Navigation – Plan du site
Penser les inégalités

Violences conjugales : une montée du courant masculiniste ?

Domestic Violence: A Rise of the Masculinist Trend?
Lucie Jouvet-Legrand

Résumés

Que ce soit le recul du droit des femmes dans certains pays occidentaux, ou encore dans des publications académiques, une tendance masculiniste tente de s’imposer. Cet article vise à exposer et critiquer les représentations des violences conjugales véhiculées par ce courant : il y aurait une égalité homme/femme dans les agressions commises au sein du couple. Si ces approches sont critiquables dans les méthodes employées, la diffusion de ces idées opère et trouve écho dans certains médias réputés. Œuvrant dans l’imposition d’une nouvelle perspective sur les violences conjugales, les approches masculinistes visent au bout du compte à revisiter les politiques qui appréhendent cette problématique.

Haut de page

Notes de la rédaction

À la demande d'un auteur cité dans son article, adressée à SociologieS, Lucie Jouvet-Legrand a été amenée à en proposer une nouvelle version, quelque peu modifiée par rapport à la version initiale. La revue tient à s'excuser de ce désagrément et demande de ne se référer qu'à la présente version.

Texte intégral

« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant » Simone de Beauvoir (cité dans Monteil, s.d.).

  • 1 Cette dernière décennie, le droit des femmes n’a eu de cesse de reculer dans certains pays du monde (...)
  • 2 Selon le rapport du Haut conseil à l’égalité entre femmes et hommes (Haudiquet & Surduts, 2015, p.  (...)

1Que ce soit en Amérique du Nord où en Europe, les avancées en matière d’égalité des droits des femmes à ceux des hommes se sont réalisées ce dernier siècle progressivement et souvent en générant nombre de remous. Rien n’est jamais acquis. On a pu constater, lors de l’année qui vient de s’écouler, que les droits des femmes peuvent reculer tant dans des pays en crise 1 que dans des pays occidentaux du jour au lendemain. Dans cette dynamique les députés russes ont voté le 25 janvier 2017, à plus de 99 %, un projet de loi qui dépénalise certains actes de violence commis dans le cercle domestique (Mandraud, 2017) et à cette même période, Donald Trump met un terme au financement de 25 programmes d’aide aux femmes battues (Tepper, 2017). En France, la baisse des établissements permettant de pratiquer les IVG (130 services ont fermé cette dernière décennie 2) peut remettre en cause, dans une certaine mesure, le droit des femmes de disposer de leur corps, faute de structures accessibles. Ces infléchissements du droit des femmes, ou touchant à son accès, dans le monde occidental, sont-ils des faits isolés, localisés, ou reflètent-ils une tendance générale « réactionnaire » ?

  • 3 « Correctement nuancé, le résultat empirique de la symétrie de genre est largement consensuel » (Bo (...)

2En effectuant des recherches sur les dernières parutions traitant de la violence conjugale en France et en Amérique du Nord, la mise au jour d’un discours confortant ces tendances interpelle tant dans le monde universitaire que dans certains journaux qui font référence. Prenant à contre-pied le point de vue féministe, les agressions conjugales sont exposées sous un angle singulier et perçues comme surcriminalisées. Ainsi, François Bonnet relate dans sa synthèse des débats américains sur ce sujet que la « criminalisation et la pénalisation excessives des violences conjugales suscitent des critiques d’universitaires et de militant-e-s dans le contexte racialisé de l’incarcération de masse aux Etats-Unis » (Bonnet, 2015) Les violences conjugales se déclineraient aussi bien au masculin qu’au féminin 3. Pour la journaliste Leila Marchand du Monde « la violence délibérée est bien présente des deux côtés, que l’on soit homme ou femme » (Marchand, 2015). Il ressortirait que, « la grande majorité des faits de violence mesurés par les enquêtes sont des disputes communes à tous les couples (hétérosexuels et homosexuels), le plus souvent dans un contexte de pauvreté et de consommation d’alcool » (Bonnet, 2015).

