Navigation – Plan du site
Théories et recherches
Théories et recherches

Être Normaliens et pratiquants de Mixed Martial Arts

When Academics play Mixed Martial Arts
Matthieu Quidu et Matthieu Delalandre

Résumés

La rencontre est a priori improbable entre d’une part le Mixed Martial Arts (MMA), cette discipline de combat sulfureuse et, d’autre part, les élèves de l’École normale supérieure de Lyon, aux parcours académiques d’excellence. Après avoir déconstruit l’illusion d’une dissonance culturelle en termes de légitimité, nous identifions les significations effectives que les Normaliens investissent dans leur pratique. Celles-ci s’avèrent en grande partie génériques et non spécifiques au MMA (développement des qualités physiques, bien-être, apprentissage technique). Leur pratique de cette activité n’en est pas pour autant contingente : les étudiants sont attirés par sa diversité technique, la variabilité qui y prévaut et la recherche d’une efficacité maximale.

Haut de page

Texte intégral

1La présente recherche interroge la pratique, a priori improbable, d’une discipline sportive à l’image sulfureuse par des étudiants d’une Grande école. Soit d’un côté le Mixed Martial Arts (MMA), un sport de combat de synthèse mêlant des techniques de percussion (inspirées des boxes anglaise et pieds-poings), de projection (issues pour la plupart de la lutte et du judo) et de soumission (provenant notamment du jujitsu brésilien, mais aussi d’autres disciplines comme le sambo). Cette activité a pris un essor inédit à partir des années 1990 aux États-Unis et au Japon ; initialement pratiquée par des professionnels et conçue en vue de la médiatisation télévisuelle (Delalandre & Quidu, 2015), elle s’est répandue grâce à des stratégies marketing exacerbant le caractère « ultime » (l’organisation majeure de compétitions se nomme l’Ultimate Fighting Championship ou UFC), « authentique » (son slogan est As real as it gets) et « libre » (l’appellation originelle des tournois était No holds barred) des oppositions. Celles-ci, réglementées de façon minimale, se déroulent, suivant la version professionnelle américaine, dans une enceinte grillagée, la « cage » et autorisent les frappes sur un adversaire au sol. Ces deux caractéristiques ont suscité l’hostilité des pouvoirs publics dont les critiques sur l’excès de violence et les dérives mercantiles, relayées par les médias, ont contribué à faire du MMA une discipline controversée en marge du système sportif (Delalandre & Collinet, 2013).

2Soit d’un autre côté les élèves de l’École normale supérieure (ENS) de Lyon, institution prestigieuse d’enseignement supérieur. Cette grande école forme, « par et pour la recherche », les futurs « cadres de l’enseignement supérieur et de la recherche ». Les étudiants, recrutés par la voie d’un concours sélectif à l’issue de deux ou trois années de classes préparatoires (CPGE), sont rémunérés pendant quatre ans en tant que fonctionnaires-stagiaires. Leur cursus de formation académique, ponctué par l’agrégation, se poursuit fréquemment en thèse de doctorat dans un spectre varié de disciplines scientifiques, allant de la physique à la sociologie en passant par les mathématiques et la philosophie.

  • 1 Candidats à un concours d’agrégation.

3Rien ne semblerait a priori favoriser la rencontre entre l’activité sportive à l’image transgressive qu’est le MMA et les étudiants de la prestigieuse ENS de Lyon. Pourtant, depuis 2010, une trentaine d’élèves, notamment agrégatifs 1 ou doctorants et issus de CPGE aussi sélectives que celles des lycées Lakanal ou Henri IV à Paris, pratiquent chaque année, assidûment et sur la base du volontariat (sans évaluation ni contrainte de présence), une activité que d’aucuns ont comparé à des « combats de coqs ». Il s’agit d’interroger cet engagement en apparence paradoxal et dissonant en termes de légitimité culturelle (Lahire, 2004a).

4Afin de cerner, dans une optique compréhensive, les significations intimes que les combattants-Normaliens investissent dans leur pratique hebdomadaire du MMA, nous avons établi un protocole empirique mixte combinant entretiens semi-directifs, questionnaires auto-administrés et observations de longue durée. Le guide d’entretien et le questionnaire visaient à cerner les conditions de la rencontre avec le MMA, la conception de la discipline, le rapport à la pratique professionnelle, les motifs de l’engagement, la nature de l’expérience vécue, les bienfaits ressentis ainsi que la façon de communiquer sur sa pratique. Ont également été recueillies les informations biographiques suivantes : cursus sportif et martial, parcours académique et projet professionnel, pratiques de loisirs. Au final, onze élèves-combattants ont été interrogés par le biais d’un entretien d’une durée moyenne de 90 minutes et douze élèves ont répondu au questionnaire électronique.

5La faiblesse numérique de cet échantillon n’a pas permis ni rendu pertinent le déploiement d’analyses statistiques. En revanche, deux modalités d’analyse de contenus (Blanchet & Gotman, 2006) ont pu être appliquées au corpus empirique. La première a consisté en une « analyse par entretien » ou « analyse thématique verticale ». Dans une perspective « clinique » (Bénony & Chahraoui, 1999), il s’est agi d’organiser les différents thèmes d’un même entretien afin de reconstituer la trame singulière structurant l’engagement de chaque acteur en MMA et de déplier le rapport intime qui le lie à cette pratique, en fonction de ses mobiles particuliers, de son histoire propre et de ses dispositions stabilisées. Suivant la seconde modalité, l’« analyse thématique horizontale », les différents entretiens ont été découpés transversalement par thèmes. Nous avons ainsi pu confronter les verbalisations de chaque acteur sur un item commun afin de repérer les processus convergents, ou à l’inverse discordants, d’un pratiquant à l’autre.

  • 2 Dont trois femmes, Marie C. et Hortense, néophytes dans le domaine des sports de combat, ainsi que (...)

6Les vingt-trois élèves 2 de notre échantillon, âgés en moyenne de 22 ans, évoluent, en master ou en thèse, dans un spectre varié de disciplines académiques (mathématiques, physique, biologie, chimie, neurosciences, lettres, langues, histoire, philosophie…). Ils présentent une expérience très variable dans les sports de combat, certains ayant pratiqué de multiples activités martiales depuis leur enfance, d’autres étant néophytes dans le domaine. Ils ont tous a minima pratiqué le MMA durant une année complète à l’ENS de Lyon, certains ayant suivi le créneau hebdomadaire pendant plus de quatre ans. Leur participation a toujours reposé sur la base du volontariat, sans contrainte d’assiduité ni d’évaluation. Toutefois, nous avons pu distinguer des rapports plus ou moins intenses à la pratique, lesquels se manifestent par une durée totale d’engagement et une assiduité variables, ainsi que par des modalités de pratique distinctes, oscillant entre le loisir et la participation à des compétitions universitaires en sports de combat.

7Parallèlement aux recueils ponctuels ci-avant évoqués, une observation ethnographique participante a été menée pendant six ans par l’un des co-auteurs, enseignant à l’ENS et impliqué dans la mise en place du créneau de MMA. Celle-ci a notamment permis de confronter le rapport déclaré versus pratiqué à l’activité des élèves et a fortiori de contrôler les effets de désirabilité sociale inhérents à toute situation d’entretien. Le corpus ainsi constitué a ensuite été analysé en double aveugle par les co-auteurs. Cette triangulation méthodologique (double méthode et double analyse) a notamment permis de contrôler les effets potentiels d’aveuglement liés à la proximité de l’un d’entre eux vis-à-vis des sujets de l’étude.

8La posture qui nous anime s’inscrit, au-delà de toute attitude critique, partisane ou surplombante, dans une démarche résolument compréhensive consistant à déplier les significations multiples et singulières investies par les étudiants dans leur pratique personnelle du MMA. Que disent-ils de leur propre activité et de leurs propres motivations ? Quels sont les aspects de la discipline qui les attirent spécifiquement voire qui structurent leur engagement ? Comment donnent-ils du sens et de la valeur à leur engagement ? Plutôt que de considérer les propos des étudiants à l’égard de leur pratique du MMA comme des rationalisations a posteriori ou encore des justifications ex post, nous les envisagerons comme des tentatives pour lui donner du sens. Nous souscrivons ici au postulat suivant lequel les acteurs ont des « bonnes raisons » (Boudon, 2003) de s’engager dans une pratique et sont capables, dans un contexte d’interaction propice, de les expliciter. Le rapport de confiance mutuelle noué entre l’un des enquêteurs et ses étudiants pendant plusieurs années leur a permis de ne pas se sentir contraints de justifier une pratique dont ils devraient s’admettre coupables. L’enjeu de la situation d’interaction, à la fois cadrée et informelle, a donc consisté à favoriser, chez les enquêtés, la bascule d’une posture de justification et de légitimation, qui donnerait lieu à une analyse critique, vers une attitude d’explicitation de son propre vécu, étudiée dans une perspective compréhensive.

9Avant de présenter plus avant l’activité MMA, tant dans sa dynamique socio-historique de constitution que dans son émergence controversée en France, il nous faut resituer le contexte d’enseignement de cette discipline au sein de l’offre sportive globale proposée par l’ENS de Lyon. Comme indiqué précédemment, il convient de rappeler que les étudiants de cette école sont totalement libres de s’engager (ou non) dans l’activité sportive de leur choix, sans aucune contrainte d’obligation (le sport n’est présent dans aucune maquette de licence et de master et ne figure qu’au titre de supplément facultatif au diplôme de l’ENS), d’assiduité (ils peuvent à tout moment interrompre un cours qu’ils avaient commencé à suivre) ni d’évaluation (ils ne seront jamais notés). Dans ce cadre, le Centre des sports de l’ENS de Lyon, au travers de ses deux enseignants agrégés titulaires et de sa dizaine d’intervenants vacataires, propose aux étudiants, en dehors de leur cursus obligatoire, près de quarante créneaux hebdomadaires dans un spectre particulièrement varié de modalités de pratique (accès libre aux installations sportives, pratique encadrée par un étudiant-expert ou un professeur diplômé, en loisir ou avec participation à des compétitions universitaires) et de disciplines : celles-ci vont de la natation aux sports collectifs en passant par diverses variantes de fitness et de danses. Pour le seul champ des sports de combat, y sont proposés, en plus du MMA, du karaté, de la boxe française, du kick-boxing, de l’escrime, de la capoeira et du judo. Au final, l’Association sportive de l’établissement rassemble chaque saison 1 400 adhérents dont le tiers environ suit les enseignements encadrés proposés. Chaque année, une trentaine de combattants suivent le créneau hebdomadaire de MMA, lequel fonctionne en moyenne avec quinze étudiants par cours. Les effectifs fluctuent assez largement en cours d’année notamment en lien, en sus du désintérêt possible pour l’activité, avec l’approche des concours, les départs en stage, les incompatibilités d’emploi du temps ou la survenue des blessures.

