Navigation – Plan du site
Crises et reconfigurations sociales en Afrique. La jeunesse au coeur des mouvements sociaux

Crises et reconfigurations sociales en Afrique. La jeunesse au cœur des mouvements sociaux

Introduction du Dossier
Moïse Tamekem Ngoutsop et Henri Sarr Modiane

Texte intégral

1Si l’histoire des peuples selon Karl Marx a été toujours une histoire de la lutte des classes, il est aussi possible d’admettre que cette histoire de l’humanité fut – et continue d’être – celle de l’affirmation et de la consolidation des identités, des replis. La décennie 1990-2000 a vu souffler sur la planète le puissant vent de la mondialisation. Avec l’avènement des technologies de l’information et de la communication (TIC), on est arrivé à l’émergence du nouveau concept de « village planétaire », dans un contexte où ces technologies numériques ont considérablement réduit les distances physiques entre les humains d’un bout à l’autre de la planète. Cependant, si les distances physiques ont été amoindries, les observations empiriques montrent aujourd’hui que les distances culturelles quant à elles, se sont agrandies et ont même été exacerbées. Malgré toutes les idéologies d’unipolarisation du monde, celui-ci n’a pas du tout perdu sa configuration multipolaire. La multipolarité du monde actuel, plus que par le passé, fait ressurgir inexorablement la question des crises et des reconfigurations sociales, en l’inscrivant dans les espaces souvent riches en controverses du politique, de l’économique, du religieux, de l’idéologique, etc. Lorsqu’on scrute attentivement ces différentes dimensions sociales en contexte africain, on s’aperçoit rapidement que des mutations viennent bousculer ou affecter les rêves, les pensées et les aspirations d’une jeunesse très souvent « mal comprise » et à la recherche d’elle-même. Ce sera l’objet de ce Dossier.

2Sur les plans politique et/ou idéologique – et en Afrique particulièrement – les violentes crises qui secouent les États et les peuples confortent l’idée et l’hypothèse d’un véritable durcissement des manières de penser le présent et d’entrevoir l’avenir. Pour les uns, le futur de l’Afrique devra se construire sur les ruines du paternalisme occidental, à travers une destruction totale des symboles du colonialisme et du néocolonialisme, ainsi que sur la contestation de ses figures de proue. Les mouvements sociaux naissant sur le continent africain, essentiellement portés par la jeunesse, tels « Y’en a marre » au Sénégal, le « Balai citoyen » au Burkina Faso, la « Lucha » en République Démocratique du Congo, les « Combattants de la liberté » dirigés par Julius Malema, et les jeunes du Printemps arabe, ont permis de montrer à la fois qu’il y a une forte aspiration irréversible à la démocratie d’une part, et un souhait de passage de témoin entre les générations pour une réelle souveraineté des peuples d’autre part. Par leurs actions, ils impriment de nouvelles perceptions de l’homo africanus du xxième siècle et tentent d’impulser une réflexion intellectuelle profonde sur la problématique du rapport à l’autre dans toute sa complexité et de sortir des représentations selon lesquelles, l’« autre », incarnation de la différence, l’est nécessairement de la dissidence et de l’hostilité : « qui n’est pas avec nous est contre nous ».

  • 1 Réponse de l’ancien président du Faso, Blaise Compaoré, au discours d’Accra de Barack Obama.

3Pour d’autres, l’Afrique est déjà sur la bonne voie et au regard de la géopolitique mondiale (Irak, Afghanistan, Syrie, Ukraine, Libye), le continent a plus besoin d’hommes forts pour incarner les institutions que d’institutions fortes 1 ! Ainsi, le modèle occidental de démocratie ne serait pas opérant pour l’Afrique puisque les réalités de son contexte d’émergence sont loin d’être identiques à celles des peuples africains. D’ailleurs, certains pays occidentaux, arborant si fièrement leur manteau de « Vieilles démocraties », ont malheureusement eu de sérieuses difficultés à asseoir une vraie démocratie chez « les Autres ». Ainsi, l’instauration de la démocratie en Irak a certes conduit à la chute du « grand dictateur » ; mais la grande fréquence des attentats dans cette partie du monde, ainsi que de graves tensions qui y naissent au quotidien, imposent de grandes interrogations. Les Conférences nationales organisées dans la plupart des pays francophones dans les années 1990, suite au discours de la Baule, ne sont pas parvenues à instaurer des démocraties viables et durables. De même, les tumultes qui secouent aujourd’hui le monde arabe (Égypte, Syrie, Lybie, etc.) quelques temps seulement après l’avènement du « Printemps arabe », doivent pousser les intellectuels du monde et d’Afrique à s’interroger sur la capacité réelle des dirigeants occidentaux à maitriser ou à connaitre l’« Autre » qu’ils cherchent à transformer, dans un contexte particulier où les jeunes générations veulent scander à leur manière les rythmes de progression de leurs sociétés d’appartenance.

