Navigation – Plan du site
Premiers textes
Premiers textes

Flânerie sociologique : une méthodologie adogmatique

Sociological strolling: a non-dogmatic methodology
Thomas Riffaud

Résumés

Cet article est une forme de témoignage dans lequel ma posture de chercheur, ainsi que certains de mes choix méthodologiques, sont justifiés. Il reflète mes interrogations sur la sociologie et notamment son rapport à l’incertitude et aux émotions inhérentes au travail de recherche. Mes premières expériences m’amènent à penser que cette science n’est pas dénuée de normes et de dogmes, historiquement fondés, qu’il est possible de questionner en adoptant une posture comme la flânerie sociologique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Film de Pierre Carles, La sociologie est un sport de combat, avec Pierre Bourdieu, 2001, CP Product (...)
  • 2 http://www.lesinrocks.com/2017/10/05/idees/la-guerre-des-sociologues-aura-t-elle-lieu-11994027/

1La méthodologie en sociologie est souvent et depuis longtemps au centre des débats. Chaque sociologue doit un jour ou l’autre justifier ses choix auprès de ses pairs voire même auprès de personnes extérieures au cercle des initiés. Cet article, inspiré de la partie méthodologie d’une thèse, correspond à cette étape cruciale qui à bien des égards pourrait être comparée à un rite de passage. Les discussions sont parfois vives entre les adeptes du quantitatif ou du qualitatif, de l’observation ou de la participation, de l’inductif ou de l’hypothético-déductif... Les contraintes extérieures qui s’exercent sur la sociologie ne suffisent pas à expliquer pourquoi celle-ci peut être vécue, selon l’expression consacrée, comme un sport de combat 1 Les débats internes, qu’ils soient conceptuels ou méthodologiques, ont laissé des cicatrices parfois encore douloureuses. Au moment même de l’écriture de ces lignes, plusieurs quotidiens français titrent sur une prétendue guerre des sociologues 2. Les nouveaux venus, comme les doctorants et les jeunes docteurs, reçoivent donc comme consigne plus ou moins explicite de se positionner sur l’échiquier, en officialisant des alliances et en participant à la dénonciation des méthodes de « l’ennemi ». Les ombres des figures classiques de la sociologie planent toujours sur les chercheurs contemporains et exercent une influence encore indéniable sur leur comportement (Gibout, 2012). Cet article est une forme de témoignage présenté de manière à mettre en lumière les interrogations et les choix méthodologiques d’un jeune chercheur face à son objet, mais aussi face à la science qu’il prétend manier. Cette dernière n’est pas dénuée de normes et de dogmes, historiquement fondés, qu’il semble possible, voire nécessaire, de questionner.

2Cette réflexion sur la méthodologie prend racine dans une thèse (Riffaud, 2017) qui questionne la ville contemporaine et ses espaces publics à travers le prisme de certaines activités physiques et artistiques qui s’y déroulent. L’ambition était grande de par la complexité inhérente de l’espace de la cité, la diversité ontologique des activités étudiées et l’envergure de la problématique. Dans ce contexte, c’est la rigueur de la méthodologie qui permet de ne pas dépeindre une réalité superficielle. Mais c’est aussi face à celui-ci que la nécessité de faire preuve d’imagination sociologique (Mills, 1959) est apparue comme indispensable. Analyser ces corps à corps, entre citadins et espace public, nécessitait de multiplier les outils et les postures. Tenter de qualifier « l’esthésie contemporaine » comme le souhaitait Georg Simmel (1981) aux prémices de la sociologie urbaine n’était envisageable qu’à ce prix. Cet article ne va pas consister à proposer une description exhaustive et fastidieuse de la méthode mise en place. Mais plutôt de présenter, grâce à un retour rétrospectif et réflexif, certains choix effectués tout en montrant leur caractère heuristique. Les prochaines lignes consisteront donc à préciser la pensée d’un vécu et le vécu d’une pensée (Derycke, 2012) et à montrer comment l’ensemble des choix effectués se sont imbriqués les uns dans les autres. Certaines directions ont été prises par intuition, en suivant mes émotions et en me laissant guider par une forme de hasard. Mes travaux ont incontestablement pris forme dans un cadre souple qu’il s’agit quand même de décrire. Ceci me rattache au « programme faible » de la sociologie (Lavie, 2013) et m’incite à interroger les discours scientifiques qui dictent ce qui est acceptable et ce qui ne l’est pas en termes de méthodologie.

  • 3 https://www.littre.org/definition/m%C3%A9thode

3Une certaine épistémè (Foucault, 1966) de l’époque contemporaine encadre les possibles. Le sociologue prudent, qui accepte l’ordre des choses, montre qu’il contrôle tous les paramètres de son enquête. Il évoque son travail bien souvent de manière insensible, voire déshumanisée. Dans mon cas, le hasard et les émotions ne peuvent pas rester dans l’ombre de ma méthodologie. Ils n’ont pas été des perturbateurs indignes d'une approche sociologique (Marie, 1997). Au contraire, les deux paragraphes suivants ont pour fonction de montrer en quoi ils peuvent avoir une véritable dignité épistémologique. La méthode que j’ai mise en place, ou pourrait-on dire arpentée puisque l’étymologie de ce mot est route 3, laisse une place à l’incertitude et donne aux émotions le rôle d’accompagnateur intérieur. Ces deux points forment la pierre angulaire de la flânerie sociologique qui sera présentée dans un troisième temps et qui représente avec le plus de sincérité ma posture de recherche.

Accepter et penser l’incertitude de la recherche

4L’étude de l’influence du hasard sur la recherche en science sociale est un point presque aveugle. Plusieurs chercheurs ont expliqué que les phénomènes comme le hasard, les erreurs, les émotions sont rarement mis en avant dans la narration de la démarche méthodologique (Namian & Grimard, 2013). Certaines conditions concrètes du travail d’enquête ne sont pas explicitées, voire cachées, en s’éloignant du terrain où sont survenues les découvertes (Chapoulie, 1991). La majorité des chercheurs tâchent de montrer qu’ils contrôlent tous les paramètres de leur enquête et présentent leurs travaux comme un processus continu. Les résultats relèvent de la mise en place d’une chaine d’action plutôt que d’un évènement isolable (Lavie, 2013). Faire le contraire revient à prendre le risque que sa compétence de chercheur et son sérieux soient remis en cause par les tenants du « programme fort » en sociologie (Atkinson, 1997). Pourtant, les informations issues du terrain sont imprévisibles. Tous ceux qui manient l’observation laissent par définition une grande place à l’étonnement. Toute la valeur de cet outil est l’indétermination des données potentiellement recueillies. Celles-ci peuvent montrer l’inadéquation des questions et des hypothèses du chercheur (Piette, 1996). En sociologie, tous les paramètres ne peuvent pas être contrôlés et anticipés. D’ailleurs lorsqu’un chercheur utilise une démarche hypothético-déductive, le terrain peut parfois devenir difficile à appréhender. Il semble que parfois renoncer à la volonté de tout prévoir soit une nécessité pour ne pas atteindre trop tôt la « limite de la connaissance » (Zwirn, 2000).

