milieu carcéral, sur les processus participatifs au sein des nouveaux mouvements sociaux, sur la spatialité des parcours de vie des SDF, sur les formes socio-spatiales qui se construisent pour faire de Roubaix une « centralité populaire », sur les scénographies muséales, sur le caractère réversible ou irréversible des mobilités en contexte de compression de l’espace-temps… ? Que nous révèle ce qui, à première vue, apparaîtra comme un patchwork thématique dont la cohérence tiendrait essentiellement à des références communes à la spatialité, ou encore à une inscription dans la filiation du spatial turn en sociologie ?

2Sans doute faut-il interroger alors les raisons de cet assemblage et saisir ce qu’il entend nous faire appréhender. Modestement, je chercherai à dégager quelques points que je développerai autour de deux observations principales, choisies parmi d’autres possibles, et qui touchent à ces deux questions « de qui on parle ? » et « pour insister sur quoi ? ».

Pour insister sur quoi ? L’espace comme expérience

3À prendre le dossier dans son ensemble, on ne peut tout d’abord qu’être frappé par l’extrême variabilité d’échelle des sujets traités. D’un côté, les espaces confinés de la prison où l’usage de l’espace se limite à la cellule, aux espaces de déambulation, aux douches, aux lieux de services… et de l’autre, les espaces de la globalisation que parcourent certains des acteurs de la « grande mobilité ». Au-delà de cette variabilité se dessinent toutefois des traits communs qui tiennent moins aux thématiques abordées qu’aux intérêts de recherche qui en justifient l’abord.

4Chacun des textes, que ce soit l’analyse du confinement carcéral ou celle des processus participatifs, met tout d’abord en évidence le fait que l’espace ne peut pas être saisi comme un « contenant ». Ce que nous disent les textes, c’est qu’il faut le voir non pas bien sûr exclusivement mais aussi et peut-être d’abord, dans le contexte actuel des connaissances, non comme un « cadre de l’expérience » mais comme une expérience, une expérience engageant certes des « représentations », mais aussi comme une expérience sensible, une expérience engageant le corps. Une sorte de « faire corps » dans et avec l’espace. Un « faire corps » où se mêlent, s’enchevêtrent perceptions spatiales, sensibilité spatiale et anticipations cognitives relatives à l’espace. Les images des bidonvilles réactivent des flux mémoriels, les différentiels dans l’appréhension de la visibilité spatiale orientent les formes prises par les pratiques sexuelles en milieu carcéral, participer s’avère être certes une pratique délibérative, mais aussi une pratique spatiale… Il y aurait là sans doute des parallèles à faire avec la montée en intérêt, au sein de la sociologie actuelle, de la thématique de la subjectivation, mais une subjectivation pensée moins sur le modèle de l’identité que sur celui de l’expérience.

5Les divers textes de ce Dossier me semblent plaider pour ce que j’appellerai – en me rendant bien sûr compte de la difficulté des termes – une « phénoménologisation » de la question de l’espace. Voulant sans doute, sans en nier ni l’intérêt ni la pertinence, prendre le contrepied de postures privilégiant une vision de l’espace « en extériorité », en « structures ». Cherchant plutôt, comme y invite explicitement le texte de Luca Pattaronni, à les penser ensemble.

6Je chercherai d’abord à expliciter quelque peu ce point de vue à partir des voies ouvertes ou appelées par ce Dossier.

