Navigation – Plan du site
Penser l'espace en sociologie

Le contrôle exercé sur l’homosexualité en prison de femmes

De la fécondité d’une différenciation de l’espace carcéral
Control upon homosexuality in women's prison. The interest of differentiation of the space of prison
Myriam Joël

Résumés

Lieu caractérisé par la coercition, la prison est couramment associée à l’exercice d’une sexualité spécifique proscrite et hautement contrôlée. Appréhender les établissements pénitentiaires comme des espaces sociaux invite cependant à remettre en cause cette assertion. La perspective de différenciation spatiale s’avère féconde pour étudier la sexualité en prison de femmes. La réalisation d’une recherche qualitative m’a amenée non seulement à rappeler que la détention féminine est enclose dans un espace plus vaste comprenant une détention masculine et des parties communes ; mais surtout à signaler l’existence d’espaces publics (coursives et salles d’activité), semi-publics (cour de promenade et douches) et privés (cellules) en son sein. Or les pratiques et les représentations des acteurs carcéraux – qu’il s’agisse des femmes détenues ou des agents pénitentiaires – se modifient selon les espaces. Plus précisément, les conduites homosexuelles donnent lieu à des processus de contrôle distincts selon les espaces dans lesquels elles surviennent. On observe une stricte prohibition dans les espaces publics, renvoyant au contrôle formel conceptualisé par Erving Goffman. Dans les espaces semi-publics, on retrouve des mécanismes de contrôle informel relevant de l’expression de désapprobation et de menace de sanction. Enfin, dans les espaces privés réservés à l’usage personnel des détenues, on relève une tolérance de la part des agents pénitentiaires, ainsi qu’un jeu de normalisation douce visant à transformer les représentations et les comportements et à favoriser le contrôle personnel. La prise en compte de l’espace invite à remettre en cause les analyses affirmant hâtivement l’existence en prison de femmes d’un système coercitif fondé sur le non-droit à la vie privée et qui viserait à endiguer indistinctement toute forme d’homosexualité. Le contrôle exercé revêt des formes variées, le système formel de règles et de sanctions et les mécanismes d’autocontrôle apparaissant comme les pôles extrêmes d’un continuum. L’entreprise de différenciation spatiale invite finalement à considérer la prison de femmes comme un espace caractérisé tout à la fois par la mise en œuvre d’une discipline et par la délégation de la gestion des conduites homosexuelles aux détenues elles-mêmes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Lieu caractérisé par la coercition, la prison est couramment associée à l’exercice d’une sexualité spécifique proscrite et hautement contrôlée. Les travaux sociologiques mettent ainsi au centre de leurs analyses l’article R 57-7-2 du Code de Procédure Pénale, unique texte législatif réglementant les conduites sexuelles en milieu carcéral : « Constitue une faute disciplinaire du deuxième degré le fait, pour une personne détenue […] d’imposer à la vue d’autrui des actes obscènes ou susceptibles d’offenser la pudeur ». L’absence de terme désignant explicitement l’acte sexuel et l’utilisation de l’adjectif péjoratif obscène constituent la pierre angulaire des revendications des sociologues militants engagés en faveur d’un droit à la sexualité et à la dignité des personnes détenues. Plus que tout autre aspect de la vie carcérale, la question de la sexualité amène en effet à une confusion des frontières, parfois revendiquée, parfois tacite, entre action militante et recherche sociologique, qui aboutit à la mise en exergue de cet article de loi présenté comme surdéterminant. L’activité sexuelle est alors analysée comme une forme de résistance à l’institution par le contournement de la règle qu’elle induit.

  • 1 Dans les centres de détention et à l’inverse des maisons d’arrêt, les personnes détenues ne sont pa (...)

2Appréhender les établissements pénitentiaires comme des espaces sociaux invite cependant à interroger cette assertion. Dans la lignée de ce que préconise Lilian Mathieu (2000) pour le monde prostitutionnel, le recours à une telle notion invite en effet à ne pas présupposer l’homogénéité des univers déviants et à rendre compte du caractère multiple et évolutif des logiques des acteurs, en contrepied d’une vision excessivement stabilisée. Cette perspective s’avère féconde en ce qui concerne les prisons de femmes. Si l’ensemble des recherches sur le milieu carcéral témoigne d’un intérêt pour la dimension spatiale, celui-ci s’avère circonstancié et local en ce qu’il se résume essentiellement à une distinction entre les établissements pour peine et les maisons d’arrêt 1. L’article se propose de renouveler cet intérêt au prisme d’une perspective spatiale tenant compte tout à la fois des notions de spatialité (comment un endroit est disposé), des fonctions effective et symbolique des lieux (Deschamps, 2012), du système de règles qui y a cours et de la multiplicité des acteurs qui y évolue. La détention féminine peut ainsi être découpée en trois types d’espaces : publics, privés et semi-publics.

3Depuis les travaux fondateurs de Jürgen Habermas (1988 [1962]), le concept d’espace public a alimenté une importante littérature sociologique. Une distinction liminaire doit être établie entre le lieu immatériel de débat politique, de confrontation des opinions privées et de circulation des points de vue, d’une part et les endroits physiques délimités géographiquement, fréquentés et accessibles au public, d’autre part, que désigne le terme au pluriel (Paquot, 2009). C’est bien à la seconde acception que nous nous référerons ici : nous retenons les notions d’accessibilité, de circulation, d’éphémérité et d’a-propriété (Pellegrino, Lambert & Jacot, 1990 ; Brezgzer & Quéré, 1992). Les espaces publics peuvent ainsi être entendus comme « rattachés à la réalité topologique de lieux d'actions et d'interactions spécifiés par leur caractère public » (Chanial, 1992, p. 66), ce qui, transposé au milieu carcéral, renvoie aux coursives, aux sas, aux ronds-points, aux couloirs et au « cœur de nef ». La notion d’espace(s) privé(s) transcende quant à elle de nombreux champs – famille, santé, travail, sexualité, etc. – et a été couramment pensée dans une perspective dialectique l’opposant à(aux) espace(s) public(s) (Cain, 2004). S’il convient de garder à l’esprit la porosité des frontières et l’interdépendance qui lient privé et public, l’on retiendra ici l’idée d’intimité (Blanc & Causer, 2005) pour caractériser les endroits relevant du privé au sein de la détention féminine. Associer intimité et espace privé s’avère fécond à la fois pour contourner les difficultés posées par une réflexion classiquement fondée sur l’idée de propriété (celle-ci n’existant pas stricto sensu en prison), mais aussi pour interroger les nombreuses préconstructions sociales existant à propos du privé dans un tel milieu. Par espaces privés, nous nous référerons ainsi aux cellules et aux douches.

4Si les notions d’espace public et d’espace privé ont fait l’objet d’une attention soutenue au sein de la discipline, une certaine catégorie d’espace en revanche a été relativement peu investiguée, ce dont témoigne sa place résiduelle dans les enquêtes comme dans les théories. Il s’agit des espaces n’appartenant ni au public ni au privé et/ou leur appartenant tout à la fois, dont l’existence se révèle finalement en creux des réflexions portant sur la question des frontières. La multitude de termes, de qualificatifs et d’expressions pour désigner ces espaces est révélatrice des difficultés que pose leur caractéristique d’entre-deux, résolue en partie par l’emploi du terme d’« espaces intermédiaires » par les penseurs de la ville (Flamand, 2007). Au regard des spécificités du milieu carcéral en matière de surveillance et de coercition, nous privilégierons plutôt le terme d’espaces semi-publics pour nous référer à la cour de promenade et aux salles d’activité où, nous le verrons, l’intime le dispute au collectif.

