Navigation – Plan du site
Les professionnels de l’évaluation. Mise en visibilité d’un groupe professionnel

L’évaluation, une nébuleuse ?

Is evaluation nebulous?
Michel Autès

Résumés

L'évaluation doit s'envisager comme une technologie de gouvernement. On insiste sur la proximité et la distance des pratiques d'évaluation avec d'autres techniques de gestion des institutions et de contrôle des agents sociaux. On esquisse une sorte de généalogie de l'évaluation en rapport avec des formes historiques de gouvernementalité. Elle se présente comme une technologie de gouvernement des hommes plutôt que comme un mode de gestion des institutions. Son ressort est la recherche du consentement subjectif à une gouvernementalité néo-libérale qui fait de l'illusion de la liberté des individus le principe même de la domination qu'elle met en œuvre. L'évaluation se pare ainsi des prestiges de la science et engendre ses propres spécialistes.

Haut de page

Texte intégral

1Y a-t-il des professionnels de l’évaluation ? C’était l’intention de ces échanges que d’éclairer cette question, du fait de la montée en puissance, depuis déjà longtemps, de cette pratique nouvelle et de la constitution d’un « corps » d’évaluateurs aux contours et aux profils mal définis. Pour formuler autrement cette question, peut-on dire que l’évaluation est construite comme un champ professionnalisé, avec ses savoirs, ses pratiques, ses règles, ses modes de reconnaissance, ses propres controverses ? Tout simplement, l’évaluation est-elle un champ ?

2À lire les contributions qui précèdent, on est d’abord tenté de répondre positivement, encore que cette réponse s’obscurcit aussitôt d’un doute, au moins d’une interrogation sur ce dont il est question quand on parle d’évaluation et sur les conditions de possibilité d’une évaluation : évaluation de quoi et évaluation pourquoi ?

3Au regard de la diversité des contributions : l’évaluation des politiques publiques, des process industriels, des programmes et des pédagogies scolaires, on aperçoit déjà un morceau de la mosaïque que forment les objets et les pratiques susceptibles d’être « évalués ». Toute pratique sociale est-elle évaluable ?

4Au fond, ce qui fait que ces objets et ces pratiques se ressemblent, c’est d’être conçues comme un ensemble de conduites qui sont censées suivre des règles pour aboutir à des résultats.

5Peut-on, donc, tout évaluer ? Dans les années 1970-1980, quand la pratique des évaluations commençait à se répandre, il se disait que l’évaluation des politiques publiques était l’équivalent du rôle que jouent la monnaie et la formation des prix sur le marché, soit une forme de régulation (même d’autorégulation), prétendant à l’objectivité. Patrick Viveret rappelait déjà qu’évaluer une politique c’était porter un jugement sur sa valeur, valeur qui ne se réduit pas à une dimension comptable (Viveret, 1990). Depuis, l’évaluation a conquis d’autres terrains au-delà de la sphère politique, dans le champ des rapports de travail, dans l’éducation, dans les politiques sociales, etc.

6Une politique publique, c’est un ensemble de moyens mis à disposition pour modifier, améliorer une situation perçue et analysée comme une difficulté ou un problème à résoudre. Un processus industriel, c’est un ensemble de moyens intellectuels, techniques et humains pour aboutir à des productions répondant à des utilités et à des besoins, et susceptibles d’engendrer des profits en minimisant les coûts dans un contexte de forte compétition économique. Enfin, les programmes scolaires et les pratiques pédagogiques sont censés permettre la performance des élèves en termes d’apprentissages, de savoirs, de compétences, de capacités, etc.

7Tout cela est trivial, mais pose au moins deux questions, qui sont autant de conditions de possibilité préalables à toute forme d’évaluation.