Le hasard

5Le hasard est une création de l’esprit en partie construite (Bovet, 1979), qui apporte des occasions de compréhension que le chercheur doit saisir. C’est toute l’idée du serendipity turn qui rencontre un certain succès dans une société et une sociologie ayant un rapport paradoxal à l’incertitude (Namian & Grimard, 2013). D’un côté, tout est mis en œuvre pour la limiter, la prévenir, la gérer et de l’autre la société et le monde de la recherche promeuvent la confrontation à celle-ci comme gage de compétence. En fait, redonner une place au hasard dans la méthodologie c’est simplement constater que ce n’est pas parce que certains choix ne viennent pas de décisions conscientisées qu’ils sont infondés. Par exemple, j’ai découvert des textes qui ont grandement influencé mes travaux dans des articles de presse ou dans des romans que je lisais en dehors du temps de recherche à proprement parler. L’idée même de flânerie sociologique, présentée en détail plus loin, réside dans le fait que la trajectoire de la pensée du chercheur est en partie déterminée par ce qu’il rencontre sur son chemin. Sur mon terrain, bon nombre d’enquêtés ne faisaient pas partie de ma liste de départ, mais y ont été rajoutés par un concours de circonstances. Même si ouvrir un livre ou rencontrer quelqu’un est un choix délibéré et souvent justifiable, une forme de hasard agit sur l’ensemble du cheminement de l’enquête. Celui-ci possède une dimension cognitive puisque l’on n’est jamais surpris sans raison (Genard & Roca i Escoda, 2013). Même les choix hasardeux ont des causes. Cependant, il s’agit d’accepter que celles-ci soient parfois hors de la portée de notre connaissance sans toutefois que leurs mécanismes aient un impact négatif sur les résultats. « L'acte de découverte échappe à l'analyse logique » (Reichenbach, 1951, p. 231). Il est donc parfois difficile de donner des fondations certaines au savoir et cela peut avoir un effet restrictif (Zwirn, 2000). « Cette notion est, de toutes celles de toutes les sciences, la plus destructive de tout anthropocentrisme, la plus inacceptable intuitivement pour les êtres intensément téléonomiques que nous sommes » (Monod, 1970, p. 148). Cependant, l’existence d’une forme de hasard dans la recherche n’implique pas le fait que ses effets soient permanents et toujours présents. Il n’aura pas la même influence selon que le chercheur se trouve sur terrain, ou dans la phase de questionnement ou de théorisation. La flânerie sociologique ne remet pas en cause la tradition de la grounded theory dans laquelle il faut faire des allers-retours incessants entre ces trois phases. Elle reste dirigée par des questions et des problématiques de départ, mais celles-ci ne seront peut-être pas exactement celles auxquelles le chercheur tentera d’apporter des réponses à la fin de son cheminement.

Construire un cadre souple

6Une méthode qui laisse volontairement agir le hasard ne s’oppose pas totalement à toute forme d’organisation et de planification. Il est possible, voire conseillé, de concilier une part de désordre maitrisé par un balisage nécessaire (Namian & Grimard, 2013). Cependant, ce dernier ne doit pas trop restreindre les mouvements de la pensée. Un cadre méthodologique souple consiste à mettre en place des paramètres de contrôles qui laissent tout de même une place à la sérendipité (Merton, 2006 ; Wyart & Fait, 2013). La surprise est au fondement même de toute enquête de terrain (Weber & Beaud, 2010). Cette double capacité à accueillir et exploiter l’inopiné a fait ses preuves dans le monde de la science. Le proverbe populaire « quand on ne cherche pas, on trouve » est une réalité quotidienne pour les chercheurs qui adoptent une méthodologie souple qui leur permet souvent d’être « au bon endroit au bon moment ». L’imagination sociologique (Mills, 1959) consiste donc peut-être à accepter que le hasard « n’est pas qu'un simple artifice destiné à suppléer notre ignorance des mécanismes effectivement mis en jeu » (Bovet, 1979, p. 511), mais qu’il joue un rôle fondamental en permettant au chercheur de laisser libre cours à sa curiosité, d’ôter certaines de ses œillères et d’exploiter pleinement les évènements qu’il rencontre lorsqu’il adopte la flânerie sociologique. Les hasards heureux sont une aubaine (Bourcier & Andel, 2011). Dans cette expression, le mot « heureux » a une importance certaine, puisque comme le hasard, les émotions du chercheur sont bien souvent absentes des réflexions méthodologiques. Dans le monde de l’université et de la recherche, « la joie n'est pas nommée, pas visée, à peine pensable » (Snyders, 1986, p. 214). Pourtant aucune donnée sociologique ne rencontre un chercheur insensible (Favret-Saada, 1990).

Questionner les émotions de la recherche

7Prendre en compte « l’esthétique de la recherche » présuppose que l’on accorde une productivité heuristique aux émotions. Il faut pour cela rompre avec l’idée que l’émotionnel n’est toléré que lors des remerciements dans un travail de recherche (Genard & Roca i Escoda, 2013). Certains anthropologues (Favret-Saada, 1990 ; Crapanzano, 1994 ; Bernard, 2015) ont déjà démontré qu’être affecté par le terrain demande une analyse en première personne, mais que cela ne remet pas obligatoirement en cause le travail du chercheur. La sociologie qui reste traversée par un héritage positiviste fort semble avoir plus de difficulté à assumer cette position. Il faut noter que c’est la même résistance culturelle qui associe le plaisir à l’oisiveté et le hasard à l’incompétence. La volonté des tenants du « programme fort » de la sociologie (Atkinson, 1997) de démontrer que les sciences humaines sont une entreprise sérieuse a imposé une dissociation du travail de chercheur de toutes émotions. La saturation cognitive est valorisée alors que celle qui pourrait être décrite comme émotionnelle est décriée. La recherche de l’objectivité qui garantit le statut de science serait à ce prix. Les émotions ne pourraient donc pas être un guide pour le chercheur par orthodoxie scientifique. Elles sont pensées comme perturbatrices alors que leur occultation n’est pas un gage d’objectivité pour autant (Bernard, 2015). Le paradoxe est total quand l’injonction à faire du terrain, qui existe dans toutes les sciences humaines (Calbérac, 2010), est couplée à celle d’apprécier cette étape de la recherche. La relation terrain-chercheur est parfois si forte que c’est l’expression « tomber amoureux » qui fait sens (Gervais-Lambony, 2010). La « désérotisation » de la recherche (Marie, 1997) qui cantonne les émotions à un phénomène secondaire place donc à l’ombre tout un pan de réflexion.