7Que l’espace et le temps aient à voir avec la sensibilité, nous le savons évidemment depuis longtemps. Nous le savons « théoriquement » par exemple depuis le chapitre sur « l’esthétique transcendantale » de la Critique de la raison pure chez Emmanuel Kant, pour qui l’espace est la forme du sens externe, le temps celle du sens interne, tous deux étant des intuitions pures, constitutives (chez lui « conditions de possibilité ») de l’expérience subjective. Nous le savons encore de l’intérieur de la discipline sociologique, depuis notamment les travaux de Marcel Mauss. Mais nous le savons aussi « pratiquement » dès lors que nous pensons à ou que nous ressentons ces « passions » extrêmes que sont la claustrophobie, l’agoraphobie, le vertige, la peur de la vitesse… ou, pour prendre des passions positives cette fois, l’attrait du vide qu’expérimente le parachutiste, celui des grands espaces ou du large que recherchent l’aventurier, le randonneur, le marin… ou encore la griserie de la vitesse ou de la glisse… Là se révèle de manière en quelque sorte « épurée » ce caractère directement expérientiel de l’espace. Ce que nous montrent ces extrêmes nous invite à reconsidérer aussi sous cet angle les situations les plus banales, les plus habituelles. Et cela bien sûr en récusant une appréhension du territoire des émotions sur le mode essentiellement naturaliste (ce qui nous conduirait vers la psychologie ou les neurosciences) mais en prenant également distance avec les travaux de Maurice Merleau-Ponty, en particulier sa propension à « purifier » – c’est-à-dire à leur prêter un statut décontextualisé, logiquement antérieur à toute contextualisation, que les aménagements et savoirs de l’espace contribuent à transformer, à dénaturer, à médiatiser… mais à nous en déconnecter – certaines expériences spatiales intrinsèquement liées au corps, comme les expériences de la forme, de la grandeur, de la gauche et de la droite, du haut et du bas, ou encore de la profondeur. La construction des buildings américains nous a d’ailleurs familiarisés avec l’idée que des cultures ne connaissent pas le vertige, comme nous savons que la claustrophobie peut être générée par des expériences sociales traumatisantes. Cette dimension cognitive des liens entre émotion et spatialité transparait peut-être le plus clairement lorsque nous n’envisageons plus l’émotion dans le présent de l’expérience, mais plutôt dans une perspective de décalage temporel, comme l’illustre le texte sur la mémoire des bidonvilles. Tous les textes assument en fait, sans la revendiquer explicitement, une approche socio-cognitiviste des émotions qui justifie qu’elles peuvent et doivent être saisies en contexte et en situation (contexte renvoyant à un niveau macro, situation à un niveau micro). Et, bien sûr, lorsque nous proposons une approche socio-cognitive des émotions, c’est en ne calquant pas l’idée de « cognition » sur celle de « connaissance » avec tout ce que cela présupposerait d’objectivation. Dans l’émotion, l’acteur n’a précisément pas de rapport objectivant à lui-même ; il éprouve, il ressent, il vit l’émotion. Ce qui ne veut pas dire pour autant que l’émotion soit « sans raison ».

8Tout cela nous invite donc à considérer, comme le fait par exemple l’article sur les espaces de la participation (c’est-à-dire celui dont l’objet renvoie le plus directement aux échanges argumentatifs), une esthétique, une aesthesis de l’expérience spatiale, qui se soucierait de saisir ce qu’on pourrait appeler les « affects spatiaux », les « émotions spatiales », l’aise ou le malaise, mais bien d’autres émotions aussi, liées aux présences à l’espace, et à les saisir à partir de, dans leurs manifestations. Et cela tout en ne comprenant pas les affects sur le seul mode passif, sur le mode des « passions », mais aussi sur le mode actif, en y décelant des éléments constitutifs de l’action. À propos de la marche, Rachel Thomas écrit ceci :

« Le rapport du passant à l’espace public urbain (qu’il prenne la forme d’une déambulation, d’une course marchande ou encore d’un vagabondage nocturne) engage, de notre point de vue, sa perception, les capacités d’expressivité de son corps et ses modes d’attention. Précisément, il met en jeu, dans la dynamique spatio-temporelle du déplacement, sa capacité à configurer (c’est-à-dire à mettre en forme) l’environnement dans lequel il chemine et sa motricité (c’est-à-dire, au sens phénoménologique du terme, la manière dont il habite l’espace au moyen de son corps et de ses sens) » (Thomas, 2004).

