Navigation – Plan du site
Crises et reconfigurations sociales en Afrique. La jeunesse au coeur des mouvements sociaux

Engagement social des jeunes au Cameroun : une mobilisation sociale contre toute attente

Youth commitment in Cameroon: unexpectedly social mobilization
Vivien Meli Meli

Résumés

Parler d’engagement des jeunes au Cameroun est tout à fait paradoxal, si l’on considère qu’il s’agit d’un acteur socialement assigné à la passivité, la dépendance, l’incapacité, l’assistance. Or celui-ci parvient à exister et à participer durablement à l’action sociale de lutte contre le VIH/SIDA. Les paradigmes de la complexité constituent l’espace de ce renouveau des approches sociologiques de la jeunesse africaine. Il est question de montrer comment les jeunes parviennent à mener en association des actions sociales-historiques dans un contexte où les rapports de force leur sont défavorables. En effet, ils procèdent par une stratégie de structuration et d’action dite de « greffage social ».

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Parler d’engagement social des jeunes est tout à fait paradoxal en contexte africain, étant donné qu’il s’agit d’un « agent social » auquel les représentations dominantes assignent une identité d’agi, de dépendant, de dépourvu, d’assisté. Or, ici, les jeunes se mobilisent malgré tout collectivement entre eux pour contribuer à des actions sociales durables. La crise du SIDA, sous l’horizon des actions stratégiques fédérées au niveau international pour lutter contre le VIH/SIDA et appropriées par différents acteurs au niveau national et même local, draine un ensemble d’acteurs institutionnels à des niveaux divers qui bénéficient de rapports de force bien plus puissants si on les compare aux associations de jeunes qui, de prime abord, paraitraient potentiellement inopérantes. Ce paradoxe reflète bien la spécificité d’un enjeu sociologique propre sans doute à l’Afrique, un espace de contradiction dans lequel émergent des acteurs qui parviennent à se mouvoir, défiant tous les présupposés d’un quelconque attentisme essentialiste. Les paradigmes de la complexité offrent un espace de compréhension de ce paradoxe et ouvrent du coup la porte à un renouveau sociologique.

  • 1 Elles se rapportent à la dynamique de l’action sociale, en tant que ce que les acteurs sociaux la f (...)
  • 2 Cette notion est une construction issue des résultats des travaux de Doctorat/PhD que nous avons dé (...)

2L’objet de cet article est de montrer les procédés par lesquels les jeunes parviennent à mener en association (Galland, 1997) des actions sociales-historiques 1 (Touraine, 1984) dans un contexte où les rapports de force leur sont défavorables. Ces associations constituent des opportunités pour les jeunes dans une société en crise et en proie à des incertitudes. Ainsi, à travers elles, les jeunes s’approprient stratégiquement, au « prétexte » de lutte contre le VIH/SIDA (LCS), des ressources diverses que leur offre l’environnement social et qu’ils investissent aussi au-delà pour se produire, pour « exister » socialement. Il s’agit là d’une certaine « capacité de se dégager des formes et normes de reproduction des comportements et de la consommation, pour participer à la production des modèles culturels » (Touraine, 1984, p. 31). Cette stratégie est celle que nous avons nommée le « greffage social » 2. Le matériau nécessaire aux analyses provient de collectes de données qualitatives auprès des associations scolaires et extrascolaires de jeunes.

L’être jeune en Afrique et au Cameroun : changer de posture épistémologique

3Le terme « jeune » est une notion polysémique très souvent utilisée dans les interactions sociales, sans que son sens désigne une « chose » (Durkheim, 1987) clairement définie. Nous nous emploierons à lui donner un sens dans le contexte de nos analyses. Au préalable, il est nécessaire de revenir sur l’affirmation « fracassante » de Pierre Bourdieu, selon laquelle « la jeunesse n’est qu’un mot » (Bourdieu, 1984), à resituer dans son contexte, celui d’un champ de lutte générationnelle, entre « jeunesse et vieillesse » (Ibid., pp. 143-144). Les vieux, détenteurs de capitaux, cherchent à « maintenir en état de jeunesse, c’est-à-dire d’irresponsables, les jeunes […] pouvant prétendre à la succession » (Ibid., p. 143). Par ailleurs, « la classification par âge […] revient toujours à imposer des limites et à produire un ordre auquel chacun doit se tenir, dans lequel chacun doit se tenir à sa place » (Ibid., p. 144). Pierre Bourdieu retrace les réalités d’une société de domination où les forts tiennent à maintenir les rapports de force en cherchant à délégitimer les forces et les ressources des concurrents. Plus sans doute encore qu’en Europe, cette réalité est aussi celle des sociétés africaines en général et camerounaises en particulier. On est ici dans une société patriarcale et gérontocratique, celle de « l’idéologie d’aînesse » (Mbembe, 1985, p. 15) où la force et le pouvoir s’acquièrent par l’âge. Les jeunes sont ainsi tenus à l’écart de la prise de décision et de la gestion des affaires de la communauté. C’est ce qu’affirment Filip De Boeck et Alcinda Honwana : « Alors même que les enfants et les jeunes forment en Afrique un groupe très important […] [ils] sont généralement perçus comme en marge des processus sociaux, économiques et politiques, et jouant souvent un rôle social peu prometteur » (De Boeck & Honwana Aleinda, 2005, p. 5).

