Navigation – Plan du site
Les risques liés à l’incertitude : quels effets sur le système de genre ?

Rapport au « boire » et au risque en milieu étudiant : dépassement ou déplacement du genre ?

Drinking Patterns and Risk Taking among Students: Exceedance or Displacement of Gender?
Ludovic Gaussot, Nicolas Palierne et Loïc Le Minor

Résumés

Il s’agit dans cet article d’examiner la question des (prises de) risques en matière de consommation d’alcool, en interrogeant les incertitudes qui pèsent sur leur structuration et leurs évolutions selon le genre. Les résultats utilisés sont issus d’une recherche sur les étudiant-e-s de la région de Poitiers. Les données montrent un rapprochement quantitatif de certains modes de consommation entre les filles et les garçons et, en même temps, une dissymétrie persistante, en particulier concernant les « marges », à savoir l’abstinence et les consommations jugées les plus à risque. Ce mouvement apparemment paradoxal explique les difficultés à se prononcer de façon unilatérale sur le sens des évolutions : s’il n’y a pas un véritable « dépassement du genre », on n’observe pas non plus une reproduction à l’identique des manières de boire.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Il est parfois très difficile aujourd’hui de démêler « ce qu’il en est de ce qui est » (Boltanski, 2009) du genre, des rapports de différenciation et de hiérarchisation entre les sexes (Bereni et al., 2008). Des recherches contradictoires suggèrent pour les unes une véritable « convergence » entre les sexes quand les autres insistent sur le maintien voire l’accroissement de certaines inégalités. L’une des études récentes les plus intéressantes sur ce paradoxe est sans doute celle que propose Nicky Le Feuvre (2014) concernant l’identification de l’évolution de l’« emprise du genre » (Löwy, 2006) dans les « sociétés de l’individualisme » comme les nôtres. Son analyse consiste à mettre en garde contre une double tendance fréquente dans la recherche : diagnostiquer un peu rapidement la dissolution du genre et des assignations normatives liées au sexe dans nos sociétés de l’impératif de la construction (individuelle) de soi ; ne voir dans les transformations à l’œuvre au sein des rapports de sexe que le retour et la recomposition du même, suggérant que « plus ça change, plus c’est la même chose ».

2Les deux nous empêchent finalement d’évaluer empiriquement un certain « dépassement du genre » rendu théoriquement possible du fait de la « montée des incertitudes » (Castel, 2014) et de la nature historique et construite, donc potentiellement variable du genre.

« Si nous nous entêtons à ne chercher (désespérément ?) que les signes palpables d’une recomposition à l’identique et à l’infini des principes fondateurs du genre, ne lui reconnaissant de variabilité que dans sa combinaison "intersectionnelle" avec d’autres types de rapports sociaux, nous risquons de passer à côté du changement radical que les sociétés de l’individualisme opèrent à l’égard du genre » (Le Feuvre, 2014, p. 135).

3Les analyses apparaissent ainsi quelque peu contradictoires selon les principes mobilisés et les faits sur lesquels elles fondent leurs conclusions ; il convient dès lors d’étudier empiriquement la prégnance du genre, sans la postuler, l’universaliser, ni la nier.

4Nous proposons d’étudier dans cet article la place du genre dans les prises de risque en matière de consommation d’alcool chez les jeunes adultes, afin de mettre en évidence certaines des incertitudes qui caractérisent leurs sens et leurs évolutions et si possible de chercher à les dépasser. Ces prises de risque constituent en effet un terrain très pertinent pour observer le sens et les évolutions du genre qui s’y trouvent mis en jeu et en scène. Les rapports de sexe s’expriment dans le rapport aux substances comme l’alcool, posé le plus souvent comme symbole du genre (masculin) (Eriksen, 1999 ; Beck et al., 2006 ; Gaussot & Palierne, 2012). Mais les rapports de sexe se trouvent également mis à l’épreuve dans ces consommations et prises de risque et leurs évolutions, en ce que celles-ci peuvent bousculer, voire subvertir les rapports de sexe. La « jeunesse » apparaît à cet égard une période heuristique pour interroger cette reconfiguration/reconduction des rapports de genre autour des consommations de psychotropes. Assiste-t-on dès lors à un certain « dépassement du genre » (Le Feuvre, 2014) ou à un simple déplacement des anciennes lignes de clivages appuyées sur les assignations statutaires normatives ?

  • 1 Enquête sur la santé et les consommations lors de l’appel de préparation à la défense (actuelle jou (...)
  • 2 Health Behavior of School-aged Children.
  • 3 European School Project on Alcohol and other Drugs.

5La problématique du risque, du rapport au risque et à la prise de risque (en matière de consommation de produits psychotropes) est une façon de chercher à sortir de la problématique de l’incertitude en la mettant en équation : l’approche sociétale en termes de risque, qui s’est très fortement développée à partir des années 1980 (Ehrenberg, 1995 ; Castel, 2014), envisage d’évaluer, de mesurer, de maîtriser les incertitudes concernant les effets de l’usage des psychotropes, essentiellement sur les plans sanitaire et sécuritaire. « Le risque conceptualise, calcule, prévoit, mobilise des acteurs, appelle une prévention, la négociation de compromis et se déploie à l’envi dans le champ des politiques publiques » (Vrancken, 2014, p. 3). Ainsi, cette problématique s’est imposée comme outil conceptuel des nouvelles politiques publiques en matière d’addictions (Fortané, 2010). La gestion et la réduction des risques liés aux usages des « drogues » se sont appuyées sur le développement de la statistique publique opérationnalisée au sein de l’approche épidémiologique : une série d’enquêtes (le baromètre santé, ESCAPAD 1, HBSC 2, ESPAD 3…) alimentent aujourd’hui régulièrement l’évaluation chiffrée des niveaux de consommation et de « prise de risque », de leur évolution et de leur répartition selon les variables sociodémographiques classiques. Mais si la problématique épidémiologique du risque tend à réduire sinon à éliminer l’incertitude et à offrir une approche objectivante basée sur le calcul des probabilités de développer certains effets sanitaires indésirables, elle ne dit à peu près rien du sens même des conduites (décrites essentiellement sur un plan quantitatif), et n’apportent pour cela même que peu d’éléments en termes de prévention et de réduction des risques (au service desquels elle s’est pourtant développée).

