Navigation – Plan du site
HospitalitéS. L’urgence politique et l’appauvrissement des concepts

De la problématique de l’accueil des réfugiés à son éviction

Retour sur une controverse franco-algérienne autour de Kamel Daoud
From the problematic of the reception of refugees to its eviction. Return on the Franco-Algerian controversy surrounding Kamel Daoud
Nedjib Sidi Moussa

Résumés

Cet article montre que l’intensité de la controverse franco-algérienne autour de l’auteur Kamel Daoud, au début de l’année 2016, ne peut se comprendre qu’en la replaçant dans l’histoire tumultueuse des relations entre l’ancienne métropole et son ancienne colonie et pas uniquement en raison du contexte consécutif aux attentats terroristes de l’année 2015 en France. En soulignant la centralité de la question algérienne dans le champ politico-médiatique français, cette étude souligne l’éviction progressive de la problématique de l’accueil des migrants et réfugiés en Europe, qui fut pourtant l’objet de la polémique, au profit d’une focalisation croissante sur le rapport à l’islamisme, la religion musulmane ou la notion d’islamophobie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean-Luc Nancy, « Salut à Kamel Daoud », Libération, 10 mars 2016.
  • 2 Cécile Boutelet, « Agressions du Nouvel an : à Cologne, "ce ne sera plus jamais comme avant" », Le (...)

1Dans une tribune publiée en mars 2016 par le quotidien français Libération, le philosophe Jean-Luc Nancy salua l’auteur Kamel Daoud, alors au centre d’une controverse virulente, en soulignant que ses détracteurs ne discernaient pas la subtilité avec laquelle il pensait « un "accueil" qui devrait dépasser l’humanitaire » 1. En effet, suite aux agressions sexuelles du Nouvel An à Cologne – dont les auteurs présumés étaient d’abord décrits comme « essentiellement originaires d’Afrique du Nord et des pays arabes » 2 – l’écrivain et journaliste algérien publia fin janvier dans le journal français Le Monde un article dans lequel il dépeignit les « fantasmes » contradictoires projetés sur les réfugiés de culture arabo-musulmane par l’opinion publique occidentale :

  • 3 Kamel Daoud, « Cologne, lieu de fantasmes », Le Monde, 31 janvier 2016.

« Que s’est-il passé à Cologne la nuit de la Saint-Sylvestre ? On peine à le savoir avec exactitude en lisant les comptes rendus, mais on sait – au moins – ce qui s’est passé dans les têtes. Celle des agresseurs, peut-être ; celle des Occidentaux, sûrement.
Fascinant résumé des jeux de fantasmes. Le "fait" en lui-même correspond on ne peut mieux au jeu d’images que l’Occidental se fait de l’"autre", le réfugié-immigré : angélisme, terreur, réactivation des peurs d’invasions barbares anciennes et base du binôme barbare-civilisé. Des immigrés accueillis s’attaquent à "nos" femmes, les agressent et les violent.
Cela correspond à l’idée que la droite et l’extrême droite ont toujours construite dans les discours contre l’accueil des réfugiés. Ces derniers sont assimilés aux agresseurs, même si l’on ne le sait pas encore avec certitude » 3.

  • 4 Noureddine Amara, Joel Beinin, Houda Ben Hamouda, Benoît Challiand, Jocelyne Dakhlia, Sonia Dayan-H (...)

2En conclusion, il invita à assumer « le problème de la responsabilité après l’accueil », à rebours du racisme véhiculé par l’extrême droite. Quelques jours plus tard, ce texte suscita une réponse indignée d’un collectif de dix-neuf universitaires internationaux dans le quotidien français de référence. Cette réplique, à la tonalité résolument saidienne (Said, 2005), ne se contentait pas de reprocher à Kamel Daoud de recycler « les clichés orientalistes les plus éculés » 4. Selon les signataires, l’auteur algérien devenait même complice du mouvement xénophobe allemand PEGIDA (Bonnaire, 2017), faisait preuve de « paternalisme colonial », propageait un « discours proprement antihumaniste », tout en épousant une « islamophobie devenue majoritaire » en Europe.

3Cette sortie marqua le début d’une polémique très vive où intervinrent, pêle-mêle, chercheurs, journalistes, romanciers, essayistes ou politiques des deux rives de la Méditerranée, voire au-delà. C’est que « l’affaire » Kamel Daoud, loin de se réduire à une joute verbale entre un auteur basé à Oran et des universitaires rattachés à diverses institutions occidentales, exprimait aussi, par son ampleur et sa violence – exacerbées par les réseaux sociaux – les crispations des sociétés septentrionales face aux angoisses suscitées par le terrorisme islamiste, le conflit syrien ou la « crise des réfugiés » exprimant surtout une « crise de la solidarité » (Wihtol de Wenden, 2016). Et cela, sur fond de proclamation de l’état d’urgence et de débat sur la déchéance de la nationalité en France. Mais cette controverse intellectuelle, qui semblait à première vue étrangère aux péripéties routinières de l’ensemble franco-algérien – suivant un agenda diplomatique, sécuritaire ou mémoriel – constitua une illustration saisissante des problèmes relatifs à la circulation internationale des idées – avec son lot de nationalismes, impérialismes, malentendus – ainsi que l’exposait Pierre Bourdieu (2005).

4Si cette « affaire » a donné lieu à quelques analyses intéressantes proposées par des universitaires semblant faire preuve d’empathie à l’égard de l’auteur algérien (Charaudeau, 2016) ou paraissant partager les vues du collectif international (Brazzoduro, 2017), le présent article cherchera à comprendre pourquoi le texte de l’écrivain, dont l’objet principal fut d’interroger, à sa manière, les conditions d’accueil des réfugiés, fut si mal reçu par les signataires de la tribune du Monde et conduisit à l’éviction progressive de cette problématique. À travers l’étude de la genèse de cette « affaire », nous verrons qu’il faut saisir son extrême sensibilité au-delà du malentendu suscité par l’auteur (Harchi, 2016), notamment en raison de la centralité de la question algérienne dans le champ politico-médiatique français, sans pour autant occulter les enjeux proprement algériens de cette controverse. Nous montrerons donc, en nous appuyant sur un corpus de textes publiés en Algérie, en France et ailleurs, que l’intensité de cette controverse ne peut se comprendre qu’en la replaçant dans l’histoire tumultueuse des relations entre l’ancienne colonie et son ancienne métropole souvent perçues dans le champ éditorial à travers les prismes de la « passion » (Debois & Tabet, 2015) ou du « secret » (Brahimi El-Mili, 2017).

D’une « affaire » à l’autre : internationalisation, médiatisation et fatwa

  • 5 Kamel Daoud, « Le dilemme qui a fait blanchir la barbe de Messali », Le Quotidien d’Oran, 24 janvie (...)
  • 6 Kamel Daoud, « À quoi sert un printemps "arabe" ? », Le Quotidien d’Oran, 22 septembre 2012.
  • 7 Kamel Daoud, « En quoi les musulmans sont-ils utiles à l’humanité ? », Algérie Focus, 23 septembre (...)

5Né à Mostaganem en 1970, Kamel Daoud est devenu ces dernières années l’un des auteurs algériens les plus populaires grâce à la chronique « Raïna Raïkoum » (« Notre opinion, votre opinion ») qu’il alimentait depuis 1997 dans Le Quotidien d’Oran, un journal francophone d’envergure nationale dont il fut rédacteur en chef. Ses billets intempestifs (Daoud, 2002 et 2017) – qui animaient les discussions de ses compatriotes et qu’il faut rapprocher du style d’auteurs comme Yassir Benmiloud (1998) pour El Watan ou Sid Ahmed Semiane (2005) pour Le Matin – tranchaient avec l’austérité du quotidien oranais dont l’édition du jeudi publie des contributions d’intellectuels. Dans ses nombreux écrits, parfois inégaux, Kamel Daoud critiquait les éléments constitutifs de l’idéologie algérienne comme l’autoritarisme, le populisme, l’arabo-islamisme ou le rapport paradoxal à l’histoire illustré par la longue occultation dont fut l’objet Messali Hadj, pionnier du nationalisme révolutionnaire (Stora, 2004). Le chroniqueur avait notamment mobilisé cette figure historique au cours de l’année 2011, celle du « printemps arabe » 5. Au cours de ce moment charnière caractérisé par une effervescence politique et intellectuelle, mais aussi par la répression et la propagande (Sidi Moussa, 2014), Kamel Daoud écrivait : « On ne sait pas tous s’il y a une vie après la mort, mais on sait tous qu’il n’y avait pas de vie avant » 6. Le chroniqueur se livrait par la suite à un réquisitoire contre l’islamisme tout en invitant à « repenser l’Islam » dans un nouveau texte au titre volontiers provocateur : « En quoi les musulmans sont-ils utiles à l’humanité ? » 7.

