Navigation – Plan du site
Double Je. Identité personnelle et identité statutaire

Grand Résumé de Double Je. Identité personnelle et identité statutaire, Paris, Éditions Armand Colin, 2017

Suivi d’une discussion par Éric Gagnon et Danilo Martuccelli
François de Singly

Notes de la rédaction

La discussion par Éric Gagnon est accessible à l’adresse : https://journals.openedition.org/sociologies/8727 et celle par Danillo Martuccelli à l’adresse : https://journals.openedition.org/sociologies/8734

Texte intégral

11. Si Émile Durkheim a raison lorsqu’il écrit à propos de l’Affaire Dreyfus que l’individualisme est la religion du monde moderne, il est alors nécessaire de proposer ce que serait une sociologie de cette religion, tout en modifiant la définition abstraite qu’avait l’auteur des Règles de la méthode de cet individualisme (Martuccelli & de Singly, 2018) : non pas ce qui est commun à tous en chacun de nous, mais au contraire ce qui différencie chacun et le singularise. C’est ce que tente de faire Double Je en partant de la croyance centrale en une identité personnelle différente des identités statutaires. Le film de Tommy Wirkola, Seven sisters (2017) présente l’évidence de ce dédoublement. Il se situe en 2073 dans une société où il est interdit de faire plus d’un enfant. Un homme décide de garder ses sept petites-filles en les faisant passer pour une seule ; elles ont toutes le même nom officiel, celui de leur mère. Elles ne sont que « filles de », à l’extérieur malgré leurs différences, acceptant d’être réduites à une identité statutaire pour sauvegarder le nous sororal. Mais un jour, étant tombée amoureuse, l’une d’entre elles refuse désormais de ne pas avoir de double Je, aussi trahit-elle ; elle trahit ses sœurs, ses semblables.

22. Pour retracer le contenu de cette religion (déjà dessiné dans L’individualisme est un humanisme [de Singly, 2007]), on ne dispose pas d’un ensemble de textes certifiés conformes, écrits par des prophètes inspirés. Le premier travail consiste donc à constituer un stock de représentations – romans, films, séries notamment – complétant celui que Charles Taylor a élaboré dans Les Sources du moi (Taylor, 1998). Pour Double Je, nous sommes partis de Michel de Montaigne et de ses Essais (Montaigne,1595). C’est en effet un des premiers livres dont l’auteur se prend pour objet. Le Livre III, au chapitre 10 – « Sur la façon de régler sa volonté » – contient, sans doute, les énoncés les plus forts sur cette affirmation d’une identité personnelle. Michel de Montaigne distingue les rôles que chacun doit jouer – en fonction de sa position dans la société – et le Moi. « Il faut jouer notre rôle convenablement, mais comme celui d’un personnage d’emprunt. Du masque et de l’apparence, il ne faut pas en faire quelque chose de réel, ni de ce qui est étranger quelque chose qui nous soit propre. Nous ne savons pas distinguer la peau de la chemise. C’est bien suffisant de s’enfariner le visage sans s’enfariner le cœur » 1.

33. La conception de l’identité, qui s’est imposée progressivement en Occident, repose sur cette topique. Il n’y a pas de singularité sans un certain type de pluriel identitaire. À l’intérieur, « caché au fond de soi », l’identité personnelle. L’individu (au sens occidental) n’existe que parce qu’il est doté d’une intériorité. La couche extérieure de son identité comprend l’ensemble des rôles et des appartenances. Les termes utilisés par Michel de Montaigne sont très clairs : le « vrai » est caché, ne sont visibles que « les apparences ».

44. Le moi est donc masqué. Ces déguisements peuvent être interprétés dans la perspective de Richard Sennett dans Les Tyrannies de l’intimité (Sennett, 1979), comme une forme de protection. Les rôles ont alors pour fonction de limiter les blessures personnelles portées par autrui. Mais ils peuvent être perçus comme l’expression inauthentique de soi, comme une forme de réification. Cette divergence d’interprétation repose cependant sur un consensus, la croyance en l’existence d’une identité intime.

  • 2 Le Monde, 4 mars 2018. Propos recueillis par Sandrine Blanchard.

