Navigation – Plan du site
Basil Bernstein
Découvertes / Redécouvertes
Basil Bernstein

Classes sociales, systèmes de parole et psychothérapie 1

Basil Bernstein

Résumés

Article publié initialement en 1964 dans The British Journal of Sociology, Vol. 15, No. 1 (Mar.), pp. 54-64 (DOI: 10.2307/589030), traduit de l’anglais et introduit par Jean-Baptiste Lamarche. L’autorisation des éditions Wiley est en cours.

Haut de page

Notes de la rédaction

L’introduction par Jean-Baptiste Lamarche est accessible à l’adresse : https://journals.openedition.org/sociologies/8244

Texte intégral

  • 1 Communication présentée à la British Association for the Advancement of Science, à Aberdeen, en sep (...)

1Aujourd’hui, des formes diverses de psychothérapie ont été étendues de telle sorte qu’elles englobent un plus grand nombre de personnes provenant de différents milieux sociaux. On a progressivement étendu, à des rythmes variés, les programmes de formation pour les agents de probation, travailleurs sociaux, psychologues et membres des services correctionnels et de maison de correction, afin qu’ils incluent une compréhension des processus psycho-dynamiques et une relation orientée vers la thérapeutique. Je fonderai mes propos sur l’assertion que la sensibilité à la relation psychothérapeutique et à la forme de communication qui y est jugée appropriée est moins disponible aux membres des fractions inférieures des classes ouvrières, non pas à cause de carences dans l’intelligence innée, mais en raison d’un système de parole culturellement induit dont les dimensions de pertinence et de signification, dans la relation thérapeutique, n’orientent pas le patient des fractions inférieures des classes ouvrières. En sens inverse, le système de parole du thérapeute crée chez lui de multiples attentes auxquelles le patient des fractions inférieures des classes ouvrières ne répond pas. Par « fractions inférieures des classes ouvrières », je me réfère aux personnes qui travaillent dans des professions manuelles inférieures, soit environ 30 % de la population active.

2Commençons par examiner certains des aspects généraux de la relation psychothérapeutique qui m’occuperont ici.

31. Voilà une forme de relation sociale qui pousse le patient à structurer et à restructurer son expérience distincte (discrete) sous une forme verbale significative. En comparaison avec d’autres relations du patient, la relation thérapeutique vise à susciter chez lui un type (an order) de communication unique.

42. Le référent de cette communication est le patient, ou plutôt ses processus de motivation et les relations sociales implicites ou explicites qu’ils suscitent. Le « Je » du patient vit une transformation continue en vertu de ces communications uniques.

53. La forme d’autorité dans la relation thérapeutique est floue et ambiguë. Bien souvent, on n’indique pas clairement au patient ce qu’on attend ou ce qu’on n’attend pas de lui. La forme de la relation sociale n’est pas définie dans le détail. Les différences de statut social qui servent à orienter le comportement hors de la relation thérapeutique ne permettent pas d’indiquer le comportement approprié au sein de celle-ci.

  • 2 La perlaboration, nous disent Jean Laplanche et Jean-Bertrand Pontalis, est le « [p]rocessus par le (...)

64. La perception appropriée du patient par lui-même, dans la mesure où ses communications sont filtrées au travers des buts, objectifs, croyances et impératifs émotionnels de son groupe naturel est, bien souvent, considérée comme entravée. Du point de vue du thérapeute, les conventions qui confèrent au patient son identité sociale apparaissent comme un matériau à perlaborer 2 (to be worked through). En des termes plus simples encore, la forme de la relation thérapeutique place le patient dans une position d’isolement suspendue, il se situe pour ainsi dire par rapport à son groupe comme un personnage soulevé du sol.

  • 3 Basil Bernstein place ce passage entre guillemets sans indiquer s’il s’agit d’une citation (Note du (...)

75. Enfin, la réussite du traitement est basée sur « la conviction mutuelle, de la part du thérapeute et du patient, que la maladie peut être supprimée par la participation à une relation sociale dans laquelle l’activité principale est la transformation de l’expérience distincte par l’intermédiaire de la communication, essentiellement par la parole » 3.

8Si nous résumons ces points, nous obtenons quelque chose comme ce qui suit.

  • 4 Les deux points et les numéros ont été ajoutés à la phrase pour la rendre plus claire (Note du trad (...)

9La relation thérapeutique est fondée sur la croyance que les conditions qui ont conduit le patient dans la relation peuvent être améliorées par la communication dans un contexte : (1) où les relations statutaires normales ne servent pas de guide au comportement, (2) qui implique une suspension de l’identité sociale du patient et (3) où le référent de la communication est l’expérience distincte du patient 4.

