Navigation – Plan du site
HospitalitéS. L’urgence politique et l’appauvrissement des concepts

L'habitat non ordinaire et les hospitalités. Utilités, immunités et sociétés

Non-ordinary Housing and Hospitality. Utilities, Immunities and Societies
Marc Bernardot

Résumés

Cet article se base sur des enquêtes de divers terrains (habitats autoconstruits, habitats alternatifs, hébergements institutionnels) et est adossé à un corpus pluridisciplinaire en sciences sociales. Après avoir rappelé les caractéristiques saillantes des types d'habitats et d'habitants non ordinaires, je m'attache à mettre en évidence trois formes d'hospitalités (utilitariste, immunitaire, sociétale) changeantes et articulées qui leur sont faites. Je me focalise notamment sur les spécificités des rapports à l'espace et au temps de l'habitat non ordinaire (HNO). Je conclus enfin sur le décentrement du regard, de la sédentarité à celui du déplacement, pour appréhender l'HNO dans sa globalité et sa centralité contemporaines.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Tout se passe comme si l’hospitalité était impossible : comme si la loi de l’hospitalité définiss (...)
  • 2 Nous nous inspirons pour l’hospitalité de la dialectique de la citoyenneté et de l’exclusion dévelo (...)

1Nous partons ici d’une définition en tension de l’hospitalité plurielle, empruntée à Jacques Derrida 1 et Étienne Balibar 2 , tiraillée entre l’absolu, jusqu’au subversif, et le conditionnel, jusqu’à l’inhospitalier (Derrida & Dufourmantelle, 1997 ; Balibar, 2002). Cette hospitalité est fortement questionnée par l’habitat non ordinaire (HNO dorénavant) comme pratique sociale liminaire dans les lieux et les conditions de son effectuation. À ce titre, les sciences sociales peuvent contribuer à la discussion philosophique en ce qu’elles observent des pratiques concrètes et cet article fait suite à des échanges entre disciplines sur la question (Deleixhe, 2014). L’habitat non ordinaire est un rapport à l’espace et au temps spécifique et à ce titre une projection spatiale ou une spatialisation (Foucault, 1963 ; Mauss, 1947 ; Elias, 1985) dont l’étude morphologique et dynamique donne à voir des groupes sociaux en relation, des politiques en action, des configurations économiques et culturelles. L’HNO ne peut, en raison de la variété et la transitivité de ses formes, être défini et circonscrit que partiellement et momentanément. Il se caractérise minimalement par le fait d’être en dehors des normes (à l’écart ou à distance) avec toutes les variations de ces dernières.

2Si l’HNO est le plus souvent présenté comme une pathologie sociale, les pratiques et les recherches ont montré toute l’importance de ces formes d’habitat pour la structuration des cultures populaires y compris dans leurs dimensions politique et écologique. Et les habitants hors normes ne doivent pas être présentés comme des victimes, largement tenues pour responsables de leurs maux, mais comme des acteurs autonomes, maltraités parfois, mais mus par des stratégies et des aspirations.

3La réémergence récente des problématiques et des travaux sur l’HNO (Canepari, Mésini & Mourlane, 2016 ; Cousin, Loiseau, Viala, Crozat & Lièvre 2016 ; Meadows, 2016) a mis en évidence plusieurs causes principales bien au-delà de la classique « crise du logement » localisée et dysfonctionnelle. Les transformations des politiques publiques et des rapports du capital à l’espace (Harvey, 2010), le double mouvement d’accélération et de contrôle des mobilités (Urry, 2010), l’essor des villes globales (Sassen, 2009) sont parmi les tendances générales qui favorisent l’accroissement et la visibilité nouvelle de l’HNO.

  • 3 En étudiant les foyers de travailleurs migrants, j’ai montré, en utilisant la métaphore de Karl Mar (...)

4Cet article se propose de mettre en perspective une suite consistante de travaux empiriques, personnels et collectifs, consacrés à diverses formes et situations d’habitats précaires, de camps et de campements. Cherchant à relire ces travaux à la lumière de l'épreuve de l'hospitalité, il commencera par mettre au jour leur dense arrière-plan conceptuel au gré d'une exploration menée dans une veine résolument théorique. Nous tentons d’observer ici l’hospitalité à partir de l’HNO prise comme une chambre noire et une anamorphose, c’est-à-dire des dispositifs optiques qui révèlent ce qui n’est pas immédiatement visible et permettent d’en faire la cartographie 3 (prenant ici la forme, notamment, d’un état de l’art empirique et bibliographique venant étayer le propos). Nous procédons en quatre temps. Il est d’abord nécessaire d’ériger une construction provisoire de ce qui peut apparaître comme l’HNO, malgré son hétérogénéité, à partir de groupes de caractéristiques communes en termes de statuts, de rapport à l’espace et au temps. Nous proposons ensuite une typologie de trois hospitalités en fonction de leurs rapports à cet habitat. Nous mettons premièrement en évidence une hospitalité utilitariste en ce qu’elle s’avère être un marché d’aubaine qui accueille certes mais essentiellement pour tirer parti des avantages économiques de la fragilité des statuts des occupants de l’HNO et du caractère temporaire de leurs habitats. Dans un second temps nous considérons des expressions de l’hospitalité immunitaire et souveraine qui consiste à accueillir institutionnellement pour tenir à distance et de manière séparée les habitants de l’HNO. Enfin nous étudions des formes de l’hospitalité éthique et sociétale, forme souterraine et dégradée d’asile qui oblige l’HNO à se faire hospitalité à lui-même, révélant en cela ses potentialités politiques constituantes.

Constructions provisoires de l’habitat non ordinaire

  • 4 Cet article se base à la fois sur une revue de la littérature de sciences sociales récentes sur les (...)

5Comment pouvons-nous délimiter l’HNO 4 ? Nous reprenons ici l’effort de conceptualisation proposé dans un ouvrage collectif récent (Bernardot, 2016b), par trois groupes de caractéristiques en termes de statuts, de rapport à l’espace et de rapport au temps. L’HNO est généralement considéré, en premier lieu, comme un habitat en dessous ou en dehors des normes légales du fait de son emplacement, de son aspect, de sa taille, de son équipement ou encore qu’il n’est pas utilisé selon le modèle du « bon père de famille » parce qu’il est déplaçable, surutilisé, éphémère ou hybride. Les habitants ne correspondent pas eux-mêmes aux standards de la famille « moyenne » en tant que ménages d’une seule personne, célibataires, familles élargies, associés à la jeunesse ou d’un âge avancé – étudiants ou retraités par exemple, dont les chefs de famille sont féminins, ou en situation de domesticité, ou dont le statut « légal » est contesté, tels que les résidents sans titre d’occupation, ayant dépassé la durée d’occupation, ou ayant été diversement illégalisés, ou encore dont la pratique d’habitat et autour de l’habitat est jugée illégitime du fait d’un détournement de lieux non prévus pour l’habitat, d’une occupation de lieux inhabitables ou présentant des caractéristiques sociodémographiques, politiques ou culturelles jugées incompatibles avec l’habitat, par exemple des économies informelles ou illégales.

  • 5 La noria est un dispositif hydraulique mécanique rotatif tracté par la force animale ou humaine. L’ (...)

6En second lieu les différents types d’HNO partagent la caractéristique d’être souvent en lien avec la mobilité. Il y a d’abord le fait que l’habitat proprement dit, pensé ici comme un rapport autonome à l’espace, est parfois mobile. Les habitants se déplacent avec leur abri de manière régulière ou non. Leur habitat peut se mouvoir soit parce qu’un moyen de le déplacer existe et que l’habitat a été pensé pour cela, soit parce qu’un véhicule est aussi un lieu d’habitat. Il peut s’agir d’un bateau ou d’une péniche, d’une roulotte ou d’une caravane, d’un wagon ou d’un camion, ou encore d’un container. La mobilité de l’HNO renvoie aux particularités « anthropologiques » de l’habitat nomade (de Radkowski, 2002 ; Willemin, 2004). C’est d’abord le cas des habitats de groupes « nomades », « ambulants », « itinérants », ou considérés comme tels par opposition aux « sédentaires ». Cette circulation peut être à la fois matérielle et statutaire, ces deux aspects influant là aussi l’un sur l’autre, notamment pour la perception et l’expression de l’ordinaire et de l’in-ordinaire et des passages de l’un à l’autre. Il en va ainsi pour les migrants, dont les statuts et les activités changent dans le temps et dans l’espace (Tarrius, 1992), pour les sous-prolétaires qui se déplacent entre norme et hors-norme, entre discrétion et repérage (Bruneteaux, 2016), pour les ambulants dont les identités s’adaptent au gré des itinéraires et des étapes (Lefebvre, 2012, 2015 ; Péraldi, 2002). C’est en effet tout particulièrement le cas pour les formes d’habitat correspondant à certaines des activités de groupes itinérants (marins et bateliers, saisonniers et transhumants, colporteurs et camionneurs, forains et activistes, artistes intermittents, touristes et pèlerins, militaires, gypsy scholars, sportifs extrêmes) (Le Marchand, 2016). Il s’agit, très actuellement, des formes d’habitats associées aux mobilités liées aux transformations contemporaines des marchés et des modes de travail : à distance, dans des entreprises en réseaux, de travail sur les chantiers, sur des plates-formes ou des bases vie, dans des camps, engendrant des circulations migratoires ou des installations temporaires de type « noria 5 » ou diaspora (Elliot & Urry, 2010 ; Le Marchand 2011).

