Navigation – Plan du site
Les professionnels de l’évaluation. Mise en visibilité d’un groupe professionnel

Les professionnels de l’évaluation. Mise en visibilité d’un groupe professionnel

Introduction du Dossier
Sophie Divay

Texte intégral

  • 1 CADIS EHESS-Paris, CEE Marne-La-Vallée, Cérep Université de Reims, CERSA Université Panthéon-Assas (...)

1Ce Dossier porte le titre d’une journée d’études organisée par le CR 32 « Savoirs, métiers, identités professionnelles » de l’AISLF (Association internationale des sociologues de langue française) qui s’est tenue à Paris, à l’EHESS, le 7 janvier 2016, sous l’égide de plusieurs laboratoires et organismes de recherche 1. Il rassemble une partie des contributions présentées lors de cette journée en réponse à un appel à communications centré sur les « professionnels de l’évaluation », spécialisés à des degrés divers dans des pratiques sociales d’évaluation. L’objectif était d’apporter un peu de clarté dans un champ professionnel, certes en expansion, mais composite car relevant davantage d’une « nébuleuse » peu explorée que d’un milieu parfaitement identifié et délimité.

2Les quatre premières contributions ne permettent pas à elles seules de faire la lumière sur toute la complexité de cet ensemble de professionnels de l’évaluation dont on ne saurait dire qu’ils partagent a minima la conscience, voire même qu’ils revendiquent d’appartenir à un même groupe professionnel. Elles braquent toutefois les projecteurs sur des situations et des configurations singulières qui, tout en livrant la richesse de leur diversité, laissent apparaître des traits transversaux ou, tout au moins, des éléments utiles à une meilleure compréhension des logiques du groupe professionnel des évaluateurs, éléments dont les auteurs des trois derniers articles s’emparent afin de mieux dessiner les caractéristiques de ce milieu qu’ils situent dans l’espace et le temps.

Quatre monographies de segments du groupe professionnel des évaluateurs

3Sylvain Brunier rend compte de transformations qu’il a observées au sein d’un groupe professionnel de fonctionnaires constitué au début des années 1960, celui des personnels de l’Inspection générale de l’administration de l’éducation nationale (IGAENR) qui avaient traditionnellement une mission de contrôle de la bonne application des politiques publiques, voire même de sanction (disciplinaire). L’auteur décrit comment ces généralistes de la vérification de la règle de droit se sont, pour certains, mués en spécialistes de l’évaluation, de l’audit, du diagnostic et du conseil. Un repositionnement en tant qu’experts auprès des universités contraintes de s’adapter aux Responsabilités et compétences élargies (RCE) apporte à ce corps, dit de « débouché », c’est-à-dire de fin de carrière peu prestigieuse, une possibilité de revalorisation et d’accroissement de sa légitimité. Ces agents n’ont pas subi cette conversion, mais l’ont stratégiquement orchestrée en se saisissant de l’opportunité offerte en 2007 par la loi Libertés et responsabilités des universités (LRU). Ils ne sont pas non plus les victimes du new public management, devenant tout au contraire les porteurs d’une forme de dispositifs managériaux à travers une mise en organisation des universités.

4Cette vague de rationalisation fondée sur la diffusion de nouveaux dispositifs et de pratiques d’évaluation ne se produit pas que dans le secteur public, mais également dans les entreprises privées où elle touche notamment les ingénieurs des bureaux d’étude et de conception pourtant originellement voués à l’évaluation du travail des opérateurs à travers la prescription, la mesure et l’optimisation de leur travail.

