Navigation – Plan du site
Umberto Eco
Découvertes / Redécouvertes
Umberto Eco

Discours prononcé à l’occasion de la remise du titre de Docteur honoris causa de l’université de Franche-Comté, le 28 janvier 2004

Umberto Eco

Résumés

Texte paru pour la première fois dans n°111 de Tout l’U, journal de l’université de Franche-Comté (supplément de mars 2004) et publié avec l’aimable autorisation de la revue.

Haut de page

Notes de la rédaction

L’introduction par Francis Farrugia est accessible à l’adresse : https://sociologies.revues.org/5425

Texte intégral

1Madame le Président, Madame le Recteur, chers amis et collègues, cher... laudator.

2Recevoir un Doctorat Honoris Causa par une université qui a une histoire séculaire est toujours une raison de joie. Je ne veux pas gaspiller le peu de temps à ma disposition, ni abuser de votre patience, en me prodiguant en chinoiseries académiques.

3Vous le savez chers collègues je suis heureux et ému par ce geste d’amitié, mais si je traduisais mon émotion en mots de circonstance, je risquerais de faire seulement de la rhétorique. Je vais plutôt m’occuper de la situation de l’université dans le monde actuel et des raisons par lesquelles une cérémonie académique comme celle-ci peut avoir aujourd’hui une signification différente de celle qu’elle aurait pu avoir, disons, il y a vingt ans.

4Première remarque : la notion d’université est strictement liée à un océan de liberté. Il faut naturellement s’entendre sur le concept d’université. Si nous pensons à une école supérieure où l’on cultive un savoir créateur, là, nous pouvons commencer par l’académie platonicienne, en passant par beaucoup d’écoles coraniques dans le monde musulman, jusqu’à la scuola palatina au temps de Charlemagne.

5Mais il faut partir d’une notion moderne – c’est-à-dire médiévale – d’université, selon laquelle nous parlons d’activité universitaire lorsque deux savants se réunissent et tracent les limites de leurs méthodes, de leur discipline, de leurs recherches, par amour du savoir.

6Ces savants, parallèlement à leurs recherches, transmettent leurs connaissances à des communautés d’élèves qui les suivent librement. Cette double activité de recherche et d’enseignement se déroule en dehors du contrôle de tout autre institution officielle, fût-elle l’État ou l’Église. Pour cette raison, on fera remonter la fondation de l’université de Paris seulement au début du xiième siècle, parce que le premier noyau de l’université s’était formé sur l’Île de la Cité, comme école cathédrale, dépendant de l’archevêque. C’est seulement en 1106, lorsqu’elle échappe à la juridiction de l’évêque et établit sur la montagne Sainte-Geneviève son activité d’enseignement et de recherche, qu’on peut parler d’université dans le sens moderne du terme.

7La corporation des étudiants commence alors à vivre d’une façon indépendante, se heurtant fréquemment à la justice de l’évêque et du roi, mécontente de leur indépendance. Par cette confrontation continuelle, s’est prédessiné le profil d’une universitas magistrorum et scholarium Pariensis.

8Je viens de l’université de Bologne qui a célébré son neuvième centenaire en 1988. Pourquoi les recteurs de toutes les universités du monde ont-ils signé en 1988 un protocole reconnaissant à Bologne le privilège d’être la plus ancienne des universités ? Parce que c’est en 1088 que s’était établi à Bologne un studium de Russes, qui travaillaient de façon indépendante de tout autre pouvoir. Il fallait pourtant attendre un événement qui ratifierait cette situation. Et ici nous commençons à saisir une contradiction qui a dominé, à travers les siècles, la vie des universités obligées de gagner leur propre indépendance par des compromis avec plusieurs pouvoirs.

