Navigation – Plan du site
HospitalitéS. L’urgence politique et l’appauvrissement des concepts

Le pain merveilleux de l'hospitalité

Malentendus éclairant les constructions du commun 1
The "wonderbread" of hospitality. Misunderstandings about the construction of commonality
Laurent Thévenot et Nina Kareva

Résumés

Afin d'éclairer les malentendus qui peuvent conduire à des diagnostics d'inégale « ouverture » ou « fermeture » des sociétés, cet article propose une exploitation secondaire d'une enquête menée par Nina Kareva sur l'hospitalité de Russes reçus à l'étranger ainsi que d'étrangers accueillis en Russie. Ces expériences et leurs déconvenues sont souvent renvoyées au relativisme des coutumes. Notre perspective est différente. De même que Nina Kareva a dégagé des traits structurels et asymétriques des engagements réciproques de la personne qui accueille et de celle qui reçoit, nous mettons en rapport l'épreuve d'hospitalité avec des constructions structurelles de communautés politiques, des grammaires du commun au pluriel que plusieurs programmes internationaux de recherche comparative nous ont aidés à identifier. Nous en tirons des éclairages pour l'analyse de la « petite histoire » d'un Russe reçu aux États-Unis dans les années 1980 ainsi que des réactions qu'elle suscite auprès d'un public international de sociologues, avant d'en tirer quelques enseignements sur la "grande Histoire" récente.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La première version de ce travail a été publiée en russe (Thévenot & Kareva, 2009) dans le numéro a (...)
  • 2 Les modèles sont multiples dans chaque pays et ne doivent pas être confondus avec des communautés o (...)

1Afin d’éclairer les malentendus que peuvent susciter des diagnostics d’inégale « ouverture » ou « fermeture » des sociétés, cet article prend appui sur une petite histoire d’hospitalité recueillie auprès d’un Russe reçu aux États-Unis dans les années 1980 (partie 1). Elle provient d’une recherche menée par Nina Kareva sur les engagements réciproques de l’hospitalité et de son enquête auprès de Russes reçus à l’étranger ainsi que d’étrangers accueillis en Russie (Kareva, 2005, 2017). Les expériences d’hospitalité et leurs déconvenues sont souvent renvoyées à une diversité de coutumes. Notre perspective est différente. De même que Nina Kareva a dégagé des traits structurels et asymétriques des engagements réciproques de la personne qui accueille et de celle qui reçoit, nous cherchons ici à mettre en rapport l’expérience d’hospitalité avec des constructions structurelles de communautés politiques, des grammaires du commun au pluriel que plusieurs programmes internationaux de recherche comparative nous ont aidés à identifier 2. Introduites ici, ces grammaires contribuent à l’analyse de la petite histoire (partie 2), avant de suggérer en conclusion quelques éclairages sur la grande Histoire.

  • 3 Le programme réunissant des chercheurs de Russie et de France, seniors et doctorants, était animé p (...)
  • 4 Joan Stavo-Debauge a pris part aux premières réunions du programme franco-russe et fait ainsi bénéf (...)
  • 5 Dans le cadre du programme franco-russe, Nina Kareva a pris comme objet de recherche l’hospitalité (...)

2Après un premier programme collectif franco-américain consacré aux répertoires d’évaluation légitimes en public (Lamont & Thévenot, 2000), un deuxième programme, franco-russe, a porté sur l’architecture des niveaux variés de relations aux autres et au monde, sans en rester aux espaces publics : « Des liens du proche aux lieux du public » 3. L’expérience de l’étranger apporte une lumière remarquable sur la construction des communautés, ainsi que l'a démontré Joan Stavo-Debauge dans son magistral travail de thèse Venir à la communauté. Une sociologie de l’hospitalité et de l’appartenance (Stavo-Debauge, 2009, 2013, 2014), en examinant les conditions de venue de l’étranger à la communauté, de part et d’autre 4. Par définition le plus éloigné du commun, l’étranger est amené au plus près d’un « chez soi » dans l’hospitalité à domicile, celle qu’a étudiée Nina Kareva 5. Dans son cheminement en personne, il nous aide à appréhender la rencontre entre des constructions différentes du commun. Il permet de rapporter certains malentendus de l’hospitalité, ainsi que les appréciations et les réactions qui s’en suivent en termes d’ouverture et de fermeture, à des différences de composition du commun au pluriel.

Petite histoire d'hospitalité vécue par un Russe en Amérique : conjectures sur son appréciation

3« Nous partons en pique-nique à la campagne. Et ils [les collègues américains] arrêtent l’auto au supermarché pour des achats. Au moment où l’un d’eux sort faire les courses, un autre lui crie : "Prends un paquet de pain en tranches puisque nous avons aujourd’hui avec nous 'l’oncle' Andreï !" ». Ainsi commence la présentation d’une expérience d’hospitalité par Andreï, qui venait régulièrement d’URSS aux États-Unis dans les années 1980, afin d’y rencontrer des collègues physiciens américains. Le narrateur formule ensuite son appréciation de ce « moment caractéristique ». Le récit complet de l’épisode suivi de son analyse, lors de conférences dans lesquelles la recherche en cours sur les constructions de communauté était présentée, nous a donné l’idée d’en modifier l’exposé. Pourquoi ne pas interrompre la narration au terme de la présentation précédente du scénario et interroger alors le public en lui demandant de deviner quelle fut l’appréciation du narrateur russe ? C’est ce qui est ici proposé aussi au lecteur, lui suggérant d’interrompre sa lecture un instant pour imaginer cette réaction : que pense Andreï de l’hospitalité qu’il reçoit en Amérique ?

*

4Passé le temps de l’imagination, le lecteur restera encore un temps avant de connaître la réponse, qui n’est au demeurant pas le fin mot de l’histoire. Considérons auparavant les réponses apportées par différents publics de sociologues et anthropologues, recueillies au cours de conférences données par l’un d’entre nous aux États-Unis (Californie), Russie et Brésil.

Conjectures de sociologues aux États-Unis (Californie)

5Commençons par les réponses apportées par des sociologues américains bien connus, interrogés lors de conférences données en Californie.

- A1. « Andreï est offensé parce que les Américains ont visiblement payé à sa place le pain qu’il va manger. Il devrait participer [he should participate] ».
- A2. « Il est gêné parce que le pain offert va le contraindre à rendre, à offrir quelque chose en retour [it obligates him to reciprocate] ».
- A3. « Il est mécontent parce qu’on ne lui a pas demandé ce qu’il voulait, s’il voulait du pain, des légumes ou des fruits. Peut-être qu’il n’aime pas le pain ».
- A4a. « Il se sent satisfait d’être bien accepté. Il y avait déjà assez de pain mais ils en ont acheté en supplément pour me montrer que j’étais un individu. "Ils s’efforcent de me distinguer, ils ont fait grand cas de moi [they made a big deal of me]" ».

6Dans une variante :

- A4b. « Andreï pense : "Ils sont si hospitaliers… mais leur pain est bien mauvais !" ». La sociologue proposant cette réponse dit avoir en tête le pack standard de pain en tranche, caoutchouteux et ordinaire, qui a pris comme nom commun celui de sa marque initiale de fabrique « Wonder Bread » : littéralement, le pain merveilleux…

7Nous reviendrons dans la deuxième partie sur la cohérence de ce premier ensemble de réponses au regard d’une grammaire libérale du commun, ainsi que de la grandeur marchande impliquée dans la réponse A1 (Boltanski & Thévenot, 1991), une grandeur fréquemment associée à la composition d’un public libéral. Notons dès maintenant que ces réponses manifestent un souci de participation au commun en tant qu’individu autonome (A1, A4a), une participation qui passe par le choix et la manifestation publique d’une préférence (A3) et qui est inquiétée par toute dépendance – ne serait-ce que par un don reçu – susceptible de nuire à cette autonomie (A2).

8Une toute autre conjecture est énoncée par un seul membre de l’auditoire, s'exprimant après tous les autres. Elle s'écarte radicalement des précédentes pour envisager la célébration festive de la venue de l’étranger :

9- A5. « Andreï est bien déçu. Il aurait préféré de la bière dans une fête qui aurait duré plus longtemps [he would rather have some beer for a longer party] ».

10Enfin, deux autres conjectures diffèrent encore des précédentes :

11- A6. « Andreï pense, mécontent : "C’est ainsi qu’ils traitent le reste du monde!" ».

12- A7. « Andreï imagine que les Américains pensent : "Les Russes mangent du pain" ».

13Proposées par une seule et même sociologue, l’une exprime le plus vigoureusement la déception amère que peut ressentir Andreï devant ce qu’il considère comme un mépris de la part des Américains, l’autre évoque de manière moins dramatique les préjugés de ces derniers à l’égard des mœurs russes. Cette dernière conjecture suppose l’opinion préconçue d’Américains qui tiendraient les Russes pour des mangeurs de pain. Une telle opinion préconçue peut se rabattre sur le précédent préjugé méprisant, avec le sous-entendu que les Russes n’ont que du pain à se mettre sous la dent. Mais il peut aussi relever d’une simple croyance des Américains quant aux coutumes et habitudes alimentaires des Russes.

Conjectures d’anthropologues et sociologues au Brésil (Rio et Brasilia)

  • 6 L’anthropologie brésilienne a pris une ampleur considérable et couvre de fait tous les domaines cou (...)

14Continuons notre examen des réponses recueillies, cette fois auprès de chercheurs brésiliens, anthropologues et sociologues pour la plupart, au cours de conférences données à Rio et Brasilia 6. Commençons par un économiste ayant fait ses études aux États-Unis :

15- B1. « Andreï pense qu’il devrait payer lui-même son pain ».

16Un sociologue propose une interprétation voisine : « Le Russe a pu penser que chacun aurait dû avoir son pain à lui tout seul, chacun aurait dû l’acheter au supermarché ».

17- B2a. « Andreï est gêné de voir que le groupe ne le reçoit pas spontanément, mais ajoute un pain en plus comme si Andreï était lui-même "en plus" ».