4Dans le domaine économique, la conception supposée ou réelle du monde en grands ensembles formant le « Centre » et la « Périphérie », inscrit les échanges économiques dans la problématique des inégalités, des injustices et de la domination. De toute évidence, les échanges économiques ne se font pas entre des personnes ou des ensembles identiques. Les spécificités de chaque « partenaire économique » sont à même de renforcer les différences. Un demi-siècle après les indépendances des pays africains au sud du Sahara, ces différences se sont justement renforcées et exacerbées. Une fois de plus, la jeunesse africaine s’est positionnée au premier plan pour dénoncer ce qu’elle appelle les « injustices », les « mécanismes de spoliation » du continent. Le Franc CFA et la question de son abolition sont par exemple abordés par l’ONG Urgences panafricanistes du jeune Kemi Seba.

5Le domaine religieux n’est pas en reste. À plusieurs égards, il se présente d’ailleurs comme étant celui dans lequel la question de l’« Autre » se pose avec beaucoup d’évidence. La multiplicité des croyances religieuses dans le monde l’atteste. Les contenus de certains couples de concepts plongent la pensée sociologique dans la problématique de l’altérité et imposent également de profondes réflexions sur les crises qui en découlent. Il s’agit par exemple des couples antagonistes « musulmans/chrétiens » (conflits au Nigeria), « croyants/mécréants », « sacré/profane », sans oublier l’expression « Guerre sainte ». Le développement fulgurant des nouvelles religiosités dans le monde actuel, et surtout leur implantation en Afrique Sub-saharienne, renforce davantage encore le stigmate de l’« Autre » avec qui « je » ne partage pas les mêmes convictions religieuses. Ainsi, l’autre devient le concurrent, l’adversaire et l’ennemi à combattre. Les attentats tragiques du 11 septembre 2001 sur le World Trade Center aux États-Unis et le Califat instauré par l’État islamique (EI) à Mossoul constituent des cas d’écoles et ont permis aux intégristes de rappeler aux yeux du monde leur présence, d’imposer par la terreur leur façon de percevoir les rapports entre les nations.

6Tous les développements qui précèdent permettent in fine, de tirer partiellement quelques conclusions. L’hypothèse autour de laquelle se construit le présent Dossier est la suivante : les crises et les conflits qui naissent et se développent dans le monde actuellement, aux échelles interindividuelles, interethniques et interétatiques, prennent leurs sources, entre autres, dans le rejet de l’« Autre », perçu comme un potentiel agresseur ou concurrent.

7Tous ces bouleversements, tous ces déclassements et reclassements divers, interpellent la réflexion sociologique qui en aucun cas ne saurait se détourner des grands enjeux du monde actuel, caractérisé par des courants conflictuels dans lesquels les jeunes jouent un rôle considérable. Les espaces où se jouent principalement ces enjeux de crise de la jeunesse sont entre autres la famille, la sexualité, le militantisme politique, l’Université. C’est dans ces espaces que s’inscrivent les contributions du présent Dossier. Elles décrivent des situations inédites qui non seulement dessinent et redessinent de nouvelles architectures politiques et socioculturelles, mais aussi aménagent de nouveaux espaces de réflexion pour les sociologues et autres scientifiques du social. Ceux-ci peuvent légitimement produire un examen critique de la question de l’altérité et de ses ramifications, dans leur totalité, leur diversité et leur complexité.

8Dans le traitement d’un pan de cette vaste problématique, les auteurs participant à ce Dossier, à travers leurs différentes contributions, ont exploré divers domaines. En effet, le thème de l’appel à contributions, « crises et reconfigurations sociales en Afrique : la jeunesse au cœur des mouvements sociaux », est un thème dont le caractère transversal a permis d’aborder des thématiques variées.

9Ainsi, Vivien Meli Meli, dans son article « Engagement social des jeunes au Cameroun : une mobilisation sociale contre toute attente », montre que la configuration actuelle de la société camerounaise ne laisse que très peu de place ou de pouvoir à la jeunesse. Les jeunes, considérés comme des « cadets sociaux », se retrouvent constamment dans le registre des « faibles », des « exclus », des « pauvres ». En s’appuyant sur la question de la lutte contre le Sida au Cameroun, l’auteur démontre que, loin de se résigner face à l’hostilité et à l’exclusion, les jeunes réagissent en se mobilisant autour des organisations de la société civile (OSC), dans lesquelles, souligne-t-il, ils « sont porteurs d’une sous-culture jeune dont la stratégie de "greffage social" garantit la durabilité et la capacité à contribuer à l’action sociale historique émancipée d’enjeux d’assimilation et d’extraversion ». Cette contribution montre que chaque génération, étant à la recherche d’elle-même, veut se faire une « carte d’identité sociale » propre et veut imprimer sa marque sur l’évolution de la société d’appartenance. L’analyse dévoile quelques facettes des conflits intergénérationnels en explorant la problématique de la confrontation entre jeunes et vieux.