6L’incertitude et plus encore les contrastes sont ainsi frappants entre l’analyse épidémiologique des risques et les études sociologiques des « modes de vie » (Peretti-Watel et al., 2007). La première met l’accent sur les niveaux de consommation et l’augmentation des prises de risque (binge drinking, alcoolisations ponctuelles importantes), les secondes insistent davantage sur la nécessité de contextualiser et d’historiciser les pratiques et leurs significations pour les acteurs en restituant leur « définition de la situation ». Enfin, la première se centre sur la variable sexe (à côté de l’âge, du diplôme et de la catégorie sociale notamment), les secondes prennent en compte davantage le genre en tant que processus de différenciation/hiérarchisation. Ainsi, sur le sens même des notions de risque et de prise de risque règne une grande incertitude.

  • 4 Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives.

7Les données épidémiologiques suggèrent un rapprochement des conduites de consommation entre les sexes (Com-Ruelle & Le Guen, 2013) en particulier pour les catégories sociales supérieures (cadres) (Beck et al., 2006) et/ou les plus diplômés (Legleye et al., 2008), avec des écarts importants persistant dans les catégories sociales populaires, d’une part et parmi les jeunes d’autre part, la population étudiante connaissant une faible différenciation interne en comparaison avec les actifs. Les discours et les publications, parfois les lanceurs d’alertes, sur le thème du rattrapage des écarts et de la mise en danger des femmes, se sont particulièrement développés depuis les années 1970 (Membrado & Clément, 2001). Du fait de ces réductions des écarts apparemment établies, les promoteurs de la santé publique, tantôt relayés tantôt alertés par les médias, ont identifié deux groupes à risque : les femmes et les jeunes (MILDECA 4, 2013). Au final, dans les deux cas, ce sont les femmes, moins « résistantes » et plus « fragiles » face à l’alcool, qui sont souvent désignées voire montrées du doigt, tantôt parce qu’elles font courir un risque (en cas de grossesse), tantôt parce qu’elles emprunteraient par mimétisme la (mauvaise) voie des garçons.

8Les sociologues, y compris en France, se sont emparés de la « question sociale » des alcoolisations en particulier chez les jeunes, mais les résultats restent incertains : l’évolution des pratiques, d’une part et celle de leur dimension genrée d’autre part, n’apparaissent pas aussi assurées que certaines lectures des données épidémiologiques le suggèrent. Lorsqu’on observe plus attentivement la réalité de ces pratiques, au regard du sexe, on constate que ces rapprochements ne touchent que certaines populations, certains âges, certains modes d’alcoolisation. On note également que ces rapprochements peuvent aussi s’expliquer, selon les contextes, par la diminution de la consommation des garçons plutôt que par l’augmentation de celle des filles (Kuntsche et al., 2011). Mais l’incertitude concerne également la signification genrée des consommations. Cette perspective est davantage développée dans les travaux sociologiques anglophones qu’en France, même si là encore les résultats sont contradictoires. Concernant par exemple les consommations estimées dangereuses, les prises de risque, certaines recherches suggèrent une absence de différenciation selon le genre (Le Garrec, 2002), quand d’autres, utilisant une méthodologie proche, observent de très fortes oppositions (Freyssinet-Dominjon & Wagner, 2003 ; Meidani, 2010).

  • 5 Soit 11% du nombre d’inscrits à l’Université de Poitiers en 2012-2013. Le questionnaire en ligne, d (...)
  • 6 Pour une étude comparative interrégionale voir notamment le site ODICER (Observation des drogues po (...)

9Il s’agit donc ici de questionner et tant que possible de réduire l’incertitude qui pèse sur la connaissance des évolutions, des significations et des déterminants sociaux des consommations selon le genre. Nous nous appuyons sur les résultats de l’analyse de 2 364 questionnaires 5 et de 60 entretiens approfondis recueillis auprès d’étudiant-e-s de la région de Poitiers. Poitiers est une ville étudiante – les étudiants représentent 20% de la population, un marché important pour les établissements nocturnes de la ville et leurs sorties publiques sont particulièrement visibles. De plus, les enquêtes épidémiologiques (ESCAPAD, Baromètre Santé) soulignent régulièrement (Le Nezet et al., 2014 6) que les épisodes d’alcoolisation ponctuelle importante (consommation de cinq unités d’alcool ou plus lors d’une même occasion) sont significativement plus fréquents chez les jeunes picto-charentais comparativement à la moyenne nationale de leur tranche d’âge. Les spécificités de la population étudiante seront par ailleurs rappelées dans la présentation des résultats. Les thèmes retenus pour la conduite et l’analyse des entretiens portent sur les carrières de consommations, les premières initiations et l’évolution des comportements, des contextes (familial, entre pairs, etc.) des occasions et des situations, afin de dégager différents profils de consommation, différents rapports au risque et de mieux percevoir leur dimension genrée.

La répartition sexuée des profils de consommation

10Les recherches y compris sociologiques sur les consommations d’alcool chez les jeunes sont plutôt centrées sur les « conduites à risque » (Le Garrec, 2002 ; Dagnaud, 2008 ; Le Breton, 2013). Les études portent sur les caractéristiques sociodémographiques des consommateurs, les niveaux de prise de risque et leurs conséquences socio-sanitaires (conduites en état d’ivresse, accidents, violences notamment sexuelles agies ou subies, performances et assiduité scolaires, problèmes de santé, décès) (Herman-Kinney & Kinney, 2013) afin de dresser le profil sociologique des individus qui « boivent mal ».

11L’un des intérêts de l’étude de Jacqueline Freyssinet-Dominjon et Anne-Catherine Wagner est d’établir une typologie exhaustive des buveurs, qui souligne la dimension fortement sexuée de ces profils (Freyssinet-Dominjon & Wagner, 2003) : elle distinguent les non-buveurs et « petits buveurs occasionnels », qui représentent plus du tiers du corpus (36%) ; les « petits buveurs réguliers ou buveurs "adultes" » (rares et atypiques, 4%) ; les « buveurs du weekend ou "vsd" » (les plus typiques, 46%) ; enfin les 14% restant qui cultivent le « "boire pour boire" du lycéen prolongé » (faisant de l’ivresse qui « déchire la gueule » le but des soirées, bien étudié par Sophie Le Garrec [2002]). Cette répartition des profils de consommateurs remet en question de nombreux discours dramatisant sur la jeunesse, qui généralisent à l’ensemble d’une classe d’âge des pratiques qui restent en fait bien circonscrites. Les deux extrêmes de cette typologie apparaissent les plus sexués : le premier type (non-buveurs et petits buveurs occasionnels) est majoritairement composé de filles (43% des filles contre 27% des garçons), à l’inverse du type « boire pour boire » (6% des filles contre 24% des garçons).