8Le sociologue qui adopte la flânerie sociologique accepte l’idée selon laquelle notre capacité à ressentir des émotions est une chance à saisir. Comme l’explique très bien Pauline Guinard après avoir travaillé sur ses peurs, « les émotions en sciences humaines et sociales ne seraient pas accessoires, mais bien essentielles pour comprendre la relation du chercheur à son terrain et aux autres, et par là même saisir les situations d’enquêtes dans lesquelles il se trouve et dont il prétend rendre compte » (Guinard, 2015, p. 278). En ce qui me concerne, je n’ai jamais été chamboulé sans raison et chaque secousse ressentie a constitué une occasion pour orienter ou réorienter ma réflexion et mon travail d’élaboration théorique. Dans ma thèse, les émotions n’ont pas seulement servi de frein ou de moteur. Elles ont été aussi analysées pour faire des choix, recueillir des données et m’orienter sur le terrain. Elles appartiennent donc pleinement à ma méthode qui n’en est pas moins rigoureuse. Rétrospectivement, je ne peux que partager l’idée selon laquelle une ethnographie honnête génère toujours son lot d’émotions (Ellis & Bochner, 2000 ; Bernard, 2007).

Le plaisir, la jouissance et le déplaisir

9La distinction que fait Roland Barthes (1973) entre la jouissance et le plaisir peut être heuristique pour expliquer comment et pourquoi les émotions ressenties par le chercheur lors de la recherche doivent être analysées. En effet, adopter la flânerie sociologique passe par cette introspection qui doit d’ailleurs aussi être tournée vers les sources de déplaisir.

10En ce qui concerne le plaisir, celui-ci ne doit donc pas seulement être pensé dans sa dimension utilitariste en tant que récompense pour chercheur méritant ou comme palliatif compensant certaines déceptions. Il ne s’agit pas ici de contester le fait que le plaisir est un levier motivationnel important dans la recherche, mais plutôt de démontrer comment il est dommageable de le restreindre à cette fonction. Selon Roland Barthes, le plaisir provient de ce qui renforce le moi, ce qui contente, ce qui « vient de la culture, ne rompt pas avec elle » (Barthes, 1973, p. 25). Il est précaire, mais il renforce les convictions. Dans la recherche, le plaisir provient de la confirmation d’une hypothèse, d’un graphique dont la forme était espérée, ou de l’adéquation des dires d’un enquêté avec les représentations du chercheur. La portée épistémologique du plaisir est donc d’indiquer quand le chercheur est sur le bon chemin. Dans mon cas, j’ai ressenti ce plaisir à plusieurs reprises lors des entretiens. Par exemple, quand une danseuse m’a expliqué son intérêt pour les marches et les rampes d’escalier, elle confortait, par la même occasion, ma volonté d’approfondir les liens possibles entre sport de rue et danse in situ. D’une certaine manière, c’est le plaisir que j’ai ressenti à ce moment de l’interaction qui m’a permis de ne pas occulter cette information et au contraire de prolonger la discussion sur ce thème dans la suite de l’entretien.

11Toujours selon Roland Barthes, la jouissance est à différencier du plaisir. Cette dernière correspond à ce « qui met en état de perte, celui qui déconforte […], fait vaciller les assises historiques, culturelles, psychologiques » (Barthes, 1973, pp. 25-26). L’intérêt épistémologique de la jouissance diffère donc de celui d’écouter ses plaisirs. Il réside dans la capacité à mettre au jour des tensions réflexives. La jouissance ébranle, divise et pluralise. Elle a une valeur d’expérience limite et sa quête est donc fondamentale dans la recherche. Selon Howard Becker, il est nécessaire de rechercher et d’identifier le cas qui risque de modifier notre vision des choses (Becker, 2004). Il faut « comprendre les discours étranges » (Ibid., p. 239) parce qu’ils témoignent du fait qu’il y a quelque chose à creuser. La jouissance fonctionne comme un indicateur d’une redoutable efficacité pour identifier les dissonances et les contradictions. « Tout s’emporte en une fois… tout se jouit dans la première vue… » (Barthes, 1973, p. 84). Il y a dans ma thèse une partie entière consacrée aux contradictions et aux ambivalences que j’ai pu repérer sur le terrain. Celles-ci me sont apparues de manière flagrante lorsque des discussions ou des observations ont transformé ma vision des activités étudiées. Démêler la complexité du social nécessite donc que le chercheur se confronte à des situations qui confortent ses idées, mais aussi à des situations qui, en les contestant, font avancer sa réflexion.

12La recherche n’apporte pas toujours des émotions agréables. Au contraire, chaque étape peut rapidement devenir difficile à vivre. Le déplaisir peut par exemple être ressenti lorsque le chercheur se rend compte que les fondations sur lesquelles son travail est basé sont en argile. Cependant, être capable de questionner son déplaisir a aussi un intérêt épistémologique. Cela permet de ne pas s’obstiner dans la mauvaise voie en se posant de nouvelles questions.

13Au plan méthodologique, il faut donc créer les conditions de l’apparition de la jouissance et du plaisir, mais surtout prendre le temps d’analyser toutes ses émotions pour qu’elles deviennent une occasion de compréhension du monde. Pourquoi tel événement m’apporte du plaisir ? Pourquoi celui-ci de la jouissance ? Et pourquoi ce dernier du déplaisir ? Ces questions permettent de chercher dans la bonne direction et de mieux connaître son objet à travers sa propre expérience des choses. Cependant, cela nécessite de la part du chercheur une posture active. Cela oblige le chercheur à arrêter de s’effacer sur le terrain. Au contraire, cela le replace dans le cercle du monde étudié dans lequel il doit s’écouter pendant son observation pour avoir accès aux forces en présence. L’accès au plaisir de Roland Barthes (1973) est finalement assez aisé. Les premiers pas sur le terrain sont toujours incertains, mais lorsque la brume se dissipe le chercheur arrive de plus en plus à identifier les lieux et les personnes qui vont lui dire ce qu’il souhaite, plus ou moins inconsciemment, entendre. Le plus ardu est donc de trouver des sources de jouissance ou de déplaisir pour voir son objet dans toute sa complexité à travers plusieurs prismes. Concrètement, cela se traduit par la recherche perpétuelle de contradictions, que ce soit dans la sélection des lectures, des enquêtés, ou des questions d’un questionnaire quantitatif. Dans ma thèse, j’ai par exemple préféré réaliser des entretiens avec des personnes au profil atypique sur lesquelles je misais des espoirs de surprise. J’ai favorisé la lecture des articles et des livres aux titres énigmatiques et/ou surprenants plutôt que ceux qui, à coups sûrs, conforteraient mon propos.