Le MMA, une pratique contestée à la marge du système sportif

Du Vale tudo brésilien au MMA

10Le MMA est le fruit d’une codification et d’une règlementation progressives des rencontres de combats dits « libres ». Celles-ci ont été popularisées notamment par l’UFC, diffusé sur des chaînes câblées aux États-Unis à partir du début des années 1990. Les organisateurs de ces tournois se sont inspirés des confrontations nées au Brésil dans les années 1920 sous l’appellation Vale tudo (« tout est permis »), qui opposaient alors les représentants de divers arts martiaux dans des combats extrêmement violents et permissifs. L’UFC, qui fut la première organisation à promouvoir ces évènements, en est aujourd’hui le leader mondial incontesté. Le règlement, limité au strict minimum, consistait schématiquement à prohiber les morsures et les attaques aux yeux. Cette déréglementation a été qualifiée par Maarten Van Bottenburg et Johan Heilbron de « dé-sportivisation » (Van Bottenburg & Heilbron, 2006), par opposition à la « sportivisation » liée au processus de « civilisation des mœurs » décrit par Norbert Elias et Éric Dunning (Elias & Dunning, 1994). Le succès de ces combats n’a pas laissé les pouvoirs publics indifférents et a suscité une véritable « panique morale » (Cohen, 1972). C’est ainsi qu’à la fin des années 1990, l’UFC est interdit dans de nombreux États américains. Cette pratique entre alors dans la seconde phase de son histoire, adossée à une nouvelle stratégie marketing : il s’agit désormais d’en faire un divertissement grand public respectable, par une entreprise de « re-sportivisation » (Van Bottenburg & Heilbron, 2006). À la même période, l’augmentation progressive de l’expertise des combattants les conduit à devenir plus complets en maîtrisant des techniques variées issues aussi bien des sports de percussion tels que la boxe que de préhension comme la lutte ou le judo. En accord avec les attentes des instances américaines de régulation sportive, les organisateurs de l’UFC font peu à peu évoluer leur système de règles jusqu’à l’adoption en 2001 des Unified Rules of MMA, qui seront utilisées par de nombreuses autres organisations. L’UFC retrouve non seulement l’accès aux chaînes de distribution pay-per-view mais est désormais diffusé sur de grandes chaînes nationales comme Fox sport. L’acronyme MMA va supplanter les appellations sulfureuses utilisées jusqu’alors, telles que « combats ultimes » ou No holds barred.

Une pratique émergente en France

  • 3 Il en va par exemple ainsi du kenpo, version « dure » du karaté, qui se pratique en kimono et autor (...)
  • 4 Jean Grellier, question au Secrétaire d’État chargé des sports à l’Assemblée nationale, publiée au (...)
  • 5 La Commission française de MMA, présidée par Bertrand Amoussou, promeut depuis 2009 la pratique édu (...)

11Originellement pratiqué par des professionnels, le combat mixte s’est développé en France à partir des années 1990 auprès des amateurs, en prenant des formes diverses, parfois dérivées des sports de combat déjà institutionnalisés au sein de fédérations existantes 3, mais aussi en dehors du système fédéral. Même s’il s’agit encore d’une pratique confidentielle, sa popularité semble grandissante, ce qui a d’ailleurs fait l’objet de débats à l’Assemblée nationale. Un député 4 a ainsi constaté que « [son] développement est exponentiel et suscite un réel engouement, notamment chez les jeunes ». Une pétition en faveur de la reconnaissance du MMA par le Ministère des sports, lancée en 2011 par la CFMMA 5, a ainsi rassemblé plus de 6 000 signataires. Le pancrace (version du MMA pratiquée sur ring et moins permissive car interdisant les frappes au sol), pris en charge par la Fédération française de kick-boxing, muay thai et disciplines associées, comptait 4 000 licenciés en 2013, quand l’un des principaux sites communautaires français (ikusa.fr) recense aujourd’hui 247 clubs proposant le combat mixte. Le chiffre est faible en comparaison avec les grandes fédérations, mais il est en constante augmentation.

Une pratique controversée

  • 6 Interview de Chantal Jouanno dans Karaté Bushido, n°1012.

12Si l’engouement pour le MMA semble croissant, cette pratique fait l’objet de vives critiques de la part des pouvoirs publics et d’une partie du monde sportif. À la question du député Jean Grellier, qui demandait comment l’État comptait sécuriser et organiser la pratique du MMA, Thierry Braillard, Secrétaire d’État chargé des sports au sein du gouvernement socialiste, avait répondu qu’« il n’est pas question de laisser se développer ces pratiques dans notre pays ». Le Secrétaire d’État, interviewé sur la chaîne L’équipe 21 en février 2015, est allé jusqu’à déclarer que les compétitions de MMA portaient « atteinte à la dignité humaine ». Ce refus catégorique d’envisager une réglementation de la discipline transcende les divisions politiques. Chantal Jouanno, Ministre des sports de centre-droit sous la présidence de Nicolas Sarkozy, affirmait ainsi en 2011 que le MMA est « contraire à toute éthique, à toutes les valeurs du sport » 6 n’hésitant pas à l’assimiler à des « combats de chien ».

13Sur le sujet, le mouvement sportif est partagé : certains plaident pour une prise en charge du MMA par les autorités publiques afin d’encadrer une pratique qui échappe à tout contrôle. D’autres se prononcent contre une reconnaissance du MMA par le Ministère des sports. À cet égard, la position de la Fédération française de judo est très tranchée, son actuel président, Jean-Luc Rougé, se montrant pour le moins virulent puisqu’il considère la pratique du MMA comme une activité dégradante, « sortie des jeux vidéos » 7.

Les sources de la polémique : combats en cage, frappes au sol et modèle marchand

  • 8 Réponse de Bertrand Amoussou à l’interview de Chantal Jouanno, mise en ligne sur le site ikusa.fr.

14Le MMA est fréquemment décrit comme une pratique extrêmement violente par ses détracteurs. Cette violence serait liée à la permissivité des compétitions, puisqu’il y est possible à la fois de boxer et de lutter ou encore d’étrangler son adversaire pour obtenir la victoire. Les acteurs du MMA avancent quant à eux que la permissivité technique n’est pas synonyme de violence : en effet, si l’on peut lutter au corps à corps en lutte, frapper en boxe et appliquer des clés articulaires en jujitsu, « pourquoi la pratique de ces autres sports serait honorable et la possibilité de les mixer dégradante ? » 8 demande Bertrand Amoussou, le Président de la CFMMA. Au-delà de cette liberté offerte aux pratiquants, c’est surtout sur deux caractéristiques du MMA que se sont focalisées les critiques : l’enceinte grillagée qui contient les combattants d’une part et la possibilité de frapper son adversaire lors des phases de combat au sol d’autre part. L’espace dans lequel se déroulent les confrontations peut être un ring, mais c’est la « cage » qui est la plus fréquente. Il s’agit en fait d’une enceinte octogonale munie d’un grillage souple qui résiste à l’appui des combattants lors des phases de lutte. Nombre d’organisateurs de combats ont exploité la symbolique sulfureuse de cette « cage » pour faire de la promotion auprès d’un public en quête d’images spectaculaires. Le second point particulièrement discuté concerne l’autorisation de frapper un adversaire au sol. Cette possibilité est souvent décrite comme intolérable et manquerait aux principes élémentaires de l’éthique sportive puisqu’il s’agirait de frapper un adversaire déjà soumis.

15Au-delà de la violence perçue dans le MMA, son mode de structuration n’est certainement pas étranger au rejet dont il fait l’objet : il existe en effet une dissonance importante entre d’une part le modèle marchand et médiatique sur lequel il s’est construit (les compétitions sont pour l’essentiel organisées par des sociétés privées dont les combattants sont les salariés), et d’autre part le modèle amateur et associatif, héritier de la tradition coubertinienne, âprement défendu par les pouvoirs publics français.

Un flou règlementaire

  • 9 Recommandation du Conseil de l’Europe n°R(99)11 adoptée par le Comité des Ministres le 22 avril 199 (...)

16Aujourd’hui, même si rien dans la loi ne proscrit nommément la pratique du MMA, les pouvoirs publics français interdisent les manifestations jugées trop permissives. Cette interdiction est souvent justifiée par une recommandation du Conseil de l’Europe de 1999 qui stipule : « le Conseil des ministres [...] considérant que les combats tels que la lutte en cage ne peuvent être considérés comme un sport et qu’ils constituent un danger pour les spectateurs, compromettent la santé des combattants et ont des liens avec des activités illégales, notamment les jeux d’argent […] recommande aux gouvernements des États membres d’entreprendre toutes les mesures nécessaires pour interdire les combats libres » 9. Le Code du sport, bien que n’évoquant pas spécifiquement la pratique du MMA, est également mobilisé : « l’autorité administrative peut, par arrêté motivé, interdire la tenue de cette manifestation lorsqu’elle présente des risques d’atteinte à la dignité, à l’intégrité physique ou à la santé des participants », mais les critères qui mènent à l’interdiction ne sont pas spécifiés. De fait, c’est une sorte de « compromis règlementaire » qui est le plus souvent adopté : des rencontres de combat mixte ont lieu en France, mais le plus souvent dans un ring et sans possibilité de frapper un adversaire au sol. La plupart des rencontres suivent ce règlement, sous peine de se voir interdites par les autorités préfectorales. Toutefois, un gala de MMA (en cage et avec frappes au sol) a pu, le 19 septembre 2015 à Paris, échapper à cette interdiction au grand dam des représentants des pouvoirs publics qui ont diligenté une enquête administrative.

Significations intimes et mobiles singuliers d’engagement dans le MMA

17Envisagée d’un point de vue extérieur, la pratique du MMA – fréquemment dénoncé pour sa violence par certains médias, hommes politiques et dirigeants sportifs – par les étudiants de l’ENS de Lyon, appartenant à l’élite académique, semble donc a priori paradoxale et dissonante. Toutefois, si l’on se place du point de vue des pratiquants eux-mêmes, il apparaît que de paradoxe transgressif il n’y a point.

Un engagement non vécu comme transgressif

  • 10 Jérôme, 23 ans, est agrégatif en mathématiques. Ancien élève de CPGE au lycée Henry IV de Paris, il (...)
  • 11 Marie H., 23 ans, est en master d’études théâtrales. Sa mère est infirmière et son père assistant t (...)
  • 12 Sion, 22 ans, est élève-polytechnicien en master de physique théorique. Ancien élève de CPGE au lyc (...)
  • 13 Jean-Daniel, 24 ans, est doctorant en biophysique. Son projet est de devenir enseignant-chercheur e (...)