10Voilà une relation sociale quelque peu inhabituelle, impliquant des exigences étranges. Nous soutiendrons que les membres des fractions inférieures des classes ouvrières qui sont limités à un système de parole particulier sont susceptibles de trouver ces exigences difficiles à satisfaire. De tels individus sont susceptibles de moins bénéficier de la thérapie, de mettre rapidement fin au traitement, alors que leur thérapeute est porté à trouver la relation peu enrichissante (unrewarding). Il devra témoigner à l’égard de son patient d’une sensibilité d’un tout autre ordre que celle dont il fait preuve avec un patient de la classe moyenne. Aux yeux du thérapeute, la communication que lui adresse le patient des fractions inférieures des classes ouvrières semble inadéquate, marquée par un faible niveau de perspicacité (insight) ; le patient semble volontiers négatif et passif, ce qui pousse le thérapeute à prendre un rôle plus dominant qu’il ne le souhaiterait ; par-dessus tout, le thérapeute rencontre chez le patient une réticence à transformer ses sentiments personnels en significations verbales uniques (unique verbal meanings). Le patient des fractions inférieures des classes ouvrières éprouve du mal à verbaliser son expérience personnelle et à recevoir des communications se référant aux sources de ses motivations. Je soutiendrai ici que ces difficultés ne découlent pas nécessairement d’un faible niveau intellectuel, mais qu’elles proviennent du système de parole que l’enfant apprend dans sa culture ; ce système de parole crée pour l’enfant en cours de développement des dimensions de pertinence et d’apprentissage qui sont tout à fait appropriées pour son environnement naturel, mais sont inappropriées pour orienter l’individu dans des relations spéciales comme la thérapie.

11La recherche indique que le Q.I. verbal de membres des fractions inférieures des classes ouvrières est susceptible d’être drastiquement plus faible que les résultats obtenus dans des tests non-verbaux. En outre, des recherches fondées sur de petits groupes de sujets de classe moyenne et de la classe ouvrière ayant des résultats moyens identiques aux tests de Q.I. verbal et non-verbal indiquent que les groupes de la classe ouvrière utilisent un système de parole fort différent de celui des groupes appariés de la classe moyenne. Le discours du groupe de la classe ouvrière est caractérisé par une réduction des qualificatifs, des adjectifs, des adverbes, en particulier ceux qui qualifient les sentiments ; l’organisation du discours est relativement simple, l’usage du pronom auto-référent « je » est restreint, tandis que les autres pronoms personnels sont davantage utilisés. Les travaux écrits de groupes appariés de garçons de la classe moyenne et de la classe ouvrière indiquent un modèle de différences similaire ; ils indiquent aussi que la classe ouvrière préfère de beaucoup les propositions concrètes aux propositions abstraites. Comme ces études limitées portaient sur de petits groupes au Q.I. apparié, les sources de ces différences dans le discours et de ces relations auxquelles ces discours permettent d’accéder doivent provenir de différences entre les cultures.

12Je traiterai ces différences dans le discours comme autant d’indices d’une forme particulière de communication ; loin d’être accidentelles, elles dépendent d’une forme de relation sociale ou, en des termes plus généraux, d’une structure sociale. Je soutiendrai que ces différences signalent l’usage d’un code linguistique. C’est un code qui ne facilite pas l’élaboration verbale du sens ; c’est un code qui n’aide pas l’utilisateur à mettre en mots son intention, ses buts, croyances et motivations uniques. Il ne l’aide pas non plus à recevoir de telles communications des autres. C’est un code qui sensibilise l’utilisateur à une forme particulière de relation sociale, qui est sans équivoque, où l’autorité est clairement délimitée et sert à guider l’action. C’est un code qui aide à maintenir la solidarité avec le groupe, au détriment de la signalisation verbale de la différence et de l’unicité de ses membres. C’est un code qui facilite la transformation aisée (ready transformation) du sentiment en action. C’est un code où les changements de sens sont plus susceptibles d’être signalés non verbalement que par des changements dans les sélections verbales.

13Depuis cette perspective, la relation psychothérapeutique implique, pour un membre des fractions inférieures des classes ouvrières, un changement radical du processus de codage normal. Ce qu’on doit rendre pertinent, dans cette relation, est presque l’antithèse de ce qui est rendu pertinent par le processus de codage que l’individu utilise normalement dans son environnement culturel. Comment cette façon de traduire l’expérience est-elle apparue ? Qu’est-ce qui, dans la culture, est responsable du système de parole ? Pour commencer, le système de parole n’a rien d’inhabituel ou d’unique. Il n’est pas constructif de le considérer comme une forme d’anglais sous-standard. Ce n’est pas un système de parole induit par l’intelligence innée.