18Deux autres interprétations sont voisines :

19- B2b. « Il pense qu’il dérange parce qu'ils manquaient de nourriture ; il est gêné ».

20- B2c. « Il est gêné et se dit : "Pourquoi ils ne se sont pas débrouillés pour avoir un pain en plus sans me le faire sentir ?" ».

21Autre interprétation d’un mécontentement :

22- B3a. « Andreï pense : "ils ne m'ont pas demandé si j’aime le pain blanc, peut-être que je préfère autre chose… peut-être du caviar !" »

23- B3b. « Il est furieux : "bandes de crétins, je déteste le pain blanc !" ».

24Autre conjecture plus complexe :

25- B4. « Andreï : "ils pensent que je vais aimer manger la même chose qu’eux, comme si j’étais intégré…" ».

26Une conjecture encore différente est exposée par plusieurs chercheurs avec quelques variations :

27- B5a. « Andreï pense que les Américains sont avares, ils ne lui donnent que du pain ».

28- B5b. « Ici au Brésil, on fait plus, on doit avoir à manger pour celui qui viendrait, on aurait dû prévoir, prévoir plus, pour rassasier… ».

29Enfin sont exprimées des variations d’une autre conjecture :

30- B6a. « Andreï : "ils pensent que j'ai pas assez mangé avant de venir ici, dans mon pays, que je n’ai pas même de pain à manger : ils sont méchants les Américains !" ».

31- B6b. « Andreï : "Les Américains pensent que je vais profiter de l’occasion pour manger du pain blanc !" ».

32Ajoutons qu'un anthropologue brésilien connu pour ses travaux comparatistes s’écarte de la réponse à la question posée (la réaction d'Andreï) pour énoncer un commentaire plus général. Il exprime alors un savoir professionnel sur les différences culturelles quant à l’ouverture à l'étranger :

33- B8. « Je pense que, au Québec, ils sont ouverts à l’étranger [plus que ces Américains] et ils fêtent plus, comme au Brésil ».

34Comparons cette liste de réponses avec celle des sociologues américains, la numérotation adoptée faisant ressortir les correspondances (cf. tableau 1) : B1 se confond avec A1, B3 avec A3, B5 avec A5, B6 avec A6. Il y a cependant des nuances significatives entre B2a, b, c et A2, ainsi qu’entre B3a, b et A3, quoique ces interprétations puissent paraître voisines à première vue. Nous avons noté que A2 témoignait de l’inquiétude devant une menace qui pèserait sur l’autonomie individuelle à la suite d’un don instaurant une dépendance. B2a, b et c expriment aussi une gêne devant les mesures prises pour recevoir Andreï, mais sans se référer pour autant à une autonomie individuelle menacée. Le reproche est orienté dans une direction sensiblement différente. Il vise un manque d’égard pour Andreï à qui on fait sentir qu’il est en plus, sinon de trop, qu’il dérange, au lieu de l’intégrer dans le repas en commun, dans la compagnie au sens littéral du pain partagé. B3a et b paraissent très similaires à A3 en exprimant le mécontentement qu’on n’ait pas demandé à l’invité ce qu’il aimait. Toutefois B3a laisse entendre, par la suggestion du caviar, qu’Andreï pouvait s’attendre à une toute autre party, beaucoup plus festive, se rapprochant ainsi de A5. Et B3b exprime un mécontentement si vif, marqué par l’injure « bandes de crétins ! », qu'il s’écarte significativement d'une question de préférences individuelles exposées civilement dans un public libéral. B4 rejoint A4a et b sur la question explicite de l’acceptation de l’hôte dans la communauté : « bien accepté » (A4a, b) ; « ils pensent [à tort] que je suis intégré » (B4). Mais B4 se réfère à la construction d’une communauté par intégration aux coutumes partagées (« manger la même chose qu'ils mangent ») alors que A4b précise que la bonne acceptation de l’étranger s'inscrit dans une construction de communauté qui le « distingue comme individu », selon une grammaire libérale.

Tableau 1. Conjectures de sociologues sur la réaction d'Andreï

Américains

Brésiliens

Russes

A1 Offensé parce qu’il n'a pas payé son pain

B1 Il devrait payer lui-même son pain

A2 Gêné parce qu’il devra rendre quelque chose en retour (du pain donné)

B2a Gêné parce que le groupe ne le reçoit pas spontanément, mais comme s’il était en plus
B2b Gêné parce qu’il pense qu’il dérange, le groupe manquant de nourriture
B2c « Pourquoi ils ne se sont pas débrouillés pour avoir un pain en plus sans me le faire sentir ? »

A3 Mécontent parce qu’on ne lui a pas demandé ce qu’il voulait et aimait

B3a « Ils ne m’ont pas demandé si j'aime le pain blanc, peut être que je préfère autre chose… peut-être du caviar! »

B3b « Bande de crétins, je déteste le pain blanc ! »

A4a Satisfait d’être bien accepté et distingué comme individu
A4b Ils sont hospitaliers mais le pain est mauvais

B4 « Ils pensent que je vais bien aimer manger la même chose qu’ils mangent, comme si j’étais intégré… »

A5 Déçu qu’on ne lui offre pas plutôt de la bière dans l’attente d’une fête

B5a « Les Américains sont avares, ils ne lui donnent que du pain »
B5b « On doit prévoir assez de nourriture pour rassasier… »

A6 Mécontent du mépris des Américains pour le reste du monde

B6a « Ils pensent que je n'ai pas assez mangé avant de venir ici, dans mon pays, que je ne mange pas de pain, ils sont méchants les Américains ! »
B6b « Les Américains pensent que je vais profiter de l’occasion pour manger du pain blanc ! ».

R6 « Les Américains méprisent les Russes et trouvent que le pain est bien assez bon pour eux. S’ils avaient reçu des Européens, ils auraient fait plus d’efforts. »

A7 « Les Américains pensent que les Russes sont des mangeurs de pain ».

R7 « Les Américains achètent du pain parce qu’ils pensent que les Russes mangent beaucoup de pain ».

B8 « Au Québec, ils sont ouverts à l’étranger [plus que ces Américains] et ils fêtent plus, comme au Brésil ».

R8 « La scène témoigne de différences culturelles dans l’hospitalité, d'une autre forme culturelle d’hospitalité de la part des Américains ».

Conjectures de sociologues en Russie (Moscou)

35Venons-en maintenant aux réponses de deux sociologues russes bien connus également, qui entretiennent des relations internationales suivies, notamment avec des collègues d’Europe de l’Ouest. Leur situation est différente de celles des précédents sociologues à l’égard de la question posée. Ils peuvent y répondre en empathie avec la réaction supposée de leur compatriote, ou bien en tant que sociologues prenant leurs distances et bénéficiant d’un savoir professionnel de surplomb.

36La première sociologue, âgée d’une quarantaine d’années, propose deux conjectures distinctes :

37- R6. « Les Américains méprisent les Russes et trouvent que le pain est bien assez bon pour eux. S’ils avaient reçu des Européens, ils auraient fait plus d’efforts ».

38- R7. « Les Américains achètent du pain parce qu’ils pensent que les Russes mangent beaucoup de pain ».

  • 7 Sur la place de l’adversaire dans le nationalisme russe, voir Gabowitsch (2007a) et Daucé, Désert, (...)

39L’une correspond à la sixième réponse, telle que nous l’avons vue exprimée tant par une sociologue étatsunienne que par des anthropologues brésiliens. La même épithète « méprisant » (A6) désigne le comportement des Américains, assorti du qualificatif « méchant » (B6a). Dans les appréciations précédentes, le mépris était supposé viser les autres sans distinction (A6, B6a), ce qui pourrait trouver place dans une critique de l’impérialisme américain. Mais dans l’appréciation de la sociologue de Russie, le dédain s’adresse expressément aux Russes. Il trouve place dans l’affrontement hostile des Américains contre la patrie russe 7.

40L’autre conjecture est voisine de la septième réponse exposée précédemment par un sociologue aux États-Unis, qui suppose une opinion préconçue des Américains à l’égard des Russes, éventuellement teintée du mépris précédemment mentionné (les Russes n'ont que du pain à manger…).

41Le second sociologue, âgé d'une soixante d’années, fournit lui aussi deux conjectures distinctes.

42- R8. « La scène témoigne de différences culturelles dans l’hospitalité, d’une autre forme culturelle d’hospitalité de la part des Américains ».

43On retrouve ici la huitième réponse, déjà avancée par un anthropologue brésilien comparant « l’ouverture à l’étranger » aux États-Unis, au Québec et au Brésil. Elle s’écarte de la question posée sur la réaction de Andreï pour énoncer un savoir expert sur les différences culturelles.

44La seconde conjecture est singulière, sans équivalent parmi les réponses que nous avons recueillies. Le sociologue y « fait le malin », à la manière dont certains détectives de roman policier écartent le plausible au profit du contingent. Le résultat est une complète relativisation de toutes les autres conjectures au bénéfice d’une réduction aux circonstances, celles d'une simple méprise de la part d'Andreï :

45- « Les Américains avaient déjà tout préparé pour l'hospitalité d’Andreï, mais ils avaient oublié le pain. Andreï ne l’a pas compris ».

Réaction d’Andreï

46Le lecteur a eu tout loisir de se former son opinion et de la confronter aux diverses réponses recueillies. Le temps est venu de livrer le propos entier d'Andreï qui complète le début de scénario déjà rapporté.

« Voilà un moment caractéristique : nous partons en pique-nique à la campagne. Et ils [les collègues américains] arrêtent l’auto au supermarché pour des achats. Au moment où l’un d’eux sort faire les courses, un autre lui crie : "Prends un paquet de pain en tranches puisque nous avons aujourd'hui avec nous 'l’oncle' Andreï !". Tout est compté juste ! Et là j’ai compris que, même s’ils sont riches, ça ne veut pas dire qu’ils jettent l’argent par les fenêtres. Bien au contraire, ils sont plutôt avares. Pense à nos tables russes avec quatre sortes de salades mélangées, trois sortes de salades de poisson, du poisson cher, tel ou tel caviar, etc. ».

