Navigation – Plan du site
Crises et reconfigurations sociales en Afrique. La jeunesse au coeur des mouvements sociaux

Prendre la parole dans l’espace académique : entre rupture des équilibres corporatistes et continuité de l’adhésion à l’hégémonisme étatique au Cameroun (2011-2017)

Speaking in academic space: between break of corporatists balances and continuity of adhesion to state’s domination in Cameroon (2011-2017)
Moïse Tchingankong Yanou

Résumés

L’opérationnalisation du cadre d’analyse de la « structure des opportunités politiques » sur le terrain camerounais des mobilisations démontre principalement le contrôle étatique de l’expression sociale du dissentiment, malgré le processus de « civilisation des mœurs » politiques enclenché au début de la décennie 1990. Le corollaire en est que les survivances autoritaires du régime ne sauraient être sous-estimées. Toutefois, il est nécessaire de considérer cet hégémonisme d’État comme un structurant variable. L’imperméabilité du système politique constitue aussi une ressource pour le dénouement des revendications au profit de manifestants qui par ailleurs expriment leurs désirs d’y occuper des positions de pouvoir. C’est ce qui ressort de l’étude d’une manifestation d’universitaires nouvellement recrutés dans le corps académique, en 2011, au Cameroun.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Prendre la parole (voice) constitue une forme conflictuelle d’action (Hirschman, 1995) face à une situation considérée comme étant en décalage par rapport à des attentes. Il s’agit du moyen auquel recourent des individus ou des groupes pour imposer une prise en charge (Hajer & Law, 2006) de ce décalage, mais aussi pour communiquer à leurs interlocuteurs les représentations qu’ils défendent (Habermas, 1999). C’est cette dimension conflictuelle du discours dont témoigne la prise de parole d’universitaires camerounais entrés dans le corps académique en 2011, suite à l’initiative du président de la République de recruter 25 000 jeunes diplômés dans la fonction publique. La prise de parole de ces universitaires s’effectue contre la circulaire du Ministre de l’enseignement supérieur (MINESUP) du 28 mars 2012 qui les rend inéligibles, pour l’année 2012, au payement de l’allocation pour la modernisation de la recherche au sein des universités d’État. Leur prise de parole est alors ce par quoi ils luttent pour persuader le MINESUP de leur « frustration » (Gurr, 1970). Cependant, elle est aussi ce par quoi le porte-parole du mouvement s’engage au sein de relations de clientèle avec l’autorité ministérielle. Ce qui se joue alors en filigrane de cette prise de parole, c’est l’efficacité et la forme plurielle de la contestation en contexte de survivances autoritaires au Cameroun.

2L’intérêt des politistes pour la question des mobilisations politiques en contexte post-autoritaire de l'État en Afrique (Mbembe, 1995, 2013), est marqué par l’étude du rapport classique entre mobilisations et système politique (Eisinger, 1973 ; McAdam, 1988 ; Tarrow, 1989). L’analyse de ce rapport conflictuel se décline dans la littérature de différentes façons : en termes d’analyse des manières détournées de désapprouver l'ordre sociopolitique (Pommerolle, 2008 ; Machikou, 2016), en terme de réponses répressives de l'État (Diouf & Mamdani, 1994 ; Konings, 2004) ou encore de contrôle politique de la capacité d’action collective (Nyamnjoh, 1999 ; Khelfaoui, 2003). Ce contrôle, par ailleurs, transcende les frontières du territoire de l’État (Tchingankong Yanou, 2017). Dans l’ensemble, les résultats des travaux concluent sur une dynamique répressive du pouvoir qui réduit les marges de production des mobilisations, en contraignant les individus à une insoumission silencieuse (Bayart et al., 1992) rarement fructueuse (Hilgers & Mazzacchetti, 2010).

3A contrario, il existe un mode de contestation qui passe par les marches mais aussi par l’émeute. Ledit mode, qui s’inscrit dans une longue histoire du recours à la rue en Afrique (Siméant, 2014), traduit quelque fois l’ingéniosité des individus engagés dans ces différents contextes autoritaires (Pommerolle, 2007 ; Manga et Mbassi, 2017). Il montre par là même une efficacité et des formes diverses de l’engagement dans ces contextes. La prise de parole du millier d’universitaires recrutés en 2011 dans les universités d’État participe de cette dynamique. Certes l’analyse demeure attachée aux logiques des routines autoritaires du pouvoir (Pommerolle, 2008) et peut se comprendre en recourant à une analyse en termes de « structure des opportunités politiques » (Eisinger, 1973) ; pour autant, ces latences autoritaires du pouvoir envisagées comme une ressource pour ce dernier peuvent aussi être captées par les manifestants (Fillieule, 2013). Le corollaire est alors une considération variable du rapport des manifestants à la répression étatique. Et c’est sur cet aspect peu étudié que nous voudrions centrer cette contribution.