Les émotions comme accompagnement intérieur

14Tout chercheur est un « sujet-cherchant » (Volvey, 2012). Par contre, tout chercheur est libre d’écouter, ou pas, ce qu’il ressent. Il est possible de tenter d’ignorer ses affects, tout comme il est possible de tenter de nier l’influence du hasard sur ses travaux. Mais le fait de dire ou simplement de penser qu’une discussion a été stimulante, ou qu’un texte est séduisant, sous-entend qu’il y a des interférences inévitables entre enjeux de validité et esthétique de la recherche (Genard & Roca i Escoda, 2013). Il est évident que les situations de saturation émotionnelle qui empêchent de trouver les mots justes pour décrire les résultats doivent être évitées autant que faire se peut. Mais ce constat ne doit pas aboutir à un reniement. Il est important d’interroger ses émotions premièrement parce qu’elles ne peuvent pas être totalement gommées du travail de terrain, mais aussi et surtout parce qu’elles peuvent accompagner le chercheur dans sa flânerie sociologique. Ce que le chercheur ressent est complémentaire des informations qui lui sont données par l’observation, la mise en place d’entretiens ou même par un questionnaire.

15Les plaisirs et/ou déplaisirs n’apparaissent pas sans raison, même s’ils demeurent bien souvent irréfléchis. Les émotions ne possèdent donc un intérêt épistémologique que si on les interroge et les typifie. L’expérience esthétique ne se désolidarise pas de toute dimension cognitive (Schaeffer, 1996). Au contraire, l’aspect relationnel de l’expérience esthétique ouvre la possibilité d’un jugement « réfléchissant » qu’Emmanuel Kant oppose au « jugement déterminant » qui enferme la réalité (Kant, 1790). Il ne s’agit pas de contredire ici le rôle dynamogène des émotions pendant un travail de recherche. Mais cette fonction politiquement admise les cantonne à un « accompagnement extérieur » (Genard & Roca i Escoda, 2013) alors qu’elles peuvent être un accompagnement intérieur. Les émotions, qu’elles soient vécues de manière positive ou négative, sont le signe qu’il faut creuser un sillon, qu’il faut poursuivre son chemin ou le rebrousser. Les ignorer c’est prendre le risque de passer à côté de quelque chose qui a de grandes chances d’être passionnant pour comprendre l’objet auquel on s’intéresse. Dans mon cas, la compréhension du rapport à l’espace public urbain de mes enquêtés passait par une exploration de la dimension sensible de celui-ci (Thrift, 2004). Faire l’expérience de l’espace public en écoutant mes émotions était un incontournable. En paraphrasant Pauline Guinard (2015), faire taire celles-ci me faisait courir le risque de me couper (de celles) des autres, (de celles) des usagers de la ville que je prétendais pourtant comprendre.

16Il ne s’agit aucunement d’inciter tout travail de recherche à devenir une auto-ethnographie (Ellis & Bochner, 2000) ou une construction romantique du moi (Atkinson, 1997). Il s’agit de participer aux réflexions issues du « tournant émotionnel » qui touche les sciences humaines depuis quelques années et qui fait des émotions un objet de recherche à la fois en géographie et en sociologie (Davidson et al., 2007 ; Smith et al., 2009 ; Bernard, 2015). Cependant, cet article est plus centré sur une sociologie par l’émotion que sur une sociologie de l’émotion. L’anthropologie a montré le chemin en considérant les émotions comme des forces explicatives de dynamiques sociales. Elles doivent être considérées globalement, ni dissociées de l’action ni de la raison (Richard et al., 2016). La réflexion menée ici va dans ce sens en tentant de démontrer que les émotions du chercheur peuvent devenir un outil au service d’une méthodologie rigoureuse. Écouter sa subjectivité permet de comprendre celle des autres, et l’analyse du monde extérieur est renforcée par une introspection systématique. Seulement, ces objectifs ne sont atteignables que si la posture qui est prise par le chercheur l’autorise. C’est le cas, notamment, de la flânerie sociologique qui est au centre de cet article et que je vais maintenant décrire plus en détail.

Flânerie sociologique

17La méthodologie en science sociale ne se résume pas à la description et à la justification de l’utilisation de tel ou tel outils. Les anthropologues ont depuis longtemps montré que penser celle-ci consistait aussi à s’interroger sur la posture du chercheur face à son terrain. La flânerie sociologique s’insère dans ces réflexions. Elle est tout à fait combinable aux outils quantitatifs et qualitatifs classiques de la sociologie. Cependant, elle a des répercussions sur la manière de les utiliser, sur les actions concrètes menées par le chercheur comme la constitution d’un échantillon, l’analyse et la retranscription des résultats. C’est un rapport particulier au terrain et aux données qui prend en compte les deux points abordés plus haut. Accepter l’incertitude de la recherche et questionner les émotions inhérentes à celle-ci est central. C’est d’ailleurs notamment pour inciter sur ces deux points que je préfère le terme de flânerie à ceux déjà proposés par d’autres chercheurs.

18La flânerie sociologique ne relève pas de l’invention méthodologique. C'est simplement un mot de plus pour prolonger les débats autour d’un constat relativement partagé. À titre seulement d’exemple, James Gibson explique que nous percevons le monde en suivant un « chemin d’observation » (Gibson, 1979). Christophe Gibout développe l’idée que toute pensée en marche est un mouvement et que tout discours est le fruit de notre parcours personnel et de notre parcours intellectuel (Gibout, 2012). Selon Tim Ingold, acquérir des connaissances dépend des trajets que l’on effectue puisqu’ils nous présentent des horizons différents (Ingold, 2011). Sylvaine Derycke, quant à elle, explique que toute connaissance émerge d’une appréhension vagabonde faite d’irrégularités et de divers tâtonnements (Derycke, 2012). Ces derniers propos peuvent être rapprochés du terme de pérégrination utilisé par Pascal Dibie (1998). Et que dire d’Edgar Morin qui cite dès les premières pages de son ouvrage sur la méthode le poète espagnol Antonio Machado, « Caminante, no hay camino, el camino se hace al andar [Toi qui chemines, il n'y a pas de chemin, le chemin se fait en marchant] » (Machado, 1986, p. 8). Ces lectures m’ont incité à flâner en dehors des chemins battus et à faire mienne l’idée que « la saisie de la réalité procède rarement en ligne droite » (Namian & Grimard, 2013).

