Navigation – Plan du site
La situation actuelle de la sociologie

La sociologie critique ou la dépolitisation de la sociologie de la politique

Critical sociology or de-politicization of politics’ sociology
Danny Trom

Résumés

Cet article interroge la tendance récurrente de la sociologie critique française à évacuer ce qui l’on entend généralement par « idées » de l’analyse de l’action située. Il montre, à partir du succès de l’ouvrage de Christopher Browning Des Hommes ordinaires, qui est devenu dans ce contexte un classique, combien une analyse qui contourne méthodiquement l’intention dans l’action, aboutit à des résultats erronés. Se pose alors la question de savoir pourquoi des résultats mal fondés recueillent pourtant les suffrages de la sociologie critique. Répondre à cette question suppose d’exhumer l’opération de dépolitisation, jamais assumée, qui permet à ce genre de sociologie de tirer des leçons critiques prêtes à l’emploi, déjà formulées avant toute enquête empirique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article reprend, en l’actualisant, une communication orale à la session « Prendre en compte les (...)

1La question : que faire des idées en sociologie politique ? est susceptible d’être abordée de multiples manières 1. Si elle est posée dans des termes si généraux, c’est qu’elle traduit un malaise dans la sociologie politique actuelle. La sociologie politique main stream, qui est une sociologie « critique », se caractérise en effet par l’effort systématique de nier, d’ignorer, à tout le moins de minorer quelque chose qui est rendu ici par le mot « idée ». Dès lors que cet effort est érigé en méthode, la sociologie critique vise à dévoiler ce qui est inconscient, irréfléchi, insu, au mieux, inavouable, dans l’explication des conduites. Or, si l’on admet que l’homme est un être pensant et parlant, que la pensée et le langage le caractérisent donc essentiellement, on saisit immédiatement pourquoi les insatisfactions ne manqueront pas, tôt ou tard, de surgir. Pourtant, tel est bien le geste qui prévaut : l’entreprise d’évacuation des « idées » se fait sous la bannière d’une lutte contre les illusions (celle d’un sujet réfléchissant, celle d’un acteur autonome), contre toutes les versions de ce qui est perçu comme de l’idéalisme (erreur consistant à attribuer aux idéalités une existence autonome), comme du mentalisme (erreur consistant à ancrer les phénomènes sociaux dans l’intériorité ou l’esprit des agents) ou comme de l’intellectualisme (erreur consistant à donner le primat à l’intellect, au raisonnement, dans la description et l’explication de l’action).

2Ce trait général s’alimente bien entendu aux sources mêmes de la sociologie, sous deux modalités étroitement liées. Premièrement, il a été conféré aux « idées » un statut dérivé, subordonné à la vie matérielle : la vie idéelle découle ou procède des rapports sociaux et elle les reflète, elle forme une superstructure même s’il lui a été quelquefois concédée une efficacité propre, quoique toujours relative. Deuxièmement, il a été conféré à la pensée un statut subordonné à des mécanismes sociaux sous-jacents mais qui s’accordent à une logique immanente documentée par des régularités ou des lois sociales. De manière très schématique, on dira alors que l’imagination sociologique courante repose sur deux piliers, l’un relatif à la validité du contenu de la pensée, l’autre relatif au sujet pensant : l’objet de la pensée est une croyance ; le sujet pensant est une illusion. Telles sont les deux axiomes sur lesquels elle va faire fond. Aussi voit-on immédiatement pourquoi ce qui est appelé « idée » doit être nié ou minoré : une idée apparaît toujours comme quelque chose qu’un sujet possède en propre et qui manifeste une capacité individuelle de penser. On lui substituera de préférence l’idéologie ou la croyance, mouvement de traduction par lequel on la collectivise et la formalise immédiatement afin qu’elle puisse au mieux être attribuée de manière impersonnelle et surtout, que son contenu soit relégué au statut superficiel de l’artifice, de pure fabrication. Sous cette forme acceptable, la sociologie de l’action veille à ne lui conférer qu’une part insignifiante ou nulle dans l’explication de l’action.

3Pourtant, il ne s’agit là en aucun cas d’un trait inhérent aux sciences sociales, mais de l’une de ses déclinaisons possibles : « Les idées ne sont pas une instance séparée des rapports sociaux, les re-présentant comme après coup de la pensée. L’idéel est la pensée dans toutes ses fonctions, présente et agissante dans toutes les activités de l’homme, lequel n’existe qu’en société […]. L’idéel est donc ce qui fait la pensée, et sa diversité correspond à celle des fonctions de la pensée. » (Godelier, 1984, pp. 199 sq.). Maurice Godelier, que l’on ne pourra soupçonner d’idéalisme, souligne qu’une des fonctions majeures des idées consiste à interpréter le monde social, à produire du sens. Et la description de la production du sens de l’action et de la construction du sens de la situation dans laquelle les agents sont impliqués ne suppose aucune régression mentaliste ou intellectualiste tant redoutée. C’est plutôt le refus de leur accorder l’attention nécessaire qui conduit quelquefois à des résultats irréalistes.