14Différentes structures sociales génèrent différents systèmes de parole.

15Ces systèmes ou codes de parole entrainent pour l’individu des principes de choix spécifiques qui règlent ses sélections langagières, aussi bien au niveau syntaxique que lexical. Depuis une perspective de développement, ce que l’individu dit effectivement le transforme, du simple fait qu’il le dit.

16Au fur et à mesure que l’enfant apprend son discours – ou bien, dans nos termes : qu’il apprend les codes spécifiques qui règlent ses actes verbaux – il apprend les exigences de sa structure sociale. Depuis cette perspective, chaque fois que l’enfant parle, la structure sociale dont il fait partie est renforcée en lui et son identité sociale se développe et se contraint. C’est en formant ses actes de parole que la structure sociale devient la réalité psychologique de l’enfant qui se développe. Si tel est le cas, alors il faut dire que le processus qui oriente l’enfant vers son monde et le genre de relations qu’il impose est d’abord déclenché, puis systématiquement renforcé, par les implications du système de parole. Sous ce modèle général de la parole de l’enfant se trouvent des ensembles de choix essentiels, des préférences intégrées (built-in preferences) accordées à certains choix, plutôt qu’à d’autres, des démarches de planification qui se développent et se stabilisent au fil du temps – des principes de codage au travers desquels une orientation est conférée aux référents sociaux, intellectuels et affectifs. Les enfants ayant accès à différents systèmes d’expression, et ainsi aux principes de codage qui les maintiennent en vertu – et seulement en vertu – de leur position arbitraire dans la structure de classe, sont en mesure d’emprunter des lignes de développement tout à fait différentes, ils peuvent adopter des procédures intellectuelles et sociales que ne sont liées à leurs capacités purement psychologiques que par un fil ténu.

17Je commencerai par poser les questions suivantes :

18Quels types de rapports sociaux génèrent quels types de système de parole ?

19Quels types de principes ou de procédures de planification contrôlent les systèmes de parole ?

20À quels types de relations dans l’environnement ces procédures de planification (ou plutôt les options linguistiques qui sont retenues) permettent-elles de donner accès, tout en les stabilisant ?

21Je limiterai mon attention à un seul système ou code de parole. Je définirai ce système de parole en fonction de la facilité avec laquelle on peut prévoir les alternatives syntaxiques utilisées pour organiser le sens. S’il est assez facile de prévoir les alternatives syntaxiques utilisées pour organiser le sens à travers une série de discours, ce système est ce que j’appelle un code restreint. Il est possible de prédire ces alternatives syntaxiques parce que les possibilités utilisées dans ce code sont relativement peu nombreuses. Le discours est relativement simple dans sa structure. En élaborant un peu, nous pouvons dire que dans le cas d’un code restreint le vocabulaire sera tiré d’un répertoire limité. Bien que ce code ait été défini en termes syntaxiques, nous pouvons poursuivre et suggérer certains corrélats psychologiques de ce code. Si un locuteur tend vers un code restreint, alors le code, c’est-à-dire les options linguistiques dont il dispose, ne l’aide pas à mettre en mots ses objectifs, son intention et son expérience uniques, dans une forme verbale explicite. En outre, les événements de l’environnement qui se font conférer du sens créent un type particulier d’apprentissage.

22Commençons par nous demander ce qui est responsable de la simplification de la structure de la parole dans ce code, de l’éventail restreint de choix de vocabulaire et, sur le plan psychologique, des contraintes exercées sur la signalisation verbale de l’expérience unique du locuteur. Lorsque nous aurons obtenu les réponses à ces questions, nous commencerons à nous faire une idée de l’apprentissage social auquel ce code donne accès et qu’il stabilise. Je suggèrerai que la simplification de la structure ainsi que la contrainte sur la signalisation verbale de l’intention trouvent toutes deux leur origine dans la forme de la relation sociale qui contraint les locuteurs.

23Dans le cas d’un code restreint, le discours se produit sur une toile de fond de présomptions communes aux locuteurs, d’un ensemble d’intérêts et d’identifications partagées, en somme sur la toile de fond d’une identité culturelle qui réduit le besoin des locuteurs d’élaborer verbalement leurs intentions, de les expliciter. Si vous connaissez quelqu’un très, très bien, énormément de choses peuvent être tenues pour acquises ; vous n’avez pas à mettre en mots tout ce que vous sentez, parce que les sentiments sont communs. Mais connaître très bien quelqu’un est un type particulier de relation sociale : connaître quelqu’un très bien indique des intérêts, identifications et attentes communs, sans que cela signifie nécessairement des accords communs. Concrètement, un code restreint n’est pas nécessairement lié à la classe : il émerge dans des communautés fermées comme des prisons, des unités de combat des forces armées, mais aussi entre amis proches, dans les groupes de pairs d’enfants et d’adolescents. En fait, il émerge partout où la forme de la relation sociale est fondée sur quelque vaste ensemble d’identifications étroitement et consciemment partagées par les membres.