9Parce qu’ils ne sont ni des « choses », ni simplement des « contenants », l’espace et le temps se vivent dans la sensibilité. Cette phrase renvoie très directement aux travaux d’Henri Lefebvre qui, comme chacun s’en souvient, évoquait dans son approche triadique de l’espace, l’espace « vécu » à côté des espaces « perçu » et « conçu ».

10Toutefois, en parcourant les différents textes du dossier, nous ne nous trouvons pas tout à fait dans ce type d’approche. Par exemple, lorsqu’il évoquait l’espace vécu, Henri Lefebvre le renvoyait très directement aux représentations, images, symboles… que les acteurs y associent, là où l’espace perçu renvoyait, lui, plutôt à la matérialité des choses qui occupent et structurent l’espace, et là où l’espace conçu était celui des concepteurs et aménageurs… Cette conception lui permettait de penser que les développements du capitalisme étaient en train de provoquer une sorte d’appauvrissement, d’« écrasement » de l’espace vécu au travers de la montée en puissance de l’espace conçu, celui des urbanistes, des constructeurs, des planificateurs… interdisant toujours davantage aux acteurs de se projeter, de projeter leurs imaginaires, leurs rêves dans l’espace.

11La faiblesse d’Henri Lefebvre est peut-être que, tout en cherchant à lui accorder une place centrale, il tend à délier le vécu de l’expérience spatiale de sa dimension sensible-corporelle, en présupposant exagérément une anthropologie « représentationniste », d’après laquelle ce seraient soit des représentations, des symboles, des imaginaires intériorisés, soit des configurations spatiales extérieures saturées par des représentations idéologiques déterminées… qui induiraient, infléchiraient… notre expérience vécue de l’espace. À l’encontre de cette position, je me référerai aux travaux de Vincent Descombes qui préfère lui substituer ce qu’il appelle une anthropologie pragmatiste (Descombes, 2009, pp. 185-186) centrée sur l’action, sur la pratique de l’espace. Vivre un espace, faire une expérience spatiale… ce n’est pas essentiellement projeter sur cette expérience des représentations intériorisées ou subir des représentations spatiales matérialisées… Faire une expérience spatiale c’est plutôt ou aussi ce à partir de quoi, ce dans quoi peuvent se manifester, se révéler, se construire, se produire, s’activer des souvenirs, des émotions, des représentations, des désirs, des frustrations, des révoltes… Il est significatif que le texte qui, dans le Dossier, situe le plus ses réflexions dans un cadre de structures sociales globales, celui sur les mobilités pensées dans le cadre de la compression de l’espace-temps en régime de globalisation, en vienne à insister sur la variabilité, l’ouverture et l’indéterminabilité a priori des « expériences » de la mobilité.

12On retrouve somme toute une difficulté assez semblable à celle d’Henri Lefebvre chez Martina Löw. Bien qu’elle cherche à revaloriser la place de la perception dans son approche de l’espace, en reprochant aux théories sociologiques d’avoir « négligé la perception en faveur des capacités humaines réflexives » (Löw, 2008, p. 40), elle construit son propre positionnement en affirmant que « les routines des activités quotidiennes et l’institutionnalisation de processus sociaux assurent la reproduction des structures sociales (et spatiales) » (Ibid).

13En invitant à saisir l’espace comme expérience où s’enchevêtrent espace subi et espace agi, à saisir l’espace comme pratique et comme compétence, ce Dossier soulève un enjeu important théoriquement mais aussi par rapport aux enjeux des politiques publiques. Parce que ce que font les orientations spatiales portées par l’action publique demeure toujours partiellement indéterminé, la question des pratiques et des usages revêt une importance cruciale. En réalité, la production de l’espace est toujours une co-production, révélant à chaque fois des « limites », des « insuffisances », des « détournements », des « réécritures »… de ce qu’Henri Lefebvre appelait l’espace conçu. C’est ce que mettent par exemple en évidence aujourd’hui les politiques de durabilité qui se concentrent sur les dimensions environnementales, sur la lutte contre le réchauffement climatique au travers de mesures liées à la construction (normes passives, isolation thermique…) : si leurs résultats sont significatifs, elles révèlent en même temps leurs limites précisément parce qu’elles ont sous-estimé les dimensions sociales liées aux usages et aux pratiques de l’habiter.