4Il est cependant exact que la sociologie s’est construite pour partie dans une opposition à « l’anthropologie capacitaire » (Breviglieri & Stavo-Debauge, 2006) dominante, contre cette grammaire libérale dont la sociologie hérite et se sépare et à partir de laquelle elle ne cesse néanmoins de se déterminer. Cette anthropologie capacitaire pose que le sujet est l’auteur de sa conduite et le porteur des raisons qui en déterminent le sens ; il est le sujet intentionnel de ses actes ; l’acte doit donc pouvoir être imputé au sujet et ce dernier doit pouvoir en répondre (il est res-ponsable). La sociologie dominante, quant à elle, en récuse les termes, non pas en tant qu’état de choses souhaitable, mais en tant que réalité empirique : la conduite de l’agent répond à des logiques exogènes à sa volonté ; cette conduite, de même que la réponse à travers laquelle l’agent se pose comme le sujet de ses propres actes, doivent alors être compris comme des symptômes. Mais puisque le sociologue est toujours aussi un participant à la vie sociale de ceux qu’il observe, les deux « modèles » de description ne sont pas étanches (Genard, 1999). D’une part, les modèles descriptifs et explicatifs de la sociologie retournent régulièrement dans le monde social et sont, d’une manière ou d’une autre, appropriés par les agents. D’autre part, le sens commun se tient toujours à l’arrière-plan de l’évaluation qu’effectue le sociologue des descriptions et explications savantes produites dans la communauté des sociologues. En somme, la sociologie produit des descriptions dont le réalisme demeure tributaire d’un sens commun partagé par l’ensemble des participants au monde social. Un démenti de la réalité partagée n’invite pas le sociologue à composer avec le sens commun mais à réviser ses outils de descriptions afin d’honorer le réalisme inhérent au projet sociologique. C’est précisément ce qui arrive lorsqu’une description de la situation est entièrement calée sur des logiques étrangères au sens de l’action produit par l’agent ou au sens visé dans l’action ; lorsque, aimantée par une entreprise systématique d’évacuation des « idées » de la description (qui sont, pourrait-on dire provisoirement, « internes » à l’action dans son déroulement), l’opération de traduction rend la matière empirique qu’elle travaille à ce point méconnaissable que l’on en vient à douter de son réalisme.

  • 2 On se reportera aux conclusions du chap. VI (« Bourreaux allemands : comportements et mobiles à la (...)

5Plutôt que de discuter ce point in abstracto, appuyons-nous sur un exemple, à savoir l’analyse que propose Christopher Browning de l’activité meurtrière du 101ème bataillon de gendarmerie dans les territoires de l’Est conquis par l’Allemagne nazie (Browning, 1999). Plusieurs raisons guident ce choix. Premièrement cet ouvrage a acquis dans la sociologie française le statut d’une étude de cas exemplaire et se trouve dès lors recommandé à nos étudiants et abondamment cité dans des domaines de la sociologie aussi divers que le travail, l’exclusion, la bureaucratie ou le militantisme. Deuxièmement, en portant sur le meurtre de masse, il touche à une préoccupation originelle de la sociologie, à savoir l’agir régulé normativement et ses déviances, rendant ainsi la charge normative sous-jacente aux modèles d’action particulièrement patente. Troisièmement, il s’inscrit dans le cadre d’une analyse de l’action située qui permet, par le resserrement et la focalisation sur le détail des interactions qu’il suppose, de sonder la cohérence des modèles d’action disponibles. Enfin et surtout, il permet de mettre au jour, non pas la place des « idées » dans une théorie de l’action, mais le vide creusé par leur absence et donc aussi de cerner la fonction de cette négation. Il convient de remarquer d’emblée que Christopher Browning apporta sinon un démenti, du moins un sérieux correctif à la conclusion centrale de son maître-ouvrage, à la lumière d’une étude ultérieure qu’il mena sur d’autres groupes de tueurs 2 – étude qui n’eut toutefois aucun impact sur la réception enthousiaste de la sociologie française contemporaine du désormais classique Des Hommes ordinaires. Ce constat atteste qu’il existe une corrélation entre la validité que l’on confère à une analyse sociologique et la pertinence des leçons que l’on croit ou espère pouvoir en tirer.

6On procédera en trois étapes. Il convient d’abord de montrer comment des Des Hommes ordinaires construit un cadre d’analyse entièrement édifié sur l’expulsion des idées de l’économie générale de la démonstration sociologique. On montrera ensuite que cette forclusion produit un effet de surprise qui a pour condition une description manifestement incomplète des situations d’interaction et une théorie incohérente de l’action. On suggérera enfin que le succès d’un cadre d’analyse qui évacue les idées tient précisément à une posture politique que des conclusions pourtant erronées autorisent.

Incomplétude de la description

  • 3 Dans cet ouvrage, Christopher Browning relate et analyse l’activité meurtrière du bataillon de poli (...)

7L’ouvrage étant connu de tous (Browning, 1999) 3, je vais donc en proposer un résumé schématique en me centrant sur la manière dont Christopher Browning formule une énigme et la résout. L’énigme, on le sait, est la participation d’« hommes ordinaires » à des meurtres de masse perpétrés contre une population civile désarmée et effectués en situation de face à face ou du moins de corps à corps. L’historien tient pour acquis qu’il s’agit d’une conduite qui contrevient à une norme communément partagée, d’où l’urgente nécessité d’en rendre raison.

8Voici les explications qui sont soulevées, puis rejetées ou validées, dans le cours de la démonstration.