24Dans ces relations sociales qui génèrent un code restreint, le discours tend à être rapide, fluide, avec des indices articulatoires réduits ; les significations tendent à être condensées, disloquées et localisées aux relations. On rencontre un faible niveau de vocabulaire et de sélection syntaxique. Le comment plutôt que le quoi de la communication devient pertinent. Enfin, et ceci est extrêmement important, le sens unique de la personne tend à être implicite et non pas élaboré verbalement.

25En fait, les séquences ont les mêmes formes générales que ce qui suit.

Exemples
C’est tout comme eh bien ces jeunes et s’ils vont avec des bandes et qu’ils surtout
ils surtout
ont du temps à passer et
disent que ça se passe mal
et qu’ils vont probablement cogner, je pense qu’ils le font juste pour être un peu gros vous savez
obtenir de la publicité ici et là
(Transcription d’une discussion enregistrée sur bande magnétique.)

26L’argument que je veux ici faire valoir, c’est qu’un code restreint est disponible pour tous les membres de la société, puisque les conditions sociales qui l’engendrent sont universelles. Mais il se peut qu’une partie considérable de notre société, en particulier les membres des fractions inférieures des classes ouvrières occupant des postes non qualifiés ou semi-qualifiés, soit 30 % de la population active, soit limitée à ce code et ne dispose pas d’un autre. Voilà donc un cas où enfants ou adultes ne disposent que d’un seul système de parole. Il se peut que ce que ce code rend pertinent à leurs yeux, l’apprentissage généré par les actes apparemment spontanés de la parole, ne soit pas approprié pour répondre aux exigences de la relation psychothérapeutique.

27Je voudrais examiner de plus près quelques-unes des implications psychologiques et sociologiques de ce code, en gardant la psychothérapie à l’esprit.

28L’enfant qui apprend un code restreint apprend à percevoir le langage d’une manière particulière. Il ne le perçoit pas comme un ensemble de possibilités théoriques pouvant être transformées afin de faciliter la communication d’une expérience unique. La parole n’est pas pour lui un médium important permettant de communiquer relativement explicitement l’expérience de séparation et de différence. La parole n’est pas un des principaux moyens lui permettant un voyage de soi vers autrui. Par le fait même, les zones du moi (self) ne sont pas susceptibles d’être différenciées par la parole et de devenir ainsi l’objet d’une activité perceptive particulière. Et les motivations des autres ne serviront probablement pas de point de départ à l’enquête et à l’élaboration verbale. Fait important, l’identité de l’individu lui est réfractée par les symboles concrets de son groupe ; elle ne créé pas un problème qu’il doit résoudre par ses propres enquêtes uniques. En un sens, une personne limitée à un code restreint éprouve un problème d’identité, parce que ce problème n’est pas pertinent.

29Je voudrais ensuite examiner une famille utilisant seulement le code restreint. Ici, le « je » de la mère, son unicité, la façon dont elle communique la séparation et la différence, est susceptible d’être transmis de manière non-verbale plutôt que par des discriminations verbales contrôlées. Si tel est le cas, alors une bonne partie de la conscience (awareness) de sa mère, chez l’enfant qui se développe, est moins accessible à la verbalisation, parce qu’elle a rarement été verbalisée. Un lien puissant de forme non-verbale est forgé. Les motivations, les intentions de la mère et de l’enfant sont moins accessibles à chacun de ceux-ci, car elles ne sont pas des objets d’enquête verbale.

30Un aspect essentiel de la famille est le moyen d’expression de l’autorité, en particulier le type d’interaction verbale que les relations d’autorité créent. Je soutiendrai que les parents limités à un code restreint sont liés à une forme spécifique de relations d’autorité.

  • 5 Bien entendu, l’intonation peut donner à une de ces déclarations le caractère d’un ordre ; cependan (...)

