Navigation – Plan du site
Crises et reconfigurations sociales en Afrique. La jeunesse au coeur des mouvements sociaux

Les libertés académiques au cœur de la problématique du changement au Cameroun : enjeux d’une confrontation entre acteurs aux logiques contradictoires

Academic freedoms inside the changing’s problematic in Cameroon: challenges of a confrontation between actors which contradict one another
Moïse Tamekem Ngoutsop

Résumés

À sa création, l’université camerounaise avait pour dessein de participer activement à la construction nationale. Si d’un côté on peut légitimement apprécier à leur juste valeur les efforts déployés, il reste urgent que, de l’autre, les chercheurs africains camerounais interrogent les embûches auxquelles fait face l’intelligentsia. Une analyse de cette situation montre que ces embûches ont pour socle fondamental une gestion approximative des libertés académiques. La régularité des mouvements de contestations estudiantines ces dernières années dévoile un « malaise » dans la gestion des libertés académiques. La problématique du changement démocratique est au cœur des relations entre la jeunesse estudiantine et les dirigeants universitaires. Le présent diagnostic sociologique a permis de mettre au jour des problèmes réels qu’il serait dommage d’ignorer.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Ces dernières années, les universités d’État du Cameroun ont été le théâtre de plusieurs mouvements de contestations estudiantines. Celles-ci, sur fond de grève, sont des réactions face à de multiples violations des « libertés académiques ». Depuis la Réforme universitaire de 1993 au Cameroun, on assiste toujours à des manquements quant au respect des libertés académiques les plus élémentaires. Toutes ces violations accentuent des frustrations dans les milieux estudiantins. N’ayant pas une tribune à partir de laquelle ils peuvent exprimer leurs revendications, les étudiants se retranchent dans des regroupements associatifs, à l’instar de l’Association pour la défense des droits de l’étudiant du Cameroun (ADDEC). La stratégie de grève sous sa forme non-violente prend sa source dans ces regroupements. Une étude de la gestion de ces grèves par les autorités gouvernementales et universitaires soulève un enjeu principal : celui de la gouvernance universitaire dans un contexte où le politique a du mal à se démêler de l’académique. Cette étude, d’inspiration socio-anthropologique, a mobilisé des techniques qualitatives (entretiens semi-directifs, analyse documentaire) dans le recueil et l’analyse des données. Elle permet de comprendre que le respect des libertés académiques est un défi à relever par des acteurs aux logiques contradictoires. L’étude des ripostes estudiantines aux différentes violations de ces libertés prend tout son sens dès lors que l’on tente de comprendre la réforme universitaire de 1993 au Cameroun.

De la réforme de 1993 au nouveau paysage universitaire au Cameroun

Pourquoi la réforme de 1993 ?

  • 1 À savoir la faculté de Droit et la faculté des Sciences économiques et de gestion.

2La notion de « grève » est consubstantielle à l’histoire de la « Réforme universitaire » au Cameroun. Immédiatement après 1990, avec le retour du pluralisme politique, la seule université du pays, l’université de Yaoundé, a connu de véritables périodes de troubles. Les grèves estudiantines devenaient très récurrentes et posaient ainsi de sérieux problèmes de gestion auprès des autorités politiques du pays. C’est ainsi qu’en 1992 la décision fut prise par le régime en place de « décongestionner » l’université de Yaoundé. En effet, le pouvoir politique avait remarqué que la concentration des étudiants dans la ville de Yaoundé était devenue très « gênante » et même « regrettable ». Les étudiants se révoltaient souvent et il était très difficile de contrôler ou de gérer les soulèvements. Aux yeux des dirigeants, il était nécessaire d’éloigner l’université du centre urbain ; et c’est dans ce sillage que deux facultés de l’université de Yaoundé 1 ont été transférées dans la banlieue de Soa, qui se situe à la périphérie de la ville. L’université-mère de Yaoundé devenait ainsi l’université de Yaoundé I, et celle de Soa, l’université de Yaoundé II. Selon ce professeur titulaire à la retraite,

« l’idée était d’éloigner les étudiants du centre-ville de Yaoundé. C’était d’abord une décision politique prise par les autorités gouvernementales pour pouvoir étouffer une éventuelle grève qui pouvait encore éclater. Si une grève en venait à éclater à Soa, il devenait aisé de la gérer dans la périphérie, sans qu’elle menace les institutions de la République. Si elle éclatait même à Yaoundé, la population estudiantine diminuée devenait facilement contrôlable ».