9Christopher Browning procède d’abord par l’élimination de deux hypothèses, sur la base de données sociographiques disponibles : les tueurs ne sont pas atteints d’une pathologie mentale ; ils ne sont pas membres du parti nazi et n’ont bénéficié d’aucune formation idéologique. Deux explications de la conduite se trouvent ainsi d’emblée écartées, qui justifient (si l’on ajoute la diversité socio-professionnelle et les disparités d’âge à l’intérieur du groupe) la qualification de ces hommes d’« ordinaires » :

101. Un agir pathologique, déclenché par une pulsion ou une grave altération du jugement

112. Un agir commandé par un endoctrinement ou par l’adhésion à une doctrine

12Puis, sur la base d’une analyse proprement situationnelle des meurtres de masse, plusieurs explications sont à nouveau rejetées.

13La première série d’explications a trait à une contrainte verticale, qui prend deux formes différentes. D’abord la contrainte brute est éliminée puisque l’opportunité de se soustraire à la tâche est régulièrement ouverte aux exécuteurs alors qu’elle n’est que très exceptionnellement saisie, sans qu’aucune menace de sanction ni aucune sanction effective s’y trouve associée. Ensuite la soumission à l’autorité, à une hiérarchie de prestige, de savoir et de pouvoir, que Stanley Milgram a documentée, est longuement discutée par Christopher Browning qui, sans l’invalider directement, semble in fine lui réserver un poids marginal. Les deux explications sont donc ici rejetées :

143. Une conduite contrainte par la menace directe (et physique)

154. Une conduite contrainte par la soumission consentie à l’autorité (l’effet d’une violence symbolique)

16La seconde série d’explications situationnelles a trait à une contrainte que l’on appellera horizontale pour la contraster avec la première, dont deux versions sont présentées, sans que cette distinction soit véritablement explicitée. La première version se résume au mieux par ce mécanisme que le psychosociologue Solomon Asch a nommé peer pressure, à savoir l’alignement d’une conduite sur celle des autres, par conformisme. La seconde version consiste dans la manifestation d’une solidarité à l’intérieur d’un groupe confronté collectivement et distributivement à la nécessité d’effectuer ce que Christopher Browning, reprenant les mots d’un tueur, appelle un « sale boulot ». Dans le premier cas, il y a simplement une pression diffuse du groupe et la conduite se détermine de manière peu réflexive (le conformisme) ; dans le second cas, la conduite répond à une contrainte morale qui consiste à ne pas se soustraire à une tâche difficile et ingrate, puisqu’il est juste que chacun y contribue également. Deux nouvelles explications sont ici proposées mais seule la dernière est véritablement validée.

175. Une conduite par conformisme (exercée par la pression du groupe qui pousse à imiter ; elle manifeste une simple inclusion dans le groupe).

186. Une conduite solidaire qui découle des obligations nourries à l’égard d’alter (obligation ressentie par chacun ; elle manifeste l’adhésion au groupe)

  • 4 Par exemple, le très perspicace texte de Ruwen Ogien « Confusions autour de "la banalité du mal" » (...)

19Cette dernière explication est principalement retenue. Telle est la découverte sociologique de l’étude de Christopher Browning. Par l’expression « ne pas laisser aux autres le sale boulot », celui-ci entend combien le « travail » des tueurs est pénible, difficile à accomplir. Il décrit alors finement les tensions, les accrocs, les troubles, les tentatives de se soustraire ponctuellement à la tâche, suscités par la manifestation phénoménale du spectacle répugnant en cours. Rarement les tensions normatives apparaissent déterminantes dans l’exécution de la tâche, si ce n’est à l’intérieur du groupe des tueurs et relatives à la solidarité qui oblige mutuellement ses membres. La surprise du lecteur tient alors dans le contraste saisissant entre l’immensité du crime et la confondante banalité du mécanisme qui l’explique. Le ressort narratif de l’étude de cas tient tout entier dans cet écart. Toutefois, le doute quant à la plausibilité d’une telle conclusion peut emprunter plusieurs chemins : le sens social du lecteur peut être troublé au point d’en douter 4 ; le sens sociologique du sociologue peut être troublé par une question de méthode ; le lecteur averti sait que l’auteur lui-même a invalidé ultérieurement sa thèse.

20Partons du point de méthode qui ici nous intéresse avant tout. Une « microsociologie » (ou une sociologie de l’action, ou une approche interactionniste, peu importe ici la désignation) se propose de décrire des situations comme construites par les partenaires de l’interaction. Considérons qu’à l’intérieur des scènes décrites par Christopher Browning on distingue a minima trois groupes statutaires, trois genres de partenaires de l’interaction :

21a) les officiers (d’où émane le commandement de tuer)

22b) les exécutants (les tueurs)

23c) les populations juives (les tués)

24Il faudrait y ajouter le groupe des spectateurs mais il est généralement tenu à distance car la tâche s’effectue autant que faire se peut à l’abri des regards indiscrets. Indexons les six explications consignées plus haut de la conduite meurtrière sur les partenaires de l’interaction pris en compte dans la description. Les deux premières explications – celle de l’agir pathologique ou de l’agir commandé par un endoctrinement idéologique – écartées, ne s’appuient sur aucune description de la situation proprement dite. Les suivantes s’appuient toutes sur une description de la situation et sur une sélection des participants significatifs qui y sont impliqués, soit l’interaction commandement/exécutants (vertical), soit l’interaction entre exécuteurs (horizontal).