18En effet, ces derniers se tiennent à distance, dans leur propre pratique, de toute manifestation de violence, en entretenant tout d’abord un rapport lointain au MMA en tant que spectacle professionnel. Cette dissociation marquée se retrouve chez une première catégorie d’étudiants qui admet méconnaître les compétitions de l’UFC et/ou s’en désintéresser : ainsi, Jérôme 10 indique-t-il : « avant de suivre le cours de MMA, je n’avais jamais regardé de combats professionnels. Désormais pratiquant, je ne regarde pas plus : il y a des sports que j’aime pratiquer mais les voir pratiqués par d’autres ne m’emballe pas ; la dimension spectacle ne m’intéresse pas ». Marie H. 11 confirme cette réticence : « les rares combats que j’ai vus m’ont choquée ; j’y ai perçu de la violence et n’en ai pas envie ». À cet égard, une deuxième catégorie de pratiquants se montre lucide voire critique quant aux dérives sensationnalistes, mercantiles et sanitaires de la spectacularisation professionnelle : d’après Sion 12, « le MMA, c’est, d’une part, des professionnels qui s’y consacrent entièrement et combattent pour la gloire et l’argent ; d’autre part, des gens qui s’y initient tranquillement et cherchent un équilibre de vie ». D’aucuns évoquent un « spectacle voyeuriste où s’exprime une violence ritualisée » tout en stigmatisant le « mythe du combat libre, sans règles, qui est un concept commercial ». La conscience de ces écueils n’empêche pas une troisième catégorie d’élèves, composée essentiellement d’anciens pratiquants de sports de combat, de se montrer admirative de la polyvalence des combattants : Jean-Daniel 13 trouve ainsi « fascinant d’être capable d’atteindre un très haut niveau de maîtrise dans plusieurs disciplines ».

  • 14 Alvaro, 23 ans, est doctorant en mathématiques. Cet ancien élève du lycée français de Madrid veut d (...)
  • 15 Alexandre, 24 ans, est doctorant en chimie. Il veut devenir chercheur en chimie théorique ou chef d (...)

19Le deuxième élément qui renforce l’idée selon laquelle l’engagement des élèves dans le MMA ne relève pas d’un processus transgressif a trait au fait que ces derniers se réfèrent systématiquement à un cadre protecteur qui leur autorise une pratique sécuritaire. Le fait d’évoluer dans le contexte de l’ENS leur apparaît d’abord comme une garantie primordiale : ainsi Alvaro 14 s’est-il « vite rendu compte que ce n’était pas dangereux : vu le cadre dans lequel c’était réalisé, je n’avais pas d’appréhension ». Les élèves sont animés par une double exigence : « ne pas se faire mal », mais aussi « ne pas faire mal ». Concernant la protection de sa propre intégrité, Alexandre 15 reconnaît « tenir beaucoup à [ses] neurones : grâce à sa phase au sol, le MMA permet d’en conserver un maximum, notamment par rapport à la boxe ». Quant à la préservation de l’autre, Marie H. précise que, pour elle, « le MMA, ce n’est pas se battre, c’est combattre, c’est-à-dire être avec des gens qu’on aime bien pour les faire progresser. Je n’ai pas envie de lui déboîter la tête mais de le toucher, sans agressivité ».

  • 16 Clément H., 22 ans, est en master de physique après une CPGE au lycée Thiers de Marseille. Son père (...)
  • 17 Gilles, 22 ans, est en master de physique fondamentale. Il veut devenir ingénieur dans le développe (...)

20Dans leur façon même de communiquer sur leur pratique, les étudiants cherchent à déconstruire les a priori de violence qui collent à la discipline et qui ne structurent en aucun cas leur implication. L’attitude prosélyte s’accompagne tantôt de fierté, tantôt de gêne. Le malaise est palpable chez Clément H. 16 : « c’est toujours gênant, on a l’impression d’être jugé en tant que pratiquant de MMA ». Et de poursuivre : « si on me pose explicitement la question, je réponds honnêtement mais sinon j’évite de dire que je pratique. Lorsque j’en parle, je me sens obligé de justifier que la violence du sport est toute relative, comparé au rugby par exemple ». On retrouve, à l’inverse, de la fierté chez Gilles 17 qui « essaie de corriger les préjugés, comme la masculinité exclusive, la violence, le manque d’intelligence des combattants car [il est] fier de faire ce sport ».

  • 18 Nathanaël, 21 ans, est en master de philosophie. C’est un ancien élève de CPGE du Lycée Lakanal de (...)

21Cette volonté de déconstruction des préjugés de violence est d’autant plus prégnante que les étudiants envisagent leur pratique du MMA dans une optique non utilitaire, marquant ainsi une forte distanciation avec le « combat de rue » : Nathanaël 18 n’a par exemple « aucune envie de tester l’efficacité des techniques en dehors des cours : d’abord, parce que je n’ai jamais eu d’ennuis ; ensuite, parce que je connais la différence entre un cours où il y a des règles et des protections et une situation de rue où la majorité des techniques sera inefficace ». La défense en cas d’agression n’apparaît jamais comme la motivation principale des élèves.

  • 19 Précisons également que, d’un point de vue macrosociologique (Lefèvre & Ohl, 2012), la pratique d’u (...)

22En définitive, en nous intéressant au point de vue même des Normaliens sur leur propre pratique personnelle du MMA 19, il apparaît que celle-ci n’est en rien fondée sur l’image sulfureuse et transgressive de la discipline. Cette démarcation s’est jouée à l’interface d’une attitude distante et critique vis-à-vis du spectacle professionnel, d’une référence constante à un cadre protecteur, d’une communication visant à démystifier les clichés de violence et d’une dissociation avec le combat « réel ». Désormais, il convient donc de s’attacher aux significations et aux mobiles réels qu’ils investissent dans leur pratique ; les finalités que poursuivent ces mixed martials artists sont alors apparues comme non entièrement spécifiques à la discipline.

Entrée en pratique versus persévérance dans l’activité : entre contingences et motivations

  • 20 Arthur, 21 ans, est en master d’histoire médiévale. Il envisage de devenir enseignant-chercheur. Il (...)
  • 21 Hortense, 22 ans, est agrégative en philosophie. Elle aimerait devenir enseignante en CPGE. Sa mère (...)
  • 22 D’un point de vue philosophique, il convient de souligner que le concept de contingence ne caractér (...)
  • 23 Marie C., 23 ans, est agrégative en lettres modernes. Elle souhaite devenir enseignante en CPGE. Sa (...)
  • 24 Il est également à noter qu’aucun des étudiants interrogés n’a poursuivi, à notre connaissance, le (...)

23Avant cela, il convient de différencier clairement deux éléments qui caractérisent l’engagement des élèves-Normaliens dans le MMA : d’une part le phénomène de l’entrée en pratique et de découverte de l’activité ; d’autre part, le phénomène du maintien en pratique, de la fidélité et de la persistance. Ces deux dimensions de l’engagement sont sous-tendues par des processus motivationnels, psychiques (Delignières, 2009) et sociaux, distincts. Dans le contexte d’une offre sportive diversifiée au sein de l’ENS de Lyon, l’entrée en pratique du MMA a parfois pu apparaître chez certains élèves comme relativement contingente, en lien avec des considérations pratiques d’emploi du temps, des relations amicales incitatives ou encore des déceptions consécutives aux essais infructueux menés dans d’autres activités sportives. L’entrée en pratique de Marie H. s’est ainsi jouée à l’interface de ces deux dernières causalités : « quand je suis arrivée à l’ENS, j’ai essayé un cours de karaté et ça ne m’a pas trop branchée » ; et de poursuivre : « je sais en plus que pour me motiver, il faut qu’il y ait des gens que j’ai envie de retrouver en cours. Et là, un camarade de l’ENS m’a parlé du MMA et m’a dit "viens essayer, c’est cool" ; s’il avait fait de la boxe française, j’aurais essayé la boxe française ». Arthur 20 et Hortense 21 illustrent pour leur part une contingence liée à la compatibilité des emplois du temps : pour la seconde, « en rentrant à l’ENS, je cherchais un cours de sport de combat en général. Je voulais partir en boxe française, mais la séance tombait pendant mes cours obligatoires. Donc, je me suis dit "je vais tenter le MMA" ». Quant au premier, « ma venue au MMA est un peu hasardeuse. Cela faisait un moment que je voulais faire un sport de combat ; j’étais parti pour faire de la boxe française, je voulais venir la tester mais c’était en fait un entraînement-test de MMA. Ce cours là m’arrangeait bien aussi en termes d’emploi du temps ». À travers ces deux cas, nous entrevoyons le fait suivant lequel, bien que présente, la contingence n’est pas nécessairement totale 22 ; en l’occurrence, Arthur et Hortense manifestaient une volonté diffuse de commencer les sports de combat mais ce sont les circonstances locales qui les ont orientés spécifiquement vers le MMA. Nous retrouvons une telle « contingence relative » chez Marie C. 23 : « à l’ENS, je ne cherchais tout d’abord pas particulièrement à faire du MMA, mais un sport de combat en général. En voyant que cette discipline apparaissait, j’étais surprise et intriguée, la description de Wikipédia n’allant pas dans le sens d’un sport très accessible à tous (sans parler des quelques vidéos trouvées sur youtube) ». Et de continuer : « je n’avais pas vraiment de réticences, si ce n’est la brutalité qui semblait être une grande caractéristique de cette discipline. Mais je m’imaginais bien qu’un cours loisir à l’Université n’irait pas dans ce sens ». Une autre forme de contingence inhérente à l’entrée en pratique des étudiants-Normaliens transparaît dans le récit de Marie C., en lien avec le fait que le créneau de MMA était proposé par le Centre des sports de l’ENS de Lyon et non par une structure extérieure. Nombre d’étudiants n’auraient en effet pas franchi le pas d’un cours de MMA hors les murs de l’École 24, à l’instar d’Alvaro confessant qu’il « n’aurai[t] pas forcément essayé le MMA dans un endroit non contrôlé ». Il en va de même chez Alexandre : « j’avais regardé des clubs de MMA hors ENS. Je suis notamment allé en voir un où les mecs étaient des grosses brutes avec je ne sais combien d’années d’expérience dans les sports de combat ; au niveau musculation, ils étaient aussi à des années-lumière de ce que je fais aujourd’hui. Donc, je me suis dit "soit je vais les ralentir, soit ça va mal se passer". J’avais besoin d’un contexte où les pratiquants étaient homogènes. Comme à l’ENS il y a beaucoup de roulement, je savais que forcément il allait y avoir de nouveaux entrants et au moins quelques débutants ». Enfin, Nathanaël incarne une dernière forme de contingence liée une déception originelle dans un autre sport de combat : « concernant mes motivations à m’engager dans le MMA, au départ, ce fut surtout une déception : celle du cours de karaté, que j’ai trouvé trop mou, moi qui aimais le kumite, c'est-à-dire le combat, même si celui-ci était technique et codifié. J’ai donc essayé le MMA par curiosité et par déception ». L’offre sportive proposée par l’ENS (en l’occurrence au travers du cours de MMA) permet ici, si ce n’est de créer, tout du moins d’actualiser, de préciser, de concrétiser voire de rectifier des projets sportifs présents mais qui en restaient jusque là à l’état diffus, différé et potentiel.

  • 25 Guillaume, 22 ans, suit un master en géologie. Il souhaite devenir vulcanologue. Son père travaille (...)