3C’est ainsi qu’en 1993 cette logique de dispersion des étudiants s’est étendue sur l’ensemble du territoire national. Les universités sont nées dans les régions et contribuaient ainsi à bloquer le flux de nouveaux bacheliers qui convergeaient auparavant vers la capitale. Il apparaît clairement que la « réforme » en question était « brusque ». Il ne s’était pas agi d’un projet de société longuement mûri et préparé. Ce qu’on a appelé « décentralisation » en 1993 dans l’enseignement supérieur camerounais était en réalité une stratégie déployée par les pouvoirs politiques pour résoudre les problèmes de grèves estudiantines qui devenaient permanentes et qui menaçaient l’ordre établi. L’on a assisté dès cette année à une reconfiguration du paysage universitaire au Cameroun.

La reconfiguration du paysage universitaire et ses conséquences

  • 2 Propos d’un enseignant de l’université de Dschang, rencontré dans la ville de Dschang.

4On comprend que l’idée de décentralisation n’était que la conséquence de la stratégie gouvernementale de gestion des mouvements estudiantins. Cette décentralisation n’a pas été sans conséquence sur le paysage universitaire camerounais. D’un point de vue numérique, le nombre d’universités d’État du Cameroun est passé de une à six. La conséquence directe de cette reconfiguration du paysage universitaire camerounais est le grossissement de la population estudiantine. Avec la présence des universités à l’arrière-pays, beaucoup de bacheliers qui, auparavant, ne pouvaient pas se prendre en charge à Yaoundé, avaient désormais la possibilité de prendre une inscription dans l’université de leur région d’origine. Il s’agit là d’une conséquence que beaucoup de nos informateurs ont qualifié de « positive », car d’après eux, « avec la suppression de la bourse à l’université, il devenait très difficile pour les parents de prendre en charge le loyer et la nutrition du jeune bachelier dans la ville de Yaoundé. C’était un soulagement de pouvoir étudier dans les provinces » 2. Ce soulagement était aussi celui des dirigeants du pays qui pouvaient se réjouir d’avoir atteint l’objectif de dispersion des étudiants sur l’étendue du territoire national.

  • 3 Propos d’un enseignant de l’université de Yaoundé II, rencontré à Yaoundé.

5En créant plusieurs universités, l’État camerounais n’a cependant pas déployé les moyens nécessaires pour leur entretien. Les infrastructures universitaires (salles de classes, amphithéâtres, équipements des laboratoires, logements universitaires, etc.), ainsi que le personnel enseignant, font, aujourd’hui encore, cruellement défaut dans les universités camerounaises. Sur les campus, le vécu quotidien des étudiants ne correspond pas à leurs attentes. Dans le passé, nous révèle cet informateur, « les jeunes partis d’opposition critiquaient beaucoup le régime en disant que le gouvernement abandonnait les enfants » 3. Cet « abandon » était prévisible, compte tenu de la logique qui a sous-tendu la création de ces universités périphériques. Comme mentionné plus haut, il s’agissait avant tout d’une action politique ponctuelle et non d’un projet de société conçu et préparé à l’avance. Tout porte à croire que dans les pays africains, les régimes en place ont du mal à encourager la recherche. On peut d’ailleurs se demander s’il ne s’agit pas là, au moins en partie, d’un problème d’idéologie prolongeant et entretenant l’idée absurde selon laquelle « la recherche ne serait pas l’apanage de l’Africain » ? C’est dans un tel contexte de malaise, voire de psychose, dans la société universitaire que la gestion des libertés académiques soulève des questions sociologiques qui méritent que l’on s’y attarde.

Les libertés académiques en question et leur gestion au Cameroun

  • 4 Il convient d’insister que cette liste est loin d’être exhaustive.

6Le présent travail sur les libertés académiques n’a pas la prétention de fournir un listing exhaustif de celles-ci. La présentation, dans le contexte que nous venons d’expliciter, de quelques libertés académiques permettra de dresser un compte-rendu scientifique de leur gestion dans le système d’enseignement supérieur camerounais. Il sera question ici d’étudier la gestion des libertés académiques les plus élémentaires, comme : le respect de la pensée libre au sein de l’université, le respect des droits des étudiants à recevoir tous les enseignements, le respect du mérite académique 4. Le droit pour les étudiants de faire grève constitue également une des libertés académiques.