  • 8 Kamel Daoud, « Ce pourquoi je ne suis pas "solidaire" de la Palestine », Le Quotidien d’Oran, 12 ju (...)
  • 9 Rachid Ziani-Cherif, « Voilà pourquoi je ne suis pas Charlie », Le Quotidien d’Algérie, 9 janvier 2 (...)
  • 10 Rachid Ziani-Cherif, « L’aura de Sifaoui et Chalgoumi donnent le tournis à Kamel Daoud », Le Quotid (...)

6Deux années plus tard, alors que se déroulait l’opération israélienne « Bordure protectrice » dans la bande de Gaza, l’auteur publia un billet questionnant la solidarité sélective des Algériens avec la cause palestinienne marquée par la prégnance de l’idéologie arabo-islamiste 8. Dans ce contexte, la chronique qui invita à penser le soutien dans une perspective humaniste et universaliste fut assez mal reçue et donna lieu à une controverse qui ne déborda toutefois pas certains milieux pro-palestiniens. Cependant, pour ses détracteurs algériens à l’instar de Rachid Ziani-Cherif – activiste de l’opposition islamo-conservatrice et sensible aux thèses de l’orientaliste français François Burgat 9 –, Kamel Daoud suivait les pas du journaliste franco-algérien Mohamed Sifaoui ou de l’imam franco-tunisien Hassen Chalghoumi, assimilés à Salman Rushdie, Taslima Nasreen et Ayan Hirsi Ali ou présentés comme des alliés de personnalités médiatiques telles que Bernard-Henri Lévy, André Glucksmann et Éric Zemmour, prétendument au service de la « banalisation des crimes sionistes » 10.

7Entre temps, le chroniqueur avait acquis une nouvelle stature. Journaliste, romancier et nouvelliste, Kamel Daoud voyait sa bibliographie s’étoffer en publiant des ouvrages d’abord à Oran puis Alger, avant d’exporter sa production sur le marché parisien (Daoud, 2002, 2003, 2005, 2008 et 2011). La consécration médiatico-littéraire survint avec Meursault contre-enquête (Daoud, 2013 et 2014), son roman publié d’abord en Algérie puis en France, inspiré de L’Étranger d’Albert Camus (1942) dont on venait de commémorer le centenaire en 2013. Par-delà la réception contrastée de l’œuvre et surtout du parcours politique d’Albert Camus sur sa terre natale, Kamel Daoud ne fut pas le seul auteur algérien à avoir publié un ouvrage sur le prix Nobel de littérature. En effet, il fut notamment précédé du journaliste Hamid Grine (2011) et accompagné par l’écrivain Salim Bachi (2013). En s’appuyant sur ce créneau porteur, le natif de Mostaganem rejoignait ainsi le cercle très restreint des écrivains algériens connus du public français, à l’instar de Yasmina Khadra ou de Boualem Sansal, lui permettant ainsi de s’émanciper des espaces réservés aux spécialistes de la Françalgérie ou de la « littérature francophone ».

  • 11 Amir Akef, « Un salafiste algérien émet une "fatwa" contre Kamel Daoud », Le Monde, 17 décembre 201 (...)
  • 12 « Biyouna, pas facile d’être une femme libérée ! », Slate Afrique, 17 janvier 2012 ; Noureddine Khe (...)
  • 13 François Menia, « Algérie : des artistes en quête de sécurité après la fatwa contre Kamel Daoud », (...)
  • 14 Mohammed Aïssaoui, « Fatwa sur Kamel Daoud : des pétitions pour soutenir le romancier », Le Figaro, (...)
  • 15 Mohamed Sifaoui, « Politiques, journalistes et intellectuels se mobilisent en faveur de Kamel Daoud (...)
  • 16 Djamel Zerrouk, « Le lobby sioniste français parraine une pétition en faveur de Kamel Daoud pour fr (...)
  • 17 Rachid Ziani-Cherif, « Kamel Daoud/Abdelfatah Hamadache, duo pyromane pour un tango ravageur », Le (...)
  • 18 Mohammed Yefsah, « Pourquoi je ne suis pas solidaire de Kamel Daoud ? », Palestine Solidarité, 23 d (...)
  • 19 Caroline Alamachère, « Kamel Daoud mérite mieux qu’une pétition de la clique BHL-Sopo-Fourest… », R (...)

8Cette notoriété croissante lui accordait un accès privilégié aux principaux médias français, y compris les plus engagés comme Radio libertaire, le 15 juillet 2014. Mais cette soudaine exposition devait aussi lui causer quelques désagréments. En effet, suite à sa participation à l’émission télévisée « On n’est pas couché », diffusée le 13 décembre 2014 sur France 2, Kamel Daoud fit l’objet d’une fatwa (avis juridique) prononcée depuis Facebook par le prédicateur salafiste Abdelfatah Hamadache. Ce dernier estima que l’écrivain, présenté comme « apostat » et « sionisé », s’était caractérisé durant son intervention sur la chaîne française par son hostilité envers l’islam et mériterait la mort si la charia (loi islamique) était réellement appliquée par les autorités algériennes 11. Selon nous, cette « affaire » fut surtout déclenchée en raison de la popularité de l’émission française – qui avait notamment valu à l’artiste algérienne Biyouna un torrent d’insultes sur les réseaux sociaux après un passage, « vraisemblablement ivre » 12 sur le même programme en janvier 2012 – plutôt que par les positions de Kamel Daoud exprimées de longue date, mais par écrit et dans son pays. Sur fond d’inquiétudes au sujet de l’influence politico-médiatique des salafistes en Algérie 13, l’auteur annonça avoir déposé une plainte contre le prédicateur et bénéficia d’un élan de solidarité sans précédent sur les deux rives de la Méditerranée. De nombreux groupes de soutien et des pétitions 14 furent lancés dans les médias et sur les réseaux sociaux de plus en plus utilisés par les Algériens. Cependant, ce mouvement favorable au romancier fut loin d’être unanime. En effet, une pétition initiée par Mohamed Sifaoui 15 et signée par de nombreuses personnalités comme Charb, directeur de publication de l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, l’historien Benjamin Stora ou le philosophe Bernard-Henri Lévy, donna l’occasion aux détracteurs algériens de Kamel Daoud de dénoncer le « lobby sioniste français » dont l’objectif serait « la fragilisation de l’État algérien » d’après le site nationaliste Algérie patriotique 16. Ce dernier texte fut repris par le site de l’extrême droite française Égalité et réconciliation animé par Alain Soral qui se réclame de l’antisionisme et a été condamné pour antisémitisme. Dans une rhétorique conspirationniste, Abdelfatah Hamadache et Kamel Daoud furent même renvoyés dos à dos, accusés de constituer un « duo pyromane » au service d’intérêts occultes 17 ou de partager « la matrice idéologique de la droite fascisante » 18. Ce fut toutefois du côté d’une autre sensibilité de l’extrême droite française que l’on trouva un texte virulent cherchant à disqualifier les signataires de cette pétition qualifiés de « bras cassés » car ne rejoignant pas les obsessions xénophobes de Riposte laïque 19.

Un auteur algérien globalisé face à une coalition internationale de chercheurs

  • 20 Françoise Dargent, « Kamel Daoud, Goncourt du premier roman », Le Figaro, 5 mai 2015.
  • 21 Adam Shatz, “Stranger Still. Kamel Daoud and Algeria, caught between Islamist fervor and cultural f (...)
  • 22 Kamel Daoud, “Musa”, The New Yorker, April 6, 2015 ; “Camus, rebellion and the Arab spring”, The Fi (...)
  • 23 « "L’Arabie Saoudite n’est rien d’autre qu’un Daesh qui a réussi", dit Éric Zemmour », RTL, 21 mai (...)
  • 24 Roy Greenslade, « Saudi Arabia (white Daesh) is the father of Isis, says writer », The Guardian, 25 (...)

