Navigation – Plan du site
Basil Bernstein
Découvertes / Redécouvertes
Basil Bernstein

Basil Bernstein devant la cure analytique

Jean-Baptiste Lamarche

Résumés

Introduction de l’article de Basil Bernstein « Social Class, Speech Systems and Psycho-Therapy » paru en 1964 dans The British Journal of Sociology, vol. 15, n° 1, pp. 54-64 (DOI: 10.2307/589030), traduit de l’anglais par Jean-Baptiste Lamarche. L’autorisation des éditions Wiley est en cours.

Haut de page

Notes de la rédaction

Le texte de Basil Bernstein est accessible à l’adresse : https://journals.openedition.org/sociologies/8245

Texte intégral

1Dans l’œuvre de Basil Bernstein, principalement consacrée à la sociologie de l’éducation, « Classes sociales, systèmes de parole et psychothérapie », publié en 1964 (donc aux débuts de sa carrière), est resté sans suite. Le titre réfère à la « psychothérapie ». À la lecture de l’article, on réalise rapidement qu’en fait c’est la cure analytique, ou une psychothérapie fortement inspirée de la cure analytique, basée sur « une compréhension des processus psycho-dynamiques » (Bernstein, 1964, p. 54), que Basil Bernstein a en tête. C’est spécifiquement dans la cure analytique que la perception du patient est considérée comme « entravée » lorsqu’il ne la dissocie pas des « buts, objectifs, croyances et impératifs émotionnels de son groupe naturel » (Ibid., p. 55) ; c’est aussi dans cette cure que « les conventions qui confèrent au patient son identité sociale apparaissent comme un matériau à perlaborer » (Ibid.).

Vers une sociologie de la cure analytique

2Le patient de cette cure est notamment invité à se livrer à la « libre association » (en communiquant sans critique tout ce qui lui vient à l’esprit), devant l’analyste qui, la plupart du temps, lui laisse la parole, n’intervenant qu’avec parcimonie, pour proposer des interprétations du sens inconscient des paroles et actes du patient. On pourrait ainsi dévoiler les désirs inadmissibles (du point de vue de la « censure » morale inculquée par les parents) que le patient aurait refoulés dans son inconscient et qui susciteraient ses « symptômes ».

3La cure analytique appelle des éclaircissements sociologiques, ne serait-ce que parce qu’elle est une « relation sociale quelque peu inhabituelle, impliquant des exigences étranges » (Ibid.). Ensuite parce que, alors même que les analystes et leurs patients sont bien peu nombreux, la cure a marqué en profondeur l’imagination des contemporains (Moscovici, 1976). Souvent imaginée comme un échange guidé par « une expression totale » (Ibid., p. 175), cette relation nourrit un riche imaginaire social moderne de l’intériorité et de l’expressivité (Taylor, 2011, pp. 807-860). La cure, devenue « un modèle important d’interaction sociale » (Burnham, 1988, p. 109), a transformé d’autres interactions. La relation entre le psychanalyste et son patient, apparaissant comme une relation exemplaire, offre un modèle pour comprendre et même réformer d’autres relations, qui semblent, en comparaison, restreindre l’expression de la vie intérieure. On a des raisons de penser que cette manière particulière d’imaginer collectivement la cure analytique n’est pas pour rien dans le fait que les conversations d’innombrables contemporains ont été envahies par une terminologie psychanalytique, grâce à laquelle ils peuvent se rendre des comptes sur leurs faits et gestes les uns aux autres d’une manière nouvelle (Moscovici, 1976).