  • 2 « Le territoire “sexuel” n’est pas simplement annexe ou contigu à d’autres espaces sociaux ; il les (...)

5Espaces publics, privés et semi-publics composent donc la détention féminine. Le but de cette perspective n’est pas de catégoriser des espaces « sexuels » et « non-sexuels » 2, mais de montrer que certains espaces plus que d’autres sont investis d’une certaine légitimé par les professionnels et les détenues pour l’exercice d’une activité sexuelle. Notre attention se concentrera ici sur les conduites homosexuelles qui cristallisent ces dissemblances.

6L’article s’appuie sur les résultats d’une enquête qualitative sur la sexualité en prison de femmes (Joël-Lauf, 2012), au cours de laquelle ont été rencontrés un peu plus de cent cinquante acteurs carcéraux dans une dizaine d’établissements pénitentiaires français. Un suivi longitudinal de quatre-vingt détenues a été réalisé durant un an. La conduite d’entretiens répétés visait non seulement à instaurer une solide relation de confiance propre à surmonter les résistances des individus à évoquer leur activité sexuelle lorsqu’ils sont sollicités par un inconnu (Bozon, 1999) ; mais également à percevoir l’évolution des pratiques et des représentations au fil du temps. Furent parallèlement menés des entretiens individuels et collectifs avec soixante-quinze surveillantes, gradés, membres du personnel de direction, travailleurs sociaux, soignants, intervenants extérieurs et magistrats. L’étude visait à aborder la question de la sexualité en prison de femmes sous un angle large qui questionne les rapports entre les acteurs carcéraux dans les diverses situations à caractère sexuel et qui tienne compte des contraintes du milieu sans leur accorder pour autant une importance surdéterminante.

7Afin de favoriser l’accès du lecteur à la parole des acteurs eux-mêmes, l’article intègrera de nombreux extraits d’entretien issus de cette enquête. Dans une première partie, nous nous intéresserons aux espaces publics où les conduites homosexuelles sont invisibilisées au travers de contrôles formels reposant sur une stricte application du règlement, mais également au travers de contrôles personnels à l’initiative des détenues. Nous porterons ensuite notre attention sur les espaces semi-publics où les agents pénitentiaires s’efforcent d’endiguer les manifestations les plus ostensibles d’homosexualité, cette entreprise se trouvant relayée par les autres détenues qui exercent des contrôles informels. Enfin, nous procéderons à l’examen des comportements homosexuels dans les espaces privés où les processus d’intimisation des pratiques s’accompagnent d’une entreprise de prévention des phénomènes de pression sexuelle.

Dans les espaces publics, une activité homosexuelle strictement invisibilisée

Des contrôles formels venant endiguer toute manifestation d’intimité sexuelle

8Dans les lieux de la détention considérés comme publics, la pression pour que soient invisibilisées les conduites homosexuelles se trouve exacerbée. Les agents pénitentiaires attendent des détenues qu’elles ne se livrent à aucun acte dévoilant la nature de leur relation. Joseph, responsable de bâtiment d’un centre de détention, déclare à cet endroit : « Ah moi je veux pas en voir deux se tenir par la taille et se rouler une galoche ! Ça niet ! Je veux pas que ce soit affiché. Monsieur le directeur, il a jamais vu deux filles s’embrasser ici quoi ». S’observe ainsi la mise en œuvre du premier des contrôles sociaux conceptualisés par Erving Goffman (1973) qui inhibent ou corrigent la déviation et assurent la conformité aux normes, à savoir le contrôle formel. Outre les fermes remontrances et la consignation de l’incident dans leur dossier, les femmes peuvent être séparées si elles sont cocellulaires, voire placées en cellule disciplinaire dans le cas où leurs conduites relèvent de l’exhibition.

  • 3 J’entends par là les espaces ne relevant ni de la détention féminine ni de la détention masculine, (...)

9Parce qu’ils mettent en évidence la stricte prohibition des conduites homosexuelles dans les espaces publics, ces processus de sanction vont à l’encontre des résultats des études présentant l’homosexualité comme étant vécue au grand jour dans les prisons de femmes (Ricordeau, 2004 ; Lhuillier, 2003). À l’invisibilité caractéristique de l’homosexualité féminine dans la société extérieure (Révillard, 2002) ne s’oppose pas un affichage sans complexe spécifique à la détention féminine. Si l’on déplace le regard sur les parties communes des établissements 3, l’on constate d’ailleurs que ce contrôle s’applique tout autant aux couples de surveillantes, celles-ci se faisant réprimander par leurs pairs et leur hiérarchie lorsqu’elles affichent ouvertement leur relation. Il serait cependant réducteur d’y voir la proscription des seuls actes homosexuels, les couples hétérosexuels de professionnels se voyant soumis au même impératif de discrétion. Dans les espaces publics carcéraux, tout acte physique trahissant la moindre intimité sexuelle entre deux individus est interprété comme une forme de déviance. Les agents pénitentiaires exercent des contrôles formels à l’endroit des conduites homosexuelles, non pas tant car celles-ci relèvent de l’homosexualité mais de la sexualité. Simone, gradée dans un centre de détention, s’exclame ainsi d’un ton réprobateur : « Mais par exemple je vous dis c’est exactement le même comportement que vous avez dehors ! Je veux dire sur un banc public vous vous déshabillez pas et vous montrez pas à tout le monde ! ».

  • 4 Avant le procès, les jurés visitent parfois un établissement pénitentiaire.

10En ouvrant davantage encore le regard à ce qui se passe dans la société civile, le contrôle formel exercé sur les conduites homosexuelles dans les espaces publics apparaît en étroite résonnance avec l’article L 222-32 du Code Pénal, selon lequel « l'exhibition sexuelle imposée à la vue d'autrui dans un lieu accessible aux regards du public est punie d'un an d'emprisonnement et de 15 000 euros d'amende ». S’il constitue une spécificité en milieu carcéral, c’est donc au regard du caractère systématique de son application, qui résulte de la conjonction de l’édiction d’une règle avec l’intériorisation d’une norme importée du dehors au sein d’un système coercitif. En l’occurrence, il s’agit de la norme d’invisibilisation de l’activité sexuelle, produit du processus de civilisation des mœurs ayant conduit à la relégation des dispositions et des manifestations de désir dans les enclaves de l’intimité (Elias, 1973 [1969]) ; et portée à un très haut degré d’élaboration dans la construction de l’intimité et de l’intériorité contemporaines (Bozon, 1999). Sa prégnance en milieu carcéral se comprend au regard du « fond suppliciant » du lieu (Foucault, 1975). Associées à l’idée de plaisir, les manifestations de sexualité sont illégitimes en ce qu’elles transgressent ouvertement le principe de pénitence que l’architecture même des établissements – barreaux, miradors, portes blindées, etc. – tend à rappeler constamment à tout un chacun qui y pénètre. Edith, gradée ayant plus de trente ans d’ancienneté pénitentiaire, me prit ainsi un jour à partie en me demandant d’un air indigné ce que penseraient les jurés en visite 4 s’ils voyaient deux détenues s’embrasser sur les coursives.