25Voici alors les six explications possibles de la conduite de (b) :

261) non situationnel : la maladie mentale
2) non situationnel : la croyance en une doctrine
3) (a)-(b) : la contrainte directe
4) (a)-(b) : la violence symbolique
5) (b)-(b) : le conformisme
6) (b)-(b) : l’obligation morale

27Ce qui frappe ici immédiatement est l’absence générale de (c) en tant que partenaire de l’interaction alors qu’une analyse situationnelle devrait être de part en part relationnelle. Dit autrement : (c) est décrit comme un objet dans l’action et non un participant à la situation. Ainsi sommes-nous en présence de descriptions de scènes qui semblent adopter un cadrage selon la perspective des tueurs. Ce cadrage réfracte le matériau de l’historien qui reconstitue les scènes à partir des récits des tueurs inculpés déposant devant un tribunal. Les exécutants y interprètent, ex post, leur propre activité comme un travail ingrat qui supposait que chacun contribue selon la part qui lui revient. Si tel est le cas, s’ils firent solidairement un sale boulot, la description de la situation organisée autour de l’interaction (b)-(b) est justifiée. Le lecteur se demande alors – et telle est la question qu’il ne cesse de se poser tout au long de la lecture de l’enchaînement de scènes de massacres – s’ils font un sale boulot ou s’ils font comme si il faisaient un travail ingrat. Pour qu’ils puissent réellement le comprendre comme l’exécution d’un travail répugnant, il leur fallait effectivement écarter (c) de leur description comme partenaire de l’interaction et lui conférer le statut d’une visée de l’action. Telle est la condition pour que (c) soit l’objet d’un traitement criminel. Certes, il arrive, quoique furtivement, que Christopher Browning, suivant les récits des exécutants, réintègre (c) comme partenaire de l’interaction lorsque (c) se présente comme un nourrisson, un enfant en bas âge ou un adulte germanophone. Dans de rares moments ils surgissent alors soudain comme des partenaires envers lesquels (b) éprouve ce sentiment d’obligation qui gouverne invariablement les relations (b)-(b). L’abîme qui s’ouvre entre l’explication de la conduite (le banal sentiment d’obligation que nous éprouvons tous dans des collectifs comme la famille, l’université ou l’entreprise) et l’effroi ressenti à la lecture des scènes, trouve ici son ressort : (c) est traité comme un objet dans l’action et non comme un partenaire de l’interaction aussi asymétrique puisse-t-elle être.

28Résumons : décrire les scènes de massacre en les organisant autour de l’interaction (b)-(b) suppose que (c) ne soit pas un partenaire de l’interaction mais l’objet d’un traitement. Se pose alors abruptement la question : n’est-ce pas la perspective même du nazisme qui se trouve reconduite dans la description ? La réponse semble en première approximation négative : les récits des tueurs indiquent qu’ils n’ont aucune raison de faire ce qu’ils font, hormis le sentiment de solidarité qui les lie dans l’action. Ils n’agissent pas comme des nazis mais comme des hommes ordinaires soucieux d’honorer leurs obligations dans un collectif dévolu à une tâche. Mais en deuxième approximation, on se demande, tout en acceptant au moins provisoirement que leur déposition devant le tribunal est fidèle à ce qu’ils firent réellement, si la possibilité même de traiter (c) comme un objet de l’action et non comme un partenaire de l’interaction n’est pas une définition possible de la criminalité nazie.

Agir sans intention

29Il convient ici d’évoquer brièvement l’analyse proposée par Daniel Goldhagen qui, se fondant partiellement sur les mêmes matériaux, parvint à des conclusions diamétralement opposées à celle de Christopher Browning (Goldhagen, 1996). Bien qu’assise sur une théorie de l’action souvent confuse, son analyse de la conduite des tueurs révèle néanmoins cette absence de thématisation de l’interaction (b)-(c) dans l’ouvrage de Christopher Browning. Il serait ici éclairant de comparer les descriptions-interprétations des mêmes scènes par les deux auteurs, mais l’espace nous manque. Il suffit de formaliser la conclusion de Daniel Goldhagen relativement à l’énigme de Christopher Browning : les tueurs tuent parce qu’ils pensent (croient) qu’éliminer les juifs est une bonne chose à faire. On a donc ici une explication supplémentaire :

307) Une conduite volontaire relativement à ce qui est accompli (une conduite orientée par une vision normative et politique du monde social).

31Ce résultat est obtenu en s’appuyant sur une structure de l’interaction qui prend la forme (a)(b)-(c). Les directives de (a) sont immédiatement comprises et exécutées par (b) parce que la tâche, éliminer (c), est une tâche nécessaire et souhaitable. Ici (c) est un partenaire de l’interaction puisque le rapport entre (a)(b) et (c) est qualifié politiquement en terme d’hostilité radicale. Mais pour cela, il convient de réintroduire l’explication (non situationnelle) (2), la conviction idéologique que Christopher Browning avait d’emblée écartée. Non pas que les membres du bataillon aient été formés idéologiquement, mais précisément du fait qu’ils n’en aient pas eu besoin car en situation d’agir, ils agissent selon les catégories nazies, par adhésion à ce que Daniel Goldhagen appelle un « antisémitisme éliminationniste ». Nous avons donc ici deux descriptions-explications de la conduite : soit (6)/(b)-(b) soit (7)/(a)(b)-(c).