La pensée libre au sein de l’université

7Siège de l’intelligentsia, l’université est en principe le lieu de la parole et de la pensée libre, c’est-à-dire un cadre de débat, mais qui n’exclut pas l’engagement des acteurs pour la défense de leur cause ou de leurs idées. C’est dans ce rattachement à la professionnalité universitaire que peut se développer l’exercice d’une pensée libre et prometteuse pour le futur. Il s’agit principalement d’une indépendance vis-à-vis du politique dont on sait qu’il tolère difficilement voire pas du tout la critique. C’est grâce à cette liberté que l’université peut participer aux avancées vers une société nouvelle. Pour cela, le respect de la pensée libre doit être absolu et doit passer par une prise de distance vis-à-vis du politique, une séparation que le politique se doit d’accepter, mais que les enseignants doivent aussi assumer en conservant les distances nécessaires par rapport au politique et aux tentations que le rapprochement peut parfois – souvent – promettre. Une politisation monocolore du campus universitaire conduirait à coup sûr à l’embrigadement de l’intelligentsia. En effet, « les enseignants du supérieur devraient avoir un statut leur permettant de ne pas trop dépendre du pouvoir politique. Ce dernier n’est en rien objectif » (Chindji-Kouleu, 2008, p. 211).

8Dans le contexte camerounais ou africain au sud du Sahara en général, des observations empiriques au niveau de la gestion de ce principe académique soulèvent des questions qui sont de nature à ne laisser aucun sociologue indifférent. En effet, des professeurs continuent d’abandonner les amphithéâtres pour se rendre aux campagnes électorales, afin de se maintenir dans ou de conquérir des postes dans les ministères. Il apparaît en effet que le régime « démocratique » en place n’admet sous aucun prétexte que la « paix sociale » soit menacée. Une telle ambition reste louable. En revanche, une lecture objectivante de cette notion de « paix sociale » largement usitée par les dirigeants, permet de constater que le slogan de « paix », brandi dans des discours politiques, constitue en réalité une guerre qui s’attaque aux ressources de l’esprit d’émulation, de l’esprit critique des étudiants appelés à exercer la pensée libre. Les contestations estudiantines, bien que légitimes et fondées, ont (toujours) été violemment réprimandées au nom de la sauvegarde de la « paix » et de « l’ordre public ». Mais cette « paix » et cet « ordre » dont il est question ici, passés au crible d’une lecture sociologique, ne sont en réalité que de l’immobilisme, traduction d’un « totalitarisme institutionnalisé » qui tolère difficilement l’exercice de la pensée libre universitaire.

« Jusque dans les universités, l’esprit critique et la pluralité de vision sont persécutés ; tout conflit est étouffé et les protestataires sont traités en véritables ennemis de "l’ordre" […] À l’étudiant qui se plaint et proteste, l’on croit ne pouvoir répondre qu’en lâchant des meutes de policiers à qui l’on donne licence absolue. Ces derniers peuvent alors abattre le pauvre étudiant d’une ou de deux balles dans la tête, en plein campus, et ceci sans conséquence » (Mintoogue, 2007).

9Toutes ces observations permettent au sociologue de débusquer les logiques contradictoires qui structurent la gestion de l’intelligentsia dans un contexte où le politique étend ses tentacules dans toutes les sphères de la société.

Le droit des étudiants de recevoir tous les enseignements

10Selon les textes officiels, dans le système d’enseignement supérieur camerounais, « seules les unités de valeur ayant fait l’objet d’au moins 80% de couverture d’activités d’enseignement doivent faire l’objet d’une évaluation semestrielle ». Ces textes sont très clairs. Or, pendant l’année 2007-2008 dans les universités d’État du Cameroun, à l’approche des examens de fin du premier semestre, plusieurs enseignements n’étaient pas encore dispensés. Ces retards dans les enseignements étaient dus en partie aux activités parallèles que mènent les enseignants. En effet, dans le système d’enseignement supérieur camerounais, un nombre considérable d’enseignants cumulent leurs fonctions d’enseignants avec des postes de responsabilité dans les ministères. Ces enseignants y passent la majorité de leur temps, dans de grands bureaux climatisés et équipés de chaises à roulettes. Ils relèguent ainsi au second plan les activités de recherche et d’enseignement à l’université. Ferdinand Chindji-kouleu remarque à ce sujet :

« Il est impossible de travailler dans un ministère, d’enseigner en même temps à l’université et de faire de la recherche. Voilà pourquoi, lorsque les professeurs d’université qui travaillent en même temps dans un ministère changent de grade, on ne tient pas compte de leurs recherches. Si oui, ils ne pourront jamais avancer. […] Certains font quelques publications, mais on ne sait comment » (Chindji-kouleu, 2008, p. 211).