  • 7 L’Alcohol Use Disorders Identification Test, validé par l’Organisation mondiale de la santé, est ut (...)

12Notre recherche, utilisant le test AUDIT 7, confirme cette répartition sexuée des profils de consommation chez les étudiants.

Tableau  : Répartition des profils de consommateurs d’alcool (AUDIT) selon le sexe

Non consommateur

Consommateur sans risque

Consommateur à risque ponctuel

Consommateur à risque chronique

Un homme

7,9%

34,0%

37,3%

20,8%

Une femme

16,5%

47,3%

30,3%

5,8%

(Test khi2 p<0,001)

13La prise de risque est étroitement corrélée au sexe. La proportion des non consommateurs est deux fois plus importante chez les filles que chez les garçons : celle des sans risque est près d’une fois et demie plus importante chez les filles. A l’opposé, les garçons sont presque quatre fois plus consommateurs à risque chronique que les filles. Si la part de consommateurs à risque ponctuel est assez proche entre les sexes (37.3% vs 30.3%), les écarts se creusent aux extrémités des modalités du boire. Il existe également un effet d’âge. Les plus faibles consommateurs se trouvent davantage chez les moins de 20 ans, les étudiants de L1 (Licence 1, première année universitaire post bac), ce qui est à relier avec la question de l’intégration à la vie étudiante.

Tableau 2 : Répartition des types de consommateurs d’alcool (AUDIT) selon l’année d’étude, parmi les filles

Tableau 2 : Répartition des types de consommateurs d’alcool (AUDIT) selon l’année d’étude, parmi les filles

(Test khi2 p<0,001)

14Ainsi, cette recherche montre un pic des consommations en L2 chez les étudiantes puis une baisse des consommations les plus importantes. La part des non consommatrices diminue de la L1 au doctorat (de 22% à 6%) tandis que la part des buveuses modérées ne cesse de croitre (de 45% en L1 à 67% en doctorat) en réduisant également la part des conduites à risque. Chez les garçons, bien que le lien ne soit pas significatif au test du khi2, c’est à partir du Master 2 que les consommations les plus à risque tendent à décroitre, tout en se maintenant à un niveau relativement élevé : il y a encore 15% de consommateurs à risque chronique en doctorat chez les garçons alors qu’il n’y en a plus chez les filles.

15Par rapport au style de vie étudiant, à l’inverse de ce qu’observaient Jacqueline Freyssinet-Dominjon et Anne-Catherine Wagner (2003), la corrélation est forte entre la modération et le faible niveau voire l’absence (déclarée) de sorties. Enfin, la modération est davantage marquée chez les jeunes issus des milieux populaires, les moins dotés scolairement, que chez ceux des milieux supérieurs qui se distinguent en effet par leurs prises de risque plus importantes et plus fréquentes ; ces tendances étaient identiques chez Jacqueline Freyssinet-Dominjon et Anne-Catherine Wagner. Après cet aperçu statistique général, il importe d’observer la manière dont se structurent relationnellement et le cas échéant hiérarchiquement les rapports entre les sexes pour chaque profil de consommation.

Abstinents et petits buveurs occasionnels

16Les non-buveurs sont rarement objet de recherche, qui se centre généralement sur les excès et les conduites à risque (Gaussot et al., 2015b). Outre la recherche d’envergure dont nous venons de parler (Freyssinet-Dominjon & Wagner, 2003), on peut relever celle de Nancy A. Herman-Kinney et David J. Kinney centrée sur la sobriété étudiante, les non-buveurs des campus américains (Herman-Kinney & Kinney, 2013). Les deux confirment les lacunes de la recherche sur la question d’une part, le fait que la sobriété chez les jeunes fait déviance d’autre part, du point de vue des normes comportementales et identitaires qui définissent la jeunesse, mais aussi du point de vue de l’expérience des jeunes eux-mêmes. Toutefois les dimensions du genre, des rapports de génération, de l’éducation familiale ne sont pas ou peu développées.

17Or les normes de genre sont présentes dans deux dimensions majeures de l’expérience des non-buveurs (Freyssinet-Dominjon & Wagner, 2003 ; Gaussot et al., 2015a) : les relations avec les pairs et en particulier la pression à la consommation ; les relations familiales, plus précisément les initiations et transmissions familiales.

18Dans notre corpus, deux étudiants peuvent être appelés abstinents, au sens d’« abstinents totaux », dont la consommation de toute substance psychotrope est nulle. Qu’il s’agisse d’étudiantes n’est pas un hasard : les garçons s’étant déclarés non consommateurs ont la plupart un passé voire un présent avec des pratiques de consommateurs occasionnels, si ce n’est des formes d’ivresse… qui confirment que la définition de leur situation se fait massivement en référence aux normes genrées de consommation.

19La faible consommation à l’université peut être le signe d’une entrée en consommation (le cas des filles, à l’exception des vraies abstinentes et de certains garçons) ou d’un certain assagissement par rapport au lycée (certains garçons mais aucune fille). On peut ainsi distinguer deux cas de figure idéal-typiques genrés de « non-buveurs » : les non consommateurs secondaires (plutôt masculins), les non consommateurs primaires (plutôt féminins). Les garçons se déclarant non consommateurs sont souvent passés par des périodes voire des étapes décisives (au sens d’Howard Becker [1983]). Paul (20 ans, L2 Sciences humaines) raconte en ce sens un épisode marquant qui touche à l’expérimentation des limites : avoir été une fois saoul permet à la fois de l’avoir fait, de savoir ce que c’est et de ne pas avoir à y revenir. Perçue comme une véritable épreuve initiatique, cette expérience est absente du récit des filles rencontrées. De même pour Florian (22 ans, M2 pro Sciences humaines) qui, après plusieurs essais liés à la construction de sa masculinité, n’en éprouve plus le besoin ni l’envie aujourd’hui. Du côté de l’initiation, davantage côté filles, on peut évoquer les cas de Jade (22 ans, L2 de droit) et de Jessica (20 ans, L2 de psychologie) pour l’entrée progressive en consommation. Toutes deux déclarent aujourd’hui aimer goûter par curiosité et semblent en effet apprécier de plus en plus certains vins.