32Replaçons notre cas dans la problématique de la place des idées dans la sociologie politique. Christopher Browning, pourrait-on dire, élimine d’emblée la dimension « idéelle » de l’action. Contextuelle, redéfinie comme une affaire de formation idéologique, elle disparaît de surcroît de son analyse situationnelle, bien qu’elle soit mentionnée au titre de contexte englobant en introduction et en conclusion de son ouvrage. Il est donc suggéré qu’elle environne la situation mais n’a pas part à l’explication de ce qui se passe. C’est pourquoi Christopher Browning, en conclusion de son étude, peut reformuler son énigme de départ de la manière suivante : « comment des hommes ont-ils tué des hommes » ?, étant entendu que les exécuteurs (b) sont des hommes ordinaires, ce qu’atteste la solidarité qui se manifeste dans l’interaction (b)-(b) et (c) des hommes, ce dont la description n’atteste précisément pas mais que le sens commun admet. Comment ont-ils donc accompli ce qu’ils ont accompli, alors que ce sont des hommes ordinaires ? La réponse est 6/(b)-(b) : pour des raisons qui émergent dans la situation mais sans l’idée de le faire au titre d’un but désirable en soi. Pourtant ils le font de manière volontaire et dans l’intention de le faire. Mais l’intention n’est pas ici rattachée à l’idée de faire cette chose, mais à une obligation normative à l’égard des pairs. Elle n’est pas attachée au résultat qui est visé dans l’action mais le simple effet d’un mécanisme de solidarité dans un collectif assigné à une tâche difficile. Le tueur tue pour une raison qui nous est parfaitement accessible, qui serait même louable puisqu’elle fait fond sur un sentiment d’obligation que nous jugeons spontanément bon (faire sa part de tâche ingrate dans un collectif) si le but visé dans l’action n’était pas criminel. L’erreur de Des Hommes ordinaires est donc d’abord méthodologique puisqu’elle a trait à son protocole d’observation partiel, incomplet. L’explication alternative de Daniel Goldhagen (7)/(a)(b)-(c) le révèle malgré ses faiblesses. Remarquons que ce dernier ne demande pas comment des hommes ont tué d’autres hommes mais comment les nazis ont tué les juifs. Il ne convertit pas un fait politique en drame humain, opération que Christopher Browning s’autorise pour asseoir l’explication (6)/(b)-(b). La qualification politique des relations (b)-(c) résulte du fait que (c) est réintroduit dans la situation comme partenaire de l’interaction. Ici, l’exécuteur tue effectivement pour des raisons qui nous paraissent aujourd’hui injustifiables parce qu’un monde dans lequel il est juste d’éradiquer les juifs nous est désormais (relativement) obscur.

33La reconstruction schématique à laquelle nous venons de procéder ne permet certes pas de fixer en toute généralité la place des « idées » dans la sociologie politique. D’ailleurs, on ne voit pas trop quelle serait l’utilité d’une telle fixation. Il y a des situations où l’agir intentionnel, réflexif, a une part congrue, quoique jamais nulle, dans l’action et d’autres où elle est patente. En revanche, la tentative ratée d’évacuer les « idées » d’une sociologie de l’action nous conduit à quelques considérations d’ordre général, deux relatives à la sociologie de l’action, la troisième à propos du sens de ce geste visant à évacuer coûte que coûte les idées de la description et de l’explication sociologique.

34Le postulat selon lequel les dynamiques situationnelles s’autonomisent de leur foyer de déclenchement ou de leurs origines mérite d’être réinterrogé. Peut-être la logique de la situation ne s’autonomise-t-elle jamais complètement de ses causes. La guerre d’éradication contre les juifs a été préparée par la diffusion de l’idée de leur hostilité à l’égard de l’Allemagne. Est-ce que cette idée forme simplement un vague contexte qui n’a plus d’effectivité ou est-elle assumée par le commandement qui donne l’ordre de tuer les juifs, puis assumée par les tueurs qui exécutent l’ordre de le faire ? On soupçonne qu’à ses divers niveaux, elle doit bien être agissante quoique selon des modalités et dans des proportions variables. Mais on voit bien pourquoi (b) devant un tribunal est enclin à affirmer qu’il a agi non pas tant en raison d’une hostilité à l’égard des (c) mais pour des raisons proprement situationnelles. Christopher Browning reprend imprudemment le motif de (b) pour asseoir sa description, puis, à l’examen de bataillons semblables affectés à des tâches identiques, il se ravise et conclut qu’il existait bien un noyau important de (b) motivés et enthousiastes à l’idée d’éliminer (c). Bien entendu, il existe une logique propre de la situation (typiquement : tuer une première fois rend l’engagement dans l’activité criminelle irréversible) mais cette dynamique inclut l’engagement des agents et leurs raisons d’agir. Cet agir ne résulte pas d’une montée aux extrêmes redevable d’une polarisation de la situation, mais de l’exécution d’un programme d’action, compris dans ses implications par ceux qui sont chargés de l’exécuter. Dès lors que l’on écarte par principe l’intention des agents dans l’explication de l’action, la description devient incomplète et débouche sur des résultats que le lecteur sociologue juge en première approximation contre-intuitive et dont il apprend ensuite qu’elle est erronée. La dimension « idéelle » de la vie sociale s’avère inéliminable de la description de la plupart des situations complexes.