9Entre le xième et le xiième siècle se développe la querelle des investitures. Il s’agit d’une période fondamentale pour le développement de la politique européenne, dont l’enjeu est la définition des rapports entre État et Église, comme vous le savez. Au cours de cette controverse, les discussions des droits sont évidemment fondamentales ; leur source commune était le droit de Justinien, dernier ajout de la civilisation romaine et fondement même de l’identité de l’empire. En 1158, Frédéric Barberousse, à la Diète de Roncalla, invite quatre juristes du studium bolognais pour qu’ils expriment leurs avis sur les droits de l’empire. À l’exception de Martin, les trois autres se prononcent en faveur de l’empire, en démontrant par des gloses très subtiles que la seule loi était la loi romaine, donc le Saint empire romain, dont l’empereur germanique était l’héritier. C’est lors de sa victoire sur le pape que le futur empereur Barberousse put démontrer que les docteurs de Bologne représentaient une institution indépendante soit de l’État, soit de l’Église. Et voilà le cercle vicieux.

10La même année, Barberousse promulgue une constitutio habita par laquelle on établit que chaque école représente une communauté, une societas d’élèves présidée par un maître, payé par une cotisation étudiante. L’empire s’engage à protéger l’indépendance de cette société et à garantir la liberté de mouvements de tous les écoliers qui voyagent pour des raisons d’études. Il s’agit d’un événement fondamental pour la définition moderne de l’Université, qui devient par loi le lieu où la recherche et l’enseignement se développent en pleine liberté. Est-ce que Frédéric avait établi l’indépendance de l’université avant ou après seulement s’être soumis à l’autorité de ces docteurs, ou bien l’autonomie avait-elle été octroyée aux docteurs pour récompenser le jugement qu’ils avaient donné en faveur de l’empereur ? Renversez comme vous le voulez les stades de ce processus et voilà que vous aurez toujours un mouvement circulaire. Parce qu’en tout cas, il y a quelqu’un qui légitime celui qui devrait le légitimer. Les professeurs de Bologne ont été les premiers à faire l’expérience du rapport difficile entre université et pouvoir politique ou religieux et ont appris tout de suite que toute indépendance académique a toujours un prix et relève d’un compromis. Mais le compromis a fonctionné, à Bologne comme ailleurs, bien que, depuis la mort de Frédéric, l’université de Bologne doive subir l’ingérence de la commune de la ville ; c’est la libre collaboration des étudiants et des professeurs qui s’impose.

11Entre la fin du xiième et le début du xiiième siècle s’établissent ainsi, dans plusieurs villes européennes, des universitates qui sont des associations d’étudiants qui essaient d’établir leur propre autonomie en traitant avec les pouvoirs locaux. Et ici nous arrivons à une deuxième remarque : très tôt après la naissance du studium de Bologne, les autorités civiles demandent à tout professeur un aveu qui l’engage à ne pas enseigner en dehors de la ville. Les étudiants n’acceptent pas l’interdit de migration et en 1222, à l’occasion d’une sécession bolognaise, se constitue une université à Padoue.

12La préoccupation de la municipalité envers l’émigration démontre que dès son début, l’université est devenue pour la ville non seulement une raison de prestige international, mais aussi une affaire commerciale qui conduisait à Bologne des étudiants venant de toute l’Europe. Mais la lutte contre l’émigration échoue, bientôt les étudiants acquièrent leur droit à la sécession et le recteur des universitates ne doit plus prononcer l’aveu qui le lie à l’université d’origine. Voilà donc la deuxième caractéristique de l’université, elle est le lieu de passage continuel de clerici vagantes. L’université est physiquement un endroit résidentiel, mais dans et à travers cet endroit, il y a un vagabondage continuel de maîtres et d’élèves. L’université est née comme lieu d’accueil pour des clerici vagantes, c’est ainsi que se sont formées les premières naciones. À Bologne, Paris, Tramontani, il y avait des Espagnols, des Provençaux, des Normands, des Bourguignons, des Anglais, des Picards, des Catalans, des Hongrois, des Polonais, des Flamands, des Allemands. Ont été élèves ou visiting professors à Bologne, des Italiens qui s’appelaient Dante ou Pétrarque ou Pic de La Mirandole, mais il y avait aussi des étrangers qui s’appelaient Jouffroy de Vainçaux, Thomas Beckett, Erasme, Paracelse, Dürer, Copernic.