5Dans l’entreprise étudiée par Sébastien Petit, les ingénieurs sont contraints de se transformer en experts du « lean management ». Ils se plient plus ou moins volontairement aux attentes de leur hiérarchie, ayant bien saisi que leur évolution de carrière dépend de leur acceptation et intériorisation de méthodes et de pratiques naturalisées, c’est-à-dire relevant du « bon sens » auquel tout ingénieur ne peut que souscrire, tant il est évident que des objectifs comme l’augmentation de la productivité, la réduction des délais, la rentabilisation des ressources, l’amélioration constante de la qualité des produits sont inhérents au fonctionnement de toute entreprise et au professionnalisme de tout ingénieur. Cette injonction au professionnalisme (Boussard, Demazière & Milburn, 2010) s’appuie sur une épreuve d’acculturation organisée et imposée à tous les futurs encadrants promouvables. Ces dispositifs de socialisation ciblent le cœur de l’activité des ingénieurs, notamment à travers une redéfinition de leurs connaissances et savoirs. Ils doivent acquérir de multiples compétences gestionnaires recouvrant la gestion de données, d’archives, de budgets, de reporting, selon des procédures standardisées et normalisées. L’identité professionnelle de ces ingénieurs est transformée en situation de travail et ce malgré l’empreinte laissée par une formation initiale reçue dans des écoles reconnues.

6Les deux textes suivants, bien que toujours centrés sur des évaluateurs et leur milieu, en révèlent de nouvelles facettes. Traitant apparemment des sujets très proches, les auteurs distinguent subtilement ce qui relève d’une grande différence aux yeux des initiés : l’expérimentation aléatoire et, plus largement, l’expérimentation sociale. Il s’agit de nous faire entrer dans le monde expérimental de l’évaluation des politiques sociales, qu’il ne faut pas confondre avec les démarches méthodologiques mobilisées.

  • 2 Jameel Poverty Action Lab.

7Arthur Jatteau livre une fine description des principes de la méthode par randomisation ou assignation aléatoire empruntée à d’autres sciences (médicales, cliniques, de la nature, etc.) par des économistes-économètres appartenant à un laboratoire international, le J-PAL 2. La prosopographie de ces acteurs et la sociographie de leur laboratoire et autres structures annexes propulsent le lecteur dans un monde extra-ordinaire de l’excellence, des élites, de la richesse et du succès d’envergure internationale. Majoritairement universitaires, chercheurs et enseignants, ces évaluateurs sont issus de grandes écoles et/ou d’universités célèbres, dotés des meilleurs diplômes, capital qui leur permet d’accéder au J-PAL, dont la notoriété attire des financements publics et privés, notamment pour mettre en place des programmes contre la pauvreté. Situés dans le domaine de l’évaluation externalisée des politiques publiques, les membres de ce milieu d’exception mènent une « offensive méthodologique » organisée et médiatisée, tentant ainsi d’instaurer l’expérimentation aléatoire comme l’unique méthode de référence scientifiquement fiable.

8Jules Simha nous fait progressivement revenir vers des activités plus ordinaires d’évaluation des politiques publiques en s’intéressant aux expérimentations sociales souvent qualitatives, toujours externalisées, mais toutefois « embarquées » dans le sens où elles impliquent étroitement l’évaluateur et le porteur de l’évaluation d’un programme dont la généralisation pourra être décidée si les résultats s’avèrent positifs pour les « bénéficiaires ». En l’occurrence, la posture de l’évaluateur pose question du fait de sa proximité avec les parties prenantes du projet (les porteurs, les opérateurs qui peuvent être des consultants et les destinataires) qu’il peut être tenté d’orienter pendant la période expérimentale. Plusieurs organismes, de prestige inégal, sont mis en scène : l’École d’économie de Paris (associée au J-PAL), le CEREQ et le CREDOC. Ces structures, partiellement consacrées à l’évaluation, se situent sur un marché concurrentiel où elles mènent des luttes pour « décrocher » des contrats, ressources financières vitales pour la pérennité de certaines d’entre elles. Cette multiplicité d’acteurs (évaluateurs, porteurs-partenaires et opérateurs) recouvre une hétérogénéité de pratiques, de statuts, de profils, d’affiliations disciplinaires, d’expertises qui brouille la lecture du champ professionnel de l’évaluation.

Trois articles de réflexion sur le groupe professionnel des évaluateurs

9Mais ce brouillard s’estompe grâce aux trois dernières contributions dont l’objectif n’est plus de rendre compte de résultats d’enquêtes empiriques sur des terrains singuliers, mais de soumettre la question des évaluateurs à des angles de réflexion transversaux et synthétiques.