35Le contournement auquel l’analyse de Christopher Browning procède invite ceux qui l’érigent en modèle de description et d’analyse à ignorer que la grammaire de l’acte intentionnel suppose logiquement un lien entre l’intention et l’objet visé dans l’action (Pharo, 1997, pp. 167-181). Pour peu que l’action ne soit ni purement mécanique, ni compulsive, elle doit pouvoir être portée et assumée par un sujet. Ici, il convient de distinguer, d’une part, la description des situations dans leurs dynamiques propres, l’action collective dans son déroulement et d’autre part, l’éclairage que ceux qui s’y sont trouvés impliqués sont susceptibles d’y apporter ex post. Si, dans la situation, les raisons de l’action ne sont pas explicitées c’est que l’action dans son déroulement n’appelle pas ou rarement le genre d’arrêt réflexif que suppose la clarification de la visée de l’action. Ceci signifie-il que la raison de l’action ne soit jamais qu’une justification ex post ? Il n’y a aucune raison de le penser. « Ne pas laisser aux autres faire le sale boulot » résume la manière dont (b) justifie sa conduite criminelle devant un tribunal. Pour le dire comme Alfred Schütz, le « motif en parce que » (la solidarité appelée dans la situation) est destiné à effacer un motif « en vue de » car ce dernier, s’il était formulé par (b), prendrait la forme d’un aveu de culpabilité et entrainerait la sanction la plus lourde – le tribunal étant ce lieu par excellence des « activités réparatrices » (selon la formule d’Erving Goffman), des justifications et des excuses par lesquelles ce qui est offensant ou susceptible d’être tenu comme tel se trouve converti en quelque chose d’acceptable. Ceci ne signifie aucunement que l’ordre moral de la situation fut monolithique comme Daniel Goldhagen le laisse penser ; il est au contraire composite, mais autorise à tout le moins un genre d’engagement que la grammaire politique du nazisme rend possible, sinon juste. La compossibilité des résultats (6)/(b)-(b) et (7)/(a)(b)-(c), voire d’autres résultats encore, découle précisément de cette hétérogénéité. La reconnaissance de l’ordre pluriel de la situation ne conduit à aucune conclusion qui puisse être qualifiée de mentaliste ou d’intellectualiste. Elle ne suppose en aucun cas que chaque tueur soit animé par la haine antisémite lorsqu’il agit ou que les incantations idéologiques causent l’action. L’idéologie ne forme pas le cadre explicatif de l’action, mais le vocabulaire de motifs à disposition des acteurs s’offre comme une structure mouvante, un arrangement institutionnel, à l’intérieur duquel celui qui agit se meut (Trom, 2001). La reconnaissance de l’ordre pluriel de la situation honore alors simplement un principe de complétude descriptive qui requiert que les multiples perspectives et orientations dans la situation soient prises en compte.

La leçon politique

36Une dernière conclusion se dégage sous une forme interrogative. Pourquoi une analyse manifestement si mal fondée obtient-elle un tel succès ? Pourquoi une explication qui contourne ou ignore la dimension idéelle dans la description-explication des conduites est-elle généralement prisée, même si elle débouche sur des résultats incohérents ? Pourquoi le résultat (6)/(b)-(b) est-il préféré au résultat (7)/(a)(b)-(c), même lorsqu’il est invalidé par celui qui l’a élaboré ? Dit autrement : quel est le ressort de l’attractivité du résultat erroné (6)/(b)-(b) ? Cette attractivité doit être rapportée à un effet de surprise, effet généralement attendu de la description et de l’analyse sociologiques. La leçon de Christopher Browning est en somme que les crimes les plus extraordinaires sont accomplis par des hommes ordinaires qui n’ont d’autre motif que d’agir solidairement dès lors qu’ils sont confrontés à une tâche pénible : « Alors si les hommes du 101ème bataillon de gendarmerie ont pu devenir des tueurs, quel groupe humain ne le pourrait pas » ? demande Christopher Browning à ses lecteurs qui désormais prennent conscience que l’auteur les invite tout au long de son étude à s’identifier à ces hommes ordinaires (qu’ils sont donc aussi). Ils découvrent alors avec effroi que, placés dans une situation similaire, ils agiraient exactement de la même manière. Le nazisme n’est ici que le cadre fortuit d’une dynamique situationnelle qui les happerait à coup sûr. Ils agiraient sans l’idée de commettre un crime ; et ils agiraient sans l’idée d’œuvrer à une tâche enthousiasmante ou du moins utile et nécessaire. Ils agiraient, en somme, sans idée aucune, sans penser à ce qu’ils font, sans intention de le faire, si ce n’est de ne pas apparaître comme ce free rider égoïste qui laisse à ses camarades le soin d’agir à leur place. Ce n’est donc pas qu’ils ne le feraient pas volontairement, mais qu’ils feraient volontairement quelque chose qu’ils n’auraient pas l’idée de faire si ce n’est celle suscitée par le sentiment de solidarité qui surgit lorsque collectivement et distributivement le collectif est engagé dans une tâche pénible et répugnante. C’est parce que la conduite de (b) est sans motif relativement à ce qu’il fait, sans rapport aucun avec l’activité criminelle consistant à éradiquer (c) qu’il nous ressemble ou plutôt que nous, lecteurs de Christopher Browning, lui ressemblons. C’est parce que la conduite des tueurs est sans motif relativement à ce qu’ils font que l’étude de Christopher Browning est une étude de cas, non pas seulement de la violence nazie, mais de la violence en général, autorisant une mise en équivalence des situations inouïes qu’il décrit avec des situations sociales les plus actuelles dans lesquelles nous sommes tous impliqués. Aussi, une théorie de « l’action démotivée » (Mariot, 2003) permet-elle d’égaliser toute situation de violence puisque l’effacement des distinctions politiques les rend méconnaissables. Demeure une psychologie sociale aussi rudimentaire que vague, dont on ne peut dire ni qu’elle est juste, ni qu’elle soit fausse, seulement qu’elle demeure aveugle à la réalité empirique qu’elle prétend expliquer.