4Statistiquement, les jeunes au Cameroun constituent le groupe de population majoritaire. La moitié de la population, ici, a moins de 17,7 ans et l’âge moyen de la population est de 22,1 ans (Recensement général de la population et de l’habitat, 2010, p. 13). La population potentielle d’apprenants de l’enseignement primaire (6-14 ans) est de l’ordre de 23,4%, celle des enseignements secondaires et supérieurs (15-24 ans) constitue une proportion de 20,7% de la population totale. La population potentielle en âge de début d’activité (15-34 ans) représente 34,7%. Avec ces caractéristiques, la jeunesse occupe une posture transversale et est donc omniprésente sur l’échiquier de la construction sociale.

5La « jeunesse » constitue par ailleurs une « sous culture » (Galland, 1997, p. 45). La littérature la décline au fil de l’avancée en âge de 15 à 35 ans, la fin de la scolarité, la domiciliation propre, le mariage et le travail (Ibid.). Mais la saisie de la jeunesse nécessite toujours un exercice de reconstruction et de contextualisation (Meli, 2011). Ici, seront donc considérés comme « jeunes » des hommes et des femmes âgés de 15 à 30 ans, fréquentant ou non un établissement scolaire, encore domiciliés chez leurs parents ou ayant un domicile propre, exerçant une profession ou non, étant mariés ou non et surtout faisant partie d’une association fonctionnelle.

6Les jeunes en Afrique ont longtemps fait l’objet de préjugés et de stigmatisations que l’on peut considérer comme « rétrogrades », du style « cadets sociaux », « faibles », « sans importance », « incapables », « enfants », etc. (Bayart, 1992 ; Mbembe, 1985 ; Ela, 1998). Ils sont aussi, « des acteurs qu’on instrumentalise, des souffre-douleurs, des individus exploités et abusés. Où encore, des insoumis, des hors-la-loi, des malandrins, etc. » (Manga Lebongo, 2009, p. 10). Les jeunes sont aussi, maladroitement et à tort, saisis à travers les prismes de la passivité et de la reproduction des formes et des rôles sociaux préétablis. Ils ne seraient aptes ni à prendre des initiatives, ni à la révolte durable.

7Cette posture est épistémologiquement anachronique, en particulier dans la société actuelle. Car, comme l’ont montré Michel Crozier et Erhard Friedberg, dans des rapports de lutte et de pouvoir, même fortement dissymétriques, aucun acteur n’est jamais totalement dépourvu de marges de liberté et de manœuvre (Crozier & Friedberg, 1977) plus ou moins grandes, qui lui permettent de se faire valoir et d’exercer un « pouvoir ». Comme le montre Michel Molitor, « l’actuelle "génération jeune" serait celle qui, mettant en œuvre une culture "jeune" ou des normes culturelles inédites, serait porteuse d’une logique sociale individuée, affirmant des principes d’autonomie [l’affirmation personnelle de soi] plutôt que des valeurs d’appartenance sociale soumises aux instances traditionnelles [autoritaires] de la représentation » (Molitor, 2000, p. 18). C’est dans ce sens que « la jeunesse en général, africaine en particulier, n’est pas qu’un mot ». La jeunesse africaine en général et camerounaise en particulier est inscrite dans la nouvelle heuristique des catégories sociales du bas énoncée par Filip De Boeck et Alcinda Honwana en ces termes : « Alors que la plupart des écrits antérieurs sur l’enfance et la jeunesse […] ont eu tendance à dresser des portraits de jeunes comme produits de l’activité des adultes, les travaux plus récents s’intéressent davantage au rôle des jeunes dans le modelage des processus sociaux, politiques et économiques. De plus en plus, l’attention se tourne vers la production d’une "culture jeune" par les adolescents eux-mêmes ; l’accent est mis sur les capacités de rébellion, d’opposition, de résistance ou de contre-hégémonie des jeunes » (De Boeck & Honwana, 2005, p. 7).

8Cette nouvelle approche est d’autant plus intéressante qu’elle permet de prendre en compte le potentiel d’intervention des jeunes dans les processus de changement social. C’est dans ce sens que cette mise en garde formulée par Jean Ziegler est opportune. Il écrit : « dans une société où le réseau des rapports sociaux ne rend pas justice du degré de développement des forces productrices, autrement dit, dans une société dont l’organisation sociale, politique, idéologique, ne correspond pas à la base économique, le développement des forces productives se trouve entravé » (Ziegler, 1981, p. 32). L’exclusion sociale des jeunes et les représentations qui sont faites d’eux dans la littérature, comme dénoncées par Filip De Boeck et Alcinda Honwana (2005), constituent une faiblesse pour la productivité des forces de production dans les sociétés africaines. En effet, au Cameroun, les configurations sociales officielles de la lutte contre le Sida (désormais LCS) ne rendent pas effectivement compte du dynamisme des jeunes aujourd’hui. Si les jeunes sont considérés comme la cible principale, mais agie, de LCS, ils en sont officiellement quasiment exclus en tant qu’acteurs agissants, capables de prendre des initiatives efficientes. Or ces jeunes, à travers des formations associatives créées par eux-mêmes, interviennent de façon non formelle à la LCS. C’est dans ce sens que la compréhension des jeux et des enjeux qui sous-tendent ces formations associatives en tant que forme d’engagement social des « exclus » (Paugam, 1996) et « occultés » (Ayesha Mei-Tje et al., 2004) serait d’un apport majeur à une action sociale stratégique et globale en matière de changement social.