13Et chez vous – mais votre président l’a justement rappelé – lorsque l’université était encore à Dole, on avait enrichi la faculté par des savants ou des ténors étrangers comme Anselme de Maranches ou comme Nicolas Belloni et j’ai vu qu’au xvième siècle, sur les 270 étudiants de Dole, 45 seulement étaient comtois et que tous les autres étaient étrangers. Et on sait que, plus tard, les étudiants originaires des Pays-Bas espagnols se sont regroupés en une nation flamande. Les naciones étaient un élément constitutif de la vie universitaire.

14Troisième remarque : grâce à l’universalité de la langue latine, devenue une unité fondamentale du savoir et de la culture médiévale, l’université peut devenir un centre de vagabondage érudit. Elle est à vocation non nationale mais européenne. Dans le dictionnaire raisonné de l’occident médiéval, sont décrites d’autres caractéristiques majeures de l’université médiévale (l’autre caractéristique majeure était sa vocation universaliste). Puisé à la double source de la science antique et de la révélation chrétienne, ce savoir était partout le même. Étranger donc à toute particularité nationale ou régionale, on le retrouvait de manière uniforme dans toutes les universités de la chrétienté. En théorie du moins, cette uniformité entraînait la validité universelle des grades universitaires. Droit aux étudiants de choisir librement leur université. Donc vous voyez : libre enseignement, libre vagabondage et universalisme, voilà trois aspects de l’université médiévale, trois aspects qui étaient strictement indépendants l’un de l’autre.

15Et c’est pourquoi à la faculté de théologie de Paris, les grandes stars académiques pouvaient être des Allemands comme Albert Le Grand ou des Italiens comme Thomas D’Aquin. On pourrait dire aujourd’hui qu’un tel mélange d’intelligence internationale se vérifie seulement dans les grandes universités américaines comme Harvard, Columbia ou Berkeley, mais il y a des différences.

16Je suis, tel que vous me voyez, comme vous m’avez voulu, un clericus vagans, j’ai voyagé dans plusieurs universités étrangères, souvent pour enseigner, très souvent aussi pour apprendre, comme aujourd’hui, où j’ai appris quelque chose de très élogieux, mais de faux sur mon compte, car c’est certainement trop flatteur ! Mais... je vais y réfléchir !

17Les universités n’ont jamais cessé d’être des lieux de rencontres internationales, mais la notion de clericus vagans allait profondément changer au cours du siècle suivant. Nos étudiants vont souvent dans une université étrangère, mais si par exemple un étudiant de Besançon va passer une période donnée, disons, à Oxford ou en Amérique, ou bien il y reste, ou bien il revient chez soi, certainement enrichi par son expérience, mais sans que se soit constitué un rapport particulier entre ce qui se passe ici et ce qui se passe ailleurs.

18De même j’ai pu travailler comme visiting professor à Columbia University ou au Collège de France, mais ces deux vénérables institutions continuent à vivre leur vie, comme la vie a continué à Bologne. Si j’avais accepté de continuer à enseigner définitivement à Columbia, je serais devenu un professeur américain. C’est tout !

19Dans les derniers siècles ces universités se sont dangereusement nationalisées. L’université allemande du xixème siècle était le lieu d’approfondissement d’une Kultur allemande et c’est encore au xxème siècle que Martin Heidegger pouvait affirmer que l’on ne peut pas penser de façon philosophique autrement qu’en allemand. Il s’agit seulement d’un ou deux exemples que je pourrais donner. Si un jour un philosophe va étudier à Oxford, il deviendra un philosophe analytique qui n’aura plus rien en commun, disons, avec un déconstructionniste français. Et un anthropologue formé à l’école de Claude Lévi-Strauss n’aura plus aucun intérêt pour l’ethno-linguistique californienne. Les élèves napolitains de Benedetto Croce considéraient le positivisme ou le bergsonisme français comme la négation de toute philosophie digne de ce nom.