37La leçon ici délivrée a donc pour horizon un geste de rapprochement que Christopher Browning avait déjà disposé dans le résultat (6)/(b)-(b). À l’inverse, le résultat (7)/(a)(b)-(c) procède d’une opération de distanciation, qui table donc sur le genre de surprise attendue d’une ethnographie « exotique » (« L’étude des Allemands et de leur antisémitisme avant et pendant le nazisme est comme celle d’un anthropologue confronté à une peuplade primitive », souligne Daniel Goldhagen). Ici, les tueurs sont des nazis et l’objet de leur crime les juifs. La surprise tient à ce que des catégories politiques furent si efficientes ; car elles nous sont aujourd’hui, non pas théoriquement, mais pratiquement étrangères, de sorte que la structure d’identification avec les tueurs se trouve empêchée. Trop distants, nous ne pouvons nullement nous identifier à eux : appartenant à un monde désormais lointain, (b) est bien trop éloigné de nous pour être saisi comme un semblable. Le résultat (7)/(a)(b)-(c), pour peu qu’il soit soutenu ou nuancé par une théorie de l’action adéquate suppose donc de restituer les coordonnées politiques de la situation, alors que le résultat (6)/(b)-(b) requiert que les partenaires de l’interaction soient dépouillés de leurs attributs politiques spécifiques. L’énigme « pourquoi des hommes ont tué des hommes » traduit précisément cette opération de dépouillement qui permet l’occultation de l’interaction (a)(b)-(c). Cet effacement est la condition de leur transport dans le présent du texte sociologique sous la modalité du rapprochement. Le geste d’évacuation des « idées », qui est ici, on le voit, une opération de dépolitisation, permet précisément de maximiser notre familiarité avec (b), alors que leur prise en compte à travers la réintégration de l’interaction (b)-(c) dans la description, minimise ses affinités et restitue la situation dans sa teneur politique et historique.

38Comme la conclusion (6)/(b)-(b) maximise nos affinités avec le monde décrit par Christopher Browning, elle est de nature sociale : la mutabilité des sujets socialisés étant réputée faible, cette conclusion pose que nous vivons dans le même monde que les meurtriers, un monde animé par des mécanismes identiques aux leurs et par des conduites que l’on pourra prédire similaires aux leurs. On entrevoit alors aussi la fonction critique de ce geste qui semble peser dans les choix de valider sans hésitation (6)/(b)-(b) au point de demeurer insensible à l’incohérence sur laquelle cette explication débouche. La conclusion (6)/(b)-(b) est prisée par la sociologie critique car elle permet de transporter le cas décrit par Christopher Browning dans le vif de notre actualité, de révéler combien nous agissons comme eux, selon une logique qui relève de mécanismes aussi élémentaires qu’identiques, dans nombre de situations que nous jugeons à tort banales. Étendant infiniment la portée du cas, elle alimente une critique hyperbolique de notre condition sociale. Tel est le ressort de l’option préférentielle dont elle semble jouir. À l’inverse, la conclusion (7)/(a)(b)-(c) maximise notre étrangeté au monde des meurtriers, en sorte que nous les considérons comme des exemplaires d’une subjectivité politique aujourd’hui périmée. Elle bloque le transport du cas dans notre présent puisqu’elle en circonscrit la portée à une époque révolue où l’hostilité radicale à l’égard des juifs était partie du vocabulaire de motifs courant.

* *

*

39Que se passe-t-il lorsque cette subjectivité périmée est soudainement réactivée, lorsque la violence de (b), du tueur du 101ème bataillon de gendarmerie, se rappelle à nous sous la forme d’un jeune dit « de banlieue » qui tue, entre autres, des enfants juifs (c), à bout portant, en situation de face à face ? Une description de type (6)/(b)-(b) ne paraît plus très bien ajustée au cas, puisqu’il agit seul dans la situation, que le donneur d’ordre est lointain et peu contraignant et les pairs absents. La description (7)/(a)(b)-(c), quant à elle, perd de sa puissance de dépaysement puisque cela ne se déroule pas il a plus d’un demi-siècle en quelques terres de sang lointaines, mais aujourd’hui à Toulouse, en France. Ceci rend la nécessité de prendre le motif dans l’action au sérieux et d’autant plus simple à fonder que notre incrédulité porte sur ce qui se déroule dans notre propre actualité. Mais la sociologie dite critique tâtonne pour organiser l’exclusion de tout motif (antisémite) de l’action, donc pour procéder à la dépolitisation de la situation. Il s’écrira que ce meurtre relève d’une « islamisation de la radicalité » par quoi le meurtrier apparaitra comme typique de ces jeunes dominés, en rupture de ban, mais suffisamment ordinaires, de victimes ordinaires de l’exclusion en somme, pour que leurs motifs et leurs cibles, fortuites, importent peu. Ou il se dira que son action meurtrière est portée par sa famille, version de l’explication (6)/(b)-(b) qui déporte la solidarité entre pairs vers les liens de parenté, faisant de celui qui sacrifie sa vie la victime d’un conformisme familial. L’essentiel est ici de ne jamais donner à ce qui est visé dans l’action une consistance propre, de susciter des opportunités de comparaison aussi audacieuses que fantaisistes, mais sans révéler le ressort politique qui anime ce geste : les Einsatzgruppen devant les fosses communes tuent comme les poilus dans les tranchées, puisque toute violence est indifférenciée ; Robert Hertz sacrifie sa vie dans les tranchées de la Première Guerre mondiale comme le fait Mohamed Merah cerné par la police après avoir exécuté des enfants juifs à bout portant – tous deux soutenus par leurs familles respectives, l’une patriotique, l’autre islamiste, mais la différence n’importe pas. Pourtant ce qui frappe celui qui n’exclut pas la validité potentielle de la description (7)/(a)(b)-(c) est la similarité des meurtres des Einsatzgruppen et de Merah, mais ceci suppose de restituer chaque situation à sa teneur politique propre, ce que cette sociologie dite critique veut à tout prix éviter.