Des processus d’autocontrôle mis en œuvre par les détenues elles-mêmes

  • 5 La fréquence de ce script sexuel précarcéral explique le succès rencontré par les unités de vie fam (...)

11La prégnance de la norme d’invisibilisation en milieu carcéral conduit à formuler une remarque importante. Les agents pénitentiaires n’en sont pas les seuls agents importateurs, les détenues l’ayant également intériorisée bien avant leur incarcération. Les récits de vie font en effet état de fortes injonctions à confiner l’activité sexuelle dans la sphère privée, diffusées dès l’enfance et l’adolescence par une pluralité d’acteurs appartenant à différentes institutions (famille, école, foyers d’accueil, etc.). Dès lors, l’activité sexuelle à l’âge adulte se déroulait généralement selon le script spatio-temporel suivant : au sein du foyer domestique, dans la chambre conjugale, la nuit, une fois les enfants couchés 5. Par voie de conséquence, l’invisibilisation des conduites homosexuelles dans les espaces publics apparaît non seulement comme le résultat de la mise en œuvre d’un contrôle formel par les agents pénitentiaires, mais également comme le fruit d’un processus d’autocontrôle exercé par les détenues. Certes « le vécu homosexuel dépend en partie du bon-vouloir du personnel et de l’habileté des femmes à négocier avec celui-ci » (Faure, Mathieu & Welzer-Lang, 1996, p. 196), mais il convient de ne pas occulter les manœuvres d’invisibilisation initiées par les détenues elles-mêmes. Celles-ci sont à comprendre comme l’expression d’une normativité sexuelle reposant sur des contrôles internes et témoignant de la constitution des individus comme sujet moral de leur conduite sexuelle (Foucault, 1984).

  • 6 Nous ne les traiterons pas ici mais il convient de souligner que certaines détenues adoptent délibé (...)

12Les discours des détenues en couple mettent en exergue une forte inhibition relevant de trois grandes logiques 6. La première renvoie à l’inscription des représentations dans le modèle d’orientation intime de la sexualité conjugale, celui-ci circonscrivant l’activité sexuelle aux lieux de l’entre-soi conjugal (Bozon, 2001). À l’instar de Véronique, plusieurs de mes enquêtées firent ainsi le parallèle avec leur vie intime à l’extérieur : « Mais si y a du public c’est pas possible. Je suis comme ça dehors aussi. Si ma fille venait dormir à la maison, je pouvais pas ». La plupart des couples répugne en fait à s’exposer au regard d’autrui. Véritable fantasme dans l’imaginaire collectif, l’expérimentation de conduites homosexuelles durant l’incarcération ne s’accompagne donc pas d’une disparition des normes profondément intériorisées régissant l’activité sexuelle. Elle constitue certes une nouveauté en ce qui concerne le sexe du partenaire, mais traduit néanmoins une permanence des représentations et des pratiques – du point de vue de leurs formes – telles qu’elles existaient auparavant.

  • 7 Cette expression renvoie à ce que les femmes font le tour de la cour de promenade ensemble, le plus (...)

13De nombreux couples s’efforcent en outre de dissimuler leurs liens par crainte d’alimenter des rumeurs susceptibles d’influer négativement sur leur relation, incessamment soumise au jugement et aux critiques des autres acteurs de la détention (Kassebaum & Ward, 1965). Cathie déclare à ce propos : « On va pas le montrer, notre relation regarde personne. […] on vit notre petite vie toutes les deux. Ici quand y a un conflit dans un couple, tout le monde s’en mêle : les filles, les surveillantes... Ça va être : “Elle t’a quittée pour une autre”, “Tu seras mieux avec une autre”, “Elle vaut rien”. C’est histoire de foutre la merde ». Ces précautions sont d’autant plus inhibitrices que les couples de cocellulaires sont convaincus qu’elles seraient séparées si leur relation était découverte par les surveillantes. Enfin, le bouleversement identitaire lié à l’expérimentation d’une activité homosexuelle – elles ne savent plus comment définir leur orientation sexuelle (Joël-Lauf, 2013) – se traduit par la crainte du stigmate et des réactions homophobes de leurs pairs. Outre le sentiment de honte, elles ont conscience de s’exposer pour la première fois de leur vie au risque d’être rejetée au regard d’une activité sexuelle qu’elles définissent elles-mêmes comme hors-normes. Cette inquiétude est particulièrement présente lors des prémices de l’expérimentation. En témoigne l’exemple de Clarisse, une jeune femme rencontrée lors d’une précédente recherche, qui m’annonça avec embarras qu’elle avait quelque chose à « m’avouer », l’aveu concernant précisément sa relation avec une autre détenue qu’elle désirait fortement cacher. Deux ans plus tard, bien plus assurée, elle déclarait ne pas hésiter à séduire ouvertement les femmes qui l’intéressaient en leur proposant de « tourner » 7 avec elle en promenade, concluant son discours par l’exclamation suivante au sujet d’une codétenue : « Héléna je la prends quand je veux ! ».

14Les contrôles exercés sur les conduites homosexuelles dans les espaces publics de la détention féminine font finalement doublement écho à ce que l’on observe dans la société civile. D’une part, les contrôles externes exercés au travers de sanctions apparaissent articulés autour d’une notion exacerbée d’exhibition ; et, d’autre part, les détenues s’astreignent à des contrôles personnels relevant d’habitudes sexuelles précarcérales confinant à l’invisibilité et venant réguler leurs propres conduites en amont des sanctions. À l’instar de ce que l’on constate dans les espaces publics, nous allons voir que la règle et la norme s’enchâssent étroitement pour assurer le contrôle des conduites homosexuelles dans les espaces semi-publics.

Dans les espaces semi-publics, une activité homosexuelle entraperçue mais surtout fantasmée

Un jeu de normalisation douce visant l’intériorisation de la norme d’invisibilisation

15Comme l’a souligné Daniel Welzer-Lang (1997), il serait spécieux d’accorder à la règle en milieu carcéral une autorité contraignante quasi-magique. La perspective de différenciation spatiale s’avère particulièrement féconde pour étayer cette assertion. Si la règle est la même quels que soient les espaces, il est loisible en effet d’observer certaines conduites homosexuelles dans les espaces semi-publics de la détention. Cette dissemblance avec les espaces publics ne pouvant s’expliquer par une disparité réglementaire, il convient de s’intéresser plutôt au système de normes en vigueur en ces lieux.

  • 8 Ces restrictions concernent non seulement le nombre d’habits, mais également leur type (les jupes, (...)
  • 9 Michel, gradé ayant trente-deux ans d’ancienneté pénitentiaire, déclare à ce sujet : « L’été souven (...)