Lutte contre le Sida au Cameroun et rapports de force institutionnels

9Il est question ici de faire une analyse de la lutte contre le Sida et des rapports de forces y afférents. La LCS désigne un ensemble de processus sociaux visant la diminution du risque, de la vulnérabilité et de l’impact du VIH/SIDA. Ces processus s’inscrivent dans une dynamique de changement social. Ils s’inscrivent au sein des contraintes institutionnelles et contextuelles internationales, nationales et locales et regroupent des acteurs, producteurs de jeux et d’enjeux divers. Le contexte opérationnel est celui d’une société plurielle et ouverte, au contexte socioéconomique ambigu, par ailleurs confrontée à la permanence du VIH/SIDA. Comme l’affirme Erik Neveu, l’analyse des mouvements sociaux, tels que les processus de LCS, « empruntent à la sensibilité constructiviste qui souligne combien les groupes et les problèmes sociaux ne sont pas des objets trouvés, naturels, mais le fruit d’interactions qui les conduisent, leur donnent une consistance » (Neveu, 2002, p. 90). Neuf moments institutionnels et stratégiques particuliers la caractérisent au Cameroun entre 1985 et 2017.

Tableau 1 : Moments stratégiques de lutte contre le Sida au Cameroun depuis 1985

Cadre stratégique de LCS

Tutorat international

Période

Unité Nationale du SIDA/Comité de suivi sur le SIDA

OMS

1985 

Plan à court terme de LCS

OMS

1987-1988

Plan à moyen terme 1 de LCS

OMS

1988-1992

Plan à moyen terme 2 de LCS

OMS

1993-1995

Reconfiguration mondiale de la LCS et suspension nationale

Transition de OMS -ONUSIDA

1996-1999

Plan stratégique national de LCS

ONUSIDA

2000-2005

Plan stratégique national de LCS

ONUSIDA

2006-2010

Plan stratégique national de LCS

ONUSIDA

2011-2015

Plan stratégique national de LCS

ONUSIDA

2014-2017

10Mais en guise de rapports de forces institutionnels, ces moments peuvent être séquencés en deux périodes de domination institutionnelle sur les politiques nationales : premièrement celle de l’OMS et deuxièmement celle de l’ONUSIDA.

De la domination stratégique de l’OMS

11L’orientation globale de l’OMS en matière de LCS était structurée autour de deux contraintes stratégiques et institutionnelles. La première a consisté à faire du VIH/SIDA un fait de santé pur et simple et la seconde a consisté à rapporter la LCS au champ exclusivement étatique. Le VIH/SIDA est diagnostiqué au Cameroun dès 1985 et aussitôt, suivant le mouvement mondial, l’OMS va s’investir à la mise en place de l’institution nationale de LCS, sous la dénomination d’Unité nationale du SIDA. Par ailleurs, le Programme national de LCS (PNLS) est créé en 1987. Trois plans d’actions stratégiques se sont ainsi succédé, sous l’égide de l’OMS et du gouvernement camerounais.

  • 3 Plan à moyen terme 1
  • 4 Note de service Ministère de la Santé publique, 18-02-88, NPS/cae/88.1
  • 5 Ibid.

12Le premier plan stratégique à court terme de LCS est mis en œuvre entre septembre 1987 et septembre 1988. Il a consisté en la définition de l’objectif général du programme national par un comité bilatéral composé du gouvernement camerounais et de l’OMS. En 1988, un nouveau plan va remplacer le premier. Ce second plan stratégique (1988-1992) se fait sous la maîtrise de l’OMS. Pour son exécution et à la demande du Cameroun, une rencontre déterminante de concertation multipartite entre le Cameroun et les organisations internationales s’est tenue à Yaoundé du 4 au 6 juillet 1988. À l’issue de la rencontre, la décision prise est que  « le programme national de LCS et le PMT1 3 serviront de cadre à l’ensemble des activités nationales de LCS au Cameroun et constitueront la base de toutes les décisions financières » 4. Précisément, « le gouvernement et les donateurs ont convenu du rôle de coordonnateur central que joueront l’OMS et le PNUD dans la mise en œuvre du plan national 5 ». Le troisième plan stratégique (1993-1995) est la conséquence de l’évaluation du précédent. Dans la perspective de la redynamisation des structures préexistantes, la notion de participation apparait. Elle intègre dans les processus de LCS l’implication des partenaires publics et privés, des ONG et des communautés.