55. En regardant des films, des séries, en lisant des romans, des entretiens, des récits de vie, il est possible de découvrir les scripts (Gagnon, 2008), ou encore les matrices de narration (Martuccelli, 2017) dans lesquelles se manifeste la croyance en la dualité identitaire. Le script le plus important est celui qui manifeste le refus de la réification de soi. Cela survient lorsqu’une personne n’est définie que par tel ou tel de ses rôles, de ses dimensions identitaires. Elle peut éprouver alors un sentiment de réduction identitaire. Le titre sous lequel un entretien avec Muriel Robin est publié dans Le Monde 2 condense ce schéma : « Je ne suis pas homo, je suis moi ». Cette femme refuse qu’un seul terme la définisse, qu’une dimension statutaire soit tellement mise en valeur qu’elle rende invisible toutes les autres. Cette affirmation « Je suis moi » ne doit pas être mal interprétée. Cette femme ne nie pas être lesbienne, mais elle souffre de n’être vue qu’à travers ce prisme. Elle veut être reconnue totalement et pas seulement sous tel ou tel rôle, telle ou telle appartenance. Une des modalités de l’individualisme contemporain réside dans cette exigence d’une reconnaissance totale, strictement opposée au fonctionnement d’une société, ou d’une institution « totale » (au sens de Goffman, 1961), qui réduit chacun à une seule dimension.

66. Lorsque l’identité pour autrui est vécue sous le mode de la réduction, alors la femme (ou l’homme) se révolte. Dans Maison de poupée, Henrik Ibsen en propose le script (Ibsen, 1879). À l’acte III, Nora cherche à se « débarrasser de [son] costume de mascarade. Elle décide de quitter son mari et ses enfants. Elle l’annonce à Helmer qui lui rappelle ses « devoirs les plus sacrés », ses « devoirs envers ton mari et tes enfants ». Nora affirme qu’elle en a d’autres tout aussi sacrés : « mes devoirs envers moi-même ». Le mari dessine l’identité de son épouse : « Tu es avant tout épouse et mère » ; Nora déchire cette représentation et en impose une autre : « Je crois que je suis avant tout un être humain, au même titre que toi… ou que je dois en tous cas essayer de le devenir ». Le sentiment d’enfermement dans les rôles d’épouse et de mère, ce qu’Annie Ernaux décrira plus tard sous le terme de « femme gelée », conduit soit à l’abandon de rôle, comme Nora, soit à l’expression d’un fort mécontentement (Exit ou Voice, pour reprendre la typologie d’Albert Hirschman [1970]), réclamant le respect de son identité entière.

77. La lutte contre toute réduction identitaire est constitutive des sociétés d’individus. Un relevé systématique devrait être entrepris pour en répertorier toutes les formes. Au début de l’année 2018, par exemple, deux joueurs de basket américains, très reconnus, ont critiqué le président Trump. Ils ont été pris à partie par une présentatrice de Fox News leur demandant de « la fermer et de dribbler ». L’un des deux joueurs, James LeBron, a répondu par un message très court sur Instagram : « I am more than an athlete » (qui a reçu plus d’un million et demi de « J’aime »). Chacun refuse d’être défini en fonction d’une seule dimension statutaire, même si elle est valorisante. Les luttes contre les discriminations dérivent de cette exigence.

  • 3 Guillemette Faure, « Balance ton job », Le Monde, 1er avril 2018.

88. Le sentiment d’enfermement dans un rôle ou une appartenance naît aussi d’une exigence des sociétés liquides qui se traduit notamment par la peur de la routine. L’acteur craint de devoir jouer toujours le même rôle et de s’enfermer lui-même. La sécurité apportée par la maîtrise du répertoire ne suffit pas, le script de l’individualisme contient désormais de nouvelles pages : l’exigence de découvrir pour devenir soi-même de nouvelles facettes de son moi caché qu’il ne connaît pas lui-même. Aussi l’individu éprouve-t-il la tentation de changer, soit de conjoint, de travail. « Cela fait deux ans que je suis là, je crois que j’ai fait le tour » 3. La construction contemporaine de l’identité inclut des phases de crise, nécessaires à la poursuite de la découverte, toujours inachevée, de soi. L’arrêt sur images, sur un CV, ou un récit de vie qui semble achevé, engendre des souffrances, celles de ne pas être assez soi, puisque certainement d’autres possibilités demeurent, « cachées au fond de soi ».