4Or, en dépit de l’aspect inhabituel de cette relation et de son importante influence extra-clinique, il n’existe à peu près aucune étude sociologique de la cure analytique. Faut-il ici incriminer un important obstacle technique rencontré : le fait que les récits de cas fournis par les analystes offrent à peu près la seule source disponible (Stern, 1999, pp. 14-15) ? Mais un obstacle très similaire n’a pas empêché des historiens de la confession catholique comme Jean Delumeau de tenter, par une « critique des sources », de proposer un portrait de cette pratique distinct de celui fourni dans les documents que nous ont laissés les confesseurs :

« La difficulté et l’intérêt de l’entreprise historique tentée ici consistent […] à lire ces documents au second degré pour y deviner, entre les lignes, et le comportement réel des confesseurs et les réactions des chrétiens ordinaires soumis à l’obligation de la confession. Comment cette contrainte a-t-elle été concrètement vécue ? » (Delumeau, 1990, p. 10).

5Si une lecture au second degré de la cure analytique demeure largement absente, c’est en bonne partie parce que nous sommes encore portés à accorder crédit à l’image de la cure qui structure les récits des analystes : celle, canonique, proposée par Sigmund Freud. Le psychanalyste, en se taisant devant la libre association du patient, le renverrait à lui-même, lui permettrait de développer un rapport introspectif soustrait à l’emprise intériorisée des exigences sociales. Sigmund Freud nous dit au fond que « la relation du patient à l’analyste est en vérité une relation entre le patient et lui-même » (Stern, 1999, p. 107) ; la cure serait comme « une simple chambre d’écho de la singularité des sujets qui y entrent » (Ibid., p. 65). Selon cette théorie de la chambre d’écho, la relation interpersonnelle entre l’analyste et son patient est essentiellement une relation intrapersonnelle.

6Cette théorie fantasmagorique pousse notamment Sigmund Freud à affirmer que l’émotion souvent forte que le patient adresse au psychanalyste, n’étant « fondée sur aucune relation réelle », est « forcément dérivée de ses souhaits de fantaisie anciens et devenus inconscients », dirigés en réalité vers d’autres personnes, dont les parents du patient (Freud, 2010, pp. 50-51). Ces émotions révéleraient des désirs refoulés préexistant à la relation à l’analyste.

  • 1 Sur ce point, voir aussi Lamarche, 2016, pp. 33-66 et Abram de Swaan, 1990, pp. 75-98 et 211-218.

« Les observations que l’on peut faire du patient qui suit une cure analytique nous apprendraient donc a priori ce qu’est l’homme, plutôt que ce qui, dans la situation, détermine les réactions originales du patient. Freud évite d’interroger l’incidence du procédé analytique sur le comportement du patient en prétendant systématiquement que la cure met à jour la nature profonde des affects qui apparaissent dans la vie quotidienne » (Stern, 1999, p. 65 1).

7On le voit, l’imaginaire social de la cure (sorte de prototype de l’expression totale) trouve ses racines chez Sigmund Freud.

8Certains auteurs, pour expliquer l’extraordinaire diffusion extra-clinique de la théorie, reprennent à leur propre compte l’image freudienne de la chambre d’écho. Ainsi, selon Élisabeth Roudinesco et Michel Plon (2006, p. 452), l’accueil favorable offert à la psychanalyse en milieu urbain s’expliquerait par le fait que les habitants des villes vivent plus la solitude, « propice à l’exploration de l’inconscient ». Ainsi, faisant complètement fi du fait que la psychanalyse, en envahissant les conversations, « sert de médiatrice entre les membres d’un même groupe » (Moscovici, 1976, p. 182), ces deux auteurs suggèrent que cette diffusion extra-clinique serait constituée d’une juxtaposition d’innombrables auto-explorations intérieures, que chaque adepte de la psychanalyse entreprendrait pour son propre compte, sans tenir compte des autres. De telles hypothèses, faut-il le dire, offrent moins une contribution à la compréhension de l’imaginaire social de la cure analytique qu’une illustration de cet imaginaire.