31L’autorité peut être exprimée de manière à limiter les risques d’interaction verbale avec la relation (sic), ou bien elle peut être exprimée de manière à accroître l’interaction verbale. La zone de latitude offerte à l’enfant peut être réduite à une acceptation sans compromis, à un retrait ou à une rébellion au sein de la relation d’autorité ; ou alors, le contexte de contrôle social peut permettre différentes réponses de la part de l’enfant. L’autorité peut être exprimée par des ordres et des menaces ou elle peut reposer sur les incitations (appeals). Ces incitations utilisées par l’autorité peuvent appartenir à deux types fondamentaux : orientées vers la personne ou orientées vers le statut. Lorsque les incitations sont orientés vers le statut, le comportement de l’enfant est renvoyé à une règle générale ou locale qui contraint la conduite : « ne devrais-tu pas te brosser les dents ? » ; « ne te comportes pas comme ça dans un bus » ; « les enfants dans les lycées sont censés se comporter un peu différemment » 5. Des incitations statutaires peuvent également lier le comportement de l’enfant aux règles qui régissent sa conduite en référant à l’âge, au sexe ou à des relations d’âge. Par exemple : « Les petits garçons ne jouent pas avec des poupées », « tu devrais être capable de cesser de faire ça maintenant », « ne parle pas à ton père / enseignant / travailleur social, etc., comme ça ». Les incitations statutaires ont d’importantes répercussions. Si on ne leur obéit pas, la relation peut rapidement se transformer, révélant le pouvoir nu et devenant punitive. Les incitations statutaires sont impersonnelles. Leur efficacité s’appuie sur le statut du régulateur. L’effet de ces incitations est de transmettre la culture ou la culture locale de manière à accroître la similitude du régulé avec les autres membres de son groupe. L’enfant qui se révolte en vient très rapidement à défier la culture dont il fait partie et c’est ce qui pousse le régulateur à prendre des mesures punitives. Enfin, le contexte social du contrôle est tel que la relation est sans ambiguïté – les statuts relatifs sont clairement délimités et bien définis.

32Les incitations orientées vers la personne sont très différentes. Dans ces incitations, la conduite de l’enfant est liée aux sentiments du régulateur (parent) ou à la signification de son acte ; son sens est rattaché explicitement au régulé, à l’enfant. Par exemple : « Papa sera content / blessé / déçu / en colère / fou de joie, si tu continues à faire ça » ; « Si tu continues à faire ça, tu seras bien malheureux quand le chat aura mal ».

33Dans le cas des incitations orientées vers la personne, la conduite de l’enfant est dirigée vers les sentiments du régulateur, dans le second cas, la signification de l’acte, son sens, est rattachée directement à l’enfant. Les incitations orientées vers la personne comportent d’importantes conséquences. Le contrôle s’effectue soit par la manipulation verbale des sentiments, soit par l’établissement des raisons qui lient l’enfant à ses actes. De cette façon, l’enfant a accès au régulateur en tant que personne et il a accès à la signification de ses propres actes, puisqu’ils se rapportent à lui en tant que conséquences. Les incitations orientées vers la personne tendent à opérer via la verbalisation de l’intention alors que les incitations orientées vers le statut, si elles laissent rapidement place au pouvoir (if they move quickly to power), sont dirigées vers les conséquences des actions et non pas vers les intentions. L’efficacité des incitations orientées vers le statut repose sur les différences de statut alors que celle des incitations orientées vers la personne repose plutôt sur la manipulation de la pensée et du sentiment. Les incitations orientées vers la personne suscitent chez l’enfant la culpabilité, en fonction des effets de ses actions sur les personnes et les choses. L’enfant apprend surtout à s’adapter aux tensions impliquées dans les relations aux personnes et aux choses en parvenant à tolérer la culpabilité et en parvenant à une conscience plus pleine, grâce au langage, des conséquences de ses actions. Lorsque l’enfant est l’objet d’incitations orientées vers le statut, qui laissent rapidement place à une relation de pouvoir, toute une série de relations n’est pas apprise. Je suggère que lorsque les parents ne disposent que du seul code restreint, le pouvoir et les incitations orientées vers le statut sont davantage utilisés. L’enfant devient sensible à un type particulier de contrôle et à l’apprentissage impliqué ; il se peut fort bien qu’il soit dérouté (bewildered) dans un contexte de contrôle où les moyens orientés vers la personne sont utilisés.

34J’aimerais examiner quelques-unes des difficultés affectives qui peuvent être créées, maintenues et renforcées par une relation de rôle (role relationship) où les deux membres sont limités à un code restreint. J’ai fait valoir que les canaux extra-verbaux y transmettent les messages portant les intentions mutuelles de la mère et de l’enfant. Les aspects interpersonnels de cette relation, lorsque chacun qualifie uniquement l’expérience de l’autre, tendent à ne pas être élevés au niveau de l’élaboration verbale, à ne pas être explicités. Les zones d’intentions distinctes ne sont pas des zones de la parole élaborée. Cela ne signifie pas que ces zones sont dépourvues de signification, mais que la signification qu’elles ont, quelle qu’elle soit, est moins disponible à la régulation linguistique. Les tensions émergeant dans ces zones sont plus susceptibles d’être objets de déni, parce que les moyens de les traiter consciemment sont moins accessibles.