9Lauréat du prix des Cinq continents de la francophonie, du prix François-Mauriac et du prix Goncourt du premier roman après avoir été pressenti pour le Goncourt 20, Kamel Daoud continuait à écrire des chroniques pour Le Quotidien d’Oran, le journal en ligne Algérie Focus ou l’hebdomadaire français Le Point. Mais, en dépit des sollicitations contradictoires dont il faisait l’objet, le romancier parvenait à sortir de l’espace franco-algérien en atteignant le champ médiatique nord-américain pour devenir un auteur globalisé. En effet, Kamel Daoud fut dépeint dans les colonnes du New York Times Magazine par Adam Shatz et interviewé pour la Los Angeles Review of Books au printemps de l’année 2015 21. Par ailleurs, accompagnant la sortie de la traduction anglaise de son roman (Daoud, 2015), l’écrivain publia ses propres textes dans The New Yorker, The Financial Times, The Nation et The New York Times jusqu’au début de l’année 2016 22. L’un d’eux, qui présentait l’Arabie saoudite comme un « Daesh qui a réussi » – expression employée auparavant par le polémiste de droite Éric Zemmour sur la radio RTL 23 – fut largement repris par les médias internationaux après les attentats parisiens de novembre 2015 24.

  • 25 Kamel Daoud, « Colonia. Il corpo delle donne e il desiderio di libertà di quegli uomini sradicati d (...)
  • 26 Kamel Daoud, « La "Colognisation" du monde », Le Quotidien d’Oran, 18 janvier 2016.
  • 27 Kamel Daoud, « La "Colognisation" du monde », Tunisie Focus, 18 janvier 2016 et La Cause littéraire(...)
  • 28 Djamila Bouhired, « À Monsieur le Président d’une Algérie que j’ai voulue indépendante », El Watan, (...)

10Sa nouvelle notoriété mondiale et le choc suscité par les agressions de Cologne conduisirent Kamel Daoud à écrire début janvier un article publié d’abord dans le quotidien italien La Repubblica puis dans l’hebdomadaire suisse L’Hebdo 25 avant d’être repris par Le Monde à la fin du mois. Parallèlement à la circulation de ce texte qui déclencha par la suite une polémique internationale, l’auteur rédigea une chronique pour Le Quotidien d’Oran sur le thème de la « Colognisation » présentée comme « prétexte pour fermer les portes, refuser l’accueil et donner de l’argument aux discours de haine » 26. Ce billet, à l’écho moins important, fut diffusé par les sites Tunisie Focus puis La Cause littéraire tandis qu’un texte explorant une thématique similaire fut publié par Le Point 27. Kamel Daoud ne s’exprima pas sur cette affaire en tant que journaliste attaché à restituer des faits mais davantage comme chroniqueur, commentateur ou billettiste où l’humeur prime, tout comme la subjectivité, les jeux de mots, analogies (Hassani, 2016), emprunts du français à l’arabe dialectal (Bentounsi, 2015) et un humour souvent corrosif à la manière de ses homologues Chawki Amari d’El Watan ou Hakim Laâlam du Soir d’Algérie. Un exemple nous en fut donné dans une chronique publiée en décembre 2009, au lendemain de l’appel de Djamila Bouhired, une ancienne militante anticolonialiste qui attirait l’attention sur sa « situation critique » 28 et demandait au président algérien Abdelaziz Bouteflika de revaloriser les pensions des moudjahidine (combattants de l’indépendance) :

  • 29 Kamel Daoud, « Djamila ou comment nourrir un symbole avec du symbolique », Le Quotidien d’Oran, 14 (...)

« Qu'est-ce qu'un héros ? C'est quelqu'un qui est mort. Avant l'indépendance, de préférence. Qu'est-ce qu'un martyr algérien ? C'est quelqu'un qui n'a rien mangé après 62 et que la terre a mangé avant cette date. Qu'est-ce qu'un ancien moudjahid ? C'est quelqu'un qui a pris les armes, puis la montagne, puis la plaine, puis les villas, les cafés maures, les bains, les taxis puis tout ce qu'il a pu prendre sans jamais s'arrêter, ni lui, ni ses enfants. C'est bien sûr un cliché qui ne vaut pas pour tous mais que tous répètent à l'envi. D'où le cas de certains cas comme Messali ou Djamila Bouhired. Le premier est mort, la seconde respire de plus en plus lentement sous le ciment de la célébration passive. Messali a réclamé l'indépendance à l'époque où l'armée des frontières était une bande de gamins qui ramassait des olives. Il est le père de l'Algérie, mais elle n'est pas sa fille. Il a passé plus de temps dans les prisons que n'importe qui et pourtant ce n'est pas, officiellement, un martyr, un ancien moudjahid ou un héros. Tout juste le nom d'un aéroport et le prénom de quelques familles tlemceniennes » 29.

11Le texte, qui exprima la « profonde indignation » de l’auteure, jouait constamment sur les contrastes entre les situations coloniale et post-coloniale, la place des morts – plus facilement héroïsés – et des vivants, les statuts de martyrs – « mangés » par la terre avant 1962, c’est-à-dire décédés avant l’indépendance – et de moudjahidine – certains étant réputés avoir « mangé » en s’appropriant des biens laissés vacants par les colons européens – le sort réservé à Djamila Bouhired et la relégation du pionnier Messali, etc.

12Un groupe d’universitaires rédigea donc, début février 2016, un papier en réponse au texte de Kamel Daoud paru dans Le Monde, contribuant paradoxalement à relocaliser – pour un temps du moins – la discussion. Si quelques chercheurs algériens – ou franco-algériens – furent sollicités pour signer ce texte, un seul (l’historien Nourredine Amara) accepta de s’associer à cette démarche. Pourtant, au-delà de l’origine nationale des signataires, le rapport à l’Algérie paraissait déterminant pour comprendre la dynamique du groupe. Ainsi, une part non négligeable des membres du collectif avait mené des travaux sur ce pays, en sciences sociales ou en histoire et pouvait se prévaloir d’une connaissance du terrain. Outre Nourredine Amara, on retrouvait Muriam Haleh Davis, Giulia Fabbiano, Darcie Fontaine, Tristan Leperlier et Thomas Serres dont les thèses portaient sur un aspect de l’histoire contemporaine de l’Algérie dans une optique postcoloniale. Une autre partie des signataires était plutôt familière des enjeux relatifs au Maghreb (Houda Ben Hamouda, Jocelyne Dakhlia, Nadia Marzouki, Stéphanie Pouessel, Seif Soudani), au Moyen-Orient (Joel Beinin, Benoît Challand, Sonia Dayan-Herzbrun, Laleh Khalili, Pascal Ménoret, Elizabeth Shakman Hurd) ou, plus largement, aux questions de « race » (David Theo Goldberg, Ghassan Hage). Lors de la publication de la tribune, le sous-groupe des chercheurs sur l’Algérie, comme une partie des spécialistes du Maghreb, constituait la fraction la plus jeune et la plus précaire – dans la mesure où aucun n’était alors recruté comme titulaire. Cette caractéristique les distinguait du reste des signataires puisque certains étaient connus ou reconnus dans les champs intellectuel et politique à l’instar de Sonia Dayan-Herzbrun, professeure émérite à l’Université Paris-Diderot. Cette dernière, dont les travaux portant sur la postcolonie et le genre s’inscrivent dans le sillage d’Edward Said ou de Frantz Fanon, a fondé en 1992 la revue Tumultes (Cingolani, 2011). Elle s’est notamment engagée en tant que présidente de la Commission Islam et laïcité ainsi que comme vice-présidente de l’Association des universitaires pour le respect du droit international en Palestine.

  • 30 Awatef Kabour, Les effets littéraires dans « Raina Raikoum » de Kamel Daoud (chroniqueur au Quotidi (...)