7L’habitat non ordinaire pose un certain nombre de questions techniques, technologiques, logistiques et architecturales (Friedman, 1970, 2003 ; Rudofsky, 1964). Elles portent sur la conception des logements, pour répondre aux contraintes de temps, de rationnement de matériaux et aux besoins de mobilité et aussi, de plus en plus dans la période récente, de compatibilité avec les activités dématérialisées et en réseau impliquant parfois la connectivité. L’HNO est en lien avec le tourisme en raison d’une identité des moyens de locomotion et/ou d’habitat (tentes, cabanons, camping-cars et caravanes, hôtellerie bon marché…) et d’une continuité spatiale avec les zones touristiques. Le lien de l’HNO à la mobilité tient aussi au fait que les occupants des dits habitats se sont déplacés avant de les occuper parce qu’ils ont migré ou qu’ils ont été chassés des précédents par des conflits, des catastrophes ou des crises spécifiques, ou qu’ils veulent conserver leur potentiel de déplacement pour des raisons culturelles, de sécurité ou d’activité. Cette mobilité peut être volontaire ou forcée tout comme l’habitat peut être choisi ou contraint, les deux pôles restant en tension de manière plus ou moins exacerbée. La question de l’autonomie dans la mobilité et dans l’habitat est bien centrale dans le questionnement sur l’HNO et cela n’est pas sans lien avec le fait que les institutions publiques et privées de la modernité et de la post-modernité ont été en grande partie développées afin de contrôler les mobilités intérieures et transnationales (Creswell, 2011 ; Feldman, 2003 ; Papastergiadis, 2000 ; Papadopoulos, Stephenson & Tsianos, 2008). Il existe d’ailleurs une imbrication historique entre encastrement et désencastrement des forces de travail dans l’histoire moderne du capital, du colonialisme et du libéralisme et donc dans les choix parfois contradictoires des administrations et des employeurs entre fixation, circulation ou rapatriement de la main d’œuvre, entre concentration et dispersion des classes populaires. Nous avons rappelé dans un texte récent que, malgré la revalorisation sociétale de la notion de mobilité, un certain nombre de figures, de lieux et de pratiques emblématiques du déplacement restaient associés à l’idée d’une subversion voire d’une dromomanie (Bernardot, 2016c).

8Un autre élément caractérise l’habitat non ordinaire en lien, pour partie, avec la mobilité. Il s’agit de ses particularités en termes de temporalité, voire d’historicité et en particulier celle de l’éphémère (Cousin, 2016 ; Mésini, 2012) du passage (Levy-Vroelant & Blin, 2000), de l’alternance ou de l’urgence (Jeanjean & Sénépart, 2011). L’habitat est non ordinaire parce qu’il y a nécessité de s’abriter au plus vite, parce qu’il faut occuper rapidement l’espace sous peine d’y être supplanté par d’autres, parce qu’on risque d’en être chassé ou de voir son habitat détruit. Mais en creux se pose la question de la fixation ou de la sédentarisation souhaitée, acceptée ou forcée, ce qui renvoie aux diverses trajectoires résidentielles, aux cycles d’usage et aux continuums de l’habitat. Cette dimension temporelle spécifique joue notamment sur les particularités de l’HNO par rapport à d’autres formes d’habitat plus conventionnelles en matière de visibilité et d’invisibilité, d’apparition et de disparition – souvent par la destruction – d’irruptions plus ou moins régulières dans l’espace public et médiatique et enfin de capacité à se connecter et se tenir à distance, par exemple en termes numériques (Loiseau, 2015).

L’habitat non ordinaire et les hospitalités

9Les éléments de bornage de l’HNO présentés ici (en résumé : in-ordinaire, en lien avec la mobilité et d’une temporalité complexe) témoignent d’un objet sociologique sans définition fixe et appellent à l’utilisation de méthodes et de paradigmes divers pour contourner les difficultés. Dans cette polarité entre installation et passage, présence et absence, traces et absence de traces, il y a comme un paradoxe physique à vouloir estimer simultanément la position et le mouvement. L’HNO, comme l’hospitalité d’ailleurs, est essentiellement défini du point de vue des « sédentaires », des « propriétaires », des habitants « normaux » et plus largement des institutions de contrôle de l’espace et des mobilités. Et pour rependre le questionnement de Denis Retaillé, comment penser cette instabilité et cette mobilité consubstantielle depuis une position immobile (Retaillé, 2014) ?

10L’habitat non ordinaire multiplie les questionnements de l’hospitalité dans son évidence réductrice. Pour commencer, de l’hospitalité de qui s’agit-il ? Est-ce une disposition à l’accueil de propriétaires de terrains ou d’habitations ? Est-ce la réaction de voisins et de riverains ou bien une hospitalité réclamée de plus loin ? Sont-ce d’autres occupants du même espace, dont le seul surcroît de légitimité tient à une antériorité d’installation, toujours discutable, qui doivent faire une place ? Est-ce une hypothétique « opinion publique » plus ou moins autonome et médiatique dont l’inclinaison à l’hospitalité est mesurée par la méthode des quotas ? Le même type de questions se pose en ce qui concerne les institutions d’accueil. S’agit-il d’associations locales, d’autorités municipales, de dispositifs étatiques ou encore d’organisations supranationales ? Chaque cas de figure, dans la variété de ses configurations concrètes et de ses formulations potentielles, pose la question des constructions et imaginaires identitaires, de l’usage des droits de propriété et des formes d’expression spatiale de la souveraineté.

11Autre question qui se formule aussi par l’intermédiaire de l’HNO : de quel habitat parle-t-on quand est formulée l’hypothèse d’une hospitalité ? De résidences insolites pour touristes ou d’abris de vagabonds ? De villas cossues construites sans permis ou de pauvres bâtisses en brindilles ? D’établissements ou d’installations non ordinaires, certes, mais exotisés, à visées éducatives ou performatives de voyageurs reconnus ou de regroupements dénigrés comme symbolisant la pauvreté, de surcroît étrangère, d’inconnus de passages ? Les grilles de perception et les échelles de classement de ces hôtes et de leurs lieux constituent un enjeu et traduisent non seulement les concurrences mais aussi les mouvements entre les catégories de perception et les définitions juridiques et statutaires. L’HNO questionne précisément la temporalité et la spatialité de l’hospitalité du fait du caractère de révocabilité ontologique de celle-ci, soumise aux aléas, au bon vouloir, aux changements de normes et de rapports de force, laissant l’instabilité au centre de la dynamique spatio-temporelle de leur relation. Pour comprendre celle-ci, nous choisissons de cheminer successivement entre les trois pôles idéal-typiques des hospitalités utilitaire, immunitaire et éthique.

L’hospitalité utilitaire envers l’habitat non ordinaire : de l’aubaine à l’épuisement

12Les habitants de l’HNO procurent à leur environnement un certain nombre de bénéfices parce qu’ils véhiculent avec eux des informations, de l’animation, du mouvement. C’est bien connu. Cependant les avantages ne se limitent pas à cela. Bien loin de l’idée de pauvreté surnuméraire et dangereuse, de fardeau des politiques sociales ou de dépréciation esthétique et réputationnelle de la valeur de tel terrain ou emplacement, l’hospitalité envers l’HNO produit bien souvent ce que l’économie nomme un effet d’aubaine (Bernardot, Cousin, Le Marchand & Mésini, 2016) c’est-à-dire procurant des externalités positives aux dispositifs économiques environnants. L’HNO est en fait un bienfait en raison de ce qu’il apporte à son environnement et surtout de ce qu’il évite à celui-ci de fournir. Il matérialise l’hospitalité utilitaire, car il permet de ne délivrer qu’une hospitalité mesurée, « bien ordonnée » – comme dit la formule de la charité – et conditionnée, voire de renverser les termes de l’hospitalité, en faisant de l’occupant un intrus illégitime alors même que cela se discute et qu’il serait en mesure de subvenir à ses propres besoins, et en tirant profit de cette double éviction spatiale et symbolique.

13Les habitants non ordinaires, en raison de la faiblesse des coûts de construction et d’entretien de l’HNO, sa légèreté et sa mobilité ou bien encore son caractère de déjà-là – en particulier pour les détournements d’usage – constituent en premier lieu une main-d’œuvre bon marché et adaptable, notamment dans les contextes de flux tendu de l’agriculture intensive, du tourisme de masse et des processus industriels et de services urbains contemporains. Son autonomie et sa frugalité abaissent notablement les frais d’entretien et de reproduction de la force de travail pour ses employeurs éventuels. Il faut ajouter à ces externalités la faiblesse des protections juridiques jusqu’à ce que Nicholas De Genova appelle la déportabilité (Genova & Peutz, 2010) décisive aux États-Unis pour l’employabilité des migrants sud-américains illégalisés qu’il a étudiés. C’est le cas notamment pour les habitats mobiles de chantiers, en camping ou en baraquements, que ce soit pour les ouvriers des entreprises en réseaux ou des saisonniers. En ce qui concerne les marins, les forains, les bateliers, les travellers ou les transporteurs dérégulés, le lieu de travail est aussi un hybride de véhicule et de lieu de vie, une capsule parfaitement compatible avec les flux sous pression du marché et du just in time. Il en va de même pour les travailleurs du sexe qui s’adaptent aux contextes répressifs en équipant des camionnettes. Le logement d’usine est aussi caractéristique du détournement et des opportunités qu’offrent les habitats non ordinaires. L’habitat autoconstruit et le sous-logement auxquels ont recours les ouvriers non qualifiés ou les travailleurs pauvres du fordisme puis de la globalisation sont caractéristiques de ce report des employeurs vers les employés des charges d’hébergement et autres frais associés.