40Pourtant, la sociologie politique n’a aucune bonne raison de décider, a priori, qu’il convient de résorber le politique dans le social en niant que les conduites puissent être motivées politiquement par quelque « idée » ou que le social doit être résorbé dans le politique en niant que les dynamiques situationnelles soient gouvernées par des logiques propres. Le faisant, elle demeure aveugle à la « politique de la sociologie » (Trom, 2013) qui la sous-tend. Elle ignore ce qui détermine ses propres choix. Son biais, on l’a vu, est indissociablement épistémologique et politique. Alors, plutôt que de se lier par avance les mains en obtempérant à des injonctions théoriques jamais questionnées, avec la certitude d’ainsi aboutir à des leçons critiques déjà prêtes à l’emploi, il revient à la sociologie de la politique de décrire librement, complètement et amplement les dynamiques situationnelles, quitte à effectuer dans l’après-coup un retour critique sur notre condition. Ce retour sera d’autant plus avisé et pertinent qu’il reposera sur une enquête bien menée.

Haut de page

Bibliographie

Breviglieri M. & J. Stabo-Debauge (2006), « Sous les conventions. Accompagnement social à l’insertion : entre sollicitude et sollicitation », dans Eymard-Duvernay F. (dir.), Conventions et institutions : approfondissement théoriques et contributions au débat politique, Tome II, Paris, Éditions La Découverte.

Browning C. (1999 [1992]), Des Hommes ordinaires. Le 101ème bataillon de réserve de la police allemande et la solution finale en Pologne, Paris, Éditions 10/18.

Browning C. (2002), Politique nazie, travailleurs juifs, bourreaux allemands, Paris, Éditions Les Belles Lettres.

Goldhagen D. (1996), Les Bourreaux volontaires de Hitler. Les Allemands ordinaires et l’Holocauste, Paris, Éditions du Seuil.

Genard J.-L. (1999), La Grammaire de la responsabilité, Paris, Éditions Cerf.

Godelier M. (1984), L’Idéel et le matériel, Paris, Éditions Fayard.

Mariot N. (2003), « Faut-il être motivé pour tuer ? Sur quelques explications aux violences de guerre », Genèse, n° 53, pp. 154-177.

Ogien R. (2004), La Panique morale, Paris, Éditions Grasset.

Pharo P. (1997), Sociologie de l’esprit. Conceptualisation et vie sociale, Paris, Presses universitaires de France.

Trom D. (2001), « Grammaire de la mobilisation et vocabulaires des motifs : origines et actualités d'une perspective », Raisons Pratiques, n° 12, pp. 99-134.

Trom D. (2013), « La politique de la sociologie. Coopération et implication dans le texte sociologique », Tracés, #13, hors série « Philosophies et sciences sociales », pp. 121-140.

Haut de page

Notes

1 Cet article reprend, en l’actualisant, une communication orale à la session « Prendre en compte les idées en science politique », coordonnée par Jean-Gabriel Contamin et Jean-Philippe Heurtin lors du Congrès de l’Association française de Sciences Politiques de 2009. Je remercie les coordinateurs pour leurs remarques sur une version antérieure du papier, ainsi que Joan Stavo-Debauge et le lecteur n° 2 de la revue SociologieS pour leurs commentaires avisés sur la dernière mouture du texte.

2 On se reportera aux conclusions du chap. VI (« Bourreaux allemands : comportements et mobiles à la lumière de nouveaux documents ») de Browning (2002, pp. 202sq).

3 Dans cet ouvrage, Christopher Browning relate et analyse l’activité meurtrière du bataillon de police (Ordnungspolizei) qui a opéré en Pologne de juillet 1942 à novembre 1943 en éliminant par balle 83 000 Juifs. L’historien exploite les témoignages produits lors du procès intenté aux membres du bataillon devant un tribunal allemand dans les années 1960.

4 Par exemple, le très perspicace texte de Ruwen Ogien « Confusions autour de "la banalité du mal" » (Ogien, 2004, pp. 173-189).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Danny Trom, « La sociologie critique ou la dépolitisation de la sociologie de la politique », SociologieS [En ligne], Débats, La situation actuelle de la sociologie, mis en ligne le 19 juin 2018, consulté le 12 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/7505

Haut de page

Auteur

Danny Trom

CNRS/LIER-Institut Marcel Mauss (EHESS), Paris, France - danny.trom@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page