13Les trois plans évoqués ci-dessus montrent bien l’engagement du gouvernement camerounais, mais davantage la position centrale et dominante de l’OMS. Ce mouvement sera suspendu dès 1995. La création de l’ONUSIDA en 1996 consacre le nouveau départ mondial de la LCS.

Reconstruction stratégique de la LCS : le poids de l’ONUSIDA

14La crise du VIH/SIDA demeure continuellement préoccupante dans le monde. Au Cameroun, entre 1987 et 2000, le niveau d’infection a été multiplié par 22. Une reconstruction stratégique s’impose et exige refondation, restructurations et meilleure contextualisation, dont le but est de rechercher et de mettre en place des stratégiques efficientes. Comme l’affirme Marc-Éric Gruénais « la création d’ONUSIDA intervient dans un contexte politique et économique en Afrique où l’émergence de la démocratie est censée rimer avec la privatisation d’entreprises publiques et la libéralisation des marchés, la décentralisation, le développement de la société civile, avec un État prié de se faire moins présent » (Gruénais, 1999, p. 455). Dans cette refondation structurale internationale, se situe en bonne place l’implication des partenaires locaux non gouvernementaux, sous le prisme de la décentralisation et de la multisectorialité.

  • 6 Le document a été distribué aux différentes parties prenantes, notamment les ONG (Organisations non (...)
  • 7 Comité national de lutte contre le Sida

15Le cadre stratégique mondial ouvre et couvre un espace social total et propose une base commune pour une action collective. Tel que stipulé dans le document du cadre stratégique mondial, « les acteurs aux niveaux mondial, national et communautaire auront toujours à formuler leur propre stratégie spécifique concernant des thèmes ou régions particuliers, mais le cadre stratégique mondial a pour but de fixer des priorités et de réaliser l’harmonie et la synergie entre ces diverses stratégies » (ONUSIDA, 2001, p. 1). Seulement, pour les pays en voie de développement, l’opérationnalisation effective des accords avec les donateurs est tributaire de la « dépendance » aux principes directeurs et aux indicateurs dégagés par l’ONUSIDA et d’autres organisations de financement. Le gouvernement camerounais s’est fait l’écho de ce jeu à travers ses différents plans stratégiques de LCS. Le rôle de l’ONUSIDA au Cameroun est d’autant plus important qu’on peut lire dans le document stratégique 2000-2005 que, « Le document finalisé a été diffusé pour commentaires 6. Malheureusement, la réunion du CNLS 7 prévue le 29 février 2000 pour restitution des commentaires n’a pu avoir lieu. Toutefois, il s’est dégagé un consensus au sein des membres du CNLS indiquant la nécessité de revoir le document du plan stratégique et de confier cette tâche à des consultants internationaux. À cet effet, le groupe thématique ONUSIDA a consenti à engager les consultants » (Ibid., p. 16). Cette tâche de synthèse des travaux des acteurs nationaux attribuée à l’ONUSIDA est une sorte d’« onction » nécessaire à l’adoption et à la mise en œuvre de ce dispositif. En effet, la quatrième étape d’élaboration du plan stratégique, « a permis l’élaboration de documents provisoires concernant l’analyse de la situation, l’analyse de la réponse et l’élaboration d’un plan stratégique par un groupe de consultants d’ONUSIDA » (Ibid.). En dernier ressort, l’ONUSIDA a l’ultime mot dans la conception et l’élaboration du plan stratégique contre le SIDA pour le Cameroun.

  • 8 Organisation de la société civile

16Comme le plan stratégique national 2000-2005, les suivants (2006-2010, 2011-2015 et 2014-2017) n’échappent pas au poids de l’ONUSIDA et des autres partenaires financiers. En dépit de la reproduction des orientations stratégiques de l’ONUSIDA par le Cameroun, l’opérationnalisation des paradigmes de cette dernière ont donné lieu à une importante mobilisation des organisations de la société civile (OSC 8).

Mobilisation des OSC du SIDA

17Une diversité d’OSC est aujourd’hui engagée dans la LCS et par ailleurs soutenue par le Comité national de lutte cintre le Sida (CNLS). Entre 2002 et 2005, le Programme national de lutte contre la Sida (PNLS) va apporter le soutien à 7 167 organisations. La variation de leurs effectifs dans le temps est décrite dans la figure ci-dessous.

Figure 1 : Évolution des effectifs des OSC soutenues par le CNLS entre 2002 et 2005

Figure 1 : Évolution des effectifs des OSC soutenues par le CNLS entre 2002 et 2005

18Il convient de préciser que les associations scolaires et universitaires ne sont pas prises en compte dans ces effectifs. Ceci est révélateur de ce que les mécanismes de LCS au Cameroun ne prennent pas effectivement la mesure de toutes les forces qui pourraient y contribuer efficacement. Les jeunes sont ici comme des cibles agies et non agissantes. Seulement, si les forces sociales hégémoniques de l’État et de ses partenaires nient les forces de production sociale de la jeunesse camerounaise, celle-ci n’assume pas cette caricature –dépassée – que les forces gérontocratiques au pouvoir entretiennent. La jeunesse camerounaise n’est pas qu’un mot, mais une force active, notamment en matière de LCS, aussi bien en milieux scolaires qu’universitaires et en dehors.