14L’HNO est potentiellement généré par la dérégulation des institutions économiques et publiques ou instrumentalisé par le marché. Les déterritorialisations résidentielles, qu’elles prennent la forme d’expropriations ou d’expulsions de ménages pauvres ou appauvris intentionnellement, posent la question de l’hospitalité en négatif des pratiques de certains acteurs au détriment d’autres. C’est la logique qui s’impose de la même manière ces deux dernières décennies aux populations chassées par les grands travaux hydrauliques en Chine (Le Mentec, 2010) ou aux ménages roms licenciés des entreprises et des fermes publiques en Roumanie, en Bulgarie ou en Slovaquie (Le Marchand, 2016b ; Olivera, 2011). Les polarisations et les fragmentations urbaines (Graham & Marvin, 2001), entre les centres d’affaires, les Gated Communities et les Skid Row des villes américaines (Soja, 1996), les microbidonvilles des villes européennes (Lion, 2014) ou les interstices des cités du sud-est asiatique (Le Marchand, 2009), entrainent aussi des recours systématiques aux habitats non ordinaires pour faire face aux hausses des prix du logement et à l’augmentation des distances entre emploi et habitat. Dans tous ces cas s’articulent la remise en cause du droit à la ville, l’accroissement du travail précarisé et mobile et l’usage d’habitats non ordinaires.

15La question de l’hospitalité, posée par la prétendue irruption invasive d’habitants non ordinaires et non désirés, est en fait un retournement et un effacement du processus qui conduit à l’usage de l’HNO et qui fait de leurs usagers les responsables de leur situation en dehors des normes du point de vue de l’espace. Cette perspective pervertie est prégnante lorsque des circonstances exceptionnelles, comme les grands travaux événementiels (rénovations urbaines, réunions internationales type G20, évènements sportifs) ou les catastrophes « environnementales », donnent l’occasion de déterritorialiser et de disperser certains groupes sociaux, sur des bases classistes et racistes le plus souvent, en effaçant leur ancrage et leur autochtonie en recourant à l’HNO sous le mode institutionnel de l’hébergement d’urgence. C’est ainsi que les quartiers de centralité populaire et/ou immigrée, à l’Aquila en Italie (Marcore, 2016) ou à la Nouvelle-Orléans aux USA (Graham, 2006 ; Nigg, Barnshaw & Torres, 2006), ont été effacés et leurs habitants délocalisés dans des formes de continuum de logements précaires et temporaires. L’hospitalité est alors convoquée comme solidarité, mais détournée comme une pratique de déplacement forcé dont l’HNO est l’instrument et permet en plus le développement d’un marché d’hébergement à la fois légal et illégal. La proximité, sur le fond et la forme, est ici évidente avec les nouveaux marchés privés et humanitaro-sécuritaires qui se développent rapidement avec les privatisations des politiques d’urgence sociale et de gestion des réfugiés précisément dans leurs dimensions d’hébergement et de fourniture de services low-cost (Bernardot, 2015b ; Rodier 2014).

  • 6 Dans les cas que j’ai observés, les statuts sont le résultat d’une combinaison dynamique de caracté (...)

16Il est un autre aspect qui fait de cette hospitalité instrumentale une aubaine et une externalité. Outre les économies informelles qu’ils pratiquent souvent (récupération, services et main-d’œuvre d’appoint, animation et création), les habitants de l’HNO peuvent contribuer à revitaliser et à remettre en valeur des territoires dépréciés. Comme l’avait montré Colette Petonnet (1979), les cas de cabanisation, par exemple à la périphérie du Havre (Deprez & Vidal, 2016) ou dans l’Hérault (Crozat, 2016), montrent les effets de revalorisation et de normalisation de l’installation d’habitats autoconstruits – ici de très modestes résidences secondaires, dans des zones excentrées ou désertées qui, du fait de leur repeuplement alternatif, redeviennent attractives pour les institutions et les entreprises. L’occupation régulière de terrains par des groupes de tipis, de yourtes ou de serres d’habitation comme j’ai pu le constater dans des villages de l’Hérault ou comme d’autres l’ont montré en Ardèche (Bonnafoux & Mésini, 2016) par exemple, débouche aussi souvent sur une revitalisation de villages dépeuplés, tant en termes démographiques que d’activités économiques innovantes (éco-agriculture et éco-construction notamment, mais aussi tourisme, médecines traditionnelles et arts populaires) et suscite l’intérêt des collectivités locales. Non seulement pour les formes d’économies – solidaires, collaboratives, écologiques et autosuffisantes – qui s’y développent mais aussi pour son caractère souvent léger et démontable à faible empreinte environnementale 6 (Jannot & Gillet, 2012). Ce processus est comparable aux effets de l’apparition de squats militants et artistiques dans des quartiers urbains enclavés ou des friches industrielles, dont Berlin est parfois cité comme le modèle (Holm & Kuhn, 2011). Mais, dans les deux types de transformation produits par ces installations d’HNO, les risques d’éviction sont grands une fois le processus de gentrification achevé.

17Il est possible de mettre en relation ces renversements de logiques – de la stigmatisation à la marchandisation, de la ségrégation et de la persécution à la distinction et à la différenciation – avec la captation des signes et des modèles de l’HNO dans une offre spécifique, spécifiquement pensée pour valoriser et esthétiser un aspect « insolite », « atypique », « exotique », « naturel », « écologique », « ludique », ou de festivité temporaire, par le marché du tourisme, du loisir et de l’immobilier qui, tout en contribuant à la marginalisation ou à l’exploitation des habitants habituels de ces types de construction, inverse les représentations et propose l’HNO comme un produit (cabane, roulotte, yourte…) dont ont été soustraites les dimensions ethniques et culturelles originelles d’une part et les contraintes en termes d’hospitalité et de frugalité d’autre part (Viala, 2016). Ici encore l’hospitalité est utilitaire car elle est constituée en signes (esthétique, architectural, langagier et narratif à la fois) c’est-à-dire en fables métaphoriques à la base de la valeur d’échange de l’HNO qui s’intègrent parfaitement dans le langage du marché qui sublime le nomade, l’hybride, le mobile (Bernardot & Thomas, 2014).

18La matérialisation de cette hospitalité utilitariste dans les formes de l’HNO peut évidemment rendre quelques services aux infortunés en termes d’hébergement dans les cas de grande nécessité. Mais elle se paye d’abord au prix d’une sélectivité et d’une révocabilité de l’accueil. Elle contribue aussi à brouiller les sens de l’hospitalité et à augmenter la labilité et la transitivité des catégories des hôtes accueillis. Elle se repose enfin fondamentalement sur l’inéluctable expression d’une inhospitalité toujours imminente pour assurer les basses œuvres de l’effacement des traces une fois l’utilité de la délocalisation sur place réduite ou épuisée, lorsque la révocabilité doit être appliquée pour éviter d’avoir à endosser le prix réel de l’hospitalité et de la citoyenneté (Bernardot, 2011b).

L’HNO face à l’inhospitalité, à l’immunité et à la souveraineté

19L’HNO peut être considéré comme l’habitat de l’inhospitalier par excellence (Bernardot, 2016d). L’abri de fortune, dans les conditions de menace que rencontrent les infortunés en fuite, est le premier de ses cas de figure. C’est aussi le campement et le bivouac, le « camp volant » des soldats, des défricheurs et des explorateurs, le chariot des colons, qui partagent avec la plate-forme d’extraction et la base vie des ouvriers en zone désertique la caractéristique d’être situés dans des contrées hostiles pour des raisons d’isolement, de climat ou d’exposition à des risques extrêmes. C’est l’habitat de l’incertain, du danger, c’est la maison de la guerre.

20L’HNO est, de plus, la matérialisation et la manifestation de conditions d’inhospitalité, en particulier dans les villes, où les êtres en quête d’abri doivent se contenter d’interstices impropres, ou rendus tels à l’habitat, de recoins sombres et exposés aux vents et à l’écroulement, aux équipements répulsifs (Terrolle, 2004). Dans les terres non urbaines, ce seront les zones humides, voire inondables, sous la menace d’éboulement, des ruines, des friches et des espaces arides ou escarpés qui accueilleront et repousseront les habitants de fortune. Ces installations sont non ordinaires d’abord parce qu’elles se dressent subrepticement sur des espaces non ædificandi – i.e. qui ne peuvent recevoir d’édifices, sur des bas-côtés d’axes de circulation, fluviaux, automobiles ou ferroviaires, ou parce qu’elles se font dans des bâtiments qui ne sont pas ou plus destinés à être habités, non achevés ou détournés de leur destination première (de stockage par exemple dans le sens étymologique du Läger ou de défense comme des bunkers – voir pour la Suisse par exemple Del Biaggio & Rey (2017) – installations désaffectées ou rendues inhabitables, terrains pollués ou souillés, exposés aux aléas (climatiques, écologiques ou géologiques) ou pathogènes (troglodytes, tunnels, réseaux de transports et abris souterrains). L’inhospitalité se manifeste donc en premier lieu par les faits, cinglants et boueux.