16En cour de promenade et en salle d’activité, les agents pénitentiaires et les intervenants extérieurs autorisent les contacts corporels à condition qu’ils ne comportent pas de dimension explicitement sexuelle. Alison, surveillante depuis huit ans, précise à ce sujet : « En promenade si elles veulent se tenir par la main elles font ce qu’elles veulent. Et elles doivent rester décentes : elles ont pas à imposer à autrui quelque chose d’offensant. Elles ont pas à se masturber mutuellement, elles ont pas à se tripoter les seins, enfin vous voyez ! ». Contrairement aux espaces publics, les espaces semi-publics sont en effet reconnus comme des entre-soi dans lesquels le contrôle institutionnel perd en légitimité. Cela ne signifie pas que les agents pénitentiaires considèrent les espaces semi-publics comme des zones hors règlement, mais qu’ils les reconnaissent comme des espaces réservés à l’usage des détenues, où la norme prime sur la règle. La question du « maillot de bain » en constitue un exemple paroxystique. Bien que les règlements intérieurs imposent des strictes restrictions vestimentaires 8, les détenues sont couramment autorisées à se mettre en sous-vêtements durant l’été sur la cour de promenade (ces mêmes restrictions étant strictement appliquées en revanche dans les espaces publics). Parce qu’il évoque des situations légitimes d’expositions, l’emploi du terme de maillot de bain par les agents pénitentiaires traduit la reconnaissance implicite d’un entre-soi dans lequel les hommes doivent adopter certaines normes de conduite prévalant sur les règles : ils n’ont pas à s’y aventurer et doivent détourner le regard 9. À l’application du règlement se substitue donc dans les espaces semi-publics un jeu de normes assurant le contrôle des comportements.

17En ce qui concerne les conduites homosexuelles, il en résulte un jeu de normalisation douce faisant écho au processus à l’œuvre dans les technologies gouvernementales contemporaines relatives à la surveillance déployée autour du corps : « À l’intimation au nom de la loi tend à se substituer une obligation d’intérioriser la norme » (Fassin & Memmi, 2004, p. 25). Plutôt que de sanctionner les détenues dont les comportements tendent à l’exhibition, les agents pénitentiaires s’efforcent de transformer leurs représentations et leurs pratiques en leur faisant intérioriser la norme d’invisibilisation de l’activité sexuelle. Simone, gradée ayant plus de vingt ans d’ancienneté pénitentiaire, relate à ce propos une anecdote :

18« Alors on avait des problèmes avec des gens qui devant tout le monde se montaient l’une sur l’autre sur le banc et tout ça, en cour de promenade. Et on leur expliquait : “C’est pas correct parce que là vous êtes quand même trop intimes et ça gêne les autres, donc vous ne pouvez pas”, “Oui mais qu’est-ce qu’on peut faire ? Est-ce qu’on peut se donner la main ? ”, “La main oui ! ”. […] Alors après, quand elles étaient sur la cour toutes les deux, elles me regardaient d’un air interrogateur. Alors moi je leur faisais : [Elle mime un pouce levé] “Bien !” ».

19Si les détenues s’assoient sur les genoux de leur partenaire, se massent, se tiennent par la main et s’embrassent, il n’est pas rare que les femmes entretenant une relation amicale se comportent exactement de la même manière. Ceci a deux incidences. La première est que les couples se livrent à ces conduites affectueuses précisément car elles se fondent dans le répertoire des gestes tendres caractéristiques des interactions entre femmes incarcérées, la construction sociale du féminin autorisant en effet les femmes à des formes d’expression de l’intériorité (Lhuilier, 2003). Même si elles souhaitent garder secrète leur relation, les détenues ne craignent donc pas de témoigner une certaine affection à leur partenaire devant leurs pairs, comme le fait remarquer Mira : « On se tenait par le bras, on se faisait un câlin, on s’asseyait entre les jambes. Comme ici y en a plein qui le font... ».

20Pour celles qui ne peuvent se retrouver dans les espaces privés, la cour de promenade peut se prêter à l’exercice d’une activité sexuelle. Le fait de ne pas disposer d’espace privé ne dispensant pas pour autant de l’obligation de se cacher (Bozon, 1999), les détenues procèdent alors à des formes de détournement de l’espace afin d’invisibiliser autant que possible leurs pratiques. Véronique raconte ainsi une expérience : « Si t’es pas ensemble, y a que la promenade. Ca m’est arrivé de faire sur la cour. Derrière l’arbre, et c’était très bien d’ailleurs ! [Rires] On a fait tout l’acte, c’était comme dans une forêt, tu phantasmes, t’arrives à occulter la surveillante ». Les détenues s’isolent en exploitant les caractéristiques spatiales des lieux et demandent à une codétenue complice de surveiller les allées et venues (le pinning [Kassebaum & Ward, 1965]), ce qui requiert à la fois l’instauration de relations privilégiées avec les pairs et une bonne connaissance des lieux. En atteste la survenue de ces formes de détournement après une certaine durée d’incarcération dans l’établissement, l’évolution étant particulièrement perceptible au fil des mois dans le discours des arrivantes. Il convient de souligner par ailleurs que la taille de la structure représente un facteur d’importance : une cour de taille restreinte et un nombre réduit de femmes incarcérées constituent des facteurs inhibants, en ce qu’ils favorisent la surveillance par les agents pénitentiaires. A contrario un effectif plus important de détenues et un espace de promenade étendu viennent compliquer cette entreprise. Pour autant, il importe de ne pas sous-estimer le rôle joué par les pairs, ce qui nous amène à la seconde conséquence de l’économie des gestes intimes dans les espaces semi-publics.

Des contrôles informels témoignant de l’homophobie des pairs

21Les fréquents contacts physiques entre détenues sont porteurs d’une ambigüité susceptible de favoriser l’équivoque, tout rapproché corporel étant perçu comme l’indice d’une relation homosexuelle (Kassebaum & Ward, 1965). On retrouve ainsi dans l’imaginaire collectif carcéral le fantasme d’une homosexualité féminine exaltée, traduite dans les discours par une surinterprétation du nombre de couples. Comme l’affirme par exemple Paula : « Elles sont toutes ensemble, ohlala ! Ici c’est 90 % filles-filles. Ici c’est catastrophique, toutes ! » ; un ancien gradé de ce même établissement faisant pourtant remarquer :

  • 10 Ces suspicions sont à ce point prégnantes que j’en vins d’ailleurs moi-même à présupposer le caract (...)

22« Je dirais sur deux cents femmes incarcérées on avait quoi… Moi officiellement en tant que chef j’en connaissais peut-être cinq-six des couples. Non mais peut-être c’est plus de l’ordre du fantasme : dès qu’une fille dans la promenade elle va se mettre à discuter avec une fille avec qui elle a pas discuté jusqu’ici, elles vont dire : “Ah ben tiens elle va sortir avec” » 10.

  • 11 Le discours d’Anne-Sophie illustre bien le dégoût ressenti par de nombreuses détenues : « On est hu (...)