20Le poids de la pression externe, incitant tantôt à l’abstinence, tantôt à la consommation et maniant le cas échéant le risque de la stigmatisation, apparaît très important à l’analyse. Surtout, il s’exerce et agit très inégalement selon le genre.

« Il y avait la soirée d'intégration […]. Ils avaient fait sortir les boissons, il n’y avait rien que de la bière. Donc, ils donnaient ça à chacun. Arrivé à mon niveau, moi je dis "Je ne prends pas de bière", il me regarde il me dit "tu ne prends pas de bière. Tu es un garçon ici, là, tu vois les filles ? Les filles prennent de la bière, toi tu dis que tu... tu vas prendre la bière !" » (Maxime, 26 ans, M2 Sciences du sport).


« En fait tu fais ce que tu veux, tu bois ou tu bois pas, en fait ils en ont rien à faire. Ils proposent un verre en début de soirée un peu par politesse, peut-être un deuxième... mais après que tu boives ou que tu boives pas, ils vont pas t’inciter : "Allez remplis ton verre, machin, tu vas voir c’est trop bien !". Non, non, après ils partent chacun de leur côté on va dire » (Sophie, 28 ans, M1, Sciences humaines).

21Tous les garçons décrivent des pratiques et des univers de consommation dans lesquels ils se sont sentis et se sentent encore en position de porte-à-faux, surtout en cas d’abstinence totale. Nancy A. Herman-Kinney et David J. Kinney décrivent dans un contexte américain des processus de stigmatisation, intimidation, humiliation, harcèlement, ostracisme et torture (Herman-Kinney & Kinney, 2013) . Même si leur recherche n’interroge pas le genre, les extraits d’entretiens rapportés mettent en évidence la teneur genrée et sexiste des insultes : « pussies », « wuss », « bitch », commentaires sur la virilité des non-buveurs… Nos jeunes interviewés ne font pas état de violences aussi marquées ; la stigmatisation apparaît plus feutrée. Mais elle est présente, émanant et dirigée souvent contre les garçons, à laquelle tantôt ils succombent partiellement en consommant même modérément, tantôt ils résistent en adoptant le cas échéant un certain rôle ou un statut à part. Les filles se plaignent beaucoup moins de la pression externe, que ce soit celle de la famille ou celle des pairs ; elles se plaignent en revanche davantage de cette association de la fête et des consommations chez les autres.

22Cette expérience et ce rapport à la consommation et au risque sont à mettre en relation avec la socialisation et l’éducation familiale différenciées. Plusieurs garçons expliquent que l’échec parfois répété de la part des parents, en fait du père ou de l’oncle, du grand père ou du cousin, bref de la « communauté des hommes », pour les initier et les faire entrer dans la communauté, a pu leur poser problème. Ils décrivent un climat de pression plus ou moins douce mais constante et insistante en vue de leur transmettre un code de conduite bien masculin, qu’on ne retrouve pas chez les filles (Gaussot et al., 2015a).

23Les buveurs sobres ne cherchent pas à braver les épreuves, à rivaliser avec leurs pairs, à prouver aux autres (parents ou pairs) ou à eux-mêmes qu’ils « en ont » (le boire a encore à voir avec l’expression d’une certaine virilité [Meidani, 2010 ; Peralta, 2007]) ou qu’ils sont capables d’exploits dans ce domaine (en tant que ou « comme les garçons »). Mais il faut souligner que c’est sur la dimension de la pression sociale et culturelle que la question du genre apparaît le plus nettement ici (Eriksen, 1999 ; Gefou-Madianou, 2002 ; Beck et al., 2006 ; Gaussot et al., 2015b). Elle s’adresse plus directement à l’identité genrée, voire à l’identité sexuelle des garçons : puisque même les filles boivent, il n’y a plus d’échappatoire possible. La persistance des garçons dans le statut quasi déviant d’abstinent (relatif) s’accompagne alors d’un remodelage identitaire imposé, ou d’un évitement des situations de consommation. Côté filles, l’abstinence en particulier au sein des familles n’est pas décrite comme un risque majeur pour leur identité de genre et la reconnaissance de leur féminité dans sa dimension plus traditionnelle. Toutefois, au sein du groupe de pairs, le genre peut aussi mettre les filles en demeure de consommer ou de subir les sarcasmes en particulier des garçons : les filles sobres, d’alcool ou parfois d’autres produits, courent le risque de se « faire chambrer », de passer pour « chochotte » ou « coincée » voire « saintes nitouches ».

« Bon je me faisais chambrer évidemment mais bon... Voilà je vais pas me mettre minable, ça sert à quoi, je comprends pas, de toute manière je comprends pas, ça sert à quoi d’être à quatre pattes... "Oh mais on est bien !", "Ben oui mais enfin bon moi je suis bien avec un verre donc après voilà". […] [Sophie précise qu’elle peut être raillée également lorsqu’elle est prise en « flagrant délit » de consommation :] Donc ça les surprend, ils sont morts de rire, en général ils me prennent en photo : "Ah tu fumes !", pareil quand j’ai un verre à la main "Ah tu bois !", "Oui, bon, c’est qu’un verre, c’est bon, ça va !", donc ils me chambrent un peu là-dessus mais sinon bon, ils disent rien ».

24Les filles peuvent être encouragées à consommer, notamment par les garçons, puisqu’une fille alcoolisée semble plus « offerte » à la séduction et au rapport sexuel (Lyons & Willot, 2008). Le contrôle de soi et la maîtrise de son corps, qui passent par la modération des consommations et une attention constamment portée sur les autres et les situations, sont ainsi fréquemment évoqués par les étudiantes comme stratégie de protection face au risque de subir une agression sexuelle (toujours présentée sous la menace d’un inconnu) ou d’avoir un rapport sexuel avec quelqu’un que l’on connaît peu et qui sera regretté le lendemain.