21Mais, en second lieu, elle s’exprime dans les mots. L’HNO est construit en effet aussi par la langue, celle des sédentaires et des institutions qui conjuguent le discours de l’hostilité aux mobilités, aux précarités, aux pauvretés et à tout ce qui constitue leurs signes culturels. Le fait que l’habitat soit mobile, autoconstruit ou en dessous des normes suffit souvent à enclencher l’identification métonymique de son occupant comme un problème, même s’il est autonome et que son installation est provisoire. Domine alors une phraséologie de l’arché, celle des archives et du pouvoir dirait Jacques Derrida, de la construction en dur, celle des murs et des digues. Une rhétorique de l’hospitalité immunitaire, au sens proche de celui que lui donne Alain Brossat, pour laquelle l’accueil est conçu comme une mise à l’index et à l’écart et l’organise comme un traitement, un isolement, un contingentement, avant expulsion et effacement (Brossat, 2004). Une quarantaine en somme, face à des habitants, forcément intrusifs, immanquablement abusifs, traités comme des éléments menaçants, des espèces invasives, des germes, des ordures, des pathologies sociales et morales, rendues mécaniquement étrangères et aliénées (Bernardot, 2011).

  • 7 Nous avons proposé une analyse des discours utilisant des métaphores liquides en particulier pour l (...)

22Les langues administratives et médiatiques se chargent de traduire ces représentations en scénarii. Les campements sont illicites, illégaux, sauvages. Les occupants sont sans droit, sans papiers. Leurs activités sont souterraines, informelles, clandestines ou parallèles. Les dispositifs saturent et débordent 7. Il faut donc résorber, démanteler. L’hospitalité inhospitalière, celle-là même maintenant banalisée du militaro-humanitaire, doit être mise en scène et en mots avec la forme de médiatisation spécifique au fait-divers, celle de l’incident, du sinistre, homologue à celles de la pauvreté, de la maladie et de l’étrangeté. Une mise en abîme bien rodée fait apparaître l’HNO dans une double irruption, simultanément et opportunément dans l’espace concret et médiatique, à partir d’une polarité tautologique et oxymorique entre victimisation (face au mal-logement, à l’insalubrité, au saturnisme ou aux « risques » d’épidémie…) et criminalisation, c’est-à-dire, dans la sémantique de l’hospitalité immunitaire, entre indignité, falsification, invasion.

23Cette combinaison des logiques d’accueil et de refoulement qui constitue les régimes d’inhospitalité (Fassin, Morice & Quiminal, 1997) repose fondamentalement sur l’idée que cette hospitalité, plus que mesurée, cette sollicitude sévère qui se dit « humaine fermeté », est néanmoins un privilège fait à l’accueilli qui en fait forcément mésusage. C’est pourquoi cette fable de l’hospitalité se doit d’exprimer d’abord la répulsion immunitaire par le provisoire et le précaire qui, tout en venant redoubler la condition victimaire et déshumanisante de l’accueilli, adressent un message collectif d’inhospitalité à celui-ci et aux « accueillants ». Cette real hospitality se doit fournir un logement (du francisque [laubja] qui signifie « abri de feuillage »), un hébergement (du germain [heribergôn] : « loger une armée » d’où est tiré aussi « auberge »), pas permettre d’habiter. Ce point permet de nuancer le rapport entre HNO et mobilité. En effet, certains acteurs institutionnels stigmatisent la mobilité supposée de ces habitants, ce qui donne l’occasion de remettre en cause non seulement leur ancrage local ou leur autochtonie mais aussi leurs droits à l’accès aux droits et services tant sociaux que politiques. Les habitants non ordinaires souhaitent souvent s’installer, par exemple pour pouvoir scolariser leurs enfants.

  • 8 Dans nos enquêtes répétées dans les foyers de travailleurs et les centres d’hébergement, nous avons (...)

24Le régime d’inhospitalité qui s’exerce à partir de l’HNO institutionnel (camps, foyers, centres d’hébergement ou d’expulsion) n’est pas un aspect secondaire des politiques publiques. Il est au contraire historiquement, comme institution latente, au fondement de la création et du développement de nombreuses structures de contrôle de la modernité chargées de surveiller et de traiter en particulier les groupes mobiles et les populations rendues flottantes par les aléas. Qu’ils soient ouvriers itinérants, nomades, travailleurs circulants, migrants ou réfugiés, les groupes identifiés comme des menaces du fait de leur capacité à se déplacer ont été l’objet de protocoles de prise en charge de la spatialisation qui sont à l’origine de la structuration de grandes institutions sécuritaires (Creswell, 2011). Dans l’histoire des politiques plus spécifiquement centrées sur l’accueil, les réponses au cours du xxème siècle ont, le plus souvent, consisté à réquisitionner des équipements excentrés inoccupés ou à l’abandon, souvent militaires, ecclésiastiques, éducatifs, hôteliers ou industriels, selon les pays, les périodes et les ministères en charge de l’accueil, pour les affecter à ces publics contraints de s’y loger. La pénurie et l’inconfort y sont la règle. La restriction des droits d’aller et venir, l’obligation ou l’interdiction de travailler selon les cas, la surveillance et l’isolement constituent le quotidien. Les gestionnaires de ces établissements sont livrés à eux-mêmes pour ségréger, racketter et exploiter le public dont ils ont la charge 8.

25Il est néanmoins possible de repérer une graduation dans l’ignominie du sort fait aux accueillis en fonction du degré d’inhospitalité envers les déplacés et les réfugiés selon qu’ils sont considérés comme plus ou moins étrangers, plus ou moins exploitables ou assimilables. Certains groupes de réfugiés, dans la tradition française par exemple, auront pu bénéficier de conditions d’accueil correctes pour des raisons géopolitiques (Hongrois en 1956 ou Chiliens en 1973) quand la plupart des autres, Français ou non, seront traités comme des éléments nuisibles à tenir à l’écart spatialement et politiquement (Tsiganes tout au long du xxème siècle, Espagnols dans les années 1930, Franco-Indochinois et Franco-Algériens dans les années 1950-1970…). L’hospitalité et l’habitat non ordinaire qui leur sont affectés permettent de moduler les positions et la circulation des groupes concernés sur l’échelle de la citoyenneté (l’absence d’habitat fixe et le statut d’ambulant sont historiquement des obstacles à l’exercice de la citoyenneté, notamment pour le droit de vote) et de l’accès à son espace-temps, selon qu’ils sont visibles ou invisibles, les lieux qui leur sont affectés et les conditions de vie qui leur sont faites (Bernardot, 2015).

26Les réponses architecturales de l’HNO institutionnel jouent sur toute la gamme des abris. Depuis le marabout, la tente et la baraque Adrian du premier xxème siècle jusqu’à l’Algeco et au container à l’âge de l’industrie de l’hospitalité, en passant par les foyers collectifs du Welfare, les réponses collent souvent à l’urgence et au minimalisme. L’accueil est à titre provisoire, même s’il peut durer des décennies dans le suspens du temporaire sans fin, et cela doit se voir et se ressentir. Les pouvoirs publics proposent des dispositifs en dessous des normes qu’ils fixent eux-mêmes. Les formes institutionnelles de l’HNO, des foyers de travailleurs ou de réfugiés aux camps humanitaires, sont dérogatoires et peu coûteuses et la privatisation de ces politiques accroit encore la tendance. L’hospitalité devient de plus en plus, dans les nouveaux diagrammes de la prise en charge, un sas de filtrage et de sélection qui doit empêcher le stationnement physique et catégoriel et accélérer la circulation dans les continuums des logements contraints de l’urgence connectés aux modes de traitement social et pénal de la pauvreté (Thomas, 2010 ; Wacquant, 2001).

27Cette politique oxymorique joue de la langue de l’HNO comme d’un bonneteau pour escamoter les causes de la demande d’hospitalité et la variabilité de la sollicitude et des interventions de la puissance publique. L’entrée dans un dispositif d’HNO institutionnel se paye d’une présentification sans fin et fait de tout réfugié un primo-arrivant. Peu importe la durée de séjour, peu importe le statut réel. Le logement hors normes et ses métonymies (la boue, les gravats, les barbelés, la toile de tente ou la tôle ondulée, la zone, la décharge…) effacent les raisons de l’expulsion territoriale, de l’éviction statutaire et de la mise en mouvement. La cause réelle de l’entrée dans le dispositif est scotomisée, que la raison soit l’inaction des politiques publiques, par exemple en matière de politiques d’habitat social en rétraction depuis les années 1970, ou leur action au contraire, par exemple en termes d’extractivisme, de grands travaux, de gentrification (Bednik, 2015 ; Bernardot, 2015e), ou encore de sécurisation et de privatisation des espaces (Sorkin, 2008).