De qui on parle ?

14Un des intérêts du présent Dossier se situe donc à mon sens dans le fait que le paradigme qui y est investigué n’est, sans les dénier, ni celui de l’écrasement du vécu par des processus de domination, ni celui de son enfermement dans des routines au travers du processus de stabilisation institutionnelle. Sans que les différents textes contestent la pertinence de ces hypothèses, leurs intérêts de recherche se situent à l’écart ou à la marge. Bref, en filigrane pourrait se dégager là un programme de recherche qui se montrerait attentif au fait que, dans ce Dossier, ceux dont on parle majoritairement ne sont pas convoqués au hasard : occupants des bidonvilles, SDF, prisonnières, populations démunies socialement, participants aux mouvements sociaux du type « indignés ».

15Un programme dont six dimensions interconnectées pourraient transparaitre, les premières se situant en continuité avec ce qui vient d’être développé, les suivantes prenant en compte ce qui vient d’être souligné à propos de « de qui on parle ». Les voici rapidement identifiées :

16(1) En la situant aussi du côté de la sensibilité, ou du moins en attirant l’attention sur cette dimension, l’expérience spatiale apparaît comme une compétence, une compétence qui mobilise des intelligences symboliques bien sûr (des codes, des conventions, des savoirs acquis…), mais aussi des intelligences iconiques et indiciaires (Ferry, 2004). L’expérience spatiale ne peut donc pas se réduire à une connaissance. (2) En s’interdisant de préjuger de manière totalisante de l’écrasement du vécu par des structures de domination, ou de son enfermement dans des routines stabilisées, l’expérience spatiale se trouve potentialisée, pour reprendre un terme avancé par Luca Pattaroni. Et cette potentialisation peut d’ailleurs être mise en relation avec des contextes globaux comme le montre le texte sur les expériences de mobilité qui souligne en quoi la « compression de l’espace-temps » ouvre des « marges de manœuvre… en termes de déplacement et d’échanges à distance ». (3) Et, précisément, parce qu’elle n’est jamais totalement déterminée, l’expérience spatiale ne peut être saisie qu’en contexte, en situation. Le texte sur la mémoire des bidonvilles est à cet égard éclairant, montrant comment des mises en situation sont susceptibles d’activer l’expérience spatiale, en l’occurrence comment ces mises en situations concrètes sont susceptibles d’activer des représentations mémorielles, à partir des émotions suscitées dans le rapport à l’espace. Et c’est pourquoi le texte plaide pour une « approche localisée », comme d’ailleurs le texte sur les expériences de mobilité. (4) En assumant des méthodologies en phase avec ces hypothèses, la focale sociologique tend à tourner le regard vers des expériences manifestant l’échec de ce qu’Henri Lefèbvre identifierait en terme d’espace conçu, des échecs qui se révèlent aussi ou d’abord dans la sensibilité (frustration, malaise…), mais aussi vers des socio-spatialités émergentes qui annoncent des possibles. (5) Certaines expériences spatiales portent un potentiel critique mais celui-ci peut tout à fait se manifester dans des pratiques spatiales, sans pour autant se revendiquer de contestations discursives, ou simplement obéir à des « programmes ». (6) Pour avoir accès à ces expériences, seule une sociologie plongeant dans l’agir, et s’y intéressant de manière patiente, paraît devoir s’imposer, un agir en contexte, en situation, un agir en commun aussi.