Les ivresses festives

25Stéphane Legleye et ses collègues notaient dans les alcoolisations étudiantes une moindre différenciation entre les sexes que chez les autres jeunes de 18-25 ans (actifs, chômeurs) (Legleye et al., 2008) . Ce rapprochement s’exprimait par la déclaration d’ivresses plus fréquentes chez les étudiantes comparativement aux autres filles du même âge, alors que chez les garçons, le statut étudiant n’était pas lié à davantage d’ivresse. Cette forme de convergence sexuée des pratiques se retrouve dans notre population au sein des pratiques d’alcoolisation à risque ponctuel. Les étudiantes, comme les étudiants, les associent clairement à un usage festif où boire sert à « se lâcher », « être moins timide » et à aller vers les autres. Les valeurs de la « culture juvénile » du boire (Freyssinet-Dominjon & Wagner, 2003) semblent partagées par les deux sexes au sein de cette catégorie de buveurs : l’ivresse légère permet de se mettre dans « l’ambiance » et de faciliter les échanges, dans un contexte qui contraint à la sociabilité.

26Si l’espace des fêtes nocturnes n’est plus le privilège des garçons étudiants comme au xixème siècle (Sohn, 2009), la clémence accordée aux filles reste relative et circonscrite dans un univers qui reste structuré par des normes masculines. L’appartenance à cette même catégorie ne signifie pas une homogénéisation totale des pratiques ni du sens attaché aux conduites d’ivresse. Les filles tendent davantage à s’autocontrôler qu’à rechercher l’ivresse (l’abandon de soi) et la plupart se distancient des logiques compétitives des garçons pour adhérer au contraire plus pleinement aux valeurs de la fête. « Nous les filles on boit plus pour rigoler entre nous alors que eux, si, c’est un peu une compète : "moi j’en suis à tant de verre, toi t’en es a combien ?" » (Céline, L2 Sciences humaines). Sous l’apparat d’une sociabilité enchantée, de l’imaginaire de l’égalité, de la liberté et du « tout est permis » festif, se prolongent des assignations normatives liées notamment aux normes sexuelles dans les jeux de séduction et les prises de risque. La mixité de l’ivresse réclame davantage de retenue côté filles pour ne pas faire ou laisser faire « n’importe quoi ». Si le double standard et le contrôle sur la sexualité des filles se sont adoucis depuis la seconde moitié du xxème siècle, une asymétrie de genre perdure quant à la (mauvaise) réputation et limite le droit à – et plus encore le risque de – la perte de contrôle. L’alcool peut alors être rendu responsable et venir expliquer, parfois excuser, des comportements que l’on ne se serait pas autorisés ou que l’on n’aurait pas risqués en étant sobres : l’excuse par l’alcool se montre moins efficace pour les filles dans la réparation d’une réputation mise à mal par certaines formes de sexualité ou de violence (sexualité sans lendemain avec des personnes peu connues ou sexualité non désirée) et certaines pratiques corporelles (uriner, se dénuder ou vomir en public). Enfin, la période des ivresses festives s’étend beaucoup moins chez les étudiantes (Palierne et al., 2015) : l’avancée dans les études limite davantage chez les filles les pratiques à risque, tout en réduisant par ailleurs la part des non-consommatrices.

« - Bah on danse, ça dépend si il y a des trucs en centre-ville, moi je vais pas trop dans les bars parce que j’ai pas trop de thune. Je préfère pas, je préfère à la limite aller au restaurant, mettre de l’argent dans une bonne bouffe que dans plein de bières dans un bar, c’est super cher. […] Et puis après on fait beaucoup la fête dans les apparts, chez nous quoi. […] En ce moment on danse beaucoup vraiment […] et en plus ça empêche un peu de boire. Et puis ça défoule.


- Enquêteur : C’est une autre manière de faire la fête je pense non ? Comment on boit, si c’est pour jouer à boire avec des jeux, ou si c’est pour aussi se lâcher ?


- Oui, mais je ne joue plus trop, je n’aime plus trop » (Juliette, 24 ans, L3, Sciences humaines).

27Le boire adolescent, notamment celui du lycée, est alors réinterprété et déprécié. L’entrée à la fac peut même signifier une sortie du mode jugé juvénile de boire.

« Après, ce n’est plus le même genre de soirée qu’au lycée. On s’achète des bonnes bouteilles de vin rouge autour d’un petit repas. Parce que je me dis maintenant qu’au lycée c’était quand même plus boire pour boire quand même. Là, la fac c’est beaucoup plus ambiance conviviale qu’au lycée. Enfin on ne fait plus de jeux à boire » (Léa, 19 ans, L1, Sciences humaines).

28Les consommations peuvent être plus importantes mais l’ivresse est davantage contrôlée, voire non recherchée :

« - Je pense que par rapport au lycée je bois peut-être un petit peu plus de verres par soirée mais je… je… Je ne suis plus, je ne suis pas dans le but de me mettre des cuites, c’est pas mon but. […]
- Enquêteur : Et est-ce que tu continues à faire des soirées avec des jeux ?
- Ouais mais maintenant je dis plus souvent stop. Ça ne me dérange pas de dire aux gens "j’arrête" » (Flora, 19 ans, L2, Sciences humaines)

29Les étudiantes les plus âgées incarnent cette forme d’émancipation féminine qui prône des alcoolisations modérées, en conformité avec les valeurs du boire adulte genré des milieux supérieurs (Eriksen, 1999 ; Beck et al., 2006).

Le genre de l’excès

30Les figures de l’excès cristallisent le plus la dimension du genre mais aussi ses incertitudes. D’un côté, pour les adolescentes interrogées par Sophie Le Garrec, les représentations négatives des excès féminins continueraient de structurer les discours, mais n’affecteraient plus les pratiques réelles (Le Garrec, 2002). D’un autre côté, Anita Meidani conclut davantage à une mutation symbolique des frontières sexuées du boire (elles se déplacent en s’élargissant) chez les étudiants qu’à de réelles modifications dans les pratiques, puisque les « ghettos de genre » perdurent (Meidani, 2010). On retrouve dans ces deux recherches les apories de l’analyse des évolutions du genre décrites par Nicky Le Feuvre (2014). Bien que des jeunes femmes puissent adopter des comportements les plus excessifs, elles restent non seulement encore minoritaires chez nos étudiants, mais un double standard moral persiste en leur défaveur (Palierne et al., 2015) au regard des normes esthétiques, alimentaires et sexuelles. L’excès féminin reste encore stigmatisé.