24Il serait toutefois inexact de généraliser la contingence inhérente à la découverte du MMA à tous les élèves. En effet, l’entrée en pratique procède chez certains d’une maturation longue, d’une réflexion patiente, élaborée et planifiée, bien que potentiellement accélérée par un évènement déclencheur. Il en va ainsi chez Alexandre dont l’engagement durable en MMA résulte d’une analyse comparative des bienfaits différentiels des différents sports de combat, laquelle analyse s’est trouvée précipitée par le déclic d’une agression subie : « avant mon agression, je savais qu’après ma thèse, je me mettrais à un sport de combat quelconque, c’était planifié après 20 ans de sports collectifs pour faire autre chose ». Et Alexandre de préciser : « avant mon agression, je me disais que n’importe quel sport de combat pourrait faire l’affaire. Mais, après, j’ai fait une analyse scientifique : ce que je voulais et attendais, ce qui me faisait peur et ce qui m’intéressait ; et c’est là que le MMA est ressorti. J’avais envisagé le jujitsu, le jujitsu brésilien, la lutte, le taekwondo, la boxe française et bien sûr le MMA. Le jujitsu, j’avais un ami qui en faisait et qui m’a raconté ses entraînements, cela n’avait pas l’air très intéressant, pas assez dépensant physiquement, il sortait frustré de ses entraînements ; au moins, le MMA, si ça s’est mal passé, tu as déjà transpiré. Concernant le jujitsu brésilien, il n’y avait rien à moins de 30 minutes de chez moi, donc ce n’était pas rentable. Le taekwondo, j’avais essayé quand j’étais petit, je m’étais fait une élongation de la cuisse et les mauvais souvenirs sont revenus. La lutte, c’était soit du haut niveau soit trop loin. Quant à la boxe française, le côté « destruction des neurones » ne m’allait pas ; et je tenais à ce côté jeu d’échecs par rapport à ce que je fais dans la vie, à quelque chose qui m’obligeait à réfléchir plus et je me suis rappelé de cette dimension du MMA. Je ne cherchais pas un sport où il fallait simplement frapper plus fort que l’autre ». Chez d’autres élèves, ayant un vécu conséquent et varié dans les sports de combat, la découverte du MMA s’inscrit dans la continuité logique d’un cursus martial dans la perspective de devenir un combattant complet. Ainsi Guillaume 25 avance-t-il : « quand j’ai découvert les cours de MMA à l’ENS, j’ai trouvé ça cool ; cela faisait quatre ou cinq ans que je pratiquais le karaté et j’ai toujours voulu élargir ma pratique martiale pour tenter de devenir complet ». Il en va de même chez Jean-Daniel : « quand j’ai appris l’existence de ce cours à l’ENS, j’étais impatient d’essayer : vu que j’avais déjà une petite expérience, sans être du tout au haut niveau, de deux sports de préhension et de percussion (judo et karaté), je me disais que cela pourrait être intéressant de combiner les deux ».

25Les dimensions contingente et planifiée de l’entrée en MMA ne doivent toutefois pas être envisagées de façon totalement cloisonnée. Elles se combinent par exemple chez Jérôme : « en première année à l’ENS, après la prépa, je me suis remis à faire du sport en pratiquant de l’escrime, que je trouve sympa, mais je voulais faire un sport de combat un peu plus au corps à corps, en contact direct avec l’adversaire. En deuxième année, j’ai donc regardé ce qu’il existait à l’ENS. Il y avait la boxe française, mais ça me tentait moyennement car c’était moins complet que le MMA. J’avais entendu parler de celui-ci par un camarade de promotion qui suivait le cours et l’adorait ».

26Si l’entrée en pratique a parfois pu apparaître comme contingente, en revanche la persévérance dans le cours de MMA implique, quant à elle, systématiquement des motivations avérées, le plus souvent multiples et variées, oscillant entre un intérêt général pour l’activité sportive (et ses bienfaits) et un attrait spécifique pour le MMA. Il s’agit désormais de saisir, à partir d’une analyse centrée sur le point de vue des pratiquants à propos de leur propre investissement, les motifs qui les incitent à persévérer spécifiquement dans le MMA et les significations singulières qu’ils construisent dans cette pratique particulière et ce, alors même qu’ils évoluent dans une institution à l’offre sportive abondante et où la pratique physique ne connaît aucune espèce d’obligation.

Le MMA comme préparation physique générale

  • 26 Clément R., 21 ans, suit un master en chimie. Son projet professionnel est de devenir enseignant en (...)

27Les pratiquants cherchent tout d’abord à développer leurs qualités physiques, cette visée s’échelonnant d’une volonté globale de « faire du sport » à un projet ciblé d’amélioration de certaines aptitudes. Illustrant la seconde tendance, Gilles et Clément R. 26 cherchent à accroître leur masse musculaire, notamment via les phases de travail au sol. Le projet est moins défini chez Arthur : « ma première motivation était de garder la forme tout bêtement car cela faisait plusieurs années que je ne faisais pas de sport régulièrement ». Et de poursuivre : « il y a cet aspect ludique, ce n’est pas du jogging, on s’amuse ». Plusieurs élèves voient ainsi dans le MMA une modalité non fastidieuse d’exercice, à l’image encore d’Alvaro : « j’ai du mal à faire du sport pour faire du sport. En MMA, il y a toujours un objectif intermédiaire, ça donne un sens ». Dans l’optique de « faire du sport », le caractère complet des sollicitations physiques constitue un puissant facteur d’attrait : ainsi, Clément H. voit-il dans sa pratique du MMA « une gym ludique qui offre une immense diversité dans les muscles sollicités ». Le cours de MMA remplit d’autant mieux cette fonction de conditionnement athlétique qu’il impose un haut niveau d’intensité physique stimulant le « dépassement de soi ». Jérôme indique : « à l’issue des premiers cours, j’étais violemment épuisé, je ne pouvais plus lever le bras, j’ai trouvé ça énorme. J’étais fier d’avoir atteint mes limites ». Le plaisir d’« aller au bout de soi », décuplé par l’émulation collective, est particulièrement prégnant chez Marie H. : « être un groupe, c’est aller plus loin que ce qu’on aurait fait tout seul ». Le dépassement ne suppose pas pour elle une modalité compétitive d’engagement : « je peux me dépasser sans la compétition. Le dépassement est même davantage possible en combattant avec des gens qu’on connaît ».

MMA et relâchement des tensions

  • 27 Mathieu, 22 ans, est agrégatif en mathématiques et ancien élève de CPGE au lycée Thiers de Marseill (...)
  • 28 Gary, 22 ans, est en master de géographie. Son père est psychologue clinicien, sa mère infirmière p (...)
  • 29 Marius, 22 ans, est en master de physique. Son projet professionnel est de devenir ingénieur dans l (...)
  • 30 Jaroslav, 24 ans, est doctorant en biologie et ancien élève d’un lycée militaire. Sa mère est insti (...)

28Ce « plaisir de pousser le corps au bout de ses capacités, tout en se confrontant à des amis » (dixit Mathieu 27) permet de satisfaire un objectif important, mais une nouvelle fois non spécifique au MMA, de « relâchement des tensions » : ainsi le MMA permet-il à Alexis (doctorant en physique) de « se vider la tête, comme les autres sports ». Gary 28 poursuit : « rien de tel qu’une bonne séance pour se vider. Quand je sors d’un entraînement, je me sens très bien, optimiste et en pleine forme ». Le MMA, parce qu’il permet doublement de se dépenser et de se dépasser, est ainsi saisi comme un moyen efficace, mais non nécessairement exclusif, pour satisfaire un objectif générique de décompression. Cet outil s’avère toutefois, chez certains, comme Marius 29, particulièrement approprié : « rien ne défoule plus qu’un combat après une journée pénible. Un défoulement libérateur, puis une grande sensation d’apaisement. Le combat est inscrit au cœur de notre nature animale et la société ne nous permet pas de l’exprimer, ce qui est source de frustration ». Le bienfait expérientiel permet même chez certains, comme Gilles, d’atteindre « une sensation de plénitude physique car tout le corps en ressort endolori ». Certains, comme Clément H. et Jaroslav 30, déclarent même « se sentir vivant[s] » en pratiquant.

29D’autres relient directement cette finalité de compensation à un quotidien estudiantin jugé stressant. Ainsi, pour Guillaume : « j’ai un quotidien chargé ; je suis content d’avoir le MMA pour ne plus penser aux devoirs qui s’accumulent, c’est ma soupape ». Ce lien, relativement récurrent, entre la pratique du MMA et la fonction de décompression semble valider l’interprétation de Bernard Lahire suivant laquelle nombre de pratiques dissonantes en termes de légitimité culturelle seraient investies pour contrebalancer une pression à l’excellence subie dans l’univers professionnel (Lahire, 2004a). Sans renier la valeur explicative de cette hypothèse, il convient néanmoins d’en relativiser doublement la portée : d’une part, ce lien n’est pas avéré chez tous les pratiquants, certains ne vivant pas de façon accablante l’incitation institutionnelle à l’excellence, à l’instar de Jérôme pour qui « ça fait du bien de [se] défouler même s’[il n’a] pas un stress énorme ». D’autre part, les élèves refusent de réduire une pratique qui leur procure du bien-être à un simple défouloir : il s’agit pour eux d’un élément important de leur équilibre de vie.

Une quête de bien-être

  • 31 Max, 25 ans, est doctorant en neurosciences. Ses parents sont enseignants-chercheurs en physique. I (...)

30Pour nombre d’élèves, le cours de MMA participe d’une quête de bien-être qui s’opère notamment par le développement de la confiance en soi, de l’attention et/ou de la concentration. Gilles admet : « le MMA m’a permis, en traversant des épreuves, de gagner de la confiance en moi, je me suis prouvé que j’en étais capable, j’en ressors plus fort ». Les progrès se font ressentir en termes de concentration chez Alexandre : « avec cette exigence de concentration (ne pas faire mal, bien effectuer la technique), je plante moins de calculs car je fais plus attention aux détails ». Le MMA a apporté à Arthur, qui se reconnaît aussi certains problèmes de concentration, « cette sorte d’attention permanente pour voir venir le coup ». Plus fondamentalement, les élèves voient dans le MMA l’occasion de développer une forme originale de conscience ; ainsi, pour Max 31, « le MMA développe une nouvelle façon de faire attention à [son] environnement, une intuition sans l’esprit discursif ». Marie C. relate également une expérience de ce type : « durant les cours, j’arrivais à ne penser à rien d’autre qu’à l’instant présent, sans pensées parasites ». Les élèves sont friands de cet état singulier de conscience, en acte, qualifié parfois d’« expérience optimale » (Csíkszentmihályi, 2004).

Le MMA comme discipline d’apprentissage

31Jusqu’ici, les objectifs poursuivis par les étudiants apparaissent comme relativement génériques : le MMA est considéré comme un moyen, tantôt singulier tantôt commun, au service d’une finalité qui le transcende. Mais l’apprentissage technique de la discipline constitue également une propre fin en soi. Le cours de MMA est alors perçu comme un lieu où l’on apprend des savoir-faire qui ont une valeur intrinsèque. C’est ainsi qu’Alexandre déclare « ne pas voir le MMA comme un exutoire mais bien comme un nouveau sport qui permet d’apprendre des choses ». C’est dans cette optique d’apprentissage que quelques élèves, comme Gilles, visionnent les combats professionnels : « quand une technique me plait, je me la remets plusieurs fois pour l’assimiler ». Les Normaliens semblent ici transposer, dans leur pratique du MMA, un rapport « scolaire » à l’apprentissage, c’est-à-dire rationnel, réflexif et analytique, lequel organise leur parcours universitaire. Ils « interprètent » la discipline, « se l’approprient » (Defrance, 1989 ; Lahire, 2004b) conformément à des dispositions cognitives et métacognitives forgées durant le cursus académique. L’apparente dissonance s’avère donc, du fait d’une modalité spécifique de pratique, conformiste du point de vue des « usages sociaux du corps » (Clément, 1985).