13Mais la démarche du collectif posait plusieurs problèmes ainsi que nous l’avons constaté lors d’échanges menés depuis le début de l’année 2016 avec des artistes, intellectuels ou militants en France comme en Algérie et qui ne cautionnaient pas nécessairement le texte de Kamel Daoud critiqué par le groupe des dix-neuf. Cependant, nos interlocuteurs – souvent algériens, dont l’attitude variait entre le soutien inconditionnel à l’écrivain et l’indifférence – soulignaient l’asymétrie de l’interaction : il s’agissait d’un groupe s’en prenant à une personne seule ; d’enseignants-chercheurs « faisant la leçon » à un artiste ; d’individus basés au Nord de la Méditerranée contre un homme vivant au Sud. À ces griefs s’ajoutait l’expression « intellectuel laïque minoritaire dans son pays » utilisée par le collectif pour qualifier – ou disqualifier – un auteur qui avait pourtant fait l’objet de travaux universitaires en Algérie 30. Par ailleurs, cette appellation résonnait étrangement avec le contexte de la guerre civile des années 1990 durant laquelle des individus accusés d’être des « laïques », des « mécréants » ou des « apostats » furent assassinés par des groupes islamistes. Ces éléments avaient sans doute échappé aux signataires bien que la première « affaire » Kamel Daoud – provoquée par la fatwa d’Abdelfatah Hamadache – ait été encore présente à l’esprit des lecteurs.

L’éviction de la problématique de l’accueil des migrants

  • 31 « Kamel Daoud et les "fantasmes" de Cologne, retour sur une polémique », Le Monde, 20 février 2016.
  • 32 Kamel Daoud, « La misère sexuelle du monde arabe », The New York Times, February 12, 2016.

14En lieu et place du débat que le collectif espérait peut-être avec la publication de son texte « au ton très polémique » (Charaudeau, 2016), on assista plutôt à une cacophonie manichéenne – parfois insultante et violente – amplifiée par les réseaux sociaux, masquant les rares contributions qui auraient mérité examen et confortant dans leur silence les personnes qui auraient souhaité exprimer une position plus nuancée. Le premier effet dramatique fut l’annonce par Kamel Daoud de son retrait du journalisme, relayé par Le Monde le 20 février 2016 31 quelques jours après la publication d’une nouvelle tribune dans le New York Times – qui soulignait que « certains pays européens en sont venus à produire des guides de bonne conduite pour réfugiés et migrants » en raison du rapport jugé « pathologique » entre le monde arabo-musulman, le sexe et les femmes 32 – et la fermeture de son compte Facebook.

  • 33 Kamel Daoud, « Le procès permanent du "je" par le "nous" », Le Quotidien d’Oran, 8 février 2016.
  • 34 Kamel Daoud, « Lettre à un ami étranger », Le Quotidien d’Oran, 15 février 2016.
  • 35 Adam Shatz, « Cher Kamel », Le Quotidien d’Oran, 18 février 2016.

15Pourtant, en dehors des circuits internationaux, la prise de décision de l’auteur qui ne s’exprimait plus qu’avec irrégularité dans les colonnes du Quotidien d’Oran fut d’abord annoncée dans la rubrique « Raïna Raïkoum » du journal algérien. Dans un premier billet publié le 8 février, l’écrivain pointa le paradoxe suivant : « écrire sur la femme et le rapport maladif qu’on a avec la femme […] est donc jugé "mauvais" dès qu’on l’écrit dans un journal de l’Occident. Mais c’est dit, redit, accepté et dénoncé quand on le dit entre nous » 33. Lassé par la tournure des débats, il se présenta comme pris en étau entre une double « inquisition » : d’une part, celle de l’Occident « qui essaie de trouver en vous le chamane de ses angoisses, le témoin de ses convictions peureuses et la preuve de ses théories sur l’Autre » et d’autre part, celle des siens « qui ne peuvent voir plus loin que la théorie du complot ». Le 15 février, Kamel Daoud fit paraître une énigmatique « Lettre à un ami étranger » dont le destinataire demeurait inconnu du lectorat et dans laquelle il annonça sa décision d’arrêter « le journalisme sous peu » 34. Dans son adresse, il dénonça le « procès stalinien » qui lui fut intenté par les universitaires : « je sermonne un indigène parce que je parle mieux des intérêts des autres indigènes et post-décolonisés ». Il ajouta encore qu’il trouvait « immoral de [l]’offrir en pâture à la haine locale sous le verdict d’islamophobie qui sert aujourd’hui d’inquisition ». Trois jours plus tard, son lectorat comprit que cette chronique amère fut en réalité destinée à Adam Shatz dont la lettre amicale, publiée dans le quotidien oranais, réprouva le « style dénonciation publique » 35 ou « gauche-soviétique puritain » du groupe des universitaires tout en exprimant son inquiétude pour Kamel Daoud qu’il invitait à retourner à son meilleur mode d’expression : la littérature.

16Pendant plusieurs semaines, la controverse – qui débuta dans des cercles intellectuels restreints pour prendre l’opinion publique à témoin (Lemieux, 2007) sans que cette dernière demeure passive en raison de l’usage d’Internet, des blogs ou réseaux sociaux – opposa deux camps aux relais inégaux. Mais on ne saurait pour autant réduire cette polémique, à la manière d’une des protagonistes (Dakhlia, 2017), à une confrontation binaire entre un bloc allant de l’extrême droite à la gauche gouvernementale pour les soutiens à Kamel Daoud et un autre bloc issu principalement de la gauche alternative ou radicale pour ses adversaires. Le rôle de l’extrême droite – pensée comme française ou européenne et jamais comme algérienne ou arabe – tendrait ici à disqualifier l’auteur en raison de la reprise de certains de ses textes par les sites de cette mouvance qui fait pourtant feu de tout bois. En effet, même le fondateur de l’Internationale situationniste Guy Debord avait fait l’objet de « détournements » dénoncés par l’un de ses biographes (Bourseiller, 2001). Il convient encore de souligner que le discours de l’extrême droite française à l’égard de la religion musulmane demeure ambivalent selon les sensibilités, en fonction de leurs rapports avec les États-Unis ou l’État d’Israël par exemple (Frigoli & Ivaldi, 2017).

  • 36 Jean Daniel, « Mieux vivre avec l’islam ! », L’Obs, 17 février 2016.
  • 37 Rokhaya Diallo, « Après Cologne, interroger les sources de la violence sexuelle », Libération, 24 f (...)
  • 38 Hacen Ouali, « Les nouveaux procureurs de la pensée… ? Kamel Daoud au centre d’une polémique », El (...)
  • 39 Ahmed Cheniki, « Kamel Daoud, l’affaire de Cologne et le sexe indiscipliné des Nord-Africains », Li (...)
  • 40 Mohamed Mbougar Sarr, « Kamel Daoud victime de l’arrogance des universitaires », Courrier internati (...)
  • 41 Samar Kaukab, Kamel Daoud and the sexual misery of the Arab world: Y’all haters corny with that or (...)