4En effet, en 2012, les revendications de l’allocation pour la modernisation de la recherche par les nouvelles recrues des universités d’État avaient entrainé de leur part une mise à contribution de la Direction générale à la recherche extérieure (DGRE), une administration policière spécialisée dans le renseignement d’État et la répression politique, pour réduire les marges de manœuvre du MINESUP et obtenir de lui le payement de leurs allocations. Cependant, autant ce dernier répond aux attentes des recrues, autant l’« identité discursive » (Charaudeau, 2006) contestataire du porte-parole du mouvement s’en trouvera effritée au profit du pouvoir, du fait de sa négociation d’une nomination dans l’administration d’État.

  • 1 Les analyses produites ici reposent sur un matériau rassemblé principalement à partir d’une observa (...)

5L’objectif ici est alors de considérer que la prise de parole du millier d’universitaires recrutés en 2011 dans les universités publiques au Cameroun révèle la pluralité des issues de la « situation contestataire » (McAdam et al., 1996) en contexte de routinisation de l’autoritarisme étatique. Alors que les recrues, en composant avec un acteur central de l’« espace des mouvements sociaux » (Mathieu, 2012) au Cameroun, la DGRE, parviennent à obtenir l’allocation, montrant leur manifestation comme une « mise en scène » (Goffman, 1973) de la rupture de l’équilibre corporatiste sur la question du financement de la recherche, la détermination de leur porte-parole à user de cette position temporelle d’interlocuteur pour négocier auprès du MINESUP une nomination administrative redonne un pouvoir de contrôle à l’État. Le porte-parole des nouvelles recrues libère à travers ces négociations son « sens pratique » (Bourdieu, 1980) de l’autoritarisme étatique, notamment la nécessité pour lui de composer avec le pouvoir pour bénéficier des faveurs qu’il octroie à ceux qui lui sont loyaux 1.

6Dès lors, prendre la parole dans l’espace académique exprime la libération d’un conditionnement. C’est pour cette raison que l’engagement du porte-parole du millier d’universitaires recrutés en 2011 au sein des université d’État au Cameroun se fait pour les siens et pour soi.

Être porte-parole et s’engager pour les siens

7La manifestation du Collectif des 1 000 assistants recrutés en 2011 dans le corps académique au Cameroun, prise comme « scène » de contestation collective, repose sur la capacité de son porte-parole à porter effectivement la cause de l’ensemble des collègues. Il se comporte comme tel au côté de ces derniers ainsi qu’en face des autorités académiques

Émergence et organisation de la revendication

  • 2 Chiffre de l’Annuaire statistique du Cameroun 2011.
  • 3 Cf. Communication du Ministre de l’enseignement supérieur devant la Commission des finances de l'As (...)

8Le président Paul Biya, dans son discours annuel adressé à la jeunesse le 10 février 2011, annonce un recrutement spécial de 25 000 jeunes diplômés dans la fonction publique. L’application du discours intervient à partir du 18 février 2011 avec la création par le Premier ministre des deux instances chargées de la gestion du recrutement. Ce dernier s’effectue à partir du 14 mars 2011, date de l’ouverture du dépôt des dossiers. Le recrutement de 2011 marque l'arrivée de 1 130 nouveaux enseignants-chercheurs au sein des universités d'État. Il rompt avec la pratique instituée de remplacement numérique qui est la modalité d'insertion, dans le milieu professionnel, des étudiants à qui le parcours doctoral a inculqué la « vocation de savant » (Weber, 1959). Le corollaire de la rupture est la croissance démographique dans les effectifs enseignants qui s’élèvent jusqu’en 2009 à 1 808 enseignants-chercheurs dans l’ensemble des sept universités d’État 2. L’augmentation des effectifs contraint le Ministre de l'enseignement supérieur, en novembre 2011, à organiser son argumentaire devant la Commission des finances (CF) de l'Assemblée nationale autour de la rallonge du budget qui lui sera alloué pour l’année 2012 3.

  • 4 Cf. Circulaire n° 09/0001/MINESUP/SG/DPDSU/ du 16 avril 2009.
  • 5 Cf. Circulaire n° 12/0001/MINESUP/SG/DPDSU/CJ du 28 mars 2012.
  • 6 Idem.

9Le plaidoyer connaît une issue favorable puisque l’augmentation sollicitée par le Ministre pour la gestion du personnel enseignant connaîtra une hausse pour l’année 2012. Le compte d’affectation spéciale créé le 8 avril 2009 par le Décret n° 2009/121 du président de la République est approuvé et opérant. Il permet l'octroi d'une prime trimestrielle aux universitaires pour leur contribution à la modernisation de la recherche. L'éligibilité à cette allocation est définie par la circulaire ministérielle 4. Celle-ci fixe les critères d’éligibilité ainsi que la période exacte du début de réception de l’allocation. Cependant, pour la prise en charge financière des recrues 2011 par le compte d’affectation, une nouvelle circulaire sera signée 5 modifiant les conditions d’éligibilité. Alors que précédemment la prise en charge dans le compte d’affectation intervenait le trimestre suivant le recrutement, désormais « pour les enseignants nouvellement recrutés, la prise en compte dans le cadre du compte d’affectation spéciale intervient au premier trimestre de l'exercice budgétaire suivant la date de leur prise en solde effective » 6.