9Quelques travaux, abandonnant la théorie de la chambre d’écho, développent un aperçu plus réaliste de l’attachement (étonnant) du patient pour son analyste. Les réflexions d’Erving Goffman (1991, p. 377-379) et d’Ernest Gellner (1990, p. 64-69), et puis, surtout, l’élégante étude boudonienne de Nathan Stern (1999), axée sur la mise en lumière des conséquences non-anticipées des règles de la cure analytique, mettent l’accent sur le fait que ces règles si particulières ébranlent les points de repères du patient, ce qui le dispose à diriger vers l’analyste des émotions aussi fortes qu’inusitées.

10Dans Le Livre noir de la psychanalyse, Jacques Van Rillaer écrit que cette étude porte « sur les stratégies des freudiens pour "conditionner" leurs patients » (Van Rillaer, 2006, p. 500). En dépit du fait que Nathan Stern s’attache clairement à identifier des effets non-anticipés, qu’il traite la dynamique de la cure comme un processus s’exerçant largement derrière le dos des deux partenaires de l’interaction, Jacques Van Rillaer parvient à lire l’analyse de ce processus comme le dévoilement d’un (sinistre) stratagème. On entrevoit ici comment les Freud Wars ont nourri un regard frustre sur la cure, qui rappelle la vieille explication voltairienne de la religion (comme fruit des machinations de moines rusés) et qui est tout aussi peu sociologique que la théorie de la chambre d’écho.

11Les rares contributions sociologiques existantes, on le voit, portent surtout sur la dynamique intérieure de cette relation. Pour le reste, une étude pleinement sociologique de la cure, qui permette de comprendre son rayonnement dans l’espace social, demeure absente, ne serait-ce que parce que l’idéal qui se donne à voir dans cette image d’une non-relation est encore grandement incompris. « Classes sociales, systèmes de parole et psychothérapie » contient les éléments permettant de corriger plusieurs de ces lacunes.

La cure et les deux codes

  • 2 Basil Bernstein ne précise pas sur quelles données il s’appuie.

12Basil Bernstein n’aborde la cure qu’indirectement : son article porte principalement sur les difficultés que rencontrent ses patients ouvriers. Il se demande pourquoi les patients issus des « fractions inférieures des classes ouvrières » parviennent moins à répondre aux « attentes » et « exigences » de la cure, ou encore à s’orienter dans cette relation, qui les déroute 2. Il défend l’hypothèse que ces difficultés découlent du « code de parole » des ouvriers, plus éloigné des exigences psychanalytiques que celui suivi par les patients des classes moyennes et supérieures. Le code « restreint » des ouvriers serait moins compatible avec ces exigences que le code « élaboré » suivi par les autres patients.

13La notion de « code de parole », centrale dans la réflexion de Basil Bernstein, est ambiguë : selon les passages, le contraste entre les deux codes est opéré dans des termes linguistiques, psychologiques ou sociologiques (Chamboredon, 1975). Je me limiterai ici à la distinction entre ces deux derniers niveaux :

141. On peut opérer une distinction à « un niveau psychologique », selon « le degré auquel ils facilitent (code élaboré) ou inhibent (code restreint) l’expression symbolique des intentions sous une forme verbale » (Bernstein, 1975, p. 70).

152. En termes cette fois clairement sociologiques, la distinction des deux codes est inspirée du contraste, classique, entre les solidarités « mécanique » et « organique », entre la « communauté » et la « société » (Ibid., p. 59), c’est-à-dire entre le statut et le contrat. La « forme des rapports sociaux sélectionne le type de code, qui devient alors une expression symbolique de ces rapports » (Ibid., p. 75), de telle sorte qu’on pourrait décrire l’apprentissage d’un code comme l’apprentissage d’une structure sociale (Ibid., p. 59). Par le recours aux codes, « une structure sociale donnée devient partie intégrante de l’expérience de l’individu » (Ibid., p. 25).