  • 32 Johannes, 24 ans, est en master de langues. Il projette de devenir professeur de français. Il a pra (...)

32Les élèves sont animés par ce que les psychologues sociaux qualifient de « but motivationnel orienté vers la maîtrise et la tâche », par opposition à un but qui serait dirigé vers la compétition et la comparaison sociale (Sarrazin et al., 2006) : ils se sentent compétents s’ils parviennent à dominer une technique et à progresser, sans chercher à se montrer supérieurs à autrui. Cette orientation motivationnelle vers l’apprentissage transparait explicitement chez Guillaume : « quand je suis dépassé à l’entraînement, c’est une grande leçon ; s’il me déborde, c’est que j’ai à apprendre. C’est agréable de se sentir au-dessus, mais moins profitable à long terme pour progresser ». Le fait d’apprendre à maîtriser une nouvelle habileté est source de « satisfaction » (Delignières, 2009) : celle-ci, par opposition au plaisir qui se ressentirait à court terme, se manifeste à long terme et témoigne de la fierté d’avoir développé une compétence complexe. Elle est illustrée par Jérôme : « c’est pour cela que je me dépasse autant, tu as vraiment l’impression d’apprendre, de t’améliorer ». La satisfaction ressentie au cours de la pratique est parfois supérieure à celle éprouvée dans la sphère académique, à l’image de Marie C. : « le MMA permet de trouver un autre domaine où la pression de réussir est moins grande et où, finalement, on connait plus de succès que d’échecs (contrairement à des années de concours) ». L’implication dans un projet d’apprentissage semble assurer une continuité entre d’une part l’engagement des élèves dans la pratique et d’autre part leur investissement académique, ce qu’illustre Johannes 32 : « entre le MMA (comparé au football) et mes études, il s’agit d’une relation proche car on apprend des techniques, on doit mémoriser, réinvestir ».

33Finalement, en tentant d’aller au-delà de l’intuition originelle d’un paradoxe transgressif et dissonant pour s’intéresser à l’expérience du MMA effectivement vécue par les étudiants de l’ENS de Lyon, il est apparu que les mobiles d’engagement, les finalités et le sens qu’ils y investissent s’avèrent relativement classiques et transversaux à de multiples activités (Lefèvre & Thiéry, 2010). Pour les étudiants, le MMA est considéré tantôt comme un moyen au service d’une finalité générique qui le transcende (finalité qui aurait pu être atteinte par d’autres activités sportives mais que le MMA satisfait d’une façon jugée tout à fait convenable), tantôt comme une pratique singulière permettant des apports spécifiques. Bien que s’inscrivant dans un rapport plutôt banal à l’activité physique, l’engagement durable dans cette activité particulière par ces élèves singuliers ne peut toutefois être considéré comme totalement contingent. Force est d’admettre que certaines propriétés spécifiques de sa logique interne (Parlebas, 1981) doivent les attirer.

Des traits spécifiques de logique interne qui attirent les Normaliens

34Bernard Lahire défend l’idée selon laquelle « le pratiquant d’une activité n’entretient pas nécessairement un rapport d’adhésion totale à celle-ci ; toutes les propriétés de l’activité ne sont pas nécessairement en harmonie avec les dispositions incorporées du pratiquant » (Lahire, 2004b). Par exemple, très peu d’élèves manifestent un intérêt général pour la discipline dans sa version spectaculaire et professionnelle. Pour autant, certaines des caractéristiques du MMA, qui découlent de la logique sous-tendant son évolution en tant que discipline de combat professionnelle, attirent spécifiquement les Normaliens. Trois de ces traits sont apparus comme étant particulièrement prégnants : la polyvalence et l’hybridation technique ; la dé-routinisation et la variabilité ; la recherche pragmatique d’efficacité.

La polyvalence et l’hybridation technique

35Les élèves pratiquant le MMA sont attirés par la dimension holiste de la discipline. Ainsi, le fait de pouvoir à la fois lutter debout et au sol, d’utiliser diverses frappes, voire de mobiliser des formes hybrides (associant par exemple frappes et techniques de contrôle au corps à corps) constitue un puissant facteur d’attrait : « être capable d’atteindre un très haut niveau dans plusieurs disciplines de combat, je trouvais cela fascinant », affirme ainsi Jean-Daniel. Comme tous les pratiquants qui ont commencé par un autre sport de combat, Guillaume a également été animé par cette volonté de s’engager dans une pratique martiale peu restrictive sur le plan technique : « quand j’ai appris qu’il y avait du MMA à l’ENS, j’y ai vu une bonne occasion d’élargir mon panel technique ; j’ai laissé un peu de côté le karaté pour essayer de devenir complet ».

36Certains vont jusqu’à associer cette interdisciplinarité martiale à l’interdisciplinarité scientifique qu’ils développent dans leur parcours académique et qui est encouragée par l’institution. C’est le cas d’Alexandre et de Jean-Daniel. Le premier affirme : « la recherche de polyvalence m’intéresse, y compris dans ma carrière professionnelle : je veux pouvoir changer du tout au tout ; pas forcément être le meilleur partout mais pouvoir jouer chaque rôle ». Le second va plus loin : « je suis content de travailler dans une équipe de recherche multidisciplinaire ; c’est une richesse au quotidien, dans les échanges. J’ai l’impression de parler du MMA quand j’évoque cette diversité ; le fait de travailler ensemble alors qu’on a différentes spécialités pour construire quelque chose de commun ». Loin de n’être valorisée que dans le champ du combat, la polyvalence est une valeur qui structure les goûts et pratiques de ces amateurs de MMA.

La dé-routinisation et la variabilité

37Conséquence de la polyvalence technique, les séances de MMA offrent une grande variété susceptible de prévenir toute lassitude. Il ne s’agit pas de se restreindre par la pratique d’un panel technique spécialisé et limité. Au contraire, les pratiquants aiment la diversité. La sensation de pouvoir pratiquer plusieurs sports, au sein d’une seule et même unité de temps et de lieu, est un puissant facteur de motivation. C’est l’« unification des autres disciplines en une seule » qui a plu à Gilles. Quant à Johannes, bien qu’ayant une préférence pour le combat au sol, il affirme que « ne faire que cela pourrait être ennuyeux. Le MMA a cet avantage de la diversité ».

38Cette dé-routinisation a toutefois un coût puisque, si la discipline a l’avantage de soustraire le pratiquant à la frustration de renoncer à certaines techniques, le temps imparti pour l’étude de chaque dimension du combat est de fait réduit. Ainsi, « la variété des techniques et des entraînements peut être contre-productive pour la vitesse d’apprentissage » confie Clément R. Or, l’apprentissage technique est aussi l’une des motivations des pratiquants. Si la plupart ne semblent voir aucun problème à diminuer le temps passé sur chaque secteur du combat au profit d’une certaine polyvalence, pour d’autres, une pratique plus spécifique et approfondie peut être nécessaire pour acquérir les bases des techniques issues des sports de combat conventionnels. Ces étudiants, à l’instar de Marie C., pratiquent alors, en parallèle du MMA, une autre activité de combat : « par rapport à la boxe anglaise, le MMA a une faiblesse principale : en offrant une plus grande variété d’exercices, on met plus de temps à maîtriser chacun d’eux. C’est pour ça que je me suis tournée cette année vers la boxe anglaise, afin d’approfondir une partie du MMA que j’aimais ».

Une recherche d’« efficacité »

  • 33 Baptiste, 22 ans, est en master de biologie. Il veut devenir chercheur en biologie. Ses parents son (...)

39Le MMA valorise les techniques qui fonctionnent dans le cadre d’un affrontement plus ouvert que dans les sports de combat traditionnels. L’idée sous-jacente est que la dérégulation (entendue comme une permissivité technique autorisée réglementairement) permet cette quête d’efficacité : pour Baptiste 33, « comme le MMA vient de la fusion de divers arts martiaux, cela en fait l’un des sports de combat les plus efficaces ». Cette quête de l’efficacité est toutefois quelque peu paradoxale. D’un côté, les pratiquants valorisent le fait qu’en MMA, on ne retienne que ce qui fonctionne dans le cadre d’un duel faiblement codifié ; cela amène une épuration technique qui se manifeste par l’abandon de techniques issues de la boxe, de la lutte ou du jujitsu, techniques efficaces dans le cadre de ces pratiques spécifiques, mais pas en MMA. Gilles explique par exemple : « le style propre du MMA est une recherche de l’efficacité ; on ne s’amuse pas à faire des coups qui peuvent nous mettre en danger mais qui nous mettraient moins en danger dans d’autres styles ». Ne sont en effet retenues des disciplines d’appui que certaines techniques, le plus souvent rudimentaires, mais jugées opérantes dans le contexte d’un combat mixte. D’un autre côté, les élèves se tiennent à distance de la quête d’efficacité en contexte « réel » d’auto-défense. Marie C. affirme ainsi ne pas avoir « une vision utilitaire du MMA ». On retrouve cette idée chez toutes les personnes interrogées. L’auto-défense n’est pas un motif prioritaire, il s’agit au plus (chez quatre personnes interrogées) d’une motivation secondaire.

  • 34 Dans certaines limites toutefois, tenant d’une part au fair play et au cadre particulier de la prat (...)

40L’attrait pour le MMA est aussi lié au fait que cette efficacité est perceptible à relativement court terme, ce qui est dû à plusieurs facteurs. Tout d’abord, le fait de sélectionner les techniques rudimentaires des différentes pratiques codifiées de combat en accélère l’apprentissage. Par ailleurs, les assauts libres interviennent dès le début de la pratique, mettant ainsi le pratiquant dans une situation d’opposition quasi complète 34. Enfin, la diversité est telle qu’il est possible de progresser sur certaines dimensions du combat alors même que l’on stagne dans d’autres domaines : pour Gilles, « en MMA, on progresse plus vite car il y a plusieurs aspects ; si on a du mal à progresser dans la partie sol, on peut progresser dans la partie debout ».

  • 35 On retrouve ce souci du rendement chez Hortense qui cherchait une activité « qui puisse tout renfor (...)
  • 36 Les dispositions temporelles acquises par les Normaliens, notamment suite à leur cursus en CPGE, ne (...)

41Notons que cette recherche de rendement est congruente avec le « rapport intensif et ascétique au temps » 35 que les Normaliens, anciens élèves de CPGE, ont incorporé durant leurs premières années d’étude. En effet, si l’idéal scientifique de leur discipline y est valorisé, la rentabilité à court terme est également très présente pour préparer les concours (Darmon, 2013). Ici, des dispositions à l’efficience, non originellement sportives puisqu’acquises dans le cursus académique, influencent le type d’engagement dans l’activité physique 36. En définitive, la pratique du MMA semble particulièrement adaptée à « un homme qui va vite et veut beaucoup en un minimum de temps et sans avoir à renoncer » (Quidu, 2017).