23Le fantasme de l’homosexualité s’accompagne pour les détenues de l’angoisse de devenir un objet de désir sexuel, cette crainte s’exprimant alors au travers de conduites homophobes. Il a été souligné dans les travaux comparant les détentions féminines et masculines que l’homophobie prégnante chez les hommes ne se retrouvait pas chez les femmes (Ricordeau, 2004 ; Lhuilier, 2003). En faisant de la situation chez les hommes un référent, cette approche en creux masque les mécanismes d’exclusion ayant cours chez les femmes. L’intérêt aux formes classiques de l’homophobie en détention masculine – les violences physiques – ne permet pas de mettre en lumière ces mécanismes car ceux-ci sont comme dilués dans l’économie interactionnelle de la détention féminine par leur aspect moins spectaculaire. Les discours de nombreuses détenues sont pourtant bien saturés de stéréotypes négatifs à propos de l’homosexualité qui mettent en exergue le caractère médico-psychologique de représentations héritées des conceptions essentialistes ayant défini l’homosexualité comme une sexualité pathologique jusque dans les années 1950 (Barbosa, Mathieu & Welzer-Lang, 1994). Les manifestations de dégoût à l’endroit de pratiques qualifiées de « contre-nature » se manifestent ainsi au travers de l’emploi réitéré des termes péjoratifs de « gouines » et « dégueulasse » 11.

  • 12 L’un des quartiers comportait, par exemple, une dizaine de femmes incarcérées.

24Les conduites homosexuelles ostensibles dans les espaces semi-publics de la détention donnent lieu à des processus de contrôle informel par lesquels les pairs préviennent les auteures qu’elles s’exposent à une désapprobation ou à une sanction. Les violences physiques sont rares mais les insultes, les moqueries, les remontrances et les comportements de délation sont fréquents, a fortiori dans les petits établissements où la surveillance entre pairs s’exerce de façon accrue au regard de l’effectif restreint 12. Les détenues n’hésitent pas à signaler aux agents pénitentiaires les couples qui se livrent à des attouchements ou qui s’embrassent langoureusement. Alice s’exclame ainsi d’un ton indigné : « Quand j’ai intégré la promenade la première fois, il y avait des filles en maillot de bain, elles s’embrassaient, elles se léchaient ! Je suis remontée de la promenade et j’ai demandé à la surveillante : “Madame, c’est quoi ça ? On est dans un baisodrome !”. Ils ont réagi, ça a duré une semaine ». L’expression du choc que constitue la vision de pratiques homosexuelles se retrouve notamment dans le discours des arrivantes, les déclarations se faisant plus tolérantes au fil des mois. Si, en attirant l’attention sur la transgression commise, ces détenues délatrices peuvent être considérées comme des entrepreneurs de morale cherchant à faire appliquer la norme d’invisibilisation (Becker, 1985 [1963]), l’on constate néanmoins que ce contrôle passe également et avant tout par la réappropriation d’une règle que les agents n’appliquent justement qu’en dernier recours. Sommés par les détenus d’intervenir, ces derniers convoquent certes les couples pour leur demander de faire preuve de discrétion, mais ils s’emploient en même temps à faire prendre conscience aux plaignantes du caractère discriminatoire de leur propos. Simone déclare à ce sujet :

25« On prend la personne qui les critique ou qui les méprise, on lui demande qu’est-ce qui la gêne, et quand c’est quelque chose par exemple : “Oui devant moi elle fait”, on lui dit : “Effectivement on lui fera la remarque, on va s’occuper”. Mais après quand elles disent : “Moi je ne supporte pas que deux autres sont ensemble”, on leur dit que ça c’est pas leur problème et que c’est des idées, d’autres ont des idées différentes ».

26Les pratiques de délation permettent de mesurer l’écart existant entre la réalité et la croyance collective en une acceptation plénière et bienveillante de l’homosexualité en prison de femmes : « Vécue sans gêne, rarement blâmée, l’homosexualité dans les prisons de femmes ne pose problème ni aux surveillantes, ni aux détenues » (Ricordeau, 2005, p. 241). La détention féminine ne constitue pas un lieu hors-normes : toute conduite signalant une transgression de la norme d’invisibilisation de l’activité sexuelle est immédiatement soumise à des mécanismes de régulation. Il convient cependant de garder à l’esprit que la question de l’homosexualité ne fait qu’illustrer de manière saillante ce contrôle informel : les comportements de délation existent de la même manière dans les parloirs à l’encontre des couples hétérosexuels ayant des pratiques sexuelles ostensibles. Nous allons voir à présent que la prégnance de cette norme s’observe avec une acuité particulière dans les espaces privés.

Dans les espaces privés, une activité homosexuelle sous conditions

Un double processus d’intimisation

27Tel que mentionné dans l’introduction, il n’existe pas stricto sensu d’espaces privés au sein de l’institution carcérale : « La personne incarcérée peut être surveillée en permanence, son espace fouillé et sa vie privée contrôlée » (Rostaing, 1997, p. 129). Dans la perspective compréhensive qui est la nôtre, il semble néanmoins fécond d’utiliser ce terme au prisme d’une acception élargie selon laquelle les espaces privés sont construits par les acteurs carcéraux – agents pénitentiaires y compris – comme des espaces réservés à l’usage personnel des détenues. Cela ne signifie pas que les agents n’y pénètrent pas ou qu’ils n’y appliquent pas le règlement, mais qu’ils y légitiment l’existence d’une certaine intimité pour leurs occupantes. En ce qui concerne l’homosexualité, l’ensemble des acteurs carcéraux s’efforce ainsi de reléguer les pratiques sexuelles dans les cellules et les douches, ces deux espaces constituant les lieux les plus fréquents pour l’exercice d’une telle activité (Kassebaum & Ward, 1965). Cependant, parce que leur caractère privé relève d’une représentation non inscrite dans les textes, l’on y observe un double processus d’intimisation, cristallisé dans les cellules en particulier du fait de la présence de l’œilleton.

28Les détenues en parlent comme d’un facteur inhibant qui les contraint à « s’arranger » avec l’aspect matériel de l’espace de la cellule et à « composer » avec les moments déterminant les flux et les rythmes de circulation au sein de la détention (Deschamps & Gaissad, 2007). Elles craignent à tout instant d’être vues, ce qui complique l’exercice de l’activité sexuelle en les empêchant de s’abandonner au plaisir. Elles attendent alors la nuit et / ou relèvent les heures de ronde des surveillantes. Cathie hausse les épaules en déclarant d’un ton fataliste : « C’est tout un art et la manière ! On fait attention, on est correctes. On prend le pli » ; mais Maria quant à elle semble plus amère : « À l’extérieur en couple c’est pas un problème, vous avez envie le matin, l’après-midi ou le soir. Ici vous cherchez les moments, c’est pas naturel ». De nombreuses stratégies sont développées afin de minimiser le risque d’être observées : les détenues ne se dévêtent pas complètement, se cachent sous les couvertures, se placent dans l’angle mort de l’œilleton sous la porte et veillent à faire le moins de bruit possible. Autre élément important, les discours signalent une restriction de l’activité sexuelle, tant vis-à-vis de la durée que du répertoire de pratiques. Véronique indique à cet endroit : « Tu sais les jeux sexuels tu peux pas ici. Il faut toujours être prête à t’habiller, tu peux pas te mettre complètement nue. Les préliminaires t’en as quasiment pas, il faut faire au pratique. T’en as conscience ». Lorsque la cellule est partagée avec d’autres détenues, les couples attendent le sommeil ou le départ en promenade ou en activité de leurs cocellulaires et redoublent de précaution comme l’indique Mira : « On n’a jamais rien fait quand les filles étaient éveillées. Dès qu’elles s’endormaient, hop ! [Rires] Puis on criait pas, on faisait pas de bruit ! ». La réalisation d’un suivi qualitatif a permis de montrer que toutes ces stratégies se mettent en place au fil du temps, les discours recueillis lors des premiers entretiens exprimant surtout de l’inquiétude.