16Pour nous faire une idée plus concrète des faits dont Basil Bernstein cherche à rendre compte, voyons les « incitations » (appeals) qui, dans chaque code, permettent « l’expression de l’autorité » (Bernstein, 1964, p. 59). Dans le code restreint, des incitations statutaires rapportent « le comportement de l’enfant aux règles qui régissent sa conduite en référant à l’âge, au sexe ou à des relations d’âge » (Ibid., p. 60). « Les petits garçons ne jouent pas avec des poupées ; ce n’est pas de ton âge ; ne parle pas à ton père comme ça ». Le recours au code restreint permet aux partenaires sociaux, en rappelant la position de leurs interlocuteurs, de les remettre à leur place. Le code élaboré, par contre, opère via « l’exploration verbale des intentions et des motifs individuels » (Bernstein, 1975, p. 207). Les « incitations orientées vers la personne » qu’il permet rapportent la conduite de l’enfant aux sentiments du régulateur ou de l’enfant lui-même. « Papa sera content si tu continues à faire ça ; tu seras bien malheureux quand le chat aura mal ».

17Les embarras rencontrées par le patient-au-code-restreint, dans la cure, ne sont pas très différents de ceux rencontrés par l’enfant-au-code-restreint, dans le monde scolaire où dans une situation d’« entretien » : l’individu est déstabilisé par un mode d’interaction qui marque une rupture avec la manière dont il s’oriente habituellement dans le monde social (Ibid., pp. 50, 142, 192, 207, 213, 221, 257, 324-325).

Passer à côté de la cure

18Basil Bernstein disposait de tous les éléments permettant une analyse sociologique aiguisée de la cure analytique :

  • Le code restreint du patient ouvrier le rend moins à même de répondre adéquatement aux exigences de la cure que le patient issu des classes moyennes ou supérieures : cela revient à dire que le code élaboré de ce dernier lui permet de s’orienter avec aisance dans cette même cure, à pressentir spontanément ce qui est attendu de lui.

  • Le code élaboré, d’une certaine manière, est lié avec le contrat.

19Ainsi, on pourrait dire ceux qui sont habitués à recourir à un code contractuel sont chez eux dans la cure. Basil Bernstein se dirigeait ainsi vers un examen des relations entre exigences contractuelles et cure psychanalytique.

20Or malgré tout, il n’est pas parvenu à réaliser cette analyse novatrice.

21En fait, la cure analytique, dans l’article, demeure à l’arrière-plan de l’analyse.

22C’est aussi le cas du code élaboré. Basil Bernstein dirige délibérément son attention sur le code restreint (Bernstein, 1964, p. 57), délaissant le code élaboré, qui n’apparait que pour faire ressortir, par un jeu de contraste, les traits pertinents du code restreint.

23Même cette dernière démarche est insatisfaisante. Laissant largement de côté ses intuitions sociologiques, Basil Bernstein développe surtout la comparaison des codes dans des termes cognitifs, en fonction de la compréhension du monde qu’ils permettent (l’avantage irait au code élaboré, qui permettrait à l’enfant de développer « une conscience plus pleine, grâce au langage, des conséquences de ses actions » (Ibid., p. 61).

24La comparaison des deux codes aurait pu amener Basil Bernstein à se demander pourquoi le code élaboré complexifie le vocabulaire ; au lieu de cela, il s’est demandé pourquoi le code restreint le « simplifie » (Ibid., p. 58). Ce même code restreint réduirait le besoin de verbaliser des intentions, il exercerait une contrainte sur cette verbalisation (Ibid., p. 58 ; Bernstein, 1975, pp. 48-49, 71, 107, 132). Basil Bernstein suggère ainsi que le code élaboré ne serait pas tout à fait un code : la forme d’interaction où la verbalisation des intentions passe au premier plan semble le fruit d’une disposition naturelle à les verbaliser, étouffée là où est utilisé le code restreint. Comme le relève Jean-Claude Chamboredon, Basil Bernstein est porté à penser le contraste des codes à partir de l’opposition « de la libre expression et de l’expression contrainte » (Chamboredon, 1975, p. 18). Ce code élaboré, « affranchi de la structure sociale » (Bernstein, 1975, p. 231), offrirait un point de comparaison naturel permettant de mesurer la contrainte exercée par le code restreint sur cette disposition innée.