99. Cette religion individualiste ne promet pas le bonheur. Elle n’assure que des satisfactions, toujours temporaires, contenues dans les progrès de la découverte de soi. Elle peut mener à des décisions dont le coût social est élevé, comme la séparation pour les femmes dans une société d’inégalités de genre. Devant Maison de Poupée, le spectateur pense que Nora saura poursuivre son chemin. Dans La Révolte d’Auguste de Villiers de L’Isle-Adam (1870), au contraire, on assiste à l’échec de l’émancipation d’Elisabeth. Cette femme mariée, qui est la comptable des affaires de son mari, veut fuir et découvrir un autre monde où les valeurs secondaires au regard de son époux – la poésie, la nature, le grand air – deviendraient des valeurs plus importantes que l’argent (le mari insiste, « les capitaux sont de la considération et de l’estime en portefeuille »). Elisabeth refuse d’être « séquestrée derrière les grilles de ce bureau ». Malgré tout elle revient, vaincue, car elle découvre le « vide » : « Je suis incapable d’être autre que… ce que je suis devenue ». Elle ne parvient pas à se reconstruire. Sa souffrance de ne pas être soi n’a pas suffi à lui donner l’énergie de mettre en œuvre un autre projet.

1010. La doctrine de cette religion personnaliste n’est pas achevée sur un point central. Sur la question de la frontière entre les deux sphères – personnelle et statutaire – coexistent deux versions possibles.

1111. La première version, défendue par Michel de Montaigne, est celle de la non-porosité. L’auteur des Essais affirme, en effet, après avoir accepté le poste de maire de Bordeaux : « Le maire et Montaigne sommes deux, d’une séparation bien claire ». Cela présuppose qu’il existe un contenu, assez stable, de soi, peu transformé par le cours de l’existence. Cette version est notamment utilisée dans le cadre d’une éducation non-répressive. Lorsque Françoise Dolto répondait à un auditeur de la radio France-Inter que « le développement d’un enfant se fait, comme il se doit, au mieux de ce qu’il peut selon la nature qui est la sienne au départ » (Dolto, 1977), elle contribuait à diffuser la croyance en une identité intérieure, dont le contenu est fixé, pour une large part, dès la naissance. Elle l’énonçait pour lutter alors contre une éducation « répressive », masquant trop la vérité intime de l’enfant.

  • 4 Patricia Mercader, « Entre collègues, professeure de psychologie à l’université et lesbienne : la " (...)

1212. La deuxième version de la frontière envisage un échange entre les identités statutaires et l’identité personnelle. Le Je est constitué d’un certain pouvoir (reconnu éventuellement dans le cadre de l’individualisme institutionnel, par le consentement par exemple). L’exercice de ce pouvoir s’exprime par la hiérarchisation des rôles joués et aussi par la possibilité d’en découvrir d’autres, d’élargir son répertoire. Ce n’est pas la société qui décide de ce qui est le plus important, c’est l’individu qui – en référence à une représentation qu’il a de lui-même – classe les rôles, les appartenances. Tel est le cas d’une femme, professeure de psychologie sociale et homosexuelle, effectuant un bilan au moment de son entrée en retraite professionnelle. Elle se décrit ainsi : « Je suis lesbienne… Et pourtant, au fond j’ai le sentiment que dans ma vie c’est presque un détail. Je me sens femme, c’est la base de mon positionnement à peu près dans tous les secteurs de ma vie ; je me sens psychologue et universitaire, très fort ; tante de mes nièces, encore plus fort. Ce sont des places sociales dans lesquelles j’ai pu reconnaître et exprimer des parts fondamentales de moi-même. Mais lesbienne, pas tant que cela » 4. L’individu ne choisit pas tous ses rôles, toutes ses appartenances, mais il a le pouvoir relatif de les considérer comme composantes, fondamentales ou non, de son identité personnelle.

  • 5 Traduction moderne de Guy de Pernon, à partir de l’édition de 1595.

1313. Si on retient la seconde version du contenu de l’identité personnelle, l’objection fréquente faite à la fixité de cette identité tombe. La seule chose stable (relativement) est « la chambre intérieure » permettant la réflexivité. C’est ce qu’affirme Michel de Montaigne : « Il faut se réserver une arrière-boutique rien qu’à nous, vraiment libre, dans laquelle nous puissions établir notre vraie liberté et qui soit notre retraite principale dans la solitude. C’est là qu’il faut nous entretenir quotidiennement avec nous-mêmes et de façon tellement intime que nulle relation ou contact avec des choses étrangères puisse y trouver place » 5.