19La filiation entre la flânerie sociologique et celle qui est décrite par Charles Baudelaire, Walter Benjamin ou Pierre Sansot est explicite. Ces auteurs d’horizons variés ont grandement influencé mon rapport au monde et donc par voie de conséquence mon rapport au terrain et à la recherche. Adopter la flânerie sociologique, c’est partir du principe que le travail de recherche nécessite de se déplacer, de se décaler. C’est aussi faire sienne l’idée selon laquelle le travail de recherche se compose et se recompose à chaque instant. C’est penser que le hasard n’est ni plus ni moins qu’une forme particulière de rencontre où se loge une possibilité de réflexivité (Lavie, 2013) et que les émotions ressenties influencent le chemin à parcourir. Certains moments décisifs d’une recherche correspondent à des croisements de rues, au cours desquels le chercheur comme le flâneur doit faire un choix déterminant grâce à son intuition. Prendre cette posture correspond à dériver, tel un situationniste, de livre en livre, de personne en personne et de « situation » en « situation ». Dans ma thèse, j’ai navigué entre différents outils méthodologiques, de l’observation à l’entretien en passant d’abord par l’analyse quantitative. Comme l’explique très bien Claude Eveno, « la personnalité d’une ville n’est pas acquise par autoaffirmation endogène, mais elle s’est dessinée progressivement par accident, chances successives et instants propices, à la faveur de rencontres, de visites, de traversées » (Eveno, 2001, p. 38). Il en est de même pour mes travaux qui correspondent incontestablement à un cheminement tortueux où chaque rencontre a permis à la co-naissance d’être coconstruite.

20Il ne faudrait pourtant pas croire qu’adopter la flânerie sociologique revient à « zoner » (Hatzfeld, 2009). Ce n’est pas « confier aux étoiles » le soin d’organiser son terrain. Ce n’est pas parce cette posture accepte l’influence du hasard et accorde aux émotions le statut d’outil qu’elle est synonyme d’une oisiveté dépourvue de rigueur. Cette posture ne peut pas être comparée à celle d’un passager qui voyage d’un point A à un point B en réduisant autant que possible les efforts qu’il produit. Déjà en 1994, Howard Becker expliquait que la coïncidence était quasiment absente de la sociologie. La flânerie sociologique nécessite une attention élevée, une grande réactivité et une disponibilité à tout instant. Dans un cadre méthodologique souple, ce sont ces efforts qui permettent aux données de ne pas glisser entre les doigts du chercheur. C’est à cette seule condition que flâner permet d’être ouvert à l’inattendu, d’être à l’écoute des autres, mais aussi de soi. La brève histoire des lignes proposée par Tim Ingold est utile à ce moment de l’argumentation (Ingold, 2011). Il y développe l’idée selon laquelle il existe deux types de lignes. La première catégorie correspond à celles qu’il nomme actives tandis que la deuxième correspond à celles qualifiées de pressées. « Si la première nous entraine dans un voyage qui n’a apparemment ni début ni fin, la seconde nous met en présence d’un ensemble interconnecté de destinations qui, comme une carte, peut être perçu dans sa totalité et en une seule fois » (Ibid., p. 98). Si l’on utilise cette image pour parler de la sociologie, il est possible de remarquer que le chercheur est en déplacement, quel que soit le type de ligne sur laquelle il se déplace. Seulement, ceux qui sont sur une ligne active, appelés itinérants (Ibid.), ne font pas de distinction radicale entre la mécanique du mouvement et la formation du savoir. Ce sont des chercheurs-marcheurs qui apprennent en cherchant-marchant. Ils ne sont pas transportés d’un endroit à l’autre sans effort, comme ceux appelés passagers qui font un voyage dont la destination est plus ou moins déterminée (Ibid.). La flânerie sociologique passe par l’acceptation de ce flottement et de cette incertitude qui permet d’observer avec moins d’intentionnalité et de laisser une chance au monde de se présenter autrement qu’à la lumière de nos préjugés (Landrieu, 2009).

21Mes premières expériences de recherche m’incitent à dire que l’appréhension d’un objet sociologique est une question de Kairos (Jankelevitch, 2002), exactement comme la flânerie urbaine (Sansot, 2004 [1973]). Elle nécessite d’ailleurs aussi un devoir de lenteur (Gibout, 2012). Le fait que l’augmentation du temps d’enquête est souvent gage de données de qualité est admis. Mais il me semble qu’il est nécessaire d’aller plus loin en se questionnant sur comment ce temps qui file toujours trop vite est investi par le chercheur. Adopter la flânerie sociologique c’est aussi partir du principe que l’augmentation du temps sur le terrain ne doit pas seulement permettre de multiplier les entretiens et les temps d’observation. Il est aussi bienvenu de laisser murir son travail. « L’attente est un vrai luxe. Une pratique qui n’a pas besoin d’être ostentatoire pour affirmer sa valeur » (Gibout, 2012, p. 194). L’important pour le « chercheur itinérant », dont le travail pourrait être symbolisé par une ligne partie en promenade (Ingold, 2011), est que son mouvement soit en phase avec les mouvements des phénomènes qu’il étudie. Il cherche à avancer avec le temps plutôt qu’à courir contre lui. Il ne cherche pas à être partout à la fois et se préoccupe moins que le « chercheur passager » de la question de savoir combien de temps cela prend. Au-delà du devoir de lenteur, le devoir d’alterner les phases d’engagement et de distanciation est aussi fondamental sur le plan de la production scientifique. À la lumière de mon expérience, la phrase de Pascal Dibie, « flâner est une discipline, ne rien faire est un art, apprendre à regarder est une technique » (Dibie, 1998, p. 174) pourrait presque être un conseil méthodologique pour apprenti chercheur en sociologie.