8La première se résume dans la formule – on hésite à dire « bien connue » – de Ludwig Wittgenstein : « Qu’est-ce que suivre une règle ? ». La deuxième porte sur la question des finalités de l’action évaluée et de l’hypothèse sous-jacente de rationalité qui est la condition de possibilité de la pertinence de l’évaluation. Si ces deux questions sont liées, c’est qu’elles soulèvent l’éventualité de controverses sur la pertinence des fins poursuivies : les différentes parties prenantes sont-elles d’accord sur les fins poursuivies, sur les moyens mis en œuvre ? Quelle est la nature des compromis, explicites ou non, qui ont abouti à des décisions ? Quelles vont être les différentes interprétations, adaptations, déformations de la part des différentes catégories d’agents intervenus tout au long de la chaîne d’action qui aboutira au résultat final ? Enfin, corollaire de ces interrogations, qu’en est-il de la distinction wéberienne entre le zweckrational et le wertrational, la rationalité en but et la rationalité en valeur, dans les différentes formes d’action, dans leurs choix de finalités, de moyens et de résultats attendus ?

9L’efficience – faire aussi bien ou mieux au moindre coût – est-elle devenue le seul critère de l’évaluation ? Qu’en est-il des fins poursuivies, des valeurs qui les nourrissent, du bien-être des agents qui mettent en œuvre les moyens de les atteindre ? Autant de questionnements et de problématiques qui échappent à la quantification comme outil principal (le seul ?) de la mesure de la performance et de l’efficience.

10Avant de revenir sur les notions de règle et de rationalité comme conditions de possibilité de toute évaluation – et donc sur l’existence potentielle d’une profession d’évaluateurs – il faut s’attarder un moment sur la question des frontières de l’évaluation avec d’autres formes de pratiques sociales qui s’en approchent.

11Ces frontières sont poreuses comme le montrent les différents exemples qui sont exposés dans les quatre contributions. Si l’on met à part les expérimentations aléatoires qui sont un véritable modèle (pattern) d’évaluation, parce qu’il est construit sur une méthodologie robuste, qui plus est standardisée, labellisée et largement répandue, on voit bien que les limites sont fragiles et poreuses entre fonctions ou méthodes d’évaluation et fonctions ou méthodes proches : le contrôle comme logique d’inspection ou comme contrôle de gestion, l’audit, le conseil, l’inspection, la normalisation (au sens des normes AFNOR, par exemple), pratiques qui sont largement évoquées et décrites dans les contributions.

12L’inspection de l’Éducation nationale est bien, comme son nom l’indique, un corps d’inspection, de contrôle, même si c’est justement l’intérêt de la contribution de montrer comment ses doctrines et ses manières de faire sont en train d’évoluer en lien avec un contexte politique et administratif producteur et demandeur d’évaluation. Ici, c’est plutôt la recherche de nouvelles méthodes de co-production, de participation des acteurs à leur propre évaluation qui est mise en œuvre. On verrait une approche similaire dans la gestion des politiques sociales, particulièrement dans le travail social depuis la Loi de janvier 2002 qui promeut l’évaluation des établissements et services et la participation des usagers dans un mélange subtil d’auto-évaluation et d’évaluation externe.

13De même, à travers les commentaires de ses promoteurs et réalisateurs, on voit que la normativité gestionnaire du lean management est d’abord conçue comme une méthode « de bon sens », de « bon sens paysan » précise l’un des interlocuteurs. Au fond, il dévoile un secret que tout le monde connaît sans le dire, « suivre une règle » c’est surtout bricoler, voire transgresser, sinon c’est au détriment de l’efficacité. On pourrait ici rétorquer que les normes ne sont pas des règles. En tout cas, elles sont une sorte de règles dotées d’une souplesse d’interprétation qui favorise les accords et les compromis. L’évaluation est toujours la recherche d’un consensus plus ou moins stable. Pour elle, il n’y a pas de conflits, il n’y a que des obstacles.

14Ce que l’on constate, in fine, c’est que l’on est devant un ensemble de pratiques de gouvernementalité ou plus prosaïquement de conduites des comportements, dont les ressorts consistent à rendre les acteurs (les individus, les agents… selon le référentiel théorique qu’on mobilise) comme les propres producteurs des normes qu’ils sont amenés à respecter. Des pratiques qui consistent à les rendre libres de subir les contraintes systémiques dans lesquelles ils sont engagés. Les langages de la motivation, de la responsabilité, de l’engagement, de l’adhésion, de la performance, de la compétitivité succèdent aux formes d’organisations hiérarchiques des institutions et des entreprises. C’est en quelque sorte « le nouvel esprit du capitalisme » (Boltanski & Chiapello, 1999) ou « la nouvelle raison du monde » (Dardot & Laval, 2010) qui s’incarnent dans le new management dont l’évaluation est l’une des modalités et des méthodes. Rendre les individus libres afin qu’ils se gouvernent eux-mêmes. Mais avec cependant des balises que l’évaluation – et l’inflation normative dont elle est la conséquence – permettent de contenir dans des limites que la sociologie durkheimienne nommait la « contrainte sociale », contrainte intériorisée, ou la sociologie wéberienne la « cage de fer du capitalisme ».