11C’est à cause de tous ces manquements que l’on assiste à une sorte de « malaise académique et culturel » marqué par une forte prévalence de l’échec académique et d’un important taux de redoublement et d’abandon. Dans un tel contexte, le mérite académique se trouve profondément ébranlé.

Le mérite académique bafoué

12La pauvreté qui affecte les milieux des enseignants a pour corollaire l’adoption par ces derniers de comportements déviants allant de la vente pure et simple des notes à la pratique des « notes sexuellement transmissibles ». Cet état de chose n’a évidemment plus rien à voir avec la méritocratie qui est supposée régir le fonctionnement universitaire ; il est de plus une violation ou plutôt une dénaturation flagrante de cette liberté académique dès lors qu’elle en vient à autoriser de tels abus de pouvoir.

13Pour ce qui est de la vente des notes aux étudiants, la présente recherche sur le terrain à l’université de Yaoundé I révèle des cas où des jeunes enseignant(e)s ont été purement et simplement renvoyé(e)s pour avoir sacrifié le mérite académique en attribuant des notes à certains étudiants contre de l’argent. À ce sujet, les propos de cet étudiant de l’université de Yaoundé I sont assez révélateurs :

« Ce qui est vraiment énervant, c’est qu’il y a des étudiants qui ne sont jamais présents aux cours, mais je suis toujours très étonné de les voir valider les matières avec de très bonnes notes. Nous autres qui passons notre temps à fronter (étudier), le babillard nous déçoit toujours, alors que les étudiants-fonctionnaires avancent. Mais ce qui est sûr, ils ne méritent pas » (Entretien de terrain à Youandé).

  • 5 Un cas récent à retenu l’attention de la communauté universitaire au Cameroun. Une étudiante a enre (...)

14Ces propos traduisent la réalité d’une société universitaire en déliquescence. Si d’un côté il y a des enseignants qui se prêtent à ce jeu, sollicités par des étudiants peu consciencieux, de l’autre on trouve des enseignants qui sont eux-mêmes les initiateurs de ces déviations. C’est à ce niveau que la notion de « notes sexuellement transmissibles » prend son sens. Des enseignants, à mille lieues des exigences éthiques qui devraient constituer un des piliers d’une liberté académique bien comprise, n’hésitent pas à pratiquer le harcèlement sexuel à l’égard d’étudiantes 5. Les plaintes d’une étudiante de l’université de Douala renseignent amplement sur ce phénomène. La jeune fille de 16 ans a décidé de porter plainte contre son professeur et les journaux de la ville se sont saisis de l’affaire. Djonou reprend les propos de l’étudiante dans sa plainte :

  • 6 Le chercheur a préféré taire le nom du professeur en question. Nous précisons néanmoins que l’intér (...)

« J’ai l’honneur de venir très respectueusement auprès de votre haute bienveillance dénoncer les abus sexuels du Professeur X 6 sur les étudiants de moins de 18 ans. Agée de 16 ans, j’en ai été victime plusieurs fois sous menace des points de son épreuve. Le professeur X a eu des rapports sexuels plusieurs fois dans son bureau et sa Mercedes […]. Dès qu’il couche avec toi, il t’ignore et cherche une autre, ne t’appelle plus, car lui seul détient nos numéros. Aujourd’hui, le professeur X a déjà couché avec au moins cent jeunes étudiantes de moins de 18 ans en contrepartie des notes […] » (Djonou, 2010, p. 6).

15La plainte de cette jeune fille révèle en effet une société universitaire largement déconnectée des valeurs sur lesquelles elle est censée se construire, dont les membres rusent avec leurs propres principes d’honnêteté intellectuelle et de conscience professionnelle. Face à toutes ces violations flagrantes, l’étudiant qui est rarement invité à la table des négociations, et qui n’a pas de voie de recours dans un monde qui fonctionne dans la dénégation, dans une sorte d’omerta, n’a en définitive que la grève comme ultime recours.

Le déploiement des grèves en question sur le terrain

Les méthodes d’actions estudiantines

  • 7 Au nombre de ceux-ci, à cette époque – relèvent nos informateurs – on pouvait trouver des « sauvete (...)