Des motivations spécifiques pour une pratique singulière

42On pourrait considérer que les traits qui viennent d’être décrits sont des motivations possibles pour n’importe quelle pratique sportive. La spécificité du MMA tient au fait que ces caractéristiques sont revendiquées par ses promoteurs comme par ses pratiquants en tant qu’élément de comparaison par rapport aux autres sports de combat codifiés. Le MMA prône ainsi une polyvalence multidisciplinaire en empruntant aux autres disciplines martiales. Cette polyvalence est précisément ce qui permet la dé-routinisation et la variabilité. Enfin, la recherche d’une forme d’efficacité « absolue » est un argument phare mis en avant – ce qui n’est pas le cas dans d’autres pratiques comme la boxe ou la lutte – mais aussi un motif d’engagement pour des pratiquants de loisir ou professionnels (Delalandre & Collinet, 2013).

43Le MMA ne constitue toutefois pas la seule discipline sportive au sein de laquelle les qualités de polyvalence, d’adaptabilité et d’efficacité sont vantées par ses promoteurs. Il en va ainsi du CrossFit (Quidu, 2015), méthode de préparation physique combinant des exercices issus de l’haltérophilie, de la gymnastique et des sports d’endurance. Notons au passage que la discipline est également plébiscitée par les « élites » économiques et culturelles (cadres supérieurs, ingénieurs…), de nombreuses boxes étant implantées, à l’instar de nombreux clubs de MMA, dans les zones d’affaires et les quartiers huppés des grandes villes commerçantes ; le comité d’entreprise du géant de l’informatique Microsoft a par exemple engagé outre-Atlantique quarante instructeurs afin de proposer cette activité aux employés (Gendron, 2014). Matthieu Quidu a exploré les rhétoriques argumentaires développées sur le web par les gérants de salles privées proposant du CrossFit (Quidu, 2017). À un premier niveau, la dimension globale du CrossFit permettrait, selon ses promoteurs, aux adeptes de « développer simultanément dix qualités physiques » 37. Cette finalité passe par une diversité des formats de travail qui autorise, de fait, une certaine variété ludique d’une séance à l’autre ; chaque nouvelle séquence est ainsi dépaysante ; les salles se targuent de ne « jamais proposer deux séances identiques », « chaque nouvel entraînement devenant un challenge » 38 : il s’agit bien d’« éviter la routine, ce qui revient à empêcher l’organisme de s’habituer ». Ainsi, à un deuxième niveau, devenir CrossFitter, c’est « être globalement bon à tout type d’exercices » mais surtout « être prêt pour l’imprévisible », car « celui qui survit est celui qui peut s’adapter », « la nature puni[ssan]t le spécialiste » 39. Au-delà de cette quête d’adaptabilité, il s’agit finalement de viser une efficacité en contexte réel en travaillant sur des mouvements poly-articulaires, globaux et fonctionnels et plus encore en réalisant « des mouvements de tous les jours pour se faciliter la vie au quotidien » 40.

Conclusion

44À rebours de l’image extérieure d’une transgression normative et d’une dissonance culturelle, la pratique du MMA (activité sulfureuse à la réception politique controversée) par les étudiants de l’ENS de Lyon n’est en rien apparue comme fondée sur les représentations de violence qui collent à la discipline. Les Normaliens se démarquent en effet fortement de la version professionnelle du MMA, en entretenant à son égard un rapport de méconnaissance et de désintérêt, de lucidité critique et/ou ou d’admiration extrêmement ciblée. Dans leur propre pratique, ils se réfèrent de façon récurrente au cadre protecteur qui leur autorise une pratique sécuritaire bien qu’engagée. Lorsqu’ils communiquent sur leur investissement, ils veillent également à déconstruire les clichés de violence, invalidant de fait toute stratégie identitaire d’« encanaillement des élites ». Les étudiants refusent enfin tout amalgame avec le « combat de rue ».

  • 41 Précisons ici qu’il ne s’agit en aucun cas de « réifier » ce qui pourrait être présenté comme une p (...)

45En nous intéressant à l’expérience vécue par les combattants, nous avons identifié les mobiles d’agir qui les animent dans la pratique. Ceux-ci sont apparus comme transversaux à diverses activités sportives et non complètement spécifiques au MMA : il s’agissait, pour les pratiquants, de développer leurs qualités physiques, de viser un relâchement des tensions, eu égard au quotidien d’études parfois jugé stressant, de participer à l’équilibre personnel via le développement de la confiance, de la concentration et de l’attention ou encore d’acquérir de nouvelles techniques pour en retirer de la satisfaction. Il serait toutefois inexact de considérer que, du fait de ces motifs génériques, l’engagement des Normaliens dans le MMA serait complètement contingent. La discipline possède en effet, à leurs yeux, des traits saillants de logique interne 41 particulièrement attractifs et qui sont classiquement mis en avant par les promoteurs de la discipline ainsi que par les combattants eux-mêmes (Delalandre & Collinet, 2013 ; Van Bottenburg & Heilbron, 2006). Nous avons notamment insisté sur la polyvalence technique qui y prévaut, la variabilité qui s’ensuit et la recherche pragmatique d’efficacité par l’apprentissage de « techniques qui fonctionnent ».

  • 42 Le MMA n’a pas l’exclusivité de ce rapport à la polyvalence, à l’adaptabilité et à l’efficacité. Il (...)

46Il est ici intéressant de noter que ces diverses compétences (polyvalence, adaptabilité, pragmatisme) 42, qui importent aux Normaliens, sont fortement valorisées sur un marché du travail ultralibéral, qui se caractérise par la dérégulation et l’instabilité (Durand, 2004 ; Courpasson, 2000 ; Coutrot, 2002 ; Stavrou & Kilaniotis, 2010). Luc Boltanski et Ève Chiapello indiquent à cet égard que les « grandeurs » qui prévalent, au sein de la « cité par projet » (ou « cité connexionniste »), ont trait aux exigences de flexibilité, d’agilité et d’efficience (Boltanski & Chiapello, 1999). Une hypothèse mériterait ici d’être mise à l’épreuve de façon systématique dans le cadre de travaux ultérieurs : elle concerne l’existence éventuelle d’une homologie axiologique, néolibérale, entre d’une part le MMA (du fait de sa logique interne mais aussi de sa dynamique socio-historique de constitution) et le système néolibéral. Il s’agirait alors de documenter la nature des relations qui lient les élèves-Normaliens à la fois à la pratique du MMA et au marché concurrentiel du travail. En l’état, au moins deux alternatives peuvent être envisagées, donnant respectivement le primat aux idées de « complicité ontologique » et de « socialisation anticipatrice » : en premier lieu, est-ce que les Normaliens ont, antérieurement à leur pratique du MMA – durant leur prime socialisation familiale et/ou leur cursus scolaire, notamment en CPGE (Darmon, 2013) – intégré des dispositions éthiques et cognitives spécifiques qui les poussent à apprécier une discipline exhibant des valeurs d’efficacité et d’adaptabilité ? Ou bien, à un second niveau, hyper-conscients des exigences du marché concurrentiel du travail, voient-ils dans le MMA une opportunité pour développer des aptitudes qui s’avèreront ultérieurement rentables dans leur carrière professionnelle ? L’existence, en l’état conjecturelle, d’une telle affinité axiologique, voire d’un certain conformisme, normés sur les valeurs néolibérales au-delà de toute dissonance transgressive, devra être rigoureusement démontrée, ce qui n’a pas constitué ici le cœur de notre démarche compréhensive. Signalons néanmoins que la pratique du MMA par lesdites « élites » économiques et culturelles n’est pas l’apanage de l’ENS de Lyon puisqu’on la retrouve également à l’Institut d’études politiques de Paris ou à l’université Paris I mais aussi dans des cercles privés comme le Lagardère Paris Racing ou des comités d’entreprise comme Microsoft. Le MMA, qui est historiquement une émanation du libéralisme, ne serait-il pas devenu, du fait de sa logique interne, une très bonne « préparation ludique », au « corps désirant » des élites (Denis, 2003), aux impératifs du marché du travail ? Le travail critique systématique reste à faire et dépasse le cadre de la démarche compréhensive et ancrée ici proposée.

  • 43 Un tournoi de combat libre regroupant des néo-nazis européens a par exemple été organisé en Ardèche (...)
  • 44 Voir à ce titre la tradition de la pratique de l’alpinisme à l’École polytechnique qui s’épanouit d (...)

47Quoiqu’il en soit, une telle convergence, a priori contre-intuitive, serait rendue possible par les marges d’interprétations que comporte toute discipline sportive, ce qui implique de prêter attention, au-delà des traits caractéristiques de sa logique interne, aux modalités effectives de la pratique. Ainsi Jacques Defrance envisage-t-il toute discipline sportive comme une pratique qui peut être « remodelée à travers ses usages et dotée de caractères variables » (Defrance, 1989). Plus précisément, les Normaliens ont capté le MMA, non pas en référence à sa valence transgressive et violente, mais en exacerbant, dans le cadre d’une appropriation réflexive et non compétitive, sa pluridisciplinarité constitutive et sa richesse stratégique. Cette modalisation, qui permet une certaine forme de « continuité dispositionnelle », apparaît comme une condition nécessaire à l’engagement durable des élites dans une discipline par ailleurs pratiquée, suivant d’autres modalités, par certains groupuscules extrémistes 43. Ainsi transformée, elle peut participer à la formation de l’idéal, fantasmé dans les grandes écoles (Bourdieu, 1989), du « dominant parfait », cet « homme total », conquérant, combatif et adaptable, qui ne s’interdit rien et ose prendre des risques 44.

48En définitive, notre enquête invite à la confrontation de deux champs trop souvent cloisonnés : d’un côté, la sociologie du sport en général et du MMA en particulier (Brent & Kraska, 2013) et de l’autre, la sociologie des élites étudiantes (Ferrand, Imbert & Marry, 1999). Dans le cas ici étudié, où ils se rencontrent, il est apparu que la sociologie du MMA gagnerait à envisager diverses niches de populations pratiquantes et à prendre acte du fait que la modification de la structure sociale des adeptes contribue, en fonction de leur éthos particulier, à la redéfinition des contours effectifs de la pratique, au-delà de la stricte modalité compétitive (Defrance, 1989) ; de son côté, la sociologie des élites gagnerait à suivre ses sujets dans leurs activités de loisirs afin d’y repérer d’éventuelles concordances insoupçonnées avec leur engagement professionnel au-delà de l’hypothèse, intuitive mais limitative, d’une évidente quête de décompression (Lahire, 2004a).

Haut de page

Bibliographie

Bénony H. & K. Chahraoui (1999), L’Entretien clinique, Paris, Éditions Dunod.

Blanchet A. & A. Gotman (2006), L’Entretien : l’enquête et ses méthodes, Paris, Éditions Armand Colin.

Boltanski L. & È. Chiapello (1999), Le Nouvel esprit du capitalisme, Paris, Éditions Gallimard.

Boudon R. (2003), Raisons, bonnes raisons, Paris, Presses universitaires de France.