Les mobilisations des jeunes dans la lutte contre le Sida

19Les mobilisations des jeunes dans le cadre de la LCS se concrétisent au travers de groupes organisés, mis en place par eux-mêmes, en milieux scolaires et extrascolaires, connus et reconnus comme tels et agissant en matière de LCS. Les analyses ont été faites à partir de l’observation de huit associations de jeunes extrascolaires et de huit associations scolaires. Elles offrent des structures et des organisations spécifiques, présentant « une certaine configuration plus ou moins stabilisée des différents éléments qui constituent l’entité que l’on envisage » (Livian, 2001, p. 50). La dynamique de la mobilisation des associations des jeunes sera abordée ici au travers de trois moments : d’abord celui de leur identification et de leur structuration, ensuite celui de la mobilisation des ressources et enfin celui des actions.

Identification et structuration des associations des jeunes

Identification : des associations aux membres d’association

20Les organisations de jeunes qui ont fait l’objet d’observations sont constituées d’une part, des associations scolaires dans les régions du Centre (C) et du Nord-Ouest (NO) du Cameroun. Il s’agit de :

  • Club santé du Government High School (GHS) Njinikom-NO ;

  • Club santé du Acha Baptist College of Bamenda-NO ;

  • Club santé du Jua Memorial College, Njinikom-NO ;

  • Club santé du City college of commerce of Bamenda-NO ;

  • Club santé du Lycée Bilingue d’Etoug-Ebé à Yaoundé-C ;

  • Club croix rouge du Lycée technique de Nkolbison à Yaoundé-C ;

  • Club lumière sur le SIDA du Collège Vogt à Yaoundé-C ; 

  • Club santé et environnement du Mevick Bilingual grammar school d’Etoug-Ebéà Yaoundé-C.

21D’autre part, des associations extrascolaires de la région du NO :

  • Ndohngoh Youth Group Fujua ;

  • Mmen Old Town Youth Bafmen ;

  • Youth of Akeh Association ;

  • Sponsor Youth Family Association ;

  • Woin Tohdong Youth Development Association ;

  • Youth Workers Fujua II ;

  • Project Hope ;

  • Nkambe Islamic Youth Association.

  • 9 Ici, « sans emploi » ne signifie pas que les jeunes sont oisifs toute l’année et tous les jours. Il (...)

22Alors que l’encadrement juridique des associations extrascolaires est organisé par la loi sur la liberté d’association, celui des associations scolaires est le fait de l’organisation scolaire, notamment des activités post- et périscolaires. En ce qui concerne la qualité des membres des associations extrascolaires, près de 35% des membres ne sont jamais allés à l’école, alors que 38% ont fait uniquement l’école primaire et 17% le secondaire. En ce qui concerne l’occupation professionnelle, la majeure partie (47%) des membres est sans emploi 9 permanent alors que 15% exercent en permanence de petits métiers générateurs de revenus. Par ailleurs, 17% sont employés dans des entreprises privées et moins de 1% exercent dans la fonction publique.

23En milieux scolaires, l’inscription dans un établissement scolaire n’oblige personne à devenir membre d’un club. Ceci relève d’un engagement personnel. En effet, chaque groupe défend un positionnement spécifique qui fait son identité et le distingue des autres. L’engagement exige au préalable l’adhésion aux idéaux, normes et valeurs, de même que l’acceptation de la structure organisationnelle du groupe correspondant. En termes de valeurs, le bénévolat occupe une place centrale, mais aussi la volonté, la disponibilité et la participation aux activités. Comme l’affirme le responsable du Club santé du GHS de Djinikom, un membre « doit accepter le bénévolat, car toutes les activités sont menées volontairement sans objectif de se faire de l’argent ou d’être payé d’une manière ou d’une autre ». Aussi, par la nature des clubs santé, le membre doit être intéressé par la promotion de la santé et la LCS. Le membre doit, par sa vie, sa façon de penser et d’agir, être le reflet du club. Le membre doit également faire preuve de discipline et de travail. Les membres des clubs santé constituent entre eux une « police des bonnes manières ».

24Dans les associations extrascolaires, trois modalités conditionnent l’adhésion : les conditions financières, participatives et réglementaires. Les contraintes financières font référence aux frais d’adhésion, fixés par les membres eux-mêmes. Ceci implique en conséquence la responsabilité du groupe vis-à-vis de l’individu, articulée par le « fonds de solidarité ». La contrainte réglementaire quant à elle participe du respect des normes et valeurs collectives. Quant à la participation, chaque membre du groupe doit accorder un intérêt manifeste aux activités du groupe en prenant part aux activités et en apportant sa contribution lorsque cela s’avère nécessaire.

Structuration des associations des jeunes

25La structuration des associations scolaires obéit à des articulations différentes de celles des associations extrascolaires. La première présente trois niveaux, alors que celle des associations extrascolaires n’en présente que deux.