  • 1 Cette remarque est nécessaire pour comprendre l’occurrence du mot « eurocentriste » dans la citatio (...)

17En s’appuyant sur cette focale, la sociologie de l’espace semble pouvoir accomplir le geste que Boaventura de Sousa Santos appelle de manière générale. Construire une sociologie de l’espace qui serait une sociologie des absences (des expériences déniées, refoulées, oubliées, minoritaires…) et des émergences (des expériences autres). Sans doute est-il utile de le citer ici longuement, en rappelant que son propos se situe dans une perspective post-coloniale, cherchant à circonscrire une « épistémologie du Sud » mais sans que le « Sud » ait ici, comme il le répète, de connotation géographique, c’est-à-dire sans qu’il s’agisse de rejeter en bloc les apports du « Nord », comme par exemple la tradition des droits de l’homme dont il se revendique d’ailleurs 1 :

« La possibilité a une dimension obscure ou opaque en ce qu'elle prend sa source dans le moment vécu, qui n'est jamais complètement visible à lui-même, et en ce qu'elle contient un élément d'incertitude dû au fait que les conditions qui rendent la possibilité concrète ne sont connues que de manière partielle et au fait que ces conditions n'existent que de manière partielle… La sociologie des émergences est une enquête sur les alternatives contenues dans l'horizon des possibilités. Tandis que la sociologie des absences dilate le présent en ajoutant à la réalité existante ce qui a été soustrait par la raison dominante eurocentriste, la sociologie des émergences étend le présent en ajoutant à la réalité existante les possibilités futures et les espoirs que ces possibilités suscitent…
La sociologie des émergences consiste à accroître symboliquement l'importance des connaissances, des pratiques et des acteurs en vue d'identifier les tendances du futur (le « Pas encore »), sur lesquelles il est possible d'augmenter la probabilité d'espérance contre la probabilité de frustration. Une telle amplification symbolique est, au fond, une sorte d'imagination sociologique permettant de mieux connaître les conditions de possibilité de l'espoir et de mieux définir les principes d'action promouvant la satisfaction desdites conditions… La sociologie des émergences agit à la fois sur les possibilités (potentialité) et sur les capacités (puissance). Le « Pas encore » a une signification (comme possibilité), mais dans un sens non déterminé parce qu'il peut se terminer soit dans l'espoir soit dans le désastre. C'est pourquoi la sociologie des émergences remplace l'idée mécanique de détermination par l'idée axiologique de soin (care). La logique du progrès est ainsi remplacée par la logique du soin. Alors que, dans la sociologie des absences, l'axiologie du soin est mise en articulation avec les alternatives déjà disponibles, dans la sociologie des émergences, elle est mise en articulation avec les alternatives possibles. En raison de cette dimension éthique, ni la sociologie des absences ni la sociologie des émergences ne sont des sociologies conventionnelles » (De Sousa Santos, 2011).

18Le texte sur la scénographie muséale est celui qui sans doute s’intègre le moins dans les convergences que j’ai fait remarquer à propos de « de qui on parle ». Toutefois, comme d’autres textes d’ailleurs, il prend le parti de montrer comment des organisations spatiales intentionnelles – l’espace conçu – ont bien sûr des effets inducteurs sur le spectateur ou le visiteur, mais du coup aussi comment ces effets inducteurs intentionnels peuvent échouer, et comment cet échec se manifeste « esthétiquement », au travers d’affects négatifs, malaise, ennui, frustration, mécontentement… ce qui peut entraîner, comme le montre le texte sur les dispositifs participatifs, des contestations explicites et la mise en place de pratiques spatiales contestataires, ou simplement autres. Mais on pourrait trouver des traces de ces « échecs » dans de nombreux autres textes, comme celui sur les pratiques sexuelles en milieu carcéral qui met bien évidence comment ces échecs, et les négociations qu’ils suscitent, sont au cœur de l’installation des pratiques.