10Cela dit, la majorité de ces recrues ayant pris leur service entre le 28 novembre et le 30 décembre 2011, la prise en considération par le compte d’affectation interviendrait à la suite de la prise en solde effective par le Ministère des Finances. Or, cette prise en solde est différenciée. Alors que certaines des recrues perçoivent leur première solde durant le mois de juin 2012, soit huit mois après la prise de service, d’autres ne bénéficient pas encore de leur solde en 2013. Cela a pour effet, si la circulaire venait à être appliquée, une éligibilité différenciée à la perception de l'allocation pour la modernisation de la recherche. Sur la base de la connaissance de ces dysfonctionnements de l’administration financière, les recrues considèrent alors la circulaire du Ministre comme irrespectueuse de leurs espérances et contraire aux exigences de gestion équitable. Elles travailleront alors à mettre en forme un mouvement pour contester la circulaire ministérielle.

11La cohésion du mouvement du millier d’assistants recrutés en 2011 dans le corps académique repose sur un groupe décisionnel constitué d’anciens compagnons de la contestation estudiantine à l’université de Yaoundé I. Il s’agit d’amis qui insuffleront à leurs compagnons de recrutement, dispersés dans les huit universités d'État, l’envie de revendiquer leurs allocations sous l’étiquette du « Collectif des 1 000 recrutés de l'enseignement supérieur ». Ce label permet de légitimer auprès du MINESUP l'injustice dont ils sont victimes. La mobilisation s’appuie de ce fait sur le bricolage d’une représentation susceptible de rassembler les assistants et d’accentuer leur volonté à aller défendre en masse leur cause.

12Les assemblées générales du Collectif des 1 000 assistants se tiennent à la salle du département de biochimie, au sein du campus annexe de l'université de Yaoundé I à l’initiative d’un individu qui deviendra le porte-parole du Collectif en raison de sa capacité à transformer le capital de sympathie des collègues à son égard en engagement précis pour la manifestation (Neveu, 2015). Il parvient ainsi à les convaincre de prendre part à la manifestation du 22 avril 2012 en vue d'occuper le 10ème étage du ministère de l’enseignement supérieur. Le cabinet du Ministre s’y situe, mais aussi le bureau de l'agent comptable responsable du compte d'affectation spéciale pour la modernisation de la recherche. L'incursion de la pléthore d'assistants nouvellement recrutés dans ce périmètre ministériel traduit la symbolisation du nombre des manifestants. Elle constitue un « coup », au sens de Michel Dobry (1986), porté par le porte-parole du Collectif au MINESUP afin de le contraindre à prendre en considération la situation de précarité financière de ses jeunes collègues. En réaction, le MINESUP mobilise le Commissaire de police du Commissariat central n°1 et ses agents pour disperser les manifestants. Néanmoins, la présence des forces de l’ordre n'affecte pas l’engagement des manifestants. Par contre, les « acteurs – contestataires et forces de l'ordre – s'engagent […] dans des séquences d'interaction au fond structurellement réglées, indiquant le maintien d'un sens partagé de la situation, donc de règles du jeu explicites et implicites » (Fillieule, 2013, p. 5). Le mouvement d’occupation s’achève à la suite d’une séance de travail entre l’IGS et les manifestants.

Énonciation et dénouement de la revendication

  • 7 « Nous comptions pouvoir tenir avec cette allocation jusqu'à l'obtention de nos premiers salaires. (...)
  • 8 « [...] Monsieur l'Inspecteur, notre descente au ministère pour rencontrer le ministre est liée à n (...)

13La légitimation de la cause du millier d’assistants recrutés en 2011 dans l’enseignement supérieur camerounais repose aussi sur la capacité du porte-parole à dire la cause du Collectif. C’est ainsi qu’au-delà du registre dramatique qui est quelquefois mobilisé par des membres du Collectif 7, il s’agit pour le porte-parole de celui-ci face à l’Inspecteur général des Services du ministère de l’enseignement supérieur (IGS), qui est l’interlocuteur de circonstance lors de l’occupation du 10ème étage du ministère, de rester sur un registre juridique pour revendiquer 8. Ce registre de défense permet d’établir leur éligibilité à l’allocation pour la modernisation de la recherche pour l’année 2012 car il permet de dévoiler la contradiction entre la circulaire du 28 mars 2012 et l'intervention du MINESUP devant la CF, en novembre 2011. Le porte-parole considère que pour avoir mobilisé les recrues comme ressource pour la revendication d’une hausse du budget du ministère, le MINESUP devrait s’en tenir à ses propos. L’administration de la preuve par l’argumentation constitue alors le moyen pour le porte-parole d’acquérir du pouvoir (Foucault, 1971) sur les autorités ministérielles.

  • 9 Rapport Afrique de Crisis group de 2010, Cameroun : État fragile ?, n° 160, p. 16.
  • 10 Le responsable de la DGRE prend cet engagement à l’endroit des manifestants le 22 avril 2012 dans l (...)