29Si le processus d’intimisation des pratiques homosexuelles par les détenues dans les espaces privés se fonde sur l’anticipation et l’organisation, celui mis en œuvre par les agents pénitentiaires repose quant à lui sur le faux-semblant. L’intérêt que leur ont porté les sociologues a été concentré sur leurs pratiques d’interdiction et de tolérance en la matière. La mise en lumière d’une contradiction fondamentale entre la norme d’invisibilisation de l’activité sexuelle et l’impératif sécuritaire invite pourtant à complexifier l’analyse de leurs conduites dans les espaces privés, celles-ci étant loin de renvoyer à une décision établie d’endiguer ou de laisser-faire. Les discours recueillis dépeignent en effet à la fois la cellule comme une chambre à coucher, véritable enclave de l’intime retirée du monde à laquelle est assignée l’activité sexuelle (Deschamp & Gaissad, 2008) et comme un lieu dont leur fonction leur impose de s’assurer la surveillance. L’assujettissement des pratiques professionnelles à certaines contraintes institutionnelles se combine au caractère sexuel du motif d’intervention pour dissuader les surveillantes d’interrompre les détenues surprises dans leur activité sexuelle. Ne disposant pas des clés pendant la nuit, elles doivent faire venir un gradé pour ouvrir la porte, mais la gêne qu’elles éprouvent les conduit à minorer leur intervention : elles se contentent de cogner à la porte ou d’allumer la lumière à titre d’avertissement. Alicia, surveillante depuis près de quinze ans, relate ainsi : « Moi quand ça m’est arrivé c’était en service de nuit donc la nuit tu n’as pas les clés. Donc c’est fermé, moi j’ai fait un coup de lumière pour comprendre que je les avais captées quoi ». Même en journée, elles estiment gênant d’intervenir et s’en tiennent à des manifestations délibérées de leur présence, misant sur l’embarras des détenues pour que celles-ci cessent d’elles-mêmes leur activité sexuelle. Edith déclare en soupirant : « Pour la surveillante c’est embêtant alors bon… On est habituées vous savez : on prend nos clés et [elle frappe sur la table] on rentre ; ou on fait du bruit avant ».

  • 13 Il semble qu’il existe néanmoins des exceptions, une surveillante déclarant que les détenues étaien (...)

30Parce que faire venir un gradé ou rédiger un rapport disciplinaire implique une mise en exergue des pratiques homosexuelles et partant une transgression de la norme d’invisibilisation, on observe dans les espaces privés une atomisation et une minoration des pratiques de contrôle par les agents pénitentiaires. Ce qui est interprété comme une bienveillance globale à l’égard de l’homosexualité en détention féminine semble donc davantage renvoyer à des stratégies individuelles d’évitement, visant à sauvegarder l’entreprise de dissimulation jusqu’au point limite où celle-ci ne peut plus être maintenue : le « day-day policy » (Kassebaum & Ward, 1965). Ce faux-semblant s’observe de manière paroxystique dans le cas des demandes de partage de cellule par les couples. À l’instar de Laure, responsable d’un quartier femmes, certains gradés les privilégient en amont dans le but de circonscrire l’activité homosexuelle aux espaces privés : « Si y a du bécotage sur la cour de promenade, c’est très délicat. C’est pour ça que je favorise les cellules. Je les reçois, je leur propose d’être ensemble en cellule, je leur demande d’être discrètes ». Mais lorsque la requête émane des détenues elles-mêmes, celle-ci n’est acceptée qu’à la condition que les femmes ne mettent pas explicitement en avant la nature de leur relation et qu’elles fassent preuve de discrétion : « Faut rien voir hein ! Elles le savent en fait. Parce que déjà quand on en voit deux qui dorment ensemble, le lendemain matin on leur dit déjà. On leur dit : “Chacune dans votre lit !” » 13. Ces simulacres apparaissent finalement comme l’expression des tentatives des agents pénitentiaires pour surmonter la contradiction entre la norme d’invisibilisation qu’ils ont intériorisée et l’impératif sécuritaire auxquels ils sont soumis. Nous allons voir qu’une autre situation se caractérise par cette même antinomie.

Prévenir les phénomènes de pressions sexuelles au sein des couples

31La question des abus sexuels entre femmes détenues constitue en France un vide sociologique. L’occultation telle qu’elle caractérise à la fois la production scientifique et les discours des acteurs carcéraux paraît liée, d’une part, aux représentations collectives essentialistes de la féminité figurant une inconciabilité entre l’appartenance au genre féminin et le statut d’agresseur sexuel et, d’autre part à la dissimulation des faits par les victimes eu égard au sentiment de honte qu’elles éprouvent. L’intérêt aux seuls viols éclipse en fait un continuum de pratiques abusives pouvant être regroupées sous l’appellation plus large de pressions sexuelles. Celles-ci ne renvoient pas nécessairement à des abus physiques, mais peuvent prendre la forme d’attouchements, de chantage ou de harcèlement. Sont concernées les femmes de tous âges, de toutes cultures et de toutes origines sociales, incarcérées depuis quelques jours comme depuis plusieurs années, en maison d’arrêt ou en centre de détention. Une catégorie particulière de détenues est néanmoins victime de pressions sexuelles de longue durée dans les espaces privés, à savoir les femmes dont le motif d’infraction est situé au plus bas de l’échelle de classement moral (Le Caisne, 2000), les atteintes aux enfants, et qui sont désignées par l’ensemble des acteurs de la détention comme faibles et manipulables.

32On remarque que les pressions sexuelles de longue durée s’inscrivent en fait dans un ensemble plus large de mauvais traitements perpétrés à l’abri des regards au sein d’une relation conjugale d’emprise comprenant également des brimades, des humiliations, des agressions physiques et du racket. Edith souligne : « C’est qu’elles sont toutes pareilles ces femmes. Physiquement non bien sûr, mais elles sont toutes vulnérables. Alors bon y a pas leur bonhomme ici, mais elles ont une détenue : “Oui mais ma copine elle m’a dit de faire comme ça, moi j’ai fait comme ça” ». Il convient de signaler à leur sujet une biographie sexuelle caractérisée par la répétition de services sexuels rendus au(x) partenaire(s) par sentiment d’obligation et par crainte des représailles (Joël-Lauf, 2009). Dès lors, on peut avancer l’hypothèse que les détenues ne dénoncent pas les pressions sexuelles exercées par leur compagne et s’y soumettent en pensant qu’il s’agit là de la meilleure manière d’éviter d’aggraver la situation. Le terme de soumission ne doit pas être compris dans son acception commune faisant référence à un comportement entièrement déterminé par l’exercice de contraintes ; il renvoie plutôt ici à la reconduction d’un comportement tenu pour le moins coûteux dans une situation identifiée comme familière. Nous ne sommes donc pas dans une approche en termes de reproduction d’un schéma s’imposant aux victimes, mais plutôt dans une sorte de stratégie intériorisée destinée à limiter autant que possible les coûts.