16L’histoire des grèves estudiantines au Cameroun a été une histoire de violents mouvements de contestations marqués par des comportements parfois antisociaux de la part des « grévistes » 7. Incendies des véhicules administratifs, destructions du matériel de travail, barrage des routes avec pneus incendiés, etc., en sont quelques exemples bien connus. Le souvenir des « moments chauds », en 1991, à l’université de Yaoundé, reste vivace à l’esprit. La grève des étudiants durant cette période a poussé les autorités gouvernementales à réfléchir sur ce qui deviendra, un an après, de façon tout à fait accidentelle, la Réforme universitaire du Cameroun.

17Ces méthodes violentes paraissent aujourd’hui dépassées. Appelés à donner leurs définitions de la notion de « grève », les étudiants rencontrés sur les campus au Cameroun émettent des perceptions qui assimilent la grève à « une revendication sage des droits ». Ils déclarent, à l’instar de cet étudiant, que :

« Faire grève de nos jours, c’est d’abord réfléchir sur la méthode à adopter. La grève, pour réussir, je ne pense pas qu’elle doit être nécessairement violente. On peut bel et bien réclamer ou défendre une cause dans le calme, et se faire entendre. C’est d’ailleurs ce que fait l’ADDEC depuis sa création, et je pense que c’est une très bonne chose […] ».

  • 8 Propos d’un des vice-présidents de l’ADDEC. Entretien de terrain à Yaoundé.

18En effet, comme le souligne cet étudiant, l’Association pour la défense des droits des étudiants du Cameroun prône plutôt aujourd’hui la non violence. Cette association s’est constituée en réseau, ou en système, c’est-à-dire un « ensemble de relations qui se nouent entre les membres plus ou moins interdépendants d’une organisation » (Lazega, 1994, p. 294). C’est en effet une organisation qui regroupe des membres dispersés dans toutes les universités d’État du Cameroun. S’inspirant de la méthode de Gandhi, de Martin Luther King et autres, les fondateurs de l’ADDEC étaient animés par la volonté entre autres, « d’œuvrer à l’accomplissement des libertés académiques » 8. L’enjeu principal ici était d’engager le gouvernement du Cameroun à constater et à reconnaître l’échec de la Réforme de 1993 et de poser les jalons d’une université nouvelle sur une base concertée.

La gestion des grèves par les responsables académiques et gouvernementaux

19Face à la méthode non violente des étudiants, les autorités n’hésitent pas à envoyer sur les campus des policiers ayant pour mission de « disperser les attroupements ». La présence des policiers sur le campus n’est pas sans conséquences ni sans arrière-pensée stratégique. Une telle stratégie de l’acteur (Crozier & Friedberg, 1977) gouvernemental se lit sous le propos de cet étudiant : « La police veut nous provoquer pour pouvoir frapper après. Comme cela on pourra dire que nous sommes violents et faire oublier nos revendications » (Ketchateng, 2005, p. 4). Il s’agit là d’un recours à l’intimidation qui, dans certains cas, débouche sur une véritable répression policière très violente. Nkonlak livre ici le témoignage d’un étudiant de la Faculté des Sciences de l’université de Yaoundé I pendant la grève : « J’ai vu une fille tomber devant moi, parce qu’elle a reçu des gaz lacrymogènes » (Nkonlak, 2005, p. 4) . Les étudiants ont une fois été pourchassés jusque dans leurs chambres dans les quartiers, hors du campus de Yaoundé I. À l’université de Buéa, ce sont tous les étudiants du campus de Molyko qui se souviennent de la date du 25 avril 2005. Ce jour-là, trois des leurs sont tombés sous les balles des policiers. Ils participaient à une manifestation pacifique au sein de leur campus, pour revendiquer l’amélioration de leurs conditions d’études.

20Si, à la fin de la crise, un dialogue s’est instauré, il reste pertinent de constater qu’il s’est agi d’un dialogue biaisé. À tout le moins, la situation a-t-elle permis de mettre au jour, en particulier au travers de la manière dont les autorités tant gouvernementales qu’universitaires ont géré cette crise, le réel « malaise dans la gouvernance », qui constitue sans doute un des défis essentiels auxquels les différents acteurs sont confrontés aujourd’hui.