14L'occupation du 10ème étage du ministère de l’enseignement supérieur le 22 avril 2012 est simultanée à l’interpellation d’autres personnalités étatiques, l’enjeu étant d’accroître les chances de réussite de la mobilisation. Des correspondances sont dans ce sens adressées par le porte-parole du Collectif au Secrétaire général de la présidence de la République (SGPR) et au responsable la DGRE. Celle-ci fait partie de « toute la gamme des pouvoirs du régime » 9 mobilisée par l’État pour réprimer des manifestations. L’anticipation du porte-parole amène le responsable de cette police secrète à mettre à contribution sa capacité à faire pénétrer des arènes fermées aux manifestants pour faire entendre leurs revendications 10. Il portera ainsi le message de la revendication auprès du président de la République afin que celui-ci tranche le différend corporatiste. La correspondance du SGPR instruisant le MINESUP, au nom du président de la République, à restituer aux manifestants leur droit démontre sa médiation pour sortir de la crise.

15Le MINESUP convoque en mai 2012 une rencontre avec le Collectif pour la définition d'un calendrier de payement de l’allocation de recherche aux nouvelles recrues. La rencontre se déroule dans la salle de conférence du 10ème étage du ministère. À cette occasion, le MINESUP se positionne face aux recrues en homme politique conciliant qui est à l’écoute et agit dans une logique d’apaisement de la tension avec les assistants nouvellement recrutés. Au terme de la rencontre avec le Ministre, le porte-parole du Collectif prend part à une autre séance de travail, cette fois organisée par le responsable de la Cellule du Suivi du ministère de l’enseignement supérieur à la demande du MINESUP. Alors les parties travaillent à la faisabilité d’un calendrier de payement, le responsable de la Cellule du Suivi explique au porte-parole que la circulaire a été signée par le Ministre sous la pression du Syndicat de l’enseignement supérieur (SYNES). L’organisation syndicale avait d’autres visées sur l’augmentation budgétaire accordée par la CF.

16Le SYNES est davantage favorable à une orientation de cette augmentation vers la majoration du montant de l’allocation pour la modernisation de la recherche perçue par chaque universitaire en fonction avant l’arrivée des nouvelles recrues. Ces dernières, selon les syndicalistes, doivent alors attendre l’année 2013, comme stipulé par la circulaire ministérielle, pour prétendre percevoir cette allocation. Dès lors, pour le responsable de la Cellule du Suivi du ministère de l’enseignement supérieur, le MINESUP était bien favorable aux respects des engagements pris devant la CF, n’eût été l’opposition des leaders syndicaux.

  • 11 Cf. Entretien d’Innocent Futcha, président du SYNES, journal Le Jour, 19 août 2011.

17Le SYNES agit ici en cohérence avec sa position au moment de l’annonce du recrutement de 1 000 enseignants au sein des universités d’État. Il avait organisé une session extraordinaire de son Bureau exécutif national pour marquer son désaccord à ce recrutement. Le motif présenté est qu’il va à l’encontre de la pratique du remplacement numérique en vigueur dans l’enseignement supérieur 11. Si la mobilisation du SYNES ne met pas un terme à ce processus de recrutement, elle entrainera néanmoins un ajustement de la procédure en raison de l'instauration des auditions comme étape indispensable du recrutement.

18Mais, pour ce qui est du payement aux nouvelles recrues de l’allocation pour la modernisation de la recherche, il interviendra contre les volontés syndicales à partir de juillet 2012, entraînant ainsi un dénouement relativement satisfaisant des revendications. Si les soutiens inattendus du SGPR et du responsable de la DGRE, qui concourent au dénouement de la crise, sont manifestes, il n’est pas incongru de considérer que la prise en charge étatique des revendications manifeste aussi la volonté d’éviter une désectorisation de la crise (Dobry, 1986) qui constituerait alors une véritable menace pour le pouvoir.

19La position de porte-parole du Collectif a placé ce dernier au-devant ; ce qui lui a permis de nouer des liens avec le chef de la Cellule du suivi du ministère de l’enseignement supérieur. Cette relation a été déterminante dans les rapports clientélistes qui s’établiront par la suite entre le porte-parole et le MINESUP.

Être porte-parole et s’engager pour soi

20La manifestation du collectif des 1 000 assistants recrutés en 2011 dans le corps académique au Cameroun prise comme « coulisses » de contestation opportuniste repose sur la capacité de son porte-parole à user de l’espace que lui offre la mobilisation pour négocier des positions administratives. Il se comporte comme tel en l’absence des recrues qu’il représente.