10Comme s’il avait croqué ce champ professionnel en le survolant à bord d’un petit avion, Charles Gadea nous offre une « vue d’ensemble » colorée du territoire de l’évaluation, de ses frontières et de ses segments. Il nous livre une carte sur laquelle il distingue d’abord des pôles répartis aux quatre points cardinaux. Sur un axe horizontal, à l’ouest, sont rassemblés les évaluateurs épisodiques dits « généralistes » et, à l’est, les « spécialistes » qui se consacrent totalement à cette activité. Sur un axe vertical, au nord, se situent les praticiens de l’évaluation exerçant une « activité externe », c’est-à-dire en dehors de leur entreprise et, au sud, ceux qui développent une « activité interne », au sein de leur organisme d’appartenance. De ce schéma émergent alors des nuages : un bleu peuplé d’évaluateurs académiques, un rose de consultants, un vert de professionnels dits « externalisateurs » et un jaune de praticiens occasionnels. Cet ordonnancement, aux couleurs de l’arc en ciel, rend visible les contours des segments du groupe professionnel des évaluateurs et permet de prolonger l’exploration « aux confins de ses territoires connexes ».

11Après l’analyse spatiale de Charles Gadea, Michel Chauvière se propose de situer le groupe professionnel des évaluateurs dans le temps. Il établit une distinction entre une histoire longue, qui convoque les pères fondateurs de la sociologie comme Frédéric Le Play, Auguste Comte et Émile Durkheim au sujet des « rapports entre les sciences sociales et l'action », et une histoire de plus courte portée, c’est-à-dire celle « des usages que le new management appliqué à l'action publique fait de la norme d'évaluation » depuis les années 1980 en France. Sous couvert de modernisation, les notions d’efficience, d’impact ou encore de performance instaurent de nouvelles formes de « contrôle et de régulation tant budgétaires que comportementales ». La norme d’évaluation se diffuse progressivement à travers des rapports officiels, des réformes institutionnelles, des lois, la création d’institutions et d’instances, de programmes de politiques publiques, etc. Mais la propagation de l’évaluation nécessitait aussi l’émergence d’évaluateurs qui ont petit à petit conquis différents secteurs, tels que celui du médico-social où l’on retrouve les mêmes procédés normatifs et discours justificatifs qu’ailleurs : définition de « bonnes pratiques », recherche de l’amélioration continue de la qualité des services, recours à la rhétorique de l’usager, etc. Pour approfondir son analyse critique de la « passion évaluative » qui semble saisir tout le corps social, Michel Chauvière préconise de pousser l’étude du groupe professionnel des évaluateurs afin de mettre au jour les logiques de leurs parcours professionnels, le contenu de leurs activités, leurs différents types de savoir, les ressorts de leurs interactions avec les commanditaires, agences productrices de normes et la nature de leur rapport au travail d’évaluation, etc.

12Ce Dossier ne s’achève pas sur une conclusion, mais sur un texte d’ouverture et de questionnement de fond sur la nature même de l’activité d’évaluation. Michel Autès place les règles ou les normes (sorte particulière de règles) au centre de son propos, soulignant que l’évaluation des pratiques consiste à juger si les règles ont été suivies ou non afin d’arriver aux résultats escomptés. Mais encore faut-il s’entendre sur le sens de cette injonction à suivre des règles : qu’est-ce que suivre une règle ? Et selon quelle rationalité, en finalité ou en valeur ? Michel Autès voit dans cette diffusion de l’évaluation au sein de toutes les sphères sociales (politiques publiques, entreprises, école, travail social, etc.) le signe d’un changement de gouvernementalité. Selon lui, l’évaluation est un outil de gouvernement (par les normes) d’autant plus efficace que les évaluateurs obéissent à une contrainte intériorisée qui en fait des individus « libres » de produire les normes auxquelles ils sont soumis et auxquelles ils soumettent autrui. Ce processus relève d’une stratégie néolibérale qui fait des évaluateurs des interprètes, ou passeurs mystifiés, d’une nouvelle façon de conduire les hommes, en un mot de produire de l’obéissance, et ce tout en générant du consensus.