20On voyage encore, plus qu’auparavant, mais le vagabondage moderne n’efface pas les différences, ne contribue pas à un savoir universel, sauf dans les sciences exactes, et même là pas toujours. Eh bien chers collègues, je crois que nous sommes aujourd’hui en train de faire face à une transformation profonde de la notion même d’université, au moins au niveau européen.

21Aujourd’hui nous sommes en train d’exploiter d’autres chances qui rendront probablement les universités européennes plus proches du modèle médiéval où elles sont nées. Je ne parle pas tellement des projets comme Erasmus, qui en tout cas sont en train de relancer la figure du clericus vagans, qui a la chance au cours de sa vie universitaire de faire l’expérience de plusieurs institutions d’enseignement et de recherche. J’ai souligné plusieurs fois la fondamentale fonction sexuelle du projet Erasmus : parce que les étudiants en voyageant se marient avec les étudiants d’autres pays et si ça marchait de façon régulière, dans 30 ans nous aurions une classe de dirigeants européens bilingues.

22Mais je pense plutôt à plusieurs projets en cours pour établir des réseaux universitaires européens. Il y en a beaucoup, je cite seulement un de ces projets conçu par des collègues de Paris VIII qui est en train de grandir par une collaboration avec d’autres pays européens et qui vise à établir un doctorat européen en sciences humaines organisé en quatre départements, avec l’idée de quarante chaires stables, de vingt visiting professorships. Selon la formulation du projet il y aura quatre départements : l’un de philosophie, l’autre d’art et d’esthétique, un troisième de littérature et de langues, un quatrième de culture et communication. Mais ce n’est pas tellement ça l’aspect intéressant, c’est que les chercheurs sont les étudiants et les chercheurs titulaires de titre universitaire national qui sont envoyés pour terminer ou perfectionner leurs études dans le département européen. À la fin de leur curriculum, les étudiants reçoivent soit le doctorat de leur université, soit le doctorat européen, valable, reconnu pour tous les pays de la communauté. Donc ces étudiants sont déjà en principe vagantes par définition, mais ce qui me paraît le plus important, c’est que le doctorat même, selon le projet, sera vacans puisqu’il s’agira d’une université décentrée : un département pourra être à Paris, l’autre à Bruxelles ou l’autre encore en Allemagne, selon les ressources disponibles et les vocations spécifiques des différents centres de recherche, et peut être qu’au cours des années on pourrait changer ces centres. Dans cette perspective les universités pourront véritablement s’organiser en un réseau européen en produisant une grande mobilité, soit des professeurs, soit des étudiants et en retrouvant en même temps – tel est l’esprit de ce projet comme beaucoup d’autres – certaines lignes de forces d’un savoir commun fondé sur un dialogue interculturel entre les différentes régions du monde.

23Si vous voulez ce sera la façon pour le monde universitaire de profiter de manière positive et fructueuse du phénomène de la mondialisation, ou encore comme on dit dans le reste du monde, de la globalisation. Il ne s’agit pas d’un anglicisme puisque la racine du mot « global » existe dans la langue française aussi. Mais pour le moment soyons prudents et parlons plutôt d’une nouvelle européanisation des universités. Peut être que dans un avenir assez proche le fait d’être devenu Docteur Honoris Causa d’une autre université ne représentera plus seulement une occasion ponctuelle de rencontre et d’échanges d’amitié, mais le point de départ d’une collaboration constante.

24Mes amis de Besançon, dans l’espoir d’un nouveau et renouvelé vagabondage européen, je vous remercie de tout mon cœur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Umberto Eco, « Discours prononcé à l’occasion de la remise du titre de Docteur honoris causa de l’université de Franche-Comté, le 28 janvier 2004 », SociologieS [En ligne], Découvertes / Redécouvertes, Umberto Eco, mis en ligne le 16 juin 2016, consulté le 26 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/5648

Haut de page

Auteur

Umberto Eco

5 janvier 1932 -19 février 2016

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page