De l’organisation en Collectif à l’organisation syndicale

21Le payement de l’allocation pour la modernisation de la recherche aux nouvelles recrues entraine la réorientation par le porte-parole de sa logique d’engagement. La transformation du Collectif des 1 000 assistants en une organisation syndicale pour la défense des intérêts académiques des enseignants-chercheurs est désormais la nouvelle stratégie d’action. Le porte-parole crée à cet effet le Syndicat pour le développement de l'enseignement supérieur (SYNDESUP). La réunion de lancement se tient à Ngaoundéré, le 24 mai 2012, en marge des jeux universitaires. Si l’objectif mis en avant par le porte-parole du Collectif est la défense des intérêts corporatistes, l’enjeu non déclaré est pour lui de pouvoir s'« introduire durablement dans les négociations avec les autorités administratives et gouvernementales » (Neveu, 2015, p. 91). En effet l’engagement, qui prend dorénavant une forme relativement institutionnalisée, autorise le porte-parole à parler au nom du syndicat, ce qui lui permet de développer des affinités avec des responsables du ministère de l’enseignement supérieur appartenant à la « cour » (Elias, 1985) du MINESUP. Il s’agit d’un opportunisme qui ne manque pas d’être dénoncé par ses proches, lesquels lui reprochent d’être désormais à la solde du Ministre.

22L’activisme syndical permet la restitution, aux recrues, des reliquats de l’allocation. Il s’en suivra d’ailleurs la fusion du fichier solde du millier d'assistants recrutés en 2011, qui était jusque là traité à part, avec celui de l’ensemble des enseignants-chercheurs en fonction. Et l’opportunisme du porte-parole est rétribué (Gaxie, 1977) par l’octroi à son égard de faveurs. Il bénéficie régulièrement d’appuis financiers pour des projets fictifs ainsi que la possibilité de faire admettre définitivement des candidats à des concours publics contrôlés par le MINESUP. Ces gains ainsi engrangés s’accentueront avec la nomination que lui accorde ce dernier en 2015.

Du contestataire engagé au collaborateur déterminé

23La mobilisation dans le cadre syndical sera de fait. Le SYNDESUP n’obtient pas d’autorisation du ministère du travail, qui est l’administration étatique chargée de la délivrer. Cependant le capital biographique contestataire du porte-parole du Collectif lui permettra de manœuvrer avec le responsable de la Cellule de Suivi du ministère de l’enseignement supérieur pour imposer la collaboration du MINESUP avec l’organisation. Ce qui favorise alors l’orientation de l’engagement pour le Collectif vers la réalisation d’un but individuel.

  • 12 Toutes les informations sont obtenues lors d’un entretien réalisé avec le porte-parole, juillet 201 (...)

24Sur le plan biographique, dès sa deuxième année au département d'histoire de l'université de Yaoundé I, le porte-parole est délégué du Cercle d'histoire et d'archéologie, ce qui lui permet de participer au Forum des étudiants organisé à l'université de Buea en 2002. À cette occasion, il s’oppose au MINESUP du moment, Jean-Marie Atangana Mebara, du fait du non logement des étudiants de la délégation de l'université de Yaoundé I. En 2003, alors qu'il est en troisième année de licence, il est élu Secrétaire général du Cercle, ce qui lui permet de participer en tant que leader associatif estudiantin à la création de l'association des étudiants de l’université de Yaoundé I. La même année il participe à un mouvement de grève lié au manque de salles de cours au sein du campus universitaire. En quatrième année, il est élu président du Cercle. Du fait de cette position, il prend part à la réunion du 31 mars 2004 qui mènera à la création de l'Association de défense des étudiants camerounais (ADDEC) 12.

  • 13 Idem.

25Le porte-parole du Collectif se désolidarise des leaders de ce mouvement estudiantin, qui selon lui optent pour un registre radicalisé de revendication 13. Il obtient son diplôme d’études approfondies (DEA) à l'université de Ngaoundéré où il s’est réfugié pour échapper aux responsables de l’université de Yaoundé I mécontents de son engagement. En 2009, il est recruté comme attaché d'enseignement et de recherche (ATER) à l'université de Yaoundé I. La situation d'instabilité concernant les salaires l'amène à mobiliser ses collègues pour dénoncer le non respect des textes en la matière. Le 23 mars 2010, il adresse une correspondance au président de la République en tant que porte-parole du Collectif des ATER avec comme doléance une conversion des ATER en assistants. Il sera reçu par le SGPR du moment, Laurent Esso. L’absence de son nom sur la première liste des assistants du recrutement spécial de 25 000 jeunes diplômés dans la fonction publique camerounaise du 1er août 2011 l'amène à initier une mobilisation de réflexion des « lésés » le 2 août 2011. Elle se soldera par un consensus pour un mouvement de contestation au Premier ministère le 3 août 2011.

26Le Collectif des ATER, des moniteurs et des vacataires est ainsi mis en place pour provoquer une nouvelle liste de présélectionnés. La stratégie de mise en visibilité de la revendication repose sur l’organisation d’une manifestation de contestation le 23 août 2011. Celle-ci sera cependant interdite par les autorités administratives. Le 16 novembre 2011, le Collectif mène finalement une manifestation devant les Services du Premier ministre. Par ailleurs, il procède à l’interpellation du Secrétaire général des Services du Premier ministre qui est le président du Comité de coordination et de la supervision du recrutement. La revendication aboutit à la publication d’une deuxième liste de 238 présélectionnés, le 24 novembre 2011. La réussite de cette mobilisation est porteuse de sens pour le porte-parole et les membres du Collectif en termes de maîtrise des codes de la protestation.