28La réponse institutionnelle à l’HNO, ou par l’HNO, est prise dans la tension entre légalisme et illégalisme. Elle résulte bien souvent d’un rapport de force et du calcul des effets d’engagement des autorités à traiter la question. Entrent en ligne de compte la visibilité de ces situations et la sensibilité des lieux et des publics concernés (Aguilera, 2015). Dans le cas des squats par exemple, les pouvoirs publics jouent en permanence entre tolérance et démantèlement (Bouillon, 2009). Il en va de même pour les « invasions » comme cela a pu être étudié en Sicile (Maccaglia, 2007), au Brésil (Agier, 1999) ou en Martinique (Rochais, 2014). Certaines ignobles situations d’HNO seront très bien acceptées par les autorités comme dans le cas du logement des saisonniers agricoles dans le sud de la France ou des intermittents du tourisme dans les stations de sports d’hiver quand d’autres seront impitoyablement traquées et détruites. Les modes de traitement de groupes et de situations identiques sont différents selon les périodes et selon les pays, comme le montre Elisabetta Rosa en comparant des cas de migrants roms à Turin et à Marseille (Rosa, 2016). L’HNO institutionnel est finalement l’expression des angles morts de la souveraineté étatique. Les réponses publiques sont souvent marquées par leur caractère « bricolé » et « bancal » en miroir des auto-constructions qu’elles tentent d’effacer (Benarrosh-Orsoni, 2011 ; Hours, 2010). Et les capacités au grignotage et à la résistance discrète des habitants non ordinaires leur permettent parfois de regagner du terrain perdu devant le harcèlement des autorités (Pinet, 2016). En fait, que ce soit comme signal de son incapacité à appliquer les règles que la puissance publique a elle-même fixées ou que ce soit comme enjeu de la privatisation des communs et des fonctions régaliennes, l’HNO questionne la souveraineté et le contrôle de son espace. Parce qu’il est la marque du non-recours radical aux mannes étatiques et de sa capacité à l’autonomie vis-à-vis du marché, l’HNO peut être pensé comme une véritable contre-hospitalité.

Hospitalité éthique et sociétale pour l’HNO. Se faire hospitalité à soi-même et au-delà

29L’hospitalité est la condition de l’HNO. Celle qui donne la possibilité de s’installer au moins momentanément pour reprendre des forces, de se mettre à l’abri. Cet accueil est dans la tradition des hospitalets – restaurants les pèlerins – et des villes refuges pour temps de guerre. Cette hospitalité est une position éthique. Elle fait nécessité d’offrir un abri et un secours en situation d’urgence. Elle force à un renversement de position. Celui qui accueille et protège ne se pense pas d’abord comme premier et comme légitime. Sa première légitimité est au contraire de faire une place, de partager l’espace et les ressources en commensaux, de donner lieu. C’est un accueil théorique et sans condition, un accueil sans accueil et sans attente de réciprocité.

30Elle repose sur un imaginaire de l’hospitalité et de la solidarité pour la co-construction d’un espace commun. Elle rompt avec la victimisation et avec la dichotomie entre arrivant et déjà-là, entre aidé et aidant, entre étranger et autochtone. Cette hospitalité est reconfigurante. Elle accepte sa transgression consubstantielle des normes et des droits et devoirs, elle accepte de se laisser transporter par l’HNO vers la frontière qu’il incarne et matérialise, vers les marges. Elle est relation et échange entre le mobile et l’immobile qui permet au premier de se poser et au second de se mettre en mouvement. Il est possible de retrouver ce type de collaboration dans les circulations poor to poor entre colporteurs transnationaux et descendants de migrants enclavés (Tarrius, Missaoui & Qacha, 2013). Face aux manifestations de l’altérité et aux difficultés de communication, l’accent sera mis sur les éléments rassurants, sur les ressemblances et la recherche de points d’appui partagés. Patrick Bruneteaux et Daniel Terrolle (2015) pointent de même ces accueils et ces hospitalités dans la circulation des bohèmes sous-prolétaires, dans lesquels les accueillants et les accueillis s’étayent mutuellement et font un bout de route ensemble au sens figuré et parfois au sens propre (Bruneteaux & Terrolle, 2015). C’est l’esprit qui préside aux formes d’hébergements gratuits et de fourniture de terrains pour des gens du voyage (Loiseau, 2009). Il se retrouve dans les aides citoyennes et associatives pour l’installation, la construction et l’équipement des abris sous la forme des koudmen. C’est l’hospitalité qui aide et soigne, qui cache et protège, malgré les risques, les réfugiés, les exilés, les persécutés qui sont légion parmi les usagers de l’HNO.

31Cette hospitalité peut être dénommée sociétale en ce qu’elle pallie la faiblesse ou la dégradation des formes d’accueil étatiques (Valluy, 2009). Elle se dresse comme une contre-hospitalité qui permet la production d’un espace partagé et de co-produire une hospitalité non univoque. Elle se fait asile et est exercée par les amis, les proches ou les voisins, les militants de la solidarité, les enseignants et les parents d’élèves, des collectivités locales… C’est l’hospitalité axiologique des désobéissants et de tous les « passeurs d’hospitalités » comme ils s’appellent parfois. Elle s’exprime en dehors du droit et de l’action étatique, le plus souvent contre lui et donc clandestinement, réduite à l’invisibilité comme l’HNO d’ailleurs. Cette hospitalité plurielle est marginalisée. L’HNO se voit donc contraint de se faire hospitalité à lui-même voire à son environnement. Il y a d’abord la force de l’autonomie qui s’exprime dans la capacité à l’autoconstruction, à la débrouille et au bricolage, à l’entraide et à l’autoformation. La motilité (Kaufmann, 2001) qui peut se détecter dans de nombreux HNO ajoute encore à cette autonomie. En raison de cette habileté à la créativité et à l’innovation du point de vue économique par le débranchement ou la reconnexion, le détournement, la récupération, les modes d’organisation de certains groupes mobiles (travellers, Roms, diasporas par exemple) articulent diverses sources de revenus de subsistance, d’activités et des investissements solidaires et militants. C’est une force de construction et de traduction que de faire émerger et d’expérimenter des formes architecturales originales. La grande variété de formes d’HNO, autoconstruits, mobiles, éphémères, légers, démontables ou alternatifs, voire de fortune (campements, jungles, squats), répondent à des préoccupations symboliques, éthiques, écologiques et/ou politiques basées sur la mobilité, la furtivité, l’autosuffisance, l’adaptation et la collaboration.

32Car il existe une proximité avec les communs dans ce rapport à l’espace et au temps. Il y a bien sûr l’urgence et la force vitale qui animent le fuyard et le persécuté devant trouver coûte que coûte un abri sommaire depuis les forêts et les déserts jusque dans les interstices urbains. Mais que ce soit dans les squats, les occupations ou les mouvements de place de type Tent Cities, il est possible de trouver cette ouverture, cette disponibilité qui font défaut ailleurs. Malgré les conflits, les tensions et les rationnements – et même s’il existe des risques de repli et d’enclavement – les groupes d’habitations occupés ou autoconstruits, les espaces de foire et les lieux d’occupations temporaires et/ou politiques sont propices à l’entraide, au partage, au glanage et au partage d’expériences. Malgré les disqualifications et les instrumentalisations locales et publiques qu’il subit, l’HNO est ouvert à lui-même et à son voisinage. Il déroute et décadre mais, de ce fait, il communique, déplace et reconfigure l’espace environnant avec qui il se doit de faire des alliances bienveillantes.

33Il est vrai les habitants de l’HNO sont des citoyens non ordinaires. Revendiquant concrètement le droit à la mobilité (De Wenden, 2010) et le droit de fuite (Mezzadra, 2004 ; Scott, 2001), ils pratiquent la citoyenneté en pointillés qui leur est concédée du bout des gants dans une forme hyperactive (Thomas, 1997) et en particulier par l’exercice d’un double droit au sol et à la ville. Une même pugnacité à la lutte asymétrique se retrouve indifféremment dans les occupations de sans-papiers, celles des chômeurs, celles des mouvements spativistes, des protections collectives contre les expulsions de résidents aux zones écologiques et politiques à défendre. Du fait de leur capacité à faire de la nécessité face à la répression une vertu politique, et en raison de leur expérience du Commun (Nicolas-Le Strat, 2016), les habitants des HNO, les déguerpis, les délogés, les déplacés ne sont pas seulement des défenseurs de causes perdues, celles des sans, des gueux et des affligés. Ils sont plutôt l’incarnation d’une condition spatiale post-moderne marquée par l’extorsion, l’expulsion et la catastrophe (Dear, 2000 ; Sassen, 2016) et dans le même temps l’avant-garde de la promotion des droits pour tous, à la croisée des revendications intersectionnelles, politiques et écologiques. Ils sont décisifs non seulement pour rendre ordinaire, bien que toujours à défendre une fois acquise, la construction des droits au logement (Duriez & Chauvière, 1992) et à l’assistance (Bruneteaux, 2013), mais plus largement les droits politiques globaux à partir d’un rapport non ordinaire à l’espace et à l’habitat que l’on retrouve dans les luttes culturelles et sociales des années 1960 à nos jours en Occident et dans le Tiers-Monde, pour des diverses causes citoyennes, féministes, anti-nucléaires, écologiques, anti-corruption, etc. (Adell & Martinez, 2004 ; Hardoy & Satterwhaitte, 2014 ; Katsiaficas, 2006). L’HNO est devenu par ailleurs l’emblème des contestations populaires contemporaines avec les occupations des places publiques lors de mouvements (Égypte, Ukraine, Hongkong, Espagne, USA, France…).