  • 4 « Dans nombre de pays occidentaux, les enquêtes nationales spécifiques sur les violences contre les (...)
  • 5 Dans le contexte des minorités ethniques aux États-Unis, « les réformes ont trop mis l’accent sur l (...)
  • 6 « Cette absence de mesure de la perpétration des femmes est une stratégie d’évitement qui semble de (...)

3Les courants féministes, qui l’abordent en termes de domination masculine, se tromperaient de cible 4. Pire encore, ils empêcheraient – par une approche borgne n’incriminant que l’homme – de comprendre et donc d’endiguer 5 les actes de violence conjugale : « This non-measurement of women’s perpetration is an avoidant strategy that seems likely to hamper rather than advance the field » 6 (Langhinrichsen-Rohling, 2010, p. 183).

4La violence contre les femmes ainsi remise en cause est déplacée sur une perspective bilatérale : « SOS Hommes battus, c’est aussi l’égalité des sexes » (Badaud, 2011). La violence étant parfois assimilée aux « disputes », est dédramatisée et dans une certaine mesure banalisée. La violence contre les femmes serait donc un artefact, car elle n’existerait qu’à travers un éclairage orienté, qui nierait, par le simple fait de sa non-mesure, les violences que vivraient les hommes, grands oubliés des enquêtes. Le raisonnement est séduisant : c’est parce que l’on ne regarde pas la situation et le vécu des hommes et que l’on regarde seulement celui des femmes que ces dernières apparaissent en tant que victimes et leurs compagnons comme agresseurs.

Enjeux du masculinisme

5Ces conclusions – avancées sous le couvert de la science matérialisée par des productions statistiques – font la joie des courants masculinistes (Blais & Dupuis-Déri, 2015). Ces derniers pensent que les droits des femmes sont devenus, dans certains domaines, supérieurs à ceux des hommes et tentent de renverser les rôles en les victimisant (Brossard, 2008 ; Marchand, 2015). Le discours masculiniste est une idéologie qui « vise à remettre en question les acquis des femmes et qui s’acharne à discréditer le féminisme » (Bouchard & Boily, 2003).

  • 7 Propos de Sylvianne Spitzer, fondatrice de l’association « SOS Hommes battus » (Badaud, 2011).

6Ce mouvement antiféministe vise à restreindre le droit des femmes et à remettre en cause les organismes qui prennent en charge les femmes victimes de violences conjugales. Il est fait état d’injustice à l’encontre des hommes qui ne pourraient pas bénéficier de structures similaires et en pâtiraient : « les hommes ont 20, voire 30 ans de retard par rapport à la prévention faite auprès des femmes » 7. Dans la dynamique de violence conjugale défendue par les masculinistes, les femmes seraient aussi responsables que leur compagnon, mais la seule différence de résultats (Brossard, 2008) tiendrait à leur manque de force physique qui n’aboutirait pas à des blessures objectivables par l’appareil judiciaire (traces de coup, homicide).

7Disséquons ce discours et testons-le à l’aune de récents travaux portant sur la thématique.

Une symétrie de genre ?

  • 8 Gender symmetry (Murray & Straus, 2006).

8La violence, loin d’être l’exclusivité des hommes contre les femmes, serait bidirectionnelle dans la sphère conjugale. Il y aurait dans ce domaine une « symétrie de genre » 8.

  • 9 Les blessures occasionnées chez les femmes sont sans commune mesure à celles constatées chez les ho (...)
  • 10 Les femmes subissent davantage de violence répétée (Cavalin, 2013).