27La carrière militante du porte-parole constitue une ressource. Il a été régulièrement engagé au sein de négociations avec des autorités académiques. C’est ce lien qu’il souhaite conserver avec le passage du Collectif au syndicat. L’action syndicale lui permet d’être en relation régulière avec le responsable de la cellule du suivi du ministère de l’enseignement supérieur. Dès lors, le discours porté cesse d’être protestataire. Le porte-parole agit désormais dans le sens de l’apaisement de la tension entre le Ministre et les collègues. La position rend alors possible le développement d’un entreprenariat pour sa propre promotion. La nomination, en 2015, du porte-parole du Collectif comme chargé d’études assistant numéro 3 à la Cellule de dialogue et de la solidarité du ministère de l’enseignement supérieur apparaît ainsi être la résultante de cette volonté manifestée d’intégrer l’espace des privilégiés du MINESUP.

  • 14 Cf. Lettre ouverte d’Alain Fogue Tedom au Premier ministre, le 10 octobre 2016.
  • 15 Les informations sont tirées d’un entretien réalisé avec le porte-parole, le 19 novembre 2016.

28Cette issue est loin d’être un « accident biographique » (Passeron, 1990) puisqu’il est souhaité par le porte-parole. Il s’investit alors dans son nouveau rôle, celui de collaborateur du MINESUP. Il travaille désormais à consolider les orientations politiques de celui-ci. Il s’implique dans l’organisation d’activités scientifiques à connotation politique. C’est dans cette perspective qu’en 2016 il introduit auprès du Ministre un projet de colloque consacré aux œuvres de la Première dame du Cameroun. L’organisation de l’évènement suscitera des tensions entre les universitaires autour de l’opportunité d’une telle initiative dans l’espace académique 14. Pour le porte-parole, sa tenue participe d’une stratégie pour consolider la notoriété politique du MINESUP. Ce qui accroît ses chances de capter les gains de sa collaboration avec ce représentant de l’État 15. Il bénéficiera dans cette perspective d’une nouvelle nomination. En 2017, il passe de chargé d’études assistant numéro 3 à la Cellule de dialogue et de la solidarité du ministère de l’enseignement supérieur à chargé d’études assistant numéro 1.

  • 16 Le membre du personnel administratif d’appui en service à l’université de Yaoundé II ayant accepté (...)
  • 17 Le Comité consultatif interuniversitaire (CCIU) de décembre 2016 consacré au changement de grade de (...)
  • 18 Le décret du 27 juin 2017 fait du coordonnateur scientifique du colloque consacré aux œuvres de la (...)

29Dès lors, si l’organisation du colloque échappe au porte-parole du Collectif ainsi qu’au Ministre au profit d’une coalition d’universitaires ou pas en quête de recrutement 16, de grades 17 et de postes 18, la rupture biographique opérée par le porte-parole lui permet cependant d’atteindre ses objectifs personnels, notamment faire partie du cercle des collaborateurs privilégiés du MINESUP. Ce qui en retour entraine désormais un contrôle de ce dernier sur ses capacités d’engagement.

Conclusion

30En définitive, la prise de parole protestataire dans l’espace académique au Cameroun a des effets complexes et ambigus. En 2011, le porte-parole des nouvelles recrues de l’enseignement supérieur public en situation de mobilisation avec les siens est activiste de leur cause. Par contre, en leur absence il négocie son positionnement au sein de l’administration d’État. Il lie ainsi sa qualité de « savant » (Weber, 1959), à travers la défense de la cause collective, à la position administrative à laquelle il aspire. Il démontre alors qu’en contexte de rémanence autoritaire de l’État, le « capital scientifique » (Bourdieu, 1984), en tant que ressource symbolique, ne compte que lorsqu’il est associé à la détention d’une position politico-administrative, en tant que ressource matérielle. Sur le plan pratique, prendre politiquement la parole dans l’espace académique au Cameroun révèle une réalité des sociétés politiques en situation permanente de « civilisation des mœurs » (Elias & Dunning, 1994) autoritaires. Le pouvoir use de sa capacité de redistribution plurielle pour garantir le renouvellement du personnel qui lui est loyal. D’où le développement de relations clientélistes face à cet espace de rente.

Haut de page

Bibliographie

Bayart J.-F., Mbembe A. & C. Toulabor (1992), La Politique par le bas en Afrique, Paris, Éditions Karthala.

Bourdieu P. (1980), Le Sens pratique, Paris, Éditions Minuit.

Bourdieu P. (1984), Homo academicus, Paris, Éditions de Minuit.

Charaudeau P. (2006), « Identité sociale et identité discursive, le fondement de la compétence communicationnelle », Niteroi, n° 21, pp. 339-354 [En ligne] gragoata.uff.br/index.php/gragoata/article/download/316/317 .