35De plus, lorsque les relations d’autorité au sein de la famille tendent à être des relations de statut et de pouvoir, plutôt que des relations orientées vers la personne, la discipline de la relation est dirigée sur les conséquences de l’acte plutôt que sur l’intention de l’enfant. Ainsi, on pourrait soutenir que lorsque l’accent est placé sur les conséquences, la relation se déplace vers une relation de type interstatutaire alors que lorsque l’accent est mis sur l’intention, la relation se déplace vers une relation de type interpersonnelle. Ce qui est rendu disponible à l’apprentissage, ce qui est rendu pertinent dans les relations orientées vers la personne et dans celles orientées vers le statut, est radicalement différent. Les codes linguistiques qui transmettent ces relations sont aussi différents en termes de comportement. Dans une relation orientée vers le statut ou vers le pouvoir, le discours est tel que l’enfant reprend l’aspect statutaire de la relation et non pas son aspect personnel. Là encore, il convient de noter que cela renforce la primauté des voies extra-verbales de perception ou de décodage d’intentions distinctes. Il faut le répéter, l’intention distincte est perçue, mais cette perception est orientée vers les voies extra-verbales.

36Chez un individu limité à un code restreint, le manque de clarté ou l’ambiguïté dans la relation interstatutaire est susceptible d’élever le niveau de tension, et ces tensions sont moins assujetties à un contrôle verbal. Il est donc beaucoup plus probable que ces tensions se dissipent rapidement par certaines voies immédiates : changements de tensions musculaires, ensembles somato-moteurs ou comportements expressifs. De plus, l’individu peut tenter de neutraliser son implication affective dans une situation de tension interpersonnelle par le déni ou en attribuant la responsabilité de cette tension au titulaire d’un autre statut. Même si la personne souscrit à des notions d’injustice et de justice, il est probable que des sentiments de culpabilité et d’implication personnelle soient dissociés des notions d’injustice.

37La psychopathologie tend à se former lorsqu’on rencontre des seuils de culpabilité élevés, des seuils d’anxiété faible et une incapacité à tolérer l’anxiété. Dans les situations qui suscitent la perception de l’ambiguïté ou de l’ambivalence, l’individu peut s’avérer incapable de tolérer la tension résultant de la perte de structure. Il tend à se diriger vers une structure sociale bien formulée où la hiérarchie, l’âge, les relations d’âge et le sexe prescrivent clairement et sans ambigüités le comportement approprié pour contrôler le stress.

  • 6 Les différents « mécanismes de défense », dont le « refoulement », sont des « opérations dans lesqu (...)

38Ainsi, un groupe particulier de mécanismes de défense 6 d’ordre inconscient est susceptible d’être associé à ce code, ce qui contribue à maintenir sa stabilité. Les moyens de défense sont susceptibles de comprendre le déni, la dissociation et le déplacement, plutôt que des défenses plus élaborées s’appuyant sur des procédures verbales, comme la rationalisation. Il se peut que ces défenses contribuent à façonner le type de la psychopathologie.

39Il faut formuler un autre point, d’une nature plus sociologique. Différents modes de discours émergent de différentes relations de rôles. Des individus peuvent s’avérer incapables de produire des modes de discours appropriés, parce qu’ils sont incapables de faire face à la relation de rôle que nécessite la communication appropriée. Pour qu’une personne utilise un code élaboré, c’est-à-dire un code dans lequel l’intention de la personne est élevée au niveau de l’explicitation verbale, dans lequel son « je » est médiatisé par de nombreuses discriminations verbales, il faut qu’un pouvoir d’appréciation (range of discretion) soit inhérent à son rôle ; sans quoi, un tel discours ne pourrait pas être produit. De plus, il faut que l’histoire sociale de la personne comprenne une formation et une pratique du rôle que les relations sociales exigent. « Rôle » réfère ici aux relations particulières nécessaires à la production d’un code restreint ou élaboré. Dans le cas d’un code élaboré, les relations de rôle sont moins soutenues par des identifications implicites partagées par les participants. L’attente de la différence psychologique, la sienne et celle des autres, fonde l’orientation de l’individu. Pour être préparé et transmis de manière appropriée, le discours individué présuppose une histoire de relation de rôle particulière. Dans la mesure où la différence fait partie de l’attente, le locuteur dépend moins de l’auditeur, ou plutôt cette dépendance envers l’auditeur est réduite par l’explication verbale du sens. L’utilisation d’un code d’accès restreint dépend d’une vaste gamme d’identifications étroitement partagées qui servent de toile de fond à la parole et définissent la relation de rôle. La dépendance qui sous-tend l’utilisation d’un code élaboré dépend de l’explication verbale du sens. Les sources de tension de rôle (role strain) inhérentes à ces codes, et donc aux relations sociales qui les génèrent, sont différentes. Pour le dire simplement, la personne, afin de produire un code élaboré, doit être en mesure d’affronter (cope with) l’ampleur de l’isolement social inhérent aux relations de rôle que ces communications génèrent. Ce type d’isolement n’est pas inhérent aux relations qui génèrent un code restreint. En termes de ce qui est dit verbalement, un code restreint est un code orienté vers le statut, alors qu’un code élaboré est un code orienté vers la personne.