25Ailleurs, Basil Bernstein formule une hypothèse légèrement divergente : si cette disposition spontanée n’est pas activée, dans le contexte où règne le code restreint, ce serait parce que c’est un contexte où les partenaires, étant familiers les uns avec les autres, connaissent déjà leurs différentes intentions (Bernstein, 1964, p. 58).

26Oubliant le contrôle social qui s’exerce dans les « incitations orientées vers la personne », Basil Bernstein dépeint par endroits la verbalisation des intentions comme une pratique en marge de la vie sociale : il oppose les « dispositions normatives du groupe » affirmées dans le code restreint à la signalisation des « expériences individualisées » rencontrée dans le code élaboré (Bernstein, 1975, p. 65). Le discours sur les intentions et les émotions permettrait de communiquer ses états intérieurs aux autres (Ibid., p. 140) ; ces états intérieurs seraient pleinement perçus par leur porteurs, même lorsqu’ils ne sont pas verbalisés (Ibid., p. 202). Charles Wright Mills avait pourtant montré, contre ce portrait spectatorial des discussions sur les motifs, que ces derniers sont invoqués « pour justifier ou critiquer un acte » et qu’ils « alignent la conduite sur des normes. » (Mills, 2017, s.p.).

  • 3 La proposition a été reprise (Hallum, 1978).

27Enfin, en invitant le psychanalyste à « adapter sa technique » (Bernstein, 1964, p. 19) pour faciliter le traitement du patient-au-code-restreint 3, Basil Bernstein ne suggère-t-il pas que le lien entre cure analytique et code élaboré est contingent, comme si la mise en cause psychanalytique de l’autorité statutaire (car la perception initiale du patient par lui-même est « considérée comme entravée » par les « buts, objectifs, croyances et impératifs émotionnels de son groupe naturel » [Ibid., p. 55]) était surajouté à la démarche psychanalytique ?

  • 4 On aura noté l’affinité de ce récit avec la théorie freudienne de la chambre d’écho (la cure opérer (...)

28Le récit qu’esquisse Basil Bernstein est au fond ce que Charles Taylor appelle un récit de la modernité « par soustraction » : un récit qui conçoit la modernité comme ce qui reste après que les êtres humains se soient « départis, débarrassés ou affranchis de leurs horizons restreints, de leurs illusions ou des limites imposées à la connaissance » et qui donc demeure aveugle aux nouveaux idéaux et liens créés par la société moderne. Ce type de récit définit la modernité d’une manière a-culturelle : « On est supposé comprendre ce qui émerge de ce processus […] en se référant à des caractéristiques sous-jacentes à la nature humaine qui étaient toujours présentes mais se trouvaient étouffées par ce qui est désormais écarté » (Taylor, 2011, p. 49) 4. Ainsi, Basil Bernstein présente un mode d’interaction familial historiquement situé, réglé sur des exigences contractuelles et qui prend son essor au xxème siècle (Bernstein, 1975, pp. 216-219), comme un mode d’interaction inné.

Vers un récit « par addition » du code élaboré

Une autre approche du code élaboré

29Une compréhension authentiquement sociologique de la cure, qui la décrit comme une interaction réglée et historiquement située, exige un récit « par addition », attentif aux imaginaires et aux exigences morales avec lesquels elle est liée, qu’elle déploie. Et une compréhension de l’écho de la cure dans l’imaginaire des contemporains bénéficiera d’un récit « par addition » du code élaboré.