22Cette posture interroge la sociologie parce qu’elle rend chaque recherche extrêmement singulière et donc toute volonté de reproductivité des résultats presque caduque. Difficile d’imaginer deux chercheurs qui flânent de la même manière. Il y a trop de croisements et donc trop de probabilités de prendre des chemins théoriques et/ou méthodologiques différents. Mes travaux ont par exemple une part irréductible et incontestable de subjectivité que je soumets volontiers au débat public et scientifique. Comme dans cet article, le « je » y est d’ailleurs assumé face à un « nous » de politesse parfois trop impersonnel et qui permet aux chercheurs de diluer leurs propres responsabilités face aux résultats qu’ils annoncent. Aucun travail n’est écrit de nulle part et par personne (Denzin & Lincoln, 2000). D’ailleurs, la rhétorique de l’impersonnalité n’est pas toujours un gage de scientificité (Wacquant, 1990). Lorsqu’il s’agit de retranscrire l’expérience d’une flânerie sociologique, le « je » n’est plus une « forme d’expression délinquante » (Denzin & Lincoln, 2000). C’est même une manière d’être cohérent avec l’impossible quête d’une objectivité totale du chercheur et d’être honnête avec ceux qui s’intéressent aux résultats. La méthode est un dogme si elle n’autorise pas les chercheurs à ouvrir l’éventail des possibilités et des perspectives (Hatzfeld, 2009). Rappelons ici que la flânerie et la dérive sont une forme d’insoumission selon l’internationale situationniste. Avoir une carte peut être utile pour se déplacer dans une ville, mais elle peut aussi exercer une forme de violence s’il est interdit de sortir, même provisoirement, des chemins déjà tracés. Il en est de même dans la recherche. L’artisan sociologue ne correspond pas seulement à celui qui reproduit le savoir-faire de ces « maitres » (Gibout, 2012). Même s’il existe une forme de doxa sur la production du savoir, il doit aussi pouvoir utiliser ses compétences pour être ponctuellement force de proposition tout en faisant preuve de modestie scientifique.

Conclusion

23Appliquer une méthode est une entreprise personnelle. Ce n’est pas seulement l’objet qui détermine l’outil pertinent. Toute recherche est issue d’une rencontre entre un objet et un moi. Tous les différents choix d’un chercheur sont influencés par sa vision de la recherche et de la science. La bonne méthode est celle qui correspond à la fois au contexte de l’enquête et au chercheur qui la mène. Cette double adéquation est une exigence pour que le chercheur s’épanouisse en récupérant des données dont la scientificité est incontestable. La flânerie sociologique ne doit donc pas être comprise comme une posture pour tous les chercheurs et pour tous les objets. Par exemple, le rapport que l’on entretient au hasard et à ses émotions dépend du dialogue que l’on établit entre soi et son empirie. Tout cela est très subjectif. Certains chercheurs éprouvent le besoin de prédéfinir leur méthodologie avant de la mettre en œuvre. Alors que d’autres préfèrent l’affiner au cours de l’enquête. Cette forme de refus partiel de la programmation d’étapes à suivre scrupuleusement est la première caractéristique de la flânerie sociologique.

24C'est ce terme qui décrit avec le plus d’honnêteté la posture que j’ai mise en place dans mes différents travaux. La recherche est un déplacement au cours duquel un « ordonnancement progressif de la réalité » (Jarvis, 1997) apparait progressivement. Ce terme de flânerie ne masque pas les tâtonnements. Au contraire, il souligne l’importance de leur prise en compte. L’artisan sociologue (Gibout, 2012) tente de saisir toutes les opportunités de réflexions qui se présentent à lui. Il ne s’agit pas de surfer sur toutes les vagues, mais seulement sur celles qui peuvent emmener le chercheur au-delà de ses espérances (Ibid.). En filant cette comparaison avec le surf, la sélection de la bonne vague nécessite une expertise qui ne peut s’acquérir qu’avec le temps. Le chercheur comme le surfeur doit faire appel à son expérience, à ses ressentis, à ses connaissances et à son intuition, pour faire le bon choix. Ce terme de flânerie sociologique a aussi l’intérêt d’insister sur le fait que tous les choix effectués sont faits de proche en proche, de croisement en croisement. J’ai parcouru les pages de nombreux ouvrages, mené des entretiens formels et participé à des discussions informelles comme un situationniste arpente les rues d’une ville. Le caractère éphémère des directions empruntées fait zigzaguer la pensée pour le meilleur. Elle devient elle-même un cheminement, un mouvement difficile à stopper une fois qu’il est initié. Cette démarche conteste l’omniprésence de la ligne droite dans le monde scientifique. Elle est volontairement déviante, tortueuse et flottante. Contrairement à ce qu’il est fréquent de dire, l’esprit ne doit pas toujours emprunter une trajectoire rectiligne comme la lumière. « La ligne droite s’est imposée comme une icône virtuelle de la modernité ; elle est un indice du triomphe de la pensée rationnelle et intentionnelle sur les vicissitudes du monde naturel » (Ingold, 2011 p. 198).

25Cependant, la flânerie sociologique ne peut pas servir de prétexte à ceux qui veulent faire de la recherche à l’économie. Elle ne relève aucunement du dilettantisme. C’est une option coûteuse et exigeante, qui correspond aux chercheurs qui ne se sentent pas capables de se forcer à entrer dans un cadre méthodologique déjà prédéfini. Cette forme de « laisser-aller » heuristique a l’intérêt de donner au chercheur une marge de liberté qui permet de s’adapter en temps réel à son terrain et à l’avancée de sa recherche. Dans un contexte où toutes les réalités sont mouvantes, la sociologie se met elle-même en difficulté en restant sclérosée dans des modèles qui apportent un faux sentiment de sécurité méthodologique. Il ne faudrait pas que certains outils et certaines postures, qui ont fait leur preuve par le passé, deviennent comparables aux missiles balistiques décrits pas Zygmunt Bauman. Pour tenter de cerner une société contemporaine liquide, « il faut recourir à un missile intelligent, capable de modifier sa direction en plein vol suivant les circonstances, de repérer instantanément les mouvements de la cible, d’apprendre de ceux-ci tout ce qu’il y a à en tirer concernant la direction et la vitesse de la cible – et d’extrapoler à partir des informations collectées le point exact où les trajectoires se couperont » (Bauman, 2006, p. 186). Comme expliqué plus haut, cette flânerie sociologique est compatible avec les outils classiques de l’enquête (questionnaire, entretien, observation). Cependant, leur utilisation et leur forme doivent pouvoir être repensées si besoin.