Bourdieu P. (1989), La Noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps, Paris, Éditions de Minuit.

Brent J. & P. Kraska (2013), « Fighting is the most Real and Honest Thing. Violence and the Civilization/Barbarism Dialectic», British Journal of Criminology, n° 53, pp. 357-377.

Clément J.-P. (1985), Étude comparative de trois disciplines de combat et de leurs usages sociaux, Thèse de 3ème cycle, Université Paris 7.

Cohen S. (2011) [1972], Folk Devils and Moral Panics, London, Routledge Editor.

Courpasson D. (2000), L’Action contrainte : organisations libérales et domination, Paris, Presses universitaires de France.

Coutrot T. (2002), Critique de l’organisation du travail, Paris, Éditions La Découverte.

Darmon M. (2013), Classes préparatoires : la fabrique d’une jeunesse dominante, Paris, Éditions La Découverte.

Csikszentmihalyi M. (2004), Vivre, Paris, Éditions Robert Laffont.

Defrance J. (1989), « Un schisme sportif », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 1, n° 79, pp. 76-91.

Delalandre M. & M. Quidu (2015), « Arts martiaux mixtes », dans Andrieu B. (dir.), Vocabulaire international de philosophie du sport, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 409-422.

Delalandre M. & C. Collinet (2013), « Le MMA et les ambiguïtés de sa sportification en France », Loisir et Société, n° 35, pp. 293-316.

Delignières D. (2009), Complexité et compétences, Paris, Éditions EP&S.

Denis D. (2003), « Le sport et le scoutisme, ruses de l’Histoire », dans Bancel N., Denis D. & Y. Fates (dir.), De l’Indochine à l’Algérie, Paris, Éditions La Découverte, pp. 195-209.

Durand J.-P. (2004), La Chaîne invisible. Travailler aujourd’hui : flux tendu et servitude volontaire, Paris, Éditions du Seuil.

Elias N. & É Dunning (1994), Sport et civilisation, Paris, Éditions Fayard.

Ferrand M., Imbert F. & C. Marry (1999), L’Excellence scolaire : une affaire de famille, Paris, Éditions L’Harmattan.

Gendron G. (2014), « CrossFit. Les forçats de l’haltère », http://next.liberation.fr/culture-next/2014/10/31/crossfit-les-forcats-de-l-haltere_1116038

Lahire B. (2004a), La Culture des individus, Paris, Éditions La Découverte.

Lahire B. (2004b), « Sociologie dispositionnaliste et sport », dans Société de sociologie du sport de langue française, Dispositions et pratiques sportives, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 23-36.

Lefèvre B. & F. Ohl (2012), « Consuming Sports: Distinction, Univorism and Omnivorism », Sport in Society, vol. 1, n° 15, pp. 44-63.

Lefèvre B. & P. Thiery (2010), « Les premiers résultats de l’enquête 2010 sur les pratiques physiques et sportives en France », Stat-info/Ministère des sports, n° 10-01.

Parlebas P. (1981), Contribution à un lexique commenté en sciences de l’action motrice, Paris, INSEP.

Quidu M. (2017), « Les activités sportives hybrides comme réponse à l’accélération des rythmes de vie : le cas de la pratique du Mixed Martial Arts à l’École normale supérieure de Lyon », Temporalités, n° 25 [En ligne] https://temporalites.revues.org/3665 .

Quidu M. (2015), Le CrossFit et le MMA : champions et symptômes du néolibéralisme ? Congrès de l’ISSA, Paris.

Sarrazin P., Tessier D. & D. Trouilloud (2006), « Climat motivationnel instauré par l’enseignant et implication des élèves en classe », Revue française de pédagogie, n° 157, pp. 147-177.

Soler L. (2006), « Contingence ou inévitabilité des résultats de notre science ? », Philosophiques, vol. 2, n° 33, pp. 363-378.

Stavrou E. & C. Kilaniotis (2010), « Flexible Work and Turnover: An Empirical Investigation across Cultures », British Journal of Management, vol. 2, n° 21, pp. 541-554.

Van Bottenburg M. & J. Heilbron (2006), « De-Sportization of Fighting Contests. The Origins and Dynamics of No Holds Barred Events and the Theory of Sportization », International Review for the Sociology of Sport, vol. 3-4, n° 41, pp. 259-282.

Haut de page

Notes

1 Candidats à un concours d’agrégation.

2 Dont trois femmes, Marie C. et Hortense, néophytes dans le domaine des sports de combat, ainsi que Marie H., ancienne pratiquante assidue de karaté. Les effectifs du créneau de MMA sont composés en moyenne de 10% d’étudiantes, chiffre en constante augmentation depuis quelques années et ayant pu atteindre les 25%.

3 Il en va par exemple ainsi du kenpo, version « dure » du karaté, qui se pratique en kimono et autorise le corps à corps et la lutte au sol.

4 Jean Grellier, question au Secrétaire d’État chargé des sports à l’Assemblée nationale, publiée au JO le 03/06/2013.

5 La Commission française de MMA, présidée par Bertrand Amoussou, promeut depuis 2009 la pratique éducative et compétitive du MMA, en organisant notamment des formations de moniteurs.

6 Interview de Chantal Jouanno dans Karaté Bushido, n°1012.

7 Interview à l’Equipe.fr, diffusée en 2011, visible à l’adresse : https://www.youtube.com/watch?v=iem6Kr_Fn-c

8 Réponse de Bertrand Amoussou à l’interview de Chantal Jouanno, mise en ligne sur le site ikusa.fr.

9 Recommandation du Conseil de l’Europe n°R(99)11 adoptée par le Comité des Ministres le 22 avril 1999.

10 Jérôme, 23 ans, est agrégatif en mathématiques. Ancien élève de CPGE au lycée Henry IV de Paris, il envisage de devenir chercheur en physique quantique. Il pratique le MMA à l’ENS en loisir depuis quatre ans. Il pratique également l’escrime et a fait du judo (entre 8 et 12 ans).

11 Marie H., 23 ans, est en master d’études théâtrales. Sa mère est infirmière et son père assistant technique. Elle pratique le MMA à l’ENS depuis quatre ans. Elle a participé à quatre compétitions, régionales et nationales, universitaires en kick-boxing (vice-championne de France). Elle a fait dix ans de karaté (ceinture noire). Elle est aussi metteure en scène de pièces contemporaines, a étudié le violon pendant dix ans et est amatrice de cinéma d’arts et d’essais.

12 Sion, 22 ans, est élève-polytechnicien en master de physique théorique. Ancien élève de CPGE au lycée Saint-Louis de Paris, il souhaite devenir chercheur. Ses parents sont comptables. Il a un an de pratique du MMA à l’ENS, en loisir. Il pratique aussi l’escalade, le Taï chi et a pratiqué le judo pendant quatre ans. Il a étudié le piano pendant quinze ans.

13 Jean-Daniel, 24 ans, est doctorant en biophysique. Son projet est de devenir enseignant-chercheur en physique. Il pratique le MMA à l’ENS depuis trois ans, en loisir. Il a auparavant pratiqué le karaté pendant trois ans, ainsi que le judo. Il se dit aussi amateur de musiques rock, blues et métal (il est guitariste) ainsi que lecteur de romans de fantasy et de science-fiction.

14 Alvaro, 23 ans, est doctorant en mathématiques. Cet ancien élève du lycée français de Madrid veut devenir enseignant-chercheur en mathématiques. Sa mère est professeure de français et son père brasseur. Il pratique le MMA à l’ENS depuis trois ans, en loisir. Il fait aussi du football, de l’escalade et du cyclisme. Il joue du piano depuis dix ans, est amateur de musique classique, de théâtre contemporain et classique (Shakespeare, Racine, Molière…) et de peinture (Titien, Le Greco, Rubens, Velasquez…).

15 Alexandre, 24 ans, est doctorant en chimie. Il veut devenir chercheur en chimie théorique ou chef de projet dans l’industrie chimique. Son père est ingénieur et sa mère enseignante. Il pratique le MMA à l’ENS depuis deux ans, en loisir. Auparavant, il a fait quinze ans de basket-ball et du handball au niveau régional. C’est un ancien pratiquant semi-professionnel de jeux vidéo. Il a des goûts éclectiques dans le domaine de la lecture (avec une préférence pour la fantasy et la science-fiction) et du cinéma (comédie romantique ou film d’action).

16 Clément H., 22 ans, est en master de physique après une CPGE au lycée Thiers de Marseille. Son père est psychologue et sa mère pédopsychiatre. Il pratique le MMA depuis deux ans, en loisir. Il a déjà fait trois ans de sambo. Il a aussi pratiqué le tennis en compétition (pendant quatorze ans), la voile (depuis deux ans) et fait du semi-marathon. Il aime faire du ski hors-piste. C’est un ancien président du Bureau des étudiants.

17 Gilles, 22 ans, est en master de physique fondamentale. Il veut devenir ingénieur dans le développement durable. Sa mère est podologue. Il pratique le MMA à l’ENS depuis trois ans. Il a en outre participé à cinq compétitions universitaires, régionales et nationales, en kick-boxing (il a un titre de champion de France universitaire de full-contact). Il a seize ans de pratique antérieure des sports de combat (boxe anglaise, boxe thaï, judo, karaté, aïkido, arts martiaux vietnamiens). Il fait de la musculation et s’investit aussi dans le mannequinat.

18 Nathanaël, 21 ans, est en master de philosophie. C’est un ancien élève de CPGE du Lycée Lakanal de Sceaux. Ses parents sont travailleurs sociaux. Il pratique le MMA à l’ENS depuis deux ans. Il a participé à une compétition universitaire régionale en kick-boxing. Auparavant, il a pratiqué le taekwondo et le karaté pendant cinq ans (ceinture marron). Il est amateur de cinéma américain (grosses productions) mais également coréen, hongkongais et japonais. Nathanaël est aussi bassiste.

19 Précisons également que, d’un point de vue macrosociologique (Lefèvre & Ohl, 2012), la pratique d’une activité sportive dissonante en termes de légitimité culturelle n’a rien d’une anomalie statistique, notamment chez les hommes, jeunes, fortement diplômés et appartenant aux professions intellectuelles supérieures, soit autant de propriétés partagées par la grande majorité des pratiquants de MMA à l’ENS.

20 Arthur, 21 ans, est en master d’histoire médiévale. Il envisage de devenir enseignant-chercheur. Il pratique le MMA à l’ENS depuis deux ans, en loisir. Auparavant, il a pratiqué le rugby (pendant 7 ans) et le tennis. Il est amateur de littérature (littérature russe, romans du xixème siècle et science-fiction) et de cinéma (Park Chan-Wook, Michael Haneke, Paul Thomas Anderson).

21 Hortense, 22 ans, est agrégative en philosophie. Elle aimerait devenir enseignante en CPGE. Sa mère est médecin-biologiste et son père plombier. Elle pratique le MMA à l’ENS depuis trois ans, en loisir. Elle fait aussi du rugby et de la danse. Plus jeune, elle a pratiqué l’équitation (pendant 7 ans). Elle dit lire les quotidiens généralistes, la presse féministe et géopolitique.