Diouf M. & M. Mamdani (dir) (1994), Libertés académiques en Afrique, Dakar, Éditions du Codesria.

Dobry M. (1986), Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, Paris, Presses de SciencePo.

Eisinger P. (1973), « The Conditions of Protest Behaviour in American Cities », American Political Science Review, vol. 67, pp. 11-28.

Elias N. (1985), La Société de cours, Paris, Éditions Flammarion.

Elias N. & É. Dunning (1994), Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Paris, Éditions Fayard.

Fillieule O. (2013), « Des marées aux inondations. Postface », dans Allal A. & T. Pierret (dir.), Au cœur des révoltes Arabes. Devenir révolutionnaires, Paris, Éditions Amand Colin, pp. 287-308.

Foucault M. (1971), L’Ordre du discours, Paris, Éditions Gallimard.

Gaxie D. (1977), « Économie des partis et rétributions du militantisme », Revue française de science politique, vol. 27, n° 1, pp. 123-154.

Goffman E. (1973), La Mise en scène de la vie quotidienne. 1. La présentation de soi. 2. Les relations en public, Paris, Éditions de Minuit.

Gurr T. (1970), Why Men Rebel?, Princeton, Princeton University Press.

Habermas J. (2001), Vérité et justification, Paris, Éditions Gallimard.

Hajer M. & D. Laws (2006), « Ordering Through Discourse », dans Moran M., Rein M. & R. Goodin (dir.), The Oxford Handbook of Public Policy, Oxford, Oxford University Press, pp. 251-268.

Hilgers M. & J. Mazzacchetti (dir.) (2010), Révoltes et oppositions dans un régime semi-autoritaire. Le cas du Burina Faso, Paris, Éditions Karthala.

Hirschman A. (1995), Défection, prise de parole et loyauté, Paris, Éditions Fayard.

Khelfaoui H. (2003), « Le champ universitaire algérien entre pouvoirs politiques et champ économique », Actes de la recherche en science sociale, vol. 148, pp. 34-46.

Konings P. (2004), « Trade-Union Activism Among University Teachers During Cameroon's Political Liberalisation period », Nordic Journal of African Studies, vol. 13, n° 3, pp. 289-301.

Machikou N. (2016), « Les commémorations comme espace de subjectivation : La Journée internationale de la femme et l’affirmation de soi », Polis, vol. 20, n° 1&2, pp. 125-148.

Manga J.-M. & A. R. Mbassi (2017), « De la fin des manifestations à la faim de manifester : revendications publiques, rémanence autoritaire et procès de la démocratie au Cameroun », Politique africaine, n° 146, pp. 71-97.

Mathieu L. (2012), L'Espace des mouvements sociaux, Paris, Éditions du Croquant.

Mbembe A. (1995), « Notes provisoires sur la postcolonie », Politique africaine, n° 60, pp. 76-109.

Mbembe A. (2013), « Le principe autoritaire », NAQD, vol.1, n°30, pp. 17-39.

McAdam D. (1988), Freedom Summer, Oxford, Oxford University Press.

McAdam D., Tarrow S. & C. Tilly (1996), « Top Map Contentious Politics », Mobilizations, vol. 1, n° 1, pp. 17-34.

Neveu E. (2015), Sociologie des mouvements sociaux, Paris, Éditions La Découverte.

Nyamnjoh F. (1999), « Cameroon: A Country United by Ethnic Ambition and Difference », African Affairs, vol. 98, n° 390, pp. 101-118.

Nyamnjoh F. & J. Fokwang (2005), « Entertaining Repression: Music and Politics in Postcolonial Cameroon », African Affairs, vol. 104, n° 415, pp. 251-274.

Passeron J.-C. (1990), « Biographies, flux, itinéraires, trajectoires », Revue française de sociologie, vol. 31, n° 1, pp. 3-22.

Pommerolle M.-E. (2007), « Routines autoritaires et innovations militantes. Le cas d'un mouvement étudiant au Cameroun », Politique africaine, n° 108, pp. 154-173.

Pommerolle M.-E. (2008), « La démobilisation collective au Cameroun, entre régime postautoritaire et militantisme extraverti », Critique internationale, vol. 3, n°40, pp. 73-94.

International Crisis group (2010), « Cameroun : État fragile ? », Rapport Afrique, n°160.

Siméant J. (2014), Contester au Mali. Formes de la contestation et de la critique à Bamako, Paris, Éditions Karthala.

Tchingankong Yanou M. (2017), « Émigration et changements politiques au Cameroun », dans Chauvet L., Gubert F., Jaulin T. & S. Mesple-Somps (dir.), Migrants, acteurs des changements politiques en Afrique ?, Bruxelles, Éditions De Boeck, pp. 53-67.

Tarrow S. (1989), Democracy and disorder: Protest and Politics in Italy 1965-1975, Oxford, Clarendon Press.

Weber M. (1959), Le Savant et le politique, Paris, Éditions Plon.