  • 9 La notion de chronotope forgée par Mikhaïl Bakhtine (1978) est utilisée par Paul Gilroy (2003) pour (...)
  • 10 Les hétérotopies décrites par Michel Foucault (1984) sont elles aussi des entités spatiales alterna (...)
  • 11 Le tiers espace (Third Space) proposé par Homi Bhabha (2007), en tant qu’espace symbolique réoccupé (...)

34L’HNO, qu’il soit autonome ou institutionnalisé, est finalement le territoire où s’expriment les subjectivités citoyennes y compris lorsque, en raison de la pénurie ou de l’oppression, il faut innover et rénover les répertoires d’action. Parce qu’il matérialise la soumission aux aléas, la révocabilité du marché et l’expropriation souveraine, l’HNO rappelle la fragile condition humaine. Mais parce qu’il incarne l’hospitalité offerte, refusée ou arrachée, parce qu’il est tout à la fois chronotope 9, hétérotopie 10 et tiers espace 11, parce qu’il est puissance doublement constituante et destituante, l’HNO est une forme d’hospitalité architecturale et politique d’avenir.

Haut de page

Bibliographie

Adell R. & M. Martinez (2004), ¿Donde están las llaves? El movimiento okupa: practicas y contextos sociales, Madrid, Ediciones La Catarata.

Agier M. (1999), L’Invention de la ville. Banlieues, townships, invasions et favelas, Paris, Éditions des archives contemporaines.

Aguilera T. (2015), Gouverner les illégalismes urbains. Les politiques publiques face aux squats et aux bidonvilles dans les régions de Paris et de Madrid, Thèse de doctorat en Science politique, IEP Paris.

Bakhtine M. (1978), Esthétique et théorie du roman, Paris, Éditions Gallimard.

Balibar É. (2002), « Une citoyenneté européenne est-elle possible ? », dans Droit de cité, Paris, Presses universitaires de France, pp. 47-71.

Baltrusaïtis J. (1969), Anamorphose ou magie artificielle des effets merveilleux, Paris, Éditions Olivier Perrin.

Bednik A. (2015), Extractivisme, exploitation industrielle de la nature : logiques, conséquences, résistances, Paris, Éditions Le passager clandestin.

Benarrosh-Orsoni N. (2011), « Bricoler l’hospitalité publique : réflexions autour du relogement des Roms roumains à Montreuil », Géocarrefour, vol. 86, n° 1, pp. 55-65.

Bernardot M. (2007), « Les foyers de travailleurs migrants à Paris. Voyage dans la chambre noire », Hommes et migrations, n° 1264, pp. 57-67.

Bernardot M. (2011a), « Invasions, subversions, contaminations. De quelques figures et lieux contemporains d’un Autre exceptionnel », Cultures et conflits, n° 84, pp. 16-32.

Bernardot M. (2011b), « À la recherche des sans trace : cultures, espaces et citoyennetés », dans Galinon-Mélénec B. (dir.), L’Homme-trace, Paris, Presses du CNRS, pp. 331-347.

Bernardot M. (2014), « Sainte-Livrade (France). Une situation coloniale sans fin. Le centre d’accueil des Français d’Indochine (1956-2006) », dans Agier M. & C. Lecadet (dir.), Un Monde de camps, Paris, Éditions La Découverte.

Bernardot M. (2015a [2008]), Camps d’étrangers, Marseille, Éditions Terra-HN.

Bernardot M. (2015b), Captures, Marseille, Éditions Terra-HN [En ligne] http://reseau-terra.eu/article1263.html

Bernardot M. (dir.) (2016b [2014]), Habitats non-ordinaires et espace-temps de la mobilité, Marseille, Éditions Terra-HN.

Bernardot M. (2016c), « Topiques de la mobilité comme subversion. Temps, figures, héros », dans Canepari E., Mesini B. & S. Mourlane (dir.), Mobil Hom(m)es, formes d'habitats et mode d'habiter la mobilité, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Bernardot M. (2016d), « Campements d’infortunes, figures, topiques, politiques », dans Meadows F. (dir.), Habiter le campement, Paris, Éditions Cité de l’architecture et Actes Sud [En ligne] https://www.academia.edu/19609008/Campements_d_infortunes_figures_topiques_politiques.

Bernardot M. (2016e), « Remettre les pauvres en mouvement », dans Cousin G., Loiseau G., Viala L., Crozat D. & M. Lièvre (dir.), Actualité de l’Habitat Temporaire. De l’habitat rêvé à l’habitat contraint, Terra HN Éditions, Marseille [En ligne] http://www.shs.terra-hn-editions.org/Collection/?Remettre-les-pauvres-en-mouvement.

Bernardot M. (2016f), « Petit traité de navigation dans la langue migratoire », Multitudes, vol. 3, n° 64, pp. 63-70.

Bernardot M. (2018), Liquides. Métaphores et sociétés contemporaines, Marseille, Éditions Terra-HN, à paraître.

Bernardot M., Cousin G., Le Marchand A. & B. Mésini (2016), « Camps et campements : des économies aux principes opposés », Multitude, vol. 3, n° 64, pp. 92-99.

Bernardot M. & H. Thomas (2014), « Notes sur l’hybridité », Asylon(s), n° 13 [En ligne] http://www.reseau-terra.eu/article1327.html.

Bhabha H. K. (2007), Les Lieux de la culture : une théorie postcoloniale, Paris, Éditions Payot.

Bonnafoux F. & B. Mesini (2016), « Habitat léger et mobile de résidence : éCo-Habiter en Ardèche méridionale », dans Cousin G., Loiseau G., Viala L., Crozat D. & M. Lièvre (dir.), Actualité de l’Habitat Temporaire. De l’habitat rêvé à l’habitat contraint, Terra HN Éditions, Marseille [En ligne] http://www.shs.terra-hn-editions.org/Collection/?Habitat-leger-et-mobile-de-residence#.

Bouillon F. (2009), Les Mondes du squat. Anthropologie d’un habitat précaire, Paris, Presses universitaires de France.

Brossat A. (2004), La Démocratie immunitaire, Paris, Éditions La Dispute.

Bruneteaux P. (dir.) (2013), Les Enfants de Don Quichotte, Vincennes, Presses universitaires de Vincennes.

Bruneteaux P. (2016), Les Mondes rêvés de Georges. Fabrications identitaires et alternatives à la domination, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Bruneteaux P. & D. Terrolle (dir.) (2015), L'Arrière-cour de la mondialisation : ethnographie des paupérisés, Marseille, Éditions Terra-HN.

Bruslé T. (2012), « What Kind of Place is this? », South Asia Multidisciplinary Academic Journal, n° 6 [En ligne] http://samaj.revues.org/3446.

Canepari E., Mesini B. & S. Mourlane (dir.) (2016), Mobil Hom(m)es, formes d’habitats et mode d’habiter la mobilité (XVIème-XXIème siècles), La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Cousin S. (2016), « L’éternel temporaire dure-t-il ? Imaginaires Bobos, Roms et Bohème », dans Cousin G., Loiseau G., Viala L., Crozat D. & M. Lièvre (dir.), Actualité de l’Habitat Temporaire. De l’habitat rêvé à l’habitat contraint, Marseille, Terra HN Éditions [En ligne] http://www.shs.terra-hn-editions.org/Collection/?L-eternel-temporaire-dure-t-il#

Cresswell T. (2011), « The Vagrant/Vagabond: The Curious Career of a Mobile Subject », dans Cresswell T. & P. Merriman (dir.), Geographies of Mobilities: Practices, Spaces, Subjects, Farnham, Ashgate Editor, pp. 239-254.

Crozat D. (2016), « La cabanisation dans l’Hérault. Lire l’habitat illégal pour comprendre les processus de normalisation spatiale de la périphérie », dans Cousin G., Loiseau G., Viala L., Crozat D. & M. Lièvre (dir.), Actualité de l’Habitat Temporaire. De l’habitat rêvé à l’habitat contraint, Marseille, Terra HN Éditions [En ligne] http://www.shs.terra-hn-editions.org/Collection/?La-cabanisation-dans-l-Herault#.

De Radkowski G.-H. (2002), Anthropologie de l'habiter : vers le nomadisme, Paris, Presses universitaires de France.

Dear M. J. (2000), The Postmodern Urban Condition, Oxford, Blakwell Publishers.

Del Biaggio C. & R. Rey (2017), « Contraint de vivre sous terre. Les exilés et la société civile face à l’accueil indigne », Urbanités, n° 8 [En ligne] http://archive-ouverte.unige.ch/unige:91207

Deleixhe M. (2014), « L’hospitalité, égalitaire et politique ? », Asylon(s), n° 13, Trans-concepts : lexique théorique du contemporain [En ligne] http://www.reseau-terra.eu/article1326.html

Deprez S. & P. Vidal (2016 [2014]), « Sociétés à distance et mise à distance de la société. Le statut de la technique dans l’habitat non ordinaire », dans Bernardot M. (dir.), Habitats non ordinaires et espace-temps de la mobilité, Marseille, Éditions Terra HN, pp. 91-115.