26Le premier est le bureau exécutif. Il s’agit de l’organe de gestion courante de l’association. On y retrouve : l’assemblée générale, la présidence, le secrétariat, la trésorerie et le commissariat aux comptes. Le deuxième, celui des organes complémentaires, présente des spécificités propres à chaque type d’association. En milieux extrascolaires, ils montrent une diversité d’espaces d’intervention, notamment de communication et de publicité, de culture, de sport, d’écoute, de santé, d’éducation, de rapports sociaux de sexe, mais aussi des affaires extérieures, de protocole, de conseils, etc. Par ailleurs, aptes à saisir les opportunités qui s’offrent de l’extérieur, les organes complémentaires des associations scolaires sont en lien avec le sport, la communication et l’éducation par les pairs. Le troisième, propre aux associations scolaires, est celui de la coordination et du suivi des activités. Ces espaces sont ouverts à des personnes qui disposent d’un certain leadership. La coordination des activités est assurée par des enseignants désignés par l’administration scolaire. Non seulement le coordonnateur contribue au suivi des activités du club, mais aussi à celles d’éducation. Aussi, il apporte son aide matérielle et financière à la mise en œuvre des activités. Le coordonnateur partage cette charge avec d’autres acteurs sollicités par les élèves eux-mêmes. Ils sont entre autres issus des organisations publiques, des ONG nationales et internationales et de toutes autres structures pertinentes n’étant pas en contradiction avec les objectifs du groupe. Si les jeunes se mobilisent en se mettant en association autour des projets, comment parviennent-ils à mobiliser des ressources matérielles et financières ?

Mobilisation des ressources des associations des jeunes

27La mobilisation des ressources matérielles et financières est le bras mou des associations civiles des jeunes, mais ils parviennent à en mobiliser, notamment en interne et en externe.

28Les ressources internes correspondent aux apports des membres du groupe eux-mêmes, en particulier dans les associations extrascolaires. Ces ressources proviennent des frais d’adhésion, des cotisations diverses et des ressources issues des activités génératrices de revenus, des frais payés à la suite des sanctions, etc. Les associations sont en effet des regroupements de pairs qui connaissent leurs capacités budgétaires respectives et par conséquent n’engagent pas des dépenses qui les excèdent. La mobilisation externe est le principal moyen de captation des ressources matérielles et financières de fonctionnement des associations de jeunes. Les structures organisationnelles et fonctionnelles des associations de jeunes sont foncièrement ouvertes à d’autres organisations. Les ressources complémentaires extérieures qu’elles sollicitent peuvent être le fait de demandes expresses et/ou de sollicitudes des organisations parraines. En milieux scolaires, diverses sources de financement extérieures sont sollicitées. Il s’agit de :

  • la communauté scolaire : administration scolaire, enseignants, parents d’élèves, association des parents d’élèves, etc. ;

  • des donateurs privés : anciens élèves d’établissements scolaires, élites locales, etc. ;

  • des ONGs locales ;

  • des structures spécialisées de l’administration publique de LCS ;

  • des organisations internationales.

29Les apports financiers dans les associations des jeunes en milieux extrascolaires apparaissent moins diversifiés. L’Association for the Fight Against Aids in Rural Areas (AFAARA) est la principale organisation fédératrice locale qui pourvoit les associations de jeunes en ressources. Mais de façon disparate, des donateurs privés, des ONG nationales et internationales, des agences de la coopération bilatérale et sous-régionale, etc. contribuent au soutien financier et matériel des associations des jeunes.

Activités des associations des jeunes

30En matière de LCS, les principales activités des jeunes s’inscrivent dans le cadre de la communication stratégique, structurée par l’Information, l’éducation et la communication pour le changement de comportement. Les élèves centrent leurs intérêts sur les comportements sexuels à risque. En milieux extrascolaires, les activités de Communication pour le changement de comportement (CCC) sont en lien avec la prise en charge et l’encadrement familial et médical des « personnes vivant avec le Vih/Sida », la prise en charge et l’encadrement des orphelins et enfants rendus vulnérables par le SIDA, etc. Les activités de CCC des associations des jeunes sont généralement en lien avec les réalités et les besoins de leurs milieux de vie. Il s’agit notamment des activités d’intérêt communautaire qui participent de l’assainissement physique de leurs milieux de vie.

31Les élèves, en particulier, mènent des activités de sensibilisation en vue de l’assainissement des mœurs vestimentaires de leurs pairs, notamment en ce qui concerne la décence des accoutrements. Les activités des élèves en milieux scolaires ont principalement lieu hebdomadairement, en l’occurrence les mercredis lors de la tranche horaire (de midi à 14 heures) réservée aux activités post et périscolaires. Mais ils saisissent aussi les occasions de mobilisations locale, nationale et internationale pour mener des activités. C’est notamment le cas à l’occasion des cérémonies de proclamation des résultats de fin de trimestre, de la fête nationale de la jeunesse du 11 février, de la fête de l’Unité nationale du 20 mai, de la journée mondiale de lutte contre le VIH/SIDA du 1er décembre, etc.