1414. Pour exercer son pouvoir et avoir le sentiment de maîtriser, au moins un peu, son existence, la personne peut décider d’abandonner tel ou tel rôle, de mettre à distance telle ou telle appartenance, à la condition que la société et ses institutions l’acceptent. Il a fallu presque deux siècles pour que le divorce par consentement mutuel soit rétabli (1792-1975). Opposé à ce retour, au début du xxème siècle, Émile Durkheim estimait que les conjoints, devenus des fonctionnaires domestiques, n’avaient pas à avoir le pouvoir de rompre leur union (Durkheim, 1906). Aujourd’hui, une femme (ou un homme) peut décider de ne plus être épouse (ou époux). En revanche, elle (il) n’a pas le droit d’interrompre son rôle de parent. La construction identitaire n’est possible que dans les limites sociales reconnues au pouvoir de chacun. L’individualisme dessine les contours des décrochages qui sont autorisés.

  • 6 « Elle est dans la légèreté d’être déliée des yeux de sa mère », écrit Annie Ernaux pour exprimer s (...)

1515. Le Je se forme lors d’un jeu de classement entre les différentes dimensions statutaires afin de les inclure ou non dans son identité personnelle. Cette dernière est donc composée de certaines appartenances, de certains rôles sociaux. On comprend ce jeu en observant l’adolescence. Nombre de jeunes mettent à distance le rôle de « fils de » ou de « fille » 6 et incluent dans leur Je la dimension statutaire de leur génération. Les parents ne sont pas dupes de cette opposition : lorsqu’ils leur demandent de raconter leur journée, ils savent que leur adolescent énonce ce qu’il a fait en tant qu’« enfant », c’est-à-dire son travail au collège et qu’en revanche il dira peu sur sa vie personnelle, sur ses relations avec les copines et les copains. Il n’y a pas à s’étonner, contrairement à des sociologues, que le contenu de l’identité personnelle d’une adolescente ou d’un adolescent soit composé d’éléments empruntés à la culture jeune. La construction identitaire résulte de ce mouvement de translation entre les dimensions statutaires, opéré par le pouvoir dont dispose l’individu (et toléré, ou encouragé par autrui). Elle n’inclut pas, ou peu, des éléments strictement originaux. L’individu contemporain se crée à partir de matériaux sociaux qu’il a à sa disposition en les agençant.

1616. C’est dans le stock d’identités statutaires que se crée une nouvelle forme d’inégalités. Il y a des individus qui n’ont pas assez de ces identités à leur disposition pour se recréer le long de leur parcours. C’est une autre modalité de la réduction identitaire, objective, comme le décrit Erving Goffman dans Asiles (1970), qu’on retrouve par exemple dans les travaux sur les maisons de retraite, ou dans la dévaluation du modèle de la femme au foyer.

1717. L’ouverture de la frontière de la zone personnelle à des importations venant de la zone portuaire comporte un risque : l’individu peut prendre ses habits sociaux pour son Je. Cette confusion est la maladie sociale de l’individualisme. Michel de Montaigne s’en moque, évoquant les prélats qui croient tellement à leurs fonctions qu’ils les « emportent jusqu’en leurs cabinets d’aisance ». Ce sont sans doute les personnes les plus riches qui se laissent prendre à leurs habits, étant donné leur beauté. Michel de Montaigne cite Quinte-Curse : « Ils se livrent tellement à leurs hautes [souligné par moi] fonctions qu’ils en oublient la nature ».

1818. Double Je plaide pour une sociologie qui ne perçoit pas l’ensemble de la vie sous la seule dimension de la hiérarchie sociale, des inégalités de ressources, de capitaux. Il n’est pas certain qu’« abandonner toute illusion de "subjectivité", d’"intériorité", ou de "singularité" » [soit] un progrès significatif dans l’ordre de la connaissance » (Lahire, 2013). Avec cette élimination de l’intériorité – et donc de la conscience – on se simplifie le travail : l’individu peut être exclusivement étudié, comme le préconisait Émile Durkheim dans Les Règles de la méthode sociologique, « du dehors ». Et comme cet extérieur correspond aux identités statutaires, la sociologie peut se limiter à l’étude de cette couche externe. Le tour est joué. Mais la totalité de la connaissance du social – celle qui ne négligerait ni le dehors, ni le dedans – n’est pas atteinte. Dans son écriture, Annie Ernaux indique qu’elle tente d’y parvenir : « Quelquefois, je lève la tête de ma feuille, je sors de ce regard en dedans qui me rend indifférente à tout mon environnement. Je me vois comme quelqu’un pourrait m’observer du dehors… » (Ernaux, 2016).