47Dans un autre passage de son entretien, Andreï étend ce diagnostic de fermeture par manque de libéralité et de communication. Il la compare à la chaleur hospitalière attendue de la disponibilité de l’ami :

« Je n’aurais jamais pu vivre en Amérique, il n’y a pas un tel niveau de communication [tel que chez nous]. Quand cela commence à se gâter, j’appelle mon ami : "Qu’est-ce que tu fais ? Je fais un saut chez toi, j'apporte une bouteille. Ta femme ne me mettra pas à la porte ?". "Non, et même elle mettra tout ce que nous avons sur la table". C'est exactement cela l’esprit russe, très hospitalier. En Europe, cela n’existe pas ».

48Quelles sont les conjectures de sociologues qui se rapprochent de la réaction d’Andreï ? Certainement pas les quatre premières qui s’en écartent radicalement en s’inscrivant dans une grammaire libérale. En revanche les cinquièmes sont voisines. Pour exprimer la profonde déception devant le manque de largesse, l’épithète « avare » employée par Andreï est aussi utilisée par un Brésilien dans sa conjecture (B5a) qui rapporte aussi la conduite des Américains à un même caractère national. D’autre part, un Brésilien donne un exemple de préférence ou d’envie non prises en considération par les hôtes américains en mentionnant le caviar (B3a), tout comme Andreï lui-même qui donne ainsi la mesure de l'écart entre l’hospitalité normalement assurée en Russie et le misérable accueil reçu des Américains.

Hospitalité dans la rencontre de l'étranger et révélation des différences d'architectures de communautés

  • 8 Marc Ferro a montré l’importance du mouvement du ressentiment dans l’Histoire, à partir d’un examen (...)

49Pourquoi avoir choisi cette petite histoire pour une réflexion sur l’« ouverture » et la « fermeture » de sociétés modernes ? La réponse à ces questions demande que nous introduisions notre cadre d’analyse qui permettra d’agrandir notre petite histoire de douloureux dépit aux dimensions de l’Histoire. On pourrait en effet y reconnaître le scénario d’une ouverture – à l'Ouest et conformément au modèle américain de « société ouverte » – et de clôture dans la déception du mauvais accueil reçu qui conduit à un repli nostalgique. Efforçons-nous à plus de symétrie dans notre regard sur l’Histoire 8. La petite histoire s’y prête parce que la scène peut être regardée des deux côtés – et donc aussi de celui des États-Unis. Le prolongement des conjectures, offert par notre dispositif de questionnement, a déjà introduit ce vis-à-vis. Toutefois, l’analyse symétrique réclame davantage : un regard s’affranchissant de l’un et l’autre des deux côtés pour adopter une vue détachée de chacun d’eux. N’est-ce pas la vocation des sciences de la société et de la culture qui, quoique dépendantes de leur milieu d’origine, doivent s’employer à en prendre conscience et à s’en émanciper afin d’élargir la validité de leurs outils de compréhension ? Certaines réponses d’anthropologue et sociologue (B8 et R8) ont d’ailleurs avancé dans le sens d’une symétrie, en faisant appel à des différences culturelles dans l’hospitalité. Mais un tel relativisme culturel arrête la comparaison en chemin. Cherchant à rendre comparables des communautés, sous un certain rapport et sans prétendre épuiser les riches idiosyncrasies que l’on étudie comme « cultures », nous les rapportons à divers modèles de construction du commun au pluriel (Thévenot, 2008, 2010, 2014, 2015). Notre retour sur le diagnostic d’ouverture et de fermeture prendra ici appui sur deux de ces modèles, à partir desquels nous regarderons symétriquement les scénarios de leur confrontation et le mouvement de l’Histoire qui s’éclaire de la compréhension de cette confrontation et des malentendus qu’elle suscite. Auparavant, arrêtons-nous sur la rencontre de l’étranger sous les auspices de l’hospitalité, au cœur de la scène initiale.

Pragmatique mutuelle d'hospitalité dans la rencontre de l’étranger : le désappointement d'Andreï

50L’histoire d'Andreï relève de la délicate rencontre de l’étranger, dès lors qu’il n'est pas cantonné aux espaces et positions de touriste mais accueilli pour un temps plus ou moins long dans la position d’hôte « à la maison » qu’a étudiée Nina Kareva (2005, 2017). La disposition hospitalière est risquée puisqu’elle consiste à recevoir un étranger, être le plus distant de la communauté, et à le recevoir dans le plus proche, tout près de l’intime familier du « chez soi ». Plane le risque de l’« insupportable », dont Marc Breviglieri a proposé une subtile analyse en tant qu’excès de proximité (Breviglieri, 2009) à partir de la sociologie originale qu’il a développée en partant de l’usage et de l’habiter (Breviglieri, 1999). Il y a un engagement réciproque – mais non symétrique – des deux parties à maintenir une « bienvenue » en dépit des menaces de perte de confiance et de basculement dans l’hostilité. Quoique mutuellement entretenue, la relation est profondément asymétrique et hiérarchique : « Les invités suivent les "maîtres de maison", même dans les cas où ils n’ont aucune envie de le faire » (Kareva, 2005). L’accueillant doit démontrer sa bienveillance et l’invité sa reconnaissance, afin d’éviter toute sortie de l’engagement. À ses hôtes, Andreï ne pourrait exprimer à voix haute la déception, voire l’humiliation, qu’il confiera ultérieurement à la compatriote venue s’entretenir avec lui dans le cadre de son enquête. La fatigue de l’invitant qui accompagne sans relâche, comme celle de l’invité qui doit se laisser docilement guider en manifestant sans cesse sa gratitude, doivent rester tues. Faute de quoi, elles font sortir de l’engagement hospitalier (Ibid.). Reçu dans une famille américaine, Andreï se prépare à la position du visiteur étranger dont on prend soin. Or il ne voit que des « Américains avares » qui se contentent d’acheter un paquet de plus de pain ordinaire à sandwich. Il ne se rend pas compte que ses hôtes s’efforcent de le traiter d’emblée comme un individu, mis sur le même pied que les autres, afin d’éviter qu’il soit gêné par quelque dépendance faisant obstacle à son autonomie individuelle. L’examen de la situation inverse aide à comprendre le malentendu.

La scène inverse d’accueil de l’étranger en Russie : vers une analyse symétrique

51Sur fond de traits structurels, l’engagement hospitalier s’infléchit selon la communauté dans laquelle il se déploie. Afin d'éclairer ces inflexions, nous allons montrer comment deux modèles différents de composition du commun au pluriel réservent des places fort différentes à l’étranger. Introduisons cette analyse et ses éclairages sur la question de l’ouverture et de la fermeture en envisageant la situation symétrique d’hospitalité en Russie. L’ouverture de la Russie n'a pas seulement impliqué l’intensification de déplacements vers l’Ouest et l'Amérique (de Tinguy, 2004), mais aussi l’accueil symétrique d'Occidentaux en terre russe. Après l’émerveillement devant la prodigalité de l’hospitalité russe et la profusion des mets préparés pour l’invité – même en temps de pénurie – après la reconnaissance d’un accueil chaleureux et prévenant que ne manquent pas de souligner les Occidentaux, une gêne peut s’installer. Bien différente de celle ressentie par Andreï, elle doit lui être mise en regard pour instaurer la symétrie que nous recherchons dans notre perspective comparative réflexive. Contentons-nous d’un des cas analysés dans l’enquête déjà citée, celui d’une famille belge séjournant dans les années 1980 en URSS où elle s’établit pour plusieurs années.

52La femme belge déclare :

« Je disais "Je vais au marché…" Et nos amis russes disaient "Non, non… si tu vas au marché, tu vas tout de suite retourner en Belgique !"… j’étais très ennuyée, parce qu’on est quatre, c’est lourd et chaque semaine je les voyais apporter les paquets de légumes, à pied, en métro, les pommes de terres, à pied, les paquets de viande… Et pour moi c’était terrible, parce que j’avais l’habitude de tout faire moi-même, c’était dur. Cela m’ennuyait, j’avais l’impression d’être comme un petit enfant, c’était très dur ».

53Elle pensait que ses amis exagéraient les difficultés (« j’avais l’impression que, si j’allais au marché, on allait me tuer ») et même cachaient certaines informations utiles : « quand on demandait aux amis où se trouvait le marché, ils disaient "Oh, c’est loin, c’est loin…" ». Finalement, elle a cherché à sortir de cet embarras. Sa première proposition a été de payer ses amis, mais ils ne le « voulaient pas ». Puis, elle a persuadé son mari de trouver un marché, d’une manière indépendante, et d’y faire leurs achats eux-mêmes (Kareva, 2005).

54Retenons quelques traits marquants de cette expérience, inverse de celle d’Andreï. La femme belge est certainement reconnaissante de l’aide hospitalière de ses amis russes. Cependant, cette assistance permanente finit par lui peser, ce qu’elle résume d'une formule très éclairante pour notre propos : « j’avais l’impression d’être comme un petit enfant ». Aussi propose-t-elle de payer cette assistance hospitalière comme un service marchand, ce qui supposerait un basculement de régime d’engagement vers la grandeur marchande, auquel se refusent ses hôtes russes. Elle convainc alors son mari de se passer de leur secours. Cette gêne et les propositions pour y mettre fin rejoignent les malaises conjecturés chez Andreï par des sociologues des États-Unis et du Brésil (non par ceux de Russie). Certainement erronées au regard de la véritable réaction d’Andreï, ces conjectures n’en sont pas moins révélatrices de ce qui est attendu d’une formule de composition de communauté que nous dirons libérale. Pèse sur cette attente le secours des hôtes russes qu’a narré l’interlocutrice belge et que nous rapporterons à une autre formule de composition de communauté, par affinités personnelles à des lieux-communs. La pression de la seconde formule sur la première suscite l’inquiétude d'une dépendance nourrie par une largesse qui instaure l’obligation de rendre quelque chose en retour (conjecture A2) et qui aiguise la volonté de l’individu de s’en libérer sur le champ en épongeant sa dette par le versement d’une somme d’argent pour service rendu (conjectures A1, B1).