« Je sais que c’est bête, j’ai tendance à être plus sévère envers les demoiselles qu’envers les hommes. C'est-à-dire que – et c’est bassement sexiste comme remarque – je rattache encore à la femme une certaine image d’élégance et de raffinement et du coup, quand je vois une femme ivre ou qui est limite à vomir, ça a tendance à me chagriner un peu plus que chez un homme. Alors ça je le garde pour moi, si je vois une femme ivre, je ne vais pas aller lui dire en face : "c’est inadmissible !". Et en plus je pense aussi qu’une femme se met plus en danger lorsqu’elle est ivre, par exemple. Plus en danger parce qu’on peut tomber sur des gens mal intentionnés qui peuvent tirer parti de la situation, plus clairement que dans le cas d’hommes » (Florian, 22 ans, M2 Sciences humaines).

31Si les excès masculins peuvent être pour partie décriés, ils font par ailleurs souvent l’objet d’une relative tolérance. La mise en couple vient réguler à la baisse les consommations ; les étudiants qui se sont déclarés en couple, filles comme garçons, présentent un taux de consommateurs à risque chronique plus d’une fois et demie inférieur aux célibataires. Néanmoins, parmi les garçons, la réduction des consommations n’est pas automatique et elle est plus tardive. Elle peut perdurer par exemple lors de soirées entre garçons desquelles les filles, « légitimes », peuvent être exclues. C’est le cas de Sophie, qui ne cherche pas à dissuader son petit copain de moins consommer. Plutôt que de lui interdire ses soirées fortement alcoolisées avec ses amis, c’est Sophie qui y est au contraire persona non grata.

« Je lui dis : "Écoute, je sais que tu as une soirée de prévue, tu as des potes chez qui tu peux dormir... ça ne me dérange pas du moment que tu m’as prévenue...". Bon ça me fait un peu chier mais bon... voilà, je dis : "On n’est pas mariés, rien. Je ne vais pas te mettre la corde au cou en disant : non, tu restes à la maison, tu bois pas tatata". […] Il me dit : "je t’interdis d’y aller parce que moi je vais être dans un état, euh... lamentable, je n’ai pas envie que tu me voies comme ça". Donc, parce qu’il sait que je ne bois pas beaucoup, donc par respect pour moi, il m’a dit : "Tu ne me verras pas trop comme ça et je n’ai pas envie que tu viennes là-bas". Donc du coup il fait ses trucs dans son coin, je sais où il est, il ne prend pas la voiture, il reste là bas. Je ne veux pas savoir dans quel état il a fini ».

32Cette forme de tolérance à l’égard des excès masculins semble être une contrepartie chez Sophie. Au risque de passer pour une fille un peu coincée puisqu’elle boit très peu, son indulgence à l’égard du boire excessif des garçons lui assure, dit-elle en substance, d’être bien acceptée : « Elles [les amies grosses consommatrices] me trouvent cool parce que je tolère que mon copain continue ses soirées de débauche, mais bon après... Elles comprennent que, moi, je n’ai pas forcément envie de boire, tout ça, voilà ».

33La permanence du genre sur ces espaces s’exprime également en ce que les filles associent davantage (et plus explicitement), leur excès à des formes de mal-être, tandis que les garçons ne les évoquent majoritairement qu’à travers le registre positif des sociabilités. Ces formes de justification d’un comportement déviant peuvent ainsi recouper, côté filles, une « menace du stéréotype », quand, côté garçons, elles peuvent refléter les effets d’une rétention des émotions qui use des bénéfices psychotropes de l’alcool au sein de pratiques socialisées (Gaussot & Palierne, 2012). Toutefois, une incertitude demeure : si l’asymétrie du genre ne fait que se déplacer sur les conduites les plus excessives, certains excès féminins peuvent aussi se lire et se vivre comme une capacité subversive et assumée de jouer avec les symboles du genre.

Conclusion

34On observe à la fois certains rapprochements quantitatifs dans les consommations, en particulier au niveau de la modération et des ivresses festives, rapprochements quantitatifs selon le sexe qui ne signifient pas convergence selon le genre puisque les significations peuvent être opposées (émancipation côté filles vs assagissement côté garçons [Eriksen, 1999]) et des écarts persistants aux extrémités, côté abstinence et excès, qui peuvent être vécus très différemment. Ainsi l’abstinence ou les consommations très occasionnelles remettent moins souvent en question l’identité féminine perçue et vécue, lorsqu’elles invitent les garçons soit à se plier à la consommation, soit à dissocier de manière critique leur non-consommation et leur masculinité. Les prises de risque plus importantes sont davantage vécues comme résultant des difficultés rencontrées par les filles, quand elles sont vécues comme l’expression de leur force de vivre par les garçons ; surtout, elles restent marginales chez les filles, en termes de fréquence et de durée dans la carrière de consommation.

35D’où la nécessité d’analyser et de mettre en regard systématiquement les conduites des filles et des garçons. La prise en compte du sexe, voire du genre, sur les questions d’alcool se centre aujourd’hui trop uniquement sur les pratiques des femmes et sur leurs évolutions : elles adopteraient par imitation des comportements masculins, qui sont finalement peu étudiés comme spécifiques. Une telle approche néglige la construction relationnelle et hiérarchisée du féminin et du masculin (Bereni et al., 2008) et essentialise ce dernier comme un neutre universel et anhistorique (Mathieu, 1991). Le fait majeur dans les alcoolisations en France est bien plus la diminution de la consommation quotidienne depuis 1960 que l’inquiétante étrangeté du boire féminin. Cette diminution s’explique avant tout par la baisse de la consommation de vin et une restructuration du genre à son égard : ce qui est nouveau n’est pas tant l’entrée des femmes en consommation (elles aussi consomment de moins en moins régulièrement de vin, en dépit d’un marketing visant à leur ouvrir plus largement ce marché) que la rupture symbolique du lien entre le vin aliment et la masculinité. Le vin n’est plus l’aliment de la force virile ouvrière. Cette rupture est liée à un ensemble de mutations : elle tient tout autant à la dévaluation de la force physique et à la valorisation d’une masculinité maitrisée (Sohn, 2009), aux transformations du travail ouvrier et de ses liens communautaires, qu’à la « dénaturation » du vin comme toxique au même titre que l’alcool (malgré les résistances des lobbies viti-vinicoles).