9Les études statistiques qui aboutissent à ce constat ont été largement critiquées. En premier lieu, on peut s’interroger au niveau de la définition même de la violence (Cavalin, 2013) : l’intensité des actes recensés n’y est pas mesurée 9, ainsi on ne tient pas compte de la nature des blessures occasionnées ; il y a également confusion entre violence et conflit. Par ailleurs, la récurrence des agressions n’est pas évaluée 10 (on ne connait pas à quelle fréquence lesdites victimes ont dû y faire face, s’il s’agit d’un acte isolé ou répété). Le contexte de la violence n’est pas défini (on ignore s’il s’agit d’une attaque ou encore de blessure occasionnée en situation de légitime défense) (Lapierre & Côté, 2014). Aucun élément ne vient préciser la temporalité du couple au moment où ces actes sont exercés (est-ce que les partenaires vivent ensemble ou les violences ont-elles été perpétrées lors de la séparation ?).

  • 11 Lors de l’étude Statistique Canada en 2011 (Lapierre & Côté, 2014).

10Au niveau de l’échantillonnage (Lapierre & Côté, 2014), là encore, la manière dont les informations ont été recueillies interpelle. Dans certaines études de ce type, 40 % des interrogés ont refusé de répondre aux questions des enquêteurs 11 ; or les personnes en situation de violences conjugales appelées « terrorisme intime » (Johnson, 2013) – c’est-à-dire les femmes qui se trouvent sous l’emprise de leur conjoint – sont celles qui sont les moins susceptibles de répondre à ce type d’enquête.

11En dernier lieu, lorsque l’on approfondit les réponses reçues par entretiens, on découvre que la réalité des vécus mentionnés derrière un même item varie fortement en fonction du sexe de la personne interrogée (Brown & Lefaucheur, 2012). Par exemple, pour l’item « atteintes sexuelles », il apparait que la moitié des hommes, déclarant en être victime, ont eu plusieurs partenaires sexuelles dans l’année écoulée. On peut se demander alors si les vaines sollicitations des compagnes délaissées ne sont pas à l’origine de ces atteintes à leur virilité défaillante… Quant aux femmes dénonçant, sous le même item, des atteintes sexuelles, on découvre un vécu très diffèrent : il s’agit alors bien souvent de relations sexuelles obtenues par l’intimidation, les menaces, parfois lors de la séparation…

12Compte tenu des nombreux biais que comportent les enquêtes déclaratives qui aboutissent à une symétrie de genre, il apparait abusif de maintenir de telles conclusions.

Où sont les hommes ?

13Certaines études (Langhinrichsen-Rohling, 2010) affirment que les enquêtes ne s’intéressent qu’aux « femmes battues ». C’est parce que l’on ne questionnerait pas les hommes que la violence conjugale désignerait uniquement les femmes comme victimes. Avec cette perspective unilatérale, laissant de côté un individu sur deux, les enquêtes aboutiraient à des artefacts. Faute de recueil de données, les agressions subies par les hommes seraient, de fait, occultées.

14Si tel a été le cas (Dobash & Dobash, 1979), les approches ont depuis évolué (Beck, Cavalin & Maillochon, 2010). Cependant, on peut s’appuyer sur des indicateurs majeurs objectifs qui permettent de restituer les rôles les plus répandus des deux sexes en matière de violences au sein d’un couple.

15Prenons la partie émergée de l’iceberg que constituent les homicides. La mise à mort d’un conjoint peut apparaitre comme le point d’orgue des voies de fait manifestées dans la sphère conjugale.

  • 12 Ou uxoricide (meurtre de la conjointe).
  • 13 En 2010, concernant les homicides conjugaux en France, 84 % des cas impliquent un homme meurtrier d (...)

16Dans plus de huit cas sur dix, les crimes sont des féminicides 12. Les hommes tuent plus que les femmes ; les chiffres sont sans appel, quels que soient les pays étudiés 13. Mais lorsque l’on questionne les motivations de ces meurtres, les constats qui en ressortent ébranlent encore davantage les tenants de la théorie de la « symétrie des genres ».