Deux mots sur les pistes de recherche ouvertes par ce Dossier

13D’autres regards auraient pu être adoptés, notamment celui d’un questionnement sur le bien-fondé et l’utilité de l’évaluation, d’une part, en partant du postulat qu’il faut prendre au sérieux la mesure de l’efficacité des dispositifs des politiques publiques évalués (Garcia & Montagne, 2011) et, d’autre part, pour aller plus loin, en tentant de démasquer l’instrumentalisation politique de certains programmes évalués, comme celui du RSA (Gomel & Serverin, 2010), afin notamment de saisir la fragilité (ou le manque de fiabilité) de tels dispositifs qui « flirtent » bien souvent avec les représentants du pouvoir, en particulier dans le cadre de l’expérimentation des politiques publiques. Pour prolonger cette perspective, aurait pu être menée une analyse de la validité des démarches scientifiques et des méthodologies appliquées (Barbier, 2010 ; Barbier & Matyjasik, 2010 ; Bourgois, 2010 ; Divay, 2011a et b ; Spenlehauer & Warin, 2000), avec un zoom sur la signification des discours et des rhétoriques de leurs promoteurs et défenseurs (L’Horty & Petit, 2010). Un point de vue plus économique ou gestionnaire aurait encore été envisageable avec la mise en question du sens et de l’utilité des dispositifs d’évaluation et de leurs opérateurs, en examinant comment « évaluer l’évaluation » (Gestions hospitalières, 2017 ; Guillaume, 2009), afin de mesurer le coût du travail effectué sur le travail et de ses effets facilitateurs ou entravants. Parallèlement, une approche plus macrosociologique et structurelle aurait permis une étude des régimes et des référentiels politiques et économiques d’envergure internationale (Perez, 2000) qui enveloppent les différentes dimensions soulevées précédemment, en veillant à repérer les différentes formes que le new public management peut prendre (Bezes et al., 2011 ; Belorgey, 2011 ; Pierru, 2007 ; Mas, Pierru, Smolski & Torrielli, 2011 ; Gheorghiu & Moatty, 2013).

14Un objectif plus délimité a été poursuivi ici. Le lecteur aura compris que ce Dossier est consacré à ceux qui « font de l’évaluation », tout en « la faisant », c’est-à-dire en lui donnant sens, formes, contours et mouvement. Les contributions rassemblées ne livrent pas à elles seules des résultats assez complets pour répondre pleinement à notre questionnement de départ, mais elles ouvrent toutefois des pistes de réflexion à même de constituer un programme de recherche consistant, suivant plusieurs étapes. En tout premier lieu, il s’agit de multiplier les monographies portant sur des situations de travail localisées dans des secteurs diversifiés afin de mieux connaître les pratiques, objets, outils, savoirs, « clients » ou prescripteurs de travail des évaluateurs en fonction de leurs champs d’intervention. La cartographie établie par Charles Gadea constitue une grille de lecture précieuse permettant de constituer un échantillon des types d’évaluateurs à étudier. De telles enquêtes offriraient la possibilité d’éclairer une zone restée dans l’ombre ici, entre deux pôles mal définis, qualifiés pour l’un d’« évaluation au sens large » et, pour l’autre, « d’évaluation au sens strict ». Que recouvrent ces deux ensembles a priori bien distincts ? Quelles sont les tâches de travail réel déployées sous les différents intitulés de missions ? Quelles activités, quel contenu de travail ? L’énigme de la porosité des frontières du groupe professionnel des évaluateurs serait ainsi élucidée grâce à une description fine du travail des évaluateurs et de leurs collègues des groupes voisins, mettant sans doute en évidence que les distinctions ne sont pas nettes et peut-être tendent à s’effacer ou à se combiner, entre des tâches de conseil, d’inspection, de contrôle, d’audit, de normalisation, etc. Restera, par la suite, à emboîter le pas à Michel Chauvière en s’appuyant sur les jalons historiques qu’il a posés et à reconstituer la genèse et les dynamiques du groupe professionnel des évaluateurs, en identifiant leurs ancêtres, notamment ceux d’Outre-Atlantique puisque la France est toujours présentée comme en retard par rapport aux États-Unis, mais également leurs « cousins » qui appartiennent à des familles proches. À l’issue de ces opérations de recherche, et sur la base des résultats obtenus, il sera alors temps de reprendre le questionnement de Michel Autès afin de mieux saisir comment l’évaluation, vue comme un nouveau mode de « gouvernementalité », a donné naissance à un groupe professionnel, vision du monde libérale qui, mise à l’épreuve de la perspective théorique d’Andrew Abbott (1988), donnerait peut-être une image plus complexe que celle du professionnel simple interprète et passeur d’un système de gouvernement, tant les auteurs des quatre premiers textes de ce Dossier démontrent la participation stratégique des praticiens dans leur métamorphose et leur conversion en évaluateur.