26Le chercheur qui cherche en flânant pratique une sociologie à main levée, une sociologie du croquis face à celle de la carte sur laquelle les lignes sont tracées à la règle. Les deux sens du mot règle, repérés par Tim Ingold (2011), sont ici éclairants. Je ne sais pas si la recherche nécessite comme l’art une part de créativité et d’irrationalité (Badiou, 2012), mais elle nécessite une forme de liberté. Celle-ci peut engendrer des rencontres qui forcent à penser et qui satisfont la libido sciendi. « Penser se fait sur le coup de la rencontre… À l’état courant, elle est plongée dans une somnolence qui lui est comme naturelle. Il faut donc un choc pour l’en sortir, pour la sortir de son hébétude, sa bêtise, ses habitudes et ses clichés » (Mengue, 2012, p.19). Il me semble donc que rechercher une forme de rationalisme méthodologique par orthodoxie scientifique peut être un handicap pour décrypter la complexité du social. C’est parfois en quittant une vision objectivable de son activité que le chercheur maximise ses chances d’atteindre les couches profondes de la réalité. Il ne s’agit pas de revendiquer une quelconque réinvention méthodologique, il s’agit davantage de mettre en lumière les atouts d’une sociologie qui rompt avec ses carcans pour construire des interprétations à forte malléabilité (Olivier de Sardan, 1998). La flânerie sociologique est résolument compréhensive en tentant d’éviter les écueils trop souvent reprochés à l'objectivisme, au subjectivisme, au positivisme et au structuralisme. Cette posture de recherche s’insère indiscutablement dans la tendance actuelle de la recherche à écrire de manière plus personnelle et plus intime sur un objet incarné, c’est-à-dire étudié à travers le vécu corporel (Ellis & Bochner, 2000 ; Wacquant, 2015). D’une manière générale, elle consiste à lâcher prise pour se laisser une chance d’en trouver des nouvelles.

27Il faut préciser pour conclure que la mise en place de cette méthodologie nécessite un contexte particulier et un environnement propice qui n’est pas généralisable à l’ensemble des travaux de recherche. Le fait que ma thèse ne soit pas financée et qu’elle soit encadrée par des directeurs ouverts d’esprit m’a donné une liberté incontestable. De plus, toutes les recherches n’ont pas la possibilité de disposer d’un temps aussi long de réflexion. Il ne s’agit donc pas d’adresser une quelconque critique. La dimension sociopolitique d’une recherche est à prendre en considération (Genard & Roca i Escoda, 2013). Il est moins aisé de laisser parler l’empirie par flânerie sociologique quand un commanditaire attend un résultat rapide et formaté. Passer d’un déterminisme méthodologique total reniant toute forme de subjectivité à un indéterminisme partiel est seulement bénéfique dans certains contextes. Cela permet de ne pas faire plier le terrain sous le poids des attentes académiques, théoriques et scientifiques. Il n’y a pas une seule méthode applicable à tout terrain, mais une démarche qu’il faut adapter en fonction du contexte dont le chercheur fait lui-même partie. C’est justement cette capacité d’adaptation méthodologique qui donne à la sociologie une véritable force heuristique. Les ajustements fonctionnent comme une garantie de l’adéquation de la méthode à l’objet étudié sans pour autant réussir à combler le caractère provisoire, partiel et fragmentaire des connaissances (Remy, 1995). L’horizon est par définition inatteignable même si la flânerie sociologique d’un « chercheur itinérant » est un mouvement permanent.

Haut de page

Bibliographie

Atkinson P. (1997), « Narrative turn or blind alley? », Qualitative health research, vol. 7, n° 3, pp. 325-344.

Badiou A. (2012), L’Aventure de la philosophie française : depuis les années 1960, Paris, Éditions La Fabrique.

Barthes R. (1973), Le Plaisir du texte, Paris, Éditions du Seuil.

Baumann Z. (2006), La Vie liquide, Rodez, Éditions Le Rouergue/Chambon.

Becker H. (2004), Écrire les sciences sociales. Commencer et terminer son article, sa thèse ou son livre, Paris, Éditions Economica.

Bernard J. (2007). « Objectiver les émotions dans l’enquête de terrain. Réflexions à partir d’une étude dans les pompes funèbres », dans Leservoisier O. & L. Vidal (dir.), L’Anthropologie face à ses objets, Paris, Éditions des archives contemporaines, pp. 109-122.

Bernard J. (2015), « Les voies d’approche des émotions. Enjeu de définition et catégorisations », Terrains/Théories, n°2.

Bourcier D. & P. Andel (2011), La Sérendipité : le hasard heureux, Paris, Éditions Hermann.

Bovet P. (1979), « La valeur adaptative des comportements aléatoires », L'Année psychologique, vol. 79, n° 2, pp. 505-525.

Calbérac Y. (2010), Terrains de géographes, géographes de terrain. Communauté et imaginaire disciplinaires au miroir des pratiques de terrain des géographes français du XXème siècle, Thèse de doctorat, Université Lyon II.

Chapoulie J. M. (1991), « La seconde fondation de la sociologie française, les États-Unis et la classe ouvrière », Revue française de sociologie, vol. 32, n° 3, pp. 321-364.

Crapanzano V. (1994), « Réflexions sur une anthropologie des émotions », Terrain, n° 22, pp. 109-117.

Davidson J., Smith M. M. & L. Bondi (2012), Emotional Geographies, Farnham, Ashgate Publishing.

Derycke S. (2012), « La pensée d’un vécu ou le vécu d’une pensée : tours et détours réflexifs », Diversité Recherches et terrains, n° 2, pp. 3-14.

Denzin N. K. & Y. S. Lincoln (2000 [1997]), « The discipline and practice of qualitative research », Handbook of qualitative research, London, Sage Edition, pp. 1-28.

Dibie P. (1998), La Passion du regard : essai contre les sciences froides, Paris, Éditions Métailié.

Ellis C. S. & A. Bochner (2000 [1997]), « Autoethnography, personal narrative, reflexivity: Researcher as subject », dans Denzin N. K. & Y. S. Lincoln (dir.), Handbook of qualitative research, Londres, Sage, pp. 733-748.

Eveno C. (2001), « L’hypothèse de la Ville », Revue internationale de la pensée critique, n° 21, pp. 53-58.

Favret-Saada J. (1990), « Être affecté », Gradhiva, n° 8, pp. 3-10.

Foucault M. (1966), Les Mots et les choses, Paris, Éditions Gallimard.

Genard J. L. & M. Roca i Escoda (2013), « Le rôle de la surprise dans l’activité de recherche et son statut épistémologique », dans Namian D. & C. Grimard (dir.), Pourquoi parle-t-on de sérendipité aujourd’hui ? Dossier SociologieS, [En ligne] http://journals.openedition.org/sociologies/4489

Gervais-Lambony P. (2010), « Glissements amoureux », session organisée lors du 2ème Congrès du RTP Études Africaines, Bordeaux.