33Les agents pénitentiaires se déclarent très concernés par ces phénomènes de pression sexuelle et soulignent la vigilance dont ils font preuve. S’ils interviennent immédiatement après avoir été mis au courant de la situation en convoquant individuellement les deux femmes et en les séparant si elles sont cocellulaires, l’essentiel de leur action reste préventif. Ils exercent une surveillance attentive des couples qui leur paraissent suspects, refusent des demandes de partage de cellule et tentent de s’informer de la situation auprès des victimes présumées au moyen de discussions évasives. Mais surtout ils s’efforcent de diffuser la norme du consentement sexuel au travers de la valorisation du statut de sujet sexuel, d’une part, et de la promotion du modèle de sexualité conjugale consentie, réciproque et égalitaire, d’autre part. Les détenues sont ainsi incitées à exprimer à leur partenaire leur refus de pratiquer une activité sexuelle, l’acte sexuel étant ramené dans les discours des agents à une forme suprême de communication et de bien-être entre conjoints (Bozon, 2002b) en opposition à un service sexuel rendu par obligation.

  • 14 L’une des gradées mentionnait ainsi avoir accompagné une détenue depuis son propre début de carrièr (...)

34Il ne s’agit pas ici de statuer sur le bien-fondé de cette démarche intrusive mais d’en signaler la logique rationnelle, un examen superficiel de la situation pouvant conduire à interpréter hâtivement cette immixtion comme la manifestation d’un système coercitif fondé sur le non-droit à la vie privée, visant à endiguer indistinctement toute forme d’homosexualité (Faure, Mathieu & Welzer-Lang, 1996). Les agents considèrent d’ailleurs cette intrusion comme une obligation leur incombant eu égard à leur fonction, voire comme une source de malaise. Ce sentiment exprime finalement la contradiction des impératifs auxquels ils se trouvent soumis dans leur situation : d’un côté leur mission leur impose de veiller à l’intégrité physique des détenues, mais de l’autre la norme d’invisibilisation de l’activité sexuelle leur prescrit de confiner celle-ci dans les espaces privés et de ne pas s’en mêler. On l’observe avec acuité dans les établissements où les détenues purgent de longues peines, le travail de longue durée des agents pénitentiaires auprès des détenues 14 favorisant une connaissance approfondie des administrées et des relations qu’elles entretiennent. Le discours d’Elsa, directrice adjointe d’un centre de détention, est ici éloquent :

35« On est obligé d’être attentifs. Donc il faut trouver la juste limite entre ce qui leur appartient vraiment et là où on doit intervenir. Donc si vous voulez, y a savoir doser entre l’interférence et l’immixtion dans la vie vraiment privée des détenues, qui est un des rares aspects qui leur appartienne encore puisque l’administration doit prendre en charge tout le reste ».

36À cet égard, les conduites des agents pénitentiaires apparaissent tout autant sous-tendues par des logiques professionnelles spécifiques au système coercitif dans lequel ils exercent, que par des logiques sociales relevant de normes profondément intériorisées (Joël-Lauf, 2014).

Conclusion

37L’examen des contrôles exercés sur l’homosexualité en prison de femmes montre la fécondité d’une approche combinant la perspective compréhensive à la prise en compte de l’espace. En lien direct avec la prégnance de l’optique militante dans les travaux sociologiques traitant de l’homosexualité en milieu carcéral, il est courant de présenter l’activité homosexuelle comme entièrement déterminée par les contraintes caractérisant le contexte de son exercice. Le rôle des agents pénitentiaires est alors réduit à un pouvoir discrétionnaire décliné sous la forme d’une stricte répression ou d’une bienveillante tolérance. Au sein de la détention féminine, les résultats présentés invitent cependant à nuancer cette analyse, car ils mettent en évidence des collaborations directes ou indirectes entre des individus dont on postule l’opposition, et des mesures de coercition entre des individus dont on présume la coalition. L’ensemble des acteurs s’efforce finalement d’exercer un contrôle – externe ou interne – sur les pratiques homosexuelles, les règles et les normes sous-jacentes s’articulant différemment selon les espaces. Pour incontournable qu’il soit, le règlement ne constitue donc pas la seule forme de contrôle en jeu. La promotion et la prescription de modèles comportementaux impliquent plutôt des mécanismes diffus de normalisation et d’autocontrainte, a fortiori hors des espaces publics. Si ces mécanismes ont été observés dans l’ensemble des établissements fréquentés, il convient néanmoins de signaler l’hétérogénéité de l’entreprise d’invisibilisation des conduites homosexuelles dans les espaces semi-publics, celle-ci se trouvant intensifiée dans les petites structures.

38Parce que les situations extrêmes sont révélatrices des constituants et des conditions de l’expérience « normale » dont le caractère familier fait souvent écran à l’analyse (Pollak, 2000 [1990]), la situation en prison de femmes révèle ainsi, tel un miroir grossissant, les transformations de la sexualité contemporaine comme passage d’une sexualité construite par des contrôles et des disciplines externes à une sexualité reposant sur des contrôles et des disciplines internes (Bozon, 2002a). Ce faisant, et dans la lignée de la perspective détotalisante préconisée par Gilles Chantraine (2004), la prise en compte de l’espace dans le cadre d’une approche compréhensive du milieu carcéral invite à concentrer le regard sur les logiques et les parcours des acteurs fréquentant les différents lieux de l’institution, plutôt que sur l’institution elle-même et les contraintes qui la caractérisent.

Haut de page

Bibliographie

Barbosa O., Mathieu L. & D. Welzer-Lang (1994), Prostitution : les uns, les unes et les autres, Paris, Éditions Métailié.

Becker H. (1985 [1963]), Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Éditions Métailié.

Blanc M. & J.-Y. Causer (2005), « Privé-public : quelles frontières ? », Revue des Sciences Sociales, n° 33, pp. 8-11.

Bozon M. (1999), « Les significations sociales des actes sexuels », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 128, pp. 3-23.

Bozon M. (2001), « Orientations intimes et constructions de soi. Pluralité et conflits dans les expressions de la sexualité », Sociétés contemporaines, n° 41-42, pp. 11-40.

Bozon M. (2002a), « Révolution sexuelle ou individualisation de la sexualité ?», Mouvements, n° 20, pp. 15-22.

Bozon M. (2002b), Sociologie de la sexualité, Paris, Éditions Nathan.

Brezgzer D. & L. Quéré (1992), La Matrice pratique des espaces publics urbains, rapport de recherche pour le Plan Urbain, Paris, CEMS.

Cain A. (2004), Espace(s) public(s), espace(s) privé(s) : enjeux et partages, Paris, Éditions L’Harmattan.

Chanial P. (1992), « Espaces publics, sciences sociales et démocratie », Quaderni, n° 18, pp. 63-73.

Chantraine G. (2004), Par-delà les murs. Expériences et trajectoires en maison d'arrêt, Paris, Presses universitaires de France.

Deschamps C. (2012), Le Fait sexuel, mémoire de HDR dirigé par Philippe Combessie, Université Paris Ouest.

Deschamps C. & L. Gaissad (2007), « Des sexualités dans l’espace public. Moments “autres” et co-voisinages multiples », Espace, Populations, Sociétés, n° 2-3, pp. 357-369.

Deschamps C. & L. Gaissad (2008), « Pas de quartier pour le sexe ? Le développement durable des rencontres sans lendemain », EchoGéo, n° 5 [En ligne] http://echogeo.revues.org/4833

Elias N. (1973 [1969]), La Civilisation des mœurs, Paris, Éditions Presses Pocket.