1919. Mais comme il est difficile en sociologie d’escamoter complètement l’identité personnelle, une des façons de sembler en tenir compte est de faire comme si l’identité personnelle était indexée sur l’identité statutaire. Plus la personne a des ressources, des capitaux, des supports, et plus elle existe. Cela conduit Robert Castel à affirmer qu’il existe des « individus par excès » (Castel, 2001). Dans cette optique, la quantité des richesses se transforme en quantité de moi disponible. Mais cette équivalence n’est en rien démontrée. Ces deux valeurs – sociale et personnelle – ne se confondent pas. Les réactions des écrivains récompensés par un grand prix littéraire montrent l’existence d’une disjonction éventuelle entre le capital de reconnaissance ainsi accumulé et la définition personnelle de soi (Heinich, 1999). Cette augmentation de capital peut notamment engendrer le sentiment d’être agressé, comme ce qu’a ressenti Annie Ernaux par exemple après son Prix Renaudot. Si la reconnaissance publique est perçue comme un accroissement de la valeur des apparences, l’individu peut la vivre comme une menace de son Je, du fait de cet excès de capital. Le Je se caractérise, comme le souligne Erving Goffman, par une distance aux rôles, aux appartenances : « Cette volonté de distanciation ne procède pas d’un mécanisme de défense accessoire, mais constitue un élément essentiel du moi » (Goffman,1961). Dans les interactions, le Double Je peut créer des tensions, comme le souligne Danilo Martuccelli : « Comment réguler dans le respect le face-à-face et les égards réciproques entre individus qui n’ont pas les mêmes statuts sociaux tout en étant politiquement égaux » (Martuccelli, 2017). La dévotion envers la singularité s’inscrit dans le culte de l’égalité (les identités personnelles ne sont pas hiérarchisables).

2020. Une autre manière d’escamoter le problème posé par les effets de la croyance sociale en une identité personnelle est de faire comme si les deux niveaux se confondaient. Ainsi Bernard Lahire, dans La Culture des individus, passe de l’analyse en termes de distinction sociale, au sens fort de Pierre Bourdieu (1979) – comme un élément de la lutte dans l’espace social entre des individus dont l’identité statutaire est inégale – à une analyse en termes de justification à son existence personnelle. Le besoin de légitimité devient « un besoin de se sentir justifié d’exister… On pourrait dire que c’est une nécessité que rencontre tout être social… en tant qu’être doué de sens mais dont l’existence n’a pas de sens. Quel sens conférer à son existence de mortel ? » (Lahire, 2004). Dans une société qui valorise l’identité personnelle, le sens réside dans le fait de se sentir « unique » et non pas nécessairement supérieur aux autres. C’est jouer sur les mots que de glisser de la distinction au sens de lutte sociale à la distinction au sens d’affirmation d’un soi personnel. Ainsi l’éclectisme en matière culturelle n’est pas nécessairement l’expression d’un individu cherchant à tout prix à se distinguer, il peut être aussi la manière dont cet individu donne sens à son existence à travers ce que l’on peut désigner comme une identité narrative culturelle.

2121. Enfin, cette religion personnelle ne se célèbre pas qu’à l’ombre de la vie privée, elle peut très bien s’extérioriser sous la forme de mouvements collectifs. Lorsque les femmes ont défilé pour affirmer « mon corps m’appartient », elles ont revendiqué ensemble pour obtenir un nouveau droit individuel. Le féminisme – y compris dans ses manifestations les plus récentes, avec #balancetonporc, #metoo – constitue la parfaite démonstration que la religion individualiste, au moins à certains moments, peut connaître des expressions collectives. Si, comme l’affirme Norbert Elias dans La Société des individus, les sociétés modernes se caractérisent par « une transformation de l’équilibre "nous-je" », elles n’excluent pas toute forme de « nous » (Elias, 1987). Le nouvel équilibre crée les conditions non pas de l’abolition des collectifs mais d’une recherche d’une compatibilité entre les Je rassemblés et la forme du collectif. C’est sans doute, au moment du mouvement contre les réformes de la retraite, à l’automne 2010, qu’un des mots d’ordre a exprimé le mieux cette forme de jonction : « Je lutte des classes », afin de rendre puissant l’union des Je en un Nous qui ne les écrase point.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu P. (1979), La Distinction, Paris, Éditions de Minuit.

Castel R. 52001, « L’individu problématique », dans de Singly F. (dir.), Être soi parmi les autres, Famille et individualisation, tome 1, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 15-21.