  • 14 En France, 40 % des auteures de meurtre ont subi par le passé des violences de la part de leur épou (...)
  • 15 Meurtre de l’époux.
  • 16 3,7 % des hommes au Québec entrent dans cette catégorie contre 25,9 % des femmes auteures d’homicid (...)

17Dans le cas des féminicides, le crime se déroule dans des contextes de séparation et de jalousie. Il s’agit des deux premières raisons expliquant le passage à l’acte (Gill, 2013). Par ailleurs, il apparait qu’un lourd passif de violences conjugales – consignées par des procédures judiciaires concernant des blessures reçues – a scandé la vie de la victime avant qu’elle ne soit tuée 14. Dans le cas des maricides 15, il apparait que l’autodéfense pour la femme ou pour ses enfants 16 est la première motivation de son geste. La deuxième est d’ordre vénal : l’intérêt financier (Gill, 2013).

18Force est de constater que pour les hommes, l’homicide prend racine souvent dans un contexte de domination ; pour les femmes, cela se rapporte davantage à ce que Michael P. Johnson a qualifié de résistance violente (Lapierre & Côté, 2014). L’illustration de ces chiffres, qui ne peuvent être mis en doute, montre combien le caractère de la violence conjugale, ici poussé à l’extrême, comporte une dimension sexiste.

Indigence rime avec violence ?

19La violence conjugale serait l’apanage de populations pauvres, avec un faible niveau d’instruction et une forte prégnance de problématique alcoolique. Le tableau est dressé, cela peut rassurer l’homme ordinaire qui ne s’assimile pas à cette classe défavorisée par la vie à bien des égards.

  • 17 Les auteurs étudient de façon exhaustive les procédures pour violence entre conjoints traitées par (...)
  • 18 Voir aussi à ce sujet Morin, Jaluzot & Picard, 2013.
  • 19 Les femmes sans travail, à temps partiel ou en situation professionnelle précaire sont davantage ex (...)

20Mais des études récentes jettent le trouble sur ces certitudes et montrent au contraire qu’il s’agit bien souvent d’« hommes ordinaires » (Jaspard, 2005). Selon une équipe de recherche française 17, la réalité du terrain touche tous les milieux sociaux, toutes les cultures, tous les âges, tous les niveaux de formation, les zones rurales comme urbaines 18. La consommation d’alcool serait un terrain favorable aux agressions seulement dans 26,3 % des cas (Dieu & Suhard, 2016, p. 55). Certes, des situations de violence se pérennisent lorsque la victime n’est pas autonome d’un point de vue financier, ce qui se retrouve davantage dans les couples monoactifs, c’est-à-dire où seul un des conjoints travaille, le plus souvent il s’agit alors de l’homme 19.

21Qu’est-ce qui expliquerait cet écart entre imaginaire et réalité ?

22Un détour par le traitement des viols en fonction de l’origine sociale des mises en causes et victimes peut nous éclairer sur cet état de fait. On sait que pour cette infraction aux mœurs, les femmes d’un niveau d’étude supérieure régulent davantage elles-mêmes le préjudice subi. Elles semblent vouloir éviter d’exposer leur cas devant des policiers, ne souhaitant pas rendre publique leur intimité en soumettant leur sort à des inconnus au niveau d’instruction moindre (Le Goaziou, 2013). Les affaires trouvent plus souvent qu’ailleurs d’autres issues que celle des tribunaux (avocat, médecin, etc.).

  • 20 La violence se manifeste de manière multiforme en fonction des milieux sociaux (Lemieux, 1994).

23Il y a fort à penser qu’en matière de violences conjugales, une égale pudeur guide les femmes de plus haute condition, les empêchant de porter au jour les agressions qu’elles aussi peuvent connaitre (Lemieux, 1994). Étant loin du stéréotype diffusé de la femme battue, elles peuvent avoir du mal à s’y identifier. Leur manque de proximité avec des services sociaux peut également expliquer de moindres signalements 20.