Haut de page

Bibliographie

Abbott A. (1988), The System of Professions. An Essay on the Division of Expert Labor, Chicago, Chicago University Press.

Barbier J.-C. (2010), « Éléments pour une sociologie de l’évaluation des politiques publiques en France », Revue française des affaires sociales, n° 1-2, pp. 27-49.

Barbier J.-C. & N. Matyjasik (2010), « Évaluation des politiques publiques et quantification en France : des relations ambiguës et contradictoires entre disciplines », Revue française de socio-économie, n° 5, pp. 123-140.

Belorgey N. (2011), L’Hôpital sous pression, Paris, Éditions La Découverte.

Bezes P., Demazière D., Le Bianic T., Paradeise C., Normand R., Benamouzig D., Pierru F. & J. Evetts (2011), « New Public Management et professions dans l’État : au-delà des oppositions, quelles recompositions ? », Sociologie du travail, vol. 53, n° 3.

Bourgois L. (2010), L’Expérimentation, nouvel élixir de jouvence des politiques sociales ? De l’aide au développement des pays du Sud aux politiques de la jeunesse en France : une analyse politique de l’expérimentation sociale, Mémoire de Master 2 Management des politiques sanitaires et sociales, Université de Grenoble.

Divay S. (2011a), « L’évaluation qualitative : objectiver sans compter », Bref, Céreq, n° 286.

Divay S. (2011b), « L’innovation multidimensionnelle au principe de l’expérimentation sociale », Communication au IVe Congrès de l’Association française de sociologie, RT 30 « Sociologie de la gestion », Grenoble, 5-8 juillet.

Garcia S. & S. Montagne (2011), « Pour une sociologie critique des dispositifs d’évaluation », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 189, pp. 4-15.

Gestions hospitalières (2017), n° 564.

Gomel B. & E. Serverin (2010), Évaluer l’expérimentation sociale, Document de travail, Paris, Centres d’études de l’emploi, n° 143.

Guillaume B. (2009), « Indicateurs de performance dans le secteur public : entre illusion et perversité », Cités, n° 3, pp. 101-109.

L’Horty Y. & P. Petit (2010), Évaluation aléatoire et expérimentations sociales, Document de travail, Paris, Centre d’études de l’emploi, n° 135.

Perez C. (2000), « L’évaluation expérimentale des programmes d’emploi et de formation aux États-Unis : éléments de critique interne », Revue française des affaires sociales, n° 1, pp. 145-163.

Spenlehauer V. & P. Warin (2000), « L’évaluation au service des Conseils régionaux », Sociologie du travail, n° 2, pp. 245-262.

Gheorghiu M. & F. Moatty (2013), L’Hôpital en mouvement. Changements organisationnels et conditions de travail, Rueil-Malmaison, Éditions Liaisons.

Mas B., Pierru F., Smolski N. & R. Torrielli (2011), L’Hôpital en réanimation, Paris, Éditions du Croquant.

Pierru F. (2007), Hippocrate malade de ses réformes, Paris, Éditions du Croquant.

Haut de page

Notes

1 CADIS EHESS-Paris, CEE Marne-La-Vallée, Cérep Université de Reims, CERSA Université Panthéon-Assas - Paris 2, CLERSÉ Université de Lille 1, IDHE Université de Nanterre.

2 Jameel Poverty Action Lab.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Divay, « Les professionnels de l’évaluation. Mise en visibilité d’un groupe professionnel », SociologieS [En ligne], Dossiers, Les professionnels de l’évaluation. Mise en visibilité d’un groupe professionnel, mis en ligne le 13 mars 2018, consulté le 18 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/6669

Haut de page

Auteur

Sophie Divay

Sociologue, maîtresse de conférences, Université de Reims – Cérep (France) - sophie.divay@univ-reims.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page