19Plutôt que de m’intéresser aux échecs, je vais maintenant me tourner vers ce que Boaventura De Sousa Santos vise en parlant d’absence et surtout d’émergence. Que les expériences spatiales déniées, refoulées, oubliées, oppressées se vivent dans la sensibilité n’implique évidemment pas qu’elles soient idiosyncrasiques, purement personnelles. Et, bien sûr, lorsque l’on s’intéresse aux expériences spatiales « émergentes », ce que cette sociologie de l’espace viserait, ce sont bien sûr des expériences « collectives ». Autrement dit, le mot « émergence » doit s’entendre ici en un sens actif. Comme le propose le texte de Luca Pattaroni, il s’agit de penser ensemble l’expérience spatiale et ce qu’il appelle l’institution du commun, ce que le texte de présentation du dossier rédigé par Jean-Yves Authier, Alain Bourdin, Annick Germain et Marie-Pierre Lefeuvre identifie en parlant de « structures ». De penser ensemble une expérience spatiale qui se manifeste aussi dans la sensibilité, mais une expérience qui se construit dans la coordination avec d’autres êtres, « humains et non humains » comme on dit maintenant.

20Là encore une précision conceptuelle s’impose. L’héritage sociologique des années 1960-70 nous a habitués à comprendre l’institution sous ses formes stabilisées plutôt que sous ses formes dynamiques, processuelles. Une fois acquise l’idée que la spatialité est quelque chose qui s’éprouve dans la pratique et qui se comprend sociologiquement à partir des pratiques, la question de « l’institution de l’espace » tend à devoir être saisie à ce même niveau, en terme de coordination, d’ajustements, d’essais, de bifurcations… Bien entendu, la coordination spatiale peut dépendre de structurations formelles comme l’exemplifient le code de la route, la signalisation routière, la configuration des voies de circulation… qui ensemble constituent une « police de la route ». Et il est évidemment possible d’analyser comment les acteurs acquièrent ces « compétences spatiales » (Cholez, 2008), comment ils en font usage, comment ils les transgressent… Il me semble toutefois que le dossier invite à se situer à un autre niveau, celui de l’institution comme processus, dans lequel les compétences spatiales révèlent, sans pour autant les « enchanter », leur inventivité, leur créativité, leur productivité... La plupart des textes l’évoquent plus ou moins explicitement. Celui qui exploite cette dimension de la manière la plus « centrale » est sans doute le texte consacré à Roubaix compris comme « centralité populaire ». À bien le lire, il apparaîtrait comme s’inscrivant parfaitement à la fois dans une sociologie des absences et dans une sociologie des émergences. Encore une fois, une référence à Henri Lefebvre pourrait être pertinente dans la mesure où un des concepts centraux qui fait l’originalité et, à l’époque, la nouveauté de son approche, est celui de production de l’espace (Lefebvre, 1974), mais à condition de pouvoir donner au mot « production » le sens actif du mot « institution » (Remy, 2015).

21Le concept de centralité populaire qui est au cœur du texte sur Roubaix présuppose quelque chose comme une consistance à la fois sociale et spatiale. Mais la centralité populaire est un concept sociologique qui ne constitue bien entendu pas l’horizon des pratiques des acteurs. Ce qui est essentiel c’est cette « consistance » elle-même, un terme que l’on pourrait également comprendre de manière active, le processus de « donner consistance ». Une consistance faite d’ajustements, de coordinations qui se jouent et se rejouent constamment. Une consistance qui se marque par l’instauration progressive de routines, par des solidarités, des confiances accordées ou retirées, par des assurances progressivement acquises, le tout s’inscrivant dans l’espace, supporté par lui. Une consistance qui autorise alors des stratégies, des prises de risque autrement improbables. Et qui institue lui-même ses propres exigences, ses propres codifications, ses propres vecteurs de socialisation. Le texte proposé par le collectif Rosa Bonheur se conclut significativement ainsi : « ce qui nous permet d’affirmer que la dimension spatiale des ressources sociales est l’une des modalités de résistance des classes populaires à la domination ».