24Par ailleurs, des études montrent des problématiques accrues de violence conjugale chez les gays lesbiennes et bisexuels. Lorsque l’on regarde leur profil sociologique, il apparait que ce public est davantage diplômé (Bajos & Bozon, 2008) que la population générale. Là encore, cette tendance vient renforcer l’idée que les violences au sein d’un couple ne se cantonnent pas aux plus démunis.

25Enfin des affaires retentissantes (Bertrand Cantat/Marie Tritignant/Kristina Rady, Dominique Strauss Khan/Nafissatou Diallo, Weinstein…) nous montrent bien que les mises en cause d’agressions à l’encontre des femmes peuvent être des célébrités ou briguer les plus hauts postes de notre société.

Les dangers inhérents au discours masculiniste

  • 21 Homme victime de violences conjugales dont la compagne a été condamnée en novembre 2016 (Gaget & Le (...)
  • 22 On trouve un caractère réductionniste des données mises en avant, comparable au traitement des donn (...)
  • 23 SOS hommes battus est cité au cœur de l’article. Lorsque l’on regarde les statistiques de cette str (...)

26Les discours masculinistes s’appuient souvent sur un fait divers exceptionnel, qui déforme sous le prisme médiatique la représentativité des faits. L’affaire Maxime Gaget 21 en est une illustration. Servant de base à un article des décodeurs du journal Le Monde, une vision très orientée des violences conjugales 22 est relatée (les cas de légitime défense en matière de maricide sont ainsi passés sous silence) et une association aux statistiques douteuses est mise en avant 23.

  • 24 « Affaires Weinstein : la liste des victimes s’allonge, plusieurs enquêtes sont ouvertes », Le Mond (...)
  • 25 « La honte peu à peu change de camp » (Théry, 2017). #BalanceTonPorc, #MeToo, #MoiAussi sont les ha (...)
  • 26 C’est-à-dire « pouvoir qui parvient à imposer des significations et à les imposer comme légitimes e (...)

27C’est en réponse aux discours imputant aux femmes la responsabilité des violences qu’elles peuvent subir que des courants de contestation ont germé en octobre 2017. Ainsi l’affaire Weinstein 24, qui a provoqué en effet domino des vagues de dénonciations 25, renforce l’idée que l’exercice d’une domination masculine par la violence s’applique bien au-delà de la sphère conjugale et ce, à tous les niveaux de l’échelle sociale. Les courants masculinistes hostiles à l’avancée des droits des femmes font montre de violence symbolique 26 (Bourdieu, 1972) en tentant d’imposer une vision d’égalité des genres, dans le dessein de renvoyer les femmes victimes de violences à la cause de leurs maux.

28Avec ce type d’approche, il y a souvent une négation des rapports de pouvoir entre les sexes, hommes et femmes sont placés sur un pied d’égalité. Ce raisonnement, qui tente de gommer les différences en élargissant les domaines de définition (disputes, agressivité) tente de conclure à une égalité du recours à la violence des hommes et des femmes. Les violences conjugales ne sont pas l’apanage des classes les plus défavorisées et ne se cantonnent pas à des contextes de consommation abusive d’alcool. En matière de comportements violents dans un couple, il y a une inégalité des sexes. Entreprendre des études qui ne font pas la part entre attaque et autodéfense, conflits et coups, qui ne prennent pas en compte la fréquence des actes ni leur intensité, revient à produire une égalité de comportement artificielle. Cette construction vise à nier les inégalités de genre et participe à leur pérennisation.

29Il faut se montrer vigilant à l’encontre de certains discours qui entendent déplacer la question de la violence conjugale en la reléguant à des problématiques d’expression des plus défavorisés. Ces discours antiféministes peuvent être intégrés dans la pratique des travailleurs sociaux et des acteurs judiciaires, ce qui serait dramatique pour la prise en charge des victimes. Banaliser des situations de violence en les rangeant dans le tiroir des scènes de ménage tout en niant leurs singularités sexistes, c’est adopter une perspective dangereuse visant à victimiser les auteurs et à culpabiliser les agressées. Cela ne fait que brouiller davantage les responsabilités et ralentir un long travail de reconstruction pour les femmes qui en sont avant tout les premières victimes.