Gibout C. (2012), « Artisan-sociologue : une figure alternative d’appréhension du social dans le champ des APSA », dans Vieille-Marchiset G. & A. Tatu-Colasseau (dir.), Sociologie(S) du sport. Analyses francophones et circulation des savoirs, Paris, Éditions L'Harmattan, pp. 189-212.

Gibson J. (1979), The Ecological Approach to Visual Perception, Boston, Houghton Mifflin Editor.

Guinard P. (2015), « De la peur et du géographe à Johannesburg (Afrique du Sud). Retour sur des expériences de terrain et propositions pour une géographie des émotions », Géographie et cultures, n° 93-94, pp. 277-301.

Hatzfeld M. (2009), « Zoner, une errance dans l'émergence », dans Andel P. V. & D. Bourcier (dir.), La Sérendipité dans les sciences, les arts et la décision, Actes colloque, Paris, Éditions du CNRS.

Ingold T. (2011), Une Brève histoire des lignes, Bruxelles, Éditions Zones sensibles.

Jankelevitch V. (2002), Un homme libre – L’immédiat – La tentation, Auxerre, Éditions Frémeaux & Associés.

Jarvis R. (1997), Romantic Writing and Pedestrian Travel, Londres, Macmillan Editor.

Landrieu J. (2009), « Entre sérendipité et émergence : questions sur le rapprochement des termes », dans Andel P. V. & D. Bourcier (dir.), La Sérendipité dans les sciences, les arts et la décision, Actes colloque, Paris, Éditions du CNRS.

Lavie F. (2013), « La surprise du découvreur. Hasard, contingence et sérendipité dans le processus de découverte scientifique », dans Namian D. & C. Grimard (dir.), Pourquoi parle-t-on de sérendipité aujourd’hui ? Dossier SociologieS [En ligne] http://journals.openedition.org/sociologies/4489 .

Liotard P. (1997), « L’EP n’est pas jouer. La maîtrise pédagogique du plaisir en éducation physique », Corps et culture, n° 2 [En ligne] https://journals.openedition.org/corpsetculture/321 .

Marie J.-F. (1997), « Plaisir imaginaire et imaginaire du plaisir. Approche sociologique du plaisir en Education Physique et Sportive », Corps et culture, n° 2 [En ligne] https://journals.openedition.org/corpsetculture/329 .

Merton R. K. & E. Barber (2006), The Travels and Adventures of Serendipity, Princeton, Princeton University Press.

Mengue P. (2012), Comprendre Deleuze, Paris, Éditions Max Milo.

Mills W. C. (1959), L’Imagination sociologique, Paris, Éditions La Découverte.

Monod J. (1970), Le Hasard et la nécessité, Paris, Éditions du Seuil.

Morin E. (1986), La Méthode. Tome 3. La Connaissance de la connaissance, Paris, Éditions du Seuil.

Namian D. & C. Grimard (2013), « Entre sensibilité et ironie. Quelle place pour les "décalages" dans la logique de la découverte ? », dans Namian D. & C. Grimard (dir.), Pourquoi parle-t-on de sérendipité aujourd’hui ? Dossier SociologieS [En ligne] http://journals.openedition.org/sociologies/4489

Olivier de Sardan J.-P. (1998), « Émique », L’Homme, vol. 38, n° 147, pp. 151-166.

Piette A. (1996), Ethnographie de l’action. L’observation des détails, Paris, Éditions Métailié.

Reichenbach H. (1951), The Rise of Scientific Philosophy, Berkeley and Los Angeles, University of California Press.

Remy J. (1995), Georg Simmel : ville et modernité, Paris, Éditions L'Harmattan.

Richard A., Perera É. & L. Fauré (2016), « Chercheur d’émotions. Une expérience in situ en SHS », Corps, n° 1, pp. 219-227.

Riffaud T. (2017), Travailler l’espace public. Les artisans des sports de rue, de la danse in situ et du street art à Montpellier », Thèse de doctorat de sociologie, université du Littoral, Dunkerque.

Sansot P. (2004 [1973]), Poétique de la ville, Paris, Éditions Payot.

Schaeffer J.-M. (1996), Les Célibataires de l'Art. Pour une esthétique sans mythes, Paris, Éditions Gallimard.

Simmel G. (1981), Essai sur la sociologie des sens. Sociologie et épistémologie, Paris, Presses universitaires de France.

Smith M. & L. Bondi (2016), Emotion, Place and Culture, Londre, Routledge Editor.

Snyders G. (1986), La Joie à l'école, Paris, Presses universitaires de France.

Thrift N. (2004), « Intensities of feeling: towards a spatial politics of affect », Geografiska Annaler: Series B, Human Geography, vol. 86, n° 1, pp. 57-78.

Volvey A., Calbérac Y. & M. Houssay-Holzschuch (2012), « Terrains de je. (Du) sujet (au) géographique », Annales de géographie, n° 687-688, n° 5, pp. 441-461.

Wacquant L. (1990), « Parole(s) de sociologues », Cahiers internationaux de sociologie, n° 89, pp. 421-424.

Wacquant L. (2015), « Pour une sociologie de chair et de sang », Terrains & travaux, n° 1, pp. 239-256.

Weber F. & S. Beaud (2010), Guide de l’enquête de terrain, Paris, Éditions La Découverte.

Wyart A. & N. Fait (2013), « Le hasard peut-il bien faire les choses ? La sérendipité à travers deux récits croisés de terrain », dans Namian D. & Grimard (dir.), Pourquoi parle-t-on de sérendipité aujourd’hui ? Dossier SociologieS [En ligne] http://journals.openedition.org/sociologies/4489

Zwirn H. P. (2000), Les Limites de la connaissance, Paris, Éditions Odile Jacob.

Haut de page

Notes

1 Film de Pierre Carles, La sociologie est un sport de combat, avec Pierre Bourdieu, 2001, CP Productions.

2 http://www.lesinrocks.com/2017/10/05/idees/la-guerre-des-sociologues-aura-t-elle-lieu-11994027/

3 https://www.littre.org/definition/m%C3%A9thode

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Riffaud, « Flânerie sociologique : une méthodologie adogmatique », SociologieS [En ligne], Premiers textes, mis en ligne le 15 novembre 2018, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/8673

Haut de page

Auteur

Thomas Riffaud

Docteur en sociologie - ATER et chercheur, Laboratoire Santesih, Montpellier et chercheur associé, TVES, Dunkerque, France - thomasriffaud@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page