La récurrence des grèves estudiantines : un défi pour la gouvernance universitaire et étatique

21Au regard de l’instabilité qui caractérise les campus des universités d’État, instabilité marquée par la récurrence des mouvements de contestations estudiantines, il n’est ni superflu, ni exagéré de dire que « l’université va très mal » (ADDEC, 2005). Ce malaise se ressent non seulement dans le nombre de grèves qui ont eu cours dans les universités d’État du Cameroun, mais aussi dans les causes de ces grèves et les stratégies de gestion mises sur pied par les dirigeants du pays. En effet, dans un contexte où le politique est omniprésent dans toutes les sphères de la société, plusieurs défis interpellent la gouvernance universitaire qui devrait se tenir à l’écart de toute idéologie partisane.

22Le tout premier défi est celui de la valorisation et de l’application des idéaux de la pensée libre au sein des universités. La crise de la pensée caractérise nombre d’universités africaines. Il s’agit en réalité d’une crise qui est tout aussi redoutable que la crise économique. Refuser de penser, persécuter la pensée libre, prôner une pensée unique, penser à la place de l’intelligentsia, ou encore reporter la pensée à plus tard, telles sont les symptômes d’une société atteinte, d’une société moribonde, d’une société bloquée. En effet, dans toute société moderne, l’université apparaît toujours comme le cadre par excellence où se forge une société nouvelle. C’est le cadre indiqué dans lequel la pluralité des opinions impulse, lorsque les circonstances le permettent, les moteurs historiques du progrès et du changement. Le véritable défi qui interpelle l’élite dirigeante, c’est d’asseoir un modèle de gestion des universités qui intègre la notion de conflit social dans toute sa pesanteur sociologique, celle de la pluralité des opinions et du droit à la critique. Les autorités politiques, en voulant à tout prix afficher l’image d’une « société totalement pacifiée » où tout désaccord estudiantin serait synonyme de « menace à la paix », seraient en train d’obstruer toute perspective d’avenir pour le pays tout entier. Les étudiants qui contesteraient « l’ordre », devraient être compris et écoutés. Ils ne devraient plus être considérés comme des « partisans du chaos », des « ennemis de la nation », des « anti-citoyens », ou encore des « détracteurs de l’unité nationale ». En réalité, « nulle part on ne peut décrire des sociétés stables. Partout les sociétés sont en mutation » (Georges, 1980, p. 6). Or, le dissensus, la contradiction, bref le conflit, sont consubstantiels au processus normal de mutation sociale. L’historicité de la société universitaire, dans la gestion des libertés académiques, met aux prises des acteurs aux logiques contradictoires. Le mouvement de grève, impulsé par les étudiants en situation d’inconforts multiples, se heurte au mouvement contraire du conservatisme de l’idéologie dominante.

23Il est difficile, d’un point de vue pratique, d’ignorer que, dans le contexte africain comme partout ailleurs, l’université, tout en étant le siège supposé de l’intelligentsia, n’échappe pas aux filets de l’idéologie dominante. En effet, « l’université est une usine de la stratification sociale globale, des rapports de productions existants et du discours normé [...]. Les classes dominantes y recrutent leurs intellectuels organiques, leurs cadres opérationnels » (Ziegler, 1981, pp. 78-79). Ce recrutement des cadres opérationnels, n’étant pas l’apanage de tous les jeunes étudiants, favorise dès lors une « lutte des stratégies », à l’issue de laquelle le jeune doit se positionner. De tels positionnements se sont faits souvent sur fond de trahison des anciens camarades de lutte.

24D’autres défis interpellent également les acteurs de la crise. Au niveau du campus universitaire, se pose la nécessité pour les autorités d’assurer de bonnes conditions de travail aux enseignants et aux étudiants. Dans les amphithéâtres en effet, les cours sont loin d’être dispensés dans des conditions acceptables, que ce soit en raison du manque criant d’enseignants ou de la vétusté prononcée des équipements et des infrastructures. Des efforts sont actuellement déployés dans le sens du renouvellement des infrastructures, mais ces efforts restent insuffisants et devraient être intensifiés.

25L’une des récentes innovations dans l’enseignement supérieur africain est l’adoption du système « LMD » (Licence-Master-Doctorat). Cette idée, essentiellement occidentale, a été adoptée à Bologne en 1999 (« Le processus de Bologne »), puis confirmée à Prague par 32 États en mai 2001. Depuis, elle a fait l’objet de plusieurs publications, au regard notamment des embûches qui jalonnent son implémentation sur le sol africain.