Chrétien J.-L. (2014), L’Espace intérieur, Paris, Éditions de Minuit.

Dolto F. (1977), Lorsque l’enfant paraît, Paris, Éditions du Seuil.

Durkheim É. (1963 [1895]), Les règles de la méthode sociologique, Paris, Presses universitaires de France.

Durkheim É. (1898), « L’individualisme et les intellectuels », Revue Bleue, 4ème série, tome X, pp. 7-13.

Durkheim É. (1906), « Le divorce par consentement mutuel, Revue Bleue, vol. 44, n° 5, pp. 549-554.

Durkheim É. (1962 [1922]), Éducation et sociologie, Paris, Presses universitaires de France.

Elias N. (1991 [1987]), « Les transformations de l’équilibre nous-je », dans La Société des individus, Paris, Éditions Fayard.

Ernaux A. (1981), La Femme gelée, Paris, Éditions Gallimard.

Ernaux A. (2016), Mémoire de fille, Paris, Éditions Gallimard.

Gagnon J. (2008), Les Scripts de la sexualité, Paris, Éditions Payot.

Goffman E. (1968 [1961]), Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, Éditions de Minuit.

Heinich N. (1999), L’Épreuve de la grandeur. Prix littéraires et reconnaissance, Paris, Éditions La Découverte.

Hirschman A. (1970), Exit, Voice and Loyalty, Cambridge, Mass., Havard University Press.

Ibsen H. (1879), Maison de poupée, Paris, Librairie Générale Française (traduction de Marc Auchet).

Lahire B. (2004), La Culture des individus, Paris, Éditions La Découverte.

Lahire B. (2013), Dans les Plis singuliers du social, Paris, Éditions La Découverte.

Martuccelli D. (2017), La Condition sociale moderne, Paris, Éditions Gallimard.

Martuccelli D. & F. de Singly (2018), L’Individu et ses sociologies, Paris, Éditions Armand Colin.

Montaigne de M. (2007 [1595]), Les Essais, Paris, Éditions Gallimard.

Morand É. (2017), La Gestion d’une identité « hors norme » dans la sphère professionnelle. L’exemple de l’homosexualité, Thèse de sociologie, Université Paris Descartes (dir. François de Singly).

Sennett R. (1979), Les Tyrannies de l’intimité, Paris, Éditions Seuil.

Simmel G. (1999 [1908], « Le croisement des cercles sociaux », dans Sociologie, Paris, Presses universitaires de France, pp. 407-452.

Singly de F. (2007), L’Individualisme est un humanisme, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Taylor C. (1998), Les Sources du moi, Paris, Éditions du Seuil.

Villiers de L’Isle-Adam de A. (1998 [1870]), La Révolte, Paris, Éditions Ellug.

Haut de page

Notes

1 Traduction moderne de Guy de Pernon, à partir de l’édition de 1595. https://www.google.fr/search?q=les+essais%2C+guy+de+pernon&ie=utf-8&oe=utf-8&client=firefox-b&gfe_rd=cr&dcr=0&ei=1T3HWtLNPOXU8gflvKrQAQ.

2 Le Monde, 4 mars 2018. Propos recueillis par Sandrine Blanchard.

3 Guillemette Faure, « Balance ton job », Le Monde, 1er avril 2018.

4 Patricia Mercader, « Entre collègues, professeure de psychologie à l’université et lesbienne : la "discrétion" comme parole prise, non prise, sous emprise », 02/04/2018 [En ligne] https://reflexivites.hypotheses.org/9118. Cf. aussi Émilie Morand, 2017.

5 Traduction moderne de Guy de Pernon, à partir de l’édition de 1595.

6 « Elle est dans la légèreté d’être déliée des yeux de sa mère », écrit Annie Ernaux pour exprimer son sentiment, lorsqu’elle agit en son nom personnel (Ernaux, 2016). La construction de soi s’opère par des mouvements de soustraction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François de Singly, « Grand Résumé de Double Je. Identité personnelle et identité statutaire, Paris, Éditions Armand Colin, 2017 », SociologieS [En ligne], Grands résumés, Double Je. Identité personnelle et identité statutaire, mis en ligne le 15 novembre 2018, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/8719

Haut de page

Auteur

François de Singly

Professeur de sociologie, université Paris Descartes. Membre du laboratoire CERLIS (Centre de recherche sur les liens sociaux), Paris, France - francois@singly.org

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page