Derrida J. & A. Dufourmantelle (1997), De l’Hospitalité, Paris, Éditions Calmann-Levy.

Douville O. (2005), « D’un au-delà de la métaphore, ou lorsque l’anamorphose brise l’allégorie », Figures de la psychanalyse, Logos Ananké, n° 11, pp. 105-130.

Duriez B. & M. Chauvière (dir.) (1992), « La bataille des squatters et l’invention du droit au logement (1945-1955) », Les cahiers du GRMF, n° 7.

Elias N. (1985 [1969]), La Société de cour, Paris, Éditions Flammarion.

Elliott A. & J. Urry (2010), Mobile Lives, Londres, Routledge Editor.

Fassin D., Morice A. & C. Quiminal (1997), Les Lois de l’inhospitalité. Les politiques de l’immigration à l’épreuve des sans-papiers, Paris, Éditions La Découverte.

Feldman D. (2003), « Migrants, Immigrants and Welfare from the Old Poor Law to the Welfare State », Transactions of the Royal Historical Society, n° 13, pp. 79-104.

Foucault M. (1963), Naissance de la clinique, une archéologie du regard médical, Paris, Presses universitaires de France.

Foucault M. (1984), « Des espaces autres », Dits et écrits 2, 1976-1988, Paris, Éditions Gallimard, pp. 1571-1581.

Friedman Y. (1970), L'Architecture mobile : vers une cité conçue par ses habitants, Bruxelles, Éditions Casterman.

Friedman Y. (2003), L'architecture de survie : une philosophie de la pauvreté, Paris, Éditions de l’éclat.

Genova N. De & N. Peutz (dir.) (2010), The Deportation Regime: Sovereignty, Space, and the Freedom of Movement, Durham, Duke University Press.

Gilroy P. (2003), L’Atlantique noir. Modernité et double conscience, Paris, Éditions Kargo.

Graham S. (2006), « "Homeland" Insecurities?: Katrina and the Politics of "Security" in Metropolitan America », Space and Culture, n° 9, pp. 63-67.

Graham S. & S. Marvin (2001), Splintering Urbanism: Networked Infrastructures, Technological Mobilities and the Urban Condition, New-York, Taylor & Francis Editors.

Hardoy J. E. & D. Satterwhaitte (2014), The Squatter Citizen. Life in the Urban Third World, New-York, Earthscan & Routledge Editor.

Harvey D. (2010), Géographie et capital. Vers un matérialisme historico-géographique, Paris, Éditions Syllepse.

Holm A. & A. Kuhn (2011), « Squatting and Urban Renewal: The Interaction of Squatter Movements and Strategies of Urban Restructuring in Berlin », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 35, n° 3, pp. 644-658.

Hours M. (2015 [2010]), « Les Nojukusha de Tokyo : relégation, déni de pauvreté et réponses parcellaires », dans Bruneteaux P. & D. Terrolle (dir.), L’Arrière-cour de la mondialisation : ethnographie des paupérisés, Marseille, Éditions Terra HN, pp. 67-84.

Jannot V. & P. Gillet (dir.) (2012), Regards croisés sur l’habitat léger/mobile, Association Relier.

Jeanjean A. & I. Sénépart (2011), « Habiter le temporaire. Habitations de fortune, mobiles et éphémères. Prologue », Techniques et cultures, n° 56 [En ligne] http://journals.openedition.org/tc/5219.

Katsiaficas G. (2006), The Subversion of Politics. European Autonomous Social Movements and the Decolonization of Everyday Life, Oakland, AK Press.

Kaufmann V. (2001), « La motilité : une notion clé pour revisiter l’urbain ? », dans Bassand M., Kaufmann V. & D. Joye (dir.), Enjeux de la sociologie urbaine, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, pp. 87-102.

Le Marchand A. (2009), « L'habitat "non-ordinaire" et la ville post-fordiste », Multitudes, vol. 37, n° 2, pp. 229-236.

Le Marchand A. (2015 [2011]), Enclaves nomades. Habitat et travail mobiles, Marseille, Éditions Terra HN.

Le Marchand A. (2016a), « Favellas, travellers, Roms. L’habitat non ordinaire et les mutations économiques », dans Bernardot M. (dir.), Habitats non ordinaires et espace-temps de la mobilité, Marseille, Éditions Terra HN, pp. 37-52.

Le Marchand A. (2016b), « L’habitat des gens de mer », dans Cousin G., Loiseau G., Viala L., Crozat D. & M. Lièvre (dir.), Actualité de l’Habitat Temporaire. De l’habitat rêvé à l’habitat contraint, Marseille, Terra HN Éditions [En ligne] http://www.shs.terra-hn-editions.org/Collection/?L-habitat-des-gens-de-mer#

Le Mentec K. (2010), « Le projet des Trois Gorges : faire parler les héros et les dieux », Études chinoises. bulletin de l'Association française d'études chinoises, n° 29, pp. 259-270.

Lefebvre B. (2012), Ethnographie des travailleurs en déplacement : voyages en Europe sociale, Paris, Éditions L’Harmattan.

Lefebvre B. (2015), « Sédentaires et ambulants », Asylon(s), n° 14 [En ligne] http://reseau-terra.eu/article1331.html.

Levy-Vroelant C. (dir.) (2000), Logements de passage, formes, normes, expériences, Paris, Éditions L’Harmattan.

Lion G. (2014), « En quête de chez-soi. Le bois de Vincennes, un espace habitable ? », Annales de géographie, n° 3, pp. 956-981.

Loiseau G. (2009), « Les "grands passages" », Le sociographe, n° 28, pp. 13-26.

Loiseau G. (2015), « Capter l’autre. Ethnographie de l’univers connecté des gens du voyage », Netcom, vol. 29, n° 1/2, pp. 111-132.

Maccaglia F. (2007), « L’occupation illégale des logements publics à Palerme : enjeux sociaux, politiques et urbanistiques », dans Laflamme V., Levy-Vroelant C., Douglas R. & J. Smyth (dir.), Le Logement précaire en Europe. Aux marges du palais, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 361-374.

Marcore E. (2016), « Le projet C.A.S.E. L’habitat temporaire dans l’après-séisme aquilain », dans Cousin G., Loiseau G., Viala L., Crozat D. & M. Lièvre (dir.), Actualité de l’Habitat Temporaire. De l’habitat rêvé à l’habitat contraint, Marseille, Terra HN Éditions [En ligne] http://www.shs.terra-hn-editions.org/Collection/?Le-projet-C-A-S-E#.

Mauss M. (1947), Manuel d’ethnographie, Paris, Éditions Payot.

Meadows F. (dir.) (2016), Habiter le campement, Paris, Éditions Cité de l’architecture & du patrimoine & Actes Sud.

Mésini B. (2012), « Quelle reconnaissance de l'habitat léger, mobile et éphémère ? », Techniques & Culture, n° 1, pp. 148-165.

Mezzadra S. (2004), « Capitalisme, migrations et luttes sociales », Multitudes, n° 5, pp. 17-30.

Nicolas-Le Strat P. (2016), Le Travail du Commun, Saint Germain sur Ille, Les éditions du commun.

Nigg J. M., Barnshaw J. & M. R.Torres (2006), « Hurricane Katrina and the Flooding of New Orleans: Emergents Issues in Sheltering and Temporary Housing », The Annals of the American academy of Political and Social Science, n° 604, pp. 113-128.

Olivera M. (2011), Roms en (bidon)villes : quelle place pour les migrants précaires aujourd'hui ?, Paris, Éditions de la Rue d'Ulm.

Papadopoulos D., Stephenson N. & V. Tsianos (2008), Escape Routes: Control and Subversion in the Twenty-first Century, Londres, Ann Arbor Mi., Pluto Press.

Papastergiadis N. (2000), The Turbulence of Migration: Globalization, Deterritoralization, Hybridity, Cambridge, Polity Press.

Péraldi M. (dir.) (2002), La fin des norias ? Réseaux migrants dans les économies marchandes en Méditerranée, Paris, Éditions Maisonneuve et Larose.

Pétonnet C. (1979), On est Tous dans le brouillard. Ethnologie des banlieues, Paris, Éditions Galilée.

Pinet N. (2016), « Pratiques politiques subalternes dans un quartier populaire de Tokyo : des formes de résistance ? », Cultures & Conflits, n° 101, pp. 35-56.

Retaillé D. (2014), « De l’horizon borné à l’horizon ouvert », Bulletin de la Société Géographique de Liège, vol. 62, n° 1 [En ligne] http://popups.ulg.ac.be/0770-7576/index.php?id=109.

Rochais V. (2016 [2014]), « L’émergence du quartier populaire de Cité Mangrove à Fort-de-France. Entre exclusion sociale et tactiques de résistance des habitants », dans Bernardot M. (dir.), Habitats non ordinaires et espace-temps de la mobilité, Marseille, Éditions Terra HN, pp. 53-74.

Rodier C. (2012), Xénophobie business. À quoi servent les contrôles migratoires ?, Paris, Éditions La Découverte.

Rosa E. (2016), « Pratiques discrètes de résistance des migrants roms à Turin et à Marseille », Cultures & Conflits, n° 101, pp. 19-34.