26Selon le ministre camerounais de l’Enseignement supérieur, « le LMD apparaît comme une nouvelle donne éducative par laquelle l’Université, à travers ses missions et ses activités d’enseignement, de recherche et de formation professionnelle initiale et continue, retrouve sa vocation originelle » (Fame Ndongo, 2007, p. 7). Une telle euphorie de la nouveauté risque de cacher les entorses souterraines à l’application de ce système dans le contexte africain. Déjà en Occident, des observateurs avertis parlent des « difficultés d’application du système LMD dans l’Union Européenne » 9, compte tenu des réalités universitaires qui varient d’un pays à l’autre. L’université africaine, quant à elle, est « à la croisée des chemins » (Rontopoulou, 1994). Comme nous l’avons montré, c’est une institution en crise : ratio enseignants-étudiants insuffisant, entorses aux exigences académiques, inadaptation des infrastructures, déficit de gouvernance, ingérence du politique... Bref, l’université africaine se déploie dans un environnement précaire. Et c’est dans ce contexte de crise que l’université africaine procède à une « adoption brusque du système LMD » (Pefedieu Douli, 2008). Or, ce système se caractérise par un certain nombre de contraintes liées à la qualité des enseignements et des enseignants, aux conditions de travail au quotidien, etc. En effet,

« un diagnostic sociologique des universités du Cameroun montre que malgré la volonté politique et l’engouement des responsables académiques, l’adoption du modèle LMD apparaît bien "prématurée". L’environnement universitaire camerounais reste "éclaté" et précaire, dominé par un embrigadement des libertés académiques » (Djouda Feudjio, 2009, p. 141).

27Tous ces manquements à l’heure de la réforme LMD sont de nature à occasionner des mouvements de contestation dans les milieux estudiantins et posent ainsi un nouveau défi à relever par les pouvoirs en place.

Conclusion

  • 10 Notamment la liberté de la presse. Celle-ci a joué un rôle de premier plan lors des grèves qui ont (...)

28Les développements qui précèdent montrent que, dans le contexte africain, l’enseignement supérieur se présente comme un système dans lequel les « constructions auto-conservatrices » (Roig, 1970, p. 50) ne favorisent pas l’émergence d’une pensée critique de la part de l’intelligentsia. Celle-ci viendrait compromettre les mécanismes de « reproduction » (Bourdieu & Passeron, 1971) sociale construits par une pensée dominante et les groupes sociaux qui la défendent et en tirent parti. Il y a de fortes raisons de croire que les dirigeants de la société universitaire agissent en « conservateurs des idéologies périmées, voire en critiques méprisants des idées nouvelles » (Touraine, 1984, p. 33). Faire œuvre d’intellectuel authentique dans ces conditions devient progressivement « un risque réel » (Djouda Feudjio 2009, p. 141).On ne peut pas nier les efforts qui sont faits aujourd’hui dans la société africaine au niveau des différentes libertés 10 au sein de l’espace public. Ces libertés gagneraient à intégrer le milieu universitaire, qui est d’ailleurs un des cadres par excellence de leur déploiement. Les nouvelles générations sont appelées à innover. En principe, « pour qu’il se produise des nouveautés dans la vie sociale, il ne suffit pas que des générations nouvelles arrivent à la lumière, il faut encore qu’elles ne soient pas trop fortement entraînées à suivre les errements de leurs devanciers » (Attias-Donfut, 1988, p. 23). Le jeune universitaire qui, à 25 ans, découvre, par l’exercice de sa pensée critique, que l’histoire de son pays qui lui a été enseignée à l’école primaire et au lycée était en réalité une histoire falsifiée et tronquée, ne peut rien faire d’autre que de s’interroger, de se plaindre, car il a désormais pleine conscience d’évoluer dans « une société aux repères ambigus » (Zambo Belinga, 2003). Dans ces conditions de tensions palpables, en cessant de criminaliser la différence, en renonçant à la marginalisation de la pensée critique et libre, l’on assisterait indubitablement à une refondation des bases idéologiques de la société africaine.

Haut de page

Bibliographie

ADDEC (2005), « L’Université va très mal », inédit.

Attias-Donfut C. (1988), Sociologie des générations : l’empreinte du temps, Paris, Presses universitaires de France.

Bourdieu P. & J.-C. Passeron (1971), La Reproduction, éléments pour une théorie du système d’enseignement, Paris, Éditions de Minuit.

Chindji-kouleu F. (2008), Scandale à l’université, Yaoundé, Éditions Saagraph.

Crozier M. & E. Friedberg (1977), L’Acteur et le système, Paris, Éditions du Seuil.