L'accueil de l’étranger révélant la composition de la communauté : composition libérale et composition par affinités personnelles à des lieux-communs

  • 9 Ces travaux comparatifs ont également examiné la place, dans ces trois pays, du modèle de compositi (...)

55Notre propos, on l’aura compris, n'est pas de comparer des caractères nationaux, ni des coutumes d’hospitalité, ni même des « cultures » entendues comme entités globales. Notre comparaison prend appui sur l’analyse de modèles de composition pragmatique du commun. Multiples dans un même pays où ils peuvent se combiner, ils sont transversaux par rapport à ces pays qu’ils rendent ainsi comparables sous un certain rapport. Cette transversalité est attestée par la capacité de plusieurs des anthropologues et sociologues brésiliens, citoyens d’un pays bien différent des États-Unis, ou de la Russie qu’ils n'ont jamais visitée, à deviner la véritable réaction d’Andreï. Nous cherchons à disséquer des scénarios d’ouverture et de fermeture de sociétés « modernisées », en les rapportant à la confrontation de deux modèles de composition de communauté fort contrastés, que nous avons élaborés à partir de recherches empiriques comparatives franco-américaines et franco-russes 9.

Deux opérations pour la confection du commun au pluriel : la communication et la composition

  • 10 Joan Stavo-Debauge a argué en faveur d’un tel choix – plutôt que celui de « société » ou de « colle (...)

56Nous cherchons à renouveler l’approche du politique en l’abordant à partir de ses exigences pragmatiques, telles qu'elles sont déployées dans l’ordinaire des vies en communautés humaines. Sans aller directement aux institutions, droits, procédures électives ou décisionnelles qui en constituent l’équipement le plus formel, sans en rester aux théories politiques qui en offrent une systématique, nous considérons les communautés politiques et leur gouvernement à partir des façons de faire dans le monde avec les autres. En dépit des dissemblances entre communautés que l’on peut rapporter au détail de leurs contextes culturels et historiques, notre projet est de les rendre comparables sous un certain rapport : la composition du commun au pluriel. Dans cette définition, le pluriel est entendu sans autre précision parce que sa spécification diffère selon la formule de composition. La reconnaissance d’une façon principale de différer décide du genre de construction du commun. Les termes de commun et de communauté sont employés ici sans préjuger de la façon dont le commun est confectionné à plusieurs 10. À ce stade, nous confondons le public et le commun, les écarts entre les des deux termes ressortissant en effet à la diversité des constructions du commun.

57Nous caractériserons la composition du commun au pluriel à partir de deux opérations principales. La première consiste en une transformation de ce qui affecte l’extrême diversité d’êtres humains personnellement et localement, dans un état requis pour la mise en commun. Nous appelons communication cette première opération, en utilisant le sens originaire de mise en commun. La seconde opération requise pour la confection du commun au pluriel, dite composition, consiste à intégrer les différences et différends entre les personnes qui communiquent. « Composer avec » signifie former un tout à partir de différentes composantes, mais aussi s’accorder entre parties adverses dans un différend. En caractérisant ces deux opérations dans chacun des modèles, nous pourrons préciser certains aspects de ces formules de composition qui importent dans notre petite histoire comme dans la grande : la disposition à l’égard de l'étranger, l’émotion de communication et le mode d’accaparement d’un pouvoir de coordination participant du commun et de son bien.

La formule de composition libérale d’individus en public

58Nous ne prétendons évidemment pas saisir dans une seule formule la foisonnante tradition de pensée politique libérale. L’objectif est plus modeste au regard de l’histoire des idées, mais plus exigeant aussi en matière de contraintes pratiques de réalisation. Notre entrée pragmatique porte attention à la façon de faire du commun avec du différend, en mettant l’accent sur les opérations de communication et de composition. Dans le cas de la confection libérale du commun, nous ne nous centrons pas sur les institutions et notamment le soupçon à l’égard d’un État trop pesant, pour considérer les conditions pragmatiques d’un dispositif libéral de formation du commun par démocratie participative, tel qu’on l’observe dans de nombreuses arènes de délibération et de décision. En dépit de cette limite, l’analyse de ce que nous identifions comme une formule libérale fait ressortir des traits qui ne sont pas couramment mis en évidence, même dans la théorie politique libérale, aux dépens d’autres caractères bien connus, mais parfois sujets à malentendus, telle l’impérieuse liberté qui s’avère, tout bien considéré, fort disciplinée.

  • 11 Joan Stavo-Debauge fait remarquer qu’on pourrait écrire « individu-en-communauté », ce qui ferait r (...)
  • 12 Pour un examen systématique de la notion de responsabilité, voir : Genard (1999). Sur les politique (...)

59À première vue (et trop souvent en dernière analyse), l’individualisme libéral ferait place au plus personnel de chacun, distingué dans un atomisme extrême. L’analyse de la formule libérale révèle une construction plus complexe et plus exigeante. Elle lève des malentendus entretenus par les notions d’individu et d’individualisme, ainsi que par celle de liberté qui les présuppose. Identifier l’opération de communication permet de préciser la façon dont la personne prend part à la communauté libérale en s’élevant à l’état d’individu-en-public libéral 11. Pour participer au commun avec d’autres personnes disposées dans le même état, la personne doit rendre communicable en public ce qui la concerne, en lui conférant une forme adéquate à l’opération de composition libérale. Cette condition requiert la transformation de ce qui l’affecte, biens et maux de large envergure autant qu’attachements des plus intimes, dans l'unique format d’intérêt individuel pour une option envers laquelle l’individu-en-public affiche sa préférence ou son opinion favorable, faisant ainsi valoir son autonomie par ce consentement et la prise de responsabilité qui en résulte 12. Opinions et intérêts doivent porter sur des options communicables au public libéral, c’est-à-dire détachées des personnes et identifiables comme objets de possibles préférences et choix de la part d’autres individus composant le commun au pluriel. Cette condition n’est pas mince. Elle oblige à des transformations draconiennes des attaches touchant intimement la personne dans ses dépendances et donc impropres à la communication libérale, dépendances qui peuvent être dues à des accommodements familiers, à une foi religieuse ou à quelque loyauté, autant de liens s’imposant sur un mode étranger au choix individuel.

  • 13 Remarquons, pour le déplorer, que le terme de « négociation » en est venu à désigner toute modalité (...)

60Cette opération de communication n’émousse pas complètement le tranchant des différends. Elle les met seulement dans des formes propices à la composition, en tant que choix rivaux. Désignée du maître mot de « négociation », la composition passe par des procédures diverses destinées à tenir compte d'intérêts et opinions individuels différents 13. Une des procédures de négociation permet de s’affranchir de lourdes délibérations dans la prise en compte du divers, grâce à la commensurabilité d'un comptage reposant sur des prix. Outre l’exigence d’une forme commune d’évaluation, le basculement dans le mode de coordination marchand requiert que chaque option puisse faire l’objet d’une possession exclusive et se prêter à une appropriation marchande. De cette relative contiguïté entre la composition libérale du commun et la grandeur marchande provient le fort pouvoir d’attraction qu'exerce la seconde sur la première. Pour autant la confusion des deux, souvent impliquée dans la mise en cause du néolibéralisme, nuit à l’analyse du politique et à l’affûtage de la critique. L’ordre de grandeur marchande détermine une spécification du bien commun qui, dans la composition libérale, reste ouverte.

61La composition libérale par individus-en-public s'avère ouverte aux différences et, à ce titre, hospitalière à l’étranger. Son public est déjà composé à partir d’une diversité reconnue de personnes qui ne partagent ni biens communs (comme dans la formule de composition par grandeurs), ni lieux-communs (comme dans la formule de composition par affinités personnelles). Les individus-en-public de composition libérale ne sont-ils pas si étrangers les uns aux autres qu’un nouveau venu ne se distingue pas tant et ne connaît pas un sort si différent de ceux qui comptent déjà comme membres cette communauté ? L’espace public horizontal ne facilite-t-il pas l’intégration de l'étranger à la communauté, sur un pied d’égalité ?

62Puisque les personnes à l’état d’individus sont relativement étrangères les unes aux autres, l’antagonisme entre deux individus en face à face menace de tourner au pugilat. La composition opérant par négociation entre eux passe par la médiation publique d’options choisies individuellement, ces options faisant tampon et amortissant les chocs entre les individus en différend. Dans le même esprit, une émotion affective de communication apaisante écarte la menace d’agression. Elle s'exprime dans l’accueil réjoui et encourageant (cheerful) réservé à l’autre individu qui se présente, fut-il inconnu, les traits du visage traduisant un élan affectif qui n’est pas sans évoquer celui porté à un être cher.

63L’identique puissance de participation des individus au commun, constitutive de la composition libérale, est aussi ce par quoi le pouvoir établi au nom du commun peut être accaparé. Dans cette formule de composition et en contraste avec la composition par grandeurs, rien n’explicite le pouvoir du commun et les conditions de sa critique. Le pouvoir individuel de prendre part au commun est accaparé via la formule de composition, par le moyen d’une influence sur les opinions individuelles. Les « lobbyistes » professionnels interviennent dans les couloirs et les coulisses des arènes d’échange public pour porter cette influence sur d’autres individus influents eux-mêmes, ne serait-ce qu’en raison de leur position de représentant élu.