15Si, compte tenu de ce qu’on vient de dire, on peut émettre des doutes sur l’existence d’une « profession » de l’évaluation basée sur des compétences expertes labellisées, nul doute, par contre, sur la fonction et l’utilité de l’évaluation comme, finalement, productrice de légitimité et outil de gouvernement.

16Il faut prendre ici le terme de gouvernement dans son sens premier : c’est-à-dire le gouvernement des hommes, des âmes, des enfants, des femmes, de l’oikos… pratiques dont Michel Foucault trace la généalogie dans la pastorale chrétienne, dans la police – au sens des xviième et xviiième siècles – dans les pratiques contemporaines de sécurité et qui conduisent à ce qu’il appelle la « gouvernementalisation de l’État » (Foucault, 2004).

17Si l’on voulait tenter une comparaison historique pour cette nouvelle modalité de production de légitimité, viendrait à l’idée le rôle des légistes de Philippe Le Bel, roi de France de 1285 à 1310, qui s’est entouré de conseils eux-mêmes instruits par le droit, mixte de droit romain et de droit canon. Ainsi commence à prendre forme la genèse d’un pouvoir royal, d’une souveraineté qui tout en demeurant de droit divin s’étaye sur une légitimité qui ne repose plus sur la seule force du souverain mais aussi sur un appareil juridique : le pouvoir se fonde aussi sur la Loi, premiers pas modestes d’une laïcisation et d’une constitutionnalisation du pouvoir politique.

18On évoquerait aussi la genèse de la Raison d’État à l’aube de l’époque classique, fin xvième- début xviième siècles, comme « quelque chose qui excède les lois ou en tout cas qui ne se soumet pas aux lois » (Ibid., p. 267). C’est-à-dire une nouvelle forme de gouvernementalité, une autre façon de conduire les hommes, les populations, de les subjectiver, de produire l’obéissance ou le consentement, d’assurer un certain ordre, une forme de domination.

19Ensuite, en poursuivant cette généalogie, avec l’essor des Lumières et les révolutions démocratiques en France et en Amérique, d’autres ressorts de légitimation se font jour avec la référence aux droits de l’homme, le gouvernement par la Raison, la fin des « garants méta-sociaux » (Touraine, 1973) ou la « sortie de la religion » (Gauchet, 1985), l’incarnation dans le peuple et dans le citoyen des fondements du pouvoir politique, l’essor du positivisme et de la Science, la République des savants, le règne du marché… Soit autant de nouvelles références qui justifient et légitiment à la fois l’existence et le rôle de l’État.

  • 1 Rappelons que pour Michel Foucault il ne s’agit pas là d’une chronologie historique mais de la succ (...)

20Alors l’évaluation témoigne peut-être d’un nouveau registre historique de gouvernementalité. Après la Loi qui partage, la discipline qui s’appuie sur la Raison, puis la sécurité et le bio-pouvoir 1 qui gèrent les populations à travers des dispositifs – par exemple assurantiels – et qui assurent la domination du marché (par exemple l’ordolibéralisme, soit le marché garanti par l’État), quelque chose apparaîtrait qui serait le gouvernement par les normes. C’est-à-dire une façon d’encadrer les conduites par le consentement, par l’autonomie des individus : voir la montée parallèle de la thématique des droits de l’homme et du renforcement de l’État mise en évidence par Claude Lefort (1986) et Marcel Gauchet (1980). Parce qu’au fond, la pratique de l’évaluation rompt avec les modes de gouvernementalité dont on vient de tracer à gros traits les caractéristiques. Et elle le fait en portant à son paroxysme, sinon à son terme, la logique de l’individualisation, en germe dans la pastorale chrétienne jusqu’à la gouvernementalisation de l’État. Marcel Gauchet le souligne dans son dernier livre : cette genèse de l’individu aboutit à une forme de liberté et d’autonomie dont, précise-t-il, nous ne savons que faire (Gauchet, 2017).