Haut de page

Bibliographie

Badaud J. (2011), « SOS Hommes battus, c’est aussi l’égalité des sexes », Le Nouvel Observateur du 01.03.2011.

Bajos N. & M. Bozon (2008), Enquête sur la sexualité en France. Pratiques, genre et santé, Paris, Éditions La Découverte.

Beck F., Cavalin C. & F. Maillochon (2010), Violences et santé en France : état des lieux, Paris, La Documentation française.

Blais M. & F. Dupuis-Déri (2015), Le Mouvement masculiniste au Québec, l’antiféminisme démasqué, Montréal, Les éditions du remue-ménage.

Bonnet F. (2015), « Violences conjugales, genre et criminalisations : synthèse des débats américains », Revue française de sociologie, vol. 56, pp. 357-383.

Bouchard P., Boily I. & M.-C. Proulx (2003), La Réussite scolaire comparée selon le sexe : catalyseur des discours masculinistes, Ottawa, Bibliothèque nationale du Canada.

Bourdieu P. & J.-C. Passeron (1970), La Reproduction, Paris, Éditions de Minuit.

Brossard L. (2015), «Le discours masculiniste sur les violences faites aux femmes : une entreprise de banalisation de la domination masculine », dans Blais M. & F. Dupuis-Déri, Le Mouvement masculiniste au Québec, l’antiféminisme démasqué, Montréal, Les éditions du remue-ménage.

Brown E. & N. Lefaucheur (2012), « Les violences subies dans les différents espaces de vie en Martinique », Pouvoirs dans la caraïbe, vol. 17, pp. 73-107.

Cavalin C. (2013), « Interroger les femmes et les hommes au sujet des violences conjugales en France et aux États-Unis : entre mesures statistiques et interprétations sociologiques », Nouvelles questions féministes, vol. 32, pp. 64-76.

Chetcuti N. & M. Jaspard (2007), Violences envers les femmes. Trois pas en avant, deux pas en arrière, Paris, Éditions L’Harmattan.

Dieu F. & P. Suhard (2016), Justice et femme battue, Paris, Éditions L’Harmattan.

Dobash R. E. & R. Dobash (1979), Violence against Wives: A Case against the Patriarchy, New York, Free Press.

Gaget M. & A. Legrand (2015), Ma Compagne, mon bourreau, Paris, Éditions Michalon.

Gill C. (2013), « Le fémicide au Canada : le cas du Nouveau-Brunswick », Nouvelles questions féministes, vol. 32, pp. 77-94.

Haudiquet V., Surduts M. & N. Tenenbaum (2015), Le Droit des femmes à disposer de leur corps, Paris, Éditions Syllepse.

Jaspard M. (2005), Les Violences contre les femmes, Paris, Éditions La Découverte.

Johnson M. P. (2013), « Les types de violence familiale », dans Rinfret-Raynor M., Lesieux É., Cousineau M.-M., Gauthier S. & E. Harper (dir.), Violences envers les femmes. Réalités complexes et nouveaux enjeux dans un monde en transformation, Québec, Presses de l’Université du Québec, pp. 15-32.

Langhinrichsen-Rohling J. (2010), « Controversies Involving Gender and Intimate Partner Violence in the United States », Sex Roles, vol. 62, pp. 179-193.

Lapierre S. & I. Côté (2014), « La typologie de la violence conjugale de Johnson », Intervention, n° 140, pp. 69-79.

Le Goaziou V. (2013), « Grand angle : les viols en justice : une (in) justice de classe ? », Nouvelles questions féministes, vol. 32, pp. 16-28.