64La plupart des conjectures des sociologues américains sur la réaction d’Andreï et nombre de celles de leurs homologues brésiliens (celles numérotées de 1 à 4) sont générées à partir de cette formule de composition libérale, dans la préoccupation qu’elle ait été mise à mal par l'accueil réservé à Andreï et que des corrections seraient nécessaires pour la restaurer. L’opération de communication est explicite, dans son exigence d'être élevé à l’état d’individu-en-public libéral : « satisfait d'être distingué comme individu » (A4a). Cette formule conduit à s’inquiéter aussi d’une absence d’expression publique de libre préférence, de choix et de consentement individuels : « pas demandé ce qu'il voulait et aimait » (A3) ; « pas demandé si j'aime le pain blanc, peut-être que je préfère autre chose » (B3a) ; « je déteste le pain blanc » (B3b). L’opération de composition par négociation entre des préférences individuelles autonomes est également visible dans la gêne que suscite une dépendance instaurée par une assistance non négociée et donc porteuse d'une fâcheuse obligation : « gêné parce qu'il devra rendre quelque chose en retour » (A2). Elle apparaît aussi dans l’idée que l’individu prenant part à la communauté libérale (du pique-nique, en l’occurrence) aurait dû s’affranchir de toute dette pour sa participation et payer sa part individuelle de pain consommé (A1, B1).

  • 14 La notion de régime d’engagement est destinée à saisir un rapport dynamique au monde matériel et au (...)

65Nous manquons d’un éclairage direct sur le point de vue des hôtes américains dans l'histoire, l’enquêtrice n’ayant pu interroger que le protagoniste russe. Mais leur point de vue peut être approché par d’autres scènes rapportées dans l'enquête et il est suggéré par les conjectures des sociologues américains. Nous pouvons raisonnablement l’inscrire dans la formule de composition libérale de la communauté au pluriel. Nina Kareva souligne que le régime d’engagement dans le plan a pesé, dans l'histoire, sur l’engagement d’hospitalité : le pique-nique a été organisé comme un projet coordonné d’individus avec un environnement traité dans ses fonctionnalités – le pain à sandwich – pour l'accomplissement du plan 14. Ajoutons que ce régime du plan fait partie des fondations de la construction libérale de la communauté plurielle. Il engage en effet un rapport au monde et aux autres pouvant s'exposer comme choix individuel d’un projet, pièce nécessaire à la rencontre des individus-en-public de composition libérale, qui énoncent leurs préférences respectives, et préalable à la négociation d’un accord entre eux. L’engagement dans le projet de pique-nique continue effectivement à gouverner les conduites. Mais, dans le même mouvement, une communauté libérale accueille le nouveau venu par ajout minimal d’une part individuelle de pain, l’associant sur un pied d’égalité avec les membres déjà partie prenante, lui permettant de prendre sa part du commun au même titre que les autres.

66Le moins que l'on puisse dire est qu’Andreï n’a nullement profité de cette ouverture de la communauté libérale qu’il n’a pas même reconnue, n’y voyant que mesquinerie et manque d’égard pour lui. Ce complet malentendu, source de son dépit, s’éclaire à l'examen d’une toute autre formule de composition de la communauté, dans laquelle s’inscrit Andreï et qui nourrit son attente d’hospitalité.

La formule de composition par affinités personnelles à des lieux-communs

67Nombre de travaux anglo-saxons construisent le communautarisme dans une opposition au libéralisme en demeurant tout contre la tradition libérale, ce qui les empêche de saisir les spécificités de la formule que nous examinons maintenant. Un autre empêchement tient à l’accent mis sur le caractère uniformisant, unificateur, fusionnel, d’une collectivité alors dénommée « communauté » dans le sens restrictif d’une communauté « substantielle ». On comprend l’origine historique, dans les catastrophes politiques du xxème siècle, du soupçon visant tout appel à une substance commune et à la clôture d’une totalité qui la renferme. Mais l’inquiétude que suscite toute quête de communauté substantielle empêche de discerner la composition d’une communauté au pluriel dans laquelle des attaches personnelles diverses sont rendues compatibles avec la participation au commun.

  • 15 Un terme russe utilisé pour désigner la patrie, rodina, fait ressortir un trait important de l’opér (...)

68Quelle étonnante construction permet qu’une expression qui n’appartient qu’à soi et qui provient du propre personnel, s’avère compatible avec le propre du commun ? Il faut que l’opération de communication y soit bien dissemblable de celle requise par la composition libérale. Il faut aussi qu’elle ne se réduise pas à une propriété commune menaçant de figer une communauté substantielle et d’annihiler la commune humanité. Faisant référence au sens de « communication » qui renvoie aux usages du monde et à son habitation, nous dirons que la communication opère à la façon d’un passage entre des chambres d’habitation personnelle demeurées distinctes les unes des autres, mais communiquant avec des pièces communes qui les relient. Dans la communauté par affinités à des lieux-communs, les personnellement propres communiquent en passant par des lieux-communs. Les lieux du commun ne sont pas des ressorts de l’uniforme, comme on l'entend dans des propos sur des sociétés « holistes » et dans l’acception courante du terme « lieu commun » qui dénigre l’uniformité répétitive du « cliché ». Les lieux du commun relient des personnellement propres, tels les couloirs ou cuisines communes de foyers qui favorisent une expression personnelle tout en faisant place au différend, pour autant qu’il s’affirme dans ces mêmes lieux (Thévenot, 2017) 15.

  • 16 L’écart entre les deux compositions du commun s'accentue et se manifeste dans la construction gramm (...)
  • 17 Dans sa recherche sur les suites de la catastrophe de Seveso et l’étonnant paradoxe d’une hostilité (...)

69Cette spécification de l'opération de communication fait comprendre la façon dont la composition opère par affinités, rapprochant des personnellement propres via des lieux-communs. Le terme d’affinité met en relief la proximité, le voisinage, la parenté, la ressemblance, alors requis pour communiquer à partir des mêmes lieux du commun. Nous sommes ici loin des réquisits d’une construction libérale de la communauté dans laquelle les options, par l’intermédiaire desquelles s’exercent rivalités et négociations, sont aussi diverses que peu communes, au sens où elles n’ont aucune chance d'être choisies par tous les individus-en-public 16. Même des figurations d’un sort contraire, si distant de l’affirmation de l'individu libéral, offrent des lieux-communs configurés en destin partagé et propices à la recomposition du commun 17.

70Il n’est pas difficile de reconnaître la place des émotions dans la formule de composition par affinités à des lieux-communs. L’effusion dans la communication peut aller jusqu’aux larmes. Elle témoigne du caractère direct d’un court-circuit entre l’intime personnel et le lieu qui permet la composition du commun avec d’autres personnes, ce lieu offrant un passage plutôt que le genre de médiation qui tient à distance et que fournit l’option dans la formule libérale. Dans ces larmes, il n’y a pas seulement compassion et commisération, mais aussi sentiment d’une propre humanité éprouvée à l’occasion d’une mise en commun. La distinction entre émotion positive et négative perd de sa pertinence lorsque l’émotion affective de communication exprime le partage d’une affliction.

71L'étranger a pleinement sa place dans la composition par affinités à des lieux-communs. Une place de choix, pourrait-on dire, puisqu’il fait l’objet d’une attention particulière. Sa venue est fêtée dans la munificence d’une généreuse hospitalité. Ce traitement de faveur est la conséquence de la formule de composition. L'étranger se trouve le plus éloigné des lieux-communs et donc de leur fréquentation, que suppose leur appropriation personnelle. Il n’est pas capable de prendre part à l'opération de composition sur un pied d'égalité avec les originaires. Ces derniers ont à suppléer à ses incapacités, comme à celles d’un petit enfant. Il est particulièrement bienvenu pour autant qu’il ne se mêle pas de ce qui ne le regarde pas, ou plus exactement de ce qui n’est pas disposé pour son regard. Et que ne lui vienne pas la prétention encore plus extravagante de devenir originaire, l’un des « nôtres », car il conserve pour longtemps sa déficience originelle.

  • 18 Sur la façon dont les associations de défense des droits de l’homme en Russie font place à cette gr (...)

72Il y a une profonde dissemblance avec la formule de composition par grandeurs (Boltanski & Thévenot, 1991) : l’absence de hiérarchie de pouvoir de coordination prétendant à la légitimité (associé aux états de grandeur) par la spécification d’un bien commun. Cependant une contiguïté de la composition par affinités avec la grandeur domestique mérite examen. Aller de la première à la seconde suppose que le lieu-commun soit personnifié. Mais cela ne suffit pas. Il faut encore que cette personnification interrompe le genre de composition d’un personnellement propre avec celui d’un autre, via une communication directe par ce lieu-commun. Avec l’interruption de cette communication horizontale s’instaure une chaîne de dépendances dispensant la protection en provenance du grand selon la grandeur domestique. Cette chaîne hiérarchisée réduit la géométrie variable des communications et des communs dans un seul ordre. Le bien commun domestique unifie les lieux communs multiples dans une évaluation patrimoniale commune qui tire profit du caractère canonique de ces lieux pour mettre en valeur la tradition et la proximité spatiale et temporelle à l’égard de ce qui fait office de pôle originaire 18.

73Le modèle des grandeurs rend compte d’un certain sens de l’injustice et de la justice fondé sur la commune humanité, dont les exigences mènent à la critique et à la remise à l'épreuve des états inégaux de grandeur. Il reste que nombre d’élaborations de pouvoirs tutélaires ne répondent pas à ces exigences et construisent un « toit » (krycha), comme on nomme en russe de telles protections, sur une charpente différente de celle d’une grandeur domestique soumise à l’épreuve critique publique. Au-delà de la métaphore, les termes nombreux empruntés à la disposition de la maison, dans la grandeur domestique comme dans les constructions d’autres pouvoirs tutélaires, spécifient concrètement les modes d’expression de l'autorité et son équipement matériel. Tamara Kondratieva a éclairé sur une longue période russe, du Moyen-Âge jusqu'aux temps soviétiques, les figures du chef-nourricier (Kondratieva, 2002, 2011). Les références eucharistiques se déploient autour de la table (stol) comme autel (prestol). La table, dominée par le Tout-Puissant nourricier, établit la relation hiérarchique entre celui-ci et ses commensaux (Ibid.). Ce n’est pas un hasard si notre histoire d’hospitalité tourne autour de la table et du pain, ce dernier étant communément posé sur la table avec le sel selon un rite slave bien connu. Nous sommes ainsi ramenés à la commensalité d’une communauté réunie autour d’une table. Dans le pique-nique, la table et la hiérarchie bien réelle qu’elle instaure ont disparu au profit du plan auxquels tous les participants sont ramenés, libres de « piquer » individuellement dans la nourriture disposée. Quant à la nourriture, elle n'est plus que « nique », au sens de vieux français d’une petite chose de rien. Elle n’a plus la qualité d’une manne providentielle distribuée par le maître de maison ou, plus généralement, par le pouvoir à prétention protectrice qui se manifeste comme nourricier dans son gouvernement (kormit').