30On trouve chez Basil Bernstein une esquisse de cette autre approche du code élaboré. Par moments, il dépeint celui-ci comme un processus efficace. D’abord lorsque, dans des termes programmatiques, il note que les codes, étant issus d’échanges sociaux, ne sauraient être décrits comme étant issus de conduites spontanées (Ibid., pp. 128, 195-196). Ensuite, plus substantiellement, lorsqu’il relève que l’intention échangée dans le code élaboré n’est pas verbalisée spontanément par l’individu, mais exigée de lui : on l’invite, l’encourage, l’incite, le pousse à dire son intention, on réclame même qu’il s’explique sur ce qu’il veut (Ibid., pp. 36, 50, 114, 206, 207). Cette forme d’interaction « ne cesse de susciter et de renforcer la signalisation verbale et l’explicitation des intentions » (Ibid., p. 205).

31En fait ce code, en dirigeant l’attention conjointe des partenaires sociaux sur les intentions en jeu, les habitue à nommer leurs motifs. Les parents qui disciplinent leur enfant en recourant au code élaboré dirigent l’attention de ces derniers « vers l’intention, les causes ou les motifs » (Ibid., p. 37). Comme la famille de l’enfant éduqué par le code élaboré « fait peser une sorte d’exigence pour l’amener à produire un discours » sur ses désirs et ses dispositions, un « effet de rétroaction s’instaure entre le mode de désignation et ce qu’il désigne et induit chez l’enfant une disposition à rechercher, à explorer et à stabiliser » les motifs qui le poussent à agir (Ibid., pp. 35-36 ; voir aussi, pp. 52, 191, 229). Ce code suscite « un haut degré de sensibilité aux motivations d’autrui et aux siennes propres » (Ibid., p. 46), il « incite à communiquer les motifs et les dispositions et à s’intéresser à ceux des autres » (Ibid., p. 206).

Après Basil Bernstein, Émile Durkheim

32Cette esquisse de récit « par addition » tombe sous le coup de la critique que Basil Bernstein dirige contre le relativisme linguistique de Sapir Whorf : les « formes d’expression » et « cadres signifiants cohérents » identifiés « ne sont pas mis en rapport avec un ordre institutionnel » (Ibid., p. 125), dont ils sont pourtant indissociables. Il nous faut donc développer l’analyse sur ce point.

33Je l’ai dit, Basil Bernstein n’est pas parvenu à identifier les normes contractuelles en jeu dans le code élaboré. Il est vrai qu’il est difficile d’identifier l’ordre social implicite (Ibid., pp. 47, 67, 137, 212) qu’affirme ce code. Il est tout aussi difficile de saisir ce que ce code a à voir avec un « contrat ». Ce mot évoque volontiers un texte ratifié par des signatures, donc une relation juridique, aussi éloignée des interactions familiales quotidiennes qui intéressaient Basil Bernstein que de la relation entre l’analyste et son patient. Et pourtant, les relations contractuelles, celles basées sur des engagements voulus par les individus, sont souvent informelles. Le contrat déborde largement le domaine juridique et ses formalités. Bien sûr, il arrive que l’établissement d’une relation contractuelle exige aussi des formes prédéfinies. Dans ce cas, l’expression langagière du consentement des partenaires est une condition nécessaire mais non suffisante de l’établissement d’un contrat. Émile Durkheim relève que dans bien des sociétés, toutefois, ces formes prédéfinies, n’étant plus traitées que comme l’« expression des volontés qu’elles manifestent », perdent leur efficacité (Durkheim, 1969, p. 227). Alors, la déclaration d’intention devient la condition nécessaire et suffisante de l’établissement d’une relation contractuelle : « il n’y a en présence que des volitions, que des états de la volonté, et cependant cet état des volontés peut suffire à engendrer des obligations et par conséquent des droits » (Ibid., p. 203). Alors, aveux d’intentions et engagements contractuels en viennent à se confondre : « ce que l’un donne, c’est son intention d’agir de telle manière » (Ibid., p. 227). Exiger qu’un interlocuteur dise ce qu’il veut, dire sa propre intention, permet au fond d’élaborer des liens ou de les remettre en question, d’entreprendre des actions conjointes ou d’y mettre fin. Voilà écartée définitivement l’idée que la discussion sur les intentions se produirait à l’écart des dispositions normatives du groupe.