32En milieux extrascolaires les jeunes initient des activités sportives, en l’occurrence des matchs de football (pour les hommes) et de handball (pour les femmes). Ils initient également des activités de salubrité dans leurs localités respectives, notamment le curage des caniveaux, l’entretien des espaces verts, le nettoyage des bureaux des services administratifs, etc. Ces activités sont généralement organisées suivant une périodicité variable. Les activités de salubrité sont organisées annuellement à l’occasion de la clôture des différentes manifestations ayant eu cours pendant l’année écoulée. Les activités sportives quant à elles sont organisées une à deux fois par mois, pendant les weekends et précisément les samedis après-midi.

33Les jeunes emploient divers procédés pour communiquer en vue du changement de comportement. Ils procèdent à des interactions orales et à des activités d’intérêt communautaire. Les contenus des messages produits par les jeunes sont révélateurs d’un parti-pris opposé à la primeur de l’utilisation du préservatif telle que proposée par les structures hégémoniques nationales et internationales. Ils privilégient l’abstinence sexuelle, en proposant à leurs pairs de retarder au maximum leurs premiers rapports sexuels. Ils ne s’opposent pas à l’utilisation des préservatifs, mais établissent un ordre de priorité dans lequel le préservatif est relégué au second plan, contrairement aux options internationales et nationales. En milieux scolaires, les clubs santé s’approprient aussi les informations contenues dans les supports d’information produits par les organisations internationales et nationales. Ici la communication orale – notamment de porte-à-porte – et la construction des modèles est le moyen privilégié d’information sanitaire.

Modèle d’engagement social des jeunes : le greffage social

34Le modèle d’engagement social des jeunes au Cameroun semble proche du processus de la greffe en biologie. Le « greffage social » est un processus social de captation de ressources pour défendre et garantir un projet et une identité. C’est un processus auto-construit vers l’action sociale-historique. Les différents visages qui font l’unité du « greffage social » peuvent être décrits comme étant un modèle stratégique de structuration organisationnelle et un modèle stratégique d’action sociale.

35Sur le premier, toute organisation suppose a priori une stratégie. Le « greffage social » est une stratégie auto-construite de lien à un système social global préexistant. La stratégie de « greffage social » est une sorte de prise de conscience de soi par les jeunes eux-mêmes, celle de leur statut social et des représentations sociales de la secondarité que la société pose sur eux. Il participe de l’accroissement des marges de manœuvre des associations. Il est une opportunité auto-construite pour les catégories sociales dites faibles en vue de rendre les mobilisations durables et susceptibles de contribuer à l’action sociale-historique. Il apporte un niveau de crédibilité et de légitimité par procuration à une organisation. C’est dans ce sens que le greffage apparait comme une stratégie organisationnelle, consubstantielle au modèle de structuration des associations des jeunes contre la SIDA. C’est une démarche intentionnelle et autodéterminée, qui consiste à s’inscrire dans un projet. « L’organisation est ainsi vue comme une forme de relations sociales à interactions élevées, indirecte et directe […] à fort degré d’institutionnalisation […] et où est présent un leadership formel » (Livian, 2001, p. 12). Dans ces relations d’interactions, à travers les institutions et le leadership pourvus, les potentialités de greffage sont présentes en permanence. C’est la raison d’être de la flexibilité de l’organisation et de l’adaptabilité opérationnelle des associations des jeunes.

36Sur le second, le « greffage social » est une stratégie de mobilisation des ressources diverses en vue de la mise en œuvre des activités. C’est une stratégie de captation des capitaux pour une action efficiente du groupe. Les jeunes parviennent à défendre une identité d’action qui leur est propre, émancipée des orientations dominantes que l’environnement semble imposer. Ils s’approprient les réalités de leurs milieux de vie et les transforment en opportunité de communication pour le changement de comportement, pour eux-mêmes et pour leurs communautés locales.

37Le « greffage social », en tant que processus social dynamique autodéterminé de l’intérieur, est un modèle de stratégie sociale d’organisation et d’action pour les organisations des catégories sociales dont la faiblesse est décidée ou avérée. Il est une force contraire à l’hégémonie des structures sociales assujettissantes à travers la mobilisation et la négociation. Cette captation des capitaux est faite d’opportunisme.

Conclusion

38Les mobilisations des jeunes en matière de lutte contre le Sida au Cameroun constituent l’opportunité heuristique d’un renouveau épistémologique dans les études sur la jeunesse africaine. Le développement des OSC est un indicateur du soulèvement social civil, des « faibles », des « exclus », des « pauvres », pour la promotion sociale. Les OSC des jeunes sont porteuses d’une sous-culture jeune dont la stratégie de « greffage social » garantit la durabilité et la capacité à contribuer à une action sociale-historique.

Haut de page

Bibliographie

Abega S.-C. (1999), Société civile et réduction de la pauvreté, Yaoundé, Éditions Clé.

Ayesha Mei-Tje I., Mama A. & F. Sow (2004), Sexe, genre et société. Engendrer les sciences sociales africaines, Dakar-Paris, Éditions CODESRIA-Kharthala.