Djouda Feudjio Y. B. (2009), « L’adoption du "système LMD" par les universités du Cameroun : enjeux, contraintes et perspectives », Revue de l’enseignement supérieur en Afrique, CODESRIA, vol. 7, n° 1-2, pp. 141-157.

Djonou (2010), « Une étudiante de 16 ans se plaint de harcèlement », CAMUNE, Le journal de l’étudiant, n° 23, janvier.

Fame Ndongo J. (2007), « Le système LMD ou l’horizon "un étudiant, un emploi" », SupInfos, Revue trimestrielle du Ministère de l’enseignement supérieur du Cameroun, n° 6, décembre.

Georges P. (1980), Sociétés en mutation, Paris, Presses universitaires de France.

Ketchateng (2005), « Profession : chasseurs d’étudiants », Mutations, n° 1397, 4 mai.

Lazega E. (1994), « Analyse des réseaux et sociologie des organisations », Revue française de sociologie, vol. 35, n° 2, pp. 293-320.

Mintoogue Y. (2007), « Le Retour de la pensée », Le Messager des campus, mensuel d’analyse et d’informations sur l’université camerounaise, n° 1, pp. 1-3.

Nkonlak (2005), « Yaoundé I : Campus mort », Mutations, n° 1397, 4 mai.

Nga Ndongo V. (1993), Les Medias au Cameroun. Mythes et délires d’une société en crise, Paris, Éditions L’Harmattan.

Pefedieu Doulie (2008), « Le système LMD au Cameroun », [En ligne] http://pdgweb.afrikblog.com/archives/2008/02/02/7796297.html, consulté le 11 février 2010.

Roig C. (1970), « La théorie générale des systèmes et ses perspectives de développement en Sciences Sociales », Revue française de sociologie, vol. 11, pp. 47-97 [En ligne] https://www.persee.fr/doc/rfsoc_0035-2969_1970_hos_11_1_1603.

Touraine A. (1984), Le Retour de l’acteur. Essai de sociologie, Paris, Éditions Fayard.

Zambo Belinga J.-M. (2003), « Une société aux repères ambigus », L’Anthropologue africain, vol. 10, n° 1, pp. 23-37.

Ziegler J. (1981), Retournez les fusils : manuel de sociologie d’opposition, Paris, Éditions du Seuil.

Haut de page

Notes

1 À savoir la faculté de Droit et la faculté des Sciences économiques et de gestion.

2 Propos d’un enseignant de l’université de Dschang, rencontré dans la ville de Dschang.

3 Propos d’un enseignant de l’université de Yaoundé II, rencontré à Yaoundé.

4 Il convient d’insister que cette liste est loin d’être exhaustive.

5 Un cas récent à retenu l’attention de la communauté universitaire au Cameroun. Une étudiante a enregistré avec son portable une conversation avec un de ses enseignants de l’École normale supérieure qui exigeait d’accéder à l’intimité de cette jeune fille, avant de la laisser soutenir son mémoire. La réaction des autorités universitaires, très louable, a été sans appel : l’enseignant en question a été radié du corps enseignant des universités.

6 Le chercheur a préféré taire le nom du professeur en question. Nous précisons néanmoins que l’intéressé est vice-doyen et chef de département dans une université du pays.

7 Au nombre de ceux-ci, à cette époque – relèvent nos informateurs – on pouvait trouver des « sauveteurs » (vendeurs à la sauvette) qui venaient se confondre aux étudiants pour donner une envergure plus grande au mouvement, à travers des comportements très violents.

8 Propos d’un des vice-présidents de l’ADDEC. Entretien de terrain à Yaoundé.

9 Article disponible sur http : www.capcampus.com/formation-488/le-système-lmd-difficultés-d-application-a6251

10 Notamment la liberté de la presse. Celle-ci a joué un rôle de premier plan lors des grèves qui ont paralysé les universités d’État du Cameroun en 2005, en réaction à la manipulation orchestrée par les médias d’État.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Moïse Tamekem Ngoutsop, « Les libertés académiques au cœur de la problématique du changement au Cameroun : enjeux d’une confrontation entre acteurs aux logiques contradictoires », SociologieS [En ligne], Dossiers, Crises et reconfigurations sociales en Afrique. La jeunesse au coeur des mouvements sociaux, mis en ligne le 19 juin 2018, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/8208

Haut de page

Auteur

Moïse Tamekem Ngoutsop

Sociologue-chercheur, université de Yaoundé I (Cameroun) - tamekem.moses@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page