Conclusion : retour sur le mouvement de l'histoire et ses scénarios

74Revenons au mouvement de l’histoire qui nous a retenus, et de l’Histoire qu'elle peut contribuer à éclairer. Nous sommes désormais en mesure d’en considérer chaque côté, symétriquement, en tablant sur des catégories d’analyse transversales qui saisissent les rapports dynamiques à l’étranger et sans en rester au choc des cultures ou au relativisme culturel des coutumes hospitalières. Ainsi s'éclairent des appréciations très différentes de fermeture ou d’ouverture, ainsi que des réactions qu’elles engendrent en générant divers scénarios.

75Le premier acte est d’ouverture : ouverture historique de l’Ouest aux gens de l’Est, ouverture de sens inverse. De l’analyse des deux formules de composition et de leurs traitements respectifs de l’étranger, nous pouvons déduire que la rencontre de ces formules était lourde de malentendus réciproques dont nous allons envisager les suites. Commençons par le mouvement selon lequel l’ouverture de l’un conduit l’autre à un diagnostic inverse de fermeture, selon les deux figures suivantes.

76C/L1. L'individu disposé à la première composition L (libérale) considère que la personne qui se dispose et le dispose dans la composition C (lieux-communs) ne s’ouvre pas à lui, ce qui supposerait de ménager son individualité, ses préférences, ses choix et son indépendance. La femme belge a déployé cette critique.

77L/C1. Réciproquement, la personne disposée à la composition C trouve que l'individu disposé et le disposant dans la composition L ne s’ouvre pas à elle, ce qui supposerait des égards et largesses prenant soin de sa position d’étranger. Andreï a déployé cette scène en narrant une expérience du temps de la Russie soviétique. Mais l’enquête conduite par Nina Kareva montre bien d’autres cas de jeunes ayant fait récemment l’expérience de cette « fermeture » :

« Nous étions tous désagréablement surpris par la fermeture des Français. Nous sommes habitués à ce que les gens communiquent entre eux, spécialement quand ils sont étudiants et encore plus si il y a des étrangers. Or nous sommes venus et on ne nous a porté aucune attention. Évidemment si nous demandons quelque chose on nous répond. Si nous demandons des notes de cours, on nous les donne, mais aucun effort, aucun contact, on ne les avait pas du tout » (Kareva, 2005).

78Le malentendu dans l’histoire d’Andreï prend un tour étonnant et presque burlesque à lire les conjectures des sociologues imaginant ses réactions. Au lieu de concevoir la déception qu’a de fait ressentie Andreï, au demeurant bien cohérente avec une composition par affinités à des lieux-communs, de nombreux commentateurs inventent l’insatisfaction d'une hypothétique attente libérale déçue par une hospitalité qui ne l’est déjà que trop (libérale) pour satisfaire Andreï. Ils donnent ainsi dans la surenchère par rapport à ce qui avait été convenablement disposé par les hôtes américains au regard d'une grammaire libérale du commun. On mesure l’incompréhension complète et le risque de basculement dans la franche hostilité, avec ses implications dans une Histoire géopolitique qui nous importe. Le malentendu peut être exploité dans un mouvement offensif animé par l’accusation d’hypocrisie. Considérant qu’une promesse d’ouverture hospitalière de la part de l’autre n'a pas été honorée, on dévoile une hypocrisie.

  • 19 Sur le vis-à-vis de la Russie et de l'Occident, voir notamment Khapaeva (1994, 1995a, 1995b).

79Notre petite histoire a mis aux prises un Russe et des Américains, autour du pain, medium par excellence de l’hospitalité. Un pain dit merveilleux selon sa marque d’origine en Amérique (« Wonder Bread ») quoique devenu des plus ordinaires, face au pain et au sel de l’hospitalité traditionnelle. L’analyse a dépassé l’illustration de différences culturelles pour amener à réfléchir sur la tension structurelle entre deux façons de composer le commun et sur le scénario qui peut en résulter : 1) malentendu généré par leur confrontation ; 2) déception à laquelle conduit le malentendu ; 3) réaction de fermeture défensive voire offensive. Nous sortons alors du vis-à-vis entre deux nations particulières et des interprétations rapportées à des caractères dont découleraient des sentiments ataviques de l’une à l'égard de l’autre. Nous abordons un phénomène très général, caractéristique du mouvement de la modernité 19. En effet, ce mouvement procède – et la « globalisation » ne fait que l’amplifier – de l’extension de la formule libérale à des mondes où est largement en usage la formule par affinités à des lieux-communs. Les tensions et les malentendus structurels qui en résultent sont au cœur de phénomènes décrits fréquemment dans le vocabulaire de l’ouverture et de la fermeture. Ils ne concernent pas seulement des rapports internationaux mais aussi des mouvements internes aux nations. Les nations les plus explicitement investies dans la formule libérale ne manquent pas de recourir aussi à la composition par affinités à des lieux-communs. On le voit dans les moments de mobilisation interne contre un ennemi, ennemi extérieur menaçant la nation ou ennemi intérieur, comme on l’a observé après les attentats terroristes aux États-Unis et en France notamment.

  • 20 Olga Koveneva a éclairé ces questions à partir de sa comparaison franco-russe sur les manières de s (...)
  • 21 Sur la différenciation des modèles de communication dans l’amitié, voir Kharkhordine & Kovaleva (20 (...)

80Au lieu de simplifier un mouvement de « modernisation » et de renvoyer ce qui lui résiste à des « archaïsmes » et autres « traditions » « closes », il importe de distinguer ce qui est inquiété par l’empire de la formule libérale et, symétriquement, ce qui est menacé par celui de la formule par affinités à des lieux-communs 20. Pour ne l’indiquer que sommairement, la pression exercée sur la composition par affinités à des lieux-communs met en péril tout le raffinement d’une architecture de lieux commun d'extensions variables et de communications afférentes, qui se trouvent réduits en une simple topographie divisée en espaces public et privé 21. Les multiples voies de secours ouvertes avec ces communications sont fermées, ainsi que les transports d’émotion affective passant par ces voies. Dans le sens inverse de la pression exercée sur la composition libérale, la plus grave restriction est sans doute celle de l’accueil d’étrangetés. Dans le monde cosmopolite de la modernité où nous sommes appelés à cohabiter, ce défaut est particulièrement grave. Sont en outre réduites les procédures raisonnables pour composer avec ces différences en prenant appui, dès la procédure bilatérale du contrat, sur des volontés et des intérêts individuels exposés dans des plans.

81Le travail réflexif, pour prendre de la distance à l’égard d'un point de vue dépendant de la construction de sa communauté d’appartenance et pour envisager symétriquement un point de vue autre à l'occasion de la rencontre de l’étranger et de son étrangeté, n’est pas l'apanage du chercheur. Nous avons d’ailleurs constaté que de nombreux chercheurs ne s'y exerçaient pas. L’enquête déjà mentionnée fait apparaître, à partir des témoignages des personnes interrogées, plusieurs scénarios de sortie de la fermeture première occasionnée par le dépit d’une hospitalité déçue (Kareva, 2005). Un intéressant renversement de situation, par rapport à notre histoire initiale, illustre un tel scénario de sortie. Nonna, étudiante russe invitée pour un an d’études dans une université américaine en 1992, se retrouve avec une amie compatriote sans aucun moyen de transport près d’un supermarché éloigné du centre-ville. Les deux jeunes filles pensent s'affranchir de leur nationalité étrangère pour engager une communication plus personnelle. Elles demandent l’hospitalité de son véhicule à un inconnu, un conducteur noir et âgé. Nonna voit la situation comme celle de « deux jolies jeunes filles qui demandent de l’aide ». Mais l’attirance à l’égard des jeunes filles n’a finalement pas marqué l’attitude du conducteur :

« J’ai été frappée parce que, en réponse à ma demande, j’ai entendu la question : "De quel pays venez-vous ?". ça m’a paru bizarre dans la situation où deux filles sympas demandent à être prises à bord. Mais j’ai répondu que nous venions de Russie, non sans une tension intérieure. Il y a eu un silence, il réfléchissait fort, puis il a dit très sérieusement : "O.K., je vous prendrai à bord, parce que vous, en Russie, vous faites une musique admirable… Tchaïkovski, Rachmaninov…". Nous nous sommes laissées tomber sur les sièges, vraiment reconnaissantes à Tchaïkovski et à Rachmaninov ».

82Comme nous le voyons, le conducteur âgé n’a pas accepté le côté personnel de la demande des jeunes filles et leur attirance n’a pas joué le rôle prévu. Il les a rendues Russes et les a aidées en tant que représentantes du pays d’origine et de sa musique bien-aimée, réunissant dans son esprit Tchaïkovski, Rachmaninov et les jeunes filles (Kareva, 2005).

*

83Cette dernière histoire fait épilogue, non seulement parce qu’elle ouvre sur des issues plus heureuses que des replis froissés dans lesquels fermente une amère rancœur, mais aussi parce qu’elle suggère la façon dont la composition par affinités peut s'étendre au-delà des frontières refermées d’une communauté recroquevillée et ouvrir à des communications par des lieux-communs de vaste envergure. Il n’est d'ailleurs pas indifférent que l’Américain soit ici noir, car cette composition par affinités est largement déployée dans la communauté afro-américaine.