21Être autonome, c’est bien se gouverner par ses propres normes. C’est bien aussi la stratégie de la politique néo-libérale : rendre les individus libres pour les gouverner avec le moins d’État possible. Stratégie d’autant plus efficace que les normes sont souples, qu’elles sont négociables, évolutives et subjectivables et que leurs rapports avec le droit sont de plus en plus distendus (Conseil d’État, 2013). Donc, au fond, chacun peut se faire ses propres normes, négocier avec les normes, s’accommoder, transgresser, voire résister. C’est la liberté consentie : moins d’État visible à l’extérieur, plus de gouvernement à l’intérieur, hétéronomie de la Loi et de la Raison, autonomie de la norme et norme de l’autonomie.

22Mais ce mode de gouvernement doit cependant se réguler dans une harmonie entre le collectif et le singulier, soit, en suivant Michel Foucault, ce qu’on peut appeler une forme de subjectivité. C’est-à-dire – au-delà de l’opposition entre l’individu et la société – un triple rapport : à soi (l’éthique, le souci de soi), aux autres (la morale, la politique, le droit…) et au monde (les savoirs, les croyances, la science, les techniques…).

23Évaluer c’est, d’une certaine façon, mettre en mouvement cette mécanique subtile où liberté et contrainte ne se distinguent plus, où la politique construit leur ajustement permanent par le biais des normes, par une normativité généralisée. Le succès de la notion de gouvernance rend bien compte de ce nouveau régime de gouvernementalité : gouverner par le consensus. L’évaluation est l’une des techniques privilégiées de ce régime. La gouvernance n’est pas une politique, mais souligne plutôt son effacement. Effacement cependant apparent puisqu’il continue à agir de l’intérieur en fabriquant des individus auto-gouvernés, fiction que traduit bien la formule néo-libérale par excellence de l’entreprise de soi. Mais l’évaluation n’est qu’un outil de gouvernement appartenant à la panoplie néo-libérale : la responsabilisation, le projet, la motivation, la mobilité et, surtout, l’individualisation qui en résume l’ensemble.

24Un exemple pour illustrer cette mutation invisible, emprunté au travail social. Si l’autonomie des individus a toujours été l’objectif poursuivi par les travailleurs sociaux, dans les années 1950-1970, cette autonomie était conçue comme une ouverture aux autres et au monde, essentiellement une capacité d’entrer en relation avec autrui. Aujourd’hui, le mot autonomie demeure, mais celle-ci est conçue comme un repli sur soi, l’accès à la responsabilité de soi et à la performance. Permanence des mots, transformation du sens.

25Reste la pierre d’achoppement de ce dispositif que nous avons évoquée au début, soit le postulat du type de rationalité qui la fonde. On peut rappeler ici la critique que Pierre Bourdieu adresse à ce modèle : « Le fait que les conduites aient une régularité, une structure, un pattern, qu’elles soient organisées et pas aléatoires, n’implique pas qu’elles aient pour principe la structure que l’on peut dégager par une analyse de ces pratiques » (Bourdieu, 2016, p. 988). Autrement dit : les régularités ne sont pas les règles. C’est pourquoi l’évaluation est au fond une procédure qui consiste à contourner une série de boîtes noires, ce qui implique que la rationalité sur laquelle elle repose ou qu’elle révèle n’est pas celle qui est à l’œuvre dans ce qu’elle prétend mettre à jour.

26On peut revenir maintenant à la question de la professionnalité de ceux qui font métier d’évaluateur. Compte tenu de la nébuleuse qui est devant nous, il ne semble pas possible de se prononcer sur l’existence d’une profession. Il y a, bien sûr, des bribes d’organisations professionnelles, auto-proclamées, et il faudrait poursuivre le geste entamé dans les communications pour suivre les itinéraires, les référentiels, les techniques et les méthodologies employées et surtout les rapports avec le politique des évaluateurs patentés.