  • 7 Il est important de nuancer ce point. Bien souvent, de puissantes descriptions des sentiments sont (...)

40Je vais maintenant essayer de rassembler ces diverses implications d’un code restreint. Le code est généré dans une relation sociale où l’intention des autres peut être tenue pour acquise. Le partage ou l’attente d’intentions communes simplifie la structure du discours et la rend ainsi prévisible. Il élimine le besoin des locuteurs d’élaborer verbalement leur expérience unique. D’où la réduction des qualificatifs de toutes sortes. Le discours est relativement impersonnel et sert à transmettre les similitudes plutôt que les différences dans l’expérience personnelle. Le code permet de signaler une identité sociale plutôt que personnelle. Cette dernière tend à être signalée par des moyens non-verbaux et expressifs plutôt que par le biais de variations élaborées de sélections verbales. Plutôt que d’orienter vers des relations abstraites et réfléchies, le code tend à rendre pertinente la situation d’action concrète, ici et maintenant 7. Il ne facilite pas un intérêt soutenu pour les processus, en particulier les processus de motivation. Le moi (self) est rarement l’objet de l’enquête verbale. La parole n’est pas utilisée comme un moyen pour effectuer un voyage de soi-même vers l’autre personne. Le comportement est contrôlé, dans un contexte social où le statut est dépourvu d’ambiguïté et dans lequel l’intention du régulé ou du régulateur est rarement explorée verbalement ; ainsi, il se peut que des sentiments de culpabilité et d’implication personnelle dans des délits soient moindres. Le code renforce la solidarité avec le groupe en restreignant la signalisation verbale de la différence personnelle. Cela ne signifie pas que des différences ne sont pas signalées, mais qu’il est rare qu’elles soient explorées d’une façon systématique. Un fort sentiment d’identité sociale est suscité, sans doute aux dépens du sentiment d’identité personnelle.

41Enfin, le code n’est pas généré par le Q.I., mais par la culture agissant par l’intermédiaire des relations familiales.

  • 8 Le thérapeute et le patient peuvent parvenir au point où ils se font face dans un silence improduct (...)

42Depuis cette perspective, la relation psychothérapeutique implique, chez un individu ne disposant que du seul code restreint, une relation où les signaux sont antithétiques à sa propre façon d’établir des relations. En effet, les relations statutaires y sont ambigües et elles ne fournissent aucune indication quant au comportement à adopter ici et maintenant. Voilà une relation orientée vers la personne, qui exerce sur l’individu une pression accrue afin qu’il structure et restructure son expérience d’une manière verbalement unique. Elle implique pour le patient une perte de l’identité sociale que son propre code favorise et elle le pousse à des réflexions sur son identité personnelle dans une relation sociale qui, depuis sa perspective, n’aide guère (is unsupporting). Un manque de perspicacité (insight) quant aux sources de la motivation, jumelé à la dépendance du patient, tend à pousser le thérapeute à jouer dans la relation un rôle qu’il estime trop actif ou dominant. Contre les tensions induites par la relation thérapeutique, le principal moyen de défense dont dispose le patient au code restreint est une grande passivité et une grande dépendance. Le thérapeute doit composer (deal) avec les sentiments que ce genre de relation provoque en lui-même. Ainsi, la relation thérapeutique implique pour le patient au code restreint une situation de changement de code et, associée à ce changement, une transformation majeure des moyens grâce auxquels il s’oriente dans son monde naturel 8. Il est estimé que si la thérapie réussit, il y aura un changement dans le code du patient.