Haut de page

Notes

1 Les analyses produites ici reposent sur un matériau rassemblé principalement à partir d’une observation participante de la revendication des nouvelles recrues de 2011 dans l’enseignement supérieur public camerounais. Ce choix n’est pas neutre. Il est lié au fait que nous avons été de ce contingent d’universitaires recrutés. Dès lors, la connaissance de l’ensemble des recrues a facilité par la suite la réalisation d’entretiens entre 2015 et 2017 pour compléter nos données sur l’évolution de la situation (l’anonymat des intéressés est préservé). Sur un plan théorique, l’analyse est structurée par la pensée goffmanienne liée à sa métaphore de la scène (l’engagement du porte-parole en présence de ses collègues) et des coulisses (l’engagement du porte-parole en l’absence de ses collègues). C’est donc un intérêt marqué pour les situations de face-à-face entre les protagonistes de ce mouvement contestataire. Cet ordre d’interaction goffmannien est combiné à la pensée bourdieusienne liée à l’incorporation par les individus de dispositions durables qui déterminent leurs actions dans la pratique. C’est cette combinaison qui permet d’appréhender les dispositions du porte-parole à composer avec les autorités étatiques afin de faire partie de la coalition autoritaire.

2 Chiffre de l’Annuaire statistique du Cameroun 2011.

3 Cf. Communication du Ministre de l’enseignement supérieur devant la Commission des finances de l'Assemblée nationale, novembre 2011, Session consacrée au budget de l'État, Titre 3.3 Financement de la modernisation de la recherche universitaire.

4 Cf. Circulaire n° 09/0001/MINESUP/SG/DPDSU/ du 16 avril 2009.

5 Cf. Circulaire n° 12/0001/MINESUP/SG/DPDSU/CJ du 28 mars 2012.

6 Idem.

7 « Nous comptions pouvoir tenir avec cette allocation jusqu'à l'obtention de nos premiers salaires. Nous pensons que le ministre, en père de famille, sera à l'écoute de ses enfants que nous sommes ». Propos du point focal de l’université de Douala à l’endroit de l'Inspecteur général des Services du ministère de l’enseignement supérieur le 22 avril 2012 lors de l’occupation du 10ème étage du ministère.

8 « [...] Monsieur l'Inspecteur, notre descente au ministère pour rencontrer le ministre est liée à notre volonté de lui faire savoir que nous avons été lésés dans nos droits ...». Propos du porte-parole du Collectif le 22 avril 2012 lors de l’occupation du 10ème étage du ministère.

9 Rapport Afrique de Crisis group de 2010, Cameroun : État fragile ?, n° 160, p. 16.

10 Le responsable de la DGRE prend cet engagement à l’endroit des manifestants le 22 avril 2012 dans le cadre de pourparlers qu’il parvient à obtenir d’eux. La rencontre se tient à l’aumônerie catholique de Mvolye, à Yaoundé, au terme de l’occupation du ministère de l’enseignement supérieur.

11 Cf. Entretien d’Innocent Futcha, président du SYNES, journal Le Jour, 19 août 2011.

12 Toutes les informations sont obtenues lors d’un entretien réalisé avec le porte-parole, juillet 2014.

13 Idem.

14 Cf. Lettre ouverte d’Alain Fogue Tedom au Premier ministre, le 10 octobre 2016.

15 Les informations sont tirées d’un entretien réalisé avec le porte-parole, le 19 novembre 2016.

16 Le membre du personnel administratif d’appui en service à l’université de Yaoundé II ayant accepté d’adosser le colloque à son association sera recruté, en septembre 2017, comme enseignant-chercheur au département de Science politique de la Faculté des sciences juridiques et politiques.

17 Le Comité consultatif interuniversitaire (CCIU) de décembre 2016 consacré au changement de grade des universitaires camerounais se prononcera favorablement pour l’inscription d’un des intervenants à la liste d’aptitude au grade de Maître de conférences. L’intéressé n’avait jamais envisagé de se présenter sous prétexte que ses positions régulières contre le régime en place auraient constitué un blocage pour son inscription à la liste d’aptitude.

18 Le décret du 27 juin 2017 fait du coordonnateur scientifique du colloque consacré aux œuvres de la Première Dame le nouveau Recteur de l’université de Yaoundé II, mettant ainsi un terme à dix-huit ans d’occupation de la position de Vice-recteur. Son proche collaborateur dans le pilotage de cet évènement passera du fait de ce décret du poste de Conseiller technique à celui Vice-recteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Moïse Tchingankong Yanou, « Prendre la parole dans l’espace académique : entre rupture des équilibres corporatistes et continuité de l’adhésion à l’hégémonisme étatique au Cameroun (2011-2017) », SociologieS [En ligne], Dossiers, Crises et reconfigurations sociales en Afrique. La jeunesse au coeur des mouvements sociaux, mis en ligne le 19 juin 2018, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/8033

Haut de page

Auteur

Moïse Tchingankong Yanou

Centre d’études et de recherche en dynamiques administratives et politiques (CERDAP), Université de Yaoundé II (Cameroun)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page