36Si donc d’un côté les valeurs de modération attachées à la culture du vin tendent vers un certain « dépassement du genre » (Le Feuvre, 2014), les excès, comme la régularité, continuent d’apparaître comme un privilège masculin. Les normes de consommation d’alcool et les prises de risque continuent d’être structurées par une nouvelle asymétrie du genre. Les jeunes femmes ont gagné en clémence dans le boire alcoolisé public et revendiquent également le recours à l’alcool comme un adjuvant de la fête. Toutefois, les garçons continuent de boire plus souvent et de manière plus extrême et, surtout, l’excès reste souvent interprété comme bon pour les garçons, mauvais pour les filles : notre recherche confirme que si les filles peuvent aujourd’hui se jouer de l’un des symboles du genre qu’est l’alcool, et que si les liens du vin à la virilité se sont transformés, l’espace et le sens de l’excès restent encore un privilège de la masculinité (Meidani, 2010 ; Palierne et al., 2015) dont il convient encore de circonscrire les nouvelles formes.

37Quant aux politiques publiques de lutte contre les conduites addictives, elles ont opéré un glissement du mauvais boire masculin ouvrier à celui du mauvais boire juvénile (présenté comme mixte, voire unisexe), où les filles rattraperaient les garçons d’une part, et d’autre part à celui des femmes adultes (crainte de l'augmentation de l’alcoolisme féminin et interdit pesant sur les femmes enceintes), quand bien même les prévalences en termes d’accidents routiers, de morbidité et de mortalité liées à l'alcool sont encore et surtout le fait des hommes.

Haut de page

Bibliographie

Beck F., Legleye S. & G. de Peretti (2006), « L’alcool donne-t-il un genre ? », Travail, genre et sociétés, n° 15, pp. 141-160.

Becker H. (1985 [1963]), Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Éditions Métailié.

Béreni L., Chauvin S., Jaunait A. & A. Révillard (2008), Introduction aux Gender Studies. Manuel des études sur le genre, Bruxelles, Éditions De Boeck.

Boltanski L. (2009), De la Critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Éditions Gallimard.

Castel R. (2014), « La montée des incertitudes et l’inflation des risques », dans Vrancken D. (dir.), Penser l’incertain. Actes des séances plénières du XIXe congrès de l’Association internationale des sociologues de langue française, Québec, Presses de l’Université Laval, et Paris, Éditions Hermann, pp. 19-28.

Com-Ruelle L. & N. Le Guen (2013), « Les jeunes et l’alcool : évolution des comportements, facteurs de risque et éléments protecteurs », Questions d’économie de la santé, n° 192, pp. 1-8.

Dagnaud M. (2008), La Teuf. Essai sur le désordre des générations, Paris, Éditions du Seuil.

Ehrenberg A. (1995), L’Individu incertain, Paris, Éditions Calmann-Lévy.

Eriksen S. (1999), « Alcohol as a Gender Symbol. Women and the Alcohol Question in the Turn-of-the Century Denmark », Scandinavian Journal of History, n° 24, pp. 45-73.

Fortané N. (2010), « La carrière des "addictions". D’un concept médical à une catégorie d’action publique », Genèses, vol. 78, n° 1, pp. 5-24.

Freyssinet-Dominjon J. & A.C. Wagner (2003), L’Alcool en fête : manières de boire de la nouvelle jeunesse étudiante, Paris, Éditions L’Harmattan.

Gaussot L., Palierne N. & L. Le Minor (2015a), « Les jeunes "non-buveurs" au prisme du genre et de l’éducation familiale. Enquête en population étudiante », dans Déroff M.-L. & T. Fillaut (dir.), Boire : une affaire de sexe et d’âge, Rennes, Presses de l’EHESP, pp. 91-106.

Gaussot L., Le Minor L. & N. Palierne (2015b), « Modération et sobriété chez les étudiants : entre ethos de vie et résistance aux normes », Cahiers internationaux de psychologie sociale, 3, 107, pp. 341-373.

Gaussot L. & N. Palierne (2012), « Privilèges et coûts de la masculinité en matière de consommation d’alcool », dans Dulong D., Guionnet C. & E. Neveu, Boys don’t cry ! Les coûts de la domination masculine, Rennes, Presses universitaires de Rennes, pp. 253-274.

Gefou-Madianou D. (2002), Alcohol, gender and Culture, London, Routledge Editor.

Herman-Kinney N. & D. Kinney (2013), « Sober as Deviant: The Stigma of Sobriety and how some College Students “Stay Dry” on a “Wet” Campus », Journal of Contemporary Ethnography, vol. 42, n° 1, pp. 64-103.

Kuntsche E., Kuntsche S., Knibbe R., Simons-Mortons B., Farhat T., Hublet A., Bendtsen P., Godeau E. & Z. Demetrovics (2011), « Cultural and Gender Convergence in Adolescent Drunkenness: Evidence From 23 European and North American Countries », Archives of Pediatrics and Adolescent Medicine, vol. 165, n° 2, pp. 152-158.

Le Breton D. (2013), Conduites à risque, Paris, Presses universitaires de France.

Le Feuvre N. (2014), « Appréhender les défis de l’incertain sous l’angle du genre », dans Vrancken D. (dir.), Penser l’incertain. Actes des séances plénières du XIXe congrès de l’Association internationale des sociologues de langue française, Québec, Presses de l’Université Laval et Paris, Éditions Hermann, pp. 113-135.

Le Garrec S. (2002), Ces Ados qui en “prennent”. Sociologie des consommations toxiques adolescentes, Toulouse, Presses de l’université du Mirail.

Le Nezet O., Spilka S. & F. Beck (2014), « Les drogues à 17 ans : analyse régionale d’ESCAPAD 2011 », Tendances, n° 94.