84En prolongement du genre de communication par lieux-communs musicaux qu’illustre l’épilogue, remarquons que la formule de composition par affinités à des lieux-communs se trouve aujourd’hui singulièrement conjuguée avec la composition libérale dans l'architecture de communautés situées au cœur de notre modernité. À l’aide des techniques de communication par ordinateurs ou téléphones portables – et notamment des sites Internet d’échanges personnalisés – la communication se trouve intensément individualisée autour de préférences formatées par ces sites, tout en passant par des passions partagées pour des lieux-communs musicaux, cinématographiques ou autres auxquels Internet facilite un accès en commun. Ce genre de communauté trouve donc à réunir des propriétés des deux formules de composition qui s’affrontaient dangereusement dans notre histoire initiale de pain inhospitalier.

Haut de page

Bibliographie

Boltanski L. & L. Thévenot (1991), De la Justification. Les économies de la grandeur, Paris, Éditions Gallimard.

Breviglieri M. (1999), L’Usage et l'habiter. Contribution à une sociologie de la proximité, thèse de Sociologie, Paris, EHESS.

Breviglieri M. (2009), « L’insupportable. L’excès de proximité, l’atteinte à l’autonomie et le sentiment de violation du privé », dans Breviglieri M., Lafaye C. & D. Trom (dir.), Compétences critiques et sens de la justice, Paris, Éditions Economica, pp. 125-149.

Centemeri L. (2011), « Retour à Seveso. La complexité morale et politique du dommage à l’environnement », Annales, Histoire, Sciences Sociales, vol. 66, n° 1, pp. 213-240.

Colin Lebedev A. (2013), Le Cœur politique des mères. Analyse du mouvement des mères de soldats en Russie, Paris, Éditions de l'École des hautes études en Sciences sociales.

Daucé F. (2005), « Les associations de défense des droits de l’homme en Russie : un espace de composition entre des régimes d’engagement », dans Thévenot L. (dir.), Des Liens du proche aux lieux du public. Russie - France, regards obliques, archives HAL.

Daucé F., Désert M., Laruelle M., Le Huérou A. & K. Rousselet (2010), « Les usages pratiques du patriotisme en Russie », Questions de recherche, n° 32, pp. 1-31.

de Tinguy A. (2004), La Grande migration. La Russie et les Russes depuis l'ouverture du rideau de fer, Paris, Éditions Plon.

Ferro M. (2007), Le Ressentiment dans l'histoire. Comprendre notre temps, Paris, Éditions Odile Jacob.

Gabowitsch M. (2007a), Le Spectre du fascisme. Le nationalisme russe et ses adversaires, 1987-2007, thèse de doctorat de Sciences sociales, Paris, EHESS.

Gabowitsch M. (2007b), « Combattre, tolérer ou soutenir ? La société russienne face au nationalisme russe », dans Laruelle M. (dir.), Le Rouge et le Noir. Extrême droite et nationalisme en Russie, Paris, CNRS-Éditions, pp. 67-114.

Gabowitsch M. (2016), Protest in Putin’s Russia, Berlin, Cambridge, Polity Press.

Genard J.-L. (1999), La Grammaire de la responsabilité, Paris, Éditions du Cerf.

Genard J.-L. (2011), « Investiguer le pluralisme de l’agir », SociologieS, Grands résumés, L'Action au pluriel. Sociologie des régimes d'engagement, mis en ligne le 06 juillet 2011 [En ligne] http://journals.openedition.org/sociologies/3574

Grossetti M. (2011), « Les ressources de l’activité sociale », SociologieS, Grands résumés, L'Action au pluriel. Sociologie des régimes d'engagement, mis en ligne le 06 juillet 2011 [En ligne] http://journals.openedition.org/sociologies/3575

Kareva N. (2005), « Le régime d’hospitalité dans l’expérience de l’étranger », dans Thévenot L. (dir.), Des Liens du proche aux lieux du public. Russie - France, regards obliques, archives HAL CNRS.

Kareva N. (2017), « L'expérience de l'étranger. Les engagements de l’hospitalité et leur compromis », Revue Comparative Est-Ouest, vol. 3, n° 48, pp. 215-244.

Khapaeva D. (1994), « L'Occident dans l'imaginaire russe », Information sur les Sciences Sociales, vol. 33, n° 1, pp. 553-569.

Khapaeva D. (1995a), « L'Occident sera demain », Annales Histoire, Sciences Sociales, vol. 50, n° 6, pp. 1259-1270.

Khapaeva D. (1995b), « As the Whole Civilized World… », Social Science Information, vol. 34, n° 4, pp. 687-704.

Kharkhordine O. (1999), The Collective and the Individual in Russia: A Study of Practices, Berkeley, University of California Press.

Kharkhordine O. (2005), Main Concepts of Russian Politics, Lanham, Maryland, University Press of America.

Kharkhordine O. & A. Kovaleva (2005), « Gradations of Proximity in Contemporary Russian Friendship », dans Thévenot L. (dir.), Des Liens du proche aux lieux du public; Russie - France, regards obliques, archives HAL CNRS.

Kondratieva T. (2002), Gouverner et nourrir. Du pouvoir en Russie (XVIème-XXème siècles), Paris, Éditions Les Belles Lettres.

Kondratieva T. (dir.) (2011), Les Soviétiques. Un pouvoir, des régimes, Paris, Éditions Les Belles Lettres.

Koveneva O. (2011), « Les communautés politiques en France et en Russie : regards croisés sur quelques modalités du "vivre ensemble" », Annales, Histoire, Sciences Sociales vol. 66, n° 3, pp. 787-817.

Lamont M. & L. Thévenot (dir.) (2000), Rethinking Comparative Cultural Sociology: Repertoires of Evaluation in France and the United States, Cambridge, Cambridge University Press.

Novikova N. & N. Kareva (2004), « L’histoire du devenir de la conscience de soi féminine », dans Mesherkina E. (dir.), Histoire orale et biographie. Le regard féminin, Moscou, Nevsliy prostor, pp. 50-53.

Pattaroni L. (2002), « Les compétences de l’individu : travail social et responsabilisation », dans Chatel V. & M.-H. Soulet (dir.), Faire face et s’en sortir, Fribourg, Éditions Universitaires, vol. 2, pp. 107-114.

Pattaroni L. (2004), Politique de la responsabilité. Promesses et limites d’un monde fondé sur l'autonomie, thèse de doctorat de Sociologie, Genève, Université de Genève – Paris, EHESS.

Stavo-Debauge J. (2009), Venir à la communauté. Une sociologie de l’hospitalité et de l’appartenance, thèse de doctorat de Sociologie, Paris, EHESS.

Stavo-Debauge J. (2010), « Dé-figurer la communauté ? Hantises et impasses de la pensée (politique) de Jean-Luc Nancy », dans Kaufmann L. & D. Trom (dir.), Qu’est-ce qu’un collectif politique ?, Paris, Éditions de l’EHESS, série « Raisons Pratiques », n° 20.

Stavo-Debauge J. (2013), « Entre bienfaits de la moindre appartenance et solution de l’exit. L’étranger de Simmel à la lutte avec la reconnaissance », dans Ferrarese E. (dir.), Antagonisme et reconnaissance. Figures de l’affrontement moral, Paris, Éditions Hermann, pp. 134-165.

Stavo-Debauge J. (2014), « L’idéal participatif ébranlé par l’accueil de l’étranger. L’hospitalité et l’appartenance en tension dans une communauté militante », Participations vol. 9, n° 2, pp. 37-70.

Thévenot L. (dir.) (2005), Des Liens du proche aux lieux du public : une perspective franco-russe, rapport final, Ministère de la Jeunesse, de l’Éducation nationale et de la Recherche, Action concertée incitative « Internationalisation des sciences humaines et sociales », Paris, Groupe de sociologie politique et morale, déposé en 2016 dans les archives HAL CNRS.

Thévenot L. (2006), L’Action au pluriel. Sociologie des régimes d'engagement, Paris, Éditions La Découverte.

Thévenot L. (2007), « The Plurality of Cognitive Formats and Engagements: Moving between the Familiar and the Public », European Journal of Social Theory, vol. 10, n° 3, pp. 413-427.

Thévenot L. (2008), « Sacrifices et bénéfices de l'individu dans un espace public libéral », Cahier d'éthique sociale et politique, n° 5, pp. 68-79.

Thévenot L. (2010), « Individualités entre émancipation, pouvoir et oppression. Deux extensions de la critique », dans Corcuff P., Le Bart C. & F. de Singly (dir.), L'Individu aujourd'hui, Rennes, Presses universitaires de Rennes, pp. 289-300.

Thévenot L. (2011), « Pouvoirs en question. La sociologie des régimes d’engagement », SociologieS, Grands résumés, mis en ligne le 06 juillet 2011 [En ligne] http://journals.openedition.org/sociologies/3572

Thévenot L. (2014), « Voicing Concern and Difference. From Public Spaces to Common-places », European Journal of Cultural and Political Sociology, vol. 1, n° 1, pp. 7-34.

Thévenot L. (2015), « Making Commonality in the Plural, on the Basis of Binding Engagements », dans Dumouchel P. & R. Gotoh (dir.), Social Bonds as Freedom: Revising the Dichotomy of the Universal and the Particular, New York, Berghahn Editor, pp. 82-108.

Thévenot L. (avec la collaboration de J. Tsinman et A. Zambiras) (2017), « En commun, en différend. Politiques comparées dans l’apprentissage de la vie ensemble en foyer étudiant », Revue Comparative Est-Ouest, vol. 48, n° 3-4, pp. 45-93.