34Basil Bernstein met le doigt sur cette dimension contractuelle du code élaboré, lorsqu’il note que les échanges qu’il suscite portent non pas sur les motifs en général, mais sur les intentions individuelles, distinctes de celles de leurs groupes (Bernstein, 1975, pp. 36, 38, 39, 45, 112, 138, 139, 196, 197, 198, 205, 206, 210, 233-234, 238, 243). Le code élaboré, ce « support privilégié de l’expression des différences et de l’originalité personnelles », suscite une « conscience des particularités et des différences individuelles » (Ibid., p. 35, 138). « L’image de soi […] sera isolée et différenciée dans le discours, au point de devenir l’objet d’une attention et d’une perception particulières » (Ibid., p. 138). L’individu est invité à trouver en lui-même une volonté personnelle, puis à s’appuyer sur cette volonté pour guider ses interactions avec autrui.

35La large diffusion contemporaine du code élaboré montre on ne peut plus clairement que l’image d’un contrat social, loin d’être restée une théorie de cabinet, a envahi les conversations ordinaires, en imprégnant l’imaginaire social, cette compréhension partagée, implicite, sous-jacente à nos pratiques communes (Taylor, 2011, pp. 289-380).

Vers un récit « par addition » de la cure analytique

36Pour décrire la démarche d’individualisation effectuée par le code élaboré, Basil Bernstein recourt à une image empruntée à la psychologie de la forme (Bernstein, 1975, pp. 112 et 233) : l’individu dont on explore le vouloir individuel se différencie du groupe à la manière dont peut varier la relation de la forme au fond. C’est une image très proche que Basil Bernstein propose pour décrire la cure analytique : elle « place le patient dans une position d’isolement suspendue, il se situe pour ainsi dire par rapport à son groupe comme un personnage soulevé du sol » (Bernstein, 1964, p. 55). Ici, l’individu est invité à se penser en dehors des liens sociaux. Il existe donc une affinité profonde entre la manière dont la cure analytique imagine et oriente le rapport du monde l’individu et celle qui se manifeste dans le code élaboré.

37D’ailleurs, l’esquisse de récit « par addition » du code élaboré conduit tout naturellement à un récit lui aussi « par addition » de la cure.

38Pour parvenir à cette nouvelle compréhension de la cure, on soulignera d’abord que l’introspection psychanalytique réalisée dans la cure, celle que la théorie de la chambre d’écho place aux sources de la cure, émerge en réalité en aval de l’interaction avec le psychanalyste, qui interroge le patient sur ses motifs, lui fournit une instruction psychanalytique, etc. (Lamarche, 2016 et 2017). Le patient qui s’interroge sur les motifs de ses actions ne le fait donc pas spontanément. Au fil de l’évolution de la cure, il développe une disposition à s’interroger sur les motifs des uns et des autres.

39On notera ensuite que la cure s’emploie à exhumer des profondeurs de « l’inconscient » du patient une volonté intérieure présociale, qui n’aurait aucunement été affectée par les interactions avec des partenaires sociaux et qui pourrait servir à réformer ces interactions. Le patient est d’ailleurs invité à interroger la qualité de l’engagement de la volonté de ses différentes relations, en départageant celles qui procèdent de la volonté libre de l’individu de celles qui, suivies plutôt à contrecœur, sont liées à la contrainte parentale intériorisée (Lamarche, 2017). L’exigence contractuelle à l’œuvre dans ce départage est manifeste. Le consentement donné à un contrat « ne lie vraiment et absolument celui qui consent qu’à condition d’avoir été donné librement », sans qu’une pression ait été exercée sur sa volonté (Durkheim, 1969, p. 228). Par le fait même, la capacité de contracter des engagements légitimes requiert la capacité d’affirmer une volonté libre. Comme le note Émile Durkheim dans une formule frappante, qui contient les germes d’une sociologie de la psychanalyse, l’exigence contractuelle de fonder les relations sur la volonté non-contrainte des partenaires fait dépendre « la valeur du lien contracté de ce qui avait pu se passer dans les profondeurs de la conscience des contractants, des conditions dans lesquelles avait été arrêtée leur résolution » (Durkheim, 1969, p. 228).