Lemieux D. (1994), « La violence conjugale », dans Dumont F., Langlois S. & Y. Martin (dir.), Traité des problèmes sociaux, Québec, Institut québécois de recherche sur la culture.

Maillochon F. (2007), « “Chiffres noirs” contre “chiffres ronds”. L’enquête Enveff dans la presse quotidienne française (2000-2004) », dans Chetcuti N. & M. Jaspard (dir.), Violences envers les femmes, trois pas en avant deux pas en arrière, Paris, Éditions L’Harmattan.

Mandraud I. (2017), « La Russie dépénalise les violences domestiques pour éviter la “destruction de la famille” », Le Monde du 26 01 2017.

Marchand L. (2015), « Hommes battus : des chiffres pour comprendre une réalité méconnue », Le Monde du 10 04 2015.

Martins Borges L. (2006), L’Homicide commis dans une relation d’intimité : comparaisons selon le sexe des agresseurs, Thèse de psychologie, Université du Québec.

Monteil C. (s. d.), http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=4&cad=rja&uact=8&ved=0ahUKEwjZtNeehsjKAhVD2RoKHZLkCaUQFgguMAM&url=http%3A%2F%2Fperiodicals.narr.de%2Findex.php%2FLendemains%2Farticle%2Fdownload%2F90%2F74&usg=AFQjCNFjYGklMWeCJY0B61RrmzVNgqGd4w

Morin T., Jaluzot L. & S. Picard (2013), « Femmes et hommes face à la violence », Insee Première, n° 1473.

Raffin V. (2012), « L’homicide conjugal. État des connaissances et projet de recherche en région PACA », Études et travaux de l’ORDCS, n° 3.

Direction générale de la Police nationale et Direction générale de la Gendarmerie nationale (2013), Étude nationale sur les morts violentes au sein du couple : année 2012, Ministère de l’Intérieur.

Direction générale de la Police nationale et Direction générale de la Gendarmerie nationale (2016), Étude nationale sur les morts violentes au sein du couple : année 2015, Ministère de l’Intérieur.

Spitzer S. (2012), Les Hommes victimes de violences conjugales et leur compagne violente, 2010-2012, Rapport statistique de SOS hommes battus.

Straus M. A. (2006), « Future Research on Gender Symmetry in Physical Assaults on Partners », Violence Against Women, vol. 12, n° 11.

Tepper T. (2017), « President Trump Wants to Kill These 17 Federal Agencies and Programs. Here's What They Actually Cost (and Do) », Time du 24.01.2017.

Théry I. (2017), « Harcèlement sexuel : “Nous sommes si nombreuses que c’en est impressionnant” », Le Monde du 21.10.2017.

Haut de page

Notes

1 Cette dernière décennie, le droit des femmes n’a eu de cesse de reculer dans certains pays du monde arabo-musulman (Afghanistan, Syrie, Turquie…).

2 Selon le rapport du Haut conseil à l’égalité entre femmes et hommes (Haudiquet & Surduts, 2015, p. 21).

3 « Correctement nuancé, le résultat empirique de la symétrie de genre est largement consensuel » (Bonnet, 2015). L’auteur précise par ailleurs que « la symétrie de genre ne signifie pas l’égalité dans la victimation », ainsi les femmes présentent davantage de blessures physiques et de traumatismes psychologiques.

4 « Dans nombre de pays occidentaux, les enquêtes nationales spécifiques sur les violences contre les femmes ont fait l’objet de vives polémiques (cf. Canada, Suède, France) » (Chetcuti & Jaspard, 2007, p. 12).

5 Dans le contexte des minorités ethniques aux États-Unis, « les réformes ont trop mis l’accent sur l’aspect répressif de la question […] Cette situation ne punit pas ceux qui devraient être punis, vulnérabilise des familles, coûte cher en incarcération et dépense des ressources qui ne sont pas affectées aux politiques sociales contre la pauvreté ou l’alcoolisme, qui seraient plus efficaces pour réduire les violences » (Bonnet, 2015).