27Mais il semble, par contre, qu’à la lumière des différents apports pris dans des contextes très différents (l’industrie, une grande administration, les politiques publiques), on voit bien se dessiner le rôle et les fonctions des évaluateurs : ce sont des interprètes. Des interprètes au sens de ceux qui accompagnent la genèse et les transformations du politique. Ils rejoignent les figures évoquées plus haut : les légistes du Moyen Âge, les penseurs de la Raison d’État, les théoriciens de l’ordolibéralisme… C’est-à-dire cette grande entreprise herméneutique qui consiste à faire croire, à produire l’assentiment, à fixer les limites du pensable et du possible. L’évaluation s’inscrit dans ces techniques du faire croire, elle mobilise les individus dans la production de leur propre dépendance en leur fournissant en prime la conviction de leur liberté et de leur autonomie.

28En essayant de décrire cette nébulosité de l’évaluation avec ses postulats, ses impasses, mais aussi ses effets sociaux et politiques indéniables, on a voulu cerner les caractéristiques du métier d’évaluateur. Le métier c’est le faire, le savoir-faire, en rappelant ses racines étymologiques dans le ministère, le mystère, ce qui fait médiation, transition et traduction. Cette nébulosité porte aussi, comme on l’a vu, sur les frontières de l’évaluation avec toutes les pratiques voisines du contrôle de l’action. Rappelons aussi, pour finir, que l’évaluation – notamment l’évaluation des politiques publiques – n’a pas qu’une seule définition, en particulier selon qu’elle s’inscrit dans des perspectives d’efficacité, d’efficience, d’évaluation de résultats, ou selon qu’elle s’intéresse aux finalités et au sens d’une politique, au jeu des acteurs et aux aléas des choix politiques et de la construction des référentiels politiques.

29De ce métier, ou de ces métiers complexes qui portent sur l’interprétation de la norme et des jeux autour de la norme, on peut tenter de construire une identité professionnelle, une sorte de reconnaissance sociale d’une expertise spécifique. Mais ne serait-ce pas au détriment de l’efficacité du métier qui réclame sans doute un minimum d’opacité pour demeurer opérant ?

Haut de page

Bibliographie

Boltanski L. & È. Chiapello (1999), Le Nouvel esprit du capitalisme, Paris, Éditions Gallimard.

Bourdieu P. (2016), Sociologie générale. Volume 2. Cours au Collège de France 1983-1986, Paris, Éditions du Seuil.

Conseil d’État (2013), Le Droit souple, Étude annuelle 2013, Paris, La Documentation française.

Dardot P. & C. Laval (2010), La Nouvelle raison du monde. Essais sur la société néolibérale, Paris, Éditions La Découverte.

Foucault M. (2004), Sécurité, territoire, population. Cours au collège de France 1977-1978, Paris, Éditions Gallimard-Seuil.

Gauchet M. (1980), « Les droits de l’homme ne sont pas une politique », Le Débat, n° 3. Repris dans La Démocratie contre elle-même, Paris, Éditions Gallimard, 2002, pp. 1-26.

Gauchet M. (1985), Le Désenchantement du monde. Une histoire politique de la religion, Paris, Éditions Gallimard.

Gauchet M. (2017), L’Avènement de la démocratie IV. Le nouveau monde, Paris, Éditions Gallimard.

Lefort C. (1986), Essais sur le politique XIXéme-XXéme siècles, Paris, Éditions du Seuil.

Touraine A. (1973), Production de la société, Paris, Éditions du Seuil.

Viveret P. (1990), Évaluer les politiques et les actions publiques, Paris, La Documentation française.

Haut de page

Notes

1 Rappelons que pour Michel Foucault il ne s’agit pas là d’une chronologie historique mais de la succession de modèles de gouvernement qui restent toujours disponibles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Autès, « L’évaluation, une nébuleuse ? », SociologieS [En ligne], Dossiers, Les professionnels de l’évaluation. Mise en visibilité d’un groupe professionnel, mis en ligne le 13 mars 2018, consulté le 14 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/6744

Haut de page

Auteur

Michel Autès

Ancien chercheur au CNRS-CLERSE et à la Maison européenne des sciences de l'homme et de la société à l'université Lille 1 (France)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page