17Pour le journaliste de gauche Jean Daniel, la tribune « brillamment et cruellement assassine » 36 de Kamel Daoud exprimerait « la manifestation d’une liberté nouvelle, qui entend rejeter sans la moindre précaution tous les préjugés sociaux que l’islam est supposé contenir depuis ses origines ». De son côté, l’antiraciste différentialiste Rokhaya Diallo s’interrogeait : « n’était-il pas hâtif d’essentialiser un "monde-arabo-musulman" monolithique comme s’il n’était peuplé que d’êtres mus par un sexisme spécifique » 37, tout en déplorant que « la question des violences faites aux femmes ne semble faire l’objet d’intérêt que lorsqu’elle est attribuée à des hommes "altérisés" parce que musulmans ou d’origine étrangère ». Cependant, la polémique – qui se focalisa sur le rapport à l’islamisme, la religion musulmane ou la notion d’islamophobie, tournant ainsi le dos à la problématique de l’accueil des réfugiés – ne resta pas confinée au cadre trop étroit des frontières hexagonales puisque des auteurs et journalistes algériens publièrent des textes en faveur de Kamel Daoud 38 ou contre lui, comme ceux de l’universitaire Ahmed Cheniki 39 qui précisa ne pas vouloir personnaliser le débat et ne s’en prendre qu’à « l’approche essentialiste et culturaliste qui [lui] semble dangereuse ». Mais la controverse déborda de l’espace franco-algérien en impliquant par exemple l’écrivain sénégalais Mohamed Mbougar Sarr qui, dans un billet repris par l’hebdomadaire Courrier international, critiqua « l’arrogance » 40 des universitaires et estima qu’il était « dangereux d’abandonner l’événement aux seules sciences humaines et sociales ou au seul discours politique » tout en pointant « la sanctification absolue (et superficielle) du migrant musulman qui prévaut aujourd’hui ». À l’inverse, sur le magazine en ligne altMuslimah, qui publie du contenu relatif aux questions musulmanes et de genre, la chercheuse américano-pakistanaise Samar Kaukab assimila Kamel Daoud aux « écrivaines occidentales laïques de culture musulmane comme Ayaan Hirsi Ali et Asra Nomani, devenues les coqueluches de l’intelligentsia occidentale et de cercles universitaires » 41. Cette chronique chercha à disqualifier l’auteur algérien en l’occidentalisant, en le laïcisant – voire en le désislamisant alors qu’il se présentait comme musulman – et en le dévirilisant puisqu’il ne fut associé qu’à des exemples féminins. Cette démarche ne fut toutefois pas exclusivement réservée aux détracteurs de l’écrivain.

Trouble dans le genre et la nationalité

  • 42 Manuel Valls, « Soutenons Kamel Daoud ! », Facebook, 2 mars 2016.
  • 43 Hadjer Guenanfa, « Le soutien et les conseils de Sellal à Kamel Daoud », Tout sur l’Algérie, 9 mars (...)

18Une nouvelle étape dans la dramatisation des enjeux était franchie avec le soutien à Kamel Daoud exprimé le 2 mars par Manuel Valls sur sa page Facebook. Le Premier ministre français qualifia de « réquisitoire » la tribune des universitaires contre l’écrivain oranais comparé à Deniz Gamze Ergüven 42. Il demanda même pourquoi, alors qu’ils dénonçaient tous deux le fondamentalisme, « la réalisatrice franco-turque est encensée, tandis que l’intellectuel algérien est cloué au pilori ». Une semaine plus tard, le Premier ministre algérien Abdelmalek Sellal conseillait au romancier de « faire attention à la récupération » 43.

  • 44 Yohan Blavignat, « Déchéance de nationalité : un abandon en six actes », Le Figaro, 30 mars 2016.
  • 45 Kamel Daoud, « La bi-exclusion mondiale », Le Quotidien d’Oran, 2 février 2016.
  • 46 Gilles Hertzog, « L’écrivain Kamel Daoud visé par une fatwa », La Règle du Jeu, 18 décembre 2014.

19En devenant une affaire d’État, la controverse montrait qu’elle pouvait heurter les susceptibilités nationales. Car ce fut au nom de la devise républicaine que Manuel Valls prit la défense de Kamel Daoud, tandis qu’Abdelmalek Sellal lui demanda d’écrire de préférence en Algérie et non en France. Devenu un symbole médiatico-littéraire, l’écrivain algérien d’expression française s’exposait aux injonctions nationalistes vécues par les binationaux franco-algériens à la même période. En effet, cette séquence coïncidait avec le débat sur la déchéance de la nationalité française pour les binationaux impliqués dans des actes terroristes 44, tandis que les réformes constitutionnelles algériennes interdisaient aux binationaux l’accès à certaines hautes fonctions publiques. Ce fut donc dans ce contexte de double fermeture que la diaspora algérienne établie en France vécut « l’affaire » Kamel Daoud. Celui-ci, dans une de ses dernières chroniques pour Le Quotidien d’Oran, énonçait, pessimiste : « le débat sur les binationaux […] n’est plus que le présage d’un monde qu’on n’aime pas et qui s’annonce : celui des Grandes séparations et des replis » 45. Mais ce trouble dans la nationalité fut autrement vécu par l’auteur qui, dans l’introduction au texte de Jocelyne Dakhlia (2017) paru dans la revue de gauche Vacarme, était présenté comme un « écrivain franco-algérien » alors qu’il n’a jamais fait état de son hypothétique binationalité. En revanche, à la fin de l’année 2014, il fut symboliquement « francisé » par Gilles Hertzog 46, directeur de publication de La Règle du Jeu, qui le compara à Albert Camus et Salman Rushdie en lui octroyant le statut de « citoyen d’honneur de la littérature française ».

  • 47 Adlène Meddi, « Le cas Kamel Daoud, contre-enquête », Middle East Eye, 9 mars 2016 ; Paul Berman an (...)
  • 48 Nourredine Amara, « Oran, poste restante : du lieu commun et de quelques faux amis. Lettre à Kamel (...)
  • 49 Jocelyne Dakhlia, « "S’enfermer dans l’idée d’un choc des cultures", c’est la vraie défaite du déba (...)
  • 50 Thomas Serres, « Autopsie d’une défaite et notes de combat pour la prochaine fois », Article 11, 2 (...)
  • 51  Muriam Haleh Davis, The "Daoud Affair" sparks debate”, World Policy blog, March 7, 2016.

20Au cours du mois de mars 2016, la polémique s’essouffla progressivement, non sans produire quelques textes conséquents 47. Depuis la publication de leur tribune qui mit le feu aux poudres, certains signataires sentirent le besoin de reprendre la plume pour défendre leur point de vue et répondre, sur leurs terrains respectifs, à leurs détracteurs qui ne se distinguèrent pas toujours par leur sens de la mesure. Dans une lettre à Kamel Daoud publiée dans le quotidien algérien Reporters, Nourredine Amara reprocha à l’écrivain de privilégier l’Europe au détriment de l’Algérie : « alors que je vous ai cru au début maladroit, je finis par croire que vous avez été malhonnête. Vous ne parlez ni de l’Algérie ni pour l’Algérie. Vous ne parliez pas non plus au nom de tous les miens. Vous vous adressiez à quelques inquiétudes en Europe » 48. Le ton pamphlétaire ainsi que l’argument de l’enracinement paraissaient résulter d’un malentendu puisque l’historien donnait l’impression de répondre à la « lettre à un ami étranger » de Kamel Daoud qui n’était pas destinée aux universitaires. Pour sa part, Jocelyne Dakhlia estimait dans un texte paru dans Le Monde que « les réactions hystériques et complètement disproportionnées suscitées par notre critique de Kamel Daoud ne peuvent s’expliquer que par le contexte politique post-attentats et le besoin frénétique de s’unir autour d’une figure de la résistance » 49. L’historienne attirait l’attention sur les harcèlements sexuels dont étaient victimes les migrantes dans les camps de migrants et estimaient que les jeunes musulmans « ne se reconnaissaient pas nécessairement dans ce portrait de frustrés sexuels [que Kamel Daoud] trace d’eux ». Dans un article pour le site du journal libertaire Article 11, Thomas Serres se livra à une critique ironique du « complexe charlisto-laïcard » 50 dont Kamel Daoud serait le nouveau héraut. Le politiste justifia l’usage de la notion d’islamophobie – désignant pour lui le racisme à l’encontre de ceux « qui pratiquent l’islam ou sont assimilés à des musulmans » – et défendit ses options théoriques : « cette tartuferie nous renvoie à la difficulté de parler de race et de postcolonialité en France, à l’heure où ces deux notions devraient au contraire occuper une place importante dans le débat public ». Dans un billet publié sur le blog du World Policy Institute, Muriam Haleh Davis revint également sur la justification du terme islamophobie : « a-t-on le droit – aux États-Unis ou en France – de parler d’islamophobie ? […] Ce mot décrit une réalité contemporaine : la discrimination contre les musulmans. C’est justement l’objet du débat, mais interdire ce terme contribuerait difficilement à résoudre le problème » 51. L’historienne rapporta que les signataires de la tribune reçurent de nombreux courriels les accusant d’être staliniens ou islamistes.