22Trois petites remarques encore sur le statut, disons épistémologique, de ce texte, un statut qui se situe souvent en toile de fond des autres textes mais qu’il manifeste le plus explicitement.

23(1) Dans ce texte, plus que les acteurs eux-mêmes, ce sont les sociologues qui révèlent, qui mettent au jour le potentiel critique de cette centralité populaire que les acteurs étudiés se « contentent » de vivre et de pratiquer, parfois en le revendiquant. Autrement dit, la « contestation sociale » n’a pas besoin d’être thématisée, dans l’ « espace public » pour exister. Et un des rôles de la sociologie peut être alors de la faire passer de l’ « absence » à la visibilité, mais en prêtant à ce geste, en plus de sa dimension simplement cognitive – au sens ici de son intérêt de connaissance – une ambition éthique qui se révèle dans la discussion des catégories et la justification de l’expression « centralité populaire », et une ambition politique qui montre que d’autres voies sont possibles et d’ailleurs s’inventent. Et la rendre visible apparaît comme un acte politique contre les « absences », contre les stratégies qui « gomment les pratiques sociales de subsistance qui pourraient requalifier à la fois les territoires et les populations qui y vivent », comme l’affirment les auteurs.

24Cela me fait penser à l’exemple de la multiplication actuelle des expériences qui se revendiquent des « commons ». Dans ces expériences, se nouent clairement enjeux spatiaux et enjeux socio-politiques (Dardot & Laval, 2014), en particulier dans la mesure où une des focales principales de la lutte porte sur le statut du foncier, sur son appropriation privative, la propriété privée étant la forme de « socialisation » de l’espace, liée à la logique du marché, à laquelle il s’agit de s’opposer. Et cela tout en sachant que, s’agissant des « commons », la notion d’espace doit s’étendre aux « espaces immatériels », ceux de l’information, du web… La différence avec l’exemple roubaisien est que dans ces expériences l’explicitation discursive des ambitions est très généralement beaucoup plus présente. Autrement dit, là, ce que Boaventura De Sousa Santos vise par « absence » est le plus souvent contesté par les acteurs eux-mêmes qui entendent se rendre « visibles », alors que l’expérience roubaisienne ne porte pas cette ambition. Les expériences de « commons » revendiquent souvent pour elles-mêmes, selon des modalités variables, cette « émergence », là où l’expérience roubaisienne, pourrait-on dire, se « contente d’émerger ».

25(2) Le texte est signé au nom d’un collectif. Sans doute y a-t-il là non pas un ajustement sur la norme des signatures nombreuses des textes propres aux sciences dures expérimentales, où les signataires ne se présentent d’ailleurs pas comme « collectif », mais au mieux comme « équipes », ou simplement comme énumération de noms. Je ne crois pas me tromper en soupçonnant là un geste épistémologico-politique, assumant une sorte d’homologie avec la spécificité de son objet.

26(3) Mais ce sur quoi je souhaiterais attirer l’attention c’est, à propos de ce texte mais aussi d’autres contributions au Dossier, cette dimension d’attention politico-éthique, cette dimension de « soin », de care, qu’évoque Boaventura De Sousa Santos. De ces expériences autres, il faut en effet se soucier. Y porter attention, les « prendre au sérieux » comme le revendique le texte. Le texte sur les parcours de vie des SDF témoigne à mon sens du même souci qui allie intérêt de connaissance et attention éthique, en particulier avec l’ambition de passer « d’une sociologie sur les SDF… à une sociologie avec les SDF sur les acteurs et les institutions participant des politiques sociales en matière de logement et d’hébergement » (en italiques dans le texte).