10Christian Bios Nelem, investissant le champ de la sociologie politique, montre que le rapport à l’autre est aussi tributaire de l’identité politique. Dans son article intitulé « Le pouvoir traditionnel en contexte pluraliste au Cameroun : la déconstruction des liens familiaux entre "frères" Bamoun à partir des clivages politiques », l’auteur analyse une situation de crise dans la région de l’Ouest, précisément dans le département du Noun, en montrant que « l’autre, c’est-à-dire celui qui n’est pas de la même chapelle politique que son "chef", est perçu comme un dissident ». Selon l’auteur, l’on évolue ainsi dans un contexte de « modernité insécurisée » dans lequel les liens familiaux sont dévalorisés face aux intérêts politiques des uns et des autres, notamment des monarques et de leurs sujets. Le texte met en relief le pouvoir traditionnel dans un contexte de modernité politique, où la jeunesse Bamoun se trouve partagée entre le devoir de déférence envers les aînés et à l’autorité du chef d’une part et d’autre part, ses obligations républicaines qui supposent l’expression libre de ses choix politiques et de ses opinions. Par le biais de denses données socio-anthropologiques de terrain, l’auteur dévoile, in fine, la capacité pour des déclassements et reclassements sociaux à produire de nouvelles configurations sociales, elles-mêmes productrices de nouveaux modes d’actions politiques portés essentiellement par les jeunes qui contestent l’ordre traditionnel.

11Les deux dernières contributions à ce Dossier sont consacrées aux jeux et enjeux qui structurent le champ universitaire au Cameroun ces dernières années. Moïse Tchingankong Yanou considère la « prise de la parole » comme un mode d’action contestataire de l’ordre répressif. Dans son article « Prendre la parole dans l’espace académique : entre rupture des équilibres corporatistes et continuité de l’adhésion à l’hégémonisme étatique au Cameroun (2011-2017) », l’auteur analyse la mobilisation de 1 000 jeunes enseignants du supérieur camerounais en réaction à une décision ministérielle de les soustraire de certains avantages financiers pourtant prévus par la règlementation. La problématique des crises est donc au cœur de ce travail qui met en exergue des jeunes acteurs qui « prennent la parole » pour faire face (parfois pour triompher et avoir gain de cause) à un système universitaire dirigiste, qui ne manque pas d’ailleurs d’astuces pour briser ces mobilisations.

12Moïse Tamekem Ngoutsop inscrit sa réflexion dans la contestation estudiantine, en explorant les dynamiques qui ont traversé l’université camerounaise depuis la réforme de 1993. Dans l’article intitulé « Les libertés académiques au cœur de la problématique du changement au Cameroun : enjeux d’une confrontation entre acteurs aux logiques contradictoires », l’auteur présente quelques libertés académiques dont la gestion par les autorités universitaires a été tumultueuse et approximative ces dernières années. Les grèves estudiantines, souligne-t-il, constituent une riposte aux violations des libertés académiques, dans un champ universitaire où ces acteurs aux intérêts et enjeux contradictoires entrent en confrontation.

  • 2 Nous remercions tous les auteurs qui ont consacré une partie de leur temps pour mener des réflexion (...)

13Ces différentes contributions montrent qu’en Afrique généralement, les jeunes ont une perception plurielle de cet « autre » inconnu. Il est un mystère qui inspire à la fois admiration, méfiance, peur et sacré. Néanmoins, des frictions sont notées parfois entre acteurs à l’intérieur des communautés, les facteurs en cause étant le refus de l’autre tel qu’il est. Ainsi, au regard de cette situation décrite, une conclusion s’impose : la non acceptation de l’autre vu souvent comme une menace à « nos » intérêts est la source des conflits perceptibles dans les relations humaines. C’est pourquoi il est urgent d’intégrer, dans une perspective de recherche sur la situation actuelle de la jeunesse de l’Afrique, la sociologie comme moyen de réflexion critique sur cette problématique du rapport à l’autre pour une meilleure prise en charge des conflits qui en découlent. Les contributions du présent Dossier apportent, chacune à sa manière, une petite réponse à ce grand débat 2. Elles analysent toutes les notions de crises et de reconfigurations sociales en montrant comment les jeunes du continent les perçoivent, les vivent, les redéfinissent en fonction des enjeux divers.

Haut de page

Notes

1 Réponse de l’ancien président du Faso, Blaise Compaoré, au discours d’Accra de Barack Obama.

2 Nous remercions tous les auteurs qui ont consacré une partie de leur temps pour mener des réflexions sur la problématique des crises et des reconfigurations en contexte africain. Nous disons également notre grande gratitude à tous les collègues enseignants d’universités, aux membres du comité de lecture de la revue SociologieS, qui ont accepté de lire et d’évaluer bénévolement les textes contenus dans ce Dossier. Bonne lecture !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Moïse Tamekem Ngoutsop et Henri Sarr Modiane, « Crises et reconfigurations sociales en Afrique. La jeunesse au cœur des mouvements sociaux », SociologieS [En ligne], Dossiers, Crises et reconfigurations sociales en Afrique. La jeunesse au coeur des mouvements sociaux, mis en ligne le 19 juin 2018, consulté le 22 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/8006

Haut de page

Auteurs

Moïse Tamekem Ngoutsop

Sociologue-chercheur, Ph. D., Université de Yaoundé I (Cameroun) - tamekem.moses@yahoo.fr

Articles du même auteur

Henri Sarr Modiane

Sociologue-chercheur, Université Gaston Berger (Sénégal) - henri0581@yahoo.fr (en collaboration)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page