  • 52 Amira Soltane, « La stratégie audiovisuelle de Kamel Daoud », L’Expression, 22 décembre 2014.
  • 53 Entretien avec Samira Hadj Amar, « Le romancier et journaliste Kamel Daoud : "J’arrête le journalis (...)
  • 54 Kamel Daoud, « Mes petites guerres de libération », Le Quotidien d’Oran, 2 mars 2016.
  • 55 Eugénie Bastié, « Le "Printemps républicain" veut remettre la laïcité au cœur de la gauche », Le Fi (...)
  • 56 « Kamel Daoud reçoit le prix Jean-Luc Lagardère du "journaliste de l’année" », Le Point, 14 avril 2 (...)

21Notons que toutes ces réponses individuelles furent publiées sur des supports « nationaux » accompagnant le reflux de la controverse, sans plus alimenter de trouble sur la légitimité nationale des contributeurs ni centrer la discussion sur le sort des réfugiés mais en la focalisant plutôt sur l’opportunité de parler d’islamophobie. Pour sa part, Kamel Daoud opéra un repli national similaire – ce qu’il avait déjà effectué lors de la première « affaire » 52 – en expliquant dans le champ médiatique algérien sa décision d’arrêter le journalisme 53, d’abord par un entretien au quotidien privé Le Temps d’Algérie puis à travers une chronique pour le Quotidien d’Oran en précisant que sa décision était prise avant le déclenchement de la polémique pour éviter un malentendu supplémentaire 54. On le retrouvera toutefois au programme de la journée de lancement du Printemps républicain à Paris où il devait intervenir à travers un message vidéo 55, avant de recevoir le prix Jean-Luc Lagardère du journaliste de l’année en présence de Laurent Joffrin, directeur de la rédaction de Libération et de Manuel Valls qui lui renouvela son soutien 56.

Une extraversion génératrice de malentendus

22Génératrice de puissants malentendus, la fulgurante extraversion du chroniqueur établi à Oran – loin de la capitale par laquelle les visiteurs transitent avec plus de facilité – doit beaucoup à l’ignorance du contexte algérien dans lequel Kamel Daoud a progressivement construit sa notoriété ainsi qu’aux calculs approximatifs de ses contempteurs ou de ses soutiens les plus récents. Le franchissement des frontières nationales – dont on a vu la résilience – est sans doute à ce prix, tant pour les individus que pour les idées qu’ils portent. Pour éviter les procès en « nationalisme » ou en « collaboration », particulièrement fréquents sur la rive Sud de la Méditerranée mais pas moins absents au Nord, il convient de penser « le caractère inégal et asymétrique » de la relation de l’Afrique à l’Europe en considérant les stratégies d’extraversion des acteurs africains (Bayart, 1999). Cela passe par la prise au sérieux des enjeux proprement nationaux voire binationaux (Labat, 2010). Dans le même temps, si les critiques de l’orientalisme apparaissent légitimes, celles-ci doivent s’accompagner d’un rejet de l’« orientalisme à rebours » (Al-Azm, 1981) qui constitue une forme plus pernicieuse de l’essentialisme dans le monde arabo-musulman et qui s’accorde plus facilement avec les nationalismes post-coloniaux. En effet, si cette « affaire » a rappelé la centralité de la question algérienne en France, ainsi que le montre l’historien américain Todd Shepard (2017), la virulence des débats ne s’explique pas uniquement par le contexte post-attentats mais doit être mise en regard avec d’autres controverses qui ont fracturé différentes familles politiques et intellectuelles en France au sujet de l’Algérie : par exemple durant la guerre civile algérienne, entre « réconciliateurs » partisans d’une solution politique avec les islamistes et « éradicateurs » favorables à un règlement sécuritaire du conflit ou encore durant la révolution anticoloniale qui a divisé le microcosme anticolonialiste entre soutiens du Front de libération nationale et ceux du Mouvement national algérien (Sidi Moussa, 2012).

  • 57 Jacques-Marie Bourget, « Kamel Daoud, le vrai disciple de BHL », Mondafrique, 24 mai 2016.
  • 58 Kamel Daoud, « Pourquoi je porte plainte contre Rachid Boudjedra », Jeune Afrique, 9 octobre 2017.

23Les derniers soubresauts de cette « affaire » franco-algérienne à l’écho mondial ont été matérialisés par la publication de trois ouvrages par les éditions Frantz Fanon basées à Tizi-Ouzou. Le premier essai d’un auteur algérien installé au Canada (Bensaada, 2016) est préfacé par le journaliste français Jacques-Marie Bourget qui en donne la teneur résolument hostile au romancier : « Dans cette guerre faite aux Arabes et Musulmans, où à la tourelle son char à pédales BHL se rêve en Patton, un nommé Kamel Daoud va être recyclé par les élites de Paris qui en fait une tête de gondole » 57. Le second ouvrage (Laouari, 2017), chez le même éditeur, critiqua pour sa part un « certain eurocentrisme hégémonique » ainsi que « la fausse générosité et le paternalisme » du collectif des dix-neuf universitaires. Toujours chez Frantz Fanon, un pamphlet rédigé par un célèbre romancier (Boudjedra, 2017) voit en Kamel Daoud un représentant du « révisionnisme » néocolonial à l’œuvre en Algérie et l’accuse même d’avoir été un « très jeune membre » des Groupes islamiques armés, ce qui l’a conduit à porter plainte pour diffamation 58. Pour notre part, nous considérons que l’œuvre de Kamel Daoud s’inscrit dans une certaine tradition de la critique sociale et de la satire politique, à la manière des écrits de l’indépendantiste libéral Ahmed Khelil, natif de Ouargla, directeur du bulletin Le Saharien édité au début des années 1950 et dans lequel la situation de la femme était dénoncée, l’égoïsme de l’élite indigène critiqué, l’hypocrisie durant le mois de Ramadan raillée et le mariage mixte défendu. Autant d’éléments qui ont suscité de vifs commentaires chez ses compatriotes. Plus près de nous, on retrouve une audace similaire mais avec un contenu politique différent – le souffle est alors libertaire – dans les textes de Mezioud Ouldamer (1985), Mohamed Kacimi (1987), Amar Yaïche (2005) ou Sarah Haidar (2016).

  • 59 Kamel Daoud, « Le postcolonial m’étouffe », Le Point, 19 octobre 2017.

24Progressivement reléguée au profit d’autres débats sur l’islamisme, la religion musulmane ou l’islamophobie, la problématique de l’accueil des réfugiés ressurgit au détour d’une chronique récente de Kamel Daoud qui exprima son agacement pour le postcolonial et précisa : « Je ne fais pas le procès de l’accueil, mais celui des raisons de départ et des fuites, des exils. Ce n’est pas : pourquoi je suis mal accueilli, mais aussi : pourquoi je pars, je quitte ? » 59. Cette interrogation fut publiée dans Le Point qui, dans son édition du 16 novembre 2017, présenta l’Algérie comme « le pays le plus mystérieux au monde ».

Haut de page

Bibliographie

Al-Azm S. J. (1981), « Orientalism and orientalism in reverse », Khamsin. Journal of Revolutionnary Socialists of the Middle East, n° 8, pp. 5-26.

Bachi S. (2013), Le Dernier été d’un jeune homme, Paris, Éditions Gallimard.

Bayart J.-F. (1999), « L’Afrique dans le monde : une histoire d’extraversion », Critique internationale, n° 5, pp. 97-120.

Benmiloud Y. (1998), Comme il a dit lui, Paris, Éditions J.-C. Lattès.

Bensaada A. (2016), Kamel Daoud : Cologne, contre-enquête, Tizi-Ouzou, Éditions Frantz Fanon.

Bentounsi I. A. (2015), « L’emprunt à l’arabe dans la chronique "Pousse avec eux" du quotidien Le Soir d’Algérie », Expressions, n° 1, pp. 22-35.

Bonnaire A.-C. (2017), « Pegida, AfD : les discours de peur en Allemagne », Hermès. La revue, n° 77, pp. 87-91.

Boudjedra R. (2017), Les Contrebandiers de l’histoire, Tizi-Ouzou, Éditions Frantz Fanon.

Bourdieu P. (2005), « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 145, pp. 3-8.

Bourseiller C. (2001), « Récupération à tous les étages. L’Internationale situationniste, Guy Debord et l’extrême droite », Archives & documents situationnistes, n° 1, pp. 61-78.