Haut de page

Bibliographie

Bernstein B. (1964), « Social Class, Speech Systems and Psycho-Therapy », British Journal of Sociology, vol. 15, nº 1 (Mar.), pp. 54-64.

Bernstein B. (1975), Langage et classes sociales. Codes socio-linguistiques et contrôle social, Paris, Éditions de Minuit.

Burnham J. C. (1988), Paths into American Culture. Psychology, Medicine and Morals, Philadelphie, Temple University Press.

Chamboredon J.-C. (1975), « Présentation », dans Bernstein B., Langage et classes sociales. Codes socio-linguistiques et contrôle social, Paris, Éditions de Minuit.

Delumeau J. (1990), L’Aveu et le pardon. Les difficultés de la confession XIIIème-XVIIIème siècle, Paris, Éditions Fayard.

Durkheim É. (1969), Leçons de sociologie, Paris, Presses universitaires de France.

Freud S. (2010), De la Psychanalyse, Paris, Presses universitaires de France.

Gellner E. (1990), La Ruse de la déraison. Le mouvement psychanalytique, Paris, Presses universitaires de France.

Goffman E. (1991), Les Cadres de l’expérience, Paris, Éditions de Minuit.

Hallum K. C. (1978), « Social Class and Psychotherapy: A Sociolinguistic Approach », Clinical Social Work Journal, n° 6, pp. 188-201.

Lamarche J.-B. (2016), La Grammaire intérieure. Une sociologie historique de la psychanalyse, Montréal, Éditions Liber.

Lamarche J.-B. (2017), « Les témoins du désir : Freud, Dewey, Mead et la pertinence contestée de la sociologie de la psychanalyse », Réseaux : communication, technologie, société, vol. 35, n° 202-203, pp. 311-340.

Mills C. W. (2017), « Les actions situées et les vocabulaires de motifs », SociologieS [En ligne], Découvertes/Redécouvertes, Charles Wright Mills, mis en ligne le 21 février 2017, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/6041.

Moscovici S. (1976), La Psychanalyse, son image et son public. Deuxième édition entièrement refondue, Paris, Presses universitaires de France.

Roudinesco É. & M. Plon (2006), Dictionnaire de la psychanalyse. Troisième édition, Paris, Éditions Fayard.

Stern N. (1999), La Fiction psychanalytique. Étude psychosociologique des conditions objectives de la cure, Sprimont, Éditions Mardaga.

de Swaan A. (1990), Management of Normality. Critical Essays in Health and Welfare, Londres et New York, Routledge Editor.

Taylor C. (2011), L’Âge séculier, Montréal, Éditions Boréal.

Van Rillaer J. (2006) « Le conditionnement freudien », dans Meyer C. (dir.), Le Livre noir de la psychanalyse, Paris, Éditions 10/18, pp. 489-500.

Haut de page

Notes

1 Sur ce point, voir aussi Lamarche, 2016, pp. 33-66 et Abram de Swaan, 1990, pp. 75-98 et 211-218.

2 Basil Bernstein ne précise pas sur quelles données il s’appuie.

3 La proposition a été reprise (Hallum, 1978).

4 On aura noté l’affinité de ce récit avec la théorie freudienne de la chambre d’écho (la cure opérerait en soustrayant le patient à l’emprise des contraintes critiques).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Baptiste Lamarche, « Basil Bernstein devant la cure analytique », SociologieS [En ligne], Découvertes / Redécouvertes, Basil Bernstein, mis en ligne le 19 juin 2018, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/8244

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Lamarche

PhD (Histoire, Université de Montréal, 2015) - jblamarche11@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page