Legleye S., Beck F., Peretti-Watel P. & N. Chau (2008), « Le rôle du statut scolaire et professionnel dans les usages de drogues des hommes et des femmes de 18 à 25 ans », Revue d’épidémiologie et de santé publique, n° 56, pp. 345-355.

Löwy I. (2006), L’Emprise du genre. Masculinité, féminité, inégalité, Paris, Éditions La Dispute.

Lyons A. C. & S. A. Willott (2008), « Alcohol Consumption, Gender Identities and Women’s Changing Social Positions », Sex Roles, n° 59, pp. 94-712.

Mathieu N. C. (1991), L’Anatomie politique. Catégorisations et idéologies du sexe, Paris, Éditions Côté-femmes.

Meidani A. (2010), « Alcoolisation et pratiques à risques des jeunes, des logiques sociales aux logiques sexuées », dans Carricaburu D., Castra M. & P. Cohen (dir.), Risque et pratiques médicales, Rennes, Presses de l’EHESP, pp. 155-172.

Membrado M. & S. Clément (2001), « Des alcooliques pas comme les autres ? La construction d’une catégorie sexuée », dans Aïach P., Cèbe D., Cresson G. & C. Philippe (dir.), Femmes et hommes dans le champ de la santé, Paris, Éditions ENSP, pp. 51-74.

MILDECA (2013), Plan gouvernemental de lutte contre les drogues et les conduites addictives 2013-2017, Paris, La Documentation française.

Palierne N., Gaussot L. & L. Le Minor (2015), « Le genre de l’ivresse. Évolution des consommations d’alcool des étudiant-e-s », Journal des anthropologues, n° 140-141, pp. 153-172.

Peralta R. L. (2007), « College Alcohol Use and the Embodiment of Hegemonic Masculinity among European American Men », Sex Roles, n° 56, pp. 741-756.

Peretti-Watel P., Beck F. & S. Legleye (2007), Les Usages sociaux des drogues, Paris, Presses universitaires de France.

Sohn A.-M. (2009), « Sois-un Homme ! ». La construction de la masculinité au XIXe siècle, Paris, Éditions du Seuil.

Vrancken D. (dir.) (2014), Penser l’incertain. Actes des séances plénières du XIXe congrès de l’Association internationale des sociologues de langue française, Québec, Presses de l’Université Laval et Paris, Éditions Hermann.

Haut de page

Notes

1 Enquête sur la santé et les consommations lors de l’appel de préparation à la défense (actuelle journée « défense et citoyenneté »).

2 Health Behavior of School-aged Children.

3 European School Project on Alcohol and other Drugs.

4 Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives.

5 Soit 11% du nombre d’inscrits à l’Université de Poitiers en 2012-2013. Le questionnaire en ligne, diffusé sur la mailing liste des étudiants, portait sur l’origine sociale des étudiants (PCS et niveau de diplôme des parents), leur situation résidentielle et conjugale, leur filière d’études, le style éducatif reçu, leurs consommations de produits psychotropes, leurs modes de sorties. Les réponses reposaient sur le volontariat, tout comme la participation à la phase qualitative de la recherche (la population a ensuite été redressée au regard du sexe et des filières) : à partir du volontariat nous avons pu construire un échantillon raisonné reflétant la diversité des profils d’étudiants à partir du sexe, de la filière, des modes de consommations d’alcool et du style éducatif parental. La recherche a été financée par la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et la toxicomanie (MILDT devenue MILDECA), l’Institut national du cancer (INCa) et l’Institut de recherches scientifiques sur les boissons (IREB).

6 Pour une étude comparative interrégionale voir notamment le site ODICER (Observation des drogues pour l’information sur les comportements en régions, http://odicer.ofdt.fr/#s=2014;v=map9;i=escapad.al_binrep_sig;l=fr ), de l’OFDT (Observatoire français des drogues et des toxicomanies).

7 L’Alcohol Use Disorders Identification Test, validé par l’Organisation mondiale de la santé, est utilisé pour étudier la prévalence des prises de risque et dépister les troubles liés à la consommation d’alcool. Ce test explore les douze derniers mois de la vie de l’individu. Trois dimensions sensiblement différentes sont explorées par ce questionnaire : la première est une évaluation de la fréquence et de la quantité d’alcool consommée, basée sur la déclaration des personnes interrogées (questions 1, 2, 3) ; la seconde est une évaluation de la dépendance (questions 4, 5, 6) ; les quatre dernières questions (questions 7, 8, 9, 10) concernent les problèmes rencontrés du fait de la consommation d’alcool. À partir du score des 10 items (de 0 à 40) plusieurs typologies sont possibles, nous avons retenu celle de quatre profils : les non consommateurs, pour les personnes déclarant ne jamais consommer d’alcool ; les consommateurs sans risque, ayant un score inférieur à 6 pour les filles et 7 pour les garçons ; les consommateurs à risque ponctuel, pour les filles ayant un score compris entre 6 et 11, 7 et 12 pour les garçons ; les consommateurs à risque chronique, score supérieure à 12 pour les filles et 13 pour les garçons. Il est possible de reprendre ce test non dans un objectif de santé publique mais pour approcher et différencier les niveaux de consommation de la population étudiée mais aussi pour les comparer avec d’autres populations.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 2 : Répartition des types de consommateurs d’alcool (AUDIT) selon l’année d’étude, parmi les filles
Légende (Test khi2 p<0,001)
URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/5747/img-1.png
Fichier image/png, 36k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ludovic Gaussot, Nicolas Palierne et Loïc Le Minor, « Rapport au « boire » et au risque en milieu étudiant : dépassement ou déplacement du genre ? », SociologieS [En ligne], Dossiers, Les risques liés à l’incertitude : quels effets sur le système de genre ?, mis en ligne le 19 octobre 2016, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/5747

Haut de page

Auteurs

Ludovic Gaussot

MCF HDR en sociologie, Laboratoire GRESCO, Université de Poitiers, France - Ludovic.Gaussot@univ-poitiers.fr

Nicolas Palierne

Doctorant en sociologie, CADIS - EHESS, Paris, France

Loïc Le Minor

Docteur en sociologie, Laboratoire GRESCO, Université de Poitiers, France

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page