Brahimi El Mili N. (2017), France-Algérie : 50 ans d’histoires secrètes. Tome 1 (1962-1992), Paris, Éditions Fayard.

Brazzoduro A. (2017), « Koln Concert. Retour sur un "cohérent délire" postcolonial », Hommes & migrations, n° 1316, pp. 59-67.

Camus A. (1942), L’Étranger, Paris, Éditions Gallimard.

Charaudeau P. (2016), Le Débat public. Entre controverse et polémique. Enjeu de vérité, enjeu de pouvoir, Limoges, Éditions Lambert-Lucas.

Cingolani P. (2011), « Naissance de Tumultes », Tumultes, n° 37, pp. 19-22.

Dakhlia J. (2017), « L’Algérie à Cologne : un emballement français », Vacarme, n° 80, pp. 13-29.

Daoud K. (2002), Raïna Raïkoum, Oran, Éditions Dar El Gharb.

Daoud K. (2003), La Fable du Nain, Oran, Éditions Dar El Gharb.

Daoud K. (2005), Ô Pharaon, Oran, Éditions Dar El Gharb.

Daoud K. (2008), La Préface du nègre, Alger, Éditions Barzakh.

Daoud K. (2011), Le Minotaure 504, Paris, Éditions Sabine Wespieser.

Daoud K. (2013), Meursault, contre-enquête, Alger, Éditions Barzakh.

Daoud K. (2014), Meursault, contre-enquête, Arles, Éditions Actes Sud.

Daoud K. (2015), The Meursault Investigation, New York, Other Press.

Daoud K. (2017), Mes indépendances. Chroniques 2010-2016, Arles, Éditions Actes Sud.

Debois C. & M.-C. Tabet (2015), Paris-Alger. Une histoire passionnelle, Paris, Éditions Stock.

Grine H. (2011), Camus dans le narguilé, Paris, Éditions Après la lune.

Frigoli G. & G. Ivaldi (2017), « L’extrême droite et l’islam : fractures idéologiques et stratégies électorales », Hommes & migrations, n° 1316, pp. 27-34.

Haidar S. (2016), La Morsure du coquelicot, Alger, APIC Éditions .

Harchi K. (2016), Je n’ai qu’une Langue, ce n’est pas la mienne. Des écrivains à l’épreuve, Paris, Éditions Pauvert.

Hassani R. A. (2016), « Les figures de style : outil daoudien dans la chronique journalistique Raïna Raïkoum du Quotidien d’Oran », Majallat al-Turath, n° 22, pp. 228-238.

Kacimi M. (1987), Le Mouchoir, Paris, Éditions L’Harmattan.

Labat S. (2010), La France réinventée. Les nouveaux bi-nationaux franco-algériens. Une identité transmémorielle, Paris, Éditions Publisud.

Laouari B. (2017), Kamel Daoud, esquisse d’un phénomène postcolonial algérien, Tizi-Ouzou, Éditions Frantz Fanon.

Lemieux C. (2007), « À quoi sert l’analyse des controverses ? », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, n° 25, pp. 191-212.

Ouldamer M. (1985), Offense à président, Paris, Éditions Gérard Lebovici.

Said E. W. (2005), L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, Éditions du Seuil.

Semiane S. A. (2005), Au Refuge des balles perdues. Chroniques des deux Algérie, Paris, Éditions La Découverte.

Shepard T. (2017), Mâle décolonisation. L’« homme arabe » et la France, de l’indépendance algérienne à la révolution iranienne (1962-1979), Paris, Éditions Payot & Rivages.

Sidi Moussa N. (2012), « Face à la guerre d’Algérie : transactions anticoloniales et reconfigurations dans la gauche française », Diacronie. Studi di Storia Contemporanea, n° 9, pp. 1-27.

Sidi Moussa N. (2014), « Algérie : entre mesures et mesure. À l’écoute du changement sur une radio étatique », dans Oualdi M., Pagès-El Karoui D. & C. Verdeil (dir.), Les Ondes de choc des révolutions arabes, Beyrouth, Presses de l’Ifpo, pp. 163-180.

Stora B. (2004), Messali Hadj : 1898-1874, Paris, Éditions Hachette Littératures.

Wihtol de Wenden C. (2016), « L’Europe et la crise des réfugiés », Études, n° 4225, pp. 7-16.

Yaïche A. (2005), Dansons sur les cadavres, Montreuil, Éditions L’Insomniaque.

Haut de page

Notes

1 Jean-Luc Nancy, « Salut à Kamel Daoud », Libération, 10 mars 2016.

2 Cécile Boutelet, « Agressions du Nouvel an : à Cologne, "ce ne sera plus jamais comme avant" », Le Monde, 13 janvier 2016.

3 Kamel Daoud, « Cologne, lieu de fantasmes », Le Monde, 31 janvier 2016.

4 Noureddine Amara, Joel Beinin, Houda Ben Hamouda, Benoît Challiand, Jocelyne Dakhlia, Sonia Dayan-Herzbrun, Muriam Haleh Davis, Giulia Fabbiano, Darcie Fontaine, David Theo Goldberg, Ghassan Hage, Laleh Khalili, Tristan Leperlier, Nadia Marzouki, Pascal Ménoret, Stéphanie Pouessel, Elizabeth Shakman Hurd, Thomas Serres, Seif Soudani, « Nuit de Cologne : "Kamel Daoud recycle les clichés orientalistes les plus éculés" », Le Monde, 11 février 2016.

5 Kamel Daoud, « Le dilemme qui a fait blanchir la barbe de Messali », Le Quotidien d’Oran, 24 janvier 2011 ; « Messali Hadj, 22 ans, élément subversif pro-kabyle », Le Quotidien d’Oran, 2 juin 2011.

6 Kamel Daoud, « À quoi sert un printemps "arabe" ? », Le Quotidien d’Oran, 22 septembre 2012.

7 Kamel Daoud, « En quoi les musulmans sont-ils utiles à l’humanité ? », Algérie Focus, 23 septembre 2012.

8 Kamel Daoud, « Ce pourquoi je ne suis pas "solidaire" de la Palestine », Le Quotidien d’Oran, 12 juillet 2014.

9 Rachid Ziani-Cherif, « Voilà pourquoi je ne suis pas Charlie », Le Quotidien d’Algérie, 9 janvier 2015.

10 Rachid Ziani-Cherif, « L’aura de Sifaoui et Chalgoumi donnent le tournis à Kamel Daoud », Le Quotidien d’Algérie, 20 juillet 2014.

11 Amir Akef, « Un salafiste algérien émet une "fatwa" contre Kamel Daoud », Le Monde, 17 décembre 2014.

12 « Biyouna, pas facile d’être une femme libérée ! », Slate Afrique, 17 janvier 2012 ; Noureddine Khelassi, « Biyouna, ya Biyouna ! », La Tribune, 29 février 2012.

13 François Menia, « Algérie : des artistes en quête de sécurité après la fatwa contre Kamel Daoud », Le Figaro, 22 décembre 2014.

14 Mohammed Aïssaoui, « Fatwa sur Kamel Daoud : des pétitions pour soutenir le romancier », Le Figaro, 18 décembre 2014.

15 Mohamed Sifaoui, « Politiques, journalistes et intellectuels se mobilisent en faveur de Kamel Daoud, condamné à mort par un islamiste algérien », Le Huffington Post, 18 décembre 2014.

16 Djamel Zerrouk, « Le lobby sioniste français parraine une pétition en faveur de Kamel Daoud pour fragiliser l’Algérie », Algérie patriotique, 21 décembre 2014.

17 Rachid Ziani-Cherif, « Kamel Daoud/Abdelfatah Hamadache, duo pyromane pour un tango ravageur », Le Quotidien d’Algérie, 30 juin 2015.

18 Mohammed Yefsah, « Pourquoi je ne suis pas solidaire de Kamel Daoud ? », Palestine Solidarité, 23 décembre 2014.

19 Caroline Alamachère, « Kamel Daoud mérite mieux qu’une pétition de la clique BHL-Sopo-Fourest… », Riposte laïque, 20 décembre 2014.