Thevenot L. & N. Kareva (2009), « "Čudesnyj hleb" gostepriimstva (nedorazumenija, projasnjajuŝie otkrytost’ i zakrytost’ soobŝestv) », Novoe Literaturnoe Obozrenie, n° 100, pp. 678-701

Haut de page

Notes

1 La première version de ce travail a été publiée en russe (Thévenot & Kareva, 2009) dans le numéro anniversaire 100 de la revue NLO dirigée, de même que la maison d'édition éponyme, par Irina Prokhorova. Explicitement produit dans le contexte russe d’une « nouvelle fermeture » révisant les idéaux des années 1980-90, le numéro était intitulé L'anthropologie des sociétés fermées. Plutôt qu’une simple référence au modèle de « société ouverte » promu par Charles Popper, ou au très important programme d’aide à la démocratisation financé à l’Est par la fondation Soros, le volume envisageait la fermeture comme partie intégrante de la modernité, ainsi qu’en témoignent des épisodes historiques de sociétés telles que l’Allemagne, le Japon, l’Espagne, le Portugal et l’URSS. Dans son appel à communication et chapitre introductif à l’ouvrage, Irina Prokhorova voyait ces moments de fermeture centrés sur l’émotion, le sens de l’exclusif (« les étrangers ne nous comprendront jamais »), le culte de l’hospitalité, autant de traits que nous allons retrouver dans notre article.

2 Les modèles sont multiples dans chaque pays et ne doivent pas être confondus avec des communautés ou cultures nationales, leurs usages respectifs dépendant notamment de l’expérience passée des personnes. Nous remercions Mischa Gabowitsch qui a souligné ce point parmi d’autres commentaires précieux sur ce texte. On consultera avec profit son travail remarquable sur le nationalisme russe (Gabowitsch, 2007a, 2007b). Voir aussi son ouvrage sur les formes de protestation en Russie (Gabowitsch, 2016).

3 Le programme réunissant des chercheurs de Russie et de France, seniors et doctorants, était animé par Daniil Alexandrov et Laurent Thévenot et a bénéficié d'un financement français du Centre national de la recherche scientifique et du Ministère de la Recherche. Après la rédaction du rapport présentant les résultats des recherches (Thévenot, 2005), la plupart d’entre elles ont donné lieu à publication. Sur ce programme et ses suites, voir le dossier de la Revue comparative Est-Ouest, dirigé par Françoise Daucé et Anna Colin-Lebedev.

4 Joan Stavo-Debauge a pris part aux premières réunions du programme franco-russe et fait ainsi bénéficier les participants de sa recherche en cours, de même que l’ont fait Marc Breviglieri et Luca Pattaroni.

5 Dans le cadre du programme franco-russe, Nina Kareva a pris comme objet de recherche l’hospitalité dans l'expérience de l’étranger (Kareva, 2005, 2017). Le présent article prolonge cette recherche en exploitant des développements non publiés, tel l’épisode sur le pain de l’hospitalité. L'enquête de Nina Kareva a été réalisée à partir d’entretiens approfondis auprès de 23 personnes, treize venant de l'Est (de Russie et Biélorussie) et dix de l’Ouest (France, Belgique, Allemagne et Hollande), qui avaient vécu des expériences de vie à l’étranger plus longues que des visites touristiques.

6 L’anthropologie brésilienne a pris une ampleur considérable et couvre de fait tous les domaines couramment abordés par la sociologie.

7 Sur la place de l’adversaire dans le nationalisme russe, voir Gabowitsch (2007a) et Daucé, Désert, Laruelle, Le Huérou & Rousselet (2010).

8 Marc Ferro a montré l’importance du mouvement du ressentiment dans l’Histoire, à partir d’un examen de passions qui l’ont amené à relier des atteintes personnellement ressenties à des mouvements d’ampleur collective (Ferro, 2007). À la différence du tort collectivisé cheminant vers la critique publique d’injustice, l’humiliation personnellement ressentie conduit à une animosité qui travaille plus sourdement dans le sens du belliqueux.

9 Ces travaux comparatifs ont également examiné la place, dans ces trois pays, du modèle de composition par grandeurs plurielles de bien commun et la nature des compromis frayés entre plusieurs grandeurs (Boltanski & Thévenot, 1991). Pour notre propos, ici centré sur la confrontation tendue entre les compositions libérale et par affinités personnelles à des lieux-communs, nous laisserons de côté la composition par grandeurs de bien commun.

10 Joan Stavo-Debauge a argué en faveur d’un tel choix – plutôt que celui de « société » ou de « collectif » – qui ne comporte nulle inclinaison en faveur des thèses communautariennes (Stavo-Debauge, 2009, 2010) .

11 Joan Stavo-Debauge fait remarquer qu’on pourrait écrire « individu-en-communauté », ce qui ferait ressortir encore davantage la place de la communauté dans la construction libérale et le malentendu conduisant à opposer individu et communauté dans cette configuration (Stavo-Debauge, 2009). La désignation d’« individu-en-public » rappelle la place de la notion de public (opposé alors à privé) dans cette construction libérale.

12 Pour un examen systématique de la notion de responsabilité, voir : Genard (1999). Sur les politiques de la responsabilité et de la responsabilisation, voir : Pattaroni (2002, 2004).

13 Remarquons, pour le déplorer, que le terme de « négociation » en est venu à désigner toute modalité de communication dans le vocabulaire des sciences sociales et politiques à prétention universelle, alors que la pragmatique de la négociation procède de la composition libérale du commun, ou encore de la transaction marchande.

14 La notion de régime d’engagement est destinée à saisir un rapport dynamique au monde matériel et aux autres, en caractérisant la quête d’une forme de garantie et le revers du doute en considération de ce qui a été sacrifié. À la pluralité des régimes d’engagement correspond celle des formats de connaissance et d’information dans la réalité éprouvée en action. À cette pluralité correspond également celle des formats de biens pour lesquels une garantie est recherchée par l’engagement, et des maux éprouvés à défaut. Sur ce cadre d’analyse, voir : Thévenot (2006, 2007, 2011), ainsi que, pour le dernier, les deux discussions critiques par Jean-Louis Genard et Michel Grossetti (Genard, 2011 ; Grosseti, 2011)

15 Un terme russe utilisé pour désigner la patrie, rodina, fait ressortir un trait important de l’opération de communication par affinités commune : la géométrie variable des lieux-communs. La racine du terme désigne précisément la lignée (rod) et génère des « patries » (au sens dérivé d'origines ou souches) d’échelles très variées, du pays en son entier aux pays plus locaux et jusqu’à la toute petite patrie de « son coin » dont on est originaire. Le qualificatif dérivé désigne le commun à deux d’une amitié durable (rodnoy droug). Il n’est pas seulement limité à un « pays » ou une « payse », comme on disait en français pour désigner ces compatriotes de localité, mais vise une patrie constituée par les lieux communs d’une amitié indissoluble.

16 L’écart entre les deux compositions du commun s'accentue et se manifeste dans la construction grammaticale de l’agent. À la différence du français et de l’anglais, la langue russe marque la différence entre la mise en avant d’un « je » prenant à sa charge cette agence et notamment un choix individué et une construction via le « à moi » (datif) suivi d’un verbe impersonnel à la troisième personne neutre qui met en avant un sort commun s’imposant à la personne comme aux autres. L’extension remarquable de la formule « il (me) faut » [(mne) nado] tend à plonger l’agent dans un genre de nécessité et d’obligation dictant sa conduite. La construction d’une société communiste et d’un pouvoir soviétique a largement tablé sur cette « nécessité » se prolongeant jusque dans les actes les plus personnels. Nina Kareva souligne la tendance à expliquer les efforts personnels par cette nécessité plutôt que de les affirmer positivement à son compte, tendance manifeste dans une enquête sur « la conscience de soi féminine » reposant sur des récits de vies de femmes soviétiques pendant les années 1960-80 (Novikova & Kareva, 2004).

17 Dans sa recherche sur les suites de la catastrophe de Seveso et l’étonnant paradoxe d’une hostilité des habitants aux soutiens nationalement apportés par des militants, Laura Centemeri a mis en évidence la force d’affinités communes dans une communauté locale et la place du malheur partagé dans l’entretien du commun (Centemeri, 2011).

18 Sur la façon dont les associations de défense des droits de l’homme en Russie font place à cette grandeur domestique et aux régimes d'engagement dans le proche, place non appréhendée par une focalisation sur la notion de « société civile », voir Daucé (2005). Sur la place de la grandeur domestique (en compromis avec la grandeur civique) dans le Comité des mères de soldats de Russie et ses requérants, et la critique des analyses des mouvements sociaux trop dépendantes d’une construction libérale pour la distinguer, voir Colin-Lebedev (2013).

19 Sur le vis-à-vis de la Russie et de l'Occident, voir notamment Khapaeva (1994, 1995a, 1995b).

20 Olga Koveneva a éclairé ces questions à partir de sa comparaison franco-russe sur les manières de s'approprier, depuis le plus proche jusqu'au plus public, un espace de ville et de nature, comparaison dans laquelle elle a recherché une telle symétrie (Koveneva, 2011).

21 Sur la différenciation des modèles de communication dans l’amitié, voir Kharkhordine & Kovaleva (2005). Et sur la place de l’amitié parmi les concepts de la politique en Russie, voir Kharkhordine (2005). Dans son ouvrage sur The Collective and the Individual in Russia, Oleg Kharkhordine dessine un modèle de différenciation de la personne dans le cadre de cercles amicaux où, en toute confiance, les appréciations peuvent être portées sur cette personne par des proches (Kharkhordine, 1999).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Thévenot et Nina Kareva, « Le pain merveilleux de l'hospitalité », SociologieS [En ligne], Dossiers, HospitalitéS. L’urgence politique et l’appauvrissement des concepts, mis en ligne le 13 mars 2018, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/6933

Haut de page

Auteurs

Laurent Thévenot

Groupe de sociologie politique et morale (GSPM-EHESS) et Laboratoire de sociologie quantitative (CREST-INSEE) - thevenot@ehess.fr

Articles du même auteur

Nina Kareva

nkareva71@mail.ru

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page