Fassin D. & D. Memmi (2004), Le Gouvernement des corps, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales.

Faure M., Mathieu L. & D. Welzer-Lang (1996), Sexualité et violences en prison : ces abus qu’on dit sexuels, Lyon, Aléas éditeur.

Flamand A. (2007), « Les espaces intermédiaires, un état des lieux raisonnés », journée d’étude « Le logement et l’habitat comme objet de recherche », co-organisée par le GIS Socio-économie de l'habitat (Université Paris I - INED - CNRS) et le CRETEIL (Institut d'Urbanisme de Paris - Université Paris XII - Val de Marne) [En ligne] http://resohab.univ-paris1.fr/jclh05/article.php3?id_article=30

Foucault M. (1975), Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Éditions Gallimard.

Foucault M. (1984), Histoire de la sexualité, vol. 3 : Le Souci de soi, Paris, Éditions Gallimard.

Goffman, E. (1973), Les Relations en public, Paris, Éditions de Minuit.

Habermas J. (1988 [1962]), L’Espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Éditions Payot.

Joël-Lauf M. (2009), « L’intimité des femmes incarcérées, une expérience de terrain », Ethnologie française, vol. 39, n° 3, pp. 547-556.

Joël-Lauf M. (2012), La Sexualité en prison de femmes, thèse de doctorat, Université Paris Ouest.

Joël-Lauf M. (2013), « Coûts et bénéfices de l’activité homosexuelle dans l’espace de la détention féminine», Ethnologie Française, vol. 43, n° 3, pp. 469-476.

Joël-Lauf M. (2014), « Conduites sexualisées et pouvoir dans les prisons de femmes », Hermès, n° 69, pp. 65-70.

Kassebaum G. & D. Ward (1965), Women's Prison: Sex and Social Structure, Chicago, Aldine Publishing Company.

Le Caisne L. (2000), Prison, une ethnologue en centrale, Paris, Éditions Odile Jacob.

Lhuilier, D. (2003), « Intimité et sexualité des femmes incarcérées », La Lettre du Génépi, n°64 [En ligne] http://genepi-nancy.over-blog.org/article-35389475.html

Mathieu L. (2000), « L’espace de la prostitution. Éléments empiriques et perspectives en sociologie de la déviance », Sociétés contemporaines, n° 38, pp. 99-116.

Paquot T. (2009), L’Espace public, Paris, Éditions La Découverte.

Pellegrino P., Lambert C. & F. Jacot (1990), « Espace public et figures du lien social », Espaces et Sociétés, n° 62, pp. 11-28.

Pollak M. (2000 [1990]), L’Expérience concentrationnaire, Paris, Éditions Métailié.

Révillard A. (2002), « L’identité lesbienne entre nature et construction », Revue du MAUSS, n° 19, pp. 168-182.

Ricordeau G. (2004), « Enquêter sur l’homosexualité et les violences sexuelles en détention », Déviance et Société, vol. 28, n° 2, pp. 233-253.

Ricordeau G. (2005), Les Relations familiales à l'épreuve de l'incarcération. Solidarités et sentiments à l'ombre des murs, thèse de doctorat, Université Paris 4.

Rostaing C. (1997), La Relation carcérale. Identités et rapports sociaux dans les prisons de femmes, Paris, Presses universitaires de France.

Welzer-Lang D. (1997) « Penser les sexualités en prison », Quasimodo, n° 2, pp. 17-20.

Haut de page

Notes

1 Dans les centres de détention et à l’inverse des maisons d’arrêt, les personnes détenues ne sont pas confinées dans leurs cellules et peuvent circuler dans leur division.

2 « Le territoire “sexuel” n’est pas simplement annexe ou contigu à d’autres espaces sociaux ; il les chevauche et les relie plutôt que de les isoler » (Deschamps & Gaissad, 2007, p. 368).

3 J’entends par là les espaces ne relevant ni de la détention féminine ni de la détention masculine, dans lesquels circulent les acteurs pour se rendre d’un point à l’autre de l’établissement.

4 Avant le procès, les jurés visitent parfois un établissement pénitentiaire.

5 La fréquence de ce script sexuel précarcéral explique le succès rencontré par les unités de vie familiale auprès des femmes détenues, les caractéristiques de ce dispositif (architecture en appartement et durée des visites de plusieurs heures, voire de plusieurs jours) autorisant une importation du dehors vers le dedans d’usages sexuels familiers du temps et de l’espace. Se comprennent ainsi en miroir les critiques virulentes des détenues à propos des parloirs intimes jugés « bestiaux » et « avilissants ».

6 Nous ne les traiterons pas ici mais il convient de souligner que certaines détenues adoptent délibérément des conduites relevant de l’exhibition, le plus souvent dans une optique instrumentale (contraindre le responsable du quartier de les mettre en cellule avec leur compagne) ou provocatrice (choquer les agents pénitentiaires ou leurs pairs).

7 Cette expression renvoie à ce que les femmes font le tour de la cour de promenade ensemble, le plus souvent en se tenant par le bras.

8 Ces restrictions concernent non seulement le nombre d’habits, mais également leur type (les jupes, les robes et les shorts au-dessus du genou ne sont généralement pas autorisés, ainsi que les décolletés et les hauts dénudant les épaules ou le ventre).

9 Michel, gradé ayant trente-deux ans d’ancienneté pénitentiaire, déclare à ce sujet : « L’été souvent dans les cours de promenade, elles sont en maillot de bain. Et un des principes, c’est qu’un homme ne rentre pas dans la cour de promenade : c’est la surveillante qui se présente à la cour de promenade. C’est à la fois pour éviter les dérives et aussi les interprétations ! Si le chef il allait tous les jours à telle heure… ».

10 Ces suspicions sont à ce point prégnantes que j’en vins d’ailleurs moi-même à présupposer le caractère homosexuel des relations de mes enquêtées après les avoir observées en train de se tenir les mains, de se serrer dans les bras ou de se caresser les cheveux.

11 Le discours d’Anne-Sophie illustre bien le dégoût ressenti par de nombreuses détenues : « On est humains, c’est pire que des animaux ! Et encore, les animaux c’est le chien et la chienne. [Outrée] Ca me dégoûte de voir ça putain ! C’est pas naturel, la nature elle est pas comme ça. La nature c’est un homme-une femme, la nature c’est comme ça, les ancêtres c’était comme ça. Même dehors je trouve que c’est dégueulasse ».

12 L’un des quartiers comportait, par exemple, une dizaine de femmes incarcérées.

13 Il semble qu’il existe néanmoins des exceptions, une surveillante déclarant que les détenues étaient autorisées à disposer leurs deux matelas par terre côte à côte dans son établissement.

14 L’une des gradées mentionnait ainsi avoir accompagné une détenue depuis son propre début de carrière dans l’établissement jusqu’à sa libération, soit une relation de plus de vingt ans.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam Joël, « Le contrôle exercé sur l’homosexualité en prison de femmes », SociologieS [En ligne], Dossiers, Penser l'espace en sociologie, mis en ligne le 16 juin 2016, consulté le 10 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/5638

Haut de page

Auteur

Myriam Joël

Post-doctorante, INED, Paris - myriam.joel@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page