20 Françoise Dargent, « Kamel Daoud, Goncourt du premier roman », Le Figaro, 5 mai 2015.

21 Adam Shatz, “Stranger Still. Kamel Daoud and Algeria, caught between Islamist fervor and cultural flowering”, The New York Times Magazine, April 1, 2015 ; Robert Zaretsky interviews Kamel Daoud, “Insolence, Exile, and the Kingdom”, Los Angeles Review of Books, June 9, 2015.

22 Kamel Daoud, “Musa”, The New Yorker, April 6, 2015 ; “Camus, rebellion and the Arab spring”, The Financial Times, May 29, 2015 ; “The Paris Attacks: What to Say? What to Think? What to do?”, The Nation, November 17, 2015 ; « L’Arabie Saoudite, un Daesh qui a réussi », The New York Times, November 20, 2015 ; « Daesh en guerre contre Noël » , The New York Times, January 1, 2016.

23 « "L’Arabie Saoudite n’est rien d’autre qu’un Daesh qui a réussi", dit Éric Zemmour », RTL, 21 mai 2015.

24 Roy Greenslade, « Saudi Arabia (white Daesh) is the father of Isis, says writer », The Guardian, 25 november 2015 ; Adam Taylor, « What Saudi Arabia is (and isn’t) doing in the fight against the Islamic State », The Washington Post, November 25, 2015.

25 Kamel Daoud, « Colonia. Il corpo delle donne e il desiderio di libertà di quegli uomini sradicati dalla loro terra », La Reppublica, 10 gennaio 2016 ; « Viol et fantasmes sur "Europe" », L’Hebdo, 14 janvier 2016.

26 Kamel Daoud, « La "Colognisation" du monde », Le Quotidien d’Oran, 18 janvier 2016.

27 Kamel Daoud, « La "Colognisation" du monde », Tunisie Focus, 18 janvier 2016 et La Cause littéraire, 27 janvier 2016 ; « Le piège de la "colognisation" », Le Point, 29 janvier 2016.

28 Djamila Bouhired, « À Monsieur le Président d’une Algérie que j’ai voulue indépendante », El Watan, 13 décembre 2009 ; Mustapha Benfodil, « Djamila, la femme-légende qui refuse d’être rangée dans un musée… Les non-dits et les messages codés de l’affaire Bouhired », El Watan, 17 décembre 2009.

29 Kamel Daoud, « Djamila ou comment nourrir un symbole avec du symbolique », Le Quotidien d’Oran, 14 décembre 2009.

30 Awatef Kabour, Les effets littéraires dans « Raina Raikoum » de Kamel Daoud (chroniqueur au Quotidien d’Oran), Université Hadj Lakhdar, Batna, 2008 ; Saïda Youcefi, Les chroniques dans la presse algérienne d’expression française : analyse de la créativité lexicale. Cas de « Raïna Raïkoum » et « Tranche de Vie » dans le Quotidien d’Oran, Université Kasdi Merbah, Ouargla, 2009 ; Amar Naït Messaoud, « Université de Médéa : Soutenance de master sur l’œuvre de Kamel Daoud », Impact24.info, 21 juin 2015 ; Souhila Benaouda, Pour une approche intertextuelle et paratextuelle de Meursault, contre-enquête de Kamel Daoud : l’onomastique en question, Université Kasdi Merbah, Ouargla, 2016.

31 « Kamel Daoud et les "fantasmes" de Cologne, retour sur une polémique », Le Monde, 20 février 2016.

32 Kamel Daoud, « La misère sexuelle du monde arabe », The New York Times, February 12, 2016.

33 Kamel Daoud, « Le procès permanent du "je" par le "nous" », Le Quotidien d’Oran, 8 février 2016.

34 Kamel Daoud, « Lettre à un ami étranger », Le Quotidien d’Oran, 15 février 2016.

35 Adam Shatz, « Cher Kamel », Le Quotidien d’Oran, 18 février 2016.

36 Jean Daniel, « Mieux vivre avec l’islam ! », L’Obs, 17 février 2016.

37 Rokhaya Diallo, « Après Cologne, interroger les sources de la violence sexuelle », Libération, 24 février 2016.

38 Hacen Ouali, « Les nouveaux procureurs de la pensée… ? Kamel Daoud au centre d’une polémique », El Watan, 22 février 2016 ; Youssef Zirem, « Kamel Daoud, la France et l’Algérie », Le Matin, 24 février 2016 ; Karim Akouche, « Kamel Daoud ne hait pas les islamistes, il les combat », Marianne, 26 février 2016.

39 Ahmed Cheniki, « Kamel Daoud, l’affaire de Cologne et le sexe indiscipliné des Nord-Africains », Liberté, 22 février 2016 ; « À propos d’un article d’El Watan sur la polémique autour de Kamel Daoud », Le Matin, 24 février 2016 ; « La polémique Kamel Daoud ou le malentendu », Le Matin, 12 mars 2016.

40 Mohamed Mbougar Sarr, « Kamel Daoud victime de l’arrogance des universitaires », Courrier international, 25 février 2016.

41 Samar Kaukab, Kamel Daoud and the sexual misery of the Arab world: Y’all haters corny with that orientalist mess”, altMuslimah, February 14, 2016.

42 Manuel Valls, « Soutenons Kamel Daoud ! », Facebook, 2 mars 2016.

43 Hadjer Guenanfa, « Le soutien et les conseils de Sellal à Kamel Daoud », Tout sur l’Algérie, 9 mars 2016.

44 Yohan Blavignat, « Déchéance de nationalité : un abandon en six actes », Le Figaro, 30 mars 2016.

45 Kamel Daoud, « La bi-exclusion mondiale », Le Quotidien d’Oran, 2 février 2016.

46 Gilles Hertzog, « L’écrivain Kamel Daoud visé par une fatwa », La Règle du Jeu, 18 décembre 2014.

47 Adlène Meddi, « Le cas Kamel Daoud, contre-enquête », Middle East Eye, 9 mars 2016 ; Paul Berman and Michael Walzer, “The Daoud Affair”, Tablet, March 21, 2016.

48 Nourredine Amara, « Oran, poste restante : du lieu commun et de quelques faux amis. Lettre à Kamel Daoud », Reporters, 21 février 2016.

49 Jocelyne Dakhlia, « "S’enfermer dans l’idée d’un choc des cultures", c’est la vraie défaite du débat », Le Monde, 1er mars 2016.

50 Thomas Serres, « Autopsie d’une défaite et notes de combat pour la prochaine fois », Article 11, 2 mars 2016.

51  Muriam Haleh Davis, The "Daoud Affair" sparks debate”, World Policy blog, March 7, 2016.

52 Amira Soltane, « La stratégie audiovisuelle de Kamel Daoud », L’Expression, 22 décembre 2014.

53 Entretien avec Samira Hadj Amar, « Le romancier et journaliste Kamel Daoud : "J’arrête le journalisme sous peu" », Le Temps d’Algérie, 17 février 2016.

54 Kamel Daoud, « Mes petites guerres de libération », Le Quotidien d’Oran, 2 mars 2016.

55 Eugénie Bastié, « Le "Printemps républicain" veut remettre la laïcité au cœur de la gauche », Le Figaro, 21 mars 2016.

56 « Kamel Daoud reçoit le prix Jean-Luc Lagardère du "journaliste de l’année" », Le Point, 14 avril 2016.

57 Jacques-Marie Bourget, « Kamel Daoud, le vrai disciple de BHL », Mondafrique, 24 mai 2016.

58 Kamel Daoud, « Pourquoi je porte plainte contre Rachid Boudjedra », Jeune Afrique, 9 octobre 2017.

59 Kamel Daoud, « Le postcolonial m’étouffe », Le Point, 19 octobre 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nedjib Sidi Moussa, « De la problématique de l’accueil des réfugiés à son éviction », SociologieS [En ligne], Dossiers, HospitalitéS. L’urgence politique et l’appauvrissement des concepts, mis en ligne le 13 mars 2018, consulté le 18 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/6877

Haut de page

Auteur

Nedjib Sidi Moussa

Docteur en science politique et associé au Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP), Paris (France) - ndsm82@hotmail.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page