Bayart J.-F. et al. (1992), Le Politique par le bas en Afrique Noire : contribution à une problématique de la démocratie, Paris, Éditions Karthala.

Bourdieu P . (1984), « La "jeunesse" n’est qu’un mot », Entretien avec Anne-Marie Métailié, dans Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit [En ligne] http://www.homme-moderne.org/societe/socio/bourdieu/questions/jeuness.html

Comité national de lutte contre le SIDA (CNLS) (2000), Plan stratégique de LCSVIH/SIDA au Cameroun : 2000-2005.

Crozier M. & E. Friedberg (1977), L'Acteur et le système : les contraintes de l'action collective, Paris, Éditions du Seuil.

De Boeck F. & A. Honwana (2005), « Faire et défaire la société : enfants, jeunes et politique en Afrique », Politique africaine, n° 80, pp 5-11.

Durkheim E. (1987), Les règles de la méthode sociologique, Paris, Presses universitaires de France, 23ème édition.

Ela J.-M. (1998), Innovations sociales et renaissance de l'Afrique noire : les défis du « monde d'en-bas », Paris, Éditions L’Harmatan.

Galland O. (1997), Sociologie de la jeunesse, Paris, Éditions Armand Colin.

Gruénais M.-É. (1999), « Les dispositifs de lutte contre le SIDA à l’heure d’ONUSIDA et de la démocratisation », dans Becker C. et al., Vivre et penser le SIDA en Afrique, Paris, Éditions Karthala, pp. 455-471.

Livian Y.-F. (2001), Organisation : théories et pratiques, Paris, Éditions Dunod.

Manga Lebongo J. M. (2009), Jeunesse urbaine camerounaise, créativité sociale et contestation politique. Analyse de quelques modes d’expression et d’action et d’une catégorie sociale, mémoire présenté en vue de l’obtention du DEA en sociologie, Université de Yaoundé I.

Mbembe A. (1985), Les Jeunes et l’ordre politique en Afrique Noire, Paris, Éditions L’Harmattan.

Meli Meli Vivien (2011), « "Contextualisation" méthodologique : le sociologue et les personnes vivant avec le vih/sida (PVVS) au Cameroun », Intel’Actuel, Revue de lettres et sciences humaines, n° 10, pp. 111-146.

Molitor M. (2000), « La socialisation des jeunes dans un monde en mutation », dans Bajoit G. et al., Jeunesse et société : la socialisation des jeunes dans un monde en mutation, Bruxelles, Éditions De Boek Université, pp. 15-41.

Neveu E. (2002), Sociologie des mouvements sociaux, Paris, Éditions La Découverte.

Onusida (2001), Cadre stratégique mondial sur le VIH/SIDA, Genève [En ligne] http://www.unaids.org/sites/default/files/media_asset/jc637-globalframew_fr_0.pdf .

Paugam S. (dir.), (1996), L’Exclusion : l’état des savoirs, Paris, Éditions La Découverte.

Touraine A. (1984), Le Retour de l'acteur, Paris, Éditions Fayard.

Ziegler J. (1981 [1980]), Retournez les fusils ! Manuel de sociologie d’opposition, Paris, Éditions du Seuil.

Haut de page

Notes

1 Elles se rapportent à la dynamique de l’action sociale, en tant que ce que les acteurs sociaux la font être. C’est-à-dire la capacité des jeunes à produire des orientations sociales à partir de leurs activités et de donner un « sens » à leurs pratiques. Ce sens n’est pas seulement spontané et immédiat, mais durable et susceptible d’influencer la trajectoire historique de la société à laquelle ils se rapportent. Les actions sociales-historiques constituent une traduction de l’historicité.

2 Cette notion est une construction issue des résultats des travaux de Doctorat/PhD que nous avons défendu en janvier 2015 à l’Université de Yaoundé 1 au Cameroun.

3 Plan à moyen terme 1

4 Note de service Ministère de la Santé publique, 18-02-88, NPS/cae/88.1

5 Ibid.

6 Le document a été distribué aux différentes parties prenantes, notamment les ONG (Organisations non gouvernementales) et les associations, les chefs d’entreprises privées, les ministères, les institutions confessionnelles et les organismes internationaux.

7 Comité national de lutte contre le Sida

8 Organisation de la société civile

9 Ici, « sans emploi » ne signifie pas que les jeunes sont oisifs toute l’année et tous les jours. Ils exercent des activités ponctuellement rémunérées à la tâche.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Évolution des effectifs des OSC soutenues par le CNLS entre 2002 et 2005
URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/8009/img-1.png
Fichier image/png, 23k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vivien Meli Meli, « Engagement social des jeunes au Cameroun : une mobilisation sociale contre toute attente », SociologieS [En ligne], Dossiers, Crises et reconfigurations sociales en Afrique. La jeunesse au coeur des mouvements sociaux, mis en ligne le 19 juin 2018, consulté le 16 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/8009

Haut de page

Auteur

Vivien Meli Meli

Sociologue, université de Dschang (Cameroun) - melvivien_03@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page