Rudofsky B. (1964), Architecture sans architectes : brève introduction à l'architecture spontanée, Paris, Éditions du Chêne.

Sassen S. (2009), La Globalisation. Une sociologie, Paris, Éditions Gallimard.

Sassen S. (2016), Expulsions. Brutalité et complexité dans l'économie globale, Paris, Éditions Gallimard.

Scott J. C. (2001), « La montagne et la liberté ou Pourquoi les civilisations ne savent pas grimper », Critique internationale, vol. 2, n° 11, pp. 85-104 [En ligne] https://www.cairn.info/revue-critique-internationale-2001-2-page-85.htm.

Soja E. W. (1996), Thirdspace: Journeys to Los Angeles and other real-and-imagined places, Oxford, Blackwell Editor.

Sorkin M. (dir.) (2008), Indefensible Space. The Architecture of National Insecurity State, New York, Routledge Editor.

Tarrius A. (1992), Les Fourmis d’Europe. Migrants riches, migrants pauvres et nouvelles villes internationales, Paris, Éditions L’Harmattan.

Tarrius A., Missaoui L. & F. Qacha (2013), Transmigrants et nouveaux étrangers : hospitalités croisées entre jeunes des quartiers enclavés et nouveaux migrants internationaux, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Terrolle D. (2004), « La ville dissuasive : l'envers de la solidarité avec les sdf », Espaces et sociétés, vol. 116, n° 1, pp. 143-157.

Thomas H. (1997), « L’hypercivisme apolitique des exclus », dans Mayer N. (dir.), Les Modèles explicatifs du vote, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 269-288.

Thomas H. (2015 [2010]), Les Vulnérables, la démocratie contre les pauvres, Marseille, Éditions Terra HN.

Urry J. (2010), Sociologie des mobilités, une nouvelle frontière de la sociologie ?, Paris, Éditions Armand-Colin.

Valluy J. (2014 [2009]), Rejet des exilés. Le grand retournement du droit de l’asile, Marseille, Éditions Terra HN.

Viala L. (2016), « Figures ironiques de l’habitat temporaire », dans Cousin G., Loiseau G., Viala L., Crozat D. & M. Lièvre (dir.), Actualité de l’Habitat Temporaire. De l’habitat rêvé à l’habitat contraint, Marseille, Terra HN Éditions [En ligne] http://www.shs.terra-hn-editions.org/Collection/?Figures-ironiques-de-l-habitat-temporaire-25#.

Wacquant L. (2001), « Deadly Symbiosis when Ghetto and Prison Meet and Mesh », Punishment & Society, vol. 3, n° 1, pp. 95-133.

Wenden de C. W. (2010), La Question migratoire au XXIème siècle : migrants, réfugiés et relations internationales, Paris, Presses de Sciences Po.

Willemin V. (2004), Maisons mobiles, Paris, Éditions Alternatives.

Haut de page

Notes

1 « Tout se passe comme si l’hospitalité était impossible : comme si la loi de l’hospitalité définissait cette impossibilité même, comme si on ne pouvait que la transgresser, comme si la loi de l’hospitalité absolue, inconditionnelle, hyperbolique, comme si l’impératif catégorique de l’hospitalité commandait de transgresser toutes les lois de l’hospitalité […]. Réciproquement, tout se passe comme si les lois de l’hospitalité consistaient, en marquant des limites, des pouvoirs, des droits et des devoirs, à défier et à transgresser la loi de l’hospitalité, celle qui commanderaient d’offrir à l’arrivant un accueil sans condition » (Derrida & Dufourmantelle, 1997, p. 71)

2 Nous nous inspirons pour l’hospitalité de la dialectique de la citoyenneté et de l’exclusion développée par Étienne Balibar (2002).

3 En étudiant les foyers de travailleurs migrants, j’ai montré, en utilisant la métaphore de Karl Marx et Friedrich Engels dans l’Idéologie allemande, comment ces espaces singuliers fonctionnent tels une chambre noire, donnant l’occasion de remettre à l’endroit et de faire apparaître certaines dimensions des politiques publiques voulant éviter le surgissement des altérités dans l’espace public. Dans mes recherches sur les camps d’étrangers, j’ai cette fois repris le procédé de l’anamorphose. Il s’agit d’une opération de déformation géométrique des proportions qui permet soit de représenter une image dans différentes dimensions, soit de cacher une image dans une autre en rendant possible l’apparition de la première par la modification de l’angle de vue ou l’utilisation d’un système de miroir (Baltrusaïtis, 1969 ; Douville 2005). De ce point de vue le camp est une anamorphose en ce qu’il cache et donne à voir à la fois certains groupes de populations.

4 Cet article se base à la fois sur une revue de la littérature de sciences sociales récentes sur les formes d’habitat non ordinaire et sur une synthèse de mes enquêtes (archives nationales et départementales, entretiens, littérature grise, observations, enquêtes quantitatives) depuis le début des années 1990 sur cette thématique (foyer de travailleurs, logement contraint, habitat d’urgence, habitat mobile). J’ai plus récemment mené des enquêtes dans le cadre de programmes de recherche sur les questions de l’habitat non ordinaire et sur des groupes sociaux mobiles – migrants « Roms » (2015-2019 ANR Margin), habitats mobiles et légers (2017-2018 Forum Vie Mobile-SNCF et 2014-2016 Mobil Hom(m)es AMU), espaces de transit (2016-2019 Passages, université de Pau), habitat temporaire et campements (musée de l’architecture et du patrimoine 2014-2016) et discriminations spatiales (2009-2012, Discrets-PRSH Le Havre). J’ai par ailleurs constitué un corpus de photographies au cours de maraudes sur l’habitat de rue et les installations urbaines temporaires qui ont donné lieu à des projections publiques (« Dormeurs des villes », Festival POC à Marseille 2014 et 2015, séminaire « Usages scientifiques et militants de la photographie documentaire » à l’université le Havre 2013 et 2015). J’ai enfin mené en 2013 et 2015 des enquêtes sur des communautés alternatives dans le Haut-Languedoc ayant développé des formes d’écoconstruction et d’écoproduction.

5 La noria est un dispositif hydraulique mécanique rotatif tracté par la force animale ou humaine. L’image a été métaphoriquement transposée aux cycles migratoires au cours desquels les migrants retournant dans leurs régions de départ sont numériquement remplacés par d’autres habitants des mêmes villages et parfois des mêmes familles.

6 Dans les cas que j’ai observés, les statuts sont le résultat d’une combinaison dynamique de caractéristiques d’habitats (par exemple selon qu’il s’agit de yourtes, de camions aménagés ou de serres d’habitation régis par des réglementations différentes), d’activités (de productions agricoles, artisanales, de services, donnant lieu elles aussi à des variétés d’opportunités de construction…) et de configurations spatialisées d’acteurs (positions variées selon les mairies, les services de l’État, les riverains…).

7 Nous avons proposé une analyse des discours utilisant des métaphores liquides en particulier pour les politiques sociales et migratoires conjuguant les formules de l’infiltration, du déferlement, de l’inondation, de l’engorgement, etc. (Bernardot, 2016f, 2018).

8 Dans nos enquêtes répétées dans les foyers de travailleurs et les centres d’hébergement, nous avons pu constater la prégnance des règlements intérieurs dérogatoires organisant la vie quotidienne des résidents exposés aux abus de pouvoir et à l’arbitraire des gestionnaires (Bernardot, 2007, 2014).

9 La notion de chronotope forgée par Mikhaïl Bakhtine (1978) est utilisée par Paul Gilroy (2003) pour caractériser les navires circulant dans l’Atlantique en tant que des microsystèmes d’hybridation linguistiques et politiques. Son usage peut être étendu à ces espaces contemporains dans lesquels s’esquissent de nouvelles cultures, notamment politiques, du fait de la dimension composite hétérogène de la population qui les compose et du rapport spécifique à son environnement marqué par la césure.

10 Les hétérotopies décrites par Michel Foucault (1984) sont elles aussi des entités spatiales alternatives qui peuvent être adaptées à l’habitat non ordinaire pensé comme un « contre-emplacement » et des contre-déplacements, des mouvements liminaires entre les marges et les confins, au cours desquels se développent des organisations parallèles, des cours des miracles mouvantes, des zones autonomes en déplacement.

11 Le tiers espace (Third Space) proposé par Homi Bhabha (2007), en tant qu’espace symbolique réoccupé par les subalternes en le décolonisant, est lui aussi proprement adaptable à la capacité des mobilités subversives de ré-institution des sujets politiques autonomes non seulement malgré le déplacement, la dispersion, le confinement et l’oppression mais aussi grâce à ceux-ci. Ce concept est aussi repris comme la possibilité d’un espace ouvert à une dialectique critique et d’échange (Soja, 1996).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Bernardot, « L'habitat non ordinaire et les hospitalités. Utilités, immunités et sociétés », SociologieS [En ligne], Dossiers, HospitalitéS. L’urgence politique et l’appauvrissement des concepts, mis en ligne le 13 mars 2018, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/6810

Haut de page

Auteur

Marc Bernardot

Aix Marseille Université, CNRS, LAMES, Aix-en-Provence, France – marc.bernardot@univ-amu.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page