43Je ne suggère pas que les thérapies de patients limités à un code restreint ne peuvent pas être enrichissantes et bénéfiques. L’absence de la communication soi-disant appropriée est remplie de sens et d’importance pour le thérapeute, s’il fait preuve d’une compréhension plus sensible de la situation du patient et est disposé à adapter sa technique.

Haut de page

Bibliographie

Bernstein B. (1958) « Some Sociological Determinants of Perception », British Journal of Sociology, n° 9, p. 159.

Bernstein B. (1960), « Language and Social Class », British Journal of Sociology, n° II, p. 271.

Bernstein B. (1961), « Social Class and Linguistic Development », dans Halsey A. H., Floud J. & C. A. Anderson (dir.), Education, Economy and Society, N.Y., Free Press, p. 288.

Bernstein B. (1962), « Linguistic Codes, Hesitation Phenomena and Intelligence », Language and Speech, n° 5, p. 31.

Bernstein B. (1962), « Social Class, Linguistic Codes and Grammatical Elements », Language and Speech, n° 5, p. 221.

Fifteen to Eighteen (1959), Report of the Central Advisory Council for Education, vol. I, Ministry of Education, London, H.M.S.O., en particulier la page 376, portant sur les relations entre les tests d’intelligence verbaux et non-verbaux.

Hollingshead A. B. & F. C. Redlich (1958), Social Class and Mental Illness, N.Y., John Wiley & Sons Inc..

Koln M. L. (1959), « Social Class and Parental Authority », American Sociological Review, n° 24, pp. 352-366.

Koln M. L. (1959), « Social Class and Parental Values », American Journal of Sociology, n° 64, pp. 337-351.

Laplanche J. & J.-B. Pontalis (1968), Vocabulaire de la psychanalyse, Deuxième édition revue, Paris, Presses universitaires de France.

Lawton D. (1963), « Social Class Differences in Language Development », Language and Speech, volume 6, issue 3 (July 1), pp. 120-143.

Miller D. R. & G. E. Swanson (1959), Inner Conflict and Defense, N. Y., Henry Holt & Co.

Riessman F. (1962), The Culturally Deprived Child, N. Y., Harper & Row.

Riessman F. (1963), « New Models for a Treatment Approach to Low Income Clients », Document présenté à la convention de l’Association américaine d’orthopsychiatrie en mars.

Haut de page

Notes

1 Communication présentée à la British Association for the Advancement of Science, à Aberdeen, en septembre 1963.

2 La perlaboration, nous disent Jean Laplanche et Jean-Bertrand Pontalis, est le « [p]rocessus par lequel l’analyse intègre une interprétation et surmonte les résistances qu’elle suscite. Il s’agirait là d’une sorte de travail psychique qui permet au sujet d’accepter certains éléments refoulés et de se dégager de l’emprise des mécanismes répétitifs » (Laplanche & Pontalis, 1968, p. 305) (Note du traducteur).

3 Basil Bernstein place ce passage entre guillemets sans indiquer s’il s’agit d’une citation (Note du traducteur).

4 Les deux points et les numéros ont été ajoutés à la phrase pour la rendre plus claire (Note du traducteur).

5 Bien entendu, l’intonation peut donner à une de ces déclarations le caractère d’un ordre ; cependant, elles permettent une interaction supplémentaire d’un type qui vise à préciser les normes inhérentes au statut spécifique du réglementé. Par contre, le régulateur peut changer la base de l’incitation vers celle orientée vers la personne, ou bien encore se rabattre sur le pouvoir.

6 Les différents « mécanismes de défense », dont le « refoulement », sont des « opérations dans lesquelles peut se spécifier la défense », laquelle est lancée par le « moi » contre la menace de la « pulsion » (Laplanche & Pontalis, 1968, pp. 234 et 110) (Note du traducteur).

7 Il est important de nuancer ce point. Bien souvent, de puissantes descriptions des sentiments sont proposées. Par exemple : « La fumée des usines me rend seul », « Ça fait mal, comme si ma tête se détachait de mon cou », « C’est comme du verre brisé en moi ». La difficulté se produit souvent lorsque l’on s’éloigne de la métaphore et de la comparaison.

8 Le thérapeute et le patient peuvent parvenir au point où ils se font face dans un silence improductif, le premier ne sachant pas comment obtenir des réponses du second, qui ne sait pas comment les donner.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Basil Bernstein, « Classes sociales, systèmes de parole et psychothérapie  », SociologieS [En ligne], Découvertes / Redécouvertes, Basil Bernstein, mis en ligne le 19 juin 2018, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/8245

Haut de page

Auteur

Basil Bernstein

(1924-2000)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page