Pour finir

27Sans doute les précédentes remarques n’honorent-elles pas pleinement les apports de ce Dossier. Peut-être ne rencontrent-elles pas totalement les intentions qui ont présidé au regroupement des différents textes. J’ai tenté d’y voir des positionnements communs au-delà des profonds écarts thématiques. Ces positionnements sont sans doute révélateurs des évolutions récentes de la sociologie de l’espace bien sûr, comme y insistent les auteurs dans leur introduction, mais aussi de la discipline sociologique. D’un côté, une attention plus importante à la dimension « esthétique » du social, à la sensibilité. De l’autre, des positionnements critiques étayés sur des pratiques qui ne se revendiquent pas nécessairement comme critiques, mais qui, comme le fait remarquer Luc Boltanski dans le livre qu’il consacre à la critique, dans des expériences ou des épreuves existentielles (Boltanski, 2009). Enfin, un appel à s’intéresser à l’espace par les usages et les pratiques en situation, en particulier dès lors que, comme c’est le cas des aménageurs, on a vocation de concevoir l’espace.

Haut de page

Bibliographie

Boltanski L. (2009), De la Critique. Précis de sociologie de l'émancipation, Paris, Éditions Gallimard.

Cholez C. (2008), « Compétences spatiales, compétences d'action dans l'espace. La tournée du chauffeur-livreur», Revue d'anthropologie des connaissances, vol. 2, n° 1, pp. 37-62 - [En ligne] www.cairn.info/revue-anthropologie-des-connaissances-2008-1-page-37.htm .

Dardot P. & C. Laval (2015), Commun. Essai sur la révolution du XXIe siècle, Paris, Éditions La Découverte.

De Sousa Santos B. (2011), « Épistémologies du Sud. », Études rurales, vol. 1, n° 187, pp. 21-49 - [En ligne] www.cairn.info/revue-etudes-rurales-2011-1-page-21.htm consulté le 9 janvier 2016.

Descombes V. & C. Larmore (2009), Dernières nouvelles du moi, Paris, Presses universitaires de France.

Ferry J.-M., (2004), Les Grammaires de l’intelligence, Paris, Éditions Cerf.

Lefebvre H. (1974), « La production de l'espace », L'Homme et la société, vol. 31, n° 1, pp. 15-32 - [En ligne] http://www.persee.fr/issue/homso_0018-4306_1974_num_31_1?sectionId=homso_0018-4306_1974_num_31_1_1855

Löw M. (2008), « The Constitution of Space. The Structuration of Spaces Through the Simultaneity of Effect and Perception », European journal of social theory, vol. 11, n° 1, pp. 25-49 - [En ligne] http://lepo.it.da.ut.ee/~cect/teoreetilised%20seminarid_2009%20sügis/4_seminar_AEGRUUM_08.12.2009/3.Loew-The_constitution_of_space-2008.pdf

Löw M. (2015), Sociologie de l'espace, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l'Homme.

Remy J. (2015), L’Espace, un objet central de la sociologie, Toulouse, Éditions Érès.

Thomas R. (2004) « Quand le pas fait corps et sens avec l’espace.
Aspects sensibles et expressifs de la marche en ville », Cybergeo : European Journal of Geography, Dossiers, 3ème colloque du Groupe de Travail Mobilités spatiales et fluidité sociale (GT23), « Offre urbaine et expériences de la mobilité », Strasbourg, France, 20-21 et 22 mars 2003. Articles sélectionnés par Cybergeo, document 261, mis en ligne le 01 mars 2004, consulté le 17 janvier 2016 - [En ligne] http://cybergeo.revues.org/4304 ; DOI : 10.4000/cybergeo.4304

Haut de page

Notes

1 Cette remarque est nécessaire pour comprendre l’occurrence du mot « eurocentriste » dans la citation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Louis Genard, « Postface au Dossier « Penser l’espace en sociologie » », SociologieS [En ligne], Dossiers, Penser l'espace en sociologie, mis en ligne le 16 juin 2016, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/5592

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Genard

Université Libre de Bruxelles (Belgique) - jgenard@ulb.ac.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page