6 « Cette absence de mesure de la perpétration des femmes est une stratégie d’évitement qui semble de nature à entraver plutôt qu’à faire progresser le champ »

7 Propos de Sylvianne Spitzer, fondatrice de l’association « SOS Hommes battus » (Badaud, 2011).

8 Gender symmetry (Murray & Straus, 2006).

9 Les blessures occasionnées chez les femmes sont sans commune mesure à celles constatées chez les hommes dans leur gravité (Rapport de la Direction générale de la Police nationale et Direction générale de la Gendarmerie nationale, 2013).

10 Les femmes subissent davantage de violence répétée (Cavalin, 2013).

11 Lors de l’étude Statistique Canada en 2011 (Lapierre & Côté, 2014).

12 Ou uxoricide (meurtre de la conjointe).

13 En 2010, concernant les homicides conjugaux en France, 84 % des cas impliquent un homme meurtrier d’une femme et seulement 15,2 % des cas une femme meurtrière d’un homme (Raffin, 2012).

14 En France, 40 % des auteures de meurtre ont subi par le passé des violences de la part de leur époux, contre 8,6 % des hommes auteurs de féminicide (Rapport de la Direction générale de la Police nationale et de la Direction générale de la Gendarmerie nationale, 2016).

15 Meurtre de l’époux.

16 3,7 % des hommes au Québec entrent dans cette catégorie contre 25,9 % des femmes auteures d’homicide conjugal (Martins Borges, 2006, p. 176).

17 Les auteurs étudient de façon exhaustive les procédures pour violence entre conjoints traitées par le Parquet d’Albi et de Castres en 2005 et 2006 (Dieu & Suhard, 2016).

18 Voir aussi à ce sujet Morin, Jaluzot & Picard, 2013.

19 Les femmes sans travail, à temps partiel ou en situation professionnelle précaire sont davantage exposées (Jaspard, 2005).

20 La violence se manifeste de manière multiforme en fonction des milieux sociaux (Lemieux, 1994).

21 Homme victime de violences conjugales dont la compagne a été condamnée en novembre 2016 (Gaget & Legrand, 2015).

22 On trouve un caractère réductionniste des données mises en avant, comparable au traitement des données de l’ENEVEFF relayées dans la presse et étudiées par Florence Maillochon (Maillochon, 2007).

23 SOS hommes battus est cité au cœur de l’article. Lorsque l’on regarde les statistiques de cette structure, on peut être interpellé par les chiffres élaborés et leur réelle représentativité : ainsi 79 % des femmes déclarées comme auteures des violences seraient de nationalité étrangère (Spitzer, 2012, p. 15).

24 « Affaires Weinstein : la liste des victimes s’allonge, plusieurs enquêtes sont ouvertes », Le Monde du 24.10.2017.

25 « La honte peu à peu change de camp » (Théry, 2017). #BalanceTonPorc, #MeToo, #MoiAussi sont les hashtags utilisés en masse sur les réseaux sociaux pour dénoncer les agressions sexuelles et les situations de harcèlement fin octobre 2017 suite à l’affaire Harvey Weinstein.

26 C’est-à-dire « pouvoir qui parvient à imposer des significations et à les imposer comme légitimes en dissimulant les rapports de force qui sont au fondement de sa force » (Bourdieu & Passeron, 1970, p. 18).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucie Jouvet-Legrand, « Violences conjugales : une montée du courant masculiniste ? », SociologieS [En ligne], Débats, Penser les inégalités, mis en ligne le 14 avril 2018, consulté le 21 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/6620

Haut de page

Auteur

Lucie Jouvet-Legrand

MCF en sociologie-anthropologie, Université de Franche-Comté (LASA UFC), Besançon (France) - lucie.jouvet@ubfc.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page