22 D’un point de vue philosophique, il convient de souligner que le concept de contingence ne caractérise pas une configuration de pur hasard mais plutôt une « situation qui aurait pu être autre si les circonstances locales avaient été différentes » (Soler, 2006). En ce sens, la contingence s’oppose à l’« inévitabilité ».

23 Marie C., 23 ans, est agrégative en lettres modernes. Elle souhaite devenir enseignante en CPGE. Sa mère est institutrice et son père gère une PME familiale. Elle pratique le MMA à l’ENS depuis trois ans. Elle a participé à une compétition universitaire régionale en boxe anglaise, discipline qu’elle pratique en parallèle du MMA. Auparavant, elle a fait de la natation (pendant 5 ans). Elle est amatrice de cinéma français, adepte de musique électronique et de rock psychédélique ainsi que de littérature du xxème siècle.

24 Il est également à noter qu’aucun des étudiants interrogés n’a poursuivi, à notre connaissance, le MMA une fois quittées l’ENS et/ou la ville de Lyon. La contingence, dont nous avons montré l’importance pour l’entrée en pratique, intervient donc également fortement dans le cadre de l’interruption de l’activité ; celle-ci peut-être liée, en sus du départ de Lyon, à une incompatibilité chronique d’emploi du temps, une surcharge persistante de travail ou à une blessure récurrente. Nous ne sommes toutefois pas naïfs ici sur le fait qu’il s’avère particulièrement délicat pour certains étudiants ayant arrêté de suivre le créneau de MMA de reconnaître, devant leur ancien professeur, que cet arrêt a été motivé par une baisse de motivation ou d’intérêt pour l’activité. Les effets de désirabilité sociale et de justifications post hoc semblent, dans ce cas précis, non négligeables.

25 Guillaume, 22 ans, suit un master en géologie. Il souhaite devenir vulcanologue. Son père travaille dans la marine marchande, sa mère est employée à la SNCF. Il pratique le MMA à l’ENS depuis deux ans, en loisir. Auparavant, il avait pratiqué le karaté pendant cinq ans, ainsi que la natation (dans ses années de collège et de lycée). Il pratique la boxe française et le parachutisme en parallèle du MMA. Il est passionné de lectures scientifiques (astronomie, géophysique…).

26 Clément R., 21 ans, suit un master en chimie. Son projet professionnel est de devenir enseignant en CPGE. Ses parents sont tous deux enseignants-chercheurs en physique et chimie. Il pratique le MMA à l’ENS depuis deux ans. Il a participé à trois championnats universitaires, régionaux et nationaux, en kick-boxing. Il a fait un an de judo quand il était enfant (entre 8 et 9 ans) et du kick-boxing (en CPGE). Parallèlement au MMA, il pratique le football.

27 Mathieu, 22 ans, est agrégatif en mathématiques et ancien élève de CPGE au lycée Thiers de Marseille. Il veut devenir enseignant en classe préparatoire. Ses parents sont chargés de mission en urbanisme. Il fait du MMA à l’ENS, en loisir, depuis deux ans. Il a huit années de pratique antérieure du jujitsu. Il pratique aussi l’escalade en parallèle du MMA et joue de la trompette. C’est un amateur de jazz.

28 Gary, 22 ans, est en master de géographie. Son père est psychologue clinicien, sa mère infirmière psychiatrique. Il a deux ans de pratique du MMA à l’ENS, en loisir, et cinq ans de pratique assidue du krav maga (ceinture bleue). Il pratique aussi le rugby. Il a fait du judo (entre 8 et 12 ans), du badminton et du tir à l’arc (au collège).

29 Marius, 22 ans, est en master de physique. Son projet professionnel est de devenir ingénieur dans le développement durable. Son père est physicien et sa mère chargée de communication. Il pratique le MMA à l’ENS depuis deux ans. Il a participé à une compétition universitaire régionale en boxe anglaise, discipline qu’il a pratiquée auparavant pendant un an (en terminale). Il a aussi fait du judo et de l’aïkido étant enfant. Il est amateur de cinéma (Kazan, Kubrick, Hitchcock), de musique techno et de romans classiques.

30 Jaroslav, 24 ans, est doctorant en biologie et ancien élève d’un lycée militaire. Sa mère est institutrice, son père diplômé d’économie. Il a pratiqué le MMA à l’ENS pendant trois ans. Il est champion de France universitaire en boxe thaï et en boxe anglaise ainsi que champion régional de kenpo. Auparavant, il avait pratiqué le taekwondo, le kick-boxing et le jujitsu brésilien. En parallèle du MMA, il a pratiqué le rugby à l’ENS. Jaroslav se dit également amateur de films de guerre et historiques ainsi que de musiques rock, classique et celtique. Il lit enfin les philosophes antiques (Plutarque…).

31 Max, 25 ans, est doctorant en neurosciences. Ses parents sont enseignants-chercheurs en physique. Il pratique le MMA depuis une année à l’ENS. Il a participé à une compétition universitaire régionale en boxe anglaise, discipline qu’il a pratiquée pendant deux ans. Il a également fait du kick-boxing pendant deux ans, de l’escalade (pendant cinq ans). Parallèlement au MMA, il fait du yoga et de la méditation. Il a une passion pour les voyages (Chine, Inde…).

32 Johannes, 24 ans, est en master de langues. Il projette de devenir professeur de français. Il a pratiqué le MMA à l’ENS, en loisir, pendant deux ans, en parallèle de la musculation (depuis l’âge de 15 ans) et du CrossFit. Auparavant, il a pratiqué le football (de l’âge de 5 à 13 ans).

33 Baptiste, 22 ans, est en master de biologie. Il veut devenir chercheur en biologie. Ses parents sont infirmiers. Il pratique le MMA à l’ENS depuis trois ans. Il a participé à cinq compétitions universitaires, régionales et nationales, en boxe thaï et en boxe anglaise. Il a pratiqué le judo (pendant douze ans ; en compétitions régionale et nationale), la boxe thaï (un an) et le jujitsu (deux ans). Il est amateur de science-fiction et de fantasy (Tolkien, Asimov…) mais aussi de Maupassant ou Sade. Ses goûts musicaux sont éclectiques (dub, transe, hip-hop, rock, classique).

34 Dans certaines limites toutefois, tenant d’une part au fair play et au cadre particulier de la pratique à l’ENS – l’intensité des coups y est maîtrisée – et d’autre part à la codification minimale qui caractérise le MMA – le panel technique autorisé, très large par rapport aux autres sports de combat, n’est pas pour autant illimité.

35 On retrouve ce souci du rendement chez Hortense qui cherchait une activité « qui puisse tout renforcer à la fois : les épaules, les bras, les fesses, tout, la souplesse aussi ».

36 Les dispositions temporelles acquises par les Normaliens, notamment suite à leur cursus en CPGE, ne s’expriment pas exclusivement au travers de la pratique du MMA. Elles transparaissent chez d’autres étudiants ne pratiquant pas la discipline, mais s’adonnant par exemple à la musculation tout en révisant leurs notes de cours et ce, afin de « rentabiliser le temps ». Nous pouvons également mentionner l’attrait de nombreux élèves de l’ENS pour le CrossFit, une méthode hybride de préparation physique, permettant, dans une même unité de temps et de lieu et pour une durée particulièrement restreinte de dépenser un maximum de calories tout en pratiquant simultanément plusieurs disciplines sportives. Voir à cet égard la réflexion de Matthieu Quidu sur l’intérêt des activités sportives « hybrides » comme réponse possible à l’accélération des rythmes de vie et au souci de rentabilisation temporelle (Quidu, 2017).

37 Les sites internet des salles de CrossFit mobilisent systématiquement cet argument des « dix qualités », même si leur contenu diffère parfois d’un site à l’autre. De façon globale, il s’agit de développer l’endurance cardiovasculaire et respiratoire, l’endurance musculaire, la force, la souplesse, la puissance, la vitesse, la coordination, l’agilité, l’équilibre et la précision (http://www.crossfitlutece.com/faq/que-dveloppe-le-crossfit-). La redondance de plusieurs de ces qualités nous renforce dans la conviction que cette finalité des « dix qualités développées » relève plus du nombre symbolique et du slogan marketing que d’une réalité physiologique.

38 http://www.lifestyle-conseil.com/le-crossfit/ Consulté le 14/04/2017.

39 http://next.liberation.fr/culture-next/2014/10/31/crossfit-les-forcats-de-l-haltere_1116038 Consulté le 14/04/2017.

40 http://physiquedereve.fr/le-crossfit-cest-quoi-pour-un-physique-et-un-mental-en-acier/ Consulté le 14/04/2017.

41 Précisons ici qu’il ne s’agit en aucun cas de « réifier » ce qui pourrait être présenté comme une prétendue « essence » de l’activité MMA. Plus modestement, nous considérons qu’il est possible de repérer des propriétés caractéristiques et structurelles qui s’avèrent communes aux diverses formes et modalités de pratique du MMA, au-delà de leur variété même. Nous émettons alors l’hypothèse que la pleine compréhension de l’engagement des Normaliens dans le MMA suppose de considérer, de façon conjointe et complémentaire, la spécificité des traits de logique interne qui les attirent tout particulièrement et la singularité de l’appropriation voire de la redéfinition de l’activité qu’ils réalisent, en s’y investissant concrètement avec des significations et selon des modalités de pratique bien spécifiques.

42 Le MMA n’a pas l’exclusivité de ce rapport à la polyvalence, à l’adaptabilité et à l’efficacité. Il existe en effet d’autres disciplines de combat de synthèse comme le sambo. D’autre part, au-delà des sports de combat, d’autres activités émergentes, dont les élites sont friandes et qui partagent la structure hybride du MMA, possèdent des traits similaires de logique interne, à l’image du CrossFit développé ci-avant ou encore de la Spartan Race. L’axiologie libérale y est également palpable, notamment dans leur dynamique historique de constitution (Quidu, 2015).

43 Un tournoi de combat libre regroupant des néo-nazis européens a par exemple été organisé en Ardèche en juin 2015 (http://www.rue89lyon.fr/2015/06/05/tournoi-de-free-fight-neonazi-dans-la-region-lyonnaise/).

44 Voir à ce titre la tradition de la pratique de l’alpinisme à l’École polytechnique qui s’épanouit dans le « Club alpin français Recherche scientifique francilienne » dont le siège se situe à cette école. Jacques Biot, l’actuel président de cette dernière, reconnaît d’autre part sa passion pour l’alpinisme (http://journaldesgrandesecoles.com/un-president-du-3e-type-a-la-tete-de-polytechnique/).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Quidu et Matthieu Delalandre, « Être Normaliens et pratiquants de Mixed Martial Arts », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 13 mars 2018, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/6609

Haut de page

Auteurs

Matthieu Quidu

Laboratoire sur les Vulnérabilités et l’Innovation dans le Sport (L-ViS, EA 7428, Université Lyon 1 (France) - quidumatthieu@yahoo.fr

Matthieu Delalandre

Laboratoire d’Analyse Comparée des Pouvoirs (EA 3350, Université Paris-Est Marne-la-Vallée (France) - matthieu.delalandre@u-pem.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page